person:satoshi nakamoto

  • What We Can Learn from Crypto’s Anti-Hero
    https://hackernoon.com/what-we-can-learn-from-cryptos-anti-hero-302f6346c524?source=rss----3a81

    Reckoning with the talented and terrible Timothy May, the original crypto anarchist“The house of Cypherpunks has many rooms.”–Timothy MayLast month, Timothy May, the incendiary co-founder of the Cypherpunks mailing list and author of the Crypto Anarchist Manifesto, died, leaving behind a complicated legacy for the cryptosphere.May kickstarted the Cypherpunk movement in the late 1980s, clearing the ground for the crypto surge today. The Cypherpunks mailing list was a forum for cryptographic pioneers like Adam Back (hashcash) and Nick Szabo (smart contracts) to talk shop, and it laid out many of the functions and protocols that would underlie Satoshi Nakamoto’s #bitcoin solution in 2008.But in later years, May alienated himself from the community and close allies. His bigoted comments and (...)

    #cryptocurrency #technology #hackernoon-top-story #blockchain


  • #bitcoin — a decade of disruption, distribution, digitization, decentralization and decimation
    https://hackernoon.com/bitcoin-a-decade-of-disruption-distribution-digitization-decentralizatio

    Bitcoin — a decade of disruption, distribution, digitization, decentralization and decimationJourney from an abstract concept to being the world’s largest CryptocurrencyInWara provides research on ICO and STO projects. In addition to ICOs/STOs, we provide research on Crypto exchanges and their security, private blockchain companies, Hedge Fund, VC, HNI and angel investments in the Blockchain industry and Mergers/Acquisitions in the space.Disclaimer: this is not financial advice. For more details visit terms and conditions.Download 40-page ICO landscape Annual Report 2018Bitcoin came into existence as a disruptive technology that could potentially transform the way people choose to transact globally. It’s been 10 years since Satoshi Nakamoto and Martti Malmithe, two of the very first (...)

    #bitcoin-disruption #bitcoin-distribution #bitcoin-decimation #bitcoin-decade


  • #bitcoin’s Biggest Hack In History: 184.4 Billion Bitcoin from Thin Air
    https://hackernoon.com/bitcoins-biggest-hack-in-history-184-4-ded46310d4ef?source=rss----3a8144

    Bitcoin’s Biggest Hack In History: 184.4 Billion Bitcoin from Thin Air; Satoshi Hard Forks, Saves BitcoinOn Aug. 15 2010, an unknown hacker nearly destroyed Bitcoin. The hacker generated 184.467 billion Bitcoin out of thin air in what has become known as the Value Overflow Incident.Satoshi Nakamoto quickly hard forked the blockchain to remove the 184.467 billion Bitcoins, which is the only thing that saved Bitcoin from dying an early death that day.Essentially, the code for checking Bitcoin transactions did not work if outputs were so large that they overflowed when summed, and a hacker figured this out and took advantage of it. There is supposed to be a fixed maximum supply of 21 million Bitcoin, but the hacker, in a single transaction, created 8,784 times more Bitcoins than ever should  (...)

    #bitcoin-hack #bitcoin-hacking #value-overflow-incident #bitcoin-biggest-hack


  • A #cryptocurrency Freedom Manifesto — Is it Too Late for #bitcoin?
    https://hackernoon.com/a-crytpocurrency-freedom-manifesto-is-it-too-late-8934fd0ff055?source=rs

    A lot has happened since Satoshi Nakamoto introduced Bitcoin in a white paper in 2008 following the financial crisis. Part of his motivation at the time was to have an electronic based currency that no one government or central bank or institution had control over.Since then, through numerous busts and boom cycles, even leading to the major run up in prices and ICOs in 2017 to the crash of 2018, the crypto world has lost some of that idealism, and the governments have significantly started to encroach on this idealized vision.It’s not the fault of the pioneers or the technologists, but at first the venture capitalists and then later the wall street types converging on #blockchain and the tokens. As the amount of money poured into, made, and lost in this space has gotten larger, (...)

    #investment #freedom-of-speech


  • 21 Hot #cryptocurrency Apps for 2019
    https://hackernoon.com/top-hot-list-cryptocurrency-apps-for-2019-f1e06308dec0?source=rss----3a8

    Crypto-currencies are virtual, private currencies that allow their holders to purchase certain types of goods or services without having a bank account.The first crypto-currencies were created as soon as the advent of the Internet but their use only developed with the #bitcoin, designed by Satoshi Nakamoto in 2009. Bitcoin records every minute nearly 80 transactions in the world. Nevertheless, this figure remains far from the number of transactions made with Visa and Mastercard payment cards, of the order of 100,000 transactions per minute each.The crypto-active ecosystem is increasingly attracting public scrutiny as to how their use can be diverted. Anonymity guaranteed by the absence of an account would encourage practices related to money laundering or other criminal activities such (...)

    #cryptocurrency-apps #card-payment #online


  • #bitcoin Cash Technical Analysis
    https://hackernoon.com/bitcoin-cash-technical-analysis-c94f3aa5ea39?source=rss----3a8144eabfe3-

    Bitcoin Cash recently caused a stir due to the hash-war between self-proclaimed Satoshi Nakamoto Craig Wright and Roger Ver, the owner of the domain Bitcoin.com. After the hard-fork on 15th November, there are two chains left for Bitcoin Cash: Bitcoin Cash ABC and Bitcoin SV. Without further ado, let’s have a look at both chains from a technical point of view.BCH/BTC WEEKLY CHARTBitcoin Cash reached its peak in the first day of its launch on first August 2017 with being valued at 0.48697 BTC per 1 BCH. Since then, Bitcoin Cash is in a continuous downward spiral, losing 94.15 percent to date.BCH/BTC DAILY CHARTThe chart indicates no trend reversal, In fact, the enormous increase in volume during the recent 70.83 percent decline is a very bearish sign and indicates that large amounts of (...)

    #cryptocurrency #crypto #market #bitcoincash


  • #decentralization on the Blockchain Is a Pipe Dream
    https://hackernoon.com/decentralization-on-the-blockchain-is-a-pipe-dream-47ded5b75c31?source=r

    And here is how to make it a reality>> This article is for informational purposes only and is not financial advice. The information does not constitute investment advice or an offer to invest.What makes #crypto so great?There are many possible answers to that question, but I think most of you would say ‘decentralization.’Since the beginning, when Satoshi Nakamoto first published his groundbreaking Bitcoin whitepaper, decentralization, along with anonymity and security, have been cornerstones of the cryptocurrency value proposition.But sentiment may be changing. Many argue that, instead of helping crypto, decentralization is holding the sector back, relegating it to the fringes of finance and slowing mass adoption.Money talks. And when it comes to money, people like protection. We like (...)

    #venture-capital #investing #fundraising


  • Lessons from 2008: Can #blockchain Pioneers Avoid Repeating the Mistakes of the Past?
    https://hackernoon.com/lessons-from-2008-can-blockchain-pioneers-avoid-repeating-the-mistakes-o

    And so the creator carved unto the block of genesis, a reminder to those who would come after.“Chancellor on brink of second bailout for banks.”These were the first words inscribed onto the first block, of the very first blockchain. Satoshi Nakamoto, the creator of Bitcoin, did not choose these words lightly. Even then, I think they knew of the historical significance of that “genesis block”. Even then, they knew that their technology could fundamentally change the way we approach transactions.For Satoshi, “Eat Out from £5” was a close runner up.In the aftermath of the 2008 financial crash, public confidence in the capital markets plummeted even further as the government poured billions into the “bailout”. By then, it was already clear to investors that the credit-ratings couldn’t be trusted, the (...)

    #blockchain-pioneers #financial-institutions #blockchain-innovators #economics



  • How #blockchain can transform the world (part 1)
    https://hackernoon.com/how-blockchain-can-transform-the-world-part-1-bff2ce1a05b8?source=rss---

    “Bitcoin, #ethereum,altcoins, ICO’s, moon, tokens, miners, state regulation etc”Too many buzz words.We got really entertained in the last 1 year but we still don’t understand how they matter to us in the long run and how they can transform the world.Definitions:Blockchain:(wiki)Blockchain was invented by Satoshi Nakamoto in 2008 to serve as the public transaction ledger of the bitcoin.It is a continuously growing list of records, called blocks, which are linked and secured using cryptography. Each block typically contains a cryptographic hash of the previous block, a timestamp, and transaction data. By design, a blockchain is resistant to modification of the data“Blockchains are trust machines”The invention of the blockchain for #bitcoin made it the first digital currency to solve the (...)

    #dating #gaming


  • The Missing #blockchain User Guide
    https://hackernoon.com/the-missing-blockchain-user-guide-1b5f53ab69e0?source=rss----3a8144eabfe

    It would have cost $78,887.25 to store just 3 x 1 MB pictures on the Ethereum blockchain recently..The key lesson from Satoshi Nakamoto, the anonymous creator of Bitcoin, is how an incentive system can be designed which can motivate various participants to work in a mutually beneficial way. Blockchain is a building block for such game theory-driven systems, however, it does not have universal applicability and needs to be used only as a state transfer machine or where full transparency is needed. This post dives deep into debunking the “magic” of blockchain, and puts it forward as an extension of time-series databases, as a way to manage and maintain trust.IntroductionI am Prometheus. I am anonymous, so what I am saying must be magical ? :)Well, heck no. I am just one of the thousands of (...)

    #missing-blockchain #blockchain-recap #airbnb-on-a-blockchain #blockchain-user-guide


  • What On Earth Is Going On With Bitcoin ? - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/business/archive/2017/11/bitcoin-delusion-conquer-world/547187

    Un article assez clair sur le Bitcoin

    A bar of gold. A disk of iron. A chain of beads. A card of plastic. A slip of cotton-linen paper. These things are worthless. One cannot eat them, or drink them, or use them as a blanket. But they are valuable, too. Their value comes from the simplest thing. People believe they are money, and so they are.

    If every currency is a consensual delusion, then bitcoin, a digital cryptocurrency that changes hands over the internet, feels more like a consensual hallucination on psychedelic drugs. The concept of bitcoin was born in a detailed white paper published in late 2008 by a pseudonymous “Satoshi Nakamoto.” By 2013, one bitcoin was worth $12. As of this writing, it’s worth more than $10,000. Its value has doubled in the last two months alone. For any currency’s value to increase by 100 percent in eight weeks is, to use a technical term, bonkers. If the Japanese yen or American dollar did the same, their economies would plunge into an infernal deflationary spiral.

    #Bitcoin #Monnaies_numériques #Inflation #Spéculation



  • Blockchains Use Massive Amounts of Energy—But There’s a Plan to Fix That - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/s/609480/bitcoin-uses-massive-amounts-of-energybut-theres-a-plan-to-fix-it

    Bitcoin guzzles about as much electricity annually as all of Nigeria. Ethereum gulps electrons too, as do most other cryptocurrencies.

    Blockchains get a lot of love, but they are only shared sets of data. What brings cryptocurrencies like Bitcoin and Ethereum to life is the way all the computers in their networks agree, over and over, that what a blockchain says is true. To do this, they use an algorithm called a consensus mechanism. You’ve probably heard it called “mining.” (See: “What Bitcoin Is, and Why It Matters”)

    Cryptocurrency miners do much more than unlock new coins. In the process, they check the blockchain to make sure people aren’t spending coins fraudulently, and they add new lists of transactions—the blocks—to the chain. It’s the second step, meant to secure the blockchain from attacks, that guzzles electricity.

    Ultimately, the miners must transform each list of most recent transactions into a digital signature that can serve as proof that the information is true. All miners can do this, using a cryptographic tool that takes any input and spits out a string of seemingly random characters. But Bitcoin’s creator, Satoshi Nakamoto, made this part particularly difficult.

    This expends an immense amount of energy, signaling to the rest of the network that a miner’s accounting can be trusted.

    But while this particular method of reaching agreement—known as “proof of work”—is the most established, it isn’t the only one. A growing number of technologists are exploring different avenues, and some smaller cryptocurrencies already employ alternative means.

    The one in the best position to supplant proof of work is called “proof of stake.”

    #Monnaie_numérique #Bitcoin #Energie


  • L’électricité des crypto-monnaies Blogs Pour la Science - scilogs. - 18.10.2017 - Jean-Paul Delahaye
    http://www.scilogs.fr/complexites/lelectricite-crypto-monnaies

    Le fonctionnement des principales crypto-monnaies provoque une dépense électrique considérable. Quelles conséquences pour leur avenir ?
    . . . . .
    Le coût électrique du réseau
    Un point est cependant gravement inquiétant : le réseau informatique qui permet le fonctionnement des échanges de bitcoins et leur sécurisation brûle une quantité importante d’énergie électrique. Elle est évaluée par le site spécialisé Digiconomist à 21 TWh (16-10-2017) par an, ce qui est correspond à la dépense électrique annuelle de plus 1,94 million de foyers américains, ou encore à 0,10 % de toute la production électrique mondiale.

    Cette quantité d’énergie brûlée par le réseau est appelée prochainement à croître. Un raisonnement économique simple que nous allons détailler plus loin montre en effet que la dépense électrique du réseau est proportionnelle au cours du bitcoin avec un délai d’ajustement de plusieurs mois pour que les investissements de rattrapage se mettent en place quand le cours augmente (une sorte d’inertie). Comme le cours du bitcoin a récemment beaucoup progressé  il a été multiplié par plus de 8 en un an , l’ajustement de consommation lié au cours actuel n’a pas totalement eu lieu et se fera en multipliant la consommation électrique du réseau actuelle par deux au moins dans les prochains mois. C’est une certitude... sauf si le cours du bitcoin s’écroule.

    On aboutira alors à une consommation du réseau informatique du bitcoin d’au moins 40 TWh par an, équivalente à celle d’un pays comme le Pérou ou la Nouvelle Zélande ou encore à presque 10% de la dépense électrique Française qui a été de 468 TWh en 2015.
    Aujourd’hui 16-10-2017 le bitcoin dépense 21,03 TWh. (Digiconomist).

    En 2015, la Suisse a dépensé 62,1 TWh, le Portugal 49,8 TWh, la France 468,4 , le Pérou 42,9, la Nouvelles-Zélande 41,4. International Energy Agency Energy Statistics 2017 page 60 et suivantes


    Les optimistes et les pessimistes
    Les évaluations que j’ai mentionnées sont approximatives car il est impossible de savoir dans le détail qui dépense de l’électricité et combien pour l’extraction de nouveaux bitcoins. Voir l’annexe 2 plus bas qui explique les difficultés de cette évaluation.

    Deux camps s’affrontent pour cette évaluation. Il y a d’une part un camp peut-être un peu pessimiste qui arrivent aux chiffres élevés que je mentionne. Le site internet Digiconomist est le plus sérieux représentant de ce camp qui exprime une inquiétude et finalement de la méfiance vis-à-vis des crypto-monnaies dont l’empreinte écologique semble déraisonnable. Un autre camp plus optimiste arrive à des chiffres en gros deux fois plus faibles. Son représentant le plus précis est Marc Bevand. Quels que soient les bons chiffres, il est certain qu’il y a une dépense importante d’électricité, qui même en considérant les évaluations des optimistes établit que le fonctionnement du réseau bitcoin brûlera bientôt l’équivalent d’au moins 5% de la dépense électrique de la France, et que cette dépense ira en croissant si l’intérêt pour les crypto-monnaies de type bitcoin se confirme et que leurs cours montent ! En prenant en compte les autres monnaies cryptographiques analogues au bitcoin, il faut doubler l’évaluation optimiste et donc c’est bien au minimum l’équivalent de 10% de la production française que les monnaies cryptographiques vont consommer... en attendant bien plus.

    Le raisonnement qui prouve l’inévitable dépense
    Pour inciter à ce que des acteurs participent à la gestion et à la surveillance du réseau bitcoin — c’est ce qui permet son fonctionnement sans autorité centrale de contrôle —, un système de rémunération a été prévu dès sa conception en 2008 par le mystérieux Satoshi Nakamoto. La rémunération des nœuds du réseau qui le font fonctionner est faite en leur attribuant de nouveaux bitcoins créés périodiquement selon un programme fixé une fois pour toutes : 12,5 bitcoins sont émis toutes les 10 minutes. Ces nouveaux bitcoins ainsi que des commissions liées aux transactions (environ 1 bitcoin le 16-10-2017) qui s’ajoutent aux 12,5 bitcoins ne sont pas répartis entre tous les nœuds mais attribués à un seul nœud du réseau à la suite d’une compétition entre eux. Le concours consiste à résoudre un problème de nature mathématique. Le problème est tel qu’on a d’autant plus de chances de le résoudre en premier — donc de gagner les 12,5 bitcoins émis et les commissions liées aux transactions — qu’on est capable de calculer rapidement une fonction dénommée SHA256. Ceux qui participent à ce concours sont dénommés « les mineurs », par analogie avec les mineurs dans une mine d’or. Ils souhaitent bien sûr augmenter leur probabilité de gagner et se sont donc trouvés pris dans une course, chacun essayant d’avoir une capacité à calculer la fonction SHA256 aussi grande possible, représentant un pourcentage aussi grand que possible de la capacité totale du réseau, puisque c’est ce pourcentage qui fixe leurs revenus.
    Dans un premier temps les calculs de la compétition se faisaient en utilisant des machines courantes et même sur des ordinateurs de bureau ou de cartable. Certains participants ont rapidement compris que les cartes graphiques étaient plus efficaces, c’est-à-dire dépensaient moins d’électricité pour calculer la fonction SHA256. Ils les ont donc utilisés massivement. Rapidement encore, un second pas a été franchi en concevant et en fabriquant des puces spécialisées ASIC (Application-specific integrated circuit) qui calculent la fonction SHA256 et ne font rien d’autre. Aujourd’hui, ceux qui participent à la course au calcul du SHA256 ne sont compétitifs qu’en utilisant de telles puces ASIC qui sont fabriquées par millions et sont perfectionnées d’année en année. Le minage de bitcoins est devenu une industrie, d’ailleurs à 80% localisée en Chine.

    La puissance totale du réseau mesurée par sa capacité à calculer des SHA256 est aujourd’hui colossale. Dix milliards de milliards de calculs de SHA256 (16-10-2017) sont effectués chaque seconde environ (voir ici). Le coût électrique de ce fonctionnement est bien sûr important et à moyen terme  c’est-à-dire en quelques mois  il s’égalise avec un certain pourcentage de la valeur des bitcoins émis et des commissions associées aux transactions.

    Le raisonnement justifiant cette affirmation est simple : lorsque les coûts des systèmes de minage sont supérieurs à ce qu’ils rapportent on cesse de les utiliser ; lorsqu’on sait en faire dont le coût de fonctionnement est inférieur à ce qu’ils font gagner, de nouvelles "mines à bitcoins" se créent puisqu’il y a de l’argent à gagner. La logique de ce système est comparable à celle de l’exploitation des mines d’or : lorsque le cours de l’or baisse, certaines mines d’or ne sont plus rentables, on les ferme ; lorsque le cours monte, des gisements inexploités deviennent intéressants et on y ouvre de nouvelles mines, en même temps que certaines mines qui avaient été fermées sont remises en exploitation. Ces ajustements ne sont pas immédiats, mais en quelques mois par l’implacable logique économique de la recherche du profit se produit un nouvel équilibre entre le coût d’extraction et les gains qu’on en tire.

    Le coût électrique n’est pas le seul coût de la course au calcul de la fonction SHA256 car il faut acheter les puces spécialisées, mettre en place les mines à bitcoins qui sont aujourd’hui de véritables usines composés de plusieurs bâtiments et employant des ouvriers et techniciens par dizaines. On évalue que la consommation électrique représente un pourcentage assez stable du coût de fonctionnement et d’amortissement de ces mines numériques de l’ordre de 50 %. Et donc que l’électricité dépensée est après égalisation entre le coût et le gain (comme pour les mines d’or) de l’ordre de 50% de ce que rapportent les bitcoins créés et les commissions.

    Les optimistes et les pessimistes se disputent principalement sur ce pourcentage difficile à évaluer. C’est d’ailleurs le désaccord sur sa valeur qui explique pour l’essentiel les chiffres contradictoires obtenus entre les deux camps : les optimistes utilisent la valeur 30% ou moins, les pessimistes utilisent 60%, parfois plus. Au final entre les optimistes et les pessimistes on a donc un résultat variant du simple au double, comme nous l’avons déjà indiqué.

    Mais quelle que soit la valeur retenue, il résulte de cette implacable logique économique que plus le cours du bitcoin est élevé plus il y a d’électricité dépensée par ceux qui veulent s’approprier les bitcoins émis et les commissions associées aux transactions. Pour des raisons économiques incontournables, la dépense électrique du réseau bitcoin est donc proportionnelle au cours du bitcoin. Si le bitcoin prend de la valeur, le coût électrique du fonctionnement de son réseau augmente proportionnellement dans les mois qui suivent. De même d’ailleurs s’il baisse, le coût électrique baisse.

    Précision pour être complet que ce raisonnement n’est valable que pendant les périodes où l’émission de nouveaux bitcoins est stable. Or le protocole d’émission des bitcoins, fixé en 2008, a prévu que cette émission est divisée par deux tous les quatre ans. Elle a été divisée par deux le 9 juillet 2016 (passage de 25 à 12,5), elle le sera en 2020 et passera de 12,5 à 6,25 bitcoins par tranche de 10 minutes. Il faudrait donc intégrer dans les prévisions à long terme de la dépense électrique du réseau une division par deux de la dépense électrique une fois tous les quatre ans. Cependant, il faudrait aussi intégrer dans ce calcul la prise en compte des commissions associées aux transactions qui viennent s’ajouter aux bitcoins émis par le protocole et contribuent aussi à la rémunération des mineurs. Ces commissions évoluent de manière complexe, mais en gros elles augmentent en même temps que la valeur du bitcoin. Elles ont d’ailleurs été introduites par Nakamoto pour compenser la division par deux tous les quatre ans et faire qu’il y ait toujours des gens intéressés pour surveiller et faire fonctionner le réseau. On peut accepter l’hypothèse qu’en première approximation ce qu’a prévu Nakamoto se produira, ce qui signifie que dans les prévisions de dépenses électriques futures, on peut ne pas prendre en compte la division par deux tous les quatre ans, compensée par le système des commissions. Au final, on doit donc considérer qu’en ordre de grandeur, 50% des gains des mineurs sont dépensés annuellement en électricité et que cela représente et continuera de représenter 50% de la valeur des bitcoins émis annuellement aujourd’hui, c’est-à-dire 657 000 bitcoins.

    Contrôle direct des calculs mentionnés plus haut.
    Supposons un coût de 0,05 $ par KWh (utilisé par Digiconomist) et un cours de 5000 $ par bitcoin. Cela donne 657000*5000 $ = 3 285 000 000 $ par an de rémunération pour les mineurs. Il leur correspond les quantités d’électricité suivantes selon qu’on est pessimiste, optimiste ou entre les deux :
    Avec 60% [(657000*5000)/(0,05)]0,30 = 39,42 TWh par an
    Avec 30% [(657000*5000)/(0,05)]*0,30 = 19,71 TWh par an
    Avec 50% [(657000*5000)/(0,05)]*0,50 = 32,85 TWh par an

    Ce calcul retrouve à très peu près les 40 TWh par an cités plus haut comme coût électrique annuel actuel du bitcoin dans sa version pessimiste, et les 20 TWh de la version optimiste.

    Avenir impossible *
    Venons-en à l’anticipation de ce qui pourrait se produire si les objectifs des défenseurs du bitcoin étaient atteints : égaler le dollars ou l’euro.
    Aujourd’hui (16-10-2017) la valeur de tous les bitcoins en circulation est d’environ 95 milliards de dollars. C’est une forme d’argent liquide numérique. Il n’est donc pas absurde de comparer cette valeur à la valeur de tous les billets en dollars en circulation qui d’après la FED est de 1500 milliards de dollars (chiffres de décembre 2016). Pour l’euro, on a des chiffres du même ordre de grandeur. Il y a donc 16 fois plus de dollars sous forme de billets qui circulent que de dollars sous forme de bitcoins. Si le volume des bitcoins en circulation devenait en valeur équivalent aux dollars circulant sous forme de billets, il faudrait donc que son cours soit multiplié par 16. En effet les bitcoins émis représente 80% des bitcoins qui seront émis quand les 21 millions prévus par Nakamoto auront été émis. Seule l’augmentation de leur valeur unitaire du bitcoin peut amener à ce que leur total s’approche en valeur du total des billets en dollars en circulation. Une telle multiplication par 16 de la valeur des bitcoins (ou par 13 si on veut prendre en compte les 20% de bitcoins non émis) est en principe tout à fait possible puisqu’une augmentation supérieure du cours vient de se produire ces 2 dernières années.

    Cette multiplication par 16 conduirait la dépense électrique du réseau bitcoins à 320 TWh par an pour les optimistes et à 640 TWh par an pour les pessimistes, c’est-à-dire en ordre de grandeur à la consommation électrique française annuelle.

    Insistons sur le fait que le lien entre l’augmentation de la dépense en électricité et le cours du bitcoin est de nature économique et donc quasiment automatique si on ne change pas fondamentalement le protocole de fonctionnement de la monnaie cryptographique. Rien ne pourra l’arrêter sans une volonté déterminée, soit de la communauté qui en a collectivement le pouvoir mais dont ce n’est pas l’intérêt, soit des États en imposant un contrôle ou en interdisant ce type de mécanisme numérique et économique diabolique.
    . . . . .
    Quand on parle des bitcoins en circulation, qu’on les évalue à 16 millions environ et qu’on dit qu’il n’y en aura jamais plus de 21 millions parce que c’est dans le protocole de départ qu’on ne changera pas, on oublie que certains bitcoins sont perdus, car ils sont sur des comptes dont les clés ont été oubliées. Sauf à casser le système de signature utilisé par bitcoin (ECDSA, à base de courbes elliptiques), ces bitcoins perdus le sont définitivement : personne, jamais ne pourra plus les utiliser, ils sont exactement comme des billets de cent dollars qu’on aurait jetés dans un feu. Il est impossible d’évaluer précisément combien de bitcoins ont ainsi été anéantis, mais il se peut qu’ils soient assez nombreux car au début quand le bitcoin ne valait rien, on n’était pas très attentif et on se moquait d’en perdre. On en a perdu aussi à cause de pannes de disque dur, de vieilles machines jetées sans faire attention, de maladresse dans la manipulation des clefs. Si par exemple 1/3 des bitcoins émis a été perdu, il faut pour atteindre M0 ou M1 avec la valeur de ceux restants, reprendre les évaluations de l’électricité nécessaire et les augmenter de 50%. Je vous laisse faire les calculs.

    Et maintenant une remarque en faveur des optimistes. Nous avons été peut-être un peu simplificateur avec la division d’émission par un facteur deux tous les quatre ans (appelée "halving"). Nous avons supposé que les commissions associées aux transactions compensaient ces pertes de revenus pour les mineurs, ce dont personne aujourd’hui ne peut vraiment être certain. Si ce n’était pas le cas et que les commissions deviennent négligeables (hypothèse extrême en faveur des optimistes) alors l’énergie électrique nécessaire pour atteindre M0 ou M1 est plus faible que celle calculée et dépend maintenant de la date où on envisage d’atteindre ces buts. Si on veut les atteindre d’ici 2 ans pas de changement (car le prochain halving est dans plus de deux ans), si on veut les atteindre d’ici 6 ans, il faut opérer une division par deux des consommations annoncées, si on veut les atteindre d’ici 10 ans, il faut opérer une division par 4 des résultats annoncés, et ainsi de suite avec les couples :
    6 ans/facteur 2 ; 10 ans/facteur 4 ; 14 ans/facteur 8 ; 18 ans/facteur 16 ; 22 ans/facteur 16 ; 26 ans facteur 32 ; 30 ans facteur 64 ; ....

    On arrivera peut-être à des consommations électriques acceptables en attendant plusieurs dizaines d’années, mais est-il raisonnable vraiment de croire que les commissions resteront négligeables, puisque sur le long terme ce sont elles et elles seules qui assurent la rémunération des mineurs.

    Cette vision optimiste n’est pas envisageable pour ethereum puisque le système d’émission des ethers est constant (sans jamais de division par deux). Et cette différence entre les bitcoins et les ethers est une nouvelle source d’inquiétude pour les bitcoins, puisque quand le revenu sera devenu plus intéressant en ethers qu’en bitcoin, les mineurs risquent d’abandonner les bitcoins pour les éthers et le réseau bitcoin s’en trouver gravement fragilisé.
    . . . . .
    En conclusion, l’idée de la blockchain est, sans aucun doute, très bonne lorsqu’on la met en œuvre en renonçant à certaines caractéristiques de la blockchain du bitcoin et par exemple en adoptant l’idée d’une blockchain privée qui n’a pas besoin de méthode d’incitation. C’est la volonté d’avoir un système protégé par la mise d’une quantité colossale de calculs dans le registre des comptes (et donc d’électricité) pour le rendre infalsifiable qui est à l’origine du problème. Malheureusement, cette solidité presque parfaite a un prix qui est l’impossibilité de croissance du cours autorisant le bitcoin un jour à devenir un concurrent véritable du dollar ou de l’euro.

    Entre les systèmes à blockchains privées simples et électriquement viables, et les systèmes à blockchains publiques, totalement décentralisés, ouvertes, anonymes, et disposant d’une configuration extensible des nœuds qui eux semblent absurdes et finalement condamnés par avance, il faut choisir ou inventer des systèmes intermédiaires. Pour donner naissance à une nouvelle monnaie internationale, il sera nécessaire de renoncer à certaines propriétés de la monnaie mise en marche par le génial Nakamoto.

    #Bitcoin #énergie #blockchain #Cryptographie #monnaie cryptographique #electricité #Nakamoto #dollar #euro #monaie



  • À quoi peut bien servir la #chaîne_de_blocs ?

    Tous les jours, plusieurs articles apparaissent dans les médias pour expliquer que la chaîne de blocs (#blockchain dans la langue de Satoshi Nakamoto) va résoudre encore un nouveau problème. Pour le non-spécialiste, il n’est pas évident de faire la part du réel et du fantasme dans toutes ces applications de la chaîne de blocs. C’est en pensant à ce non-spécialiste que j’ai écrit cet article : peu ou pas de technique, juste une exploration des choses où la chaîne de blocs est vraiment utile, par rapport à celles où elle n’a pas d’intérêt.

    http://www.bortzmeyer.org/a-quoi-sert-blockchain.html

    [Non, je ne propose pas de remplacer SeenThis par une chaîne de blocs.]


  • #Bitcoin, existentialisme (et rock’n’roll ?)
    https://reflets.info/bitcoin-existentialisme-et-rocknroll

    Depuis ce matin, l’Internet Numérique™ est le théâtre d’une comédie technico-dramatique dont il la le secret. À quel sujet ? Bitcoin, what else ? Dramatis Personae En effet, la BBC, The Economist et le magazine GQ nous apprenaient, de concert et à l’heure où blanchit la campagne, que l’identité de Satoshi Nakamoto, le mystérieux créateur […]

    #On_s'en_fout #Technos #Crypto


  • Creator of Bitcoin digital cash reveals identity
    http://www.bbc.com/news/technology-36168863

    Australian entrepreneur Craig Wright has publicly identified himself as Bitcoin creator Satoshi Nakamoto.

    [...]

    At the meeting with the BBC, Mr Wright digitally signed messages using cryptographic keys created during the early days of Bitcoin’s development. The keys are inextricably linked to blocks of bitcoins known to have been created or “mined” by Satoshi Nakamoto.

    [...]

    Soon after these stories were published, authorities in Australia raided the home of Mr Wright. The Australian Taxation Office said the raid was linked to a long-running investigation into tax payments rather than Bitcoin.

    [...]

    “I would rather not do it,” he said. “I want to work, I want to keep doing what I want to do. I don’t want money. I don’t want fame. I don’t want adoration. I just want to be left alone.”

    Information à prendre avec précaution (comme à chaque fois...), mais ce coup-ci il semble en apporter la preuve. Sans compter qu’il était déjà dans la short list des inventeurs envisagés.

    #Bitcoin #Blockchain #Craig_Wright #Crypto-monnaie #Cryptographie #Satoshi_Nakamoto


  • Bitcoin : Satoshi Nakamoto = Craig Steven Wright ?

    (& Dave Kleiman, mais ce dernier est décédé en 2013)

    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/12/09/le-fondateur-du-bitcoin-enfin-demasque_4827912_4408996.html

    M. Wright, universitaire et entrepreneur australien, est a minima impliqué de très près dans la création de cette monnaie électronique anonyme.

    [...]

    Wired révèle la transcription d’une réunion avec ses avocats, au cours de laquelle M. Wright aurait lancé : « j’ai fait de mon mieux pour cacher le fait que je gère bitcoin depuis 2009. Mais avec tout ça je pense que la moitié de la planète va finir par le savoir »

    [...]

    « Malgré ce trésor massif de preuves, nous ne pouvons toujours pas dire avec une certitude absolue que le mystère est levé », souligne Wired. « Tout cela pourrait être un hoax élaboré – peut-être même par Wright lui-même », poursuit le magazine, qui se demande également si Wright pourrait être à l’origine de ces fuites, afin de « se dévoiler petit à petit comme le créateur du bitcoin ».

    Mmouais.

    Wired :

    http://www.wired.com/2015/12/bitcoins-creator-satoshi-nakamoto-is-probably-this-unknown-australian-genius

    Either Wright invented bitcoin, or he’s a brilliant hoaxer who very badly wants us to believe he did.

    Gizmodo :

    http://gizmodo.com/this-australian-says-he-and-his-dead-friend-invented-bi-1746958692?rev=1449

    Vidéo dans laquelle apparait et parle Craig Steven Wright, la personne qui prétend être Satoshi Nakamoto :

    https://www.youtube.com/watch?v=LdvQTwjVmrE

    #bitcoin


  • The Rise and Rise of Bitcoin (2014 Documentary)

    Remarkably good 1h30 documentary explaining what it means, the history, use, and future of #Bitcoin, going over it though may different angles, including its use for purchasing illegal stuff and attempts to regulate it like a real bank, or simply hunt it down.

    http://bitcoindoc.com

    Trailer:
    https://www.youtube.com/watch?v=-H6QuIv8OSI

    #Silkroad
    #cryptocurrency
    Satoshi Nakamoto
    Gavin Andresen
    Mike Hearn
    Charlie Shrem, BitInstant
    Jared Kenna, Ryan Singer, Tradehill
    Mike Caldwell, Casascius Coins
    Vitalik Buterin
    Erik Voorhees, Coinapult, StashiDice
    #mt.gox
    #FinCEN
    Avalon ASIC


  • La société de confiance est (presque) pour demain
    http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-132262-la-societe-de-confiance-est-presque-pour-demain-1113554.php

    La Blockchain favorise l’émergence d’une société peer to peer. Notre système représentatif est-il à bout de souffle ? Sommes-nous malades de la défiance ? Comment recréer du commun dans des sociétés atomisées ?

    Attention, c’est pas de la confiance ça. La blockchain c’est justement une solution technique pour ne plus avoir à se faire confiance (dans un certain nombre de contextes s’entend). C’est même ce que disait Satoshi Nakamoto, à l’origine du Bitcoin et de la blockchain, en conclusion de son papier : « We have proposed a system for electronic transactions without relying on trust. »

    Pour autant, les applications possibles que compile l’article sont tout à fait envisageables et on peut en discuter, mais il ne faudrait pas penser que c’est la consécration de la confiance. Au contraire, c’est son enterrement. Ce dont on peut aussi discuter, c’est de l’organisation de la confiance et de savoir si elle est toujours souhaitable (et dont l’alternative serait la transparence donc).

    Enfin, ce que je trouve le plus intéressant ici, c’est de trouver ces articles et ces idées dans un journal comme Les Échos.

    #Biens_communs #Bitcoin #Blockchain #Confiance #Defiance #Numérique #Pair_à_pair #Politique


  • Satoshi Nakamoto, l’inventeur de #bitcoin, doxé ?
    Je lis sur le forum public de #Silk_Road (oui, j’ai de mauvaises fréquentations) que ses identifiants email seraient compromis... et en vente.
    En tout cas il semble bien que son compte sur le forum de la P2P Foundation le soit (puisque quelqu’un lui écrit avec son propre compte) :
    http://p2pfoundation.ning.com/forum/topics/bitcoin-open-source?commentId=2003008%3AComment%3A55276

    Dear Satoshi. Your dox, passwords and IP addresses are being sold on the darknet. Apparently you didn’t configure Tor properly and your IP leaked when you used your email account sometime in 2010. You are not safe. You need to get out of where you are as soon as possible before these people harm you. Thank you for inventing Bitcoin.

    À ce stade, ça peut-être uniquement son compte sur le forum. Ou bien même seulement le forum. Voire même pourquoi pas lui même.


  • BitShares et les entreprises autonomes
    http://france-bitcoin.net/2014/08/bitshares-et-les-entreprises-autonomes

    De ce léger recadrage conceptuel s’ensuit qu’il devient possible d’envisager des entreprises autonomes décentralisées (distributed autonomous corporation en anglais, d’où l’acronyme DAC que j’utiliserai parfois) qui rendraient d’autres services à leurs utilisateurs que le simple transfert de valeur. L’idée du concept de DAC a vu le jour lors de l’été 2013. Ses géniteurs, Stan et Dan Larimer, ont fondé l’entreprise Invictus Innovation Inc. afin de rendre réel leur vision et de faciliter la création d’une multitude de DACs.

    C’est difficile d’appréhender cette effervescence d’innovations construites sur la blockchain introduite par Satoshi Nakamoto.

    N’importe comment il est curieux de voir des modèles aussi ambitieux basés sur la cryptographie. Aussi sûrs soient-ils, et si je ne dis pas de bêtises, un algorithme de chiffrement est théoriquement toujours vulnérable. Donc il s’agit toujours de construire sur cette incertitude ou cette confiance dans les mathématiques.
    Et même si on fait depuis toujours et chaque jour « vitalement » confiance aux mathématiques, que ce soit quand on traverse un pont ou que l’on prenne l’avion, c’est toujours à titre individuel. Aucun accident n’est susceptibles d’avoir des conséquences sur les fondations de la société. Baser une société entière (car c’est le projet lattent derrière ces innovations ou propositions), donc un projet politique, sur la confiance en des algorithmes que l’on sait vulnérables (mais aux vulnérabilités à priori inexploitables) me semble autrement plus vertigineux.

    Mais la question c’est aussi à mon sens comment avoir un regard critique sur ces propositions sans être au moins un peu cryptologue.

    #BitShares #Bitcoin #Cryptographie #Distributed_autonomous_corporation #Entreprise #Innovation_disruptive #Numérique #Pair_à_pair #Satoshi_Nakamoto #Vote_électronique


  • Identité de Satoshi Sakamoto : Nick Szabo (encore) suspecté - Wall Street Journal
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/83389130528

    Nick Szabo, le créateur de la notion de smart contract, d’hypothétiques futurs “logiciels légaux” en mesure d’assurer de manière automatique les transactions entre deux individus ou organisations, figure depuis longtemps sur la liste des individus soupçonnés d’être le mystérieux Satoshi Nakamoto, inventeur du #bitcoin. Une étude réalisée par 40 étudiants et chercheurs de l’université Aston à Birmingham a étudié les écrits de 11 de ces “suspects” et a remarqué qu’ il existerait un ressemblance stylistique étonnante entre les écrits de Nick Szabo et le fameux “white paper” de Satoshi Nakamoto (.pdf), écrit en 2008, nous raconte un blog du Wall Street Journal, MoneyBeat. Selon Jack Grieve,”spécialiste de linguistique du Droit”, qui a dirigé cette étude : "Nick Szabo a-t-il créé le Bitcoin ? Nous n’en sommes pas sûrs, (...)

    #cryptographie