person:rafael correa

  • Chinese Surveillance Complex Advancing in Latin America

    In February, 2019, in a story that went almost unnoticed in Washington, the small South American nation of #Uruguay began installing the first of 2,100 surveillance cameras, donated by the People’s Republic of China to improve control of its borders with neighboring Argentina and Brazil.

    The move highlights the significant deepening of the Uruguay-PRC relationship over the last decade, including their establishment of a “Strategic Partnership” in October 2016, and the signing of a memorandum of understanding in August 2018 for Uruguay to join China’s Belt and Road initiative (despite being about as far from the PRC as is geographically possible).

    Beyond Uruguay, the development also highlights a little-discussed but important dimension of China’s advance: its expanding global sales of surveillance and control technologies. Although the press and U.S. political leadership have given significant attention to the risks of employing Chinese telecommunications companies such as Huawei the equally serious but newer issue of expanding sales of Chinese surveillance systems has been less discussed.

    The installation of Chinese surveillance systems, acquired through PRC government donations or commercial contracts, is a growing phenomenon in Latin America and elsewhere.

    Such systems began to appear in the region more than a decade ago, including in 2007, when then mayor of Mexico City (now Mexican Foreign Minister) Miguel Ebrard returned from a trip to the PRC with a deal to install thousands of Chinese cameras to combat crime in the Mexican capital. More recent examples include ECU-911 in Ecuador, a China-built national system of surveillance and communication initially agreed to by the administration of anti-U.S. populist president Rafael Correa. The system, which has expanded to currently include 4,300 cameras and a command center manned by thousands of Ecuadorans, has been built almost completely from Chinese equipment, designed for a range of otherwise noble purposes from emergency response and combatting crime, to monitoring volcanoes. Bolivia boasts a similar Chinese built system, albeit more limited in scope, BOL-110, in addition to hundreds of surveillance cameras donated by the PRC to at least four of Bolivia’s principal cities.

    In Panama, which abandoned Taiwan to establish relations with the PRC in 2017, the government of Juan Carlos Varela has agreed to allow Huawei to install a system of cameras in the crime-ridden city of Colon and the associated free trade zone. Not by coincidence, in July 2019, Hikivision, China’s largest producer of surveillance cameras, announced plans to set up a major distribution center in Colon to support sales of its products throughout the Americas.

    In northern Argentina, near where the Chinese are developing a lithium mining operation and constructing the hemisphere’s largest array of photovoltaic cells for electricity generation, the Chinese company ZTE is installing another “911” style emergency response system with 1,200 cameras.

    In Venezuela, although not a surveillance system per se, the Chinese company ZTE has helped the regime of Nicholas Maduro implement a “fatherland identity card” linking different kinds of data on individuals through an identity card which allows the state to confer privileges (such as rationing food) as a tool for social control.

    As with sectors such as computers and telecommunications, the PRC arguably wishes to support the global export of such systems by its companies to advance technologies it recognizes as strategic for the Chinese nation, per its own official policy documents such as Made In China 2025.

    The risks arising from spreading use of Chinese surveillance equipment and architectures are multiple and significant, involving: (1) the sensitivity of the data collected on specific persons and activities, particularly when processed through technologies such as facial recognition, integrated with other data, and analyzed through artificial intelligence (AI) and other sophisticated algorithms, (2) the potential ability to surreptitiously obtain access to that data, not only through the collection devices, but at any number of points as it is communicated, stored, and analyzed, and (3) the long-term potential for such systems to contribute to the sustainment of authoritarian regimes (such as those in Venezuela, Bolivia, Cuba, and formerly Ecuador) whose corrupt elites provide strategic access and commercial benefits to the Chinese state.

    The risk posed by such Chinese architectures is underestimated by simply focusing on the cameras and sensors themselves.

    Facial and other recognition technologies, and the ability to integrate data from different sensors and other sources such as smartphones enables those with access to the technology to follow the movement of individual human beings and events, with frightening implications. It includes the ability to potentially track key political and business elites, dissidents, or other persons of interest, flagging possible meetings between two or more, and the associated implications involving political or business meetings and the events that they may produce. Flows of goods or other activities around government buildings, factories, or other sites of interest may provide other types of information for political or commercial advantage, from winning bids to blackmailing compromised persons.

    While some may take assurance that the cameras and other components are safely guarded by benevolent governments or companies, the dispersed nature of the architectures, passing information, instructions, and analysis across great distances, means that the greatest risk is not physical access to the cameras, but the diversion of information throughout the process, particularly by those who built the components, databases and communication systems, and by those who wrote the algorithms (increasingly Chinese across the board).

    With respect to the political impact of such systems, while democratic governments may install them for noble purposes such as crimefighting and emergency response, and with limitations that respect individual privacy, authoritarian regimes who contract the Chinese for such technologies are not so limited, and have every incentive to use the technology to combat dissent and sustain themselves in power.

    The PRC, which continues to perfect it against its own population in places like Xinjiang (against the Uighur Muslims there), not only benefits commercially from selling the technology, but also benefits when allied dictatorships provide a testing ground for product development, and by using it to combat the opposition, keeping friends like Maduro in power, continuing to deliver the goods and access to Beijing.

    As with the debate over Huawei, whether or not Chinese companies are currently exploiting the surveillance and control systems they are deploying across Latin America to benefit the Chinese state, Chinese law (under which they operate) requires them to do so, if the PRC government so demands.

    The PRC record of systematic espionage, forced technology transfer, and other bad behavior should leave no one in Latin America comfortable that the PRC will not, at some point in the future, exploit such an enormous opportunity.

    https://www.newsmax.com/evanellis/china-surveillance-latin-america-cameras/2019/04/12/id/911484

    #Amérique_latine #Chine #surveillance #frontières #contrôles_frontaliers #Argentine #Brésil
    ping @reka

  • Comment le régime mondialiste équatorien a reçu des milliards pour vendre Julian Assange (Bigleaguepolitics)
    https://www.crashdebug.fr/international/15907-comment-le-regime-mondialiste-equatorien-a-recu-des-milliards-pour-

    Lenín Moreno restera dans les mémoires comme l’un des dirigeants les plus lâches et honteux de l’histoire du monde.

    Publie il y a 19 heures

    le 11 avril 2019

    Par Shane Trejo

    Le président équatorien Lenín Moreno a enfoncé aujourd’hui un poignard au cœur de la liberté d’expression après avoir permis aux autorités d’un pays étranger d’arrêter l’héroïque dénonciateur et journaliste primé Julian Assange à l’ambassade de son pays en Grande-Bretagne.

    Quel a été le prix de Moreno pour commettre cette trahison ? Une garantie de prêt de 4,2 milliards d’euros du Fonds monétaire international (FMI), semble-t-il.

    The Economist a publié un profil sur Moreno montrant comment il a renversé les politiques de son prédécesseur, Rafael Correa. Correa était une populiste qui utilisait les (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales

  • L’Equateur retire l’asile à Julian Assange, la police britannique l’arrête dans l’ambassade (VIDEO) — RT en français
    https://francais.rt.com/international/60877-equateur-retire-asile-julian-assange-police-britannique-arrete-am
    https://www.youtube.com/watch?v=7Z00wtysST4

    Le lanceur d’alerte Julian Assange, réfugié depuis près de sept ans dans l’ambassade d’Equateur à Londres, a été arrêté ce 11 avril par la police britannique après que Quito a révoqué son asile.

    #WikiLeaks

    • Des fois qu’y est un rapport...
      https://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/201902/20/01-5215529-lequateur-obtient-102-milliards-de-dollars-du-fmi-et-de-la-banqu

      L’Équateur a obtenu 10,2 milliards de dollars de crédits de la part d’organismes internationaux, principalement le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, avec lesquels le gouvernement précédent avait rompu, a annoncé mercredi le président Lenin Moreno.

    • Sinon, j’adore la langue de bois :

      Un accord avec le FMI améliorera le cadre de restructuration économique et permettra l’accès aux autres organisations multilatérales comme la Banque mondiale (BM), la Banque interaméricaine de développement (BID) et la Corporation andine de développement (CAF). C’est pourquoi à la fin du mois de janvier 2019 s’est tenue une réunion avec le président de la République de l’Équateur, Lenín Moreno, son ministre des Finances Richard Martínez, et la directrice générale du FMI, Christine Lagarde.

      Cette rencontre promet des bénéfices, mais aussi des conditions à remplir par l’Équateur. Parmi les mesures du FMI figurent l’augmentation de la TVA, la subvention pour l’essence, la restructuration de la dette actuelle, le calcul de l’âge de la retraite, les réformes des contributions de sécurité sociale et la flexibilité du travail .

      Cette alliance aurait de ce fait pour résultat une consolidation budgétaire et un bon positionnement dans le marché mondial. En outre, cela comporterait la reprise des relations avec le FMI après avoir rompu tout lien avec lui au cours du gouvernement de l’ancien président, Rafael Correa. Une équipe du FMI se trouve déjà à Quito pour envisager l’amélioration du cadre de politique économique, ce qui peut comporter des avantages pour les citoyens équatoriens, essentiellement les plus pauvres et les plus vulnérables . De même, il y aurait une amélioration en ce qui concerne la compétitivité, la génération d’emplois, le renforcement des bases institutionnelles de la dollarisation et la lutte contre la corruption, d’après le porte-parole du FMI, Gerry Rice.

      http://www.espaces-latinos.org/archives/75085
      Le gros foutage de gueule!

    • Cependant, le Venezuela est loin d’être le seul pays d’Amérique latine à être visé par ces armes financières déguisées en institutions financières “indépendantes”. Par exemple, l’Equateur – dont l’actuel président a cherché à ramener le pays dans les bonnes grâces de Washington – est allé jusqu’à effectuer un “audit” de son asile de journaliste et éditeur de WikiLeaks, Julian Assange, afin de gagner un sauvetage de 10 milliards de dollars du FMI. L’Équateur a accordé l’asile à Assange en 2012 et les États-Unis ont demandé avec ferveur son extradition pour des charges encore scellées depuis lors.

      De plus, en juillet dernier, les États-Unis ont menacé l’Équateur de “mesures commerciales punitives” s’ils introduisaient à l’ONU une mesure visant à soutenir l’allaitement maternel plutôt que les préparations pour nourrissons, ce qui a stupéfié la communauté internationale mais a mis à nu la volonté du gouvernement américain d’utiliser des “armes économiques” contre les nations latino-américaines.

      http://unpeudairfrais.org/wikileaks-revele-que-les-etats-unis-ont-utilise-le-fmi-et-la-banque-

    • Il s’agit, a affirmé l’ex-chef d’Etat, de la révélation par le site Wikileaks « au niveau mondial » de l’existence d’« un compte secret au Panama, à la Balboa Bank », au nom de la famille Moreno. La semaine dernière, WikiLeaks déjà avait établi un lien entre le risque d’expulsion d’Assange et la publication d’informations privées compromettantes pour Lenin Moreno. « Des rumeurs injurieuses ! », avait réagi Quito. Selon Rafael Correa, ces accusations de corruption ont été « l’élément détonateur » qui a poussé Lenin Moreno à se « venger » en permettant à la police britannique d’entrer dans l’ambassade de Londres pour arrêter Assange.

      « Quelque chose d’incroyable, vraiment sans précédent », a-t-il dénoncé, rappelant que le fondateur australien de WikiLeaks, âgé de 47 ans, avait acquis en 2017 la nationalité équatorienne. Dans un tweet en fin de matinée, Rafael Correa avait déjà fustigé son ancien allié, ex vice-président sous sa mandature, le qualifiant de « plus grand traître de l’histoire latino-américaine ». Moreno a défendu le retrait de l’asile accordé à Assange, une décision présentée comme « souveraine ».

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/assange-une-vengeance-personnelle-du-president-equatorien-20190411

      On sent que le FMI n’a pas dû beaucoup insister, vu que le nouveau président équatorien est un gros corrompu !

    • L’arrestation de Julian Assange à Londres est « très choquante », estime Dick Marty. « Assange n’a fait que dire la vérité. Il a révélé des actions criminelles et réveillé la conscience internationale », déclare l’ancien rapporteur sur les prisons secrètes de la CIA pour le Conseil de l’Europe.

      L’ancien procureur général tessinois dénonce les pressions de « l’empire » américain sur les Etats impliqués dans cette affaire et les méthodes de la justice américaine.

      « Moi-même, j’évite pour l’instant de voyager aux Etats-Unis, révèle-t-il. Ils pourraient m’interroger sur les sources de mes rapports et me retenir, car je ne pourrais évidemment pas les dévoiler. »

      « Il faut être réaliste, ce n’est pas un système dans lequel, si vous êtes un cas de sécurité nationale, vous pouvez espérez de la justice », estimait lui-même Julian Assange en parlant des Etats-Unis dans un entretien à la RTS en 2015.

      https://www.rts.ch/info/monde/10359555--je-suis-choque-assange-n-a-fait-que-dire-la-verite-clame-dick-marty.ht
      https://www.rts.ch/play/tv/popupvideoplayer?id=10359748&startTime=9.486

    • A tous ceux qui nous ont abandonné : nous n’oublierons pas. A tous les autres : nous nous battrons jusqu’au bout pour empêcher l’extradition et la mise au ban de celui qui fut, il y a deux ans, reconnu par l’ONU comme le seul détenu politique du continent.

      Les cinq ans de prison auxquels fait face théoriquement Julian Assange sont d’évidence une façon pour les Etats-Unis d’obtenir son extradition – en prétendant à une peine légère – afin d’ensuite dévoiler l’ensemble des autres poursuites qui pourraient le mener à la prison à vie.

      Il n’y a aucun doute sur le fait que cette procédure, enclenchée dès le départ dans un seul but, détruire Wikileaks et cet individu, est politique et ne s’achèvera que lorsqu’il sera complètement écrasé.

      C’est à nous de l’éviter.

      Juan Branco

    • Contrary to Reports, the U.S. Gov. Can Add Charges After Assange Extradition
      http://accuracy.org/release/contrary-to-reports-the-u-s-gov-can-add-charges-after-assange-extradition

      He said today: “The New York Times report is wrong and understates the dangers to Assange. What it states is normally the case in extradition treaties, but it’s not the case in the relevant U.S.-British extradition treaty.

      “Once the U.S. government has Assange over here, they can concoct whatever charges they want to against him for anything and then ask the British to waive what’s called the Rule of Specialty. That could add up to much more than the current five years Assange is facing. The British government will almost certainly consent, unless Jeremy Corbyn becomes prime minister.

    • Assange refuse d’être extradé vers les Etats-Unis
      https://information.tv5monde.com/info/assange-refuse-d-etre-extrade-vers-les-etats-unis-298090

      Le représentant de la justice américaine, Ben Brandon, a confirmé jeudi qu’il risquait une peine maximale de cinq ans de prison.

      Mais les soutiens de Julian Assange craignent que les charges ne soient alourdies, la justice britannique n’ayant pas encore reçu tous les documents concernant la demande américaine.

  • Amérique latine, l’année de tous les dangers | ARTE

    Ce soir à 23h45 et sur le site jusqu’au 19/04/19.

    https://www.arte.tv/fr/videos/078742-000-A/amerique-latine-l-annee-de-tous-les-dangers

    Pourquoi la gauche subit-elle aujourd’hui des revers retentissants en Amérique latine ? Marco Enriquez-Ominami, candidat socialiste malheureux à la présidentielle chilienne en 2017, interroge le Bolivien Evo Morales, le Vénézuélien Nicolas Maduro, l’Équatorien Rafael Correa, l’Uruguayen José Mujica et la Brésilienne Dilma Rousseff.

    Défaite cinglante au Venezuela, virage à droite en Argentine, à l’extrême droite au Brésil, manifestations d’opposition en Équateur, fin de règne à Cuba... : après une vague de succès fulgurants en Amérique latine, à l’aube du XXIe siècle, la gauche est à la peine et subit aujourd’hui des revers retentissants. Comment comprendre les difficultés qui l’accablent ? Candidat malheureux à l’élection présidentielle chilienne de 2017, Marco Enriquez-Ominami, héritier spirituel de ce courant progressiste, interroge ce bilan trouble et controversé. En allant à la rencontre de ses aînés, amis, modèles ou mentors – le Bolivien Evo Morales, le Vénézuélien Nicolas Maduro, l’Équatorien Rafael Correa, l’Uruguayen José Mujica, la Brésilienne Dilma Rousseff... –, parviendra-t-il à tirer les leçons de l’histoire ?

    Instabilité
    Au tournant du XXIe siècle, l’Amérique latine a connu un extraordinaire cycle de croissance économique et de développement social. Ce mouvement massif a radicalement changé le paysage et donné lieu à l’instauration d’une culture démocratique durable, à la mise en place d’États de droit, à une redistribution des richesses qui a fait reculer de manière impressionnante la pauvreté, à l’émergence de nouveaux leaders politiques. Mais, depuis quelques années, cette ère glorieuse a cédé la place à une période de grande instabilité. Depuis 2016, les politiques de ces dirigeants sont remises en question par les citoyens mêmes qui les avaient portés au pouvoir ; le gong marquant la fin des politiques de gauche de l’Amérique latine a sonné. La crise politique dans laquelle se sont englués plusieurs pays montre que les politiques hier opérantes ne sont plus adaptées aux défis qui s’annoncent. Comment éloigner les démons de la dictature ? Comment enrayer durablement la misère et les inégalités si profondément ancrées dans cette région ? Un tour d’horizon géopolitique qui questionne le passé pour mieux appréhender l’avenir.

  • La crucifixion de Julian Assange – Ce qui arrive à Assange devrait terrifier la presse (Truth Dig) – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/14/la-crucifixion-de-julian-assange-ce-qui-arrive-a-assange-dev

    Le silence sur le traitement d’Assange n’est pas seulement une trahison à son égard, mais une trahison de la liberté de la presse elle-même. Nous paierons cher cette complicité.

    L’asile de Julian Assange à l’ambassade d’Equateur à Londres s’est transformé en une petite boutique des horreurs. Au cours des sept derniers mois, il a été largement coupé de toute communication avec le monde extérieur. Sa nationalité équatorienne, qui lui a été accordée en tant que demandeur d’asile, est en cours de révocation. Sa santé s’est détériorée. On lui refuse l’accès à soins médicaux appropriés [ie à l’extérieur de l’ambassade – NdT]. Ses efforts pour obtenir réparation ont été paralysés par les « règles du bâillon » [« gag rules » – Une règle de bâillon est une règle qui limite ou interdit la discussion, la considération ou la discussion d’un sujet particulier par les membres d’un organe législatif ou exécutif. – NdT], y compris les ordres équatoriens lui interdisant de rendre publiques ses conditions de vie à l’intérieur de l’ambassade dans sa lutte contre la révocation de sa citoyenneté équatorienne.

    Le Premier ministre australien Scott Morrison a refusé d’intercéder en faveur d’Assange, un citoyen australien, même si le nouveau gouvernement équatorien, dirigé par Lenín Moreno – qui appelle Assange un « problème hérité » et un obstacle à de meilleures relations avec Washington – rend la vie du fondateur de WikiLeaks dans cette ambassade insupportable. Presque tous les jours, l’ambassade impose des conditions plus dures à Assange, notamment en lui faisant payer ses frais médicaux, en lui imposant des règles obscures sur la façon dont il doit prendre soin de son chat et en lui demandant d’effectuer diverses tâches ménagères dégradantes.

    Les Équatoriens, réticents à expulser Assange après lui avoir accordé l’asile politique et la citoyenneté, ont l’intention de rendre son existence si pénible qu’il accepterait de quitter l’ambassade pour être arrêté par les Britanniques et extradé vers les États-Unis. L’ancien président de l’Equateur, Rafael Correa, dont le gouvernement a accordé l’asile politique à l’éditeur, qualifie les conditions de vie actuelles d’Assange de « torture ».

    Sa mère, Christine Assange, a déclaré dans un récent appel vidéo : [L’auteur cite de longs extraits. Voir l’appel en entier et en français : https://www.legrandsoir.info/unity4j-christine-assange-lance-un-appel-… – NdT]

    Assange était loué et courtisé par certains des plus grands médias du monde, dont le New York Times et le Guardian, pour les informations qu’il possédait. Mais une fois que ses documents sur les crimes de guerre commis par les États-Unis, en grande partie fournis par Chelsea Manning, ont été publiés par ces médias, il fut mis à l’écart et diabolisé. Un document du Pentagone qui a fait l’objet d’une fuite et préparé par la Cyber Counterintelligence Assessments Branch (Direction du contre-espionnage cybernétique) du 8 mars 2008 a révélé une campagne de propagande visant à discréditer WikiLeaks et Assange. Le document dit que la campagne de diffamation doit chercher à détruire le « sentiment de confiance » qui est le « centre de gravité » de WikiLeaks et à salir la réputation d’Assange. Cela a largement fonctionné. Assange est particulièrement vilipendé pour avoir publié 70 000 courriels piratés appartenant au Comité national démocrate (DNC) et à de hauts responsables démocrates. Les démocrates et l’ancien directeur du FBI, James Comey, affirment que les courriels ont été copiés des comptes de John Podesta, chef de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, par des pirates du gouvernement russe. Comey a dit que les messages ont probablement été transmis à WikiLeaks par un intermédiaire. Assange a dit que les e-mails n’avaient pas été fournis par des « acteurs étatiques ».

    Le Parti démocrate, qui cherche à imputer sa défaite électorale à l’ » ingérence » russe plutôt qu’à la grotesque inégalité des revenus, à la trahison de la classe ouvrière, à la perte des libertés civiles, à la désindustrialisation et au coup d’Etat des entreprises que le parti a aidé à orchestrer, accuse Assange d’être un traître, bien qu’il ne soit pas un citoyen américain. Ni un espion. Et à ma connaissance, aucune loi ne lui interdit de publier les secrets du gouvernement US. Il n’a commis aucun crime. Aujourd’hui, les articles parus dans les journaux qui publiaient autrefois des articles de WikiLeaks mettent l’accent sur son comportement prétendument négligeant – ce qui n’était pas évident lors de mes visites – et sur le fait qu’il est, selon les mots du Guardian, « un invité indésirable » à l’ambassade. La question vitale des droits d’un éditeur et d’une presse libre a cédé le place à la calomnie contre la personne.

    Assange a obtenu l’asile à l’ambassade en 2012 afin d’éviter l’extradition vers la Suède pour répondre à des questions sur des accusations d’infractions sexuelles qui ont finalement été abandonnées. Assange craignait qu’une fois détenu par les Suédois, il soit extradé vers les États-Unis [un accord d’extradition entre la Suède et les Etats-Unis autorise l’extradition d’une personne comme simple « témoin » – NdT]. Le gouvernement britannique a déclaré que, bien qu’il ne soit plus recherché pour interrogatoire en Suède, Assange sera arrêté et emprisonné s’il quitte l’ambassade pour avoir violé les conditions de sa libération sous caution.

    WikiLeaks et Assange ont fait plus pour dénoncer les sombres machinations et crimes de l’Empire américain que toute autre organisation de presse. Assange, en plus de dénoncer les atrocités et les crimes commis par l’armée américaine dans nos guerres sans fin et de révéler les rouages internes de la campagne Clinton, a rendu publics les outils de piratage utilisés par la CIA et la NSA, leurs programmes de surveillance et leur ingérence dans les élections étrangères, notamment les élections françaises. Il a révélé le complot contre le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn par des députés travaillistes au Parlement. Et WikiLeaks s’est rapidement mobilisé pour sauver Edward Snowden, qui a exposé la surveillance totale du public américain par le gouvernement, de l’extradition vers les États-Unis en l’aidant à fuir Hong Kong pour Moscou. Les fuites de Snowden ont également révélé, de façon inquiétante, qu’Assange était sur une « liste de cibles d’une chasse à l’homme » américaine.

    Ce qui arrive à Assange devrait terrifier la presse. Et pourtant, son sort se heurte à l’indifférence et au mépris sarcastique. Une fois expulsé de l’ambassade, il sera jugé aux États-Unis pour ce qu’il a publié. Cela créera un précédent juridique nouveau et dangereux que l’administration Trump et les futures administrations utiliseront contre d’autres éditeurs, y compris ceux qui font partie de la mafia qui tentent de lyncher Assange. Le silence sur le traitement d’Assange n’est pas seulement une trahison à son égard, mais une trahison de la liberté de la presse elle-même. Nous paierons cher cette complicité.

    Même si ce sont les Russes qui ont fourni les courriels de Podesta à Assange, il a eu raison de les publier. C’est ce que j’aurais fait. Ces courriers ont révélé les pratiques de l’appareil politique Clinton qu’elle et les dirigeants démocrates cherchaient à cacher. Au cours des deux décennies où j’ai travaillé en tant que correspondant à l’étranger, des organisations et des gouvernements m’ont régulièrement divulgué des documents volés. Ma seule préoccupation était de savoir si les documents étaient authentiques ou non. S’ils étaient authentiques, je les publiais. Parmi ceux qui m’en ont transmis, il y avait les rebelles du Front de Libération Nationale Farabundo Marti (FMLN) ; l’armée salvadorienne, qui m’a un jour donné des documents du FMLN ensanglantés trouvés après une embuscade, le gouvernement sandiniste du Nicaragua ; le Mossad, le service de renseignement israélien ; le FBI ; la CIA ; le groupe rebelle du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ; l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ; le service de renseignement français, la Direction générale de la sécurité extérieure, ou DGSE ; et le gouvernement serbe de Slobodan Milosovic, qui a ensuite été jugé comme un criminel de guerre.

    Nous avons appris par les courriels publiés par WikiLeaks que la Fondation Clinton a reçu des millions de dollars de l’Arabie saoudite et du Qatar, deux des principaux bailleurs de fonds de l’État islamique. En tant que secrétaire d’État, Hillary Clinton a remboursé ses donateurs en approuvant la vente de 80 milliards de dollars d’armes à l’Arabie saoudite, ce qui a permis au royaume de mener une guerre dévastatrice au Yémen qui a déclenché une crise humanitaire, notamment une grave pénurie alimentaire et une épidémie de choléra, et fait près de 60 000 morts. Nous avons appris que Clinton avait touché 675 000 $ pour une conférence chez Goldman Sachs, une somme si énorme qu’elle ne peut être qualifiée que comme un pot-de-vin. Nous avons appris que Mme Clinton avait dit aux élites financières, lors de ses entretiens lucratifs, qu’elle voulait » l’ouverture du commerce et des frontières » et qu’elle croyait que les dirigeants de Wall Street étaient les mieux placés pour gérer l’économie, une déclaration qui allait directement à l’encontre de ses promesses électorales. Nous avons appris que la campagne Clinton avait pour but d’influencer les primaires républicaines pour s’assurer que Donald Trump était le candidat républicain. Nous avons appris que Mme Clinton avait obtenu à l’avance les questions posées lors du débat pendant les primaires. Nous avons appris, parce que 1 700 des 33 000 courriels provenaient d’Hillary Clinton, qu’elle était l’architecte principale de la guerre en Libye. Nous avons appris qu’elle croyait que le renversement de Moammar Kadhafi lui permettrait d’améliorer ses chances en tant que candidate à la présidence. La guerre qu’elle a voulu a plongé la Libye dans le chaos, vu la montée au pouvoir des djihadistes radicaux dans ce qui est aujourd’hui un État en déliquescence, déclenché un exode massif de migrants vers l’Europe, vu les stocks d’armes libyens saisis par des milices rebelles et des radicaux islamiques dans toute la région, et fait 40 000 morts. Cette information aurait-elle dû rester cachée ? Vous pouvez dire oui, mais dans ce cas vous ne pouvez pas vous qualifier de journaliste.

    « Ils sont en train de piéger mon fils pour avoir une excuse pour le livrer aux États-Unis, où il fera l’objet d’un simulacre de procès« , a averti Christine Assange. « Au cours des huit dernières années, il n’a pas eu accès à un processus juridique approprié. A chaque étape, c’est l’injustice qui a prévalu, avec un énorme déni de justice. Il n’y a aucune raison de penser qu’il en sera autrement à l’avenir. Le grand jury américain qui produit le mandat d’extradition se tient en secret, a quatre procureurs mais pas de défense ni de juge.

    Le traité d’extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis permet au Royaume-Uni d’extrader Julian vers les États-Unis sans qu’il y ait de preuve prima facie. Une fois aux États-Unis, la National Defense Authorization Act permet la détention illimitée sans procès. Julian risque d’être emprisonné à Guantánamo Bay et torturé, d’être condamné à 45 ans de prison de haute sécurité, ou la peine de mort.« 

    Assange est seul. Chaque jour qui passe lui est plus difficile. C’est le but recherché. C’est à nous de protester. Nous sommes son dernier espoir, et le dernier espoir, je le crains, pour une presse libre.

    Chris Hedges

    Chris Hedges, a passé près de deux décennies comme correspondant à l’étranger en Amérique centrale, au Moyen-Orient, en Afrique et dans les Balkans. Il a fait des reportages dans plus de 50 pays et a travaillé pourThe Christian Science Monitor, National Public Radio, The Dallas Morning News et The New York Times, pour lesquels il a été correspondant à étranger pendant 15 ans.

    Traduction « il y aura des comptes à rendre » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles » »https://www.truthdig.com/articles/crucifying-julian-assange/URL de cet article 34082 
    https://www.legrandsoir.info/la-crucifixion-de-julian-assange-ce-qui-arrive-a-assange-devrait-terri

  • The Rise and Fall of the Latin American Left | The Nation
    https://www.thenation.com/article/the-ebb-and-flow-of-latin-americas-pink-tide

    Conservatives now control Latin America’s leading economies, but the region’s leftists can still look to Uruguay for direction.
    By Omar G. Encarnación, May 9, 2018

    Last December’s election of Sebastián Piñera, of the National Renewal party, to the Chilean presidency was doubly significant for Latin American politics. Coming on the heels of the rise of right-wing governments in Argentina in 2015 and Brazil in 2016, Piñera’s victory signaled an unmistakable right-wing turn for the region. For the first time since the 1980s, when much of South America was governed by military dictatorship, the continent’s three leading economies are in the hands of right-wing leaders.

    Piñera’s election also dealt a blow to the resurrection of the Latin American left in the post–Cold War era. In the mid-2000s, at the peak of the so-called Pink Tide (a phrase meant to suggest the surge of leftist, noncommunist governments), Venezuela, Argentina, Brazil, Chile, Uruguay, Paraguay, Ecuador, and Bolivia, or three-quarters of South America’s population (some 350 million people), were under left-wing rule. By the time the Pink Tide reached the mini-state of Mexico City, in 2006, and Nicaragua, a year later (culminating in the election of Daniel Ortega as president there), it was a region-wide phenomenon.

    It’s no mystery why the Pink Tide ran out of steam; even before the Chilean election, Mexican political scientist Jorge Castañeda had already declared it dead in The New York Times. Left-wing fatigue is an obvious factor. It has been two decades since the late Hugo Chávez launched the Pink Tide by toppling the political establishment in the 1998 Venezuelan presidential election. His Bolivarian revolution lives on in the hands of his handpicked successor, Nicolás Maduro, but few Latin American governments regard Venezuela’s ravaged economy and diminished democratic institutions as an inspiring model. In Brazil, the Workers’ Party, or PT, was in power for 14 years, from 2002 through 2016, first under its founder, Luiz Inácio Lula da Silva, between 2003 and 2011, and then under his successor and protégée, Dilma Rousseff, from 2011 to 2016. The husband-and-wife team of Néstor Kirchner and Cristina Fernández de Kirchner of the Peronist Party governed Argentina from 2003 to 2015. Socialist Michelle Bachelet had two nonconsecutive terms in office in Chile, from 2006 to 2010 and from 2014 to 2018.

    Economic turmoil and discontent is another culprit. As fate would have it, the Pink Tide coincided with one of the biggest economic expansions in Latin American history. Its engine was one of the largest commodities booms in modern times. Once the boom ended, in 2012—largely a consequence of a slowdown in China’s economy—economic growth in Latin America screeched to a halt. According to the International Monetary Fund, since 2012 every major Latin American economy has underperformed relative to the previous 10 years, with some economies, including that of Brazil, the region’s powerhouse, experiencing their worst recession in decades. The downturn reined in public spending and sent the masses into the streets, making it very difficult for governments to hang on to power.

    Meanwhile, as the commodity boom filled states’ coffers, leftist politicians became enmeshed in the same sorts of corrupt practices as their conservative predecessors. In April, Lula began serving a 12-year prison sentence for having accepted bribes in exchange for government contracts while in office. His prosecution, which in principle guarantees that he will not be a candidate in this year’s presidential race, was the high point of Operation Car Wash, the biggest anti-corruption dragnet in Brazilian history. Just after leaving office, in 2015, Cristina Fernández de Kirchner was indicted for fraud for conspiring with her former public-works secretary, José López, to steal millions of federal dollars intended for roadwork in Argentina. The “nuns and guns” scandal riveted the country, with the arrest of a gun-toting López as he hurled bags stuffed with millions of dollars over the walls of a Catholic convent in a suburb of Buenos Aires. In Chile, Bachelet left office under a cloud of suspicion. Her family, and by extension Bachelet herself, is accused of illegal real-estate transactions that netted millions of dollars.

    All this said, largely overlooked in obituaries of the Pink Tide is the right-wing backlash that it provoked. This backlash aimed to reverse the shift in power brought on by the Pink Tide—a shift away from the power brokers that have historically controlled Latin America, such as the military, the Catholic Church, and the oligarchy, and toward those sectors of society that have been marginalized: women, the poor, sexual minorities, and indigenous peoples. Rousseff’s impeachment in 2016 perfectly exemplifies the retaliation organized by the country’s traditional elites. Engineered by members of the Brazilian Congress, a body that is only 11 percent female and has deep ties to industrial barons, rural oligarchs, and powerful evangelical pastors, the impeachment process was nothing short of a patriarchal coup.

    In a 2017 interview, Rousseff made note of the “very misogynist element in the coup against me.… They accused me of being overly tough and harsh, while a man would have been considered firm, strong. Or they would say I was too emotional and fragile, when a man would have been considered sensitive.” In support of her case, Rousseff pointed out that previous Brazilian presidents committed the same “crime” she was accused of (fudging the national budget to hide deficits at reelection time), without any political consequence. As if to underscore the misogyny, Rousseff’s successor, Michel Temer, came into office with an all-male cabinet.

    In assessing the impact of the Pink Tide, there is a tendency to bemoan its failure to generate an alternative to neoliberalism. After all, the Pink Tide rose out of the discontent generated by the economic policies championed by the United States and international financial institutions during the 1990s, such as privatizations of state enterprises, austerity measures, and ending economic protectionism. Yet capitalism never retreated in most of Latin America, and US economic influence remains for the most part unabated. The only significant dent on the neoliberal international order made by the Pink Tide came in 2005, when a massive wave of political protests derailed the George W. Bush administration’s plan for a Free Trade Area of the Americas, or FTAA. If enacted, this new trade pact would have extended the North American Free Trade Agreement (NAFTA) to all countries in the Americas save for Cuba, or 34 nations in total.

    But one shouldn’t look at the legacy of the Pink Tide only through the lens of what might have been with respect to replacing neoliberalism and defeating US imperialism. For one thing, a good share of the Pink Tide was never anti-neoliberal or anti-imperialist. Left-wing rule in Argentina, Brazil, Uruguay, and Chile (what Castañeda called the “good left”) had more in common with the social-democratic governments of Western Europe, with its blend of free-market economics and commitment to the welfare state, than with Cuba’s Communist regime.

    Indeed, only in the radical fringe of the Pink Tide, especially the triumvirate of Chávez of Venezuela, Evo Morales of Bolivia, and Rafael Correa of Ecuador (the “bad left,” according to Castañeda), was the main thrust of governance anti-neoliberal and anti-imperialist. Taking Cuba as a model, these self-termed revolutionaries nationalized large sectors of the economy, reinvigorated the role of the state in redistributing wealth, promoted social services to the poor, and created interstate institutions, such as the Bolivarian Alliance for the Peoples of Our America, or ALBA, to promote inter-American collaboration and to challenge US hegemony.

    Second, the focus on neoliberalism and US imperialism obscures the Pink Tide’s biggest accomplishments. To be sure, the picture is far from being uniformly pretty, especially when it comes to democracy. The strong strand of populism that runs through the Pink Tide accounts for why some of its leaders have been so willing to break democratic norms. Claiming to be looking after the little guy, the likes of Chávez and Maduro have circumvented term limits and curtailed the independence of the courts and the press. But there is little doubt that the Pink Tide made Latin America more inclusive, equitable, and democratic, by, among other things, ushering in an unprecedented era of social progressivism.

    Because of the Pink Tide, women in power are no longer a novelty in Latin American politics; in 2014, female presidents ruled in Argentina, Brazil, and Chile. Their policies leave little doubt about the transformative nature of their leadership. In 2010, Fernández boldly took on the Argentine Catholic Church (then headed by present-day Pope Francis) to enact Latin America’s first ever same-sex marriage law; this was five years before same-sex marriage became the law of the land in the United States. A gender-identity law, one of the world’s most liberal, followed. It allows individuals to change their sex assigned at birth without permission from either a doctor or a judge. Yet another law banned the use of “conversion therapy” to cure same-sex attraction. Argentina’s gay-rights advances were quickly emulated by neighboring Uruguay and Brazil, kick-starting a “gay-rights revolution” in Latin America.

    Rousseff, who famously referred to herself with the gender-specific title of a presidenta, instead of the gender-neutral “president,” did much to advance the status of women in Brazilian society. She appointed women to the three most powerful cabinet positions, including chief of staff, and named the first female head of Petrobras, Brazil’s largest business corporation; during her tenure in office, a woman became chief justice of the Federal Supreme Court. Brutally tortured by the military during the 1970s, as a university student, Rousseff put human rights at the center of Brazilian politics by enacting a law that created Brazil’s first ever truth commission to investigate the abuses by the military between 1964 and 1985. She also signed laws that opened the Brazilian Army to women and that set into motion the corruption campaign that is currently roiling the Brazilian political class. These laws earned Rousseff the enmity of the military and conservatives.

    Bachelet, the last woman standing, made news when she entered office, in 2006, by naming the same number of men and women to her cabinet. After being term-limited, she became the first head of the newly established UN Women (formally known as the United Nations Entity for Gender Equality and the Empowerment of Women), before returning to Chile to win a second term at the presidency in 2014. During her second term, she created the Ministry of Gender Equality to address gender disparities and discrimination, and passed a law that legalized abortion in cases of rape, when there is a threat to the life of the mother, or when the fetus has a terminal condition. Less known is Bachelet’s advocacy for the environment. She weaned Chile off its dependence on hydrocarbons by building a vast network of solar- and wind-powered grids that made electricity cheaper and cleaner. She also created a vast system of national parks to protect much of the country’s forestland and coastline from development.

    Latin America’s socioeconomic transformation under the Pink Tide is no less impressive. Just before the economic downturn of 2012, Latin America came tantalizingly close to becoming a middle-class region. According to the World Bank, from 2002 to 2012, the middle class in Latin America grew every year by at least 1 percent to reach 35 percent of the population by 2013. This means that during that time frame, some 10 million Latin Americans joined the middle class every year. A consequence of this dramatic expansion of the middle class is a significant shrinking of the poor. Between 2000 and 2014, the percentage of Latin Americans living in poverty (under $4 per day) shrank from 45 to 25 percent.

    Economic growth alone does not explain this extraordinary expansion of the Latin American middle class and the massive reduction in poverty: Deliberate efforts by the government to redistribute wealth were also a key factor. Among these, none has garnered more praise than those implemented by the Lula administration, especially Bolsa Família, or Family Purse. The program channeled direct cash payments to poor families, as long as they agreed to keep their children in school and to attend regular health checkups. By 2013, the program had reached some 12 million households (50 million people), helping cut extreme poverty in Brazil from 9.7 to 4.3 percent of the population.

    Last but not least are the political achievements of the Pink Tide. It made Latin America the epicenter of left-wing politics in the Global South; it also did much to normalize democratic politics in the region. With its revolutionary movements crushed by military dictatorship, it is not surprising that the Latin American left was left for dead after the end of the Cold War. But since embracing democracy, the left in Latin America has moderated its tactics and beliefs while remaining committed to the idea that deliberate state action powered by the popular will is critical to correcting injustice and alleviating human suffering. Its achievements are a welcome antidote to the cynicism about democratic politics afflicting the American left.

    How the epoch-making legacy of the Pink Tide will fare in the hands of incoming right-wing governments is an open question. Some of the early signs are not encouraging. The Temer administration in Brazil has shown a decidedly retro-macho attitude, as suggested by its abolishment of the Ministry of Women, Racial Equality, and Human Rights (its functions were collapsed into the Ministry of Justice) and its close ties to a politically powerful evangelical movement with a penchant for homophobia. In Argentina, President Mauricio Macri has launched a “Trumpian” assault on undocumented immigrants from Bolivia, Paraguay, and Peru, blaming them for bringing crime and drugs into the country. Some political observers expect that Piñera will abridge or overturn Chile’s new abortion law.

    But there is reason for optimism. Temer and Macri have been slow to dismantle anti-poverty programs, realizing that doing so would be political suicide. This is hardly surprising, given the success of those programs. Right-wing governments have even seen fit to create anti-poverty programs of their own, such as Mexico’s Prospera. Moreover, unlike with prior ascents by the right in Latin America, the left is not being vanished to the political wilderness. Left-wing parties remain a formidable force in the legislatures of most major Latin American countries. This year alone, voters in Brazil, Mexico, and Colombia will have presidential elections, raising the prospect that a new Pink Tide might be rising. Should this new tide come in, the Latin American left would do well to reform its act and show what it has learned from its mistakes.

    Latin American leftists need not look far to find a model to emulate: Uruguay. It exemplifies the best of the Pink Tide without its excesses. Frente Amplio, or Broad Front, a coalition of left-wing parties in power since 2005, has put the country at the vanguard of social change by legalizing abortion, same-sex marriage, and, most famously, recreational marijuana. For these reasons alone, in 2013 The Economist chose “liberal and fun-loving” Uruguay for its first ever “country of the year” award.

    Less known accomplishments include being one of only two countries in Latin America that enjoy the status of “high income” (alongside Chile), reducing poverty from around 40 percent to less than 12 percent from 2005 to 2014, and steering clear of corruption scandals. According to Transparency International, Uruguay is the least corrupt country in Latin America, and ranks among the world’s 25 least corrupt nations. The country also scored a near perfect 100 in Freedom House’s 2018 ranking of civil and political freedoms, virtually tied with Canada, and far ahead of the United States and neighboring Argentina and Brazil. The payoff for this much virtue is hard to ignore. Among Latin American nations, no other country shows more satisfaction with its democracy.

    Omar G. EncarnaciónOmar G. Encarnación is a professor of political studies at Bard College and author of Out in the Periphery: Latin America’s Gay Rights Revolution.

    #politique #amérique_latine #impérialisme

  • [L’engrenage] Diffusion « Operation Correa 2 : On revient de loin » de Pierre Carles - Nina Faure
    https://grenoble.indymedia.org/2018-05-01-Diffusion-Operation-Correa-2-On

    Depuis 2007 en Équateur, le gouvernement de Rafael Correa a refusé de payer une partie de la dette publique, récupéré la souveraineté sur ses ressources naturelles face aux multinationales. Grâce à des politiques de redistribution, la pauvreté et les inégalités ont baissé fortement tandis que la classe moyenne a doublé en huit ans. Pierre Carles, Nina Faure et leur équipe débarquent tout feu tout flamme dans ce nouvel Eldorado. Mais, à leur arrivée, les rues s’embrasent. En sillonnant le pays en (...)

    #Agenda

  • [L’engrenage] Diffusion « Operation Correa 1 : Les ânes ont soif » de Pierre Carles (Prix libre)
    https://grenoble.indymedia.org/2018-03-24-Diffusion-Operation-Correa-1-Les

    La visite en France d’un champion de la croissance économique passe rarement inaperçue, même lorsqu’elle ne présente qu’un intérêt médiocre. Un serrage de louches sur le perron de l’Elysée avec un président chinois ou une chancelière allemande rameute à coup sûr le ban et l’arrière-ban des troupes journalistiques. Pourquoi alors la presse hexagonale a-t-elle boudé le dernier séjour à Paris de Rafael Correa ? Le 6 novembre 2013, le président équatorien était à la Sorbonne pour décrire le modèle économique en (...)

    #Agenda

  • #Equateur : un référendum pour en finir avec Rafael Correa
    https://www.mediapart.fr/journal/international/030218/equateur-un-referendum-pour-en-finir-avec-rafael-correa

    Rafael Correa en campagne pour le non, dans les environs de Quito, le 29 janvier 2017 © Reuters Le scrutin de ce dimanche 4 février, lancé par le président Lenín Moreno, sonne comme un coup de grâce porté contre son ancien mentor Rafael Correa. La bataille entre les deux hommes qui ont partagé le pouvoir rebat les cartes politiques. Mais si le « style » Moreno tranche avec celui de son prédécesseur, ce n’est pas encore le cas de son programme.

    #International

    • L’ancien président de la République de l’Equateur a donné une conférence sur le « socialisme du bien-vivre », vendredi à Marseille, lors des « amphis d’été » de la France insoumise.

      « Nous étions parmi les pays les plus inéquitables de l’Amérique latine et sommes désormais parmi les trois pays les plus équitables. (…) Il y a eu une réduction de la pauvreté : 1,8 millions de personnes en sont sorties », a-t-il défendu. Refusant « l’orthodoxie », rejetant « les dogmes et les expectatives idéologiques », il a soutenu un projet de « recherche permanente de la justice et de la prédominance de l’humain sur le capital ». Regrettant que le monde soit « dominé par l’empire du capital financier », il a plaidé pour « une société avec un marché » plutôt que pour « une société de marché ». « Le marché doit exister en fonction des nécessités sociales », a-t-il argumenté, avant de pointer que son pays a rencontré des difficultés économiques dues à un tremblement de terre et aux crises pétrolières.

      Certain que « l’Amérique latine a vécu un changement d’époque » et entamé « un processus », il a tancé les ingérences extérieures, et ciblé en particulier les médias privés sud-américains, qui représentent à ses yeux le « vrai pouvoir politique » et sont en passe de devenir un « pouvoir sans contre-pouvoir ». « On nous présente la politique comme corrompue et méchante pour empêcher toute transformation, toute implication citoyenne, pour nous faire croire qu’il n’y a pas besoin de politique mais juste d’experts », a-t-il aussi mesuré.

      La situation de l’Amérique latine, au-delà de la présence de Rafael Correa, a également été débattue par les insoumis à Marseille lors de la conférence « Quand la gauche est au pouvoir : quels enseignements de l’Amérique latine ? » Enfin, une formation réservée aux élus et intitulée « Le processus constituant au Venezuela : retour d’expérience » était aussi au programme. Nombre de militants présents disaient vouloir refuser toute « position binaire » et tout « manichéisme » sur la situation de ce pays en proie à des violences, à une crise économique et démocratique, et dont le président Nicolas Maduro est régulièrement présenté comme un dictateur par les médias français. « La campagne de désinformation en France est indigne, s’est agacée la députée FI Clémentine Autain. L’opposition de droite vénézuélienne ressemble davantage à l’extrême droite qu’à de gentils libéraux. Je ne partage pas tout ce que fait Maduro mais j’appelle à ce qu’en France on sorte des caricatures. Si la France veut être à la pointe de la lutte contre les dictatures, elle peut déjà s’interroger sur nombre de ses partenaires. Depuis Chavez, les gouvernements au Venezuela luttent pour le partage des richesses et font face à l’ingérence américaine. Donald Trump lui même a dit vouloir faire tomber le gouvernement du Venezuela. Cela doit nous interroger. Nous avons besoin d’un débat serein. »

      https://www.humanite.fr/universites-dete-rafael-correa-invite-dhonneur-des-insoumis-640971

    • Dimanche 27 août 2017 Jean-Luc Mélenchon concluait les AMFiS d’été de la France insoumise à Marseille. Il a dénoncé la politique antisociale et antiécologique d’Emmanuel Macron, qui ne servira que les plus riches. Il a appelé à lutter contre le coup d’État social du président de la République avec la marche du 23 septembre qui aura lieu à Paris.
      https://youtu.be/oHzO8w7RKfY?t=3647

  • Equateur : Lenin Moreno, nouveau président qui veut consolider la gauche
    La Croix | afp, le 24/05/2017
    http://www.la-croix.com/Monde/Equateur-Lenin-Moreno-nouveau-president-veut-consolider-gauche-2017-05-24-

    Lenin Moreno, nouveau président de l’Equateur, investi à Quito le 24 mai 2017 / AFP

    Lenin Moreno a été investi mercredi président de l’Equateur, avec l’objectif de consolider le « Socialisme du XXIe siècle » impulsé par son prédécesseur Rafael Correa, un espoir pour une gauche affaiblie en Amérique latine, voire en crise comme au Venezuela.

    Lenin Moreno, 64 ans, diplômé en administration publique, a prêté serment devant le Congrés en présence d’une dizaine de chefs d’Etat de la région, notamment de Bolivie, de Colombie, du Chili ou encore du Pérou.

    Nicolas Maduro, président d’un Venezuela en pleine tourmente politico-économique, était absent.

    « Vous êtes légalement et constitutionnellement intronisé président des Equatoriens », a déclaré José Serrano, président de l’Assemblée nationale, chambre unique du Parlement, dominé par le parti présidentiel Alliance Pais (AP - Patria Altiva i Soberana : Patrie altière et souveraine - l’acronyme jouant sur le mot « pays » en espagnol).

    Paraplégique depuis une attaque à main armée en 1998, M. Moreno devient l’un des rares chefs d’Etat, avec Franklin Roosevelt (Etats-Unis, 1933-1945), à se déplacer en fauteuil roulant et le premier de ce pays pétrolier, en difficultés économiques avec la chute des cours du brut.

    Ancien vice-président (2007-2013) de M. Correa, il entend poursuivre une politique économique de gauche, soutenue par l’Etat, mais avec une gestion adéquate des ressources pour plus de justice sociale. Son programme vise à « approfondir les changements obtenus, à défendre les avancées sociales ».(...)

    #Equateur

  • Nestlé et la fin de l’ère Brabeck 20 Mai 2017 - Franklin Frederick - InvestigAction
    http://www.investigaction.net/nestle-et-la-fin-de-lere-brabeck

    « Trois phénomènes d’une considérable importance politique ont défini le XXème siècle : la progression de la démocratie, l’augmentation du pouvoir des entreprises et le déploiement massif de la propagande par les entreprises dans le but de maintenir leur pouvoir à l’abri de la démocratie. » (Alex Carey)

    Le jeudi 6 avril 2017, Peter Brabeck-Letmathe, 72 ans, a assisté pour la dernière fois à l’assemblée générale de Nestlé en tant que Président de son conseil d’administration. Il a travaillé 50 ans pour Nestlé, dont 20 ans en tant que Président du conseil d’administration. Il est indéniable que Brabeck est un homme intelligent et un brillant stratège, toujours prêt à défendre ses idées sur la place publique. Il a été si souvent vu dans des films et dans les médias en général qu’il est devenu une sorte de célébrité parmi les P.D.G. Il fait probablement partie des Autrichiens de notre époque les plus connus au monde, tout comme son compatriote Arnold Schwarzenegger, avec qui il a beaucoup en commun. Leurs opinions économiques et politiques semblent s’inspirer directement de celles de l’École autrichienne d’économie qui est née à Vienne à la fin du XIXème siècle. Selon l’économiste Michael Hudson, l’École autrichienne d’économie a fait brusquement son apparition comme « une manière de riposter aux réformes socialistes. En s’opposant aux règlementations publiques et aux nationalisations, l’École autrichienne d’économie a créé un univers parallèle dans lequel l’État apparait seulement comme étant un fardeau (…). » (1) 

    L’un et l’autre, en leur qualité respective (Peter Brabeck en tant que P.D.G. de Nestlé et membre du Conseil d’administration de plusieurs autres sociétés ; Arnold Schwarzenegger en tant que gouverneur de Californie), ont fait tout leur possible pour protéger le monde contre ce fléau qu’est l’État-providence, défendre les sociétés privées contre les réglementations étatiques et traquer l’intérêt commun où qu’il puisse être, tout en prêchant l’évangile de la privatisation comme garantissant le relèvement de l’économie, si ce n’est de la civilisation même. Cependant, contrairement à Schwarzenegger, Peter Brabeck eut une influence plus grande et plus durable sur l’économie et la société de manière générale. Il est donc important d’examiner de plus près l’héritage qu’il a laissé. 

    L’une des principales réussites de Brabeck fut la création du Water Resources Group (WRG), une sorte de groupe de réflexion, de lobby, et d’organisation de développement ayant pour but de promouvoir les partenariats public-privé dans le secteur de l’eau. Il est Président du conseil d’administration de WRG et, jusqu’à présent, rien ne laisse à penser qu’il va également se retirer de cette fonction. Le WRG a été fondé par Nestlé, Coca-Cola, Pepsi Co et SAB Miller, les géants de l’industrie de l’eau en bouteilles. D’autres membres puissants et influents en font partie, qui ne sont pas directement liés à l’industrie de l’eau embouteillée, telle la Société financière internationale (SFI), organisation membre du Groupe de la Banque Mondiale et dont l’activité consiste à conseiller les sociétés du secteur privé dans leurs projets. Philippe Le Houérou, P.D.G. de la SFI, est vice-président du conseil d’administration du WRG. La Direction du développement et de la coopération (DDC) est également membre du WRG. Manuel Sager, le chef de la DDC, fait partie du Conseil des gouverneurs du WRG, tout comme les P.D.G. de Coca-Cola et PepsiCo. 

    Le WRG fournit à Peter Brabeck le cadre institutionnel idéal pour intensifier sa politique de privatisation de l’eau. Les entreprises d’embouteillage d’eau, dont Nestlé, ont évidemment beaucoup d’avantages à tirer de la privatisation de l’eau ainsi que du démantèlement des services publics de l’eau. Grâce à sa puissance économique et politique, le WRG peut user de son influence sur les gouvernements du monde entier. En plus de cela, on oublie souvent les relations importantes du WRG : en 2015, le géant de l’industrie brassicole AB Inbev a fait l’acquisition de SABMiller, qui est membre du WRG. AB Inbev appartient à l’Empire de l’helvético-brésilien Jorge Paulo Lemann, première fortune du Brésil et deuxième fortune de la Suisse d’après le magazine FORBES. L’Empire économique de Lemann s’étend jusqu’au cœur des États-Unis et de l’Amérique latine. 

    Autre réussite d’importance, les relations de travail étroites que Brabeck a noué entre Nestlé et l’armée. Dans les années 70 et 80 du siècle dernier, Nestlé s’est trouvée confrontée à une très grande menace pour son image de marque et ses pratiques : la campagne « Nestlé tue les bébés » menée par des groupes issus des sociétés civiles européenne et américaine. Pour venir à bout de ce problème, Nestlé a recruté Raphael Pagan, officier des renseignements américains, qui fut chargé de développer des stratégies afin de « combattre » les critiques émanant des sociétés civiles. À ce moment-là, Brabeck n’était pas encore le P.D.G. de Nestlé, mais cette expérience a semble-t-il été couronnée de succès depuis que Brabeck lui en a donné une nouvelle dimension. Lorsqu’il était P.D.G. de Nestlé, Brabeck a embauché John Hedley, un ancien agent du MI6, en tant que chef de la sécurité chez Nestlé. Ce dernier a organisé une opération d’infiltration de mouvements issus de la société civile suisse qui se montraient critiques à l’égard de Nestlé, et particulièrement d’une organisation du nom d’ATTAC. En 2011, Nestlé a organisé son propre forum international de « Création de Valeur Partagée » en partenariat avec « l’Atlantic Council », une organisation de grandes sociétés proches de l’OTAN. Nestlé États-Unis a prévu un programme spécial pour l’emploi des anciens militaires. Voici ce que l’on peut lire sur leur site : 
    « Nestlé est fière d’offrir de nombreuses opportunités aux vétérans de l’armée américaine, en leur permettant de mettre à contribution leurs formations et compétences exceptionnelles au sein des différentes sociétés opérationnelles de notre organisation. » (2) 

    L’existence de liens étroits entre des sociétés transnationales et les services de renseignements de l’armée ou l’armée en général n’est pas propre à Nestlé. Mais, contrairement à la plupart des autres sociétés transnationales (STN), Peter Brabeck fut parmi les premiers à se lancer dans ce type de coopération. Les raisons en sont simples : les STN et le secteur financier sont les principales forces motrices des politiques néo-libérales, cette forme extrême et profondément antidémocratique du fondamentalisme de droite du marché. Les privatisations sont l’un des principaux outils politiques du projet des néo-libéraux, ce qui en réalité signifie transformer les biens communs en profits privés et qui, par définition, ne va pas vraiment attirer le soutien de la population…En conséquence, les politiques néo-libérales se heurtent forcément à la résistance du peuple et ne peuvent être appliquées que par l’utilisation de la violence ou de la duperie. Les services de renseignements de l’armée sont capables de fournir des informations sur la façon dont la société civile s’organise contre la mainmise des entreprises sur les ressources naturelles et l’appropriation de la démocratie par celles-ci, et ainsi, grâce à ces importants moyens, permettent aux entreprises de sauvegarder leur pouvoir. De plus, la plupart des ressources naturelles essentielles aux STN se trouvent dans les pays du Sud où coopérer avec l’armée peut être bien utile lorsqu’il s’agit de combattre les gouvernements et peuples locaux s’ils tentent d’utiliser leurs ressources naturelles pour leur propre développement, ce que l’establishment néo-libéral considère comme le crime suprême. C’est ce qui se passa au Chili lorsque Salvador Allende fut élu et que son gouvernement entreprit la nationalisation de certaines ressources naturelles du Chili dans l’objectif de développer le pays, au détriment des profits des multinationales. La première réaction du puissant establishment international fut alors de déclarer une guerre économique contre le Chili et, lorsque cela ne suffit pas, d’entreprendre un coup d’État sous la conduite du Général Augusto Pinochet. Il s’ensuivit une guerre contre le peuple chilien pendant plusieurs années durant lesquelles des milliers d’individus furent assassinés ou portés disparus. Du point de vue des néo-libéraux, ce fut une réussite : Pinochet a effectivement mis en œuvre tout un programme néolibéral au niveau du gouvernement. Peter Brabeck a eu l’occasion de voir de très près les actions de Pinochet : il se trouvait au Chili. Il a commencé sa carrière chez Nestlé au Chili à ce moment précis. Il a dû être impressionné par les mesures prises par Pinochet concernant l’opposition du peuple aux politiques de privatisation. 

    Cependant, il n’est pas toujours possible d’avoir recours ouvertement à la violence pour appliquer des politiques impopulaires. Le projet néolibéral a alors recours à la duperie en tentant de dissimuler les véritables objectifs de ses politiques et de convaincre le peuple qu’il œuvre en réalité dans son propre intérêt. Ainsi, les sociétés privées qui tentent d’imposer la privatisation des services publics par le biais, par exemple, de l’Accord sur le Commerce des Services (ACS), se sont baptisées les « Très Bons Amis des Services ». (3) Peter Brabeck qualifie la manière dont Nestlé procure des « effets positifs sur le long terme pour les actionnaires et la société » de « Création de Valeur Partagée ». L’eau en tant que bien commun est notre plus précieuse valeur partagée et celle-ci est clairement menacée par les politiques de privatisation de Brabeck. 

    Le projet néo-libéral essaie avant tout de rester secret. Selon un classement des « informations les plus censurées » établi par « Project Censored » (« Projet Censuré », une initiative visant à dénoncer et lutter contre la censure de l’information), l’information selon laquelle « la moitié de la richesse mondiale est détenue par 1 % de la population » fut la plus censurée de l’année 2015. Cette année (en 2017), 1 % de la population détient plus de la moitié de la richesse mondiale. Seulement 8 hommes possèdent effectivement l’équivalent de ce que la moitié de la population mondiale possède (5). Ceci nous indique clairement ceux à qui profitent réellement les politiques néo-libérales et les privatisations. Toujours en 2015, la « résistance du peuple à l’appropriation de l’eau par les sociétés privées » fut l’information qui occupait la 4ème place de ce même classement. (6) 

    Le fait de s’emparer de l’eau et de la privatiser concorde avec l’accumulation des richesses par les 1 % les plus riches, catégorie à laquelle appartient Peter Brabeck (et une réalité que ce dernier s’efforce de dissimuler). Il est également parvenu à faire taire la plupart des ONG suisses politiquement engagées, conscient que les débats et critiques concernant Nestlé en Suisse (son pays d’origine) pourraient nuire fortement à l’image de marque de Nestlé. 

    La retraite de Peter Brabeck, la fin de l’ère Brabeck, coïncide toutefois avec la fin du projet néo-libéral lui-même. Sa crédibilité a été érodée, ses réels objectifs dévoilés. Partout dans le monde, des mouvements de résistance se développent et, l’un après l’autre, chaque pays rejette fermement les politiques néo-libérales. Il vaut peut-être mieux que ceux qui fêtaient la fin de la Pink Tide (« Marée Rose ») en Amérique Latine, durant laquelle des gouvernements progressistes en Argentine, en Bolivie, en Équateur, au Paraguay, au Brésil et au Venezuela prirent le pouvoir politique, regardent ce qui est en train de se dérouler à nouveau sur ce continent. En Équateur, le peuple a élu Lenin Moreno, candidat soutenu par le Président Rafael Correa ; en Argentine, le président Macri, qui après son élection appliqua des politiques néo-libérales entraînant une hausse de la pauvreté en seulement quelques mois, est à présent confronté à une très forte opposition émanant du peuple et à une grève générale qui a paralysé tout le pays. Ce qu’a accompli Macri en Argentine jusqu’à présent n’est pas ce que l’on peut qualifier de réussite et, au grand désarroi de la classe néo-libérale, il est peu probable qu’il sera réélu. Au Brésil, où il a fallu un coup d’Etat parlementaire afin que les néo-libéraux puissent appliquer tout un programme et se lancer dans la privatisation des biens publics, le gouvernement illégitime du président Michel Temer est en pleine dislocation. Et, malgré la campagne menée par la presse traditionnelle contre l’ancien président Lula, c’est ce dernier qui a obtenu dans tous les sondages le plus de soutien de la part du peuple pour remporter les élections. Au Venezuela, malgré une guerre économique semblable à celle déclarée contre le président Allende au Chili et une campagne menée par la presse internationale contre le gouvernement vénézuélien, la politique selon laquelle les ressources naturelles du pays sont utilisées au profit du peuple continue d’être fièrement appliquée et ses résultats, notamment ses programmes d’alphabétisation ou de logement, sont impressionnants. Cependant, dans la situation actuelle, les résultats concrets et positifs obtenus grâce à des politiques différentes de celles du crédo néo-libéral doivent être minimisés ou complètement ignorés par la presse traditionnelle, le principal allié du néo-libéralisme. Il n’en reste pas moins que les signes des temps sont manifestes et que le projet néo-libéral est arrivé à sa fin. 

    Le successeur de Peter Brabeck chez Nestlé ne sera pas en mesure de faire autant que ce que Brabeck lui-même a fait pour le projet néo-libéral. Et il devra être beaucoup plus prudent face aux critiques émanant des mouvements issus de la société civile car, au final, c’est nous, le peuple, qui déciderons de la place que Nestlé et lui-même pourront occuper à l’avenir. 

    Source : Investig’Action

    Notes :
    (1) Lire Michael Hudson, “J is for Junk Economics”
    (2) https://recruitmilitary.com/Nestle
    (3) http://www.world-psi.org/en/psi-special-report-really-good-friends-transnational-corporations-agreeme
    (4) http://projectcensored.org/1-half-of-global-wealth-owned-by-the-1-percent 
    (5) https://www.oxfam.org/en/pressroom/pressreleases/2017-01-16/just-8-men-own-same-wealth-half-world
    (6) http://projectcensored.org/4-popular-resistance-to-corporate-water-grabbing

    #Eau #Nestlé #Brabeck-Letmathe #Arnold Schwarzenegger #privatisation #Ecole_autrichienne_d_économie #Water_Resources_Group #WRG #Coca-Cola #Pepsi #SABMiller #SFI #Philippe_Le_Houérou #Manuel_Sager #DDC #démantèlement_des_services_publics #AB_Inbev #Atlantic_Council #néo_libéralisme #Biens_Communs #Chili #ACS #Brésil #Argentine

    Nestlé, l’eau, antérieurement publié sur SeenThis

    https://seenthis.net/messages/593729

    https://www.youtube.com/watch?v=qrgtbgjMfu0


    https://seenthis.net/messages/516663

    https://seenthis.net/messages/132395

    https://seenthis.net/messages/86468

    https://seenthis.net/messages/86445

    https://seenthis.net/messages/17692

  • On revient de loin
    http://www.nova-cinema.org/prog/2017/160-family-affairs/entre-deux-tours-betes-et-mechants/article/operation-correa-2-on-revient-de-loin

    Pierre Carles & Nina Faure, 2016, FR, 101’

    Depuis 2007 en Équateur, le gouvernement de Rafael Correa a refusé de payer une partie de la dette publique, a récupéré la souveraineté sur ses ressources naturelles face aux multinationales, et a mené des politiques de redistribution ayant diminué la pauvreté et les inégalités. Désespéré par la politique française, Pierre Carles est admiratif et part visiter ce qu’il voit comme un nouvel Eldorado. En 1998, dans « Pas vu pas pris », son premier film, Pierre Carles s’était fait prédire par le présentateur Jacques Chancel : « Vous verrez, vous aussi, un jour, vous côtoierez les grands de ce monde ». Vingt ans plus tard, cette prophétie se réalise : en Équateur, l’adepte de la critique des médias tutoies le président équatorien, lui tape sur l’épaule (...)

  • En #Equateur, Moreno tourne la page Correa
    https://www.mediapart.fr/journal/international/050417/en-equateur-moreno-tourne-la-page-correa

    Mardi 4 avril à Quito, Lenin Moreno célèbre la victoire. © Reuters L’avancée des droites en Amérique du Sud ne passera pas par l’Équateur. L’ancien vice-président, Lenin Moreno, succède à son mentor Rafael Correa. Plus modéré, ouvert au dialogue, l’homme a promis le changement.

    #International

  • En #Equateur, la page #Rafael_Correa se tourne mollement
    https://www.mediapart.fr/journal/international/180217/en-equateur-la-page-rafael-correa-se-tourne-mollement

    Les soutiens des « progressistes » latinos espèrent assister à l’arrêt de la montée des droites sur le continent lors de l’élection présidentielle équatorienne du 19 février. Mais alors que le président Rafael Correa ne se présente pas et que la crise économique a déjà bien écorné les politiques sociales et écologiques, l’heure n’est pas à l’enthousiasme.

    #International #Amérique_du_sud #Election_présidenitielle #gauches_latinos #Lenin_Moreno

  • « Le Brésil est souvent classé dans la gauche radicale, alors que lors des deux mandats du président Lula, la politique de redistribution sociale n’a pas remis en cause le capitalisme. J’irai plus loin : cette remise en cause n’a pas eu lieu non plus dans le Venezuela de Chávez puis de Maduro, ou dans l’Equateur de Rafael Correa. Ce dernier avait promis de ne pas exploiter le pétrole dans le parc naturel protégé de Yasuni, par respect des populations indigènes. Il est finalement entré dans les politiques extractivistes en se mettant à dos ces mêmes indigènes qui l’avaient soutenu. »

    #AmériqueLatine #Venezuela #Brésil #Capitalisme

    http://www.liberation.fr/planete/2016/05/12/olivier-compagnon-la-remise-en-cause-du-capitalisme-n-a-pas-eu-lieu-chez-

  • Compilation de liens critiques envers les #panamapapers :

    – les documents auraient dû être tous publiés, le temps passé par les journalistes sélectionnés à analyser les documents est du temps perdu pour d’autres personnes qui auraient eu besoin des mêmes données
    https://twitter.com/anatolium/status/716730645104488448

    – les documents auraient dû être tous publiés, ç’aurait été analysé plus vite
    https://twitter.com/alexjc/status/716733836982362112

    – les documents auraient dû être tous publiés, ne pas publier les documents c’est de la complicité
    https://twitter.com/vincib/status/716727252583596032

    – Les journaux "font leur petit business" des révélations au compte-goutte
    – On ne voit pas d’Américains
    – On parle d’Assad mais c’est ses cousins
    – Pourquoi avoir dessiné Ahmadinejad et pas Cameron
    – Tout ça est financé par les oligarques US (Soros, USAID)
    – La fuite provien(drai)t de “US Intel” (selon Pepe Escobar)
    http://seenthis.net/messages/476514

    – les journaux occidentaux choisis orientent les révélations dans le sens qui conforte leur vision du monde (par Craig Murray, ancien diplomate britannique)
    https://www.craigmurray.org.uk/archives/2016/04/corporate-media-gatekeepers-protect-western-1-from-panama-leak

    – On parle d’Assad mais c’est ses cousins
    – Les révélations sont biaisées, sélectivement choisies (“framed”)
    – la mise en scène ridicule du Guardian
    https://www.youtube.com/watch?v=A3uCs7ebHTI

    – la mise en scène ridicule du Guardian
    – l’implication de Poutine n’est pas démontrée (variante sur “c’est ses cousins”)
    – pourquoi un dessin de Poutine et pas de Cameron ?
    http://off-guardian.org/2016/04/03/panama-papers-cause-guardian-to-collapse-into-self-parody

    – où sont les Américains et les Britanniques ?
    http://www.thecanary.co/2016/04/04/media-leaving-significant-home-truths-panama-papers-report

    – pourquoi parler de Poutine et pas des Américains ?
    https://www.rt.com/news/338439-panama-papers-icij-leak-russia

    – des documents volés en guise de source, c’est pas bien (par grumpy Pierre Péan)
    http://www.rts.ch/info/monde/7624319--des-revelations-sur-la-base-de-documents-voles-cela-pose-probleme-.html

    – les révélations sont orientées selon l’agenda occidental dominant
    – ces infos secrètes qui circulent créent des opportunités de chantage et de revente (savoir ce qu’il y a sur toi ou sur tes concurrents…)
    – ICIJ est ridicule
    – Tout ça est financé par les oligarques US (Soros, USAID)
    – les journaux sélectionnés sont tous des soutiens de l’establishment
    – la fuite a “probablement” été obtenue par les services secrets US
    http://www.moonofalabama.org/2016/04/selected-leak-of-the-panamapapers-creates-huge-blackmail-potential.ht

    (avec un merci spécial à C.)

    Disclaimer : j’ai travaillé sur cette enquête, à un très très modeste niveau (assistance éditoriale). Je partage certaines des critiques référencées, mais certainement pas toutes.

  • M. Valls n’ira pas à Medellin ni en Équateur. Pas de rencontre donc avec le président Correa.

    Attentat en Isère : « le terrorisme islamiste a frappé une nouvelle fois en France » lance Valls - paris-normandie.fr
    http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3515430/attentat-en-isere--le-terrorisme-islamiste-a-frappe-une-nouvelle-foi

    « J’ai décidé de rentrer immédiatement après (le Conseil restreint) à Paris, car ma place est évidemment à Paris aux côtés du Président de la République et du ministre de l’Intérieur face à la menace que nous connaissons », a expliqué le Premier ministre, présentant ses excuses aux autorités colombiennes et équatoriennes pour son voyage écourté.

    Manuel Valls devait initialement se rendre vendredi à Medellin, la deuxième ville de Colombie, puis à Quito en Equateur, où il devait notamment rencontrer le président Rafael Correa.

  • Rafael Correa : “Les conditions imposées à la Grèce n’ont jamais visé à surmonter la crise, mais à liquider la dette” | euronews, interview
    http://fr.euronews.com/2015/06/17/rafael-correa-les-conditions-imposees-a-la-grece-n-ont-jamais-vise-a-su

    Vous savez, nous les latino-américains, nous sommes experts en matière de crise. Parce que nous les avons toutes subies, et nous observons avec inquiétude que l’Europe commet les mêmes erreurs. Le cas de la Grèce. C’est-à-dire toutes les conditions qui lui sont imposées comme le paquet de mesures du Fonds monétaire international, nous sommes experts en la matière, nous les latino-américains… Cela n’a jamais visé à surmonter la crise, mais à liquider la dette. C’est-à-dire que d’un côté, le FMI donne de l’argent, mais il impose une série de conditions (réduction des salaires, suppression des subventions, dégraissement du service public, aucun investissement, etc) pour dégager des revenus qui ne restent pas dans le pays et servent à rembourser la dette privée et au final, les pays s’endettent auprès des institutions internationales et le remboursement de la dette privée a été garanti. Les gens n’ont rien obtenu, il n’y a pas eu de sortie rapide de la crise. Donc nous voyons que la même chose se répète en Europe, la suprématie absolue du capital sur les êtres humains, en fonction d’une science présumée qui n’est en réalité que pure idéologie, purs intérêts”

  • L’Équateur établit un nouveau record en matière de reforestation - lesoir.be - Afp
    Mis en ligne dimanche 17 mai 2015 _
    http://www.lesoir.be/880188/article/demain-terre/environnement/2015-05-16/l-equateur-etablit-un-nouveau-record-en-matiere-reforestation

    Le pays a planté en un seul jour 647.250 arbres de plus de 200 espèces différentes.

    L’Équateur a établi samedi un record mondial en matière de reforestation en plantant 647.250 arbres de plus de 200 espèces différentes en un seul jour sur l’ensemble de son territoire, a annoncé samedi le président de ce pays latino-américain, Rafael Correa.

    « Je viens d’être informé que nous avons battu le record (du Livre) Guinness (des records) pour la reforestation », a dit le chef de l’État dans son allocution hebdomadaire.

    La ministre équatorienne de l’Environnement Lorena Tapia a écrit sur son compte Twitter que 44.883 personnes s’étaient mobilisées pour planter les arbres sur plus de 2.000 hectares au total.

    Une équipe travaillant avec Guinness était présente pour l’événement à Catequilla, une ville située non loin de la capitale Quito.

    Le précédent record a été établi l’année dernière aux Philippines, a précisé Guinness.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Israeli settlers destroy 250 olive trees in northern Hebron
    May 18, 2015 8:41 P.M. 
    http://www.maannews.com/Content.aspx?id=765495

    HEBRON (Ma’an) — Israeli settlers from the illegal settlement of Bat Ayin north of Hebron set fire to an estimated 25 dunams of Palestinian land on Monday destroying up to 250 olive trees, a local committee reported.

    A spokesperson for the Beit Ummar popular committee, Muhammad Ayyad Awad, said that five Israeli settlers in white clothes between the ages of 16 and 20 had set fire to land in the Hilet Ikdeis north of Hebron.

    Awad said that the land was owned by Mahmoud Ali Abd al-Majid Hamdan, Naim Ahmad Abd al-Majid Hamdan, Muhammad Nour Abd al-Majid Hamdan and Wajih Ibrahim Abd al-Majid Hamdan.

  • Pierre Carles : « En France, c’est l’#omerta médiatique sur l’Équateur - The Dissident - The Dissident
    http://the-dissident.eu/6392/pierre-carles-il-y-a-une-omerta-mediatique-sur-la-politique-menee-en-e

    Pourquoi la #politique du président équatorien Rafael Correa, qui va à l’encontre des plans d’#austérité et enregistre depuis huit ans des succès économiques, a-t-elle aussi peu d’écho en France ? Bien connu pour son travail de critique des #médias, le documentariste Pierre Carles s’est penché sur la question dans son dernier #film « Opération Correa Épisode 1 : Les ânes ont soif ». Entretien.

    Qu’est-ce qui vous a poussé à parler de Rafael Correa ?

    À l’origine, Le Monde Diplomatique m’a demandé d’enquêter sur le fait que le journal n’est jamais cité dans les revues de presse radiophoniques, alors qu’il a pourtant le plus grand rayonnement à l’étranger [35 éditions internationales, 19 langues, ndlr]. À côté de ça, le Monde diplomatique a retranscrit la conférence de Rafael Correa du 6 novembre 2013 à la Sorbonne. Je me suis aperçu que ces propos n’avaient pas été repris par les grands médias français. C’était le silence total sur la politique menée depuis huit ans en Équateur. Mes collaborateurs Nina Faure, Aurore Van Opstal, Julien Brygo et Brice Gravelle sont donc allés au contact des responsables d’information français pour les interpeller au sujet de cette omerta médiatique.

    @mdiplo

  • Assassinat de José Tendetza, opposant à l’industrie minière à grande échelle en Équateur
    http://www.aldeah.org/fr/assassinat-de-jose-tendetza-opposant-lindustrie-miniere-grande-echelle-en-eq

    Rafael Correa a décidé d’expulser la CONAIE (Confédération des organisations indigènes d’Equateur) de son siège historique.
    La CONAIE est un acteur majeur de la lutte contre les politiques néolibérales en Equateur, qui a contribué a dégager du pouvoir de nombreux présidents néolibéraux / conservateurs pendant la longue nuit néolibérale des années 1990 - début années 2000. Cet épisode intervient également après la #répression policière organisée contre les Yasunidos (militant-e-s de défense du Parc Yasuni) sur la route de Lima dont la caravane a longtemps été bloquée à la frontière.
    On répondra à ce message qu’il faudrait également regarder les acquis du régime de Correa : j’inviterais ceux-là à analyser la nouvelle relation de Correa avec le #FMI et la BM, se demander pourquoi les réserves d’or du pays ont été confiés à la Goldman Sachs, pourquoi Correa a finalement accepté de signer le Traité de libre-échange avec l’UE qu’il rejetait quelques années plus tôt, pourquoi les projets extractivistes pharaoniques se multiplient aux quatre coins du pays avec une répression féroce contre les militants écologistes et communautés locales, etc, etc.

    Merci de diffuser largement, y compris vers les militant-e-s, sans doute de bonne foi, qui relaient l’appel à soutien de Pierre Carles pour son projet de documentaire sur l’Equateur et Correa, et dont le premier film invite à penser que Correa ferait un bon président en France, sans aucunement tenir compte de la situation et de l’avis des mouvements sociaux, écologistes et indigènes en Equateur.

    source https://twitter.com/Lev_Bronystein/status/545896325242716161
    #brown_tech #néolibéralisme #extractivisme #pétrole #gpii #militarisation

  • Ceux qui font le monde d’après : l’opération nouvelle vague du président Correa - Chroniques du Yéti
    http://yetiblog.org/index.php?post/l-operation-nouvelle-vague-de-correa

    Se débarrasser des ganaches politiques du vieux système moribond apparaît désormais comme une impérieuse nécessité. Savoir par qui les remplacer en est une autre. Le président équatorien Rafael Correa expérimente une solution plutôt efficace.

    Rafaël Correa fut officiellement investi comme président de l’Équateur le 15 janvier 2007. Puis réélu en 2009 et en 2013. Sa première tâche fut de faire approuver une nouvelle Constitution enterrant selon ses vœux le « modèle néo-libéral » défendu par ses prédécesseurs, corrompus et totalement sous le joug du grand voisin Nord-américain. C’était bien sûr s’aliéner la quasi-totalité du personnel politique expérimenté de l’époque.

  • Ceux qui font le monde d’après : l’opération nouvelle vague du président Correa - Chroniques du Yéti
    http://yetiblog.org/index.php?post/l-operation-nouvelle-vague-de-correa

    La trouvaille de Rafael Correa aura été alors de piocher sans se démonter dans les jeunes générations. Voyez la liste de ses ministres, regardez attentivement leurs visages. La majorité des membres du gouvernement équatorien se situe dans la classe d’âge des 30-50 ans !

    Il est pas dans l’coin le Yéti ? Faut que je lui présente Fleur Péllerin, Emmanuel Macron, Emmanuel Valls...