person:rihanna

  • The New American Songbook: The oldies of the future.
    https://slate.com/culture/2018/10/the-new-american-songbook-the-oldies-of-the-future.html

    Oct 18, 2018 - Here are the hits of the past 25 years that we’ll be listening to for the next 100.

    What makes a song last? The history of popular music tells us that many masterpieces of songcraft—and even the most world-conquering smashes—are quickly forgotten.

    Meanwhile, many earworms burrow deep into the collective consciousness, where they take root, whether we like it or not.

    Which of today’s hits will be tomorrow’s classics?

    Who could have predicted that “Don’t Stop Believin’ ”—which was, upon its release in 1981, a commercial disappointment from a critically derided band—would become the 20th century’s best-selling digital download?* Or that it would be a “novelty” dance single, of all song varieties, that would become Billboard’s pick for the greatest single of all time?

    Separating the most durable tunes from the millions of other would-be classics is no easy task. So we asked critics, musicians, and industry professionals to predict which tracks from the past 25 years we’ll still be dancing and singing along to for the next 100 years. Some of these songs our children will belt in sports arenas. Others our grandchildren will dance to at their weddings.

    The New American Songbook is emphatically not a list of the best songs of the past quarter-century, although many of these tracks would make that list, too. As predicted by our panel, tomorrow’s oldies, like tomorrow’s America, will be a lot less male-dominated, and a lot more diverse. Less than a third of the songs on our list are fronted by white men, and no artists are featured more frequently than pop music’s first couple Beyoncé and Jay-Z. Classic rock will soon be rivaled by classic rap, and the Cole Porter of the next American songbook may be Max Martin.

    Below, find the Top 30 songs, in order, all of which were nominated by at least two of our panelists. You can also read the individual ballots of everyone from Chuck Klosterman to NPR’s Ann Powers to Drive-By Truckers’ Patterson Hood. Which of today’s hits will endure as tomorrow’s golden oldies? Here’s our best guess.

    30. Idina Menzel – “Let It Go”

    Producers: Kristen Anderson-Lopez, Robert Lopez
    Songwriters: Kristen Anderson-Lopez, Robert Lopez
    Year: 2013

    29. Liz Phair – “Fuck and Run”

    Producers: Liz Phair, Brad Wood
    Songwriter: Liz Phair
    Year: 1993

    28. Daft Punk ft. Pharrell Williams and Nile Rodgers – “Get Lucky”

    Producers: Thomas Bangalter, Guy-Manuel de Homem-Christo
    Songwriters: Thomas Bangalter, Guy-Manuel de Homem-Christo, Nile Rodgers, Pharrell Williams
    Year: 2013

    27. Alanis Morissette – “You Oughta Know”

    Producer: Glen Ballard
    Songwriters: Alanis Morissette, Glen Ballard
    Year: 1995

    26. Old Crow Medicine Show – “Wagon Wheel”

    Producer: David Rawlings
    Songwriters: Bob Dylan, Ketch Secor
    Year: 2004

    25. Destiny’s Child – “Say My Name”

    Producer: Darkchild
    Songwriters: LaShawn Daniels, Rodney Jerkins, Fred Jerkins III, Beyoncé, LeToya Luckett, LaTavia Roberson, Kelly Rowland
    Year: 1999

    24. Israel Kamakawiwoʻole – “Somewhere Over the Rainbow/What a Wonderful World”

    Producers: Israel Kamakawiwoʻole, Jon de Mello
    Songwriters: Edgar Yipsel Harburg, Bob Thiele, George David Weiss
    Year: 1993

    23. Beyoncé ft. Jay-Z – “Crazy in Love”

    Producers: Rich Harrison, Beyoncé
    Songwriters: Beyoncé, Rich Harrison, Eugene Record, Shawn Carter
    Year: 2003

    22. Nine Inch Nails – “Hurt”

    Producer: Trent Reznor
    Songwriter: Trent Reznor
    Year: 1994

    Producers: Dr. Dre, Mike Elizondo
    Songwriters: Curtis Jackson, Andre Young, Mike Elizondo
    Year: 2003

    20. Adele – “Rolling in the Deep”

    Producer: Paul Epworth
    Songwriters: Adele Adkins, Paul Epworth
    Year: 2010

    19. Oasis – “Wonderwall”

    Producers: Owen Morris, Noel Gallagher
    Songwriter: Noel Gallagher
    Year: 1995

    18. Backstreet Boys – “I Want It That Way”

    Producers: Kristian Lundin, Max Martin
    Songwriters: Andreas Carlsson, Max Martin
    Year: 1999

    17. Rihanna ft. Calvin Harris – “We Found Love”

    Producer: Calvin Harris
    Songwriter: Calvin Harris
    Year: 2011

    16. The Killers – “Mr. Brightside”

    Producer: The Killers
    Songwriters: Brandon Flowers, Dave Keuning, Mark Stoermer, Ronnie Vannucci Jr.
    Year: 2003

    15. Céline Dion – “My Heart Will Go On”

    Producers: Walter Afanasieff, James Horner, Simon Franglen
    Songwriters: Will Jennings, James Horner
    Year: 1997

    14. Santana ft. Rob Thomas – “Smooth”

    Producer: Matt Serletic
    Songwriters: Itaal Shur, Rob Thomas
    Year: 1999

    13. Lauryn Hill – “Doo Wop (That Thing)”

    Producer: Lauryn Hill
    Songwriter: Lauryn Hill
    Year: 1998

    12. Drake – “Hotline Bling”

    Producer: Nineteen85
    Songwriters: Aubrey Graham, Paul Jefferies, Timmy Thomas
    Year: 2015

    11. Eminem – “Lose Yourself”

    Producers: Eminem, Jeff Bass, Luis Resto
    Songwriter: Marshall Mathers
    Year: 2002

    10. Carly Rae Jepsen – “Call Me Maybe”

    Producer: Josh Ramsay
    Songwriters: Carly Rae Jepsen, Josh Ramsay, Tavish Crowe
    Year: 2012

    9. TLC – “Waterfalls”

    Producer: Organized Noize
    Songwriters: Marqueze Etheridge, Lisa Lopes, Organized Noize
    Year: 1994

    8. The White Stripes – “Seven Nation Army”

    Producer: Jack White
    Songwriter: Jack White
    Year: 2003

    7. Mariah Carey – “All I Want for Christmas Is You”

    Producers: Mariah Carey, Walter Afanasieff
    Songwriters: Mariah Carey, Walter Afanasieff
    Year: 1994

    6. Mark Ronson ft. Bruno Mars – “Uptown Funk”

    Producers: Mark Ronson, Jeff Bhasker, Bruno Mars
    Songwriters: Jeff Bhasker, Philip Lawrence, Peter Hernandez, Mark Ronson, Nicholas Williams, Devon Gallaspy, Lonnie Simmons, Charles Wilson, Ronnie Wilson, Robert Wilson, Rudolph Taylor
    Year: 2014

    5. The Notorious B.I.G. – “Juicy”

    Producers: Poke of Trackmasters, Pete Rock
    Songwriters: Christopher Wallace, Hunter McIntosh, Sean Combs, Pete Rock, Jean-Claude Olivier, Samuel Barnes
    Year: 1994

    4. Kelly Clarkson – “Since U Been Gone”

    Producers: Max Martin, Dr. Luke
    Songwriters: Max Martin, Lukasz Gottwald
    Year: 2004

    3. Beyoncé – “Single Ladies (Put a Ring on It)”

    Producers: Christopher Stewart, Terius Nash, Beyoncé
    Songwriters: Christopher Stewart, Terius Nash, Thaddis Harrell, Beyoncé
    Year: 2008

    2. Jay-Z ft. Alicia Keys – “Empire State of Mind”

    Producer: Al Shux
    Songwriters: Angela Hunte, Alicia Keys, Alexander Shuckburgh, Bert Keyes, Janet Sewell-Ulepic, Shawn Carter, Sylvia Robinson
    Year: 2009

    1. Outkast – “Hey Ya”

    Producer: André 3000
    Songwriter: André 3000
    Year: 2003

    This future standard has the “best hook in history,” writes Powers. And it’s perhaps the strongest testament to Outkast’s world-conquering, genre-bending hit that you can’t help but mentally scroll through this perennial list-topper’s many catchy bits and respond, “Wait—which one?” Of course there’s the titular chorus, at once triumphant and melancholy. (While some panelists referred to it as “an expression of pure pop joy,” the lyrics find the singer worrying that all love is transient.) But there are also the hand claps putting three exclamation points on each couplet, the call-and-response section that lets the audience deliver the cooler-than-cool punchline, the “shake it like a Polaroid picture” bridge that people will be singing long after they’ve forgotten the purpose of shaking Polaroids, even the repetition of 14 straight “all rights” that embodies this song’s perfect combination of pop universality and André 3000 weirdness. (See also the time signature, which is either a standard 4/4 or a downright bizarre 11/4, depending on whom you ask.)

    And these hooks have already sunk themselves into subsequent generations. As Kois writes, “The first time I played this song for my kids it was as if they’d already heard it 1,000 times.” If what they say is “Nothing is forever,” “Hey Ya” might be the exception.

    #musique

  • « Taylor Swift s’est lancée dans un combat anti-Trump avec une stratégie digne de Machiavel »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/10/12/taylor-swift-s-est-lancee-dans-un-combat-anti-trump-avec-une-strategie-digne

    L’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis en 2016 l’a montré, la voix politique des artistes porte peu. Elle est même contre-productive. Tout Hollywood était contre lui ; le candidat honni s’en est délecté, il a moqué une Amérique des nantis, et il habite aujourd’hui à la Maison Blanche.


    Ce scénario stérile se profile à nouveau avant les élections de mi-mandat du 6 novembre. Mais voilà que surgit Taylor Swift ; la chanteuse pop s’est lancée, dimanche 7 octobre, dans un combat anti-Trump avec une stratégie digne de Machiavel ou de Clausewitz. Elle ne vise pas le chef, mais les troupes. Elle n’attaque pas frontalement, mais de biais. Et c’est inédit. Tout comme son profil.

    Déjà, on écoute Taylor Swift parce qu’elle a du coffre et des fantassins. A 28 ans, elle est au sommet de la pop américaine avec quarante millions de disques vendus. Le 9 octobre, elle a glané vingt-trois récompenses lors des American Music Awards – record de Whitney Houston battu. Elle affiche aussi 112 millions de suiveurs sur Instagram (le double de Donald Trump sur Twitter). Une belle force, qui n’est toutefois pas suffisante. D’autres stars de la pop, comme Rihanna ou Beyoncé, ont défié le président sans l’ébranler.

    Chaque mot est pesé

    Taylor Swift surprend surtout par son approche. Elle a posté un long message sur Instagram, calme, argumenté, malin. Chaque mot est pesé. Contrairement à une flopée de stars qui, avant l’élection présidentielle, ont traité Trump de brute, d’immonde, de porc ou de psychopathe, Taylor Swift, elle, ne l’insulte pas. Mieux, elle ne le cite pas. Elle ne convoque pas l’emphase ni l’indignation. Elle ne dit pas que voter contre Donald Trump va de soi – ça ne va pas de soi. Elle ne fait pas la leçon aux pauvres blancs depuis sa bulle privilégiée. Elle ne les fait pas culpabiliser.

    Elle ne se présente pas en musicienne, mais en habitante du Tennessee ; le portrait qui accompagne son texte est celui d’une jeune femme à la maison. Elle ne fait du vote à venir qu’un scrutin local. Elle ne mentionne aucun parti. Mais elle dit qu’elle est allée voir les positions de chaque candidat au Congrès sur des questions de société.

    S’inscrire sur les listes électorales

    A propos de Marsha Blackburn, qui vise le Sénat, et dont on devine qu’elle est proche de Donald Trump, elle constate ceci : cette candidate est contre l’égalité de rémunération entre hommes et femmes, contre une loi visant à protéger les femmes de la violence domestique et le viol, contre le mariage homo, pour les entreprises qui refusent tout service aux couples homosexuels, contre les Cassandre du changement climatique.

    Elle en tire cette conclusion : elle votera pour Phil Bredesen au Sénat et Jim Cooper à la Chambre des représentants (sans dire qu’ils sont démocrates). Puis elle s’adresse à ses fans : « S’il vous plaît, renseignez-vous sur les candidats qui se présentent dans votre Etat et votez pour ceux qui représentent le mieux vos valeurs. » Même s’ils sont imparfaits.

    Swift conclut son texte en appelant les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales via Internet. Elle explique même comment s’y prendre. Elle a fait la même chose, sans dire son choix, lors de la cérémonie des Awards.

    Trump prend des gants

    Le républicain Mike Huckabee est persuadé que cet appel n’aura aucun effet « à moins que nous autorisions les adolescentes de 13 ans à voter ». Une allusion au public jeune de la star.

    Or, dans les vingt-quatre heures qui ont suivi, 65 000 personnes se sont inscrites sur les listes électorales ; 250 000 en trois jours, soit jusqu’à leur clôture, le 9 octobre, dans quatorze Etats dont le Tennessee. C’est plus que les inscriptions durant les mois d’août et septembre.

    Est-ce un effet Swift ? Les observateurs sont prudents car les inscriptions s’accélèrent sur la fin, mais ils se disent troublés par une hausse « hors norme ». Surtout, ils pointent que les derniers inscrits sont massivement des jeunes de 18 à 29 ans – le public de Swift.

    C’est important quand on sait que les élections dans le Tennessee et ailleurs s’annoncent serrées. Donald Trump a compris que la charge est autrement plus sérieuse que les mots insultants dont il fut affublé. « Disons simplement qu’à présent j’aime la musique de Taylor 25 % de moins qu’avant », a réagi le président américain, qui apprécie la chanteuse tout en regrettant qu’elle soit mal informée.

    QUAND HOLLYWOOD NE S’ADRESSE QU’AUX CONVAINCUS, SWIFT PARLE AUX HÉSITANTS

    Donald Trump prend des gants en raison du profil de Taylor Swift et de celui de ses fans. Elle a débuté à Nashville, à 17 ans, dans la musique country, guitare sèche dans les mains et amours platoniques dans la voix. Les midinettes sont contentes, les parents aussi. L’Amérique blanche adore cette belle blonde proprette aux yeux bleus. Même quand elle prend un virage pop, en 2014, abandonnant sa guitare pour une robe à paillettes et du grand spectacle, ses paroles restent sages – sa famille, ses amis, ses boyfriends. Pas de provocation, pas de scandales, contrairement à tant d’autres.

    Combat féministe

    Surtout, en dix ans de carrière, elle a pris soin de ne pas parler de politique, sans doute parce qu’une grande partie de son public est très conservateur. Un épisode de 2009 la « droitise » un peu plus : alors qu’elle reçoit un prix, le rappeur Kanye West lui arrache le micro et fait l’apologie de Beyoncé. Selon le site Buzzfeed, le public américain analyse l’incident comme « un homme noir en colère terrorisant une femme blanche innocente ».

    Des sites d’extrême droite sont allés plus loin et ont vu en Taylor Swift une héroïne du suprématisme blanc et une « déesse aryenne ». Sans qu’elle réagisse. Elle ne bronche pas plus avant l’élection de Donald Trump, à rebours de tout le monde culturel.

    C’est par le combat féministe, depuis quelques mois, qu’elle sort du bois. Jusqu’à ce post retentissant sur Instagram. Depuis, nombre de voix hurlent à la trahison sur les réseaux sociaux, signe qu’elle a tapé juste. Quand Hollywood ne s’adresse qu’aux convaincus, Swift parle aux hésitants. Et c’est là où on ne les attend pas que les coups sont les plus rudes.

  • À Paris, le restaurant L’Avenue ne veut ni Arabes ni femmes voilées
    https://www.buzzfeed.com/davidperrotin/a-paris-le-resto-des-stars-ne-veut-ni-arabes-ni-femmes

    L’Avenue, brasserie ultrachic du 8e arrondissement de Paris, aime les célébrités et ça se voit. Au fil des années, le 41 avenue Montaigne est devenu la cantine de stars comme Cyril Hanouna, la chanteuse Rihanna, Kim Kardashian et sa demi-sœur Kendall Jenner, ou encore l’actrice Sienna Miller. Plusieurs personnalités politiques françaises sont ravies d’y côtoyer l’aristocratie du show-biz mondial, pour le plus grand bonheur du propriétaire des lieux, Jean-Louis #Costes, 231e fortune de France en 2017, fondateur avec son frère Gilbert d’un empire de la #restauration.

    Ce que notre enquête montre, en revanche, c’est que la direction de L’Avenue n’aime pas trop les Arabes, ni les femmes voilées. Pour leur fermer les portes du restaurant, ils ont mis en place un véritable système discriminatoire en plusieurs étapes. Les témoignages que nous avons recueillis auprès du personnel du restaurant, les messages échangés par des employées que nous avons consultés et une lettre envoyée à l’inspection du travail mettent en lumière les méthodes mises en place par la direction pour trier cette clientèle.

    #racisme #discriminations #islamophobie #avenue

  • Think Big, Use Gratitude to Change Your Attitude, and Carry Your Dreams With You
    https://hackernoon.com/think-big-use-gratitude-to-change-your-attitude-and-carry-your-dreams-wi

    Nir’s Note: This guest post comes from Brendan Kane who has built technology for MTV, Paramount, Taylor Swift, Rihanna, and the NHL. In this article, Brendan describes how he reprogramed the way he views the world using little more than his iPhone and iPad to find happiness.We all have the power to change our lives and find happiness. I know this because I found ways to reprogram my inner circuitry and change my perspective of the world to ultimately find happiness. A few simple steps inserted into my daily routine dramatically improved my life and helped me feel more happy, joy, and fulfillment. Surprisingly, many of my new rituals were made possible using the technology I carry with me every day.Think Big“Because the people who are crazy enough to think they can change the world are (...)

    #life-lessons #business #startup #tech #entrepreneurship

  • Annoncée vendredi au Sénégal, la chanteuse n’est pas la bienvenue aux yeux d’une trentaine d’organisations religieuses réunies au sein du collectif « Non à la franc-maçonnerie et à l’homosexualité ». Certains de ses membres la soupçonnent en effet d’appartenance maçonnique…
    http://www.jeuneafrique.com/525745/societe/senegal-rihanna-declaree-persona-non-grata-par-des-associations-religi


    http://www.rihannanow.com
    #Rihanna #Sénégal

  • Pour que les petites filles puissent être et aimer ce qu’elles veulent - Tetue.net
    http://www.tetue.net/pour-que-les-petites-filles-puissent-etre-et-aimer-ce-qu-elles-veulent

    Pour aider son fils face aux réflexions, une maman blogueuse a réalisé des dépliants illustrés contre les clichés sexistes (…) puis même chose pour les petites filles. Ces dépliants répondent, entre autres, à la question « les filles peuvent-elles avoir les cheveux courts » en donnant pour exemple Tamara Lempicka, Emma Watson, Rihanna, Joséphine Baker, Cristina Cordula, Charlize Theron, ou « les cheveux rasés » en montrant Sinead O’Connor, Noémie Lenoir, Dee Dee Bridgewater, Kristen Stewart, Marine de Nicola, Natalie Portman.

    #stéréotypes

  • Rihanna plutôt que Mélanie, le choix politique des Macrons, par Régis de Castelnau
    https://www.les-crises.fr/rihanna-plutot-que-melanie-le-choix-politique-des-macrons-par-regis-de-ca

    Mélanie est née sous une mauvaise étoile. En 2001, ce qui fait qu’elle a 16 ans aujourd’hui. Son père a plaqué sa mère très vite pour aller vivre en Allemagne avec sa nouvelle compagne. Il ne s’est jamais enquis de ce que devenait sa fille. L’enfance s’est donc passée sans père, jusqu’à que ce que sa mère victime d’un cancer quand elle avait 12 ans la quitte pour toujours. Orpheline et n’ayant pas de famille pour s’occuper d’elle, c’est l’Aide Sociale à l’Enfance, l’ASE qui l’a prise en charge. Vous savez ce service qui dépend du Conseil Général dont on vous dit en permanence qu’il dépense trop d’argent, qu’il ne sert à rien, qu’il a trop de fonctionnaires. Qu’il faut le supprimer très vite et en attendant réduire tous ces budgets. Celui de la protection de l’enfance qui est de sa compétence est déjà hypertendu, et le personnel qui tient le front de la misère commence vraiment à s’essouffler. Qu’à cela ne tienne, Bercy nous a bien dit que Merkel et Schäuble trouvent que les Français dépensent trop et qu’il faut faire des économies. C’est déjà difficile, ça va devenir intenable...

    #Aide_sociale_à_l'enfance

  • En fait, c’est Facebook qui nous déprime

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/en-fait-cest-facebook-qui-nous-deprime

    L’usage de Facebook est-il déprimant ?

    Voici comment deux chercheurs - l’un de l’Université de San Diego, l’autre de Yale - exposent leur réponse. Depuis 13 ans que Facebook existe, expliquent-ils, nombre d’études se sont penchées sur la question. Certaines ont montré que l’usage des réseaux sociaux pouvait diminuer les interactions physiques, qu’il pouvait détourner de certaines activités de la vie hors ligne ou qu’il pouvait accroître la sédentarité en augmentant le temps passé devant les écrans. Mais voilà, ajoutent les chercheurs, il reste des sceptiques pour se demander si cet effet globalement négatif des réseaux sociaux n’est pas dû au simple fait qu’ils attirent les gens les plus sujets au mal être. D’autant que d’autres études ont montré qu’ils pouvaient avoir un effet positif en renforçant par exemple le soutien entre pairs et même les relations dans le monde physique. Bref, on ne savait que conclure…..

    Jusqu’à cette étude donc. Une étude qui avance son sérieux, pour des raisons méthodologiques que je vous épargne, mais qui tiennent en gros au corpus massif, au temps que couvrent ces données (qui permet de voir les évolutions), et au fait qu’elle prend en compte interactions en ligne et hors ligne. Et cette étude conclut donc à une baisse globale du bien-être à la fréquentation de Facebook. Oui, Facebook nous déprime. Cette baisse du bien être, les chercheurs l’attribuent à un phénomène en particulier : Facebook nous incite à nous comparer aux autres, mais à des autres qui mettent en scène leur vie sous le jour le plus favorable. D’où une érosion de notre estime de soi, qui produit une forme de mal être.

    Mais, ajoutent les chercheurs, ce constat n’explique pas pourquoi ce processus a lieu. Par exemple, ils n’ont pas observé de grandes différences entre les trois actes numériques de Facebook (le fait de poster, de liker ou de cliquer sur un lien). Ce qui est intéressant, car intuitivement, ils pensaient que le fait de liker le contenu de quelqu’un était plus déprimant que le fait de poster un contenu soi-même. Eh bien non, poster aussi, c’est déprimant (parce que selon eux, ce qu’on poste est aussi le résultat d’une comparaison). Les chercheurs en concluent que ce qui importe, c’est la quantité de l’usage plus que sa qualité. C’es trop fréquenter Facebook qui déprime, quoiqu’on y fasse. Ils sont donc tentés d’étendre leur conclusion au-delà de Facebook à tous les réseaux sociaux qui nous exposent à une vie des autres mise en scène, et qui pourraient nous inciter à nous comparer (dans le viseur, Instagram, par exemple, dans lequel c’est essentiellement par l’image que se fait la comparaison). Ils ajoutent que le problème des réseaux sociaux est qu’ils font passer le temps devant l’écran pour de la socialisation, alors qu’ils ne substituent pas, au regard de notre bien être, à des relations physiques.

    Bon. D’accord. Mais j’ai 3 remarques

    La première touche à cette question de la comparaison, manifestement centrale. Quand en plein de mois de février, on tombe sur des photos de gens beaux, qui font des fêtes de ouf dans des paysages de rêve et qu’on s’aperçoit que ce sont les vacances de Beyoncé et Jay Z chez Rihanna à la Barbade, c’est pas marrant mais on se dit “bon, c’est normal” ; quand il s’agit des photos de vacances d’une vieille copine ou son voisin de bureau, c’est vraiment dur. Oui, la comparaison entre pair peut être cruelle. Pour ça, je ne vois que des solutions très pragmatiques : “unfriender” ses amis trop beaux, trop riches, trop bons photographes ou trop heureux (de toute façon, je ne crois pas qu’on y gagne beaucoup à trop fréquenter des gens heureux). Personnellement, j’adopte une autre solution, je me trouve super (avec un peu de déni et de mauvaise foi, ça marche très bien).

    Sur l’aspect quantitatif, essentielle selon l’étude, j’ai une question : quelle activité solitaire, pratiquée dès le matin dans son lit et un peu toute la journée, ne serait pas déprimante à force ? Je pense évidemment à plein d’activités… Rappelons-nous les parents du jeune Balzac qui s’inquiétaient de leur ado de fils passant des heures dans son lit à lire des romans…Tout le 19ème siècle s’est effrayé de l’apathie et de la désocialisation entraînées par la lecture de roman… Heureusement, la télévision est arrivée… Puis Internet aujourd’hui… Gageons qu’une autre activité solitaire viendra vite remplacer Facebook dans nos vies. pour nous apporter encore plus de mal être.
    Enfin, peut-on mesurer le bien être d’une population d’une population pendant un temps long en isolant une activité de l’état général du monde (surtout quand cette activité est sociale et engage des conversations) ? Car dans nos échanges Facebook, nous ne parlons pas seulement de nous, nous parlons aussi du monde. C’est aussi le monde qui arrive dans Facebook. Et on peut se demander si dans le mal être qu’entraîne la fréquentation de Facebook il n’y a pas aussi le reflet du mal être du monde. Or le monde est va-t-il de mieux en mieux ? Je me pose la question.

    #facebook #audio #radio #médiassociaux #instagram

  • C’est fou comme les effets d’annonce rendent les gens tarés.
    Le Nokia 3310 serait le nouvel Apple ][ ?

    À la sortie d’une version #reborn du vieux Nokia 3310 (vous remarquerez que je n’utilise pas les mots mignons et joyeux que toutes ces saletés de journalistes hipster tentent de nous mettre dans la tête), une vague emporte la génération 80-90 vers le rachat de l’ancien modèle. (voir ebay pour en être certain, car ça coûte 5€ maxi http://www.ebay.fr/sch/i.html?_from=R40&_trksid=p2050601.m570.l1313.TR0.TRC0.H0.X3310.TRS0&_nkw=3310&_)

    C’est comme s’il fallait un aval social pour s’assurer que tel ou tel objet est bel et bien vintage et cool. C’est juste un téléphone qui téléphone, incompatible avec certaines bandes de fréquences modernes, sûrement beaucoup plus émetteur de micro-ondes que des récents et dont la durée de vie est réduite d’autant par les années d’utilisation (vieillissement des composants), non rechargeable pas USB…
    Je ne soutiens pas qu’il faut changer de portable tout les ans, ni que c’est bête d’utiliser un vieux. Mais que ceux qui à présent se jettent sur cette quincaillerie, se demandent pourquoi ils l’ont abandonné la première fois. Et surtout qu’ils reviennent me dire quand ils l’abandonneront à nouveau, qu’on rigole.

    Parce que oui, un téléphone non smartphone, en soi, c’est pas con. Très lowtech comme matos. Beaucoup en utilisent. Certains ne sont jamais passés au « presque ordinateur ». Il y a aussi des non smartphone très robustes qui permettent de surfer (un peu), de regarder OpenStreetMap, des mails, un blog, un flux rss… c’est moins instinctif, mais ça passe.
    Je passe pour un vieux con, mais ça me sort tellement pas les yeux les revivals façon moutons.

    http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2017/02/27/pourquoi-je-n-acheterai-pas-un-nokia-3310_5086401_4497916.html

    Le téléphone intelligent est mort, vive le téléphone idiot ! Il est de bon ton de se réjouir du retour prochain du Nokia 3310, annoncé, dimanche 26 février, au Mobile World Congress de Barcelone, par le fabricant finlandais HMD. Enfin, nous allons pouvoir nous débarrasser de ce fil à la patte qu’est le smartphone pour revenir à l’essentiel ! Vivre dans un dépouillement quasi franciscain : au pain sec et allô ! Comme Rihanna et Anna Wintour, des modèles de sobriété, qui friment avec leurs portables basiques, leurs « dumbphones » (« téléphones idiots »).

    #lowtech #hipster #vintage #3310 #nokia

  • Dans un entretien choc pour “Le gros journal”, Assa Traoré interpelle François Hollande
    Emmanuelle Skyvington Publié le 28/09/2016. Mis à jour le 28/09/2016 à 17h17
    http://television.telerama.fr/television/dans-un-entretien-choc-pour-le-gros-journal-assa-traore-interpel

    François Hollande a réagi au tweet de Rihanna, il serait bien inspiré de répondre également à Assa Traoré, la sœur d’Adama, décédé après son arrestation dans des circonstances mal élucidées. Dans une version spéciale du “Gros journal” diffusée ce soir sur Canal+, la jeune femme l’interpelle avec fermeté et dignité. Extraits en avant-première.

    #Adama_Traoré

  • « Nouveau rebondissement dans l’affaire du « #Celebgate » (ou « #Fappening », pour les plus coquins). C’était en septembre 2014 et l’Internet explosait après la diffusion d’images olé-olé prises par des célébrités comme Rihanna ou Jennifer Lawrence. Après deux ans d’enquête, le ministère de la justice (DoJ pour Department of Justice) a dégoté un deuxième suspect. »

    http://rue89.nouvelobs.com/2016/07/03/photos-stars-denudees-deuxieme-suspect-plaide-coupable-264533

    #sécurité_informatique #sexisme (car seules des femmes étaient victimes, sans doute pas un hasard)

  • Du caractère polymorphe et multicolore du relou en milieu urbain
    http://prenezcecouteau.tumblr.com/post/146837766244/du-caract%C3%A8re-polymorphe-et-multicolore-du-relou-en

    “Non mais qu’ils ne respectent pas les femmes chez eux, c’est leur problème, mais ici, on est en France”

    “ Je suis pas raciste, mais j’en ai marre de me faire draguer dans la rue ! ”

    “ C’est dans leur culture, ils n’ont pas le même rapport à la séduction”.

    Ces déclarations n’ont pas particulièrement été tenues par des membres du FN ou même des personnes se disant (se pensant) racistes. Non. Ce sont des déclarations que j’ai entendues, que j’entends régulièrement, dès que l’on parle de harcèlement de rue.

    Parce que, comme en parlait récemment un article de rue89, c’est un fait : pour beaucoup de personnes, y compris les victimes de harcèlement de rue, les agresseurs de rue ne sont que des mecs de banlieue, de cité, de quartiers populaires. Que des immigrés, des fauchés, des lascars, des cailleras, des ouaich, des rebeus, des renois… Je parle souvent de harcèlement de rue, avec beaucoup de personnes. Et la récurrence des déclarations précédentes m’attriste.

    Non, elle me révolte, en fait. Elle me met hors de moi.

    Parce qu’en ne parlant que d’un type très spécifique de harcèlement, mes copines Blanches et/ou bourgeoises invisibilisent totalement un autre type de harcèlement que, pourtant, les femmes racisées vivent aussi fréquemment et avec autant de violence.

    J’habite dans un quartier très bourgeois qui est aussi le quartier des putes de la ville. Il y a quelques semaines, un homme d’une cinquantaine d’années se dirige vers moi. Rapidement, sans se présenter ni même me saluer (même pas un “ouaich la miss”), le mec me propose de baiser, il a de l’argent, il veut bien en mettre. Le temps de comprendre et de réagir, et je tente de m’éloigner en déclinant, agacée. Mais le monsieur m’attrape, me bloque contre le mur et insiste, en chuchotant “allez, j’ai envie, j’peux payer, laisse-toi faire, j’te trouve bonne…”, les supplications du gamin persuadé que le fait qu’il ait très envie justifie qu’il prenne. Il me faut encore quelque secondes pour réagir. Et puis j’explose. Je l’insulte de tous les noms que je connais, je le repousse, je me dégage, je hurle, je le pourris, il s’éloigne.

    Dans la rue, les passants sourient, amusés. Moi je tremble, je bouillonne et ne vois pas ce qui les amuse. Et, alors que je me remets en route, j’entends le vendeur du magasin de chaussures d’à côté (sorti pour voir ce qui se passait) déclarer à sa collègue “non, rien, juste une pute qui fait du scandale”.

    Une bourgeoise se serait fait coincer comme moi par un lascar ou un mec racisé, les gens se seraient empressés de lui demander si ça va ?, elle n’a rien ?, ne veut pas appeler la police ?. Mais je suis une meuf racisée en mini-short et collants troués qui décline les avances d’un monsieur qui doit porter trois mois de mon loyer sur le dos, et je ne suis rien d’autre qu’une pute qui fait du scandale. Parce que décliner les avances d’un homme de classe supérieure, c’est faire du scandale, faire l’intéressante, c’est moins légitime que de repousser celles d’un kéké, parce que pour un homme, argent est gageure de pouvoir de séduction, parce que l’époque où on renversait les gueuses dans un coin de ruelle sans en payer la moindre conséquence n’est pas si lointaine…

    Ils sont bien Blancs aussi, les mecs qui me suivent en voiture (avec parfois le siège bébé à l’arrière) jusque chez moi, même après que je leur ai dit et répété que non, je ne suis pas en train de travailler, juste en train de rentrer chez moi, laissez-moi maintenant.

    Ils sont toujours Blancs ceux qui croient que l’argent leur donne le droit de.

    Ils sont souvent Blancs ceux qui m’exotisent et projettent sur moi leurs fantasmes de néo-colons en accompagnant leur drague de tous leurs clichés sur les Noires. “Gazelle”. “Tigresse*”. “Lionne”. “Sauvageonne”. “Sauvage”. “Beyoncé”. “Rihanna” “ N’importe quelle Noire sexy et à la mode

    Ils sont bien blancs aussi les mecs de l’école de commerce du quartier qui viennent s’abreuver de bière virile au bout de ma rue. Ils étaient tous bien blancs et de polos vêtus le soir où, après que j’ai décliné leurs invitations à rejoindre leur table, ils ont commencé à m’appeler “Nafissatou” et à gueuler, de façon à ce que tout le monde l’entende, comment ils me prendraient quand j’aurais bu suffisamment ou laissé mon verre sans surveillance. Ils étaient une grande tablées de mecs Blancs de bonne famille à trouver hilarant de me menacer explicitement (mais pour déconner) de viol pour me punir de les avoir éconduits.

    C’est au cours d’une soirée d’école d’ingénieurs qu’après que j’ai poliment repoussé la drague polie d’un mec très poli, je me suis fait traiter de sale négresse et fait expliquer qu’il fallait pas que je me fasse de films, je n’étais qu’un choix de repli, les “filles comme moi” ne font partie que de celles qu’on veut baiser quand on s’est pris un stop par les meufs qu’on veut épouser.

    Dans le travail aussi. C’était un bon bourgeois qui, alors que j’étais encore stagiaire, m’appelait sur mon lieu de travail, saluait mes boss avant de leur dire “c’est à votre petite stagiaire que j’ai envie de parler”. C’était un grand bourgeois qui, un soir de vernissage a essayé d’obtenir de moi des gâteries dans la cuisine de la galerie, me promettant qu’il ferait de moi “quelqu’un”, comme si je n’étais personne. C’était un Blanc qui en réunion, devant mes collègues et mes supérieurs, s’amusait à commenter mon tour de taille et à se plaindre du fait que je refusais ses invitations à dîner. C’est un groupe de Blancs qui, après la réalisation d’un projet commun, a trouvé drôle de proposer de me “faire tourner” pour fêter notre succès. Ce sont toujours des Blancs qui m’ont menacée de “me griller dans le milieu” si ne me mettais pas à quatre pattes. Ce sont toujours des Blancs qui m’ont prise en otage et ont joué de leur position de pouvoir pour que je me sente coincée, humiliée, affichée, obligée. Ce sont toujours des Blancs qui m’ont fait sentir que, quoi que je fasse, quoi que j’accomplisse, à un moment ou un autre, on me remettra toujours à ma place de chatte sur jambes.

    Alors oui, je sais, il y a les “ouaich la miss” et les “madmouazel, t’es très très charmante”. Mais il n’y a pas de mystères les gens : si les banlieusards et les scarlas sont un peu en avance sur le harcèlement de rue, c’est que la harcèlement de bureau et le harcèlement de bar sont déjà pris. C’est qu’en fait, les banlieusards et les scarlas, on n’a pas trop envie de les voir ailleurs que dans la rue. Les banlieusards, les lascars et les ouaichs investissent l’espace qu’on leur laisse. Je ne dis pas que leur sexisme est moins grave ou moins violent. Je dis qu’il serait temps d’arrêter de ne parler que de celui-ci. Pendant qu’on s’acharne sur celui-ci, celui-là s’assied, déplie ses jambes et s’installe.

    Et de remettre les choses à leur place :

    Non, ce qui est révoltant, ce n’est pas de se faire draguer par un homme de classe inférieure. Non, ce qui est vexant, ce n’est pas qu’il me prenne pour une fille de son quartier.

    Non, le problème n’est pas que son vocabulaire ou sa répartie soit limitées et que sa drague manque de prose ou de mots à trois syllabes.

    Ce qui est révoltant c’est d’être sexualisée, tout le temps, tous les jours, dans tous les contextes.

    Ce qui est vexant, c’est la banalisation de l’insulte sexiste dans l’espace public.

    Le problème c’est que me sens moins légitime à aller et venir dans cet espace. Le problème c’est que malgré mon droit inaliénable de me promener, j’ai envie de m’excuser d’être présente, je me sens comme une intruse sur le pavé, comme une invitée suspecte dont on épierait les faits et gestes. Et le cul.

    Qu’on se le dise une fois pour toute : Le harcèlement de rue n’a pas d’origine géographique, de religion ou de culture (à part celle du viol). Le harcèlement de rue est la conséquence du patriarcat. Et le patriarcat n’est pas défendu par les seuls banlieusards, mais par tous ceux qui croient et affirment qu’il est le fait des autres. Le patriarcat porte autant le costard-cravate Hugo Boss que le survêt Lacoste ou le jean Célio. Mais il semblerait qu’il soit plus aisé de se plaindre de l’autre que de l’un…

    Chères personnes anti-sexistes : subir une oppression ne devrait jamais être un prétexte pour en exercer une autre. Se révolter, c’est (très très) bien. Le faire avec intelligence et sans ethnocentrisme, c’est mieux.

    Bisous

    * Moi je le sais qu’il n’y a pas de tigreSSE en Afrique. Ce sont les relous qui sont pas au courant

    #sexisme #racisme #harcelement #domination_masculine #féminisme_blanc #intersectionnalité #classisme

  • Quand le patois jamaïcain du « Work » de Rihanna met à nu le racisme ordinaire
    http://o.nouvelobs.com/pop-life/20160301.OBS5615/quand-le-patois-jamaicain-du-work-de-rihanna-met-a-nu-le-racisme-ordina

    > Le titre de la star américaine met en lumière une période précise de l’histoire culturelle de la Jamaïque. Un bel hommage qui a pourtant été pour les internautes l’occasion de se moquer de Rihanna au travers des mèmes à l’humour douteux.

    > […]

    > Un patois, du "charabia" ? Pour les ignorants euro-centrés, sans doute. Pour les autres, la blague force un sourire amer... Car non, le patois rasta n’est pas plus "incompréhensible" pour un anglophone que l’allemand, le chinois ou l’hindi. Car non, un langage peu médiatisé par la culture dite "occidentale" ne signifie pas pour autant qu’il est dépourvu de valeur. Et surtout, surtout, parce que comme toutes les langues vivantes, un langage existe au travers de ceux qui le parlent, qui ne sont pas plus (...)

    #antiracisme

  • Je reviens avec un papier que j’ai vu apparaître sur la page Facebook de Courrier International. L’auteure est Emily Harris, je ne l’avais absolument jamais lue, et je n’ai plus vraiment envie. Le papier est en anglais, mais le propos est simple : « le féminisme est mort » du fait de la « légèreté » des combats considérés aujourd’hui comme féministes. On y compare une Dame de Fer et la Reine avec les collectifs ayant fait bannir l’affiche #Beachready. On y dit qu’on aimerait continuer à porter du maquillage et des talons. L’auteure est donc #antiféministe à souhait, et ne comprend pas grand chose à ce qu’elle critique (le passage dans lequel elle critique Emma Wtason qui se préoccupe trop du regard des garçons, est simplement une négation du patriarcat).
    Voici le lien : http://bit.ly/1PCbMvM

    • Traduction (un peu bancale à certains moments) pour les non-anglophones :
      Le féminisme est fini, la bataille est gagnée. Il est temps d’avancer.
      Alors qu’il devrait se réjouir de ses victoires passées, le féminisme s’abaisse aujourd’hui à vainement attirer l’attention.
      Par Emily Hill

      Il serait tentant de croire, d’après les journaux ces temps-ci, que les femmes n’ont jamais été aussi oppressées qu’aujourd’hui. De l’éditorialiste Caitlin Moran à la comédienne Bridget Christie, un nouveau sermon est prêché : nous sommes les victimes, de la guerre des sexes, pas les gagnantes. Les féministes scandent que nous sommes réifiées par les sifflements des hommes dans la rue, que le flirt d’un inconnu est pareil à une agression sexuelle. Soudainement, alors même que nous les femmes semblions avoir tout obtenu, une nouvelle vague de féministes a commencé à nous décrire comme faibles d’esprit – incapables de supporter un mauvais rendez-vous, ou de négocier seule son augmentation de salaire.
      Encore pire, elles abandonnent ce qu’il y avait de mieux dans la tradition féministe (ou le féminisme traditionnel) : la solidarité entre sœurs (sisterhood) et la liberté de chaque femme de faire ce qu’elle veut comme bon lui semble. Le féminisme 4.0 consiste en des attaques inopinées, parfois envers d’autres femmes, sur des causes aussi cruciales que, hum [sic], l’épilation du maillot, le fait de porter ou pas des escarpins et la page 3 du Sun (page style « Playboy » avec des filles très proches du standard de beauté blanche – gros seins – taille fine du magazine tabloïd the Sun). Moran écrit que c’est la maternité qui fait qu’une « petite fille devient femme » (ce qui a provoqué quelques grognements irrésistibles dans l’assistance féminine au bureau) et que le féminisme triomphera quand « une actrice nominée aux Oscars ira chercher son prix dans des chaussures qui ne la tuent pas de douleur ». La révolution sera télévisée, avec « Nicole Kidman en tongs ».
      Eh bien, si c’est ça le féminisme, alors le féminisme est mort, et la trivialité des combats que ces féministes défendent est la preuve évidente de son décès. Ce qui a débuté par une croisade sincère contre un préjudice réel est devenu une vaine tentative pour attirer l’attention.
      Je suis née en 1983, et ai eu la chance de grandir dans un pays où il était (aveuglément) évident que les femmes étaient au pouvoir : une reine sur le trône et une au 10, Downing Street (Premier Ministre, référence à Thatcher). J’étais la fille d’un épicier, inscrite à l’école publique, vivant dans l’appartement au-dessus de l’épicerie, et je voyais Margaret Thatcher, cette icône féministe, comme la preuve évidente que je pouvais aller aussi loin que je le voulais dans la vie, si tant est que j’aiguisai mon esprit et me donnai corps et âme. Je savais, sans qu’on ait eu à me le dire, que l’on ne finit pas là où l’on naît, parce que Maggie (Thatcher), alors face à des barrières bien plus importantes, avait réussi à réduire en miettes tout obstacle suffisamment bête pour s’être mis sur son chemin, avec une douce ardeur et une attitude qui hurlait « Ne jamais se laisser abattre ». Les féministes occidentales, si elles avaient un peu de bon sens, arrêteraient se geindre, de se plaindre, commanderaient une couronne de laurier à Germaine Greer (écrivaine et scénariste féministe australienne), chevaucheraient leur carrosse à quatre roues et marcheraient triomphantes dans les rues de Rome, pour faire le sacrifice de leur sang à Emmeline Pankhurst (femme politique au Royaume-Uni fin XIXème début XXème qui a combattu pour obtenir le droit de vote pour les femmes). Les batailles phares étaient dures à mener, et elles ont été gagnées.
      Aujourd’hui, les filles sont meilleures que les garçons à l’école – et elles le sont depuis au moins le milieu des années 70. Elles ont plus de chance de réussir les 5 épreuves du GSCE (sorte de bac pour rentrer à la fac). Un tiers d’entre elle va à l’Université, un quart seulement des garçons y va. Une fois à l’Université, elles s’en sortent mieux et ont des chances significativement supérieures de décrocher les meilleures notes à leur diplôme. Et l’égalité ? Dans certains cours, on est allé au-delà. L’année dernière, les filles représentaient 55% des étudiants de première année de médecine et dentaire, 62% des étudiants en droit. Les métiers de la banque et de l’entreprise sont certes dominés par les hommes, mais à en juger par la rapidité de notre ascension, ça ne va pas durer. Comme Boris Johnons (maire de Londres) l’a observé, quand ma génération atteindra le sommet de sa carrière professionnelle, la structure managériale de la Grande Bretagne sera totalement transformée – et féminisée.
      Depuis que les suffragettes ont obtenu le droit de vote, les femmes ont plus progressé que les hommes pendant des millénaires. En fait, la catégorie démographique réussissant le moins à l’école est les garçons blancs dans les écoles publiques – seulement un quart d’entre eux ont obtenu des notes décentes aux GCSE. Oui, les problèmes d’égalité des genres existent – mais ils sont beaucoup moins branchés. Qui va distribuer des tracts, ou s’allonger sur les tapis rouges aux avant-premières pour la cause des garçons en difficultés scolaires ?
      La plupart des féministes auto-désignées clament que l’on va rencontrer des difficultés au travail. Ca non plus, ce n’est pas certain. Les femmes dans la vingtaine ont rattrapé les niveaux de salaire des hommes en quelques années seulement ; et les moins de 40 ans, bientôt. La rapidité de l’évolution est incroyable. En Europe, aux USA et particulièrement en Scandinavie, les femmes tracent leur route vers les comités exécutifs et les sièges de pouvoir. Le gouvernement français a même légiféré pour que 2 des cinq sièges d’un conseil d’administration reviennent à des femmes. Les féministes disent que nous aussi, avons besoin de quotas. Mais n’y-a-t-il pas meilleur triomphe à voir nos sœurs y arriver toutes seules ?
      Donc la prochaine génération a toutes les cartes en main – si seulement elle n’est pas encouragée à se voir comme une pauvre victime à la merci d’un patriarcat irrésistible. Seulement 19% des femmes s’identifient aujourd’hui comme féministes, ce qui n’est pas tellement surprenant compte tenu de l’ennui de leur combat. Dans les années 70, les féministes étaient des casses-couilles [sic], des ass-kicking (qui met des coups de pieds au cul), des penseuses qui tentaient le diable, telles Greer, Glorian Steinman ou Susan Sontag. Maintenant, la « voix d’une génération » est l’actrice star de Harry Potter, Emma Watson qui a délivré un discours très applaudi aux Nations Unies, dans lequel elle se plaint que certaines de ces amies ont arrêté le sport parce qu’elles s’inquiétaient de ce que leurs bras deviennent trop musclés.
      Mais pendant que Watson s’inquiète de la tyrannie du regard des garçons, c’est être regardé avec consternation par une féministe qui est réellement terrifiant (it’s being eyeballed by a feminist which is truly terrifying). Ces esthètes de classe moyenne aiment à jouer au petit chef avec les femmes qui l’entourent, ricanent sur leurs choix vestimentaires et leurs comportements. Elles désapprouvent Beyoncé et Rihanna, qui fanfaronnent dans leurs superbes corps dans les clips de musique avec une véhémance digne d’une Taleban (alors Internet me dit que c’est peut-être taliban, mais ce n’est pas clair). En Avril, on voyait dans le métro londonnien une publicité sur laquelle apparaissait une mannequin avec une jolie poitrine, qui scandait « Votre corps est-il prêt à sortir à la plage ? ». Dans les heures qui ont suivi, l’affiche a été gribouillée, dans les jours qui ont suivi 44 000 signatures sont venues demander que l’on enlève l’affiche. Faire en sorte que les femmes soient recouvertes en public, que leur chair nue ne vienne heurter quiconque, c’est quelque chose que l’on s’attend à voir en Arabie Saoudite, pas ici, où nous sommes censées nous habillement librement et de manière aussi provocatrice que l’on souhaite.
      Pourquoi ne pourrions-nous pas porter de maquillage, de collants ou de jarretelles, si nous en avons envie ? D’Elizabeth I à Bette Davis, les femmes ont toujours considéré le rouge à lèvres, les escarpins, et les coiffures comme des armes légitimes de combat, aussi efficaces à leur manière, que des bazookas ou des arbalètes. Mais les nouvelles féministes sont déterminées à enlever tout le fun de votre vie, et de vous montrer à quel point il est terrible d’être femme au Royaume-Uni aujourd’hui.
      Un autre défi que les filles doivent apparemment relever, et en ont peur, est le troll sur Internet. Disons que vous recevez des menaces de losers complètement à côté de la plaque, qui sont en désaccord avec tout ce que vous dites. Devriez-vous appeler la police ? Quitter Twitter ? Ou peut-être vous réjouir des insultes, à la manière de Maggie, qui disait « Je me réjouis toujours lorsque je suis victime d’une attaque particulièrement blessante. Cela signifie qu’ils n’ont plus d’armes politiques. »
      Sinon, vuos pouvez aussi rester imperméable à l’insulte, comme la reine de marbre Chrissie Hynde, qui a été, le mois dernier, trollée par des féministes après avoir confessé qu’elle a souffert d’une agression sexuelle à l’âge de 21 ans, et qu’elle en prenait la totale responsabilité. Twitter a alors spectacle bête de centaines de féministes l’attaquant alors qu’elle ne faisait que librement exprimer son opinion, jusqu’à que le journaliste du Guardian, Julie Bindel, daigne souligner que Hynde n’était pas une violeuse. Ce à quoi, Hynde a magistralement répondu « Si vous ne voulez pas de mon opinion, ne me demandez pas ».
      Mais quand il s’agit de sexe, les nouvelles féministes s’avèrent facilement impressionnables, tellement qu’un jeune et timide garçon, Samuel Fishwick, a compilé un guide de conseils de drague en temps d’égalité des sexes. En approchant les auteurs du blog Vagenda pour des conseils, il a été informé que les hommes ne doivent jamais demandé à une fille de sortir pour boire un verre dans un endroit proche de chez lui « Ça pourrait laisser penser que vous allez prendre leur peau pour en faire un abat-jour ».
      Les féministes exagèrent-elles outrageusement, passant tellement de temps à s’épancher sur leur vagin qu’elles en viennent à ne plus user leur cerveau ? Nous devrions surtout nous délecter de ne plus avoir à nous appeler « le second sexe » et apprendre à nos filles comment compter sur les âmes qu’Emily Bronte a surnommé « no coward souls » (les âmes non soumises ? non peureuses ?)

  • How Much Do Music Artists Earn Online – 2015 Remix | Information is Beautiful
    http://www.informationisbeautiful.net/visualizations/how-much-do-music-artists-earn-online-2015-remix

    Do digital music #streaming services rip off artists? Taylor Swift thought so, asking that her stuff be removed from Spotify. Now pop stars like Jay Z, Madonna and Rihanna reckon they have a fairer alternative, Tidal, which just happens to be owned by Jay Z.

    Could lesser-known musicians, struggling even to make minimum wage, afford to drop streaming and make a living selling downloads and CDs? Our own 2010 #visualization on the subject, inspired by an article from The Cynical Musician, triggered a massive debate (see comments).

    #revenus #musique

  • The Feminist Power of Nicki Minaj and Beyoncé’s “Feeling Myself” - Ms. Blog
    http://msmagazine.com/blog/2015/07/24/the-feminist-power-of-nicki-minaj-and-beyonces-feeling-myself

    If Minaj and Beyonce are on the top of the industry mountain, they are not secretly plotting ways to shove the other off the edge and into the oblivion of irrelevance.

    One could argue that the video embodies aspects of the “Carefree Black Girl” movement, which started as a Twitter hashtag and quickly caught on as a counter-narrative to the tired stereotypes and bigoted cultural tropes used against black girls and women. In an article for BuzzFeed, Hannah Giorgis discusses the importance of musicians challenging the expected narrative, mentioning Kelis, Erykah Badu, Trina, and Rihanna as prime examples. These women reject society’s insistence that black women can only live the tropes of the Jezebel, the Mammy, the Welfare Queen, etc., instead choosing the satisfaction of worry-free self-fulfillment.

    #showbiz #féminisme

  • La #National_Gallery commande des pièces sonores à des artistes en écho à des tableaux de sa collection : « Hear the painting. See the sound »
    http://www.nationalgallery.org.uk/soundscapes

    ‘Soundscapes’ has commissioned musicians and sound artists to select a painting from the collection and compose a new piece of music or sound art in response. Immersive and site-specific, the experience encourages visitors to ‘hear’ the paintings and ‘see’ the sound.

    The artists are:

    #Nico_Muhly is a composer of chamber, orchestral, and sacred music, as well as opera and ballet. His work includes commissions from the Metropolitan Opera, English National Opera, New York City Ballet, St John’s College, Cambridge, and Wigmore Hall. Muhly’s chosen painting is The Wilton Diptych (about 1395–9).

    #Susan_Philipsz is a Turner Prize-winning sound artist. Known for her installations that explore the relationship between sound and architecture, she has been presented at institutions across the world from MoMA to the Sydney Biennale. Philipsz’s chosen painting is Holbein’s Ambassadors (1533).

    #Jamie_xx is a DJ, music producer, and member of Mercury Prize-winning band, The xx. His producer credits include collaborations with Drake, Rihanna, and Alicia Keys as well as ‘We’re New Here’, his reworking of Gil Scott-Heron’s last studio album. Jamie’s debut solo album ‘In Colour’ was released in June. Jamie’s chosen painting is Van Rysselberghe’s Coastal Scene (about 1892).

    #Gabriel_Yared is an Oscar-winning film composer, whose work includes the scores for ‘Betty Blue’ (1986), ‘The English Patient’ (1996), ‘The Talented Mr Ripley’ (1999), and ‘Cold Mountain’ (2003). Yared’s chosen painting is Cézanne’s Bathers (about 1894–1905).

    #Chris_Watson is one of the world’s leading recorders of wildlife and natural phenomena. He won BAFTA Awards for David Attenborough’s ‘Life’ and ‘Frozen Planet’ BBC series, and has worked on other major film, radio, and TV projects. Watson’s chosen painting is Gallen-Kallela’s Lake Keitele (1905).

    #Janet_Cardiff and #George_Bures_Miller are internationally renowned installation and sound artists. Based in Grindrod, Canada, the duo incorporates audio tracks with installations to create three-dimensional spaces with sound. Cardiff and Miller’s chosen painting is Antonello da Messina’s Saint Jerome in his Study (about 1475).

    Et le Guardian déteste ça
    http://www.theguardian.com/artanddesign/2015/jul/12/soundscapes-review-feeble-wrong-headed-national-gallery-worst-idea

    Soundscapes is the worst idea the National Gallery has come up with in almost 200 years. It is feeble, pusillanimous, apologetic and, even in its resolute wrong-headedness, lacks all ambition. Invite a sound artist to compose a work in response to a masterpiece from the collection and you might expect something original, given all the precedents in music alone, from Rachmaninov’s Isle of the Dead and Mussorgsky’s Pictures at an Exhibition to Philip Glass’s piano portrait of Chuck Close. But instead this show feels more like the ambient soundtrack on a pair of National Trust headphones.

    #création_sonore

  • Vladimir Putin Wins TIME 100 Reader’s Poll | TIME
    http://time.com/3820069/time-100-readers-poll-results

    Russian President Vladimir Putin is the winner of this year’s TIME 100 reader’s poll.

    Putin edged out rapper-singer CL (of the South Korean girl-group 2NE1) to claim the number one spot with 6.95% of the votes in the final tally. Pop stars Lady Gaga, Rihanna and Taylor Swift rounded out the top five with 2.6%, 1.9% and 1.8% of the votes, respectively.

    The TIME 100 is an annual list of the 100 most influential people in the world, spanning politics, entertainment, business, technology, science, religion and other fields. Chosen by the editors of TIME, this year’s list will be unveiled April 16. Voting for the reader’s poll closed April 10.

    Besides Putin, the only non-entertainers to crack the top 10 were the Dalai Lama (1.7%), Malala Yousafzai (1.6%) and Pope Francis. (1.5%). Barack and Michelle Obama sat just outside the top 10 with 1.4% and 1.2% of the votes, respectively.

    More than half of the votes — 57.38% — were cast within the United States. Canada and the United Kingdom followed with 5.54% and 4.55% respectively.

  • Rihanna devient la première égérie noire de Dior - 20minutes.fr
    http://www.20minutes.fr/mode/1563055-20150316-rihanna-devient-premiere-egerie-noire-dior

    Après Sharon Stone, Marion Cotillard, Jennifer Lawrence, Natalie Portman, Milla Jovovich et Charlize Theron, Rihanna devient la première égérie noire de la griffe Dior, selon le Vogue britannique.

    #mode #racisme

  • Votre smartphone devrait être capable de protéger vos photos intimes | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/91881/smartphone-proteger-sextos

    La question n’est plus de savoir si prendre des photos de soi nu est « bien » ou « mal ». Le « fappening » (quand des dizaines de photos et de vidéos intimes de stars comme Jennifer Lawrence, Avril Lavigne, Rihanna, Kirsten Dunst, Aubrey Plaza ou encore Winona Ryder ont été publiées sur Internet le 31 août), nous a rappelé combien protéger ses propres sextos est important.

    #smartphone #vie_privée #données_personnelles #photographie

  • Rihanna tweete un message pro-Palestine... et se ravise
    http://www.lefigaro.fr/musique/2014/07/17/03006-20140717ARTFIG00291-rihanna-tweete-un-message-pro-palestine-et-se-rav

    Mais c’était déjà trop tard. Sensible aux affrontements dans la bande de Gaza, la chanteuse a voulu apporter son soutien à la Palestine. L’effet boomerang a été dévastateur. Aussitôt, une nuée de commentaires pour le moins désobligeants, de critiques voire d’insultes ont afflué sur son compte. Prenant conscience que ce message allait lui attirer des ennuis , elle a préferé ne pas le laisser à la vue de tout le monde. Mais le site TMZ avait déjà saisi le message au vol. Selon le site, elle ne s’en est pas rendue compte.

    Quelques minutes plus tard, et suite aux critiques et insultes , elle s’est fendue d’un message d’espoir beaucoup moins polémique, toujours sur Twitter : « Prions pour la paix et une fin rapide du conflit israëlo-palestinien ! N’y a-t-il aucun espoir ? »

    Mais Rihanna n’est pas la seule. Le joueur de basket-ball Dwight Howard a lui aussi eu une pensée pour la Palestine, avant de changer d’avis. À croire que certains devraient tourner leurs doigts sept fois dans leurs mains avant de Twitter...

    Quelle idée aussi de prendre parti pour les palestiniens !...

  • Chris Brown — Wikipédia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Chris_Brown

    Lors de la cérémonie, il reçoit également un award comme étant l’artiste ayant les fans les plus dévoués « Je vous ai laissé tomber avant (en parlant de l’incident avec Rihanna), mais je ne le referai plus. Je vous le promets »

    Grace à @mona, j’en apprends de belles sur les peoples, mais lorsque j’atterris sur la page Wikipédia de Chris Brown, la violence conjugale répétée qui a laissé sa compagne traumatisée est relatée en une demie phrase et le terme repris est « incident » et plus loin on apprend que « En 2009, la carrière de Chris Brown a été entachée par un cas de violence conjugale ».
    A ben merde, une si belle carrière ! Aucune autre mention.

    Sinon, ce qui me fait marrer et que je connaissais pas, c’est la mesure en #verges !

    Le 25 août 2009, la sentence est tombée, Chris Brown écope de 5 ans de probation formelle, 1 an de cours sur la violence domestique, 6 mois de travaux d’intérêts généraux et l’interdiction pendant 5 ans d’approcher Rihanna à moins de 50 verges (45 mètres), et 10 verges (9 mètres) lors d’événements publics.

    Et pour ceux qui ne suivent pas cette actualité hors-pair, le monsieur a terminé sa peine depuis une semaine.

    #sexisme #machisme #violence #people #gros_beauf

    #sexisme_wikipédien