person:neil young

  • Lucy Rose sera de passage à Paris le 09 mai au Café de la Danse pour nous faire découvrir son nouvel album No Words Left. Lucy Rose est une chanteuse et compositrice multi-instrumentaliste anglaise, exerçant à la fois la batterie, le piano et la guitare. Ses compositions folk et pleines d’émotions ne sont pas sans rappeler celles de Laura Marling avec qui elle partage plusieurs influences dont Joni Mitchell et Neil Young.
    https://www.youtube.com/watch?v=N9ShTxl7DpQ

  • Pierre m’appelle au secours
    Sa maison biscornue est inondée
    Son équipe de rugby va mal

    Je ne passe pas l’inspection
    Des vestiaires
    Je suis envahi de punaises

    Sarah et moi
    Pas bien réveillées
    Du tout

    Tentative d’autoradio
    Du Macron en veux-tu en voilà
    Tu n’en veux pas, en voilà quand même

    De temps en temps
    La rubrique nécrologique
    Apporte de douces nouvelles

    Les syndicalistes ont tellement l’habitude
    De ne rien faire que lorsqu’ils font grève
    Ils appellent ça une journée d’action

    Jean d’Ormesson
    (1925 - 2017)
    Et nous respirons tous mieux

    Ce sont des massacres grandioses
    Dans des paysages sublimes

    C’est beau comme du Jean d’Ormesson

    Ennui profond
    Aucun courage
    Faim froid fatigue

    Ne serait-ce que sortir
    Marcher jusqu’à la cantine
    Et prendre un café

    De la table depuis laquelle
    Je prends mon café, vue sur la terrasse
    Où, comme au cinéma, P. Rebbot boit un coup

    De la table depuis laquelle
    Je prends mon café, je lis
    Deux fois né, Constantin Alexandrakis

    De la table depuis laquelle
    Je prends mon café, je finis
    Par me lever et rentrer au travail

    Ces derniers jours
    J’avais le souci de rattraper
    Mon retard dans Mon Oiseau bleu

    L’ayant rattrapé (Mon Oiseau bleu)
    Je m’ennuie (beaucoup)
    Et je n’ai plus rien (du tout) à écrire

    Désœuvrement
    Et si je faisais des poèmes
    Avec les objets-sujets de mes mails ?

    D-O-U-D-O-U (Julia)
    Comme dans Matrix, tu vois ? (Adrien Genoudet)
    Le CNL s’offre à un clown (L.L.d.M.)

    Contrat TNB (TNB)
    Abraham Pointcheval (Hélène Gaudy)
    Lecture (Oana Munteanu)

    Neil Young (Neil Young)
    Mon cœur balance (L.L.d.M.)
    Curatelle renforcée (pdj@desordre.net)

    Sur la mauvaise péniche (pdj@desordre.net)
    Caroline et les cailloux (Gilles Coronado)
    On dit lourdement armé (Adrien Genoudet)

    (no subject) (Sarah Cillaire)
    Notules dominicales de culture domestique (P. Didion)
    Le bon numéro (terrier@rezo.net)

    Mon Oiseau bleu à Rennes (pdj@desordre.net)
    Rêve du premier décembre (pdj@desordre.net)
    Encore de la pédagogie (terrier@rezo.net)

    Elle nous dit rien (terrier@rezo.net)
    Alice (terrier@rezo.net)
    Syntaxerror (terrier@rezo.net)

    Une sortie au théâtre (Decroly)
    Organisation projet (Decroly)
    Trio de solos de saxophones (J.-L.G.)

    L’Étreinte (T.N.B.)
    Sélection à l’université (D. Pifarély)
    Merci (Monika)

    Fuir ? (J.)
    Decroly, le chinois et le tennis (J.)
    Le Père Noël analysant (J.)

    Toute ma vie
    Mon œuvre majeure
    Me désennuyer en open space

    Puisque j’aime tant la scène
    Je devrais écrire une pièce
    Qui se passe en open space

    Ou, est-ce qu’au contraire
    Écrivant pour m’évader
    Porter l’action dans les Cévennes ?

    Dans une réunion au travail, sentir
    Qu’on ne prend pas la bonne direction
    S’en moquer, s’en réjouir presque. Mauvais esprit

    Revenir exsangue du travail
    Trouver Zoé affairée au repas du soir
    Et Laurent et Ransley apportent le dessert !

    Rien
    À
    Faire

    Lire quelques pages
    Écrire un poème
    Ressortir chercher les amis

    Passer prendre Emile au rugby
    Bref échange avec Léo
    Plaisir de le voir répéter ses gestes

    Le dal de Zoé déchire sa race
    Je ne sais pas si on peut dire les choses
    Comme ça dans un poème

    Ransley a apporté
    Un gâteau de châtaignes drômois
    Tellement différent du mien cévenol

    On rit beaucoup
    Autour de cette table
    Surtout à mon propos

    La complicité de Laurence
    Avec mes enfants
    Chaque fois, me bouleverse

    Je dépose Laurence et Ransley
    En chemin je raconte ma mésaventure
    De péniches de dimanche

    Il faut vraiment
    Que je retravaille
    Ce récit : ça vaut le jus

    Je tombe de fatigue
    Je tente un peu de lecture
    Le livre tombe de fatigue aussi

    #mon_oiseau_bleu

  • Pour Noël : la liste musicale Lieux Communs - Lieux Communs
    https://collectiflieuxcommuns.fr/909-liste-musicale-lieux-communs

    Les « Bonus », audio voire musicaux, postés en bas de chaque revue de presse, sont d’inspirations diverses et variées, quelquefois en lien avec l’actualité. Il s’est ainsi formé, au fil du temps, une sorte d’archive, mais sonore.
    Afin de répondre à un intérêt insistant et croissant, en voici la meilleure sélection après quatre ans d’exercice, totalisant une bonne quinzaine d’heures d’écoute, réparties en une bonne centaine de morceaux musicaux.
    Ils sont classés arbitrairement de manière alphabétique et comme l’auditeur s’apercevra rapidement que le terme d’éclectisme n’est pas usurpé, leur enchaînement n’est pas toujours du meilleur effet. A chacun de savoir s’y prendre, donc.

    • 1,3 giga , pour information.

      ’The Easy Winners’ SCOTT JOPLIN (1901) Ragtime Piano Roll Legend.mp3
      (Sting) Saint_Agnes_and_The_Burning_Train (Classical Ver) - Sungha Jung.mp3
      #ExMuslimBecause #INeedYourLove - Flash Dance at Kings Cross.mp3
      A las mujeres (1936), canción anarquista - anarchist song.mp3
      Abdel Halim Hafez Sawah.mp3
      Alexandre Tharaud, Schubert, Impromptus, op. 90, D. 899.mp3
      Ali farka toure & Ry Cooder - Amandrai (1994).mp3
      Ali Riahi - Tikwit.mp3
      Amália Rodrigues Primavera.mp3
      Antonio Soler Fandango Andreas Staier harpsichord.mp3
      Arabian Waltz [Rabih Abou-Khalil].mp3
      Arthur Rubinstein - Chopin Scherzos, No. 1 - No. 4.mp3
      Baaziz - Hexagone en arabe - Je m’en fous.mp3
      Bach ’s Chaconne for Solo Violin _ Itzhak Perlman (Part 1_2).mp3
      Bach Cello Suite No 4 E flat major BWV 1010 Rostropovich.mp3
      Bach Cello Suite No 6 D major BWV 1012 Rostropovich.mp3
      Bach Partita in A Minor, Allemande BWV 1013 ; Kate Clark, baroque flute.mp3
      Bach- Glenn Gould-Yehudi Menuhin-Violin Sonata No.4 (HD).mp3
      Bach-Glenn Gould-The Art of Fugue (HD).mp3
      Bach-Mstislav Rostropovich-Cello Suite No 2 in D minor, BWV 1008.mp3
      Baden Powell - Manha de Carnaval (1970).mp3
      Baden Powell 1970 Germany = Manhã de carnaval = rare !.mp3
      Beethoven Sonata Pathetique Op. 13 - I. Grave. Allegro di molto e con brio.mp3
      Billie Holiday - On The Sunny Side Of The Street (1944).mp3
      Björk - Homogenic.mp3
      Boby Lapointe T’as pas tout dit.mp3
      Bonnie Tyler - I Need a Hero (Lyrics).mp3
      Brazil by Pink Martini.mp3
      breaking up the house.mp3
      Brigitte Fontaine - Comme à la radio 1969.mp3
      Brigitte Fontaine - Prohibition (clip officiel).mp3
      Bud Powell - Cleopatras Dream.mp3
      Buddy Holly Words Of Love.mp3
      Chacona - Arañés - Musica Ficta - Ensemble Fontegara.mp3
      CHARLES WRIGHT EXPRESS YOURSELF.mp3
      Christian Ferras plays Sibelius Violin Concerto 1st mov..mp3
      Chuck Berry - Woodpecker.mp3
      Chuck Berry Roll Over Beethoven.mp3
      Claudio Arrau - Beethoven - Piano Sonata No 32 in C minor, Op 111.mp3
      Corelli La Follia.mp3
      Cornet à bouquin (Cornett) — Lo son ferito (Rognoni-Palestrina).mp3
      Czardas - Mandolin ZiHan Chen & Guitar YunChang Dong.mp3
      Dave Brubeck Quartet - Take Five.mp3
      dick annegarn travelling through (1973).mp3
      Down By The Riverside- Clara Ward Singers.mp3
      Duke Ellington. Caravan.mp3
      Duke Ellington’s Coronets ♫ Moonlight fiesta ♫.mp3
      Dutronc Jacques Les gens sont fous, les temps sont flous (FH Blues 1966) [HQ Stéréo].mp3
      Dutronc Jacques- Le Responsable.mp3
      Erbarme Dich - J.S.Bach - Passion Matthieu.mp3
      Eric Clapton - Layla (Unplugged).mp3
      Es prohibido fumar - Vidal Cibrian (Tango Argentino 1900-1930).mp3
      EVERLY BROTHERS - Wake up little Susie (1957).mp3
      Fauré, Pie Jesu- Philippe Jaroussky.mp3
      Fazil Say-Turkish March.mp3
      France Gall, Bebe Requin.mp3
      Francis Blanche - La fille du gangster - Chanson française.mp3
      Françoise Hardy -L Amitié♫☺.mp3
      Fred McDowell Jesus Is on the Mainline.mp3
      Gabriel Yacoub - NOUS IRONS EN FLANDRES.mp3
      Gabriel Yacoub - Regarde bien petit.mp3
      Gabriel Yacoub, Les Trois Ptits Frères de Pontoise.mp3
      Gabriel-Yacoub, Comprenez vous 1757.mp3
      Georges Brassens Bobino 1972 10 La non demandé en mariage.mp3
      Georges Brassens - Le mécréant.mp3
      Georges Brassens - Mélanie.mp3
      Hugues Le Bars "J’en ai marre" 1991.mp3
      Jacques Brel - Il nous faut regarder.mp3
      Jacques Brel - Les bigottes (au Casino de Knokke 1963).mp3
      Jacques Brel-Vesoul.mp3
      Je voudrais être un fauteuil - Gnawa Diffusion.mp3
      Jeanne Moreau-Le Tourbillon De La Vie (in Jules et Jim).mp3
      Jordi Savall, Mare Nostrum, El Cant dels Aucells.mp3
      JUDY COLLINS - Turn Turn Turn (1966 ).mp4.mp3
      Julio Iglesias - La Mer.mp3
      LArpeggiata - Ah, Vita Bella !.mp3
      LArpeggiata - Athanasius Kircher (1602-1680) - Tarantella Napoletana, Tono Hypodorico.mp3
      Le chant des ouvriers.wmv.mp3
      Lead Belly- Midnight Special.mp3
      Leo Ferre - La mémoire et la mer.mp3
      Les négresses vertes - Voilà l’été.mp3
      Malicorne, Le prince d’Orange, bataille de Bouvines.mp3
      Mareta nom faces plorar - Anon - Montserrat Figueras - Hesperion XXI -(Alicante ca 1700).mp3
      Marionas - Gaspar Sanz (1640 - 1710).mp3
      Mel Brooks - Its Good To Be The King 12 extended version.mp3
      Mendelssohn Violin Concert, Mutter Karajan Op.64- 1st Mov 1st PART.mp3
      Michael Nyman - Memorial.mp3
      Monty_Python_sacre_Graal vostfr.mp3
      Mustang Sally - Wilson Pickett (Album Version).mp3
      Neil Young - Dead Man Theme (long version).mp3
      Neil Young - My My, Hey Hey. (Lyrics) [HD].mp3
      New Lost City Ramblers - How Can a Poor Man Stand Such Times and Live.mp3
      nina simone - my baby just cares for me.mp3
      Nina Simone - Sinnerman full lenght.mp3
      Nina Simone - You Dont Know What Love Is.mp3
      Nino Ferrer - Les cornichons.mp3
      Omar Souleyman - Warni Warni (Official Video).mp3
      Orchestre National de Barbès (ONB) - Dor Biha (live).mp3
      pete seeger which side are you on.mp3
      Pizzica di San Vito.mp3
      Quadro Nuevo - Giovanni Tranquillo.mp3
      Quadro Nuevo - Jakob Elija.mp3
      Radio Tarifa - Lamma bada.mp3
      Ronnie Cook - Goo Goo Muck.mp3
      Rubinstein- Chopin Polonaise Op.53.mp3
      Sandrey Ouvre la fenêtre (1930).mp3
      Scarlatti Fugue in G minor, L.499 K.30 by Anne Queffélec.mp3
      Schoenberg Verklärte Nacht, Op.4 - Boulez..mp3
      Schubert - Piano Sonata in A major, D. 959 Second Movement (Andantino) - Alfred Brendel.mp3
      Sister Rosetta Tharpe - Up Above My Head.mp3
      Stalker - Andrei Tarkovsky dream scene.mp3
      Stefano Landi - Augellin - LArpeggiata, Marco Beasley.mp3
      Sweet Smoke - Just A Poke - Baby Night.mp3
      Sweet Smoke - Just A Poke - Silly Sally.mp3
      Telemann - fantasie nr3 (Brüggen).mp3
      The Beatles - Cry For A Shadow (HD).mp3
      The Beatles - You Know My Name (full).mp3
      The Beatles-Blackbird.mp3
      The Prodigy - Invaders Must Die (Official Video).mp3
      The Silkroad Ensemble Arabian Waltz.mp3
      The Specials - Rat Race.mp3
      Thelonious Monk quartet à Pleyel 1969 part 1.mp3
      Tout va très bien, Madame la Marquise.mp3
      Zebda Le théoreme du châle.mp3
      هذى غناية جديدة - الجوينى .Jouini-Hedi.mp3

  • OMG ! It happens !
    Toutes les archives de #neilyoung accessibles gratuitement.

    Mode d’emploi par NY himself :

    https://youtu.be/fPKbeSRnox0

    Les archives remontent jusqu’au premier enregistrement de Young, The Sultan, en 1963 et elles se terminent par un nouvel album publié vendredi, The Visitor. Elles contiennent tous ses albums, accompagnés des paroles, de vidéos, d’informations sur ses tournées et de références bibliographiques parfois bien cachées dans un site pas toujours pratique en navigation. D’ailleurs, Young apparaît dans une vidéo introductive de dix minutes pour expliquer comment s’y retrouver dans ses archives.

    http://www.lemonde.fr/musiques/article/2017/12/02/toute-la-carriere-de-neil-young-consultable-sur-un-seul-site_5223776_1654986

    #musique #archives

  • Connaissez-vous Prince Ringard, l’improbable “punk à chats” ? - Sortir - Télérama.fr
    http://www.telerama.fr/sortir/connaissez-vous-prince-ringard-l-improbable-punk-a-chats,160718.php

    Au rayon influence, Prince Ringard revendique plutôt celles de Dylan et de Neil Young. Pourtant, il est surtout apprécié par les punks. Il en reste d’ailleurs le premier surpris. En 1977, lorsqu’il arrive devant l’ancien théâtre Dunois où il doit se produire, des punks attendent l’ouverture des portes. « Je me suis dit : ils ont du se tromper. Alors, je suis allé les voir pour le leur dire. Mais non, c’était bien moi qu’ils étaient venu voir ». A Londres, le malentendu se poursuit : Jean-Claude se produit dans un club en première partie de Vince Taylor, rockeur 60’s remis au goût du jour par The Clash. Dans la salle, il est applaudi par des teddy boys et des punks.

    https://www.youtube.com/watch?list=PLEfzEPO-qeJKLE_FF9uefGY_ZPhbgn4hk&v=s55RjZSZ7z8

  • J – 111 : C’est comme si j’avais grandi avec ce cinéma. Celui de Jim Jarmusch. Je me souviens être allé voir Stranger than paradise sur la seule foi de son affiche (et un peu du titre), j’aimais cette image en noir et blanc de ces trois jeunes gens avec leurs airs cool dans une voiture américaine, j’étais dans ma première terminale, rien ne me prédisposait à aimer ce film dans lequel j’avais entraîné deux amis qui, comme moi, n’étaient pas du tout épatés en sortant du film, mais alors je n’aurais pas voulu l’avouer, je ne pense pas que j’avais capté grand-chose de ce film dans lequel il ne se passe pas grand-chose (la grande constante du cinéma de Jim Jarmusch), à une vitesse fort lente (puisqu’il ne se passe pas grand-chose, rien ne presse, l’autre grande constante de ses films), mais il était hors de question que je sois pris en flagrant délit de ne pas comprendre un truc obscur, et je me souviens avoir argumenté dur comme fer à la sortie à propos de la lenteur du film, de son atmosphère, de sa photographie (à l’époque, je me piquais de photographie, je tirais moi-même mes photographies dans ma salle de bain, mais j’étais encore loin de détenir le moindre savoir technique sur le sujet, tout était terriblement empirique, mais ayant accidentellement découvert les vertus de la solarisation et bien que ne sachant pas que c’était de la sorte que l’on appelait ce procédé, j’en faisais grand usage et expliquais que c’était un trucage que j’avais mis au point, quand j’y pense alors j’aurais pu écrire des romans avec de pareilles fictions, et que j’y pense encore, ma vie d’adulte aura surtout consisté à donner un corps à de telles fictions seulement adolescentes, finalement il n’y a guère que dans la musique que je ne suis pas parvenu à faire quelque chose dont je me serais prévalu adolescent, je n’entends rien à la musique et en dépit d’une véritable obstination pour apprendre à jouer de la guitare sèche avec une méthode de piano à queue, en dépit de l’obstination, le manque de méthode n’a rien donné), bref j’avais été de la plus mauvaise foi pour dire que j’avais adoré ce film dont en fait je ne pensais pas grand-chose, alors, parce que, maintenant, je suis en larmes d’émotion à chacun de ses plans ou presque, surtout celui de la visite des bords du lac Erie.

    Down By Law est sorti en septembre 1986 en pleine vague d’attentats à Paris et à la rentrée en première année aux Arts déco, d’ailleurs j’étais fort jaloux qu’une partie des premières années, dans une autre classe, étudiaient le script de ce film dans les moindres détails, dessinant des story boards , reproduisant des scènes en les photographiant etc… et d’ailleurs je suis allé le voir plusieurs fois en bandes organisées au point de très rapidement en connaître des pans par cœur. Et cela aura été pour moi le vrai passeport de mon inclusion aux Etats-Unis, quand je tombais sous la coupe des deux Greg au département photo de SAIC qui s’amusaient énormément avec ma maîtrise très défaillante de leur langue, m’apprenant dans un premier temps du vocabulaire technique photographique de travers, du genre objectif pour margeur et inversement ( easel pour objectif et lens pour margeur), puis ayant passé cette étape des expressions idiomatiques fausses, certaines d’ailleurs dont je ne parviens pas toujours à me défaire, comme de dire que the grass is always greener on the other side of the river et non fence (l’herbe est toujours plus verte chez le voisin, en anglais de l’autre côté du grillage, dans l’anglais fautif des deux Greg, de l’autre côté de la rivière), et je pense que je les avais finalement mis de mon côté, lorsqu’un jour je finis par leur dire, en forçant mon accent français, it is a sad and beautiful world buzz off to you too . Des années plus tard j’aurais eu beaucoup de plaisir à rassurer mon ami L.L. de Mars qui avait les miquettes sur une route à la foi enneigée et verglacée vers le festival d’Angoulême en lui faisant réciter, et en lui donnant la réplique, les dialogues de Roberto avec Jack & Zack, its’ Jack, not Zack, get it straight man.

    J’ai vu Mystery train à Chicago avec Cynthia et cela m’avait même armé pour certaines de nos disputes, quand je finissais par lui dire avec mon accent européen I am sorry I am a bit discumbobulated , et quand cela la faisait rire, elle finissait par me répondre en imitant la grosse voix de Screamin’ Jay Hawkings, yes I know the feeling . J’aime ce film, moins connu, à la folie. J’aime son ambiance de small time America , la petite ville américaine (ce qui n’est pour rien dans mon adoration, désormais, de Paterson ), encore que Memphis tout de même.

    J’ai vu Dead Man à Portsmouth, hypnotisé par les effets de delay de la guitare électrique de Neil Young qui signe là sans doute sa meilleure musique, effondré de rire lorsque le personnage interprété par Mitch Mitchum, son dernier film je crois, monologue avec le grizzly empaillé de son bureau, et ensuite littéralement pris par la main par le personnage de l’Indien quand les hautes portes barricadées du village s’ouvrent et que la vision du personnage interprété par Johny Depp ne cesse de perdre de la netteté. C’est un film qu’ensuite j’ai vu de nombreuses fois par petits bouts, or il me semble que c’est exactement cela un film fort que l’on avale à petites lampées comme un simple malt, des lampées qui brûlent mais qui sont tellement belles ? ou comme on ne relit jamais la Recherche en entier, seulement par extraits presque pris au hasard.

    Night on Earth est sans doute celui qui me fait le plus rire et je ne pense pas que je pourrais le voir dans un cinéma sans m’en faire jeter tellement cela me fait rire fort et avec un petit temps d’avance parce que j’en connais tous les lacets par cœur, la non-rencontre entre Gena Rowlands et Winona Ryder, la folle confession du chauffeur de taxi italien interprété par Roberto Begnini, quand ce dernier explosait encore de talent, et le feu d’artifice d’humour noir kaurisimakien en Finlande

    Ghost dog m’a moins plu, j’en goûte beaucoup l’excellente musique de RZA , le jeu admirable de Forest Whitaker, la narration aussi et la construction du personnage, mais beaucoup moins une certaine forme d’esthétisation des assassinats.

    Coffee & cigarettes est peut-être mon préféré, c’est l’association merveilleuse des deux grandes forces de Jim Jarmusch, une ambiance très calme, enveloppante, et des retours arrières dans le scénario sur le thème du déjà vu, en anglais dans le texte. Quant à la scénette entre Tom Waits et Iggy Pop, qui ont tous les deux arrêté de fumer, je crois que je pourrais la regarder plusieurs fois de suite.

    Broken flowers m’a fait pleurer tellement je trouvais cela beau ce personnage d’homme hanté par son passé amoureux et sa résolution en queue de poisson, et aussi pour le coup un sens admirable du détail qui place toute la confiance dans le spectateur de relever de tels détails pour comprendre la progression du scénario, quels sont les cinéastes qui nous font suffisamment confiance ? Et quel cadeau ils nous font, quand ils le sont !

    Je suis passé entièrement à côté de the Limits of control , mais d’un autre côté je l’ai vu d’après un fichier téléchargé, dans une définition très moyenne, que j’ai regardé dans le train un dimanche soir en revenant de Clermont-Ferrand, sans doute pas la meilleure des justices que l’on puisse rendre à une œuvre cinématographique, qui plus est de la part d’un cinéaste comme Jim Jarmusch.

    En sortant de Only lovers Left alive , j’étais très mitigé, pour une fois la lenteur du film m’a pris à rebrousse-poil, j’avais le sentiment qu’il se regardait en train de filmer, qu’il y avait des problèmes de faux rythme dans cette lenteur et ce n’est qu’après-coup que j’ai compris les nombreuses métaphores du film, celle des vampires qui, immortels, finissaient par périr de notre crise de l’environnement, celle de la solitude des artistes, celle de la fin du monde en situant l’action du film dans les quartiers défoncés de Detroit (et il fallait le faire !), et du coup je me dis souvent qu’il faudrait que je le revoie.

    Bref, vous l’aurez compris Jim Jarmush pour moi cela a toujours été une sorte de grand frère qui aurait fait les Arts Déco dix ans avant moi, qui m’aurait prêté ses disques, notamment ceux de Tom Waits et celui de RZA , un grand frère que j’aurais admiré dont j’aurais parfois voulu copier, toutes proportions mal gardées, une certaine forme de lenteur dans la narration, mais aussi une sorte de copain du bar de mon quartier du temps où j’habitais à Chicago, Jim Jarmusch c’est comme si j’avais déjà joué au billard avec lui au Gold Star . Et ce n’est pas la moindre des qualités que je trouve à son dernier film, Paterson , donc, que de me replonger dans cette atmosphère américaine, celle d’une époque que je tiens pour bénie de mon existence, et dont je sais intuitivement, et c’est sans doute cela qui me retient de traverser l’Atlantique, que je n’en retrouverais aucune trace sur place, si ce n’est donc, de façon fugace dans quelques plans et dans l’ambiance même des films de Jim Jarmusch, singulièrement le dernier, Paterson .

    Et justement j’aime dans Paterson , dès la première scène de réveil, la lumière, certes de studio, certes truquée, dans le sens qu’en fin d’été, début d’automne, il ne fait pas à ce point jour à six heures du matin (je soupçonne Jim Jarmusch de ne pas se lever souvent à six heures du matin), mais cette lumière du matin américain, de ses odeurs de café insipide, de bol de céréales avec un lait insipide aussi, même celui donné pour entier, ses bagels, cette lumière rasante qui rentre dans les chambres et qui éclairent les meubles faussement vieux et les petits cadres posés sur des napperons, oui cette lumière-là contient tout ce que je regrette des matins américains. J’aime les collègues qui, à défaut d’aller comme un lundi, ont des soucis infinis avec l’existence et la difficulté de la financer à crédit, j’aime la petite ville américaine qui fait son possible pour ressembler aux grandes, sa main street et les passagers du bus, élèves, étudiants, ouvriers et retraités (tout le reste de la population est en voiture), et j’aime par-dessus tout l’atmosphère sombre et chaleureuse du bar le soir, le même bar où l’on va sans se poser de questions, où l’on appelle le barman par son prénom, où l’on appelle tout un chacun par son prénom, et où ce sont les mêmes clients qui sont là, tous les soirs, autour de la table de billard où on joue à la boule huit, no last pocket , plus rarement à la boule neuf, qui est plus un truc de pool hall dans lesquels gravitent les fameux pool huslers (comme celui de Robert Rossen, dont d’ailleurs toutes les scènes de billard sont tournées à Chicago dans un pool hall fameux où Greg m’emmena un jour, seul endroit de la ville avec un billard français ce qu’il voulait essayer).

    Et dans ce merveilleux écrin, cette atmosphère chaleureuse, ce conte remarquable, parfaitement narré, fondu dans l’enchainement des jours, le quotidien immuable et répétitif, belle gageure de narration répétitive sans générer le moindre ennui, tout au contraire, de la fascination, de celle qui fait que l’on remarque petit à petit certains détails, et, donc, très très bien joué, notamment par Adam Driver au début de la scène finale, des larmes sans larme, un homme vaincu, complètement écrasé, sur le point d’exploser. C’est l’une des plus belles scènes du cinéma de Jim Jarmusch, elle en contient tous les ingrédients habituels, elle prend son temps et c’est un élément étranger qui arrive dans le cadre côté cour, telle la dealeuse à la fin de Stranger than paradise , l’aubergiste italienne de la fin de Down By Law , la veuve italienne à la fin de Mystery Train , celle qui se sent un peu discumbobulated , dans Paterson , le poète japonais égaré, grand lecteur de William Carlos Williams, qui finit par apporter ici le salut, là la solution, dans le cas de Paterson, les deux, et donne au récit, qui avait pris tout son temps, toute son épaisseur, de celles qui vous poursuivent longtemps après avoir vu le film, telle la portée poétique d’un vers. Un poète vaincu, écrasé par le quotidien dont il était parvenu à s’extraire grâce à sa poésie justement, tel l’apôtre Pierre sur le Mont des Oliviers, se renie et répond que non il n’est pas poète, qu’il est juste un chauffeur de bus comme un autre — autant vous dire qu’un certain informaticien de ma connaissance, qui écrit des fictions à ses heures, n’en menait pas très large devant cette scène —, et c’est un autre poète qui le sauve en donnant de nouveau un sens à son existence, une injonction, la seule qui vaille, écris ! Et le poète vaincu qui n’est plus au bord des larmes redevient un poète, il ne pleure plus le recueil perdu, il écrit ce qui le détermine, sa poésie qui est plus grande que lui, plus grande que les poèmes détruits.

    Le poète est à l’image des autres personnages de ce film, un artiste à la recherche de son véritable moi, un moi libre et émancipé, un moi serein, qui vit sereinement dans l’enveloppe charnelle d’un conducteur de bus d’une petite ville des Etats-Unis qui porte le même nom que lui — volonté chez le cinéaste de nous dire que son film est à la fois à propos d’un personnage, Paterson, et à la fois à propos d’une petite ville, Paterson, admirable fusion.

    Mon grand frère Jim a vieilli un peu, il n’écoute plus de rock, il est un peu plus raffiné dans ses prédilections, ses narrations sont encore plus lentes qu’auparavant, il est surtout en train d’entrer dans la catégorie des cinéastes poids lourds et chenus à la fois, les Manoel de Oliveira, les Bergman même, Tarkovski, il touche au sublime. Quel dommage en revanche qu’il n’ait pas pensé à engager un graphiste digne de ce nom pour ce qui est de l’écriture des poèmes à même les images de la ville notamment. Un poète qui écrit sans rature est-il un vrai poète ? Mais en regard de l’immense film qu’est Paterson c’est un infime reproche.

    #qui_ca

    • Ben je ne trouve pas cela très opérant comme critique. C’est un peu, comment dire, primaire.

      Je ne pense pas que le récit de film fasse de hiérarchie entre les différents « artistes » de ce film, et même plutôt le contraire. Tous les personnages ou presque qui ont effectivement un rôle dans ce film sont à la recherche d’une forme d’émancipation, le barman s’entraîne pour son tournoi d’échec de samedi, l’acteur expérimente in situ ses rôles (exprérience un peu limite c’est vrai), le personnage de Laura entreprend de développer sa ligne de cupcakes ET de devenir une chanteuse de folk (avec, en plus, davantage de réussite que son compagnon), et donc Parterson lui-même qui écrit des poèmes. Finalement le seul personnage qui n’est pas dans une telle recherche est celui qui est englué dans ses problèmes domestiques, le contrôleur. Quant à la scène finale, elle voit Parterson réaliser que ce n’est pas tant la sauvegarde de ses poèmes qui est importante mais leur écriture au moment de l’écriture, que c’est surtout pour lui-même qu’il écrit ses poèmes.

      Et en tant qu’auteure de Chez soi , tu ne vas pas me contredire que l’artiste la plus importante parmi tous ces personnages c’est Laura quand on voit cette manière extraordinaire qui est la sienne de transformer quotidien (qui déborde largement, les petites photos tous les jours différentes dans la lunchbox sont une oeuvre en soi) et habitation !

      Vraiment au contraire tous les personnages du film (à l’exception notable du contrôleur dont le problème majeur dans l’existence finalement c’est qu’il est endetté, qu’il vit à crédit) sont des artistes de leur propre existence, des artistes d’eux-mêmes en somme.

    • Ouais, les amies, vous avez sans doute raison. Je pensais que c’était moins flagrant que vous ne le dites, mais à la réflexion, je pense que vous avez sans doute raison. Cela doit tenir de l’impensé chez lui.

      Il faudrait par ailleurs je repense à cela en regard du reste de sa filmographie dans laquelle il me semblait pourtant que les personnages féminins étaient nettement moins caricaturaux que dans les films de ses collègues, que souvent même, c’étaient elles qui sauvaient des situations dans lesquelles les hommes s’étaient embourbés. Enfin cela paraissait plutôt équilibré. Je vais y repenser.

    • http://www.dictionary.com/browse/discombobulated
      http://www.wordreference.com/enfr/discombobulated

      @aude_v Je crois que le seul qui est vraiment peut-être aps raté, mais disons moins réussi que les autres, c’est The limits of control il me semble que tu devrais apprécier Only lovers left alive pour la métaphore à propos de l’environnement. Et Broken Flowers est très beau aussi. Je te parle des récents, les autres tu les connais.

  • http://www.desordre.net/bloc/ursula/2017/sons/status_quo_is_there_a_better_way.mp3

    J – 127 : La fin des étoiles de pierre (et autres mouvements de balanciers).

    Je me souviens, oui, c’est comme cela que cela devrait commencer, d’avoir reçu en cadeau de Noël la disque Blue for you du groupe de rock britannique, Status Quo , d’ailleurs en allant vérifier la chose, j’ai trouvé cette indication parfaitement calligraphiée d’une écriture dont j’ai le vague souvenir, chaque fois reprécisé quand j’en retrouve des traces dans mes petites affaires, que cette écriture était bien la mienne au millénaire précédent, celui de l’écriture calligraphiée pour ne pas dire analogique, les restes d’une telle écriture chez moi étant devenus parfaitement illisibles, parfois de moi-même une heure après avoir pris des notes, mais en mil neuf cent septante six, à Noël, j’écrivais d’une façon tout à fait lisible et convenable, avec même quelques traces voulues décoratives, bien de mon âge, bien de mon sexe, mais qui ne laissaient cependant pas deviner dans leur volonté d’afféterie que ce serait là ma voie, dix ans plus tard je rentrais aux Arts Déco, et donc c’est bien la mention Philippe Noël 1976 qui est donc inscrite et parfaitement lisible sur l’enveloppe de papier qui contenait la galette même à l’intérieur de la pochette du disque.

    Is there a better way ?

    Y a-t-il une meilleur façon de commencer ce récit ?

    Et c’est à cela que j’ai pensé, le matin de Noël. J’étais chez mes parents, nous avions réveillonné la veille, mon père avait sorti la grosse artillerie pour ce qui est des vins, ce qui commandait de facto que l’on vide, le lendemain midi même, les carafons, aussi étais-je retenu à déjeuner par mes parents, ce qui allait me donner l’occasion de réparer Oscar, l’ordinateur de mon père s’appelle Oscar, encore que réparer avec la dixième version de l’interface Fenêtres , il s’agisse bien davantage de tatônements, de quelques jurons bien sentis à propos de la conception de certaines des voies de ce progiciel, quand bien même, on est, je le suis, à mon corps défendant, et en dépit d’études dans le domaine des Arts Déco, informaticien, et puis, depuis quelques temps, auteur même, ceci n’est pas mon coup d’essai, avec l’expérience maintenant, je peux faire semblant d’hésiter, je sais un peu où je vais malgré tout, et là où je serai, vous avec moi, dans quelques centaines de pages, bref cela n’allait pas tout seul, depuis quelques temps, depuis son passage à la dixième version de Fenêtres , Oscar peinait sans cesse à se raccrocher au réseau orange de mes parents. Vers onze heures, j’ai pu pousser un cri victorieux, alors que cinq minutes auparavant j’avais déjà laissé entendre à mon père que je n’étais pas certain de pouvoir réactiver la carte réseau de son ordinateur portable, ma quoi ? avait demandé mon père, l’équipement dans Oscar qui permet de choper les paquets de données qui émanent de ta boîte. Et pour donner foi à mon cri de guerre victorieux, putain ça marche enfin , j’avais démarré une fenêtre de navigateur de marque panda roux et dans la barre d’adresse je pianotais l’adresse du site du Monde . Et de fait, cela fonctionnait. Les nouvelles s’affichaient, un avion de transport de troupes russes s’était abimé ne laissant aucun survivant. Mon père, ancien ingénieur en aéronautique faisait grise mine, il n’aime pas, plus que personne je crois, les accidents d’avion, quand bien même, rationnellement il lui arrive de parler d’impondérables, Rick Parfitt, guitariste, à l’époque on disait guitariste rythmique, du groupe britannique Status Quo est mort, Ah merde Rick Parfitt, mon père, qui ça ? Un musicien de rock. Ah.

    Apparemment Rick Parfitt est mort d’une infection contractée lors d’une opération chirurgicale la semaine précédente, à l’âge de 68 ans. Un peu jeune pour le commun des mortels, un peu vieux pour un musicien de rock. Et plutôt une mort de type de la rue qu’une de ces morts spectaculaires au volant d’un bolide de la route, d’une overdose carabinée, ou encore d’un coma éthylique, de ceux dont justement on ne sort pas, ou alors pas la porte de derrière, d’un suicide ou que sais-je qui fait les légendes de ces étoiles de pierre. Et qui disparaissent.

    A vrai dire Rick Parfitt, cela faisait longtemps que je n’en avais plus du tout entendu parler, cela aurait même pu dater de la toute fin des années septante, je ne peux pas dire que je suis resté scotché très longtemps sur le Quo , comme on disait, alors, pour se donner un peu, à l’âge de douze treize ans, des airs de type qui s’y connaissait, si ce n’est qu’ayant habité pendant trois ans en Angleterre, j’ai appris, à ma plus grande stupéfaction, que ces types-là, pas juste Rick Parfitt mais aussi Francis Rossi, l’autre guitariste, le soliste comme on disait du même temps où on disait un guitariste rythmique, et d’ailleurs quand on le disait, je ne suis pas certain que l’on savait très exactement ce que cela voulait dire, mais on n’aurait pas voulu dire autre chose, moins, bref le Quo, et bien, à l’époque, s’entend, ils n’étaient pas morts, et même qu’ils étaient en tournée plus souvent qu’à leur tour et que même, certains de leurs morceaux passaient à la radio, il faut dire à la radio anglaise, ils ne sont pas tenus par des histoires de quotas pour ce qui est de passer de la chanson française. Et même tout quinquagénaires qu’ils étaient, dans les années nonante, il leur arrivaient de faire les gros titres de la presse populaire pour tel, petit qu’on se rassure, méfait, ou, même, déjà, de survivre à une crise cardiaque, Francis Rossi, le soliste, pas le rythmique, mais si pendant ces trois années d’anglaise vie, je n’avais pas, de temps en temps, jeter un coup d’oeil dans les pages de cette presse populaire, généralement laissée derrière soi par l’équipe de nuit, j’aurais peut-être oublié jusqu’au nom de ces types et de leur groupe, le fameux Status Quo , et peut-être que j’aurais à peine relevé le titre de la manchette du Monde ce matin de Noël, quarante ans, jour pour jour, après le jour de Noël de septante-six, quand j’avais reçu en cadeau de Noël le fameux Blue for you de Status Quo .

    Et du coup, je me sens tout chose, comme on dit. Ému, ce serait beaucoup dire. Juste un peu triste parce que je n’ai aucun mal à me faire l’application du raisonnement qui veuille que si ces types dont les posters ornaient les murs de ma chambre adolescent sont en train de tomber comme des mouches, et depuis quelques années, ce ne sont plus des overdoses, des morts par balle ou que sais-je d’un peu rock’n’roll comme on dit, mais bien plutôt des insuffisances rénales, des crises cardiaques ou encore des cancers, bref des maladies de vieux, encore que le cancer, et donc que si ces idoles de jeunesse qui avaient l’âge d’être des grands frères un peu remuants commencent à périr du grand âge, il n’est pas difficile d’en déduire que notre tour se profile aussi.

    Et est-ce qu’avant que ce soit notre tour, ce qui va surtout advenir, c’est que plus personne ne sera bientôt capable de partager avec soi l’éventuelle émotion, le petit pincement de cœur, que provoquent ces disparitions d’étoiles de pierre, lesquelles vont finir par se produire dans le silence et même l’indifférence, et on sera passé de l’émotion planétaire provoquée par la mort de John Lennon, de celle qui permet d’échanger, entre personnes émues, des années plus tard de ce que l’on faisait de jour-là, comme dans la chanson de Lou Reed (insuffisance rénale, 2013), the day John Kennedy died , on passera donc de cette forme d’universalité à la plus grande des indifférences, en sera-t-on même informé quand Jimmy Page se brisera le col du fémur en tombant de l’échelle de sa bibliothèque de parchemins de je ne sais quel obscur penseur dont il est le seul lecteur et que conformément aux statistiques en matière de col du fémur, son trépas interviendra dans l’année suivant cette mauvaise chute, comme c’est le cas pour la moitié des patients ayant à souffrir d’une fracture du col du fémur, pauvre Jimmy Page (col du fémur, 2018) quand on y pense, c’est pas beau de vieillir. De même la grande faucheuse sera cruelle qui viendra prendre Neil Young dans son sommeil, à son enterrement les membres claudicants du Crosby, Stills and Nash et donc plus Young, viendront chanter sur sa tombe, Hey Hey my my, rock’n’roll will never die , incantation de vieux perclus de rhumatismes, Neil Young (rupture d’anévrisme dans son sommeil, 2019) n’en saura rien, mais le rock’n’roll est mort.

    Et avec cette mort, les générations futures ne relèveront plus certaines références, ils ne comprendront plus certains effets de décor comme dans, je ne sais pas pourquoi je pense à ce film maintenant, Tonnerre de Gruillaume Brac, avec Benard Menez, dans le rôle du père de province dont la garçonnière dans la maison est décorée de pochettes de disques reprises par quatre punaises en leurs coins comme nous faisions tous dans les années septante, et dans Tonnerre donc, le souvenir de la pochette d’une compilation de Jimi Hendrix (overdose, 1970), le représentant dans une peinture très bariolée, celle de Sounds of silence de Simon (cancer, 2013) & Garfunkel (cancer aussi, 2021) et je ne sais plus quoi de Cat Stevens (infection urinaire, 2025), (je viens de télécharger le film, le troisième disque l’on voit c’est Everbody knows this is nowhere de Neil Young (rupture d’anévrisme, 2019) pareillement épinglées sur un fond de papier peint à l’avenant. Avouez que, vous même, en regardant ce film sorti il y a deux ans, Lou Reed venait de casser sa pipe, insuffisance rénale, je n’y reviens pas, vous ne l’avez peut-être pas remarqué et vous ne vous ne souvenez peut-être même pas de cet élément de décor. Donc pas grave.

    Et en fait je me demande si ce n’est pas ce qui qualifie le mieux ces disparitions d’étoiles de pierre : ce n’est pas grave. C’est même étonnant à quel point ce n’est pas grave. Anodin même. Oh bien sûr je ne doute pas que cela attriste les proches de ces morts autrefois fameux, mais pour nous qui ne sommes pas proches, ces disparitions finissent par rejoindre en émotion modérée, celle des quelques cent militaires russes morts dans le crash de leur avion de transport de troupes, j’y verrai presque de l’émancipation, une sorte de crépuscule des idoles, à la manière de cette installation de Gilles Barbier qui a imaginé la maison de retrait des superhéros, Hulk est en chaise roulante, Superman en déambulateur tandis que Wonderwonan est un peu avachie et veille tendrement sur Captain America gisant sur une civière et sous perfusion, et si l’émancipation est à ce prix, j’y verrai presque un encouragement à hâter la manœuvre.

    Voici donc le récit de la disparition des étoiles de pierre.

    (en cours d’écriture)

    Il me semble avoir mentionné le décès de Jimmy Page en 2018, à l’âge de 74 ans, Jimmy Page qui ne s’est jamais remis tout à fait de sa fracture du col du fémur en dégringolant de son escalier de bibliothèque, chute survenue alors qu’il voulait épater une petite jeunette de quarante ans sa cadette, avec la lecture de tel manuscrit d’Aleister Crowley, dont vous même pouvez continuer de tout ignorer tant il semble que Jimmy Page a été, de tout temps, l’unique lecteur, et, pour le bienfait de nombreux bouquinistes dans le monde, un collectionneur vorace de ses grimoires, les bouquinistes se refilant mondialement le tuyau de cette érudition qui n’en était pas une. Las, le petit père Jimmy, 73 ans, un peu moins vert que ce qu’il aurait aimé faire accroire à cette jeune femme de 34 à laquelle il aimait jouer quelques sérénades de guitare, peinant désormais sur certains doigtés, depuis peu obtenus non sans un peu de tension arthritique dans les phalanges (c’est amusant tout de même de s’imaginer Jimmy Page à l’âge de 74 ans jouer l’intro de Stairway to Heaven à une jeunette), lui, Jimmy Page pensant benoîtement que cela pouvait impressionner encore quiconque (croyez-moi cela n’impressionnait déjà plus grand monde dans les années 80, j’ai gaspillé quelques heures de ma vie, pis de ma jeunesse, à tenter d’apprendre cette maudite ballade et ses arpèges prétentieux, pour un retour sur investissement auprès du sexe opposé voisin de zéro), elle, cette jeune femme, dont on a pu se demander si elle n’aurait pas donné dans cet escalier de bibliothèque cette secousse fatale, pas grand chose juste assez pour déséquilibrer le petit vieillard sémillant, la chute, fracture du col du fémur, manque d’entrain ensuite pour ce qui est de la rééducation, comme souvent à cet âge-là, et naturellement le déclin rapide inexorable, le patient ne sort plus vraiment de chez lui, il redoute le moindre choc, et la jeune femme qui hérite assez massivement de livres par millions, mais qui en revanche ne trouvera pas d’acquéreur pour les vieux manuscrits d’Aleister Crowley, son unique lecteur venait de prendre l’escalier de la sortie mais vers la descente, cette jeune femme était en fait, la fille illégitime de Jimmy Page, du temps des tournées aux Etats-Unis, des groupies par demi-douzaine et autres sévices lamentables notamment avec un requin, la jeune femme avait ce très bel aileron de requin tatoué sur le bas du ventre, l’ombre de ce dernier, schématiquement brouillé par les flots venant se mélanger avec ses poils pubiens, Jimmy Page pensez s’il se souvient du requin dont cette jeune femme était la fille, pensez s’il se souvient de cette femme dont il lui a donné à enfanter cette jeune femme, qui à l’âge de sa mère dans les années septante, a trouvé le chemin d’une vengeance servie froide. (à développer)

    Mick Jaegger (priapisme sénile, excès de masturbation, tachycardie, 2021)
    Keith Richards (sénilité, grand âge fatigue, 2035)
    Bob Dylan (Alzeimer, 2014)
    Neil Young (rupture d’anévrisme, 2019)
    David Bowie (maladie rare des os, 2022)
    Robert Fripp (crises d’épilepsie à répétition, 2030)
    Steve Howe (arthrose dégénérative, 2021)
    David Gilmour (cirrhose du foie, 2032)
    Steve Hackett (cancer inconnu, mort en 2017, mais mort connue seulement en 2025)
    Denis Laine (cancer du colon, 2025)
    Peter Hamill (crise cardiaque, 2025)
    Frank Zappa (épuisement, dans son sommeil, 2044, le jour de ses cent ans)

    etc ad lib

    Exercice #61 de Henry Carroll : Restez assis au même endroit pendant cinq heures. Ne prenez des photos que la lorsque la lumière est la plus belle

    Cinq heures c’est un peu excessif non, en revanche longtemps, oui, cela a du déjà m’arriver dans les Cévennes. Tout en haut des marches, le café en main, et le regard du côté du hameau de Brin sur l’ubac.

    #qui_ca

  • Standing Rock is the civil rights issue of our time – let’s act accordingly | Bill McKibben | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/us-news/commentisfree/2016/nov/29/standing-rock-civil-rights-act-accordingly

    When John Doar died in 2014, Barack Obama, who’d already awarded him the Presidential Medal of Freedom, called him “one of America’s bravest lawyers”. Without his courage and perseverance, the president said, “Michelle and I might not be where we are today”.
    The Standing Rock protests are a symbolic moment
    Neil Young and Daryl Hannah
    Read more

    Doar was the federal lawyer sent south by the Kennedy and Johnson justice departments to keep an eye on the explosive centers of the civil rights movement. Those White Houses didn’t do enough – but at least they kept watch on things. Doar escorted James Meredith to classes at the University of Mississippi, and helped calm crowds at the murder of Medgar Evers; he rescued activists from mobs during the Freedom Rides. A figure of history, in other words.

  • Neil Young annonce l’album « Peace Trail » | Fip
    http://www.fipradio.fr/actualites/neil-young-annonce-l-album-peace-trail-25447
    Six mois après son album live « Earth », le songrwiter activiste sort son 38ème album le 2 décembre.

    http://www.youtube.com/watch?v=CM-NkM-dIDA&feature=youtu.be

    Six mois après son album live « Earth », le songrwiter activiste sort son 38ème album le 2 décembre.

    A l’approche de ses 71 ans, le chanteur canadien ne semble pas vouloir déposer les armes de son long combat écologiste et social. Après son brûlot contre Monsanto en 2015, il sortait en juin dernier l’album live Eath, un nouvel hymne à notre planète enregistré sur scène avec son groupe Promise of the Real et mixé avec des sons de nature et d’animaux. Entre deux tournées, le songwriter s’est installé dans les studios de Rick Rubin avec le batteur Jim Keltner et le bassiste Paul Bushnell le temps d’enregistrer dix nouvelles protest-song en acoustique. Neil Young vient de dévoiler le tracklisting de Peace Trail prévu le deux décembre via Reprise Records. En septembre dernier, le chanteur avait publié le clip du titre Indian Giver fustigeant un projet de pipe-line géant traversant dangereusement les terres d’une tribu Sioux du Dakota.

    Tracklisting de l’album Peace Trail :
    01. Peace Trail
    02. Can’t Stop Workin’
    03. Indian Givers
    04. Show Me
    05. Texas Rangers
    06. Terrorist Suicide Hang Gliders
    07. John Oaks
    08. My Pledge
    09. Glass Accident
    10. My New Robot
    #neil_young

  • Tourcoing : Sage et tout son contraire, jeudi au Grand Mix - Tourcoing et autour de Tourcoing - Nord Eclair
    http://www.nordeclair.fr/info-locale/tourcoing-sage-et-tout-son-contraire-jeudi-au-grand-mix-ia51b0n1081190

    Que fait un guitariste quand on lui vole ses guitares ? Il se met au piano ! C’est ainsi qu’est né Sage, projet solo d’Ambroise Willaume, ex-leader du groupe Revolver. Les ballades acoustiques et la pop teintée d’electro de son premier album éponyme sont à découvrir ce jeudi soir au Grand Mix.

    Le groupe des débuts est en pause depuis fin 2012. Revolver, c’est vraiment fini ?

    C’est une pause à durée indéterminée mais pas une fin. On n’est pas fâchés, on est restés très proches et bons amis. Mais ce que je fais aujourd’hui n’est pas une pause entre deux albums de Revolver, c’est un vrai projet à part entière.

    Pourquoi un second projet solo, après La Chambre ?

    La Chambre, c’était ultraconfidentiel. C’était plutôt un nom d’emprunt pour pouvoir faire des concerts incognito. Sage, c’est moi tout simplement. Ça fait deux ans que je travaille mes chansons. Je joue la musique que j’ai envie de faire, de manière très sincère. J’y vois une vraie évolution par rapport à Revolver.

    Vous avez visiblement un faible pour les pseudonymes énigmatiques. Celui-ci mérite éclaircissement…

    Sage vient de Sagittaire, mon signe astrologique. J’aime assez l’ambiguïté derrière ce mot, qui peut être à la fois un compliment et un défaut. J’aime créer un questionnement autour du pseudo.

    L’aventure Sage a débuté par un cambriolage…

    Je me suis fait voler toutes mes guitares le dernier jour de notre tournée avec Revolver. On était en Australie et mon studio à Paris a été cambriolé. Je me suis retrouvé sans groupe et sans guitare alors je me suis mis au piano, même si c’est un instrument que je maîtrise moins bien. Finalement, cette histoire m’a permis de tourner la page plus facilement.
    Il s’est passé plus de 18 mois entre l’EP In Between et la sortie de l’album.

    Pourquoi tant de temps ?

    Je suis rentré au studio il y a un an et avec Benjamin Lebeau de The Shoes, qui a coproduit l’album, on a créé une énorme expérimentation. On est resté plusieurs mois à la quête d’un nouveau son. On a voulu donner un cadre futuriste aux chansons pourtant sur une base acoustique. On est tous les deux très perfectionnistes alors ça a pris du temps.

    Benjamin Lebeau de The Shoes à la production, des premières parties de Christine and the Queens et The Dø, des arrangements pour Woodkid ou Gaëtan Roussel. Vous savez vous entourer…

    C’est vrai que j’ai eu beaucoup de chance de rencontrer tous ces gens-là au fil de mon parcours. C’est une petite famille. Woodkid a sans doute été le déclencheur.

    Vous acceptez justement la comparaison avec Woodkid ?

    C’est un très beau compliment ! C’est quelqu’un de très doué, qui a inventé un nouveau style. Il est plus visuel que musical : on n’a pas du tout la même démarche mais c’est vrai, on a des influences communes.

    Comme pour Revolver, vous revendiquez le mélange entre musiques pop et classique.

    Je ne cherche pas à les mixer mais je trouve des parallèles entre ces deux genres. Je ne veux pas me fixer de limites, ce sont les harmonies, les accords qui m’intéressent. Dans les compositions, il y a des choses aussi modernes chez Debussy ou Ravel que chez Bowie ou Neil Young.

    Votre tournée vient d’être lancée. Quel est l’accueil du public ?

    Excellent ! La tournée, c’est la finalité de ce qu’on fait. Les disques, les concerts : l’un justifie l’autre. C’est assez dur de remonter seul sur scène après 300 concerts avec un groupe mais j’essaie de faire quelque chose de très différent. Je suis au piano et aux claviers en compagnie de deux batteurs (un acoustique et un électronique). C’est une bonne manière de rendre les couleurs de cet album, entre les morceaux intimistes et plus rythmés. Dans cette configuration, on peut jouer sur les contrastes.

    Vous dites préférer les concerts épurés, sans ordinateurs.

    Je déteste ça ! Pour moi par définition, le live doit être vivant. Je trouve ça horrible de ne pas pouvoir rater un concert. Monter sur scène, c’est se mettre en danger, pas appuyer sur un bouton et attendre que tout se passe comme prévu.

    Un mot sur Dralms avec qui vous partagerez la scène au Grand Mix ?

    J’ai joué avec eux lundi à Amiens. C’est un vrai bon groupe, avec un son épuré. On va les retrouver avec plaisir dans cette salle, le Grand Mix, que j’aime beaucoup. On était venu 2-3 fois avec Revolver. Je suis ravi de revenir.

    Sage + Dralms + Farao : jeudi 31 mars à 20 h au grand Mix, 5 place Notre-Dame à Tourcoing. 16 / 13 €. www.legrandmix.com

  • 24/192 Music Downloads ... and why they make no sense
    http://xiph.org/~xiphmont/demo/neil-young.html

    Articles last month revealed that musician Neil Young and Apple’s Steve Jobs discussed offering digital music downloads of ’uncompromised studio quality’. Much of the press and user commentary was particularly enthusiastic about the prospect of uncompressed 24 bit 192kHz downloads. 24/192 featured prominently in my own conversations with Mr. Young’s group several months ago.

    Unfortunately, there is no point to distributing music in 24-bit/192kHz format. Its playback fidelity is slightly inferior to 16/44.1 or 16/48, and it takes up 6 times the space.

    There are a few real problems with the audio quality and ’experience’ of digitally distributed music today. 24/192 solves none of them. While everyone fixates on 24/192 as a magic bullet, we’re not going to see any actual improvement.

  • Neil Young abandonne les plateformes de streaming audio
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/07/16/neil-young-abandonne-les-plateformes-de-streaming-audio_4685792_4408996.html

    « Ce n’est pas pour des raisons d’argent. (…) C’est une question de qualité sonore. » [...] « Je n’ai pas besoin que ma musique soit dévaluée par la pire qualité de diffusion de l’histoire », explique le musicien canadien. « Je n’assume pas que cela soit vendu à mes fans. C’est mauvais pour ma musique », déplore-t-il. « Copiez mes chansons si vous voulez. C’est gratuit. C’est votre choix », poursuit-il, amer, dans un autre post publié deux heures plus tard.

    #Audio #Compression_de_données_audio #Flac #MP3 #Musique #Musique_en_ligne #Neil_Young #Streaming

  • 7月8日のツイート
    http://twilog.org/ChikuwaQ/date-150708

    “@EW : Watch Dave Grohl cover Neil Young’s #CinnamonGirl ow.ly/Pi2Ft pic.twitter.com/xsAZGzD4gN” via @atravelersnote

    posted at 00:28:29

    “@philomag : Grèce : “le nouveau défi de la démocratie réelle” Par Sandra Laugier et Albert Ogien ow.ly/PhWiL” posted at 00:16:27

    “@Limportant_fr : Maroc : « Ils veulent qu’on vive comme des morts » limportant.fr/infos-afrique/… @EvelyneAbitbol pic.twitter.com/Jakd7fzoJv”

    posted at 00:06:42

  • 6月20日のツイート
    http://twilog.org/ChikuwaQ/date-150620

    Papier is out! paper.li/ChikuwaQ/13277… Stories via @dawnrays @jobattila @elizabethavedon posted at 09:13:23

    Neil Young expands on his response to Donald Trump’s use of ’Free World’ song - LA Times www.latimes.com/entertainment/… posted at 08:19:53

    まいったな、変な時間に目が覚めた。 posted at 03:42:08

    おばさん化に加速 blog.goo.ne.jp/kuru0214/e/bcd… posted at 03:15:38

    twitter.com/mjduggan71/sta… posted at 02:55:34

  • Neil Young Blasts #Starbucks for Supporting #Monsanto and GMOs in Rock Anthem
    http://ecowatch.com/2015/06/01/neil-young-blasts-starbucks-gmos

    Sorry Taylor Swift, it looks like #Neil_Young is most definitely not a “Starbucks lover.” Young released a new anthem last week decrying Starbucks for its alleged support of Monsanto and genetically modified organisms (GMOs). “I want a cup of coffee, but I don’t want a GMO. I’d like to start my day off, without helping Monsanto,” Young sings.

    Young and the band The Promise of The Real debuted an acoustic version of the song, “A Rock Star Bucks A Coffee Shop,” in Maui, Hawaii at “OUTGROW Monsanto,” an event put on to call attention to Monsanto’s destructive practices in Hawaii.

    Hawaii is considered the global epicenter for GMO seed testing, according to Paul Towers of Pesticide Action Network. Corporations based around the globe test and grow GMO seeds in Hawaii, which can be grown year-round in the islands’ tropical climate, before shipping them to places like Iowa to sell to U.S. farmers and across the globe, according to Towers. Earlier this month, a jury awarded 15 residents $500,000 in damages for pesticide contamination from the biotech company DuPont-Pioneer.

    https://www.youtube.com/watch?v=UC2DpGaykaI#t=150


    #ogm

  • Neil Young annonce un album et une tournée contre Monsanto - RTBF Musique
    http://www.rtbf.be/culture/musique/detail_neil-young-annonce-un-album-et-une-tournee-contre-monsanto?id=8962186

    Neil Young veut frapper fort. Le chanteur canadien de 69 ans sort le 16 juin prochain « the Montsanto Years », un album de #chansons engagées qui visent toutes l’entreprise de biotechnologies agricoles Monsanto.

  • 2月8日のツイート
    http://twilog.org/ChikuwaQ/date-150208

    ▶ Neil Young - Sugar Mountain (Live at Farm Aid 1995) - YouTube www.youtube.com/watch?v=XVajUY… posted at 12:03:27

    My Tweeted Times tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=rgp - top stories by digiphile, MParekh, nytimes posted at 12:00:03

    RT @PhotosHistos: US Magazine, Mai 1978 #histoire via @Philippe2307 posted at 11:27:01

    Papier is out! paper.li/ChikuwaQ/13277… Stories via @inka3396815 @TomitaKentaro @mckenziewark posted at 09:15:00

    Top story: Stream of Foreign Wealth Flows to Elite New York Real Estate www.nytimes.com/2015/02/08/nyr…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 08:56:20

    Top story: Mort de l’écrivain sud-africain André Brink www.lemonde.fr/afrique/articl…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at (...)

  • Joni Mitchell vs. Janet Jackson
    http://feedproxy.google.com/~r/LeMellotron/~3/Mkknr--PjKM

    Lemellotron http://www.lemellotron.com/wp-content/uploads/2015/01/joni_mitchell-big_yellow_taxi.mp3

    Joni Mitchell, multi-instrumentiste canadienne ayant inspiré de grands noms comme Neil Young ou Jimmy Page, a commencé sa longue carrière par le folk dans les 60’s, pour ensuite s’intéresser au rock puis au jazz. Avec plus d’une vingtaine d’albums studio et compilations à son actif, elle a gagné au (...)

  • Neil Young, le Ballet de Lorraine, le réalisateur Spike Jonze et les groupes Brian Jonestown Massacre et America ont annulé leurs
    voyages en israël, ainsi que les matches de foot de l’UEFA, sans qu’on puisse savoir si c’est par trouille ou par honte d’aller chanter pendant les bombardements. Espérons que Chick Corea et Lana del Ray fassent de même...

    Pendant ce temps là, Roger Waters (de Pink Floyd) et Eddie Vedder (de Pearl Jam) réaffirment leur soutien à la Palestine, et inspirent cet éditorial du Courrier...
    https://www.facebook.com/notes/roger-waters-the-wall/a-note-from-roger-july-11-2014/894349527246165
    http://www.youtube.com/watch?v=X4ukBCCyczA

    Neil Young : le chemin de Tel Aviv
    Roderic Mounir, Le Courrier (Genève), le 17 juillet 2014
    http://www.lecourrier.ch/122516/neil_young_le_chemin_de_tel_aviv

  • #sables_bitumineux: Une Redford (Alison, 1er Ministre) répond à un Redford (Robert)

    http://www.mymcmurray.com/premier-brushes-off-celebrities-comments-about-the-oilsands

    The Premier is brushing off comments made recently by celebrities criticizing the oil sands, saying the remarks lack credibility.

    Singer Neil Young and actor Robert Redford in their own words, have said the environment is being ruined by the industry which is a price too high to pay for the oil coming from it.

    Alison Redford says celebrities have made comments such as this before and it won’t be the last time either.

    She says the celebrities need the resource to get them around, in her words, “flying on planes.”

    She says she’ll continue to spread the message that the oil sands can provide energy in an environmentally responsible and sustainable way.

    She made the comments from her trade mission in China.❞

    #fmm #fortmcmoney #jeudoc #webdoc #pétrole