person:primo levi

  • The Knesset candidate who says Zionism encourages anti-Semitism and calls Netanyahu ’arch-murderer’ - Israel Election 2019 - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/elections/.premium.MAGAZINE-knesset-candidate-netanyahu-is-an-arch-murderer-zionism-e

    Few Israelis have heard of Dr. Ofer Cassif, the Jewish representative on the far-leftist Hadash party’s Knesset slate. On April 9, that will change
    By Ravit Hecht Feb 16, 2019

    Ofer Cassif is fire and brimstone. Not even the flu he’s suffering from today can contain his bursting energy. His words are blazing, and he bounds through his modest apartment, searching frenetically for books by Karl Marx and Primo Levi in order to find quotations to back up his ideas. Only occasional sips from a cup of maté bring his impassioned delivery to a momentary halt. The South American drink is meant to help fight his illness, he explains.

    Cassif is third on the slate of Knesset candidates in Hadash (the Hebrew acronym for the Democratic Front for Peace and Equality), the successor to Israel’s Communist Party. He holds the party’s “Jewish slot,” replacing MK Dov Khenin. Cassif is likely to draw fire from opponents and be a conspicuous figure in the next Knesset, following the April 9 election.

    Indeed, the assault on him began as soon as he was selected by the party’s convention. The media pursued him; a columnist in the mass-circulation Yedioth Ahronoth newspaper, Ben-Dror Yemini, called for him to be disqualified from running for the Knesset. It would be naive to say that this was unexpected. Cassif, who was one of the first Israeli soldiers to refuse to serve in the territories, in 1987, gained fame thanks to a number of provocative statements. The best known is his branding of Justice Minister Ayelet Shaked as “neo-Nazi scum.” On another occasion, he characterized Jews who visit the Temple Mount as “cancer with metastases that have to be eradicated.”

    On his alternate Facebook page, launched after repeated blockages of his original account by a blitz of posts from right-wing activists, he asserted that Culture Minister Miri Regev is “repulsive gutter contamination,” that Prime Minister Benjamin Netanyahu is an “arch-murderer” and that the new Israel Defense Forces chief of staff, Lt. Gen. Aviv Kochavi, is a “war criminal.”

    Do you regret making those remarks?

    Cassif: “‘Regret’ is a word of emotion. Those statements were made against a background of particular events: the fence in Gaza, horrible legislation, and the wild antics of Im Tirtzu [an ultranationalist organization] on campus. That’s what I had to say at the time. I didn’t count on being in the Knesset. That wasn’t part of my plan. But it’s clear to me that as a public personality, I would not have made those comments.”

    Is Netanyahu an arch-murderer?

    “Yes. I wrote it in the specific context of a particular day in the Gaza Strip. A massacre of innocent people was perpetrated there, and no one’s going to persuade me that those people were endangering anyone. It’s a concentration camp. Not a ‘concentration camp’ in the sense of Bergen-Belsen; I am absolutely not comparing the Holocaust to what’s happening.”

    You term what Israel is doing to the Palestinians “genocide.”

    “I call it ‘creeping genocide.’ Genocide is not only a matter of taking people to gas chambers. When Yeshayahu Leibowitz used the term ‘Judeo-Nazis,’ people asked him, ‘How can you say that? Are we about to build gas chambers?’ To that, he had two things to say. First, if the whole difference between us and the Nazis boils down to the fact that we’re not building gas chambers, we’re already in trouble. And second, maybe we won’t use gas chambers, but the mentality that exists today in Israel – and he said this 40 years ago – would allow it. I’m afraid that today, after four years of such an extreme government, it possesses even greater legitimacy.

    “But you know what, put aside ‘genocide’ – ethnic cleansing is taking place there. And that ethnic cleansing is also being carried out by means of killing, although mainly by way of humiliation and of making life intolerable. The trampling of human dignity. It reminds me of Primo Levi’s ‘If This Is a Man.’”

    You say you’re not comparing, but you repeatedly come back to Holocaust references. On Facebook, you also uploaded the scene from “Schindler’s List” in which the SS commander Amon Goeth picks off Jews with his rifle from the balcony of his quarters in the camp. You compared that to what was taking place along the border fence in the Gaza Strip.

    “Today, I would find different comparisons. In the past I wrote an article titled, ‘On Holocaust and on Other Crimes.’ It’s online [in Hebrew]. I wrote there that anyone who compares Israel to the Holocaust is cheapening the Holocaust. My comparison between here and what happened in the early 1930s [in Germany] is a very different matter.”

    Clarity vs. crudity

    Given Cassif’s style, not everyone in Hadash was happy with his election, particularly when it comes to the Jewish members of the predominantly Arab party. Dov Khenin, for example, declined to be interviewed and say what he thinks of his parliamentary successor. According to a veteran party figure, “From the conversations I had, it turns out that almost none of the Jewish delegates – who make up about 100 of the party’s 940 delegates – supported his candidacy.

    “He is perceived, and rightly so,” the party veteran continues, “as someone who closes doors to Hadash activity within Israeli society. Each of the other Jewish candidates presented a record of action and of struggles they spearheaded. What does he do? Curses right-wing politicians on Facebook. Why did the party leadership throw the full force of its weight behind him? In a continuation of the [trend exemplified by] its becoming part of the Joint List, Ofer’s election reflects insularity and an ongoing retreat from the historical goal of implementing change in Israeli society.”

    At the same time, as his selection by a 60 percent majority shows, many in the party believe that it’s time to change course. “Israeli society is moving rightward, and what’s perceived as Dov’s [Khenin] more gentle style didn’t generate any great breakthrough on the Jewish street,” a senior source in Hadash notes.

    “It’s not a question of the tension between extremism and moderation, but of how to signpost an alternative that will develop over time. Clarity, which is sometimes called crudity, never interfered with cooperation between Arabs and Jews. On the contrary. Ofer says things that we all agreed with but didn’t so much say, and of course that’s going to rile the right wing. And a good thing, too.”

    Hadash chairman MK Ayman Odeh also says he’s pleased with the choice, though sources in the party claim that Odeh is apprehensive about Cassif’s style and that he actually supported a different candidate. “Dov went for the widest possible alliances in order to wield influence,” says Odeh. “Ofer will go for very sharp positions at the expense of the breadth of the alliance. But his sharp statements could have a large impact.”

    Khenin was deeply esteemed by everyone. When he ran for mayor of Tel Aviv in 2008, some 35 percent of the electorate voted for him, because he was able to touch people who weren’t only from his political milieu.

    Odeh: “No one has a higher regard for Dov than I do. But just to remind you, we are not a regular opposition, we are beyond the pale. And there are all kinds of styles. Influence can be wielded through comments that are vexatious the first time but which people get used to the second time. When an Arab speaks about the Nakba and about the massacre in Kafr Kassem [an Israeli Arab village, in 1956], it will be taken in a particular way, but when uttered by a Jew it takes on special importance.”

    He will be the cause of many attacks on the party.

    “Ahlan wa sahlan – welcome.”

    Cassif will be the first to tell you that, with all due respect for the approach pursued by Khenin and by his predecessor in the Jewish slot, Tamar Gozansky, he will be something completely different. “I totally admire what Tamar and Dov did – nothing less than that,” he says, while adding, “But my agenda will be different. The three immediate dangers to Israeli society are the occupation, racism and the diminishment of the democratic space to the point of liquidation. That’s the agenda that has to be the hub of the struggle, as long as Israel rules over millions of people who have no rights, enters [people’s houses] in the middle of the night, arrests minors on a daily basis and shoots people in the back.

    "Israel commits murder on a daily basis. When you murder one Palestinian, you’re called Elor Azaria [the IDF soldier convicted and jailed for killing an incapacitated Palestinian assailant]; when you murder and oppress thousands of Palestinians, you’re called the State of Israel.”

    So you plan to be the provocateur in the next Knesset?

    “It’s not my intention to be a provocateur, to stand there and scream and revile people. Even on Facebook I was compelled to stop that. But I definitely intend to challenge the dialogue in terms of the content, and mainly with a type of sarcasm.”

    ’Bags of blood’

    Cassif, 54, who holds a doctorate in political philosophy from the London School of Economics, teaches political science at the Hebrew University of Jerusalem, Sapir Academic College in Sderot and at the Academic College of Tel Aviv-Yaffo. He lives in Rehovot, is married and is the father of a 19-year-old son. He’s been active in Hadash for three decades and has held a number of posts in the party.

    As a lecturer, he stands out for his boldness and fierce rhetoric, which draws students of all stripes. He even hangs out with some of his Haredi students, one of whom wrote a post on the eve of the Hadash primary urging the delegates to choose him. After his election, a student from a settlement in the territories wrote to him, “You are a determined and industrious person, and for that I hold you in high regard. Hoping we will meet on the field of action and growth for the success of Israel as a Jewish, democratic state (I felt obliged to add a small touch of irony in conclusion).”

    Cassif grew up in a home that supported Mapai, forerunner of Labor, in Rishon Letzion. He was an only child; his father was an accountant, his mother held a variety of jobs. He was a news hound from an early age, and at 12 ran for the student council in school. He veered sharply to the left in his teens, becoming a keen follower of Marx and socialism.

    Following military service in the IDF’s Nahal brigade and a period in the airborne Nahal, Cassif entered the Hebrew University. There his political career moved one step forward, and there he also forsook the Zionist left permanently. His first position was as a parliamentary aide to the secretary general of the Communist Party, Meir Wilner.

    “At first I was closer to Mapam [the United Workers Party, which was Zionist], and then I refused to serve in the territories. I was the first refusenik in the first intifada to be jailed. I didn’t get support from Mapam, I got support from the people of Hadash, and I drew close to them. I was later jailed three more times for refusing to serve in the territories.”

    His rivals in the student organizations at the Hebrew University remember him as the epitome of the extreme left.

    “Even in the Arab-Jewish student association, Cassif was considered off-the-wall,” says Motti Ohana, who was chairman of Likud’s student association and active in the Student Union at the end of the 1980s and early 1990s. “One time I got into a brawl with him. It was during the first intifada, when he brought two bags of blood, emptied them out in the university’s corridors and declared, ‘There is no difference between Jewish and Arab blood,’ likening Israeli soldiers to terrorists. The custom on campus was that we would quarrel, left-right, Arabs-Jews, and after that we would sit together, have a coffee and talk. But not Cassif.”

    According to Ohana, today a member of the Likud central committee, the right-wing activists knew that, “You could count on Ofer to fall into every trap. There was one event at the Hebrew University that was a kind of political Hyde Park. The right wanted to boot the left out of there, so we hung up the flag. It was obvious that Ofer would react, and in fact he tore the flag, and in the wake of the ruckus that developed, political activity was stopped for good.”

    Replacing the anthem

    Cassif voices clearly and cogently positions that challenge the public discourse in Israel, and does so with ardor and charisma. Four candidates vied for Hadash’s Jewish slot, and they all delivered speeches at the convention. The three candidates who lost to him – Efraim Davidi, Yaela Raanan and the head of the party’s Tel Aviv branch, Noa Levy – described their activity and their guiding principles. When they spoke, there was the regular buzz of an audience that’s waiting for lunch. But when Cassif took the stage, the effect was magnetic.

    “Peace will not be established without a correction of the crimes of the Nakba and [recognition of] the right of return,” he shouted, and the crowd cheered him. As one senior party figure put it, “Efraim talked about workers’ rights, Yaela about the Negev, Noa about activity in Tel Aviv – and Ofer was Ofer.”

    What do you mean by “right of return”?

    Cassif: “The first thing is the actual recognition of the Nakba and of the wrong done by Israel. Compare it to the Truth and Reconciliation Commissions in South Africa, if you like, or with the commissions in Chile after Pinochet. Israel must recognize the wrong it committed. Now, recognition of the wrong also includes recognition of the right of return. The question is how it’s implemented. It has to be done by agreement. I can’t say that tomorrow Tel Aviv University has to be dismantled and that Sheikh Munis [the Arab village on whose ruins the university stands] has to be rebuilt there. The possibility can be examined of giving compensation in place of return, for example.”

    But what is the just solution, in your opinion?

    “For the Palestinian refugees to return to their homeland.”

    That means there will be Jews who will have to leave their home.

    “In some places, unequivocally, yes. People will have to be told: ‘You must evacuate your places.’ The classic example is Ikrit and Biram [Christian-Arab villages in Galilee whose residents were promised – untruly – by the Israeli authorities in 1948 that they would be able to return, and whose lands were turned over to Jewish communities]. But there are places where there is certainly greater difficulty. You don’t right one wrong with another.”

    What about the public space in Israel? What should it look like?

    “The public space has to change, to belong to all the state’s residents. I dispute the conception of ‘Jewish publicness.’”

    How should that be realized?

    “For example, by changing the national symbols, changing the national anthem. [Former Hadash MK] Mohammed Barakeh once suggested ‘I Believe’ [‘Sahki, Sahki’] by [Shaul] Tchernichovsky – a poem that is not exactly an expression of Palestinian nationalism. He chose it because of the line, ‘For in mankind I’ll believe.’ What does it mean to believe in mankind? It’s not a Jew, or a Palestinian, or a Frenchman, or I don’t know what.”

    What’s the difference between you and the [Arab] Balad party? Both parties overall want two states – a state “of all its citizens” and a Palestinian state.

    “In the big picture, yes. But Balad puts identity first on the agenda. We are not nationalists. We do not espouse nationalism as a supreme value. For us, self-determination is a means. We are engaged in class politics. By the way, Balad [the National Democratic Assembly] and Ta’al [MK Ahmad Tibi’s Arab Movement for Renewal] took the idea of a state of all its citizens from us, from Hadash. We’ve been talking about it for ages.”

    If you were a Palestinian, what would you do today?

    “In Israel, what my Palestinian friends are doing, and I with them – [wage] a parliamentary and extra-parliamentary struggle.”

    And what about the Palestinians in the territories?

    “We have always been against harming innocent civilians. Always. In all our demonstrations, one of our leading slogans was: ‘In Gaza and in Sderot, children want to live.’ With all my criticism of the settlers, to enter a house and slaughter children, as in the case of the Fogel family [who were murdered in their beds in the settlement of Itamar in 2011], is intolerable. You have to be a human being and reject that.”

    And attacks on soldiers?

    “An attack on soldiers is not terrorism. Even Netanyahu, in his book about terrorism, explicitly categorizes attacks on soldiers or on the security forces as guerrilla warfare. It’s perfectly legitimate, according to every moral criterion – and, by the way, in international law. At the same time, I am not saying it’s something wonderful, joyful or desirable. The party’s Haifa office is on Ben-Gurion Street, and suddenly, after years, I noticed a memorial plaque there for a fighter in Lehi [pre-state underground militia, also known as the Stern Gang] who assassinated a British officer. Wherever there has been a struggle for liberation from oppression, there are national heroes, who in 90 percent of the cases carried out some operations that were unlawful. Nelson Mandela is today considered a hero, he was awarded the Nobel Peace Prize, but according to the conventional definition, he was a terrorist. Most of the victims of the ANC [African National Congress] were civilians.”

    In other words, today’s Hamas commanders who are carrying out attacks on soldiers will be heroes of the future Palestinian state?

    “Of course.”

    Anti-Zionist identity

    Cassif terms himself an explicit anti-Zionist. “There are three reasons for that,” he says. “To begin with, Zionism is a colonialist movement, and as a socialist, I am against colonialism. Second, as far as I am concerned, Zionism is racist in ideology and in practice. I am not referring to the definition of race theory – even though there are also some who impute that to the Zionist movement – but to what I call Jewish supremacy. No socialist can accept that. My supreme value is equality, and I can’t abide any supremacy – Jewish or Arab. The third thing is that Zionism, like other ethno-nationalistic movements, splits the working class and all weakened groups. Instead of uniting them in a struggle for social justice, for equality, for democracy, it divides the exploited classes and the enfeebled groups, and by that means strengthens the rule of capital.”

    He continues, “Zionism also sustains anti-Semitism. I don’t say it does so deliberately – even though I have no doubt that there are some who do it deliberately, like Netanyahu, who is connected to people like the prime minister of Hungary, Viktor Orban, and the leader of the far right in Austria, Hans Christian Strache.”

    Did Mapai-style Zionism also encourage anti-Semitism?

    “The phenomenon was very striking in Mapai. Think about it for a minute, not only historically, but logically. If the goal of political and practical Zionism is really the establishment of a Jewish state containing a Jewish majority, and for Diaspora Jewry to settle there, nothing serves them better than anti-Semitism.”

    What in their actions encouraged anti-Semitism?

    “The very appeal to Jews throughout the world – the very fact of treating them as belonging to the same nation, when they were living among other nations. The whole old ‘dual loyalty’ story – Zionism actually encouraged that. Therefore, I maintain that anti-Semitism and anti-Zionism are not the same thing, but are precisely opposites. That doesn’t mean, of course, that there are no anti-Zionists who are also anti-Semites. Most of the BDS people are of course anti-Zionists, but they are in no way anti-Semites. But there are anti-Semites there, too.”

    Do you support BDS?

    “It’s too complex a subject for a yes or no answer; there are aspects I don’t support.”

    Do you think that the Jews deserve a national home in the Land of Israel?

    “I don’t know what you mean by ‘national home.’ It’s very amorphous. We in Hadash say explicitly that Israel has a right to exist as a sovereign state. Our struggle is not against the state’s existence, but over its character.”

    But that state is the product of the actions of the Zionist movement, which you say has been colonialist and criminal from day one.

    “That’s true, but the circumstances have changed. That’s the reason that the majority of the members of the Communist Party accepted the [1947] partition agreement at the time. They recognized that the circumstances had changed. I think that one of the traits that sets communist thought apart, and makes it more apt, is the understanding and the attempt to strike the proper balance between what should be, and reality. So it’s true that Zionism started as colonialism, but what do you do with the people who were already born here? What do you tell them? Because your grandparents committed a crime, you have to leave? The question is how you transform the situation that’s been created into one that’s just, democratic and equal.”

    So, a person who survived a death camp and came here is a criminal?

    “The individual person, of course not. I’m in favor of taking in refugees in distress, no matter who or what they are. I am against Zionism’s cynical use of Jews in distress, including the refugees from the Holocaust. I have a problem with the fact that the natives whose homeland this is cannot return, while people for whom it’s not their homeland, can, because they supposedly have some sort of blood tie and an ‘imaginary friend’ promised them the land.”

    I understand that you are in favor of the annulment of the Law of Return?

    “Yes. Definitely.”

    But you are in favor of the Palestinian right of return.

    “There’s no comparison. There’s no symmetry here at all. Jerry Seinfeld was by chance born to a Jewish family. What’s his connection to this place? Why should he have preference over a refugee from Sabra or Chatila, or Edward Said, who did well in the United States? They are the true refugees. This is their homeland. Not Seinfeld’s.”

    Are you critical of the Arabs, too?

    “Certainly. One criticism is of their cooperation with imperialism – take the case of today’s Saudi Arabia, Qatar and so on. Another, from the past, relates to the reactionary forces that did not accept that the Jews have a right to live here.”

    Hadash refrained from criticizing the Assad regime even as it was massacring civilians in Syria. The party even torpedoed a condemnation of Assad after the chemical attack. Do you identify with that approach?

    “Hadash was critical of the Assad regime – father and son – for years, so we can’t be accused in any way of supporting Assad or Hezbollah. We are not Ba’ath, we are not Islamists. We are communists. But as I said earlier, the struggle, unfortunately, is generally not between the ideal and what exists in practice, but many times between two evils. And then you have to ask yourself which is the lesser evil. The Syrian constellation is extremely complicated. On the one hand, there is the United States, which is intervening, and despite all the pretense of being against ISIS, supported ISIS and made it possible for ISIS to sprout.

    "I remind you that ISIS started from the occupation of Iraq. And ideologically and practically, ISIS is definitely a thousand times worse than the Assad regime, which is at base also a secular regime. Our position was and is against the countries that pose the greatest danger to regional peace, which above all are Qatar and Saudi Arabia, and the United States, which supports them. That doesn’t mean that we support Assad.”

    Wrong language

    Cassif’s economic views are almost as far from the consensus as his political ideas. He lives modestly in an apartment that’s furnished like a young couple’s first home. You won’t find an espresso maker or unnecessary products of convenience in his place. To his credit, it can be said that he extracts the maximum from Elite instant coffee.

    What is your utopian vision – to nationalize Israel’s conglomerates, such as Cellcom, the telecommunications company, or Osem, the food manufacturer and distributor?

    “The bottom line is yes. How exactly will it be done? That’s an excellent question, which I can’t answer. Perhaps by transferring ownership to the state or to the workers, with democratic tools. And there are other alternatives. But certainly, I would like it if a large part of the resources were not in private hands, as was the case before the big privatizations. It’s true that it won’t be socialism, because, again, there can be no such thing as Zionist socialism, but there won’t be privatization like we have today. What is the result of capitalism in Israel? The collapse of the health system, the absence of a social-welfare system, a high cost of living and of housing, the elderly and the disabled in a terrible situation.”

    Does any private sector have the right to exist?

    “Look, the question is what you mean by ‘private sector.’ If we’re talking about huge concerns that the owners of capital control completely through their wealth, then no.”

    What growth was there in the communist countries? How can anyone support communism, in light of the grim experience wherever it was tried?

    “It’s true, we know that in the absolute majority of societies where an attempt was made to implement socialism, there was no growth or prosperity, and we need to ask ourselves why, and how to avoid that. When I talk about communism, I’m not talking about Stalin and all the crimes that were committed in the name of the communist idea. Communism is not North Korea and it is not Pol Pot in Cambodia. Heaven forbid.”

    And what about Venezuela?

    “Venezuela is not communism. In fact, they didn’t go far enough in the direction of socialism.”

    Chavez was not enough of a socialist?

    “Chavez, but in particular Maduro. The Communist Party is critical of the regime. They support it because the main enemy is truly American imperialism and its handmaidens. Let’s look at what the U.S. did over the years. At how many times it invaded and employed bullying, fascist forces. Not only in Latin America, its backyard, but everywhere.”

    Venezuela is falling apart, people there don’t have anything to eat, there’s no medicine, everyone who can flees – and it’s the fault of the United States?

    “You can’t deny that the regime has made mistakes. It’s not ideal. But basically, it is the result of American imperialism and its lackeys. After all, the masses voted for Chavez and for Maduro not because things were good for them. But because American corporations stole the country’s resources and filled their own pockets. I wouldn’t make Chavez into an icon, but he did some excellent things.”

    Then how do you generate individual wealth within the method you’re proposing? I understand that I am now talking to you capitalistically, but the reality is that people see the accumulation of assets as an expression of progress in life.

    “Your question is indeed framed in capitalist language, which simply departs from what I believe in. Because you are actually asking me how the distribution of resources is supposed to occur within the capitalist framework. And I say no, I am not talking about resource distribution within a capitalist framework.”

    Gantz vs. Netanyahu

    Cassif was chosen as the polls showed Meretz and Labor, the representatives of the Zionist left, barely scraping through into the next Knesset and in fact facing a serious possibility of electoral extinction. The critique of both parties from the radical left is sometimes more acerbic than from the right.

    Would you like to see the Labor Party disappear?

    “No. I think that what’s happening at the moment with Labor and with Meretz is extremely dangerous. I speak about them as collectives, because they contain individuals with whom I see no possibility of engaging in a dialogue. But I think that they absolutely must be in the Knesset.”

    Is a left-winger who defines himself as a Zionist your partner in any way?

    “Yes. We need partners. We can’t be picky. Certainly we will cooperate with liberals and Zionists on such issues as combating violence against women or the battle to rescue the health system. Maybe even in putting an end to the occupation.”

    I’ll put a scenario to you: Benny Gantz does really well in the election and somehow overcomes Netanyahu. Do you support the person who led Operation Protective Edge in Gaza when he was chief of staff?

    “Heaven forbid. But we don’t reject people, we reject policy. I remind you that it was [then-defense minister] Yitzhak Rabin who led the most violent tendency in the first intifada, with his ‘Break their bones.’ But when he came to the Oslo Accords, it was Hadash and the Arab parties that gave him, from outside the coalition, an insurmountable bloc. I can’t speak for the party, but if there is ever a government whose policy is one that we agree with – eliminating the occupation, combating racism, abolishing the nation-state law – I believe we will give our support in one way or another.”

    And if Gantz doesn’t declare his intention to eliminate the occupation, he isn’t preferable to Netanyahu in any case?

    “If so, why should we recommend him [to the president to form the next government]? After the clips he posted boasting about how many people he killed and how he hurled Gaza back into the Stone Age, I’m far from certain that he’s better.”

    #Hadash

    • traduction d’un extrait [ d’actualité ]

      Le candidat à la Knesset dit que le sionisme encourage l’antisémitisme et qualifie Netanyahu de « meurtrier »
      Peu d’Israéliens ont entendu parler de M. Ofer Cassif, représentant juif de la liste de la Knesset du parti d’extrême gauche Hadash. Le 9 avril, cela changera.
      Par Ravit Hecht 16 février 2019 – Haaretz

      (…) Identité antisioniste
      Cassif se dit un antisioniste explicite. « Il y a trois raisons à cela », dit-il. « Pour commencer, le sionisme est un mouvement colonialiste et, en tant que socialiste, je suis contre le colonialisme. Deuxièmement, en ce qui me concerne, le sionisme est raciste d’idéologie et de pratique. Je ne fais pas référence à la définition de la théorie de la race - même si certains l’imputent également au mouvement sioniste - mais à ce que j’appelle la suprématie juive. Aucun socialiste ne peut accepter cela. Ma valeur suprême est l’égalité et je ne peux supporter aucune suprématie - juive ou arabe. La troisième chose est que le sionisme, comme d’autres mouvements ethno-nationalistes, divise la classe ouvrière et tous les groupes sont affaiblis. Au lieu de les unir dans une lutte pour la justice sociale, l’égalité, la démocratie, il divise les classes exploitées et affaiblit les groupes, renforçant ainsi le pouvoir du capital. "
      Il poursuit : « Le sionisme soutient également l’antisémitisme. Je ne dis pas qu’il le fait délibérément - même si je ne doute pas qu’il y en a qui le font délibérément, comme Netanyahu, qui est connecté à des gens comme le Premier ministre de la Hongrie, Viktor Orban, et le chef de l’extrême droite. en Autriche, Hans Christian Strache. ”

      Le sionisme type-Mapaï a-t-il également encouragé l’antisémitisme ?
      « Le phénomène était très frappant au Mapai. Pensez-y une minute, non seulement historiquement, mais logiquement. Si l’objectif du sionisme politique et pratique est en réalité de créer un État juif contenant une majorité juive et de permettre à la communauté juive de la diaspora de s’y installer, rien ne leur sert mieux que l’antisémitisme. "

      Qu’est-ce qui, dans leurs actions, a encouragé l’antisémitisme ?
      « L’appel même aux Juifs du monde entier - le fait même de les traiter comme appartenant à la même nation, alors qu’ils vivaient parmi d’autres nations. Toute la vieille histoire de « double loyauté » - le sionisme a en fait encouragé cela. Par conséquent, j’affirme que l’antisémitisme et l’antisionisme ne sont pas la même chose, mais sont précisément des contraires. Bien entendu, cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas d’antisionistes qui soient aussi antisémites. La plupart des membres du BDS sont bien sûr antisionistes, mais ils ne sont en aucun cas antisémites. Mais il y a aussi des antisémites.

  • A Londres, Bernard-Henri Lévy seul sur scène pour stopper le Brexit
    https://www.lemonde.fr/referendum-sur-le-brexit/article/2018/06/05/a-londres-bernard-henri-levy-seul-sur-scene-pour-stopper-le-brexit_5309623_4

    Y aurait-il un début de ras-le-bol parmi les correspondants du Monde ? Un test pour voir jusqu’où il est possible de remettre en cause les fondamentaux du Monde (contester l’assimilation de la critique d’Israël à de l’antisémitisme, quand même !) ? Ou une candidature à un poste dans un placard ou prémices d’un contentieux sur la liberté du choix de «  l’angle  ».

    Ce qui sûr, c’est que je serais partisan du maintien du Royaume-Uni dans l’Union, je serais inquiet au vu des brillants résultats des engagements précédents du héros : Yougoslavie, Libye, Ukraine, Kurdistan, …

    Dans un monologue de près de deux heures, le Français a crié son amour à l’Angleterre et à l’Europe, au Cadogan Hall. Un hymne miné par les outrances habituelles de BHL.
    […]
    Entre deux photos rappelant complaisamment ses engagements passés, Bernard-Henri Lévy (membre du conseil de surveillance du Monde) pontifie sur les fondamentaux du continent : Zeus enlevant Europe, Emmanuel Kant, un très long baiser sur une piazza italienne, mais aussi Primo Lévi et Lampedusa. Il n’est pas sûr que son accent anglais à la Maurice Chevalier serve le grand sérieux de son propos. D’autant que le message, échevelé, entrecoupé d’appels téléphoniques et de textos censément comiques, n’est pas limpide.
    […]
    Il pousse la conviction jusqu’à plonger tout habillé dans une baignoire pleine, par désespoir sans doute, avant une ultime envolée lyrique pour l’élection au suffrage universel d’un président de l’Europe et le remplacement des ponts sans âme figurant sur les coupures d’euros, par les visages d’Edmund Husserl, Anne Frank et Zinédine Zidane.

    Seul en scène, le comédien d’un soir se démène, mais son égocentrisme, ses outrances et ses raccourcis affaiblissent son hymne à l’Europe. Réduire Jeremy Corbyn, le chef du Parti travailliste, à son supposé « antisémitisme » ne brille pas par subtilité sur la réalité sociale du Royaume-Uni actuel. Clouer au même pilori les « islamo-fascistes » et les « brexiters » (partisans du Brexit) non plus. Et la supplique pour stopper le Brexit lancée tranquillement au cœur de Chelsea fait penser à ce que pourrait être un meeting antiraciste en plein Saint-Germain-des-Prés. Dommage, car la dénonciation de l’inquiétante éruption de nationalisme anglais que représente le Brexit, du piège qu’il tend à toute l’Europe, vaut mieux que cet étalage autocentré et brouillon.

  • ROBERT FAURISSON : Invité, mais censuré, par Radio Courtoisie (Paris)
    http://robertfaurisson.blogspot.com/2008/05/invite-mais-censure-par-radio.html

    Thursday, May 1, 2008
    Invité, mais censuré, par Radio Courtoisie (Paris)
    Le mercredi 9 avril, j’ai été invité par Martin Peltier à m’exprimer sur les ondes de Radio Courtoisie. Notre entretien était prévu pour durer de 19h30 à 21h mais il a été interrompu au bout de vingt-sept minutes. Il l’a été sans préavis et aucune explication n’a suivi. Radio Courtoisie est une modeste station, à but non lucratif, qui se présente en « radio de toutes les droites ». Elle est dirigée par Henry de Lesquen. Sur l’affaire, on trouvera ci-dessous une série d’éléments classés dans l’ordre chronologique.

    1) Communiqué de « Bocage » (11 avril)

    C’est dans le plus grand secret que Martin Peltier, pour son émission mensuelle de Radio Courtoisie, avant-hier, mercredi 9 avril, avait invité le professeur Faurisson. Tous deux s’étaient bien mis d’accord pour faire en sorte de ne jamais transgresser la loi Fabius-Gayssot, non seulement pour échapper eux-mêmes à toute poursuite, mais pour préserver la station radio mise, comme on le sait, par le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) en liberté surveillée.

    L’émission a commencé à 19h 30 ; les deux interlocuteurs, avec d’infinies précautions, ont relaté les persécutions dont sont victimes les révisionnistes à travers le monde. Les correspondants qui le désireront pourront nous réclamer la transcription de cette émission.

    Mais, au bout de 27 minutes, l’entretien a été coupé ... Motif invoqué sur place : « La coupure est faite à la demande du CSA ».

    Or, voici ce qu’on pouvait lire sur le site du quotidien Le Parisien, avant-hier soir, à 22h 30 :

    <http://www.no-media.info/834/radio-courtoisie-censure > ou encore

    Etrange silence sur Radio Courtoisie

    Brutale interruption des programmes ce mercredi soir sur Radio Courtoisie.

    Alors que la station - qui se définit comme « la radio de toutes les droites » - diffusait une émission sur le révisionnisme, l’antenne a soudain été coupée. Sans préavis, « Le libre journal » présenté par Martin Peltier a laissé la place à de la musique classique. Il n’a pas repris.

    Quant à l’émission du député européen Paul-Marie Coûteaux, qui devait commencer à 21h30, elle a été reportée à une date ultérieure.

    Contacté, Henry de Lesquen, le responsable de la station, nous a expliqué que l’émission avait été interrompue vers 19h30 « par la déléguée aux questions éditoriales qui a considéré que l’un des invités tenait des propos inacceptables ».

    Il n’a cependant pas indiqué de quels propos il s’agissait, ni pourquoi les programmes n’avaient toujours pas repris.

    Non seulement il semble qu’il y ait eu censure de la part de la radio elle-même, mais il y a censure dans l’article ci-dessus faisant état de la censure, puisque le nom du professeur Faurisson n’est même pas mentionné !

    2) Transcription, due à « Bocage », de l’entretien

    Martin Peltier : Bonsoir, Professeur.

    Je dois expliquer aux auditeurs pourquoi j’ai décidé d’inviter dans ce studio un repris de justice. Tout nous sépare : vous êtes professeur de faculté, j’ai toujours été un cancre ; vous êtes à moitié britannique et la Grande-Bretagne est ma bête noire politique ; vous êtes athée, je suis catholique. Alors pourquoi ?

    Eh bien il y a des raisons inavouables – d’abord, on aime toujours faire le malin. Et puis il y a des raisons frivoles : vous êtes un amateur de Nerval et vous tenez Isidore Ducasse pour un farceur, ce qui est très sympathique.

    Et puis il y a deux raisons avouables :

    La première, d’abord, j’écoute l’Evangile : « Ce que vous ferez au plus petit d’entre les miens c’est à moi que vous le ferez », a dit le Christ. Or aujourd’hui, dans notre société, le plus petit ce n’est pas le chômeur, ce n’est pas non plus l’immigré clandestin, qui a bénéficié de la bienveillance et du soutien d’une foule d’associations bien-pensantes ; le plus petit c’est le révisionniste, ce pelé, ce galeux, de qui vient la pire des pestes : celle qui affecte la mémoire.

    Et il y a une deuxième raison à cette invitation : nous ne parlerons pas aujourd’hui de vos idées ni de vos travaux, Professeur Faurisson, parce que c’est interdit par la loi. Mais la façon dont les médias et l’appareil d’Etat vous ont traité est dégoûtante et choquante. On peut très bien soutenir que la pensée et son expression doivent être limitées, doivent être dirigées – c’est peut-être même souhaitable, sait-on jamais ? Mais qu’une société, qui a fait du blasphème une vertu et qui proclame à tout va son désir de liberté totale, réprime avec la dernière férocité le délit d’opinion est insupportable, du point de vue de la logique et du point de vue de la morale. Il faut donc dénoncer ce fait avec force et précision : on ne peut pas rester toute sa vie couché devant les oukases des puissants et les [inaudible] qu’ils imposent. Pour l’honneur de la presse et pour celui du peuple français, il faut bien qu’on redresse de temps en temps ne serait-ce que le bout d’une oreille.

    Alors nous allons faire aujourd’hui de l’histoire, un peu d’histoire du révisionnisme. Il ne s’agira absolument pas de justifier quelque thèse que ce soit mais de raconter ce qui s’est passé.

    Cela dit, soyons clairs : nous ne parlerons pas des chambres à gaz ! La loi Gayssot de 1990 réprime la contestation du crime contre l’humanité tel que l’a défini le tribunal de Nuremberg en 1946. Et, si je ne me trompe, elle condamne cette contestation même par insinuation. Quel est le texte exact ? Vous pouvez me le citer, de mémoire ?

    Robert Faurisson : Il est exact que cette loi du 13 juillet 1990, qu’on a pris l’habitude d’appeler la loi Fabius-Gayssot ou Gayssot, interdit la contestation de ce qu’on appelle les crimes contre l’humanité tels qu’ils ont été définis, jugés, condamnés, notamment par le tribunal militaire international de Nuremberg en 1945-46. Mais cette loi du 13 juillet 1990 a reçu des applications qui font qu’il existe aujourd’hui une jurisprudence qui fait que, non seulement vous n’avez pas le droit de contester mais, pour résumer, vous n’avez pas le droit de paraître contester. Il est dit exactement, dans le Code pénal, que vous n’avez pas le droit de procéder à une contestation, même par voie d’insinuation. Par conséquent tout peut, ou à peu près tout peut s’interpréter comme une contestation.

    MP : Absolument. Et c’est là que – je reprends la parole – c’est un secret pour personne, professeur, que vous avez mis en doute l’existence des chambres à gaz homicides dans l’Europe occupée par Hitler et que vous révisez fortement à la baisse le nombre communément admis de six millions de juifs morts pendant la seconde guerre mondiale. Je ne vous interrogerai donc pas à ce sujet et si vous aviez envie d’y venir spontanément je vous couperais avec la dernière rigueur et sans la moindre courtoisie, je vous en préviens. Vous êtes ici en quelque sorte en liberté surveillée – c’est ce que je peux vous offrir de mieux – et nous nous en tiendrons à trois sujets strictement définis avant l’émission. D’ailleurs, pour vous faire une confidence, même sans la loi Gayssot, je ne vous aurais pas laissé développer vos thèses révisionnistes ; en dehors des sanctions légales prévues par le législateur et décidées par les juges il y en a d’autres, spontanément appliquées, tacitement ou hautement revendiquées : il y a les pressions sur les familles, les brimades dans le travail, les voies de fait qui s’exercent contre ceux qui pensent mal et ceux qui les laissent s’exprimer. Il y a des puissances para-légales qui s’exercent en toute tranquillité dans notre pays, il y a des milices au-dessus des lois et j’avoue que j’en ai peur ; j’ai la trouille de la puissance plus ou moins occulte que l’on voit au travail autour de la mémoire des années dites les plus sombres de notre histoire.

    Et le premier sujet que je voudrais que vous abordiez est précisément la persécution contre les révisionnistes en France et dans le monde. Vous-même vous avez été battu et laissé pour mort par une bande de voyous que la police a préféré laisser courir en fin de compte. Vous avez perdu votre emploi et plusieurs procès vous ont ruiné. Mais finalement vous estimez avoir de la chance parce que vous n’avez jamais fait de prison pour révisionnisme, finalement. Quel est… comment vous jugez-vous vous-même dans cette affaire-là ?

    RF : Pour répondre à votre question, « juger c’est comparer » ; je compare mon sort à celui de bien d’autres révisionnistes, notamment allemands ou autrichiens. Je juge la justice qui m’a condamné mais par rapport également à la justice allemande, la justice autrichienne, la justice suisse, la justice britannique, la justice canadienne anglophone, la justice américaine et d’autres justices encore, la justice australienne, par exemple. Et j’estime que j’ai de la chance de vivre dans un pays de cocagne qui s’appelle la France ; j’ajoute que pour moi la République est bonne fille quand elle n’est pas en guerre, en guerre civile, ouverte ou larvée ; et enfin, je dois le confesser, j’ai la baraka.

    MP : Vous avez fait un petit tour d’horizon. J’aimerais qu’on revienne point par point sur… Est-ce que… Justement il faut faire de la pédagogie. Déjà l’histoire des différentes persécutions. Est-ce qu’on peut faire le point des différents pays avec vous ? Est-ce que vous pouvez me dire, par exemple, où on en est en Suisse ? Quels sont les procès qui ont eu lieu contre les révisionnistes, quelles sont les persécutions qu’ils ont subies ? Je pense à Amaudruz, peut-être ?

    RF : Alors, il y a Amaudruz, qui, à l’âge, je crois, de 82 ans, a été en prison, peut-être pour 3 mois, mais il y a eu d’autres personnes – je vous avoue que c’est un sujet que je n’ai pas tellement envie de traiter parce que c’est une façon de se plaindre que de parler des persécutions qu’on a subies. Parce que la question est de savoir si sur le fond nous avons raison ou non, et là, vous m’interdisez de parler.

    MP : Absolument. Là je suis très clair. Mais, par définition, on ne peut pas parler de choses dont on ne peut pas parler. C’est une tautologie. Mais j’adore la tautologie : c’est mon sport préféré. Alors je crois qu’il est quand même intéressant – vous n’avez pas envie d’en parler mais j’ai envie de vous en faire parler parce que je crois que le public, le public même cultivé n’a pas… – Vous, vous nagez dedans, un peu comme Obélix, depuis que vous êtes tout petit mais le grand public, même cultivé, même éclairé n’a pas pris la mesure de l’extrême, je ne dirai pas sévérité, mais de l’extrême bizarrerie des sanctions portées contre plusieurs personnes. Alors, bon, allons-y pour l’Autriche. Moi j’ai deux cas dont j’aimerais que vous parliez : c’est le cas de M. Honsik et le cas de M. Fröhlich. Je ne vous demande pas de m’en parler pendant trois heures mais en deux minutes, voilà, déjà, vous pouvez faire du bon travail.

    RF : Gerd Honsik est effectivement un révisionniste et il a habité Vienne ; il a été condamné pour révisionnisme ; il s’est réfugié en Espagne et, il y a peu de temps, l’Espagne l’a extradé, rendu à l’Autriche et donc Honsik est en prison.

    MP : On extrade, pour ce délit-là…

    RF : Voilà !

    MP : C’est un délit ou un crime ? C’est un délit, tout de même.

    RF : Alors, « délit » ou « crime », tout dépend, n’est-ce pas ; par exemple, en justice anglo-saxonne, on parle de « crime » ; ça peut être un délit, c’est une question de vocabulaire, peu importe. Le fait, le fait important – vous avez raison de le souligner – c’est qu’on arrive à extrader. Alors, à ce propos, je vais continuer, donc, de répondre, puisque vous m’avez parlé de Honsik mais également de Fröhlich ; je vais donc rapidement parler de Fröhlich puis je reviendrai à cette affaire d’extradition car, vous avez raison, elle est importante. Fröhlich est un spécialiste des chambres à gaz de désinfection et il a dit que les chambres à gaz nazies, pour lui, étaient impossibles pour des raisons…

    MP : Oui, mais, là on va vraiment…

    RF : Attendez : voilà. Donc, en tant que révisionniste il a été condamné et je crois qu’il est condamné pour quelque chose comme six ans et cinq mois de prison.

    MP : D’accord.

    RF : J’en arrive à la question d’extradition. Vous savez, on fait valoir que la France possède des lois antirévisionnistes.

    MP : Oui.

    RF : C’est le cas également de la Suisse, de la Belgique, de l’Espagne, de l’Allemagne évidemment, d’autres pays encore. On fait valoir que dans les pays anglo-saxons il n’y a pas de loi antirévisionniste. Pure hypocrisie ! Et c’est là que j’en viens à la question d’extradition. Prenez les Etats-Unis. Voilà un pays où je dois dire que personnellement je me sentais libre. C’était à peu près le seul pays du monde où je me sentais libre. Eh bien, c’est fini. Puisque si nous prenons le cas d’un des principaux révisionnistes, Ernst Zündel, il vivait dans le Tennessee et un beau jour il a vu arriver cinq malabars de la police, qui l’ont menotté, qui l’ont conduit en prison puis qui l’ont livré au Canada ; le Canada – tenez-vous bien – l’a mis en prison pendant deux ans dans des conditions a-bo-mi-nables…

    MP : C’est-à-dire ?

    RF : C’est-à-dire : dans sa cellule, où en hiver il crevait de froid, pas le droit à une chaise, pas le droit à un oreiller, pas le droit à quoi que ce soit, des fouilles anales continuelles et intimidation en amenant des chiens – on le mettait à terre, lui, et les chiens, n’est-ce pas, lui bavaient dessus : voilà comment il a été traité pendant deux ans au Canada, puis…

    MP : Une question technique, pendant que j’y pense : il avait été amené des Etats-Unis au Canada sur un mandat d’arrêt international, une demande d’extradition ?

    RF : Même pas. Si, c’est une demande ; ce n’était pas international : c’est le Canada qui l’a réclamé et qui l’a obtenu, c’était d’accord entre les Etats-Unis et le Canada. Donc les Etats-Unis, où vous avez le Premier Amendement, où vous êtes censé pouvoir vous exprimer librement, traitent un révisionniste comme un gangster et avec des méthodes de gangster. Il a donc été livré. Bien. Et il est passé devant un tribunal spécial – je dis bien : spécial – dit « commission des droits de l’homme ». Et je sais d’expérience ce que c’est et je pense que les auditeurs vont quand même être intéressés par ce point.

    MP. Alors qu’est-ce que c’est qu’une commission…

    RF. Voici. On a dit, lorsqu’en 1992 Zündel a fini par gagner ses fantastiques procès de 1985 et de 1988 par une décision de 1992, certaines personnes – je ne les désigne pas – ont dit : c’est intolérable ; il faut faire quelque chose. Elles ont dit : il faut des commissions des droits de l’homme. Alors le bon peuple a dit Oui. Enfin, les parlementaires ont dit Oui. Puis, second pas : mais attendez : il faudrait des tribunaux des droits de l’homme, pas des tribunaux ordinaires, et on a créé des tribunaux spéciaux où les juges sont recrutés d’après leur sensitivity – je n’ai pas besoin de traduire – à un certain problème et vous arrivez devant ces tribunaux – moi ça m’est arrivé quand je suis venu défendre Ernst Zündel, on vous fait lever la main droite, on vous fait jurer de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, et, la minute d’après, si vous avez le malheur de dire « Mais, Ernst Zündel, on ne peut rien lui reprocher car ce qu’il dit est exact et peut se démontrer, et je me fais fort de le démontrer », à ce moment-là le tribunal intervient et vous dit : « Attention, here, Truth is no defence », c’est-à-dire qu’ici « la Vérité n’est pas défense. Il nous importe peu de savoir si ce que vous dites est exact ou non, ce qui nous intéresse c’est de savoir la douleur qu’éventuellement vous pouvez déclencher dans un segment de la société canadienne ».

    MP. Très bien. Vous me disiez, la suite, donc il a été jugé au Canada, de cette façon…

    RF : Et ensuite l’Allemagne l’a réclamé, et il a été livré à l’Allemagne, jugé dans des conditions épouvantables…

    MP : Une deuxième extradition…

    RF : Une deuxième extradition et, en Allemagne, non seulement il a été condamné à cinq ans mais on a refusé de tenir compte des deux ans qu’il avait passés au Canada et, en plus, une de ses avocates est maintenant en prison…

    MP : Qui s’appelle ?

    RF : Sylvia Stolz. « Stolz » en allemand veut dire « fier ». On l’appelle couramment « la Jeanne d’Arc allemande ». Et un autre de ses avocats va passer en jugement, il s’appelle Jürgen Rieger.

    MP : Ça fait beaucoup, finalement.

    RF : Oui. Mais, vous savez, si vous faites le compte des misères physiques qui sont arrivées aux révisionnistes, c’est finalement peu de chose !

    MP : On y reviendra tout à l’heure…

    RF : Je ne sais pas si c’est vraiment utile…

    MP : Mais pour l’instant on est sur la question purement judiciaire. Il y a le cas de l’Australie, je crois, il y a un monsieur Töben, en [Belgique] il y a un ancien sénateur du Vlams [Blok], et en Grèce il y a un Constantinos Plevris… En dehors des questions purement judiciaires, pour en rester dans des sanctions qui ne sont pas des sanctions brutales et qui ne sont pas des sanctions légales, il y a des sanctions disciplinaires ou universitaires. Je pense, en France, à des gens comme Notin, Plantin, Bruno Gollnisch…

    RF : Bien sûr !

    MP : Pouvez-vous nous en dire quelques mots quand même ? Ça ne me semble pas du tout négligeable.

    RF : Prenons le cas de Notin. Pour avoir, dans une revue scientifique vraiment confidentielle, glissé une toute petite réflexion où il manifestait son scepticisme quant à une question dont vous ne voulez pas que je vous parle, eh bien, Notin a connu l’enfer. Ça a commencé par l’exécution de ses animaux domestiques : on a tué ses chiens…

    MP : Ses chats…

    RF. Oui, ses chats, pardon. [Note : En fait, on a d’abord tenté de tuer son chien, puis on a réussi à tuer son chat]. Ensuite on s’en est pris à sa femme, à ses enfants, à lui-même, puis…

    MP : Des insultes ? des menaces ?

    RF : Tout ce que vous voudrez. Je dois aller vite ; je vous donne le résultat de ces courses : ses collègues se sont permis, bien sûr, de le juger, de le condamner. La malheureuse revue qui avait publié son article a été pilonnée : on est allé en rechercher les exemplaires dans toutes les bibliothèques ; ensuite, lui, n’a plus pu exercer son métier d’enseignant à Lyon-3 et, là-dessus, se voyant condamné, avec un procès sur le dos, eh bien il a eu le malheur de choisir un avocat – dont je ne donnerai pas le nom mais qui est un sacré farceur – et qui lui a fait signer une abjuration. J’aime autant vous dire que Notin – il ne s’en cache plus, je pense, aujourd’hui – m’a présenté ses excuses pour cette abjuration mais on lui conseillait ça : ça n’a servi à rien du tout : quand il a voulu obtenir un poste à l’étranger il a cru qu’il allait en obtenir un ; « on » l’a su, et, bien entendu, il n’en a plus été question. Ce devait être le Maroc. Finalement il s’est retrouvé au Mexique et, bien sûr, divorce : femme, quatre enfants, terminé. Et c’est un exemple.

    Ensuite vous m’avez parlé d’un autre cas : le cas Plantin. Il est extraordinaire.

    Plantin est un homme très sérieux et très prudent, très modéré. Il avait soutenu une thèse qui lui avait valu de la part d’un certain professeur du nom de Régis Ladous, L-A-D-O-U-S, la mention Très Bien. Ce n’était pas à proprement parler révisionniste mais enfin ça y touchait. Puis, il a eu, l’année d’après, un autre diplôme. Peu importe. Dix ans après on s’est avisé de cette affaire, alors que Plantin était parti dans la nature et qu’il y avait longtemps qu’il n’était plus à l’université. Voici ce qu’on a osé faire – écoutez ça, c’est absolument extraordinaire ; je pense que ça ne s’est jamais passé dans l’histoire mondiale, et ça s’est produit à Lyon, Rhône :

    Eh bien on a inventé une soutenance fictive, dix ans après ! C’est-à-dire qu’on a obligé Ladous à venir, on a convoqué Plantin – qui, bien sûr, n’est pas venu – et, là, on a fait semblant de procéder à une soutenance de thèse ; ça a duré, je crois, dix minutes ; Ladous s’est retiré et puis il est venu déclarer que la thèse, à laquelle il avait donné la mention Très Bien, recevait maintenant, dix ans après, la mention… alors je ne me rappelle plus l’adjectif mais quelque chose comme « intolérable ». [Note : en fait, « inacceptable »].

    Mais nous avons des exemples extravagants.

    Je voudrais vous donner, puisque ça vous intéresse…

    MP : Oui ça m’intéresse, ce sujet.

    RF : Moi il ne m’intéresse pas spécialement, mais il vous intéresse vous, alors je vais vous faire plaisir : comme vous me menacez je vais vous faire plaisir !

    MP : Eh bien voilà !

    RF : Voilà. Eh bien, prenez ce qui m’est arrivé l’année dernière : je suis invité par un professeur italien prestigieux à venir enfin délivrer un petit cours – « délivrer » est un anglicisme, donner un petit cours…

    MP : C’est mieux…

    RF : N’est-ce pas que c’est mieux ? Je suis comme vous, là-dessus.

    Et je vais donc à l’université de Teramo. Teramo : vous voyez Rome ? Bon, eh bien, vous tirez une flèche vers l’Adriatique, à cette hauteur-là, et vous avez Teramo. Je vais à l’université de Teramo et il est entendu que dès le matin je vais m’y rendre. Et que fait le président de l’université ? Je ne sais pas si un pareil précédent existe. Eh bien il a fait fermer l’université !

    MP : C’est très italien. Ils sont très malins, parce qu’il fallait trouver une solution.

    RF : (Riant) Vous approuvez presque !

    MP : Non mais il faut avoir de l’imagination.

    RF : Et alors, la suite est intéressante : eh bien nous nous sommes portés vers un hôtel où nous pensions pouvoir tenir cette petite conférence, et là j’ai trouvé un groupe de journalistes italiens. L’Italien, vous savez, a tendance à être subtil…

    MP : Ça oui !

    RF : … et il est humain. Je me suis trouvé, à la porte de l’hôtel qui a refusé de me recevoir et, là, au bord d’une de ces belles places italiennes, les journalistes m’ont interrogé, j’ai répondu, et pas comme avec vous : tout de suite sur le fond, j’ai sorti mon magnum, c’est-à-dire la phrase de soixante mots, que je ne vous dirai pas…

    MP : Non !

    RF : Et là-dessus je leur ai dit : « Mais vous savez, ce qui se passe en ce moment, c’est extraordinaire. Parce que c’est inconcevable en France que je puisse comme ça, quasiment sur la voie publique, et avec des journalistes, m’entretenir de ce sujet. » Je leur ai dit : « Jusqu’à présent ! Jusqu’ici ça s’est bien passé ». Je n’avais pas terminé cette phrase que j’entends un hourvari et c’est une bande de personnes particulières que je ne qualifierai pas, qui sont venues par train de Rome, avec à leur tête un garçon boucher particulièrement musculeux qui a porté un coup – mais un coup qui aurait pu être mortel – au professeur qui m’invitait et [coupure « à la demande du CSA » (?), puis musique en continu].

    3) Message d’Eric et Monique Delcroix à Martin Peltier

    Cher Ami,

    Nous nous étions réjouis un peu trop tôt d’entendre votre dialogue avec le professeur Faurisson... La censure la plus brutale, soi-disant à la demande verbale du CSA, a mis fin à une ultime illusion... Pourtant vous aviez pris toutes les précautions pour ne pas transgresser la loi Fabius-Gayssot. Les vaticinations de feu l’humoriste Pierre Desproges se réalisent. Rappelez-vous son « Tribunal des flagrants délires », lorsqu’il fit annoncer le prévenu par l’huissier : « Monsieur Faurisson », provoquant la réponse du président : « Non, pas ce nom-là, c’est interdit ! » Nous n’aurons bientôt même plus de nom, plus d’existence. « Blow up » ! Orwell nous l’avait bien dit.

    Bien amicalement. Éric et Monique Delcroix.

    4) Trois jours après l’entretien du 9 avril

    Martin Peltier a reçu d’Henry de Lesquen une lettre lui annonçant la suppression définitive de son émission et son renvoi de Radio Courtoisie où il travaillait bénévolement. Aux auditeurs qui avaient téléphoné pour s’en étonner, Radio Courtoisie avait expliqué que l’ordre d’arrêter l’entretien venait du CSA. Mais, à 19h30/20h, il est probable qu’au CSA les bureaux sont vides et que ne fonctionnent plus que les appareils d’enregistrement, qui seront consultés le lendemain par les censeurs. En réalité, la décision de censure paraît avoir été prise, au sein de Radio Courtoisie, par Madame Paoli, déléguée aux questions éditoriales, après consultation de M. Henry de Lesquen. A la décharge de Radio Courtoisie il faut admettre que l’intolérance en matière de presse est aujourd’hui telle que l’autocensure en est presque devenue une nécessité. Martin Peltier n’a écouté que son courage ; il se fera donc traiter d’irresponsable mettant toute une entreprise en péril. « Il aurait au moins dû demander à d’autres que Faurisson de venir parler de la répression du révisionnisme ! » Quels autres ?

    Député européen de la tendance de Philippe de Villiers, Paul-Marie Coûteaux devait, à son tour, intervenir à Radio Courtoisie vers 21h, mais il a fait savoir qu’il refusait de prendre la parole après Faurisson. Il n’est donc pas venu. De leur côté, Emmanuel Ratier et Alain Sanders ont spontanément fait savoir à Henry de Lesquen qu’ils ignoraient que Faurisson allait s’exprimer après eux. Il est peu probable que, dans sa prochaine livraison de Faits & Documents, E. Ratier ose rapporter quoi que ce soit de toute cette affaire.

    Rompant avec les usages, Radio Courtoisie n’a procédé le lendemain à aucune nouvelle diffusion de l’entretien. Elle n’a, par la suite, fourni aucune explication ni présenté d’excuses à ses auditeurs. Elle n’a pas même fait état d’un événement qui, dans les vingt années de son existence, n’a probablement pas connu de précédent.

    5) Henry de Lesquen s’explique le 14 avril

    Cinq jours après l’affaire du 9 avril, Henry de Lesquen s’explique enfin sur sa décision d’interrompre l’entretien. Il le fait sur un ton de satisfaction. Il présente Radio Courtoisie comme une radio libre où « la liberté d’émission est totale ». Il précise que les patrons de chaque émission sont libres et nullement tenus d’annoncer le contenu de leurs émissions respectives. Il déclare en passant que les auditeurs de Radio Courtoisie sont « fins et intelligents ». Mais, ajoute-t-il, Radio Courtoisie est soumise aux autorisations d’émission délivrées par le Conseil supérieur de l’audiovisuel et, dans le passé, elle a eu à payer de lourdes amendes. Il explique que, le 9 avril, « un invité » (?) ayant tenu des propos (?) susceptibles de mettre Radio Courtoisie en péril, il avait rapidement décidé d’interrompre l’émission. Il dit que, par la suite, tous les responsables de Radio Courtoisie ont approuvé son initiative. Il qualifie l’affaire de « malheureux incident ». Il ne nomme ni Robert Faurisson ni Martin Peltier et il ne révèle pas qu’il a sanctionné ce dernier par une lettre lui signifiant son renvoi. Il ne prononce pas le mot de « révisionnisme » et ne donne aucune idée du contenu de l’émission. Il affirme que, si l’émission suivante, celle de Paul-Marie Coûteaux et de ses deux invités, prévue pour durer de 21h30 à minuit, a été, elle aussi, remplacée par de la musique, cela n’a été dû qu’à « un fâcheux concours de circonstances » et à la malencontreuse « indisponibilité » de certains des invités. La vérité est que P.-M. Coûteaux et ses invités, apprenant que le professeur les avait précédés dans le studio, ont refusé de s’exprimer « après Faurisson ».

    6) Martin Peltier s’explique le 17 avril. Propos diffusés sous le titre « Survivre entre censure et autocensure »

    Bocage : Que s’est-il passé à Radio Courtoisie le mercredi 9 avril ?

    Martin Peltier : J’avais invité en deuxième partie de mon « Libre Journal », de 19h 30 à 21h, le professeur Faurisson. Un peu avant 20h, la musique a couvert nos voix et le technicien m’a signalé par geste que l’émission était finie. On nous a indiqué qu’un membre du CSA avait conseillé cette censure dans l’intérêt de la station, et c’est ce qui a été répété pendant une heure aux innombrables auditeurs qui téléphonaient pour la déplorer.

    B : Le Parisien du lendemain 10 avril donne une autre version.

    MP : En effet. Selon lui, l’un de ses journalistes, surpris par cette brusque interruption des programmes, a interrogé immédiatement Henry de Lesquen, le patron de Radio Courtoisie, qui lui aurait fait la réponse suivante : c’est la déléguée aux questions éditoriales, Mme Paoli, qui aurait pris la décision de couper parce que « l’un des invités aurait tenu des propos inacceptables », sans que soient précisés lesquels. Quelle que soit la version véritable, on doit remarquer la promptitude des réactions de tous. Mme Paoli, ou un membre du CSA à l’écoute de mon émission, n’a pas hésité à déranger Lesquen, qui présidait à ce moment une réunion. Le journaliste du Parisien a été encore plus réactif. Avant le bouclage, il a eu le temps de s’étonner, d’appeler, d’écrire et de caser son papier. C’est certainement un bon professionnel. Quoi qu’il en soit, vendredi 11 avril, j’ai reçu une lettre recommandée de Lesquen m’annonçant que mon "Libre Journal" était supprimé. L’après-midi, il me téléphonait pour s’expliquer, non pas tant sur les faits que sur la raison de la censure.

    B : Elle est limpide : Robert Faurisson nie l’existence de chambres à gaz homicides dans l’Europe occupée par Hitler. Or c’est interdit par la loi Gayssot et il a été condamné plusieurs fois pour cela. Votre invitation était donc une provocation suicidaire.

    MP : Non. J’avais formellement interdit à Faurisson d’aborder la chose. Nous étions convenus de nous cantonner à quatre thèmes. D’abord, la persécution des révisionnistes, judiciaire, disciplinaire et autre. Ensuite, la critique des lois restreignant la liberté de recherche, à la lumière des pétitions signées ces dernières années par des historiens français réputés. Troisièmement, l’examen des faussaires profiteurs de la Shoah, dont l’actualité récente offre de bons exemples. Enfin, à la suite de Raul Hilberg, principal historien de l’Holocauste, nous devions relever les progrès que l’hérésie révisionniste fait faire à l’histoire officielle.

    B : Ces sujets, quoique un peu « borderline », peuvent en effet être abordés, mais pourquoi avec Faurisson ? Sa personne est elle-même devenue symbole de provocation.

    MP : La question est de savoir si Robert Faurisson est un homme ou une bête. « Si c’est un homme », comme dirait Primo Levi, il a des droits. Certes, c’est un multirécidiviste, un repris de justice, mais il a payé ses dettes à la société ; il a donc droit de vivre et de s’exprimer comme tout autre, pourvu qu’il n’enfreigne pas la loi. Une comparaison va vous éclairer. La campagne pour la dépénalisation de l’avortement a culminé avec le « Manifeste des salopes » : des femmes en vue y revendiquaient leur crime pour obtenir l’abrogation de la loi qui le réprimait. Or, loin de les condamner, on les loue. Et l’on bâillonnerait Faurisson, même s’il s’engage à respecter la loi Gayssot ? Quel coeur normal, quel esprit droit, tolérerait ce « deux poids deux mesures » ?

    B : Bien sûr, mais demeurer au niveau des principes peut être parfois enfantin. Lesquen est responsable de Radio Courtoisie, de sa survie. Vous auriez dû lui soumettre la liste de vos invités.

    MP : Non. Lorsqu’il m’a demandé de venir à Radio Courtoisie, il m’a détaillé verbalement un cahier des charges contraignant, mais il m’a laissé libre de mes invités et de mes sujets. Ce qu’il me reproche est une erreur d’appréciation. Pour lui, Faurisson étant ce qu’il est et la jurisprudence en matière de révisionnisme ce que nous savons, aborder le sujet comme je l’ai fait était impossible. Il en voit une preuve surabondante dans le fait suivant : les invités de l’émission de Coûteaux, ayant appris que le professeur diabolique était passé avant eux dans le studio, se sont défilés et leur émission a dû être reportée. Ils « avaient des bouches à nourrir ».

    B : Vous voyez, l’interdit porte sur Faurisson.

    MP : Pas tout à fait. Henry fait une analyse plus subtile. Depuis trente ans que Robert Faurisson mène ses recherches révisionnistes, il a été l’objet de tant d’attaques qu’il se compare, d’une certaine manière, à Galilée. De toutes ses paroles sourdent, même quand il se domine, une révolte indomptable et la certitude d’avoir raison. Pendant ses vingt-cinq minutes d’antenne, il n’a tenu aucun propos révisionniste passible de la loi Gayssot mais, à plusieurs reprises, il a laissé entendre que, s’il pouvait parler, on verrait ce qu’on verrait... UN ESPRIT TORDU POURRAIT POURSUIVRE EN CONTESTATION DE CRIME CONTRE L’HUMANITÉ EN S’APPUYANT SUR LA SEULE CONVICTION IMPLICITE DU PRÉVENU ! Henry ne veut courir aucun risque et il a coupé. Si une telle procédure était menée, elle pourrait entraîner des dépenses de justice insupportables pour Radio Courtoisie, une réputation qui ferait fuir une part de ses invités et de ses auditeurs, et peut-être, à terme, supprimer l’autorisation d’émettre. Un chef responsable doit prendre sa décision en quelques secondes. Lesquen est d’une famille de marins. Il a préféré sacrifier une chaloupe en perdition pour préserver sa frégate.

    B : Ainsi, vous approuvez ses décisions ?

    MP : N’exagérons rien, mais je les comprends, surtout celle qu’il a prise à chaud. La suppression de mon « Libre Journal » me paraît, elle, inutile et risque de dégoûter une partie des auditeurs. Quant à moi, je la regrette un peu, car nous avions retrouvé, avec quelques amis de la presse nationale, un ton et une ambiance qui rappelaient de bonnes heures et qui pouvaient contribuer à maintenir l’unité de notre camp dans les passes difficiles que nous traversons. Mais, d’un autre côté, c’est un poids en moins : moins de travail et moins de dépenses, car vous savez que l’on n’est ni payé ni défrayé à Radio Courtoisie, et, n’habitant pas Paris, cela me faisait des frais chaque mois. Le journalisme à compte d’auteur, je ne sais pas si c’est encore de mon âge.

    B : Et l’émission avec Faurisson, comment la jugez-vous ?

    MP : Un peu courte, on en était au tour de chauffe, on n’a pas abordé les points les plus intéressants. Mais enfin ça a le mérite d’exister. Et les plus courtes sont parfois les meilleures. Nous avons fait la démonstration qu’un tabou interdit toute expression libre en France. Et qu’il impose l’autocensure aux plus intelligents et aux plus courageux ; car je ne tiens nullement Radio Courtoisie pour un ramassis de moules. Nous rappelons ainsi, de la manière la plus explicite, que notre pays est aujourd’hui un territoire occupé. Il est très difficile d’y survivre, entre censure et autocensure. C’est pourquoi je comprends si bien la position de Lesquen. Il y a deux armes pour servir l’information en France : l’épée et le bouclier.

    J’ai choisi l’épée, Lesquen le bouclier.

    B : Vous reprenez les mots du colonel Rémy, quand il pensait que De Gaulle et Pétain s’étaient partagé les rôles sous l’Occupation.

    MP : Sauf qu’à la différence de De Gaulle, je ne souhaite pas diviser le camp des Français attachés à leur patrie. Je n’aimerais pas que certains se détachent de Radio Courtoisie à cause de je ne sais quelle tiédeur supposée. La comparaison avec l’Occupation me paraît fructueuse. Radio Courtoisie est une radio aussi libre que l’était la zone du même nom : libre, mais sous la menace permanente de l’occupant. C’est une radio « nono », non occupée, ce n’est déjà pas si mal. Le Maréchal ménage ce qui doit l’être pour sauver ce qui peut l’être.

    B : Alors, pas de regrets ?

    MP : Vous êtes devant un équilibriste qui vient de se casser la figure. Je regrette d’être tombé. Ma femme m’a dit : « Tu t’es cru plus malin que tout le monde et maintenant, tu te retrouves dans la m..., comme d’habitude. » Mais je préfère conclure autrement. C’est avec le temps qu’apparaissent les dernières conséquences et la portée finale d’un acte. Peut-être un jour Radio Courtoisie s’honorera-t-elle d’être la station qui a laissé parler Faurisson vingt-cinq minutes. Et il ne s’agit pas seulement de défendre l’honneur de la presse et des Français, il s’agit de ménager l’avenir. Je n’en veux pas à Lesquen de son réalisme, je m’occupe de réalités plus hautes. En refusant que l’on piétine le droit, la vérité, la liberté, la justice, je préserve les chances d’une jeunesse qui souffre sous le joug, et qui trouvera demain, n’en doutons pas, les moyens efficaces de la victoire.

    Propos recueillis par Memona Pfennigstein

    7) Un message de R. Faurisson, le 19 avril

    Henry de Lesquen, directeur de Radio Courtoisie, a, vous le savez, ordonné l’arrêt immédiat d’une interview que j’étais en train de donner au journaliste Martin Peltier. Puis, il a envoyé une lettre recommandée à ce journaliste pour lui signifier son renvoi. J’ajoute que des personnes qui devaient participer le même soir à une autre émission ont refusé de s’exprimer « après Faurisson », dont ils avaient ignoré la venue.

    Radio Courtoisie est une modeste st ation. Elle est proche à la fois de Jean-Marie Le Pen et des catholiques intégristes ; elle se définit comme la « radio de toutes les droites ». Elle est surveillée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), qui fonctionne comme une sorte de commission gouvernementale de la censure. Le CSA se vante de ne rien interdire à l’avance (c’est encore heureux !) mais, à tout moment, il peut, après l’audition d’une émission qui lui déplaît, retirer à une station le droit de continuer d’émettre.

    En 34 ans, les grands médias français ne m’ont jamais donné la parole.

    Aucune de nos chaînes de télévision ne m’a proposé de m’expliquer.

    Aucune radio non plus sauf une fois. Le 17 décembre 1980, Ivan Levaï m’a fait venir dans son studio d’Europe n°1. Mais son invitation était due à la peur de poursuites judiciaires parce que, peu auparavant, il avait laissé dire à l’antenne par son coreligionnaire Jean Pierre-Bloch que Faurisson était payé par Khadafi. Mon ami Pierre Guillaume avait alors prévenu Ivan Levaï que je risquais de le poursuivre en justice s’il ne me permettait pas de m’exprimer à mon tour sur Europe n° 1.

    Quant aux rares textes que je suis parvenu à faire paraître dans les grands journaux, en particulier dans Le Monde du 29 décembre 1978 et du 16 janvier 1979, je ne dois leur parution qu’au jeu de ce que la loi française appelle « le droit de réponse ».

    Bilan à ce jour : pendant 34 années consécutives, un professeur est dénoncé par l’unanimité des grands médias de France comme l’auteur d’un crime inouï, bouleversant, incompréhensible (pour Le Monde, il est un « gangster de l’histoire ») et pas une fois on ne lui offre de s’expliquer (sinon une fois à la radio pour la raison que je viens de dire). Faut-il que soient remarquables en France à la fois le pouvoir du lobby juif et la crainte qu’il inspire !

    8) Martin Peltier, à nouveau, le 29 avril

    Jeanne d’Arc et Iéna
    Quel réalisme pour aujourd’hui ?

    Il y a quinze jours, j’invitais le professeur Faurisson sur Radio Courtoisie. Je fus censuré en direct et viré. Un ami (vrai) a soupiré :

    -- « Quand tu vois un mur, il faut décidément que tu fonces dedans ! »

    Je lui ai raconté que, ma tête ayant rencontré par inadvertance, naguère, une cheminée de pierre, celle-ci avait cassé. Il a répondu :

    -- « Ça n’arrive pas tous les jours. »

    Je le sentais retenir, par amitié, les innombrables reproches qu’appelait mon cas : entêtement, aveuglement, irresponsabilité n’étaient que les plus criantes de mes sottises. Je suis un peu responsable de cette façon de voir : quand on m’a coupé l’antenne, je suis parti avec le sourire, pour ne pas diviser ma famille politique. Ce silence a été mal interprété. On y a vu la gentillesse d’un benêt ou la résignation d’un honteux. C’est une erreur. J’ai ravalé ma colère mais ce n’était pas l’aveu d’une faute. Au contraire, je suis convaincu que ce fut une bonne chose d’inviter Faurisson, et je vais le montrer.

    Appliquons d’abord à aujourd’hui une citation célèbre : « Lorsqu’ils sont venus chercher Faurisson, je n’ai pas bougé… » Les excès de la prudence ne nous soustrairont pas à la vindicte du totalitarisme et nous soumettront un jour aux reproches de notre conscience. Ce rappel moral fait, ne nous préoccupons plus que de politique, concrète et réaliste : l’invitation de Faurisson entre dans la meilleure stratégie possible aujourd’hui.

    On a parlé de mur, parlons donc de murs, puisqu’il y a des murs et qu’il faut bien en faire quelque chose.

    Prenons un premier cas : le mur de l’Atlantique. Si vous disposez des forces conjointes de l’Amérique et de l’Angleterre, vous débarquez le 6 juin 1944 et l’on n’en parle plus.

    Examinons maintenant les murs de Jéricho. Chacun fera la lecture qui lui convient de la Bible, mais ce qu’elle dit, dans tous les cas, c’est que Jéricho est tombée et qu’elle est tombée d’une manière inhabituelle, alors que le rapport de forces apparent ne le laissait pas prévoir. Il est tout aussi clair que la ville serait restée intacte derrière ses remparts si Josué, découragé, s’était arrêté au quatrième ou au cinquième tour. Ce n’est qu’au sixième tour que les murailles se sont effondrées devant les trompettes sacrées. Quels enseignements en tirer ? Ceux-ci : lorsque, à vue humaine, le rapport des forces ne permet pas de solution satisfaisante, il convient d’utiliser des moyens qui sortent de l’ordinaire, et de persister avec détermination dans cette voie, quelle qu’en soit l’apparente absurdité.

    Revenons à nos moutons, à Radio Courtoisie.

    On me dit : la loi, la jurisprudence, les associations, les lobbies, la manipulation des esprits, les médias, la veulerie et les intérêts des hommes politiques font que parler de certaines choses ne sert à rien et met en danger le peu d’espace d’information qui nous reste. Il ne faut donc pas, pour une cause secondaire, d’ailleurs jugée d’avance, sacrifier l’une des rares armes qui nous permettent de défendre d’autres causes. Aussi limités que soient les moyens de Courtoisie, elle est utile à la France. Il faut donc la conserver à tout prix. Sacrifier des dizaines de journalistes bénévoles, souvent talentueux et courageux, leurs invités, non moins courageux, le réseau d’amis et d’informateurs tissé dans les médias, l’édition, toutes les branches de la société, et même parmi les hommes politiques, sacrifier des dizaines de milliers d’auditeurs, sacrifier tout cela sur l’autel du révisionnisme, n’aurait pas de sens.

    J’entends ce message, et je ne puis m’empêcher d’en sourire. C’est vrai, il se trouve à Radio Courtoisie de vrais talents et de vrais caractères. Mais, puisque l’on parle politique, responsabilité, stratégie et rapport de forces, qu’y a-t-il derrière Courtoisie ? Jean Tibéri ? Marine et Louis Aliot ? Dupont Aignan, Catherine Mégret, les frères et sœurs de Philippe de Villiers ? Qui d’autre ? Qu’est-ce que cela pèse ? Combien de divisions ? Avons-nous de quoi monter une opération Overlord ? Non. En américain, on dirait que c’est peanuts. Même pas un bretzel liquide.

    Alors, il ne reste de réaliste que la solution Jéricho. Nous ne comptons que par l’esprit, et seule une stratégie de l’esprit peut être efficace.

    Il faut comprendre cela. Les notions mêmes de réalisme et de responsabilité dépendent de la situation historique où l’on se trouve. Peut-être, quand le Front national rassemblait entre 15 et 20 pour cent des électeurs, qu’il était bien encadré et qu’il y avait sur sa gauche une grosse réserve de voix et d’alliés potentiels, avant, d’ailleurs, que les prétoires et les médias ne soient complètement colonisés, avant qu’il faille plus des deux mains pour compter les millions d’immigrés, peut-être pouvait-on entretenir l’espoir, ou l’illusion, d’une politique classique des rapports de forces. Ce n’est plus qu’un rêve aujourd’hui, et s’y accrocher serait un signe de débilité mentale. La seule politique réaliste est de tenter une révolution spirituelle.

    Retournons-nous vers l’histoire pour établir encore mieux cette évidence.

    Que faire, quand on est vaincu par l’envahisseur, pour survivre et préparer la revanche ? Il y a, ce me semble, deux cas de figure radicalement différents.

    – Le roi de Prusse après Iéna put collaborer avec Napoléon, le maréchal Pétain put finasser avec Hitler, parce que l’un et l’autre espéraient raisonnablement qu’en fin de compte leur vainqueur provisoire serait soumis à des forces supérieures aux siennes. L’Angleterre avide d’hégémonie saurait rallier à elle une Russie et une Autriche que la Révolution française révulsait. Le monde juif, que la révolution allemande épouvantait, saurait maintenir ensemble les ploutocraties anglo-saxonnes et la tyrannie soviétique, il suffisait de garder la Manche quelques mois. Dans le cas du Maréchal et du roi de Prusse, une politique de ménagement, une collaboration plus ou moins active se comprend donc, en attendant, en préparant le retournement de marée.

    – Mais prenons maintenant le cas de Jeanne d’Arc. Là, si on regarde le rapport des forces, l’affaire est entendue. Il ne reste au dauphin Charles qu’un mouchoir de poche et quelques villes pas très fortes, avec des troupes médiocres, lasses et mal payées. La puissante Bourgogne, l’Angleterre, l’université de Paris, et la légalité du traité de Troyes sont contre lui. A terme, il n’a strictement rien à espérer, c’est plié. Et c’est pourquoi la stratégie de Jeanne d’Arc est nette et sans bavure : à la vérité, il n’y en a pas d’autre possible. Elle n’a pour elle, elle n’a pour Charles VII, que leur double légitimité : celle que la coutume du royaume donne au dauphin et celle dont Dieu a marqué sa mission de pucelle. Ce sont les seules forces qui puissent contrebalancer les puissances du monde, qui puissent inverser le rapport des forces. Si cette double légitimité est une foutaise, alors c’est terminé, et Jeanne d’Arc, et Charles VII, et la France que nous connaissons n’ont plus qu’à disparaître. Pourtant, finalement, ce sont les Anglais et leur bastringue qui finiront par aller se rhabiller. Cela me surprend toujours, et n’en finit pas de me rassurer.

    Transposons à aujourd’hui. Il ne s’agit pas de sacrifier Radio Courtoisie sur l’autel du révisionnisme : ni l’un ni l’autre ne sont ici primordiaux. Radio Courtoisie n’est qu’un pion parmi d’autres sur l’échiquier de la France libre, et il n’est même pas question de défendre les révisionnistes. Il est question de juger la situation politique et historique où se trouve la France. Sommes-nous en 1429 ou en 1940 ? La réponse est facile. Nous n’avons aucune des immenses réserves qui justifiaient l’Appel du dix-huit juin et la politique de Vichy. Nous sommes même sensiblement plus atteints que ne l’étaient le roi de Bourges et ses sujets. Notre identité et notre souveraineté prennent l’eau. Nous n’avons donc d’autre stratégie possible que celle de Jeanne d’Arc. Le rapport de forces entre nous et d’éventuels alliés d’une part, l’occupant de l’autre, est du zéro à l’infini. Tout ménagement, tout calcul, toute alliance, toute collaboration, tout échafaudage tactique sont donc hors de portée, hors de propos, ils appartiennent à un monde plus virtuel que celui des jeux vidéos. Notre seul espoir est spirituel, notre seule force est la légitimité de notre cause.

    Or, de quoi s’agit-il, avec Faurisson ? De chambres à gaz ? Pas du tout. Il s’agit qu’en ne dénonçant pas la façon dont le système le traite, nous acceptons d’être les esclaves de ce système, et ses complices. Nous bafouons avec lui le droit, la liberté, la vérité, la justice. Et nous nous prosternons devant le socle sur lequel se dresse l’idole dominatrice qui nous dévore. Nous piétinons donc notre propre cause, nous renonçons à notre légitimité, nous réduisons à rien notre force, nous brisons à jamais l’épée spirituelle, l’espoir que nous portons. A persister dans cette erreur, non seulement nous nous déshonorerions mais nous nous suiciderions par-dessus le marché.

    Alors, je ne dis pas que donner de la tête dans le mur soit une stratégie bien agréable, ni bien délurée ; je ne sais pas du tout ce qu’elle va produire, je constate seulement qu’il n’y en a pas d’autre. Je ne me fais pas d’illusions. Sans doute joins-je l’inutile au désagréable et ne suis-je qu’un tout petit crachat dans l’océan, une goutte dérisoire. N’importe, je fais ce que je dois. J’espère que le Ciel nous aidera, faute de quoi nous passerions aux poubelles de l’histoire, comme c’est tranquillement programmé. Du moins aurons-nous fait ce qu’il fallait et gardé intacte la possibilité d’une victoire. A l’inverse, la soumission et la finasserie, qui paraissent subtiles et responsables, ne sont aujourd’hui que des illusions mortelles, en raison du moment historique où nous nous situons. La stratégie du sacrifice est la seule raisonnable.

    9) Emmanuel Ratier, le 1er mai

    Dans la livraison de Faits & Documents qui a suivi (1er au 31 mai 2008, p. 9), E. Ratier a passé sous silence aussi bien la censure de R. Faurisson que le limogeage de M. Peltier, patron d’émission, mais, en revanche, parlant de lui-même à la troisième personne, il a annoncé la nouvelle suivante : « Directeur de Faits & Documents, Emmanuel Ratier a été nommé patron d’émission à Radio Courtoisie (95,6Mhz en région parisienne), ‘la radio libre du pays réel et de la francophonie’ à laquelle il collaborait depuis une dizaine d’années dans le cadre du Libre Journal de Claude Giraud et dont il était devenu le suppléant depuis l’année dernière. Il animera désormais, un mercredi sur quatre, durant trois heures, Le Libre Journal de la résistance française […] ».

    Les mots sonnent haut et fort : « courtoisie », « radio libre », « libre journal » (2 fois) et, enfin, « résistance ». Mais la réalité a été la suivante : censure, discourtoisie, limogeage et des comportements qui ont été à l’opposé du souci de la liberté et de la volonté de résistance à l’oppression. Pour couronner le tout, un petit camarade, Emmanuel Ratier, se fait nommer à la place de son collègue, Martin Peltier, dont il s’était, dès la nuit de l’incident, aussitôt désolidarisé, avec quelques autres, auprès du directeur de la station.

    10) Conclusion : la preuve de l’existence d’un tabou et non d’un simple interdit.

    La loi Fabius-Gayssot prononce un interdit et cet interdit, elle le formule. Un tabou, lui, ne se formule pas. Il n’en a que plus de force. La peur qu’il inspire est de caractère sacré. Le tabou crée un lien social à base de sous-entendus dans le langage et le comportement des individus d’un même groupe. Dans le microcosme de Radio Courtoisie il est des noms qu’on ne prononcera plus et des sujets qu’on proscrira sans qu’il soit besoin de dire lesquels. Quant à celui qui a enfreint le tabou, il a été mis au ban de la petite société qui l’employait, et ce dans la discrétion. Aucun détail, aucune précision n’ont été ni ne seront fournis aux auditeurs de Radio Courtoisie ou aux lecteurs de Faits & Documents. Dans ladite société qui, pendant un instant, s’est sentie en danger, la vie va donc reprendre son cours. Comme par le passé, on se targuera d’être indépendant, libre, courageux mais – c’est le grand mot, le mot magique – on se proclamera désormais plus que jamais « RESPONSABLE ». On le sera à la différence d’autres qui, eux, se sont montrés « IRRESPONSABLES » et dont on ne rappellera ni les noms ni les crimes. On criera victoire tout en cachant de quel prix on a payé cette victoire. Le seul authentique tabou du monde occidental, celui de « l’Holocauste », aura été ainsi respecté. Dans le monde environnant, la religion triomphante de « l’Holocauste » continuera d’être célébrée à grand fracas et le tabou qui la fonde restera puissant. Seuls des « irresponsables » continueront d’ouvrir par effraction la porte d’un tabernacle qui, censé contenir le fin mot des mystères holocaustiques, ne renferme en réalité que du vide et du vent. Au moins la petite histoire vécue par une modeste station de radio parisienne a-t-elle ainsi apporté sa contribution à la grande histoire de la plus mirifique imposture des temps modernes. Grâce à l’incident de Radio Courtoisie et à ses suites, un profane pourra comprendre ce qu’est un véritable tabou et comment un mythe gigantesque, celui de « l’Holocauste », qui s’est construit sur la peur ne peut se survivre que par la peur.

    Complément (1er juillet)

    Pour la première fois de ma vie, je reçois aujourd’hui un courrier de « Radio Courtoisie, la radio libre du pays réel et de la francophonie ». Il s’agit d’une lettre circulaire de quatre pages adressée aux « amis » de cette station par « Henry de Lesquen, président de radio Courtoisie ». La date en est du 3 juin mais le cachet porte celle du 24 juin. Il s’agit d’un appel de fonds. J’en extraie les passages suivants :

    La famille des auditeurs de Radio Courtoisie est une élite à qui la France doit beaucoup. – Vous savez que Radio Courtoisie n’a pas d’équivalent en France. Vous savez quel est le rôle crucial qui est le sien pour sortir les Français de la confusion des esprits et pour leur faire découvrir les vraies valeurs. Ce rôle, elle est seule à le tenir, non seulement parmi toutes les autres radios, mais même parmi tous les autres moyens de communication audiovisuelle. Il suffit d’imaginer un seul instant que Radio Courtoisie n’existe plus pour mesurer la perte irréparable que ce serait pour notre pays. C’est bien pourquoi elle est portée par la ferveur de ses auditeurs. – « Oui. Il y a MIRACLE, écrivait autrefois Jean Cau à Jean Ferré : sans Radio Courtoisie, une lumière, la plus vive qui brille dans notre temps, s’éteindrait. Mais oui, Radio Courtoisie nous a aidés à marcher sur des chemins droits, à ne pas tâtonner, à recueillir les bons grains de la vérité et à jeter les ivraies du mensonge. – Où il y a miracle, c’est ici : le pluralisme d’expression s’exerce à Radio Courtoisie sur un tel ton de liberté, de politesse (et de courtoisie !) que l’on s’en frotte les oreilles d’étonnement ravi. Quoi ! Il existe encore, de nos jours, des exemplaires de l’Honnête Homme ? Et qui ne se pique de rien sauf de dire sinon sa vérité, du moins ce qu’il croit, en connaissance et bonne foi. Bref, à Radio Courtoisie, on entend des … VOIX ! » […] Radio Courtoisie est une oasis de santé morale dans un désert de désinformation et d’intoxication intellectuelle.

    9 avril-1er mai 2008

    Posted by N N
    Labels : Emmanuel Ratier, Henry de Lesquen, Interviews, Le Parisien, Martin Peltier, Plantin, Radio Courtoisie, Toben

  • #Aharon_Appelfeld, l’enfant éternel (1932-2018)
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/050118/aharon-appelfeld-l-enfant-eternel-1932-2018

    Aharon Appelfeld Il y avait Primo Levi, Imre Kertesz et Aharon Appelfeld. Trois histoires, trois regards, trois voix. Levi était l’adulte, témoin minutieux d’Auschwitz, Kertesz l’adolescent qui avait brusquement basculé dans le chaos du camp, Appelfeld était l’enfant.

    #Culture-Idées #décès #En_attendant_Nadeau

  • Au Journal officiel, un fichier biométrique de 60 millions de « gens honnêtes »
    http://www.nextinpact.com/news/101945-au-journal-officiel-fichier-biometrique-60-millions-gens-honnetes

    Hier, au Journal officiel, le gouvernement a publié un décret instituant un fichier monstre commun aux passeports et aux cartes nationales d’identité. Destiné à faciliter établissement et renouvellement de ces titres, en plus de prévenir les fraudes, il va ingurgiter des centaines de millions de données puisées dans toute la population française.

  • https://www.theguardian.com/world/2016/jun/24/holocaust-survivor-lied-joseph-hirt-auschwitz

    Hirt admitted in his letter that he had tattooed the camp number of Auschwitz survivor Primo Levi, the acclaimed author and chemist, on his left forearm – “in no way an attempt to take on his identity, but in an effort to incorporate his symbol as a way of remembering him”.

    Les gens ne savent plus quoi inventer.

  • La séparation
    http://lmsi.net/La-separation

    Il y a quelques semaines, j’ai expérimenté un immense sentiment de solitude, d’autant plus paradoxal qu’il s’est produit lors d’un dîner « entre amis ». Outre les bons plats concoctés aussi bien par nos hôtes que par les commensaux, la littérature était au menu. Mauvais début… Une dame fait l’éloge du (...) Source : Les mots sont importants

    • Primo Levi, écrivain juif italien, rescapé du camp d’Auschwitz, est mort à Turin en 1987. Le médecin légiste avait conclu à un suicide. Cette thèse est d’autant plus plausible que Levi ne s’était jamais remis de sa déportation. Il la raconte dans un livre très célèbre, « Si j’étais un homme ». On lui a souvent demandé s’il avait pardonné aux Allemands. Sa réponse était ambiguë. Il déclare que le pardon est impossible parce que le repentir n’est pas sincère. Il dissocie dans un premier temps les coupables du peuple allemand qu’il innocente du crime. Mais c’est pour ajouter que ce même peuple ne pouvait pas ignorer l’existence des camps et donc qu’il doit assumer une part de la culpabilité. Primo Levi bénéficie du respect universel, non seulement en Italie mais dans toute l’Europe, Allemagne comprise.
      Vladimir Jankélévitch, philosophe et musicologue juif d’origine russe, a une attitude beaucoup plus tranchée. Il refuse totalement le pardon et renonce à ouvrir un livre ou une partition allemande et s’abstient de parler la langue allemande dans laquelle il excelle… Il explique son attitude par l’abomination des camps.

      Exiger le #pardon des victimes, survivant·e·s et descendant·e·s est une violences par dessus la violences. J’aime pas cette notion de pardon que je trouve seulement utile au confort des oppresseurs. Les victimes, survivant·e·s et descendant·e·s ont d’autres préoccupation que de calmer la mauvaise conscience de celleux qui profitent de leur oppression. Si l’oppression avait cessé, mais c’est pas le cas. Les pays colonisés sont toujours sous la domination de l’occident. Les blanc·he·s oppriment toujours les personnes racisées. Les hommes oppriment toujours les femmes, les hétérosexuel·e·s oppriment toujours les Queers...
      On verra plus tard si on a besoin de parler de ce concept, quant l’oppression sera un souvenir et plus une réalité pour l’espèce humaine.

      –---

      Les millions d’ hommes assassinés au Congo depuis une décennie n’ont pas permis la vente d’un seul tee-shirt frappé de la formule « je suis Congo ».

      Je suis d’accord avec cette remarque, mais puisque « Les mots sont importants » j’ajoute que c’est dommage d’avoir oublié les femmes assassinées au Congo depuis une décennie et qui sont invisibles dans cette phrase. La langue français est vraiment moche.

  • #réfugiés : ces traumatismes produits par l’exil
    https://www.mediapart.fr/journal/france/281215/refugies-ces-traumatismes-produits-par-lexil

    Un enfant syrien à son arrivée sur l’île de Lesbos, le 22 octobre 2015. © Yannis Behrakis (Reuters) Pour les réfugiés fuyant leur pays, l’exil est une nécessité pour survivre. Mais quel repos trouvent-ils à leur arrivée ? Mediapart a demandé au psychologue clinicien Omar Guerrero, qui reçoit des patients, adultes et enfants, au centre Primo Levi à Paris, de décrire les maux avec lesquels vivent ces personnes débarquées par centaines de milliers sur les côtes européennes cette année.

    #France ##OpenEurope #asile #migrants

  • Brève histoire de l’Islam et de l’Europe

    "L’histoire de l’islam en Europe commence en fait dès l’apparition de la religion musulmane au VIIe siècle, et se déploie en trois grandes vagues de pénétration territoriale. Ce monothéisme est l’un des trois grands courants religieux issus du foyer proche-oriental qui, depuis le début de notre ère, ont marqué l’Europe de leur empreinte. A l’époque romaine, les Juifs (et les Carthaginois) se dispersent dans tout l’empire, de l’Italie à la France, et au-delà. Le christianisme apparaît peu après, mais ne s’impose véritablement qu’avec la conversion de Constantin en 313, pour ensuite se propager à partir de son berceau romain. Né trois cents ans plus tard, l’islam amorce son expansion au Maghreb dès le VIIIe siècle sous l’impulsion des Arabes, puis poursuit sa percée au XIVe arrivant tour d’abord avec les Turcs ottomans dans les Balkans, puis en Europe septentrionale avec les Mongols récemment convertis. Chacune de ces phases d’expansion contribue à faire évoluer la pensée occidentale, qui prend alors la mesure des connaissances du raffinement de la civilisation musulmane, et surtout de sa puissance militaire. Celle-ci était d’ailleurs perçue par les populations les plus éloignés des lignes de front comme une menace, qui est restée ancrée dans l’usage linguistique : tout comme le nom des Ostrogoths et des Vandales est passé dans le vocabulaire courant pour désigner des brutes épaisses, les conquérants turco-mongols ont laissé leur marque sur la plupart langues européennes. En français, un « Turc » est un personnage dur et fort, tandis qu’en anglais « un petit Tartare » ou « un petit Turc » est un enfant brise-fer. Dans les fêtes villageoises, les envahisseurs d’antan sont encore souvent représentés sous les traits caricaturaux des Maures et des Nègres dans les défilés de chars fleuris. Primo Levi rappelle que, dans le jargon des camps de concentration nazis, les prisonniers qui « renonçaient » étaient appelés des « musulmans ».

    L’Occident a souvent passé sous silence ces influences aussi anciennes que massives de l’Islam sur sa culture. Ce sont au premier chef les historiens qui ont forgé cette image tronquée de l’Europe, décrite comme une région farouchement attachée au maintien de ses frontières et comme une culture se réclamant d’une part de la Grèce et de la Rome antiques, et d’autre part du christianisme. L’enseignement de l’histoire et de la géographie dans les écoles européennes est au demeurant tout à fait révélateur, en ceci qu’il privilégie l’Europe, perçue comme entité géographico-culturelle - lorsqu’il ne se limite pas à ses variantes purement anglaise, française ou allemande. Par cette vision exclusive de son histoire et de sa géographie, la « vieille Europe » n’ est pas très différente des jeunes nations d’Afrique, par exemple, qui en accédant à l’indépendance ont vu leurs frontières tracées en dépit du bon sens et se sont mises à écrire leur propre histoire et leur propre géographie pour se définir et trouver une 1égitimité.

    Depuis l’ Antiquité, l’Europe tend vers l’autarcie et, forte de son éthique catholique ou protestante, de son esprit d’entreprise, de son capitalisme, elle s’est attachée à se démarquer de l’Asie, perçue comme une terre de despotismes, incapable de connaître un développement capitaliste, voire, selon certains, d’être aussi créative que les Européens, bref fondamentalement rétrograde. L’assimilation systématique de l’Europe au christianisme et à la modernité a fait oublier - ou même réfuter - tout ce que l’Islam a pu apporter à la civilisation européenne. Des historiens espagnols ont ainsi pu affirmer sans sourciller que le monde musulman n’avait eu qu’une influence superficielle sur le monde ibérique, et n’avait jamais affecté le « tempérament propre » des Ibères

    L’Orient a en revanche maintenu une vision beaucoup plus floue des frontières entre les continents. Le mot Uruba (Europe) n’est apparu que dans la seconde moitié du XIXe siècle. Auparavant, les Levantins englobaient tous les Européens sous le nom générique de « Francs » (Ifranj), mais à l’époque ottomane ce terme ne s’appliquait plus aux Européens, ce qui prouve qu’il s’agissait davantage d’un concept politique que géographique. La notion d’Occident (Gharb), plus vaste, pouvait recouvrir la Russie, voire les États-Unis.

    Il est vrai qu’en soi l’Europe n’est pas à proprement parler une entité géographique : elle n’est séparée de l’Asie que par un petit bras de mer, le détroit du Bosphore ; au nord, elle se prolonge vers les vastes étendues terrestres des steppes russes. Cette frontière ténue est, à mon sens, aussi géographique que culturelle et sociale. En réalité, l’Europe n’a jamais été totalement isolée, ni purement chrétienne. "

    Jack Goody

    http://bougnoulosophe.blogspot.fr/2013/07/breve-histoire-de-lislam-et-de-leurope.html

  • ITALIE • La communauté juive dénonce la dernière provocation de Grillo | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/article/2014/04/14/la-communaute-juive-denonce-la-derniere-provocation-de-grillo

    Dans son dernier post, le blogueur et leader du Mouvement 5 étoiles Beppe Grillo parodie le célèbre poème de Primo Levi Si c’est un homme pour critiquer la classe politique italienne. Une “infâme provocation”, selon la communauté juive

    #italie #politique #Beppe_Grillo #Primo_Levi #communauté_juive

  • Nie wieder !

    http://img3.imagebanana.com/img/027wx8i3/bluteisen.jpg

    Jeder stirbt für sich allein a mis 60 ans pour devenir un best-seller international. Seul dans Berlin a marqué notre perception de la vie sous les nazis parce qu’il est assez proche du récit familial, il raconte en quelque sorte l’histoire des voisins qu’on connaissait sans jamais avoir tissé des liens étroits avec eux.

    Seul dans Berlin est un roman de Hans Fallada publié en 1947 à Berlin-Est. Il évoque la résistance allemande au régime nazi et les conditions de survie des citoyens allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est fondé sur l’histoire réelle de Otto (de) et Elise (de) Hampel (en), exécutés en avril 1943 à la prison de Plötzensee pour des actes de résistance et dont le dossier à la Gestapo a été transmis à Hans Fallada après la guerre.
    ...

    De "Seul dans Berlin", Primo Levi disait, dans "Conversations avec Ferdinando Camon" qu’il était « l’un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie ».

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Seul_dans_Berlin

    Der Anfang wurde 2009 in England gemacht. Über die britischen Inseln und die USA schwappte die Welle im vergangenen Jahr auch bis nach Deutschland. Mehr als 60 Jahre hat es gedauert, bis aus Hans Falladas Roman „Jeder stirbt für sich allein“ ein weltweiter Bestseller wurde, übersetzt in über 30 Sprachen, darunter auch Französisch, Niederländisch, sogar Hebräisch und Norwegisch.

    http://www.spiegel.de/kultur/literatur/taschenbuch-bestseller-jeder-stirbt-fuer-sich-allein-von-hans-fallada-a-8306


    http://fr.wikipedia.org/wiki/Hans_Fallada

    In den USA, Großbritannien und Israel eroberte der Roman im vergangenen Jahr die Hitlisten, in Deutschland kam erstmals eine ungekürzte Fassung auf den Markt. Das Buch „Hans Fallada. Sein Leben in Bildern und Briefen“ gibt jetzt einen neuen Einblick in das zerrissene Leben des großen Autors.

    Mehr als 8000 Briefe zählt die Fallada-Korrespondenz im sogenannten Feldberger Archiv – von ihm als Durchschlag auf seiner alten Remington-Koffermaschine getippt und fein säuberlich abgeheftet. Daneben hielt er sein Alltagsleben als Familienvater, Landwirt und Schriftsteller in zahllosen Fotos fest.

    https://www.focus.de/kultur/buecher/literatur-hans-fallada-briefe-aus-einem-zerrissenen-leben_aid_753156.html

    In 1937, his adult novel Wolf Among Wolves was approved by Joseph Goebbels, who saw it as an indictment of the #Weimar Republic. #Goebbels now suggested that Fallada should write an anti-Semitic novel, leading the author into a trap from which he could not escape. The book underwent many revisions and Fallada ended up in a Nazi insane asylum, where at least he had access to paper and pens. The Drinker was a roman-à-clef about his alcoholism, and although it criticised the Nazis, its publication date came as the regime started to collapse, saving him.

    http://www.independent.co.uk/arts-entertainment/books/features/invisible-ink-no-124--hans-fallada-7768629.html

    Seul Hans Fallada pouvait ériger ce monument aux gens simples et honnêtes. Il n’avait pas suivi Brecht à Hollywood, il était resté sur place, il était témoin. Seul à Berlin est son testament. Il l’a écrit en quatre semaines et il est mort des suites de la guerre et du nazisme peu de temps après. Espérons qu’on aura pas besoin de suivre l’exemple des personnages courageux de son livre.

    #résistance #nazi #allemagne #fallada #Berlin-Est