person:marc ladreit de lacharrière

  • (7) Soutien à la journaliste Nadia Daam, menacée par des trolls - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2017/11/03/soutien-a-la-journaliste-nadia-daam-menacee-par-des-trolls_1607591

    Pas des trolls, des cyberharceleurs. Que fait la justice ?

    Attaques contre ses comptes électroniques, injures pornographiques, menaces de mort, menaces de viol, menaces sur son enfant, tentative d’intrusion à son domicile au milieu de la nuit : voilà ce que subit une journaliste pour avoir dénoncé, dans une chronique diffusée sur Europe 1, le sabotage d’un numéro de téléphone destiné à aider les femmes victimes de harcèlement de rue par des activistes issus de ce forum 18-25, lieu d’une parole libre qui parfois dérape dans une violence faussement ludique. Ce qui arrive à Nadia Daam depuis cette chronique lui donne tragiquement raison.

    #Cyberharcèlement #Forum_jeux_vidéo #Fachosphère

    • Une « campagne de cyber-harcèlement » d’après l’expression d’Europe 1, orchestrée par des « trolls » œuvrant sur le « Forum Blabla 18-25 ans » du site internet #Jeuxvideo.com. Cet espace de discussion en ligne, qui appartient au groupe Webedia du milliardaire #Marc_Ladreit_de_Lacharrière, est connu pour être un repaire actif de militants antiféministes, dont certains sont proches de la fachosphère.

      J’ai déjà entendu ce nom là quelque part.


      Mais oui ! bien sur, le voilà ce gros plein de thunes avec tous ces amis.es
      qui est le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière ?
      http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/01/26/marc-ladreit-de-lacharriere-l-influence-des-salons-et-de-l-argent_5069370_48

      C’était en mai 2010. Sous les ors de l’hôtel Matignon, François Fillon recevait La Revue des deux mondes et célébrait un numéro spécialement consacré à Philippe Séguin, disparu quelques mois plus tôt. De son pupitre, le premier ministre avait salué les orphelins de l’ancien président du RPR et les contributeurs exceptionnels de ce hors-série. Parmi eux, « Marc Ladreit de Lacharrière, membre de l’Institut », ainsi que le clame chaque mois la couverture orange de la plus vieille et balzacienne revue française.

      La Revue des deux mondes, dont Pénélope Fillon a touché 5 000 euros brut par mois entre mai 2012 et décembre 2013, n’est qu’une toute petite parcelle du vaste empire Fimalac. Finance, hôtellerie, immobilier, loisirs, digital, spectacles, presse, le holding de Marc Ladreit de Lacharrière, créé en 1991, pèse aujourd’hui 3 milliards d’euros en Bourse. La vieille dame de bientôt 200 ans est à la fois l’antiquité du groupe et le salon littéraire et politique de « MLL », comme on l’appelle. Mieux que Fitch, cette agence de notation qui fait la loi dans le CAC 40, davantage encore que « sa » salle Pleyel rachetée en 2016, la revue raconte les manières de ce milliardaire de 76 ans soucieux d’être dans le monde – du club Le Siècle au cercle Bilderberg en passant par le Jockey Club.

      Au George V, palace des Champs-Elysées, les dîners-débats de la revue voient chaque mois se succéder les grands de la politique française : François Fillon, mais aussi Giscard, Barre, Sarkozy, Hollande, Fabius, Le Drian, Ayrault.... « Ladreit » n’est jamais aussi heureux que lorsqu’il peut présenter à un ministre un chanteur, un architecte, un banquier ou un intellectuel – et inversement. De sa main droite, le « grand mécène » du Louvre, 32e plus grosse fortune de France, donne de l’argent aux arts ; de l’autre, il prodigue expertises et avis à ses amis. François Fillon, par exemple.

      Le 21 septembre 2007, le premier ministre...

      Inutile d’aller plus loin, le reste de l’article est protégé.

  • #Revue_de_Presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce lundi 15 mai 2017
    https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse/13602-revue-de-presse-du-jour-comprenant-l-actualite-nationale-et-interna

    https://www.crashdebug.fr/images/stories/addons/images/Images+globales/2015/decembre/revue_de_presse_02_12_2015.png

    Bonjour, lundi 15 mai 2017, c’est reparti..... Et nous avons un nouveau président.... (sic)

    Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture et une agréable journée.

    f.

    Actualités françaises :

    15.05.2017

    Affaire Fillon : Marc Ladreit de Lacharrière mis en examen (Libération.fr)

    Le casting gouvernemental d’Emmanuel Macron prend forme (Le Figaro.fr)

    Moment détente (?) :

    12.05.2017

    Moment détente (?) : Tout savoir (ou presque) sur le parcours de Macron (Youtube.com)

    10.05.2017

    Valls en marche forcée... (L’Express.fr)

    Divers :

    28.04.2017

    P. Jovanovic - P-Y. Rougeyron : Revue de presse spéciale Présidentielles 2017 (Youtube.com) via Contributeur anonyme

    27.04.2017

    Si vous hésitez à voter Macron, regardez ça (vidéo) (Nouvel Ordre Mondial.cc)

    25.04.2017

    François Asselineau explique le programme (...)

    #En_vedette

  • Réseaux, influence, fortune... : comment Marc Ladreit de Lacharrière, l’homme révélé par l’affaire Fillon, a construit son empire ?
    http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-fillon/affaires-fillon/reseaux-influence-fortune-qui-est-marc-ladreit-de-lacharriere-l-homme-r


    Derrière le mécénat, la politique n’est jamais très loin. C’est ainsi qu’en 2014, Marc Ladreit de Lacharrière fait venir François Hollande à Trappes (Yvelines) pour assister à des matchs d’improvisation organisés par le comédien Jamel Debbouze, soutenu par l’homme d’affaires.

    En 2013, le même Jamel Debbouze se retrouve à l’Élysée lors de la remise d’un prix créé par Marc Ladreit de Lacharrière, le prix de l’audace créatrice et culturelle. Le prix, créé en 1996 et parrainé par les ministères de l’Éducation et de la Culture récompense un chef d’entreprise lors d’une cérémonie organisée sous les ors de l’Élysée, sauf sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy où, à l’exception de 2007, il a été remis à Matignon par François Fillon. Il a également créé le prix de la photographie ou encore les prix du livre d’économie et du livre politique, parrainés par son association Lire la société qu’il co-préside avec son ami Louis Schweitzer.

    Jamel Debbouze avec François Hollande à l\’Élysée lors de la remise du prix de l\’audace artistique, le 12 juin 2013.
    Jamel Debbouze avec François Hollande à l’Élysée lors de la remise du prix de l’audace artistique, le 12 juin 2013. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)
    Ces prix permettent de peser sur le « petit monde » politico-médiatique. « C’est une bonne introduction auprès de personnes dont il faut avoir l’oreille au bon moment, analyse Benjamin Lagues du site Acrimed, qui a consacré plusieurs articles à ces prix. En sponsorisant ce genre de prix, il bénéficie de l’influence de ces milieux politiques, économiques et médiatiques, qui s’auto-consacrent, et de promouvoir plus largement ses idées libérales, comme seule pensée ’autorisée’. »
    #réseaux #Fillon #nobles

  • Ces élus salariés dans le privé : « Mes clients ne sont pas vos affaires... »
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/13322-ces-elus-salaries-dans-le-prive-mes-clients-ne-sont-pas-vos-affaire

    Les députés de Paris Pierre Lellouche et François Fillon (ici lors du 75e anniversaire de l’appel du 18 juin, en

    2015 à Londres) exercent parallèlement à leur mandat des activités de conseil aux grandes entreprises.

    (LE CAER VIANNEY/SIPA)

    Comme François Fillon, députés et sénateurs sont nombreux à travailler dans des cabinets d’avocats ou des sociétés de conseil, avec des salaires pouvant atteindre 30.000 euros. Parfois soupçonnés de conflits d’intérêts, peu jouent le jeu de la transparence.

    C’était un secret farouchement gardé : l’identité des clients de la société de François Fillon, 2F Conseil. Interrogé, le leader des Républicains éludait. On comprend mieux pourquoi. Trois de ses principaux employeurs – René Ricol, Henri de Castries, Marc Ladreit de Lacharrière – étaient des amis. Le (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • De nouveaux éléments de l’enquête fragilisent la défense de François Fillon

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/02/06/de-nouveaux-elements-de-l-enquete-fragilisent-la-defense-de-francois-fillon_

    Les enquêteurs suspectent un éventuel trafic d’influence lié à l’attribution d’une décoration. L’un des fils de M. Fillon, assistant au Sénat, travaillait pour la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy.

    La pression judiciaire s’accentue encore sur François Fillon, mis en cause depuis près de deux semaines dans une affaire d’emplois fictifs présumés dont auraient bénéficié son épouse et deux de ses enfants. Selon les éléments réunis par Le Monde, l’enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier (PNF) le 25 janvier à la suite des informations publiées le jour même par Le Canard enchaîné a fait émerger des faits susceptibles d’affaiblir encore davantage la position de l’ancien premier ministre, et de renforcer la conviction de ceux, de plus en plus nombreux dans son camp, qui jugent inéluctable son retrait de la course présidentielle.

    Ouverte initialement pour « détournements de fonds publics », « abus de biens sociaux » et « recel de ces délits », l’enquête pourrait s’étendre à de nouveaux faits, embarrassants pour M. Fillon. Ainsi, selon nos informations, les enquêteurs ont adressé la semaine dernière une réquisition judiciaire à la grande chancellerie de la Légion d’honneur afin de se faire communiquer le dossier de Marc Ladreit de Lacharrière. Les magistrats du PNF et les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) s’interrogent sur les raisons pour lesquelles le propriétaire de la Revue des deux mondes a accepté de salarier, de mai 2012 à décembre 2013, moyennant 5 000 euros brut par mois, pour un travail dont ils doutent de la réalité, la femme de M. Fillon.

    Or, l’année précédente, le patron du groupe Fimalac s’était vu remettre une décoration très convoitée – et rarement décernée – obtenue grâce à François Fillon. Le 31 décembre 2010, celui qui était alors premier ministre avait en effet élevé M. Ladreit de Lacharrière – grand officier depuis le 8 septembre 2006 – à la dignité de grand-croix dans l’ordre national de la Légion d’honneur. Une distinction accordée en vertu d’un décret du président de la République, Nicolas Sarkozy – pourtant notoirement en froid avec le patron de Fimalac –, « pris sur le rapport du premier ministre ». L’embauche de Penelope Fillon aurait-elle constitué la contrepartie de cette décoration ?

    Sa fille l’a aidé à écrire son livre

    Une interrogation désormais au cœur de l’enquête, qui rappelle l’affaire Bettencourt. Eric Woerth, l’actuel conseiller politique de M. Fillon avait été poursuivi en 2012 pour « trafic d’influence » – il a été relaxé en 2015 par le tribunal correctionnel de Bordeaux – pour avoir remis, en 2007 la Légion d’honneur au gestionnaire de fortune des Bettencourt, Patrice de Maistre, qui était devenu quelques mois plus tard… l’employeur de sa femme.

    Selon le conseil de M. Fillon, Me Antonin Lévy, interrogé lundi 6 février au matin par Le Monde, la décoration de M. de Lacharrière, « chevalier de la Légion d’honneur depuis 1986 et promu plusieurs fois depuis (...) était pleinement justifiée et n’a aucun lien avec l’embauche de Mme Fillon intervenue bien plus tard ». Interrogée, la grande chancellerie n’a pas souhaité répondre, « tout élément relatif au dossier individuel des membres de la Légion d’honneur restant confidentiel ».

    Autre avancée importante dans l’enquête : les policiers en savent désormais plus sur les raisons qui ont justifié l’embauche par M. Fillon, alors sénateur de la Sarthe, de deux de ses enfants, de septembre 2005 à juin 2007. Publiquement, M. Fillon avait justifié leur recrutement en qualité d’assistants parlementaires, sur des fonds publics, en évoquant leurs « compétences » en tant qu’avocats – en réalité, ils n’étaient encore qu’étudiants en droit.

    En fait, s’agissant de Marie Fillon, salariée auprès de son père jusqu’en décembre 2006, François Fillon lui-même a révélé aux enquêteurs, lors de son audition, le 30 janvier, qu’il avait chargé sa fille de l’aider à écrire son livre La France peut supporter la vérité, paru en octobre 2006 (Albin Michel). « Un essai politique où François Fillon raconte son expérience ministérielle de l’intérieur, tout en l’insérant dans le contexte plus général de son itinéraire personnel et de son engagement politique au sein de “la droite sociale” », écrivait l’éditeur pour présenter cet ouvrage, a priori peu en rapport avec la circonscription de la Sarthe dont M. Fillon était le sénateur. S’il a indiqué aux policiers que sa fille avait aussi travaillé, pour lui, sur des « questions constitutionnelles », M. Fillon a surtout assuré qu’elle l’avait « beaucoup aidé pour [s]on livre » : « Elle a fourni un gros travail documentaire », a-t-il affirmé.

    Son fils a œuvré pour la campagne de… Nicolas Sarkozy

    Plus embarrassant encore, s’agissant de son fils aîné, Charles, M. Fillon a déclaré sur procès-verbal que ce dernier avait en fait œuvré pour la campagne présidentielle de… Nicolas Sarkozy (celle de 2007). « Il m’a aidé en travaillant au programme du candidat à l’élection présidentielle sur des sujets institutionnels », a révélé M. Fillon aux policiers. Une activité évidemment sans aucun rapport avec celle d’un assistant parlementaire. La pratique serait pénalement répréhensible : si les faits étaient confirmés, outre ceux de « détournement de fonds publics », ils nourriraient les soupçons de « financement illicite de campagne électorale », en l’occurrence celle de M. Sarkozy en 2007, déjà visé par une enquête judiciaire portant sur un éventuel financement occulte de sa campagne présidentielle victorieuse.

    Selon Me Lévy, « les enfants de M. Fillon n’ayant pas été entendus, il est important de laisser l’enquête se poursuivre dans la sérénité afin qu’ils précisent les tâches qu’ils ont effectuées au service du mandat de sénateur de M. Fillon ».

    Par ailleurs, lors de son audition, M. Fillon a également admis que c’est lui qui avait demandé à son suppléant à l’Assemblée nationale, Marc Joulaud, d’embaucher sa femme, entre mai 2002 et le 31 août 2007, lorsqu’il avait laissé à ce dernier son siège de député de la Sarthe (il avait été nommé ministre des affaires sociales en 2002, puis de l’éducation en 2004, était devenu sénateur en 2005 et enfin premier ministre en 2007). A propos de M. Joulaud, M. Fillon a déclaré : « J’ai souhaité que ma femme l’accompagne car je voulais garder la main sur la circonscription. » Et d’ajouter : « J’ai demandé à Marc Joulaud de prendre ma femme comme collaboratrice, la rémunération a été fixée d’un commun accord mais à mon initiative. »

    Oddo et Axa clients de sa société

    Selon lui, Penelope Fillon aurait assuré ses fonctions « depuis le ministère » (des affaires sociales puis de l’éducation). « Elle faisait cela avec ce que l’on appelle le cabinet des affaires réservées du ministre. » Des déclarations qui renforcent les doutes des enquêteurs sur la réalité de l’emploi occupé durant ces cinq années par Penelope Fillon.
    « Marc Joulaud était le suppléant de François Fillon, la présence à ses côtés de la personne en qui M. Fillon avait le plus confiance était un atout indéniable pour la continuité du travail parlementaire », assure Me Lévy.

    Le PNF s’intéresse aussi à la société de consulting de François Fillon, 2F Conseil. Lié par des accords de confidentialité, M. Fillon peine à révéler le nom de ses clients : selon nos informations, parmi ceux-ci figurent la banque Oddo, et l’assureur Axa, dont l’ancien patron, Henri de Castries, conseille aujourd’hui François Fillon et aurait inspiré le volet économique et santé de son programme.

    Enfin, s’agissant de la période de deux ans (2005-2007) durant laquelle il siégea au Sénat, M. Fillon pourrait faire face à un nouveau front. En effet, l’enquête sur un vaste système de détournements de fonds publics mis en place au sein du groupe UMP du Palais du Luxembourg entre 2003 et 2014 (des sénateurs auraient utilisé pour leur propre compte le reliquat de fonds destinés à leurs assistants) pourrait rattraper l’ex-premier ministre. Jusqu’alors circonscrite à la période 2009-2014, l’enquête du juge René Cros pourrait être étendue aux faits impliquant M. Fillon, accusé d’avoir empoché indûment près de 25 000 euros comme l’a révélé Mediapart, à moins que cet aspect du dossier ne soit joint à l’enquête préliminaire conduite par le PNF. Dans les deux cas, cela ferait peser une menace judiciaire supplémentaire sur un homme qui a construit une partie de sa campagne sur le thème de l’exemplarité pour mieux se distinguer de son meilleur ennemi, Nicolas Sarkozy.

    De nombreuses investigations restant encore à mener – auditions, perquisitions...–, il semble hautement improbable que le parquet financier puisse boucler son enquête dans les jours qui viennent comme l’espéraient les fillonistes. Les investigations ne s’achèveront pas, au mieux, avant le mois de mars. Entretemps, il n’est pas totalement exclu que le parquet décide de les confier à un juge d’instruction.

    Les enquêteurs ont en tête le calendrier politique et suivent l’évolution de la situation personnelle de M. Fillon. Si le camp du parti Les Républicains venait à se passer de M. Fillon, les magistrats auraient moins de pression à l’instant de prendre une décision lourde de conséquences, à quelques semaines de l’élection présidentielle.

  • Un pilier de l’équipe #Fillon était salarié par #Ladreit_de_Lacharrière
    https://www.mediapart.fr/journal/france/310117/un-pilier-de-l-equipe-fillon-etait-salarie-par-ladreit-de-lacharriere

    Marc Ladreit de Lacharrière, le 11 juillet 2016 sur le parvis de l’Élysée. © Reuters Encore un emploi fictif ? Officiellement chargée de mission à la Fondation Culture et diversité de mars 2015 à mars 2016, #Alexia_Demirdjian n’a pas laissé de trace publique de son passage dans cette structure fondée par Marc Ladreit de Lacharrière, le mécène milliardaire qui a également employé Penelope Fillon à la Revue des Deux Mondes. Elle s’est en revanche engagée à cette même époque dans la campagne numérique de François Fillon.

    #France #financement_de_la_vie_politique

  • Ladreit de Lacharrière, le mécène riche et puissant

    http://archive.is/u06uv#selection-801.0-805.199

    Le milliardaire qui a fait embaucher l’épouse de François Fillon à La Revue des Deux Mondes en 2012 et 2013 est un patron qui sait se montrer généreux. L’homme à la tête de la puissante agence de notation Fitch, et qui a ses entrées à l’Élysée, a toujours su aider ses amis dans le besoin.

    Qu’a cela ne tienne, Marc Ladreit de Lacharrière dont l’empire Fimalac contient, outre la puissante agence de notation Fitch, quelques titres de presse impose la femme du futur ex-premier ministre comme « conseillère littéraire » à la Revue des Deux Mondes pour 5 000 brut par mois. Une rémunération confortable pour un emploi extra-light puisque, selon l’enquête de l’hebdomadaire, elle ne rédigera que deux ou trois notes en vingt mois.

    Le milliardaire ne refuse rien à son ami Fillon à qui il prête régulièrement son avion privé comme ce 21 mars 2013, lorsque le député de Paris part rencontrer Vladimir Poutine.

    « Quand j’entends dire que c’est un entrepreneur, je bondis », s’emporte un patron qui estime qu’« il n’a jamais rien "entrepris" de sa vie puisque l’essentiel de sa fortune s’est faite par des coups et des montages financiers ». De Suez à L’Oréal dont il deviendra le vice-président, Marc Ladreit de Lacharrière multiplie les montages alambiqués mais lucratifs. Par rachats successifs, il impose l’agence de notation Fitch dans la cour des grands et échappe miraculeusement au scandale qui entoure ces agences après la crise financière de 2008.

    Alors que Nicolas Sarkozy s’emporte sur France 2 en 2008 contre ces agences qui « n’ont pas fait leur travail », il ne s’oppose pas à ce que le patron d’une des principales agences soit fait grand-croix de la Légion d’honneur en 2011. « Pourquoi croyez-vous que François Hollande accède à tous ses désirs ? » interroge un ancien ministre : « Mais tout simplement parce que son pouvoir de nuisance à la tête de Fitch est énorme. »

  • Je suis journaliste parlementaire depuis 25 ans : Penelope Fillon est indéfendable - le Plus
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1644344-je-suis-journaliste-parlementaire-depuis-25-ans-penelope-f

    Cela fait 25 ans qu’avec mes confrères et consœurs, nous sommes les témoins de pratiques népotiques de la part de députés et de sénateurs – heureusement très minoritaires – peu sourcilleux de la morale publique, qui emploient abusivement des membres proches de leur famille (épouses, filles, fils, gendres, sans oublier les maîtresses) comme assistant(e)s parlementaires . Et cela fait 25 ans que nous entendons le même plaidoyer arrogant, et parfois sans complexes : « C’est légal ».

    #népotisme

  • L’affluence aux urnes, les faibles scores des « candidats du renouveau » et l’émergence de François Fillon sont autant de difficultés pour le fondateur d’En marche. — Libération
    http://www.liberation.fr/france/2016/11/22/la-primaire-de-droite-bouscule-emmanuel-macron_1530069

    A l’inverse, avec Fillon, Macron risque de perdre l’oreille d’un patronat que son profil libéral avait séduit. Car l’ancien locataire de Matignon est son candidat naturel. Qu’il soit soutenu par Sens commun, émanation de la Manif pour tous, n’y change rien. Les réformes radicales que préconise l’ancien Premier ministre sont celles que les patrons appellent de leurs vœux depuis dix ans, de l’allégement massif des charges des entreprises à la fin des 35 heures, en passant par la suppression de l’ISF…

    Dès 2013, celui qui était alors PDG d’Axa (actuellement président de l’Institut Montaigne), Henri de Castries, et le patron de Fimalac, Marc Ladreit de Lacharrière, tous deux proches de Fillon, avaient commencé à populariser ses thèses auprès de leurs pairs en quête d’une « alternative à Sarkozy ». Avec succès. Jusqu’aux adhérents de Croissance Plus, le lobby des start-up, qui se disaient séduits. Fillon en perdition dans les sondages, l’establishment avait fait mine de se reporter sur Juppé. L’entrée en scène de Macron avait été néanmoins regardée avec beaucoup d’intérêt. Fervent partisan de la politique de l’offre, l’ex-ministre de l’Economie est lui aussi sensible au sort des entreprises et croit à la nécessité de restaurer la compétitivité. Comme Fillon, il prône des réformes musclées pour flexibiliser le travail, alléger les charges des entreprises, « libérer les énergies » des entrepreneurs… Vite séduits, nombre de dirigeants ne lui mégotaient plus un soutien discret mais efficace.

    Le retour de Fillon sur le devant de la scène pourrait refroidir leurs ardeurs. Et limiter à leurs yeux l’intérêt d’aider (y compris financièrement) l’aventure élyséenne de son cadet en politique, « ni de gauche ni de droite ». Or pour mener à bien sa campagne, le fondateur d’En marche doit encore réunir plusieurs millions d’euros…

    • Bizarre, je me rend compte que je suis pas le seul finalement à trouver que sa réflexion et sa manière de l’exposer laisse toujours planer un doute sur la question de savoir s’il défend l’institution en place ou non. Comme le dit Alain Badiou, il ne tranche pas son discours en omettant de déclarer que premièrement nous sommes en oligarchie, mot qu’il n’emploie jamais lorsqu’on l’écoute.

      Je retiens l’idée qu’il resouligne tout à la fin de l’interview, en disant que la démocratie n’est pas une théorie ou un produit qu’on peut vendre ou exporter clé en main, comme le font les pays riches occidentaux, mais une #expérimentation (au sens de l’arnarchisme, si j’ai compris).

      Dans l’expérimentation en question, j’aurais aimé qu’il insiste davantage sur les formes égalitaires et autogestionnaires d’expérimentation. Qu’il parle concrètement des possibilités de mettre en oeuvre cette égalité politique, qui à mon avis est la ligne de rupture entre faux_démocrates (les professionnels de la politiques, les appareils politiques, les intellectuels au service du pouvoir, etc) et vrais_démocrates (ceux qui dénoncent cette oligarchie).

      PS : expérimentation —> expérience

    • Ce « réformisme » là n’est que l’autre nom de la contre révolution. Ce type est l’un innombrables dirigeants CFDT sur lesquels a pu compter le socialisme français dès son arrivée au pouvoir en 1981 pour mater la société.

      Enquête sur la Fondation Saint-Simon
      Les architectes du social-libéralisme, par Vincent Laurent, septembre 1998, aperçu car #paywall
      https://www.monde-diplomatique.fr/1998/09/LAURENT/4054

      « Menaces de dépression. » Pour la première fois, le « Financial Times » a reconnu les risques qui pèsent désormais sur la planète. Les plans de sauvetage massifs du FMI sont incapables de colmater les brèches (lire « La crise menace les digues de l’économie mondiale »). Les marchés européens et nord-américains pourraient être frappés à leur tour, ce qui menacerait la #croissance qui s’amorce. Pour les dirigeants de la gauche française, qui tablent sur cette dernière, les lendemains risquent d’être difficiles. Sont-ils prêts pour une nouvelle donne ? Il leur faudra d’abord se dégager des dogmes qui fondent l’action des gouvernants. Ces évidences ont été nourries par des « boîtes à idées » publiques et privées, comme la Fondation Saint-Simon, servant de pont entre droite et gauche. Des gouvernements #socialistes peuvent, par exemple, #privatiser avec autant d’entrain que des équipes conservatrices. Lorsque les responsables reprennent les idées développées par ces fondations, ils expliquent qu’elles ont pour auteurs des « #experts ». Combien de temps ces « vérités » résisteront-elles à la pression de la réalité sociale ?

      Dans le sixième arrondissement de Paris, la Fondation Saint-Simon occupe un espace d’une centaine de mètres carrés au rez-de- chaussée d’un immeuble cossu situé au 91 bis de la rue du Cherche-Midi. Cette association loi 1901 (en dépit de ce que peut laisser penser son nom) a vu le jour en décembre 1982 dans l’un des salons de l’hôtel Lutétia, sous l’impulsion de François Furet et de MM. Pierre Rosanvallon, Alain Minc, Emmanuel Le Roy-Ladurie, Pierre Nora, Simon Nora et Roger Fauroux. Ce dernier raconte : « Nous avons pensé qu’il fallait que le monde de l’#entreprise et celui de l’Université se rencontrent. (...) Nous sommes rapidement arrivés à la conclusion que ces rencontres ne pouvaient être fécondes et durables que si nous avions des actions concrètes à mener, ce qui exigeait un cadre juridique et de l’argent. Alors nous avons cherché des adhérents, d’où un aspect club. Chacun a rassemblé ses amis. François Furet et Pierre Rosanvallon dans l’Université, Alain Minc et moi dans le monde de l’entreprise. »

      Ces confrontations auraient eu pour objet de surmonter « l’indifférence, l’incompréhension et même la défiance » entre ces deux planètes (Université, entreprise) et de favoriser « une fertilisation croisée », assise sur des « besoins » réciproques. Président de Saint-Gobain, M. Roger Fauroux avait, avant d’implanter une usine de verre en Iran, vérifié les ressources du pays en hydrocarbures, mais omis de prendre en compte l’influence chiite à la veille de la révolution islamique. Tirant les leçons d’une telle expérience, il souligne le « besoin de sciences sociales » que ressentiraient des chefsd’entreprise.

      Or, de leur côté, des intellectuels souhaitaient eux aussi, selon lui, ne pas se cantonner à la sphère spéculative et sortir de « leur tour d’ivoire, où n’arrivaient de l’#économie que les échos des catastrophes sociales ». Traduction immédiate : François Furet et Pierre Rosanvallon participèrent aux conseils d’administration de filiales de Saint-Gobain...

      La Fondation Saint-Simon
      http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article106

      La Fondation Saint-Simon a été fondée en décembre 1982, sous l’impulsion de François Furet et Roger Fauroux (co-présidents), Pierre Rosanvallon (secrétaire général), Alain Minc (trésorier), Emmanuel Le Roy-Ladurie, Pierre Nora, Simon Nora, bientôt suivis par Jean-Claude Casanova, Jean Peyrelevade et Yves Sabouret (administrateurs). Il s’agissait de « développer l’analyse du monde contemporain », comme le Club Jean Moulin l’avait fait en son temps. Roger Fauroux se souvient de ces débuts dans Le Débat (1986, n°40) : « Nous avons pensé qu’il fallait que le monde de l’entreprise et celui de l’Université se rencontrent. [...] Nous sommes rapidement arrivés à la conclusion que ces rencontres ne pouvaient être fécondes et durables que si nous avions des actions concrètes à mener, ce qui exigeait un cadre juridique et de l’argent. Alors nous avons cherché des adhérents, d’où un aspect club. Chacun a rassemblé ses amis. François Furet et Pierre Rosanvallon dans l’Université, Alain Minc et moi dans le monde de l’entreprise . » Alain Minc, reformulant la rhétorique aronienne, parle d’une alliance entre « la gauche intelligente et la droite intelligente » (Les Echos, 4-5 avril 1997).

      Pendant 17 ans, la Fondation va rassembler l’élite dirigeante française. Aux côtés de François Furet, on trouve donc Roger Fauroux (énarque et inspecteur des finances, successivement président de Saint Gobain, directeur de l’ENA, ministre de l’industrie dans le gouvernement de Michel Rocard de 1988 à 1991), Pierre Rosanvallon (ancien conseiller d’Edmond Maire, devenu directeur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, directeur du Centre de recherches politiques Raymond Aron, professeur au Collège de France), Alain Minc (passé par Saint-Gobain et l’italien Benedetti, conseiller économique d’Edouard Balladur, par qui il est nommé au conseil d’administration d’Air France, avant de se rallier à Lionel Jospin, administrateur d’Yves Saint Laurent, consultant auprès de plusieurs grands chefs d’entreprises, dont François Pinault, président du conseil de surveillance du Monde et président de la société des lecteurs), Simon Nora (grand commis de l’Etat, l’un des fondateurs de L’Express puis du Point, alors directeur de l’ENA, qui rejoindra la banque d’investissement américaine Shearson Lehman Brothers en 1986). Les saint-simoniens sont des philosophes (Alain Finkielkraut, Edgar Morin, Luc Ferry), des éditeurs (Pierre Nora des éditions Gallimard, Yves Sabouret d’Hachette), mais surtout des journalistes (Françoise Giroud de L’Express, Jean Daniel, Jacques Julliard et Laurent Joffrin du Nouvel observateur, Franz-Olivier Giesbert du Figaro, Serge July de Libération, Jean-Marie Colombani du Monde, Albert du Roy de L’Evénement du Jeudi, Jean Boissonat de L’Expansion, Alain Duhamel), des journalistes de télévision (Anne Sinclair, Christine Ockrent, Jean-Pierre Elkabbach, Michèle Cotta), des patrons de presse (Jacques Rigaud, président de la CLT (RTL), membre du conseil de surveillance de Bayard-Presse (La Croix), Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac, vice-président de L’Oréal, qui contrôle la SOFRES et diverses publications (Le Spectacle du Monde, Valeurs actuelles...), également vice-président de la Fondation Agir Contre l’Exclusion de Martine Aubry), des hauts fonctionnaires (Pierre-Yves Cossé, commissaire général au Plan), des patrons d’entreprise (Jean-Luc Lagardère, président du groupe Matra-Hachette, Antoine Riboud, président de Danone, Jean-Louis Beffa, président de Saint-Gobain, ancien vice-président de la Compagnie Générale des Eaux, Maurice Lévy, PDG de Publicis), des banquiers (Jean-Claude Trichet, gouverneur de la banque de France, Michel Albert, membre du conseil de la politique monétaire de la Banque de France, Jean Peyrelevade président du Crédit Lyonnais, René Thomas, président de la BNP), et des politiques (Martine Aubry, Robert Badinter, Jean-Paul Huchon, Bernard Kouchner), dont certains venus de l’entreprise (Francis Mer, directeur général d’Usinor-Sacilor, Christian Blanc, président d’Air France) ou allés à elle (Philippe Pontet, conseiller ministériel auprès de Valéry Giscard d’’Estaing).
      Au nombre des contributeurs de la Fondation, on compte la Caisse des dépôts, Suez, Publicis, la Sema, le Crédit local de France, la banque Worms, Saint-Gobain, BSN Gervais-Danone, MK2 Productions, Cap Gemini Sogeti, Saint- Gobain... La Fondation Olin verse à elle seule quelque 470 000 dollars à François Furet, enseignant à l’université de Chicago depuis 1985, au titre de son programme d’étude des révolutions américaine et française, à l’époque de leur bicentenaire . Environ 100 membres cooptés participent à des rencontres régulières à huis clos. C’est rue du Cherche-Midi que se tient le déjeuner-débat mensuel organisé autour de l’exposé d’un des membres ou d’un invité. Helmut Schmidt et Raymond Barre, Mgr Lustiger, Robert Badinter, Jacques Chirac, Edmond Maire, Michel Rocard, Laurent Fabius, Valéry Giscard d’Estaing... se sont succédé au siège de la Fondation. La quasi-totalité des premiers ministres français y ont commenté leur politique. Un cercle plus large de 500 personnes participe sur demande à des séminaires interdisciplinaires, tandis qu’un public plus vaste reçoit une note de synthèse mensuelle. L’activité principale de la Fondation regarde la réunion de groupes de réflexion traitant des questions économiques, sociales ou internationales. Les travaux sont édités sous forme d’ouvrages ou de notes. Ces travaux s’adressent surtout à des hommes politiques, chefs d’entreprise, cadres supérieurs, hauts fonctionnaires, ainsi qu’à quelques intellectuels et à un nombre croissant de journalistes, économiques notamment. Certains de ces textes sont parfois publiés à l’extérieur, dans Le Nouvel Observateur, Esprit, Le Débat, Politique internationale, etc. La Fondation diffuse aussi des livres : elle dirige la collection « Liberté de l’esprit », aux éditions Calmann-Lévy.
      La Fondation Saint-Simon s’est dissoute en 1999. Selon Pierre Rosanvallon, elle avait « accompli sa mission ». Le bilan de la Fondation Saint-Simon a été salué de tous côtés : « Elle a œuvré à une véritable mutation du débat socio-politique en France », déclarait Denis Segrestin, professeur de sociologie et directeur du Cristo.
      La canonisation libérale de Tocqueville (Encadré 17, Chapitre 3), Claire Le Strat et Willy Pelletier, Syllepse, 2006.

      Parenthèse d’actu, si souvent oubliée : Aubry en a « ralbol de Macron » lit on dans le journal. Elle fut pour sa part non pas banquière mais pédégére dune des plus grosses boites française, ex bras droit de Jean Gandois, ex président du CNPF (ancêtre du Medef) à la direction de Péchiney.

    • Une recherche sur Wikipédia sur Pierre Nora, cofondateur avec Pierre Rosanvallon de la Fondation Saint Simon, et notamment ayant un certain pouvoir et un certain rôle dans le monde de l’édition :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Nora#Critiques_et_controverses

      Le pouvoir certain de Pierre Nora dans le monde de l’édition française l’a exposé à des critiques. Ainsi, il refuse en 1997 de faire traduire l’ouvrage d’Eric Hobsbawm The Age of Extremes (1994), en raison de l’« attachement à la cause révolutionnaire » de son auteur.

    • you’re welcome. une chose étrange est le peu de consistance de ce que dit Badiou face à ce gars (Rosanvallon est depuis longtemps membre du #Siècle), comme si il voulait croire que les derniers entrechats de Rosanvallon sur la scène intellectuelle (démocratie bla bla bla) constituait une amorce de retour critique... c’est pourquoi j’ai posé de maigres références pour situer rapido la #fondation_Saint_Simon, dont le rôle dans la glorification socialiste de l’entreprise « seule productrice de richesse » (comme il fut dit autrefois du travail...) et « coeur de la société », dès les années 80, préparait la « #refondation_sociale_patronale » qui donna lieu à la création du Medef à la fin des années 90.

      Dès l’orée des années 80, le P.S est l’ardent promoteur colberto-saint simonien des intérêts de la grand industrie (précarisation de l’emploi ++ et licenciements massifs), tout en faisant l’apologie de l’entrepreneur « individuel » (Tapie nommé ministre...) comme forme de vie exemplaire, à reproduire par chaque un.

      #domination ; succès de la #lutte_de_classe (la leur)

    • Finalement, est-il possible de prendre partie pour la démocratie au sens ethymologique et grecque du terme, lorsqu’on appartient à des clubs privés qui maintiennent en place l’#oligarchie ? En effet le nombres de publications et de conférences sur le thème de l’#égalité ("La société des égaux" par exemple) de Pierre Rosanvallon pousse à penser qu’il est défenseur et promoteur de la démocratie, et que ses recherches vont dans ce sens. Mais avec un doute qui peut émerger en arrière fond.

      Lorsqu’on le présente dans les médias, ce qui est drôle c’est qu’on ne restitue pas son parcours académique, le fait qu’il fait partie des universitaires qui se sont rapprochés de l’oligarchie ou de la #synarchie.

      cc @colporteur

      PS : mais la question à se poser est « à qui ses recherches s’adressent véritablement ; quel sont les destinataires du message ? », et la réponse est certainement l’élite et l’oligarchie.

    • Un complément d’info qui répond à sa façon à la question à qui s’adresse cet « expert » (et bien d’autres), à nous tous pour nous coloniser le temps de cerveau disponible et corrompre la réflexion.
      Pierre Rosanvallon, un évangéliste du marché omniprésent dans les médias, Acrimed
      http://www.acrimed.org/Pierre-Rosanvallon-un-evangeliste-du-marche-omnipresent-dans-les-medias

      État, experts, média, telle est la multitudinaire sainte trinité du dieu économie, ou si on préfère, de la #politique_du_capital.

  • Marc Ladreit de Lacharrière, financier et mécène malin | Guillemette Faure (Les Inrocks)
    http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/71824/date/2011-10-27/article/marc-ladreit-de-lacharriere-financier-et-mecene-malin-1

    C’est le patron de Fitch Ratings mais il préfère qu’on parle de sa fondation Culture et Diversité. Depuis quelques mois, il investit à tout-va dans la production de spectacles. Par goût pour la chanson française ? Portrait du très habile Marc Ladreit de Lacharrière. Source : Les Inrocks

  • « Taxez-nous ! » L’Obs publie un appel de seize « super-riches » | Rue89
    http://www.rue89.com/2011/08/23/taxez-nous-lobs-publie-un-appel-de-super-riches-francais-218831

    L’appel est signé Liliane Bettencourt, Franck Riboud, Marc Ladreit de Lacharrière et treize autres « super-riches », et publié par Le Nouvel Observateur. Du beau et riche monde qui, à l’instar du milliardaire Warren Buffett aux Etats-Unis, exigent leur part des « sacrifices ».

    Ben voyons ! Quelques miettes pour éviter l’impôt, ou peut-être même pire, allez savoir par les temps qui courrent. On dirait bien que les riches commencent à faire dans leur culotte. Trop drôle.
    #capitalisme

  • « Taxez-nous ! » L’Obs publie un appel de « super-riches » français | Rue89
    http://www.rue89.com/2011/08/23/taxez-nous-lobs-publie-un-appel-de-super-riches-francais-218831

    « Nous, présidents ou dirigeants d’entreprises, hommes ou femmes d’affaires, financiers, professionnels ou citoyens fortunés, souhaitons l’instauration d’une “contribution exceptionnelle” qui toucherait les contribuables français les plus favorisés »…

    L’appel est signé Liliane Bettencourt, Franck Riboud, Marc Ladreit de Lacharrière et treize autres « super-riches », et publié par Le Nouvel Observateur. Du beau et riche monde qui, à l’instar du milliardaire Warren Buffett aux Etats-Unis, exigent leur part des « sacrifices ».