person:nicolas bay


  • Soupçons d’emplois fictifs au #FN: l’ex-assistant de Nicolas Bay mis en examen
    https://www.mediapart.fr/journal/france/280318/soupcons-d-emplois-fictifs-au-fn-l-ex-assistant-de-nicolas-bay-mis-en-exam

    Selon nos informations, Timothée Houssin, l’ex-collaborateur de l’eurodéputé Nicolas Bay, a été mis en examen pour « recel d’abus de confiance » dans l’affaire des assistants parlementaires du FN. Il s’agit de la neuvième mise en examen dans ce dossier.

    #France #affaire #assistant #Front_national #Parlement_européen


  • L’arrivée de l’#extrême-droite dans le gouvernement en #Autriche accueillie par un gigantesque silence européen
    https://www.franceinter.fr/monde/l-arrivee-de-l-extreme-droite-dans-le-gouvernement-en-autriche-accueilli

    Les seules réactions sont celles des leaders d’extrême-droite, réunis samedi à Prague qui ont salué une décision historique. En écho, le vice-président du Front national Nicolas Bay s’est « réjouit de cette alliance gouvernementale » entre le FPÖ et le parti conservateur autrichien ÖVP. 

    Invité de Questions politiques, Nicolas Bay a toutefois estimé que cette configuration n’est pas « forcément exportable » en France « parce que la situation autrichienne n’est pas forcément la même ». C’est néanmoins pour le numéro 2 du FN « la preuve que nos alliés sont prêts à travailler à l’intérêt général des Autrichiens, mais d’une manière générale, de l’#Europe et des peuples européens ».



  • http://berth.canalblog.com/archives/2010/05/26/17994551.html

    FN et identitaires : je t’aime moi non plus.
    Ils se sont amusés comme des fous, les #identitaires, à #Poitiers. Installés au sommet du chantier de la future #mosquée, ils avaient, en 2012,déployé une banderole faisant notamment référence à l’an 732, à #Charles_Martel, etc. C’était clair, et pas raciste pour un sou.
    A l’époque, le #FN n’avait pas de mots assez durs pour ces horribles radicaux. Les identitaires ? On ne mange pas de ce pain-là, eux c’est eux, nous c’est nous, et tout ça. Le procès qui s’ouvre vendredi à Poitiers va permettre de montrer à quel point cette indignation était sincère.
    Sur les six prévenus prochainement jugés pour diverses joyeusetés (dégradation, incitation à la haine raciale...), cinq sont, en effet, aujourd’hui au mieux avec le Front National. Benoit Vardon , frère de philippe, conseiller régional FN en Paca, est désormais... prestataire de services pour Nicolas Bay , chef des troupes frontistes à Bruxelles. Damien Rieu vient d’être recasé au service communication de la mairie FN de Beaucaire. Quant à Julien Langella , il s’est, lui, aussi, réfugié au service com’ d’une mairie lepéniste, à Cogolin.
    Les deux derniers sont plus proches du FN que jamais : Arnaud Delrieux et Maxime Frier , propriétaires d’un bar à Lyon - La Traboule, bien connue des patriotes locaux -, se sont affichés, en fevrier, avec 200 frontistes lors d’une fête endiablée. A leurs côtés, deux intimes de la patronne : Frédéric Chatillon et Axel Loustau .
    Pas de doute, la #dédiabolisation est en marche.
    Jérôme Canard.

    La mare aux canards 18/10/2017
    http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/10/21/generation-identitaire-poursuivie-pour-l-occupation-de-la-mosquee-de-poitier
    http://www.lautrequotidien.fr/gratuit/2016/9/7/les-nouveaux-masques-de-lextrme-droite-ksxb8
    @lahorde
    http://editionslibertalia.com/catalogue/ceux-d-en-bas/charles-martel-et-la-bataille-de-poitiers


  • Au #Parlement_européen, le frontiste #Nicolas_Bay devient co-président de l’extrême droite
    https://www.mediapart.fr/journal/international/120917/au-parlement-europeen-le-frontiste-nicolas-bay-devient-co-president-de-l-e

    L’eurodéputé, devenu cet été le principal porte-parole de #Marine_Le_Pen, lui succède en tant que co-président du groupe #ENL au Parlement européen. Une élection qui intervient en période de turbulences dans les relations du FN avec ses alliés européens. Nicolas Bay © Robert Pratta / Reuters

    #International #Front_national


  • Au #Parlement_européen, le frontiste #Nicolas_Bay devient co-président de l’extrême droite
    https://www.mediapart.fr/journal/international/120917/au-parlement-europeen-le-frontiste-nicolas-bay-devient-co-president-de-lex

    L’eurodéputé, devenu cet été le principal porte-parole de #Marine_Le_Pen, lui succède en tant que co-président du groupe #ENL au Parlement européen. Une élection qui intervient en période de turbulences dans les relations du FN avec ses alliés européens. Nicolas Bay © Robert Pratta / Reuters

    #International #Front_national


  • Au #Parlement_européen, le frontiste #Nicolas_Bay devient numéro deux de l’extrême droite
    https://www.mediapart.fr/journal/international/120917/au-parlement-europeen-le-frontiste-nicolas-bay-devient-numero-deux-de-lext

    L’eurodéputé, devenu cet été le principal porte-parole de #Marine_Le_Pen, lui succède en tant que co-président du groupe #ENL au Parlement européen. Une élection qui intervient en période de turbulences dans les relations du FN avec ses alliés européens. Nicolas Bay © Robert Pratta / Reuters

    #International #Front_national


  • Après son #séminaire, le FN à l’épreuve de la refondation
    https://www.mediapart.fr/journal/france/250717/apres-son-seminaire-le-fn-l-epreuve-de-la-refondation

    Depuis l’échec (relatif) à la présidentielle et son score modeste aux législatives, le #Front_national est en pleine crise existentielle. Le séminaire tenu le week-end dernier devait trancher plusieurs questions stratégiques et programmatiques avant le #congrès du printemps prochain. Une refondation aux airs de chemin de croix. Marine Le Pen, Florian Philippot et Nicolas Bay © Philippe Wojazer / Reuters

    #France


  • Une candidate FN aux législatives suspendue après une série de dérapages - Œil sur le front
    https://oeilsurlefront.liberation.fr/en-bref/2017/05/05/une-candidate-fn-aux-legislatives-suspendue-apres-une-seri

    La suspension de Catherine Blein a été confirmée par le directeur de campagne des législatives au FN, Nicolas Bay, quelques heures après la publication de l’article de Buzzfeed. « Catherine Blein est désavouée, elle ne sera pas candidate aux législatives », a également expliqué Odile de Mellon, secrétaire départementale du FN dans les Côtes-d’Armor, jugeant « évident » qu’une procédure d’exclusion allait être engagée.

    Ex-attachée de presse du mouvement radical Bloc identitaire, et proche de Philippe Millau, un ancien du Mouvement national républicain (MNR) de Bruno Mégret, Catherine Blein avait été investie en Bretagne par le FN (à l’époque sous le faux nez du Rassemblement bleu Marine) pour les législatives de 2012. Elle avait alors obtenu 7,22% des voix. Ancienne militante RPR, éleveuse de chevaux à la retraite, elle a adhéré au FN en 2011 et a été « candidate à toutes les élections depuis », selon sa fiche sur le site du FN pour les législatives.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • L’antisémitisme assumé de cette élue et candidate FN aux législatives - Le Lab Europe 1
    http://lelab.europe1.fr/lantisemitisme-assume-de-cette-elue-et-candidate-fn-aux-legislatives-3

    La formation d’extrême droite a finalement suspendu Catherine Blein selon des responsables du parti contactés par l’AFP. La suspension de la conseillère régionale du Front national pour la Bretagne, a été confirmée par Nicolas Bay, directeur de campagne des législatives au FN. « Catherine Blein est désavouée, elle ne sera pas candidate aux législatives », a de son côté expliqué Odile de Mellon, secrétaire départementale du FN dans les Côtes-d’Armor, jugeant « évident » qu’une procédure d’exclusion soit engagée

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Que reste-t-il du programme de Marine Le Pen sans la sortie de l’Union européenne et de l’euro ?
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/03/que-reste-t-il-du-programme-de-marine-le-pen-sans-la-sortie-de-l_a_22

    ça, c’était avant Nicolas Dupont-Aignan. En échange du ralliement du leader de Debout la France !, son hypothétique premier ministre, elle a mis la pédale douce sur ce point impopulaire de son programme, repoussant toute décision à 2018, au mieux. A moins que le revirement ne vienne de plus loin. L’abandon de l’euro fait encore figure d’épouvantail pour une grosse majorité des Français.

    « On n’a jamais fait de la sortie de l’euro l’alpha et l’omega de notre projet », a tempéré Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, sur le plateau de C8, le 30 avril.

    Sauf que, comme le montre le début des négociations sur le Brexit, les quatre libertés fondamentales du marché unique de l’Union européenne sont indissociables : libre circulation des biens, des capitaux, des personnes et des services.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Les cercles d’influence de Marine Le Pen | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/300417/les-cercles-d-influence-de-marine-le-pen

    Auprès du grand public, il est le seul visage connu du Front national, après les Le Pen. Florian Philippot, l’omniprésent vice-président du FN et squatteur des matinales, est devenu le symbole de la stratégie de « dédiabolisation » menée par Marine Le Pen. Pourtant, derrière lui et les quelques responsables du FN mis en avant – Louis Aliot, Steeve Briois, Nicolas Bay –, une galerie de personnages, totalement inconnus pour certains, constitue la colonne vertébrale de la candidate. Si Marine Le Pen gouvernait, ils joueraient un rôle important, dans la lumière pour les uns, dans l’ombre pour les autres. Mediapart passe en revue les vingt hommes-clés qui entourent la candidate.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Ne viens pas chez moi, j’habite près d’un QG de campagne - Le Monde
    http://www.lemonde.fr/m-moyen-format/article/2017/04/21/ne-viens-pas-chez-moi-j-habite-pres-d-un-qg-de-campagne_5115105_4497271.html

    Accueillir sur ses terres un prétendant à l’Élysée ne trouble pas seulement la tranquillité d’un quartier. Il peut aussi mettre en péril sa sécurité. Dans la nuit du 12 au 13 avril, au 262 de la rue du Faubourg- Saint-Honoré, une agence de l’assureur MAIF a été visée par un incendie d’origine criminelle. Ses vitres brisées, sa façade taguée d’un slogan anti-FN. Son seul tort est d’occuper le rez-de-chaussée de l’immeuble choisi par Marine Le Pen pour abriter son siège de campagne. Un peu plus à l’ouest dans Paris, au 27 rue des Vignes, il n’a pas fallu de fait divers pour faire monter la température dans ce banal immeuble résidentiel du 16e arrondissement. Là, au rez-de-chaussée, s’est installée une galaxie d’entreprises sous-traitantes du Front national.

    Le « QG secret » de Marine Le Pen

    Des proches de Frédéric Chatillon et Axel Loustau, deux personnalités au cœur des enquêtes judiciaires visant le FN, passent leur journée le regard vissé à des Mac dernier cri. La tête de pont des sociétés domiciliées rue des Vignes s’appelle e-politic. Elle est à l’origine du site Marine2017.fr ou de la campagne de dénigrement en ligne levraimacron.net. Bien que discrète sur la composition de son équipe, l’entreprise emploie les nouveaux visages du FN. Belles gueules et looks soignés, ils ne s’attardent sur le trottoir que pour fumer leurs clopes, gardant un œil sur les visiteurs qui traîneraient un peu trop dans le hall. Depuis 2014, la résidence est plongée dans une ambiance de polar. Pour convaincre les habitants de parler, il faut leur garantir l’anonymat. Une habitante, la trentaine, chuchote, loin de l’entrée : « Ce sont de jeunes gens très discrets. Ils disent rarement bonjour. On a découvert la nature de leurs activités dans Marianne. »

    L’article, publié en 2014, décrivait les furtives visites de Marine Le Pen, Florian Philippot ou Nicolas Bay dans ce « QG secret ». La présidente du FN connaît encore le chemin. Cet hiver, une locataire a découvert dans la nuit qu’elle tenait la porte à la candidate frontiste et à son garde du corps. « Si j’avais vu que c’était elle, je ne l’aurais pas fait », grimace-t-elle.

    Pour cette groom malgré elle du Front national, la fin de la campagne n’arrangera rien. La succursale du 16e arrondissement ne fermera pas ses portes en mai. Les voisins des autres QG attendent, eux, avec impatience le 23 avril, à 20 heures. À cette heure-là, les battus du premier tour feront sans nul doute des heureux : leurs voisins.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN


  • Présidentielle 2017 : Marine Le Pen n’est plus sûre de rien - Marianne
    https://www.marianne.net/politique/presidentielle-2017-marine-le-pen-n-est-plus-sure-de-rien

    La candidate frontiste ne l’a jamais caché : elle aimerait affronter Emmanuel Macron au second tour. Ce duel incarnerait le clivage entre les « mondialistes » et les « patriotes » qu’elle tente d’installer sur la scène politique. D’autant qu’en cas de défaite de François Fillon ce dimanche, « les ténors de la droite vont faire exploser leur parti », savoure d’avance un membre de l’équipe lepéniste. Ce qui pourrait permettre à Marine Le Pen d’engranger des ralliements venus de la droite qui ne sont jamais advenus jusqu’ici. Pour l’instant, aucun sondage n’a vu la patronne du FN emporter la présidentielle. Mais « une nouvelle campagne commencera au soir du premier tour », veut croire le numéro trois du FN, Nicolas Bay. A condition de se qualifier... Si jamais ce n’était pas le cas dimanche soir, la nuit des longs couteaux commencerait immédiatement au FN.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN


  • Comment le FN justifie le détournement de Banksy, artiste pro-migrants, dans le QG de Marine Le Pen - Huffingtonpost
    http://www.huffingtonpost.fr/2016/11/16/comment-le-fn-justifie-le-detournement-de-banksy-artiste-pro-mi

    Un CV pas vraiment compatible avec les idées du Front national, qui ne manque pas une occasion de dénoncer les « clandestins » ou de se rassembler pour s’opposer à la répartition des migrants sur le territoire après le démantèlement de la jungle.

    Alors, pourquoi ce choix ? « Parce que nous sommes des gens libres et que nous comptons faire souffler ce vent de liberté », a répondu au HuffPost Sébastien Chenu, conseiller de Marine Le Pen, pour qui le FN et l’artiste britannique partagent « un côté anti-conformiste » (vidéo en tête d’article).

    Au Lab, plusieurs membres de l’équipe de Marine Le Pen peinent à expliquer ce choix. Steeve Briois, qui a appris l’existence de Banksy par nos confrères, explique que « chacun fait ce qu’il veut ». « C’est de l’humour, il ne faut pas surinterpréter », a de son côté expliqué Nicolas Bay, secrétaire général du FN.

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • Marine Le Pen se réapproprie une œuvre de Banksy, artiste engagé pour les migrants - Le Lab Europe 1
    http://lelab.europe1.fr/marine-le-pen-se-reapproprie-une-oeuvre-de-banksy-artiste-engage-pour-

    Voir Banksy associé au Front national est donc surprenant et particulièrement pour les premiers concernés, à savoir les cadres frontistes. Ni Marine Le Pen ni certains de ses proches comme Jean-Lin Lacapelle, Steeve Briois ou encore Nicolas Bay, ne savaient qui était l’auteur de l’image ainsi affichée dans le QG de campagne. Interrogée à ce sujet par le Lab, la présidente du FN a débord répondu d’un cinglant « et alors ? », oui, mais avec le sourire. Puis elle a voulu dédramatiser :

    C’est un détournement. On peut tout détourner. Pourquoi pas ? J’invite d’ailleurs les internautes à faire d’autres détournements et on les affichera dans le QG.

    Même son de cloche du côté de Jean-Lin Lacapelle. Le secrétaire national aux fédérations FN et membre du comité stratégique pour 2017 ignore qui est Banksy, tout comme Steeve Briois. « Chacun peut penser ce qu’il veut », répond juste le maire d’Hénin-Beaumont, à l’origine d’une association de maires anti-migrants, lorsqu’on lui présente certaines opinions de l’artiste. Quant à Nicolas Bay, cette image est pour lui, comme les autres affichées, « une façon de mettre en scène notre logo ». « C’est de l’humour, il ne faut pas surinterpréter », ajoute le secrétaire général du FN. Seul Sébastien Chenu, conseiller de Marine Le Pen et à l’origine du collectif Culture du FN, semble au courant, expliquant au Huffington Post que Banksy représente, comme le FN, « l’anti-conformisme ».

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • Un documentaire fait ressurgir les vieux démons du Front national | Droite(s) extrême(s)
    http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2017/03/15/un-documentaire-fait-ressurgir-les-vieux-demons-du-fro

    On voit Benoît Loeuillet, conseiller régional FN de PACA et responsable du parti à Nice, identitaire local bien connu, dans sa librairie du Paillon, vendre des ouvrages d’Adolf Hitler et de l’historien négationniste Robert Faurisson. Il reconnaît s’interroger sur les thèses de ce dernier, et assure à propos de la Shoah qu’« il n’y a pas eu de morts de masse comme ça a été dit ». « Il n’y a pas eu 6 millions [de morts] », lâche-t-il.

    L’intéressé a été suspendu dès mercredi matin du FN. Il a aussi été exclu du groupe FN au conseil régional de PACA, présidé par Marion Maréchal-Le Pen. Les « idées » de Benoît Loueillet « n’ont pas leur place au Front national », a assuré Nicolas Bay, le secrétaire général du FN, dans un communiqué. « Les caméléons qui se cachent dans nos rangs et profitent de la réussite du FN en ayant des idées parfaitement détestables doivent dégager », a ajouté le vice-président du FN Louis Aliot dans un tweet lourd de sous-entendus.

    Dans le documentaire, on observe aussi Philippe Vardon, fondateur du Bloc identitaire, devenu conseiller régional FN de PACA puis homme clé de l’équipe de campagne présidentielle de Marine Le Pen, tracter dans la rue, et lâcher à un de ses camarades : « ça va devenir inquiétant, tous les mecs qui me serrent la main, ils sont noirs ». Avant de poursuivre par une considération sur les chauffeurs de taxis : « ici les taxis c’est très blanc, très niçois, etc. », alors qu’à Paris ou à Lyon, « la moitié, ils ont les barbes comme ça ».

    On voit Bryan Masson utiliser, sur ordre de sa hiérarchie, le prétexte de liens avec un frontiste banni pour exclure manu militari des militantes expérimentées, le tout dans des éclats de voix : « Allez, allez, ça dégage ! » Ou encore reconnaître utiliser un faux compte Twitter – une pratique très répandue au FN, y compris parmi ses plus hauts dirigeants – avec lequel il relaye des messages du romancier Renaud Camus, théoricien du grand remplacement, qui estime par exemple que la CAF (Caisse d’allocation familiale) est devenu le « troisième lieu saint de l’islam ».

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • Le secrétaire du #FN joue à cache-cache en #Israël
    https://www.mediapart.fr/journal/international/270117/le-secretaire-du-fn-joue-cache-cache-en-israel

    Présentée comme « privée » avant d’être étalée sur son compte Twitter, la visite en Israël de #Nicolas_Bay, secrétaire général du Front national, s’inscrit dans la tentative du parti de conquérir le vote des juifs français. Problème : la plupart des interlocuteurs rencontrés disent avoir ignoré qui était précisément Nicolas Bay.

    #International


  • Le Front national en visite ’privée’ en Israël
    Times of Israel Staff et AFP 26 janvier 2017, 14:19
    http://fr.timesofisrael.com/le-front-national-en-visite-privee-en-israel

    Nicolas Bay, l’ancien leader de l’UED (Union des étudiants de droite) ancien-GUD (Groupe union défense) un groupuscule violent d’extrême-droite, est actuellement en visite, très discrète, en Israël. Une visite organisée par un membre juif du Front National.

    Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info Inscription gratuite !

    Selon Streetpress, citant le journaliste de Haaretz Barak David, Nicolas Bay aurait entamé son séjour en rencontrant David Shayan, président des Jeunes et du Likud.

    « C’est seulement durant la rencontre, qui n’avait rien d’officielle, que j’ai appris que ce Bay était du parti de Marine Le Pen » a expliqué Shayan, ajoutant que « dans tous les cas, [il] ne boycotte personne ».

    Bay devait ensuite s’entretenir avec des membres, non cités, de la communauté juive francophone, sans que l’on connaisse les objectifs exacts de ses démarches.


  • Liens avec le Qatar : Jean-Marie Le Guen accuse l’un des journalistes d’être un « porte-parole de Bachar al-Assad » [Georges Malbrunot et Christian Chesnot]
    http://lelab.europe1.fr/liens-avec-le-qatar-jean-marie-le-guen-accuse-lun-des-journalistes-det

    Pour mieux démentir les accusations formulées par les journalistes, Jean-Marie Le Guen s’emploie à les décrédibiliser en avançant que l’un d’entre eux est « un des porte-parole de Bachar al-Assad dans notre pays ». La même méthode donc que le secrétaire d’État à la Simplification Jean-Vincent Placé qui, lors de la webémission du Lab .pol, avait rappelé que les deux journalistes avaient été otages : « ils ont souffert et ils veulent peut être gagner de l’argent en faisant des polémiques comme ça ».

    Outre Jean-Marie Le Guen et Jean-Vincent Placé, d’autres élus et responsables politiques français sont accusés dans ces pages de relations incestueuses avec Doha : le député PS Nicolas Bays, l’ancienne ministre et eurodéputée LR Rachida Dati ou Nathalie Goulet.


  • Ces politiques qui font la manche auprès des émirs du Golfe - Ça n’empêche pas Nicolas
    http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2016/10/ces-politiques-qui-font-la-manche-aupres-des-emirs-d

    Ces politiques qui font la manche auprès des émirs du Golfe
    26 Octobre 2016

    Nos très chers émirs est un véritable brûlot, paru ce jour, jeudi 20 octobre. Qui va, là encore, mettre le Parti Socialiste en ébullition. Mais pas que lui : la droite et le Front national aussi. Rachida Dati, Ségolène Royal, Jean-Marie Le Guen, Marine Le Pen, le député Nicolas Bays, la sénatrice Nathalie Goulet, Dominique de Villepin, Jack Lang…. AFP
    Challenge’s

    “Nos très chers émirs”, le livre de Christian Chesnot et Georges Malbrunot, est un véritable brûlot. Qui va, là encore, mettre l’ensemble de la classe politique française - du parti socialiste au Front National - en ébullition.

    C’est un véritable brûlot, paru ce jour, jeudi 20 octobre. Qui va, là encore, mettre le Parti Socialiste en ébullition. Mais pas que lui : la droite et le Front national aussi. Rachida Dati, Ségolène Royal, Jean-Marie Le Guen, Marine Le Pen, le député Nicolas Bays, la sénatrice Nathalie Goulet, Dominique de Villepin, Jack Lang…. Tous sont mentionnés dans Nos très chers émirs, le dernier essai des deux journalistes spécialistes du monde arabe, Christian Chesnot et Georges Malbrunot. Un ouvrage fouillé, précis, qui raconte les liaisons dangereuses entre certains politiques français de premier plan et les monarchies du Golfe. Le tout sur fond d’attentats terroristes et de gros contrats difficiles à décrocher…

    Parmi les déclencheurs de cette enquête explosive : le changement d’ambassadeur du Qatar en France. Le nouveau représentant de Doha, Meshaal al-Thani refuse d’être aussi généreux que son prédécesseur. Les auteurs racontent “trois ans après son arrivée à Paris, il semble las de toutes ces pratiques”.

    Un de ses amis témoigne : "Meshaal, qui a été en poste en Belgique et aux Etats-Unis, me dit souvent : “Je n’ai jamais vu cela, auparavant ! J’ai fréquenté des politiques partout ; mais aucun ne s’est comporté comme certains Français, aucun ne m’a demandé de l’argent aussi abruptement, comme si c’était naturel, comme si on leur devait quelque chose ! On n’est pas une banque”. Le livre fourmille de détails et d’anecdotes récentes souvent ravageuses. Challenges en publie quelques extraits.

    Jean Marie Le Guen, sans vergogne

    Comme l’explique un officiel à Doha, Jean-Marie Le Guen annonçait clairement la couleur. « Il disait à nos diplomates à Paris : “En tant que ministre en charge des Relations avec le Parlement, je tiens tous les députés et sénateurs de mon camp, via les questions au gouvernement. Je peux bloquer des questions hostiles au Qatar, ou au contraire les alimenter. Mais je n’ai pas à le faire gratuitement”. Bref, “il nous faisait littéralement du chantage”.

    La duplicité de Rachida Dati

    Ah, le luxueux 7ème arrondissement ! Là où résident tant d’ambassadeurs en poste à Paris. Comme l’émir père, Rachida a le sens de l’opportunité, ne craignant pas d’user et d’abuser de son carnet d’adresses. Elle a donc eu l’idée de lancer un Club des ambassadeurs, qui se réunirait périodiquement dans son arrondissement. Belle idée ! Mais il fallait un peu d’argent pour faire tourner la danseuse de Mme Dati. Qu’à cela ne tienne ! Rachida est allée frapper à la porte de... l’ambassadeur du Qatar.

    “Elle ne demandait pas moins de 400.000 euros pour son association”, s’étonne encore un membre de l’ambassade. Une somme extravagante ! Rachida Dati présente sa requête lors d’un dîner avec Meshaal al-Thani, un dimanche soir, le 22 novembre 2015 exactement. Mais le diplomate lui fait comprendre qu’il sera difficile d’y répondre positivement. Elle semble choquée par ce refus, qui lui sera notifié par une lettre officielle signée du représentant du Qatar en France.

    Le lendemain matin, Rachida Dati est l’invitée du talk show de Jean-Jacques Bourdin sur RMC. Nous sommes dix jours après les attentats du Bataclan et du Stade de France. L’ancienne ministre change de pied et charge le Qatar : “L’Arabie Saoudite ou même le Qatar ont une volonté de développer leur idéologie, notamment pour contrer l’islam chiite, affirme-t-elle. On a des pays du Golfe qui financent des mosquées, des associations, des imams [...], des structures qu’on ne contrôle pas”, regrette-t-elle. Quand il entend cela, l’ambassadeur n’en revient pas. “Elle dîne avec moi en me demandant de l’aider, et le lendemain elle nous traîne dans la boue”.

    Jack Lang, profiteur

    À la tête de l’Institut du monde arabe (IMA), Jack Lang est cité non seulement par l’ambassade du Qatar, mais aussi par celles d’Arabie et des Emirats arabes unis comme un interlocuteur sans scrupules. “Il vient réclamer trois places en Business pour sa femme et son ami, lorsqu’on l’invite à Abou Dhabi, fulmine un membre de l’ambassade des Emirats. Et si jamais on refuse, on court le risque qu’il critique publiquement les Emirats”.

    Dominique de Villepin “la first”, sinon rien

    Villepin, lui, exige d’être en First class, sinon il boude les invitations à Doha, renchérit un autre diplomate de l’ambassade du Qatar. Une fois, Villepin a annulé sa participation à un colloque parce qu’il était en Business et pas en First class. L’ambassadeur en est resté abasourdi. Autre certitude : l’ancien Premier ministre, devenu avocat d’affaires, ne dit pas du bien du Qatar pour rien, comme tous ceux dont nous avons rapporté le comportement. “La France n’a aucune preuve de l’implication du Qatar dans le financement du terrorisme”, affirmait Villepin le 4 novembre 2015 sur Europe 1 ».

    La sénatrice Nathalie Goulet réclame son cadeau de Noël

    La sénatrice de l’Orne, Nathalie Goulet, essuya elle aussi chaque fois un refus clair et net du représentant du Qatar à Paris. Elle a pourtant multiplié les demandes. Fin 2015, elle appela d’abord le bureau de l’ambassadeur pour se plaindre de n’avoir pas reçu son cadeau de Noël. “Comment se fait-il que je n’aie pas reçu mon cadeau de fin d’année, d’autres sénateurs en ont eu un et pas moi ?”, protesta-t-elle. “Qu’elle aille au diable !”, maugréa Meshaal lorsque son collaborateur lui rendit compte de l’appel de Mme Goulet.

    Quand le Qatar fut attaqué par des politiques ou dans la presse après les attentats, la sénatrice n’hésita pas à proposer à l’ambassade d’organiser un colloque, contre rétribution bien sûr. La représentation diplomatique dit niet. Depuis, Mme Goulet l’avoue sans ambages : “Je n’aime pas beaucoup le Qatar”.

    Le culot du député Nicolas Bays

    S’il y a un député dont l’ambassadeur du Qatar se montre particulièrement lassé, c’est Nicolas Bays, élu socialiste du Nord – Pas-de-Calais. Membre du groupe d’amitié France- Qatar, il était proche de l’ancien ambassadeur Mohammed al-Kuwari. Avec son successeur, Bays ne fait pas dans la dentelle. Il a personnellement envoyé un SMS à Meshaal al-Thani, dont un témoin nous a rapporté le contenu : “J’ai des problèmes financiers actuellement. La mère de notre jeune enfant est fatiguée. Je voudrais l’emmener à l’étranger. Mais mon budget est un peu serré. Peux-tu me faire inviter dans un hôtel de Doha et nous payer un billet d’avion sur Qatar Airways ? Cela m’aiderait, s’il te plaît”.

    Loin d’être découragé par un premier refus, le député Bays a sollicité à deux reprises encore, par SMS, l’ambassadeur du Qatar. Une première fois, pour lui demander de l’argent afin de payer des travaux dans sa maison. Le diplomate n’a pas répondu. Enfin, il n’a pas hésité à lui réclamer des chaussures de marque.

    Le dépit de Jean Vincent Placé

    Autre victime de la nouvelle donne, le ministre vert Jean-Vincent Placé, qui se plaint dans le carré VIP du PSG que l’ambassadeur actuel ne l’invite plus à des week-ends. “Placé ne recevait pas que des cadeaux de son prédécesseur”, souligne un proche de l’ambassade qui refuse d’en dire plus.

    Marine Le Pen 1ere étape, la rencontre avec le président al-Sissi en Egypte en mai 2015

    Ce sont les Emirats arabes unis – alliés et bailleurs de fonds du régime égyptien – qui ont financé le déplacement de Mme Le Pen au Caire. “Ni l’hôtel ni les billets d’avions n’ont été payés par le Front national ou l’Egypte”, assure un proche.

    Marine Le Pen 2ème étape : la proposition

    Nous sommes en mesure de révéler que lors de la rencontre de Montretout, le représentant émirien a proposé à Marine Le Pen un financement d’un million de dollars, voire de deux, pour sa campagne électorale. “Il m’a fait l’impression de quelqu’un qui avait l’habitude de parler argent avec les hommes politiques, relève le proche. D’ailleurs Marine a paru décontenancée, elle n’a pas su trop quoi répondre. On verra, a-t-elle dit, en évacuant la question”.

    Les ambigüités de la mairie de Cannes

    La mosquée Al-Medina Al-Mounawara de Cannes est financée à 100% par Saleh Kamel, le PDG de la chaîne de télévision coranique Iqraa, qui habite la ville. Il voulait créer un lieu de culte près de sa villa pour aller prier. L’homme d’affaires saoudien a joué la transparence en associant Bernard Brochand, le maire de la ville de 2001 à 2014, à son projet, sans que celui-ci ne s’y oppose le moins du monde. À tel point, raconte Bernard Godart, qu’à l’époque “le cabinet du maire m’a appelé au ministère de l’Intérieur pour me demander si je connaissais un imam susceptible d’officier dans la mosquée ! J’ai répondu que non, car évidemment ce n’était pas de mon ressort”.

    Un magnat saoudien de la presse, Hicham Hafez, s’est lui aussi fait construire une petite mosquée près de la Croisette, à Cannes où il passe ses vacances. Là encore, avec l’aval de la municipalité ! Il l’a financée sur ses deniers personnels – 250.000 euros. La mairie de Cannes a donc accordé à deux riches Saoudiens le droit de bâtir chacun sa mosquée dans la ville, alors qu’aujourd’hui les autorités locales interdisent aux Françaises de porter le burkini à la plage. Certains ne manqueront pas de relever une certaine incohérence entre ces deux décisions..."

    ​​​​


  • Un livre dénonce les relations entre Qatar et certains politiques
    http://www.tendanceouest.com/region/actualite-198091-un-livre-denonce-les-relations-entre-qatar-et-certai

    Les journalistes Georges Malbrunot et Christian Chesnot dénoncent dans un livre-enquête les « dérives » de la relation entre le Qatar et des personnalités politiques de tous bords, dont Jean-Marie Le Guen et Rachida Dati, qui portent plainte.

    Dans ce livre « Nos très chers émirs » (Michel Lafon), dont l’hebdomadaire Le Point publie jeudi les bonnes feuilles, ils racontent comment l’argent a « pourri » cette relation avec les monarchies du Golfe et en particulier comment l’ambassade du Qatar à Paris est sollicitée par des politiques.

    « A Noël, Mohammed al-Kuwari (ex-ambassadeur du Qatar à Paris, ndlr) offrait aux membres du groupe d’amitié France-Qatar à l’Assemblée nationale des montres Rolex ou des bons d’achat dans des grands magasins », selon ces extraits.

    « Pour certains hommes politiques, pour certains élus, pas tous, l’ambassade du Qatar, c’était tout à la fois un distributeur de billets de 500 euros, une agence de voyages, et la boutique du Père Noël », a affirmé Christian Chesnot sur France Inter. « C’est à dire que, pendant plusieurs années, jusqu’à aujourd’hui, le Qatar reçoit des sollicitations (...) des demandes de subventions pour financer une mosquée, une école, une association. Et puis il y a des hommes politiques qui sont vraiment à l’offensive, qui vraiment demandent de l’argent ».

    Les deux journalistes, selon les extraits du Point, citent nommément le secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, le député PS Nicolas Bays, l’ex-garde des Sceaux LR Rachida Dati, l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin ou encore la sénatrice centriste Nathalie Goulet.

    Selon Christian Chesnot, Jean-Marie Le Guen « voulait imposer une agence de communication pour gérer des déclarations d’hommes politiques, pour contrôler un peu les déclarations au Parlement qui seraient critiques vis-à-vis du Qatar ».

    Rachida Dati aurait, elle, demandé à l’ambassade du Qatar « pas moins de 400.000 euros pour son association », un « club des ambassadeurs », somme qui lui a été refusée, affirment-ils.

    « J’ai appris avec stupéfaction et consternation les allégations délirantes contenues dans (ce) livre », a réagi M. Le Guen sur Facebook. « Evidemment, je porte plainte pour diffamation », a-t-il ajouté.

    – Ils « font honte à la France » -

    Les avocats de Mme Dati ont dénoncé dans un communiqué à l’AFP « mensonges » et « calomnies » et annoncent que « toutes les actions seront entreprises pour faire cesser les atteintes répétées à la probité » de la maire du VIIe arrondissement de Paris. Rachida Dati a précisé à l’AFP qu’elle portait plainte.

    Nicolas Bays aurait demandé à se « faire inviter dans un hôtel de Doha » et se faire « payer un billet d’avion sur Qatar Airways », essuyant un refus.

    Nathalie Goulet « essuya, elle aussi, chaque fois, un refus clair et net (...) Elle a pourtant multiplié les demandes », écrivent les auteurs cités par Le Point. Elle a indiqué à l’AFP qu’elle portait également plainte.

    Dominique de Villepin est également évoqué, décrit comme un « vieil ami de la famille régnante, qui fait beaucoup d’affaires au Qatar ». Il « exige d’être en première classe, sinon il boude les invitations à Doha », écrivent les journalistes, citant un diplomate de l’ambassade du Qatar.

    « Pendant qu’une grande partie de la classe politique RPS se faisait corrompre par le , ce pays m’attaquait en justice. Tout est dit », a réagi sur Twitter le vice-président du FN, Florian Philippot.

    Ces élus « font honte à la France », a renchéri la députée FN Marion Maréchal-Le Pen.

    « Ces faits, s’ils étaient avérés, seraient gravissimes et relèveraient des tribunaux. Face à la gravité des accusations, nous demandons que la justice soit saisie au plus vite », a demandé Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

    Fin novembre 2015, un parlementaire LR s’alarmait du poids pris par le Qatar en France : « Ils sont ici chez eux, on leur passe tout et il y a de la corruption pour acheter des mecs, ils sont prêts à tout pour vous acheter ».


  • Lacapelle, des multinationales à la direction du FN
    http://lahorde.samizdat.net/2016/01/11/lacapelle-des-multinationales-a-la-direction-du-fn

    Dans un communiqué du 7 janvier (le blog Droites extrêmes avait vendu la mêche la veille), Nicolas Bay, secrétaire national du Front national, a annoncé l’arrivée dans l’organigramme du FN d’un nouveau secrétaire national aux fédérations et à l’implantation, Jean-Lin Lacapelle, vice-président du groupe FN au conseil régional d’Ile-de-France, qui devient ainsi secrétaire général adjoint. Une [&hellip


  • Moi, père d’une victime, je n’irai pas aux Invalides - Eric Ouzounian.

    Ma fille est morte au Bataclan le 13 Novembre, elle avait 17 ans.

    Je n’irai pas à l’hommage qui sera rendu aux victimes à 10h30 aux Invalides parce que je considère que l’État et ses derniers dirigeants en date portent une lourde responsabilité dans ce qui s’est passé.

    La France est incapable de proposer un avenir à sa jeunesse, l’Europe est incapable de dépasser son actuel enlisement dans le libéralisme. Nos élus sont incapables de proposer une vision politique. Nos intellectuels, à de rares exceptions près, sont incapables de sortir de leur lucratif état d’histrions médiatiques. Je suis atterré par mon pays dévasté et je suis dévasté par la mort de ma fille.

    http://www.huffingtonpost.fr/eric-ouzounian/moi-pere-dune-victime-je-nirai-pas-aux-invalides_b_8653672.html
    #attentats #paris

    • « ’La Marseillaise’ à toutes les sauces, je n’en peux plus », résume un rescapé du Bataclan
      http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/la-marseillaise-a-toutes-les-sauces-je-n-en-peux-plus-resume-un-rescape

      Les autorités encouragent également les Français à afficher un drapeau...

      Oh, là, non, très peu pour moi. Même chose avec l’hymne. Je n’en peux plus de La Marseillaise, à force de l’entendre partout et à toutes les sauces. C’est peut-être générationnel – et d’ailleurs, je n’ai rien contre –, mais ce n’est pas mon truc. Par contre, je suis repassé par hasard devant le Bataclan, j’ai vu les trottoirs remplis de mots, de fleurs et de bougies... Cela m’a bouleversé.

      Vous êtes « en terrasse », pour reprendre ce slogan populaire sur les réseaux sociaux ?

      Non. Je ne partage pas ces slogans : « Je suis en terrasse » ou « Paris est une fête ». Personnellement, je ne suis pas près de mettre les pieds dans une salle de concert ou sur une terrasse. Je travaille dans une agence où on s’occupe des réseaux sociaux, donc j’ai un peu de recul là-dessus. Après, je comprends que les gens l’utilisent.

    • Satisfaite ?
      https://choddar.wordpress.com/2015/11/27/1626

      Alors j’ai intéressé les journaleux quand je suis sortie vivante du bataclan, mais comme j’avais rien de très croustillant (ni sang ni tripes) à partager, je ne les intéresse complètement plus. Je reprends à la fin de mon passage éclair à BFM et je vais donc m’auto interviewer comme ça au moins j’aurais dit ce que j’ai sur le cœur.
      La journaliste m’a dit « Êtes-vous satisfaite des réactions politiques ? »
      Pas vraiment ; je ne vois pas en quoi faire des annonces comme « c’est la guerre » ressortir des drapeaux, chanter la marseillaise et pilonner Raqqah va avoir un impact positif. Ce ne sont que des symboles, du bla-bla, de la politique de cour d’école, tu m’as tapé alors je te tape aussi. Tout cet argent investi dans la guerre (d’ailleurs finalement de l’argent il y’en a ?) pourrait être bien mieux dépensé. (Bush a fait sa guerre de représailles en 2001 -en se plantant de pays en plus- et ça n’a pas empêché les attentats de Boston).

      D’abord, les terroristes sont ici, en Europe, (pas en Syrie) on sait à peu près qui ils sont en tous cas les gourous qui forment les paumés au djihad. Puisque ceux-ci sont fichés S suivons les partout. Remettons du personnel (que sarko a viré quand il était au ministère de l’intérieur) derrière ces gens nuit et jour, au moins 4 policiers et un juge pour chaque prédicateur auto-proclamé imam avec l’impossibilité pour eux de faire du prosélytisme. Le crétin de Brest, (qui a bien fait marrer tout le monde sur you tube) combien de gamins il a eu le temps d’abétifier en leur racontant que la musique transforme en singe ou en porc ?
      TRAQUONS ces fous, au lieu de rentrer dans l’état d’urgence, de faire des perquisitions musclées n’importe-où, de renforcer l’état sécuritaire en fouillant et en surveillant tous les gens normaux qui n’ont rien demandé… on est censé être en vigipirate depuis 95, ça n’a pas empêché Charlie, ni le 13 novembre. Donc c’est que ça ne marche pas terrible.

    • En janvier, il aurait fallu défiler avec Netanyahou, mais Marine Le Pen n’était pas la bienvenue dans le cortège.

      En novembre, il faudrait pleurer et pavoiser avec Marine Le Pen, Nicolas Bay et Florian Philippot du FN (sur la photo on reconnait aussi François Bayrou, Esther Benbassa, Jean-Luc Mélanchon...) :

      Je comprends qu’on évite...

    • Éric Ouzounian

      Depuis plusieurs décennies, la République a laissé se développer des zones de #désespoir, que le philosophe Jean-Paul Dollé nommait avec la justesse qui le caractérisait : « Le #territoire_du_rien ». Un urbanisme inhumain, sans lieux de loisirs, de culture, sans écoles dotées de moyens à la hauteur de l’enjeu, au sein duquel aucun sentiment humaniste et citoyen ne peut éclore. « Cités Dortoirs », « Quartiers sensibles », les termes ont évolué mais le problème demeure et le personnel politique l’a toujours traité avec indifférence. Raymond Barre promit « d’enrayer la dégradation physique et sociale des grands ensembles ». Bernard Tapie fut ministre de la ville, Nicolas Sarkozy annonça un plan Marshall des #banlieues et nomma Fadela Amara Secrétaire d’État chargée de la politique de la #ville. Patrick Kanner l’est aujourd’hui et perpétue quarante ans d’échec.

      Le divorce entre les français et leurs dirigeants est accompli, le contrat social est rompu, le gouffre entre le peuple et les élites est béant. Les atteintes importantes aux #libertés_publiques, votées avec empressement par l’Assemblée Nationale, ne régleront rien. L’extrême droite pourra toujours surenchérir et les assassins franchir les frontières.

      #état_d'urgence

    • Ceux-là même qui ont plongé toute une société dans le chaos et le désespoir nous enjoignent de faire bloc derrière un drapeau et un hymne national qui ne représentent plus rien sauf eux-mêmes, des oligarques bourgeois, bien pensants, corrompus et égoïstes. Qu’ils aillent se faire foutre !


  • Bravitude : Le gouvernement contre les APL sous condition de ressources - Ration (de confusion et d’escamotage, de fabrication étatico-médiatique de la #xénophobie)
    http://www.liberation.fr/france/2015/11/03/le-gouvernement-contre-les-apl-sous-condition-de-ressources_1410954

    Dans l’hémicycle mercredi, l’exécutif s’opposera aux amendements pourtant votés par sa majorité en commission .

    Le gouvernement démine à tour de bras. S’étant déjà mis à dos une partie des retraités modestes avec un bug fiscal et les élus locaux sur la dotation globale de fonctionnement, l’exécutif désamorce un dossier potentiellement explosif : celui des #aides_personnalisés_au_logement que sa majorité voulait conditionner aux ressources des familles.

    Soucieux d’éviter de voir les étudiants former des cortèges en pleine période électorale, Matignon a ainsi choisi de ne prendre aucun risque et annonce à Libération vouloir s’opposer ce mercredi à l’Assemblée nationale, lors de l’examen du projet de loi de finances, à deux amendements pourtant adoptés par sa majorité, jeudi dernier, en commission. Pour récupérer plusieurs centaines de millions d’euros - et financer de nouvelles aides à la pierre et les mesures d’accueil pour les #réfugiés le gouvernement propose ainsi plusieurs mesures de réformes des APL. Parmi elles, les députés PS avaient eux choisi de modifier « le mode de #calcul » pour les étudiants « âgés de moins de 28 ans [...] et qui ne sont pas en situation de rupture familiale ».

    Ce changement devait tenir compte des « ressources des parents et de l’éloignement géographique entre le lieu d’études et le domicile des parents ». « Cet amendement vise à mieux #cibler les aides vers les étudiants qui en ont le plus besoin », avait justifié le député PS du Val d’Oise, #François_Pupponi dans l’exposé de cet amendement [des élus PS veulent apparaître en défense de leurs mandants putatifs en proposant de réserver des allocs aux vrais pauvres, ndc] . Beaucoup de députés y voient pourtant une mesure de « #justice_sociale » mais savent que toucher aux APL est explosif. « Ça peut prendre des proportions épouvantables, met en garde une députée, pourtant favorable à la mesure. Si ça part dans le mauvais sens, on peut être très mal. » Principal syndicat étudiant, l’Unef estime que cela revient à « priver jusqu’à 500 000 jeunes d’une aide », qui contraindrait une partie d’entre eux à « retourner vivre chez leurs parents » . La Fage dénonce, elle, une attaque contre les « classes moyennes ».

    Mercredi cet amendement sera tout de même « présenté » en séance, confirme le rapporteur de la mission Logement, le député PS Daniel Goldberg (Seine-Saint-Denis), mais « retiré avant le vote » [avec de telles palinodies parlementaires, il ne reste plus qu’à lancer de nouveaux sondages pour monter qu’un exécutif d’experts non élus aurait les faveurs des électeurs, tant qu’à répondre dans les cases proposées, cela signifie aussi : notre vote n’a pas de conséquences, démerdez vous entre dominants, ndc] . En revanche, les députés socialistes veulent voir pousser [sic] l’exécutif à être plus souple [sic] sur les nouveaux critères censés encadrer à l’avenir les APL pour récupérer 225 millions d’euros en 2016 .

    Avec ces derniers mots, la bouillie journalistique n’occulte finalement plus tout à fait la vigueur du coup de couteau. Ce dernier a été rendu incompréhensible, qui est visé ? comment ? rien n’en a été dit, rien n’en sera dit.
    Avec le titre de l’article, tout avait mal commencé puisque, comme chacun sait (sauf Ration ?), le droit à allocation logement et son montant est par construction tributaires des conditions de #ressources. Lesquelles ? comment ? ces questions n’ont pas lieu d’être dans le débat et l’espace public.

    On a vu l’Unef jouer une crédibilité ruinée parmi les étudiants en faisant mine d’ignorer que la réforme va prendre en compte des #loyer_plafond pour rendre dégressifs les montants versés, ce qui attaquera un grand nombre d’étudiants qui paient les petites surfaces les plus chères au m2. Cet escamotage est, sans surprise de la part de ce syndicat jaune, un soutien tacite au programme néolibéral du PS.

    Voilà, le projet de réforme prévoie d’instaurer une #dégressivité des allocs logement en fonction de l’épargne, du patrimoine et de l’ampleur des dépassements de loyers plafonds tout à fait « théoriques ». On en dira rien mais c’est la faute aux #migrants.

    • Réforme des aides au logement : les députés amendent la proposition du Gouvernement, ou quand les comptable commencent à mesurer les effets sociaux et les risques politiques...
      http://tempsreel.nouvelobs.com/immobilier/logement/20151102.OBS8677/reforme-des-aides-au-logement-les-deputes-amendent-la-propositi

      Les députés ont relevé le loyer à partir duquel l’APL serait dégressive : au lieu de correspondre à 200 % du montant du loyer plafond actuel comme le voudrait le gouvernement, il serait de 280 %.

      A Paris et sa petite couronne, des loyers représentant deux fois le loyer-plafond applicable à cette zone sont malheureusement plus la norme que l’exception et les locataires n’ont pas nécessairement le choix face à une offre limitée", justifie Christophe Caresche [un des multiples ministres de l’intérieur potentiel du PS, ndc].

      Donc, on ne réduira pas les loyers (le soit disant encadrement des loyers permet, dans les quartiers les moins chers de Paris, un loyer légal hors charges de 500€ pour 20m2, de 750€ pour 30m2) et il sera possible à Paris et en petite couronne de toucher une APL non réduite avec 840 euros de loyer hors charges pour une personne seule. Et bien sûr on continuera à devoir exciper d’un revenu 3 fois supérieur au loyer hors charges pour entrer dans un logement.

      #rente_foncière

    • Ben oui @rastapopoulos, mais non. Là je crois qu’on passe à un niveau inédit, assez différent quant à la manière de fabriquer la guerre de tous contre tous, de chacun contre tous les autres, pendant que prospère actuellement le seul collectivisme réellement existant, celui des capitalistes, de la bourgeoisie.

      Ce que dit cette communication (guerre à l’entendement) c’est « si vous êtes pauvres, si vous vous appauvrissez, si on vous rabote l’APL, si l’huissier arrive, si vous risquez l’expulsion, c’est à cause des migrants ». Il y’a là quelque chose de spécifique et aussi d’étrange, s’agissant d’une mesure d’état qui pouvait être revendiquée au nom de la gestion, de l’équité (tous baratins qui sont aussi présents mais de manière peu insistante, trop rebattus sans doute, la com est aussi guerre de mouvement...) puisque dire « c’est la faute aux migrants » c’est dire aussi « nous sommes raisonnables (on expulse, on flique) et humains (on accueille, un peu) mais nous avons pris la décision de payer pour eux avec vos allocs », c’est à la fois s’éxonérer de la responsabilité de la réforme, et la revendiquer.

      Je vois venir d’ici le qualificatif « schizophrénie », mais alors au lieu d’en rester à l’usage du terme comme insulte, elle créerait quoi cette schizophrénie là ?

      Ce qui migre, ce qui est déplacé avec ces propos c’est le discours délétère sur l’armée industrielle de réserve (c’est les migrants et les chômeurs qui sont responsables du blocage ou de la baisse du salaire), c’est le discours nationaliste sur la division internationale du travail (pardon, mais il n’y a plus d’emploi pour vous car les Chinois le font pour moins cher), ils migre de la sphère emploi/salaire direct vers celle de besoins fondamentaux (et pas de l’emploi...) dont la prise en charge partielle avait été socialisée, et dont la socialisation (toujours plus partielle) est désormais utilisée non pas simplement pour mener la guerre aux pauvres mais pour créer la #guerre_entre_pauvres. On pourra y voir une manière de revitaliser la foi dans l’emploi, qui si on en use correctement à titre individuel devrait être suffisant pour ne pas dépendre de l’APL. Mais ce qui est plus spécifique ici est que l’état xénophobe sous traite aux précaires la gestion de la guerre aux pauvres, l’idéologie idoine était là, il s’agit de mieux en faire usage, de désolidariser encore et encore.

      Quant en janvier 1998, Jospin a déclaré, en réponse aux mobilisations de chômeurs et précaires, « je préfère une société de travail à l’assistance » sa dénonciation de l’assistance assumait pour le compte du PS tout entier un retournement complet par rapport aux traditions de solidarité de la Révolution française et des autres moments émancipateurs que l’histoire a connu. Et, plus que le passé lointain, ce qui était à l’oeuvre c’était l’explicitation d’une position contre révolutionnaire, au présent. Avec ces assonances au « le travail c’est la liberté » dont Sarkozy usera en 2007 pour sa campagne, ce sont des remugles du nazisme qui servent de toile de fond à la parole et à l’action publique. Tout comme avec cette dose de « social » où est mise en scène la dignité du travailleur national, et dans ce cas celle du travailleur pauvre, ce français de la diversité qui sait sacrifier son égoïsme aux nécessités de l’économie, démuni mais digne, un travailleur pauvre dont la dignité est el modèle dont fainéants et parasites de l’état social ont à prendre exemple (vers le plein emploi précaire), sous peine de déchéance matérielle et morale.

      Quand Valls déclare en septembre 2013 « Les Rroms ont vocation à rentrer en Roumanie », c’est une réplique tardive, affaiblie mais néanmoins terrible, du vote des pleins pouvoirs à Pétain qui nous est vomie en pleine face. La Nation est généreuse, la République est intégratrice, mais ne soyons pas naïfs, leur identité les en sépare, c’est par leurs meneurs que - comme disaient les P"C" staliniens - ils s’en excluent d’eux mêmesL Le débat sur l’identité nationale proposée par Sarkozy a donc été tranché parmi ses collègues. Depuis des similis pogroms (qui n’en étaient heureusement pas car il n’y eu pas de morts) ont eu lieu, des voisins se chargeant d’ajouter une expulsion de bidonville autogérée à toutes celle répétitivement réalisées par les préfectures.

      Quand aujourd’hui une obscure ministre du logement fait sa com’ en attribuant aux migrants l’appauvrissement et la précarisation que leur réforme de l’APL est en train de programmer, à quoi a-t-on affaire ? Personne ne fait attention, non seulement à la brutalité de la mesure qui s’annonce mais à ce qui est supposée la justifier. Qu’est ce que ça signifie ? Ça semble fou.
      Je ne suis pas surpris, personne ici ne l’est j’imagine, que le gouvernement vise à faire des économies aux détriment des prolos et autres précaires. Mais lorsqu’on nous dit, « nous sommes généreux avec les migrants, un état bienveillant, et cela va vous coûter à vous, les démunis », je suis étonné. La manœuvre est ignoble, abjecte, haïssable. Mais je ne la comprends toujours pas. Je me demande ce qui peut bien être visé par cette manipulation perverse : faire grimper un FN tout juste en train de penser à s’implanter dans les quartiers et banlieues pour jouer de l’urgence à sauver la démocratie à la prochaine votation ? Attribuer aux pauvres la montée d’un FN (comme elle fut attribuée aux ouvriers, quitte à gommer la prépondérance de l’abstention parmi eux) qui deviendrait (avec, au premier chef, le millénarisme musulman le plus mortifère comme ennemi utile et quelques micro refuges idéologiques ou contre culturels rescapés des mouvements extraparlementaires du XXème siècle) l’un des seuls recours disponible pour qui refuse que l’économie, la politique du capital, règne en maître sans qu’aucune invention politique n’intervienne ?
      Avec quelle digues sont ils en train de chercher à canaliser la violence, le refus ? Et à quel prix ?

      Faute de comprendre, car après tout, ce qui précède est déjà inscrit dans la situation, une touche personnelle est peut-être à prendre en compte. Depuis son appartenance à une deuxième génération d’immigrés (faussement présentée comme antifranquiste), Valls est l’exemple et le défenseur farouche d’une intégration profondément normalisatrice. Devenir français c’est devenir un dominant, ou au moins vouloir l’être. On peut et doit traiter le dernier venu moins bien qu’un chien, et si on est au bon endroit pour participer aux grosses subtilités actuelles, prétendre avoir inventée une SPA renouvelée pour quelques abandonnés. (love love love disait une chanson, Valls obéissant à ses conseillers a essayé de jouer cette carte en déclarant son « amour »... aux agriculteurs de la FNSEA, leur solidarité est réelle mais on peut parier quelle repose sur de tout autre sentiment, l’admiration pour les milliardaires de Macron parait plus sincère).

      On ne peut accueillir toute la misère du monde (et on sait qu’ils sont en train d’essayer d’organiser un tri drastique) doit devenir une évidence sensible, partagée. On en prend notre part, eh bien cela suppose des sacrifices.

      Pour faire accepter ce discours, il faut mettre de côté toutes les observations qui montrent et prouvent l’apport économique des migrations, s’aligner sur ce qui peut être ressenti par exemple dans les queues devant les CAF : il y a trop d’étrangers (y compris le cas échéant lorsque j’en suis un moi même) pour que ma part de gâteau ou mes miettes ne s’en trouve pas réduite et menacée.
      Comme Ménard avec les cordes à linges.

      Peur, misère matérielle et morale, le paysage devient terrifiant.

      #socialistes_ni_oubli_ni_pardon

    • “Baisse des APL : le Front national surfe sur l’erreur de communication [?] du gouvernement", et bien d’autres sur des post presse, sur twitter attribuent le rabotage au coût de l’accueil des migrants
      http://www.huffingtonpost.fr/2015/09/30/baisse-apl-front-national-budget_n_8220106.html

      Le gouvernement annonce une économie de 225 millions d’euros sur les APL dont 120 millions seront consacrés à l’accueil des réfugiés ? Il n’en fallait pas moins pour que le Front national s’engouffre dans la brèche et instruise un procès en « préférence étrangère » à l’encontre du gouvernement.

      Car oui, en annonçant un coup de rabot sur des prestations sociales justifié en partie par l’aide aux migrants, le gouvernement a offert un boulevard au parti de Marine Le Pen. « Le summum du révoltant ! », a par exemple tweeté le numéro 2 du parti, Florian Philippot. « Les Français les plus modestes sacrifiés pour l’accueil des clandestins », a surenchéri Nicolas Bay, secrétaire général du FN.

      Il faut dire que l’occasion est trop belle pour le Front national dans la mesure où 500.000 bénéficiaires devraient voir leur allocation baisser selon les estimations faites dès l’annonce de cette mesure. Pourtant, le gouvernement avait pris soin ces dernières semaines de contrecarrer la communication du Front national en expliquant que l’accueil des migrants ne se faisait pas au détriment des Français.

      Mais en donnant l’impression de déshabiller Paul pour habiller Jacques, le gouvernement contredit donc la ligne qu’il s’était fixé... Pour le plus grand bonheur du Front national.

      « On ne prend pas aux Français »

      Sur le plateau de « Des Paroles et des Actes » le 24 septembre, Manuel Valls avait pourtant balayé cet argument. « On ne prend pas aux Français, ou à ceux qui vivent en France, on n’oppose pas. Il n’y a pas cette concurrence des pauvretés », avait indiqué le premier ministre.

      « Il y a une tradition d’accueil, il faut pleinement la respecter », avait-il ajouté. « C’est ce que nous faisons avec les communes, avec l’Etat, l’hébergement d’urgence, qu’il ne faut pas confondre avec l’habitat social (...) Il y a des solutions, et en Île-de-France, ce sont des bâtiments qui, pour la plupart, étaient désaffectés » qui accueillent les réfugiés, a-t-il affirmé. « C’est ça qui est insupportable dans notre pays parfois, l’opposition entre les publics », avait déploré l’ancien ministre de l’Intérieur, répondant indirectement à l’extrême droite qui accusait déjà le gouvernement de pratiquer la « préférence étrangère ».

      Sauf que, en expliquant qu’on piochait dans des prestations sociales pour financer l’accueil des réfugiés, le gouvernement a lui même versé dans la confusion entre hébergement d’urgence et logement. Croyant bien faire en annonçant un geste envers les réfugiés censé amoindrir le coût social d’une annonce anxiogène (la baisse des APL) [le « croyant bien faire » m’échappe, bien faire quoi ? ndc] , le gouvernement a donc involontairement _ [?!?] _ donné du grain à moudre au Front national. Autrement dit, c’est ce qui s’appelle « tendre le bâton pour se faire battre ».

      Le PS nous dit "le grand remplacement, il commence chez toi, qui ne pourra plus raquer ton probloc".