person:patrick devedjian

  • Quand l’inquisitrice Ornella alias Alice Masami, alias Guilietta la subversive, alias Anne Marie Boutoleau était contre les think-thanck et l’élite « le Siècle » et un groupe privilégié des 500 en 2011 : http://www.alternativelibertaire.org/?Zoologie-des-elites-Diner-du
    « En effet, David Pujadas, PPDA, Laurent Joffrin, Emmanuel Chain, Franz-Olivier Giesbert ou Arlette Chabot côtoient en bonne intelligence au Siècle Louis Schweitzer, Louis Gallois, Maurice Lévy, Thierry Breton, Michel Bon, Claude Bébéar, Ernest-Antoine Seillière, Jacques Attali, Martine Aubry, Laurent Fabius, Elisabeth Guigou, Patrick Devedjian, Jean-François Copé, François Fillon ou Rachida Dati, nous ne les citerons pas tous, ils sont plus de 500. »" Or depuis elle a évolué et accuse de complotisme, conspi, antisémite, toute personne critiquant les groupes de super riches, au motif que c’est faire un parallèle avec le "complot des Sages de Sion !
    Mais c’était avant comme dit la pub

  • Petit rappel salutaire de Pierre Tevanian à propos de Chevènement

    "Rappel non exhaustif sur l’homme qui est peut-être le principal entrepreneur de morale raciste républicaine du demi-siècle passé. Celui qui débuta dans un groupuscule d’énarques élitistes et pro-Algérie française (Patrie et Progrès) avant d’incarner, entre 1997 et 2002, la fameuse "réconciliation de la gauche avec la sécurité". Celui qui organisa la mise en spectacle apocalyptique et ininterrompue de ce thème sur la scène politique pendant presque cinq ans de ministère de l’Intérieur (et de ce fait prépara le triomphe de Jean-Marie Le Pen le 21 avril 2002). Celui qui à l’époque fédéra lors de sa campagne des gens comme : Paul Marie Couteaux et Florian Philipot (passés depuis chez Marine Le Pen), Max Gallo (passé chez Sarkozy) sans oublier Natacha Polony, un certain Michel Houellebecq et un certain Eric Zemmour. Oui tous ces gens ont soutenu publiquement sa candidature. Tout comme un certain Alain Soral, qui a eu ces mots : "Chevènement pour mon parcours personnel est une sorte de sas. Je n’aurais jamais pu me rapprocher du FN directement".
    Février 1997. Jean-Pierre Chevènement dans Le Monde : "L’immigration est absorbable à petites doses".
    Octobre 1997. Congrès de Villepinte. Lionel Jospin et Jean-Pierre Chevènement font de "la sécurité" une priorité. Le député RPR Patrick Devedjian se félicite d’une " grande victoire idéologique de la droite ".
    Décembre 1997. A propos de la mort d’Abdelkader Bouziane, abattu par la police alors qu’il est en fuite, le ministre d l’Intérieur Chevènement cautionne la thèse infondée de la "légitime défense".
    4 mai 1998. Publication d’une lettre de Jean-Pierre Chevènement à Lionel Jospin, demandant de mettre fin à la "double compétence" du juge pour enfants. Le ministre de l’Intérieur écrit : " La double compétence contribue à brouiller l’image de ce magistrat, tantôt juge de la pathologie familiale, proche de l’assistant social, tantôt juge répressif. (...) Cette confusion des rôles est néfaste à l’égard des mineurs dépourvus de repères les plus élémentaires et auxquels il convient d’offrir des représentations plus structurantes ". Cette demande, qui suscite un tollé chez les juges et les éducateurs, est finalement rejetée par le Premier Ministre.
    8 Juin 1998. Réunion du Conseil de Sécurité Intérieure et annonce d’une politique "de fermeté". Dans Le Monde, l’escroc Alain Bauer, PDG d’une société privée de conseil en sécurité, AB Associates, 1 millions de francs de chiffre d’affaire pour un seul salarié (lui-même), salue le gouvernement, qui a "enfin reconnu honnêtement et courageusement l’existence de l’insécurité". Le ministre de l’intérieur Chevènement lui commande un rapport sur l’insécurité et l’organisation de la police.
    Septembre 1998. Une circulaire de Jean-Pierre Chevènement encourage les préfectures à refuser des titres de séjour aux parents et aux conjoints de français ou de résidents réguliers, autrement dit à séparer des familles, et donc à violer la Convention Européenne des Droits Humains, en prétextant que l’atteinte à la vie familiale n’est « pas excessive » par rapport au « but légitime » qu’est « la protection du bien-être économique du pays ».
    15 février 1999. Interrogé sur les "bavures" policières mortelles, le ministre de l’intérieur Jean-Pierre Chevènement déclare qu’il y en a "très peu".
    Octobre 2001. À la suite du meurtre d’un policier par Jean-Claude Bonnal, dit "le Chinois", des manifestations de policiers sont organisées pour protester contre "le laxisme" de la justice et réclamer une révision de la "loi Guigou" sur la présomption d’innocence. La droite relaye cette revendication, et de très nombreux médias s’alignent sur le discours des principaux syndicats de policiers, selon lesquels "désormais", et "de plus en plus", "les policiers se font tirer comme des lapins". Jean-Pierre Chevènement reprend également ce discours. À Serge July, qui lui objecte que les statistiques officielles de la police indiquent plutôt une baisse du nombre de policiers tués en service (10 cas en 2001, contre 32 en 1990, et une moyenne de 20 à 25 depuis trente ans), Jean-Pierre Chevènement répond par ces mots désarmants : "Moi, les chiffres, cela ne m’intéresse pas !".
    Octobre-novembre 2001. Jean-Pierre Chevènement, qui est alors considéré par les sondeurs et les commentateurs comme le "troisième homme" de la future élection présidentielle, multiplie les discours sur "l’insécurité", la "perte des repères" et le nécessaire "rétablissement" de "l’autorité de l’État". Il s’en prend aussi aux "bandes ethniques" qui sèment le désordre et la violence dans "nos quartiers". Dans une tribune publiée en octobre dans Paris-Match, il réagit aux commémorations du crime d’octobre 1961 en déplorant qu’on salisse toujours "la France" et qu’on ne parle jamais de "l’actif de la colonisation" - et notamment de "l’école républicaine, qui a donné aux peuples colonisés les cadres intellectuels de leur émancipation". Près d’un an plus tard, dans l’émission "Ripostes", sur France 5, il persistera : "La colonisation est aussi le moment où le continent africain a été entraîné dans la dynamique de l’Histoire universelle" . Patrie et progrès, la boucle et bouclée. "

    Pierre Tevanian

  • Nicolas Sarkozy pose ses conditions à un soutien à la réforme de la Constitution
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/01/06/nicolas-sarkozy-pose-ses-conditions-a-un-soutien-a-la-decheance-de-nationali

    Il réclame que le calendrier de son application soit mieux précisé, qu’elle soit élargie aux délits terroristes et pas seulement aux crimes terroristes, que la déchéance soit prononcée dès l’effet de la peine et enfin que l’état d’urgence permette dorénavant la pose de bracelets électroniques par décision administrative pour les individus dangereux.

    Au total, 51 membres du bureau politique, parmi lesquels Alain Juppé et Bruno Le Maire, ses rivaux en vue de la primaire de la droite et du centre, se sont prononcés dans le même sens que l’ancien chef de l’Etat.

    Cinq dirigeants ont voté contre : Nathalie Kosciusko-Morizet, Edouard Philippe, Benoist Apparu, Hervé Mariton et Patrick Devedjian. Enfin, deux se sont abstenus : Rachida Dati et Gérard Longuet.

    Décidément, chacun veut apporter sa bouse à l’édifice.

    Si on résume la proposition phare de ce bon Sarko (et si je comprends bien) : un poivrot qui beugle Allah akbar ! sous le nez des flics (délit d’apologie du terrorisme) pourra se voir déchu de la nationalité française par un tribunal correctionnel.

    Ou un collégien qui aurait toussé pendant la minute de silence.

  • #Devedjian-Trierweiler : pas de #Diffamation, estime la #Cour_de_cassation
    https://www.mediapart.fr/journal/france/050116/devedjian-trierweiler-pas-de-diffamation-estime-la-cour-de-cassation

    L’évolution des mœurs ne permet plus de considérer l’adultère comme contraire à la morale, considère la Cour de cassation dans un arrêt rendu le 17 décembre. Patrick Devedjian a ainsi perdu le procès en diffamation qu’il avait intenté à un journal ayant fait état d’une relation qu’il aurait eue avec Valérie #Trierweiler.

    #France #adultère #Justice

  • Michel Abhervé » Blog Archive » Patrick Devedjian veut supprimer l’Etat, et, en attendant, annonce qu’il va arrêter 400 contrats aidés pour les bénéficiaires du RSA
    http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/2014/05/30/patrick-devedjian-veut-supprimer-letat-et-en-attendant-anno

    Le débat sur la réforme territoriale suscite inévitablement à côté de l’expression légitime de points de vue différents, des points de vue démagogiques qui contribuent à déconsidérer ceux qui les expriment, mais plus largement le politique.
    En ce domaine Patrick Devedjian, député UMP et président du conseil général des Hauts de Seine, mérite incontestablement une palme. S’il ne parle plus (pour le moment ?) de la fusion de son département avec les Yvelines (voir Fusion des Hauts de Seine et des Yvelines : Patrick Devedjian nous prend pour des c…), s’il ne met plus en avant le curieux concept de frontières naturelles en plein milieu urbain (voir Le mythe des frontières naturelles dans les Hauts de Seine), il franchit un degré dans l’escalade des propositions stupides comme le rapporte l’Express

    En réaction à l’annonce de la suppression des conseils géréaux, il formule une contre proposition tellement simple qu’il est possible de la trouver simpliste en ces termes “c’est l’Etat qui coûte cher…Il faut donc le supprimer !”. Même les plus libéraux savent que cela n’est ni possible, ni souhaitable ? Alors qu’un responsable politique qui se revendique du gaullisme tienne de tels propos ! Et dire que cet homme a été secrétaire général de l’UMP et qu’il a fallu inventer un surprenant Ministère de la Relance pour l’évacuer d’une responsabilité dans laquelle il avait montré ses limites.....

    #UMP
    #Patrick-Devedjian
    #État
    #suppression
    #RSA #suppression
    #contrats-aidés

  • Hauts-de-Seine : la gestion de Nicolas Sarkozy contrôlée - France Info
    http://www.franceinfo.fr/politique/hauts-de-seine-la-gestion-de-nicolas-sarkozy-en-question-1214139-2013-11-
    http://www.franceinfo.fr/sites/default/files/imagecache/462_ressource/2013/11/14/1214147/images/ressource/SarkozyDevedjian.jpg

    NFORMATION FRANCE INFO | La chambre régionale des comptes d’ïle-de-France, qui dépend de la Cour des comptes, s’intéresse de très près à la gestion du département des Hauts-de-Seine, pendant la période 2004-2007, quand un certain Nicolas Sarkozy en était le président. Le contrôle porte notamment sur le marché de la fibre optique.

    L’actuel président du conseil général des Hauts-de-Seine se dit surpris : « J’avais déjà été contrôlé, la chambre régionale des comptes (CRC) d’Île-de-France m’a recontacté », explique Patrick Devedjian. « On ne revient pas pour vous mais pour votre prédécesseur », lui répond alors l’instance de contrôle. « En général on ne remonte pas si loin » précise la CRC, mais des investigations sont donc en cours sur la gestion du conseil général par Nicolas Sarkozy, de 2004 à 2007, parallèlement aux vérifications effectuées sur la gestion actuelle.

    Deux fonctionnaires sont dans les murs, précise le conseil général. Ils épluchent les archives, informatique et papier. Plusieurs dossiers les intéressent, notamment le très haut débit. Le déploiement de la fibre optique donc, un juteux marché obtenu par Numéricable avec l’aide du conseil général, une subvention de 59 millions d’euros dans le cadre d’une délégation de service public. Un marché contesté mais validé à deux reprises, par le tribunal administratif de Versailles et la Cour de Justice européenne.

    « On ne connait pas les motifs de contrôle, mais on est au courant » réagit l’entourage de Nicolas Sarkozy, qui assure ne pas être inquiet avant d’ajouter : « Michel gaudin travaille là-dessus ». Michel Gaudin, ex-patron de la police, actuel directeur de cabinet de l’ancien président.

  • Affaire Guéant : Devedjian piégé par l’imitateur Gérald Dahan, Actualités
    http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202750787342-affaire-gueant-devedjian-piege-par-l-imitateur-gerald-dahan-5

    L’humoriste Gérald Dahan a piégé téléphoniquement Patrick Devedjian et Claude Guéant dans l’affaire des 500.000 euros trouvés sur le compte de ce dernier , somme qui, « c’est sûr » déclare Patrick Devedjian dans la conversation, ne provient pas de la vente de tableaux.

    Les enregistrements, dans lesquels Gérald Dahan se fait passer pour le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, sont sur le site du Canard enchaîné .

    « J’ai certaines informations qui me sont remontées dans le dossier Guéant. (...) Il est évidemment hors de question qu’une nouvelle affaire éclabousse la classe politique », confie Gérald Dahan -qui a déjà piégé de nombreux politiques- au président UMP du conseil général des Hauts-de-Seine. Patrick Devedjian approuve.

    – « On est au courant d’où vient l’argent ! » ajoute le faux Valls.

    – « C’est-à-dire... Qu’est-ce qui va sortir ? (...) »

    – « L’argent ne vient pas du tout des tableaux ! »

    – « Oui, ça c’est sûr », répond Patrick Devedjian.

    La conversation se poursuit, le faux Valls conclut :

    – « Il faut qu’on trouve une solution pour effacer les preuves. »

    – « OK », répond Patrick Devedjian qui raccroche.

  • Canular de l’imitateur Gérald Dahan : en faux Manuel Valls il appelle Patrick Devedjian, puis Claude Guéant | Le Canard Enchainé
    http://lecanardenchaine.fr/?p=178

    L’imitateur Gérald Dahan appelle Patrick Devedjian puis Claude Guéant à propos de l’affaire en cours.
    Écoutez leurs réactions :
    Patrick Devedjian :
    http://lecanardenchaine.fr/wp-content/uploads/canulard_Patrick_Devedjian.mp3

    • l’info c’est aussi qu’il semblerait que maintenant « Le Canard vient barboter sur le Net.
      (...) Mais notre métier, c’est d’informer et de distraire nos lecteurs, avec du papier journal et de l’encre. C’est un beau métier qui suffit à occuper notre équipe. »

      http://lecanardenchaine.fr

  • J’ai toujours trouvé un peu cruel le choix de telle ou telle actrice/chanteuse qui vient de passer la quarantaine pour illustrer la couverture du numéro spécial « Bien vieillir », « Assumer son âge », « Les produits anti-rides »…

    Je me demandais donc qui illustrait la couverture du numéro spécial « La pipe, ciment du couple ! » du magazine Elle…

    Tiens, tiens, au fait, Bar Refaeli en couverture d’un magazine féminin spécial-sucette (également titré « Elle rend fou Sarkozy »), ça me rappelle ceci (décembre 2009) :
    http://seenthis.net/messages/539

    The idea to feature Refaeli on the magazine’s cover reportedly came from none other than French president Nicolas Sarkozy, who wanted to promote French tourism to Israel.

    et d’ailleurs :
    http://www.voici.fr/news-people/actu-people/nicolas-sarkozy-aurait-exige-une-faveur-sexuelle-d-une-elue-455891

    Invitée sur le plateau du Grand Journal de Canal + hier soir, la directrice de cabinet de Patrick Devedjian a balancé que Nicolas Sarkozy aurait demandé une fellation à une élue.

    Hum… ça donne à réfléchir… (comment ça, non ?).

    Bon, alors si après le pink-washing, les Israéliens se mettent au fellatio-washing, je ne vois pas comment on va pouvoir résister.

    • Je viens à l’instant de me souvenir que, lors de sa très récente visite en Égypte, Hillary Clinton a été accueillie par une foule hostile dénonçant son parti-pris sioniste, qui lui a jeté des chaussures aux cris de « Monica ! Monica ! ».

      Oh… Mon… Dieu… ! Tout cela devient affreusement cohérent !

      #on_nous_cache_tout_on_nous_dit_rien