person:saddam hussein


  • COMMENT LES DIRIGEANTS ARABES BASCULENT-ILS DANS LA DICTATURE ?
    (Le Monde Arabe-Sébastien BOUSSOIS-2018-12-03

    A entendre parler tous les jours de Mohamed ben Salman, depuis les débuts de l’affaire Khashoggi et la prise de conscience internationale (tardive) de la guerre menée contre le Yémen depuis quatre ans, on finit par oublier qu’à une époque, le jeune leader saoudien était moins présent dans les médias. Non pas que ces derniers saturaient, mais il y a quelques mois, personne ne savait où avait disparu le prince héritier saoudien, après la fusillade violente survenue le 21 avril 2018, dans son palais à Riyad. Pendant plus d’un mois, celui que l’on surnomme MBS s’était claquemuré, de quoi générer toute sorte de spéculations hasardeuses. Du moins, les médias occidentaux le pensaient-ils.

    Prix du trône

    Certains titres de presse affirmaient ainsi que le fils du roi Salman avait été touché mortellement. Tandis que, pour d’autres, la purge du Ritz-Carlton, fin 2017, avait généré encore plus d’ennemis, pour le prince héritier, qu’auparavant dans ses propres rangs. Une telle attaque étant dès lors à prévoir. Depuis le selfie de MBS entouré de Mohamed VI et Saad Hariri, à Paris, plus aucune information ou preuve qu’il était toujours vivant n’avait émané d’Arabie saoudite. Pourtant, fin avril, il inaugurait le début des travaux de la Cité du Divertissement (Qiddya), un nouveau hub dédié à l’entertainement et à la culture à Riyad. Certaines sources diplomatiques, de leur côté, de renseigner que le 22 mai, MBS et le président français, Emmanuel Macron, avaient échangé par téléphone. Au sujet, surtout, de la crise générée par le retrait de Washington de l’accord sur le nucléaire iranien et de la guerre au Yémen.

    Le monde entier spéculait encore jusqu’au jour où un cliché de MBS avec le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi – qui aurait pu être pris n’importe où et n’importe quand… -, a ressurgi. Et calmé les esprits. L’Occident avait enfin retrouvé la trace du prince. Qui n’avait jamais, jusqu’alors, connu pareille menace. Cette attaque au palais a été, depuis, largement occultée. Mais c’est à cette époque, probablement, qu’il a commencé à développer un puissant sentiment de paranoïa, accompagné d’une dose de réflexe de survie et de protection de sa personne. A tout prix et coûte que coûte. Quitte à ne même plus hésiter à liquider ses adversaires les plus farouches, comme Jamal Khashoggi, dont il se « contentait » de faire les poches pour leur extorquer quelques milliards et les contrôler. Le prix du trône à venir ?

    Avidité de pouvoir

    Ce n’est pas la première fois, loin de là, qu’un dirigeant arabe suscite tant de convoitises, mais aussi de haines. Et se voit menacé de mort. Ce n’est pas la première fois non plus qu’un dirigeant arabe bascule dans la dictature, à partir du moment où il se sent physiquement directement menacé. Saddam Hussein, ancien président d’Irak, a lui aussi été la victime d’une tentative d’assassinat en 1996. Problème : dans le second cas comme dans le premier, comment avoir la certitude que de tels actes ont véritablement existé ?A l’époque, alors que la CIA cherchait à déstabiliser l’homme fort de Bagdad, l’argument du complot et de la tentative de meurtre revêtait un certain intérêt : justifier le renforcement de ses pleins pouvoirs. Qu’il n’avait pas hésité à utiliser, d’ailleurs, pour faire arrêter et exécuter plusieurs centaines d’officiers soupçonnés d’avoir participé au complot.
    MBS ne manque déjà pas de « proximité » avec l’ancien dirigeant irakien, qui se radicalisait un peu plus à chaque menace pesant sur son siège. Avidité de pouvoir, quête obsessionnelle de leadership régional, ingérence dans les affaires de ses voisins, persécution des chiites, chez eux au Bahreïn et au Yémen, etc. En prenant le pouvoir en 1979, le président-dictateur aspirait non seulement à faire de son pays la première puissance militaire du Moyen-Orient, mais également à devenir le leader du monde arabe. Et, comme le prince héritier aujourd’hui – qui a la main sur la défense et l’économie du royaume -, Saddam Hussein concentrait également tous les pouvoirs en étant chef d’Etat, chef de gouvernement et chef des armées.

    Capacités nucléaires

    La surenchère va bon train. Et plus MBS affiche un visage cynique, plus il continue à être invité partout, semble-t-il. La preuve : son récent circuit diplomatique, fin novembre, pour tenter de faire oublier l’assassinat du journaliste saoudien et la guerre désastreuse au Yémen. Une véritable « résurrection », qui n’est pas sans rappeler celle du roi du Maroc Hassan II, après deux tentatives d’assassinat contre sa personne, en 1971 et 1972, lors de putschs ratés. Le monarque, père de l’actuel roi du Maroc, Mohammed VI, en sort renforcé, dans son culte de la personnalité notamment. Mais, revers de la médaille, la paranoïa envers toute opposition qui pourrait fomenter un complot contre lui le gagne. C’est le début des années de plomb (de 1970 à sa mort), où une violence et une répression sans précédent à l’égard de toute opposition sévira comme jamais. Et dépassera largement le cadre de la « disparition » de son opposant numéro 1, Mehdi ben Barka, en 1965.

    La crainte, à présent, est de voir MBS ressembler de plus en plus à Saddam Hussein. Effrayant, surtout lorsque l’on sait que certains seraient prêts à lui confier des capacités nucléaires – civiles pour commencer. Mais il n’est que le reflet de la personnalité de nombreux dirigeants arabes, qui ont fait de la personnalisation du pouvoir une marque de fabrique. Attenter au raïs, ainsi, c’est attenter au pays. Saddam Hussein et Hassan II en sont les preuves « vivantes ». Va-t-on marquer cette date du 21 avril 2018, sur le calendrier géopolitique du Golfe, comme le catalyseur de la dérive autoritaire du prince héritier, afin d’y mettre un terme ? Ou va-t-on, au contraire, y assister en simple spectateur – ce qui est le cas aujourd’hui ? Pour rappel, c’est ce sentiment de toute puissance qui a contribué à faire du Yémen « la pire crise humanitaire du monde », selon les Nations unies.


  • La fragmentation du #Genre dans l’Irak post-invasion
    https://www.cetri.be/La-fragmentation-du-genre-dans-l

    Recension de Didier Epsztajn à propos de l’article de Zahra Ali consacré à la « fragmentation du genre dans l’Irak post-invasion », dans la revue Nouvelles questions féministes, consacrée aux Solidarités familiales ?. Loin du campisme (l’ennemi de mon ennemi serait mon ami) ou de l’anti-impérialisme de pacotille (Saddam Hussein ou Bachar el Assad comme figures de l’anti-impérialisme), refusant l’essentialisation des phénomènes religieux ou la culturalisation des pratiques sociales, Zahra Ali prend en (...)

    #Le_Sud_en_mouvement

    / #Le_Sud_en_mouvement, #Irak, Genre, #Minorités_ethniques, #Religion, #Répression, #Terrorisme, #Autoritarisme, #Impérialisme, Entre les lignes entre les (...)

    #Entre_les_lignes_entre_les_mots


  • Le Parfum d’Irak - Info et société | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/RC-016527/le-parfum-d-irak

    Feurat Alani est franco-irakien. Son histoire et celle de sa famille sont intimement liées à celle de l’Irak. Ayant grandi à Paris, Feurat passe plusieurs étés de son enfance dans un Irak qu’il voit s’effondrer sous la dictature de Saddam Hussein. Plus tard, devenu journaliste, il décide de renouer avec le pays d’origine de ses parents. Il est envoyé en Irak alors sous l’occupation américaine, découvrant les bruits et silences de la guerre. Un regard intime et perspicace d’un enfant puis d’un jeune adulte sur un pays meurtri, porté à l’écran grâce au superbe travail d’animation de Léonard Cohen où images et son forment une union harmonieuse et puissante.

    #Feurat_Alani

    https://seenthis.net/messages/726356


  • Maroc / Israël : Le collier de la reine, un tribut de vassalité à un suzerain ? – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/22/maroc-israel-le-collier-de-la-reine-un-tribut-de-vassalite-a

    Un collier en or aurait été offert par Lalla Salma, épouse du Roi du Maroc, à Tzipi Livni, le co-ordonnateur de la guerre de destruction israélienne de Gaza (2007-2008). Un cadeau offert en 2009 à l’occasion d’une visite de l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères au Maroc, un an après la fin de la guerre israélienne contre l’enclave palestinienne.

    Cette information explosive a été démentie de piètre façon par le Maroc, par un communiqué laconique du ministère des affaires étrangères publié le 26 juillet, soit deux semaines après la fuite du Maariv. Le journal israélien précisait, pourtan, dans son édition en date du 13 juillet 2011, que le parlement israélien avait pris la décision de dévoiler une liste de cadeaux offerts aux officiels et parlementaires israéliens par des personnalités étrangères, liste où figurerait « Lalla Salma » pour un « collier en or » à Tzipi Livni lors de sa visite au Maroc en 2009 à l’invitation de l’Institut Amadeus pour le Forum MEDays organisé à Tanger.
    Dans ce qui apparait comme un geste d’apaisement destiné à détourner le courroux de l’opinion publique, la communauté juive du Maroc a volé au secours du Trône, lui emboitant le pas, endossant le même jour la responsabilité de ce cadeau. Non pas par un communiqué franc et précis qui aurait coupé court à toutes les spéculations mais par un procédé oblique, en des termes alambiqués, des propos confus faisant état d’ une indication d’un membre de la communauté juive, à l’identité non définie, se dévouant pour confier à un site électronique marocain que Mme Livni « n’a rencontré aucune princesse du Maroc, uniquement des personnalités marocaines et des responsables de la communauté juive » et que « le collier a pu lui être offert par la communauté juive » (2).

    Sauf à y voir la marque d’un travail de sophistication journalistique, un tel amateurisme dans la gestion de cette affaire pourrait avoir eu un effet inverse de confirmer plutôt que d’infirmer cette information. Un effet pervers
    Selon Maariv, pourtant, Lalla Salma n’aurait pas été la seule à couvrir de bijoux la ministre israélienne. La Fédération des Juifs du Maroc lui aurait aussi offert « un collier d’or serti de diamants et de pierres précieuses assorties de deux bagues ». Soit, en fin de compte, deux colliers et deux bagues. Une belle pioche pour un voyage si controversé d’un si sinistre personnage.

    Au delà du démenti formel, le pouvoir marocain a incontestablement commis un impair dans sa communication de crise, d’autant moins explicable que le sujet est d’une grande volatilité, accréditant l’idée d’un malaise par sa réaction tardive et son laconisme. Le démenti marocain, de même que la revendication indirecte de la communauté juive n’évacuent pas pour autant le débat sur le bien fondé de ce geste de courtoisie à l’égard d’une belliciste coresponsable de deux guerres contre des objectifs arabes, le Liban en juillet 206, et Gaza, en 2007, ni même sur sa présence au Maroc un an après la guerre de Gaza. Pas plus Tzipi Livni que son collier n’avaient de raison d’être au Maroc. Le service minimum sur un sujet de grande controverse porte la marque d’une désinvolture et pointe désormais du doigt le rôle ambigu de l’Institut Amadeus, initiateur de ce projet frappé de suspicion.
    Quelqu’en soit le bienfaiteur, au-delà des démentis de circonstance, le cadeau parait placer la Monarchie dans l’embarras en ce qu’il peut être ressenti, à juste titre, par une large fraction de cette population nationaliste comme un geste d’une gratuité provocante, une humiliation vécue comme un tribut de vassalité envers un suzerain.

    LA LÉGITIMITÉ DU JUDAÏSME MAROCAIN ET SON INSTRUMENTALISATION POUR UNE IMPUNITÉ DU TRÔNE
    Le laxisme traditionnel marocain à l’égard d’Israël, à contre courant de la position officielle arabe, est généralement expliqué par les rapports historiques qu’entretient la dynastie alaouite avec le judaïsme marocain (3), particulièrement du fait de la position du sultan du Maroc, sous le régime de l’Etat français de Vichy, dont le refus de faire appliquer sur son territoire les lois racistes du gouvernement collaborationniste, notamment le port de l’étoile jaune pour les ressortissants de l’Empire, lui a valu la gratitude éternelle de ses sujets de confession juive.
    Une autre interprétation, moins valorisante mais plus conforme à la realpolitik, explique ce lien privilégié par le souci du futur Roi Mohamad V de contourner l’ostracisme français à son égard, sous le protectorat, par une alliance avec le judaïsme marocain, avec l’appui américain, en vue de contraindre la France à renoncer à son rival, le Glaoui de Marrakech, et à rompre son exil malgache, permettant ainsi aux Etats-Unis de prendre pied dans ce qui était à l’époque une chasse gardée française.

    Au delà de ses interprétations polémiques, un fait demeure. Le judaïsme marocain dispose d’une place légitime au Maroc, par son ancrage et son apport. Mais cette légitimité ne saurait impliquer une légitimation d’Israël, par extension, sans règlement préalable de la question palestinienne, ni l’instrumentalisation de cette équation pour camoufler le partenariat stratégique souterrain entre la dynastie alaouite et l’ennemi officiel du Monde arabe, Israël, à l’effet d’aménager l’impunité du pouvoir chérifien qui en découle.

    Cinquante ans après son indépendance, sous une solidarité de façade, le Maroc apparait comme un tire-au-flanc de la stratégie arabe au même titre que la Jordanie et l’Arabie saoudite, au point de se retrouver dans une configuration inique de trois royaumes arabes dotés, chacun, d’une légitimité sacrale constituant un cordon sanitaire autour d’Israël, au détriment de la cause palestinienne, supposée être leur cause prioritaire, du fait de la sacralité de leur pouvoir ; le commandeur des croyants alaouite en sa qualité de président du comite « Al Qods » de la conférence islamique ; le gardien wahhabite des Lieux Saints de l’islam, en raison de sa responsabilité particulière à l’égard de Jérusalem, le 3 me haut lieu saint de l’Islam ; le hachémite, enfin, de par sa descendance directe de la tribu des Koraïchites, la tribu du Prophète. Trois royaumes, l’Arabie saoudite, la Jordanie et le Maroc, désormais liés au sein d’une confédération disparate des pétromonarchies du Golfe, dans une fusion contre nature qui révèle, face à la contestation de l’ordre établi dans le Monde arabe, leur préoccupation d’assurer la survie de leur trône, plutôt que la promotion du Monde arabe, encore moins la Libération de la Palestine.
    La presse internationale abonde de la connivence israélo-marocaine sous le règne de Hassan II, de la fuite des Juifs marocains vers Israël, à la collaboration des services secrets des deux pays dans l’affaire Ben Barka, à la guerre du Sahara, aux escales techniques des unités israéliennes dans les ports marocains durant la guerre de juin 1967 (4), à la germination hormonale, enfin, du jeune prince héritier de l’époque envers une compatriote de confession juive qui donna par la suite deux soldats à l’armée israélienne (5).

    Mais le fait nouveau est la pérennisation de cette connivence sous le nouveau Roi Mohamad VI, au point de faire du Maroc une enclave diplomatique d’Israël, dans des conditions outrageusement méprisantes pour le peuple palestinien et ses nombreux sympathisants à travers le monde. Au risque d’exposer à l’opprobre public, pour la première fois dans les annales du Royaume, la propre épouse du Souverain.

    A moins d’impérieuses nécessités d’intérêt national touchant au règlement du conflit israélo palestinien, à quel besoin répondait le fait d’exposer sa propre épouse à l’opprobre, dans un geste malvenu auprès de l’opinion publique marocaine et arabe, en honorant une belliciste impénitente. Tzipi Livni (6), l’officier traitant du Mossad en France dans une décennie qui a vu la décapitation des principaux dirigeants palestiniens en poste en Europe et non Rachel Corrie, la pacifiste américaine broyée par un tracteur pour la défense de la terre palestinienne contre la confiscation israélienne. Tzipi Livni, objet d’un mandat d’arrêt de la justice britannique pour les crimes contre l’humanité » commis par son gouvernement à Gaza et non Rony Brauman, le franc tireur courageux pourfendeur du blocus de Gaza. Sauf à y voir la marque d’une perfidie complémentaire, à quel besoin répondait le souci du bénéficiaire de révéler son présent, sinon à embarrasser son hôte prévenant ? A l’ombre de la révolte arabe du printemps 2011, gageons que pareille gracieuseté ne saurait se reproduire sans exposer son auteur à un tollé généralisé.

    L’INSTITUT AMADEUS SUR LE GRILL (7)
    Quiconque connaît la tétanie qui frappe tous les acteurs politiques du royaume à l’égard du trône alaouite, le séjour de Mme Livni ne relevait pas du domaine du fortuit et ne répondait à aucun besoin de dialogue tant sont permanents les canaux de communications entre Rabat et Tel Aviv. Officiellement un « think tank » marocain, indépendant, l’Institut Amadeus, dirigé par le propre fils du ministre marocain des Affaires étrangères, Brahim Fassi-Fihri, aura servi de paravent au séjour de Mme Livni au Maroc. Crée en 2008, l’institut est soutenu par les entreprises traditionnellement perméables aux intérêts occidentaux, notamment l’hebdomadaire Jeune Afrique, le support médiatique des états africains pro occidentaux prospères. Le mandat d’arrêt lancé le 14 décembre 2009 par la justice britannique à l’encontre de Mme Tzipi Livni pour sa responsabilité dans la guerre de destruction israélienne de Gaza a retenti comme un désaveu du Maroc, un camouflet d’autant plus cinglant que le Roi Mohamad VI préside le comité chargé de préserver les Lieux saints musulmans de Jérusalem, une ville en voie de judaïsation rampante et quasiment annexée par Israël.
    En vertu de quel passe droit, un institut élitiste s’arroge-t-il le droit de prendre, seul, sans l’aval d’une autorité légitiment investie, l’initiative d’engager lourdement son pays sur un point essentiel de sa diplomatie ? Que de surcroît, face au tollé, ce même institut, visiblement déconnecté des réalités sociales, se dispense de la moindre explication, accentuant ainsi la suspicion sur l’ensemble de la galaxie royale en ce que le silence de cette coterie de technocrates ne manquera d’alimenter le mécontentement et les supputations, s’agissant d’un acte éminemment diplomatique à portée morale.

    Que l’initiative soit le fait du propre fils du ministre des affaires étrangères pose la question de savoir si l’héritier présomptueux a pu y procéder sans la caution des autorités marocaines. Auquel cas, la sanction est inévitable au double titre d’une infraction au fonctionnement démocratique des institutions du pays, au titre d’exemple ensuite, pour sanctionner le mépris d’Amadeus envers les sentiments profonds du peuple marocain et son aventurisme suspect. Dans le cas contraire, l’aval du pouvoir à son initiative rendrait le démenti officiel, sans objet et non avenu.
    En l’absence d’une mise au point -mise au clair- de l’institut Amadeus, l’Affaire Tzipi Livni accrédite cette singulière institution comme le sous traitant diplomatique des sujets épineux du Royaume. En un mot, Amadeus assumerait pour la compte de la diplomatie marocaine ce que la rendition était à la torture, la première entreprise de délocalisation de la politique étrangère du Maroc, et sur le plan de la bataille pour la conquête de l’opinion internationale, une opération de ravalement cosmétique destinée à pérenniser le trône auprès des chancelleries occidentales.

    En plein printemps arabe, une telle affaire, en tout état de cause, est très malvenue tant pour le Trône que pour ses parrains occidentaux d’autant que, si elle était confirmée, elle placerait les officiels marocains dans un embarras d’autant plus grand qu’elle survient dans la foulée d’une affaire autrement plus consternante qui concerne cette fois le roi en personne. Mohammed VI avait en effet décerné une distinction honorifique à un dirigeant du lobby juif américain dans la foulée de l’intervention israélienne de Gaza. Dans un geste controversé, en septembre 2009, le monarque avait remis le titre de Chevalier de l’ordre du trône du royaume du Maroc à Jason F. Isaacson, directeur des affaires internationales du Comité américano-juif (AJC), qui se trouve être un des fervents soutiens à l’équipée militaire israélienne contre l’enclave palestinienne. L’information sur la remise du titre n’avait pas été annoncée officiellement au Maroc, mais révélée par un site communautaire juif aux Etats-Unis. Si, là aussi, l’objectif était la paix, pourquoi la distinction s’est portée sur un belliciste du lobby juif américain et non sur Jeremy Ben Ami, le directeur de « J Street », le contre lobby juif américain favorable à un règlement négocié.

    D’autres indices tendent à confirmer la permanence du primat israélien dans la stratégie marocaine. Le cas le plus flagrant aura été le licenciement par la Sofrecom, filiale du groupe France Télécom au Maroc, d’un ingénieur, Mohamed Benziane, après neuf ans de service pour « faute grave », laquelle, en la circonstance, à consister à refuser de participer à la formation dispensée par un prestataire de services israélien. Le vendredi 11 décembre 2009, la police marocain imposera donc sans ménagement la normalisation par le bâton aux salariés de l’entreprise conformément aux choix diplomatiques d’une monarchie alaouite n’hésitant pas à privilégier les intérêts économiques des entreprises françaises implantées sur son sol au détriment des besoins démocratiques de ses “sujets”, qui, contrairement aux Iraniens, n’ont pas la “chance” de faire l’objet de la compassion occidentale ni d’aucune espèce de vaste mise en scène médiatique. Ce licenciement abusif d’un élément de main-d’œuvre -de surcroît, indigène- qui a eu l’outrecuidance de penser par lui-même et d’obéir à une loi morale qui n’arrange ni les multinationales, ni le gouvernement marocain, a répondu à une double injonction : l’injonction néo libérale, d’une part, et l’injonction autoritaire du Makhzen, d’autre part, qui se renforcent mutuellement dans le prolongement d’une logique coloniale (8).

    A quelle logique obéit ce besoin de tirer constamment contre son propre camp ? Quel besoin pressant à pousser le Maroc à inviter officieusement un personnage si controversé dans la foulée du traumatisme de Gaza ? Sauf à masquer un dessein machiavélique, pourquoi privilégier systématiquement la distinction des plus anti palestiniens et xénophobes des dirigeants israéliens ? La cause de la paix gagne-t-elle devant tant de complaisance ? Comment expliquer cette inversion des valeurs qui fait que de prestigieux militants marocains de confession juive, l’ingénieur Abraham Sarfati et le mathématicien Sion Assidon, auront croupi longtemps dans les geôles royales pour leur soutien à la cause palestinienne, quand, en contrechamps, tenaient table ouverte à Tanger et Marrakech des figures de proue du sionisme exacerbé, le philosophe du botulisme Bernard Henri Levy et le priapique Dominique Strauss Khan, sans que nul au Royaume ne pipe mot sur cette incohérence, en recommandant par exemple à ces zélés sionistes de vivre leur passion dans le pays de leur premier choix et non en terre arabe, dont ils dénigrent tant la cause majeure ?

    Quelle aubaine que la « sacralité » de la personne du Roi consacrée par la constitution qui dispense ainsi le monarque de toute critique de ses sujets, mais le prive, par voie de conséquence, d’un garde fou. L’hospitalité arabe, quoique légendaire, ne relève pas de la niaiserie. Elle obéit à de codes rigoureux qu’aucun monarque, ni président ne saurait enfreindre sans s’exposer, à plus ou moins long terme, à une réplique. Le gauleiter de Gaza, Hosni Moubarak, le vassal par excellence des Israéliens au Moyen Orient, en a payé le prix fort au terme d’un règne de 32 ans bercé par le cantique des laudateurs occidentaux, auparavant son prédécesseur Anouar el Sadate, de même que le Roi Abdallah 1 er de Jordanie, le fondateur de la dynastie hachémite et Gardien des lieux saints de Jérusalem, son neveu Faysal II d’Irak, ainsi que l’iranien, au titre ronflant, Chahin Chah Araymehr, « Sa Majesté Impériale, le Roi des Rois, lumière des aryens », renvoyé dans les ténèbres de l’histoire.

    Que le souverain prenne garde. Le cortège des laudateurs fait entendre, à son tour, son concert de louanges au Maroc, tressant ses couronnes, à coup de poncifs, sur l’ingéniosité royale d’un pays promu nouveau rempart contre l’intégrisme depuis l’éviction du dictateur tunisien Zine el Abidine Ben Ali. Sa réforme constitutionnelle est encensée par une cohorte de plumitifs parasitaires, sans le moindre regard critique comparatif entre l’orignal et la copie, alors que la nouvelle version ne fait qu’amplifier les tares autoritaires du régime. Le oui l’aurait emporté avec plus de 98% pour un taux de participation de près de 73%. Est-ce vraiment raisonnable ce score à la Nicolas Ceausescu, du nom du dictateur roumain passé par le peloton d’exécution à la chute du communisme ? Ne s’agit pas plus tôt d’un triomphe en trompe l’œil, à la Pyrrhus, jusqu’à la chute finale. Devant tant de congratulations empressées, il serait judicieux que sa Majesté veuille bien garder en mémoire cette maxime de Jean de La Fontaine qui veut que « tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute » (9).

    LE MAROC, DESTINATION PRÉFÉRÉE DES POLITICIENS FRANÇAIS
    Une quarantaine de personnalités françaises de premier plan ont opté pour le Maroc pour leurs vacances de fin d’année lors de la révolte arabe de 2010. De l’ancien président Jacques Chirac, à Taroudant, dans le sud du pays, à son successeur Nicolas Sarkozy, qui y a passé des vacances de Noël en 2009 et en 2010, à la résidence royale de Jnane Lekbir, à 3 kms de Marrakech, à son ancienne adversaire socialiste de 2007, Ségolène Royal, qui y a séjourné en 2010, avec son compagnon André Hadjez, au sein d’un “palace de Ouarzazate”, dans le sud du pays, à Jean Louis Borloo, ministre de l’écologie, au couple Balkany, Isabelle et Patrick Balkany, maire de Levallois, à Hervé Morin (et 18 membres de sa famille à l’hôtel Es-Saâdi de Marrakech), à Brice Hortefeux et naturellement Philippe Douste Blazy, ancien ministre des Affaires étrangères qui fit l’objet d’un scandale.
    La « tribu Maroc » s’étend bien au-delà de ces attaches. De Bernard-Henri Lévy à Thierry de Beaucé, à Dominique Strass Khan et Anne Sinclair, à Elizabeth Guigou et Dominique de Villepin, nombre de dirigeants politiques, chefs d’entreprise, intellectuels médiatiques et célébrités du showbiz ont à Marrakech ou ailleurs une résidence secondaire. Le « plus beau pays du monde », comme le veut la publicité de l’Office marocain du tourisme, devient ainsi un lieu de rendez-vous culte pour la classe politique française, où la délocalisation d’un Conseil des ministres serait presque envisageable durant les fêtes de fin d’année. La Mamounia est la carte maîtresse de cette politique de séduction du Makhzen, le pouvoir féodal marocain. Tous y sont reçus avec les attentions particulières que sait déployer le Maroc pour ses hôtes de marque. Les invitations spéciales sont l’atout maître de l’arsenal diplomatique du royaume chérifien pour séduire les politiques français. La pratique est érigée en politique d’Etat.

    Quoique l’on dise, quoique l’on fasse, le collier de la reine à Tzipi Livni constitue une faute politique impardonnable, qui fera tache ; une tache que rien ne saurait gommer de la mémoire des peuples en lutte ce qu’elle sera éternellement ressentie comme une prime à une belliciste impunie qui compte à son actif deux guerres, l’une, en 2006 contre le Liban, l’autre, en 2007-2008 contre Gaza, avec le
    Etat policé, le Maroc est aussi un état policier et son parc hôtelier, comme il se doit de l’être, est sonorisé et scanné, témoin muet des galipettes des uns, des roucoulades des unes, des valses hésitations des uns et des autres, de leurs chapardages et de leurs chuchotements, qui fait dire à un diplomate français que « la France est captive de la diplomatie marocaine », tout comme le monarchie marocaine est tributaire de sa survie de son allégeance israélienne.
    Le Royaume se gangrène de tant de dérives. De tant de licences. Lupanar des pétromonarchies du Golfe, enclave diplomatique israélienne, mercenaires sous traitant de la stratégie américaine en Afrique dans le cadre du « Safari Club » chargé de la protection des dictatures africaines pro occidentales, notamment le Zaïre du général Joseph Désiré Mobutu, sur fond de corruption, de népotisme et d’autoritarisme bureaucratique. A n’y prendre garde, le royaume pourrait en porter les stigmates indélébiles avec à sa tête un commandeur de peu, d’un royaume déserté de ses oiseaux migrateurs de mauvais augure, les vacanciers parasitaires envolés vers d’autres cieux à la recherche de nouvelles pitances.

    Et si le Maroc, par la somptuosité de son accueil, le nombre des bénéficiaires de ses prestations, ses abus et ceux de ses invités, ses dérives et les leurs, le silence complice des observateurs occidentaux, n’était en fin de compte que la plus grande mystification politico-médiatique de l’époque contemporaine, un syndrome tunisien sur une plus grande échelle ? Sur les débris de son trône ne subsistera alors au souverain qu’à méditer la fin pitoyable du dernier roi de Grenade, l’infortuné Bouabdil, raillé par sa mère « de pleurer comme une femme ce qu’il n’a su défendre comme un homme ».

    Le référendum du 1er juillet 2011 sur la Constitution marocaine a permis au roi Mohammed VI de donner au moins, dans le contexte des révoltes arabes, l’illusion d’une démocratisation.
    Etude comparative du texte original de la Constitution marocaine et du nouveau texte adopté par la réforme. Une réforme en trompe l’œil en ce que les pouvoirs du Roi sont encore plus étendus.

    1-Le collier de la Reine : L’affaire du collier de la reine est une escroquerie qui eut pour victime, en 1785, le cardinal de Rohan, évêque de Strasbourg, et qui éclaboussa la réputation de la reine Marie Antoinette.

    2- Harissa.com http://www.harissa.com/news/article/le-maroc-d%C3%A9ment-avoir-offert-un-collier-en-diamants-%C3%A0-tzipi-livni

    3- Sur la problématique du judaïsme marocain cf. à ce propos, l’analyse de Abraham Sarfati https://www.renenaba.com/jordanie-et-maroc-additif
    – Sur le partenariat stratégique entre Israël et le Maroc, Cf. à ce propos La Jordanie et le Maroc, deux voltigeurs de pointe de la diplomatie occidentale
    –1re partie : Hassan et Hussein, le modernisme au service de l’archaïsme https://www.renenaba.com/hassan-et-hussein-le-modernisme-au-service-de-l%E2%80%99archaisme
    2eme partie La Cia de l’un, le Mossad de l’autre https://www.renenaba.com/la-jordanie-et-le-maroc-deux-voltigeurs-de-pointe-de-la-diplomatie-occiden

    4-Abdel Monein Diouri, dans son livre « A qui appartient le Maroc » (Editions l‘Harmattan), chapitre IV « Une diplomatie captive », page 103, soutient que « durant la guerre de juin 1967, des navires israéliens ont fait de discrètes escales techniques dans les ports marocains. Les bases américaines au Maroc ont servi de ponts aériens entre les Etats-Unis et Israël. Les bateaux marocains de pêche en haute mer (propriété du Roi) étaient équipés pour servir au Mossad de système d’écoute des communications téléphoniques, via le détroit de Gibraltar, point de passage des communications internationales entre l4Europe et l4Afrique. Les renseignements recueillis par ce système servaient aussi bien Israël que le Maroc ». De son côté, Agnès Bensimon, auteur eu célèbre « Hassan II et les Juifs », affirme que c’est parce que les services secrets israéliens ont fourni des renseignements très précis quant à un complot visant à tuer le prince héritier en février 1960 que les relations entre le Maroc et Israël ont débuté. L’historien Yigal Bin-Nun dément une telle version des faits. Pour lui, c’est en 1963 que la coopération officielle entre les deux pays a commencé. Quel intérêt pour Hassan II ? Les Israéliens avaient contacté Emile Benhamou, un ami d’enfance de Mohamed Oufkir, afin qu’il les fasse entrer en contact avec le chef des services de sécurité marocains. Après plusieurs tentatives, la rencontre est finalement arrangée en février 1963 chez Benhamou lui-même, rue Victor Hugo à Paris, entre l’agent Yaakov Karoz et Oufkir. Les Marocains craignaient qu’un membre de l’opposition ne se fasse passer pour un représentant du Palais pour acheter des armes. Le Mossad confirmera plus tard qu’il s’agissait d’une fausse alerte. Les relations entre le Maroc et Israël deviennent dès lors officielles. Hassan II craignait que son trône ne soit menacé par le panarabisme. Il faisait mine de sympathiser avec la vague nassérienne qui submergeait le monde arabe ; en réalité, il le faisait pour ne pas se laisser distancer par l’opposition. Selon Yigal Bin-Nun, le Roi a peut-être voulu se rapprocher d’Israël parce qu’il était attiré par ce qu’on appelait alors le « miracle israélien ». Beaucoup étaient fascinés par la capacité qu’avait eue ce jeune Etat à « fleurir le désert », selon l’expression consacrée. L’inexistence des relations israélo-arabes était propice à un rapprochement entre le Palais et les dirigeants israéliens, d’autant plus que Ben Gourion avait décidé d’opter pour la politique dite des Etats périphériques : il fallait développer une ceinture d’Etats lointains mais conciliants. L’intrusion du Mossad au Maroc s’est faite par des voyages clandestins de nombreux agents du Mossad et de leur chef Isser Harel, entre 1958 et 1960. Le premier eut lieu le 1er septembre 1958. Si les autorités marocaines eurent vent de sa visite, elles n’en laissèrent rien paraître, préparant ainsi le terrain à “l’accord de compromis” conclu entre le Palais et Israël favorisant l’exode des Juifs marocains. Plus tard, les officiers Oufkir, Dlimi et bien d’autres se rendirent clandestinement en Israël et des politiques et militaires israéliens firent durant de longues années le chemin inverse. Les archives nationales d’Israël regorgent de documents historiques qui retracent ces liens. Les Marocains auraient souvent demandé aux Israéliens de les renseigner sur les Etats arabes favorables à un renversement de la monarchie alaouite. Israël aurait aussi soutenu le Maroc dans sa “Guerre des Sables” avec l’Algérie en livrant des blindés. Des officiers de l’armée et du Mossad ont formé et encadré la jeune armée royale et les services de sécurité dont le célèbre Cab-1, l’embryon de la DST. En retour, et malgré l’envoi de troupes au Golan jugé “anecdotique”, le Maroc n’a eu de cesse de normaliser l’existence de l’Etat hébreu auprès du monde arabe ou ouvrir à Rabat et à Tel-Aviv des antennes diplomatiques. Israël aurait continué à aider “technologiquement” le Maroc au Sahara, notamment dans la sécurisation du Sud par la construction du Mur de défense, ceinture modernisée de la fameuse ligne Barleev expérimentée dans le Sinaï.
    http://www.mamfakinch.com/au-maroc-en-2011-mieux-vaut-militer-pour-israel-que-pour-la-democratie-o

    5- Selon une dépêche AFP 19 août 2005 : La juive israélienne Hedva Selaa, 53 ans, ancienne, soldate de l´armée israélienne, aujourd’hui réceptionniste dans un hôtel à Eilat, dit être la fille naturelle du “commandeur des croyants” Hassan II et sœur du “nouveau commandeur des croyants” marocains ! C’est le “scoop” présenté- le 19 août 2005 – à la Une d’un supplément du quotidien israélien à grand tirage Yediot Aharonot. Sous le titre “le roi et moi”, Hedva (Selaa est le nom de son mari) pose avec une photo du roi défunt – un cliché censé souligner leur ressemblance. Intitulé “une princesse marocaine”, l’article raconte la romance qu’aurait eue Anita Benzaquen, la mère de Hedva, en 1952, avec le prince héritier Moulay Hassan, alors âgé de 23 ans. Deux enfants seraient nés des amours illégitimes du prince Hassan (future Hassan II) et de sa maîtresse juive Anita, nièce de Léon Benzoïque, figure de la communauté juive marocaine et futur ministre des PTT du premier gouvernement marocain sous Mohamed V. Si Jacky, l’aîné, refuse toujours de parler à la presse, Hedva, la cadette, a décidé de “tout révéler” 8 ans après le décès de sa mère Anita, en 1997. Une mère que Hedva n’hésite pas à qualifier de femme frivole et multipliant les aventures. “Un test ADN n’est pas envisageable, admet Hedva, et mon frère Jacky a brulé toutes les archives de notre mère après sa mort”.
    Son récit s’appuie sur des recoupements familiaux. La réceptionniste ne demande rien, et notamment pas d’argent. Son unique souhait, dit-elle, est de “rencontrer mon demi-frère, le roi Mohammed VI”. Pour tenter de donner suite à cette demande, Yediot Aharonot a, contacté Badreddine Radi, un fonctionnaire du ministère de la Communication à Rabat. Après “24 heures de réflexion”, dit le quotidien israélien, le marocain a décliné l‘offre.

    6- Quand le Maroc offre de « généreux cadeaux » aux criminels de guerre israéliens. Selon le quotidien israélien Maariv, du mercredi 13 juillet 2011, le parlement israélien a pris la décision de dévoiler une liste de cadeaux offerts aux officiels et parlementaires israéliens par des personnalités étrangères. Maariv révèle ainsi que « Lalla Salma » a offert un « collier en or » à Tzipi Livni lors de sa visite au Maroc en 2009. Madame Tzipi Livni, a séjourné au Maroc à l’invitation de l’Institut Amadeus pour le Forum MEDays organisé à Tanger, du 19 au 21 novembre 2009, le think tank de Brahim Fassi Fihri, fils du ministre marocain des Affaires étrangères Taib Fassi Fihri. La famille royale marocaine compte parmi les plus « généreux donateurs » de cadeaux aux responsables de l’Etat hébreu. En 1981, pour remercier Shimon Peres de sa venue au Maroc pour rassurer le régime des soutiens juifs américains. Le Commandeur des croyants lui avait offert une cargaison complète de vin de bon cru de ses vignes personnelles, chargée à bord de l’avion qui le transportait en Israël ! URL courte : http://www.demainonline.com/?p=6338 the Hebrew-language daily Maariv reported Thursday http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/145701
    Tzipi Livni, dont la famille originaire de Pologne, est la fille du chef des opérations de l’Irgoun. A ce titre, en 1946 et sur ordre de Menahem Begin, il avait organisé le célèbre attentat à la bombe contre l’hôtel King David, où se trouvait le QG britannique, et qui a coûté la vie à 91 Anglais, Arabes et Juifs. Plus tard et toujours aux côtés de Begin, Livni père a été l’un des architectes de la naissance du Likoud et de la victoire du parti qui a porté Begin au pouvoir en 1977. Au décès de son père, Tzipi Livini a cherché à succéder à son paternel à la Knesset sur le ticket du Likoud, optant pour un slogan bien particulier : « Mon nom est une institution » Un slogan lourd de sens car, en hébreu, le mot « institution » signifie Mossad, le nom des services secrets israéliens, en référence à son passage au Mossad, où elle fut un agent clé en Europe pour quatre ans, dans les années 80. Et notamment en France -elle est francophone- où elle a dirigé une « safe house » (maison sécurisée servant de base arrière ou de lieu de repli) pour ses collègues du Mossad au moment où le service entamait une campagne d’assassinats en Europe. Elle était notamment en poste en France en 1980, lorsqu’un scientifique égyptien spécialisé dans le nucléaire et travaillant pour Saddam Hussein a été assassiné dans la chambre de son hôtel parisien par le Mossad. Le gouvernement israélien a refusé de confirmer officiellement que le service était derrière cet assassinat mais le Premier ministre de l’époque, Menachem Begin, a glissé un jour à un journaliste américain qu’il espérait que la France qui aidait l’Irak avait« appris la leçon ». Tzipi Livni était toujours en poste en Europe lorsque un dirigeant de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine), Mamoun Meraish, a été tué par des balles tirées par un agent du Mossad à Athènes, en Grèce, en 1983. Un assassinat où, pour le Times de Londres en date du 1er juin 2008, Tzipi Livni était impliquée. A la suite du meurtre de Mamoun Meraish, Livni est rentrée en Israël pour reprendre ses études de droit. En cause selon le Times, de trop fortes « pressions » dans son boulot d’agent secret. Etait-elle elle-même l’un des tueurs dans cet assassinat et dans d’autres, comme le prétend la presse britannique ? Lorsqu’elle se lance dans la politique au sein du Likoud, elle devient vite une disciple d’Ariel Sharon, l’homme qu’une commission officielle israélienne a désigné comme étant « personnellement responsable » du massacre dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila, au Liban, en 1982. Par la suite, elle sera sous le patronage de Sharon ministre de la Coopération régionale, ministre de l’Agriculture, ministre de l’Absorption des immigrés et ministre de la Justice. Elle suivra Sharon lorsqu’il claque la porte du Likoud en 2005 pour fonder Kadima. Quand Ehud Olmert succède à Ariel Sharon comme Premier ministre, Tzipi sera nomme vice premier ministre et ministre des Affaires Etrangères..

    7- L’Institut Amadeus : Créé en 2008, basé à Rabat, Amadeus est un « think tank » marocain, indépendant, qui se présente comme un centre d’expertise, de réflexion, de conseil, de proposition et de consultation, une plateforme d’échanges, de rencontres et de coopération Nord-Sud et Sud-Sud. Amadeus bénéficie du partenariat d’une vingtaine d’entreprises notamment Alsthom, la chaine hôtelière Movenpick, l’Hebdomadaire Jeune Afrique, Maroc Telecom Et Medi1 SAT. Animé par une équipe de quinze personnes composées de managers, de chercheurs et d’experts avec des pôles de compétence et des horizons culturels diversifiés, il se propose de consolider l’image de marque du Maroc et de la région du Maghreb, au niveau international, en menant des actions de lobbying.
    L’équipe dirigeante est composée des trois personnalités suivantes :

    –Brahim Fassi-Fihri : Diplômé en sciences politiques de l’Université de Montréal, le président de l’Institut Amadeus a effectué de nombreux travaux de recherche dans le domaine des relations internationales. Brahim fonde l’association Amadeus en 2005. En 2007, il approfondit sa connaissance des enjeux euro-méditerranéens en intégrant la Direction Générale des Relations Extérieures de la Commission Européenne. Il est nommé durant cette période responsable du comité d’organisation de la 11eme conférence ministérielle Euromed de la Transition économique. En tant que Président de l’Institut Amadeus, Brahim coordonne l’ensemble des activités de l’Institut et apporte son expertise des enjeux politiques et géostratégiques contemporains. Il est l’initiateur et le créateur des MEDays, un forum international organisé chaque année à Tanger. Brahim a développé un réseau international de personnalités de la sphère politique et économique et des medias, faisant des MEDays le rendez-vous annuel des pays den la région sud.

    –Mekki Lahlou : Diplômé en sciences politiques de l’Université de McGill à Montréal, titulaire d’un Master en relations internationales et droit international à Sciences Po Paris et doctorant en droit aérien Mekki est un spécialiste des relations internationales. Il a travaillé dans la fonction publique internationale et s’est par la suite spécialisé dans les problématiques de la libéralisation et de la déréglementation du transport aérien international, notamment lors de son séjour à l’Association du Transport Aérien International à Genève. A l’Institut Amadeus, Mekki s’occupe plus particulièrement des relations extérieures, et notamment des partenariats et du financement des activités de l’Institut.

    –Younès Slaoui : Vice-président et co-fondateur de l’Institut Amadeus Issu de l’Ecole Nationale d’Administration française (ENA), promotion Jean-Jacques Rousseau, et diplômé de l’EM Lyon, Younes est spécialisé en administration publique, en stratégie et en finance d’entreprise. Ses expériences à Calyon et DTZ lui ont permis de participer à des opérations de financement d’entreprises et de conseil financier. Au cours de son expérience au sein de la Direction Générale française de l’Énergie et du Climat, il a intégré l’équipe du Plan Solaire Méditerranéen de l’Union pour la méditerranée (UPM) et a été chargé d’un rapport sur le financement du nucléaire. Younes a également collaboré à la réflexion stratégique et à l’étude du développement international du groupe EM Lyon en tant que chargé de mission auprès du directeur général de cette institution. Au niveau associatif, Younes a occupé en 2006 la fonction de Président de l’AMGE Lyon et Vice-président régional de l’AMGE (Association des Marocains des Grandes Ecoles). Younes apporte ses connaissances des enjeux et problématiques de développement économique et social, et est un acteur de premier rang dans l’élaboration.

    8 – Sentence philosophique du blog « Princesse de Clèves islamo-gauchiste ».

    9 – Alexandre Adler, Rachida Dati, le Maroc et les chantres de la démocratie « contrôlée » blog du monde diplo lundi 4 juillet 2011, par Alain Gresh http://blog.mondediplo.net/2011-07-04-Alexandre-Adler-Rachida-Dati-le-Maroc-et-les                                                                                                                                                       https://www.renenaba.com/le-collier-de-la-reine


  • Walid Pharès, le John Bolton’s boy par excellence ou les dérives mortifères de l’irrédentisme maronite – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/07/walid-phares-le-john-boltons-boy-par-excellence-ou-les-deriv

    Une grande honorabilité bardée d’expertise. Des postes prestigieux dans la haute administration américaine républicaine : La vitrine d’exposition est parfaite, mais sous le vernis de la respectabilité, une façade lézardée, un personnage gangréné.

    Contrairement à ce que suggère son nom patronymique en arabe, Walid Pharès n’est pas le fils d’un preux chevalier, mais plutôt le parfait exemple d’un dévoiement par sectarisme. Libanais d’origine, naturalisé américain, il est en fait « UN ISRAELIEN d’ORIGINE LIBANAISE », comme l’a très justement qualifié le quotidien libanais « Al Akhbar ».

    « La propulsion de Walid Pharès au poste de conseiller du président Donald Trump ne constitue pas, loin s’en faut, une reconnaissance du savoir faire libanais encore moins un succès diplomatique pour le Liban, mais plutôt une percée majeure de la stratégie israélienne par la promotion d’un des affidés libanais de l’État Hébreu dans le cercle décisionnaire du pouvoir à Washington.(…) Preuve est faite qu’il est plus aisé pour les Forces Libanaises (milices chrétienens) de décrocher un poste regalien à Washington qu’à Beyrouth », poursuit Al Akhbar dont le portrait de l’ancien milicien se trouve sur ce lien pour le lectorat arabophone.

    http://www.al-akhbar.com/node/268049

    UN ISOLATIONNISTE VINDICATIF
    La biographie en langue française de cet isolationniste vindicatif est lisse.
    Sa biographie en langue anglaise, éditée par le site Mother Jones, est infiniment plus caustique et toxique.
    Sur ce lien : http://www.motherjones.com/politics/2011/10/walid-phares-mitt-romney-lebanese-forces

    Natif de la localité de Ghouma, district de Batroun, dans le Nord Liban, en 1957, Walid Pharès a effectué une scolarité éclectique à l’Université Saint Joseph des Pères Jésuites et à l’Université Libanaise à Beyrouth, avant de décrocher, en 1981, à 24 ans un Master en Droit International à l’Université Jean Moulin LYON III, une structure où a longtemps professé une figure de proue de l’extrême droite française Bruno Gollnisch, passé à la postérité pour avoir matraqué des journalistes avec son parapluie.

    Précoce, il publie à 22 ans, en 1979, son premier ouvrage « At Taadoudiya Fi Loubnane », « le pluralisme au Liban ». Edité par l’Université du Saint Esprit de Kaslick, le fief du militantisme des moines maronites lors la guerre civile libanaise sous le magistère du Père Charbel Kassis, ce livre paru quatre ans après le déclenchement de la guerre civile, reprend en les popularisant les thèmes des milices chrétiennes sur la spécificité chrétienne, particulièrement maronite, dans le Monde arabe.

    Considérant qu’il existe au Liban deux cultures distinctes, la culture chrétienne par essence démocratique et la culture islamo-arabe qui l’est moins ou pas du tout, l’idéologue en herbe reprend à son compte en l’amplifiant le thème « du choc des civilisations », théorisé par l’universitaire américain Samuel Huttington. Il préconise en conséquence la ségrégation entre groupes libanais et prône le développement séparé, s’inspirant de thèses de la « white supremacy », si courantes dans certains milieux du Sud des États-Unis.

    LE CORPUS IDÉOLOGIQUE DE CE SOLDAT DE LA GUERRE FROIDE
    En 1981, l’année qui précède l’invasion israélienne du Liban, il fonde une publication « La voix de l’Orient » pour poulariser ses idées et adhère au « Comité des Chrétiens du Moyen Orient » (MECHRIC), et trois ans plus tard, à l’ Union Sociale Démocratique Chrétienne (USDC). Une démarche destinée à se doter, via ce gropuscule, d’ un vernis social démocrate chrétien, afin d’atténuer quelque peu les aspérités de son personnage belliqueux animé de surcroît d’une volonté de croisade.

    Prolixe, il récidive en 1981 en publiant Hiwar Dimucrati (Le dialogue démocratique), dans une maison d’édition libanaise Dar Al Mashreq Press, conviant ses compatriotes de confession musulmane au dialogue. Une proposition de pure forme, destinée à la galerie en vue de bonifier l’image des milices chrétiennes, discréditées par leurs massacres successifs. Son idole, Bachir Gemayel dont il fut un proche collaborateur, ayant décrété qu’il existait « un peuple de trop » au Moyen orient, en pointant du doigt les Palestiniens, avait initié la première guerre d’épuration ethnique de l’époque contemporaine en ordonnant les massacres de la Quarantaine, janvier 1976, Tall El Zatar, en juillet 1976, enfin Sabra Chatila, septembre 1982 que son assassinat suscita par réflexe pavlovien.

    Sous l’effet du matraquage idéologique, ses frères d’armes miliciens chrétiens ignoreront d’ailleurs allégrement, l’année suivante, cette invitaiton au dialogue envers les musulmans, s’en donnant à cœur joie, au mépris de la tradition chrétienne de commisération, aux massacres des camps de réfugiés palestiniens de Sabra Chatila, dans la banlieue est de Beyrouth, en 1982, sous la supervision israélienne.

    Pour aller plus loin sur ce sujet :

    http://www.madaniya.info/2017/09/15/malediction-de-sabra-chatila-35-ans-apres

    Celui qui avait gouverné par l’épée périra par l’épée, dynamité dans son fief d’Achrafieh, le secteur chrétien de Beyrouth Est, à la veille de son entrée en fonction. Farouchement islamophobe et araphobe, épris d’Occident, son idéologie xénophobe et populiste irriguera naturellement la pensée de ses disciples qui en seront les apôtres sur la scène internationale :

    « Le Liban ne fait partie du Monde arabe. Le Liban est une civilisation et n’a aucun apport avec le tiers monde. Veuillez bien marquer dans vos démarches que nous n’appartenons pas au Tiers monde. Sortons de ce monde d’arriérés. Rallions le monde européen et le Monde libre de l’Amérique », lancera-t-il à ses subordonnés à peine élu président.

    Sur la pensée de Bachir Gemayel et ses méfaits :
    http://www.madaniya.info/2017/09/05/sabra-chatila-operation-salami-1-2

    http://www.madaniya.info/2017/09/10/sabra-chatila-operation-salami-2-2

    Walid Pharès appliquera à la lettre ses enseignements. C’est ainsi qu’en 1986, l’année où le Liban vivait une spirale infernale de prise d’otages occidentaux, le graphomane publie, dans le droit fil de la pensée de son idole, un opus révélant l’objet de sa fixation. Non son oeuvre majeure mais le sujet de sa vindicte publique : Al Thawra al Islamiya al Khumaynia (La Révolution de Khomeiny – Dar Al Machreq Press).

    Pour ce milicien chrétien, l’Ayatollah Ruhollah Khomeiny avait eu le triple tort d’évincer le Chah d’Iran, gendarme du Golfe pour le compte de l’OTAN, grand bailleur de fonds des formations paramilitaires chrétiennes libanaises, et surtout grand allié d’Israël, parrain de ses camarades de combat.

    Thème gratifiant s’il en est en ce qu’il diabolisait la République Islamique d’Iran et exonérait de leurs turpitudes les pays occidentaux : la France de son satut de « co belligérant de l’Irak » contre l’Iran (1979-1989) et le double jeu américain à l’égard des deux belligérants, illustré par le scandale de l’Irangate et les promesses d’assistance faites simultanément à Saddam Hussein par Donald Rumsefd en personne, à l’époque secrétaire général de la Mlaison Blanche, sous la présidence Ronald Reagan et futur ministre de la défense sous présidence George Bush jr, artisan de l’invasion américaine de l’Irak, en 2003.

    Putchiste dans l’âme, nulllement légaliste, il trempera dans la conjuration visant à évincer de la présidence des Forces Libanaises, les deux successeurs de Bachir Gemayel : son Frère et successeur Amine ainsi que son ancien lieutement Elie Hobeika. Il en sera gratifié en retour d’un siège au commandement de la formation milicienne sous la présidence de Samir Geagea.

    Inconsolable de la perte de Bachir Gemayel, il quitte les milices chrétiennes en 1989 pour rallier le général Michel Aoun lors de la guerre fratricide inter chrétienne. Il demeurera fidèle jusqu’à la chute du chef du gouvernement intérimaire libanais, le 13 octobre 1990. Placé sur une liste des opposants les plus recherchés du Liban, il s’exile en même temps que son deuxième mentor. Il fuit le Liban, via Israël et s’établit aux États-Unis, obtenant sans retard la nationalité américaine.

    Des mésaventures des milices chrétiennes libanaises, il en tirera deux ouvrages relatant les avatars de la guerre inter-factionnelle inter-chrétienne libanaise : « Lebanese Christian Nationalism : The rise and fall of an ethnic resistance (L. Rienner Published 1995) et « The Nationalist claim and the Lebanese Christian resistance : an ethnic case study ».

    À l’heure de la mondialisation, ce chrétien issu d’une société libanaise pluriconfessionnelle prônera, non le brassage culturel et le métissage humain, mais la ségrégation, la séparation, la grande muraille de démarcation, à l’exemple du Mur d’Apartheid dressé par ses amis israéliens en Cisjordanie. Le ghetto en somme.

    Mais, faille capitale de son argumentaire, ce fervent admirateur de l’Occident occultera le fait majeur de l’histoire contemporaine, le fait que ses idoles, -l’Amérique suprématiste et puritaine et l’Europe chrétienne,- auront été les principaux fossoyeurs de la cause des chrétiens arabes, maronites ou non : De la création d’Israël, en 1948, provoquant l’exode des Palestiniens chrétiens vers la Californie, à l’expédition franco anglo israélienne contre l’Egypte, en 1956, entraînant l’exode des chrétiens égyptiens vers l’Europe et l’Amérique du Nord, à la guerre civile libanaise (1975-1990), à l’invasion américaine de l’Irak, à la guerre de Syrie, 2011, vidant quasiment le Moyen Orient de sa population chrétienne.

    Pour aller plus loin sur ce thème :
    https://www.renenaba.com/france-vatican-les-deux-francois-et-la-chretiente-d-orient

    LE PARCOURS AMÉRICAIN
    Mariée à une américaine, il atterit en Floride, le fief des anticastristes cubains, où il enseignera à l’Université Atlantique de Floride (1993-2004), qu’il quittera au lendemain de l’invasion américaine de l’Irak pour présider the « Global Policy Institute ».
    Collaborateur du « Centre Ariel de Recherches Politiques » de Jerusalem, il se livrera, en tandem avec le lobby juif américain, à un actif lobbying anti syrien en vue de faire adopter par le Congrès américain la « Syrian Accountability Act » et de criminaliser le Hezbollah libanais, via une disposition législative similaire le « Hezbollah accountabilty Act ». Via son réseau israélien, il fait parvenir aux dirigeants israéliens un vade mecum pour une nouvelle gouvernance du sud Liban à la suite de la déconfiture de leurs supplétifs libanais dans la zone frontalière libano-israélienne ; une zone à forte majorité chiite, qui deviendra par la suite le fief du Hezbollah.

    Pour aller plus loin sur ce sujet :

    https://www.renenaba.com/sous-la-syrie-le-hezbollah

    Taiseux pendant pendant les cinq premières années de l’occupation américaine de l’Irak, alors que l’armée américaine était en butte à la guerilla anti américaine tant djihadiste que baasiste, Walid Pharès retrouvera l’inspiration en 2007, -l’année qui a suivi la riposte balistique victorieuse du Hezbollah contre Israël de 2006-, pour commettre un ouvrage intitulé « The War of Ideas : Djihadisme against Democracy » (Palgrave Mac Millan).

    Mais, en bon soldat de la guerre froide, il s’attaquera aux combattants islamistes, les terroristes islamiques, ses semblables musulmans du temps où il était milicien chrétien, de surcroit « idiots utiles » de la stratégie atlantiste dans la fragmentation du Monde arabe. Amnésique, il s’abstiendra de dénoncer la connivence des pétromonarchies dans le financement du terrrorisme islamique, de même que la complaisance des États-Unis à l’égard de l’islamisme politique et de son instrumentalisation en Afghanistan et ailleurs dans une guerre de détournement du champ de bataille de la Palestine.

    Pour aller plus loin sur ce sujet :
    https://www.renenaba.com/de-l-instrumentalisation-de-l-islam-comme-arme-de-combat-politique

    Sa qualité de correspondant du Centre israélien Ariel renforce sa crédibilité dans les milieux néo conservateurs américains et le propulse au sein du cercle dirigeant du parti conservateur. Il sera ainsi tour à tour conseiller du candidat Mitt Romney pour les présidentielles américaines de 2008, puis conseiller du président Donald Trump pour le Moyen Orient et le terrorisme en 2016.
    À l’accession de Donald Trump à la présidence américaine, Walid Pharès, dévient Secrétaire général du Groupe parlementaire transatlantique sur le contre-terrorisme (TAG), une tribune destinée à asseoir son rôle prescripteur, dans un domaine de prédilection des Etats Unis, à détourner en fait l’attention de l’opinion internationale sur le rôle trouble des administrations successives américaines avec le terrorisme islamique.

    La promotion simultanée de l’ultra faucon John Bolton président de l’ultra conservateur « Gatestone Institute » au poste de conseiller de Donald Trump à la Maison Blanche et de Mike Pompeo, l’homme des ténèbres de la CIA, à la tête du Département d’état, a placé Walid Pharès dans un état de lévitation comparable à celui qu’il a vécu à l’élection de son mentor Bachir à la présidence libanaise, avant son trépassement violent. En synchronisation avec Joseph Jibeily, le dirigeant du « Centre des Renseignements du Liban », une officine des Forces Libanaises de Samir Geagea basée à Washington, il mulitiplie ses actions de lobbying au sein du Congrès américain en vue d’obtenir l’exclusion du gouvernement libanais, le Hezbollah, pourtant grand vainqueur des élections législatives libanaises de Mai 2018, et disposant de surcroït, d’une majorité relative à la chambre des députés.

    La propulsion de John Bolton à l’épicentre du pouvoir américain a renforcé la capacité de nuisance de son correspondant libanais, Samir Geagea, dont le discours souverainniste masque en fait une servilité à l’égard des Saoudiens en substitution à sa soumission aux Israéliens durant la guerre civile libanaise (1975-1990), consacrant le chef des « Forces Libanaises », l’un des plus grands criminels de la guerre comme l’un des plus grands mercenaires du personnel politique libanais.

    Sur l’équipée des milices chrétiennes particulièrement Samir Geagea, ce lien :
    https://www.madaniya.info/2017/09/15/malediction-de-sabra-chatila-35-ans-apres

    GATESTONE, JOHN BOLTON, ANNE ELIZABETH MOUTET, ET L’ÉMISSION 28 MINUTES SUR ARTE
    Présidée par le monarchiste iranien Amir Tahiri, ancien directeur du journal Keyhan sous le règne de la dynastie Pahlevi, dans la décennie 1970, la structure européenne de Gatestone est composée de Marc D’anna, aka Alexandre Del Valle, le théoricien du « patriotisme intégrateur », ainsi que de l’universitaire Guy Millière et d’Anne Elizabeth Moutet, deux « dinstinguished senior fellow » de cette instance.

    La liste des auteurs de Gatestone sur ce lien :
    https://www.gatestoneinstitute.org/authors

    En dissonance toutefois avec Bernard Henry Lévy, Amir Tahéri, une fois n’est pas coutume, brisera net le délire fabulatoire du philo mondain sur les origines hitlériennes du terme Iran, lancée par le fer de lance médiatique du lobby pro israélien en Europe dans une campagne d’intoxication de l’opinion occidentale préludant à sa préparation à une intervention militaire de l’Otan contre la République Islamique d’Iran. Monarchiste revanchard, Amir Taheri ciblera dans son argumentaire de refutation les « Gardiens de la Révolution et le régime islamique, ces deux bêtes noires, mais non le fondement même de la démarche du théoricien du Botul.
    https://www.gatestoneinstitute.org/12333/hitler-reza-shah

    Intervenante régulière de la chaîne franco allemande ARTE dans l’émission d’Elizabeth Quinn « 28 Minutes », la chroniqueuse du Daily Telegraph justifiera le carnage israélien des Palestiniens de Gaza (57 morts et 2.400 blessés), -le jour du transfert de l’ambassade américaine vers Jérusalem, le 14 Mai 2018-, en reprenant textuellement les « éléments de langage » de la propagande israélienne.
    Cette séquence a plongé dans la stupeur les autres participants à l’émission par la virulence de sa défense de la politique israélienne, faisant volet en éclat l’apparente objectivité qu’elle s’evertuait à afficher pour la défense de la politique atlantiste.
    L’émission a été diffusée le vendredi 17 mai sur Arte en présence des deux présentatrices du programme Elizabeth Quin et Nadia Daam, ainsi que de l’historien Pascal Blanchard et Alexis Poutin, journaliste au Monde Moderne. Elle demeurera dans les mémoires comme un morceau d’anthologie de la duplicité professionnelle, lorsqu’elle se pare de la qualité journalistique pour propager des thèses d’un think tank néo conservateur, sous l’apparence de la neutralité.

    Sur ce lien, la séquence :
    https://sites.arte.tv/28minutes/fr/le-club-28-revisite-lactualite-de-la-semaine-28minutes-75

    LE JOURNALISME MILICIEN EN FRANCE
    La reconversion des journalistes miliciens dans l’expertise contre terroriste est une pratique courante. Une forme de recyclage dans la respectabilité, qui s’est développée tant aux Etats Unis qu’en France.
    Walid Pharès a ainsi fait son apparition dans les lucarnes françaises notamment sur France 24, sous la direction de Christine Ockrent, auditrice assidue du groupe de Bilderbeg, réputé pour son atlantisme.

    Sur ce lien le portrait de Christine Ockrent : https://www.renenaba.com/christine-ockrent-le-passe-droit-permanent

    Le journalisme milicien qu’il incarne si parfaitement a trouvé son illustration en France, sous couvert d’expertise anti terroriste, en la personne de deux libanais maronites habitués des plateaux français : Antoine Basbous, Directeur de « l’Observatoire des Pays arabes », auparavant ancien porte-parole des Forces Libanaises, l’organisation dirigée par Samir Geagea, un des plus grands criminels de la guerre libanaise et fossoyeur du leadership chrétien, et, Antoine Sfeir, Directeur des « Cahiers de l’Orient et des Pays arabes », auparavant cheville ouvrière sur le plan médiatique de la campagne pour l’élection à la présidence de la République Libanaise du chef milicien phalangiste Bachir Gemayel, en 1982, puis de son frère Amine.

    Pour aller plus loin sur ce sujet, cf ce lien : https://www.renenaba.com/les-thuriferaires-libanais-de-la-dictature-ben-ali-sur-le-grill-tunisien

    Et pour le recyclage des membres de l’« État Profond américain » dans les médias américains, sur ce lien : https://www.mondialisation.ca/des-anciens-de-letat-profond-sont-embauches-par-les-medias-grand-public/5623065

    Walid Pharès a vécu 33 ans au Liban de 1957 à 1990. Mais ses nuisances continuent à se faire encore sentir de nos jours contre sa patrie d’origine. Son retour au pays natal, il l’a accompli muni d’un passeport diplomatique américain. Doté d’une immunité et d’une impunité pour revisiter ses méfaits, comme étranger à ses forfaits comme étranger au pays qu’il a tant contribué à sinistrer.

    Le tropisme pro israélien des dirigeants maronites libanais, auquel il a grandement contribué, a conduit le président phalangiste Amine Gémayel à conclure un Traité de Paix entre le Liban et Israël, en 1983, mais la mise en œuvre de ce document a été entravée par un soulèvement de la population de Beyrouth, cas unique dans les annales diplomatiques internationales d’un traité mort-né, abrogé par la volonté populaire.

    Parfait exemple d’un dévoiement par sectarisme, Walid Pharès appartient à la cohorte des soldats perdus d’une cause perdue, sécrétée par la guerre interfactionnelle libanaise ; À l’exemple du commandant Saad Haddad, l’officier félon libanais, garde frontière d’Israël au sein de l’Armée du Sud Liban (ASL), de son successeur, le général Antoine Lahad, dont la famille a eu l’outrecuidance de vouloir enterrer au Liban mais que la vox populi l’en dissuada ; Tous vivant sans le savoir une pathologie passée dans l’histoire comme étant « le complexe des exilés de Coblence », du nom de ses exilés monarchistes français qui ont rallié les ennemis de la France pour abattre la révolution.

    Autant de manifestations des pulsions mortifères de l’irredentisme maronite qui débouchèrent sur la relégation politique du leadership maronite, désormais réduit à un rôle d’appoint ou de nuisance, non à un rôle constructif de proposition, mais à un rôle destructeur d’obstruction, au terme de quinze ans de bruits et de fureurs, de dérives et de délires.

    EPILOGUE : LE SYNDROME MARONITE
    Cadeau empoisonné de la France, le confessionnalisme constitue une négation de la démocratie en ce que la citoyenneté libanaise est conditionnée et handicapée par la naissance.

    Mur de verre invisible et infranchissable, il contribue à ce titre à la nécrose de la vie poilitique libanaise. Sur un point nommé, dans des domaines précis, la naissance confère un primat à une communauté au détriment des autres communautés par le Fait du Prince, l’arbitraire du pouvoir colonial.

    Elle prédétermine les membres d’une communauté à des fonctions indépendamment de leur compétence. Elle conforte une communauté dans un sentiment de supériorité ou de frustration.

    Les exemples sont nombreux des dérives du confessionnalisme. Le leadership maronite a ainsi assumé, par une sorte de Hold up, la direction des combats du camp chrétien lors de la guerre civile libanaise (1975-1990), à l’exclusion des autres composantes de la chrétienté libanaise, quand bien même elles en subissaient les conséquences.

    Le primat conféré par la France à la communauté maronite dans l’exercice des responsabilités suprêmes au Liban aurait dû se vivre comme une délégation de pouvoir au bénéfice de l’ensemble des communautés chrétiennes du Monde arabe et non comme la marque d’une supériorité immanente d’une communauté spécifique au détriment des autres, en ce que les Maronites constituaient la plus importante minorité des minorités chrétiennes du Liban et non la communauté chrétienne majoritaire d’un Monde arabe, majoritairement musulman.

    Pour n’avoir pas observé cette règle non écrite de la prudence politique, elle en paiera le prix par le déclassement de ses prérogatives constitutionnelles, entraînant dans sa relégation les autres composantes chrétiennes innocentes de cet emballement.
    Victimes innocentes souvent, bourreaux parfois plus que de besoin, les camps palestiniens de la quarantaine (est de Beyrouth), en 1976, et de Sabra Chatila (sud de Beyrouth), en 1982, passeront dans l’histoire comme de sanglantes illustrations pathologiques de la déraison humaine, au passif du leadership maronite, particulièrement les milices chrétiennes des Forces Libanaises.

    Par une sorte d’abus de position dominante conféré par la France en sa qualité de puissance mandataire sur le Liban et la Syrie, les Maronites ont procédé à une sorte de captation d’héritage se présentant comme les dépositaires des intérêts supérieurs de la chrétienté d’Orient, réduisant la chrétienté aux seuls intérêts de l’Eglise maronite, confondant en somme maronitisme et chrétienté, se vivant en maître incontesté du Liban.

    L’extravagante position de Camille Chamoun, président du Liban (1952-1958), se refusant seul contre l’ensemble arabe, à rompre ses relations diplomatiques avec la France, dans la foulée de l’expédition de Suez, alors que l’Egypte faisait l’objet d’une agression concertée entre la France, Israël et la Grande Bretagne (1956) et que l’Algérie ployait sous le joug des ratonnades coloniales, constituait déjà un indice prémonitoire de la psychorigidité maronite, de la cécité politique de ses dirigeants et de la serviabilité extrême dont témoignent des membres de cette communauté à l’égard des puissances occidentales particulièrement de la France et des États-Unis, se plaçant paradoxalement en situation de « dhimitude » par rapport à leurs protecteurs occidentaux, une servitude qu’il dénonçait du temps de l’époque ottomane. Le discours souverainiste des Libanais masque mal une logique de vassalité à l’ordre atlantiste.

    L’inculpation en juillet 2010 de plusieurs officiers supérieurs chrétiens de même que des cadres supérieurs exerçant des responsabilités sensibles à un poste stratégique de leur entreprise de communications pour « intelligence avec l’ennemi », au même titre que la formation d’une armée de supplétif sous commandement chrétien au service des israéliens durant la guerre civile libanaise (1975-1990), ont alimenté la suspicion sur la loyauté des chrétiens arabes à leur environnement avec ses conséquences corrosives sur le sort des chrétiens dans le monde arabe.

    L’alliance du leadership maronite avec Israël, l’ennemi officiel du Monde arabe, constituera l’un des points noirs de l’histoire de la chrétienté arabe, et les chefs de cette équipée suicidaire, Bachir Gemayel, président éphémère du Liban, et ses successeurs, Elie Hobeika et Samir Geagea, comme les plus sinistres personnages de l’histoire du Liban en termes de bilan pour la chrétienté, en ce qu’ils ont substitué la lutte pour la réalisation des droits nationaux des Palestiniens, par la recherche de l’éradication d’un peuple déjà spolié de sa patrie, les Palestiniens, en compensation des turpitudes occidentales à l’égard des Juifs européens.

    Les miliciens chrétiens ont intériorisé, ce faisant, la perversité de la logique occidentale dans un tragique dévoiement de la pensée, ne s’imaginant pas un seul instant que « le peuple de trop au Moyen orient », selon l’expression du chef phalangiste Bachir Gémayel, pourrait être un jour « le peuple chrétien arabe ».

    Pour aller plus loin sur les Maronites, ce lien :

    www.renenaba.com/france-liban-a-propos-des-maronites/

    ILLUSTRATION
    Walid Phares lecturing in front of a Lebanese Forces banner in 1986Photo courtesy of An-Nahar                                                                                                                                                           By René Naba , in Actualités Liban Moyen-Orient Portrait on 6 novembre 2018 .


  • MbS: The New Saddam of Arabia? – LobeLog
    https://lobelog.com/mbs-the-new-saddam-of-arabia

    As Mohammad bin Salman (MbS) has terrorized his opponents at home and abroad, fear has spread within the Saudi kingdom. Has he become the new Saddam of Arabia? As Iraq’s Saddam Hussein did in the 1980s, MbS is cementing his power domestically and regionally through fear and economic largesse under the guise of fighting Iran, Islamic radicalism, and terrorism.

    Much like the tyrant of Baghdad did in Iraq, MbS has crushed his domestic and regional opponents. Both of them have enlisted the support of foreign powers, especially the United States and Britain, to buttress their hold on power in their territories and expand their reach internationally. They both spoke the language of “reform,” which appeals to Western audiences, and both demonized Iran as a promoter of regional instability and a source of evil internationally.

    They both used chemical weapons against their opponents—Saddam against his Kurdish citizens and against Iran during the Iran-Iraq war; MbS against civilians in Yemen. Saddam threatened and later invaded his neighbor Kuwait. MbS has waged a vicious campaign against his neighbor and fellow Gulf Cooperation Council member Qatar and threatened to invade it.

    Saddam and MbS also cynically donned the mantle of Sunni Islam in their hypocritical claims against the so-called Shia Crescent and its main proponent Iran. Saddam’s “Republic of Fear” seems to be slowly morphing into a “Kingdom of Fear” under MbS.

    #arabie_saoudite


  • Regards d’un enfant sur l’Irak sous embargo

    https://orientxxi.info/magazine/parfum-d-irak-de-feurat-alani,2661

    C’est très beau.

    Regards d’un enfant sur l’Irak sous embargo

    « Le Parfum d’Irak » de Feurat Alani · C’est un genre particulier de journalisme qu’a adopté Feurat Alani. Il a utilisé Twitter pour conter l’histoire de son pays, l’Irak, agrémentée de nombreux dessins. Dans le passage extrait du Parfum d’Irak qui paraît ce 3 octobre, il a 12 ans et, après un séjour en France, il rentre au pays. Il découvre l’Irak sous embargo, après la défaite de Saddam Hussein face à la coalition internationale qui le force à évacuer le Koweït en 1991.
    Feurat Alani > 3 octobre 2018


  • Porter la guerre sur le sol iranien
    Abdel Bari Atwan - 23 septembre 2018 – Raï al-Yaoum – Traduction : Chronique de Palestine
    http://www.chroniquepalestine.com/porter-la-guerre-sur-le-sol-iranien

    Les États-Unis et l’Arabie Saoudite activent leurs plans de déstabilisation de l’Iran.

    Lorsque le président américain Donald Trump accuse l’Iran d’être derrière la plupart des attaques terroristes, sinon toutes, dans le monde, le prince héritier saoudien Muhammad Bin-Salman jure ouvertement de mener sa bataille contre l’Iran en territoire iranien et Israël menace de continuer à attaquer les cibles militaires iraniennes pour empêcher le pays d’établir des bases de missiles en Syrie.

    L’attaque sanglante de samedi contre un défilé militaire à Ahvaz au cours de laquelle 29 personnes ont été tuées n’est pas une surprise. En effet, un tel incident aurait pu être attendu plus tôt, et de telles attaques, même plus sanglantes, pourraient être attendues à l’avenir. La région se trouve au seuil d’une guerre terroriste sans précédent menée par les services de renseignement et qui sera destructrice pour toutes les parties concernées.

    Trump impose un blocus économique suffocant à l’Iran qui devrait atteindre son maximum en novembre, lorsque sa composante la plus importante, l’interdiction des exportations de pétrole, deviendra opérationnelle. Son principal objectif est de déstabiliser sinon détruire le régime iranien dans le but de le renverser définitivement par la force militaire. L’expérience nous a appris que les guerres américaines dans notre région ne tombent pas du ciel, mais sont l’aboutissement de stratégies qui impliquent des années de préparation.

    Trump sait bien que les sanctions économiques seules ne peuvent pas renverser les régimes. Sinon, les régimes nord-coréen et cubain seraient tombés il y a des années, sans parler du régime irakien dirigé par Saddam Hussein et l’administration du Hamas dans la bande de Gaza. Les blocus qui ne sont pas suivis d’une intervention militaire ont tendance à se retourner contre leurs auteurs. C’est la raison pour laquelle le projet en question a commencé par créer un « OTAN arabe » composé des six États du Golfe, plus l’Égypte, la Jordanie et le Maroc, en prévision d’une telle intervention, si elle devait avoir lieu. Les frappes aériennes israéliennes successives en Syrie sont l’une de ses composantes. (...)


    • . . . . . . . .
      CI JOINT LA LISTE DES PERSONNALITÉS IRAKIENNES LIQUIDÉES, SELON LA LISTE ÉTABLIE PAR LE QUOTIDIEN EN LIGNE « AR RAI AL YOM »

      Dirigé par Abdel Bari Atwane, fondateur du journal trans-arabe Al Qods Al Arabi » : http://www.raialyoum.com/?p=454552

      Université de Bagdad (40 membres du corps enseignant asssassinés)

      1- Dr Mohamad Abdallah Al Rawi : Recteur de l’Université de Bagdad, Président de l’Ordre des Médecins iraien, assassiné à sa clinique sise quartier Al Mansour (Bagdad).
      2- Makki Habib Al Mou’men : diplomé de l’Université du Michigan (États-Unis), spécialiste de l’Histoire contemporaine, ancien professeur aux universités irakiennes (Bassorah, Bagdad, Irbil et Souleymaniyeh), ainsi qu’à l’Institut des Études Palestiniennes.
      3 – Mohamad Abdallah Moneim Al Azmiralli : Titulaire d’un doctorat en Chimie, scientifique distingué, en poste dans des centres de recherches spécialisés. Professeur à la Faculté des Sciences de l’Université de Bagdad, Département de Chimie. Cet égyptien, titulaire de la nationalité irakienne, a été liquidé par les Américains dans le camp aménagé à proximité de l’aéroport de Bagdad, en 2003.
      4- Issam Charif Al Takriti : Ancien ambassadeur d’Irak en Tunisie. Titulaire de la chaire d’Histoire à l’Université de Bagdad, il a été liquidé en compagnie de 5 de ses collègues, le 22 octobre 2003, dans le secteur d’Amiryah (Bagdad) .
      5- Majed Hussein Ali : Savant atomique, spécialiste de la physique nucléaire (Université de Bagdad, Faculté des Sciences), éliminé début 2004.
      6- Imad Sarsour : Doyen de la Faculté de médecine de Bagdad, spécialiste de la chirurgie réparatrice.
      7- Soubeiry Moustapha Al Bayyat i : Chef du département de géographie de l’Université de Bagdad , tué en 2004.
      8- Ahmad Al Raw i : Professeur d’agronomie à l’Université de Bagdad, en charge du centre d’épidémiologie. Tué avec sa femme, en 2004, sur l’autoroute Bagdad-Al Ghazalyah.
      9- Housni Kamal : Physicien, Faculté des Sciences, Université de Bagdad.
      10- Marwane Mouzher Al Hayti : Ingénieur chimiste ; Professeur à la Faculté des Sciences de l’Université de Bagdad.
      11- Moustapha Al Machahandi : Professeur de civilisation islamique. Faculté des lettres, Université de Bagdad.
      12- Khaled Mohamad Al Janabi : Titulaire de la chaire Histoire de l’Islam- Faculté des Lettres – Université de Bagdad.
      13- Hassan Abd Ali Daoud Al Rabihi : Vice doyen de la Faculté de Médecine de l’Université de Bagdad.
      14- Marwane Rachid : Vice-doyen de la Faculté de Génie- Université de Bagdad
      15- Abdel Latif Ali Al Mayyah : Adjoint au Directeur du Département du Monde arabe-Université de Bagdad. Assassiné en 2004 au lendemain de son apparition sur une chaîne de télévision arabe pour réclamer la tenue d’élections législatives.
      16- Hicham Charif : Chef département Histoire – Université de Bagdad
      17- Raad Chalah : Chef du département de Biologie – Faculté des Sciences-Université de Bagdad.
      18 -Fouad Ibrahim Mohamad Al Bayyati : Chef du département de l’Allemand (langue et civilisation allemandes) -Faculté des Langues- Université de Bagdad. Assassiné devant sa maison, quartier de Ghazala (Bagdad), le 19 avril 2005.
      19- Mohammad Kard Al Jammali : Spécialiste de la langue anglaise-Université de Bagdad. Directeur général du ministère de l’Éducation nationale. Assassiné le 10 juin 2004 dans le secteur d’Al Amiryah (Bagdad).
      20- Haifa Alawane Al Helli : Physicienne- Faculté des Sciences-Section féminine- Université de Bagdad.
      21- Abdel Razzak Al Na’as : Faculté des Sciences de la communication- Université de Bagdad. Assassiné le 28 janvier 2004.
      22- Haykal Mohammad Al Moussawi : Faculté de Médecine- Université de Bagdad.

      23- Hazem Abdel Hadi : Faculté de Médecine-Université de Bagdad.
      24- Abbas Al Attar : Doctorat en Sciences Humaines-Université de Bagdad
      25- Bassam Al Moudaress : Doctorat en Sciences Humaines-Université de Bagdad.
      26 – Bassel Al Kerkhi : Spécialiste Chimie. Faculté des Sciences – Université de Bagdad.
      27- Nasser Amir Al Obeidy : Université de Bagdad
      28- Nafeh Abboud : Spécialiste de la Littérature arabe- Université de Bagdad
      29- Marwane Al-Rawi : Génie civil – Université de Bagdad
      30- Rafi Sarkissian Vanagan : Magistère en Langue Anglaise – Professeur à la Faculté des Lettres- Université de Bagdad.
      31- Nafiha Hamad Khalaf : Professeur de Littérature arabe – Faculté des Lettres- Université de Bagdad
      32- Khalil Ismail Abd Ad Dahiry : Faculté de l’Éducation sportive – Université de Bagdad
      33- Ghaleb Al Hayti : Professeur de Chimie- Université de Bagdad. Assassiné en mars 2004.
      34- Hussein Ali Ibrahim Al Karbassy : Ingénieur géomètre- Spécialiste de la Topographie- Institut de Technologie Bagdad – Al Zaafaranyah. Assassiné le 16 avril 2006 dans le quartier Al Amiryah.
      35- Mohammad Al Douleimy : Faculté de Génie – Université de Bagdad. Assassiné en 2004.
      36- Hassan Al Rabihi : Faculté d’Art Dentaire – Université de Bagdad. Assassiné le 25 décembre 2004, alors qu’i roulait en voiture en compagnie de son épouse.
      39- Jassem Mohammad Al Issawi : Professeur de Sciences Politiques- Université de Bagdad. Membre du comité de rédaction du quotidien irakien « Al Syada » (La Souveraineté), un des négociateurs au sein du « Comité de Rédaction de la Constitution ». Assasiné le 22 juin 2005 dans le secteur Al Chaaba à Bagdad, à l’âge de 61 ans.
      40- Abdel Sattar Saber Al Khazarji : Faculté de Génie – Université de Bagdad – Assassiné le 4 juin 2005 dans la caserne « Madina Al Horra » (La Ville Libre) à Bagdad.

      Université de Bassorah – Sud de l’Irak (14)

      41 – Ala’a Daoud : Vice-Recteur de l’Université de Bassorah pour la division scientifique.
      42- Assad Salem Choureyda : Docteur en génie civil. Doyen de la Faculté de Génie- Université de Bass
      43- Omar Fakhry : Biologiste – Faculté des Sciences de l’Université de Bassorah.
      44- Khaled Chreyda : Titulaire d’un Doctorat en Génie civil -Faculté du Génie – Université de Bassorah.
      45- Abdel Latif Al Fadel : Spécialiste en Chimie. Faculté des Sciences- Université de Bassorah.
      46- Joumhour Karim Khamas Al Zarzani : Critique littéraire réputé. Chef du Département de Langue Arabe – Faculté de Lettres- Université de Bassorah. Enlevé le 7 juillet 2005, son cadavre a été retrouvé à Qiblah, à 3 kms de Bassorah.
      47- Ghadab Jaber Attar : Faculté de Génie – Université de Basssorah
      48- Kifaya Hussein Saleh : Faculté des Lettres – Université de Bassorah
      49- Ali Ghaleb Abed Ali : Faculté de Génie – Université de Bassorah
      50- Saad Al Rabihi : Biologiste- Faculté des Sciences. Université de Bassorah.
      51- Naoufal Ahmad : Faculté des Beaux-Arts-Université de Bassorah.
      52- Abdel Karim Hussein : Faculté d’Agronomie-Université de Bassorah. Assassiné le 11 avril 2006.
      53- Ala’a Abdel Hamid : Doyen Faculté de Médecine – Université de Bassorah.
      54- Haydar Al Ba’aj : Directeur du CHU de Bassorah.

      Université de Mossoul (Nord de l’Irak, capitale éphémère de L’Etat Islamique, dix ans après l’invasion américaine de l’Irak) : 12 membres

      55- Abdel Jabbar Moustapha : Doyen de l’Université de Mossoul ; Professeur de Sciences Politiques.
      56- Leila Abdallah Said : Doyenne de la Faculté de Droit de l’Université de Mossoul, assassinée en compagnie de son époux.
      57- Mounir Al Khaïrou : Professeur de Droit à l’Université de Mossoul, époux de la doyenne Leila Abdallah Said, tuée en sa compagnie.
      58- Imane Younes : Chef du département de l’Interprétariat – Université de Mossoul.
      59- Nouayl Boutros Mathew : Faculté de Médecine-Université de Mossoul.
      60- Mohammad Al-Douleimy : Génie mécanique. Faculté de Génie. Université de Mossoul.
      61- Khaled Faysal Hamad Cheikhou : Faculté de l’Éducation Sportive – Université de Mossoul.
      62- Mahmoud Younes Zannoune : Faculté des Lettres- Université de Mossou
      63- Imane Abdel Moneim Younés : Faculté des Lettres – Université de Mossoul
      64- Mahfouz Mohammad Hassan Al Kazzaz : Professeur de Lettres- Faculté des Sciences de l’Éducation – Université de Mossoul. Tué lors d’une intervention des forces d’occupation américaines, le 25 Décembre 2004, à proximité de la Mosquée Dr Oussama Kachmoula- Province de Ninive.
      65- Inmar Al Ticq : L’un des plus célèbres ophtalmologistes irakiens. Professeur à la Faculté de Médecine – Université de Mossoul. Assassiné en Octobre 2004.
      66- Madame Falha Saleh Ahmad : Professeure de Sciences Politiques- Université de Mossoul. Assassinée en 2004

      Université Al Moustansariyah (15 membres)

      67- Sabah Mahmoud Al Rabihi : Doyen de la Faculté des Sciences de l’Éducation -Université Al Moustansariyah
      68- Salem Abdel Hamid : Doyen de la Faculté de Médecine à l’Université d’Al Moustansariyah, spécialiste de la médecine préventive.
      69- Falah Ali Hussein : Doyen de la Faculté des Sciences- Université Al Moustansariyah.
      70- Ibrahim Talal Hussein : Vice-Doyen Faculté des Sciences de l’Éducation -Université Al Moustansariyah.
      71- Houba Eddine Ahmad Mahmoud : Chef du Département de l’Éducation- Faculté des Sciences de l’Éducation – Université Al Moustansariyah.
      72- Moussa Salloum Amir Al Rabihi : Vice-Doyen Faculté des Sciences de l’Éducation – Université Al Moustansariyah. Assassiné le 28 Mai 2005-Quartier Al Bayyyah (Bagdad).
      73- Abdel Samih Al Janaby : Doyen de la Faculté des Sciences -Université Al Moustansariyah. Poignardé lorsqu’il a mis en application une décision du ministère de l’enseignement supérieur prohibant la transformation des enceintes universitaires en tribunes religieuses.
      74- Mohammad Fakhr Al Douleimy : Titulaire d’un doctorat en Physique. Vice-Doyen de la Faculté des Sciences – Université Al Moustansari
      75- Zaki Zaker Al Ani : Professeur de Langue Arabe. Faculté des Lettres- Université Al Moustansariyah. Tué devant la porte d’entrée de l’Université, le 26 Août 2005.
      76- Hadi Abdel Karim : Faculté des lettres- Université Al Moustansariyah. Tué devant la porte d’entrée de l’Université, le 26 Août 2005.
      77- Mohamad Najib Al Kaissy : Département de la recherche – Université Al Moustansariyah.

      78- Samir Yelda Gergis : Vice-Doyen de la Faculté de Gestion et d’Économie- Université Al Moustansariyah. Enlevé devant l ‘entrée de l’Université, en Août 2005, son cadavre a été retrouvé un mois plus tard, dans une ruelle le 25 septembre 2005.
      79- Kazem Talal Hussein : Vice-Doyen de la Faculté de l’Enseignement Fondamental. Université Al Moustansariyah. Assassiné le 25 Novembre 2005 dans le quartier Moussayleh en compagnie de trois des ses gardes de corps.
      80- Ali Mouhaych : Doyen de la Faculté de Génie. Université Al Moustanssariyah. Assassiné le 13 Novembre 2006.
      81- Kazem Battine Al Hayani : Professeur de Psychologie – Faculté des lettres- Université al Moustanssariyah. Enlevé par des membres d’une milice religieuse le 3 Mars 2006. Son cadavre, mutilé, a été retrouvé à l’Institut Médico-légal.
      82- Mohammad Abdel Rabih Al Ani : Professeur de Droit à l’Université Al Moustansaryah. Doctorant à la Faculté des Sciences Islamiques à l’Université de Bagdad. Assassiné le 27 avril 2006 devant la Mosquée « Imam Farouq », proche de la Rue Palestine, dans le centre de Bagdad. Son cadavre a été retrouvé cinq jours plus tard le 2 Mai 2006 à l’Institut Médico-légal de Bagdad.

      Université de technologie Bagdad (8 membres)

      83- Mohie Hussein : Génie mécanique-Université de Technologie
      84- Mohammad Abbas Khodeyr : Génie mécanique- Université de Technologie.
      85- Qahtane Kazem Hatem : Faculté des Sciences-Université de Technologie.
      86- Amir Mouzher Al Dayni : Ingénieur Télécommunications.
      87-Mohamad Abdel Hassan Wahed : Institut de Gestion Technologique- Bagdad.
      88- Amr Ibrahim Hamza : Centre de Recherches sur le Cancer – Institut de Gestion Technologique.
      89- Issam Saad Abdel Karim : Géologue. Chercheur au Centre National des Recherches. Enlevé le 28 Septembre 2004, assassiné le 1 er Octobre 2005.
      90- Mohannad Saleh Mehdi : Centre de Recherches sur le Cancer – Institut de Gestion Technologique.
      91- Saad Yassine Al Ansari : Centre de Recherches sur le Cancer – Institut de Gestion Technologique.

      Université Al Anbar (Ouest de l’Irak qui abrite les deux villes rebelles à la présence américaine Ramadi et Falloujah) : (7 membres)

      92- Raad Okhsen Al Binno : Faculté de Médecine-Université Al Anbar.
      93-Ahmad Abel Rahman Al Qobeissy : Professeur faculté de Médecine-Université Al Anbar
      94- Ahmad Abdel Hadi Al Rawi : Faculté d’Agronomie – Université Al Anbar.
      95- Chaker Mahmoud Jassem : Faculté d’Agronomie – Université d’Al Anbar.
      96- Abdel Karim Mokhallaf Saleh : Faculté des Lettres – Département de Langue Arabe – Université d’Al Anbar.
      97- Nasser Abdel Hamid Moukhlef Al Douleimy : Université Al Anbar

      98- Hamid Faysal Antar : Faculté de l’Éducation Sportive – Université Al Anbar.
      99- Abdel Majid Al Karbouly : Université Al Anbar

      Université Al Nahrayne (Université des deux fleuves ; le Tigre et l’Euphrate). 3 membres

      100- Akil Abdel Jabbar Al Bahadl y : Vice-Doyen Faculté de Médecine-Université d’Al Nahrayne (Université des deux fleuves ; le Tigre et l’Euphrate).
      101- Laith Abdel Aziz Abbas : Faculté des Sciences – Université d’Al Nahrayne.

      102- Mohammad Falah Houeidy Al Jazairy : Chirurgie réparatrice- Faculté de Médecine – Université d’Al Nahrayne. Assassiné le jour de son retour du pèlerinage de La Mecque début 2006. Médecin au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) d’Al Kazmiyah (Bagdad).

      Université de Dyala : (Ouest de l’Irak, 6 membres)

      103- Abdel Sattar Al Assady : Faculté des Lettres – Université de Dyalla. Assassiné le 19 avril 2006.
      104- Salem Hussein Al Mahdawi : Faculté des Lettres – Université de Dyalla. Assassiné le 9 avril 2006.
      105- Mouchhen Hardane Mazloum Al Alawi : Université de Dyalla. Assassiné le 19 avril 2006.
      106- Mayss Ghanem : Membre du corps professoral du Département de langue et de civilisation anglaise – Université de Dyalla.
      107- Abdel Sattar Jabbar : Faculté de Médecine Vétérinaire- Université de Dyalla. Assassiné le 22 avril 2006.
      108- Taleb Ibrahim Al Zahar : Spécialiste de physique nucléaire – Professeur-à la Faculté des Sciences- Université de Diyala. Assassiné à Ba’aqouba en Mars 2005.

      Université de Tikrit (centre de l’Irak, Région natale de Saddam Hussein)

      109- Fadl Moussa Hussein : Faculté de l’Education Sportive – Université de Tikrit.
      110- Mahmoud Ibrahim Hussein : Faculté des Lettres – Université de Tikrit

      Université Al Ma’moun

      111- Mohsen Abbas Khodeir Al Salmane : Chef du département au ministère de l’irrigation. Professeur à l’Université Al Ma’moun, tué à Falloujah en 2004

      Divers

      112- Wajih Mahjoub Al Taï : Directeur général de l’enseignement supérieur au ministère de l’Éducation Nationale
      113-Chaker Al Khafaji : Directeur de l’Office Central de la Maîtrise de la Qualité.
      114- Moustapha Abel Hamid Al Hayti : Spécialiste des maladies infantiles.
      115-Wissam Al Hachimi : Président de l’Association des Géographes d’Irak.
      116- Raad Abdel Latif Al Saadi : Linguiste. Conseiller en langue arabe au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Assassiné le 28 mai 2005, quartier d’Al Bayyah (Bagdad).

      117- Hussein Nasser Khalaf : Chercheur à la Faculté d’Agronomie. Centre des études « Al Nakhil » (Palmiers-Dattiers) de Bassorah. Enlevé le 18 Mai 2005, son cadavre a été retrouvé, quatre jours plus tard, le 22 Mai 2005, dans le quatier Al Bayyah-Bagdad.
      118- Taqi Al Talqua’ay : Titulaire d’un doctorat en physique nucléaire.
      119- Khawla Mohammad Taqi : Faculté de Médecine-Université de Coufa
      120- Zaki Jaber Lafta Al Saadi : Faculté de médecine vétérinaire.
      121- Mohsen Souleimane Al Oujeily : Faculté d’Agronomie- Université de Babel.

      122- Dr Liwa Al Sannanne Abdel Jabbar Abou Halhal : Université Al Bakr pour les Hautes Études. Assassiné à la prison d’Abou Ghraib en 2004.
      123- Ali Mabak Al Malki : Expert comptable – Direction des impôts – Ministère des Finances.
      124- Achoura Awdat Al Rabihi : Titulaire d’un Magistère en Géographie Humaine de l’Université de Michigan. Directeur du Centre d’Études « Al Mansour ». Assassiné dans le quartier Al Amriyah (Bagdad) en 2004.
      125- Moujber Al Cheikh Issa al Jouboury : Juriste. Membre du « Comité de Rédaction de la Constitution.
      126- Damman Hussein Alaoui Al Obeidy : Doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Salaheddine et membre du « Comité de Rédaction de la Constitution ». Assassiné le 12 juillet 2005 à Bagdad.
      127- Sabah Aziz Hachem : Institut de technologie – Province de Bassorah. Tué devant l’entrée de l’établissment le 11 Avril 2006.
      128 – Faydi Mohammad Al Faydi : Membre du Haut Comité des Théologiens de l’Islam. Titulaire d’un Doctorat de l’Université de Législation islamique (promotion 1990). Tué devant la Mosquée dans le secteur d’Al Mouthanna (district de Mossoul).
      129- Amid Mounzer Al Bayati : Médecin. Asssassiné le 16 juin 2005 devant sa maison située dans le quartier Al Sayyeh.
      130- Amid Sadeq Al Abadi : Medecin. Assassiné le 1 er septembre 2005 devant le complexe médical qu’iil avait édifié pour les soins aux nécessiteux.
      131- Amer Mohammad Falah : Chef du département de Chirurgie au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Républicain de Bagdad. Assassiné devant son domicile le 3 Octobre 2004.
      132- Reda Amine : Assistant technique – CHU de Kirkouk. Assassiné le 15 septembre 2004 à Kirkouk.
      133- Abdallah Saheb Younes : Hopital Naaman-Al A’Azamiyah-Bagdad. Assassiné le 18 Mai 2005.

      134- Ibrahim Ismail : Directeur général du Département de l’Éducation Nationale à Kirkouk. Assassiné le 30 Septembre 2004, alors qu’il était en route vers l’Institut de Technologie de Kirkouk.
      135- Rajeh Al Ramadani : Inspecteur au ministère de l’Éducation Nationale. Assassiné le 29 septembre 2004, alors qu’il sortait de la Mosquée Ziad Al Iraqi à Ninive.

      Source : Madaniya, René Naba, 21-09-2018

      #génocide


  • Algérie : l’Irak indignée par des chants pro-Saddam de supporters de l’USM Alger – JeuneAfrique.com
    http://www.jeuneafrique.com/627295/politique/algerie-lirak-indignee-par-des-chants-pro-saddam-de-supporters-de-lusm

    Des incidents lors d’une rencontre sportive prennent des allures de conflit diplomatique entre l’Irak et l’Algérie. Dimanche, des supporters algériens ont scandé des slogans pro-Saddam lors d’une rencontre avec une équipe irakienne, déclenchant l’ire des autorités irakiennes.
    (...) Les faits qui ont déclenché la polémique se sont déroulés sous l’objectif des caméras, en plein match de football au stade Omar Hamadi de Bologhine, au nord de la capitale algérienne. Dans les tribunes, des supporters de l’USM Alger ont scandé des chants à la gloire de Sadamm Hussein et contre les chiites. En réponse, des joueurs et des membres du club de la Flotte aérienne ont brandit le drapeau irakien, se ont quitté le terrain quinze minutes avant la fin du match.

    #algérie (Il faut comprendre que l’équipe irakienne a une réputation « chiite » et que Saddam Hussein est censé représenter l’honneur des Arabes sunnites".... #catastrophe_arabe


  • The Rise and Fall of #Soft_Power – Foreign Policy
    https://foreignpolicy.com/2018/08/20/the-rise-and-fall-of-soft-power

    In his recent book, Has the West Lost It?, Kishore Mahbubani, a Singaporean academic and former diplomat, calls all this Western hubris. Indeed, hubris may be the only appropriate word for what transpired. Confidence in the potency and legitimacy of soft power was so great that tremendous hard power was deployed in its name. The Iraq War was the most prominent example. And the intervention in Libya, with European support, was the most recent. In both cases, the United States and Europe were left worse off.

    Third, the hubris of soft power led to the illusion that soft power could somehow exist on its own . [...] The idea that soft power could perhaps be effective on its own perhaps underpinned the fatally mistaken belief that Iraq would automatically become a liberal democracy after Saddam Hussein was toppled.

    The European project, perhaps even more so, was built on a false understanding of soft power. For many decades, Europe was essentially a free rider in the soft power game; the United States guaranteed its security, and its economic well-being was reliant on the U.S.-led global economic order. With the United States now less interested in providing either—and focusing more on hard power—Europe is facing real challenges.

    [...]

    When the West was confident of its soft power, it cherished the belief that the more open a society, the better. But now, calls for censorship of parts of internet are heard routinely in the media and in legislative chambers. Internet giants are under tremendous political and social pressure to self-censor their content. And many, including Facebook, YouTube, and Apple, are doing so. And so, one of the bedrocks of liberalism’s soft power—free speech—has fallen from favor.

    Now, hard power is everywhere. The United States is no doubt the biggest player in this game: Fire and fury to North Korea, trade wars on everyone, gutting the WTO, and using domestic laws to punish foreign companies for doing business with a third country. The list goes on. For its part, Europe looks like a deer in headlights. As some, including German Chancellor Angela Merkel, call for standing firm against Trump, others, including French President Emmanuel Macron, are looking for peace.

    And, of course, there is Russia. By adroitly using its limited but still considerable hard power, Russia achieved the most significant territorial gain by force since the end of World War II, taking Crimea from Ukraine. Meanwhile, Moscow’s forceful actions in Syria changed the course of the civil war there to its favor.

    [...]

    There is little doubt, in other words, that the era of soft power has given way to an era of hard power—and that is dangerous. For centuries, hard power politics resulted in immeasurable human suffering. Just in the 20th century alone, hard power drove two world wars and a long Cold War that threatened to annihilate mankind.

    It is possible to aspire to something better this time. And this is where China may come in.

    [...]


  • Palestinian protesters in Gaza: Don’t wound us – kill us -

    How many of the young people protesting at the Gaza border fence hoped the soldiers facing them would pull the trigger and end their lives? Unfortunately, many

    Amira Hass
    Aug 13, 2018
    Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-palestinian-protesters-in-gaza-don-t-wound-us-kill-us-1.6366805

    “A person who was shot in the leg and had his leg amputated weeps. Not because his leg is gone, but because the soldier didn’t kill him.”
    How many of the young people protesting Friday at the Gaza border fence hoped the soldiers facing them would pull the trigger and end their lives?
    Many. Many more than is reported or than the Palestinians are prepared to or can admit publicly. 
    To really understand Israel and the Middle East - subscribe to Haaretz
    “A person who was shot in the leg and had his leg amputated weeps. Not because his leg is gone, but because the soldier didn’t kill him,” said someone who came out of the Gaza Strip for a few days. He told of a 30-year-old man who went up to the fence a few times, was wounded a few times, until he got lucky and the soldier on the other side finally killed him. We’ll get to the women too, soon enough, but we’re treading carefully.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    What is the ratio between the number of those seeking to continue protecting the principles of the Palestinian struggle – by protesting at  the border fence – and the number of those using the patriotic-nationalistic mantle to commit suicide, knowing that Islam prohibits “ordinary” suicide?
    >> Hamas is exploiting Netanyahu’s unwillingness to go to war | Analysis
    We don’t know. Israel doesn’t allow us to enter the Gaza Strip to ask these questions and seek answers. Phone calls are not enough, and so we depend on reports from people coming out – Palestinians and foreign journalists.
    >> No Fuel, No Gas: Israel Clamps Down on Gaza Over Airborne Firebombs
    Perhaps the protesters are motivated simultaneously by the two goals, and their distance from the fence shows the ratio between their desire to die and their fight for freedom? But many people who are very far from the fence come to see what’s going on, one foreign reporter said. That’s not a struggle, it’s a kind of pastime, because there’s nothing else to do and the sea is full of floating excrement. This journalist, who has known the Gaza Strip for more than 20 years, concludes: When everyone has to find ways to survive, there’s no room for thinking about the national struggle. 
    Many of them are young people who go to the fence to be wounded, thinking that Hamas will pay them, and then they can pay their debts at the grocery store or pay their rent for two months. It’s true: Hamas pays the injured a one-time payment of $200, I’m told. But only if the injury was serious.

    Someone who was slightly injured and went to a Hamas office to ask for money was turned away. Someone else was fortunate – his injury was worth compensation, then he went to the fence to be wounded again, and received compensation again. 
    But the wounded quickly discover what they did not take into consideration at first: Injuries have their own costs (beyond pain and disability). Surgery is covered. But medications are lacking, so their family goes deeper into debt to pay for them, or not. And then the flesh is infested with worms and it rots. And that’s not a metaphor.
    Some people deluded themselves that their family would receive large compensation if they were killed, or that payment for injury would come on a monthly basis. They still think it’s like the second intifada, when Saddam Hussein and Iran sent money for these purposes and the Palestinian Authority bore the burden. Those days are gone forever. 
    On Ramadan the young people went on the marches because a nourishing meal to break the fast was waiting for them, provided by Hamas. On other days they would receive a sandwich and a drink at the protest tents. Yet they are at risk even if they are not standing next to the fence, but rather are some distance away, near the tents, as attested to by a journalist who was standing near the tents last week when a bullet fired by one of our heroic soldiers flew right past his ear.
    Over the weekend, written proof emerged of the mixture of a death wish and commitment to the struggle. Abdallah al-Qatati, 20, was a volunteer paramedic who went every Friday to rescue unarmed people wounded by the strongest army in the region. Ten days ago he wrote a Facebook post, and people who shared it said it was his last: “As on every Friday, I go to the border, but this Friday is different. I’m going like any young revolutionary protecting his homeland and his land. We don’t care about the goals of the march or the goals of any organization in this march. What is important to us is our land and our dignity. And in short, we are fleeing unto death. In the hope that the second death will be more merciful than the first. And that’s the end of the story.” 
    In other words, life in Gaza is also death, of a different kind. On Friday, an Israeli soldier shot the medic al-Qatati and killed him.
    And now to the women protesters: Since they are few, this could seem like an accusation, or scorn, which will draw protests. But a Palestinian woman who spoke with women who go to the fence says she believes that few of them do it for national reasons, or that gradually the national reasons gave way to personal-economic reasons. Some of them went to be wounded and receive compensation. One went to be close to her son who was protesting. And many went to die – one whose husband refused to give her a divorce, another who was unmarried and felt that society considered her damaged goods, a third who was a victim of family violence and a fourth who couldn’t stand the poverty, the constant chasing after a shekel for milk and drops of water from the faucet. We are familiar with the phenomenon of women in the West Bank who committed suicide-by-soldier.  
    Poverty in Gaza has reached unimaginable, indescribable levels, even for people who are allowed to go in and see it. The despair growing there behind the iron wall that Israel has built is still seeking the lexicon with which it can be depicted.


  • Les services irakiens et libanais démantèlent un réseau qui faisait chanter les banques libanaises - P.H.B. - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1127931/les-services-irakiens-et-libanais-demantelent-un-reseau-qui-faisait-c

    Les services de renseignements irakiens ont annoncé mardi avoir démantelé, en coopération avec la Sûreté générale libanaise, un réseau qui répandait des informations erronées dans le but d’extorquer des fonds à des établissements bancaires libanais. Parmi ces derniers Bank Audi, qui avait été il y a deux semaines la cible de rumeurs de blanchiment d’argent de groupes terroristes. 

    « Les services de renseignements irakiens, en coopération avec la SG libanaise, ont découvert un réseau d’escroquerie, dont les membres publiaient des informations erronées dans le but d’extorquer de l’argent à plusieurs banques libanaises, en affirmant être en possession de documents attestant qu’ils disposaient de comptes s’élevant à des millions de dollars dans ces banques et en faisant circuler de fausses informations sur ces établissements », selon le communiqué des services de renseignements irakiens. « Il s’est avéré que ces documents étaient des faux », ajoute le communiqué, selon lequel « plusieurs membres de ce réseau ont été arrêtés ». « Les efforts se poursuivent pour appréhender les autres malfaiteurs », dans le cadre de « la poursuite des efforts visant à protéger l’économie des deux pays et maintenir les relations privilégiées » entre l’Irak et le Liban, toujours selon le texte.

    Lebanese banks return Saddam’s hidden millions to Iraqi authorities - The National
    https://www.thenational.ae/world/mena/lebanese-banks-return-saddam-s-hidden-millions-to-iraqi-authorities-1.75

    The head of Lebanon’s Association of Banks said on Thursday that the country’s financial sector had returned to Iraqi authorities nearly all money hidden in Beirut banks by officials under former dictator Saddam Hussein.

    The announcement came the day after the head of Lebanon’s General Security branch, Maj Gen Abbas Ibrahim, said that a joint operation with Iraqi authorities had prevented a $1 billion fraud scam targeting Iraqi branches of major Lebanese lenders. He announced that some suspects had been arrested.


  • “Nous savons où vivent vos enfants” : Comment John Bolton a menacé un fonctionnaire international.

    https://www.les-crises.fr/nous-savons-ou-vivent-vos-enfants-comment-john-bolton-a-menace-un-fonctio

    « John Bolton est un bourreau », m’a dit José Bustani, diplomate brésilien à la retraite et ancien chef de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, lorsque je l’ai contacté par téléphone à Paris au début du mois.

    Il y a un certain nombre de personnes qui prétendent avoir été harcelés ou intimidées par Bolton – y compris Bustani. Les critiques de ce dernier à l’égard du célèbre faucon moustachu sont publiques depuis de nombreuses années, mais certains détails de sa rencontre tendue avec Bolton à l’OIAC [Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, NdT] n’ont jamais été rapportés auparavant en anglais.

    Au début de 2002, un an avant l’invasion de l’Irak, l’administration Bush exerçait une pression intense sur Bustani pour qu’il démissionne de son poste de directeur général de l’OIAC – en dépit du fait qu’il avait été réélu à l’unanimité à la tête de l’organe de 145 nations deux ans plus tôt. Sa transgression ? Négocier avec l’Irak de Saddam Hussein pour permettre aux inspecteurs en désarmement de l’OIAC d’effectuer des visites inopinées dans ce pays – sapant ainsi la raison d’être du changement de régime de Washington.


  • The U.S. just bombed 3 sites in Syria. Here’s what we know about why nations choose airstrikes. - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/news/monkey-cage/wp/2018/04/14/the-u-s-just-bombed-3-sites-in-syria-heres-what-we-know-about-why-st

    [...]

    Democracies aren’t more prone to use airstrikes — but rich states are

    We looked at some popular expectations about why states would choose air power. Traditionally, there is the perception that democracies are more likely to use airstrikes — and only airstrikes — because democratic leaders are too afraid to put boots on the ground and risk casualties.

    Policymakers and even potential target states themselves have shared this perception. Since the U.S. withdrawal from Vietnam, numerous militarily weaker states have gambled on their ability to outlast American public acceptance of casualties.

    Contrary to popular perceptions about the cost sensitivity of democracies, we find that democratic states are not more likely than their autocratic counterparts to employ air-only campaigns. But rich states — and by extension, militarily powerful states — are more likely to use airstrikes. This dynamic helps us understand Saudi Arabia’s military campaign in Yemen, for instance.

    Airstrikes are more likely when the stakes for an intervener are low

    The second popular expectation we examine is whether or not airstrikes are a signal of low resolve. Do rich and powerful states just use air power when they don’t care enough to put boots on the ground? Both Saddam Hussein and Slobodan Milosevic certainly acted like they believed just that — they attempted to resist U.S.-led airstrikes on multiple occasions.

    We found support for the idea that lower stakes make an airstrikes-only strategy more likely. In high-stakes conflicts, states are much more likely to couple airstrikes with ground forces. With airstrikes alone, targets may rightly infer that the crisis is a lower foreign policy priority for the attacking state. Of course, those leaders conducting the airstrikes may argue that airstrikes are a costly signal of future uses of force.

    While airstrikes may indeed be used as a means of escalation, states are likely aware that airstrikes are a limited signal — and realize that the most salient crises cannot be resolved with airstrikes alone or without a stronger signal of resolve.

    Airstrikes alone as a crisis response may thus lead the target to conclude that the attacker is unresolved. This may lead the state being attacked to hold out, and not make major concessions.

    Airstrikes alone are not particularly effective

    When states choose to use airstrikes alone, do they work?

    In previous research, we found that air power strategies that include efforts to deny targets military capabilities as well as punish target publics and regimes are more likely to be successful. The April 2017 airstrikes on Shayrat Airbase represented only a minimal effort at military denial, and therefore, it is unsurprising that, despite the wealth and military superiority of the United States, there was no long-lasting impact.

    The bottom line

    President Trump’s decision to employ strikes is not particularly surprising. Leaving aside his own personal views, he is the leader of a rich state with few good military options in Syria, a country where the stakes for the United States are relatively low.

    For a second time in his presidency, Trump has chosen airstrikes. It probably won’t be the last.

    #Syrie #Etats-Unis


  • Le quinzième anniversaire de l’occupation de l’Irak - Par Rai Al Youm Actuarabe
    http://actuarabe.com/le-quinzieme-anniversaire-de-loccupation-de-lirak

    L’Irakien qui s’est vanté d’avoir renversé la statue du Président Saddam Hussein sur la place Al-Firdaws en plein cœur de Bagdad il y a quinze ans s’en mort les doigts. Celui qui a livré un faux témoignage sur son travail dans les laboratoires ambulants irakiens produisant des armes chimiques et biologiques contre l’asile en Allemagne et une poignée de dollars a fini plongeur chez Burger King en Allemagne. Mowaffak Al-Rubaie, qui a conservé fièrement la corde utilisée pour pendre Saddam Hussein a changé sa version des faits et reconnu que le Président Saddam s’était approché de l’échafaud avec courage, la tête haute, répétant la profession de foi de l’Islam et des slogans en faveur du monde arabe et de la Palestine, adoptés par la grande majorité des Irakiens.

    Un complot israélien
    L’Irak a été victime d’un complot israélien après que les décisionnaires juifs ont été convaincus que le monde arabe ne pouvait être plongé dans le chaos créateur annoncé par Condoleezza Rice afin de garantir la sécurité d’Israël pour les décennies à venir, qu’en détruisant l’Irak et en le disloquant sur la base du confessionnalisme. Les attaques du 11 septembre ont été utilisées comme point de départ de l’invasion et de l’occupation ; les armes de destruction massive comme prétexte.


  • Trump’s sending troops to the border to take on 200 kids and parents

    According to President Donald Trump, the mightiest, richest country in the world is under a threat so huge and scary that it will require the deployment of military forces — as many as 2,000 to 4.000, Trump said Thursday — along its 2,000-mile southern border. The danger consists of a ragtag caravan formed by several hundred impoverished people, many of them children from tiny Central American nations. Yes, the time has come to protect America from marauding youngsters and their parents.

    https://edition.cnn.com/2018/04/05/opinions/trump-has-no-shame-on-immigration-fernandez-kelly-opinion/index.html?sr=twCNN040518trump-has-no-shame-on-immigration-fernandez-ke
    #Trump #frontières #armée #militarisation_des_frontières #USA #Etats-Unis

    • The cost of 2 National Guard border arrests would help a homeless vet for a year

      President Donald Trump’s decision to send #National_Guard troops to the U.S.-Mexico border has drawn a mixed response. Arizona Gov. Doug Ducey welcomed the move, while California Gov. Jerry Brown’s National Guard said it would “review” the request.

      Rep. Ruben Gallego, D-Ariz., had a specific complaint: He said it was a poor use of tax dollars.

      “Using the National Guard to do border security is very expensive,” Gallego tweeted April 3. “For what it would cost the Guard to make just TWO arrests at the border, we could give a homeless veteran permanent housing for an entire year.”


      http://www.politifact.com/truth-o-meter/statements/2018/apr/05/ruben-gallego/arizona-rep-cost-2-national-guard-border-arrests-w
      #USA #Etats-Unis #coût #économie #prix #surveillance_des_frontières

    • Guard border deployment creates issues for Pentagon

      Customs and Border Patrol (CBP) have now sent two requests for assistance to the Pentagon’s new Border Security Support Cell, which was hastily established to help coordination between the Department of Defense (DOD) and Department of Homeland Security.

      It’s estimated that it will cost $182 million to keep 2,093 guardsmen at the border through the end of September, which represents just more than half of the personnel approved.

      The amount covers $151 million in pay and allowances for the 2,093 personnel, as well as $31 million for 12,000 flying hours for 26 UH-72 Lakota helicopters, according to a defense memo on the amount.

      http://thehill.com/policy/defense/386617-guard-border-deployment-creates-issues-for-pentagon

      #CBP #gardes-frontière #frontières

    • The Cal. National Guard Is Working At the Mexican Border, But Mostly Behind The Scenes

      In California - a state with strong differences with the White House on immigration policy - about 400 troops are on border duty. But they’re keeping a low profile.


      http://tpr.org/post/cal-national-guard-working-mexican-border-mostly-behind-scenes

      Signalé par Reece Jones sur twitter, avec ce commentaire:

      What are US National Guard troops doing at the border? Analyze intelligence, work as dispatchers, and monitor cameras “but not cameras that look across the border into Mexico”

    • L’armée américaine mobilisée pour défendre la frontière

      En campagne pour les élections américaines de mi-mandat, le président Trump a focalisé son discours sur la caravane de migrants d’Amérique centrale qui fait route à travers le Mexique. Il a promis de tout faire pour empêcher ces demandeurs d’asile de pénétrer sur le territoire américain (“Personne n’entrera”), y compris de déployer “entre 10 000 et 15 000 soldats” en plus de la police aux frontières et de la police de l’immigration.

      L’armée estime que seuls 20 % des migrants, soit 1 400 selon les estimations les plus hautes, iront jusqu’à la frontière qui se trouve encore à quelque 1 300 kilomètres et plusieurs semaines de marche, rapporte le Los Angeles Times. Le chiffre de 15 000 hommes correspond à peu près au nombre de soldats déployés en Afghanistan, observe le même quotidien. Les militaires envoyés à la frontière peuvent se poser des questions sur le sens de cette mission, comme l’illustre ici le dessinateur Chappatte.


      https://www.courrierinternational.com/dessin/larmee-americaine-mobilisee-pour-defendre-la-frontiere

    • U.S. Troops’ First Order at the Border: Laying Razor Wire

      Soldiers fill local hotels, joke about finding ways to keep busy.
      On Monday morning in this border town, about a dozen U.S. Army soldiers unfurled reams of razor wire on top of a wrought-iron fence alongside a bridge to Mexico.

      The soldiers from the 36th Engineer Brigade at Fort Riley, Kan., who wore helmets but didn’t appear to be armed, are among thousands of troops deployed in recent days to the southwest U.S. border as part of Operation Faithful Patriot.

      Around border crossings throughout Texas’ Rio Grande Valley, military personnel have filled up hotels and delivered trucks packed with coils of razor wire as they begin to support U.S. Customs and Border Protection officers.
      The personnel were sent in advance of the anticipated arrival of thousands of Central Americans, including children, traveling in caravans currently several hundred miles south of the nearest U.S. border crossing.

      At the DoubleTree Suites Hotel in McAllen, Texas, the bar did brisk business Sunday night as soldiers who had changed into civilian clothes chatted over drinks. Some joked about needing to find ways to keep soldiers busy during their deployment.

      The Anzalduas International Bridge, where the Kansas-based troops were working, is used only for vehicle traffic to and from the Mexican city of Reynosa. The wire was placed on top of fences at least 15 feet high along each side of the bridge that sat several dozen feet above an embankment.

      Outside the port of entry where vehicles from Mexico are stopped after crossing the bridge, shiny razor wire recently placed around the facility glistened in the afternoon sun.

      Migrants seeking asylum who cross the border illegally generally don’t come to the port, but swim or wade across the Rio Grande and turn themselves in to Border Patrol agents.

      Near another bridge connecting Hidalgo, Texas, to Reynosa, a concertina wire fence was recently erected along the river edge, a placement more likely to impede illegal migrants who arrive on foot.

      U.S. Customs and Border Protection officials have determined where the military placed razor wire, Army Col. Rob Manning, a Pentagon spokesman, told reporters Monday during a briefing.

      It is part of an effort previously announced by Air Force Gen. Terrence J. O’Shaughnessy, commander of the U.S. Northern Command, to “harden the points of entry and address key gaps.”

      Near the Donna-Rio Bravo International Bridge about 22 miles southeast of McAllen, troops on Monday were working on what looked to be a staging area to prepare for coming work. Two armed military police officers stood guard, opening and closing a gate as flatbed trailers carrying heavy military trucks and transports with troops inside arrived. At least one tent apparently intended to house troops was in place Monday.

      President Trump ordered the deployment last month after the first caravan made its way into Mexico. He had described the impending caravan’s arrival as an “invasion.”

      The Pentagon said Monday that more than 5,000 troops are at or would be on their way to the U.S.-Mexico border by the end of the day, with about 2,700 in Texas, 1,200 in Arizona and 1,100 in California. Eventually, nearly 8,000 will be deployed, according to a U.S. official. Officials from the Department of Homeland Security have said the troops won’t be used to enforce immigration laws but will provide backup for Border Patrol agents and Customs and Border Protection officers.

      At the Vaquero Hangout, an open-air bar within eyesight of the Anzalduas bridge, a flag declaring support for the U.S. military hung from the rafters. It was business as usual on Sunday evening. Some patrons watched the Houston Texans’ NFL game, while others were focused on a live band, George and the Texas Outlaws.

      A few folks briefly took notice of flashing lights from a U.S. Customs and Border Protection vehicle parked on the bridge as the soldiers lay down razor wire, an effort they would continue the next day.

      https://www.wsj.com/articles/u-s-troops-first-order-at-the-border-laying-razor-wire-1541509201
      #fil_barbelé #barbelé

    • Pentagon to begin drawdown of troops at border: report

      The Pentagon is planning to begin a drawdown of troops at the southern border as soon as this week, the Army commander overseeing the mission told Politico on Monday.

      Army Lt. Gen. Jeffrey Buchanan told the news outlet that the 5,800 active-duty troops sent to assist Customs and Border Protection at the U.S.-Mexico border should be home by Christmas.
      ADVERTISEMENT

      “Our end date right now is 15 December, and I’ve got no indications from anybody that we’ll go beyond that,” said Buchanan, who is overseeing the mission from Texas.

      Buchanan said engineer and logistics troops, which make up the largest parts of the deployment, will begin returning home soon.

      According to Politico’s report, some troops will begin leaving the area before the so-called migrant caravan arrives at the border.

      The news of the troops’ return comes as critics call President Trump’s request to send thousands of troops to the border a “political stunt.”

      Trump before Election Day stoked fears over an approaching group of Central American migrants heading towards the southern border, which he referred to as an “invasion.” He requested the deployment of thousands of troops to the border in a support mission just before Nov. 6.

      Some lawmakers have accused Trump of wasting resources and manpower on the mission, as reports have emerged that the troops are restless and underutilized.

      Thousands of participants in the caravan over the weekend reached Tijuana, Mexico, where they were met with vast protests. Some of the protesters are echoing Trump’s language, calling the group a danger and an invasion, The Associated Press reported.

      Most of the members of the caravan are reportedly escaping rampant poverty and violence in their home countries.

      https://thehill.com/policy/defense/417503-pentagon-to-begin-drawdown-of-troops-at-border-report

      –-> commentaire sur twitter:

      Just 3 weeks after deployment, Trump’s Pentagon is sending the military home from the border. They’ve served their purpose as the GOP’s 11th hour campaign force. Now we’re stuck with a hundred miles of trashy concertina wire and a $200 million bill.

      https://twitter.com/LaikenJordahl/status/1064644464726048768

    • Troops at U.S.-Mexican border to start coming home

      All the troops should be home by Christmas, as originally expected, Army Lt. Gen. Jeffrey Buchanan said in an interview Monday.

      The 5,800 troops who were rushed to the southwest border amid President Donald Trump’s pre-election warnings about a refugee caravan will start coming home as early as this week — just as some of those migrants are beginning to arrive.

      Democrats and Republicans have criticized the deployment as a ploy by the president to use active-duty military forces as a prop to try to stem Republican losses in this month’s midterm elections.

      The general overseeing the deployment told POLITICO on Monday that the first troops will start heading home in the coming days as some are already unneeded, having completed the missions for which they were sent. The returning service members include engineering and logistics units whose jobs included placing concertina wire and other barriers to limit access to ports of entry at the U.S.-Mexico border.

      All the troops should be home by Christmas, as originally expected, Army Lt. Gen. Jeffrey Buchanan said in an interview Monday.

      “Our end date right now is 15 December, and I’ve got no indications from anybody that we’ll go beyond that,” said Buchanan, who leads the land forces of U.S. Northern Command.

      The decision to begin pulling back comes just weeks after Trump ordered the highly unusual deployment.

      In previous cases in which the military deployed to beef up security at the border, the forces consisted of part-time National Guard troops under the command of state governors who backed up U.S. Customs and Border Protection and other law enforcement agencies.

      But the newly deployed troops, most of them unarmed and from support units, come from the active-duty military, a concession the Pentagon made after Trump insisted that the deployment include “not just the National Guard.”

      Buchanan confirmed previous reports that the military had rejected a request from the Department of Homeland Security for an armed force to back up Border Patrol agents in the event of a violent confrontation.

      “That is a law enforcement task, and the secretary of Defense does not have the authority to approve that inside the homeland,” Buchanan said.

      The closure earlier Monday of one entry point along the California border near Tijuana, Mexico, was only partial and did not require more drastic measures, Buchanan said.

      “About half of the lanes were closed this morning, but that’s it,” he reported. “No complete closures.”

      Other ports might be closed fully in the future, he said, but he did not anticipate any need to take more drastic measures.

      “If CBP have reliable information that one of their ports is about to get rushed with a mob, or something like that that could put their agents at risk, they could ask us to completely close the port,” Buchanan said. “You understand the importance of commerce at these ports. Nobody in CBP wants to close a port unless they’re actually driven to do so.”

      The troop deployment should start trailing off as engineer and other logistics troops wind down their mission of building base camps and fortifying ports of entry for the Border Patrol.

      Army and Marine engineers have now emplaced about 75 percent of the obstacles they planned to, including concertina wire, shipping containers, and concrete barriers at ports of entry. “Once we get the rest of the obstacles built, we don’t need to keep all those engineers here. As soon as I’m done with a capability, what I intend to do is redeploy it,” Buchanan said. “I don’t want to keep these guys on just to keep them on.”

      Logistics troops, too, will be among the first to head home. “I will probably ask to start redeploying some of our logistic capability,” Buchanan predicted. “Now that things are set down here, we don’t need as many troops to actually build base camps and things like that, because the base camps are built."

      Among the troops who will remain after construction engineers and logisticians start departing are helicopter pilots, planners, medical personnel, and smaller “quick response” teams of engineers who can help Border Patrol personnel shut down traffic at their ports of entry.

      In contrast to the speed of the deployment in early November and the fanfare surrounding it, the withdrawal promises to be slower and quieter — but Buchanan expects it to be done before Christmas.

      “That doesn’t mean it’s impossible,” he added. “But right now, this is a temporary mission, and we’re tasked to do it until the 15th of December.”

      https://www.politico.com/story/2018/11/19/troops-us-mexico-border-come-home-1005510

    • Trump’s Border Stunt Is a Profound Betrayal of Our Military

      The president used America’s military not against any real threat but as toy soldiers, with the intent of manipulating a domestic midterm election.

      A week before the midterm elections, the president of the United States announced he would deploy up to 15,000 active duty military troops to the United States-Mexico border to confront a menacing caravan of refugees and asylum seekers. The soldiers would use force, if necessary, to prevent such an “invasion” of the United States.

      Mr. Trump’s announcement and the deployment that followed (of roughly 5,900) were probably perfectly legal. But we are a bipartisan threesome with decades of experience in and with the Pentagon, and to us, this act creates a dangerous precedent. We fear this was lost in the public hand-wringing over the decision, so let us be clear: The president used America’s military forces not against any real threat but as toy soldiers, with the intent of manipulating a domestic midterm election outcome, an unprecedented use of the military by a sitting president.

      The public debate focused on secondary issues. Is there truly a threat to American security from an unarmed group of tired refugees and asylum seekers on foot and a thousand miles from the border? Even the Army’s internal assessment did not find this a very credible threat.

      Can the president deny in advance what could be legitimate claims for asylum, without scrutiny? Most likely, this violates treaty commitments the United States made as part of its agreement to refugee conventions in 1967, which it has followed for decades.

      The deployment is not, in the context of the defense budget, an albatross. We are already paying the troops, wherever they’re deployed, and the actual incremental costs of sending them to the border might be $100 million to $200 million, a tiny fraction of the $716 billion defense budget.

      Still, we can think of many ways to put the funds to better use, like improving readiness.

      It’s also not unusual for a president to ask the troops to deploy to the border in support of border security operations. Presidents of both parties have sent troops to the border, to provide support functions like engineering, logistics, transportation and surveillance.

      But those deployments have been generally in smaller numbers, usually the National Guard, and never to stop a caravan of refugees and asylum seekers.

      So, generously, some aspects of the deployment are at least defensible. But one is not, and that aspect is the domestic political use — or rather, misuse — of the military.

      James Mattis, the secretary of defense, asserted that the Defense Department does not “do stunts.” But this was a blatant political stunt. The president crossed a line — the military is supposed to stay out of domestic politics. As many senior military retirees have argued, the forces are not and should not be a political instrument. They are not toy soldiers to be moved around by political leaders but a neutral institution, politically speaking.
      Editors’ Picks
      This Town Once Feared the 10-Story Waves. Then the Extreme Surfers Showed Up.
      China’s Women-Only Subway Cars, Where Men Rush In
      How a Common Interview Question Hurts Women

      Oh, some might say, presidents use troops politically all the time. And so they do, generally in the context of foreign policy decisions that have political implications. Think Lyndon Johnson sending more troops to Vietnam, fearing he would be attacked for “cutting and running” from that conflict. Or George W. Bush crowing about “mission accomplished” when Saddam Hussein was toppled. Those are not the same thing as using troops at home for electoral advantage.

      Electoral gain, not security, is this president’s goal. Two of us served in the military for many years; while all troops must obey the legal and ethical orders of civilian leaders, they need to have faith that those civilian leaders are using them for legitimate national security purposes. But the border deployment put the military right in the middle of the midterm elections, creating a nonexistent crisis to stimulate votes for one party.

      When partisan actions like this occur, they violate civil-military traditions and erode that faith, with potentially long-term damage to the morale of the force and our democratic practice — all for electoral gain.

      The deployment is a stunt, a dangerous one, and in our view, a misuse of the military that should have led Mr. Mattis to consider resigning, instead of acceding to this blatant politicization of America’s military.


      https://www.nytimes.com/2018/11/19/opinion/president-trump-border-military-troops.html

    • The Military Is ’Securing’ a 1,900-Mile Border with 22 Miles of Razor Wire

      #Operation_Faithful_Patriot” is nothing more than a very expensive, politically motivated P.R. campaign.
      Skim through the Pentagon’s media site for Operation Faithful Patriot—the fittingly ridiculous name for the deployment of some 7,000 American troops to various spots along the Mexican border—and you’ll see lots of razor wire.

      There are photos of American troops laying razor wire (technically known as concertina wire) along the California-Mexico border. Of wire being affixed to the top of fences and to the sides of buildings. Everywhere you look on the Pentagon’s site, you find wire, wire, and more wire. Photos of soldiers carrying rolls of unused wire, snapshots of forklifts bringing more of the stuff to the border, and even videos of wire being unrolled and deployed. It’s thrilling stuff, truly.

      The message is not subtle. President Donald Trump might not have convinced Congress to blow billions for a fully operational border wall, but good luck to any immigrant caravan that happens to stumble into the thorny might of the American military’s sharpest deterrents.

      The focus on concertina wire isn’t just in the Pentagon’s internal media. The Wall Street Journal dedicated an entire Election Day story to how troops in Granjeno, Texas, had “unfurled reams of razor wire on top of a wrought-iron fence alongside a bridge to Mexico.” Troops stringing wire also appeared in The New York Post, The Washington Post, and elsewhere.

      There is so much concertina wire deployed to the southern border that if it were all stretched out from end to end, it would reach all the way from Brownsville, Texas, on the Gulf Coast to....well, whatever is 22 miles west of Brownsville, Texas.

      Yes. Despite the deluge of photos and videos of American troops are securing the southern border with reams of razor wire, Buzzfeed’s Vera Bergengruen reports that “troops have deployed with 22 miles of the wire so far, with 150 more available.”

      The U.S.–Mexico border is roughly 1,950 miles long.

      The wire doesn’t seem to be getting strung with any sort of strategic purpose, either. That WSJ story about the troops in Texas hanging wire from a bridge says that the “wire was placed on top of fences at least 15 feet high along each side of the bridge that sat several dozen feet above an embankment” while the bridge itself remains open to vehicle traffic from Mexico. If there is a goal, it would seem to be making the border look more prickly and dystopian while not actually creating any sort of barrier.

      It’s no wonder, then, that the troops deployed to the border are confused about why they are there. On Wednesday, when Defense Secretary Jim Mattis visited some of the troops stationed near McAllen, Texas, he was met with lots of questions and provided few answers.

      “Sir, I have a question. The wire obstacles that we’ve implanted along the border....Are we going to be taking those out when we leave?” one of the soldiers asked Mattis, according to Bergengruen. Another asked Mattis to explain the “short- and long-term plans of this operation.”

      “Short-term right now, you get the obstacles in so the border patrolmen can do what they gotta do,” Mattis responded. “Longer term, it’s somewhat to be determined.”

      Even at a time when most American military engagements seem to be conducted with a “TBD” rationale, this feels especially egregious. Mattis did his best on Wednesday to make the effort seem like a meaningful attempt to secure the border, while simultaneously admitting that he does not expect the deployed troops to actually come into contact with any immigrant caravans. Lately he’s been talking about how the deployment is supposedly good training for unconventional circumstances.

      It’s becoming increasingly obvious that Operation Faithful Patriot—a name so silly that the Pentagon has decided to stop using it—is nothing more than a very expensive, politically motivated P.R. campaign. Of the 39 units deployed, five of them are public affairs units. There seems to be no clear mission, no long-term objective, and no indication that the troops will add meaningful enforcement to existing border patrols.

      As for all that wire? It doesn’t really seem to be working either.

      https://reason.com/blog/2018/11/19/the-military-is-securing-a-1900-mile-bor
      #Faithful_Patriot #barbelé


  • Tomgram : Andrew Bacevich, A Memo to the Publisher of the New York Times | TomDispatch
    http://www.tomdispatch.com/blog/176400

    The key point is that when it comes to recent American wars, the Times offers coverage without perspective. “All the news” is shallow and redundant. Lots of dots, few connections.

    To put it another way, what’s missing is any sort of Big Picture. The Times would never depict Russian military actions in the Crimea, eastern Ukraine, and Syria, along with its cyber-provocations, as somehow unrelated to one another. Yet it devotes remarkably little energy to identifying any links between what U.S. forces today are doing in Niger and what they are doing in Afghanistan; between U.S. drone attacks that target this group of “terrorists” and those that target some other group; or, more fundamentally, between what we thought we were doing as far back as the 1980s when Washington supported Saddam Hussein and what we imagine we’re doing today in the various Muslim-majority nations in which the U.S. military is present, whether welcome or not.

    Ce n’est pas vrai, le #New_York_Times ne se contente pas de ne pas se poser des questions sur la #violence criminelle des #etats-unis, le new york times la blanchit.




  • Extrait de The Threat to Reason, Dan Hind, 2007, à propos des « perception managers » de la CIA, chargés de trouver les thèmes qui séduisent tel ou tel groupe de l’opinion (« hot buttons »), et la promotion de thèmes irrationnels mais testés selon les méthodes du marketing :

    […] Robert Party explained how the US government ignored US law and used the CIA’s expertise in psychological warfare to secure domestic support for a terrorist campaign against the leftist government in Nicaragua in the early 1980s. This wasn’t a matter of countering foreign disinformation and providing information to assist rational decision-mahing. This was about pressing buttons: ‘The documentation is... clear that the idea was to find our “hot buttons” and to see what – how they could rum, twist, spin certain infonnation to appeal to various special groups. They’d reached the point, and this was really being directed by the CIA, of breaking down the American people into subgroups.’ Themes were developed to appeal to particular subgroups. Journalists were likely to be concerned about the freedom of the press, so they were targeted with stories about Sandinista harassment of La Prensa, a Nicaraguan newspaper opposed to the government; Jewish Americans were told that the Sandinistas were anti-Semitic. Eventually, the CIA’s ‘perceptaon managers’ came up with something that played on popular xenophobia and worked particularly well in states on the border with Mexico:

    [They’d] found out that most of the themes about the communist menace in Central America left people cold. They didn’t really take it that seriously - it just didn’t hit the hot buttons right. But they found that one hot button that really… they could really use was this idea of the Hispanic immigrants flooding into the United States. So they developed what they called the ‘feet people’ argument, which was that unless we stopped the communists in Nicaragua and San Salvador, 10 per cent – they came up with that figure somewhere – 10 per cent of all the people in Central America and Mexico will flood the United States.

    In the ran-up to the 2003 invasion of Iraq, themes were developed for particular audiences in a manner strikingly reminiscent of the perception management campaign that secured public support for Reagan’s policies in Central America. Human rights abuses, Saddam Hussein’s alleged assassination attempt on the President’s father, links between Iraq and al Qaeda, fundamentalist fears that ‘Babylon’ stalked the ‘Holy Land’, all found their way into the mix. The emphasis increasingly fell on weapons of mass destruction, ‘the one issue everyone could agree on’. In a formula hardly conducive to rational decision-making by the American public, the then National Security Advisor Condoleezza Rice insisted that they couldn’t delay invasion until they had proof that Saddam Hussein had nuclear weapons: ‘We don’t want the smoking gun to be a mushroom cloud’. President Bush repeated the message: ‘we cannot wait for the final proof – the smoking gun – that could come in the form of a mushroom cloud’. The promotion of market-tested irrationality at the highest levels of the US administration calls to mind H. L. Mencken’s cynical comment that ‘the whole aim of practical politics is to keep the populace alarmed (and hence clamorous to be led to safety) by menacing it with an endless series of hobgoblins, all of them imaginary.’

    (Scanné d’après le post de Louis Allday sur Twitter.)


  • Au #Venezuela, la mort en direct d’Oscar Pérez
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/01/16/au-venezuela-la-mort-en-direct-d-oscar-perez_5242531_3222.html

    Le jeune homme aux yeux clairs avait surpris les médias en juin 2017, lorsqu’il s’était emparé d’un hélicoptère et avait jeté des grenades contre des bâtiments officiels à Caracas, sans faire de victimes. A l’époque, les manifestations de rue se succédaient sans que l’opposition trouve un débouché politique à la protestation sociale. Cent trente personnes étaient mortes.

    Aussitôt qualifié de « terroriste » par le gouvernement, sa tête mise à prix, Oscar Pérez est parvenu pendant plus de six mois à échapper aux divers services à ses trousses. En décembre, il avait refait parler de lui en revendiquant sur Twitter un assaut mené contre une unité militaire vénézuélienne et au cours duquel de nombreuses armes automatiques ont été volées.

    Ah, les guillemets ! du grand Paulo #Paranagua

    Détail remarquable, parmi les policiers tués au cours de la fusillade se trouve le chef du « collectif » chaviste qui contrôle le quartier populaire 23 de Enero, à Caracas. Heiker Vasquez, dirigeant du « Colectivo Tres Raices », était aussi un policier, confirmant ainsi la nature de ces bandes : des groupes paramilitaires ou parapoliciers qui manipulent les aides alimentaires et s’assurent de la fidélité électorale des bénéficiaires.


  • Tulsi et la Corée du Nord
    http://www.dedefensa.org/article/tulsi-et-la-coree-du-nord

    Tulsi et la Corée du Nord

    Tulsi Gabbard, dont on a déjà parlé comme un membre du monde politique washingtonien aussi rare et aussi remarquable qu’un Ron Paul en son temps, est intéressée par la crise de la Corée du Nord notamment en sa qualité de députée des iles Hawaii. Les îles constituent en effet l’État de l’Union (Guam n’étant pas un État) le plus proche de la Corée du Nord, dont divers experts commencent à apprécier qu’elle serait sur le point d’atteindre ou atteindrait la capacité de développer des missiles balistiques à portée intercontinentale (à têtes nucléaires, certes), donc capables de toucher l’Ouest des USA, et a fortiori bien entendu les Hawaii.

    Il y a eu à Hawaii, il y a deux jours, une fausse “alerte réelle” (du type “ceci n’est pas un exercice”, etc.) annonçant une attaque nord-coréenne par (...)

    • Gabbard : « Nous savons que la Corée du Nord a ces armes nucléaires parce qu’elle a vu comment les Etats-Unis, en Libye par exemple, ont garanti à Kadhafi qu’ils n’allaient pas l’attaquer et qu’en échange de cette promesse il devrait abandonner le développement des armes nucléaires. Il l’a fait, et puis nous avons attaqué la Libye, nous avons renversé Kadhafi et nous avons plongé le pays dans le chaos dont nous voyons aujourd’hui le développement.

       » La Corée du Nord voit ce que nous avons fait en Irak, avec Saddam Hussein, avec les fausses informations sur les armes de destruction massive. Elle voit comment le président Trump cherche à décertifier un accord nucléaire qui a empêché l’Iran de développer ses armes nucléaires, menaçant l’existence même l’existence de l’accord qui a été conclu.

       » Alors oui, nous devons comprendre que la Corée du Nord maintient ces armes nucléaires parce qu’elle pense que c’est sa seule protection pour empêcher que les États-Unis décident de lui faire ce qu’ils ont fait à tant de pays à travers l’histoire. »


  • Normalement, j’évite de reprocher à quelqu’un de ne pas aborder tel sujet quand il évoque tel autre sujet (ne serait-ce que parce que l’argument est assez facilement retournable). Mais avec Filiu, on atteint un tel niveau de grotesque que ça défie l’entendement : Les apprentis-sorciers de la « realpolitik » au Moyen-Orient
    https://theconversation.com/les-apprentis-sorciers-de-la-realpolitik-au-moyen-orient-89817

    Où Filiu se désespère (à nouveau) du prétendu retour à la « realpolitik » de la France sous Macron (alors que, attention tiens-toi bien : « La morale est bel et bien une arme stratégique pour la France »). Après l’exemple de la France travaillant avec Saddam Hussein, il évoque évidemment la Syrie, puis l’Égypte de Sissi. Et même une évocation des récentes manifestations en Iran comme-ça-en-passant :

    La crise en cours en Iran prouve pourtant que les populations ne sauraient durablement être exclues des équations géopolitiques.

    Et là, je plisse les yeux, je lance un rechercher-dans-le-texte… Et non : pas un mot sur les ventes d’armes françaises à l’Arabie séoudite et la guerre au Yémen. J’insiste : je ne relève pas ça pour détourner des autres crimes, mais pour faire remarquer qu’un texte qui dénonce l’hypocrisie d’un « retour » de la realpolitik (qui consisterait à travailler avec des régimes autoritaires qui massacrent des gens, en abandonnant ainsi la posture morale qui nous vaudrait l’admiration des peuples du monde), parvient à ne pas dire un mot de l’un de nos plus gros clients : l’Arabie séoudite.

    Lire par exemple : Comment la France participe à la guerre contre le Yémen (Warda Mohamed & Tony Fortin, septembre 2017) :
    http://orientxxi.info/magazine/comment-la-france-participe-a-la-guerre-contre-le-yemen,1990

    La France ne vend pas d’armes au régime syrien, ni à ma connaissance à l’Iran, mais Filiu cite ces pays dans sa dénonciation de l’indigne realpolitik française, mais rien sur l’un de nos plus gros clients, l’Arabie séoudite, qui utilise pourtant ces armes françaises pour détruire le Yémen ?

    Yep, ça marche comme ça.