person:mauricio macri

  • En Argentine, des mesures d’austérité pour répondre à la crise du peso
    https://www.latribune.fr/economie/international/en-argentine-des-mesures-d-austerite-pour-repondre-a-la-crise-du-peso-7891

    L’Argentine va devoir encore se serrer la ceinture. Dans un pays où le peso a perdu plus de la moitié de sa valeur sur l’année face au dollar, le président Mauricio Macri a annoncé un plan d’austérité drastique, visant à réduire massivement les dépenses publiques en supprimant des ministères et en taxant les exportations, entre autres.


  • The Rise and Fall of the Latin American Left | The Nation
    https://www.thenation.com/article/the-ebb-and-flow-of-latin-americas-pink-tide

    Conservatives now control Latin America’s leading economies, but the region’s leftists can still look to Uruguay for direction.
    By Omar G. Encarnación, May 9, 2018

    Last December’s election of Sebastián Piñera, of the National Renewal party, to the Chilean presidency was doubly significant for Latin American politics. Coming on the heels of the rise of right-wing governments in Argentina in 2015 and Brazil in 2016, Piñera’s victory signaled an unmistakable right-wing turn for the region. For the first time since the 1980s, when much of South America was governed by military dictatorship, the continent’s three leading economies are in the hands of right-wing leaders.

    Piñera’s election also dealt a blow to the resurrection of the Latin American left in the post–Cold War era. In the mid-2000s, at the peak of the so-called Pink Tide (a phrase meant to suggest the surge of leftist, noncommunist governments), Venezuela, Argentina, Brazil, Chile, Uruguay, Paraguay, Ecuador, and Bolivia, or three-quarters of South America’s population (some 350 million people), were under left-wing rule. By the time the Pink Tide reached the mini-state of Mexico City, in 2006, and Nicaragua, a year later (culminating in the election of Daniel Ortega as president there), it was a region-wide phenomenon.

    It’s no mystery why the Pink Tide ran out of steam; even before the Chilean election, Mexican political scientist Jorge Castañeda had already declared it dead in The New York Times. Left-wing fatigue is an obvious factor. It has been two decades since the late Hugo Chávez launched the Pink Tide by toppling the political establishment in the 1998 Venezuelan presidential election. His Bolivarian revolution lives on in the hands of his handpicked successor, Nicolás Maduro, but few Latin American governments regard Venezuela’s ravaged economy and diminished democratic institutions as an inspiring model. In Brazil, the Workers’ Party, or PT, was in power for 14 years, from 2002 through 2016, first under its founder, Luiz Inácio Lula da Silva, between 2003 and 2011, and then under his successor and protégée, Dilma Rousseff, from 2011 to 2016. The husband-and-wife team of Néstor Kirchner and Cristina Fernández de Kirchner of the Peronist Party governed Argentina from 2003 to 2015. Socialist Michelle Bachelet had two nonconsecutive terms in office in Chile, from 2006 to 2010 and from 2014 to 2018.

    Economic turmoil and discontent is another culprit. As fate would have it, the Pink Tide coincided with one of the biggest economic expansions in Latin American history. Its engine was one of the largest commodities booms in modern times. Once the boom ended, in 2012—largely a consequence of a slowdown in China’s economy—economic growth in Latin America screeched to a halt. According to the International Monetary Fund, since 2012 every major Latin American economy has underperformed relative to the previous 10 years, with some economies, including that of Brazil, the region’s powerhouse, experiencing their worst recession in decades. The downturn reined in public spending and sent the masses into the streets, making it very difficult for governments to hang on to power.

    Meanwhile, as the commodity boom filled states’ coffers, leftist politicians became enmeshed in the same sorts of corrupt practices as their conservative predecessors. In April, Lula began serving a 12-year prison sentence for having accepted bribes in exchange for government contracts while in office. His prosecution, which in principle guarantees that he will not be a candidate in this year’s presidential race, was the high point of Operation Car Wash, the biggest anti-corruption dragnet in Brazilian history. Just after leaving office, in 2015, Cristina Fernández de Kirchner was indicted for fraud for conspiring with her former public-works secretary, José López, to steal millions of federal dollars intended for roadwork in Argentina. The “nuns and guns” scandal riveted the country, with the arrest of a gun-toting López as he hurled bags stuffed with millions of dollars over the walls of a Catholic convent in a suburb of Buenos Aires. In Chile, Bachelet left office under a cloud of suspicion. Her family, and by extension Bachelet herself, is accused of illegal real-estate transactions that netted millions of dollars.

    All this said, largely overlooked in obituaries of the Pink Tide is the right-wing backlash that it provoked. This backlash aimed to reverse the shift in power brought on by the Pink Tide—a shift away from the power brokers that have historically controlled Latin America, such as the military, the Catholic Church, and the oligarchy, and toward those sectors of society that have been marginalized: women, the poor, sexual minorities, and indigenous peoples. Rousseff’s impeachment in 2016 perfectly exemplifies the retaliation organized by the country’s traditional elites. Engineered by members of the Brazilian Congress, a body that is only 11 percent female and has deep ties to industrial barons, rural oligarchs, and powerful evangelical pastors, the impeachment process was nothing short of a patriarchal coup.

    In a 2017 interview, Rousseff made note of the “very misogynist element in the coup against me.… They accused me of being overly tough and harsh, while a man would have been considered firm, strong. Or they would say I was too emotional and fragile, when a man would have been considered sensitive.” In support of her case, Rousseff pointed out that previous Brazilian presidents committed the same “crime” she was accused of (fudging the national budget to hide deficits at reelection time), without any political consequence. As if to underscore the misogyny, Rousseff’s successor, Michel Temer, came into office with an all-male cabinet.

    In assessing the impact of the Pink Tide, there is a tendency to bemoan its failure to generate an alternative to neoliberalism. After all, the Pink Tide rose out of the discontent generated by the economic policies championed by the United States and international financial institutions during the 1990s, such as privatizations of state enterprises, austerity measures, and ending economic protectionism. Yet capitalism never retreated in most of Latin America, and US economic influence remains for the most part unabated. The only significant dent on the neoliberal international order made by the Pink Tide came in 2005, when a massive wave of political protests derailed the George W. Bush administration’s plan for a Free Trade Area of the Americas, or FTAA. If enacted, this new trade pact would have extended the North American Free Trade Agreement (NAFTA) to all countries in the Americas save for Cuba, or 34 nations in total.

    But one shouldn’t look at the legacy of the Pink Tide only through the lens of what might have been with respect to replacing neoliberalism and defeating US imperialism. For one thing, a good share of the Pink Tide was never anti-neoliberal or anti-imperialist. Left-wing rule in Argentina, Brazil, Uruguay, and Chile (what Castañeda called the “good left”) had more in common with the social-democratic governments of Western Europe, with its blend of free-market economics and commitment to the welfare state, than with Cuba’s Communist regime.

    Indeed, only in the radical fringe of the Pink Tide, especially the triumvirate of Chávez of Venezuela, Evo Morales of Bolivia, and Rafael Correa of Ecuador (the “bad left,” according to Castañeda), was the main thrust of governance anti-neoliberal and anti-imperialist. Taking Cuba as a model, these self-termed revolutionaries nationalized large sectors of the economy, reinvigorated the role of the state in redistributing wealth, promoted social services to the poor, and created interstate institutions, such as the Bolivarian Alliance for the Peoples of Our America, or ALBA, to promote inter-American collaboration and to challenge US hegemony.

    Second, the focus on neoliberalism and US imperialism obscures the Pink Tide’s biggest accomplishments. To be sure, the picture is far from being uniformly pretty, especially when it comes to democracy. The strong strand of populism that runs through the Pink Tide accounts for why some of its leaders have been so willing to break democratic norms. Claiming to be looking after the little guy, the likes of Chávez and Maduro have circumvented term limits and curtailed the independence of the courts and the press. But there is little doubt that the Pink Tide made Latin America more inclusive, equitable, and democratic, by, among other things, ushering in an unprecedented era of social progressivism.

    Because of the Pink Tide, women in power are no longer a novelty in Latin American politics; in 2014, female presidents ruled in Argentina, Brazil, and Chile. Their policies leave little doubt about the transformative nature of their leadership. In 2010, Fernández boldly took on the Argentine Catholic Church (then headed by present-day Pope Francis) to enact Latin America’s first ever same-sex marriage law; this was five years before same-sex marriage became the law of the land in the United States. A gender-identity law, one of the world’s most liberal, followed. It allows individuals to change their sex assigned at birth without permission from either a doctor or a judge. Yet another law banned the use of “conversion therapy” to cure same-sex attraction. Argentina’s gay-rights advances were quickly emulated by neighboring Uruguay and Brazil, kick-starting a “gay-rights revolution” in Latin America.

    Rousseff, who famously referred to herself with the gender-specific title of a presidenta, instead of the gender-neutral “president,” did much to advance the status of women in Brazilian society. She appointed women to the three most powerful cabinet positions, including chief of staff, and named the first female head of Petrobras, Brazil’s largest business corporation; during her tenure in office, a woman became chief justice of the Federal Supreme Court. Brutally tortured by the military during the 1970s, as a university student, Rousseff put human rights at the center of Brazilian politics by enacting a law that created Brazil’s first ever truth commission to investigate the abuses by the military between 1964 and 1985. She also signed laws that opened the Brazilian Army to women and that set into motion the corruption campaign that is currently roiling the Brazilian political class. These laws earned Rousseff the enmity of the military and conservatives.

    Bachelet, the last woman standing, made news when she entered office, in 2006, by naming the same number of men and women to her cabinet. After being term-limited, she became the first head of the newly established UN Women (formally known as the United Nations Entity for Gender Equality and the Empowerment of Women), before returning to Chile to win a second term at the presidency in 2014. During her second term, she created the Ministry of Gender Equality to address gender disparities and discrimination, and passed a law that legalized abortion in cases of rape, when there is a threat to the life of the mother, or when the fetus has a terminal condition. Less known is Bachelet’s advocacy for the environment. She weaned Chile off its dependence on hydrocarbons by building a vast network of solar- and wind-powered grids that made electricity cheaper and cleaner. She also created a vast system of national parks to protect much of the country’s forestland and coastline from development.

    Latin America’s socioeconomic transformation under the Pink Tide is no less impressive. Just before the economic downturn of 2012, Latin America came tantalizingly close to becoming a middle-class region. According to the World Bank, from 2002 to 2012, the middle class in Latin America grew every year by at least 1 percent to reach 35 percent of the population by 2013. This means that during that time frame, some 10 million Latin Americans joined the middle class every year. A consequence of this dramatic expansion of the middle class is a significant shrinking of the poor. Between 2000 and 2014, the percentage of Latin Americans living in poverty (under $4 per day) shrank from 45 to 25 percent.

    Economic growth alone does not explain this extraordinary expansion of the Latin American middle class and the massive reduction in poverty: Deliberate efforts by the government to redistribute wealth were also a key factor. Among these, none has garnered more praise than those implemented by the Lula administration, especially Bolsa Família, or Family Purse. The program channeled direct cash payments to poor families, as long as they agreed to keep their children in school and to attend regular health checkups. By 2013, the program had reached some 12 million households (50 million people), helping cut extreme poverty in Brazil from 9.7 to 4.3 percent of the population.

    Last but not least are the political achievements of the Pink Tide. It made Latin America the epicenter of left-wing politics in the Global South; it also did much to normalize democratic politics in the region. With its revolutionary movements crushed by military dictatorship, it is not surprising that the Latin American left was left for dead after the end of the Cold War. But since embracing democracy, the left in Latin America has moderated its tactics and beliefs while remaining committed to the idea that deliberate state action powered by the popular will is critical to correcting injustice and alleviating human suffering. Its achievements are a welcome antidote to the cynicism about democratic politics afflicting the American left.

    How the epoch-making legacy of the Pink Tide will fare in the hands of incoming right-wing governments is an open question. Some of the early signs are not encouraging. The Temer administration in Brazil has shown a decidedly retro-macho attitude, as suggested by its abolishment of the Ministry of Women, Racial Equality, and Human Rights (its functions were collapsed into the Ministry of Justice) and its close ties to a politically powerful evangelical movement with a penchant for homophobia. In Argentina, President Mauricio Macri has launched a “Trumpian” assault on undocumented immigrants from Bolivia, Paraguay, and Peru, blaming them for bringing crime and drugs into the country. Some political observers expect that Piñera will abridge or overturn Chile’s new abortion law.

    But there is reason for optimism. Temer and Macri have been slow to dismantle anti-poverty programs, realizing that doing so would be political suicide. This is hardly surprising, given the success of those programs. Right-wing governments have even seen fit to create anti-poverty programs of their own, such as Mexico’s Prospera. Moreover, unlike with prior ascents by the right in Latin America, the left is not being vanished to the political wilderness. Left-wing parties remain a formidable force in the legislatures of most major Latin American countries. This year alone, voters in Brazil, Mexico, and Colombia will have presidential elections, raising the prospect that a new Pink Tide might be rising. Should this new tide come in, the Latin American left would do well to reform its act and show what it has learned from its mistakes.

    Latin American leftists need not look far to find a model to emulate: Uruguay. It exemplifies the best of the Pink Tide without its excesses. Frente Amplio, or Broad Front, a coalition of left-wing parties in power since 2005, has put the country at the vanguard of social change by legalizing abortion, same-sex marriage, and, most famously, recreational marijuana. For these reasons alone, in 2013 The Economist chose “liberal and fun-loving” Uruguay for its first ever “country of the year” award.

    Less known accomplishments include being one of only two countries in Latin America that enjoy the status of “high income” (alongside Chile), reducing poverty from around 40 percent to less than 12 percent from 2005 to 2014, and steering clear of corruption scandals. According to Transparency International, Uruguay is the least corrupt country in Latin America, and ranks among the world’s 25 least corrupt nations. The country also scored a near perfect 100 in Freedom House’s 2018 ranking of civil and political freedoms, virtually tied with Canada, and far ahead of the United States and neighboring Argentina and Brazil. The payoff for this much virtue is hard to ignore. Among Latin American nations, no other country shows more satisfaction with its democracy.

    Omar G. EncarnaciónOmar G. Encarnación is a professor of political studies at Bard College and author of Out in the Periphery: Latin America’s Gay Rights Revolution.

    #politique #amérique_latine #impérialisme


  • Le FMI de retour en Argentine : « À l’horizon, une crise économique et sociale encore plus aiguë que la crise actuelle »
    http://www.cadtm.org/Le-FMI-de-retour-en-Argentine-A-l-horizon-une-crise-economique-et-sociale

    Après plus d’une décennie de « distanciation » officielle entre l’Argentine et le Fonds monétaire international (FMI), le gouvernement de Mauricio Macri vient de frapper à nouveau aux portes du gendarme financier de la planète. Le crédit de 50 milliards de dollars accordé par l’organisation au cours de la première semaine de juin constitue un record international et aura un impact direct sur la situation économique et sociale de ce pays d’Amérique du Sud. C’est ce que souligne l’historien et économiste belge Eric Toussaint, spécialiste reconnu dans ce domaine et porte-parole du Comité pour l’Abolition des #Dettes_Illégitimes (CADTM), basé à Bruxelles. Entretien.

    #Argentine #FMI


  • #Argentine : la nouvelle droite de #Mauricio_Macri
    https://www.mediapart.fr/journal/international/071117/argentine-la-nouvelle-droite-de-mauricio-macri

    Mauricio Macri, après la victoire de #Cambiemos, le 22 octobre 2017. © Reuters Cambiemos, la coalition de centre-droit du président, a largement emporté les élections législatives de mi-mandat, inaugurant une nouvelle ère économique et politique en Argentine. Pour la première fois dans l’histoire de la jeune démocratie, un gouvernement non péroniste pourrait effectuer deux mandats successifs.

    #International


  • Ça coince également entre l’Argentine et la France pour les cinq Super Etendard
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/ca-coince-egalement-entre-la-l-argentine-et-la-france-pour-les-cinq-super-

    Décidément entre l’Argentine et la France, les relations sont mauvaises. Après le pataquès des patrouilleurs français sélectionnés par Buenos Aires puis mis en stand-by, le dossier des cinq Super-Etendard destinés à la marine argentine est également à l’arrêt. Contrairement à ce qu’a relaté la presse ces derniers jours, le contrat n’a pas été signé, selon nos informations. Une lettre d’intention pour un achat de cinq appareils est encore en attente sur le bureau du nouveau ministre de la Défense, Oscar Aguad. La France qui a envoyé une proposition, attend un retour de Buenos Aires.

    Si la marine pousse à fonds pour obtenir ces cinq appareils, l’armée de l’air essaie quant à elle de torpiller ce projet évalué à 12 millions d’euros, dont 10 millions pour l’achat des appareils. En outre, il semblerait que l’Argentine n’a pas dédié de budget à cet achat. Enfin, cette opération semble conditionnée au règlement de la crise entre les deux pays sur la vente de quatre patrouilleurs de type L’Adroit à l’Argentine. Aussi, ce dossier est devenu très politique. Pas sûr que la France, qui s’interroge sur le sérieux de l’Argentine, veuille satisfaire les Argentins si ces deniers relancent un appel d’offres international pour l’achat de quatre patrouilleurs. À suivre…

    • Armement : l’Argentine ira-t-elle jusqu’au clash avec la France ?
      http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/armement-l-argentine-ira-t-elle-jusqu-au-clash-avec-la-france-752873.html

      Après la Pologne et les hélicoptères, l’Argentine et les patrouilleurs ? Buenos Aires pourrait annuler un contrat de 360 millions d’euros environ promis à Naval Group, qui propose de fabriquer quatre patrouilleurs de type L’Adroit.

      Incroyable... Alors qu’un contrat de 360 millions d’euros environ portant sur la vente de quatre patrouilleurs de Naval Group était accepté par les deux parties et prêt à la signature début septembre, l’Argentine hésite ces dernières semaines à le signer. Pourtant, Naval Group a déjà gagné fin 2016 la compétition lancée par l’Argentine au printemps de la même année. Le gouvernement argentin va-t-il tenir sa parole vis-à-vis de la France ou bien lancer un nouvel appel d’offres international comme il en est question ?
      […]
      Mais que s’est-il passé cet été pour en arriver à ce pataquès ? Un petit chantier naval espagnol Gondan, situé dans les Asturies (Nord de l’Espagne), aurait convaincu Federico Ramón Puerta, l’ambassadeur argentin en Espagne très controversé dans son pays mais réputé proche du président argentin Mauricio Macri, de faire mieux et moins cher (50 millions d’euros l’unité) que Naval Group. A partir de là le dossier de Naval Group, qui avait jusqu’ici été géré d’une main de maître, se grippe.
      […]
      Ce contrat aurait été également semble-t-il parasité par un dossier agricole. Les producteurs français et allemands de colza se sont alliés contre la réouverture du marché européen au biodiesel argentin et ont annoncé leur volonté de déposer une plainte auprès de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). Ce qui fâché Mauricio Macri, l’Argentine étant le troisième producteur mondial de biodiesel. Mais début septembre, l’Union européenne a annoncé sa volonté de baisser les taxes d’importation du biodiesel argentin, se conformant ainsi à une décision de l’OMC. Enfin, un autre dossier complique également les relations entre la France et l’Argentine. Buenos Aires avait promis de régler un contentieux financier avec Paris… Ce qui n’a pas été encore fait.


  • ​Agriculture. Le #soja ruine les sols argentins

    Dans les régions de culture intensive de soja, des #inondations à répétition provoquent d’importants dégâts. La faute aux changements climatiques, assurent les autorités. Mais nombre d’experts accusent le modèle agro-industriel.


    http://www.courrierinternational.com/article/agriculture-le-soja-ruine-les-sols-argentins
    #agriculture #Argentine
    cc @odilon

    • Du calme @sombre :

      –---

      Agriculture. Le soja ruine les sols argentins

      Environnement
      Argentine
      Página 12 - Buenos Aires

      Publié le 27/03/2017 - 09:23
      Dessin d’Alex, paru dans Liberté, Fribourg.

      Dans les régions de culture intensive de soja, des inondations à répétition provoquent d’importants dégâts. La faute aux changements climatiques, assurent les autorités. Mais nombre d’experts accusent le modèle agro-industriel.
      Nos services

      Tout commence par la pluie et les inondations, puis le secteur agricole rejette la faute sur le climat, les pertes économiques atteignent des millions, le gouvernement accorde des aides et promet des travaux. Et ce cycle redémarre dès l’orage suivant. Il se répète périodiquement et, début janvier, il a frappé les provinces de Córdoba, Santa Fe et Buenos Aires [dans le centre du pays].

      Pourtant, le fautif “n’est pas le climat, mais le modèle qui régit l’agriculture et l’élevage”, objecte l’ONG argentine de protection de l’environnement Naturaleza de Derechos. D’autres organisations militantes abondent dans ce sens et rappellent que le business agro-industriel fait de l’Argentine le leader mondial du défrichement. Et que des études démontrent les conséquences du changement d’affectation des sols.
      À lire aussi Agriculture. Les producteurs de soja disent merci au réchauffement

      Ainsi, en une heure, une forêt naturelle absorbe 300 millimètres d’eau, un pâturage traditionnel (consacré au bétail) 100 millimètres et un champ de soja à peine 30 millimètres. C’est ce que détaille un rapport de l’Instituto Nacional de Tecnología Agropecuaria (Inta, Institut national des techniques d’agriculture et d’élevage) relayé par le magazine Página 12 en avril 2016, après les inondations dans les zones de Córdoba et de Buenos Aires.

      L’un des auteurs, Nicolás Bertram, qui travaille au centre de recherche Marcos Juárez de l’Inta à Córdoba, note que :

      les trop-pleins d’eau ne sont pas dus au manque de travaux ni à l’excès de pluies, mais plutôt au développement des activités agricoles depuis les années 1990.”

      À lire aussi Salvador. La bête noire des forêts

      Nicolás Bertram a cosigné avec un autre universitaire, Sebastián Chiacchiera, une étude intitulée Remontée des nappes dans la région des pampas : augmentation des précipitations ou nouveaux emplois des terres ? Les deux chercheurs ont analysé les pluies depuis les années 1970 à nos jours, ainsi que les changements apportés au modèle de l’agriculture et de l’élevage, marqués par le développement de la culture du soja et l’éviction du bétail, entre autres variables.
      “Un tsunami venu du ciel”

      Dans les zones étudiées, “la nappe, qui se trouvait à 10 mètres de profondeur, est aujourd’hui à moins de 1 mètre de la surface, souligne Nicolás Bertram. Les sols sont saturés et ne peuvent plus rien absorber. C’est comme si on avait autrefois un grand pot de fleurs où l’on versait un seau d’eau. Maintenant, le pot est dix fois plus petit mais on y jette la même quantité d’eau.”
      À lire aussi Environnement. Macabre marée rouge au large des côtes chiliennes

      En 2015, lors des inondations dans la province de Córdoba, le gouverneur de l’époque, José Manuel de la Sota, a accusé les intempéries : “C’est un tsunami qui est venu du ciel.” De même, en janvier dernier, les chefs d’entreprise du secteur de l’agroalimentaire et des OGM regroupés au sein d’une association (Aapresid) ont évoqué une “catastrophe climatique et des inondations dues à un orage, qui ont placé le secteur agricole en alerte rouge”.

      De son côté, Horacio Brignone, un militant qui participe à la campagne Paren de Fumigar [“Stop aux pesticides”] dans la région de Santa Fe, reproche aux autorités d’avoir pour seuls interlocuteurs les responsables du secteur agricole : “Le gouvernement accorde des subventions à ceux-là mêmes qui sont responsables des inondations. Tous autant qu’ils sont, ils pensent retenir l’eau avec des aides, des exportations et la ‘production’. Ils font la même chose à chaque fois en espérant obtenir des résultats différents.”
      L’Argentine, parmi les 10 pays qui déboisent le plus

      Dans un communiqué, le Centre de protection de la nature [Cepronat, une ONG née en 1977, qui édite une revue écologiste], qui participe à la campagne Paren de Fumigar, dénonce : “Le modèle biotechnologique agricole aggrave les inondations. Les OGM, les pesticides et l’ensemencement direct ont provoqué la remontée des nappes phréatiques. La monoculture du soja et les produits chimiques qui y sont associés entraînent l’imperméabilisation des sols. Par conséquent, l’eau ne pénètre pas dans la terre et n’est pas absorbée. Elle se répand et inonde, tout simplement.”

      Carlos Manessi, du Cepronat, reproche aux entreprises et à la sphère politique de n’invoquer que le changement climatique ou le phénomène El Niño.
      À lire aussi Brésil. Revivre un an après la pire catastrophe écologique du pays

      L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a classé l’Argentine parmi les 10 pays qui ont le plus déboisé depuis le début des années 1990 – 7,6 millions d’hectares, soit une moyenne de 300 000 hectares par an. “Tous les ans, nous sommes témoins de grandes inondations, affirme Hernán Giardini, de Greenpeace. Ce n’est ni le hasard ni un phénomène naturel.” Il développe :

      C’est dû à l’absence de politique environnementale nationale pour protéger nos forêts et zones humides contre les incendies, contre le défrichement lié à la progression du soja, l’élevage intensif et la promotion immobilière.”

      La localité de Chabás, dans le sud de la province de Santa Fe, est l’une des plus touchées par les inondations. Les habitants ont dressé un barrage sur la RN 33 pour exiger des travaux d’infrastructure, des canaux et des pompes pour drainer l’eau. “Chabás est au milieu d’une mer de soja. L’eau a commencé à venir des champs sans qu’il pleuve au village. En deux heures, 70 % des rues étaient noyées” souligne un riverain, Miguel Fabrro.

      Córdoba est l’une des provinces qui subit le plus de crues. “Quelle coïncidence”, fait observer Darío Avila, avocat spécialiste du droit de l’environnement et membre de l’Assemblée permanente des droits de l’homme : “Ce ne sont que des zones où domine l’agriculture industrielle, au cœur de la culture du soja.” Pendant ce temps, le gouvernement de la province de Córdoba prépare une loi pour défricher de nouvelles régions et poursuivre le développement du complexe agro-industriel.
      Darío Aranda
      Lire l’article original
      Alerte sur l’Amazonie

      En vingt-cinq ans, “la production de soja a dévoré les forêts vierges et la savane du Mato Grosso à une allure stupéfiante”, écrit le site Mongabay spécialisé dans l’information sur l’environnement.

      Le Mato Grosso, un État amazonien de plus de 900 000 km2 situé à l’ouest du Brésil, est l’une des zones de la planète les plus riches en biodiversité. Il est aussi l’une des régions du pays les plus exposées aux appétits agro-industriels, et notamment à la production de soja, indique Mongabay.

      Entre 1991 et 2016, les surfaces consacrées au soja dans cet État sont passées de 1,2 à 9,4 millions d’hectares. Un moratoire a pourtant été signé en 2006 (Amazon Soya Moratorium) par l’industrie agroalimentaire brésilienne, les ONG et le gouvernement. Les signataires s’engagent à ne pas acheter de soja provenant de forêts amazoniennes défrichées.

      Malgré tout, le jeu des réformes agraires ainsi que le rachat de terres aux indigènes par des propriétaires terriens parviennent à accroître les surfaces dédiées à cette légumineuse.

      Dans cette région, les pratiques illégales et la corruption demeurent. Le gouvernement de Michel Temer fait aussi peser une menace sur les forêts du Mato Grosso, estime Mongabay. Le ministre de l’Agriculture – et ancien gouverneur du Mato Grosso –, Blairo Maggi, est surnommé “le roi du soja” : il dirige le plus important groupe de soja au monde, Amaggi. Et le Brésil ambitionne de prendre le leadership mondial de la production de cet oléagineux.

      –----

      Página 12
      Buenos Aires
      La quotidienne
      20 000 exemplaires
      espagnol
      www.pagina12.com.ar/
      Lancé en 1987, Página 12 est devenu dans les années 1990 le quotidien de gauche le plus important de Buenos Aires. Avec son fondateur Jorge Lanata, il était très critique à l’égard du gouvernement du péroniste Carlos Menem, qui, entre 1989 et 1998, a privatisé une très grande partie des entreprises publiques argentines.
      A l’époque percutant et bien informé, il prenait position pour les droits de l’homme, s’attaquait à la corruption et dénonçait l’impunité en ressortant les affaires de l’époque des dictatures.
      Son esprit critique et son indépendance ont disparu avec l’arrivée au pouvoir des Kirchner (Néstor Kirchner de 2003 à 2007 puis Cristina de 2007 à 2015). Pour ses détracteurs, Página 12 était ainsi devenu un “communiqué de presse” du gouvernement.
      Avec l’arrivée au pouvoir du président de droite Mauricio Macri en décembre 2015, le statut de la presse argentine a changé. L’une des premières décisions prises par M.Macri a été de limoger par décret les présidents des institutions de régulation des médias audiovisuels et de télécommunications, qui avaient été nommés par Cristina Kirchner. Il a également modifier la loi sur les médias datée de 2009, que le nouveau pouvoir jugeait trop favorable aux médias kirchneristes.

      Faisant une grande place à l’actualité culturelle (littérature, cinéma…), Página 12 propose le week-end des suppléments avant-gardistes. Célèbre pour ses unes délirantes qui, par des montages astucieux, mettent en scène des hommes politiques, il cherche à toucher essentiellement le jeune public.

      Le site, fondé en 1997, donne théoriquement accès à la majeure partie des papiers de l’édition du jour et permet une recherche dans les éditions antérieures.

    • Excusez-moi pour ce mouvement d’humeur mais je trouve frustrant de se heurter au « mur du paiement » quand on veut lire un article intéressant. Merci @reka pour cette mise en ligne.
      Une question que je me pose : risque-t-on des ennuis quand on divulgue le contenu d’un article payant ? Met-on également @seenthis en porte-à-faux par rapport aux dispositions légales sur le #copyright ?

    • Tout à fait @sombre Personnellement quand on met en ligne un article soumis au « mur de paye » (Médiapart, Courrier international...) et donc réservé aux abonnés je ne partage pas et je remercie ceux et celles qui les mettent à la disposition de tous.

    • @sombre en fait je sais pas. Je le fais spontanément de temps en temps quand la communauté en a besoin. Si on m’écrit sur des bases juridiques pour m’expliquer qu’il ne faut plus le faire, on verra à ce moment là comment réagir.

      Le Diplo a foutu toute ma collection cartographique sous paywall, alors que lorsque nous l’avions conçu, c’était clairement pour la mettre à disposition du public gratuitement. Je trouve simplement révoltant qu’ils aient pris cette décision (mais ces gens sont tellement obtus) et de m’attache maintenant à tout republier ailleurs pour que l’accès à ces archives soient de nouveau gratuite.


  • Henry Kissinger a-t-il une conscience ? (New Yorker) — Jon Lee ANDERSON
    http://www.legrandsoir.info/henry-kissinger-a-t-il-une-conscience-new-yorker.html

    Le mois de mai dernier, alors que le président Obama se rendait en Argentine pour se réunir avec le nouveau président, Mauricio Macri, ses apparitions publiques ont été tourmentées par des manifestants qui ont bruyamment demandé des explications, ainsi que des excuses, au sujet des pratiques étasuniennes, passées et actuelles. Il existe peu de pays en Occident où l’antiaméricanisme s’exprime aussi vigoureusement qu’en Argentine, où une culture très politisée de la plainte a évolué vers une situation dans laquelle de nombreux problèmes du pays sont reprochés aux Etats-Unis. Il existe à gauche, tout particulièrement, une rancune persistante à cause du soutien octroyé par le gouvernement des Etats-Unis à l’aile droite militaire Argentine, qui a pris le pouvoir en mars 1976 et a instauré une "Guerre sale" contre la gauche, causant la mort de milliers de vies durant les sept années qui suivirent.

    La visite d’Obama a coïncidé avec le quarantième anniversaire du coup d’État. Il a précisément rendu hommage aux victimes de la Guerre sale en visitant un sanctuaire construit en leur honneur dans la périphérie de Buenos Aires. Lors d’un discours prononcé à cet endroit, Obama a reconnu ce qu’il a appelé le "péché par omission américain", mais sans aller jusqu’à présenter de véritables excuses. "Les démocraties doivent avoir le courage de reconnaître lorsqu’elles ne sont pas à la hauteur des principes qu’elles proclament, (...) et nous avons été trop lents à parler franchement de la question des droits de l’homme, et ce fut le cas ici."

    Durant la période préparatoire du voyage d’Obama, Susan Rice, la conseillère pour la sécurité nationale du président, avait annoncé l’intention du gouvernement de déclassifier des milliers de documents de l’armée étasunienne et des services secrets appartenant à cette période tumultueuse de l’histoire Argentine. Un geste de bonne volonté dans le but de souligner les efforts en cours mis en place par Obama pour changer la dynamique des relations entre les Etats-Unis et l’Amérique latine – "pour enterrer les derniers vestiges de la Guerre Froide", comme il l’avait signalé à La Havane lors de ce même voyage.

    La semaine dernière, une première tranche de ces documents déclassifiés a été publiée. Les documents révèlent que des fonctionnaires de la Maison Blanche et du Département d’Etat étaient très au fait du caractère sanguinaire de l’armée argentine, et que certains de ces fonctionnaires étaient horrifiés par ce qu’ils savaient. D’autres, tout particulièrement Henry Kissinger, ne l’étaient pas du tout. Dans un câble de 1978, l’ambassadeur étasunien, Raul Castro, écrit à propos d’une visite de Kissinger à Buenos Aires, où il était reçu en tant qu’invité du dictateur, Jorge Rafael Videla, alors que le pays recevait la Coupe du Monde : "Mon unique préoccupation est que le concert intarissable d’éloges de Kissinger au sujet des mesures prises par l’Argentine pour éradiquer le terrorisme ne soit trop monté à la tête de ses hôtes", écrivit Castro. L’ambassadeur poursuivit anxieusement : "Nous courons le risque que l’Argentine utilise les éloges de Kissinger comme justification pour durcir sa position vis-à-vis des droits de l’homme."

    Les dernières révélations dévoilent le portrait d’un Kissinger qui a agi comme l’incitateur impitoyable, pour ne pas dire co-conspirateur actif, des régimes militaires latino-américains impliqués dans des crimes de guerre. Des documents déclassifiés antérieurement, sous l’administration Clinton, avaient déjà prouvé que Kissinger, non seulement était au courant des agissements des militaires, mais aussi qu’il les avait activement encouragés. Deux jours après le coup d’Etat en Argentine, Kissinger est briefé par son Secrétaire d’Etat assistant pour les affaires Inter-Américaines, William Rogers, qui le prévient : "Je pense qu’il faut s’attendre à pas mal de répression, probablement à une bonne dose de sang, d’ici peu en Argentine. Je pense qu’ils vont devoir s’en prendre très durement non seulement aux terroristes mais aussi aux dissidents des syndicats et des partis opposants." Ce à quoi Kissinger répond, "Quelles que soient les risques qu’ils encourent, ils auront besoin d’un peu d’encouragement... et je veux vraiment les encourager. Je ne veux pas leur donner l’impression qu’ils ont les Etats-Unis sur le dos."

    Sous la direction de Kissinger, il est certain que [les militaires] n’étaient pas tourmentés. Juste après le coup d’Etat, Kissinger a envoyé son soutien aux généraux et a renforcé ce message en approuvant un ensemble de mesures d’assistance sécuritaire américaine. Durant une réunion avec le Ministre argentin des Affaires étrangères, deux mois plus tard, Kissinger lui conseilla en clignant de l’œil, d’après le mémo de la conversation archivé, "Nous sommes conscients de la période difficile que vous traversez. Ce sont des temps étranges, où les activités politiques, criminelles et terroristes tendent à se rejoindre sans séparation claire. Nous comprenons que vous deviez rétablir votre autorité. .. S’il y a des choses à faire, vous devriez les faire rapidement."

    Les forces militaires argentines ont fait un coup d’Etat afin d’étendre et d’institutionnaliser une guerre qui était déjà en cours contre les guérillas de gauche et leurs sympathisants. Ils appelèrent cette campagne le Processus de Réorganisation Nationale, ou plus simplement "le processus". Durant la Sale guerre, nous le savons bien aujourd’hui, jusqu’à 30 000 personnes ont été enlevées, torturées et exécutées par les forces de sécurité. Des centaines de suspects ont été enterrés anonymement dans des fosses communes, des milliers d’autres furent déshabillés, drogués, embarqués dans des avions militaire et lancés en plein vol à la mer, vivants. Le terme "los desaparecidos " – "les disparus" – est depuis devenu un apport de l’Argentine au vocabulaire de l’humanité.

    Pendant la période du coup d’Etat, Gerald Ford était le président intérimaire des Etats-Unis et Henry Kissinger avait la double fonction de Secrétaire d’Etat et conseiller pour la Sécurité nationale, postes qu’il avait déjà occupé pendant l’administration de Nixon. Immédiatement après les événements en Argentine, suite aux recommandations de Kissinger, le Congrès des États-Unis a approuvé la demande d’assistance en matière de sécurité de la junte pour un montant de 50 millions de dollars, auxquels se sont ajoutés 30 millions de dollars avant la fin de cette même année. Des programmes d’entraînement militaires et des ventes d’avion pour une valeur de plusieurs centaines de millions de dollars ont aussi été autorisés. En 1978, après un an de présidence de Jimmy Carter, les inquiétudes en matière de violations des droits de l’homme ont mis fin à l’aide étasunienne. Plus tard, la nouvelle administration a cherché à écarter la junte militaire de toute assistance financière internationale. Néanmoins, ces restrictions ont été annulées avec l’arrivée de Reagan à la Maison-Blanche, début 1981.

    Dans les faits, Kissinger n’a jamais été inquiété pour ses actions au Chili, où des milliers de personnes ont été assassinées par les hommes de main de Pinochet, ou pour le Vietnam ou le Cambodge, où il a ordonné des bombardements aériens à grande échelle qui ont couté la vie d’innombrables civils. L’un de ces principaux critiques, feu Christopher Hitchens, a publié en 2001 un pavé accusateur –"Le Procès de Henri Kissinger" – dans lequel il réclamait que Kissinger soit poursuivi "pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité, et pour infractions contre le droit coutumier ou international, incluant la conspiration pour commettre des meurtres, des enlèvements, et la torture".

    En pleine Guerre Sale, bien entendu, les généraux argentins nièrent tout simplement tout événement malencontreux. Interrogés au sujet des "disparus", le leader du coup d’Etat, le Général Videla, expliqua avec une froide ambiguïté, "Les disparus sont simplement cela : des disparus. Ils ne sont ni vivants ni morts. Ils sont disparus". D’autres officiers suggéraient que les disparus étaient probablement en train de se cacher, préparant des actions terroristes contre la patrie. En réalité, la grande majorité d’entre eux était brutalisée par des agents gouvernementaux dans des prisons secrètes, pour être ensuite – ans la plupart des cas – exécutés. Comme en Allemagne durant l’holocauste, une grande partie de la population argentine comprenait ce qu’il se passait, mais gardait le silence dans un esprit de complicité, ou de peur. Signe d’une époque durant laquelle il était plus simple de se voiler la face, les Argentins qui assistaient à l’enlèvement de leurs voisins par des policiers en civil pour ne jamais revenir adoptèrent une expression qui devint populaire dans le pays : "Algo habrán hecho" – "Ils ont sûrement fait quelque chose".

    De nombreuses preuves sont là pour confirmer l’insensibilité totale de Kissinger, pour certaines aussi inexplicables que choquantes. Il y a aussi une attitude machiste dans certaines de ses remarques. Cela pourrait se comprendre, peut-être, s’il n’avait jamais vraiment exercé de pouvoir, comme c’est le cas jusqu’à maintenant du candidat à la présidence Donald Trump et ses offenses gratuites. Et puis l’on se rend compte que Kissinger, la plus ancienne et emblématique figure de paria de l’histoire moderne des États-Unis, n’est qu’un individu parmi toute une série de personnages à la fois craints et méprisés à cause de l’immoralité des services qu’ils ont rendu mais toujours protégés par l’establishment politique en reconnaissance de ces mêmes services. Les noms de William Tecumseh Sherman, Curtis LeMay, Robert McNamara, et, plus récemment, Donald Rumsfeld, nous viennent à l’esprit.

    Dans le remarquable documentaire d’Errol Morris The Fog War (2003), nous voyions que Mc Namara, qui était un octogénaire à l’époque, était un homme tourmenté qui affrontait ses vieux démons, sans y parvenir, à cause du fardeau moral dû à ses actions en tant que Secrétaire de la Défense américain pendant la Guerre du Vietnam. Il a récemment publié un mémoire dans lequel il tente de faire face à son héritage. A cette période, un journaliste nommé Stephen Talbot l’a interviewé, et a ensuite obtenu une interview avec Kissinger. Il écrivit plus tard sur sa première rencontre avec Kissinger : « Je lui ai dit que je venais d’interviewer Robert McNamara à Washington. Ça a retenu son attention, tout d’un coup il est devenu sérieux et puis il a fait quelque chose d’extraordinaire. Il a commencé à pleurer. Mais non, pas avec de vraies larmes... Tout juste devant moi, Henri Kissinger était en train de faire du théâtre. "Boohoo, boohoo," fit-il, en imitant un bébé qui pleure en frottant ses yeux. "Il s’autoflagelle encore n’est-ce pas ? Il se sent encore coupable." Il dit cela d’une voix chanteuse et d’un ton moqueur, en se tapotant le cœur. »

    McNamara est mort en 2009,à l’âge que Kissinger a aujourd’hui – 93 ans – mais les problèmes de conscience qu’il a publiquement exprimés vers la fin de sa vie ont aidé à adoucir sa sombre réputation. Maintenant qu’il approche la fin de sa vie, Kissinger doit se demander quel sera son propre héritage. Il peut être sûr que, au moins, son inébranlable soutien au projet de la superpuissance américaine, peu importe ce qu’il aura coûté en vies, représentera une grande part de cet héritage. Néanmoins, contrairement à McNamara qui aura tenté d’exprimer une certaine repentance tant méprisée par Kissinger, celui-ci n’a fait que démontrer qu’il ne possédait pas de conscience. Et c’est pour cela qu’il paraît fort probable que l’histoire ne l’acquittera pas si facilement.

    Jon Lee Anderson, est un journaliste, contributeur du New Yorker depuis 1998.

    Le New Yorker est un magazine hebdomadaire étasunien fondé en 1935 qui publie des reportages mais aussi de la critique, des essais, des bandes dessinées, de la poésie et des fictions. Depuis 2004, il a soutenu les candidats démocrates à la Maison Blanche. Il est catalogué comme étant de tendance libérale.

    Traduit pour Le Grand Soir par Luis Alberto Reygada (Twitter : @la_reygada – la.reygada@gmail.com).

    20 août 2016


  • Research Indicates Argentina has 1,500 Clandestine Airstrips
    http://www.insightcrime.org/news-briefs/1500-clandestine-landing-strips-in-argentina-research

    Argentina hosts at least 1,500 clandestine landing strips for traffickers flying drugs into the country, recent research show, providing further fodder for the government’s reinvigorated campaign against drug trafficking and organized crime. (…)

    Argentina is one of the biggest markets for cocaine in South America, as well as one of the departure points for cocaine headed to Europe. Regional neighbors Peru, Colombia and Bolivia are the region’s major coca-producing countries, and Argentina shares a border with Bolivia and Peru, which are also littered with landing strips. (...)

    President Mauricio Macri has introduced a number of new measures to strengthen the country’s security policy against organized crime since he assumed office in 2015, on both a national and regional level. One of his most controversial decisions has been a government decree authorizing the shooting down of suspected drug-trafficking flights, effective at least for the remainder of 2016.

    #argentine #drogues #transport


  • Médias en Argentine : Macri droit dans ses bottes ! - Acrimed | Action Critique Médias
    http://www.acrimed.org/Medias-en-Argentine-Macri-droit-dans-ses-bottes

    À peine installé à la tête de l’Argentine, Mauricio Macri s’est lancé dans de « grandes manœuvres » dans le secteur des médias, que nous avions détaillées dans un précédent article. Ces dernières se sont poursuivies en 2016 et ne cessent de démontrer l’ancrage néolibéral du nouveau président argentin, son inclination pour la concentration et le faible intérêt pour la démocratisation entamée sous la mandature précédente.

    En effet, quand Macri et son équipe investissent la question des médias, même avec un slogan de campagne aux accents novateurs – « Cambiemos » (« Changeons ») [1] –, c’est pour revenir à une structuration du champ médiatique argentin beaucoup moins ouverte et pluraliste qu’avant la loi de 2009.


  • Des nouvelles de mon ami Nils :

    Médias en Argentine : les grandes manœuvres de Macri - Acrimed | Action Critique Médias
    http://www.acrimed.org/Medias-en-Argentine-les-grandes-manoeuvres-de-Macri

    Le 22 novembre 2015, le candidat libéral Mauricio Macri a été élu président de la République argentine, mettant fin à douze ans de gouvernement kirchnériste. Peu de temps après son investiture, il s’illustre par des mesures et des méthodes de choc (légiférant par décrets, 97 pris entre le 10 et le 16 décembre !), dans le domaine des médias notamment. D’habitude si prompte à dénoncer les « attaques contre la liberté d’expression », la presse française – et francophone – se démarque, elle, par son silence assourdissant sur le sujet.


  • L’échiquier politique sud-américain et le destin de deux femmes
    | par Virginia Briones
    https://blogs.mediapart.fr/virginiabrio/blog/220516/l-echiquier-politique-sud-americain-et-le-destin-de-deux-femmes

    La destitution de Dilma Rousseff et l’inculpation de Cristina Fernandez de Kirchner sont deux symptômes d’un processus plus large de déstabilisation des jeunes démocraties sud-américaines. A l’origine de ce bouleversement se trouvent les secteurs les plus conservateurs de la société, pour lesquels les gouvernements populaires sont illégitimes.

    Elles sont accusées d’avoir réalisé des opérations frauduleuses à l’encontre de l’administration publique de leurs pays. Ces accusations sont le point culminant d’un long et méticuleux processus véhiculé par les médias dominants et par un pouvoir judiciaire extralimité. Dans les deux pays les médias appartiennent majoritairement à des groupes qui concentrent l’essentiel de l’économie. En Argentine la loi « des medias » du gouvernement de Cristina Fernandez, dont le débat avait transcendé le cadre de l’Assemblée Nationale atteignant l’ensemble de la socité, avait le but d’éviter la concentration de la presse écrite et des médias audiovisuels par ces groupes économiques mais aussi de soutenir les médias indépendants. Une des premières mesures du gouvernement de Mauricio Macri, élu en décembre 2015, a été d’annuler cette loi par un décret. La plupart de l’information diffusée par les journaux étrangers, dont les français, sont la transcription pure et dure de celle qui découle des médias locaux dominants, devenus« officiels », avec des rares exceptions.

    #Amérique_du_Sud #Argentine #Bresil #corruption #modelage_de_l_opinion


  • Enregistrement sonore de la conférence de Renaud Lambert
    http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article690

    Toulouse, le Bijou, le 13 avril 2016. Alors que les droites latino-américaines semblent relever la tête (en particulier suite à l’élection de Mauricio Macri en Argentine et à la cuisante défaite électorale du chavisme au Venezuela), le débat autour d’une possible « fin de cycle » ou d’un reflux des gouvernements « progressistes » se poursuit, nous recevons Renaud lambert afin de continuer à alimenter une réflexion critique. Renaud Lambert est rédacteur en chef adjoint au Monde (...)

    #International


  • Conférence - débat : « Pourquoi la panne en Amérique latine ? »
    http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article628

    L’Université Populaire de Toulouse, l’Association France Amérique Latine et les Amis du Monde Diplomatique invitent Renaud Lambert le mercredi 13 avril à 20H30 au Bijou, 123 avenue de Muret, Toulouse. Alors que les droites latino-américaines semblent relever la tête (en particulier suite à l’élection de Mauricio Macri en Argentine et à la cuisante défaite électorale du chavisme au Venezuela), le débat autour d’une possible « fin de cycle » ou d’un reflux des gouvernements « progressistes » se poursuit, (...)

    #Programme_d'activités

    « http://www.medelu.org/Pourquoi-la-panne-en-Amerique »


  • Médias en Argentine : les grandes manœuvres de Macri
    http://www.acrimed.org/Medias-en-Argentine-les-grandes-manoeuvres-de-Macri

    Le 22 novembre 2015, le candidat libéral Mauricio Macri a été élu président de la République argentine, mettant fin à douze ans de gouvernement kirchnériste. Peu de temps après son investiture, il s’illustre par des mesures et des méthodes de choc (légiférant par décrets, 97 pris entre le 10 et le 16 (...)


  • Les Argentins rassemblés pour un adieu à la présidente sortante Cristina de Kirchner — RT en français
    10 déc. 2015
    https://francais.rt.com/international/11871-argentine-cristina-fernandez-disours-adieu

    Dans un discours d’adieu face au palais présidentiel, l’ex-chef d’Etat a salué ses partisans émus par son départ tout en en profitant pour critiquer indirectement le nouveau président élu Mauricio Macri.

    Mercredi soir, sur la plus célèbre place d’Argentine, la Plaza de Mayo devant le palais présidentiel de Buenos Aires, des dizaines de milliers de partisans sont venus écouter le discours d’adieu de Cristina Fernández de Kirchner.

    “““““““““““““““““““““
    Argentine : les adieux de Cristina Kirchner devant des milliers de personnes
    http://video.lefigaro.fr/figaro/video/argentine-les-adieux-de-cristina-kirchner-devant-des-milliers-de-personnes/4654902908001


  • A la Une : Mauricio #Macri, le nouveau #président_argentin - #Amériques - RFI

    L’Argentine et la victoire de Mauricio Macri au second tour de l’élection présidentielle qui met fin à la décennie « kirchnériste »

    « Macri s’est imposé et a mis fin à douze années d’hégémonie kirchnériste », titre La Nación. Mauricio Macri, ex-président du club de football Boca Junior et maire de Buenos Aires prendra ses fonctions le 10 décembre pour quatre ans. Il succède à Cristina Kirchner qui l’a appelé pour le féliciter et l’inviter dès demain à la résidence de Olivos. Cristina Kirchner a déjà commencé à faire ses adieux. Elle a prévenu qu’il ne faudrait pas remettre en question les avancées que son gouvernement a obtenues pour les Argentins, rapporte La Nación. Pour Página 12, Daniel Scioli « n’a donc pas réussi à rompre le maléfice puisqu’aucun gouverneur de la province de Buenos Aires n’a réussi à se faire élire président ». De son côté, Mauricio Macri « n’a pas appelé à la revanche, mais à l’unité », signale Clarín.

    Une victoire relevée dans la presse de l’ensemble du continent

    Mauricio Macri a été félicité par plusieurs présidents du continent, indique Página 12, dont la Colombie, le Paraguay, le Mexique, mais aussi les pays dits progressistes et désormais anciens alliés : le Chili, l’Equateur, la Bolivie et le Venezuela. Pour le Washington Post, le maire de Buenos Aires a été catapulté à la tête du pays en surfant sur une vague de mécontentement due à plusieurs scandales au sein du gouvernement, une économie faible et un nationalisme combatif.

    Selon l’éditorialiste d’El Pais d’Uruguay, cette victoire n’est pas le fruit du hasard. Macri a su tisser au fil des ans des alliances politiques qui lui ont permis d’accéder à la présidence du pays : une coalition avec Elisa Carrió de l’Alliance civique, qui s’était présentée au premier tour, et avec l’Union civique radicale qui a apporté à Macri un large soutien sur tout le territoire. Un triomphe fort de la victoire de María Eugenia Vidal dans la province de Buenos Aires lors des élections d’octobre, insiste El País, alors que cette province était un bastion du péronisme et semblait invincible.

    Le Venezuela perd un allié stratégique.

    Les relations entre l’Argentine et le Venezuela risquent de se tendre, car comme le rappelle 2001, Macri avait déclaré qu’en cas de victoire, il demanderait des comptes à Nicolas Maduro à propos des abus, des prisonniers politiques, de la participation de militaires dans le gouvernement et pour faire suspendre le Venezuela du Mercosur ; une promesse qu’il dit vouloir tenir lors du prochain sommet en décembre.
    Selon El País, la vague progressiste du continent semble « avoir commencé à se fissurer à Buenos Aires ».

    Mais le nouveau président devra nécessairement « négocier avec le Congrès », prévient O Globo ; il devra aussi forger des alliances avec les principaux dirigeants péronistes, ajoute La Nación . Macri devra mettre en place une dévaluation de la monnaie, assainir le marché des changes et lever les restrictions qui pèsent sur le commerce extérieur, avance le journal colombien El Tiempo.

    Les grands défis du nouveau président Mauricio Macri

    Mauricio Macri n’a pas la majorité à l’Assemblée nationale et encore moins au Sénat, insiste Clarín. La « révolution du bonheur » dont Mauricio Macri s’est senti investi à mesure qu’on approchait du second tour ne durera pas longtemps estime d’un ton sarcastique l’éditorialiste du journal de Rio Negro. « Les circonstances économiques provoquées par l’irresponsabilité du gouvernement sortant ne lui donneront pas le temps de profiter de cette lune de miel » poursuit-il.

    Selon Clarín, le nouveau président fait face à quatre défis majeurs : le ralentissement de l’économie mondiale, les déséquilibres de l’économie nationale, l’obstruction de l’opposition et l’inexpérience politique de sa propre coalition. Les grandes interrogations étant : est-ce que le président pourra faire passer ses réformes au Congrès, et est-ce que la rue le laissera les mettre en œuvre ?

    Heureusement, estime l’éditorialiste de Rio Negro, les partisans de Macri ne sont pas autoritaires ni illuminés. « Ce sont des centristes pragmatiques », assure-t-il, « qui veulent que l’Argentine soit assimilée davantage aux démocraties développées qu’à des pays ’bolivariens ’ comme le Venezuela, l’Equateur, sans parler de Cuba, qui ont servi de modèle au kirchnérisme » assène-t-il. Il faut désormais un changement soutenable, insiste pour sa part Clarín. Et Clarín de conclure : « à partir de maintenant le kirchnérisme n’est pas le problème, mais il faudra bien reconnaître qu’il a proposé la solution ».

    http://www.rfi.fr/ameriques/20151123-une-mauricio-macri-le-nouveau-president-argentin?ns_campaign=reseaux_so


  • C’en est fini du kirchnérisme en #Argentine. Le candidat de la droite libérale Mauricio Macri a remporté le 22 novembre l’élection présidentielle, mettant fin à douze ans de péronisme de gauche : « retour en force de l’Etat, efforts pour consolider une bourgeoisie nationale, programmes sociaux, confrontation féroce avec le patronat et les médias privés : la stratégie a conduit à des taux de croissance insolents, expliquait à ce propos José Natanson en juillet 2014. Avant de s’essouffler ».

    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/07/NATANSON/50641

    http://zinc.mondediplo.net/messages/11734 via Le Monde diplomatique