person:obama

  • White House announces move to restrict birth control coverage

    In yet another blow to women’s reproductive health rights, the White House Office of Management and Budget has announced that it will review rules that require most employers to provide free contraception coverage in their health insurance plans for female employees.

    Under the contraception mandate outlined by President Obama in 2012, birth control coverage was judged an essential preventative health service. As a result, birth control coverage was guaranteed to more than 55 million women in the U.S. and women saved an estimated $1.4 billion in birth control pill costs in the mandate’s first year alone. In addition to saving women money, the rule was also credited with helping lower the U.S.’s abortion rate to its lowest recorded point since abortion was made legal in 1973.

    https://nytlive.nytimes.com/womenintheworld/2017/05/31/white-house-announces-move-to-restrict-birth-control-coverage
    #USA #Trump #Etats-Unis #contraception #femmes #santé #avortement


  • Labor Dept delays Obama-era mine safety rule

    MSHA issued the rule on the final day of President Obama’s administration in January. It was delayed to give small businesses that operate mines more time to comply with the changes, the agency said.

    The rule called for mine operators to examine new sites before sending miners to work and alert the workers to dangers if hazardous conditions are not fixed promptly. It also called for operators to keep track of places they examined, any hazards identified there and when the problems were fixed.

    http://thehill.com/regulation/labor/334591-labor-department-delays-obama-era-mine-safety-rule
    #mineurs #mines #USA #Etats-Unis #travail #Trum
    cc @albertocampiphoto


  • U.S. Customs Agency Rules Against Jones Act Action - Foreign-Flag Construction Vessels to Stay in GoM – gCaptain
    http://gcaptain.com/u-s-customs-and-border-protection-rules-against-jones-act-changes

    The U.S. Customs and Border Protection agency announced Wednesday it is withdrawing its notice of proposed modification and revocation of letter rulings related to its enforcement of the Jones Act, meaning there will be no changes to the coastwise law with regards to the current use of foreign-flagged vessels for certain offshore oil and gas operations in U.S. waters – at least for now. 

    The CBP’s proposed modifications and revocation of letter rulings, published in a Customs Bulletin just two days before President Obama left office, would have corrected certain aspects of the Jones Act by reversing long-standing rulings that have allowed non-Jones Act qualified offshore construction vessels to freely operate on the U.S. Outer Continental Shelf, most notably in the deepwater Gulf of Mexico. 

    Under the Jones Act, only a vessel that is built in the United States, owned by a U.S. citizen and crewed by U.S. mariners can participate in the transportation of cargo between two points in the United States.

    Dans la série, on n’est pas protectionnistes mais ça peut changer… maintien (pour le moment ?) de l’autorisation, dérogatoire par rapport au Jones Act (1920), d’utiliser des bâtiments d’origine étrangère pour l’exploration et la production offshore.

    In a statement, the Offshore Marine Service Association (OMSA) called the CBP’s decision “profoundly damaging” as it “puts foreign companies first and American companies and workers last.


  • The NSA Report:
    Liberty and Security in a Changing World
    The President’s Review Group on Intelligence and Communications Technologies: Richard A. Clarke, Michael J. Morell, Geoffrey R. Stone, Cass R. Sunstein & Peter Swire
    (December 2013)

    The Review Group on Intelligence and Communications Technology, set up by President Obama in the wake of Edward Snowden’s revelations of NSA spying, published a 300-page report outlining 46 recommendations that could serve as a blueprint for a reconfigured spy agency.

    http://press.princeton.edu/titles/10296.html

    This is the official report that is helping shape the international debate about the unprecedented surveillance activities of the National Security Agency. Commissioned by President Obama following disclosures by former NSA contractor Edward J. Snowden, and written by a preeminent group of intelligence and legal experts, the report examines the extent of NSA programs and calls for dozens of urgent and practical reforms. The result is a blueprint showing how the government can reaffirm its commitment to privacy and civil liberties—without compromising national security.

    https://obamawhitehouse.archives.gov/blog/2013/12/18/liberty-and-security-changing-world

    The comprehensive report, unclassified in its entirety, sets forth forty-six recommendations designed to protect national security and advance our foreign policy while respecting our longstanding commitment to privacy and civil liberties. The Review Group’s product recognizes the need to maintain the public trust – including the trust of our friends and allies abroad – and proposes steps to reduce the risk of unauthorized disclosures.

    In particular, the report highlights the need to develop principles designed to create sturdy foundations for the future, safeguarding liberty and security amidst a changing world. The recommendations emphasize risk management and the need to balance a wide range of potential consequences, including both costs and benefits, in considering potential reforms.

    https://obamawhitehouse.archives.gov/sites/default/files/docs/2013-12-12_rg_final_report.pdf

    The initial request of that report by Obama in August 2013

    https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/2013/08/12/presidential-memorandum-reviewing-our-global-signals-intel

    What’s in the report?

    Highlights of the Report of the President’s Review Group on Intelligence and Communications Technologies
    (Marty Lederman)
    https://www.justsecurity.org/4903/highlights-prgict

    Comment on the report by one of the writers

    http://www.huffingtonpost.com/geoffrey-r-stone/inside-the-presidents-rev_b_4485016.html

    A review of that report

    Inside the White House N.S.A. report: the good and the bad
    (John Cassidy, December 2013)
    http://www.newyorker.com/news/john-cassidy/inside-the-white-house-n-s-a-report-the-good-and-the-bad
    I have some doubts about whether the report is as radical as these reactions might suggest. Ultimately, it is more about preserving the essentials of the current system, and making them more palatable rather than knocking them down. Still, it’s a fair bet to say that when the White House recruited the Review Group, in August, it didn’t expect their conclusions to be hailed by the A.C.L.U. The fact that they were says two things: the critics of the N.S.A., Snowden included, were right; and the members of the Review Group tackled a serious subject in a serious manner.

    A critique of that report:
    (Fred Fleiz, Clare Lopez, January 2014)

    https://www.judiciary.senate.gov/imo/media/doc/011413RecordSub-Sessions.pdf

    #NSA
    #privacy
    #Snowden_revelations

    • Our review suggests that the information contributed to terrorist investigations by the use of section 215 telephony meta-data was not essential to preventing attacks and could readily have been obtained in a timely manner using conventional section 215 orders.


  • F.C.C. Chairman Pushes Sweeping Changes to Net Neutrality Rules - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/04/26/technology/net-neutrality.html
    https://static01.nyt.com/images/2017/04/27/business/27net/27net-facebookJumbo.jpg

    The chairman, Ajit Pai, said high-speed internet service should no longer be treated like a public utility with strict rules, as it is now. The move would, in effect, largely leave the industry to police itself.

    The plan is Mr. Pai’s most forceful action in his race to roll back rules that govern telecommunications, cable and broadcasting companies, which he says are harmful to business. But he is certain to face a contentious battle with the consumers and tech companies that rallied around the existing rules, which are meant to prevent broadband providers like AT&T and Comcast from giving special treatment to any streaming videos, news sites and other content.

    The policy was the signature telecom regulation of the Obama era. It classified broadband as a common carrier service akin to phones, which are subject to strong government oversight. President Obama made an unusual public push for the reclassification in a video message that was widely shared and appeared to embolden the last F.C.C. chairman, Tom Wheeler, to make the change.

    The classification also led to the creation of broadband privacy rules in 2016 that made it harder to collect and sell browsing information and other user data. Last month, President Trump signed a bill overturning the broadband privacy regulations, which would have gone into effect at the end of the year.

    Last week, Mr. Pai went to Silicon Valley to meet with executives of tech companies like Facebook, Oracle, Cisco and Intel to solicit their support for revisions to the broadband rules. The Silicon Valley companies are divided on their views about the existing policy, with internet companies like Facebook supporting strong rules and hardware and chip makers open to Mr. Pai’s changes.

    The F.C.C.’s policing of broadband companies has drawn greater interest with recent proposals for big mergers, such as AT&T’s $85 billion bid for Time Warner, that create huge media conglomerates that distribute and own video content. Already, AT&T is giving mobile subscribers free streaming access to television content by DirecTV, which it owns. Consumer groups have complained that such practices, known as sponsored data, put rivals at a disadvantage and could help determine what news and information is most likely to reach consumers.

    About 800 tech start-ups and investors, organized by the Silicon Valley incubator Y Combinator and the San Francisco policy advocacy group Engine, protested the unwinding of net neutrality in a letter sent to Mr. Pai on Wednesday.

    “Without net neutrality, the incumbents who provide access to the internet would be able to pick winners or losers in the market,” they wrote in the letter.

    So far, Google and Netflix, the most vocal proponents of net neutrality in previous years, have not spoken individually about Mr. Pai’s proposal. Speaking through their trade group, the Internet Association, they said the broadband and net neutrality rules should stay intact.
    “Rolling back these rules or reducing the legal sustainability of the order will result in a worse internet for consumers and less innovation online,” Michael Beckerman, chief executive of the Internet Association, said in a statement.

    #neutralité_internet


  • 3月5日のツイート
    http://twilog.org/ChikuwaQ/date-170305

    http://img.twi-log.com/img-dir/r/rt-icon.gif

    The latest Papier! paper.li/ChikuwaQ/13277… Thanks to @FrFloChou @diegocallazans @PeterSjostedtH #ycrazymind #cats posted at 09:13:29

    RT @25LABO: 表紙が長新太さんイラストの北杜夫「船乗りクプクプの冒険」たち。左が角川で、右が集英社。 pic.twitter.com/DLthp3aVJX posted at 07:40:41

    Top story: Donald J. Trump on Twitter: "How low has President Obama gone to tap… twitter.com/realDonaldTrum…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 06:44:08

    Top story: Trump, citing no evidence, accuses Obama of ‘Nixon/Watergate’ plot t… www.washingtonpost.com/news/post-poli…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 04:43:40

    Top story: Donald J. Trump on Twitter: "Arnold Schwarzenegger isn’t voluntarily… twitter.com/realdonaldtrum…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 02:45:56

    Top story: AsBackwards Illustrations - Interview with illustrator Shannon Austi… (...)


  • Why is the media ignoring leaked US government documents about Syria? | Ian Sinclair journalism
    https://ianjsinclair.wordpress.com/2017/02/09/why-is-the-media-ignoring-leaked-us-government-documents-abo

    In summary, the leaked information wholly contradicts the popular picture of Western benevolent intentions let down by President Obama’s ineffective leadership and inaction. Instead the evidence shows the US has been sending an “extraordinary amount” of weapons to the armed insurgents in Syria in the full knowledge that Salafists, the Muslim Brotherhood, and al-Qaida in Iraq were the “major forces” driving the insurgency. They did this understanding that sending in weapons would escalate the fighting and not “end well for Syrians”. Furthermore, the US has long known that its regional ally Saudi Arabia and other Gulf states have been supporting extremists in Syria. And, most shocking of all if true, both Kerry and the DIA report seem to show the US allowed forerunners to ISIL and/or ISIL itself to expand and threaten the Syrian Government as this corresponded with the US’s geo-strategic objectives.

    More broadly, by highlighting how the US welcomed the growth of ISIL in Syria, the leaks fatally undermine the entire rationale of the ‘war on terror’ the West has supposedly been fighting since 2001. These are, in short, bombshells that should be front page news, with lengthy investigative follow ups and hundreds of op-eds outraged at the lies and hypocrisy of Western governments. Instead the disclosures have disappeared down the memory hole, with the ginormous gap between the importance of the revelations and the lack of coverage indicating a frighteningly efficient propaganda system.


  • Russia Considers Returning Snowden to U.S. to ’Curry Favor’ With Trump : Official - NBC News

    http://www.nbcnews.com/news/us-news/russia-eyes-sending-snowden-u-s-gift-trump-official-n718921

    Je ne sais pas si c’est vrai, mais ça mérite d’être vérifié.

    http://media3.s-nbcnews.com/j/newscms/2017_06/1609201/160706-federal-cases-cr_02_b2a62018901cd2e55c5ec64cc0f6b6f8.nbcnews-fp-1200-800.jpg

    U.S. intelligence has collected information that Russia is considering turning over Edward Snowden as a “gift” to President Donald Trump — who has called the NSA leaker a “spy” and a “traitor” who deserves to be executed.

    #snowden #trump
    That’s according to a senior U.S. official who has analyzed a series of highly sensitive intelligence reports detailing Russian deliberations and who says a Snowden handover is one of various ploys to “curry favor” with Trump. A second source in the intelligence community confirms the intelligence about the Russian conversations and notes it has been gathered since the inauguration.



  • Un conseiller d’Obama admet : « Nous avons armé Al-Nosra et Al-Qaïda en Syrie » - RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/2017/01/un-conseiller-d-obama-admet-nous-avons-arme-al-nosra-et-al-qaida-e
    http://www.algeriepatriotique.com/sites/default/files/styles/282x211/public/field/image/ben+rhodes.jpg?itok=8-F2jIez

    Les éléments tangibles prouvant que les Etats-Unis ont directement ou indirectement soutenu les groupes terroristes activant en Syrie s’amoncellent. Certains sont même fournis par d’anciens hauts responsables de l’Administration Obama qui vient de passer le relais à l’équipe de Donald Trump. Ben Rhodes, conseiller adjoint à la Sécurité nationale pour les communications stratégiques de Barack Obama, a fait des révélations cette semaine qui ont provoqué un séisme à Washington. Il a affirmé qu’il existe des vases communicants entre ce que certains appellent l’opposition syrienne modérée et les groupes terroristes affiliés à Al-Qaïda. Dans ses confidences reprises samedi par un site animé par des vétérans de l’armée américaine, Ben Rhodes a non seulement soutenu que les rebelles syriens avaient des contacts avec Al-Qaïda et le Front Al-Nosra, mais que « l’opposition » avait aussi maintes fois préconisé à Washington de travailler avec les terroristes. « Ce qui est étrange, c’est que j’ai rencontré l’opposition syrienne, et souvent ses responsables ont soutenu que nous devrions travailler avec Al-Nosra, qui est Al-Qaïda », a-t-il déclaré, ajoutant qu’« Al-Nosra combat avec des armes américaines ».

    Rhodes semble dire que les Etats-Unis n’ont finalement pas travaillé avec Al-Nosra et Al-Qaïda. Mais en lâchant une telle déclaration, il admet tout de même que les rebelles syriens et Al-Nosra étaient les deux faces d’une même médaille et que leur seul but était de renverser Bachar Al-Assad. Même si l’on suppose que les Etats-Unis n’ont jamais travaillé avec Al-Nosra, le fait cependant que les rebelles syriens aient demandé à Washington de travailler avec Al-Nosra est un élément qui remet totalement en cause le discours tenu par les Occidentaux pour justifier la destruction de la Syrie.

    Il ressort aussi des déclarations post-Obama de Ben Rhodes que les invitations incessantes de Washington à distinguer entre ce qu’elle appelle l’opposition modérée et les mouvements terroristes se revendiquant d’Al-Qaïda ou de Daech étaient une fumisterie du moment qu’il n’y avait aucun moyen pour les Etats-Unis d’empêcher les rebelles syriens de fraterniser avec Al-Nosra, précisément parce que les deux entités avaient militairement juré de combattre Al-Assad par tous les moyens. Cela y compris en accusant Al-Assad d’utiliser des armes chimiques contre son propre peuple. En fait, il a été largement rapporté que « les rebelles syriens avaient promis loyauté à Al-Qaïda ».

    Bien évidemment, tout cela, les Américains le savaient. Ils savaient également que les armes fournies aux soi-disant rebelles syriens allaient fatalement tomber entre les mains d’Al-Nosra et d’Al-Qaïda. D’ailleurs, les rebelles eux-mêmes ont clairement dit qu’ils ne combattraient pas Al-Nosra. C’est ce qui se produira. D’importants lots d’armes américaines ont fini entre les mains de nombreuses cellules terroristes.

    Malgré les mises en garde de certains cadres de son administration, Barack Obama n’a rien voulu savoir. Il a même dit préférer les terroristes à Bachar Al-Assad, adoptant ainsi la même position que les Israéliens vis-à-vis d’Al-Qaïda et de Daech. Cela explique pourquoi Tel-Aviv n’a pas lésiné aussi sur les moyens, y compris militaires, pour aider le Front Al-Nosra et mettre les bâtons dans les roues de l’armée syrienne.

    Khider Cherif

    http://www.algeriepatriotique.com


  • Discours d’investiture de Donald Trump (Vidéo)
    https://www.crashdebug.fr/international/13068-discours-d-investiture-de-donald-trump-video

    Plus de news internationales dans la Revue de presse du jour

    Peu après 12 h, le 45e président des États-Unis a prononcé son discours d’investiture. Vous l’avez raté ? Vous n’êtes pas certain d’avoir tout compris ? Voici son discours intégral, en français.

    Monsieur le Président de la Cour suprême, Messieurs les Présidents Carter, Bush, Clinton, Obama, concitoyens américains et peuple du monde, merci.

    Nous, les citoyens américains, nous sommes unis dans un grand effort national pour reconstruire notre pays.

    Ensemble, nous déterminerons la trajectoire de notre pays et celle du monde pour de nombreuses années à venir.

    Nous aurons des défis. Nous aurons à affronter des difficultés, mais nous accomplirons ce travail jusqu’au bout.

    Tous les quatre ans, nous nous réunissons sur ces marches pour (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales


  • James Alefantis, propriétaire du Comet Ping Pong pizza, a été reçu au moins 5 fois à la Maison Blanche, dont 2 fois reçu personnellement par Obama et sa femme
    http://www.brujitafr.fr/2017/01/james-alefantis-proprietaire-du-comet-ping-pong-pizza-a-ete-recu-au-moins-

    Monica Lee, qui a reçu Alefantis à 2 reprises à la Maison Blanche, occupe des postes-clé depuis quelques années dans les médias de masse. Jared Ostermiller travaille au Bureau de la gestion et du budget à la Maison Blanche. http://white-house-logs.insidegov.com/d/a/James-Alefantis...


  • The Working Class, the Election, and Trump: An Interview with Sean Posey I The Hampton Institute
    http://www.hamptoninstitution.org/posey-interview-trump.html

    Although poorly covered by the media, white working class support buoyed Obama in 2008 and 2012. As the New York Times put it, Obama’s “key support often came in the places where you would least expect it. He did better than John Kerry and Al Gore among white voters across the Northern United States, despite exit poll results to the contrary. Over all, 34 percent of Mr. Obama’s voters were whites without a college degree - larger in number than black voters, Hispanic voters or well-educated whites.”

    [...]

    As you mention, it’s foolish to discount the importance of race-and racial appeals-along with sexism. However, those who attempt to reduce Trump’s win to matters of race and gender alone are kidding themselves. Whites actually lost a net total of 700,000 jobs in the aftermath of the Great Recession-the only racial/ethnic group to experience such losses. White workers aged 25 to 54 lost nearly 6.5 million jobs during those nine years, while Asian, Latino and black workers in the same age bracket gained millions of jobs.

    And there are now almost nine million more jobs than in November 2007.

    According to an analysis by the Wall Street Journal, during the primary, Trump won 89 of the 100 counties most affected by trade with China. And most disturbingly, life expectancy for whites, predominately in the working class, is actually declining. There’s nothing similar in the West to compare it to. It’s no wonder that so many found Trump’s appeals, which aside from race, centered on trade, jobs, national and cultural renewal.

    My home state of Ohio suffered immensely after China’s entry into the WTO; that’s in addition to the deindustrialization that began in the 1970s. The inability or unwillingness of the Democrats to address the pain of the “hollowed out American Heartland,” as I call it, brought them disaster on November 8. Trump won HALF the union vote in Ohio. That’s unprecedented for a Republican candidate.

    [...]

    Those who say that Trump voters get what they deserve are actually feeding into the Trump movement. It’s important to understand where many of these people are coming from. Now, I’m not talking about the Alt-Right or the Klan elements, but I’d clearly place them in the minority. If we write off a huge chunk of the working class, how are we ever going to build a movement of working people?

    In his book, Listen, Liberal: Or, Whatever Happened to the Party of the People? Thomas Franks dissects the decades-long movement of the Democrats into the neoliberal camp. The Democratic Party is America’s left party; it’s why the party exists. Yet Democrats increasingly represent a tiny fraction of Americans, not the top 1 percent, but the top 10 percent. Unions, industrial workers, service workers, etc., have no place left to turn. Many ran to Trump’s campaign. Condemning those voters as completely stupid or as a “basket of deplorables” will simply give us eight years of Donald Trump. Liberals would do much better by looking in the mirror.

    #progressistes#pauvres


  • Trump Already Demanding Leak Investigation and He’s Not Even President Yet
    https://theintercept.com/2017/01/06/trump-already-demanding-leak-investigation-and-hes-not-even-president-

    President-elect Donald Trump isn’t waiting until his inauguration to push for investigations of leaks to the press — an indication that he’ll emulate and possibly surpass President Obama’s practice of criminalizing disclosures to the media. Trump on Friday urged Congress to investigate leaks of “top secret intelligence shared with NBC,” in a tweet :

    #journalisme #surveillance


  • Voyage dans l’Amérique en guerre (1/4) : unis dans le patriotisme

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/01/03/voyage-dans-l-amerique-en-guerre-1-4-unis-dans-le-patriotisme_5057161_3222.h

    Au nom de la lutte contre le djihadisme, le 11-Septembre a précipité les Etats-Unis dans quinze années de combats. Premier volet de notre reportage autour de la guerre d’Irak.

    http://s1.lemde.fr/image/2017/01/03/644x322/5057155_3_bf38_la-freedom-tower-egalement-appelee-1wtc-a-ma_8d34830394cab76686e6404e56f0428a.jpg

    La planète a peur. Quinze ans après que les Etats-Unis ont été frappés un lumineux et meurtrier matin de septembre, l’impression est que le monde vit dans un état d’indescriptible chaos. Le mouvement djihadiste continue de s’étendre géographiquement, le Proche-Orient est à feu et à sang, et partout des attentats rappellent à intervalles plus ou moins fréquents la dangerosité de la menace. A New York même, symbole du basculement du monde en 2001, des bombes artisanales ont explosé une semaine après la quinzième commémoration du 11-Septembre.

    Pour beaucoup de citoyens de ce monde troublé, les Etats-Unis sont aussi fautifs qu’Al-Qaida, ses partisans et successeurs. Leur réaction à l’attaque aussi spectaculaire qu’inattendue de New York et Washington aurait fortement contribué à amplifier le tourment dont ils furent la cible. Un tourment qui s’est propagé sur la planète et dont nul ne voit plus la fin.

    Les Américains, eux, ne savent plus que penser. Ils ne savent plus qui croire, de ces deux présidents, George W. Bush et Barack Obama, qui leur ont fait emprunter des sentiers de la guerre très différents, ni de leurs opposants, ni des commentateurs. La promesse de se désengager des conflits lointains fut l’une des raisons de l’élection d’Obama. La guerre qui continue est aujourd’hui l’une des raisons du vote mû par la peur et le protectionnisme en faveur de Donald Trump, qui va prendre les commandes des Etats-Unis le 20 janvier.

    L’Afghanistan, où vivaient à l’époque le chef d’Al-Qaida, Oussama Ben Laden, et ses partisans, est désormais le théâtre de la guerre la plus longue de l’histoire de l’Amérique, plus longue que celle du Vietnam (1964-1975). Peu d’Américains le perçoivent. Une actualité chasse l’autre. La « une » des médias aujourd’hui, c’est l’organisation Etat islamique (EI) et le homeland terrorism, le « terrorisme intérieur » qu’elle tente d’inspirer, ces attaques perpétrées par de jeunes islamistes radicaux nés ou réfugiés aux Etats-Unis.

    Quinze ans. Une éternité, déjà. Après quinze ans à parcourir les lignes de front afghanes et irakiennes, les rues de Kaboul et de Bagdad, à tenter de comprendre la spirale des conflits qui opposent les Etats-Unis aux organisations djihadistes, le moment était venu d’aller de nouveau arpenter les routes d’Amérique. A la recherche à la fois de ceux qui ont combattu et de ceux qui sont restés au pays, à la recherche d’Américains rencontrés à travers le monde et de nouveaux visages. A la recherche de réponses aux questions qu’eux-mêmes se posent : comment l’Amérique a-t-elle changé ? Comment la société a-t-elle évolué ? Et comment se fait-il que ce conflit soit devenu une long war, une « guerre longue », puis, pour certains, une unending war, une « guerre sans fin » ?

    L’histoire aurait pu être différente. Il était impossible de prévoir, ce 11 septembre 2001, que la guerre d’Afghanistan allait durer si longtemps. Car tout aurait peut-être pu se jouer en quatre-vingt-deux jours… Le 26 septembre 2001, l’agent de la CIA Gary Schroen entre, avec six hommes, en Afghanistan, afin de préparer, avec les moudjahidin de la vallée du Panchir, au nord de Kaboul, l’offensive qui va renverser le gouvernement taliban, hôte ­d’Al-Qaida. Le 16 décembre 2001, Oussama Ben Laden, accompagné des 300 derniers combattants djihadistes encore en vie, s’enfuit d’Afghanistan, échappant à l’étau qui se resserre autour de lui dans les montagnes de Tora Bora, vers les « zones tribales » pachtounes du Waziristan, au Pakistan.

    Unis par le 11-Septembre

    Entre ces deux événements, quatre-vingt-deux jours se sont écoulés. La guerre d’Afghanistan aurait pu soit être définitivement terminée, si Ben Laden et ses hommes avaient été tués à Tora Bora, soit se poursuivre quelques jours ou semaines de plus au Pakistan – où Ben Laden sera finalement tué par une unité américaine des forces spéciales, la Navy SEAL Team Six, dix ans plus tard.

    Peu après l’entrée à la Maison Blanche de ­Barack Obama, en 2009, une commission du Congrès, sous la direction de John Kerry, a mené une enquête remarquable sur l’épisode de Tora Bora, publiée dans un rapport intitulé « Tora Bora Revisited ». La commission parlementaire racontait que le capitaine américain des forces spéciales, qui entendait la voix de Ben Laden dans son talkie-walkie et réclamait d’urgence des troupes supplémentaires pour prendre d’assaut la montagne, n’a jamais reçu ni réponse ni renforts. La raison principale était que le chef d’état-major, le général Tommy Franks, était trop occupé à établir des plans d’invasion de l’Irak, qu’il devait rendre à la Maison Blanche quelques jours plus tard.

    Personne peut-être n’a lu « Tora Bora Revisited ». C’était inutile, trop tard. Ben Laden sera bien tué deux ans plus tard, Obama ayant recentré la guerre américaine en priorité contre Al-Qaida, mais, entre-temps, Bush et son équipe avaient choisi l’occupation de l’Afghanistan, l’invasion et l’occupation de l’Irak, la war on terror, la « guerre au terrorisme » qui allait multiplier par centaines de milliers le nombre de djihadistes sur la planète au lieu d’anéantir l’ennemi initial.

    « CE JOUR A RENFORCÉ LA NATION AMÉRICAINE, CAR NOUS N’ÉTIONS QU’UNE GÉNÉRATION DE JOUEURS DE JEUX VIDÉO ET NOUS AVONS SOUDAINEMENT APPRIS À SERVIR UNE CAUSE : NOTRE PAYS », DÉCLARE LE VÉTÉRAN JASON MCCARTHY

    En ce 11 septembre 2016, New York se souvient… Pendant cette cérémonie de commémoration des attentats d’Al-Qaida, aucun New-Yorkais ne songe évidemment à ce qu’aurait pu être une guerre de quatre-vingt-deux jours. D’abord, il y a l’émotion à l’évocation de l’effondrement des tours du World Trade Center et à l’appel des noms des morts. Ensuite, il y a cette impression légitime que rien n’est fini, que la guerre dure, qu’un partisan d’Al-Qaida ou de l’organisation Etat islamique peut surgir au coin d’une rue.

    Alice Greenwald a accueilli des dizaines de milliers d’Américains survivants du 11-Septembre ou proches des victimes de 2001, et une pléiade de politiques, dont Hillary Clinton et Donald Trump en campagne pour l’élection présidentielle. La directrice du ­Mémorial du 11-Septembre est fière de son musée, ouvert il y a deux ans, qui a déjà reçu sept millions de visiteurs.

    « Le 11-Septembre a eu deux conséquences principales aux Etats-Unis : la prise de conscience de la vulnérabilité de l’Amérique, une nouvelle perte de l’innocence des Américains, et par ailleurs un extraordinaire moment d’unité, raconte Alice Greenwald. Ce musée tente de restituer ce sentiment d’unité qui a suivi le 11-Septembre. C’est un musée sur la réponse à l’événement. Que fait-on après que des gens diaboliques ont tué tant d’innocents ? Que fait-on individuellement ? »

    Sur les murets qui cernent les deux bassins creusés sur les empreintes des tours disparues, et qui reflètent le vide, l’absence, les noms des 2 977 victimes du 11-Septembre – dont 2 753 morts à New York – sont gravés. Les passants y déposent des fleurs.

    « Je voulais venger mon pays »

    A 8 h 46, l’heure où un avion a frappé la première tour il y a quinze ans, la foule, rassemblée dans le sud de Manhattan, observe une minute de silence. Le vétéran Jason McCarthy vient de dire quelques mots à la vingtaine d’amis et collègues qui l’ont accompagné de Floride pour la commémoration new-yorkaise. Des paroles solennelles sur le service du pays. « Le 11-Septembre, je voulais venger mon pays. Je me suis engagé, j’ai servi, j’ai combattu, raconte Jason McCarthy, qui fut soldat des forces spéciales durant cinq ans. Je pense honnêtement que ce jour a renforcé la nation américaine, car nous n’étions qu’une génération de joueurs de jeux vidéo et nous avons soudainement appris à servir une cause : notre pays. Cet esprit continue de vivre aujourd’hui. »

    Beaucoup, à 8 h 46, ont les larmes aux yeux. Tous regardent vers le ciel, vers les deux tours absentes, vers cette désormais tour unique bâtie à côté du Mémorial du 11-Septembre, le One World Trade Center, la plus haute tour de New York, culminant à 541 mètres, soit 1 776 pieds, en référence à l’année de la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis.

    Toute la journée, la ville commémore. Les familles des victimes ont un accès réservé au Mémorial. Une chorale, au Musée des pompiers, chante un bouleversant Amazing Grace en mémoire des 343 soldats du feu qui ont perdu la vie en tentant d’en sauver d’autres, juste avant l’effondrement des tours jumelles.

    EN CE 11 SEPTEMBRE 2016, LE PRÉSIDENT OBAMA LOUE « LA RÉACTION D’UNE GÉNÉRATION D’AMÉRICAINS QUI S’EST DRESSÉE POUR SERVIR ET QUI A RISQUÉ ET DONNÉ SA VIE POUR AIDER À [LES] PROTÉGER »

    Le soir venu, dans une caserne de pompiers, devant un public de vétérans et d’amis, Jason McCarthy fait une intervention publique et raconte « comment devenir un meilleur homme grâce au 11-Septembre ». « Ce n’est pas un processus facile que de s’imaginer tuer un autre être humain. De plus, on m’a envoyé en Irak alors que je m’imaginais traquer Ben ­Laden en Afghanistan. Cela dit, à ce stade, c’était devenu de la sémantique. L’important était le service en lui-même. Servir l’Amérique. Mourir pour l’Amérique. Servir et mourir pour ses camarades. L’addiction à servir, à accomplir quelque chose de plus grand que soi, le culte du “Send me !” [« Envoyez-moi ! »] des forces spéciales ont changé ma vie et fait de moi un homme meilleur. »

    Devant le mémorial près de l’emplacement du World Trade Center, le 11 septembre 2016.
    Le président Barack Obama, ce jour-là, commémore comme chaque année le 11-Septembre au Pentagone, à Arlington (Virginie), où un troisième avion piloté par les hommes d’Al-Qaida s’était abattu. Il est au quartier général de ce que l’Amérique vénère le plus : ses hommes en armes. Le Pentagone est aussi le premier symbole de la réaction américaine au 11-Septembre, Washington ayant militarisé sa politique étrangère : quinze ans après, l’armée américaine mène officiellement des opérations de guerre dans sept pays (Afghanistan, Irak, Libye, Pakistan, Somalie, Syrie, Yémen) et est présente dans une cinquantaine d’autres sur la planète.

    Le président Obama loue « la réaction d’une génération d’Américains qui s’est dressée pour servir et qui a risqué et donné sa vie pour aider à [les] protéger ». Il remercie ces Navy SEAL qui ont fait « justice » en supprimant Oussama Ben Laden, dont la mort restera comme l’un des principaux succès de sa présidence. Il parle d’une Amérique ouverte sur le monde et tolérante. Et d’une Amérique qui affronte de nouveaux dangers : de Boston à San Bernardino et à Orlando, ce sont désormais des citoyens américains ou résidents aux Etats-Unis qui portent des coups mortels, « inspirés par les idéologies de la haine ».

    En ce jour de commémoration, le président veut unir l’Amérique. Rien n’évoque les controverses des quinze dernières années. Rien n’indique ses désaccords profonds avec la politique de Bush, ni qu’il y ait eu une différence fondamentale entre la guerre d’Afghanistan – où Al-Qaida avait trouvé refuge – et celle d’Irak – un pays qui n’avait pas davantage de liens avec Al-Qaida que d’armes chimiques menaçant le monde.

    Que l’on considère l’occupation de l’Afghanistan, après la défaite rapide des talibans et la fuite de Ben Laden au Pakistan, comme justifiée ou non, l’Irak reste, avec la création de la prison de Guantanamo, le principal symbole des erreurs commises par les Etats-Unis dans leur réaction au 11-Septembre. Une erreur illustrée, le 9 avril 2003, jour de la chute de Bagdad, par un épisode très médiatisé à l’époque puis peu à peu tombé dans l’oubli.

    Le monde se souvient de la chute de la statue de Saddam Hussein, abattue place Al-Ferdaous (place du Paradis) par une centaine de Bagdadis aidés – leurs burins se révélant inutiles face au socle en béton – par une grue de l’armée américaine. Inaugurée l’année précédente pour le 65e anniversaire du raïs, la statue, représentant Saddam Hussein la main tendue vers Jérusalem, était la plus majestueuse du pays.

    « Capitaine Lewis, détruisez cette statue ! », hurle ce jour-là le colonel Bryan McCoy, l’officier des marines entré dans l’Histoire comme l’homme de la chute de Bagdad. Lewis, surpris, rappelle à son colonel que les ordres sont de laisser les Irakiens abattre seuls les statues de Saddam Hussein. « Aujourd’hui est un jour spécial, capitaine Lewis !, gronde McCoy. Détruisez cette statue ! » C’est ainsi, sous l’œil des caméras de télévision, que Bagdad tomba…

    SI, EN 2003, LES BAGDADIS REMERCIENT LES AMÉRICAINS D’AVOIR CHASSÉ LE TYRAN, ILS NE SOUHAITENT PAS QUE LEUR DRAPEAU FLOTTE SUR LE PAYS

    Peu en revanche se souviennent qu’un instant, lorsque la nacelle de la grue atteint le sommet de la statue, un drapeau américain est posé sur le visage du raïs par un homme du capitaine Lewis. Très brièvement, car la foule proteste immédiatement : si ces Bagdadis remercient les Américains d’avoir chassé le tyran, ils ne souhaitent pas que leur drapeau flotte sur le pays. Ils n’imaginent d’ailleurs pas que l’envahisseur devienne un occupant. Ils pensent que les soldats repartiront aussi vite qu’ils sont venus.

    L’histoire de cette arrogance dominatrice, de ce drapeau qui fait hurler la foule, remonterait au 11-Septembre, le jour où tout commence, le jour qui justifie tout. Ce 9 avril 2003, expliquant pourquoi ses hommes ont coiffé la statue de Saddam Hussein aux couleurs américaines, le colonel McCoy confie, la voix teinte d’émotion, que ce drapeau vient des décombres du Pentagone, où il a été trouvé entre les cadavres de camarades et les blessés. « Pour nous, il veut dire quelque chose. Nous l’avons apporté d’Amérique avec nous sur le champ de bataille… »

    Peut-être d’ailleurs McCoy le croit-il sincèrement, car Tim McLaughlin, le propriétaire du drapeau, était bien au Pentagone le 11-Septembre. Quinze ans plus tard, c’est dans un chalet de Concord (New Hampshire) que le bout de tissu réapparaît. « Ce drapeau est en bas quelque part… » Tim McLaughlin sourit. De longues recherches dans la cave et l’aide de son épouse s’avèrent nécessaires pour retrouver le célèbre drapeau, symbole place Al-Ferdaous du passage de libérateur à occupant, symbole peut-être de l’échec de tout ce que les Etats-Unis ont entrepris au Moyen-Orient depuis quinze ans, au lieu de traquer 300 combattants perdus au Waziristan.

    Lorsque l’avion percuta le Pentagone, Tim McLaughlin était militaire dans les marines et, à cause d’une jambe cassée, avait été muté à l’état-major le temps de sa rééducation. Il a aidé à évacuer des blessés. Un an plus tard, l’armée se consacre à ses préparatifs d’invasion de l’Irak. Un jour, une amie de sa belle-sœur, une jeune fille de Washington qui ne lui veut que du bien, lui offre un drapeau acheté au coin de la rue. Un porte-bonheur, en quelque sorte, avant de partir à la guerre. « C’était juste un drapeau. Je l’ai oublié. Puis il s’est retrouvé dans mon paquetage. »

    Le vétéran Tim McLaughlin, à Concord (New Hampshire), le 13 septembre 2016.
    Une fois l’unité arrivée à Bag­dad, place Al-Ferdaous, McLaughlin le donne à son officier supérieur. Et c’est ainsi que ce drapeau, qui n’a jamais connu le Pentagone ni ses décombres, se retrouve au sommet de la statue de Saddam Hussein.

    « Beaucoup de gens ont dit que tout ça, la chute de la statue, le drapeau, était organisé, planifié… », sourit McLaughlin. Dans la vie, et particulièrement dans la guerre, les choses se déroulent souvent autrement que selon des plans et des complots. De même que la mission de McCoy n’était pas d’aller jusqu’à la place Al-Ferdaous ce jour-là et qu’il a accéléré la cadence en comprenant que la ville était ouverte, aucun soldat américain ne pouvait prévoir qu’une centaine d’Irakiens tenteraient d’abattre cette statue, que McCoy ordonnerait malgré ses consignes de les aider, et qu’un McLaughlin allait sortir de son sac un drapeau offert par une amie de sa belle-sœur.

    « J’ai souffert au retour d’Irak »

    Cela ne change rien au destin tragique que connaît l’Irak depuis ce jour, de la guérilla antiaméricaine à la guerre civile entre sunnites et chiites, du chaos à la fragmentation du pays. Aux Etats-Unis, ce n’est cependant pas le problème des vétérans. Ils pensent d’abord à eux-mêmes et à leurs proches.

    Tim McLaughlin raconte honnêtement son retour, sous le regard attendri de son épouse. « Aujourd’hui j’ai une belle famille, un excellent job de juriste et une superbe maison, mais j’ai souffert au retour d’Irak. Les cauchemars, la nuit. Les traumatismes, les problèmes mentaux et les médicaments. Il est difficile, après l’armée, après la guerre, de se replonger dans une société individualiste et matérialiste, où les gens n’aiment pas le risque, où Hollywood fait des films de guerre qui ne reflètent aucunement la réalité, où les politiques veulent juste des votes, et les médias des clics. »

    Comme beaucoup de vétérans, Tim McLaughlin est engagé dans des associations au service de sa communauté. Lui fait des lectures de L’Odyssée d’Homère à des soldats un peu paumés. « Les gens nous arrêtent dans la rue, lorsque nous sommes en uniforme, et nous disent : “Thank you for your service” [« Merci pour ­votre service »]. Mais ils n’ont aucune idée de ce pour quoi ils nous remercient. Aucune. »

    Deuxième épisode : « Thank you for your service »

    Montrer l’Amérique sous surveillance

    Les images de notre série « Voyage dans l’Amérique en guerre » sont signées Tomas van Houtryve. Le photographe américano-belge a accompagné notre reporter sur les routes des Etats-Unis équipé d’une caméra thermique clipsée sur son smartphone. Un procédé technique qu’il avait déjà utilisé dans sa série « Packing Heat » (expression d’argot qui signifie « porter une arme »), réalisée après que la police de New York eut annoncé, en 2012, son projet – finalement abandonné – de s’équiper de scanners infrarouges pour repérer les armes à feu dissimulées sous les vêtements. Il avait alors sillonné la ville, qui dispose d’un des systèmes de surveillance les plus sophistiqués du pays, pour « voir comment une technologie conçue pour la surveillance captait le corps humain ».


  • The Syrian ceasefire agreement has shifted the balance of power to Assad | Patrick Cockburn
    http://www.independent.co.uk/voices/syria-russia-turkey-ceasefire-agreement-bashar-al-assad-shifted-balan

    But the present ceasefire is not solely the result of Syrian and regional developments. The last hope of the non-Isis opposition in Syria and its foreign allies was that Hillary Clinton would win the presidential election and switch US policy to one more committed to getting rid of Assad and more hostile to Russia. Instead, they were horrified by the election of Donald Trump, a candidate even more dismissive of the non-Isis rebels, focused on destroying Isis and more favourable to a Russian alliance than President Obama. 

    Will the US acceptance of Russia playing a dominant role in Syria be capsized by new US sanctions against Moscow and the expulsion of 35 Russian diplomats? Probably not, because what Trump is proposing to do openly in Syria is not much different from what Obama was doing without publicity. It is a long time since the US was seriously interested in getting rid of Assad — it has instead been concentrating on defeating Isis. This is likely to continue under Trump and might even have done under Hillary Clinton, if she had become president. At this stage, US policy in Syria and Iraq would in any case be difficult to unglue.


  • 12月30日のツイート
    http://twilog.org/ChikuwaQ/date-161230

    The latest Papier! paper.li/ChikuwaQ/13277… Thanks to @Kitri1 @andrewmurphie @TwitchedAtBirth #mustread #space posted at 09:13:33

    Top story: Russian Embassy, UK on Twitter: "President Obama expels 35 ?? dipl… twitter.com/russianembassy…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 09:11:09

    Top story: Obama Strikes Back at Russia for Election Hacking www.nytimes.com/2016/12/29/us/…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 07:15:36

    Top story: LumNKey - This is the smart key of the future. by Team LumNkey — Ki… www.kickstarter.com/projects/12356…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 05:12:25

    Top story: David Fahrenthold tells the behind-the-scenes story of his year cove… www.washingtonpost.com/lifestyle/maga…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at (...)


  • Un allié de Trump crée une polémique en souhaitant la mort d’Obama
    Washington (AFP) 24.12.2016 - 15:43
    http://www.courrierinternational.com/depeche/un-allie-de-trump-cree-une-polemique-en-souhaitant-la-mort-do

    Un homme d’affaires américain, co-président de la campagne de Donald Trump dans l’Etat de New York, a déclenché une vive polémique en souhaitant la mort du président sortant Barack Obama et en tenant des propos à caractère raciste concernant la First lady.

    Interrogé sur ce qu’il aimerait voir se produire en 2017, Carl Paladino a répondu espérer que M. Obama « contracte la maladie de la vache folle après avoir été surpris ayant des relations avec une Herford » —écorchant semble-t-il la race bovine Hereford—, et qu’il « meure avant son procès ».

    Puis questionné sur ce qu’il aimerait voir disparaître l’an prochain, l’ancien candidat républicain au poste de gouverneur de New York en 2010 a répondu : « Michelle Obama ».

    « J’aimerais qu’elle redevienne un homme et qu’elle soit relâchée dans la brousse du Zimbabwe pour qu’elle vive confortablement dans une grotte avec Maxie le gorille », a-t-il déclaré à l’hebdomadaire new-yorkais Artvoice, qui a posé les mêmes questions à différentes personnalités à l’aube de 2017.


  • Adjectives fail me. Best to let David Friedman speak for himself - Opinion - Israel News | Haaretz.com
    Qui est le nouvel ambassadeur américain en Israël?

    http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.760246

    I’ve spent the better part of two days trying to craft a column about David M. Friedman, the man Donald Trump has just nominated to be America’s Ambassador to Israel. I can’t do it. Adjectives fail me. Better to let him speak for himself. What follows are selections from Friedman’s writings, with brief responses in italics. 
    August 20, 2015: “The Jew is convicted and sentenced in a show trial, although subsequent evidence emerges which results is his complete exoneration and pardon. That was the affair of Captain Alfred Dreyfus that captivated France from 1894 to 1906. But it sure sounds like Chuck Schumer in 2015… the blatant anti-Semitism emanating from our President and his sycophantic minions is palpable.”
    Dreyfus, a French Jewish officer wrongly convicted of treason by an anti-Semitic French military establishment, spent five years in prison on a remote island in French Guiana. Schumer, a Jewish Democratic Senator from New York, opposed President Obama’s nuclear deal with Iran, and will soon become, with Obama’s support, the Democratic Minority Leader in the Senate. The parallel escapes me.
    Oct 20, 2015: Palestinians in the West Bank “have freedom of speech, the right to free enterprise, the right to worship freely, the right to elect their leaders.”
    Palestinians in the West Bank live inside the state of Israel. The Israeli army—and the army of no other country—can enter any square inch of the West Bank any time it chooses and arrest anyone it wants, including officials of the Palestinian Authority. Thus, the real “leaders” of West Bank Palestinians are the leaders of Israel. But West Bank Palestinians cannot elect them because they cannot vote in Israeli elections. As non-citizens, West Bank Palestinians live under military law. This dramatically restricts their freedom of speech, worship and their right to pursue free enterprise. Under Military Order 101, for instance, West Bank Palestinians need Israeli military permission to hold a political gathering of more than ten people, even if it is occurring in a private home. West Bank Palestinians also require Israeli military permission to visit Jerusalem, the West Bank’s religious and commercial hub. How easy is it to obtain that permission? According to Daniel Seidemann, a lawyer specializing in Jerusalem residency issues, “Due to Israeli restrictions, today it is easier for a Palestinian Christian living just south of Jerusalem in Bethlehem to worship in Washington’s National Cathedral than to pray in Jerusalem’s Church of the Holy Sepulcher. Today a Muslim living in Turkey has a better chance of getting to Jerusalem to pray at the Old City’s al-Aqsa mosque than a Muslim living a few miles away in Ramallah.” (Although Seidemann wrote these words in 2010, he confirmed to me that they remain true today). 
    November 28, 2015: “When Russia defeats ISIS, it will have accomplished something that the United States hasn’t done since 1945 nor Israel since 1973: win a war.”


  • Nearly 95% of all new jobs during Obama era were part-time, or contract
    http://www.investing.com/news/economy-news/nearly-95-of-all-job-growth-during-obama-era-part-time,-contract-work-449

    The outgoing president believes his administration was a net positive for workers, however.

    “Since I signed Obamacare into law (in 2010), our businesses have added more than 15 million new jobs,” said Obama, during his farewell press conference last Friday, [...]

    #Etats-Unis


  • Rehabilitating Guantánamo’s #torture victims

    It is extremely unlikely that President Obama will be able to fulfill his promise of closing Guantánamo before leaving office, but he can still take action to mitigate this national stain. Torture causes profound harm to human beings, families, and communities. We cannot undo the torture that was committed on scores of men — but we can do the right thing now: We can provide the medical, psychological, and social supports these survivors need to heal.

    http://www.miamiherald.com/opinion/op-ed/g69oot/picture121885073/ALTERNATES/FREE_640/Gitmo_detainee#.jpg

    http://www.miamiherald.com/opinion/op-ed/article121885083.html
    #Guantanamo #réhabilitation


  • Heartstrings and Aleppo
    http://nationalinterest.org/print/blog/paul-pillar/heartstrings-aleppo-18782?page=show

    If one were to search for dispassionate and objective reasons to have more despair over Aleppo than over countless other instances of wartime suffering or of man’s inhumanity to man, such reasons would be hard to find. As important as possession of Aleppo is, it has still been only one piece of one front in one war out of the complex of wars that have constituted the violence in Syria over the past six years. There are many instances of brutality, at the hand of different perpetrators, to be found in the Syrian violence.

    [...]

    Looking beyond Mr. Obama, the prevailing treatment of the Aleppo episode threatens to inculcate damaging “lessons” to be applied to future civil wars. It is interesting that several of the critics of current policy mention Rwanda as such a lesson, because Rwanda was cited (including by the self-described “genocide chick” who is the current U.S. ambassador to the United Nations) as a reason to intervene in Libya sufficiently to topple the incumbent regime there in 2011. We now have five years of results. Those results include a still-chaotic situation and continuing civil war in which the human suffering, including deaths [10] well into the thousands, is far more than the genocide-in-the-making that supposedly was going to occur in Benghazi.

    By all means sympathize with the people of Aleppo. We should feel anguish over their suffering. But don’t confuse anguish with policy analysis.

    #Alep


  • Les soucis (et l’implacable logique) des sionistes du genre Andrew Tabler du Washington Institute for Near East Policy (#WINEP) : il faut bombarder la #Syrie pour éviter la venue de #migrants en #Europe
    http://www.npr.org/2016/12/17/505996757/why-the-fall-of-aleppo-marks-a-turning-point-in-syrias-war?sc=tw

    ... to people like in the hometown that I’m from in Pennsylvania, the two things that really are going to continue driving this home and showing that President Obama’s policy was a failure is the combined threat of terrorism and that of migrants that are coming out of this fragmented and broken country.

    And when these two streams crossed, they came to loosen up and to damage the societies throughout Europe that had been allies with the United States since the Second World War, brought Russia to the fore in the Middle East and even inspired, in the case of ISIS, a number of lone wolf attacks in the United States.


  • Trump Picks Scott Pruitt, Climate Change Denialist, to Lead E.P.A. - The New York Times
    http://www.nytimes.com/2016/12/07/us/politics/scott-pruitt-epa-trump.html

    President-elect Donald J. Trump has selected Scott Pruitt, the Oklahoma attorney general and a close ally of the fossil fuel industry, to run the Environmental Protection Agency, signaling Mr. Trump’s determination to dismantle President Obama’s efforts to counter climate change — and much of the E.P.A. itself.

    #EPA #changement_climatique

    (pas encore vu passer ça ici)


  • Peut-être son dernier discours :

    Le Frère Obama
    Fidel Castro Ruz, Granma, le 28 mars 2016
    http://www.granma.cu/reflexiones-fidel/2016-03-28/el-hermano-obama-28-03-2016-01-03-16
    http://fr.granma.cu/articles-et-reflexions-de-fidel/2016-03-28/le-frere-obama
    http://en.granma.cu/cuba/2016-03-28/brother-obama

    Les populations autochtones n’existent en rien dans l’esprit d’Obama.

    J’avais quand même pu obtenir des informations sur ce qui avait trait à ce genre d’armes et sur l’aide que l’Afrique du Sud raciste avait obtenue de Reagan et d’Israël.

    Il est à supposer que chacun d’entre nous a frôlé l’infarctus en écoutant ces paroles du Président des États-Unis.

    J’avertis en outre que nous sommes capables de produire des aliments et les richesses matérielles dont nous avons besoin grâce aux efforts et à l’intelligence de notre peuple. Nous n’avons pas besoin que l’empire nous fasse cadeau de quoi que ce soit. Nos efforts seront légaux et pacifiques, parce que tel est notre engagement envers la paix et la fraternité de tous les êtres humains qui vivons sur cette planète.

    #Fidel_Castro #Cuba #Etats-Unis #Barack_Obama mais aussi
    #Angola #Afrique_du_Sud et #Israel

    • Ah non, le dernier c’est celui ci:

      L’anniversaire
      Fidel Castro, Granma, le 12 août 2016
      http://fr.granma.cu/articles-et-reflexions-de-fidel/2016-08-15/lanniversaire

      C’est ainsi qu’a commencé ma vie. J’écrirai peut-être, si j’en ai le temps, sur ce sujet. Excusez-moi de ne pas l’avoir fait jusqu’à présent, mais j’ai des idées sur ce que l’on peut et doit enseigner à un enfant. Je considère que le manque d’éducation est le pire tort que l’on puisse lui faire.

      De nos jours, l’espèce humaine fait face au plus grand risque de son histoire. Les spécialistes de ces questions sont ceux qui peuvent faire le plus pour les habitants de cette planète, dont le nombre est passé d’un milliard à la fin de 1800 à sept milliards au début de 2016. Combien y en aura-t-il sur notre planète dans quelques années ?

      Les scientifiques les plus brillants, qui sont déjà plusieurs milliers, sont ceux qui peuvent répondre à cette question et à beaucoup d’autres de grande importance.

      Les moyens techniques modernes ont permis de scruter l’univers. De grandes puissances comme la Chine et la Russie ne sauraient être soumises aux menaces de leur imposer l’utilisation des armes nucléaires. Ce sont des peuples d’un grand courage et d’une grande intelligence. Je considère que le discours du président des États-Unis au Japon a manqué de hauteur lors de sa visite au Japon et les mots lui ont manqué pour s’excuser pour le massacre de centaines de milliers de personnes à Hiroshima, alors qu’il était au courant des effets de la bombe. L’attaque de Nagasaki fut également criminelle, une ville que les maîtres de la vie choisirent au hasard. C’est pour cela qu’il nous faut marteler l’idée de la nécessité de préserver la paix et qu’aucune puissance ne s’arroge le droit de tuer des millions d’êtres humains.