person:philippe olivier

  • Au FN, les premiers règlements de comptes - Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/070517/au-fn-les-premiers-reglements-de-comptes?onglet=full

    Quatre mois plus tard, il se dit, comme d’autres, « affligé ». « Tout le monde se renvoie la faute, et se défile. Moi, je refuse tous les médias. Qu’ils se démerdent », lâche-t-il. Un autre cadre frontiste, anti-Philippot, rapporte à Mediapart une « ambiance règlement de comptes », et se désole : « Avant le débat, Marine était présidentiable, elle avait fait une bonne séquence la semaine d’avant, Whirlpool et le bateau [dans le port du Grau-du-Roi, dans le Gard – ndlr], c’était bien joué, le ralliement de Dupont-Aignan aussi, et les gens à droite n’attendaient que ce fichu débat pour se décider. J’entendais des mecs de droite partout dire “m’en fous, je vote Marine”. Après le débat, dans notre fédé on se prend des courriers avec des cartes du Front coupées en deux. »

    Les mauvaises nouvelles sont tombées les unes après les autres : les propos du vice-président Jean-François Jalkh sur la Seconde Guerre mondiale exhumés dans la presse, un débat raté, Marine Le Pen chahutée lors de deux déplacements, en Bretagne puis à Reims. La faute à qui ? « La campagne n’a pas été séquencée. On a développé des trucs à droite à gauche, ce qui fait que 15 jours avant le premier tour, il n’y avait plus de kérosène dans le réservoir et Marine a commencé à décrocher, la campagne tournait à vide. »

    Un brin cynique, ce cadre est persuadé que « sans l’attentat deux jours avant le premier tour, Marine n’était pas au second tour ». Il va plus loin : « Cinq ans de Hollande, 300 morts dans les attentats, une situation économique désastreuse, du chômage de partout, des problèmes identitaires très forts, une France fracturée, et on fait 21 % au premier tour ? Vaut mieux arrêter tout de suite ! »

    C’est d’abord la stratégie de campagne et le positionnement de Marine Le Pen qui sont remis en cause. « C’est quoi le slogan de campagne de Marine Le Pen ?, interroge le même. La France apaisée ? Au nom du peuple ? Choisir la France ? » Selon lui, la candidate avait au départ su éviter un écueil récurrent des campagnes frontistes : ne pas mener une « campagne idéologique et doctrinaire ». « Avant, il fallait quasiment se convertir pour voter Front national. Là non, c’était assez ouvert, compréhensible, le message passait, Marine a même fait de la vraie politique sur une partie de sa campagne. » Mais pour une partie du Front national, la candidate n’a pas su tirer parti du naufrage du candidat de droite. « Rien ne s’est passé comme prévu, Fillon explose en plein vol, Hamon est mort, Mélenchon remonte, et là Philippot et ses sbires reviennent en disant “Mélenchon ça marche, donc faut faire du Mélenchon”. À partir de là, on retourne dans une campagne idéologique. Philippot avait fait le même coup en 2012, c’était un désastre. Il nous a mis dedans de force, à raconter qu’au bout de six mois on paierait nos baguettes en francs. Il nous a fait perdre un report de voix à droite. »

    Pour le membre du comité stratégique de campagne cité plus haut, la candidate a été « enfermée par Philippot et son équipe, qui ont verrouillé la campagne ». « Il y avait une concurrence entre les frères Philippot d’une part et Philippe Olivier d’autre part. Pour le débat, Marine a été conseillée par Gilbert Collard d’abord, puis les frères Philippot sont passés derrière. Et les sorties “bourrines”, l’agressivité du débat, c’est Philippe Olivier. Aujourd’hui, ils se rendent compte que ça a dysfonctionné. » Certains se plaignent d’avoir été déprogrammés des plateaux TV, au profit de Florian Philippot ou des tenants de sa ligne. Gilbert Collard aurait été écarté de la soirée électorale du premier tour, à Hénin-Beaumont. Déjà écartée de l’émission politique de France 2, le 10 novembre, au profit de Florian Philippot, Marion Maréchal-Le Pen se serait à nouveau vu refuser par Marine Le Pen d’être l’« invitée surprise » de la chaîne, face à Emmanuel Macron, le 6 avril. Ce n’est qu’au prix d’un passage en force que certains seraient parvenus à aller sur les plateaux.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Débat d’entre-deux-tours : Marine Le Pen veut faire craquer Emmanuel Macron - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/elections/presidentielle/debat-d-entre-deux-tours-marine-le-pen-veut-faire-craquer-emmanuel-macron

    Comment elle se prépare : elle planche sur des notes

    Un jeu de rôle pour préparer le débat ? Très peu pour elle ! Marine Le Pen préfère se nourrir de notes rédigées par ses collaborateurs pour affûter ses arguments. Son agenda a été allégé, et c’est à domicile, dans sa maison de La Celle-Saint-Cloud (Yvelines), qu’elle va se préparer à l’affrontement. Ses plus proches collaborateurs, notamment Philippe Olivier, en charge de la cellule idées-image, passeront dans la journée. Ses équipes ont visionné tous les débats d’Emmanuel Macron, mais aussi ses meetings pour mieux le cerner. Le programme du candidat d’En Marche ! a évidemment été épluché. « Marine Le Pen demande des notes aux uns et aux autres mais elle tranche toute seule, elle fonctionne comme cela », souligne l’un de ses lieutenants.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Présidentielle : l’entourage de Marine Le Pen passé au crible - Le Monde
    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/26/presidentielle-l-entourage-de-marine-le-pen-passe-au-crible_5117532_4854003.

    Marine Le Pen n’aime pas les réunions. Pas question de se retrouver chaque semaine, même jour, même heure, à écouter ses conseillers parler les uns après les autres dans un fastidieux tour de table. Au Front national, les bureaux politiques sont convoqués de manière épisodique, une ou deux fois par mois. Il en va de même pour le conseil stratégique qui dirige la campagne présidentielle de la candidate frontiste, qui affrontera le candidat d’En marche !, Emmanuel Macron, au second tour, dimanche 7 mai.

    Tout ou presque se passe dans le huis clos du bureau de la présidente « en congé ». Car cette dernière fonctionne en « étoile » plus qu’en « pyramide », racontent ses proches. En clair, les relations bilatérales sont privilégiées par rapport à une hiérarchie plus définie.

    Quelqu’un a un projet ou une idée à soumettre ? Il frappe à la porte de la députée européenne, ou bien lui passe un coup de téléphone. Certains louent ce mode de fonctionnement sans apprêt ; d’autres se désolent de la mauvaise circulation de l’information qui en découle. « A ne sait pas ce que B sait, et C ne parle pas à A et B, résume un bon connaisseur de la prétendante à l’Elysée. Beaucoup de dysfonctionnements viennent de là. » A, B, C… Passage en revue de l’alphabet lepéniste.
    Florian Philippot, le bras droit

    Le vice-président du FN et député européen, 35 ans, conseille la responsable frontiste depuis 2009. Il a œuvré au tournant « social-souverainiste » impulsé par Mme Le Pen, dont il est très proche à la fois humainement et politiquement. Volontiers décrit comme exclusif, il a vu son influence concurrencée ces derniers mois au sein de l’entourage de la candidate, notamment par Philippe Olivier.

    « Le cercle s’élargit, la relation qui était unique devient privilégiée. Il y a des monopoles qui sont cassés, mais il reste des canaux privilégiés », note-t-on dans l’équipe de campagne....

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Philippe Olivier, le « beauf » de Marine Le Pen qui cogite pour sa campagne - Marianne
    https://www.marianne.net/politique/philippe-olivier-le-beauf-de-marine-le-pen-qui-cogite-pour-sa-campagne

    S’il se satisfait de la professionnalisation du FN, Philippe Olivier n’a pas rompu avec les fondamentaux du parti : sa ligne est identitaire et nationaliste. « Il faut parler de politique, pas faire de la technique », martèle celui qui estime que l’élection se joue plus sur l’immigration et la sécurité que sur les sujets strictement économiques. De quoi faire contrepoids au vice-président du parti, Florian Philippot, adepte de la « dédiabolisation ». « A la place de Philippot, je n’interpréterais pas son retour comme une très bonne nouvelle », sourit Jean-Yves Le Gallou, ex-eurodéputé frontiste avec qui Philippe Olivier a cosigné un livre sur l’immigration en 1992.


  • Frédéric Chatillon, la propagande collée au Front
    https://lesjours.fr/obsessions/communication-politique/ep8-chatillon-fn-le-pen

    Frédéric Chatillon a toujours été un prestataire discret du FN, notamment en période électorale. Son habitude n’est pas de figurer dans un organigramme de campagne, pas plus cette année qu’en 2012. Au sein de l’équipe de Marine Le Pen, la com est prise en main par Florian Philippot, vice-président du FN, membre du conseil stratégique et grand habitué des médias, ainsi que par le sénateur David Rachline, promu au poste de directeur de campagne. Une cellule « idées-images » a aussi été créée. Elle est dirigée par le beau-frère de Marine Le Pen, Philippe Olivier (mari de sa sœur aînée, Marie-Caroline) et par Sébastien Chenu, transfuge de l’UMP, parti au sein duquel il créa GayLib, son association de défense des droits des homosexuels. Absents des médias, ils soignent les visuels, organisent les déplacements et chapeautent les meetings. Aucune agence ayant pignon sur rue ne veut travailler avec le FN, sous peine de perdre des clients.

    Pourtant, #Frédéric_Chatillon est bien présent sur la campagne présidentielle de Marine Le Pen. Il a été aperçu en marge de la convention nationale organisée par la candidate les 4 et 5 février à Lyon, véritable lancement de la campagne. Il était aussi à Brachay (Haute-Marne) lors de la rentrée politique de Marine Le Pen en septembre. Riwal avait imprimé les affiches de l’événement. Ou lors de l’inauguration de L’Escale, le QG de la candidate, rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris, deux mois plus tard. Il est considéré comme un rouage essentiel du système Marine Le Pen, et la candidate n’a aucune intention de s’en passer. Comme autrefois Jean-Marie Le Pen avec son imprimeur, Fernand Le Rachinel, aussi grand bailleur de fonds du parti, le FN a besoin de professionnels totalement acquis à sa cause. Avec Riwal, Frédéric Chatillon n’a plus le droit d’entretenir de relations commerciales avec le FN. Mais comme l’a relevé le site d’Europe 1, l’agence e-Politic, qui gère le site internet de la candidate et sa stratégie numérique, appartient au groupe Erer, qui est aussi la maison-mère de Riwal. D’ailleurs, sa compagne, Sighild Blanc, a déposé, le 13 juin 2016, à l’Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi), le slogan de la candidate, « Au nom du peuple ». Bref, Chatillon est loin d’avoir déserté et la justice ne lui fait pas peur.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN


  • Marine Le Pen va faire traduire ses interventions - leJDD.fr
    http://www.lejdd.fr/Politique/Marine-Le-Pen-va-faire-traduire-ses-interventions-850520

    Après avoir mis en place des outils pour contourner les ­médias nationaux, Marine Le Pen s’apprête désormais à se passer de la presse étrangère. Les principaux messages de la candidate du FN seront désormais traduits en ­anglais, espagnol, portugais, néerlandais, allemand, italien et russe, puis diffusés sur la Toile. Quant à ses discours, ils seront tous disponibles en anglais. « La presse et les journalistes ne sont que des intermédiaires, affirme Philippe Olivier, le patron de la cellule “idées-image”. Le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne nous sont pas favorables. Nous n’avons pas d’autres choix pour exprimer nos idées. » Selon lui, la mauvaise réputation de Marine Le Pen sur la scène internationale serait le fruit des contre-vérités relayées par les médias traditionnels.
    Des applications interactives bientôt en ligne

    Dans les prochains jours, l’équipe de campagne doit lancer en France des applications interactives pour permettre aux militants de s’inviter dans la campagne sans filtre. Début février, lors du meeting de la candidate à Lyon, Gaëtan Bertrand, responsable du pôle numérique, avait donné au public un cours de mobilisation “e-militante”. Sur le mode “Internet pour les nuls”, il avait insisté sur l’importance de relayer toutes les publications de Marine Le Pen sur Twitter et surtout sur Facebook, en cliquant sur “J’aime” et “Partager”. Avec son 1,2 million d’abonnés, elle est la personnalité politique française la plus suivie sur ce réseau, ­devant Hollande, Sarkozy et… Marion Maréchal-Le Pen (700.000). Le 22 février, Marine Le Pen était l’invitée du 20 Heures de TF1 pour s’expliquer sur la garde à vue de ses assistants au Parlement européen. Ses équipes ont posté sur sa page Facebook deux extraits choisis de son intervention, qui ont été vus au total près de 1,3 million de fois et partagés plus de 30.000 fois. La statistique ne dit pas combien de fois les “amis des amis” de Marine Le Pen les ont eux-mêmes diffusés…

    #PhoneStories #Linfiltré #FN