person:stéphane lavignotte

    • Ca entre en contradiction avec ce que dit le #PIR il me semble qu’illes soutennaient que l’homosexualité était une invention occidentale du XIXeme.

      L’affirmation « dans l’Islam le sexe n’était pas 1 péché » me semble un peu bizzare. L’Islam c’est quand meme assez vaste et varié, même au moyenn-age. Il y a peut etre des cultures musulmanes moins répressives que d’autres mais là on fait comme si l’Islam était un truc homogène plus progressif que les pratiques en Europe ( en Europe les rois, nobles et curés pouvaient très bien etre homo aussi et il y avait aussi des femmes travestis en soldats) et c’est quoi « le sexe n’est pas un péché » ? Pas de pécher d’adultère en Islam ? Pas de repression de la sexualité hors mariage ?

      Sinon il me semble que l’Europe utilisait aussi le système galien à la même époque, une théorie que je qualifierait pas de « lumineuse » mais plutot de profondément misogyne. La pathologisation de la sexualité féminine remonte à Hippocrate. Penser que le lesbiannisme est une démangeaison des petites et grandes lèvres ca conduit à l’excision, infibulation, viols « thérapeuthiques » et pas à une acceptation du lesbiannisme contrairement à ce que laisse entendre ce texte.

      Le texte précise que ces lesbiennes ont toutes finies mariées, donc violées car je pense pas que le texte parle de mariages homo. L’occultation de ces viols en série est quant même pas top top.

      #historicisation

    • J’apprécie ici la volonté de ne pas rester dans cette interprétation historiquement fausse et politiquement correcte des pratiques homosexuelles qui ont un seul visage, celui des LGBT occidentaux/ales.

      J’en profite pour poster ce truc, à défaut de retrouver les textes en question.

      Massad Joseph, Desiring Arabs
      https://journals.openedition.org/gss/2986

      Plus récemment, en France, une interview de Joseph Massad (Massad, 2013a) a été l’occasion d’un vif débat entre Philippe Colomb, Stephane Lavignotte (Colomb, Lavignotte, 2013) et l’auteur de Desiring Arabs (Massad, 2013b). Presque toutes les critiques se concentrent sur les attaques politiques contre ce que l’auteur appelle l’International gay, terme désignant l’ensemble des associations de défense des droits LGBT, des ONGs de défense des droits de l’Homme, et des scientifiques occidentaux engagés dans le soutien à ces causes (pour une critique plus nuancée à ce sujet voir : Lagrange, 2008, pp. 179-183).

      Les deux polémistes sont des « camarades » du temps que j’étais une imbécile et s’en sont bien pris dans leur gueule de libéraux occidentalo-centrés.


  • Partir de rien, exiger tout. Entretien avec Stéphane, Lavignotte, par Aude Lalande & Laure Vermeersch (automne 2017)
    http://www.vacarme.org/article3079.html

    Le community organizing recouvre à la fois des fédérations, une méthode et un champ théorique. Dès la fin des années 1930 aux États-Unis, à l’occasion de luttes urbaines, se gagnent les premières campagnes de revendications dans des milieux soumis à la misère et désabusés. Le courant a été ravivé par les luttes des années 1970 avec des militants comme Edward T. Chambers, John Baumannont, Wade Rathke ou César Chavez. Après avoir mobilisé les ghettos de Chicago, Saul Alinsky publiait en 1971 Être radical . « Partir de rien, exiger tout et en rabattre sur ses exigences pour remporter une victoire. » En France, l’Alliance citoyenne s’est constituée en 2015 à Grenoble autour de luttes comme celles de la scolarisation de jeunes migrants ou des mobilisations de quartier sur le relogement. Entretien avec Stéphane Lavignotte, un des initiateurs de l’Alliance citoyenne de Gennevilliers et d’Aubervilliers en région parisienne.

    #Localisme, #Community_organizing
    #Stéphane_Lavignotte



  • Les #religions sont-elles réactionnaires ?

    La question religieuse est pour la gauche comme pour la droite un sujet incontournable ! Voilà ce que démontre ici #Stéphane_Lavignotte, homme de foi – il est pasteur – et homme d’engagement.
    Dans les dîners de famille comme dans le débat politique, la question religieuse fait partie des sujets que l’on redoute car ils font rapidement monter le ton.
    Il s’agit pourtant pour la gauche d’un sujet incontournable. D’abord parce que ses adversaires, droite et extrême droite, en ont fait une arme politique et n’hésitent plus à se poser en défenseures de la #laïcité et de l’#identité_chrétienne de la France, soidisant menacées par l’#Islam. En plus parce qu’en interpellant les croyances les plus intimes des individus, la #religion ne prédispose pas à une approche rationnelle.
    Stéphane Lavignotte prend ici toute la mesure d’une compréhension nuancée du fait religieux. Oui, celui-ci est souvent porteur de #conservatisme voire d’#obscurantisme.
    Non, cela n’est pas une fatalité.


    http://www.editionstextuel.com/index.php?cat=020206&id=600&cle=religion
    #livre


  • EDITO - Je ne suis pas en guerre - Reporterre
    http://www.reporterre.net/EDITO-Je-ne-suis-pas-en-guerre

    Immense malaise de n’entendre quasiment que les mots de police, de traque, de renseignement, de prison, d’isolement, de protection. Immense malaise de voir dix mille soldats déployés, en plus de ceux qui trainent dans les rues déjà depuis des années. Ils ne sont pas là pour protéger quoi que ce soit - ont-ils empêché les assassinats du 7 janvier ? -, mais pour nous habituer à trouver normal qu’il y ait des soldats dans les rues. Comme dans... un Etat militaire, un Etat policier.

    Immense malaise de l’absence presque totale de réflexion, au sens de retour sur soi. Comme s’il ne s’agissait que d’un péril extérieur, étranger, indicible. Immense malaise devant l’incapacité à poser cette question simple : qu’est-ce qui a conduit MM. Kouachi et Coulibaly à commettre de tels actes ? L’incapacité à oublier deux faits simples : ces hommes étaient français. Ils sont nés du sein de cette nation que l’on célèbre avec des mots vengeurs. Et puis cet autre fait simple, que rappelait Stéphane Lavignotte : « Les assassins ont fait quelque chose d’inhumain, de monstrueux. Mais ils restent des humains. » Oui, ce sont des humains, et l’on n’entend presque rien, ces jours-ci, qui nous aident à réfléchir à ce qui pousse des humains à commettre de tels actes.


  • • Serge Moscovici, père de l’écologie : « La plupart des changements sociaux sont l’œuvre des minorités »
    http://blogs.mediapart.fr/blog/stephanelavignotteorg/161114/serge-moscovici-pere-de-lecologie-la-plupart-des-changements-sociaux

    Quelle nature créer ? Quelle nature du changement social ? Faut-il être une minorité active ou un “petit dans la cour des grands” ? Quelle base sociale pour l’écologie ? En 2000 pour le n°1 de la revue Ecorev’ que nous venions de créer, j’avais (Stéphane Lavignotte) interviewé Serge Moscovici. Reprise ci-dessous de cette interview et à la suite d’un portrait que j’avais écrit également pour Ecorev’. Il y a quelques années, nous l’avions invité pour une rencontre publique avec l’association Révolutives. Il n’avait pu venir, trop malade, c’est Pascal Dibie, anthropopologue qui veille avec amitié sur sa personne et son oeuvre depuis des années qui était venu parler de son oeuvre.

    Le meilleur moyen de lui rendre hommage est de lire son oeuvre et de redonner à l’écologie le sens qu’il lui donnait. Serge Moscovici est mort, il est vivant dans toutes les ZAD de France et du monde...

    #Moscovici #écologie #Lavignotte


  • Une écologie libérale et obscurantiste. Analyse de 2 dérives menaçant l’écologie politique.
    http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-lege/220514/une-ecologie-liberale-et-obscurantiste

    Pour beaucoup, José Bové est ce syndicaliste paysan qui démontait des restaurants McDonald avant de devenir député européen et de se convertir au libéralisme économique. Or, la tête de liste EELV aux élections européennes symbolise aujourd’hui non pas une, mais deux graves dérives de l’écologie. Les récentes déclarations de José Bové et de Noël Mamère témoignent de la résurgence d’une forme de pensée religieuse dans laquelle la Nature ou la Vie ont remplacé Dieu.

    #Bové #EELV #PMA #Europe #TSCG #libéralisme

    • Merci pour ces remarques :
      – Entièrement d’accord avec l’idée que les 2 dérives sont distinctes. Par exemple, Cohn-Bendit ne souscrit certainement pas aux âneries de Bové sur la PMA.

      – Ton 2e paragraphe évoque « la critique de sa position sur le PMA » qui ne serait pas « rigoureuse » mais sa position n’est pas le sujet :

      ce n’est pas tant sa « position », c’est-à-dire son opposition à la PMA (Procréation Médicalement Assistée), que son argumentation qui est inquiétante.

      Il se trouve que je n’ai pas la même position que lui mais ce que je mets en cause me semble plus grave.

      – Certes Bové et Mamère manient « d’autres [arguments] qui ont a voir avec les effets de seuil, l’autonomie de la technique ». Mais justement, je dis qu’ils devraient rester sur ce terrain là. L’extrait de Mill dénonce justement les argumentations confuses de ce type :

      Aujourd’hui l’accusation d’avoir l’arrogance de chercher à contrarier les desseins de la Providence conserve encore assez de sa force originelle pour être avancée en complément d’autres objections quand on veut trouver à redire à tout nouvel exercice de la prévoyance et de l’invention humaines.

      – Oui, le texte est partisan. Mais je le trouve fiable... Merci pour les liens, je vais lire ça avec attention.

    • Je viens de lire plusieurs discussions auxquelles tu as participé sur la PMAt. Je suis d’accord avec ta critique de Testard qui

      ne semble pas accepter qu’un couple de femmes puisse vouloir d’un homme biologiquement présent mais socialement absent dans leur parcours de mères, avec anonymat du don

      Par ailleurs, je pense que cet extrait de ton texte avec Lavignotte est intéressant (mais je n’ai pas trouvé le texte entier) :

      Des couples ont renoncé au projet d’enfant, puis pensent à la PMA et y croient à nouveau à fond (le facteur psychologique de réussite : il faut y croire !). Puis sont déçus dans 8 cas sur 10. Comment un couple résiste-t-il à un tel yoyo ? Quel pourcentage de séparations à l’issu d’un tel lessivage ? Faut-il plus de moyens pour plus de réussite, comme le demande le docteur Frydman ? Ou contester (avec les féministes et l’éthique protestante de la famille quand elle n’a pas rendu les armes face aux évangéliques) l’idée qu’un couple ne serait légitime que parent ?

      Débattre des conséquences (et notamment des conséquences psychiques) du recours à la PMA est très important. Mais pour prévenir le risque de désillusion, ne faut-il pas conjuguer davantage de moyens ET davantage d’information ? Cela a le grand avantage de laisser le couple décider. Par ailleurs, un couple peut vouloir un enfant sans pour autant penser « qu’un couple ne serait légitime que parent »...

    • Bonjour,
      Vous dites :

      A part l’argument selon lequel la manif pour tous ne serait pas homophobe (nooon...)

      Moi je lis dans le texte en question :

      Même si tous les marcheurs ne sont pas homophobes, nombre de ceux qui protestent contre le mariage, l’adoption homosexuelle, la PMA ou la GPA défilent en fait contre l’homosexualité.

      Ce qui n’est pas la même chose... Et non, tous les gens qui ont défilé contre le mariage homo ne sont pas homophobes. Certains homos ont participé au mouvement, pris la parole lors des meetings etc...

    • J’avais pris connaissance de ce texte de Pièces et Main d’Oeuvre grâce à un commentaire sur mon blog invitant « chacun à lire ce petit bijou ». Il comporte selon moi de nombreuses informations intéressantes mais aussi des conclusions très contestables. Deux exemples :

      nous n’avons rien à gagner, et tout à perdre à nous laisser embarquer sur la voie de la reproduction artificielle de l’humain

      Ou encore :

      On peut réclamer la PMA et militer en faveur de la reproduction artificielle de l’humain ou se battre contre l’industrie qui stérilise la population. Je choisis chaque fois la seconde option

      Le 1er extrait fait usage de la première personne du pluriel alors même que certains ont quelque chose à gagner : le droit de recourir à la reproduction artificielle parce qu’ils n’ont pas d’autre possibilité ! Sans même parler des nombreux enfants dont la naissance a été rendue possible par les techniques de reproduction artificielle. Ils sont nécessairement exclus de ce « nous ». Que l’auteur se permette de dire que la possibilité de recourir à ces techniques n’est « pas un droit à conquérir » ne le légitime pas à dire « Nous ».

      Dans le 2eme extrait, l’auteur dit « je ». Ok. Il exprime toutefois un curieux raisonnement. L’industrialisation a certes réduit la fertilité, mais les problèmes de fertilité préexistaient à la société industrielle... Ce type d’oubli est pour moi très préoccupant. C’est ce que je reproche au courant que tu nommes anti-industrialiste.

    • J’ajoute qu’en écrivant que « la gauche cyber-libérale travestit le combat pour la liberté individuelle en apologie de la liberté marchande », le texte de PMO confond tout. Outre le fait que je ne sais pas bien ce qu’est la « gauche cyber-libérale », je me pose une question : autoriser le DON de sperme c’est faire l’apologie de la liberté « marchande » ?! En ce cas, il faut aussi interdire le don d’organe et le don de sang !
      Pour une raison similaire, je ne suis pas tout à fait d’accord Aude avec l’idée que « ces couples, ce sont des consommateur/ices, c’est ce qu’on appelle le marché ». Mais je n’ai pas le temps de développer...

    • Par ailleurs, au-delà du fait qu’on peut parler métaphoriquement de « marché » et de « consommation » même lorsqu’il ne s’agit pas d’échange d’argent, il se trouve que le second texte de PMO du même auteur, montre indubitablement, chiffres à l’appui dans le monde entier, en quoi les différents types de PMA (dont la GPA) n’ont strictement rien à voir avec du Don et du Non-Marchand :
      http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/Chapitre_2_RAH.pdf

      Il s’agit d’un marché parfaitement organisé, industriel, et à échelle mondiale.


  • Bové, la PMA et la bouture : une écologie réactionnaire ? - Basta !
    http://www.bastamag.net/Bove-la-PMA-et-la-bouture-une

    José Bové a encore trouvé un moyen de faire parler lui, mais il n’est pas sûr, cette fois, que cela soit porté à son crédit. Avec la remise en cause de la « manipulation du vivant », il ouvre la porte à celle de la #PMA ou de la #contraception.

    Invité sur la chaîne KTO, le jeudi 1er Mai dans une émission intitulé « Face aux chrétiens », José Bové a exprimé son opposition à toute forme de procréation médicale assistée (PMA) : « Que ce soit pour les couples homosexuels ou hétérosexuels. Je pense que le droit à la vie et le droit à l’enfant sont deux choses différentes et je ne crois pas que le droit à l’enfant soit un droit, alors je vais encore me faire plein d’ennemis ce matin… ».

    Les problèmes éthiques afférents à l’existence, ou non, d’un droit à l’enfant sont un débat sérieux qui, peu ou prou, traverse l’ensemble des forces progressistes. Jusque-là, cette question se posait presque uniquement avec la Grossesse pour autrui (GPA) qui pose, notamment, la question de la marchandisation des corps. L’innovation technologique de José Bové consiste à étendre le sujet à la PMA avec une argumentation qui laisse pantois : « Tout ce qui fait aujourd’hui qu’on va fabriquer le vivant, plutôt que le laisser se développer, ça pose énormément de problèmes et de contraintes humaines et éthiques. Je crois que tout ce qui est manipulation sur le vivant, qu’il soit végétal, animal et encore plus humain doit être combattu ».

    La position « ultra » développée par le député européen est particulièrement réactionnaire. Elle élimine d’emblée la fécondation in vitro et l’insémination artificielle qui sont aujourd’hui des mécanismes couramment utilisés contre l’infertilité. Mais il va manifestement plus loin. À la question du journaliste, un peu surpris, qui lui demande « s’il est contre toute aide médicale à la procréation », José Bové répond « il faut faire très attention avec ça et que la réflexion par rapport à ça ne peut pas se couper en tranches ». Cela signifie que même la méthode dite d’ovulation provoquée serait proscrite. Celle-ci consiste à un traitement de stimulation hormonale léger et permet d’obtenir une ovulation de meilleure qualité (en nombre d’ovocytes limité à un ou deux) et de placer les rapports au moment de fécondité maximale, la date d’ovulation étant connue.

    lien avec http://seenthis.net/messages/235641 et http://www.reporterre.net/spip.php?article3740 par @aude_v

    • ah oui effectivement.
      du coup la suite :

      Les problèmes liés à la manipulation du vivant sont des problèmes réels qui nécessiteraient un large débat démocratique dans nos sociétés. Mais la logique défendue par José Bové est absolument folle, tant sa conception est extensive. Fort logiquement, il devrait non seulement se battre contre toute forme de procréation assistée, mais aussi demander l’interdiction de toutes les pilules contraceptives (œstro-progestative ou micropilule) qui relèvent aussi d’une manipulation du vivant. Comme il le dit lui-même, il « va se faire beaucoup d’ennemis », à raison.

      Il faudrait donc « laisser le vivant se développer » et rien d’autre ? Appliquée à l’agriculture, les préceptes du député écologiste ouvrent des perspectives intéressantes. On ose espérer que la fertilisation (au moins bio) reste autorisée, mais la bouture, bel exemple de manipulation du vivant, non ? Une certaine écologie dans des rapports très particuliers à "la mère nature" est devenue le creuset d’une idéologie réactionnaire. Il existe par exemple un fort mouvement anti-vaccination dans nombre de pays riches. La non-vaccination est sans danger dès lors que l’environnement alentour continue, lui, à se vacciner : on profite de la bonne santé des autres, en somme. Évidemment, si une fraction significative de la population n’est plus vaccinée, la situation est toute autre. D’un certain point de vue, le mouvement anti-vaccination vient de remporter une grande victoire à New York avec la réapparition de la rougeole qui avait été éradiquée. La vaccination, manipulation ou non du vivant, monsieur Bové ?

    • Défendre la pma parce que ce serait progressiste...
      Ces gens de regards.fr sont plus que pénibles. ils parlent sans savoir. Partout - et particulièrement dans les questions du féminisme- on retrouve ce type de causeurs ignorants, des impudents

    • J’ai du mal à suivre. Si vous avez quelque chose à demander à Bové ou à Mamère. N’hésitez pas. Ecrivez leur. Mais si vous tenez à déclarer votre détermination pour ceci ou cela, allez-y aussi. Tout ne doit pas être attendu ni exprimé par vos représentants. Ici semble ne se déclarer que des exigences.
      (Seenthis : la façon dont cet échange déraille est préoccupante : fantasmes et piètres comiques en tous genres, si on peut dire.)

    • À noter que si on prend l’argumentation de Bové au pied de la lettre, l’IVG est aussi dans son collimateur. Les écologistes français (du moins les têtes d’affiche) sont tellement paumés en ce moment qu’au lieu de nous causer de décarboner nos sociétés ils nous font la morale sur les relations homo, la PMA ou l’IVG... (cf Nicolino qui a aussi relayé et appuyé des idées du même genre, et aussi « Pièces et main d’œuvre », plus d’autres que j’oublie) Il faudrait aussi faire le point sur l’influence des idées chrétiennes chez ces gens là. Ce n’est pas anodin de se revendiquer d’Ellul à tout bout de champ (si je puis dire)...

    •  :-). Nan nan, pas s’étrangler pendant le repas, c’est pas bon. Et puis ça empêche de profiter pleinement de la tendresse de ceux qui vous font le plaisir l’honneur et l’avantage de casser la croute avec vous.

      Quant au débat ici abordé, sur le fond j’ai tout à apprendre de vous. Du coup, je l’aborde humblement en (ex-)militant écologiste bruxellois/belge. Et là je pense surtout que :
      – la personnalisation de la politique montre ici une fois de plus ses grandes limites : Bové est une personne médiatique, à ce titre en campagne électorale j’imagine, et il semble estimer que c’est le moment d’ouvrir le débat sur la place publique. Tous les militants qui donnent leur temps et leur énergie pour que des candidats soient élus sur base d’un programme (voir http://www.greens2014.eu/fr/home.html) le « remercient » beaucoup à mon avis... Faut voir ce que ça donne dans le rue ce genre de trucs : du moment qu’on t’identifie comme étant du même parti, tu es foutu-e alors qu’il parle en nom personnel. Super sympa et intelligent, vraiment.
      – dans ce cas comme dans beaucoup d’autres, les principes généraux sont nuls et non avenus s’ils ne sont pas dès l’entame associés à leurs principes d’exceptions. Fixons-nous des objectifs de société plutôt que de palabrer indéfiniment sur des principes quasi religieux. (Je note d’ailleurs que la citation de Bové dans l’article de Basta commence par « Je crois que... »).
      – Accessoirement, la posture d’ECOLO sur les décisions législatives en matière « bioéthique » va toucher à son terme : jusqu’ici c’est l’intime conviction personnelle qui détermine le choix de l’élu. Là, on voit que ça ne va plus suffire dans un futur assez proche désormais. Mais bon, on peut peut-être attendre le 26 mai.

      Ah mais on me dit dans l’oreillette que « des objectifs de société » c’est mal dans un monde où seule la « libre entreprise » peut assurer le bien commun. Il me semble que voilà un intéressant débat démocratique, qui en outre est en cours au plan électoral : les Verts proposent autre chose (http://www.greens2014.eu/fr/%C3%89conomie-emploi/introduction.html). Si quelqu’un parmi vous croise Bové, ce serait sympa de lui proposer de s’occuper de ce qu’on essaye de défendre ensemble.


  • • Beaucoup regardent, très peu voient, encore moins rencontrent.
    http://blogs.mediapart.fr/blog/stephanelavignotteorg/041212/beaucoup-regardent-tres-peu-voient-encore-moins-rencontrent
    Patois de Canaan, le blog de Stéphane Lavignotte, ancien journaliste, pasteur à la Mission populaire de La Maison Verte (Paris 18e Paris).

    (…) arrêtez de regarder les noirs et les arabes comme des étrangers. C’est vraiment un regard. Quand je regarde un noir ou un arabe, est-ce que je me dis : « Il vient d’ailleurs » (même pour me dire : « Ah c’est chouette le mélange du monde »). Ou je me dis : rien. Ou je me dis : il a de jolies chaussures. Ou : il a l’air fatigué. Et ça, je ne l’avais jamais réalisé avant. Y compris avec ma bonne conscience de blanc qui dit que « l’immigration est une chance pour la France », oui, je continuais à regarder les noirs et les arabes comme des « venus d’ailleurs », et pas comme des noirs et arabes d’ici (…)
    (…) Militant sur les questions LGBT, je connais et travaille avec des personnes transgenres. Et pendant longtemps, je les regardais en me disant : « Est-ce qu’ils/elles ont l’air d’homme ou de femme ? ». Je regardais les détails de leur visage, de leur silhouette pour me demander si c’était « convaincant ». Je le faisais sans y penser, ça venait comme ça. Inconsciemment, je crois que j’avais besoin de vérifier qu’elles ou ils rentraient dans mes cases d’évidence de genre. Et puis un jour, j’ai réalisé combien c’était bête. J’ai commencé à regarder des personnes, qui avait leur identité propre et unique, rentrant ou pas dans les cases du genre, je m’en fichais. Ce qui ne veut pas dire que j’ignore qu’elles ou ils sont victimes de discriminations spécifiques face auxquelles je leur apporte mon soutien.(…)

    #humanisme #militance #minorité #norme


  • Pour une gauche portant avec fierté toutes les couleurs du peuple | Danièle Obono, Razmig Keucheyan 
et Stéphane Lavignotte (L’Humanité)
    http://www.humanite.fr/tribunes/pour-une-gauche-portant-avec-fierte-toutes-les-couleurs-du-peuple-494188

    Le peuple est de retour. Dans les faits, les discours et même à la télévision. Généralement invisibles, les classes populaires sont parvenues ces dernières années à forcer le passage à la faveur de leurs luttes  : ArcelorMittal, Fralib, Lejaby… Mais pour qui aiguise son regard, on a comme l’impression d’un brouillage. De temps en temps, surgissent des images en couleur  : Africain ou Asiatique sans papiers occupant son agence d’intérim, caissière de supermarché arabe en grève, militants guadeloupéens du LKP manifestant contre la pwofitasyon, femmes noires (...) Source : L’Humanité


  • Laïcité : quelle mouche a piqué le Front de gauche ? (Mediapart)
    http://blogs.mediapart.fr/edition/2012-ils-sengagent/article/040412/laicite-quelle-mouche-pique-le-front-de-gauche

    « Interdire le choix du sexe du médecin à l’hôpital public », comme le propose le programme du Front de gauche au chapitre Laïcité, c’est « désigner le ou la ségrégué-e comme le/la responsable de la ségrégation », interpellent Héloïse Duché, féministe, militante du Christianisme social et du Front de gauche, Stéphane Lavignotte, écologiste, militant du Christianisme social et du Front de gauche et Patrick Silberstein, médecin de quartier, auteur de Vive la discrimination positive (Syllepses). Source : Mediapart


  • Bêtisier du débat sur la laïcité : « Ces imams étrangers, c’est pas normal » | Stéphane Lavignotte (Patois de Canaan)
    http://blogs.mediapart.fr/blog/stephanelavignotteorg/030411/betisier-du-debat-sur-la-laicite-ces-imams-etrangers-cest-pas

    C’est sans doute le sujet qui montre le plus la confusion dans laquelle on se trouve quand on mélange allégrement le débat sur la laïcité et celui sur l’Islam : les fameux imams étrangers. Combien ? Selon les chiffres du Conseil français du culte musulman (Libération du 31 mars) sur 1800 imams, 300 viendraient de l’étranger, donc à peine un sur six. La grande affaire ! Et qu’est-ce que cela veut dire « venir de l ’étranger » ? Sont-ils payés par une structure religieuse étrangère ? Par un Etat étranger ? Mystère... « Etranger », ça suffit à faire peur.