person:marie curie

  • Abel Prize for #maths awarded to woman for first time
    https://phys.org/news/2019-03-abel-prize-maths-awarded-woman.html

    Of the 607 Nobel prizes in physics, chemistry or medicine between 1901 and 2018, only 19 women were among the awardees, according to the Nobel Prize website. Marie Curie won twice, once for physics and another time for chemistry.

    Only one woman has won the other major international mathematics prize—the Fields Medal—Maryam Mirzakhani of Iran in 2014. She died in 2017.

    #physique #femmes


  • Mes #étoiles_noires

    L’Homme, petit ou grand, a besoin d’étoiles pour se repérer. Il a besoin de modèles pour se construire, bâtir son estime de soi, changer son imaginaire, casser les #préjugés qu’il projette sur lui-même et sur les autres. Dans mon enfance, on m’a montré beau- coup d’étoiles. Je les ai admirées, j’en ai rêvé : Socrate, Baudelaire, Einstein, Marie Curie, le général de Gaulle, Mère Teresa… Mais des étoiles noires, personne ne m’en a jamais parlé. Les murs des classes étaient blancs, les pages des livres d’histoire étaient blanches.
    J’ignorais tout de l’histoire de mes propres ancêtres. Seul l’esclavage était mentionné. L’histoire des Noirs, ainsi présentée, n’était qu’une vallée d’armes et de larmes.

    Pouvez-vous me citer un scientifique noir ?
    Un explorateur noir ?
    Un philosophe noir ?
    Un pharaon noir ?
    Si vous ne le savez pas, quelle que soit la couleur de votre peau, ce livre est pour vous. Car la meilleure façon de lutter contre le racisme et l’intolérance, c’est d’enrichir nos connaissances et nos #imaginaires.

    Ces portraits de femmes et d’hommes sont le fruit de mes lectures et de mes entretiens avec des spécialistes et des historiens. De Lucy à Barack Obama, en passant par Ésope, Dona Béatrice, Pouchkine, Anne Zin- gha, Aimé Césaire, Martin Luther King et bien d’autres encore, ces étoiles m’ont permis d’éviter la victimisation, d’être capable de croire en l’Homme, et surtout d’avoir confiance en moi.


    https://www.thuram.org/mes-etoiles-noires-une-coedition-solidaire-le-livre-equitable-disponible-en-

    #livre #historicisation #Noirs #invisibilisation #invisibilité #racisme #Lilian_Thuram #Thuram

    ps. il y a de très beau portraits des personnes noires mentionnées dans le livre... des dessins. Je vais essayer de faire quelques photos et les poster ici...


  • Cécile BOST : "Les surdoués au prisme de la norme", (1 dec. 2017) - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=111&v=5nKTWWTTn-0

    Cécile Bost est diplômée de l’IEP Paris, laboratoire de santé publique EA 3279, hôpital La Timone, Marseille, écrivain et bloggeuse sur le surdon adulte (www.talentidifferent.com)

    Dans le cadre du séminaire : « Sociétés et êtres d’exception (2017-2018). Approche interdisciplinaire et de sciences participatives » (dédié à Tchicaya U Tam’ Si). Voir le lien suivant : http://www.academia.edu/33762251/S%C3%A9minaire_Ethnologie_et_Arch%C3%A9ologies_ann%C3%A9e_universitaire_20

    Cette chaîne YouTube est un projet de l’Association d’ethnologie de l’université de Strasbourg (association étudiante) qui vise à partager au maximum les événements scientifiques liés à l’ethnologie. Nous remercions chaleureusement Christophe Lorenzi pour les enregistrements.

    Le séminaire ethnologie et archéologies (2017-2018) est organisé avec le concours de l’Institut d’ethnologie et la faculté des sciences sociales de l’université de Strasbourg ; laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363 CNRS & Unistra) ; laboratoire Dynamiques européennes (DynamE UMR 7367 CNRS & Unistra) ; Institut de recherche pour le développement et GRED (Gouvernance, risque, environnement, développement, UMR IRD & université Paul Valéry-Montpellier 3) ; Centre de recherche sur la paléobiodiversité et les paléoenvironnements (CR2P, UMR 7207 CNRS, Muséum national d’Histoire naturelle, Université Paris 6, Sorbonne universités) ; Maison interuniversitaire des sciences de l’Homme en Alsace (MISHA).

    Coordinateurs Pierre Le Roux, professeur d’ethnologie, Institut d’ethnologie, université de Strasbourg, laboratoire SAGE (Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe, UMR 7363 CNRS & Unistra), (Strasbourg) Roger Somé, professeur d’ethnologie, Institut d’ethnologie, université de Strasbourg, laboratoire DynamE (Dynamiques européennes, UMR 7367 CNRS & Unistra), (Strasbourg).
    Comité d’organisation Pierre Le Roux, professeur d’ethnologie, Institut d’ethnologie, université de Strasbourg, laboratoire SAGE (Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe, UMR 7363 CNRS & Unistra), (Strasbourg) Bernard Moizo, anthropologue, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement, directeur du GRED (Gouvernance, risque, environnement, développement, UMR IRD & université Paul Valéry-Montpellier 3), (Montpellier). Roger Somé, professeur d’ethnologie, Institut d’ethnologie, université de Strasbourg, laboratoire DynamE (Dynamiques européennes, UMR 7367 CNRS & Unistra), (Strasbourg) Valéry Zeitoun, paléoanthropologue, directeur de recherche au CNRS, membre du Centre de recherche sur la paléobiodiversité et les paléoenvironnements (CR2P, UMR 7207 CNRS & Muséum national d’Histoire naturelle, Université Paris 6, Sorbonne universités, Université Pierre et Marie Curie), (Paris).

    #surdoué·es #passionnant #anormalité #santé_mentale

    (pas encore dépassée le stade de la testostérone)


  • Dans l’Utah, la bataille pour protéger le sommet Bears Ears, en territoire navajo

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/06/12/dans-l-utah-la-bataille-pour-proteger-bears-ears_5313295_3244.html

    Pour satisfaire les éleveurs locaux et l’industrie minière, Donald Trump a réduit de 85 % la zone protégée créée par Barack Obama à la demande des tribus indiennes.

    Difficile, quand on arrive dans le comté de San Juan, dans le sud-est de l’Utah, de ne pas songer à un scénario de western. D’un côté, les ranchers, mormons arrivés à la fin du XIXe siècle. De l’autre, les Indiens, héritiers des Pueblos qui peuplent le plateau du Colorado depuis plus d’un millénaire. Alliés modernes des tribus : les défenseurs de l’environnement. Ils sont détestés, selon un sondage, par 61 % des premiers.

    Décor ? L’Ouest américain mythologique, le paysage de canyons rouges immortalisé par John Wayne et John Ford. La région de Bears Ears compte l’une des plus grandes concentrations du monde de trésors archéologiques – à peine enfouis dans le sable – et de fossiles. En 2016, le paléontologue Robert Gay y a découvert des centaines d’os de phytosaures datant de quelque 220 millions d’années.

    Hors de l’Utah, personne n’avait entendu parler de Bears Ears jusqu’à ce que Barack Obama en fasse, en décembre 2016, un monument national (deuxième catégorie, dans la nomenclature des espaces protégés, derrière les parcs nationaux). Et que Donald Trump, à son habitude, s’empresse de défaire ce que son prédécesseur avait fait. Aujourd’hui, les visiteurs se bousculent pour apercevoir le sommet reconnaissable à ses deux buttes en forme d’oreilles d’ours (l’une à 2 721 m d’altitude, l’autre à 2 760 m). Les défenseurs de l’environnement s’installent, les journalistes accourent.

    Le « monument » est devenu l’enjeu d’une bataille majeure : entre « Anglos » et Amérindiens, entre éleveurs et écologistes, entre secteur du plein air et compagnies minières. Un affrontement qui pourrait aussi redéfinir l’Antiquities Act, la loi de 1906 sur les antiquités qui permet au président des Etats-Unis de protéger des régions dotées d’une richesse culturelle ou scientifique exceptionnelle.

    Six mois après la décision de Donald Trump, les tensions restent vives entre opposants et partisans du monument. Les écologistes trouvent leurs pneus lacérés. Les ranchers se disent harcelés dès qu’ils mettent le nez dehors, par exemple dans les canyons, avec leurs quads tout-terrain. « Le comté est poursuivi en justice trois fois par an », soupire l’élu républicain Phil Lyman. En 2014, lorsque les défenseurs de la nature ont obtenu l’interdiction des véhicules à moteur dans le Recapture Canyon, Phil Lyman y a conduit une armada d’une centaine de 4x4. La reconquête a tourné court. L’élu a été envoyé dix jours en prison au pénitencier de Purgatory, à 500 kilomètres de là.

    « Welcome home »

    La bataille de Bears Ears couve depuis des années. Depuis ce matin de 2009 où 140 agents fédéraux ont perquisitionné 26 domiciles dans le cours d’une enquête sur le vol d’objets indiens sacrés (ce que les locaux considéraient jusque-là comme un passe-temps sans conséquence : le « pot hunting » ou chasse aux poteries). L’investigation a connu des développements tragiques – deux figures du comté se sont suicidées. Et elle a créé des antagonismes majeurs. L’hostilité au gouvernement fédéral a gagné le fief mormon. La nécessité de protéger officiellement leur passé est apparue clairement aux Navajo.

    La première manche a été remportée par les tribus. En l’occurrence, le conseil intertribal des Navajo, Hopi, Zuni, Mountain Ute et Indian Ute, lorsque Barack Obama a protégé plus de 546 000 hectares, interdisant tout nouveau projet d’extraction minière ou pétrolière. Une victoire historique. Non seulement les Indiens avaient réussi à se mettre d’accord, surmontant leurs animosités ancestrales (les Hopi, dont le territoire est encerclé par la réserve des Navajo, ne leur ont jamais pardonné. Les Navajo, eux, en veulent encore aux Ute d’avoir accepté d’être recrutés par l’armée américaine pour les surveiller) ; mais ils avaient obtenu de Barack Obama une forme de reconnaissance. Ils seraient associés, consultés.

    « Et non pas à la manière habituelle, à savoir : le gouvernement informe les Indiens de ce qu’il compte faire », résume Alexander Tallchief Skibine, professeur à l’université de l’Utah et éminent spécialiste de droit indien. Cette fois, les agences fédérales seraient tenues de prendre en compte les recommandations formulées par les tribus, incluant le « savoir traditionnel ».

    « C’était historique, poursuit le professeur Skibine. Une reconnaissance du fait que les Indiens font partie de l’histoire de ces terres. Alors que souvent, avant la création d’un parc national, ils étaient écartés ; il fallait que la vision présentée soit juste, la vision de terres sauvages non peuplées. »

    Malcolm Lehi, du conseil tribal des Mountain Ute, était présent ce jour d’avril 2015, quand Mark Maryboy, le chef des Navajo, a accueilli les autres nations d’un « Welcome home », qui a tiré des larmes à plus d’un participant. Lui aussi le dit : « C’était historique. » En accueillant les autres tribus « à la maison », Mark Maryboy reconnaissait que les Hopi et les Zuni étaient installés dans la région avant les Navajo. Bears Ears est une montagne sacrée, « C’est là où on va prier pour vous tous », décrit Butch Russell, le medecine man des Mountain Ute.

    SI LES NAVAJO ONT – POUR L’INSTANT – « PERDU » BEARS EARS, LEUR MONTÉE EN PUISSANCE EST RÉELLE

    Mais le « grand » Bears Ears n’a pas duré longtemps. Le 4 décembre 2017, Donald Trump, pressé par les élus républicains de l’Utah, a réduit la taille du monument de 85 %. Courriels officiels à l’appui, le New York Times a montré que le ministère de l’intérieur avait travaillé en liaison avec l’industrie pétrolière et minière. Résultat : un tracé savamment découpé selon les desiderata des exploitants. Ici, le pétrole ; là, l’uranium, à la satisfaction de la compagnie canadienne Energy Fuels Resources, qui possède l’unique usine de concentration d’uranium des Etats-Unis. Elle se trouve à 3 kilomètres de la réserve des Mountain Ute. A l’entrée, une pancarte se veut rassurante : aucun incident n’a été enregistré « depuis 517 751 heures ».

    Phil Lyman, 53 ans, est le héros local de la rébellion antimonument. Ancien missionnaire mormon en Afrique du Sud, il reçoit dans son cabinet d’expert-comptable, au milieu des chèques du trésor public et des cartes topographiques. Son arrière-grand-père est arrivé avec la fameuse expédition dite du « Hole in the rock », le « trou » dans la montagne où a réussi à se glisser, en 1880, un convoi de 250 colons et 1 000 têtes de bétail, envoyés par l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours pour convertir les populations indigènes du sud de l’Utah. Après l’or, c’est l’uranium qui a fait les beaux jours du comté. « On l’expédiait à Marie Curie », se flatte-t-il.

    500 mines abandonnées

    Au nom de cette légitimité historique, Phil Lyman dénonce la prétention des tribus à vouloir soustraire à l’industrie une zone aussi vaste. Le comté avait commencé à négocier avec les élus indiens sur une zone plus réduite, explique-t-il. Mais les mouvements environnementaux sont arrivés et, avec eux, les géants des sports de plein air. « Ils ont mis 30 millions de dollars sur la table, accuse-t-il. Aucune de ces personnes n’est d’ici. Et elles prétendent être les sauveurs des Navajo. »

    Qui remportera la prochaine bataille ? Trois plaintes ont été déposées contre le président Trump, décrit Steve Bloch, le juriste de l’association Southern Utah Wilderness Alliance. Elles réunissent les tribus, les écologistes et la compagnie de vêtements de sport Patagonia. Même la Société américaine de paléontologie vertébrée s’est portée en justice. Le site de la découverte de Robert Gay n’est plus dans les limites du nouveau monument : il est vrai que la formation de Chinle, où se trouvent les fossiles, recèle aussi de l’uranium.

    Bears Ears est devenu « monument national » en 2016.
    Sans attendre la décision de la juge fédérale chargée du dossier à Washington, l’administration Trump a ouvert les zones contestées à l’exploitation du sous-sol. Aucun rush n’a été enregistré pour l’instant sur les hydrocarbures (la dernière ouverture de puits remonte à 1984). Quant à l’uranium, « le cours, heureusement, est au plus bas », souligne Alastair Lee Bitsoi, de l’association Utah Dine Bikeyah (Protect Bears Ears), fondée en 2012 pour la sauvegarde de la culture navajo (et financée par Patagonia). Les Navajo sont particulièrement sensibles à la question : plus de 500 mines abandonnées se trouvent sur leurs terres ou à proximité. Des puits sont toujours contaminés.

    « Bears Ears-Disneyland »

    Byron Clarke, 39 ans, est le directeur du système de santé navajo de l’Utah, un ensemble de quatre cliniques qui servent 13 000 patients. Petit-fils de medicine man, fils d’une enseignante et traductrice navajo et d’un professeur de Virginie, le juriste comprend mieux que quiconque les contradictions locales. En tant qu’Amérindien, il apprécie la signification historique de l’accord avec l’Etat fédéral.

    En tant que chasseur à l’arc, qui fabrique lui-même ses flèches avec le cèdre traditionnel, il est opposé au classement de Bears Ears. Il craint que les lieux sacrés, les tombes des ancêtres où les Navajo, par respect, ne pénètrent pas, ne deviennent un « Bears Ears-Disneyland » envahi de visiteurs à sacs à dos et VTT. C’est le modèle prôné par le secteur des activités de plein air, un mammouth en pleine expansion qui a généré 374 milliards de dollars de retombées en 2016, selon le Bureau des analyses économiques, soit 2 % du PIB.

    Si les Navajo ont – pour l’instant – « perdu » Bears Ears, leur montée en puissance est réelle. A la grande déconvenue de Phil Lyman, un juge fédéral, qui avait été saisi par la tribu pour discrimination, vient d’ordonner un nouveau redécoupage électoral. Lors des élections américaines de novembre 2018, le rapport de forces devrait s’inverser dans le comté de San Juan. Jusqu’à présent, deux des trois élus de la commission du comté étaient des Blancs, alors que les Navajo représentent plus de 50 % de la population. Pour la première fois, les « Anglos » risquent de perdre la majorité. Mais rien n’est joué. Un assesseur conteste les titres de créances du candidat navajo, qui risque d’être disqualifié. Au pied de Bears Ears, la bataille est loin d’être terminée…


  • Tiens, Le Monde dans son portfolio people du #RoyalWedding (il fallait bien que quelqu’un·e mentionne ce hashtag sur seenthis) présente les #femmes en premières et leurs époux ensuite. Sacrée évolution quand même.
    https://www.lemonde.fr/europe/portfolio/2018/05/19/l-ambiance-monte-a-windsor-a-quelques-heures-du-mariage-princier_5301672_321


    L’avocate Amal Clooney, et son mari, acteur, George.


    La créatrice de mode Victoria Beckham et son mari, l’ex-footballeur David Beckham, font partie des invités.

    • Certes. Mais le problème n’aurait pas vraiment été résolu par la mention de leur nom de femme non mariée dans ce cas, puisque, outre le fait qu’elles-mêmes n’utilisent plus cette identité et ne souhaitent peut-être pas la voir employée contre leur gré, il aurait été le nom de leur père, qui serait venu de celui du père de leur père, qui aurait été hérité du père de leur père de leur père... Je ne sais pas jusqu’où il faut remonter pour obtenir un nom de femme qui ne soit pas celui d’un homme. En attendant, nommer les femmes en tant que telles, c’est un début. Tout comme je me refuse à écrire « Pierre et Marie Curie », pour choisir, malgré l’agacement des correctrices et correcteurs, « Marie Curie et Pierre Curie ».

    • « Marie Curie et Pierre » aurais écrit le monde pour chroniqué leur venue à la grande fête patriarcale des milliardaires britanniques. J’avoue que j’ai pas ton enthousiasme sur cette mention des femmes en premier, ca me fait plus pensé à de la galanterie, les femmes d’abord. Pour les noms le fait que les femmes prennent le nom de leur conjoint et très rarement l’inverse m’horripile (à part quant l’homme porte un nom difficile et que ca l’arrange d’en changer pour en tirer un bénéfice sociale et/ou économique). A mes yeux à partir du moment ou une femme tranmet son nom, ca deviens un matronyme, meme si avant c’était un patronyme. Si ce n’était pas un symbole important les hommes ne s’y attacheraient pas.

    • Oh, de l’enthousiasme c’est beaucoup dire : je note simplement que c’est une vraie évolution, qui pour moi ne tient pas de la galanterie, parce qu’elle représente précisément un renversement des règles aristocratiques dans lesquelles la femme n’est que l’ornement de son époux. Cela change de « Monsieur George Clooney, acteur, et Madame », tel qu’on l’aurait trouvé selon le protocole usuel. Mais, on est bien d’accord, ça ne change strictement rien à l’artistocratie, à l’existence d’un protocole, au mariage, ni à bien d’autres choses.
      Que les femmes transmettent leur nom, c’est une évolution bien plus profonde, oui, et très importante, même si elle revient à la transmission maternelle de ce qui demeure, pour la première génération qui le fait, un patronyme multi-séculaire.
      Il faudrait que nous inventions nos noms pour nous défaire de tout cela. Cette magnifique pratique indienne, d’être nommé·e ou de se nommer en fonction d’un talent ou d’une caractéristique chère à chaque personne...


  • Exposition : Camille Henrot, élève trop appliquée
    http://www.lemonde.fr/arts/article/2017/12/21/exposition-camille-henrot-eleve-trop-appliquee_5232712_1655012.html

    « Elève sérieuse, curieuse, mais trop appliquée. A tendance à se reposer sur ses lauriers. »

    En 2013, Philippe Parreno avait inauguré ces espaces avec une ­envoûtante valse mélancolique. En 2016, Tino Sehgal avait vidé complètement les lieux pour y lancer ses performeurs dans une succession de scènes qui laissèrent peu de visiteurs indifférents. Plutôt que des expositions, ils avaient imaginé de véritables mises en scène. Camille Henrot s’est contentée d’une scénographie. Efficace, mais sans souffle.

    On ne saurait nier le talent de la lauréate du Lion d’argent de la Biennale de Venise 2013, en pleine ascension depuis qu’elle s’est installée à New York, il y a quelques années, séduisant de puissantes galeries, de celle du Parisien Kamel Mennour à Metro Pictures. Mais il semble s’être épuisé à force de succès.

    J’ai pas d’avis sur le travail de cette artiste que je ne connais pas. J’archive ca car on voie bien que le problème d’une femme artiste quant on ne sais pas quoi lui reprocher on dit qu’elle est scolaire. Est-ce qu’il y a des hommes artistes à qui on fait ce reproche d’étre scolaire ? J’ai pas l’impression. Par contre un phallophore qui te diffuse une valse et là c’est l’envoûtement total !
    #sexisme



  • Marie Curie 1867-1934

    La vie entière de Marie Curie est consacrée à la science et son parcours est celui d’une pionnière. Après avoir découvert, avec Pierre Curie, deux nouveaux éléments chimiques radioactifs (1898), elle est la première femme à obtenir un poste de professeur à la Faculté des Sciences de Paris (1908) et, deux fois lauréate du prix Nobel (1903 et 1911), elle siège aux Conseils de Physique Solvay (1911-1933). Elle est aussi la première femme à devenir membre de l’Académie de médecine (1922).

    Cette exposition virtuelle créée par le Musée Curie, en évoquant sa vie et son œuvre scientifique, donne à redécouvrir un pan majeur de l’histoire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

    https://explore.univ-psl.fr/fr/exposition-virtuelle/marie-curie-1867-1934-0
    #exposition_virtuelle

    Et pour une petite question #genre... n’oublions pas qu’elle s’appelle :
    #Marie_Skłodowska-Curie, mais que systématiquement son nom d’avant le mariage n’est pas mentionné...

    via @ville_en



  • Marie Curie, la pionnière aux deux Nobel
    https://lejournal.cnrs.fr/billets/marie-curie-la-pionniere-aux-deux-nobel

    Il y a tout juste 150 ans, le 7 novembre 1867, naissait Marie Curie. Alors que de nombreux événements sont prévus cette année pour célébrer cette scientifique de génie, dont une grande exposition au Panthéon, l’historien Denis Guthleben revient sur son parcours marqué, entre autres, par l’obtention de deux prix Nobel dans des disciplines différentes.


  • LA BALADE NATIONALE - Éditions La Découverte
    Sylvain Venayre, Étienne Davodeau
    http://editionsladecouverte.fr/Histoiredessineedelafrance

    Premier tome d’une Histoire dessinée de la France prévue en 20 tomes

    Jeanne d’Arc, Molière, Marie Curie, l’historien Jules Michelet et le général républicain Alexandre Dumas dérobent sur l’île d’Yeu le cercueil du maréchal Pétain, embarquant son occupant dans une folle équipée à travers la France. Chemin faisant, ils croisent de nombreux habitants, un réfugié politique, le Soldat inconnu et, peut-être, Vercingétorix.

    Passant par Carnac, Calais, Paris, Reims, les bords du Rhin, Solutré, les Alpes, Marseille, Carcassonne, Lascaux et le plateau de Gergovie, leur voyage renouvelle le genre du tableau géographique. Il leur permet aussi de réfléchir au problème posé par les origines de la France. Car si les grottes ornées, la sédentarisation néolithique, la civilisation gauloise, les colonies grecques, la conquête romaine, le baptême de Clovis et bien d’autres faits historiques peuvent constituer des origines, ce n’est que par un coup de force idéologique.

    voilà qui devrait plaire à @biggrizzly
    lecture très plaisante

    • En ces temps troublés, l’histoire de notre pays fait l’objet de tous les fantasmes passéistes et de toutes les récupérations politiques. Loin, très loin de ces tentatives de réhabilitation à grands coups de menton du « grand roman » national, La Revue Dessinée et les Éditions La Découverte se sont associées pour créer ce projet d’Histoire dessinée de la France, des origines à nos jours. L’ambition de cette collection est simple : présenter un nouveau visage de l’histoire de France, en associant les meilleurs historiens français aux plus talentueux auteurs de bande dessinée.
      Réalisé par un tandem historien-dessinateur, chaque volume présente une période de l’histoire de la France à jour des connaissances et des débats historiographiques les plus contemporains, à rebours des légendes nationales comme des images d’Épinal. L’écriture de l’historien et le geste du dessinateur se conjuguent pour offrir une vision à la fois dense, originale, et décapante de notre histoire. Un regard croisé, à chaque fois singulier et créatif, qui propose un traitement graphique renouvelé de la période.

      Hugues Jallon, éditions la découverte & Franck Bourgeron, la revue dessinée

      https://www.youtube.com/watch?v=IJ9z8FeUJRA

    • L’Enquête Gauloise, de Massilia à Jules César – Éditions La Découverte
      Jean-Louis Brunaux, Nicoby
      http://editionsladecouverte.fr/Histoiredessineedelafrance

      Les Gaulois comme on ne les a jamais vus : par les yeux des deux auteurs mais aussi de César, de Cicéron, du philosophe grec Poseidonios d’Apamée et du druide Diviciac, convoqués pour nous parler de la Gaule qu’ils ont connue.

      Ce livre explique et corrige nos idées reçues sur les Gaulois. César et Poseidonios, représentants respectifs de la Grèce et de Rome s’affrontent sur l’influence considérable que leurs pays auraient exercée sur les Gaulois. On apprendra ainsi ce que les « civilisés » doivent aussi aux « barbares » : de multiples inventions, telles que le tonneau, le matelas de laine, le pantalon, la capuche, le savon, le dentifrice, des armes et des techniques de combat (la tortue), etc.

      Souvent le voyage prend l’allure d’une enquête visuelle dans le domaine de la religion, dans le monde la guerre et dans l’histoire mouvementée des Gaulois avec leurs voisins sur toutes les rives de la Méditerranée. L’image montre aussi bien les croyances religieuses et funéraires que l’intérieur, voire l’intimité, d’une grande exploitation agricole ou que la vie agitée des hommes politiques dans leurs assemblées.

      Nettement moins convaincu par ce deuxième tome. Le « scénario » ne surprend guère quand on a déjà lu les œuvres de l’historien et l’intérêt n’est pas soutenu par la forme : essentiellement, sur 6 des 7 chapitres, un dialogue maître-élève entre l’auteur et le dessinateur ou entre Cicéron et Diviciac.

      Une petite cerise : retranscription erronée du nom du site affiché sur le panneau, lorsque les protagonistes arrivent à Gournay-sur-Aronde :-(


  • Ecriture inclusive : « La langue façonne-t-elle les mentalités ou les mentalités façonnent-elles la langue ? » (une heure filmée, not bad)
    http://lemonde.fr/societe/article/2017/10/12/en-direct-qu-est-ce-que-l-ecriture-inclusive_5200044_3224.html

    Ses fervents défenseurs y voient une manière de respecter l’égalité entre les sexes. Ses opposants, eux, lui reprochent d’appauvrir la langue, de la rendre illisible. Depuis mars dernier et la parution d’un manuel scolaire aux éditions Hatier, l’écriture inclusive est revenue au centre de discussions entre linguistes et politiques et divise l’opinion, notamment sur les réseaux sociaux. Pourtant, si le débat s’est souvent concentré sur le « point médian », lequel permet l’emploi du masculin et du féminin dans un même mot, l’écriture inclusive repose sur d’autres principes, qui ouvrent un débat plus large : notre langage façonne-t-il le monde ou le monde façonne-t-il notre langage ?
    Richard Herlin, correcteur au Monde et coanimateur du compte Twitter@LeMonde_correct, a fait le point sur ce type d’écriture (...).

    Prêt.e.s. pour l’écriture inclusive ?
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/13/pret-e-s-pour-l-ecriture-inclusive_5200180_3232.html

    Sophie Le Callennec, professeure d’histoire-géographie, ne s’y attendait pas. Son nouvel ouvrage Questionner le monde (Hatier, 160 pages, 13,90 euros), destiné au cours élémentaire (CE2), a été éreinté à la rentrée dans plusieurs journaux, émissions et sites qui lui reprochent de féminiser les métiers et la syntaxe, et de pratiquer « l’écriture ­inclusive » – c’est-à-dire incluant des ­signes graphiques permettant de ­visualiser la présence des femmes.

    Le Figaro du 6 octobre a dénoncé en « une » un « délire » et parlé de « charabia ». Le collectif La Manif pour tous Paris a publié, le 25 septembre, un tweet féroce : « Après avoir tout détruit, les pédagogos tentèrent des expériences sur nos enfants… »

    Le 26 septembre, sur Europe 1, le philosophe Raphaël Enthoven avait pour sa part pourfendu une « agression de la syntaxe par l’égalitarisme » et une « novlangue » ­digne du roman 1984 : « Partant du principe qu’on pense comme on parle, c’est le cerveau qu’on vous lave quand on vous purge la langue. »

    Quid de l’apprentissage du français ?
    Ouvrons Questionner le monde… ­Didactique, illustré, l’ouvrage explique avec clarté, à travers des définitions courtes, des questionnements et des exercices, les attendus du programme du CE2 : initiation à l’histoire, à la géographie et au monde du vivant.
    Sophie Le Callennec le reconnaît, elle a pris soin de « respecter l’égalité de traitement entre les genres » pour répondre à la volonté de l’éducation nationale de développer un « enseignement moral et civique » qui soit « non sexiste ». Elle a donc « équilibré le nombre d’hommes et de femmes », écarté les « clichés sur les métiers masculins et féminins » et utilisé l’écriture inclusive.
    On croise ainsi dans le manuel Jeanne d’Arc et Marie Curie ; on voit des filles faisant du judo ; on signale l’existence des suffragettes et des « député.e.s » ; on feuillette des pages titrées « Les artisan.e.s » ou « Les savant.e.s au fil du temps » pour rappeler que les femmes travaillaient aussi.
    Si cette approche égalitaire peut être louable dans son intention, on éprouve une gêne à la lecture de certains passages
    Pourtant, si cette approche égalitaire peut être louable dans son intention, on éprouve une gêne à la lecture de certains passages. On trouve, par exemple, dans une « boîte à mots » destinée à enrichir le vocabulaire des élèves cette définition : « Un.e paysan.ne : un.e agriculteur.rice qui vit simplement ». Comment prononcer une telle phrase ? Ne va-t-elle pas compliquer l’apprentissage du français pour des enfants de 8 ans ?
    Sophie Le Callennec se défend. Pour écrire son manuel, à la demande de l’éditeur, elle a tenu compte des recommandations du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes publiées, en novembre 2015, dans un Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe.
    Il préconise dix règles, parmi lesquelles la féminisation des métiers, des titres et des grades (« madame la présidente »…), l’usage du féminin et du masculin dans les messages publics (« les électeurs et les électrices » plutôt que « les électeurs »…), l’utilisation du neutre dès que possible (« on », « le corps professoral »…), et de pratiquer des inclusions pour rappeler la présence sous-jacente des femmes (« les avocat.e.s »…).

    L’Académie française inquiète
    « Agriculteur.rice » s’explique par cette raison. L’écriture inclusive autorise de nouvelles formes d’abréviation. « Au lieu de répéter à chaque fois “les agriculteurs et les agricultrices”, explique Sophie Le Callennec, nous abrégeons. »
    Certaines expressions peuvent dérouter, admet-elle, tout en ­estimant qu’elles deviendront un jour naturelles : « Des journaux comme Les Inrockuptibles, de nombreuses associations, les textes officiels, les utilisent de plus en plus. Nous allons nous habituer, la langue va évoluer. Aujourd’hui, dire “une magistrate” ne dérange plus grand monde, demain on acceptera “magistrat.e.s”. »
    Cela inquiète l’Académie française. Dans un texte d’octobre 2014 intitulé « La féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres », elle rappelle qu’elle rejette tout « esprit de système » tendant à féminiser les professions, et qu’il existe en français un « genre marqué », le féminin, et un « genre non marqué », le masculin – à valeur générique.
    Voilà pourquoi, explique-t-elle dans ses « Questions de langue », où elle traite en ligne des litiges linguistiques, l’expression « groupe d’étudiants » – et non « d’étudiant.e.s » – peut désigner une réunion d’hommes et de femmes : elle n’est pas privative, comme l’est un « groupe d’étudiantes ». L’Académie ajoute qu’il est « redondant » d’écrire à chaque fois « les électeurs et les électrices », quand « les électeurs » suffit. Pour les mêmes raisons, l’écriture inclusive est inutile.

    Supériorité masculine
    L’Académie estime qu’une phrase comme « Les électeurs/électrices du boulevard Voltaire sont appelé(e)s à ­voter dans le bureau 14 » ne tient pas compte du genre marqué, alourdit la syntaxe et contrevient à « la règle traditionnelle de l’accord au pluriel » qui veut que le masculin l’emporte sur le féminin.
    Elle avance qu’une telle pratique « pourrait aboutir à de nombreuses ­incohérences linguistiques » – c’est ce qu’entend montrer cette version ­moqueuse de la fable Le Corbeau et le ­Renard qui circule sur le Net : « Maître.sse Corbe.au.lle sur un arbre perché.e. Tenait en son bec un fromage. Maître.sse Renard.e par l’odeur alléché.e… »
    Professeure émérite de littérature de la Renaissance, Eliane Viennot a dirigé l’ouvrage L’Académie contre la langue française (iXe, 2016), cosigné par plusieurs linguistes et sémiologues. Leur thèse : l’Académie nous trompe, le ­français n’a pas toujours valorisé la prédominance du masculin.
    « Jusqu’au XVIIe siècle, les noms des métiers et des dignités exercées par des femmes étaient au féminin », rappelle Eliane Viennot. On disait alors « charpentière », « prévôte » ou « moissonneuse ». La règle d’accord de proximité voulant que le dernier mot l’emporte, et non le masculin, était courante. Mais elle a finalement été ­remise en cause puis abolie par l’Académie au nom de la supériorité masculine. En 1651, le grammairien Scipion Dupleix, « conseiller du Roy », édicte : « Parce que le genre masculin est le plus noble, il prévaut seul contre deux ou plusieurs féminins. »

    Nombreux litiges
    « Depuis, alors que la société a changé, l’Académie résiste, et l’effacement du ­féminin continue. Elle voudrait qu’on dise “le juge est en congé maternité” ! », assure Eliane Viennot.
    Elle défend donc le retour à la féminisation des métiers, mais aussi un « usage restreint de l’écriture inclusive, au plus près de la langue. Je m’élève contre “agriculteur.rice” par exemple, le mot est trop compliqué. Il faut utiliser le point pour féminiser les terminaisons simples, et une seule fois. » Mais pour l’instant, plusieurs formes d’inclusion cohabitent, au risque d’y perdre son latin.
    Chez Act Up, par exemple, on utilise le E majuscule. On écrit : « SéropositifVEs et maladEs du sida, nous sommes de plus en plus nombreuxSES ». Jacques Pisarik, le cosecrétaire général de l’association, défend ce choix : « Nous avons utilisé le E majuscule pour prévenir que les femmes n’étaient pas à l’abri de l’épidémie. » Il reconnaît toutefois que cette féminisation ne va pas toujours de soi : « Nous nous sommes retrouvé.e.s avec des mots difficiles comme “sans-papièrEs” ! »
    De nombreux litiges subsistent sur les usages, comme le montre le docteur ès lettres de l’université de ­Genève Daniel Elmiger dans son article « Binarité du genre grammatical - binarité des écritures ? » (Mots. Ecrire le genre, 2017, n° 113). Faut-il utiliser le point, le point milieu, à mi-hauteur, ou le point médian, plus gras : c’est-à-dire écrire « les salarié.e.s », « les salarié·e·s » ou « les salarié.e.s » ? Certain.e.s utilisent la barre oblique (« / »), le trait d’union (« - ») ou la parenthèse au lieu du point, ce qui donne, au choix : ­élu/e/s, élu-e-s, élu-es, élu(e)s.
    Des linguistes soulignent une autre difficulté : « Au niveau textuel, les protocoles rédactionnels de féminisation sont plus retors encore : que faire des reprises pronominales (il/elle/s, ils/elles) ? des déterminants au singulier (le/la professeur) ? » La critique d’art Elisabeth Lebovici, qui a rédigé un essai ­entier en inclusif, Ce que le sida m’a fait (JRP Ringier, 320 pages, 19,50 euros), soulève la question des personnes qui ne se reconnaissent dans aucun genre : elle préconise d’utiliser alors les pronoms « iel » ou « ille » – au pluriel « iels » ou « illes ».

    Une « histoire de fous ! »
    Que pensent de l’écriture inclusive des écrivaines réputées pour leur style ? Nous avons posé la question à Catherine Millet et Cécile Guilbert.
    La première parle d’une « histoire de fous ! » : « Ils nous disent que le langage nous affecte inconsciemment, et qu’il faut le changer. Je dis : ne touchez pas à mon inconscient ! » A propos des inclusions dans les mots : « J’ai essayé d’en prononcer certains. C’est infernal ! La dictée devient impossible. Ce n’est pas un langage oral, or l’oralité vient avant l’écriture. » Sur les clichés et les mots ­féminins : « Allez savoir pourquoi certains mots sont ­féminins ou masculins ? Vous croyez qu’on dit “tablette” parce que c’est un petit ordinateur, donc elle est au féminin ? Et la loi, alors, pourquoi est-elle ­féminine ? »
    Pour Catherine Millet, quelques noms de métiers ­féminisés resteront peut-être, mais elle ne croit pas aux « directives linguistiques » : « Le langage se renouvelle à l’usage. Il tranchera. Cela ne se fait pas de manière autoritaire ! »
    Cécile Guilbert estime aussi que des règles imposées sont absurdes parce que la langue évolue d’elle-même, en liberté, mais aussi grâce aux écrivain.e.s. « Ce que perdent de vue les féministes à front de bœuf, les technocrates, les ­apprentis sorciers (sorry, je devrais écrire “sorcie.è.res”) du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, c’est que si le langage est l’affaire de tous, en tant qu’instrument de communication, la langue est celle de quelques-uns. En l’occurrence des écrivains qui – comme l’a écrit magistralement Proust pour ­ définir la littérature – écrivent “dans une sorte de langue étrangère” : manière de dire qu’ils s’en emparent et peuvent lui faire tout ce qu’ils veulent du moment qu’ils la font jouir. »
    Que répond Eliane Viennot à ces critiques ? « Pas de faux procès, nous ne voulons rien imposer en littérature ! Nous parlons des sciences humaines, des textes officiels, scolaires ou journalistiques, qui cherchent l’exactitude. Pour éviter la cacophonie, il faut établir des conventions, elles sont en cours d’élaboration, nous sommes encore en phase d’expérimentation… » Jusqu’où celle-ci ira-t-elle ? Catherine Millet nous met en garde : « Attention aux nouvelles “Précieuses ridicules” ! »

    #Écriture_inclusive #point_médian


  • A l’ombre des centrales nucléaires (1) : L’aventure de l’atome, un avenir radieux
    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/lombre-des-centrales-nucleaires-1-laventure-de-latome-un-avenir

    Comment la France est-elle devenue le pays le plus nucléarisé du monde ?

    Avec la découverte des rayons X et des qualités phosphorescentes du radium, dès le début du XXe siècle on utilise la radioactivité pour fabriquer onguents, médicaments et cosmétiques, et même du camembert ! Pierre et Marie Curie obtiendront tous deux le Prix Nobel de physique en 1903, et Marie Curie un second prix Nobel de chimie en 1911.

    Il n’y a pas que les crèmes. Il y avait tout un tas de produits de toutes natures : du chocolat radioactif, des pâtes alimentaires radioactives, du coton, etc. Cécile Raynal

    Dès 1937, le radium est inscrit comme poison dans la pharmacopée, et donc on interdit l’utilisation du radium dans les produits de beauté. Claude Huynh

    Ce n’est qu’en comprenant les pouvoirs destructeurs de la fission de l’atome qu’il sera utilisé comme arme, puis comme générateur d’électricité. Or avec des mines d’uranium basées essentiellement en Afrique, cette énergie nouvelle redessine dès ses débuts une géopolitique mondiale de conflits où très clairement nucléaire civil et militaire s’avèrent être indissociables. Mais une fois la boîte de Pandore ouverte, plus de raison de s’arrêter en si bon chemin...

    Les premiers usages qui ont été mis en place au niveau du développement du nucléaire, c’était pour la bombe. La France a été pionnière au niveau de la découverte avec Joliot-Curie, avec Marie Curie. (...) Tout de suite à la fin de la guerre, De Gaulle qui était revenu au pouvoir créé le commissariat à l’énergie atomique pour que la France possède, le plus rapidement possible, la bombe. Patrice Bouveret

    Ce documentaire va expliquer comment la France est devenue le pays le plus nucléarisé du monde. Dès 1945, Charles De Gaulle crée le Commissariat à l’Energie Atomique pour fabriquer la bombe atomique. Devenue une puissance nucléaire civile et militaire, la France s’autorise tous les essais atomiques depuis le désert du Sahara jusqu’aux îles de Polynésie française. L’histoire de la montée en puissance du nucléaire se heurte alors aux débuts d’un désaveu… qui proviendra de l’intérieur, des physiciens eux-mêmes. Les époux Joliot-Curie lancent dès 1950 l’appel de Stockholm visant à l’interdiction de la bombe atomique. Ainsi naît une vraie contestation contre le nucléaire militaire, mais aussi civil. Dans les années 70 différents mouvements écologistes émergent et s’expriment avec les manifestations de Plogoff et de Creys-Malville pour les plus connues, encrant l’installation d’une opposition durable et forte des anti-nucléaire.

    Tout a commencé par Fessenheim. Manifestation contre l’idée de Fessenheim, puis contre la construction de Fessenheim. c’était un mouvement qui était anti-nucléaire. Mais surtout, anti « se faire imposer quelque chose que l’on ne comprend pas » et donc on sait par ce mot, nucléaire, que ça rappelle la bombe atomique. Jean-Marie Brom

    C’est toute la semaine. Bon premier épisode.


  • Open Source Innovation Spring 2017 - du 11 mai au 26 juin 2017, à Paris
    https://linuxfr.org/news/open-source-innovation-spring-2017-du-11-mai-au-26-juin-2017-a-paris

    Du 11 mai au 26 juin 2017 aura lieu la 3è édition du « Printemps de l’Innovation Open Source » (« OSIS ») à Paris. Cet événement est propulsé par l’Irill (Institut de Recherche en Informatique et Logiciel Libre de Inria, Université Paris-Diderot et l’Université Pierre et Marie Curie) et le GTLL (Groupe thématique Logiciel Libre) du pôle de compétitivité Systematic Paris-Region.

    À travers 8 conférences (Big Data, IoT, Cloud, Qualité Logicielle, Blockchain), l’OSIS 2017 va mettre en lumière les projets issus de la recherche et de l’innovation française en matière d’open source et de logiciel libre.

    lien n°1 : Site de l’Open Source Innovation Springlien n°2 : Archives de l’OSIS 2016lien n°3 : IRILLlien n°4 : GTLLSommaire

    Programme de l’OSIS 2017 IoT : Open Source et sécurité pour l’Internet des Objets (...)


  • The Role of Public Transport Infrastructure in Bridging the Contested City: Segregation Mobility and Encounter in Stockholm and Jerusalem

    In this lecture #Jonathan_Rokem will share some of the concluding findings from the Contested Urbanism, Marie Curie - Horizon 2020 EU-funded Project for the first time.

    The research has assessed how urban segregation is shaped and transformed by Jerusalem and Stockholm’s public transport networks, enhancing mobility, division and potential group encounters. It suggests that segregation should be understood as an issue of mobility and co-presence in public space, rather than the static residential-based segregation that continues to be a central focus of debate in most urban studies and planning literature.

    The research explores public transport infrastructures, considering how their implementation reflects the variety of ways that transport can have impact: segmenting populations, linking populations and/or creating spaces for interaction or conflict between populations.

    Space syntax network analysis suggests that in the case of Jerusalem, access to public transport is multi-dimensional: as well as providing access to resources, it shapes opportunities for spatial mobility that may either overcome or reinforce area-based housing segregation.

    In Stockholm, the city’s spatial configuration has resulted in constraints on access to public transport and, consequentially, on the mobility of diverse immigrant populations located in the urban peripheries to the centre. Coupled with a high level of social deprivation among new immigrants, the result is a multi-dimensional spatial segregation process, potentially reinforcing ethnic and socio-economic area-based housing segregation. Jonathan Rokem discusses these opportunities and constraints in Jerusalem and Stockholm in the light of an ongoing and increasingly fractured urban reality in both cities.


    https://www.ucl.ac.uk/bartlett/architecture/events/2017/apr/space-syntax-laboratory-research-seminar-series-jonathan-rokem
    #conférence #cartographie #Jérusalem #Stockholm #urban_matter #transports_publics #mobilité #ségrégation


  • Renouvellement urbain : comment la ville veut transformer le Sanitas (et ses habitants)
    https://larotative.info/renouvellement-urbain-comment-la-2087.html

    Le Sanitas, à Tours, fait partie des 200 quartiers visés par le programme national de renouvellement urbain, qui doit « transformer les quartiers en difficulté pour les rendre attractifs ». Mais le projet, qui changerait radicalement l’allure du quartier, laisse la population actuelle sur la touche.

    Quelques gamins jouent au ballon au fond de l’allée de Moncontour, entre le grillage de l’école maternelle Marie Curie, fermée pour les vacances, et l’immeuble de dix étages à la façade défraîchie. Leurs parents viennent de recevoir un courrier leur annonçant que la démolition de leurs logements était envisagée. A terme, l’école pourrait également disparaître. Le tout au nom de la mixité sociale.

    (...)

    Au Sanitas, l’agglomération veut en effet « engager une politique de diversification résidentielle ». Concrètement, cela signifie que les autorités veulent réduire la part de logements sociaux dans le quartier, à la fois via la vente du parc HLM et le développement d’une offre de logements privés. Dans les « dispositifs opérationnels » annexés au contrat de ville de l’agglomération tourangelle, on lit clairement que les autorités espèrent ainsi favoriser « l’arrivée de nouveaux habitants (familles et jeunes actifs) » et « enrayer la paupérisation du quartier » [2].

    Il s’agit donc de déployer différents mécanismes pour attirer au Sanitas une population plus aisée que celle qui y réside actuellement. Parmi les mécanismes à disposition, le contrat de ville cite en premier lieu la démolition-reconstruction. Au nom de la mixité sociale, et pour réduire le niveau de pauvreté enregistré dans le quartier, les autorités ont trouvé comme solution de faire disparaître les immeubles accueillant des populations pauvres pour construire à la place des logements privés destinés à une clientèle plus haut de gamme. Les habitants actuels seraient relogés dans des quartiers périphériques. Ce projet constitue une occasion en or de valoriser un quartier situé en centre-ville, à quelques minutes à pied de la gare, bien desservi par les transports en commun.

    #ANRU #ville #urbanisme #quartiers_populaires


  • Vous ne verrez pas leurs noms dans les manuels scolaires... Et pourtant, ces 10 femmes ont révolutionné le monde des sciences !

    http://www.demotivateur.fr/article-buzz/10-femmes-qui-ont-revolutionne-la-science-et-qui-ont-pourtant-ete-oubli

    pour moi, 0 sur 10 et j’ai assez honte.

    Voici 10 femmes qui ont contribué, de manière significative, à l’avancée de la science. Pourtant, elles sont encore largement méconnues. Certaines n’ont pas pu bénéficier de la reconnaissance de leurs confrères masculins, d’autres se sont tout bonnement fait « voler » leur travail...

    Nous avons voulu leur rendre cet hommage, afin qu’elles soient connues à leur juste valeur.


  • La canneberge n’évite pas les cystites, et autres raisons de publier les #recherches #négatives
    https://theconversation.com/la-canneberge-nevite-pas-les-cystites-et-autres-raisons-de-publier-

    Il y a de cela un an, nous nous sommes retrouvés, tous les quatre, dans les rangées d’un amphithéâtre de l’université Pierre et Marie Curie, à Paris. Une collègue y soutenait sa thèse de #doctorat. Dans notre discipline, une thèse représente trois années d’un travail acharné passé entre la paillasse du laboratoire et l’écran d’ordinateur au bureau. Il s’agit de vérifier l’hypothèse posée initialement, laquelle se ramifie très vite en une multitude de sous #hypothèses qu’il faut tester une par une. L’ensemble de ces expérimentations doit nécessairement aboutir à des publications scientifiques, si l’étudiant en doctorat veut obtenir la reconnaissance de la communauté scientifique et faire progresser les connaissances. La suite de sa carrière en dépend largement.

    Ce jour-là, la futur docteur en biologie a été félicitée par l’ensemble du jury. Mais le croirez-vous : en dépit de la qualité de son travail de recherche, elle n’avait pas réussi à publier un seul article dans des revues à comité de lecture, c’est à dire avec validation par les pairs. La raison étant que les résultats auxquels elle avait abouti ne confirmaient pas son hypothèse de départ. Elle avait invalidé son hypothèse, autrement dit démontré que celle-ci était fausse.


  • C’est bon, chef, j’ai terrorisé mes élèves ! (Élucubrations pédagogiques)
    http://jejoueenclasse.fr/elucubrations/cest-bon-chef-jai-terrorise-mes-eleves

    Vous imaginez ? Notre école qu’on voulait accueillante, celle où nous voulions que les adultes et les enfants puissent vivre dans un climat de bienveillance, cette même école devrait sécuriser les accès, contrôler les identités, supprimer les fêtes, rehausser les murs ou calfeutrer les fenêtres…

    Cette semaine, j’obéissais donc sagement aux instructions, plein de remords avec la sensation de faire une grosse bêtise. Le tableau : mes 26 CP allongés par terre dans la classe fermée à clé et plongée dans le noir, avec consigne de ne faire aucun bruit pour ne pas se faire repérer par le “méchant”… N’y a-t-il pas un problème, là ?

    […]

    En associant notre jeunesse à cultiver la menace terroriste, on joue le jeu des terroristes. Un terroriste veut terroriser, et nous sommes, à mes yeux, les premiers terroristes en apprenant la peur à nos enfants.

    […]

    Que puis-je faire ? Désobéir en refusant de faire ces exercices ? Ils y seront confrontés dans les autres classes… Rassurer les enfants en disant qu’il n’y a que des gentils autour de nous ? On me reprocherait d’élever des Bisounours… Me plier au troupeau en me disant que la société a changé et que nous sommes en état de guerre ? Nous n’avons pas les mêmes valeurs.

    Une chose est certaine, j’ai compris ce jour à quel point nos choix déterminaient la société que nous voulons. Cette société qui a peur, je ne la souhaite pas, je veux une société qui ose vivre, et qui arrive à vivre ensemble : apprendre à s’apprécier, à profiter de nos différences, à régler ensemble nos conflits, à s’encourager, c’est un vrai combat qui commence dans la classe, toutes lumières et portes ouvertes !

    #éducation #école #terrorisme #éducation_à_la_peur


  • « Quatre femmes de science » dans La série documentaire cette semaine sur #France_Culture
    http://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/quatre-femmes-de-science-14-et-le-prix-nobel-ne-fut-pas-attribue

    « Et le prix Nobel ne fut pas attribué à #Rosalind_Franklin »

    Rosalind Franklin est l’archétype de la #femme #scientifique que la communauté prend de haut parce qu’elle est une femme, et dont on n’hésite pas, le cas échéant, à s’approprier les résultats.

    http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10177-03.10.2016-ITEMA_21093129-0.mp3

    A venir :

    « #Pascale_Cossart – Les microbes, c’est la vie »

    La vie n’a qu’un but : se perpétuer. C’est une évidence en biologie. Comprendre comment elle s’y prend est une autre paire de manches. Les bactéries sont un matériel de choix pour explorer ces mystères.

    « #Marie-Claude_Bomsel, la lionne de la Ménagerie »

    Marie-Claude Bomsel est parfaitement représentative de ce mouvement qui a fait que le zoo, d’abord une collection d’animaux destinée à satisfaire le souverain, est devenu un objet d’étude visant à comprendre le comportement des animaux, et améliorer leur bien-être en captivité.

    « #Marie_Curie – Le radium à l’estomac »

    Toute l’existence de Marie Curie est sous le signe de la droiture, de l’humanisme, et du travail. Quand elle était enfant à Varsovie, la résistance intellectuelle à l’occupation russe était obligatoire : l’occupant pouvait saisir ce qu’il voulait, sauf ce que les Polonais avaient dans la tête.

    #histoire #audio #radio #sciences


  • Il est temps de refonder une école française de pensée stratégique sur la #Russie

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2015/06/02/il-est-temps-de-refonder-une-ecole-francaise-de-pensee-strategique-s

    C’était il y a un peu plus d’un an ...

    Il est temps de refonder une école française de pensée stratégique sur la Russie

    Le Monde.fr | 02.06.2015 à 12h37 • Mis à jour le 02.06.2015 à 12h45

    Depuis plus d’un an et demi, la crise ukrainienne a mis en lumière le dynamisme des recompositions (géo)politiques dans l’espace postsoviétique : cette région du monde est en mouvement, et ce mouvement impacte directement l’espace européen. L’enjeu est loin d’être limité à l’avenir des marges orientales de l’Europe. La Russie et l’Europe partagent un même continent, et ne peuvent avoir des trajectoires historiques cloisonnées.

    La crise ukrainienne – de la Crimée au Donbass – a également révélé à quel point le paysage stratégique français était polarisé sur la question. Non qu’il faille viser l’unanimité des points de vue. Mais on ne peut qu’être inquiet de la pauvreté relative du débat stratégique. Comme souvent concernant l’espace postsoviétique, seules les positions radicales aux deux extrêmes du spectre – la simple reproduction du discours du Kremlin, ou le renouveau d’une russophobie viscérale – se sont exprimées. Diabolisation et dénonciations ont laissé l’opinion publique, les médias et les cercles de décision politiques et économiques dans l’impasse intellectuelle et stratégique.

    Cette situation est le résultat des nombreuses années durant lesquelles la Russie et les pays de l’ex-URSS ont été considérés comme les parents pauvres du débat stratégique français. L’État s’est largement désinvesti de son soutien à la production d’un savoir sur la région, accélérant la chute des études russes et eurasiennes dans les universités françaises, et siphonnant les fonds alloués à la connaissance des langues et contextes locaux. Dans les centres d’analyse stratégique, la zone Russie-Eurasie est devenue un secteur marginal, les jeunes esprits brillants étant invités à s’investir dans des sujets plus porteurs, ou n’arrivaient pas à accéder aux lieux de visibilité. Bien sûr, dans ce climat morose de désintérêt pour la région, quelques exceptions ont tenu bon et ont appris à gérer au mieux la rareté des fonds, de ressources humaines et de soutien administratif.

    Il manque toutefois à la France une école de pensée globale structurée autour de trois grands enjeux :
    – Faire dialoguer les spécialistes des questions de politique intérieure, d’identité et de culture avec ceux qui s’occupent du secteur économique et des politiques étrangères et de défense. On a vu à quel point la crise ukrainienne était au carrefour des questions intérieures et des questions internationales – et les guerres de mémoire en cours n’en sont qu’à leurs débuts.
    – Favoriser le dialogue, courant dans le monde anglo-saxon mais absent en France, entre les think tanks et la recherche universitaire.
    – Replacer les enjeux liés à la Russie dans un contexte global qui touche l’Europe de plein fouet : viennent à l’esprit, parmi bien d’autres, flux migratoires, désespérance sociale qui pousse à la radicalisation, nouvelles infrastructures transcontinentales chinoises, etc.

    Sur la base d’un tel constat, il est temps de refonder une école française de pensée stratégique sur la Russie. Temps de faire tomber les clichés sur une Russie qui ne serait qu’un monstre froid avide d’expansion territoriale, ou à l’autre extrême, d’une Russie seule en mesure de sauver l’Europe de ses démons libéraux et transatlantiques. Temps d’avoir une vision proactive vis-à-vis de la Russie et de mettre en place de nouvelles plateformes où la recherche sur ce pays puisse s’élaborer en prenant en compte la profondeur historique, la dimension économique, les contextes locaux ou encore l’expression du pluralisme qui existe en Russie même. Temps que tous ceux qui contribuent à la prise de décision puissent s’appuyer sur des analyses objectives – qui intègrent aussi bien le long passé des relations franco-russes que les tensions et rivalités contemporaines – et soient libérés des différents lobbies qui se sont multipliés ces dernières années, et qui cherchent à influencer nos perceptions.

    L’Allemagne vient de décider, en janvier 2015, de financer un nouvel institut d’étude entièrement dédié à la Russie et l’espace eurasiatique, doté d’un budget de 2,5 millions d’euros. La France aurait avantage à suivre cet exemple. Il ne s’agit pas de mettre en place une nouvelle institution qui viendrait s’ajouter aux autres mais de créer des synergies nouvelles dépassant les traditionnels blocages franco-français et les concurrences institutionnelles, ainsi que de générer des analyses collectives libérées de concepts trop chargés idéologiquement.

    Il serait dommageable que Paris reste silencieux sur des enjeux qui touchent à l’avenir de l’Europe. De plus, une nouvelle école de pensée stratégique sur la Russie servira également de relais de la politique française d’influence globale au sein de l’Union européenne et dans le dialogue avec les États-Unis.
    Une certitude demeure : la Russie sera encore là dans les prochaines décennies. Mieux la comprendre doit nous permettre d’anticiper les trajectoires stratégiques pour affirmer les intérêts de la France et de l’Europe dans cette aire géopolitique essentielle.

    Mathieu Boulègue, associé pour le cabinet de conseil AESMA, Pôle Eurasie
    Isabelle Facon, chercheur, Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS)
    Kevin Limonier, chercheur, Institut Français de Géopolitique, Université Paris VIII
    Marlène Laruelle, professeur, Elliott School of International Affairs, George Washington University
    Jérôme Pasinetti, président du cabinet de conseil AESMA
    Anaïs Marin, Marie Curie Fellow, Collegium Civitas, Varsovie
    Jean Radvanyi, professeur des universités, INALCO
    Jean-Robert Raviot, professeur, études russes et post-soviétiques, Université Paris Ouest Nanterre
    David Teurtrie, chercheur associé au Centre de recherches Europe-Eurasie (CREE), INALCO
    Julien Vercueil, maître de conférences de sciences économiques, INALCO
    Henry Zipper de Fabiani, ancien ambassadeur de France

    #ex-urss #soviétisme


  • Enquêtes et Paradonnées

    L’utilisation croissante de méthodes de collecte des données assistée par ordinateur a permis d’accumuler une foule de données annexes ou contextuelles enrichissant ainsi les bases de sondages, et aussi d’avoir beaucoup d’informations sur les répondants comme sur les non-répondants aux enquêtes.

    Ces informations touchent tant à la collecte qu’au déroulement du questionnaire. Durant la collecte, on enregistre par exemple le nombre de contacts effectués (appels au téléphone, clics sur des liens pour les enquêtes en ligne), les dates et heures de contact, l’issue de chaque contact (refus ou remplissage complet ou incomplet du questionnaire). Pendant l’administration du questionnaire, on enregistre le comportement du répondant (durée totale de l’enquête, temps passé sur chaque question, type de supports utilisés pour les enquêtes Internet,…).

    Toutes ces informations que l’on appelle #Paradonnées ont de multiples usages, par exemple dans l’imputation de la non-réponse totale ou partielle, pour une meilleure prise en compte du design du questionnaire, ou pour les analyses contextuelles ou multiniveaux.

    Les présentations de ce séminaire donneront un aperçu de l’utilité de ce type de données via des exemples pratiques, ainsi que de leur difficulté d’utilisation.

    Interviendront durant ce séminaire :
    Gaël de Peretti (INSEE) : Les paradonnées : une aide à l’extraction du pur diamant de la nature véridique de la gangue des données

    Stephane Legleye (INED) : Utilité et difficultés d’usage des paradonnées dans les enquêtes téléphoniques à travers deux enquêtes de l’INED

    Hervé Tranger (BVA) : Améliorer la qualité et enrichir la donnée à partir des para-données, du cleaning aux mesures implicites

    Philippe Perié (IPSOS) : Abondance, fragmentation, diversification des contenus et des données exploitables : nouveaux champs d’investigation et nouvelles possibilités de réponse

    séminaire organisé par
    le groupe Enquêtes, Modèles et Applications de la SFdS

    le 11 mai 2016, de 14H00 à 17H30
    à l’Institut Henri Poincaré, Amphi. Hermite
    11 rue Pierre et Marie Curie 75231 Paris cedex 05

    (pas de lien sur le site de la SFdS, pour le moment ?)
    http://www.sfds.asso.fr/allactu-2-0


  • BONNE ANNÉE EN FORME DE BRAS D’HONNEUR À LA LÉGION D’HONNEUR - Là-bas si j’y suis
    http://la-bas.org/la-bas-magazine/textes-a-l-appui/bonne-annee-en-forme-de-bras-d-honneur-a-la-legion-d-honneur

    Anniversaire des attentats
    BONNE ANNÉE EN FORME DE BRAS D’HONNEUR À LA LÉGION D’HONNEUR

    Le lundi 4 janvier 2016, par Daniel Mermet

    La Légion d’honneur vient d’être attribuée par le gouvernement à plusieurs victimes des attentats de Charlie. Quinze d’entre eux figurent sur la promotion du 1er janvier 2016. Wolinski et Bernard Maris l’avait déjà reçue. Mais les autres, auraient-ils tous été d’accord pour accepter ce genre d’honneur qui fut refusé par Daumier, Aimé Césaire, Sartre, Catherine Deneuve, Tardi et beaucoup d’autres ? Est-il légitime d’imposer une telle distinction sans le consentement de celui qui la reçoit ? Sans doute faut-il obtenir que les ayants droit ne fassent pas opposition. Mais Charb, par exemple. Vous êtes bien sûr que Charb aurait accepté ? Et Cabu ? Vous en êtes certain ? Car attention, il se pourrait alors que le génial (et modeste) Cabu se fasse virer du Canard enchaîné à titre posthume ! Voici pourquoi.

    (dessin : Charb) {JPEG}
    Cliquez sur l’image pour l’agrandir

    C’est un principe au Canard depuis toujours, surtout pas de Légion d’honneur. Les collaborateurs doivent la refuser sous peine de prendre la porte. En 1933, Pierre Scize fut viré pour avoir accepté « ce ruban malheureux et rouge comme la honte », comme dit Léo Ferré. C’est pourtant pour avoir perdu son bras gauche arraché dans les tranchées que Pierre Scize avait reçu cette distinction.

    Il est vrai que ceux qui l’ont refusée forment un superbe cortège à travers l’Histoire, Daumier, Littré, Courbet, George Sand, Maupassant, Pierre et Marie Curie, Sartre, Simone de Beauvoir, Albert Camus, Antoine Pinay, André Gide, Jacques Prévert, Aimé Césaire, Bourvil, Philippe Séguin, Catherine Deneuve, sans parler de Berlioz ou de Tardi, on peut dire que ceux-là sont légion et qu’ils ont le sens de l’honneur. La plupart de ceux de Charlie auraient naturellement choisi la compagnie de ces réfractaires mais l’État n’a pas hésité à contourner leur mémoire et à les faire rentrer symboliquement dans l’ordre.

    Erik Satie disait : « la refuser c’est bien, mais encore aurait-il fallu ne rien faire pour la mériter ». Le bras d’honneur à la Légion d’honneur, c’est une riche histoire. Au président de la République Vincent Auriol qui lui propose le fatal insigne, l’écrivain Marcel Aymé répond : « Votre Légion d’honneur, monsieur le Président, sauf votre respect, vous pouvez vous la carrer dans le train. » Marcel Aymé n’était pas vraiment un type de gauche mais vous imaginez Charb répondant la même chose à Manuel Valls ? Avec le dessin correspondant ? Au journal de 20 heures ? On peut rêver. Ça console. Un peu. Car ils sont morts pour de vrai, les amis, morts assassinés. Le respect s’impose devant ces copains déchiquetés, ces bouts de copain. Mais les communicants élyséens s’en foutent, ils peuvent utiliser tout ça à leur guise selon leur stratégie et leurs échéances, la propagande en somme.
    Car sinon, face à face de leur vivant, l’un de ces décorés de force n’aurait pas manqué d’en rajouter une petite couche en citant Jean Yanne : « La Légion d’honneur, c’est comme les hémorroïdes, n’importe quel trou du cul peut l’avoir. »

    Un autre n’aurait pas manqué d’évoquer un illustre récalcitrant, le peintre Gustave Courbet (1819-1877), l’ami de Proudhon et de Bakounine, l’élu de la Commune de Paris accusé d’avoir fait renverser la colonne Vendôme, symbole de l’impérialisme napoléonien. Mais en 1869, deux années avant la Commune de Paris, Napoléon III propose la Légion d’honneur à un Gustave Courbet en plein succès. On le voit, Hollande et Valls n’ont rien inventé. Discréditer des opposants avec des hochets, les déshonorer en les honorant, c’est une vieille ficelle usée par tous les pouvoirs, c’est la corruption symbolique, voyez avec un petit bout de ferraille en forme de croix et un ruban rouge, pas besoin d’argent pour avoir à sa botte qui l’on veut.

    Mais voici la réponse de celui qui a peint l’Origine du Monde : « Souffrez, Monsieur, que je décline l’honneur que vous avez cru me faire. J’ai cinquante ans et j’ai toujours vécu libre. Laissez-moi terminer mon existence libre ; quand je serai mort, il faudra qu’on dise de moi : celui-là n’a jamais appartenu à aucune école, à aucune église, à aucune institution, à aucune académie, surtout à aucun régime, si ce n’est celui de la liberté ! »

    Ce qui ne donne pas envie d’être mort, c’est que n’importe qui parle à votre place. Avec ceux-là on fait des livres, des films, des émissions spéciales avec des invités en larmes et en promo, et qui vous ignoraient de votre vivant. On fait de l’audience, on fait du fric, bientôt un musée, un parc d’attraction "Charlieland", des produits dérivés, t-shirts, porte-clés, boules neigeuses avec de la neige qui tombe sur les cadavres. Pourquoi pas ? Souvenez-vous, deux jours après les tueries, le 11 janvier 2015, lors du grand rassemblement dans Paris, quatre millions dans les rues, le gouvernement français violait déjà leur mémoire et violait aussi la profonde vague d’émotion populaire, en invitant parmi les chefs d’État en tête de la marche des bienfaiteurs de l’humanité comme Ali Bongo, Viktor Orban ou Benjamin Netanyahou. Le cynisme des communicants est sans limite. C’était il y a un an. Cette année c’est la Légion d’honneur, c’est l’année des hémorroïdes. Bonne année.

    Daniel Mermet

    #Charlie #Charlie #la-bas #légion_d'honneur #Charlie #Daniel_Mermet #Charlie #attentats


  • Très beau texte !
    Non, les migrants ne sont pas un fardeau !

    C’est parce que l’extrême droite a réussi à imposer l’idée que l’immigration était un problème que les migrants sont rejetés par les Européens. Et si l’on changeait d’angle et qu’on y voyait plutôt une force ?

    L’arrivée massive de migrants s’impose comme l’une des questions majeures dans l’Europe des années à venir. Les journaux s’affolent, les compteurs explosent, les bureaux d’études s’inquiètent : cette année, le nombre de migrants traversant la Méditerranée pour rejoindre l’Europe pourrait même atteindre le chiffre de 100 000. Cent mille personnes qui arrivent sur un territoire peuplé de 500 millions d’habitants… Et ce serait un problème que d’accueillir une personne pour 5000 habitants, dans l’Europe d’aujourd’hui ?

    Si nous percevons cette question comme un problème, c’est parce que nous sommes aveuglés par les thèses des partis d’extrême droite. Depuis plusieurs décennies, ils ont réussi à instiller dans tous les esprits - y compris hélas dans ceux des hommes politiques de tous bords aveuglés par l’enjeu de court terme de la prochaine élection - une vision faussée des migrants, nourrie par la #peur.

    Que s’est-il donc passé au cours des trois dernières décennies pour que notre regard change à ce point ? Avons-nous oublié la mobilisation pour les boat people et la démarche conjointe, en juin 1979, des philosophes Sartre et Aron, réconciliés autour de cet enjeu, lorsqu’ils vinrent demander au président Giscard d’Estaing un accueil décent pour les réfugiés du Vietnam ?

    Certes, la situation économique a bien changé depuis les années 70, et la montée du chômage de masse a contribué à alimenter la peur de l’immigration. Pourtant, craindre ainsi l’arrivée des migrants, c’est ignorer que, dans les sociétés modernes, les ressources ne sont pas un gâteau à partager, mais qu’elles sont bien plutôt créées par les hommes, à partir de leurs propres idées, de leurs propres inventions, de leurs propres besoins : les terres d’immigration sont bien souvent des terres d’avenir - que l’on songe à la Californie.

    Non, les migrants ne viennent pas nous envahir, ni manger notre pain, ni prendre notre travail, ni piller nos ressources. Ce sont des êtres humains dignes, extraordinairement courageux, qui ont dû abandonner leur pays d’origine, face à la situation désespérée qui y a été créée par la guerre ; ce sont donc très majoritairement des hommes et des femmes confiants dans nos démocraties, et des adversaires résolus de ces obscurantistes qui, chez eux, alimentent les conflits qui les font fuir. De plus, à l’instar des précédentes générations de migrants qui ont enrichi notre pays au cours des siècles précédents, ils représentent, pour l’Europe de 2050, un immense #potentiel d’idées, de volontés, d’énergies et de ressources. Est-il besoin de rappeler le nom de tous ces immigrés qui ont construit la France d’aujourd’hui et dont la liste prendrait des volumes ? On y trouve des scientifiques comme Marie Curie, Georges Charpak, Alexandre Grothendieck, des écrivains tels que Samuel Beckett ou Milan Kundera, des artistes comme Pablo Picasso ou Marc Chagall, sans parler des chefs d’industrie, des sportifs, des hommes politiques, et tous ceux qui, sans faire la une des journaux, ont su créer leur propre territoire d’insertion.

    Les chercheurs le savent bien : face à une question difficile, c’est bien souvent grâce à une modification radicale de l’angle d’approche que commence à naître une voie vers la solution. Ainsi, modifier le #regard que nous portons sur ces migrants, et considérer qu’ils ne sont pas un fardeau à subir ou à partager, mais bien plutôt une force pour l’Europe, tel me semble être le point de départ indispensable aujourd’hui. Alors, seulement, pourra être initiée la complexe mise en place de structures d’#accueil pour ces hommes et ces femmes, en leur faisant confiance, en les laissant travailler et s’organiser. C’est en éliminant cette vision faussée sur l’immigration - tel un poison qui a pénétré à notre insu au cœur des pays européens - que nous ouvrirons un futur à nos sociétés. Ainsi peut-être parviendrons-nous alors à leur donner à nouveau un sens et redeviendrons-nous également un peu plus humains. Il y a urgence.

    http://www.liberation.fr/societe/2015/07/13/non-les-migrants-ne-sont-pas-un-fardeau_1347380
    #migration #asile #fardeau #réfugiés #force #problème