person:riad salamé

  • Retour à la normale pour le secteur bancaire, les Kataëb dans l’opposition - Sandra NOUJEIM - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/991489/retour-a-la-normale-pour-le-secteur-bancaire-les-kataeb-dans-lopposit

    Des sources concordantes rapportaient dès mardi dernier à L’Orient-Le Jour « l’apaisement » du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, à la suite d’une « solution médiane » obtenue avec le Hezbollah. Bien qu’il n’y soit pas directement fait référence officiellement, cette solution ne serait autre que celle qui avait été concédée par la BDL avant l’attentat de Verdun en vertu des demandes formulées par l’Ofac. « L’explosion ayant visé la Blom Bank n’affecte pas les circulaires émises par la BDL (NDLR : le 3 mai sur les modalités d’application par les banques des sanctions américaines) », a ainsi déclaré hier Riad Salamé, dans le cadre de sa dernière réunion avec le conseil d’administration de l’Association des banques, présidé par Joseph Torbey.

    Le problème des banques régél plus rapidement au #liban que celui de la présidence (ou des poubelles, ou de l’internet illégal)... Al-Akhbar offre une version plus lapidaire : طلب حاكم مصرف لبنان فتح حسابات مصرفية لمؤسسات صحية وتربوية، سبق أن أقفلت حساباتها، على خلفية العقوبات الأميركية. "Le gouverneur de la Banque centrale du Liban a demandé que soient ouverts les comptes d’institution de santé et éducatives précédemment fermés à la suite des sanctions étasuniennes." Les institutions en questions sont naturellement proches du Hezbollah et/ou de la Résistance.
    Cité par l’agence al-Markaziya, M. Salamé a rappelé les prescriptions de la BDL aux banques : cesser toute transaction ou tout traitement, en dollar ou autre devise, avec les noms listés par l’Ofac, coordonner avec l’instance de contrôle les cas éventuels de fermeture de comptes, et enfin soumettre à la commission d’investigation de la BDL les cas de comptes douteux, sur lesquels la commission devra se prononcer dans un délai de trente jours.

  • Salameh : Oil price drop hurts Lebanese economy | Business , Local | THE DAILY STAR
    http://www.dailystar.com.lb/Business/Local/2014/Dec-01/279500-salameh-oil-price-drop-hurts-lebanese-economy.ashx

    The biggest obstacle facing Lebanon’s economy lies in the fall of oil prices, which reduces the remittances it receives from Gulf countries, Central Bank Governor Riad Salameh said.

    But he said the bank is introducing measures to prevent a crisis from erupting.

    “The most notable of economic challenges that Lebanon and the Lebanese Lira will face in 2015 is the decrease in oil prices, which affects the economies of the Gulf,” Salameh said in remarks published Monday.

    Il pourrait dire que cela va faire baisser le déficit d’EDL !

  • Cyprus Crisis Sparks Lebanese Bank Anxiety
    http://english.al-akhbar.com/content/cyprus-crisis-sparks-lebanese-bank-anxiety

    Bankers who had hoped that Lebanon would be spared the repercussions of the crisis in Cyprus would soon be disappointed.

    At the last monthly board meeting of the Association of Banks in Lebanon, the governor of Banque du Liban, Riad Salameh, rejected the Central Bank of Cyprus’ (CBC) suggestion that foreign parent banks provide guarantees equivalent to 20 percent of their deposits in Cypriot branches.

    If the Cypriot measures are passed, estimates reveal that the guarantees required of Lebanese banks operating in Cyprus would amount to 500 million Euros ($655 million). Lebanese banks operating in Cyprus have been caught in the crossfire, specifically 11 banks with deposits worth 2.5 billion Euros ($3.2 billion).

  • Riad Salamé : la croissance ne dépassera pas les 3% en 2011
    http://www.lecommercedulevant.com/node/19521

    Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, a affirmé que la croissance au Liban ne devrait pas dépasser les 3% en 2011, dans un entretien à l’agence Reuters.

    « La croissance variera entre 2 et 3%, un fait exceptionnel, en raison de l’instabilité politique au cours du premier semestre et de l’absence de gouvernement », a indiqué Salamé. Selon lui, l’activité économique a repris à partir de juillet après la formation du gouvernement.

    Il a dit s’attendre aussi à une inflation de 6% en 2011 en raison de la hausse des prix des matières premières.

  • Le nouveau gouvernement accueilli favorablement par les milieux économiques, selon Salamé
    http://www.lecommercedulevant.com/node/19066

    Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a affirmé que la formation du gouvernement a provoqué le soulagement des organismes économiques qui menaçaient de recourir à l’escalade au cas où le Cabinet tardait davantage à voir le jour.
    « Les marchés financiers et économiques ont accueilli très positivement la formation du nouveau gouvernement », a affirmé Salamé, rappelant que la mise en place d’une équipe ministérielle constituait la demande la plus pressante des organismes économiques.

    Certes certes certes, ça n’est pas le commentateur le plus révolutionnaire du Liban, mais au moins, ça tranche assez nettement avec la couverture catastrophiste qui prévaut quant au nouveau gouvernement libanais.