person:philippe péninque

  • Philippe Péninque, l’éminence grise de Marine Le Pen | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/300417/philippe-peninque-l-eminence-grise

    À la soirée électorale de Marine Le Pen, à Hénin-Beaumont, le 23 avril, il arpentait les couloirs, téléphone vissé à l’oreille. Pas un militant sans doute ne l’a remarqué, tant Philippe Péninque cultive son invisibilité. Jamais son nom n’a figuré dans un organigramme officiel. Dans le parti, certains le surnomment « Voldemort » : « Il est omniprésent, mais personne n’ose mentionner son nom. » Apparu soudainement au Front national en 2005, cet ancien avocat fiscaliste et ex-chef du GUD, œuvre à l’ascension de Marine Le Pen, côté coulisses. C’est lui qui l’a aidée à conquérir le parti, écartant ses opposants un à un. Lui qui a installé sa propre équipe, la « GUD connection », au cœur de l’organisation des campagnes de Marine Le Pen. Lui aussi qui a posé les bases d’une ligne « nationale-républicaine » au FN. Si la candidate frontiste arrivait à l’Élysée, ce sexagénaire exercerait une influence cruciale, dans l’ombre.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Philippe Péninque, l’éminence grise
    https://www.mediapart.fr/journal/france/300417/philippe-peninque-l-eminence-grise

    Philippe Péninque lors du discours de #Marine_Le_Pen, le 1er-Mai 2013, à Paris. © Mediapart Cet ex-chef du #GUD, serait omniprésent en coulisses. Ancien avocat fiscaliste – il a notamment ouvert le compte en Suisse de #Jérôme_Cahuzac –, Philippe Péninque œuvre depuis près de 15 ans au service de la candidate du #FN. Toujours dans l’ombre.

    #France #Front_national #GUD_connection #Philippe_Peninque


  • Qui murmure à l’oreille de Marine Le Pen ? - Ouest France
    http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/995/reader/reader.html#!preferred/1/package/995/pub/997/page/5

    Les amis « Gudards »

    Frédéric Chatillon, 49 ans, Axel Loustau, 47 ans, et Philippe Péninque, 64 ans… Tous très proches du FN, ils sont des amis de jeunesse de la candidate et faisaient notamment partis du Groupe d’union défense (GUD), syndicat étudiant d’extrême droite.

    La rencontre. Frédéric Chatillon, Marine Le Pen l’a rencontré sur les bancs de la faculté d’Assas, à Paris, dans les années 1990. Comme Axel Loustau, il a fait parti du GUD, un mouvement militant réputé violent, dont il a même été le leader en 1992. Frédéric Chatillon a notamment dirigé la société Riwal, une agence de communication prestataire de service pour le Front National. Les deux hommes ont notamment créé en 2010 le mouvement Jeanne aux côtés de Marine Le Pen. Philippe Péninque, de son côté, est considéré comme « le parrain de la bande ». Ancien avocat fiscaliste, il était également militant du GUD dans sa jeunesse.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • VIDEO - Aymeric Chauprade raconte une Marine Le Pen « sous emprise »
    https://www.marianne.net/politique/video-aymeric-chauprade-raconte-une-marine-le-pen-sous-emprise

    Aymeric Chauprade brise le silence. Depuis qu’il a quitté le Front national en 2015, l’ancien conseiller international de Marine Le Pen n’avait encore jamais évoqué publiquement l’une des raisons principales de son départ : l’« emprise », selon ses termes, des anciens « gudards » sur la présidente du parti. « Marine Le Pen n’est pas libre, elle est tenue par ces gens. Si elle arrive au pouvoir, ces gens seront le pouvoir », affirme-t-il face à la caméra d’Envoyé spécial, diffusé ce jeudi 16 mars sur France 2, en partenariat avec Marianne, Mediapart et Flammarion, l’éditeur du livre Marine est au courant de tout.

    « Ces gens » ? Frédéric Chatillon, Axel Loustau, ou encore le méconnu Philippe Péninque. Des amis de longue date qui se sont illustrés dans leurs jeunes années par leurs actions violentes au sein du GUD (Groupe union défense), un groupuscule d’extrême droite connu pour ses positions anticommunistes et ultra-nationalistes. Les deux premiers occupent des postes clés dans le dispositif financier du FN, qui fait aujourd’hui l’objet de plusieurs enquêtes judiciaires, notamment pour « escroqueries au préjudice de l’Etat ». Le troisième, un ancien avocat fiscaliste rompu aux montages offshore, est considéré comme le « parrain » de la bande. Il est l’un des plus proches conseillers de la candidate à l’élection présidentielle.

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • « Alain #Soral est un aiguillon pour le #FN » - Page 2 | #Mediapart
    http://www.mediapart.fr/journal/france/240915/alain-soral-est-un-aiguillon-pour-le-fn?page_article=2
    #streetpress

    Pour nous, il n’y a pas eu de basculement. Soral a toujours été comme ça. On a récolté des témoignages expliquant qu’il était déjà obsédé par les juifs très tôt, dans les années 1990. Mais c’est aussi la conséquence de l’influence d’un courant nationaliste encore présent au PCF à l’époque. Il était le troisième couteau d’un groupe de gens intégrés au PCF – autour de Marc Cohen, président des JCR dans les années 1980 [aujourd’hui rédacteur en chef de Causeur – ndlr] –, qui ont viré “rouge brun”. Ils ont façonné Soral à ce moment, cela a créé un terreau. Tout s’est joué là.

    Deux membres de cette “GUD connection” figurent dans les statuts fondateurs d’E&R, en 2007 : Jildaz Mahé [le bras droit de Frédéric Chatillon, vieil ami de Marine Le Pen et prestataire du FN – ndlr] et Philippe Péninque [ancien avocat proche de Marine Le Pen – ndlr]. Dès la création, ils sont partie prenante. Dans les premiers statuts, E&R est domiciliée à la même adresse que des sociétés de Péninque. Et il est précisé que l’objectif est de rapporter aux nationalistes, et indirectement au Front national, les voix des jeunes, des gens issus de l’immigration. Donc ils travaillent pour le Front, clairement.

    Ensuite, cette amitié ne se dément jamais : en 2006, Soral et Dieudonné se rendent en Syrie et au Liban avec Frédéric Chatillon. En 2009, le shooting photo pour les affiches des européennes est assuré par Chatillon. Et il y a l’histoire du Local, projet conjoint de Serge Ayoub et d’E&R, où l’on retrouve Chatillon. Avec Péninque, ils faisaient parfois le tampon entre les hommes d’Ayoub et ceux de Soral.


  • L’argent n’a pas d’odeur, c’est bien connu. Et l’entre-soi ne connaît pas de frontière politique.
    Les liens inavouables de Cahuzac avec les « gudards » de Marine Le Pen
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/03/les-liens-inavouables-de-cahuzac-avec-les-gudards-de-marine-le-pen_3153182_8

    Par Ariane Chemin

    Si l’histoire du compte non déclaré de Jérôme Cahuzac est un lourd secret, c’est parce qu’elle est avant tout une histoire de famille inavouable. Celle de Jérôme Cahuzac, ou plus exactement de son ex-femme. Patricia Cahuzac est en effet la cousine de la femme d’un avocat parisien, Jean-Pierre Eymié.
    Ce dernier est installé rue Marbeuf, dans le 8e arrondissement de Paris. Il porte au sein d’un petit cercle le surnom de « Johnny le boxeur ». C’est un ancien du GUD, l’organisation étudiante d’extrême droite radicale réputée pour ses méthodes musclées. M. Eymié est associé au sein de son cabinet avec un autre avocat, lui aussi ex-"gudard", Philippe Peninque, l’homme qui a ouvert le compte de Jérôme Cahuzac à UBS en 1992. Et qui est aujourd’hui conseiller proche de Marine Le Pen.

    « L’ARGENT ALLAIT ENSUITE SUR UN COMPTE UBS »

    Peninque et Eymié sont les grands amis de celui qui est alors chirurgien de profession, et pas encore ministre du budget de François Hollande. La petite bande se retrouve régulièrement depuis la fac, autour d’un golf, à Vaucresson ou à la Baule. Ou encore dans la jolie maison du cap Benat, près du Lavandou, dans le Var, chez les Eymié. Jerôme Cahuzac se met à la boxe et au vélo, comme ses deux amis. « Tout cela forme une petite fratrie très familiale », racontait un proche ces derniers jours.

    Jérôme Cahuzac fraye alors en plein « Gud business ». Une bande virile, un univers clos, où on ne fait des affaires que dans l’entre-soi. Eymié et Peninque jouent les « rabatteurs ». Le premier adresse des clients au spécialiste des implants capillaires. Le second, grand manitou des activités du clan, s’occupe, lui, de l’argent et des affaires.

    C’est ensemble que cette petite bande décide d’investir dans des mines au Pérou via une SCI nommée La Rumine, fondée par un autre « gudard », Lionel Queudot et sa femme. Ce dernier a expliqué à ses amis qu’il y avait de l’argent à faire, « dix à quinze fois la mise », selon un témoin de l’époque.

    Plusieurs opérations sont réalisées, dont la dernière vire au fiasco. Le gouvernement péruvien met le holà. Plusieurs investisseurs perdent sèchement leur mise. Jérôme Cahuzac, lui, a déjà une petite aura. Il fera partie des clients chanceux qui auraient été remboursés par Lionel Queudot, expliquait il y a quelques jours au Monde un financier, assurant que « l’argent allait ensuite sur un compte UBS ».

    On a, depuis, beaucoup entendu parler de Lionel Queudot, en raison notamment du rôle qu’il a joué dans la délivrance en 1998, d’un vrai-faux passeport à Alfred Sirven, l’ancien « numéro deux » de la société pétrolière Elf. Curieusement, de l’argent de M. Sirven avait transité sur certains comptes de M. Queudot, découvrent à l’époque le juge genevois Paul Perraudin et son homologue parisien Renaud van Ruymbeke. Celui-là même qui, aujourd’hui, est chargé de l’affaire Cahuzac.


  • Décidément la politique, c’est aqualand.
    On s’éclabousse, on se mouille, on finit trempés...
    Et grâce à l’ouverture d’esprit de Cahuzac, tout le monde est de la fête !
    C’est pratique d’avoir une grande famille, quand on lave son linge sale en famille...

    Un proche de Marine Le Pen a ouvert le compte Cahuzac chez UBS en 1992

    Un nouveau personnage apparaît dans l’affaire Cahuzac. Selon les informations du Monde, le compte suisse dont l’existence a été reconnue par l’ancien ministre a été ouvert par Philippe Péninque, un proche de la présidente du Front national, Marine Le Pen.
    C’est lui qui, en 1992, a ouvert à la banque UBS un compte dont l’ayant droit économique était M. Jérôme Cahuzac, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

    Il a reconnu avoir entretenu des relations amicales avec M. Cahuzac qui était alors médecin. Il a affirmé ensuite : « Ce qui est illégal c’est de ne pas déclarer un compte, pas d’aider à l’ouvrir. Jérôme Cahuzac avait besoin d’un compte, je l’ai aidé à l’ouvrir ».

    Marine Le Pen était-elle au courant de ce scénario ? M. Péninque prétend avoir informé la présidente du FN : « Je lui ai dit que j’étais ami avec Cahuzac et peut-être que dans le cadre de mon activité professionnelle, j’avais ouvert ce compte ».

    Philippe Péninque, 60 ans, n’est pas un inconnu pour ceux qui suivent les affaires de l’extrême droite. Cet ex-membre du GUD, un syndicat étudiant d’extrême droite radicale, reputé pour sa violence, est aussi ancien membre fondateur d’Egalité et réconciliation. Il fait aujourd’hui partie des conseillers officieux de Marine Le Pen. En 2007, il avait réalisé l’audit du front national.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/03/un-proche-de-marine-le-pen-a-ouvert-le-compte-de-m-cahuzac-chez-ubs-en-1992_