person:steve mnuchin

  • Are Jared and Ivanka Good for the Jews? - The New York Times

    Jewish communities stand more divided than ever on whether to embrace or denounce Jared Kushner and Ivanka Trump.

    By Amy Chozick and Hannah Seligson
    Nov. 17, 2018

    https://www.nytimes.com/2018/11/17/style/ivanka-trump-jared-kushner.html

    On election night in Beverly Hills, Jason Blum, the hot shot horror-movie producer, was accepting an award at the Israel Film Festival. The polls in a string of midterm contests were closing, and Mr. Blum, a vocal critic of President Trump, was talking about how much was at stake.

    “The past two years have been hard for all of us who cherish the freedoms we enjoy as citizens of this country,” Mr. Blum said.

    That’s when the crowd of mostly Jewish producers and power brokers started to chant, “We like Trump!” An Israeli man stepped onto the stage to try to pull Mr. Blum away from the microphone as the crowd at the Saban Theater Steve Tisch Cinema Center cheered.

    “As you can see from this auditorium, it’s the end of civil discourse,” Mr. Blum said, as security rushed the stage to help him. “Thanks to our president, anti-Semitism is on the rise.”
    ADVERTISEMENT
    In the weeks after a gunman killed 11 people at the Tree of Life Synagogue in Pittsburgh, in one of the most horrific acts of anti-Semitism in years, debates about the president’s role in stoking extremism have roiled American Jews — and forced an uncomfortable reckoning between Mr. Trump’s rhetoric and his daughter and son-in-law’s Jewish faith.
    Rabbi Jeffrey Myers greets Mr. Kushner and Ms. Trump near the Tree of Life Synagogue in Pittsburgh.
    Credit
    Doug Mills/The New York Times

    Image

    Rabbi Jeffrey Myers greets Mr. Kushner and Ms. Trump near the Tree of Life Synagogue in Pittsburgh.CreditDoug Mills/The New York Times
    Rabbis and Jewish leaders have raged on Twitter and in op-eds, in sermons and over shabbat dinners, over how to reconcile the paradox of Jared Kushner, the descendant of Holocaust survivors, and Ivanka Trump, who converted to Judaism to marry Mr. Kushner.

    To some Jews, the couple serves as a bulwark pushing the Trump administration toward pro-Israel policies, most notably the decision to move the U.S. embassy from Tel Aviv to Jerusalem. To many others, they are the wolves in sheep’s clothing, allowing Mr. Trump to brush aside criticism that his words have fueled the uptick in violent attacks against Jews.

    “For Jews who are deeply opposed to Donald Trump and truly believe he is an anti-Semite, it’s deeply problematic that he’s got a Jewish son-in-law and daughter. How can that be?” said Dr. Jonathan D. Sarna, a professor of American Jewish history at Brandeis University.
    Sign up for the Of The Moment Newsletter
    Self-care and social change. Relationships and advice. Beauty and health. Fame and fortune. Stories picked for you. Get the Of the Moment newsletter.

    SIGN UP
    ADVERTISEMENT
    Mr. Kushner and Ms. Trump serve as senior advisers in the White House. At a time when Judaism is under assault — the F.B.I. said this week that anti-Semitic attacks have increased in each of the last three years — they are unabashedly Orthodox, observing shabbat each week, walking to an Orthodox Chabad shul near their Kalorama home in Washington, D.C., dropping their children off at Jewish day school and hanging mezuzas on the doors of their West Wing offices.

    After the Pittsburgh attack, Mr. Kushner played a key role in Mr. Trump (eventually) decrying “the scourge of anti-Semitism.” And Mr. Kushner helped arrange the president’s visit to the Squirrel Hill synagogue, including inviting Ron Dermer, the Israeli ambassador to the United States to accompany them. There, in Pittsburgh, thousands marched to protest what one organizer described as the insult of the Mr. Trump’s visit.
    Arabella Kushner lights the menorah as her parents look on during a Hanukkah reception in the East Room of the White House in 2017.
    Credit
    Olivier Douliery/Getty Images

    Image

    Arabella Kushner lights the menorah as her parents look on during a Hanukkah reception in the East Room of the White House in 2017.CreditOlivier Douliery/Getty Images
    The White House has referenced Mr. Kushner and Ms. Trump’s religion to dismiss accusations that Mr. Trump’s rhetoric has emboldened anti-Semites. “The president is the grandfather of several Jewish grandchildren,” the White House press secretary, Sarah Huckabee Sanders, told reporters.

    Using the couple in this way has unnerved many Jews who oppose the president and say Mr. Kushner and Ms. Trump violated the sacred, if sometimes unspoken, communal code that mandates Jews take care of each other during times of struggle. “I’m more offended by Jared than I am by President Trump,” said Eric Reimer, a lawyer in New York who was on Mr. Kushner’s trivia team at The Frisch School, a modern Orthodox yeshiva in New Jersey that they both attended.

    “We, as Jews, are forced to grapple with the fact that Jared and his wife are Jewish, but Jared is participating in acts of Chillul Hashem,” said Mr. Reimer, using the Hebrew term for when a Jew behaves immorally while in the presence of others.
    ADVERTISEMENT
    For Mr. Reimer, who hasn’t spoken to Mr. Kushner since high school, one of those incidents was the administration’s Muslim ban, which prompted members of the Frisch community to sign an open letter to Mr. Kushner imploring him “to exercise the influence and access you have to annals of power to ensure others don’t suffer the same fate as millions of our co-religionists.”

    Leah Pisar, president of the Aladdin Project, a Paris-based group that works to counter Holocaust denial, and whose late father, Samuel Pisar, escaped Auschwitz and advised John F. Kennedy, said she found it “inconceivable that Jared could stay affiliated with the administration after Pittsburgh” and called Mr. Kushner the president’s “fig leaf.”

    Those kinds of accusations are anathema to other Jews, particularly a subset of Orthodox Jews who accused liberal Jews of politicizing the Pittsburgh attack and who say that any policies that would weaken Israel are the ultimate act of anti-Semitism.
    Ms. Trump and Mr. Kushner at the opening ceremony of the new U.S. Embassy in Jerusalem in May.
    Credit
    Sebastian Scheiner/Associated Press

    Image

    Ms. Trump and Mr. Kushner at the opening ceremony of the new U.S. Embassy in Jerusalem in May.CreditSebastian Scheiner/Associated Press
    “Jared and Ivanka are one of us as traditional Jews who care deeply about Israel,” said Ronn Torossian, a New York publicist whose children attend the Ramaz School, the same Upper East Side yeshiva where Mr. Kushner’s eldest daughter Arabella was once enrolled. “I look at them as part of our extended family.”

    Even some Jews who dislike Mr. Trump’s policies and recoil at his political style may feel a reluctance to criticize the country’s most prominent Orthodox Jewish couple, grappling with the age-old question that has haunted the Jewish psyche for generations: Yes, but is it good for the Jews?
    ADVERTISEMENT
    To that end, even as liberal New York Jews suggest the couple would be snubbed when they eventually return to the city, many in the Orthodox community would likely embrace them. “They certainly won’t be banned, but I don’t think most synagogues would give them an aliyah,” said Ethan Tucker, a rabbi and president of the Hadar yeshiva in New York, referring to the relatively limited honor of being called to make a blessing before and after the reading of the Torah. (Mr. Tucker is also the stepson of Joe Lieberman, the first Jewish candidate to run on a major party ticket in the U.S.) “I don’t think people generally honor people they feel were accomplices to politics and policies they abhor,” Mr. Tucker said.

    Haskel Lookstein, who serves as rabbi emeritus of the Congregation Kehilath Jeshurun, the modern Orthodox synagogue on the Upper East Side that Mr. Kushner and Ms. Trump attended, wrote in an open letter to Mr. Trump that he was “deeply troubled” by the president saying “You also had people that were very fine people, on both sides,” in response to the white nationalist riots in Charlottesville, Va.

    When reached last week to comment about the president’s daughter and son-in-law days after the Pittsburgh attack, Mr. Lookstein said simply, “I love them and that’s one of the reasons I don’t talk about them.”

    Talk to enough Jews about Mr. Kushner and Ms. Trump, and you begin to realize that the couple has become a sort of Rorschach test, with defenders and detractors seeing what they want to see as it relates to larger rifts about Jewish identity.

    “It’s not about Jared and Ivanka,” said Matthew Brooks, the executive director of the Republican Jewish Coalition. “People look at them through the prism of their own worldviews.”
    Editors’ Picks

    The Adopted Black Baby, and the White One Who Replaced Her

    Stone Mountain: The Largest Confederate Monument Problem in the World

    They Survived a Massacre. Then the Lawyers Started Calling.
    From left to right on front row, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, his wife Sara Netanyahu, Mr. Kushner, Ms. Trump, and the U.S. Treasury Secretary Steve Mnuchin at the opening ceremony of the new U.S. embassy in Jerusalem.
    Credit
    Sebastian Scheiner/Associated Press

    Image

    From left to right on front row, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, his wife Sara Netanyahu, Mr. Kushner, Ms. Trump, and the U.S. Treasury Secretary Steve Mnuchin at the opening ceremony of the new U.S. embassy in Jerusalem.CreditSebastian Scheiner/Associated Press
    Those worldviews are rapidly changing. One in five American Jews now describes themselves as having no religion and identifying as Jews based only on ancestry, ethnicity or culture, according to Pew. By contrast, in the 1950s, 93 percent of American Jews identified as Jews based on religion.
    ADVERTISEMENT
    As Jews retreat from membership to reform synagogues, historically made up of political liberals who were at the forefront of the fight for Civil Rights and other progressive issues, Chabad-Lubavitch, the Orthodox Hasidic group with which Mr. Kushner is affiliated, has become a rapidly-growing Jewish movement. The growth of Chabad correlates with fierce divisions about the Israeli-Palestinian conflict and a small but growing contingent of American Jews who prioritize Israel above any other political or social issue.

    Mr. Kushner, in particular, has become a sort of proxy for these larger schisms about faith and Israel, according to Jewish experts. “There is a great deal of anxiety around the coming of the Orthodox,” said Dr. Sarna, the Brandeis professor. “Jared in every way — his Orthodoxy, his Chabad ties, his views on Israel — symbolizes those changes.”

    Mr. Kushner is the scion of wealthy real-estate developers and his family has donated millions of dollars to the Jewish community, including through a foundation that gives to settlements in the West Bank. Mr. Kushner influenced the Trump administration’s decision to move the U.S. Embassy, to withdraw from the Iran nuclear deal, and to shutter a Palestine Liberation Organization office in Washington.

    “You’d be hard pressed to find a better supporter of Israel than Donald Trump and Jared plays a role in that,” said Ari Fleischer, a former White House press secretary under President George W. Bush. Mr. Kushner is currently working on a Middle East peace plan expected to be rolled out in the coming months.

    Haim Saban, an entertainment magnate and pro-Israel Democrat, is optimistic about Mr. Kushner’s efforts. He said in an interview from his hotel in Israel that although he disagrees with some of Mr. Trump’s policies, “Jared and by extension the president understand the importance of the relationship between the U.S. and Israel on multiple levels — security, intelligence, but most of all, shared values.”
    ADVERTISEMENT
    That embrace has only exacerbated tensions with secular Jews who overwhelmingly vote Democratic and oppose Mr. Trump. According to a 2018 survey by the American Jewish Committee, 41 percent of Jews said they strongly disagree with Mr. Trump’s handling of U.S.-Israeli relations and 71 percent had an overall unfavorable opinion of Mr. Trump. (In response to questions for this story, a White House press aide referred reporters to an Ami magazine poll of 263 Orthodox Jews in the tristate area published in August. Eighty-two percent said they would vote for President Trump in 2020.)

    “To wave a flag and say ‘Oh, he’s obviously pro-Jewish because he moved the embassy’ just absolutely ignores what we know to be a deeply alarming rise of anti-Semitism and all sorts of dog-whistling and enabling of the alt-right,” said Andy Bachman, a prominent progressive rabbi in New York.
    President Trump praying at the Western Wall.
    Credit
    Stephen Crowley/The New York Times

    Image

    President Trump praying at the Western Wall.CreditStephen Crowley/The New York Times
    In September, Mr. Kushner and his top advisers, Jason D. Greenblatt and Avi Berkowitz, hosted a private dinner at the Pierre Hotel on the Upper East Side. Over a kosher meal, Mr. Kushner, aware of concerns within the Jewish community that Israel policy had become an overly partisan issue, fielded the advice of a range of Jewish leaders, including hedge-fund billionaire and Republican donor Paul Singer and Mr. Saban, to craft his Middle East peace plan. “He called and said ’I’ll bring 10 Republicans and you bring 10 Democrats,’” Mr. Saban said.

    The undertaking will only bring more kvetching about Mr. Kushner. Indeed, some of Mr. Trump’s most ardent Jewish supporters have already expressed their displeasure at any deal that would require Israel to give up land.

    “I’m not happy with Jared promoting a peace deal that’s sending a message that we’re ready to ignore the horrors of the Palestinian regime,” said Morton A. Klein, the president of the Zionist Organization of America and a friend of Republican megadonor Sheldon G. Adelson.

    “But …” Mr. Klein added, as if self-aware of how other Jews will view his position, “I am a fanatical, pro-Israel Zionist.”
    Amy Chozick is a New York-based writer-at-large and a frequent contributor to The New York Times Magazine, writing about the personalities and power struggles in business, politics and media.

  • La mort de la République, par Chris Hedges Truthdig, Chris Hedges, 21-05-2017 - Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr
    https://www.les-crises.fr/la-mort-de-la-republique-par-chris-hedges

    Dans la Rome antique, l’État profond, dominé par une armée surdimensionnée et une oligarchie corrompue qui rappelle les États-Unis de 2017, décida de faire étrangler le vaniteux et stupide empereur Commode dans son bain en 192. Mais cette décision ne mit pas un terme au chaos grandissant ni au déclin rapide de l’empire romain.

    Commode, comme un certain nombre d’autres empereurs romains tardifs, et comme le président Trump, était incompétent et consumé par sa propre vanité. Il fit faire d’innombrables statues de lui-même en Hercule et trouvait peu d’intérêt à gouverner. Il utilisa son poste de chef de l’État pour devenir la star d’une mise en scène permanente de lui-même. Il lutta victorieusement comme gladiateur dans l’arène dans des combats arrangés. Le pouvoir, pour Commode comme pour Trump, était principalement destiné à répondre à son narcissisme sans fond, à son hédonisme et à son appétit de richesse. Il a vendu des offices publics afin que des équivalents d’époque de Betsy DeVos et Steve Mnuchin pussent orchestrer une vaste kleptocratie.

    Commode fut remplacé par le réformateur Pertinax, le Bernie Sanders de l’époque, qui tenta en vain de freiner le pouvoir des gardes prétoriennes, l’ancienne version du complexe militaro-industriel. Cette tentative vit Pertinax être assassiné par les gardes prétoriennes après seulement trois mois au pouvoir. Les gardes mirent ensuite aux enchères au plus offrant la charge d’empereur. L’empereur suivant, Didius Julianus, dura 66 jours. Il y aurait cinq empereurs durant l’année 193, celle qui suivit l’assassinat de Commode. Trump et notre empire en décomposition ont des précédents historiques sinistres. Si l’État profond remplace Trump, dont l’ineptie et l’imbécillité sont embarrassantes pour l’empire, cette action ne rétablira pas plus notre démocratie que remplacer Commode n’a restauré la démocratie à Rome. Notre république est morte.

    Les sociétés autrefois ouvertes et ayant des traditions démocratiques sont une proie facile pour les ennemis de la démocratie. Ces démagogues respectent les idéaux, les rituels, les pratiques et les formes patriotiques de l’ancien système politique démocratique tout en le démantelant. Lorsque l’empereur romain Auguste, qui se nommait lui-même le « premier des citoyens », neutralisa l’ancienne république, il prit soin d’en maintenir les formes. Lénine et les bolcheviks ont fait de même quand ils ont mis la main sur les soviets autonomes pour les écraser. Même les nazis et les staliniens ont prétendu gouverner des États démocratiques. Thomas Paine a écrit que le gouvernement despotique est un champignon issu d’une société civile corrompue. C’est ce qui est arrivé à ces anciennes démocraties. C’est ce qui nous est arrivé.

    Nos droits constitutionnels – procédure régulière, habeas corpus, respect de la vie privée, procès équitable, liberté de ne pas être exploité, élections justes et dissidence permise – nous ont été retirés par décision judiciaire. Ces droits n’existent plus que par leur nom. La grande déconnexion entre les valeurs présumées de l’État et la réalité rend absurde le discours politique.

    Des sociétés, en cannibalisant le budget fédéral, s’engagent légalement à exploiter et à piller. Il est impossible de voter contre les intérêts de Goldman Sachs ou d’ExxonMobil. Les industries pharmaceutiques et d’assurance peuvent retenir en otage des enfants malades alors que les parents de ceux-ci font faillite en essayant de sauver leurs fils ou leurs filles. Ceux qui sont accablés par le remboursement de prêts étudiants ne peuvent jamais effacer la dette en se déclarant en faillite. Dans de nombreux États, ceux qui tentent de faire connaître les conditions de vie dans les vastes fermes industrielles où des animaux malades sont entreposés pour l’abattage peuvent être accusés d’infraction pénale. Des sociétés pratiquent légalement le boycott fiscal. Des entreprises ont orchestré des accords de libre-échange qui détruisent les petits agriculteurs et les petites entreprises, et désindustrialisent le pays. Les syndicats et les organismes gouvernementaux conçus pour protéger le public de la contamination de l’air, de l’eau et des aliments, ainsi que des créanciers et prêteurs usuriers, ont été désarmés. La Cour suprême, dans une inversion de droits digne de George Orwell, définit la contribution illimitée des entreprises aux campagnes électorales, comme le droit d’interpeller le gouvernement ou comme une forme de liberté de parole. Une grande partie de la presse, qui appartient à de grandes entreprises, sert de chambre d’écho aux élites. Des sociétés privées ou publiques ont été vendues à de grandes entreprises qui font grimper les taux et refusent leurs services aux pauvres. Le système éducatif est lentement privatisé et transformé en une espèce de formation professionnelle.

    Les salaires stagnent ou baissent. Le chômage et le sous-emploi – masqués par des statistiques falsifiées – ont poussé la moitié du pays dans la pauvreté chronique. Les services sociaux sont supprimés au nom de l’austérité. La culture et les arts ont été remplacés par la marchandisation du sexe, des divertissements banals et des images de violence. Les infrastructures, négligées et sous-financées, s’effondrent. Les faillites, les saisies, les arrestations, les pénuries alimentaires et les maladies non traitées qui mènent à une mort prématurée, accablent une sous-classe harcelée. Les désespérés fuient dans une économie souterraine dominée par la drogue, la criminalité et la traite des êtres humains. L’État, plutôt que de s’attaquer à la misère économique, militarise les services de police et les habilite à utiliser la force létale contre des civils non armés. Il remplit les prisons avec 2,3 millions de citoyens, dont seul un petit pourcentage est passé en procès. Un million de prisonniers travaillent pour des entreprises à l’intérieur des prisons, tels des esclaves modernes.

    Les amendements à la Constitution visant à protéger le citoyen de la tyrannie n’ont plus aucun sens. Le Quatrième amendement, par exemple, se lit comme suit : « Le droit des citoyens d’être garantis dans leurs personne, domicile, papiers et effets, contre les perquisitions et saisies non motivées ne sera pas violé, et aucun mandat ne sera délivré, si ce n’est sur présomption sérieuse, corroborée par serment ou affirmation, ni sans qu’il décrive particulièrement le lieu à fouiller et les personnes ou les choses à saisir ». La réalité est que nos appels téléphoniques, courriels, textos et dossiers financiers, judiciaires et médicaux, ainsi que tous les sites Web que nous visitons tout autant que nos voyages physiques, sont suivis, enregistrés et stockés à perpétuité dans les banques informatiques du gouvernement.

    L’État torture, non seulement dans les sites noirs tels que la base aérienne de Bagram en Afghanistan ou à Guantanamo Bay, mais aussi dans les installations supermax ADX [administratif maximum], comme celle de Florence, Colorado, où les détenus souffrent de crises psychologiques suite à des isolements en cellule prolongés. Les prisonniers, bien qu’ils soient citoyens, endurent une surveillance électronique 24 heures sur 24 et l’enfermement 23 heures par jour. Ils subissent une privation sensorielle extrême. Ils endurent des coups. Ils doivent se doucher et aller à la salle de bains sous caméra. Ils ne peuvent écrire qu’une lettre par semaine à un seul parent et ne peuvent pas utiliser plus de trois feuilles de papier. Souvent, ils n’ont aucun accès à l’air frais et prennent leur unique heure quotidienne de loisir dans une énorme cage qui ressemble à un moulin pour hamsters.
    L’État utilise des « mesures administratives spéciales », connues sous le nom de SAM, pour dépouiller les prisonniers de leurs droits judiciaires. Les SAM limitent la communication des prisonniers avec le monde extérieur. Elles mettent fin aux appels, aux lettres et aux visites avec n’importe qui, sauf les avocats, et limitent considérablement le contact avec les membres de la famille. Les prisonniers sous SAM ne sont pas autorisés à voir la plupart des éléments de preuve contre eux en raison d’une disposition légale appelée la Loi sur les Procédures d’Information Classifiée, ou CIPA. La CIPA, qui a commencé sous l’administration Reagan, permet de classifier les éléments de preuve dans un procès et de les cacher à ceux qui sont poursuivis. Vous pouvez être jugé et condamné, comme Joseph K. dans « Le procès » de Franz Kafka, sans jamais voir la preuve utilisée pour vous déclarer coupable. Sous SAM, il est contraire à la loi d’avoir un contact avec un détenu – y compris pour son avocat – en vue de parler de sa condition physique et psychologique.

    Et lorsque les prisonniers sont libérés, ils ont perdu le droit de vote, reçoivent une aide publique et sont accablés d’amendes qui, si elles ne sont pas payées, les renvoient derrière les barreaux. Ils font l’objet d’enquêtes arbitraires et d’arrestations. Ils passent le reste de leur vie marginalisés, membres d’une vaste caste criminelle.

    Le pouvoir exécutif s’est habilité lui-même à assassiner des citoyens américains. Il peut appeler l’armée dans les rues pour apaiser les troubles civils en vertu de l’article 1021 de la Loi sur l’autorisation de la défense nationale, qui a mis fin à l’interdiction pour les militaires d’agir en tant que force de police intérieure. Le pouvoir exécutif peut ordonner aux militaires d’arrêter les citoyens américains considérés comme des terroristes ou associés à des terroristes. C’est ce qu’on appelle l’« interprétation extraordinaire ». Les personnes détenues par l’armée peuvent se voir refuser les droits de procédure et d’habeas corpus et être détenues indéfiniment dans les installations militaires. Les militants et les dissidents, dont les droits étaient jadis protégés par le Premier amendement, peuvent faire l’objet d’une incarcération indéfinie.

    Les déclarations, les croyances et les associations protégées par la Constitution sont criminalisées. L’État s’est donné le pouvoir de détenir et de poursuivre les gens non pour ce qu’ils ont fait, ni même pour ce qu’ils avaient l’intention de faire, mais pour avoir des croyances religieuses ou politiques que l’État juge séditieuses. La première cible a été les musulmans fondamentalistes, mais ils ne seront pas les derniers.

    Les formes extérieures de la participation à la démocratie – le vote, les partis politiques concurrents, le contrôle judiciaire et la législation – ne sont plus que du théâtre sans signification. Celui qui vit sous surveillance constante, qui est susceptible d’être détenu n’importe où à n’importe quel moment, dont les conversations, les messages, les réunions, les tendances et les habitudes sont enregistrés, entreposés et analysés, qui est impuissant face à l’exploitation par les entreprises, peut bien être décrit comme libre : la relation entre l’État et le citoyen surveillé constamment est celle du maître avec l’esclave. Et ces chaînes ne seront pas éliminées si Trump l’est.

    #Etat #USA #Démocratie #Constitution #République #Chris_Hedges #société

  • Naomi Klein : « Le cabinet de copains de Trump a peut-être l’air très fort, mais ces gens ont peur » Solidaire - Naomi Klein - 15 Février 2017

    L’activiste canadienne Naomi Klein voit dans le nouveau gouvernement des États-Unis un coup d’État très clair des grandes entreprises. Dans un article qu’elle a écrit pour The Nation et que nous publions ci-dessous traduit en français, elle explique comment ce coup d’État a été inspiré par la peur. En effet, dans le monde entier, l’influence des mouvements sociaux qui menacent les intérêts de l’establishment ne cessent de croître. Klein estime donc que ces mouvements ont désormais une tâche difficile mais nécessaire. Et que « nous pouvons toujours les vaincre ».

    Zoomons sur Washington et observons ce qui s’y passe. Les gens qui possèdent déjà une part absolument obscène de la richesse de notre planète, et dont la fortune ne cesse d’augmenter d’année en année – les derniers chiffres montrent que huit hommes possèdent autant que la moitié de l’humanité –, sont bien déterminés à s’emparer d’encore davantage. Les personnalités-clés qui composent le cabinet de Donald sont non seulement des ultra-riches, mais ces individus ont amassé leur argent en nuisant aux personnes les plus vulnérables de notre planète, et à la planète elle-même. Cela fait apparemment partie du profil requis pour le job.

    Les gens qui possèdent déjà une part absolument obscène de la richesse de notre planète sont bien déterminés à s’emparer d’encore davantage.
    Il y a le banquier des produits pourris, Steve Mnuchin, le choix de Trump pour occuper les fonctions de ministre van Finances. Sa « machine à expulsions », illégale, a mis des dizaines de milliers de gens à la porte de leur logement.

    Passons des hypothèques à la malbouffe, c’est-à-dire à Andrew Puzder, que Trump a nommé ministre de l’Emploi. En tant que CEO de son empire du fast-food, cela ne lui suffisait pas de payer ses travailleurs d’un salaire scandaleux tout à fait insuffisant pour vivre, mais son entreprise a également été condamnée pour vol dans divers procès : des travailleurs n’étaient pas payés pour leur tâche et pour leurs heures supplémentaires.

    Après la malbouffe, la fausse science. Pour diriger les Affaires étrangères, Trump a désigné Rex Tillerson. En tant que cadre de direction puis CEO d’Exxon Mobil, Tillerson a financé des recherches prétendument scientifiques et en amplifié la diffusion, tout en exerçant en coulisses un lobbying intense contre les actions internationales totalement pertinentes en faveur du climat. Ces manœuvres ont fortement contribué au fait que le monde a perdu des décennies pour sortir des combustibles fossiles et ont grandement accéléré la crise climatique. En conséquence, d’innombrables personnes perdent déjà actuellement leur habitation à cause de tempêtes et de la montée du niveau des océans, meurent à cause de sécheresses et de canicules et, au bout du compte, des millions de gens verront leur pays être submergé par les eaux. Comme toujours, les gens qui sont frappés en premier lieu et le plus fortement sont les plus pauvres, et essentiellement des non-Blancs.

    Des logements volés. Des salaires volés. Des cultures et des pays volés. Tout cela est immoral. Et tout cela rapporte énormément d’argent.

    Sous le feu
    Mais un contre-courant populaire s’est développé. Et c’est précisément la raison pour laquelle ce gang de CEO – et les secteurs dont ils sont issus – se sont inquiétés à juste titre de voir leur fête approcher de la fin. Ils ont pris peur. Les banquiers comme Mnuchin se rappellent l’écroulement financier de 2008, lors duquel on a ouvertement parlé de nationalisation des banques. Ils ont assisté à la montée du mouvement Occupy et vu la résonance qu’a eue le message anti-banques de Bernie Sanders durant sa campagne.

    Des patrons du secteur des services comme Andrew Puzder ont une peur bleue de la force croissante de Fight for $15 (le mouvement qui lutte pour le salaire horaire minimum de 15 dollars, NdlR), qui a engrangé des victoires dans des villes et des États de tout le pays. Et, si Bernie avait gagné cette primaire qui fut étonnamment serrée, le mouvement aurait bien pu avoir un champion à la Maison blanche. On peut imaginer l’effroi que cela représente pour un secteur qui repose fondamentalement sur l’exploitation du travail afin de maintenir les prix très bas et les profits très hauts.

    Il ne faut pas se leurrer : le mouvement pour le climat constitue pour Exxon Mobil une menace existentielle.
    Et personne n’a plus de raisons de craindre la montée des mouvements sociaux que Tillerson. Suite à l’essor mondial du mouvement pour le climat, Exxon Mobil est sous le feu sur tous les fronts. Des oléoducs transportant son pétrole sont bloqués non seulement aux Etats-Unis mais aussi ailleurs dans le monde. Les campagnes pour le désinvestissement s’étendent comme des feux de forêt et entraînent l’incertitude pour les marchés. Et, au cours de l’année dernière, diverses tromperies effectuées par Exxon ont fait l’objet d’enquêtes judiciaires. Il ne faut pas se leurrer : le mouvement pour le climat constitue pour Exxon Mobil une menace existentielle. Les objectifs concernant le réchauffement de la Terre figurant dans les accords climatiques de Paris sont totalement incompatibles avec la consommation de tous les combustibles fossiles que des entreprises comme Exxon ont dans leurs réserves, ce qui constitue la source de leur valeur sur le marché. C’est pourquoi les propres actionnaires d’Exxon ont posé de plus en plus de questions embêtantes pour savoir s’ils étaient sur le point de se retrouver avec des paquets d’actions n’ayant plus aucune valeur.

    Le monde de l’entreprise prend le contrôle du gouvernement
    Telle est la toile de fond de la victoire de Trump. Nos mouvements ont commencé à gagner. Je ne dis pas qu’ils étaient assez forts. Ils ne l’étaient pas. Je ne dis pas que nous étions suffisamment unis. Nous ne l’étions pas. Mais quelque chose était bel et bien en train de basculer. Et, plutôt que de courir le risque que les mouvements continuent à progresser, ce gang de porte-parole de l’industrie des combustibles fossiles, de colporteurs de malbouffe et de prêteurs prédateurs se sont alliés pour prendre le contrôle du gouvernement et protéger leurs richesses mal acquises.

    Trump et ses lieutenants rigolent bien des faibles protestations quant aux conflits d’intérêts – toute l’affaire n’est qu’un seul très grand conflit d’intérêts.
    Que ce soit clair : ceci n’est pas un changement pacifique du pouvoir. C’est une prise de contrôle des commandes par le monde de l’entreprise. Ceux qui achetaient les deux plus grands partis pour défendre leurs intérêts ont décidé qu’ils en avaient marre de jouer le jeu. Apparemment, tous ces dîners fins avec les politiciens, toutes ces cajoleries et pots-de-vin légalisés insultaient leur sentiment de pouvoir de droit divin.

    Désormais, ils suppriment l’intermédiaire et font ce que tout grand chef fait quand il veut que quelque chose soit fait comme il l’entend : ils le font eux-mêmes. C’est Exxon qui est ministre des Affaires étrangères. C’est Hardee qui est ministre de l’Emploi. C’est General Dynamics qui est ministre de la Défense. Et, pour tout le reste, ce sont les types de Goldman Sachs. Après avoir privatisé l’État par petits morceaux pendant des décennies, ils ont décidé de s’emparer du gouvernement lui-même. La dernière frontière du néolibéralisme. C’est pourquoi Trump et tous ses lieutenants qu’il a nommés rigolent bien des faibles protestations quant aux conflits d’intérêts – toute l’affaire n’est qu’un seul très grand conflit d’intérêts.

    Surfer sur la peur de Trump
    Bon, alors, que faisons-nous ? En premier lieu, nous devons toujours nous rappeler leurs faiblesses, même s’ils exercent le pouvoir de manière brute. La raison pour laquelle le masque est tombé et que nous voyons maintenant sans fard la manière dont les grandes entreprises dirigent les choses, ce n’est pas parce que ces grandes entreprises se sentaient toutes-puissantes, c’est parce qu’elles étaient en panique.

    Une partie de la base de Trump regrette déjà son vote, et cette partie ne fera qu’augmenter.
    En outre, une majorité d’Américains n’a pas voté pour Trump. 40 % sont restés chez eux et parmi ceux qui sont allés voter, une nette majorité a voté pour Clinton. Trump a gagné grâce à un système truqué. Et même dans ce système, il n’a pas gagné. Ce sont Clinton et l’establishment du Parti démocrate qui ont perdu. Trump n’a pas gagné avec un enthousiasme débordant et un haut pourcentage de voix. L’establishment du Parti démocrate n’a pas jugé important de mener campagne autour d’améliorations concrètes de la vie des gens. Ils n’avaient pour ainsi dire rien à offrir aux gens dont la vie a été ruinée par les attaques néolibérales. Ils ont pensé qu’ils pouvaient surfer sur la peur de Trump, et cela n’a pas marché.

    La bonne nouvelle, c’est : tout ceci rend Donald Trump incroyablement vulnérable. C’est le type qui est arrivé au pouvoir en racontant les plus gros et les plus éhontés de mensonges, en se vendant comme le champion des travailleurs qui s’opposerait enfin au pouvoir des grandes entreprises et à leur influence à Washington. Une partie de sa base regrette déjà son vote, et cette partie ne fera qu’augmenter.

    L’heure est à l’optimisme
    Qu’est-ce qui nous attend d’autre ? Ce gouvernement va très vite tomber sur le dos de tout le monde. On parle d’un budget du « choc et de l’effroi », (« shock and awe » est un terme militaire qui désigne l’écrasement de l’adversaire et l’anéantissement de sa volonté de combattre par l’emploi d’une très grande puissance de feu et des démonstration de force spectaculaires, NdlR) : en dix ans, 10 trillions ( c’est-à-dire 10 milliards de milliards) de dollars seront supprimés. La tronçonneuse sévira sur tout, des programmes contre la violence envers les femmes aux arts, du soutien aux énergies renouvelables aux polices de proximité. Ils pensent clairement que cette stratégie de Blitzkrieg va nous renverser. Mais ils pourraient être surpris – cela pourrait bien tous nous unir pour une cause commune. Si l’ampleur de la Marche des femmes en est un signe, nous sommes alors bien partis.

    Ce gouvernement va très vite tomber sur le dos de tout le monde.
    Construire des coalitions solides en des temps de politique de bunker est un dur travail. Il faut affronter des questions difficiles avant que le progrès soit possible. Et le financement de fondations et la culture de la célébrité parmi les activistes peuvent monter les gens et les mouvements les uns contre les autres au lieu d’encourager la collaboration. Mais les difficultés ne peuvent pas mener au désespoir. Pour reprendre une phrase populaire de la gauche en France, « l’heure est à l’optimisme, laissons le pessimisme pour des temps meilleurs ».

    Personnellement, je ne peux pas vraiment mobiliser de l’optimisme. Mais, en ce moment où tout est menacé, nous pouvons et nous devons faire appel à notre détermination la plus inébranlable.

    Naomi Klein

    #Naomi_Klein #Etats_Unis #Trump #Peur #mouvements_sociaux #establishment #Steve_Mnuchin #malbouffe #Andrew_Puzder #fausse_science #Rex_Tillerson #Exxon_Mobil #Climat #vol #CEO #Mnuchin #Andrew_Puzder #prêteurs_prédateurs #General_Dynamics #Goldman_Sachs #Hardee #shock_and_awe #Blitzkrieg