person:pierre abi-saab


  • Nouvelle sitcom palpitante annoncée sur la LBC, intitulée « Bonsoir Pierre », phrase que la vedette féminine de la série prononce avec une voix gutturale, un fort accent de la montagne et un je-ne-sais-quoi de mystérieux.

    Ah non, on me chuchotte dans l’oreillette que c’est l’ami Pierre Abi-Saab qui va passer sur al-Jadeed :
    https://www.twitter.com/pierreabisaab/status/930880592954187777
    Mais bon, la bande annonce est tout aussi palpitante. :-))


  • Au fait, je te l’avais pas dit, mais l’ami Pierre est désormais une véritable vedette internationale : après le Monde, le New York Times : Expecting a Hero’s Welcome, Lebanese Director Was Accused of Treason (après déjà une série d’articles sur le même sujet en français, dont un dans le Monde) :
    https://www.nytimes.com/2017/09/22/world/middleeast/lebanon-director-treason.html

    “We are in a war with Israel, and when you are in a war, you can’t deal with them like a neighboring country,” said Pierre Abi-Saab, deputy editor in chief of Lebanon’s Al-Akhbar newspaper, which has led the criticism of Mr. Doueiri. “So when a filmmaker goes, an intellectual, and says, ‘Brother, we are with peace’ — what peace? Whose peace?”

    Pierre, j’espère que tu n’as pas prévu d’aller aux États-Unis prochainement ?


  • Jamal Kashoggi, célèbre journaliste saoudien, réputé proche des services, nous livre sa brillante recette pour éviter la défaite saoudienne en Syrie. On peut se demander en quelle mesure tout cela correspond aux pensées en haut lieu. En tout cas, vous allez voir, c’est très simple et sans danger.
    http://www.middleeasteye.net/columns/east-syria-vs-west-syria-914556837
    C’est plutôt la solution B évoquée ici, avec un petit supplément de A mineure : http://seenthis.net/messages/457855#message458439
    D’abord petit rappel de l’objectif, combattre l’Iran :

    Saudi Arabia’s motive is to prevent Iranian hegemony in Syria – an objective which it will not back down on. It wishes to break the stalemate that has gripped Syria after five years of bloodshed.

    Pour cela commencer à convaincre les Américains d’accepter la proposition des « boots on the ground » contre Da’ich à la prochaine réunion de Bruxelles. Le but est bien sûr de les entraîner dans l’aventure. S’il y a des réticences, on s’avance un peu sur le terrain avec les Turcs - surtout les Turcs ! - de manière à ce que la « communauté internationale » se sente menacée du risque d’une plus grande « catastrophe internationale ». En clair on fait monter la tension avec la Russie et on menace d’un affrontement direct qui impliquerait l’OTAN. Oui, d’un truc genre guerre mondiale, quoi.

    Riyadh would also be re-directing the attention of the international community to the Syrian crisis. When officials in Brussels or Washington see that a range of international forces that are hostile to each other gathering in a small spot in earth, they will surely think of beginning to act before it blows into a wider international catastrophe.

    En passant, on en profite pour filer des missiles sol-air à nos gentils rebelles (A mineure : option afghane-Stinger). Grâce à ça les Turcs pourront faire leur « buffer zone » au nord de la Syrie (A option Benghazi). Oui, oui, comme ça.

    Riyadh and Ankara should not miss the opportunity to support their trusted rebels as they advance, providing them with surface to air missiles. Turkey would then implement the buffer zone that it had long called for.

    Du coup, nos rebelles, appuyés par la coalition, pourront attaquer Da’ich - puisque c’est ce dont ils rêvent - et libérer les territoires de l’est (solution B). Et nous revoilà, avec le compère Erdogan, redevenus les facteurs principaux de l’équation syrienne. Car à ce moment-là on tiendra tout l’est. On en profitera alors pour faire la reconquête de l’ouest, ou obtenir aux négociations la chute d’Assad. Ou pas d’ailleurs. Une Syrie divisée et détruite peut aussi bien faire l’affaire !

    The world will have on its hand an “eastern Syria” versus a “western Syria” situation, based on sectarian lines. The Assad regime is advancing in Shia villages but faces fierce resistance in Sunni-majority areas. Even if the regime and its allies advance in Aleppo, they would be ruling it with an iron fist, which explains why there is already a mass of civilians fleeing it, as well as from the Latakia countryside. [...]
    Riyadh never stopped advocating a unified Syria, free from Assad and Iran. The Saudi ground operation would put pressure on Russia, which followed a scorched earth strategy ahead of the Geneva peace talks. The Russians would be forced to negotiate with the Saudis and Turks on forming a transitional government for all of Syria without Assad, or leave the country divided and let time heal its wounds.

    Quatre remarques sur ce pensum stratégique assez délirant :
    – d’abord cette convergence étonnante, et maintes fois relevée, entre les objectifs saoudiens et israéliens : ici une Syrie fragmentée selon des lignes confessionnelles et la confrontation avec l’Iran.
    Les néocons (comme dans le WaPo) sont d’ailleurs en ce moment vent debout contre Obama qu’ils exhortent à partir au sol en Syrie pour contrer les Russes.
    – puis le manque absolu de sérieux, entièrement assumé, dans la proposition d’envoi de troupes au sol contre Da’ich, qui ne sert qu’à faire chanter les pays alliés
    – ensuite le caractère tranquillement apocalyptique de l’ensemble
    – enfin, à aucun moment ce brave Kashoggi ne se demande quelles options il resterait si les USA et l’OTAN ne se laissaient pas entraîner.

    • Le Washington Post se fait l’avocat de l’option « buffer zone » à la Benghazi : https://www.washingtonpost.com/opinions/the-era-of-us-abdication-on-syria-must-end/2016/02/09/55226716-ce96-11e5-88cd-753e80cd29ad_story.html?postshare=6671455061

      Operating under a NATO umbrella, the United States could use its naval and air assets in the region to establish a no-fly zone from Aleppo to the Turkish border and make clear that it would prevent the continued bombardment of civilians and refugees by any party, including the Russians. It could use the no-fly zone to keep open the corridor with Turkey and use its assets to resupply the city and internally displaced people in the region with humanitarian assistance.

      En parcourant la fiche wikipedia des deux auteurs, M. Ignatieff et L. Wiseltier, on découvre que tous d’eux ont été partisans de l’invasion de l’Irak en 2003.

    • @souriyam Et toujours cette question insoluble : comment se fait-il que les médias de notre presse libre se mettent à publier, en même temps et spontanément, des opinions aussi identiques mais émanant de personnalités aussi « différentes » ?

    • Sinon, tout ça revient à nouveau à l’idée présentée chez Brookings l’année dernière : « Déconstruire la Syrie »
      Deconstructing Syria : A new strategy for America’s most hopeless war
      http://www.brookings.edu/blogs/order-from-chaos/posts/2015/06/30-deconstructing-syria-ohanlon

      What to do? Counterintuitively, at this stage, the only realistic path forward may be a plan that in effect deconstructs Syria. A comprehensive, national-level solution is too hard even to specify at this stage, much less effect. Instead, the international community should work to create pockets with more viable security and governance within Syria over time. With initial footholds in place, the strategy could develop further in a type of “ink-spot” campaign that eventually sought to join the various local initiatives into a broader and more integrated effort.

      Critiqué ici :
      http://seenthis.net/messages/397495

    • @nidal : merci pour le rappel de ce texte de la Brookings que j’ai dû lire (vu l’étoile sur le signalement) mais oublier. Ca fait donc un moment que des Américains s’imaginent une partition comme lot de consolation.
      Quelques éléments qui vont dans votre sens à verser dans le dossier Landis. Je viens de visionner cette vidéo du « Geneva Security Debate » de décembre 2015 où Landis professe la partition et la création d’un #Sunnistan.
      De 29’30 à 32’ il la justifie par le fait que, selon lui, l’armée syrienne ne pourra ni reprendre l’est à Da’ich, ni récupérer l’ensemble du territoire des « rebelles ». Il suggère de laisser la « rébellion » construire un Etat sunnite sur son territoire, déjà nettoyé du point de vue religieux, et de l’y aider. Et ensuite d’espérer que la meilleur gouvernance de ce Sunnistan attire à elle les autres sunnites et mène, in fine, à la réunification. Le tout sur le modèle des deux Allemagnes de la guerre froide.
      De 38’à 42’ : utilisation d’un autre argument. Les Russes et les Iraniens n’ont pas besoin de s’épuiser à reprendre tout le territoire syrien, comme le voudrait Assad. La côte et Damas suffiraient à leurs objectifs stratégiques. Les territoires de Da’ich à l’est ne leur sont pas utiles. Les USA peuvent donc s’arranger avec eux pour tracer de nouvelles frontières. On en déduit que ces territoires reviendraient à l’autre camp international et à la rébellion.
      https://www.youtube.com/watch?v=UWlF_HxEq3U

      PS : je ne maîtrise pas l’arabe, que l’on ne parlait pas à la maison (couple mixte). Ma connaissance s’arrête à moins que les rudiments, acquis en allant en vacances dans la famille, et à l’alphabet. Je suis bien incapable de comprendre un tel débat.

    • Merci @souriyam.

      Et comme toujours, tous ces gens font comme si une sorte de « réalité de la guerre » s’imposait finalement à eux, comme si la partition était une conséquence inattendue de la guerre.

      Ils nous ont déjà joué exactement la même partition (et continuent de le faire) pour l’Irak (dont la partition a pourtant été officiellement votée par le Sénat américain en 2007) :
      http://seenthis.net/messages/410133#message410138

      Si l’on fait remarquer que, vu comment ces guerres ont été me menées, on aurait voulu la partition sectaire dès le début (comme but de guerre, donc), on ne s’y serait pas pris autrement, relève de l’hérésie… En revanche, l’idée est omniprésente dans la région et est associée simultanément au rappel de vieux projets sionistes et/ou au principe colonial de « diviser pour mieux régner » (d’où l’intérêt de traiter les arabes de complotistes à tout bout de champ).



  • Et donc, sans aucun article sur les SaudiLeaks, le Monde trouve tout de même le moyen de balancer une saloperie contre le Akhbar, avec un raccourci bien cradingue : Pierre Abi-Saab du Akhbar, « pro-Damas », « le camp qui l’a assassiné » et « cherche à salir son image » : Les enfants de Samir Kassir
    http://www.lemonde.fr/international/article/2015/06/22/les-enfants-de-samir-kassir_4659173_3210.html

    L’extrême gauche libanaise s’agace du statut de « chantre de la modernité arabe » dont l’affublent la droite libanaise et certains milieux occidentaux, un slogan passe-partout, selon elle, qui éclipse ses écrits plus contestataires des années 1980. « Il a milité à gauche et il est mort à droite », cingle Pierre Abi Saab, rédacteur en chef d’Al-Akhbar, un quotidien progressiste sur les questions de société et pro-Damas sur les questions internationales.

    « Le camp qui l’a assassiné cherche à salir son image, c’est mesquin mais logique, riposte Michel Hajji Georgiou. Samir a joué un rôle de passeur entre l’Orient et l’Occident et entre une droite et une gauche libanaises qui avaient besoin de tourner la page de la guerre civile. Il a fait oeuvre de médiateur. »

    C’est d’autant plus dégueulasse qu’en réalité, quand on rencontre Pierre Abi Saab, il parle assez spontanément de l’influence de Samir Kassir, qu’il en dit des choses simples et belles, mais sans doute encore trop complexes pour ce manichéisme français qui fait du Akhbar un quotidien « pro-Damas ».


  • Émouvant hommage de Pierre Abi-Saab à Sabah: Arabic tarab loses its ’Shahroura’: We won’t cry, Sabah
    http://english.al-akhbar.com/content/arabic-tarab-loses-its-%E2%80%98shahroura%E2%80%99-we-won%E2%80%9

    Sabah asked us not to cry over her loss, and indeed we won’t. We didn’t even consider crying despite our great grief. In any case, we are sad for ourselves and for the golden age.

    We are sad because the last stage of Sabouha’s life was difficult. She was on the brink of destitution and living in between rumors about her death.

    We are sad because the ambassador of our golden age, this timeless singer who transcends all epochs from the Lebanese village to Cairo, the capital of renaissance and art in the 1940s and 1950s, brings to an end a time when the artist was first and foremost a singer. A time when all the rest, all the madness, extravagance, spectacles, private life, and “scandals” – if inevitable – came much later, after the voice, talent, and creativity were displayed.

    We will be very sad, but we won’t shed any tears. How is it possible to cry over Sabouha? Just her name [which translates to ‘morning’ in English] is a companion to joy, happiness and love of life.


  • Réjouissant (et grave) : Pierre Abi-Saab aligne Fouad Siniora : Lebanon : Siniora Calls on Obama to Bomb Away
    http://english.al-akhbar.com/content/lebanon-siniora-calls-obama-bomb-away

    Siniora and Co. want war for the sake of peace, and freedom by invasion and occupation. They want to lure America’s military machine, which has torn whole nations apart, in the name of a sham democracy that everyone knows is not possible if it is delivered by way of cruise missiles.