person:nikki haley

  • In starkest warning yet, EU states say Trump’s Mideast peace plan risks ’being condemned to failure’

    Eight EU member states say ahead of the plan’s publication that any proposal must take into account ’internationally agreed parameters’ – namely, a two-state solution

    Noa Landau SendSend me email alerts
    Dec 19, 2018 6

    https://www.haaretz.com/world-news/europe/.premium-eu-states-warn-trump-s-mideast-plan-risks-being-condemned-to-failu

    Eight European Union member states issued on Tuesday their starkest warning ahead of the publication of U.S. President Donald Trump’s long-awaited Middle East peace plan.

    The joint statement by France, the Netherlands, Poland, Sweden, the United Kingdom, Belgium, Germany and Italy follows a United Nations Security Council session on the situation in the region during which outgoing U.S. Ambassador Nikki Haley praised the “thoughtful” plan.
    The EU states, all members of the Security Council, warned that any peace plan that would disregard “internationally agreed parameters,” namely a two-state solution based on the 1967 borders with Jerusalem as the capital of both states, “would risk being condemned to failure.”

    >> Netanyahu is risking Israel’s interests by riding the European nationalist tiger | Analysis ■ U.S. evangelicals out their faith in Netanyahu as Trump readies Mideast peace plan
    They also reiterated “the EU’s strong continued commitment to the internationally agreed parameters for a just and lasting peace in the Middle East based on international law, relevant UN resolutions and previous agreements.”
    The statement went on to read: “The EU is truly convinced that the achievement of a two-state solution based on the 1967 borders with Jerusalem as the capital of both States, that meets Israeli and Palestinian security needs and Palestinian aspirations for statehood and sovereignty, ends the occupation and resolves all final status issues, in accordance with Security Council Resolution 2334 and previous agreements, is the only viable and realistic way to end the conflict and to achieve just and lasting peace.”
    The member states added that the EU “will continue to work towards that end with both parties, and its regional and international partners”, and called for restring “a political horizon” on this issue.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    Nikki Haley said earlier Tuesday that the proposed U.S. plan to broker peace between Israel and the Palestinians “brings new elements to the discussion, taking advantage of the new world of technology that we live in.” However, she gave no details of what was in the plan.


  • UNGA votes against anti-Hamas resolution
    Dec. 7, 2018 12:18 P.M. (Updated : Dec. 7, 2018 2:29 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=782008

    NEW YORK (Ma’an) — The United Nations General Assembly failed to pass an anti-Hamas resolution, on Thursday, serving a crushing defeat to both the United States and Israel after weeks of diplomacy.

    While the draft resolution, which was proposed by outgoing UN envoy, Nikki Haley, received 87 votes in favor, it fell short of the two-thirds super-majority needed to pass.

    Additionally, 57 opposed it and 33 countries abstained and another 23 were not present.

    Israeli leaders still praised the outcome as a “show of wide support” for their position against the Hamas movement.

    In response to the votes regarding the draft resolution, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu thanked the 87 countries that voted in favor of it.

    Netanyahu posted a tweet, reading, "While it did not achieve a two-thirds majority, this is the first time that a majority of countries have voted against Hamas and I commend each of the 87 countries that took a principled stand against Hamas.” (...)

    #ONU


  • Les USA voteront contre la condamnation de l’ONU de l’annexion d’Israël du #Golan | The Times of Israël
    https://fr.timesofisrael.com/les-usa-voteront-contre-la-condamnation-de-lonu-de-lannexion-disra

    Lors du vote prévu vendredi sur la résolution « Le Golan syrien occupé », les #Etats-Unis changeront leur abstention annuelle en « non », a déclaré dans un communiqué Nikki Haley, ambassadrice sortante des Etats-Unis auprès de l’ONU.


  • Western hypocrisy: Khashoggi and Murtaja two deceased journalists but the world will only remember one – Middle East Monitor
    https://www.middleeastmonitor.com/20181030-western-hypocrisy-khashoggi-and-murtaja-two-deceased-jou

    Yaser Murtaja was a Palestinian photojournalist who had gone to the Gaza fence with Israel to cover the second Friday of the Great Return March. He was killed by an IDF sniper on 7 April. There was modest coverage of his death coming on the second Friday of the Great Return March. The world was troubled by the deliberate targeting by highly trained Israeli snipers of Palestinian civilians who posed no threat, but Western governments were hesitant about criticising Israel for targeting men, women, children, medics and journalists. The young medic, Razan Al-Najjar was shot and killed weeks later while tending to the wounded at the Gaza fence. At the same time, Nikki Haley was plotting to scupper a UN Security Council resolution to protect Palestinian civilians.

    #indignation_sélective



  • Discours de Hagai El-Ad au Conseil de sécurité des Nations Unies, le 18 octobre 2018
    AURDIP | 20 octobre | B’Tselem |Hagai El-Ad
    https://www.aurdip.org/discours-de-hagai-el-ad-au-conseil.html

    Hagai El-Ad, Directeur exécutif de B’Tselem, a pris la parole devant le Conseil de sécurité des Nations Unies ce soir, à la session trimestrielle prévue par la résolution 2334.

    Merci, Monsieur le Président,

    Merci, membres du Conseil de Sécurité,

    Il est très difficile, voire impossible, de décrire l’indignité, l’outrage et la souffrance d’un peuple privé de droits pendant plus de cinquante ans. Ici, dans ces locaux, il est difficile de donner corps aux vies que les Palestiniennes endurent sous occupation. Mais bien plus grande que cette difficulté, est celle de faire face à une existence intolérable au quotidien, d’essayer de vivre, de fonder une famille, de développer une communauté dans ces conditions.

    Cela fait bientôt deux ans que j’ai eu l’honneur d’être convié à témoigner devant ce Conseil. Deux ans de plus d’occupation, deux ans durant lesquels la routine des 49 années d’occupation s’est prolongée. Depuis ma dernière présentation ici, 317 Palestiniens ont été tués par les forces de sécurité israéliennes, et treize Israéliens ont été tués par des Palestiniens. Israël a démoli 294 maisons palestiniennes, et a continué d’effectuer des arrestations quotidiennes, notamment de mineurs. Des colons israéliens ont vandalisé et déraciné des milliers d’oliviers et de vignes. Les forces de sécurité israéliennes ont continué, sur une base régulière, d’entrer dans des maisons palestiniennes, parfois au milieu de la nuit pour réveiller des enfants, noter leurs noms et les prendre en photo. Les Palestiniens ont perdu d’innombrables heures à attendre aux check-points, sans explications. Et ainsi se poursuit la routine de l’occupation. (...)

    • The Real Hero Is the B’Tselem Chief
      Gideon Levy Oct 20, 2018 9:22 PM
      https://www.haaretz.com/opinion/.premium-the-real-hero-is-the-b-tselem-chief-1.6574668

      On the day the world realizes that the UN ambassador is Israel and Hagai El-Ad represents a muzzled minority, maybe its forgiving attitude toward Israel will change

      Who contributes more to Israel’s status in the world, UN Ambassador Danny Danon or B’Tselem director Hagai El-Ad? Who generates more respect, the diplomat or the human rights activist? Which of the two disgraced Israel with his words and who retained some of its humane image? Who told the truth and who lied? Whom does the world believe – excluding Nikki Haley, the only true collaborator in the hall – and whom can the no world no longer believe?

      They sat opposite each other at the Security Council – two Israelis of the same age, born here, army veterans, with totally different worldviews and conflicting moral standards. Their values are contradictory and their information on what’s happening under the occupation is divergent. One relies on the lies of Israel’s propaganda machine while the other’s views are based on the investigative efforts of an organization whose work couldn’t be more reliable and professional.

      El-Ad reminded the world of something the world still clings to, the belief that there is still a difference between Israel and Saudi Arabia. Danon tried to erase the difference with his pitiful response: “IDF soldiers protect you and you come here and slander them. You should be ashamed, collaborator.”

      Danon is a faithful representative of the majority in Israel. His appearances are important – he reminds the world that the illusion of the “only democracy in the Middle East” must be dispelled. On the day the world realizes that Danon is Israel and El-Ad represents not just a negligible minority but one muzzled by an aggressive majority, maybe its forgiving attitude toward Israel will change.

      The reactions in Israel only intensified the damage wrought by Danon. Not only the right pounced on El-Ad with viciousness – the center-left took part in the fascist revelry as well. There was Yair Lapid, as could only be expected. There were Zionist Union Knesset members such as Ayelet Nahmias-Verbin (“these are one-sided texts deserving every condemnation”) and Eitan Cabel (“hateful words and an abomination”). Their words attested to the urgency of dispensing with this party and its rotting ideas. None of their colleagues came to El-Ad’s defense – how shameful. There is no alternative to the rule of the right.

      El-Ad showed the truth – naked, ugly and disturbing. Anyone calling him a snitch actually admits to this truth and is ashamed of it. It’s not only El-Ad’s right to behave this way, it’s his obligation. The occupation is not and cannot be an internal Israeli matter. The abuse of people without rights under a military tyranny in occupied territory is an international crime.

      Anyone seeing these crimes must report them to the authorities. If you see a man striking a woman or abusing a child or some other helpless creature, you have an obligation to report it to the police. If you see a tyrannical government abusing another nation for decades, killing, destroying, causing hunger, imprisoning people and blocking medical aid, you are obliged to report this to the United Nations, to The Hague and to other international institutions.

      El-Ad fulfilled his civic and moral duty. The chorus of his detractors knows this, which is why it’s so vicious and strident. If Danon really believed his own hollow speeches at the United Nations, he wouldn’t be alarmed at one Israeli speaking out differently. But Danon and Cabel, Benjamin Netanyahu and Miri Regev know that not one word in the restrained and to-the-point speech by El-Ad wasn’t truthful. This is why their reaction was so aggressive.

      El-Ad was modest, as is his wont. He said he was no traitor or hero; the Palestinians are the true heroes. He’s right, of course. Every demonstrator along the Gaza border is far more courageous than any Israel sniper shooting him from a distance. Every shepherd at the Bedouin village of Khan al-Ahmar exudes more justice than the entire chorus of those attacking B’Tselem.

      But El-Ad too is a hero; he’s the ambassador of Israel as it should be, a public relations officer of an alternative Israel, a beautiful and just one. Now we have to be concerned about his safety. He has been marked as a target and must wear a bulletproof vest. If he comes to harm we’ll remember those who are to blame: Not just people on the right, but also the sanctimonious hypocrites on the center-left – Lapid, Cabel and Nahmias-Verbin, the spokespeople of Israel’s shameful and imaginary opposition.

    • réaction à son intervention d’il y a deux ans :

      Le chef de B’Tselem est “un vrai patriote”, selon des sources de l’unité d’élite où il a servi
      Hagai El-Ad est décrit comme un excellent soldat qui a grandement contribué à la sécurité d’Israël par ceux qui ont servi avec lui dans l’unité 504, élite du renseignement
      Par Alexander Fulbright 31 octobre 2016,
      https://fr.timesofisrael.com/le-chef-de-btselem-est-un-vrai-patriote-selon-des-sources-de-lunit

      Hagai El-Ad, le directeur de B’Tselem, est un « vrai patriote », qui a apporté une contribution inestimable à la sécurité d’Israël quand il servait dans l’une des unités d’élites les plus secrètes de l’armée israélienne, ont déclaré dimanche des sources internes à l’unité, dans un contexte de tempête médiatique et politique après son discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies ce mois-ci.

      Il avait à ce moment demandé une intervention mondiale contre les implantations israéliennes en Cisjordanie.

      Pendant la session du 14 octobre, El-Ad avait dénoncé la “violence invisible et bureaucratique” qui domine la vie des Palestiniens “du berceau à la tombe”, faisant notamment allusion aux contrôles exercés lors de l’entrée et de la sortie des Territoires et les droits liés à l’agriculture.

      Hagai El-Ad, le directeur de B’Tselem, est un « vrai patriote », qui a apporté une contribution inestimable à la sécurité d’Israël quand il servait dans l’une des unités d’élites les plus secrètes de l’armée israélienne, ont déclaré dimanche des sources internes à l’unité, dans un contexte de tempête médiatique et politique après son discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies ce mois-ci.

      Il avait à ce moment demandé une intervention mondiale contre les implantations israéliennes en Cisjordanie.

      Pendant la session du 14 octobre, El-Ad avait dénoncé la “violence invisible et bureaucratique” qui domine la vie des Palestiniens “du berceau à la tombe”, faisant notamment allusion aux contrôles exercés lors de l’entrée et de la sortie des Territoires et les droits liés à l’agriculture.
      El-Ad a servi au sein de l’unité entre 1987 et 1991, aux côtés de l’actuel coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), Yoav Mordechai, qui est responsable de la mise en place des politiques du gouvernement israélien en Cisjordanie, selon la chaîne.

      Pendant ces années, a annoncé la Dixième chaîne, l’unité travaillait principalement dans le sud du Liban pour mettre en place des réseaux d’informateurs.

      Pendant son discours, El-Ad avait déclaré qu’Israël a utilisé le processus de paix « pour acheter du temps » afin d’établir des faits sur le terrain pour les implantations.

      Le pays ne peut pas occuper un peuple pendant 50 ans et se dire démocratique, a-t-il déclaré, ajoutant que les droits des Palestiniens devaient être réalisés, et que l’occupation devait cesser.

      https://www.youtube.com/watch?v=NE5x4IqxTq0


  • Pourquoi Nikki Haley a-t-elle quitté l’ONU, alors qu’elle faisait l’unanimité ? - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/international/pourquoi-nikki-haley-a-t-elle-quitte-l-onu-alors-qu-elle-faisait-l-unanim

    Quoi qu’il en soit, le timing de l’annonce est politiquement étrange. Mardi, dans le Bureau ovale, lors de l’annonce officielle du départ de sa ministre, Donald Trump a expliqué que Nikki Haley l’avait prévenu depuis six mois qu’elle allait quitter son poste d’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU. Une déclaration qui a surpris a Washington où aucun diplomate de haut rang ne semble avoir vu venir le coup. Qui plus est, son départ effectif étant prévu pour la fin de l’année voire le début 2019, pourquoi a-t-il été choisi de l’annoncer quatre semaines avant l’échéance électorale des « mid-terms » ? Le départ de la plus populaire des membres du Cabinet Trump - la seule à avoir autant de soutien de la part des Républicains que des Démocrates - juste avant un vote aussi important fait plus qu’interroger le landerneau. Certains observateurs parlent même de « balle dans le pied de l’administration Trump ».

    Une diplomate archi-va-t-en-guerre, c’est une personne qui fait l’unanimité. Nos journalistes ont de drôles de façons de rendre compte du fait que les élites US ne sont d’accord entre elles que sur une chose : le fait de faire la guerre partout-tout le temps.


  • Démission surprise de Nikki Haley, l’ambitieuse ambassadrice de Trump à l’ONU - La Croix
    https://www.la-croix.com/Monde/Demission-surprise-Nikki-Haley-ambitieuse-ambassadrice-Trump-ONU-2018-10-1


    L’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley, qui a annoncé sa démission mardi, est restée mystérieuse sur ses motivations.
    AFP

    L’ambitieuse ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Nikki Haley, femme la plus en vue du gouvernement de Donald Trump, a annoncé sa démission, à la surprise générale, la dernière d’une longue série parmi l’équipe stratégique du président."Elle m’a dit il y a environ six mois qu’elle souhaitait prendre une pause", a justifié mardi le milliardaire républicain, louant le « travail fantastique » de son « amie », présente à ses côtés, tout sourires, dans le Bureau ovale."Elle a été très spéciale pour moi", a-t-il insisté, soucieux de minimiser le choc politique créé par le départ de cette personnalité populaire. Car à moins d’un mois de législatives délicates pour son camp, les électrices semblent se détourner de plus en plus des candidats républicains.M. Trump a précisé que la démission serait effective « à la fin de l’année » et qu’il dévoilerait le nom d’un successeur « d’ici deux ou trois semaines ».


  • Démission de Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU
    https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/10/09/demission-de-nikki-haley-ambassadrice-des-etats-unis-a-l-onu_5366918_3222.ht

    Nikki Haley avait exprimé il y a six mois son souhait de « prendre une pause », a de son côté expliqué Donald Trump, sans que d’autres raisons de son départ ne soient évoquées.

    Nikki Haley resigns amid CREW investigation request into free flights - Business Insider
    https://www.businessinsider.com/nikki-haley-resign-investigation-flights-free-private-jets-2018-10

    United Nations Ambassador Nikki Haley’s abrupt resignation on Tuesday came one day after an ethics group requested the State Department’s inspector general investigate her acceptance of seven free flights aboard private jets.

    Haley, the former governor of South Carolina, listed the flights on her 2017 financial disclosure and asserted that each qualified for an exception based on her relationships with the trio of businessmen who provided them.

    But the group suggested that Haley did not provide enough information to assert that exception.

    #sans_vergogne

    • Démission de Nikki Haley : une association dénonce des cadeaux indus | États-Unis
      http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201810/09/01-5199554-demission-de-nikki-haley-une-association-denonce-des-cadeaux-ind

      Lundi, dans une lettre à l’inspecteur général du département d’État américain, l’association Citizens for Responsibility and Ethics in Washington (CREW) avait réclamé une enquête sur le respect, par la responsable politique, « des règles qui encadrent les cadeaux de la part de personnes extérieures au gouvernement ».

      Selon cette organisation, Nikki Haley et son mari « ont accepté en 2017 sept vols gratuits sur des avions de luxe privés de la part de trois hommes d’affaires de Caroline du Sud », l’État dont elle était gouverneure avant son entrée dans l’administration républicaine. Le coût est estimé par CREW à « plusieurs dizaines de milliers de dollars ».

      « L’ambassadrice Haley affirme que chaque vol était éligible à une exception aux règles pour les cadeaux sur la base de relations personnelles avec les donateurs », rapporte l’association, qui soulève des doutes sur ces justifications. « Quoi qu’il en soit », « il semble que l’ambassadrice Haley n’a pas respecté les valeurs éthiques portées par ces règles », déplore-t-elle.

      « L’ambassadrice Haley a également accepté, durant la même année, des billets pour des matchs de basketball pour une valeur qu’elle a chiffrée à 19 558 $ », relève encore CREW dans sa lettre au département d’État.

      « L’an dernier, Nikki Haley a accepté des billets de basket pour la valeur d’une Toyota Corolla. Elle a accepté des vols sur des avions de luxe privés qui ont probablement coûté beaucoup plus cher, mais elle a les a sous-estimés et il n’est pas totalement clair si des personnes ou leurs sociétés en ont supporté le coût », a critiqué mardi matin Walter Shaub, l’ancien responsable de l’éthique gouvernementale au sein de l’administration démocrate précédente de Barack Obama, dans un tweet publié trois heures avant l’annonce de sa démission.



  • Haley : Le rire de l’ONU était un signe de #respect pour l’#honnêteté de Trump | The Times of Israël
    https://fr.timesofisrael.com/haley-le-rire-de-lonu-etait-un-signe-de-respect-pour-lhonnetete-de

    L’ambassadrice des #États-Unis auprès des Nations unies, Nikki Haley, a déclaré mercredi que le rire à l’Assemblée générale lors du discours du président Donald Trump la veille était dû au fait que les dirigeants du monde « aiment son honnêteté » et le « respectent ».


  • Venezuela : invasion ou pas invasion ?
    #Remember_Panamá

    ¿Nos invadirán, no nos invadirán ?
    http://www.el-nacional.com/noticias/columnista/nos-invadiran-nos-invadiran_252909

    El presidente de Estados Unidos, Donald Trump, hablará en la próxima sesión de la Asamblea General de la ONU y allí tocará el tema Venezuela. Sin duda será un discurso duro y muy probablemente dicte sentencia de muerte contra la dictadura de Nicolás Maduro, que no otra cosa significaría que la catalogase como una amenaza para Estados Unidos, pues así comenzó el desenlace de la dictadura de Manuel Noriega en Panamá.

    Me atrevo a vaticinar que pronto se producirá una imputación formal de la Fiscalía de Estados Unidos por lo menos contra Diosdado Cabello por una cadena de delitos relacionados con el narcotráfico y se dictará su detención, si no es que ya ha ocurrido y se mantiene bajo secreto (sellada), lo cual es permisible en el proceso penal (Federal Rules of Criminal Procedure) que estipula la denuncia ante un Gran Jurado como punto de inicio, en el que se determina si hay causa probable y en caso positivo este formaliza acusación (Indictment) y se ordena la detención. Así ocurrió, por ejemplo, con el caso de los sobrinos Flores. No es imposible que en tal caso también se incluya a Maduro, Padrino y otros, y allí estará no solo la justificación legal sino la obligación de buscarlos para llevarlos ante un tribunal federal.

    Dos más dos siguen siendo cuatro
    Recordemos que los más altos funcionarios del gobierno estadounidense han estado denunciando las actividades ilícitas de Maduro y de Cabello. El lenguaje de Trump al respecto es cada vez más duro; la embajadora ante las Naciones Unidas, Nikki Haley, ha declarado que el pueblo de Venezuela “es víctima de un narcoestado criminal” y que “para la seguridad de todos los pueblos de América Latina es hora de que Maduro se vaya”. Mike Pompeo, secretario de Estado, también ha estado haciendo alusiones y hasta anuncios indicativos de que algo fuerte ocurrirá. Trump no ha escatimado señalamientos contra el régimen, lo tiene entre ceja y ceja. Y si seguimos en las matemáticas tenemos que sumar el hecho de la significativa abstención de Estados Unidos y Colombia a firmar el comunicado del Grupo de Lima negando la posibilidad de una salida distinta a la negociación.

    Otros detalles
    Aquí en Miami tengo un buen amigo que hace política y que es también amigo del senador Marco Rubio. Meses atrás le pedí que fuéramos a hablar con él sobre la necesidad de una intervención militar. Mi amigo me respondió: “Ni se te ocurra, ¡en esa oficina está prohibido hasta hablar de ese tema!”, y de repente el senador aparece hablando sobre la amenaza a la seguridad de la región que implica el régimen madurista y que “las circunstancias han cambiado” a favor de la opción militar.

    Qué ganaría Trump
    En Estados Unidos está próximo un proceso electoral para formar el Congreso, que implica un juzgamiento a la mitad del período presidencial. Una actuación de rescate de Venezuela será factor decisivo para conquistar el cada vez más grande mercado del voto latino.

    Remember Panamá
    En el mes de mayo de 1988 la Fiscalía de Estados Unidos presentó una denuncia contra el general Manuel Antonio Noriega, a la postre jefe del gobierno de Panamá, ante la Corte del Distrito Sur de Miami bajo cargos de narcotráfico y lavado de dinero. Se convocó a un jurado, que decidió formalizar acusación y ordenar la detención para llevarlo a juicio, todo lo cual se mantuvo en secreto, o sellado, que es como se le denomina en las reglas procesales, como antes dijimos. Con base en tal actuación judicial el presidente de Estados Unidos, George W. Bush, ordenó la operación denominada “Just Cause” para ejecutar el arresto. Tal fue la justificación para que fuerzas militares norteamericanas iniciaran el operativo de captura en Panamá el 20 de diciembre de 1989, que culminó con Noriega juzgado y condenado a 40 años de cárcel según sentencia que dictó la Corte en julio de 1992 y que se cumplió hasta el último día.

    ¿Habrá una operación “Just Cause” en Venezuela?
    ¿Por qué no?

    Hay muchas similitudes

    El cielo encapotado anuncia tempestad.

    ¡Te lo pedimos Señor!


  • Bomb in #Yemen school bus strike was US-supplied - CNN
    https://www.cnn.com/2018/08/17/middleeast/us-saudi-yemen-bus-strike-intl/index.html

    Working with local Yemeni journalists and munitions experts, CNN has established that the weapon that left dozens of children dead on August 9 was a 500-pound (227 kilogram) laser-guided MK 82 bomb made by Lockheed Martin, one of the top US defense contractors.

    Qu’en dit la porte-parole des #Etats-Unis à l’#ONU Nikki Haley ?
    https://seenthis.net/messages/652281

    Via @tparsi sur twitter




  • Embajadora Nikki Haley inspeccionará la frontera entre Venezuela y Colombia
    http://www.el-nacional.com/noticias/crisis-humanitaria/embajadora-nikki-haley-inspeccionara-frontera-entre-venezuela-colombia_

    La embajadora de Estados Unidos ante la Organización de Naciones Unidas (ONU) Nikki Haley, visitará visitará la frontera entre Colombia y Venezuela aprovechando su viaje para asistir a la toma de posesión del nuevo presidente colombiano, Iván Duque.

    Haley prevé reunirse con venezolanos que han huido del país y visitar instalaciones humanitarias en la zona, según informó este lunes en un comunicado la embajada estadounidense ante las Naciones Unidas.

    La diplomática, que encabezará la delegación de EE UU. en la investidura de Duque este martes, estará en Colombia entre hoy y el próximo jueves.

    Investiture du président colombien, visite à la frontière, rencontre avec des émigrés vénézuéliens, suivi de la collaboration étatsuno-colombienne contre le narcotrafic, … histoire de calmer le jeu, j’imagine…


  • Haley tells UNSC Arab leaders afraid to tell Palestinians the truth
    https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5316135,00.html

    Alors qu’il est de notoriété publique que les dirigeants arabes ne soutiennent publiquement les Palestiniens qu’à cause de leur opinion publique tout en les poignardant sur le dos à la moindre occasion pour faire plaisir aux #Etats-Unis , la représentante de ces derniers, #Niki_Haley, ridiculise lesdits dirigeants pour leur (très réelle donc) hypocrisie mais seulement parce qu’ils n’utilisent pas le poignard fatal, à savoir convaincre les Palestiniens d’accepter des #bantoustans comme patrie.

    US Ambassador to the United Nations Nikki Haley told the UN Security Council on Tuesday that the Palestinian leadership “has been allowed to live a false reality for too long because Arab leaders are afraid to tell them the truth.”

    #sophismes #sans_vergogne


  • ONU : Les Etats-Unis s’opposent à une protection internationale pour les civils palestiniens
    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/06/02/onu-les-etats-unis-s-opposent-a-une-protection-internationale-pour-les-civil

    Sans surprise, les Etats-Unis ont mis leur veto, vendredi 1er juin, à un texte présenté par le Koweït au Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) qui demandait une protection du peuple palestinien et qui condamnait l’usage indiscriminé et disproportionné de la force par Israël contre les manifestants dans la bande de Gaza.

    Quelques minutes plus tard, les Etats-Unis ont présenté un texte concurrent qui condamnait les agissements, cette fois, du Hamas. Washington tient le mouvement islamiste – qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007 – pour seul responsable des violences qui ont fait plus d’une centaine de morts et 4 000 blessés par balles depuis le 30 mars.

    Une première dans les annales du Conseil de sécurité, Washington n’a recueilli qu’une seule voix positive : la sienne. Sa représentante, Nikki Haley, a immédiatement dénoncé un vote « qui montre d’évidence que les Nations unies sont irrémédiablement biaisées à l’égard d’Israël ».

    Washington, principal allié de l’Etat hébreu, n’avait pourtant pas manqué d’exercer une très forte pression sur les Etats membres du Conseil de sécurité pour faire échouer le texte du Koweït, décrochant même l’abstention de quatre pays (Royaume-Uni, Ethiopie, Pologne, Pays-Bas) dont trois des cinq membres européens du Conseil. Ces derniers ont dénoncé le manque d’équilibre du texte koweïtien qui ne faisait aucune mention du rôle du Hamas et du Djihad islamique palestinien qui ont tiré une soixantaine de roquettes contre Israël, le 29 mai, sans faire de blessés. La France, qui a voté en faveur, avait appelé à faire preuve « de pragmatisme et de réalisme » malgré un texte « qui n’est pas parfait » et qui aurait dû aussi « établir clairement la responsabilité du Hamas et condamner explicitement les tirs de roquettes ».


  • US to push to isolate #Venezuela until Maduro leaves power
    https://www.yahoo.com/news/us-push-isolate-venezuela-until-maduro-leaves-power-203748825.html

    “I think we have to continue to isolate Maduro until he gives in. Trying to get Maduro to go depends on the region,” Nikki Haley, the top US diplomat at the United Nations, told a State Department meeting on Latin America.

    “The systematic oppression of the Venezuelan people has become an active threat to the entire region,” Haley warned.

    “For the safety and security of all the peoples of Latin America, it is time for Maduro to go. We cannot allow the last, few surviving authoritarians to drag down the hemisphere,” Haley stressed.

    #etats-unis


  • Nikki Haley’s Loyalty Test Backfires – Foreign Policy
    http://foreignpolicy.com/2018/04/30/nikki-haleys-loyalty-test-backfires


    U.N. General Assembly votes overwhelming to reject President Donald Trump’s decision to recognize Jerusalem as Israel’s capital on December 21, 2017 in New York City.
    Photo by Spencer Platt/Getty Images)

    The U.S. ambassador’s threat to punish states for voting against the U.S. at the U.N. didn’t work out so well.

    In her first day on the job, Nikki Haley issued a stern warning to her U.N. colleagues from the lobby of U.N. headquarters: back American initiatives at Turtle Bay or face unspecified consequences. There was a new sheriff in town, Haley made clear, and she “would be taking names” of those who crossed the United States.

    The combative phrase, which Haley has used time and again to underscore Washington’s expectation of loyalty, reflects a deeply held view by President Donald Trump and his U.N. envoy that the United States is not shown the respect it deserves as the organization’s biggest financial backer. But Haley’s strategy has failed to broaden support for American positions at the U.N.

    In her first year as U.S. ambassador, the U.S. has lost support in the United Nations, with only 31 percent of States voting alongside the United States on controversial resolutions before the U.N. General Assembly, the lowest number since 2008, when states voted 25 percent of the time alongside President George W. Bush’s administration. During the final year of the Obama administration’s states voted with the United States 41 percent of the time, according to a recently published State Department report on U.N. voting practices.

    The voting outcome raises questions about the effectiveness of Washington’s use of threats to secure international backing for its policies. But Haley has not chosen to hide from that record. On the contrary, Haley has embraced it, highlighting the gap to justify the need for more punishment.

    We care more about being right than popular,” Haley said in a statement issued last week. “President Trump wants to ensure that our foreign assistance dollars – the most generous in the world – always serve American interests, and we look forward to helping him see that the American people are no longer taken for granted.


  • Syrian Chemical Weapons Prompts Missile Volley From Trump – Foreign Policy
    http://foreignpolicy.com/2018/04/14/syrian-chemical-weapons-use-prompts-missile-volley-from-trump

    Friday’s U.S.-led missile attack against Syria aimed at sending an unmistakable message that any future use of chemical weapons would trigger a military response from the West.

    If the Syrian regime uses this poisonous gas again, the United States is locked and loaded,” Nikki Haley, the U.S. ambassador to the United Nations, told the U.N. Security Council Saturday at an emergency meeting convened by Russia in an attempt to protest the strike.

    But the limited nature of the strikes sent another unintended message: the United States has no intention of using its firepower to halt the mass killing of civilians through conventional means, degrade Syria’s military forces, or to challenge Russia and Iran’s military positions is Syria.


  • La Journée de la Terre. La résilience du peuple palestinien abandonné. - RipouxBliquedesCumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/2018/04/la-journee-de-la-terre.la-resilience-du-peuple-palestinien-abandon

    Photo : Sans abri à Gaza, source : nybooks.com

    « Si cette immigration des juifs en Palestine avait eu pour but de leur permettre de vivre à nos côtés, en jouissant des mêmes droits et en ayant les mêmes devoirs, nous leur aurions ouvert les portes, dans la mesure où notre sol pouvait les accueillir. (…) Mais que le but de cette émigration soit d’usurper notre terre, de nous disperser et de faire de nous des citoyens de deuxième catégorie, c’est là une chose que nul ne peut raisonnablement exiger de nous. C’est pour cela que, dès le début, notre révolution n’a pas été motivée par des facteurs raciaux ou religieux. Elle n’a jamais été dirigée contre l’homme juif en tant que tel, mais contre le sionisme raciste et l’agression flagrante. » (Yasser Arafat)

    Vendredi 30 mars un massacre de plus que celui de 17Palestiniens coupables de protester contre la condition infra-humaine dans la prison à ciel ouvert qu’est Gaza. Toutes factions confondues, les Palestiniens promettent de protester pacifiquement pendant un mois et demi jusqu’au 15 mai mettant à profit la journée de la Terre pour protester contre l’occupation illégale de leur territoire d’où ils furent chassés en 1948 Le 15 mai coïncide avec l’inauguration controversée de l’ambassade américaine à Jérusalem. C’est aussi la commémoration de la catastrophe (Nakba) subie par les Palestiniens lors de la création d’Israël (1948). Ils furent plus de 700 000 à fuir leur terre pour trouver refuge dans la bande de Ghaza, en Jordanie, au Liban, en Syrie. Leur enfermement et la grave crise humanitaire qui sévit à Ghaza donnent plus que jamais corps à la question du « droit au retour ». Cette demande dont les dirigeants israéliens n’en veulent à aucun prix, au contraire encourageant des juifs de la Diaspora au nom de la loi du Retour de revenir quand ils veulent en Palestine, prendre la place des exclus et pousser de plus en plus les Palestiniens restants à partir.

    Tuer délibérément « grâce aux snipers »

    Pour Ibraheem Abu Mustafa de Reuters : « Des dizaines de milliers de Palestiniens, des femmes et des enfants, ont convergé vendredi le long de la barrière frontalière qui sépare la bande de Ghaza d’Israël dans le cadre de ´´la grande marche du retour´´. Ce mouvement de protestation durera six semaines pour exiger le ´´droit au retour´´ des réfugiés palestiniens et dénoncer le strict blocus de Ghaza. Des dizaines de Palestiniens se sont approchés à quelques centaines de mètres de cette barrière ultra-sécurisée, régulièrement le théâtre de heurts sanglants contre les habitants de l’enclave par les soldats. Ces derniers ont tiré des balles réelles et fait usage de gaz lacrymogène. Selon le ministère de la Santé dans la bande de Ghaza, 16 Palestiniens ont été tués et plus de 1410 blessés dans les affrontements avec l’armée israélienne. La ´´grande marche du retour´´ a lieu à l’occasion de la ´´Journée de la Terre´´, qui marque chaque 30 mars la mort en 1976 de six Arabes israéliens pendant des manifestations contre la confiscation de terres par Israël. Les Arabes israéliens sont les descendants de Palestiniens restés sur place à la création de l’Etat d’Israël en 1948 » (1).

    Farès Chahine qui intervient à partir des territoires occupés résume la situation : « L’armée israélienne a mis en exécution ses menaces, lancées en début de semaine, d’utiliser des balles réelles pour réprimer les manifestants. Le chef de l’état-major de l’armée d’occupation avait même déclaré à la presse israélienne qu’il allait lui-même superviser la répression de :

    « La grande manifestation du retour », comme l’ont appelée les organisateurs. Les forces israéliennes, renforcées par une centaine de snipers postés tout le long de la frontière avec la bande de Gaza, n’ont ainsi pas hésité à tirer sur les manifestants désarmés qui ne portaient que des drapeaux palestiniens et lançaient des slogans réclamant le retour des réfugiés palestiniens sur leurs terres et dans leurs villages d’où ils ont été expulsés de force en 1948. (…) Au lieu de leur faire peur, les menaces israéliennes ont au contraire galvanisé les citoyens qui se sont rendus en masse vers la frontière pour scander leurs slogans. » (2)

    « L’autre point remarquable poursuit Fares Chahine, de cette journée historique était l’absence des bannières des différentes factions palestiniennes. Celles-ci ont laissé place au seul drapeau palestinien, symbole de l’unité du peuple palestinien. Des centaines de tentes ont donc été plantées tout le long de la frontière à une distance de 700 mètres environ de la clôture. Cette présence féminine remarquable a d’ailleurs apporté un démenti au gouvernement israélien de droite qui fournit de grands efforts pour accréditer l’idée que les Palestiniens sont des terroristes, des tueurs sanguinaires et des misogynes. « Malgré le danger, les Palestiniens de la bande de Ghaza, qui vivent dans des conditions inhumaines depuis de très longues années, promettent que ce 30 mars 2018 n’est que le début d’une insurrection civile contre les autorités de l’occupation. (…) La journée de la Terre, qui est célébrée depuis le 30 mars 1976, a toujours bénéficié d’un large consensus au sein de la population palestinienne. En ce jour du 30 mars 1976, les forces israéliennes ont froidement abattu six citoyens palestiniens communément appelés « Arabes d’Israël », Ces Palestiniens avaient pourtant la nationalité israélienne. Mais elle n’a servi à rien. Il s’agit de la preuve que ces « Arabes d’Israël » sont considérés comme des citoyens de seconde zone. » (2)

    Cyrille Louis du Figaro témoigne et rapporte le contenu d’une vidéo mise en ligne :

    « Une fois le fracas interrompu et la poussière retombée, les participants à cette « grande marche du retour » ont mis en ligne les vidéos tournées vendredi avec leur téléphone. L’une d’elles, filmée à l’est de Beit Lahya, a aussitôt inondé les réseaux sociaux. On y voit un jeune homme vêtu d’un jeans et d’un pull noir qui court, un pneu à la main, pour tenter d’échapper aux balles des tireurs d’élite israéliens. Une détonation claque, puis une seconde et le garçon tombe à terre. D’après ses amis, dont le témoignage a été confirmé par les secouristes palestiniens, Abdel Fattah Abdel Nabi est mort sur le coup. À en juger par ce document, l’homme âgé de 18 ans ne présentait aucun risque immédiat pour les militaires qui l’ont abattu. Pour L’ONG israélienne B’Tselem « Tirer sur des manifestants qui ne portent pas d’armes est illégal » et « tout ordre donné à cette fin l’est également ». (3)

    Les réactions

    Dans un discours le même jour vendredi, le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré qu’il tenait Israël pour pleinement responsable de ces morts Les Palestiniens ainsi que la Turquie ont dénoncé un « usage disproportionné » de la force. La Ligue arabe, l’Egypte et la Jordanie ont également condamné la riposte israélienne.. L’Algérie condamne « avec force » et d’un « ton très ferme » la boucherie israélienne commise par les forces d’occupation, à Ghaza, lors de la répression, vendredi, d’une marche pacifique commémorant le quarante- deuxième anniversaire de la « Journée de la Terre », sous le slogan du « grand retour » d’après le communiqué du ministère des Affaires étrangères (MAE).

    Le Conseil de sécurité des Nations unies, pour sa part n’a rien décidé. Réuni en urgence vendredi soir sur les affrontements dans la bande de Ghaza, a entendu les inquiétudes quant à une escalade de la violence, mais n’est pas parvenu à s’entendre sur une déclaration commune. « Le risque de l’escalade (de la violence) est réel », a estimé devant le Conseil le représentant français. « Il y a la possibilité d’un nouveau conflit dans la bande de Ghaza. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont exprimé des regrets quant au calendrier de la réunion -la Pâque juive a commencé vendredi soir- synonyme d’absence de responsables israéliens. « Il est vital que ce Conseil soit équilibré » a dit à la réunion le représentant américain..Israël a rejeté les appels internationaux à une enquête indépendante. L’usage de balles réelles par l’armée israélienne est au coeur des interrogations de la communauté internationale et des organisations de défense des droits de l’homme.

    Israël rejette toute enquête

    Vendredi 30 mars a été la journée la plus meurtrière dans la bande de Gaza depuis la guerre de 2014 : 16 Palestiniens ont été tués et plus de 1400 blessés, dont 758 par des tirs à balles réelles, selon le ministère de la Santé dans l’enclave. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ainsi que la représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini, ont réclamé une « enquête indépendante » sur l’usage par Israël de balles réelles, une demande rejetée par l’Etat hébreu. De son côté, le ministre de la Défense israélien Avigdor Lieberman a qualifié d’« hypocrites » les appels à ouvrir une enquête. « Il n’y aura pas de commission d’enquête », a-t-il déclaré à la radio publique israélienne. « Il n’y aura rien de tel ici, nous ne coopérerons avec aucune commission d’enquête. » (3)

    Pour M.K.Bhadrakumar, l’horrible attaque de 17 manifestants palestiniens non armés et pacifiques vendredi par les forces de sécurité israéliennes a une fois de plus souligné que l’occupation par Israël des pays arabes demeure toujours la cause première de la crise au Moyen-Orient. La revendication des manifestants est qu’Israël devrait accorder le droit aux 1,3 million de réfugiés (selon les chiffres de l’ONU des réfugiés enregistrés) de « rentrer chez eux » d’où ils ont été chassés, (…)Trump entouré, dont l’islamophobie suinte de ses veines, il s’est maintenant entouré de personnes aux vues similaires, en particulier le nouveau secrétaire d’État Mike Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale John Bolton ainsi que l’ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU Nikki Haley. » (4)

    La marche du désespoir des Palestiniens

     Un article du journal Le Monde nous apprend un peu plus sur cette marche pacifique :

    « Des dizaines de milliers de Palestiniens ont manifesté vendredi à quelques mètres de la clôture qui les sépare d’Israël. Au moins 16 ont été tués par l’armée israélienne. Tels des champignons de fer, les casques des tireurs d’élite israéliens se dessinent, immobiles, au sommet des collines. Des officiers assurent la liaison radio à leurs côtés. Une jeep passe dans leur dos. Les manifestants palestiniens, réunis près du camp de Bureij, contemplent ce ballet. La distance qui les sépare des soldats se compte en centaines de mètres. Soudain, une balle siffle, un corps s’effondre. On l’évacue. On continue. Ce face-à-face a duré toute la journée du vendredi 30 mars, le long de la bande de Ghaza. Cette journée marque un succès amer pour les partisans d’une résistance populaire pacifique, qui ont constaté depuis longtemps l’échec de la lutte armée. D’autant que la supériorité technologique de l’armée israélienne ne cesse de s’accroître. La manifestation de vendredi place cette armée sur la défensive, obligée de justifier des tirs à balles réelles sur des manifestants ne présentant aucun danger immédiat pour les soldats. (…) Mais contrairement aux propos calibrés des autorités israéliennes, personne n’a forcé les Ghazaouis à sortir pour réclamer le droit au retour des Palestiniens sur les terres qu’ils ont perdues en 1948, au moment de la création d’Israël. « Je n’appartiens pas à une faction, mais à mon peuple, résume Rawhi Al-Haj Ali, 48 ans, vendeur de matériaux de construction. C’est mon sang et mon coeur qui m’ont poussé à venir. (…) » (5)

    Non loin de lui, dans la zone de rassemblement de Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, Ghalib Koulab ne dit pas autre chose, sous le regard de son fils.

    « On veut envoyer un message à l’occupant, résume cet homme de 50 ans. On est debout, on existe. » Dans le conflit israélo-palestinien, les mots aussi sont sacrifiés, vidés de leur sens. Dans chacun des cinq lieux de rassemblement prévus le long de la frontière a conflué le peuple ghazaoui dans sa diversité, et son dénuement. Vieillards et gamins, femmes voilées et jeunes étudiantes apprêtées, mais surtout jeunes hommes sans avenir (…) Mais personne ne contrôlait cette foule éclatée. Il est tentant de dire que ces jeunes défiaient la mort. En réalité, ils défiaient la vie, la leur, qui ressemble à une longue peine : celle des victimes du blocus égyptien et israélien, enfermées depuis bientôt onze ans dans ce territoire palestinien à l’agonie. (…) « On ne sera pas transférés dans le Sinaï égyptien, comme le veulent les Américains et les Israéliens ! On continuera jour après jour, jusqu’à ce qu’on retrouve nos terres. Le processus de réconciliation, amorcé sous les auspices de l’Egypte en octobre 2017, est au point mort, mais personne ne veut signer l’acte de décès. »(5)

    La colonisation continue : personne ne proteste

    Pendant ce temps Israël accentue sa politique de colonisation des Territoires palestiniens. Selon un rapport de La Paix maintenant, le nombre de nouveaux logements a fortement augmenté en 2017. L’an I de la présidence Trump, sans surprise, a été marqué par une poursuite des activités de colonisation en Cisjordanie. Selon le rapport annuel publié lundi par l’organisation anti-occupation La Paix maintenant, 2783 nouveaux logements y ont été mis en chantier en 2017. Ce décompte marque un léger recul par rapport à l’année précédente, mais il traduit une hausse de 17% si on le compare avec la moyenne des 10 années écoulées. Le nombre d’appels d’offres passés pour de nouvelles habitations (3154) a simultanément atteint un niveau…

    Au dernières nouvelles, ce vendredi 6 avril jour de prière. De nouveaux affrontements ont éclaté ce vendredi 6 avril entre manifestants palestiniens et soldats israéliens près de la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Ces heurts interviennent une semaine après des violences sans précédent depuis 2014 qui ont coûté la vie à 19 Palestiniens.

    Cinq Palestiniens ont été tués et plus de 400 blessés par des soldats israéliens. Des manifestants ont incendié des pneus et lancé des pierres sur les soldats israéliens postés à la barrière de sécurité séparant les deux territoires, selon des correspondants de l’AFP sur place. Les militaires ont riposté en tirant des gaz lacrymogènes et des balles réelles (6).

    Beaucoup de commentateurs ont fait une analogie avec les massacres de Sharpeville , sauf qu’à l’époque le monde occidental avait banni l’Afrique du Sud, qui fut par la force des choses amenée à reconsidérer sa politique d’apartheid.

    Pourtant, la conscience humaine devrait retenir le bras vengeur de cette armée qui se dit « la plus morale du monde » car mettre des dizaines de snipers pour un tir aux pigeons, sauf que le pigeon est un jeune envahi par le désespoir, qui veut vivre à en mourir dans une enclave où son horizon est bouché. Il ne lui reste que la solution finale ; offrir sa poitrine et mourir pour une cause de la liberté. Ce qui est encore plus inhumain, c’est ce que doit penser le sniper dont le tableau de chasse est éloquent en fin de journée. Il ôte la vie à des jeunes comme lui qui ne demandent qu’à vivre comme lui sur cette Terre de Palestine dont il est difficile de parler d’ethnie, la science ayant prouvé que les Palestiniens et Israéliens appartiennent au même peuple de Cananéens.

    Que certains sionistes aient fait de la religion judaïque un fonds de commerce au nom de la race élue, ne doit pas porter préjudice à un peuple qui revendique de vivre sur les 18% de la Palestine originelle. S’il est connu que les Palestiniens n’ont rien à attendre des pays occidentaux tétanisés par la faute originelle, qui leur fait accepter toutes les impunités d’un pays qui brave une quarantaine de résolutions, ils sont encore mal barrés concernant la solidarité des pays arabes, encore plus tétanisés qui regardent ailleurs et se fendent de communiqués qui n’apportent rien de nouveau. La direction palestinienne s’est installée dans les temps morts et il n’y a pas de relève à l’horizon. Il est à craindre que la conscience internationale regarde ailleurs pendant qu’un peuple est en train de disparaître en tant que nation.

    « Est-ce ainsi que les Hommes vivent » aurait dit Aragon.

    Professeur Chems Eddine Chitour

    Ecole Polytechnique Alger

    Notes

    1.https://www.huffpostmaghreb.com/entry/ghaza-les-palestiniens-poursuivront-leur-protestation-apres-une-pre

    2.http://www.elwatan.com/international/israel-commet-un-massacre-a-ghaza-31-03-2018-365426_112.php

    3.https://assawra.blogspot.fr/2018/04/israel-rejette-toute-enquete.html

    4.http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2018/03/31/palestine-still-remains-core-issue-in-middle-east

    5.http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/03/31/a-la-frontiere-de-la-bande-de-gaza-une-grande-marche-du-retour-pacifique-mai

    6.https://www.nouvelobs.com/monde/20180406.OBS4747/affrontements-a-gaza-5-palestiniens-tues-dans-des-heurts-avec-l-armee-isr

    Article de référence :

    http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur _chitour/289893-la-resilience-du-peuple-palestinien-abandonne.htm

    La source originale de cet article est Mondialisation.ca
    Copyright © Chems Eddine Chitour, Mondialisation.ca, 2018


  • Haley: Vote With U.S. at U.N. or We’ll Cut Your Aid – Foreign Policy
    http://foreignpolicy.com/2018/03/15/haley-vote-with-u-s-at-u-n-or-well-cut-your-aid


    Nikki Haley, the U.S. ambassador to the U.N., tours a U.S.-funded supermarket in the Zaatari refugee camp in Jordan on May 21, 2017.
    Raad Adayleh/AFP/Getty Images

    U.S. Ambassador to the United Nations Nikki Haley is proposing a sweeping reassessment of U.S. foreign assistance with a view to punishing dozens of poor countries that vote against U.S. policies at the U.N., according to a confidential internal memo drafted by her staff.

    The move to make foreign aid conditional on political support follows a U.S. decision to cut tens of millions of dollars in assistance to Palestinian refugees, a cut made in retaliation for Palestine’s sponsorship of U.N. resolutions denouncing U.S. President Donald Trump’s controversial recognition of Jerusalem as Israel’s capital. Haley now wants to apply a similar principle to decisions about aid to other needy countries.


  • Pour les habitants de Gaza, la situation est humainement intenable
    Guillaume Gendron, Libération, le 7 mars 2018
    http://www.liberation.fr/planete/2018/03/07/pour-les-habitants-de-gaza-la-situation-est-humainement-intenable_1634243

    Alors que les Américains ont décidé de sabrer le budget de l’agence onusienne dédiée aux réfugiés palestiniens, Pierre Krähenbühl, son commissaire général, alerte sur les conséquences de cette décision éminemment politique.

    Depuis la décision de Washington de « geler » plus de la moitié de leurs versements à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), cette agence des Nations unies connaît, selon son commissaire général, le Suisse Pierre Krähenbühl, « la plus grave crise financière de son histoire ». En poste depuis 2014, celui que les milliers d’employés palestiniens de l’UNRWA appellent « Mister Pierre » est face à une situation inédite. Son principal donateur, les Etats-Unis, utilise ces coupes budgétaires comme moyen de pression sur l’Autorité palestinienne (AP) pour forcer son président, Mahmoud Abbas, à revenir à la table des négociations. Le commissaire général de l’UNRWA sera à Paris mercredi et jeudi. Il y rencontrera notamment le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Pour Libération, il revient sur la situation financière de l’UNRWA et l’urgence humanitaire dans la bande de Gaza (dont l’agence est, selon ses termes, « la colonne vertébrale institutionnelle »).

    Deux mois après le gel des fonds américains, quels ont été les conséquences concrètes de cette décision ?

    Il faut d’abord rappeler les chiffres. Au moment de l’annonce, on passe d’une contribution effective des Américains de 364 millions en 2017 à 60 millions cette année. C’est 300 millions qui vont nous manquer. C’est beaucoup pour toute organisation humanitaire. Mais pour l’UNRWA, qui dépense environ entre 1,2 et 1,3 milliard annuellement, c’est un coup très dur. Pour le moment, il n’y a pas eu d’effets sur le terrain car nous avons demandé à une partie de nos donateurs d’avancer leurs contributions. La Belgique, les pays nordiques, la Russie, la Suisse l’ont fait. Cela nous a permis de maintenir les écoles et les cliniques ouvertes. Sur la question des fonds d’urgence pour l’aide alimentaire, notamment à Gaza, la situation reste délicate. Les Américains y contribuaient particulièrement, et on a failli se trouver en situation critique d’ici à la fin mars. Nous avons trouvé une solution interne, avec permutation de budget, qui nous permet de tenir jusqu’au mois de mai, mais c’est du court terme. Nous comptons beaucoup sur la conférence du 15 mars à Rome, lancée par la Suède, la Jordanie et l’Egypte pour organiser le soutien à l’UNRWA. Il ne s’agit pas que du futur de l’agence, mais d’une question de sécurité régionale.

    Votre raison d’être est attaquée : Nikki Haley, l’ambassadrice américaine à l’ONU, considère que l’UNRWA fait partie du problème car elle « crée un nombre illimité de réfugiés palestiniens ».

    C’est un mythe : l’UNRWA perpétuerait la situation en prolongeant indéfiniment le statut des réfugiés palestiniens, selon une définition différente du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR). Mais le HCR soutient les réfugiés afghans depuis l’invasion soviétique de 1979 et leur offre assistance, même s’il s’agit de la deuxième, troisième ou quatrième génération. Donc l’idée selon laquelle l’UNRWA opère selon des critères particuliers est erronée. Si l’UNRWA existe encore soixante-huit ans après sa création, c’est non par choix mais parce que la communauté internationale et les parties du conflit ont échoué.

    On évoque une augmentation de la contribution des pays arabes…

    Il y a derrière cette hypothèse une idée reçue. On entend souvent : « Quand les pays arabes vont-ils enfin contribuer ? » Mais ils le font déjà ! L’Arabie saoudite est le troisième plus grand donateur de l’UNRWA après les Etats-Unis et l’UE. Elle donne annuellement plus que la France ou les pays hôtes. Ces trois dernières années, les Emirats arabes unis ont versé des montants importants pour l’éducation. Il faut un partenariat entre l’Europe et les pays arabes pour stabiliser les contributions à nos financements principaux – ce qu’on appelle le « core funding ».

    Si jamais vous deviez revoir votre budget à la baisse, avez-vous identifié vos priorités ?

    Il y a déjà beaucoup d’inquiétude, notamment chez nos employés palestiniens, il ne faut pas en rajouter. L’objectif pour le moment est la mobilisation de fonds.

    Les ONG s’alarment de la dégradation des conditions de vie à Gaza. Pourtant, le ministre de la Défense israélien, Avigdor Lieberman, refuse de parler de crise humanitaire…

    Pour réussir à ne pas voir la situation à Gaza, il faut vraiment ne pas y vivre. Sur place, on est passé de 80 000 personnes en 2000 qui recevaient de l’aide alimentaire, à un million aujourd’hui, sur 1,9 million d’habitants. Ce chiffre, un scandale international, est en lien direct et organique avec le blocus. Ces gens, souvent éduqués, autosuffisants, qui avaient des emplois, des entreprises, ont vu leurs marchés détruits par le blocus et l’impossibilité d’importer du matériel. La situation est humainement intenable.

    Vous évoquez le blocus, mais la détérioration des conditions de vie semble aussi liée aux décisions de l’Autorité palestinienne, qui a notamment amputé les salaires des fonctionnaires pour faire pression sur le Hamas.

    C’est un paramètre : les divisions intra-palestiniennes ont un effet sur la communauté. Sur le plan de la santé et de l’électricité, il y a des enjeux clairs liés à ces divisions, mais je pense qu’il ne faut pas perdre de vue les effets du blocus.

    L’expression « prison à ciel ouvert », vous la cautionnez ?

    Comme le disait un entrepreneur palestinien : « En principe, lorsqu’on est condamné à une peine de prison, on en connaît la durée. Là, personne ne nous en a informé. » Rien de ce qui se passe à Gaza n’est compatible avec l’argument d’un investissement dans la sécurité régionale. Ni pour les Palestiniens, ni les Israéliens, ni les Egyptiens. Maintenant, si nos activités sont touchées aussi… Dire, comme le font certains, « la crise est moins aigu qu’en Somalie, en Syrie ou au Yémen », c’est classer la souffrance… Pour les habitants de Gaza, c’est terrible d’imaginer que l’UNRWA, le seul paramètre stable de leur vie, puisse être menacé. Si l’on s’intéresse à la stabilité de la région, comment imaginer, sans l’UNRWA, que 270 000 élèves à Gaza n’aient plus accès à l’éducation dans un contexte si dégradé ? Plus de 90% de ces élèves n’ont jamais quitté Gaza de leur vie, ils ne connaissent rien d’autre que ces quelques kilomètres carrés et la crainte d’un prochain conflit. On me demande souvent si je suis inquiet par les risques de radicalisation au Proche-Orient. Je le suis d’autant plus maintenant qu’on m’a retiré 300 millions pour mon système scolaire.

    Les Israéliens accusent vos professeurs d’entretenir, voire d’instiller, un certain nombre d’idées radicales chez les élèves…

    Il a été démontré par de nombreuses études faites par les donateurs eux-mêmes – dont les Américains – que notre travail éducatif est un investissement extrêmement important. Plus de deux millions de Palestiniens ont obtenu un diplôme dans nos écoles. Nous sommes le seul le système scolaire qui a inscrit dans son cursus des cours sur les droits de l’homme, la tolérance… Bien sûr, il y a parfois eu des problèmes avec ce que l’un ou l’autre de nos enseignants a pu poster sur sa page Facebook. Quand vous vivez dans une communauté depuis cinquante ans sous occupation, cela change votre vision du monde. Et cela concerne moins de 0,5% de nos 22 000 employés. Mais aussi minime soit-il, nous prenons ce problème très au sérieux, il y va de notre crédibilité.

    Est-ce difficile de mobiliser l’opinion internationale sur Gaza ?

    Si l’on compare à ce qu’il s’est passé en 2014 au cœur de la guerre, la situation n’est évidemment pas comparable en intensité.. Ce que l’on voit actuellement, c’est un cumul, entre le blocus, la crise financière, les coupures d’électricité, la mauvaise qualité de l’eau, le traumatisme de la jeunesse après la dernière guerre, le sentiment d’enfermement… Ce qui me choque, c’est que dans les conférences internationales au sujet de Gaza, on parle beaucoup de résilience. Cela revient à applaudir les Gazaouis de tenir indéfiniment face à une injustice qui devrait être réglée politiquement. C’est féliciter les gens de survivre à quelque chose qui n’a pas lieu d’être.

    Quel rôle peut jouer la France ?

    D’un point de vue régional, je considère extrêmement important que la France joue un rôle dirigeant. Elle a toujours un regard extrêmement aigu sur les questions politiques. Cette tradition française est plus que jamais nécessaire, à l’heure où il y a beaucoup de défaitisme dans la communauté internationale autour de ce conflit. Sur les questions relatives à l’UNRWA, j’ai une attente forte sur l’éducation, thème sur lequel Emmanuel Macron s’est engagé.

    #Palestine #UNRWA #Gaza #réfugiés