person:philippe de jonckheere


  • Les Grands Turbulents. Portraits de groupes 1880-1980 - Médiapop Editions

    https://mediapop-editions.fr/catalogue/les-grands-turbulents-portraits-de-groupes-1880-1980

    Un nouveau livre. Dans la liste des auteurs se cache une personnalité brillante et connue. Sauras-tu la retrouver ?

    Présenté par Nicole Marchand-Zañartu

    Certains furent tapageurs, d’autres plus discrets, voire taciturnes. Les uns nous sont familiers, les autres inconnus ou peut-être les a-t-on oubliés. Tous ont eu un projet de résistance à l’ordre du monde tel qu’il allait ou tel qu’il s’annonçait. Unis par l’amitié, la proximité intellectuelle, l’activité collective, ils ont nom : Grand Jeu, Die Brücke, Stridentistes, CoBrA, Futuristes, Der blaue Reiter, Gutaï, OBeRIou, OHO, Zero, Dada… pour n’en citer que quelques-uns. Sur leur passage ils ont laissé une production surprenante : des manifestes, des revues, des œuvres collectives, des reliefs d’expositions qui montrent leur union sous les formes les plus inventives, voire les plus extrêmes, contre l’adversité. Témoignage tangible de leur aventure commune : une photographie, parfois de fortune. Les voici graves et joueurs, naturels et sophistiqués, provocateurs et moqueurs, astres majeurs ou étoiles filantes, ils posent devant l’objectif pour l’éternité. Pour esquisser les portraits de ces Grands Turbulents à l’aide d’une photographie et de son exploration, Nicole Marchand-Zañartu a réuni cinquante-quatre auteurs, hommes et femmes, écrivain, cinéaste, poète, chercheur, historien, musicien, philosophe…

    Alain Barandard, Christian Barani, Thierry Paul Benizeau, Albert Bensoussan, Eduardo Berti, André Bertrand, Micheline Bonnet, François Bordes, Patrick Bouchain, Nathalie Boulouch, Marianne Bujard, Anne Cartier-Bresson, Patrice Cazelles, Simone Christ, Rémy Collignon, Boris Czerny, Isabelle Després, Gloria-Cecilia Diaz-Ortiz, Jean-Baptiste Dusséaux, Bertrand Gauguet, Julien Gourbeix, Claude Guibert, Erell Guillemer, Édith Hallauer, Thomas Hippler, Véronique Huyghe, Laurence Imbernon, Jean-Philippe Jaccard, Philippe De Jonckheere, Valdo Kneubühler, Antje Kramer, Nelly Kuntzmann, Chantal Lachkar, Jean Lauxerois, Jacques Lèbre, Anne Longuet-Marx, Nicole Marchand-Zañartu, Jean-Baptiste Para, Julia Peslier, Jovana Petrović, Jean-Louis Peytavin, Catherine Phalippou, Elisabeth Pujol, Jean- Jacques Régnier, Françoise Rivière, Waldo Rojas, Eric Schmulevitch, Jean Seisser, Erik De Smedt, Salima Tenfiche, Yves Tenret, Emilie Vabre, Laurent Wolf, David Zerbib.


  • NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Monsieur De Jonckheere ?

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Oui

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Nicolas Machin de la banque, votre conseillère m’a demandé de vous signaler l’arrivée d’un tout nouveau produit que nous mettons sur le marché et qui pourrait intéresser votre fils Émile, votre fils s’appelle bien Émile ?

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Je vous arrête tout de suite, je ne suis pas intéressé

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Mais attendez Monsieur De Jonckheere, je ne vous ai même pas dit quels étaient les avantages de ce produit

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Je vous arrête tout de suite, je ne suis pas intéressé

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― C’est un tout nouveau produit pour les jeunes majeurs et comme nos fichiers montrent que votre fils Émile vient d’avoir 18 ans...

    PHILIPPE DE JONCKHEERE (ingénieur informaticien, prestataire à la banque en question, un hasard)

    ― Nicolas Machin, vous avez mon dossier sous les yeux ?

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Oui Monsieur De Jonckheere

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Vous avez donc accès aux données qui sont habituellement celles qui s’affichent à l’écran quand j’ai rendez-vous avec Madame Chose, ma conseillère ?

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE (se rembrunissant)

    ― Oui, oui et donc, comme Émile vient d’avoir dix-huit ans...

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Monsieur Machin, lisez pour moi à haute voix les informations relatives à Émile

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE, hésitant

    ―Euh…

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Je ne vous entends pas

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE (récitant)

    ― Émile est un jeune garçon autiste

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Et qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans cette phrase ? Le mot autiste vous donne de la difficulté ? Il s’agit pourtant d’un handicap mental, hélas assez courant

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Oui mais justement…

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Il n’y a pas de justement, continuez de lire

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE (reprenant, d’assez mauvais gré sa récitation)

    ― Monsieur De Jonckheere reprendra rendez-vous quand une décision de justice pour la protection des intérêts de son fils aura été rendue

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Vous comprenez ce que cela veut dire Monsieur Machin ?

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE (hésitant)

    ― Euh…

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Cela veut dire que quand je vous dis que je ne suis pas intéressé, cela veut dire que je ne suis pas intéressé et que ce n’est pas la peine d’insister, et même que c’est un peu blessant

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE (soudain courroucé)

    ― Mais faut pas me parler comme ça.

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Je vous ai dit que je n’étais pas intéressé, vous avez insisté, cela finit par me blesser pour des raisons que vous êtes plus ou moins en train de comprendre par vous même

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Je ne pouvais pas savoir

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― C’est inscrit sur votre écran n’est-ce pas ? Ce sont des données personnelles que vous avez le droit d’interpréter intelligemment, ce dont vous ne semblez pas capable

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Monsieur De Jonckheere, je ne vous permets pas

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Nicolas Machin, je m’en moque un peu, il y a deux mois, mes parents m’ont fait un chèque d’un peu plus de 4000 euros pour m’aider à faire face à des dépenses pour réparer mon toit ― vous notez dans mes données personnelles que je suis âgé de 53 ans, mes parents sont encore contraints de m’aider financièrement pour une nécessité absolue, quelles sont les chances pour que je sois par ailleurs intéressé par quelque produit financier que ce soit) et deux jours plus tard un de vos collègues m’appelait pour me dire qu’en vertu de je ne sais quelle nouvelle gouvernance vous deviez vous assurer de la légitimité des rentrées d’argent inhabituelles (ce qui n’étaient quand même pas très malin de la part de votre collègue le nom de l’émetteur sur le chèque en question étant le même que celui du dépositaire), j’avais même demandé si vous appeliez celles et ceux de vos clients dont les noms figurent par ailleurs dans les Panama Papers ? Donc un coup vous savez exploiter des données et une autre fois non. Nous ne sommes pas des machines. Votre procédure vous indique que vous devez m’appeler, vous m’appeler sans réfléchir, vous agissez comme un robot, je vous parle comme à un robot. Donc maintenant vous allez additionner deux et deux et ne plus jamais m’appeler, sinon je change de banque. Ce que j’aurais déjà dû faire et j’espère que vous allez passer une (très) mauvaise journée.

    Philippe De Jonckheere raccroche. Rideau.

    #pendant_qu’il_est_trop_tard


    • Mille mercis à Laurent :

      Récit. Raffut, le mot et le geste
      Jeudi, 9 Août, 2018
      Alain Nicolas
      https://www.humanite.fr/recit-raffut-le-mot-et-le-geste-659096

      Raffut Philippe De Jonckheere Inculte, 188 pages, 16,90 euros
      Philippe De Jonckheere fait de l’agression dont son fils autiste a été victime un récit plein d’empathie et une réflexion sur le langage et les codes sociaux.

      Pour le profane, «  raffut  », c’est tout simplement du bruit. Pour les amateurs de rugby, c’est un geste autorisé au porteur du ballon qui vise à écarter un défenseur en passant en force, le bras tendu et la main ouverte. Émile, le fils de Philippe De Jonckheere – il ne s’appelle pas Émile, mais, comme tous les protagonistes de cette histoire sauf l’auteur, porte «  un prénom comme ça  » –, a «  raffuté  » un jeune homme, Youssef, qui voulait l’empêcher de ramasser des mégots devant un arrêt de bus. Youssef a riposté en rouant de coups Émile. L’affaire a des suites judiciaires qui peuvent être graves. Parmi les circonstances aggravantes, le fait qu’Émile soit handicapé.

      Émile est autiste. « Enfin autiste c’est vite dit, (…) à la frontière de l’autisme, mais nul ne sait exactement de quel côté de la frontière.  » Le récit de Philippe De Jonckheere est celui d’un homme qui ne cesse de repérer, de longer des frontières de toutes sortes, et parfois de les franchir. Entre « »neurotypiques  » et autistes, entre ceux qui jouent au rugby et les «  manchots  » qui « poussent les citrouilles  », entre ceux qui portent des prénoms comme Youssef ou Farid et ceux qui s’appellent Émile, Sarah, Zoé, entre ceux qui, au tribunal, sont les « victimes  », qu’ils se soient ou non portés partie civile, et ceux qui passent trois jours en garde à vue.

      Racontant cette histoire depuis le moment où il rentre du travail jusqu’à l’audience de comparution immédiate où il rencontre face à face le lycéen de terminale qui a battu son fils, Philippe De Jonckheere, tout en donnant un récit chronologique d’une précision scrupuleuse, ne cesse de s’interroger sur sa place dans ce lacis d’attentes sociales et de lignes de démarcation.

      Entre distance et empathie, il situe, dans les échanges avec son fils, dans les rituels policiers des dépositions, les codes des experts et le cérémonial « brechtien  » de la justice, les jeux de rôle et les enjeux de parole. Se faire comprendre d’un autiste, d’une famille ivoirienne accablée de honte ou d’une présidente de correctionnelle, c’est « aussi une affaire de mots », et même, ajoute l’auteur, « j’y voyais surtout de la poésie ». Des mots, certes, mais terriblement incarnés dans des corps qui savent rappeler leur présence. C’est ce qui fait la beauté de ce livre simple, subtil, dont l’émotion peut, sans crier gare, vous submerger.

      #raffut



  • Raffut, un roman de #Philippe_De_Jonckheere
    http://liminaire.fr/livre-lecture/article/raffut-de-philippe-de-jonckheere

    Un père qui élève seul ses trois enfants, apprend que son fils, un adolescent de 13 ans, autiste, a été agressé en sortant de l’école, devant l’arrêt de bus, par un élève plus âgé que lui et vient d’être hospitalisé. Le #Livre de Philippe De Jonckheere, se construit autour de son titre : Raffut. Au rugby, sport pratiqué par le père et son fils, le raffut est le geste que le porteur du ballon impose avec énergie et autorité à son adversaire avec sa main libre afin de l’écarter, de le tenir à distance et de (...)

    Livre & #Lecture / Livre, Lecture, #Musique, #Art, #Biographie, #Récit, Philippe De Jonckheere, #Jean-Christophe_Bailly, #Dérive, #Enfance, #Violence, (...)

    #Livre_&_lecture #Société
    « https://www.desordre.net/bloc/petit_journal/index.htm »
    « http://www.inculte.fr »
    http://www.desordre.net
    « http://www.desordre.net/raffut »


  • On me signale ces deux traductions automatiques apparemment de signalements sur le compte Facebook de mon éditeur :

    Unique number of duck of the week with double ration of uneducated books: Shuji Terayama and Philippe de Jonckheere!

    Philippe Jonckheere, in honor of the cross for his “din”, appeared as uneducated!

    J’imagine que je pourrais les retraduire, je préfère laisser la rétrotraduction, à, vraissemblablement l’ envoyeur en plaçant ces deux phrases énigmatiques en citation sous Seenthis.


  • http://remue.net/spip.php?article9399

    Samedi 23 juin 2018, à partir de 19 heures, opération lecture-flash : un livre (Raffut de Philippe De Jonckheere) acheté, un paquet de spaghetti offert, ne manquez pas une telle offre. Dans le cadre de la Nuit remue

    D’autres, plus sérieusement sans doute, liront leurs textes avec talent.

    Fabien Arca
    Delphine Bretesché
    David Christoffel et Maël Guesdon
    Sophie Coiffier
    Séverine Daucourt-Fridriksson
    A.C. Hello
    Ismaël Jude
    Anne Mulpas
    Christiane Veschambre
    Gilles Weinzaepflen

    C’est à la bibliothèque Marguerite Audoux, Paris IIIème, accueil du public à partir de 18h30.

    Photographie de Sébastien Rongier (http://www.sebastienrongier.net)



  • Cela arrive de plus en plus souvent et cela ne semble pas trouver de solutions. C’est un petit pro-blème, fort personnel en plus, mais je me demande s’il n’est pas la représentation de quelque pro-blématique plus vaste. De temps en temps, un peu plus souvent depuis la sortie d’Une fuite en Égypte, lorsque je participe à toutes sortes de manifestations, on me demande une biographie, ce qui semble aller de soi, ce qui ne devrait étonner personne et ce que je continue de ne pas comprendre. Et j’imagine que je ne peux pas le comprendre parce que je ne lis jamais de biographies. Je crois que la seule biographie, stricto sensu, que je n’ai jamais lue est celle de Marcel Proust par Harold Pinter et je l’ai lue juste après ma première lecture d’À la Recherche du temps perdu et je vois bien comment je tentais, par tous les moyens, de prolonger le plaisir de la lecture de La Recherche, avant d’affronter une autre lecture dont je pressentais qu’elle aurait du mal à faire le poids, d’autant que j’étais fort tenté de reprendre la lecture de La Recherche depuis le début, et finalement c’est la biographie de Proust qui a pu faire un trait d’union entre La Recherche et je ne sais plus quel livre - possiblement le Proust de Beckett, mais je n’en suis pas sûr, je ne me souviens plus. La biographie de Proust par Harold Pinter est plutôt un très bon livre qui, de fait, s’immisce dans les plis restés ouverts de la biographie fictive du Narrateur, ça peut fonctionner comme produit de substitution pour décrocher de la drogue pure de La Recherche. Un autre exemple qui lui montre que la biographie cela ne fonctionne pas pour moi, c’est celui de Beckett de Deidre Beir qui m’a instantanément laissé sur le côté, aucun intérêt. En fait dans le cas de Proust, il me semble que tout est dans le livre non ? Et dans Beckett, tout est dans les livres non ? Et le reste ne nous regarde pas, si ?

    Au siècle dernier, quand j’ai commencé à caresser l’idée de construire un site internet, dont l’idée de départ serait qu’il soit une sorte de portfolio de mon travail de photographe, je regardais ce que les collègues photographes avaient produit dans le genre et je dois dire que j’étais passablement déçu d’y trouver surreprésentée la forme dite de navigation par onglets - qui, dans son principe, continue d’être majoritaire - à savoir un onglet pour les travaux récents, un onglet pour les travaux les plus anciens, un onglet pour les expositions, un onglet pour la biographie, un onglet pour la bibliographie et un autre encore pour les coupures de presse. Et les quelques onglets de biographies que je consultais me donnaient une impression opaque d’ennui, peut-on vraiment s’intéresser à la liste des expositions de son prochain depuis qu’il ou elle est toute petite ? Et est-ce que cela ne relève pas plutôt du Curriculum Vitae ? Et qui peut trouver son content dans la lecture d’un C.V. ? En soi on ne sera pas surpris d’apprendre que la forme du site Désordre est une manière de réaction épidermique, un peu outrée, c’est vrai, au principe même de la biographie.

    À vrai dire ce que je devrais me contenter de répondre quand on me demande une biographie, c’est de répondre non, et plus poliment, que je n’en ai pas. Je pourrais même mentir et exagérer un peu, répondre à la personne qui me la demande que j’ai mené une existence à la fois ennuyeuse et vide et qu’il est impossible de lui donner le moindre relief rétrospectif, expliquer que, par ailleurs, je passe le plus clair de mon temps dans un open space ou dans les salles d’attente des différents intervenants thérapeutiques de mes enfants, ce ne serait pas mentir ni exagérer tant que cela. Et même quand je tente ce genre de réponses, vous seriez étonnés et étonnées de l’incompréhension de la personne demanderesse et de son incapacité à se contenter d’une telle réponse.

    Alors que me reste-t-il à faire ? Ce que je fais un peu tout le temps. Écrire ce qui me passe par la tête sur le sujet demandé. Je vous montre ce que cela donne :

    Philippe De Jonckheere (1964 - 2064)

    1944 Mon père voit passer un V1 dans le ciel à Lille
    1951 Robert Frank prend une fillette en photo à Paris. Ce sera ma mère
    Né le 1964ème anniversaire du massacre des innocents
    1986-91 Arts Déco et études à Chicago
    1990 Assistant de Robert Heineken, des miracles tous les jours
    1991 Retour, ça va mal
    1993 Mort de mon frère A.
    1991 Mai de la Photo à Reims, seule exposition d’envergure, censurée. Ça foire, toujours 1995-98 Exil à Portsmouth
    1999 Naissance de Madeleine
    2000 Désordre.net. Ça foire, m’entête
    2004 Naissance d’Adèle, Nathan diagnostiqué autiste et Papa opéré du cœur, le même jour
    2009 Manière de Voir : Internet, révolution culturelle
    2012 Robert Frank, dans les lignes de sa main
    2013 Rien
    2014 Rien
    2015 Frôle la catastrophe le 13 novembre. Apnées (PDJ, D. Pifarély, M. Rabbia)
    2016 Pas grand-chose
    2017 Une Fuite en Égypte
    2018 Raffut
    2019 Le Rapport sexuel existe
    2020 Élever des chèvres en open space
    2021 Frôlé par un V1
    2022 Les Anguilles les mains mouillées
    2024 Sur les genoux de Céline
    2025 - 2064 : étudie la contrebasse et rejoins la ZAD de la Cèze
    2064 Suicide.

    Vous aurez compris que c’est une version courte parce que naturellement mon premier jet était infiniment plus long et on m’a tout de suite fait comprendre que cela dépassait généralement les limites du genre. Ce que je n’ai pas toujours bien compris surtout quand la finalité c’était internet, médium pour lequel je ne comprends pas bien la notion de limite d’espace. En revanche pour ce qui est d’un imprimé, je peux comprendre qu’effectivement mon premier jet, un peu au-delà de 3000 signes, est excessif, je veux bien en rabattre un peu et d’ailleurs je trouve un certain plaisir dans cet exercice de sculpture textuelle presque, à savoir retirer des pans entiers de son existence, tel projet d’envergure mais dont je ne suis plus si fier, telle manifestation dont je pense que nous devions être dix ou vingt dans la salle pour le vernissage, et puis ensuite raboter et poncer les phrases une à une, tenter de gagner quelques misérables signes par ci par là - c’est d’ailleurs en travaillant à ce ponçage que je m’aperçois que Sur Les Genoux de Céline est, en fait, un bien meilleur titre que La Petite Fille qui sautait sur les genoux de Céline. Comme quoi, je suis nettement plus arrangeant qu’on ne croit et je ne néglige aucune piste.

    Des fois, quand on me demande de raccourcir, j’ai tellement le sentiment qu’on me demande de maigrir en somme, que je ne garde que ce qu’il y a de plus léger, c’est-à-dire la partie pour ainsi dire fictionnelle de ma biographie, dans laquelle tout est vrai, même les bouts qui sont inventés.

    Philippe De Jonckheere (1964 - 2064)

    1944 Mon père voit passer un V1 dans le ciel à Lille
    1951 Robert Frank prend une fillette en photo à Paris. Ce sera ma mère
    Né le 1964ème anniversaire du massacre des innocents
    1964 - 2012 pas grand-chose
    2013 Rien
    2014 Rien
    2015 Frôle la catastrophe le 13 novembre. Apnées (PDJ, D. Pifarély, M. Rabbia)
    2016 Pas grand-chose
    2017 Une Fuite en Égypte
    2018 Raffut
    2019 Le Rapport sexuel existe
    2020 Élever des chèvres en open space
    2021 Frôlé par un V1
    2022 Les Anguilles les mains mouillées
    2024 Sur Les Genoux de Céline
    2025 - 2064 : étudie la contrebasse et rejoins la ZAD de la Cèze
    2064 Suicide.

    Et parfois, même après de tels efforts, louables, de prendre moins de place, on trouve encore à redire, alors là, autant vous le dire tout de suite, je fais ma mauvaise tête et j’envoie la biographie définitive suivante :

    Philippe De Jonckheere (1964 - 2064)

    Et pour tout vous dire, c’est arrivé une fois, qu’on me cherche vraiment, à force d’insistance, j’ai fini par envoyer n’importe quoi, mon CV d’informaticien. Tête de la personne qui avait trop insisté (et qui ignorait, par ailleurs, que j’étais informaticien).

    Je n’ai aucune raison de me fâcher avec la dernière personne qui me demande ma biographie et qui est un peu embêtée avec mon premier, puis mon deuxième, envois, j’aime beaucoup cette personne et je lui dois beaucoup. De plus cette biographie doit rejoindre celle d’autres auteurs et auteures auxquelles a été demandée une participation textuelle à un très remarquable catalogue d’œuvres, contemporaines pour la plupart, la commande était passionnante, très libre, les conditions de rémunération à la fois généreuses et expéditives, je pense que c’est la première fois et sans doute la dernière que je sois payé AVANT le Bon-À-Tirer, autant vous dire mon embarras avec cette question de la biographie. D’autant que j’aimerais tellement contenter cette amie.

    Je tente de faire valoir que de reprendre une telle biographie ce serait comme de tenter de re-vivre une autre vie, que les items présents dans cette biographie appartiennent à un passé qui ne peut plus être altéré et croyez bien que pour certaines choses j’aimerais pouvoir changer le cours de certaines périodes de mon existence (et que me soit, par exemple, épargné les grandes douleurs de l’année 1993, si c’était si facile, aussi facile que la suppression d’une ligne dans une biographie), mais je vois bien que cet argument porte peu, on me soupçonne, peut-être pas à tort, d’avoir donné, par endroits, dans la fiction. Touché !

    Inventer du tout au tout - Il y a peu, dans un autre texte, Frôlé par un V1, dans lequel, pour les besoins de la narration, j’avais besoin de me composer une fausse biographie, j’avais écrit ceci :

    Philippe De Jonckheere, né en 1965 à Paris, de parents enseignants et syndica-listes, une enfance heureuse à Loos dans le Nord, puis une adolescence tumultueuse et accidentée à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), marquée par la toxicomanie. Après plusieurs cures de désintoxication, il reprend des études notamment au Lycée Autogéré de Paris et entre in extremis aux Arts Déco de Strasbourg en 1987 - bon dernier de sa promotion -, études qu’il abandonne vite, en 1988, pour partir en Allemagne fédérale, à Berlin, en grande partie pour fuir le service militaire et tenter de profiter des derniers soubresauts de l’école berlinoise de peinture, qu’en bon petit punk de banlieue il ido-lâtre. Il rencontre brièvement Nina Hagen qui l’encourage à rendre encore plus mau-vaise sa bad painting, qui ne s’encombrait déjà pas beaucoup d’élégance. La chute du mur de Berlin en 1989 le chasse, plus exactement l’ambiance de la ville devenue délétère, notamment ses loyers de plus en plus occidentaux, et il suit sa petite amie d’alors, une Allemande, Bettina, qui part chercher à Amsterdam une vie dans les marges, comparable à celle qui était la leur à Berlin. À Amsterdam, il s’intéresse de nouveau à la peinture, mais d’un point de vue historique, notamment, à la peinture flamande, mais surtout à Rembrandt (1606 - 1669) sur les autoportraits duquel il travaille, produisant notamment une très longue vidéo dans laquelle s’enchainent, en fondus très lents, les autoportraits de Rembrandt, donnant à voir, avec lenteur donc, le vieillissement du peintre. Avec l’arrivée du numérique dès le début des années nonante il propose une version programmatique de ce vieillissement, l’œuvre étant désormais ralentie à la vitesse réelle du vieillissement, le passage d’une image à l’autre, d’un autoportrait à l’autre, se faisant en autant de temps qu’il faut pour passer d’une date d’un autoportrait à l’autre. L’œuvre connait un retentissement singulier parce qu’elle est achetée par un collectionneur de renom à Los Angeles. Là où une voie toute tracée de plasticien s’ouvrait à lui, il décide de tourner le dos à cette célébrité qu’il juge à la fois frelatée et stérile - quel caractère ! - et de se consacrer désormais à des formes narratives dont la génération est partiellement conduite par des effets de programmation, reposant beaucoup sur le hasard - il prédéfinit des récits types et les organise en arborescences complexes au carrefour desquelles le hasard intervient de façon invisible. C’est une œuvre mal comprise, adulée par quelques fanatiques, notamment pour les traces qu’il existe de cette œuvre sur son site internet, Désordre, et qui lui valent, malgré tout - notamment le mauvais caractère -, de temps en temps de participer à des colloques à propos des nouvelles formes d’écriture, situation qu’il vit d’autant plus en imposture qu’il a désormais choisi de figer certains de ces récits numériquement générés et de les faire publier - chez Inculte -, citons Une fuite en Égypte, dont il reste des traces de code - les fameux points-virgules - et Raffut, qui est au contraire un récit dont la trame est avérée mais dont l’écriture a été confiée à un programme d’intelligence artificielle à partir de la déclaration de police qui figure en toutes lettres dans le texte. On perd sa trace en 2025, date à laquelle il semble rejoindre la résistance zadiste de la vallée de la Cèze dans les Cévennes. Sa date de décès est inconnue.

    Mais, en fait, qu’est-ce qui peut bien m’empêcher de composer une vraie biographie - Ne se-rait-ce que pour contenter cette amie que je suis peut-être en train de tourmenter inutilement, pensée qui m’est intolérable. Je pourrais indiquer que je suis né en 1964, que j’ai étudié aux Arts Déco puis à l’École de l’Art Institute de Chicago, que j’ai été l’assistant de Robert Heinecken et l’élève de Barbara Crane et qu’à partir de là tout a capoté et que je me suis retrouvé assis sur un siège à cinq roulettes dans un open space, que j’ai tenté de m’en sortir en construisant un œuvre sur Internet qui porte le nom de Désordre, qu’en dépit d’espoirs fous et d’un travail acharné, cela ne m’a pas libéré du siège à cinq roulettes, que j’ai écrit deux romans dont le dernier vient de sortir et on s’en tient à cela. En somme c’est un ratage - primo-romancier à 52 ans -, et je me demande si un peu d’orgueil n’est pas précisément ce qui me retient d’envoyer une véritable biographie, dans un fichier texte correctement calibré, à mon amie.

    Mais en fait non, ce n’est pas cela, c’est le caractère insignifiant d’une telle existence qui me retient, et finalement pas seulement de la mienne, de toutes nos existences, toutes insignifiantes, alors que je suis au contraire admiratif de nos réalisations qui elles ne sont pas insignifiantes, tant s’en faut. Et qu’il me semble justement qu’il y a là un enjeu d’émancipation. Il y a encore une dizaine d’années et un peu au-delà, j’étais, de temps en temps, invité à participer à des conférences à propos d’Internet, je disqualifiais souvent la chose en parlant de tables-rondes-derrière-une-table-rectangulaire, débats dans lesquels je tenais souvent le mauvais rôle, celui de l’envahisseur, du méchant internet qui allait faire mettre la clef sous la porte à toutes les maisons d’édition du royaume, et invariablement la question qu’on me posait systématiquement c’était de savoir quel était mon modèle économique ? Mon esprit d’escalier m’a souvent empêché de trouver la bonne réponse à cette question cocasse, à l’exception d’une fois où j’ai répondu, tandis que je partageais l’estrade avec deux éditeurs, que je répondrais à cette question, si et seulement si, les éditeurs répondaient à la question de savoir quel était leur modèle politique ? Tête des éditeurs.

    Avec l’âge, réalisant le caractère à la fois futile et passager d’une existence, la mienne, et celles de celles et ceux qui m’entourent d’une façon ou l’autre, je trouve de plus en plus dérisoire la question de la biographie, pour ne pas dire obscène et adverse, quand, au contraire, je trouve une beauté sans bords à nos inventions, nos œuvres et nos tentatives de modes de vie. Acculé, je me défends avec mes armes : la fiction.

    Inventons nos biographies à l’image de nos œuvres et de nos vies.

    #pendant_qu’il_est_trop_tard


  • Un bon petit dialogue de temps en temps, ça fait du bien
    (Samuel Beckett in Molloy )

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Monsieur De Jonckheere ?

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Oui

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Nicolas Machin de la banque, votre conseillère m’a demandé de vous signaler l’arrivée d’un tout nouveau produit que nous mettons sur le marché et qui pourrait intéresser votre fils Émile, votre fils s’appelle bien Émile ?

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Je vous arrête tout de suite, je ne suis pas intéressé

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Mais attendez Monsieur De Jonckheere, je ne vous ai même pas dit quels étaient les avantages de ce produit

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Je vous arrête tout de suite, je ne suis pas intéressé

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― C’est un tout nouveau produit pour les jeunes majeurs et comme nos fichiers montrent que votre fils Émile vient d’avoir 18 ans...

    PHILIPPE DE JONCKHEERE (ingénieur informaticien, employé à la banque en question, un hasard)

    ― Nicolas Machin, vous avez mon dossier sous les yeux ?

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Oui Monsieur De Jonckheere

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Vous avez donc accès aux données qui sont habituellement celles qui s’affichent à l’écran quand j’ai rendez-vous avec Madame Chose, ma conseillère ?

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE (se rembrunissant)

    ― Oui, oui et donc, comme Émile vient d’avoir dix-huit ans...

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Monsieur Machin, lisez pour moi à haute voix les informations relatives à Émile

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE, hésitant

    ―Euh…

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Je ne vous entends pas

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE (récitant)

    ― Émile est un jeune garçon autiste

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Et qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans cette phrase ? Le mot autiste vous donne de la difficulté ? Il s’agit pourtant d’un handicap mental, hélas assez courant

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Oui mais justement…

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Il n’y a pas de justement, continuez de lire

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE (reprenant, d’assez mauvais, gré sa récitation)

    ― Monsieur De Jonckheere reprendra rendez-vous quand une décision de justice pour la protection des intérêts de son fils aura été rendue

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Vous comprenez ce que cela veut dire Monsieur Machin ?

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE (hésitant)

    ― Euh…

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Cela veut dire que quand je vous dis que je ne suis pas intéressé, cela veut dire que je ne suis pas intéressé et que ce n’est pas la peine d’insister, et même que c’est un peu blessant

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE (soudain courroucé)

    ― Mais faut pas me parler comme ça.

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Je vous ai dit que je n’étais pas intéressé, vous avez insisté, cela finit par me blesser pour des raisons que vous êtes plus ou moins en train de comprendre par vous même

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Je ne pouvais pas savoir

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― C’est inscrit sur votre écran n’est-ce pas ? Ce sont des données personnelles que vous avez le droit d’interpréter intelligemment, ce dont vous ne semblez pas capable

    NICOLAS MACHIN DE LA BANQUE

    ― Monsieur De Jonckheere, je ne vous permets pas

    PHILIPPE DE JONCKHEERE

    ― Nicolas Machin, je m’en moque un peu, il y a deux mois, mes parents m’ont fait un chèque d’un peu plus de 4000 euros pour m’aider à faire face à des dépenses pour réparer mon toit ― vous notez dans mes données personnelles que je suis âgé de 53 ans, mes parents sont encore contraints de m’aider financièrement pour une nécessité absolue, quelles sont les chances pour que je sois par ailleurs intéressé par quelque produit financier que ce soit) et deux jours plus tard un de vos collègues m’appelait pour me dire qu’en vertu de je ne sais quelle nouvelle gouvernance vous deviez vous assurer de la légitimité des rentrées d’argent inhabituelles (ce qui n’étaient quand même pas très malin de la part de votre collègue le nom de l’émetteur sur le chèque en question étant le même que celui du dépositaire), j’avais même demandé si vous appeliez celles et ceux de vos clients dont les noms figurent par ailleurs dans les Panama Papers ? Donc un coup vous savez exploiter des données et une autre fois non. Nous ne sommes pas des machines. Votre procédure vous indique que vous devez m’appeler, vous m’appeler sans réfléchir, vous agissez comme un robot, je vous parle comme à un robot. Donc maintenant vous allez additionner deux et deux et ne plus jamais m’appeler, sinon je change de banque. Ce que j’aurais déjà dû faire et j’espère que vous allez passer une (très) mauvaise journée.

    Philippe De Jonckheere raccroche (se maudissant de n’avoir pas eu la présence d’esprit de passer Emile à Nicolas Machin de la banque et de le laisser se débrouiller avec lui).

    Rideau.

    #pendant_qu’il_est_trop_tard

    • Madame Chose (que j’aime beaucoup, elle et moi avons des tas de choses en commun et nos rendez-vous à l’agence sont toujours l’occasion de discuter de tout plein de choses qui n’ont rien de bancaire) a appelé, elle était catastrophée, s’est excusée alors qu’elle n’avait elle-même rien fait de mal, m’a donné cent fois raison, a insisté pour me passer le directeur de son agence pour que je lui explique les raisons de mon mécontentement, j’ai prévenu ce monsieur que j’étais d’humeur noire et que si jamais il utilisait la moindre formule dilatoire procédurée pour prendre en compte un client mécontent, je raccrochais, ça n’a pas raté, j’ai raccroché.

      Est-ce trop demandé, apparemment oui, que l’on puisse se parler entre être humains ?

      41% du personnel de cette banque ne recommanderait pas sa propre banque à un tiers.


  • Et il entame un nouveau fichier
    Tandis qu’il fait encore nuit
    McEnroe et moi. Fichier créé à 6 : 00, un score de tennis

    McEnroe et moi
    Démarre un 29 février 2018
    Sur un score de tennis

    Les aventures démarrent tôt ce matin
    Une dame appelle à l’aide pour démarrer
    Mobilisation de mes voisins, mes câbles, leur voiture

    Courses vite faites
    Avec Émile comme assistant technique
    Le tout en moins d’une heure

    Le tout en moins d’une heure
    C’est du temps en plus pour jouer
    Plus sûrement pour écrire

    Plus sûrement pour écrire
    Mais est-ce qu’écrire
    Ce n’est pas, un peu, jouer ?

    Pour Tiffanie
    Je brode un argumentaire
    À propos de l’autisme

    Je l’intitule
    L’autisme expliqué
    À une fille du Sud-Ouest

    Et rarement
    Ai-je été aussi clair
    Sur le sujet

    Je lis au lit
    Les Monarques
    De Phil

    I’ve got
    Butterflies
    In me stomach

    Je pleure un peu
    L’enfance de Phil, la mort du père
    Et je ris beaucoup, Phil

    Je prends l’avion pour Tel Aviv avec Phil
    Je n’ai pas besoin de chercher très loin
    Le livre resté en cavalier ouvert à la bonne page

    Je dépose Phil à son hôtel
    On se promet de reprendre l’entraînement
    Pour le Cervin le lendemain matin

    Je ne suis pas fatigué
    Je sors prendre l’air, entre dans un café
    Et rencontre une anthropologue

    Nous échangeons plaisamment
    Elle me demande mon numéro
    Je suis incapable de le lui donner

    Une virago s’interpose
    Et fouille dans les photographies prises
    Avec mon téléphone de poche

    Et finit par y trouver ce qu’elle cherche
    Une photo de homard en 3D
    Good luck with that one McEnroe !

    http://www.desordre.net/musique/webster.mp3

    Déjeuner seul
    Un peu de musique
    Hodges/Webster mezzo voce

    Le café de la maison
    Est tellement meilleur
    Que celui de l’open space

    Home office
    Je découvre par la fenêtre
    La neige tombée cette nuit

    Home office
    Emile aimerait bien sortir
    Je lui prête mes gros croquenots

    Home office
    J’affiche la couverture de Raffut
    En fond d’écran

    Home office
    Je note les détails surprenants
    Du rêve de ce matin

    Home office
    Charlie Parker/Dizzie Qu’il est speed
    Et un jeune Monk au piano !

    Home office
    Et il faut s’intéresser
    A la question du déjeuner

    Visite surprise
    De Clément et Juliette
    Changement de fusil d’épaule

    Visite surprise
    Il faut toujours avoir
    Du poisson dans son réfrigérateur

    Home office
    Après la vaisselle
    Il faut retourner au cahier des charges

    Home office
    Gérer les entrées et sorties
    Des enfants

    J’avance l’heure de la sortie du bureau
    Pour aller me promener avec Emile
    Froid mordant, et un peu humide

    Marche de peu de mots
    Comme souvent les marches avec Emile
    Mais le sentiment d’une proximité silencieuse

    Dans le métropolitain
    J’envoie des messages
    Désopilants à Zoé qui répond de même

    J’ai un peu d’avance
    Sur mon rendez-vous avec Adrien
    À L’Industrie

    Je corrige quelques pages
    De Frôlé par un V1
    Quand j’entends : « Monsieur De Jonckheere ? »

    On rentre de plain-pied
    Dans L’Étreinte, critique de Beaubourg
    Et échange d’idées pour Autun

    Je parle du Trahison de Pinter
    Vu au théâtre avec Zoé
    L’idée de cuisiner sur scène

    Affrontements habituels
    Avec Adrien on a souvent besoin
    De s’expliquer et ensuite plein accord

    L’Industrie se bonde
    Tintamarre infernal
    Mais discussion et quelle !

    En sortant Adrien croise une connaissance
    Qui me tend la main : « Yannick Haenel
    – Philippe De Jonckheere », réponds-je

    Nous partons boire un autre verre
    Je trinque avec Yannick Haenel !
    Je voudrais avoir des témoins !

    Yannick Haenel fait montre de la même immodestie
    Se pensant entré dans l’espace littéraire
    Le voilà qui s’imagine prophète a posteriori

    La réalité est moins flatteuse
    Il est un faible révisionniste qui écrit très médiocrement
    Comme Jonathan Littell

    J’écrivais de ces chroniques
    Moi, il y a une huitaine d’années !
    Soit j’ai vieilli, soit je me suis calmé

    Adrien nous lâche
    Je suis sauvé par Corentin
    Belge médiateur universitaire qui nous étudie

    Du métropolitain
    Je traverse un bras de bois de Vincennes
    Nuitamment, sombre, je me sens tellement bien

    Quelques pages des Monarques
    J’y vais doucement
    Pour ne pas tuer Phil trop vite

    #mon_oiseau_bleu


  • Bon ça se précise. En tout cas je suis en train de manger une copieuse salade de coquillettes : je suis dans les épreuves. Pour le service de presse spécial seenthis , j’aimerais recommencer l’expérience d’Une Fuite en Egypte dont je pense que nous gardons toutes et tous un bon souvenir ici. Donc si vous voulez faire partie de la double (possiblement triple) chaîne de distribution des exemplaires de service de presse, laissez un commentaire en ce sens sous ce billet. Et ensuite je me charge d’organiser la chaîne.

    Sinon, Raffut .

    En fiction, singulièrement cinématographique, l’intrigue avance avec des bottes de sept lieues. Quand les faits réels, eux, bien souvent se développent à une vitesse qui n’est pas perceptible à l’œil nu.

    En rentrant du travail, un père qui élève seul ses trois enfants apprend qu’Émile, son fils autiste, est à l’hôpital après avoir été frappé à un arrêt de bus. Que lui est-il vraiment arrivé ? A-t-il pu provoquer la violence dont il a été victime ? Et comment réagir face à cette épreuve qui vient chambouler la vie ordinaire d’une famille ?

    Dans ce roman autobiographique, dont le récit se concentre sur une seule semaine, Philippe De Jonckheere relate la façon dont, peu à peu, le déroulement des faits se reconstitue, et suit l’imbroglio des diverses procédures qu’il doit accomplir jusqu’à la confrontation au tribunal lors du procès en comparution immédiate intenté au jeune agresseur d’Émile.

    Il décrit aussi les affres et les questionnements qui l’habitent, les sentiments qui l’étreignent et qui évoluent, passant de la colère à l’empathie, de l’appréhension à l’indulgence, en essayant toujours de mettre de côté ses a priori pour comprendre où se situe la complexe vérité des paroles, des actes, et de leur incidence. À commencer par celle du « raffut », ce geste du rugby, sport que pratique Émile, et qui a son importance dans la dispute entre les jeunes garçons.

    Porté par une grande élégance stylistique, irrigué par une douceur et un humour subtils, ce livre profondément humaniste raconte l’histoire d’un cas de conscience, dans ce qu’il a de plus universel

    Euh vous aurez compris que ce n’est pas moi qui écris les quatrièmes de couverture, du coup je n’y coupe pas : #shameless_autopromo

    #raffut


  • Je visite une exposition avec Pierre
    Un artiste dont le nom ne me dit rien
    Ce sont des œuvres majeures

    À l’autoradio ce matin
    On s’extasie de la reprise
    De la croissance française

    C’est un 1,8%
    Au lieu de 1,7% attendu
    Extase de la speakerine

    Ce n’est pas très beau
    Un orgasme
    Économique

    Si j’étais dictateur
    J’interdirais les téléviseurs
    Dans les cafés

    Si j’étais dictateur
    J’interdirais les téléphones
    De poche

    Si j’étais dictateur
    J’interdirais les plans de sauvegarde
    De l’emploi

    Si j’étais dictateur
    On ne pourrait pas aller
    Comme un vendredi ou comme un lundi

    Si j’étais dictateur
    Le travail salarié
    Serait facultatif

    Mais alors quelle sorte
    De dictateur
    Je serais ?

    Pendant qu’on enterre Phil
    Je suis en réunion
    Et ça barde

    De la terrasse du café à Montreuil
    Au loin je vois passer Sylvain
    Qui hier soir jouait à Nanterre

    Je retrouve ma grande Sarah
    Dans le temple de consommation
    Elle me fait rire, elle est tellement belle

    Sarah aux caisses : ? je te surveille
    Moi (ironique) : ? ah zut j’ai oublié de payer cela
    Sarah : ? mais comment tu fais ? je te surveillais

    Je dépose Zoé au théâtre
    Elle imite sa prof d’histoire-géo
    Zoé, le théâtre c’est dans dix minutes

    En rangeant les courses
    Découverte et quelle
    De Garth Knox

    Quand j’y pense
    Cette semaine
    Deux concerts exceptionnels

    Vous êtes Philippe De Jonckheere ?
    Oui, je vois que je ressemble à ma photo
    J’ai beaucoup ri avec Une fuite en Égypte

     ? J’ai beaucoup ri avec Une fuite en Égypte
     ? Surtout la scène de la morgue ?
     ? Surtout la scène de la morgue !

    Ça vous dirait d’être
    Libraire d’un soir
    Et moi, pas la moindre gêne, oui !

    Et donc si je devais
    Être le libraire d’un soir à Charybde
    Mes sept livres fétiches ?

    Les Américains, I remember, Oui,
    Mon année dans la baie de personne
    Here, les Onze, les voix sous la cendre

    Robert Frank, Joe Brainard, Thomas Bernhard
    Peter Handke
    Richard Mc Guire, Pierre Michon, Zalmen Gradowski

    Je peine
    À écrire
    Trois lignes : au lit !

    #mon_oiseau_bleu


  • Rêve de pissotière
    Électronique qui dénonce
    Ceux qui pissent debout

    Sarah
    Part
    À la fac !

    What
    A
    Man !

    Contrecoup d’hier soir
    Je pense à elle
    Et je sais qu’elle n’est pas seule

    Elle serait seule
    Je penserais
    Que je ne peux pas la rejoindre

    J’emmène
    Exceptionnellement
    Zoé au collège

    Mon nouvel embrayage
    Couine risiblement
    Crises de rire inextinguibles avec Zoé

    Nettement moins drôle
    La première réunion
    De la journée

    Encore moins drôle
    La conférence téléphonique
    Qui lui fait suite

    S’entendre dire
    Des phrases comme
    Nous devons l’exiger d’eux

    Au café, croiser Baptiste
    Le saxophoniste du Surnat’
    Longue conversation

    On parle de Profondo rosso
    On parle d’Esquif
    On n’est pas d’accord, on rit

    Baptiste me révèle que dans Esquif
    Les spectateurs tirent sur le filin de la funambule
    À hauteur de leur sens des responsabilités

    Je me souviens
    Des courbatures
    Du lendemain d’Esquif

    Étonnant aussi
    De voir comment on est rapidement
    De plain-pied au centre de nous-mêmes

    Récit des grandeurs
    Trompeuses des grands hommes
    Plus grands qu’eux-mêmes

    Et il faut une volonté toute particulière
    Pour s’arracher à une telle conversation
    En sachant qu’on repart vers l’open space

    Je remarque que le café
    Fourmille d’énergies et de projets en cours
    À la différence de là d’où je viens, pourtant

    Première fois en dix jours
    Que je rentre directement sans rendez-vous
    Rien, un soir à la maison avec les enfants !

    Je lis une critique d’Une fuite en Égypte
    J’y lis un extrait qui parle du personnage
    De Suzanne, j’aimerais bien rencontrer Suzanne

    PDJ, n’a sans doute pas lu les recommandations
    Du Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale
    Concernant le point-virgule

    « On doit éviter d’en faire un emploi excessif
    Et notamment de l’utiliser là où il faudrait
    Une virgule ou un point. »

    Non
    Sans doute
    Pas

    Dans les biographies fantaisistes
    Pour la quatrième de couverture
    D’Une Fuite en Égypte

    Philippe De Jonckheere
    Découvre, à 52 ans
    Le Traité de la ponctuation française

    Je pose mon clavier cinq minutes
    Sarah rentre de l’université
    Et un sac plein de questions

    On a bien du mal à se parler
    Avec Sarah ce soir
    Elle grandit, je vieillis

    Une bonne heure
    Des litres de pleurs
    Elle et moi, surtout moi

    Un jour, aurais-je le courage
    De regarder les sept dernières années
    Et n’en pas trop souffrir ?

    Pommes de terre sautées à l’ail
    Omelette au parmesan
    Soupirs d’aise des enfants

    Mais déjà en arrière-plan
    La pensée triste
    Nous quatre, c’est presque fini

    Combien, encore
    De dîners comme celui-là
    En semaine ?

    Sarah et Zoé qui chambrent
    Emile qui songe
    Et moi qui enregistre, pour plus tard

    Homme de 52 ans
    Constamment chahuté
    Par ses émotions

    Deux parties d’échecs
    Avec Emile
    Qui m’achève, même si

    Mi-septembre
    Et déjà aussi peu de forces
    Qu’en mai-juin ?

    Quelques échanges de messages avec elle
    C’est gentil de sa part, mais c’est étonnant
    À quel point c’est en deçà de mes fictions !

    Un funambule dont on élèverait sans cesse le filin
    On exigerait qu’il danse et qu’il jongle et on finirait
    Par agiter le filin. C’est moi. Et le funambule finit par tomber non ?

    #mon_oiseau_bleu


  • L’écriture inclusive, ça marchera jamais (et tant mieux) | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/152102/ecriture-inclusive-marchera-jamais

    Alors qu’on s’écarte, j’ai une confession à faire. Il s’avère que je suis féministe –je suis persuadée qu’il vaut mieux vivre dans une société où les femmes et les hommes ont des droits égaux et je suis disposée à me battre pour pouvoir vivre dans une telle société et offrir au maximum de monde cette possibilité–, mais aussi assez fermement opposée à l’écriture inclusive. Comment se fait-ce ? Parce que je suis par ailleurs pragmatique et sais que les ambitions de l’écriture inclusive –être « un premier pas dans la lutte contre les inégalités », un « levier puissant pour faire progresser les mentalités [et] faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes »– ont toutes les chances de ne jamais se réaliser, vu qu’elle inverse le lien généalogique entre langage et représentations socio-culturelles.

    Les secondes ne sont pas engendrées par le premier. Le langage n’est pas une baguette magique qui façonne le monde à sa guise –et à celle de provisoires « dominants »–, mais un outil d’encodage, de description et de retranscription d’un réel qui lui préexiste. Un travail qui s’effectue depuis plusieurs milliers voire millions d’années dans le cadre (alias les limites) de notre « nature humaine », avec ses structures mentales universelles désormais bien connues.

    La première erreur que commettent les partisans de l’écriture inclusive, c’est de croire à la performativité du langage, telle que l’ont théorisée des personnes comme Judith Butler sur la base d’une lecture fallacieuse de John Langshaw Austin. Un tour de passe-passe qui aura transformé les actes de langage que sont les énoncés performatifs –toutes les formules faisant fonction d’action dans des circonstances précises, comme le « je vous déclare mari et femme » du bureaucrate en charge de vos épousailles– en langage agissant et détenteur de facultés littéralement thaumaturgiques. Une théorie trop super cool, si elle pouvait compter sur un ou deux faits objectifs susceptibles de la soutenir.

    Malgré la fabuleuse diversité « structurelle » des langues de par le monde, toutes les cultures assignent en tendance et spontanément les mêmes caractéristiques psychologiques à leurs hommes et à leurs femmes –les fameux « stéréotypes genrés »

    L’autre marigot épistémique dans lequel patauge joyeusement l’écriture inclusive a pour nom le déterminisme linguistique. L’hypothèse de Sapir-Whorf en est le spécimen le plus célèbre et toujours le plus redoutablement nuisible, qu’importe que sa réfutation soit pliée depuis une bonne quarantaine d’années, comme a pu notamment le démontrer en long et en large le psycholinguiste Steven Pinker dans son ouvrage L’Instinct du langage, publié aux États-Unis en 1994 et traduit en français en 1999.
    Le langage façonne le monde ?

    Le nœud théorique du déterminisme linguistique est le suivant : nos pensées sont déterminées par des catégories façonnées par notre langue et, dès lors, les multiples spécificités langagières présentes sur notre chic planète accouchent de modes de penser spécifiques chez leurs différents locuteurs.

    Il y a plein de choses intéressantes sur le langage dans ce texte. Mais il s’attaque aux intégristes de l’écriture inclusive. C’est toujours plus facile que de rechercher les divers usages de ce type d’écriture. Pour ma part, j’en fait un usage pour appuyer certains éléments dans lesquels l’absence de marqueur de genre serait une priorité au genre masculin. Pour le reste, on s’en passe très bien. Dans mon usage (modéré et consensuel ;-) l’écriture inclusive a un rôle pour souligner quelque chose sans avoir à y mettre des parenthèses insistantes ou des notes de bas de page. À ce titre, elle m’apparaît semblable à l’usage des emoticones : une manière de souligner, de dire en passant quelque chose que la voix ou le comportement pourraient très bien faire passer en situation orale. Bien évidemment, je n’ose imaginer un roman entier en écriture inclusive.

    #Féminisme #Ecriture_inclusive #Langage #Austin #Ecrit

    • On est quand même en train de parler de #Peggy_Sastre là hein, une personne dont la pensée est démontrée anti-féministe depuis des années, tout en se revendiquant elle-même féministe en permanence. Suivre le lien du tag, plétore de critique de sa pensée ici sur Seenthis.

      Quant à l’argument principal sur la performativité :

      1) Il ne s’agit pas forcément de performativité sur les gens une fois adulte, il s’agit d’éducation : si depuis tout petit on t’apprend par divers moyen (dont la langue) que les femmes sont inférieures voire invisibles, bah oui, ça t’inculque une vision du monde.

      2) Et on peut aussi se dire qu’il ne s’agit pas du tout de performativité mais que c’est justement l’inverse : une part plus importante (bien que toujours trop faible) de notre population est éduquée à plus d’égalité DONC notre langue change petit à petit. Et là pour le coup son postulat peut être vrai, sauf qu’elle a faux. On serait bien dans un cas où la langue change parce que le réel change (un peu).

    • Merci @Rastapopoulos Je ne connaissais pas Peggy Sastre. Le débat sur la langue est toujours très intéressant, mais souvent un mélange d’idéologies (en fait on ne sait pas trop comment ça marche, donc chacun peut y fantasmer des pouvoirs, notamment la quesiton de la performativité, voir Marcuse, « L’homme unidimensionnel » pour une véritable réfutation des thèses de Austin et de la philosophie analytique) et de refus de considérer la langue comme l’expression de pouvoirs (masculins, blancs, éduqués,... cf. « Ce que parler veut dire » de Bourdieu).
      La phrase de Christine Angot contre Sandrine Rousseau est terrible à ce titre « Ecrivaine, je ne sais pas ce que ça veut dire. Ecrivain, on voit bien que mon métier c’est d’écrire » (citation pas exacte, de mémoire). Tout est là : le poids de l’habitude, l’incapacité à assumer l’égalité quand il y a deux mots, la référence masculine issue du passée (on voit bien quelle représentation y est associée...). L’incapacité à penser le nouveau dans une langue nouvelle, ou plutôt en l’occurence dans du vocabulaire nouveau, car la langue change assez peu. Le style... on verra ça avec le livre de Philippe de Jonckheere.

    • @hlc Je ne sais pas trop encore. Il me semble qu’on doit pouvoir s’en sortir sans abimer la lecture. Je te donne un exemple, une expression comme « les uns et les autres » devient « les unes et les autres ». Et on doit pouvoir faire aussi des trucs qui ne sont pas grammaticalement corrects mais qui se lisent et se comprennent bien, que tout un chacune et tout une chacun puvent comprendre. Mais c’est pas pour tout de suite. Je travaille sur tout à fait autre chose en ce moment et cela risque justement de prendre un bon moment.

    • @hlc @philippe_de_jonckheere je crois qu’on a tout à fait le droit (au sens humain du terme) d’être très inventif en ce qui concerne la langue et l’écriture (cf. en son temps le superbe « Saperlot » de Gildas Bourdais...) et personnellement, je crois que je m’en tape complètement des règles rétrogrades de l’académie française.

    • Pour l’idée d’un roman en écriture inclusive, neutre ou féministe, j’imagine facilement plusieurs circonstances dans lesquelles ca serait potentiellement interessant du point de vue littéraire :
      Des romans dont lea protagoniste est neutre-ou dont le genre n’est pas connu dela lecteurice.
      Des romans oulipo qui se jouent de cette contrainte.
      Des romans de sf qui se passent dans des univers dégenrés, neutres, asexués, féministes, trans ...
      Plein de romans que j’imagine pas encore mais ca fait deja pas mal.

    • Il y a plein de choses intéressantes sur le langage dans ce texte. Mais il s’attaque aux intégristes de l’écriture inclusive.

      Le débat sur la langue est toujours très intéressant, mais souvent un mélange d’idéologies (en fait on ne sait pas trop comment ça marche, donc chacun peut y fantasmer des pouvoirs, notamment la quesiton de la performativité, voir Marcuse, « L’homme unidimensionnel » pour une véritable réfutation des thèses de Austin et de la philosophie analytique) et de refus de considérer la langue comme l’expression de pouvoirs (masculins, blancs, éduqués,... cf. « Ce que parler veut dire » de Bourdieu).

      Pour avoir bien souffert de l’intégrisme orthographique français et de l’inculcation de la règle « le masculin l’emporte » je trouve que c’est un peu raide de parlé d’intégrisme pour les personnes qui cherchent une écriture inclusive.

      La langue est idéologique que ca sois pour les défenseureuses de la raideur traditionaliste du bon Français ou les chercheureuses qui veulent une langue vivante sorti des cadres de l’institution patriarcale (académie, école, médias...).

      Donner des noms aux choses, aux gens, aux groupes, aux idées ca leur donne une consistance particulière. Si tu n’avais pas de nom, tu existerait quant même physiquement mais collectivement socialement tu serais invisible, inopérant, exclue, diminué. Si je changeait ton nom pour un mot avec une connotation négative, ca te ferais probablement quelque chose. Si tout le monde se mettais à t’appeler avec des mots négatif ca aurais un impacte sur ta vie, ta psychologie, ta santé... En français les mots pour parlé des femmes ont une connotation négative, souvent sexuelle et il se trouve que ca fait des choses aux femmes, ca impacte sur leurs vies, leurs psychologie, leur santé. Le fait qu’en français l’usage du féminin servent à l’aggravation dans l’insulte, ou à la dévalorisation ne veux pas dire que les femmes françaises sont en soi des inférieurs, mais le langage aide à les rendre inférieur. Le langage ne fait pas tout. Rien ne fait tout, avoir une réponse unique à un pbl et croire que les pbl n’ont qu’une seule origine est très simpliste. Le langage fait sa part dans la société et dans sa hiérarchisation qui n’est pas négligeable.

      Perso je vais plus loin que la simple neutralisation grammatical, je pense que le vocabulaire doit être enrichie de mots qui renversent les normes. Cf : https://seenthis.net/messages/603843

      ps - par rapport à la notion d’intégrisme. C’est vrai que l’égalité est un notion intégrale. On peu pas être un peu pour l’égalité mais pas trop, ou égalitaire à 0,66%
      Si tu est pour l’égalité je voie pas comment tu t’accommode d’un langage qui affirme que le masculin l’emporte sur le féminin. Et là je parle que du genre, mais la langue française est aussi raciste, validiste, agiste, classiste...

      Le fait qu’il y ai tant de crispations conservatrices sur ce sujet montre qu’il est important. Si c’etait sans importance personne n’en parlerait et on en aurais rien à faire que ca sois neutre, féminin, ou pas la langue française. Or ce matin il y a un papier là dessus sur le monde et le sujet soulève beaucoup d’intérêt de la part des hommes qui ont en plus l’hypocrisie de dire que c’est un sujet sans importance...


  • Au réveil
    Impossible de poser le pied par terre
    Je clopine jusqu’aux toilettes. Kafka

    Dans le miroir de la salle de bain
    Ma tête de cévenol
    Et le corps d’un scarabée vouté

    Un peu de lecture, mais rattrapé par
    Du sommeil lourd et sans rêve
    Julia, prévenue, monte et prend peur

    Les Moins que rien

    Pour Mon Oncle Stanley avec lequel j’ai passé l’une des nuits les plus étranges de ma vie et pour la docteure D. qui m’a bien soigné, ma gratitude à tous les deux

    Fontenay-sous-Bois, le 10 août 2017

    Chère Docteure

    Je ne sais pas comment vous remercier. Déjà, pour commencer, cela vous fera plaisir d’entendre que je vais mieux, grâce à vous, grâce à votre équipe. Les heures que j’ai passées aux urgences de lundi à mardi comptent parmi les plus riches de mon existence, qui compte déjà quelques trésors.

    Quand vous êtes entrée dans notre chambre à l’Oncle Stanley et moi, je dois vous dire que je n’en menais pas large et le désespoir guettait. Et j’ai repris espoir en vous voyant beurrer les biscottes de l’Oncle Stanley, je me suis cette toubib qui beurre les tartines du vieux Mr Lawson, je peux d’emblée lui faire confiance.

    Vous ne connaissez peut-être pas un photographe helvético-états-unien qui s’appelle Robert Frank et que j’ai étudié il y a une trentaine d’années. Robert Frank a photographié son voisin d’hôpital à Halifax en Nouvelle Écosse au Canada et dans la gélatine il a écrit sa tendresse pour ce Mr Lawson, l’Oncle Stanley. Et c’est à cette série d’images que j’ai tout de suite pensé quand j’ai fait la connaissance du vieux monsieur avec qui j’ai partagé ma chambre.

    Vous faites un travail admirable. Vous êtes manifestement compétente, mais vous êtes aussi tellement dévouée et attentionnée, je ne sais pas si en haut-lieu on vous le dit de temps en temps, les hauts-lieux sont parfois ingrats, comme nous allons le voir, en tout cas, moi, je vous le dis. Cela ne changera pas grand-chose à pas grand-chose, cela vous fera peut-être plaisir de l’entendre.

    Il y a un peu plus d’un mois, le petit morveux que les veaux de Français ont été guidés d’élire pour président a eu cette parole remarquablement révélatrice, il a parlé des anonymes, en disant « des gens qui ne sont riens ». Vous n’imaginez pas à quel point cela m’a mis en colère. J’ai eu une envie irrépressible de le gifler comme on ne devrait pas gifler un adolescent présomptueux qui vous manque de respect.

    Depuis, je prends note de toutes sortes de situations dans lesquelles des moins que rien étalent des richesses insoupçonnées, surtout d’humanité et, cette nuit, dans votre service, j’ai été servi de très copieuses rations de pareils trésors. Vous, votre confrère infectiologue, Kevin, les infirmiers, les aides-soignantes et Mon (inénarrable) Oncle Stanley. À toutes et tous, merci, du fond du cœur, j’ai l’intuition qu’on ne doit pas vous le dire assez. Vous êtes à la fois des sentinelles et des remparts de ce qu’il y a et doit rester de meilleur en nous.

    Pour vous remercier, toutes et tous, je vous envoie un extrait d’un texte en cours que je suis en train d’écrire. Cela s’intitule Mon Oiseau bleu , ce sont des poèmes très brefs en trois vers librement écrits sans bien suivre des règles japonaises ancestrales eux appellent cela des haïkus , je ne suis pas très sûr que mes petits poèmes en soient de très bons et surtout de très authentiques, mais au moins ils vous raconteront comment un patient vit les choses dans votre service, dans lequel, je dois vous le dire, on dort très mal !

    Avec mon respect, mon amitié et mes remerciements

    Philippe De Jonckheere

    PS : je joins à cet envoi, un exemplaire de mon roman Une Fuite en Égypte pour la bibliothèque du CE (vous pouvez être la première à le lire avant de le verser à la bibliothèque !). Mon prochain livre sorte en 2018, il s’intitulera Raffut et il parle de rugby et de handicap mental, vous pourrez l’offrir à votre mari !

    Aux urgences de Bry-sur-Marne
    Dans la salle d’attente
    Une belle variété de personnes

    Un téléviseur allumé
    Longtemps que je n’en avais vu un
    En fait tout va bien dans le monde

    En fait tout va bien dans le monde
    Macron a déjà tout réparé
    Encore un peu de terrorisme qui fait chier

    Encore un peu de terrorisme qui fait chier
    Mais dans l’ensemble tout va
    Dormez braves gens

    Dormez braves gens
    Et, de fait, personne ne regarde
    Le téléviseur muet

    Le téléviseur muet
    Suis-je le seul à le remarquer ?
    Tous plongés dans leur téléphone

    Une très chouette infirmière
    Me demande si je suis belge
    Son compagnon s’appelle comme moi

    Profession ?
    J’ose (pour rire)
    Écrivain !

    Ah ? dans nos fichiers
    Vous êtes connu comme informaticien
    J’emmerde l’informatique !

    Une chouette docteure
    Se frotte les mains avec intérêt
    Pour mes rougeurs pas ragoûtantes

    Je lui propose de la cartographie expérimentale
    Elle dessine au stylo-bille
    Les contours de mes rougeurs

    Je suis aux urgences
    Et je pense aux cartographes
    De mon Facebook®©™ bio

    Je grelote
    En plein mois d’août
    Autour de moi les gens sont en nage

    On me propose la nuitée
    Je ne refuse jamais
    De dormir ailleurs

    Mon hôte s’appelle Kevin
    Un chouette infirmier
    Qui me parle comme à un vieillard

    Kevin me propose un plateau-repas, j’accepte
    Mais je préviens Kevin que je n’ai pas mangé
    Depuis trois jours, je vais picorer, au mieux

    Kevin, le chouette infirmier
    Me fait remarquer que cela ne le changera
    Pas des autres patients, tous très âgés

    Et, de fait, on amène mon compagnon de la nuit
    Un très vieux monsieur qui me fait penser
    Immédiatement à Mr Lawson de Robert Frank

    Mon Mr Lawson,
    Mon Oncle Stanley à moi
    S’appelle Roger

    Mon Oncle Stanley ne tient plus sur ses jambes
    Ne maîtrise plus ni mains ni sphincters
    Mais il a une bouille. Et un sourire édenté !

    Il n’entend plus très bien
    Du coup il parle
    Très très très, très, très fort

    Et aussi, et ça j’aime
    À un point ! il rit
    Très très très, très, très fort

    Et, le pauvre !
    Il a mal partout
    Dans n’importe quelle position

    Mais il rit
    Il a l’œil
    Qui pétille

    Je comprends mal
    Ce qu’il me dit
    Mais on se comprend bien

    Kevin est un peu las des nombreuses demandes
    De changements de positions de Mon Oncle Stanley
    Alors j’apprends à me servir des commandes du lit

    Mon Oncle Stanley et moi
    On trouve des positions
    Pas toutes dans le manuel

    Et ça le fait rire
    Mais rire
    Très très très, très, très fort

    Je ne vais pas tarder
    À découvrir que Mon Oncle Stanley
    A d’autres talents

    Julia s’égare
    Pour me rapporter mes affaires
    Fine psychologue, sans sens de l’orientation

    Elle a oublié mon respirateur
    On rit très très très, très, très fort
    Fine psychologue, tête en l’air

    Je m’endors
    Je me réveille, Julia a branché mon respirateur
    Et me tend le masque, m’embrasse, s’en va, je dors

    Choses entendues et choses vues
    La nuit sera longue aux urgences
    Et les nerfs de tous très éprouvés

    Des hommes sombres (pompiers ?)
    Poussent un brancard sur lequel
    Git un homme sans vie

    Mais trouvez-nous quelqu’un
    Elle est en train de se maculer
    Avec ses selles !

    Voix de Kevin, paniqué
    Mais Madame où est-ce que
    Vous allez, vous ne pouvez pas marcher ?

    Chute (bruyante)
    Kevin hurle (bruyamment)
    Un numéro codé

    Des collègues rappliquent
    Saint-Lazare à 8 heures serait
    Plus tranquille pour dormir

    Kevin, lampe de poche dans la bouche
    Soulève mon bras, prend mes constantes
    Et répond au téléphone, il est trois heures

    Mais pourquoi ils nous l’amènent
    Il ne va pas passer six heures ?
    Je ne dors plus, je ne veux plus

    Aux toilettes je découvre
    Que les rougeurs ont fraudé les frontières
    Et sont désormais dans l’aine. J’ai peur

    Je prends mon téléphone de poche
    Et je tâche de prendre en note
    Mes poèmes de ma nuit aux urgences

    http://www.desordre.net/bloc/ursula/2017/sons/agnel_minton.mp3

    J’ai passé la nuit
    Avec Phil Minton
    Et Sophie Agnel

    Le vieux monsieur à côté de moi
    A un très étonnant répertoire
    De raclements de gorge

    Et avec la tringlerie de son lit
    Il produit une grande variété sonore
    Nuit aux urgences

    (Tête de Sophie Agnel
    Quand elle a reçu
    Ces neuf lignes !)

    Arrivée de l’équipe du matin, soupirs
    Des aides-soignantes qui doivent passer la wassingue
    Sur les scènes de guerre de la nuit

    La vieille dame qui ne peut plus marcher
    Fait une nouvelle tentative d’évasion
    J’ai de l’admiration pour son opiniâtreté

    Quant à la dame qui fait du Gasiorowski
    Elle a, apparemment
    De nouvelles idées

    Mon Oncle Stanley à moi
    A des accidents de pistolet
    C’est comme ça qu’on dit

    Bref, c’est la foire
    La visite de la docteure
    Arrive avec le petit-déjeuner, tard

    Mon Oncle Stanley à moi
    N’a plus aucune maîtrise de ses mains
    Mais il tente de se débrouiller

    Un jour, peut-être
    Je me battrais avec la cellophane
    D’un duo de biscottes

    La docteure est chouette
    Elle vient en aide à l’Oncle Stanley
    Elle lui beurre ses biscottes

    La docteure est chouette
    Elle beurre les biscottes, pendant que cela
    Continue d’être la guerre pour les aides-soignantes

    La docteure est chouette
    Elle prend beaucoup de précautions
    Pour ménager l’Oncle Stanley

    Elle note deux ou trois trucs
    Mesure une plaie avec un petit décimètre
    D’écolière, bonne élève, débrouillarde (et souple)

    Elle voit que les aides-soignantes sont au clip
    Aide l’Oncle Stanley avec son jus d’orange
    Et d’un très beau sourire, s’excuse

    Vous êtes Monsieur De Jonckheere
    Vous êtes arrivé hier à 1800 avec épisodes fébriles
    Vous avez un érysipèle, dites-moi

    Elle est chouette,
    Elle écoute tout attentivement
    Elle me fait préciser des trucs

    Elle regarde attentivement la cartographie expérimentale
    Les rouges gagnent du terrain, mais reculent pas endroits
    Elle est rassurante, pas d’amputation ? Non pas encore !

    Elle est chouette,
    Elle me rassure
    Ce n’est pas moche, dit-elle

    Elle est chouette
    Elle promet de revenir avec un confrère
    Infectiologue, pour être sûre, dit-elle

    J’échange quelques messages avec Julia
    Avec Clément, je rassure mon monde
    Mais quelle nuit !

    On emmène Mon Oncle Stanley
    À la radiographie, ça l’amuse beaucoup
    Il rit très très très, très, très fort

    http://www.desordre.net/musique/zappa_illinois_ennema_bandit.mp3

    Où je découvre que, par je ne sais quel miracle
    J’ai dû faire un test, que sais-je ? sur mon téléphone
    Se trouve tout Bongo Fury de Frank Zappa

    Je profite de l’absence de Mon Oncle Stanley
    Pour écouter Zappa au téléphone
    Comme Proust écoutait du théâtre

    Sophie Agnel me répond
    Je suis devenu ami avec elle
    On rigole à propos de Phil Minton

    Je lis Les Beaux jours d’Aranjuez
    De Peter Handke, splendide
    Aux antipodes du navet de Wenders

    Dans le couloir j’entends
    La chouette toubib parler de moi
    C’est un Monsieur, la soixantaine

    Arrive l’infectiologue
    Je ne savais pas qu’un jour
    Je serais content d’en voir un

    La chouette toubib lui dit que ma CPS
    Était à 220, je corrige, 227
    C’est bon, j’ai leur attention

    L’infectiologue étudie la cartographie expérimentale
    Inspecte mes pieds, trouve à redire
    Un mois dans les Cévennes, des pieds de Cévenol

    Il montre une région de la carte
    Où il décèle le recul des Rouges
    Je suis confiant, dit-il

    La chouette toubib me sourit
    Cette docteure aime ce qu’elle fait
    Elle est complètement du côté de la vie

    Je vais tout de suite signer
    Vos papiers de sortie
    Appelez votre fils

    Huit heures plus tôt
    Je considérais la vie
    Amputé

    Arrivent Mon Oncle Stanley et son plateau
    Pas d’aide soignante, je lui propose de l’aider
    Je lui coupe sa viande et lui donne une bouchée

    Il a un sourire extraordinaire
    Elle est bonne exulte-t-il
    Cet homme a encore du plaisir

    Il rate une bouchée
    On rit très très très, très, très fort
    Je voudrais l’embrasser

    L’aide-soignante me voit catastrophée
    Je la rassure, j’aime ce que je fais
    Tellement plus que l’ open space , pense-je

    Et je pense justement que si mes collègues
    Me voyaient et m’entendaient
    Rire très très très, très, très fort…

    Avec l’aide-soignante qui a repris les commandes
    Pendant qu’elle donne à manger à Mon Oncle Stanley
    On parle des citronniers de son enfance, en Algérie

    Clément arrive, quand je sors
    La guerre est finie
    Mme Gasiorowski est passée à autre chose

    La chouette toubib me signe les papiers
    Elle me donne des prescriptions
    Et des conseils, elle rayonne

    Elle me demande comment je me sens ?
    Je réponds soulagé, mais très fatigué
    Je n’entrerai pas dans une mêlée, dis-je

    Ah je me disais aussi
    Vous êtes comme mon mari
    Un faux sauvage, un rugbyman

    Je la remercie, j’ai tellement d’admiration
    Pour cette docteure qui beurre les tartines
    De Mon Oncle Stanley, elle est solaire

    Je fais mes adieux à Mon Oncle Stanley
    Je suis obligé de guider sa main dans la mienne
    Cet homme m’a redonné de l’espoir, pour longtemps

    Et quand je pars finalement
    Il dit très très très, très, très fort
    Au revoir mon petit gars !

    Je pourrais pleurer
    D’être le petit gars
    De Mon Oncle Stanley

    Arrivés à la maison
    Clément m’aide
    Je n’ai toujours pas faim

    Je tente de grappiller
    Quelques heures de sommeil
    En pensant à Mon Oncle Stanley

    Cela faisait longtemps
    Que je n’avais pas vécu
    Une telle aventure !

    Le reste de la journée
    Est évidemment
    Très morne

    Cela ne peut pas être
    Urgences à Bry-sur-Marne
    Tous les jours !

    #mon_oiseau_bleu


  • https://www.youtube.com/watch?v=CMcKrMXzjhg

    Rêve de savoir jouer du piano comme Dollar Brand
    Rêve d’une nouvelle procédure judicaire
    Rêve de ma pendaison par la maladresse de mon père

    C’est un pic-vert
    Opiniâtre
    Qui me réveille

    Le pic-vert matinal
    M’envoie un message
    En morse, ce n’est pas SOS

    Un vent du Nord
    A créé du désordre
    Dans ma chambre

    Le vent du Nord
    Ne savait pas quoi nous apporter :
    De grands fourreaux de nuages

    Le vent du Nord
    Souffle fort au sommet
    Les nuages passent vite

    Le vent du Nord
    Brosse la canopée
    Sans bruit, continument

    Le vent du Nord
    Me donne envie d’un café
    Avec des spéculoos !

    Je reproduis un rituel photographique
    Sans y croire, par pure habitude
    Ma photographie est devenue superstition

    Les fesses froides sur la margelle
    Les doigts qui brûlent autour de la tasse
    Le visage dans les nuages, là

    Le ciel se couvre, plus un rai de soleil
    Émile arrive pour son petit déjeuner
    Je vais aller faire de la peinture

    Tout à l’heure, des nuages gris
    Se découpaient sur ciel bleu,
    Maintenant nuages blancs sur ciel gris

    Un premier rideau de pluie
    Franchit le Bousquillou
    Nous n’y couperons pas

    Je voudrais décrire la beauté
    D’une partie d’échecs avec Émile
    Mais n’est pas Nabokov qui veut

    Le vent du Nord
    Joue avec
    Mes nerfs

    La musique me fait penser à elle
    La poésie me fait penser à elle
    De quelles beautés faut-il me couper ?

    La photographie
    Ne me fait pas penser à elle
    Mais je n’en fais plus, je devrais

    Il n’était pas neuf heures
    Quand ma voisine est venue voir si cela allait
    J’avais déjà peint cinq volets. Ça va mieux !

    Rouge basque
    Rouge basque
    Rouge basque

    Ma voisine a fini de lire hier soir
    Une fuite en Égypte
    Son sourire en dit long. Ému

    Une fois par an, des jurons
    Et un litre de mélange à 4%
    Pour ressusciter la débrousailleuse

    Tous les ans je mesure les progrès
    D’Émile dans sa spatialisation
    En passant la débroussailleuse

    Je délègue le déjeuner aux filles
    Et je retourne sous l’arche
    Manger de la poussière

    Le vent du Nord
    Plein de remords
    A dispersé tous ses nuages

    La factrice apporte le journal
    Abonnement de mes parents
    Zoé : « encore des articles sur Macron ! »

    Un article retrace l’affaire Fillon
    Les dates qui l’émaillent au printemps
    Sont celles de mon histoire avec elle

    Mais mains sont pleines
    De rouge basque et laissent
    De petites tâches sur mon clavier

    D’après le journal, les nouveaux députés
    Macronistes viennent de l’entreprise
    Et parlent de bench marking à l’Assemblée

    Je m’interdis
    La lecture
    Du journal

    Je m’interdis la lecture du journal
    J’ai bien assez de livres comme ça
    Au hasard : Partages d’A. Markowicz

    Les rêves de sieste
    Sont tellement prompts à la fuite
    De vrais lézards sur des murs chauds

    De fins rideaux de pluie se succèdent
    Douchent les velléités de rivière
    Et encouragent le ponçage

    Deux belles parties siciliennes
    Avec Émile, par deux fois
    Les Noirs l’emportent

    La vie des maisons cévenoles
    En hiver donnent du souci
    À leurs habitants en été

    C’est un Juif qui parle
    À un autre Arabe…

    (André Markowicz)

    Pour Philippe De Jonckheere
    À la même table, dans la même vie
    André Markowicz (25 mars 2017)

    Dans la nuit du 24 au 25 mars
    Je m’en souviens
    Elle m’a …

    Le 25 mars au matin
    Je lui ai cuisiné une omelette
    Qu’elle a trouvé parfaite

    Et le 25 mars au soir
    Je la retrouvais dans Paris
    Visiter l’exposition de Twombly

    Le 25 mars, je l’ai photographiée
    De dos devant l’École de Fontainebleau
    C’est l’unique image que j’ai d’elle

    Le 25 mars, nous avons dîné
    De frites et de légumes crus délicieux
    À la terrasse du Père Fouettard

    Le soir du 25 mars, je la déposais
    Devant chez elle, dans un grand rire
    Elle m’a montré ses fesses dans mes phares

    Après mûre réflexion
    Je décide de ne pas
    Arracher la page de dédicace

    Hanno arrive
    Avec Till et Mila
    Je les vois sur la route

    Dîner désordre
    Mais bon
    Mais désordre

    Le soir, les enfants partis dans leurs chambres
    Nous parlons avec Hanno, je lui parle d’elle
    Nous parlons des États-Unis, des Arts Déco

    Nous parlons des États-Unis, des Arts Déco
    Mais nous ne sommes pas d’anciens combattants
    Au contraire des personnes avides de comprendre

    Quelques paroles tellement vraies entre nous
    Tu ne fais plus de photos ? Non, j’écris. Oui, bien sûr
    C’est la différence entre exister un peu, et pas du tout

    Nous reparlons de la mort de mon frère
    De cette douleur de toute une vie
    Hanno se souvient de comment j’étais avant

    On reparle d’amis perdus de vue
    Des voyages à Saint-Dizier
    Et de ma petite voiture, l’AX

    Je suis triste, Hanno me dit
    Que je ne devrais pas. C’est juste
    Le mauvais moment de l’année, fin juillet

    Il est minuit quand nous montons
    Je reçois un gentil message de B.
    Elle me manque

    Je m’endors en relisant le message de B.
    J’ai noté trois mots sur un papier
    Pour ne pas les oublier. Nuit

    #mon_oiseau_bleu


  • Le clochard au bas de l’immeuble
    De mon psychanalyste et auquel
    Je donne un euro chaque semaine

    Après cinquante de mes séances
    Il pourra s’offrir
    Une séance lui aussi ?

    Mon psychanalyste excelle
    À me tendre
    Un miroir

    Mais j’ai bien essayé,
    Sans lui, dans un miroir,
    Je ne vois rien

    Voyage psychanalytique
    Dans les Cévennes de l’enfance.
    Le paradis a des formes étranges

    Pendant des années j’ai cru
    Que la maison cévenole contenait mon âme
    Intuition à la fois juste. Et trompeuse

    Quand ton psychanalyste,
    Plongé au cœur de ton récit familial,
    Commet un lapsus fréquent dans ta famille

    La petite cafetière
    N’a pas ouvert son estaminet
    Aujourd’hui, je suis inquiet

    Toutes ces personnes de peu
    Clochard et cafetière me sont
    Essentielles. Ce n’est pas rien

    B. me demandait dimanche
    Comment j’enchaînais les séances
    Et retourner en open space ? Mal !

    Psychanalyse
    En open space
    Plutôt que d’y élever des chèvres ?

    L’huile ancestrale
    Qui bloque
    Les douleurs articulaires

    Vaccins, prix des cigarettes, lunettes
    Edouard Philippe annonce
    Des mesures en matière de santé

    Earn
    Additional money
    Without efforts.


    Retour entaché de Sarah
    Elle a traité avec beaucoup de légèreté
    Son dossier d’inscription à la fac

    Je découvre chez Sarah
    Des pans insoupçonnés
    De naïveté enfantine

    Je découvre aussi
    Que je ne lui ai pas appris
    Des choses essentielles

    " Il est plus facile
    D’être l’ami·e de Philippe De Jonckheere
    Plutôt qu’un de ses enfants "
    . J.

    Je m’en veux, Sarah me rassure
    Elle se fait par ailleurs une bonne idée
    De la complexité du monde et de sa richesse

    Tarte aux carottes râpées
    Salade de tomates cœur de bœuf
    Abricots et pêches plates

    Chaleur du soir, tout un monde
    De fraîcheur dans le garage,
    Mais peu d’envie de travailler

    Échange de courriel avec Bettina
    Premier échange depuis 1988 à Berlin
    Entretemps il s’en est passé des choses !

    Elle me donne son adresse postale
    Et je découvre qu’elle habite dans une rue d’Iéna
    Au même nom de rue qu’à Garches

    Après trente années
    L’ironie de Bettina
    Est toujours aussi mordante, j’adore

    Sarah
    Me rapporte de l’île de Ré
    De la fleur de sel

    Carte postale de Zoé en vacances chez mes parents
    La tâche des parents consiste à bien élever leurs enfants
    Celle des grands-parents, à détruire leurs efforts

    Sarah répare elle-même
    Le pommeau de douche
    Fierté parentale

    Je n’ai pas entièrement
    Raté son éducation.
    Finalement.

    Exercices de psychanalyse cévenole
    Premier échange avec Bettina depuis 88
    De la fleur de sel de l’île de Ré

    #mon_oiseau_bleu


  • Je tourne et retourne depuis hier soir deux pensées, l’une contre l’autre, l’une avec l’autre. L’une se frottant à l’autre.

    D’un côté il y a mon rejet viscéral de cette parole de Macron à propos qui gens qui ne sont rien .

    De l’autre il y a cette conversation téléphonique avec l’orthophoniste de Nathan la semaine passée.

    On voit donc comment il est périlleux d’agiter ces deux pensées dans le voisinage l’une de l’autre, mais quelque chose me dit qu’on doit pouvoir quand même le faire, mieux, que je dois le faire.

    Voilà le mail que j’ai envoyé à l’orthophoniste de Nathan, finalement c’est comme ça que je peux le mieux décrire ce moment de très intense émotion de la semaine dernière

    Chère X.

    Vous n’imaginez pas le retournement de situation que vous avez produit hier en me faisant cadeau des paroles de cette mère d’un enfant autiste. Cela me chamboule de fond en comble. Au point de me demander comment je pourrais vous l’écrire (d’habitude écrire, je sais un peu le faire). En fait les mauvaises nouvelles ne me font pas tomber, cela m’arme, je fais le dos rond, j’encaisse et je me bats. La contrepartie de cette combattivité c’est que j’ai du mal à accueillir les bonnes nouvelles qui me fauchent entièrement. Comme hier.

    Dans la vie de tous les parents, il y a des hauts et des bas. Dans la vie des parents d’un enfant autiste, c’est la même chose, il y a des hauts et des bas, sauf que les bas sont très bas et les hauts très hauts. Par exemple quand j’apprends qu’une certaine principale de sombre mémoire a pris la décision en douce d’exclure Nathan, en matière de désespoir, on touche le fond. Mais quand Nathan il y a quelques années revient de son stage en boulangerie avec une boîte pleine d’éclairs au chocolat qu’il a faits lui-même, on touche aussi le plafond et même on le crève. L’oscillation constante entre ces deux pôles a quelque chose de tout à fait usant, vous n’avez qu’à voir la couleur de mes cheveux.

    Et puis il y a le long terme, ce qui n’est pas sans relation avec une certaine coloration de cheveux. Quand Nathan était petit, ses progrès étaient sensibles et pas beaucoup moins rapides que ceux des enfants de son âge, il collait encore au score comme on dit au rugby. Et puis, naturellement, d’une part la courbe des progrès de Nathan s’est infléchie légèrement pour devenir logarithmique et celle des enfants de son âge a connu une croissance au contraire exponentielle, et l’écart devient une mesure cruelle au point qu’il est parfois difficile de se projeter. C’est déjà assez préoccupant de savoir ce que vont devenir les soeurs de Nathan (quand bien même je leur fais une confiance aveugle pour ce qui est de faire des choses merveilleuses plus tard), dans le cas de Nathan ce n’est pas une préoccupation c’est une angoisse sans fond, tant on peut avoir le sentiment qu’il ne va jamais faire son trou et que la société qui doit l’accueillir n’est justement pas connue pour cette bienveillance dont il aura nécessairement besoin.

    Les cinq dernières années ont été un chemin éprouvant, vous en connaissez quelques extraits et comme me l’a dit dernièrement monsieur I (psy de Nathan), « vous avez tenu bon », tout comme Monsieur C (psychomotricien de Nathan) m’encourageait à le faire, « Monsieur De Jonckheere, vous êtes un pilier, vous devez tenir ». Pendant tout ce temps je ne vous cache pas que j’ai parfois eu plus que des doutes, j’ai même conçu de la jalousie envers les parents d’enfants sans les complications qui sont celles de Nathan, parfois même de façon injuste et je peux vous dire que certaines des paroles du triumvirat C./I./A. ont été salutaires, je vous ai fait confiance quand vous m’avez dit que Nathan allait s’en sortir, au fond de moi je n’étais pas toujours sûr d’y croire mais j’ai eu confiance en vous trois, je me suis dit que vous aviez tous les trois de l’expérience. Pour ne rien vous cacher j’aurais tellement aimé qu’on me montre ce que Nathan est aujourd’hui, cela m’aurait rassuré.

    Alors apprendre de vous hier soir que Nathan était lui-même devenu une telle promesse pour les parents d’un autre enfant autiste, cela me fauche complètement.

    Pendant toute l’enfance de Nathan j’ai milité pour qu’il ait sa place. Au rugby c’était facile, mes copains renchérissaient en me disant que c’était surtout Nathan qui apportait à ses camarades. Une fois une certaine principale a osé dire à Nathan qu’il coûtait cher à la société et qu’il devait en être digne. Vous imaginez comme j’ai aimé cet argument. Je lui ai juste répondu qu’il n’appartenait qu’à elle que les enfants de l’ULIS puissent apporter quoi que ce soit aux autres collégiens, mais que de les ranger au second sous sol de l’établissement n’allait pas dans ce sens. Au fond de moi, malgré ce calme en apparence, je lui souhaitais de mourir dans d’atroces souffrances.

    J’avais fait de cet argument que Nathan pouvait rendre les gens meilleurs (il l’avait fait avec moi) mon cheval de bataille. Hélas certains soirs je me voyais plus en Don Quichotte du Val de Marne et mon cheval de bataille n’était pas plus vaillant qu’un roussin.

    Ce que vous m’avez dit hier me guérit de cela. Je n’ai pas rêvé. Oui, Nathan a cette vraie valeur et il peut même être un exemple, être le jeune homme que j’aurais aimé qu’on me montre il y a cinq ou six ans pour me (re)donner de l’espoir les soirs de moindre forme. Un EXEMPLE.

    Amicalement

    Philippe De Jonckheere

    Bon vous avez deviné maintenant, j’en suis sûr, la façon complexe avec laquelle cette parole de Macron résonne étrangement à mes oreilles.

    Alors aujourd’hui, je voudrais crier ma colère à ce pauvre type, lui hurler que personne n’est jamais rien (même pas lui en somme). Que lui, pour pareillement raisonner, ne vaut rien , il vient de montrer sa limite et elle est immédiate, que lui ne m’apprendra jamais rien, si ce n’est que le mépris de classe de même que la connerie humaine peuvent donner une idée juste de l’infini. Oui, Macron, t’es insignifiant, tu ne m’apprendras jamais rien. Et tu n’apprendras jamais rien.

    Au contraire de mon fils Nathan, qui, lui, m’a tout appris, a fait de moi un homme, un homme prêt à en découdre avec la complexité du monde, avec la complexité de l’humain, pas comme toi, peigne-cul !

    #rien

    • Superbe témoignage. En tant que père ça me met des frissons dans le dos. Tu devrais juste remplacer « con » par « connard » ou autre chose de plus puissant (« tu est tout petit » ou « tu es venimeux »). Sinon reçu hier dans mon fjord de la part de @sombre un livre égyptien : merci.

    • @philippe_de_jonckheere
      Je suis les discussions où tu parles de ton fils Nathan : cela ne m’est pas étranger car le petit fils de mon amie souffre du syndrome d’Asperger qui est un « trouble du spectre autistique » comme ils disent. Il a maintenant bientôt 15 ans, est brillant scolairement sauf ... si l’institution dysfonctionne (et dieu sait si elle s’en donne les moyens), par exemple à la dernière rentrée de septembre, pas d’AVS pour lui pendant tout le premier trimestre. Le gamin était à ramasser à la petite cuiller et sa mère aussi d’ailleurs, qui se bat depuis tant d’années pour que son fils trouve sa place dans notre société. Et ce combat qu’elle mène, que tout son entourage mène, donne des satisfactions, des déceptions, remet en question de nombreuses certitudes pour nous autres les « neurotypiques ». La sensation d’épuisement ou de découragement est souvent présente mais nous essayons de nous soutenir mutuellement et nous avons toujours à cœur ne jamais sous-estimer les ressources de cet adolescent.
      Alors quand nous entendons les paroles de certains nantis, cela nous atteint dans notre volonté de faire encore et toujours des efforts pour que chacun trouve sa place parmi nous. Eux pensent qu’il ne doivent leurs soit-disant réussites qu’à leurs seuls « talents », « personnalité », « force de travail » dans le meilleur de LEUR monde. Les certitudes sur lesquelles s’arc-boutent tous ces foutriquets verbeux et drapés dans leur détestable arrogance leur masquent la principale cause de leur petite supériorité merdique , celle qu’ils refuseront toujours d’entendre : ils ne se sont jamais donné que la peine de naître.

      @reka : et bien tant mieux si la Norvège accueille cet ouvrage fugitif. Enjoy !

    • @sombre Merci. C’est quelque chose que je ne parviens pas bien à exprimer. Quelque chose dont j’ai l’intuition. Depuis qu’une certaine principale de sombre mémoire avait eu cette réflexion insoutenable du coût de Nathan pour la société.

      Je suis le premier bénéficiaire des enseignements que Nathan peut apporter dans toute sa différence. Nathan a refait, de fond en comble, l’éducation des membres de sa famille, ses frère et soeurs, moi, mes parents. A l’école Decroly il a joué un très grand rôle dans l’apprentissage de la différence pour ses camarades de classe et quand il a du quitter cette école, certains enfants étaient inconsolables. Au rugby il a permis à mes copains entraîneurs de faire prendre conscience de tas de notions grâce à lui, des trucs un peu vieillots comme la camaraderie et le solidarité (l’histoire de Nathan au rugby est lobgue d’anecdotes qui font pleurer par leur beauté : quand on envoyait les mômes à la douche, au début je m’inquiétais que Nathan n’étant pas autonome ce serait un problème, mes copains ont fait le nécessaire, j’ai vu des mômes de sept-huit ans savonner Nathan).

      Donc ce truc de valeur est important à mes yeux. Je peux cotoyer des tas et des tas de gens dans l’existence et finalement assez peu qui changeront quoi que ce soit à ma vision du monde.

      Or, c’est ce que Nathan fait à tant et tant de gens. Et ce n’est pas #rien !

    • Merci pour ton témoignage @philippe_de_jonckheere
      @aude_v un temps quand je prenais le métro je me disais que si je me suicidais, ça ferait une place de plus. Et puis finalement sans me suicider je laissais ma place, en retour je recevais un sourire. Je crois que cette idée de place à aider les autres, à être ensemble est juste centrale, je ne vois pas d’autre sens à la vie.


  • https://addict-culture.com/philippe-de-jonckheere-une-fuite-en-egypte-inculte

    Des ombres retournées à l’ombre – Une fuite en Egypte

    Le livre est un bloc mais entaillé partout par des points-virgules. Les autres signes de ponctuation sont absents. On se retrouve à mettre son propre rythme de lecteur dans les phrases de Philippe de Jonckheere. Ce qui pourrait apparaître comme une coquetterie de style produit un effet saisissant, comme si on contribuait en partie au livre par cette lecture forcément personnelle, tellement marquée par l’originalité de la structure rythmique. Tout cela laisse des traces et fait d’Une fuite en Egypte, un livre que l’on ne peut oublier. De ceux qui réussissent à faire coïncider la banalité des choses de la vie, ce qu’elles ont parfois aussi de plus extraordinairement terribles dans un équilibre pudique et en même temps bouleversant.

    The #shameless_autopromo never stops
    #une_fuite_en_egypte


  • http://remue.net/spip.php?article8946

    L’écriture de Philippe De Jonckheere impose immédiatement un univers, décrivant sans concession les soubresauts, les heurts d’une intimité meurtrie. Le livre est une implosion infinie, laissant le narrateur au milieu de ruines intérieures qu’il explore en aveugle, ou de constructions de mondes possibles qui surgissent violemment.

    Là franchement, Sébastien, je ne sais plus où me mettre. Sans compter que jusqu’à la lecture de cet article je n’avais aucune idée que je faisais, comme Monsieur Jourdain, de l’épanorthose, sans le savoir. Et sans en avoir l’air.

    #shameless_autopromo
    #une_fuite_en_egypte


  • http://www.humanite.fr/philippe-de-jonckheere-le-desordre-et-lecriture-du-deuil-636686

    Philippe de Jonckheere, par la violence même de son récit, par l’effet de masse du texte, joue subtilement sur la distance que le lecteur prendra avec lui. Le roman, en effet, ne mise pas tout sur la sidération. Les moments souriants, ironiques, voire comiques, ne manquent pas. Et l’émotion se fait parfois poignante par sa douceur même, comme ce moment où le narrateur prend conscience de la disparition progressive de l’odeur de sa femme, chassée par la sienne propre. Face à l’expérience de deuil, Philippe de Jonckheere pose celle de la littérature. Au lecteur de s’en saisir.

    Avec une entrée aussi fracassante dans la littérature , je ne coupe pas, je ne crois pas, au tag infamant #shameless_autopromo

    #une_fuite_en_egypte


  • J’ai besoin de repères.
    Fordisme - Toyotisme - Lean - Kanban - Agile - Scrum - Pomodoro

    Je suis très critique de la méthodologie Lean (comme sûrement plein de lecteurs ici), pret à les rejeter en bloc. À côté de ça, je trouve une grande utilité aux méthodes Agile et je ne saurais travailler sans. Pourtant le lien entre ces 2 approches est ténu, surtout lorsque qu’arrivent des « innovations » dans ces méthodologies. Je me pose des questions.

    Le retour des approches transversales (artisan développeur, supply chain…) montre combien les salariés veulent retrouver le sens de leur métier, on dit parfois complétude. Est-ce un plâtre sur une jambe de bois ?

    J’ai besoin de trier parmi ces méthodes, d’en reprendre le contrôle, de les déconstruire.
    Pouvez-vous m’y aider ?

    Un ensemble de définitions :
    https://earliz.com/fr/projects/gestion-de-projet-lean-agile

    Les méthodes Agiles sont des pratiques de gestion pouvant s’appliquer à tous les types de projets. Elles sont particulièrement développées dans le domaine de la conception logiciel.

    Les méthodes Agiles ont été définies et formalisées en 2001 par l’Agile Manifesto. Elles prônent une démarche plus pragmatique et itérative que les méthodes traditionnelles. L’implication de tous les acteurs du projet, dont le client final, est au cœur de cette logique, afin de permettre une plus grande réactivité au changement de la demande.

    Le mouvement plus large du management Lean couple les valeurs Agiles aux techniques d’amélioration continue de la qualité. L’Agilité s’inscrit alors dans l’ensemble des projets de l’entreprise.

    #travail

    • @sandburg

      Je te copie colle un truc que j’avais écrit il y a six ou sept ans, je crois que c’était à propos de ma première confrontation Lean, ça m’amuse de le lire aujourd’hui.

      Voilà bien, je crois, ce qui me dégoûte le plus dans la langue de la domination, c’est la phagocie pure et simple qu’elle fait de la langue de ce quelle asservit.

      Prenez par exemple cette nouvelle méthode que l’on nous impose en ce moment à mon travail. Je vais passer, parce qu’elles sont évidentes et si peu difficiles à relever, sur les étonnantes possibilités de flicage du labeur que permet l’outil qui sera désormais le notre. Non, ce qui me heurte, d’autant plus que je sens bien que je suis le seul que cela dérange, c’est cette notion de travail divisé en trois types de tâches. Les tâches les plus faciles (et souvent les plus nombreuses à exécuter). Les tâches qui demandent un peu de compétence, et les tâches qui requièrent une vraie compétence et de l’expérience, de par leur complexité et souvent leur rareté d’apparition.

      Ce que je viens de vous décrire vous paraît assez simple et compréhensible ? Donc il y a la routine, l’inhabituel et le très inattendu, ou toute forme de gradation que vous souhaiterez utiliser pour envisager les différentes tâches qui sont les vôtres à votre travail. Et bien dans mon entreprise, on a décidé de donner des noms à ces trois types de tâches. Les plus simples sont du rythme, ce qui est un peu plus compliqué du blues et le complexe relève du jazz.

      Et dans l’esprit de ces personnes qui se succèdent devant le rétroprojecteur pour nous expliquer cette méthode géniale dont ils sont devenues les apôtres dans la très grande société, tout ce qu’on fait relève obligatoirement de l’une de ces trois catégories. Ils n’en démordent pas. J’ai beau tenter, au cours de cette réunion, de leur expliquer que sans doute c’est un peu moins ternaire que cela, que le monde n’est pas divisé comme cela en deux types de catégories de personnes, celles qui pensent que pour tous les sujets il existe deux types de personnes et celles qui ne pensent pas pouvoir résumer ainsi l’humanité, que dans tout ce que nous faisons, surtout le week end, il y a une immense catégories d’OVNIs, de tâches qui nous incombent qui nous surprennent encore un peu tant elles paraissent très peu répertoriées dans nos procédures, ce sont mes préférées évidemment, parce que ce sont dans de telles situations que l’on doit faire preuve d’imagination pour s’en sortir.

      Rien à faire soit c’est du rythme, soit c’est du blues, soit c’est du jazz.

      Longtemps par ailleurs que j’ai fini par intégrer aussi que ce n’est pas si grave que cela que dans mon entreprise de broyage de l’intelligence, il soit fréquent que les projets sur lesquels nous travaillons reçoivent des noms d’artistes ou de poètes, Rodin, Verlaine, d’autres encore.

      Donc toi, m’interroge l’examinateur, tu es Philippe De Jonckheere, le chef d’équipe du week end c’est bien ça ?
      — Oui, c’est bien ça.
      — Et ce que tu fais cela relève plutôt du blues ou du jazz ?
      — Non, moi c’est uniquement pour le free jazz qu’on m’appelle.

      Tête du responsable de la formation.

      — Qu’est-ce que tu entends par free jazz ?
      — Non rien, je disais juste cela pour rire (des fois je suis lâche au travail, d’un autre côté je ne me voyais pas expliquer à ce cadre en bois le principe du double quartet d’Ornette Coleman et sa pochette avec la reproduction de Pollock dessus, il ne pourrait pas comprendre).

      Et ça m’énerve. Ces types-là se sentent tellement dans leur bon droit.

    • Puisqu’on en est aux analogies foireuses : Agile, c’est un truc pour reprendre le contrôle sur la « tactique » (vocabulaire plutôt militaire), et c’est très utile au quotidien. Mais quand on en fait une fin en soit, on oublie la dimension « stratégique » (c’est Napoléon qui cause à nouveau).
      Des éditeurs (de logiciels) qui finissent par décevoir leurs clients, alors qu’ils ont mis l’Agile au cœur de leur organisation pour justement mieux coller aux désirs du client, j’en ai croisé un certain nombre : absence de vision à plus de 3 semaines, absence de pensée stratégique... j’allais écrire « absence de roadmap », mais à quoi bon vouloir utiliser d’autres termes, quand il en existe de très pertinents par défaut...

    • @philippe_de_jonckheere @biggrizzly Merci pour ces retours.

      Dernièrement, les seules ascendances positives qui ont guidé mon envie de pratiquer un métier plutôt qu’un emploi me sont venues de gens comme vous. De gens conscientisés, de mes copains déjà directeurs-trucs ou chefs-machin ayant dû soit se cacher à l’approche des obus, soit passer par l’hosto de la confiance en soi (vocable militaire à nouveau).
      Moi, j’ai fui la guerre, je suis parti en Suisse, mais j’y retourne après 4 ans de réflexions anarchistes, conscient, déterminé, expérimenté et j’espère inécrasable.

      Je vois les méthodes agiles comme des tentacules du lean, mais dont il est possible d’user au service des individus et pas uniquement du « projet ». Je me trompe ?

      Quand j’applique du pomodoro seul sur un truc en développement, c’est pour me cadrer, pas pour optimiser mon temps.

      Je n’ai pas envie de faire subir des outils à personne. Je ne veux pas manipuler, mais je veux savoir où on est.
      @aude_v me conseille de lire La dynamique des groupes pour achever ma quête de compréhension sur les fonctionnements de la décision et de l’action (autoritaire vs horizontal et autres modèles libéraux)
      https://fr.wikipedia.org/wiki/La_dynamique_des_groupes

    • Tout ça est très intéressant, et à propos de la démocratie en groupe restreint et des hiérarchies cachées ou pas, il faut absolument que j’arrive à trouver le temps de vous soumettre quelques réflexions sur la communauté SPIP qui sont en train de se discuter. Ça fait un mois que je veux demander ton avis @aude_v et je trouve pas le temps de faire un message-débat sur seenthis. :p
      Il y a quelque infos passées ici (des captations de mini confs faites en mai) sur le tag spip_blog, sinon sur contrib.spip.net. Mais je voudrais formaliser ça dans un seen exprès avec mes réflexions et questionnements.

      Je vais y arriver !


  • http://www.millepages.fr/-agenda-.html?jour=2017-05-16#Rencontre avec Philippe de Jonckheere

    Mardi 16 mai à 19h30, je suis invité à présenter, lire et signer Une fuite en Egypte à l’excellente libraire Mille pages de Vincennes (91 rue de Fontenay - Vincennes | 01 43 28 04 15 - Métro Château de Vincennes - RER A, arrêt Vincennes, bus 46, 56, 112, 114, 115, 118, 124, 210, 215, 318, 325). Ce sera également l’occasion de venir boire un verre une fois que j’aurais fini de faire mon intéressant, j’espère pas trop longtemps, histoire de fêter, dignement, la sortie de ce livre longtemps maudit, désormais auréolé de gloire.

    Venez nombreux, cela me fera plaisir de voir toutes et tous.

    Amicalement

    Phil

    http://desordre.net/blog/?debut=2017-05-07#3142

    #shameless_autopromo et tout le tintouin.
    #une_fuite_en_egypte