person:suzanne

  • Can Reading Make You Happier ? | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/culture/cultural-comment/can-reading-make-you-happier

    In a secular age, I suspect that reading fiction is one of the few remaining paths to transcendence, that elusive state in which the distance between the self and the universe shrinks. Reading fiction makes me lose all sense of self, but at the same time makes me feel most uniquely myself. As Woolf, the most fervent of readers, wrote, a book “splits us into two parts as we read,” for “the state of reading consists in the complete elimination of the ego,” while promising “perpetual union” with another mind.

    Bibliotherapy is a very broad term for the ancient practice of encouraging reading for therapeutic effect. The first use of the term is usually dated to a jaunty 1916 article in The Atlantic Monthly, “A Literary Clinic.” In it, the author describes stumbling upon a “bibliopathic institute” run by an acquaintance, Bagster, in the basement of his church, from where he dispenses reading recommendations with healing value. “Bibliotherapy is…a new science,” Bagster explains. “A book may be a stimulant or a sedative or an irritant or a soporific. The point is that it must do something to you, and you ought to know what it is. A book may be of the nature of a soothing syrup or it may be of the nature of a mustard plaster.” To a middle-aged client with “opinions partially ossified,” Bagster gives the following prescription: “You must read more novels. Not pleasant stories that make you forget yourself. They must be searching, drastic, stinging, relentless novels.” (George Bernard Shaw is at the top of the list.) Bagster is finally called away to deal with a patient who has “taken an overdose of war literature,” leaving the author to think about the books that “put new life into us and then set the life pulse strong but slow.”

    Today, bibliotherapy takes many different forms, from literature courses run for prison inmates to reading circles for elderly people suffering from dementia. Sometimes it can simply mean one-on-one or group sessions for “lapsed” readers who want to find their way back to an enjoyment of books.

    Berthoud and Elderkin trace the method of bibliotherapy all the way back to the Ancient Greeks, “who inscribed above the entrance to a library in Thebes that this was a ‘healing place for the soul.’ ” The practice came into its own at the end of the nineteenth century, when Sigmund Freud began using literature during psychoanalysis sessions. After the First World War, traumatized soldiers returning home from the front were often prescribed a course of reading. “Librarians in the States were given training on how to give books to WWI vets, and there’s a nice story about Jane Austen’s novels being used for bibliotherapeutic purposes at the same time in the U.K.,” Elderkin says. Later in the century, bibliotherapy was used in varying ways in hospitals and libraries, and has more recently been taken up by psychologists, social and aged-care workers, and doctors as a viable mode of therapy.

    For all avid readers who have been self-medicating with great books their entire lives, it comes as no surprise that reading books can be good for your mental health and your relationships with others, but exactly why and how is now becoming clearer, thanks to new research on reading’s effects on the brain. Since the discovery, in the mid-nineties, of “mirror neurons”—neurons that fire in our brains both when we perform an action ourselves and when we see an action performed by someone else—the neuroscience of empathy has become clearer. A 2011 study published in the Annual Review of Psychology, based on analysis of fMRI brain scans of participants, showed that, when people read about an experience, they display stimulation within the same neurological regions as when they go through that experience themselves. We draw on the same brain networks when we’re reading stories and when we’re trying to guess at another person’s feelings.

    Other studies published in 2006 and 2009 showed something similar—that people who read a lot of fiction tend to be better at empathizing with others (even after the researchers had accounted for the potential bias that people with greater empathetic tendencies may prefer to read novels). And, in 2013, an influential study published in Science found that reading literary fiction (rather than popular fiction or literary nonfiction) improved participants’ results on tests that measured social perception and empathy, which are crucial to “theory of mind”: the ability to guess with accuracy what another human being might be thinking or feeling, a skill humans only start to develop around the age of four.

    But not everybody agrees with this characterization of fiction reading as having the ability to make us behave better in real life. In her 2007 book, “Empathy and the Novel,” Suzanne Keen takes issue with this “empathy-altruism hypothesis,” and is skeptical about whether empathetic connections made while reading fiction really translate into altruistic, prosocial behavior in the world. She also points out how hard it is to really prove such a hypothesis. “Books can’t make change by themselves—and not everyone feels certain that they ought to,” Keen writes. “As any bookworm knows, readers can also seem antisocial and indolent. Novel reading is not a team sport.” Instead, she urges, we should enjoy what fiction does give us, which is a release from the moral obligation to feel something for invented characters—as you would for a real, live human being in pain or suffering—which paradoxically means readers sometimes “respond with greater empathy to an unreal situation and characters because of the protective fictionality.” And she wholeheartedly supports the personal health benefits of an immersive experience like reading, which “allows a refreshing escape from ordinary, everyday pressures.”

    #Bibliothérapie #Lecture #Romans #Psychologie #Empathie

  • ‘They Were Conned’: How Reckless Loans Devastated a Generation of Taxi Drivers - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/05/19/nyregion/nyc-taxis-medallions-suicides.html


    Mohammed Hoque with his three children in their studio apartment in Jamaica, Queens.

    May 19, 2019 - The phone call that ruined Mohammed Hoque’s life came in April 2014 as he began another long day driving a New York City taxi, a job he had held since emigrating from Bangladesh nine years earlier.

    The call came from a prominent businessman who was selling a medallion, the coveted city permit that allows a driver to own a yellow cab instead of working for someone else. If Mr. Hoque gave him $50,000 that day, he promised to arrange a loan for the purchase.

    After years chafing under bosses he hated, Mr. Hoque thought his dreams of wealth and independence were coming true. He emptied his bank account, borrowed from friends and hurried to the man’s office in Astoria, Queens. Mr. Hoque handed over a check and received a stack of papers. He signed his name and left, eager to tell his wife.

    Mr. Hoque made about $30,000 that year. He had no idea, he said later, that he had just signed a contract that required him to pay $1.7 million.

    Over the past year, a spate of suicides by taxi drivers in New York City has highlighted in brutal terms the overwhelming debt and financial plight of medallion owners. All along, officials have blamed the crisis on competition from ride-hailing companies such as Uber and Lyft.

    But a New York Times investigation found much of the devastation can be traced to a handful of powerful industry leaders who steadily and artificially drove up the price of taxi medallions, creating a bubble that eventually burst. Over more than a decade, they channeled thousands of drivers into reckless loans and extracted hundreds of millions of dollars before the market collapsed.

    These business practices generated huge profits for bankers, brokers, lawyers, investors, fleet owners and debt collectors. The leaders of nonprofit credit unions became multimillionaires. Medallion brokers grew rich enough to buy yachts and waterfront properties. One of the most successful bankers hired the rap star Nicki Minaj to perform at a family party.

    But the methods stripped immigrant families of their life savings, crushed drivers under debt they could not repay and engulfed an industry that has long defined New York. More than 950 medallion owners have filed for bankruptcy, according to a Times analysis of court records. Thousands more are barely hanging on.

    The practices were strikingly similar to those behind the housing market crash that led to the 2008 global economic meltdown: Banks and loosely regulated private lenders wrote risky loans and encouraged frequent refinancing; drivers took on debt they could not afford, under terms they often did not understand.

    Some big banks even entered the taxi industry in the aftermath of the housing crash, seeking a new market, with new borrowers.

    The combination of easy money, eager borrowers and the lure of a rare asset helped prices soar far above what medallions were really worth. Some industry leaders fed the frenzy by purposefully overpaying for medallions in order to inflate prices, The Times found.

    Between 2002 and 2014, the price of a medallion rose to more than $1 million from $200,000, even though city records showed that driver incomes barely changed.

    About 4,000 drivers bought medallions in that period, records show. They were excited to buy, but they were enticed by a dubious premise.

    What Actually Happened to New York’s Taxi DriversMay 28, 2019

    After the medallion market collapsed, Mayor Bill de Blasio opted not to fund a bailout, and earlier this year, the City Council speaker, Corey Johnson, shut down the committee overseeing the taxi industry, saying it had completed most of its work.

    Over 10 months, The Times interviewed 450 people, built a database of every medallion sale since 1995 and reviewed thousands of individual loans and other documents, including internal bank records and confidential profit-sharing agreements.

    The investigation found example after example of drivers trapped in exploitative loans, including hundreds who signed interest-only loans that required them to pay exorbitant fees, forfeit their legal rights and give up almost all their monthly income, indefinitely.

    A Pakistani immigrant who thought he was just buying a car ended up with a $780,000 medallion loan that left him unable to pay rent. A Bangladeshi immigrant said he was told to lie about his income on his loan application; he eventually lost his medallion. A Haitian immigrant who worked to exhaustion to make his monthly payments discovered he had been paying only interest and went bankrupt.

    Abdur Rahim, who is from Bangladesh, is one of several cab drivers who allege they were duped into signing exploitative loans. 
    It is unclear if the practices violated any laws. But after reviewing The Times’s findings, experts said the methods were among the worst that have been used since the housing crash.

    “I don’t think I could concoct a more predatory scheme if I tried,” said Roger Bertling, the senior instructor at Harvard Law School’s clinic on predatory lending and consumer protection. “This was modern-day indentured servitude.”

    Lenders developed their techniques in New York but spread them to Chicago, Boston, San Francisco and elsewhere, transforming taxi industries across the United States.

    In interviews, lenders denied wrongdoing. They noted that regulators approved their practices, and said some borrowers made poor decisions and assumed too much debt. They said some drivers were happy to use climbing medallion values as collateral to take out cash, and that those who sold their medallions at the height of the market made money.

    The lenders said they believed medallion values would keep increasing, as they almost always had. No one, they said, could have predicted Uber and Lyft would emerge to undercut the business.

    “People love to blame banks for things that happen because they’re big bad banks,” said Robert Familant, the former head of Progressive Credit Union, a small nonprofit that specialized in medallion loans. “We didn’t do anything, in my opinion, other than try to help small businesspeople become successful.”

    Mr. Familant made about $30 million in salary and deferred payouts during the bubble, including $4.8 million in bonuses and incentives in 2014, the year it burst, according to disclosure forms.

    Meera Joshi, who joined the Taxi and Limousine Commission in 2011 and became chairwoman in 2014, said it was not the city’s job to regulate lending. But she acknowledged that officials saw red flags and could have done something.

    “There were lots of players, and lots of people just watched it happen. So the T.L.C. watched it happen. The lenders watched it happen. The borrowers watched it happen as their investment went up, and it wasn’t until it started falling apart that people started taking action and pointing fingers,” said Ms. Joshi, who left the commission in March. “It was a party. Why stop it?”

    Every day, about 250,000 people hail a New York City yellow taxi. Most probably do not know they are participating in an unconventional economic system about as old as the Empire State Building.

    The city created taxi medallions in 1937. Unlicensed cabs crowded city streets, so officials designed about 12,000 specialized tin plates and made it illegal to operate a taxi without one bolted to the hood of the car. The city sold each medallion for $10.

    People who bought medallions could sell them, just like any other asset. The only restriction: Officials designated roughly half as “independent medallions” and eventually required that those always be owned by whoever was driving that cab.

    Over time, as yellow taxis became symbols of New York, a cutthroat industry grew around them. A few entrepreneurs obtained most of the nonindependent medallions and built fleets that controlled the market. They were family operations largely based in the industrial neighborhoods of Hell’s Kitchen in Manhattan and Long Island City in Queens.

    Allegations of corruption, racism and exploitation dogged the industry. Some fleet bosses were accused of cheating drivers. Some drivers refused to go outside Manhattan or pick up black and Latino passengers. Fleet drivers typically worked 60 hours a week, made less than minimum wage and received no benefits, according to city studies.

    Still, driving could serve as a path to the middle class. Drivers could save to buy an independent medallion, which would increase their earnings and give them an asset they could someday sell for a retirement nest egg.

    Those who borrowed money to buy a medallion typically had to submit a large down payment and repay within five to 10 years.

    The conservative lending strategy produced modest returns. The city did not release new medallions for almost 60 years, and values slowly climbed, hitting $100,000 in 1985 and $200,000 in 1997.

    “It was a safe and stable asset, and it provided a good life for those of us who were lucky enough to buy them,” said Guy Roberts, who began driving in 1979 and eventually bought medallions and formed a fleet. “Not an easy life, but a good life.”

    “And then,” he said, “everything changed.”

    – Before coming to America, Mohammed Hoque lived comfortably in Chittagong, a city on Bangladesh’s southern coast. He was a serious student and a gifted runner, despite a small and stocky frame. His father and grandfather were teachers; he said he surpassed them, becoming an education official with a master’s degree in management. He supervised dozens of schools and traveled on a government-issued motorcycle. In 2004, when he was 33, he married Fouzia Mahabub. -

    That same year, several of his friends signed up for the green card lottery, and their thirst for opportunity was contagious. He applied, and won.

    His wife had an uncle in Jamaica, Queens, so they went there. They found a studio apartment. Mr. Hoque wanted to work in education, but he did not speak enough English. A friend recommended the taxi industry.

    It was an increasingly common move for South Asian immigrants. In 2005, about 40 percent of New York cabbies were born in Bangladesh, India or Pakistan, according to the United States Census Bureau. Over all, just 9 percent were born in the United States.

    Mr. Hoque and his wife emigrated from Bangladesh, and have rented the same apartment in Queens since 2005.

    Mr. Hoque joined Taxifleet Management, a large fleet run by the Weingartens, a Russian immigrant family whose patriarchs called themselves the “Three Wise Men.”

    He worked 5 a.m. to 5 p.m., six days a week. On a good day, he said, he brought home $100. He often felt lonely on the road, and he developed back pain from sitting all day and diabetes, medical records show.

    He could have worked fewer shifts. He also could have moved out of the studio. But he drove as much as feasible and spent as little as possible. He had heard the city would soon be auctioning off new medallions. He was saving to buy one.

    Andrew Murstein, left, with his father, Alvin.CreditChester Higgins Jr./The New York Times
    In the early 2000s, a new generation took power in New York’s cab industry. They were the sons of longtime industry leaders, and they had new ideas for making money.

    Few people represented the shift better than Andrew Murstein.

    Mr. Murstein was the grandson of a Polish immigrant who bought one of the first medallions, built one of the city’s biggest fleets and began informally lending to other buyers in the 1970s. Mr. Murstein attended business school and started his career at Bear Stearns and Salomon Brothers, the investment banks.

    When he joined the taxi business, he has said, he pushed his family to sell off many medallions and to establish a bank to focus on lending. Medallion Financial went public in 1996. Its motto was, “In niches, there are riches.”

    Dozens of industry veterans said Mr. Murstein and his father, Alvin, were among those who helped to move the industry to less conservative lending practices. The industry veterans said the Mursteins, as well as others, started saying medallion values would always rise and used that idea to focus on lending to lower-income drivers, which was riskier but more profitable.

    The strategy began to be used by the industry’s other major lenders — Progressive Credit Union, Melrose Credit Union and Lomto Credit Union, all family-run nonprofits that made essentially all their money from medallion loans, according to financial disclosures.

    “We didn’t want to be the one left behind,” said Monte Silberger, Lomto’s controller and then chief financial officer from 1999 to 2017.

    The lenders began accepting smaller down payments. By 2013, many medallion buyers were not handing over any down payment at all, according to an analysis of buyer applications submitted to the city.

    “It got to a point where we didn’t even check their income or credit score,” Mr. Silberger said. “It didn’t matter.”

    Lenders also encouraged existing borrowers to refinance and take out more money when medallion prices rose, according to interviews with dozens of borrowers and loan officers. There is no comprehensive data, but bank disclosures suggest that thousands of owners refinanced.

    Industry veterans said it became common for owners to refinance to buy a house or to put children through college. “You’d walk into the bank and walk out 30 minutes later with an extra $200,000,” said Lou Bakalar, a broker who arranged loans.

    Yvon Augustin has been living with help from his children ever since he declared bankruptcy and lost his taxi medallion.

    Some pointed to the refinancing to argue that irresponsible borrowers fueled the crisis. “Medallion owners were misusing it,” said Aleksey Medvedovskiy, a fleet owner who also worked as a broker. “They used it as an A.T.M.”

    As lenders loosened standards, they increased returns. Rather than raising interest rates, they made borrowers pay a mix of costs — origination fees, legal fees, financing fees, refinancing fees, filing fees, fees for paying too late and fees for paying too early, according to a Times review of more than 500 loans included in legal cases. Many lenders also made borrowers split their loan and pay a much higher rate on the second loan, documents show.

    Lenders also extended loan lengths. Instead of requiring repayment in five or 10 years, they developed deals that lasted as long as 50 years, locking in decades of interest payments. And some wrote interest-only loans that could continue forever.

    “We couldn’t figure out why the company was doing so many interest-only loans,” said Michelle Pirritano, a Medallion Financial loan analyst from 2007 to 2011. “It was a good revenue stream, but it didn’t really make sense as a loan. I mean, it wasn’t really a loan, because it wasn’t being repaid.”

    Almost every loan reviewed by The Times included a clause that spiked the interest rate to as high as 24 percent if it was not repaid in three years. Lenders included the clause — called a “balloon” — so that borrowers almost always had to extend the loan, possibly at a higher rate than in the original terms, and with additional fees.

    Yvon Augustin was caught in one of those loans. He bought a medallion in 2006, a decade after emigrating from Haiti. He said he paid $2,275 every month — more than half his income, he said — and thought he was paying off the loan. But last year, his bank used the balloon to demand that he repay everything. That is when he learned he had been paying only the interest, he said.

    Mr. Augustin, 69, declared bankruptcy and lost his medallion. He lives off assistance from his children.

    During the global financial crisis, Eugene Haber, a lawyer for the taxi industry, started getting calls from bankers he had never met.

    Mr. Haber had written a template for medallion loans in the 1970s. By 2008, his thick mustache had turned white, and he thought he knew everybody in the industry. Suddenly, new bankers began calling his suite in a Long Island office park. Capital One, Signature Bank, New York Commercial Bank and others wanted to issue medallion loans, he said.

    Some of the banks were looking for new borrowers after the housing market collapsed, Mr. Haber said. “They needed somewhere else to invest,” he said. He said he represented some banks at loan signings but eventually became embittered because he believed banks were knowingly lending to people who could not repay.

    Instead of lending directly, the big banks worked through powerful industry players. They enlisted large fleet owners and brokers — especially Neil Greenbaum, Richard Chipman, Savas Konstantinides, Roman Sapino and Basil Messados — to use the banks’ money to lend to medallion buyers. In return, the owners and brokers received a cut of the monthly payments and sometimes an additional fee.

    The fleet owners and brokers, who technically issued the loans, did not face the same scrutiny as banks.

    “They did loans that were frankly insane,” said Larry Fisher, who from 2003 to 2016 oversaw medallion lending at Melrose Credit Union, one of the biggest lenders originally in the industry. “It contributed to the price increases and put a lot of pressure on the rest of us to keep up.”

    Evgeny Freidman, a fleet owner, has said he purposely overbid for taxi medallions in order to drive up their value.CreditSasha Maslov
    Still, Mr. Fisher said, Melrose followed lending rules. “A lot of people tend to blame others for their own misfortune,” he said. “If they want to blame the lender for the medallion going down the tubes the way it has, I think they’re misplaced.”

    Mr. Konstantinides, a fleet owner and the broker and lender who arranged Mr. Hoque’s loans, said every loan issued by his company abided by federal and state banking guidelines. “I am very sympathetic to the plight of immigrant families who are seeking a better life in this country and in this city,” said Mr. Konstantinides, who added that he was also an immigrant.

    Walter Rabin, who led Capital One’s medallion lending division between 2007 and 2012 and has led Signature Bank’s medallion lending division since, said he was one of the industry’s most conservative lenders. He said he could not speak for the brokers and fleet owners with whom he worked.

    Mr. Rabin and other Signature executives denied fault for the market collapse and blamed the city for allowing ride-hail companies to enter with little regulation. “It’s the City of New York that took the biggest advantage of the drivers,” said Joseph J. DePaolo, the president and chief executive of Signature. “It’s not the banks.”

    New York Commercial Bank said in a statement that it began issuing medallion loans before the housing crisis and that they were a very small part of its business. The bank did not engage in risky lending practices, a spokesman said.

    Mr. Messados said in an interview that he disagreed with interest-only loans and other one-sided terms. But he said he was caught between banks developing the loans and drivers clamoring for them. “They were insisting on this,” he said. “What are you supposed to do? Say, ‘I’m not doing the sale?’”

    Several lenders challenged the idea that borrowers were unsophisticated. They said that some got better deals by negotiating with multiple lenders at once.

    Mr. Greenbaum, Mr. Chipman and Mr. Sapino declined to comment, as did Capital One.

    Some fleet owners worked to manipulate prices. In the most prominent example, Evgeny Freidman, a brash Russian immigrant who owned so many medallions that some called him “The Taxi King,” said he purposefully overpaid for medallions sold at city auctions. He reasoned that the higher prices would become the industry standard, making the medallions he already owned worth more. Mr. Freidman, who was partners with Michael Cohen, President Trump’s former lawyer, disclosed the plan in a 2012 speech at Yeshiva University. He recently pleaded guilty to felony tax fraud. He declined to comment.

    As medallion prices kept increasing, the industry became strained. Drivers had to work longer hours to make monthly payments. Eventually, loan records show, many drivers had to use almost all their income on payments.

    “The prices got to be ridiculous,” said Vincent Sapone, the retired manager of the League of Mutual Taxi Owners, an owner association. “When it got close to $1 million, nobody was going to pay that amount of money, unless they came from another country. Nobody from Brooklyn was going to pay that.”

    Some drivers have alleged in court that lenders tricked them into signing loans.

    Muhammad Ashraf, who is not fluent in English, said he thought he was getting a loan to purchase a car but ended up in debt to buy a taxi medallion instead.

    Muhammad Ashraf, a Pakistani immigrant, alleged that a broker, Heath Candero, duped him into a $780,000 interest-only loan. He said in an interview in Urdu that he could not speak English fluently and thought he was just signing a loan to buy a car. He said he found out about the loan when his bank sued him for not fully repaying. The bank eventually decided not to pursue a case against Mr. Ashraf. He also filed a lawsuit against Mr. Candero. That case was dismissed. A lawyer for Mr. Candero declined to comment.

    Abdur Rahim, a Bangladeshi immigrant, alleged that his lender, Bay Ridge Credit Union, inserted hidden fees. In an interview, he added he was told to lie on his loan application. The application, reviewed by The Times, said he made $128,389, but he said his tax return showed he made about $25,000. In court, Bay Ridge has denied there were hidden fees and said Mr. Rahim was “confusing the predatory-lending statute with a mere bad investment.” The credit union declined to comment.

    Several employees of lenders said they were pushed to write loans, encouraged by bonuses and perks such as tickets to sporting events and free trips to the Bahamas.

    They also said drivers almost never had lawyers at loan closings. Borrowers instead trusted their broker to represent them, even though, unbeknown to them, the broker was often getting paid by the bank.

    Stan Zurbin, who between 2009 and 2012 did consulting work for a lender that issued medallion loans, said that as prices rose, lenders in the industry increasingly lent to immigrants.

    “They didn’t have 750 credit scores, let’s just say,” he said. “A lot of them had just come into the country. A lot of them just had no idea what they were signing.”

    The $1 million medallion
    Video
    Mrs. Hoque did not want her husband to buy a medallion. She wanted to use their savings to buy a house. They had their first child in 2008, and they planned to have more. They needed to leave the studio apartment, and she thought a home would be a safer investment.

    But Mr. Hoque could not shake the idea, especially after several friends bought medallions at the city’s February 2014 auction.

    One friend introduced him to a man called “Big Savas.” It was Mr. Konstantinides, a fleet owner who also had a brokerage and a lending company, Mega Funding.

    The call came a few weeks later. A medallion owner had died, and the family was selling for $1 million.

    Mr. Hoque said he later learned the $50,000 he paid up front was just for taxes. Mega eventually requested twice that amount for fees and a down payment, records show. Mr. Hoque said he maxed out credit cards and borrowed from a dozen friends and relatives.

    Fees and interest would bring the total repayment to more than $1.7 million, documents show. It was split into two loans, both issued by Mega with New York Commercial Bank. The loans made him pay $5,000 a month — most of the $6,400 he could earn as a medallion owner.

    Mohammed Hoque’s Medallion Loans Consumed Most of His Taxi Revenue
    After paying his two medallion loans and business costs, Mr. Hoque had about $1,400 left over each month to pay the rent on his studio apartment in Queens and cover his living expenses.

    Estimated monthly revenue $11,845

    Gas $1,500

    Income after expenses $1,400

    Vehicle maintenance $1,300

    Medallion loan 1 $4,114

    Insurance $1,200

    Car loan $650

    Credit card fees $400

    Medallion loan 2 $881

    Other work-related expenses $400

    By the time the deal closed in July 2014, Mr. Hoque had heard of a new company called Uber. He wondered if it would hurt the business, but nobody seemed to be worried.

    As Mr. Hoque drove to the Taxi and Limousine Commission’s downtown office for final approval of the purchase, he fantasized about becoming rich, buying a big house and bringing his siblings to America. After a commission official reviewed his application and loan records, he said he was ushered into the elegant “Taxi of Tomorrow” room. An official pointed a camera. Mr. Hoque smiled.

    “These are little cash cows running around the city spitting out money,” Mr. Murstein said, beaming in a navy suit and pink tie.

    He did not mention he was quietly leaving the business, a move that would benefit him when the market collapsed.

    By the time of the appearance, Medallion Financial had been cutting the number of medallion loans on its books for years, according to disclosures it filed with the Securities and Exchange Commission. Mr. Murstein later said the company started exiting the business and focusing on other ventures before 2010.

    Mr. Murstein declined numerous interview requests. He also declined to answer some written questions, including why he promoted medallions while exiting the business. In emails and through a spokesman, he acknowledged that Medallion Financial reduced down payments but said it rarely issued interest-only loans or charged borrowers for repaying loans too early.

    “Many times, we did not match what our competitors were willing to do and in retrospect, thankfully, we lost the business,” he wrote to The Times.

    Interviews with three former staffers, and a Times review of loan documents that were filed as part of lawsuits brought by Medallion Financial against borrowers, indicate the company issued many interest-only loans and routinely included a provision allowing it to charge borrowers for repaying loans too early.

    Other lenders also left the taxi industry or took precautions long before the market collapsed.

    The credit unions specializing in the industry kept making new loans. But between 2010 and 2014, they sold the loans to other financial institutions more often than in the previous five years, disclosure forms show. Progressive Credit Union, run by Mr. Familant, sold loans off almost twice as often, the forms show. By 2012, that credit union was selling the majority of the loans it issued.

    In a statement, Mr. Familant said the selling of loans was a standard banking practice that did not indicate a lack of confidence in the market.

    Several banks used something called a confession of judgment. It was an obscure document in which the borrower admitted defaulting on the loan — even before taking out any money at all — and authorized the bank to do whatever it wanted to collect.

    Larry Fisher was the medallion lending supervisor at Melrose Credit Union, one of the biggest lenders originally in the industry, from 2003 to 2016.
    Congress has banned that practice in consumer loans, but not in business loans, which is how lenders classified medallion deals. Many states have barred it in business loans, too, but New York is not among them.

    Even as some lenders quietly braced for the market to fall, prices kept rising, and profits kept growing.

    By 2014, many of the people who helped create the bubble had made millions of dollars and invested it elsewhere.

    Medallion Financial started focusing on lending to R.V. buyers and bought a professional lacrosse team and a Nascar team, painting the car to look like a taxi. Mr. Murstein and his father made more than $42 million between 2002 and 2014, disclosures show. In 2015, Ms. Minaj, the rap star, performed at his son’s bar mitzvah.

    The Melrose C.E.O., Alan Kaufman, had the highest base salary of any large state-chartered credit union leader in America in 2013 and 2015, records show. His medallion lending supervisor, Mr. Fisher, also made millions.

    It is harder to tell how much fleet owners and brokers made, but in recent years news articles have featured some of them with new boats and houses.

    Mr. Messados’s bank records, filed in a legal case, show that by 2013, he had more than $50 million in non-taxi assets, including three homes and a yacht.

    The bubble bursts

    At least eight drivers have committed suicide, including three medallion owners with overwhelming loans.
    The medallion bubble burst in late 2014. Uber and Lyft may have hastened the crisis, but virtually all of the hundreds of industry veterans interviewed for this article, including many lenders, said inflated prices and risky lending practices would have caused a collapse even if ride-hailing had never been invented.

    At the market’s height, medallion buyers were typically earning about $5,000 a month and paying about $4,500 to their loans, according to an analysis by The Times of city data and loan documents. Many owners could make their payments only by refinancing when medallion values increased, which was unsustainable, some loan officers said.

    City data shows that since Uber entered New York in 2011, yellow cab revenue has decreased by about 10 percent per cab, a significant bite for low-earning drivers but a small drop compared with medallion values, which initially rose and then fell by 90 percent.

    As values fell, borrowers asked for breaks. But many lenders went the opposite direction. They decided to leave the business and called in their loans.

    They used the confessions to get hundreds of judgments that would allow them to take money from bank accounts, court records show. Some tried to get borrowers to give up homes or a relative’s assets. Others seized medallions and quickly resold them for profit, while still charging the original borrowers fees and extra interest. Several drivers have alleged in court that their lenders ordered them to buy life insurance.

    Many lenders hired a debt collector, Anthony Medina, to seize medallions from borrowers who missed payments.

    The scars left on cabs after medallions were removed.

    Mr. Medina left notes telling borrowers they had to give the lender “relief” to get their medallions back. The notes, which were reviewed by The Times, said the seizure was “authorized by vehicle apprehension unit.” Some drivers said Mr. Medina suggested he was a police officer and made them meet him at a park at night and pay $550 extra in cash.

    One man, Jean Demosthenes, a 64-year-old Haitian immigrant who could not speak English, said in an interview in Haitian Creole that Mr. Medina cornered him in Midtown, displayed a gun and took his car.

    In an interview, Mr. Medina denied threatening anyone with a gun. He said he requested cash because drivers who had defaulted could not be trusted to write good checks. He said he met drivers at parks and referred to himself as the vehicle apprehension unit because he wanted to hide his identity out of fear he could be targeted by borrowers.

    “You’re taking words from people that are deadbeats and delinquent people. Of course, they don’t want to see me,” he said. “I’m not the bad guy. I’m just the messenger from the bank.”

    Some lenders, especially Signature Bank, have let borrowers out of their loans for one-time payments of about $250,000. But to get that money, drivers have had to find new loans. Mr. Greenbaum, a fleet owner, has provided many of those loans, sometimes at interest rates of up to 15 percent, loan documents and interviews showed.

    New York Commercial Bank said in its statement it also had modified some loans.

    Other drivers lost everything. Most of the more than 950 owners who declared bankruptcy had to forfeit their medallions. Records indicate many were bought by hedge funds hoping for prices to rise. For now, cabs sit unused.

    Jean Demosthenes said his medallion was repossessed by a man with a gun. The man denied that he was armed.

    Bhairavi Desai, founder of the Taxi Workers Alliance, which represents drivers and independent owners, has asked the city to bail out owners or refund auction purchasers. Others have urged the city to pressure banks to forgive loans or soften terms.

    After reviewing The Times’s findings, Deepak Gupta, a former top official at the United States Consumer Financial Protection Bureau, said the New York Attorney General’s Office should investigate lenders.

    Mr. Gupta also said the state should close the loophole that let lenders classify medallion deals as business loans, even though borrowers had to guarantee them with everything they owned. Consumer loans have far more disclosure rules and protections.

    “These practices were indisputably predatory and would be illegal if they were considered consumer loans, rather than business loans,” he said.

    Last year, amid eight known suicides of drivers, including three medallion owners with overwhelming loans, the city passed a temporary cap on ride-hailing cars, created a task force to study the industry and directed the city taxi commission to do its own analysis of the debt crisis.

    Earlier this year, the Council eliminated the committee overseeing the industry after its chairman, Councilman Rubén Díaz Sr. of the Bronx, said the Council was “controlled by the homosexual community.” The speaker, Mr. Johnson, said, “The vast majority of the legislative work that we have been looking at has already been completed.”

    In a statement, a council spokesman said the committee’s duties had been transferred to the Committee on Transportation. “The Council is working to do as much as it can legislatively to help all drivers,” the spokesman said.

    As of last week, no one had been appointed to the task force.

    On the last day of 2018, Mr. and Mrs. Hoque brought their third child home from the hospital.

    Mr. Hoque cleared space for the boy’s crib, pushing aside his plastic bags of T-shirts and the fan that cooled the studio. He looked around. He could not believe he was still living in the same room.

    His loan had quickly faltered. He could not make the payments and afford rent, and his medallion was seized. Records show he paid more than $12,000 to Mega, and he said he paid another $550 to Mr. Medina to get it back. He borrowed from friends, promising it would not happen again. Then it happened four more times, he said.

    Mr. Konstantinides, the broker, said in his statement that he met with Mr. Hoque many times and twice modified one of his loans in order to lower his monthly payments. He also said he gave Mr. Hoque extra time to make some payments.

    In all, between the initial fees, monthly payments and penalties after the seizures, Mr. Hoque had paid about $400,000 into the medallion by the beginning of this year.

    But he still owed $915,000 more, plus interest, and he did not know what to do. Bankruptcy would cost money, ruin his credit and remove his only income source. And it would mean a shameful end to years of hard work. He believed his only choice was to keep working and to keep paying.

    His cab was supposed to be his ticket to money and freedom, but instead it seemed like a prison cell. Every day, he got in before the sun rose and stayed until the sky began to darken. Mr. Hoque, now 48, tried not to think about home, about what he had given up and what he had dreamed about.

    “It’s an unhuman life,” he said. “I drive and drive and drive. But I don’t know what my destination is.”

    [Read Part 2 of The Times’s investigation: As Thousands of Taxi Drivers Were Trapped in Loans, Top Officials Counted the Money]

    Reporting was contributed by Emma G. Fitzsimmons, Suzanne Hillinger, Derek M. Norman, Elisha Brown, Lindsey Rogers Cook, Pierre-Antoine Louis and Sameen Amin. Doris Burke and Susan Beachy contributed research. Produced by Jeffrey Furticella and Meghan Louttit.

    Follow Brian M. Rosenthal on Twitter at @brianmrosenthal

    #USA #New_York #Taxi #Betrug #Ausbeutung

  • « L’école française du Mime »

    Je viens de découvrir la fiche « L’école française du Mime » répertoriée par le Ministère de la Culture dans « Expressions et traditions orales »… le Mime dans « les traditions orales » ? Admettons. Ne cherchons pas à comprendre, c’est le Ministère de la Culture. Le problème, quand on fait une liste, est qu’il ne faut surtout pas oublier une personne. Au risque de passer pour un approximatif, un négligeant. Et de surcroît, on peut vexer la dite personne. Ici, le grand absent est un grande absente. Elle ne pourra pas se vexer car il s’agit de... Suzanne Bing. Il est vrai que le document date de juin 2017, mais tout même, soyons sensibles et reconnaissants à la place de la femme dans l’art du Mime. Jacques Copeau y est cité sept fois et Suzanne Bing : zéro ! Qu’aurait été l’École du Vieux Colombier, si elle n’avait pas concrétisé les idées du « Maître » ? Comme, on pourrait dire également : Qu’aurait-été en 1913 la troupe du Vieux Colombier sans le régisseur Louis Jouvet ? Mais je digresse… Donc je l’affirme : Sans Suzanne Bing, il n’y aurait pas eu d’École du Vieux Colombier. Il n’y aurait pas eu cette source de pédagogie, de recherche, de pratique artistique qui a donnée naissance à Charles Dullin et Étienne Decroux. Un peu de reconnaissance quand même ! Après dans cette liste, il manque de nombreuses personnes qui font vivre le Mime en France. Par exemple, le Mime Hervé Demet qui n’est pas cité et qui fait un travail « remarquable ». Il y a aussi toute la promotion de 1996 de l’École Internationale de Mimodrame de Paris – MARCEL MARCEAU. Aucun n’y figure ! Bon en même temps, on n’était que six. Et ne décelez pas chez moi de l’amertume, jalousie et autre vexation. Je ne tiens surtout pas à figurer dans une liste de l’état français. On est suffisamment fichés comme ça. Et un état qui mutile ses opposants politiques ne me plaît pas…

    Source : https://www.silencecommunity.com/file/view/47236/« l’ecole-francaise-du-mime »

    #France #Culture #Ministère_de_la_Culture #fiche #Mime #artiste_mime #école #école_française #école_française_du_Mime #Jacques_Copeau #Marcel_Marceau #Charles_Dullin #Étienne_Decroux #Suzanne_Bing #Bing #Louis_Jouvet #Hervé_Demet #Sylvie_Grenet #2017 #Grenet

  • Fins de mois difficiles, impayés, vente de patrimoine... Des familles asphyxiées face au « coût faramineux » des Ehpad, Béatrice Jérôme
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/02/27/de-tres-chers-parents-dans-de-trop-chers-ehpad_5428949_3224.html

    Pour une personne âgée sur deux, la facture s’élève à au moins 1 850 euros par mois. Parfois, les liens familiaux n’y résistent pas.

    Parfois, les liens familiaux n’y résistent pas. « Nous formions jusqu’à ce jour la famille modèle, très soudée, très solidaire, raconte Thierry Dormeau, 50 ans, contrôleur de gestion en Seine-et-Marne. Il aura suffi de trois mois pour que ce bonheur soit détruit. » Pauline, sa mère, souffre d’Alzheimer. Fin 2016, il a dû se résoudre à l’installer, à 83 ans, dans une maison de retraite proche de chez lui.
    Très vite, entre les quatre enfants de Pauline, la brouille a éclaté. Invoquant des dettes, des fins de mois plus difficiles, deux d’entre eux n’ont ni voulu – ni pu – partager la facture de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (#Ehpad), qui s’élevait à plus de 1 200 euros mensuels. Les impayés se sont accumulés. Aujourd’hui, l’établissement réclame plus de 11 000 euros. Quant à Pauline, elle est placée sous #tutelle depuis neuf mois et l’établissement souhaite son départ. « Je verse 300 euros par mois à l’Ehpad, 10 % de mon salaire, confie Thierry Dormeau, qui n’a pas les revenus suffisants pour consentir un effort supplémentaire. J’attends, inquiet de savoir qui va payer le dû final. C’est l’engrenage du système qui a détruit notre fratrie. »

    Vente de leur patrimoine

    Comme M. Dormeau, ils sont une quarantaine à avoir répondu à l’appel à témoignages lancé sur le site du Monde, début février, sur le casse-tête du financement du séjour d’un parent en maison de retraite. Autant de récits qui montrent des familles soudées plus souvent qu’elles ne se divisent. Mais qui vivent toutes des affres financières face au coût « faramineux » des Ehpad au regard de leurs ressources.

    Le « #reste_à_charge » dont doivent s’acquitter les 585 560 personnes âgées qui vivent dans ces établissements est parmi les plus élevés d’Europe.

    « Les plus mal loties sont les classes moyennes inférieures, qui ne sont ni assez pauvres pour avoir des aides sociales, ni assez riches pour faire face au coût. En somme, les catégories modestes, profil type des “gilets jaunes” ! », observe Serge Guérin, sociologue, spécialiste du vieillissement.

    Pour une personne âgée sur deux, la facture d’un Ehpad s’élève à au moins 1 850 euros par mois, selon une étude de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du ministère de la santé (Drees), publiée en novembre 2018. Alors que le montant moyen des #retraites était d’environ 1 500 euros net mensuels, fin 2016. La majorité des résidents a donc une retraite inférieure au coût du « reste à charge ».

    L’enquête de la Drees révèle aussi que seul un tiers des personnes en Ehpad dispose de revenus ou d’aides sociales suffisants pour payer. Les deux autres tiers se disent contraints de vendre leur patrimoine ou de mettre leur entourage à contribution. Reste que près d’un quart des personnes âgées interrogées indique ne pas savoir qui paye la facture, ni comment… Le coût d’une place en Ehpad est variable d’un département à l’autre. Il est aussi plus élevé dans le secteur privé lucratif où, selon la Drees, il dépasse 2 440 euros dans la moitié des établissements.

    « Les Ehpad, c’est cher payé pour le service rendu, regrette Annie Legoff, habitante de Saclay (Essonne). D’autant qu’il y a un manque énorme, mais vraiment énorme de personnel », déplore-t-elle. Elle constate à chaque visite « la lourde tâche » des équipes qui prennent soin de sa mère, Suzanne, 97 ans, et des résidents de l’Ehpad où elle vit depuis bientôt neuf ans. Pour financer son séjour dans cet établissement privé de Saclay, Annie Legoff a dû vendre l’appartement de Suzanne.

    D’ici deux ans à peine, elle n’aura pourtant pas d’autre choix que de puiser dans ses propres économies. « J’y pense tous les jours, appréhende cette ancienne secrétaire administrative à l’université. J’aurai à débourser 600 euros chaque mois, soit 15 % des revenus de mon ménage. Mon frère et ma sœur compléteront comme ils pourront. C’est un sacrifice normal mais ce sera au détriment de beaucoup de choses que nous ne pourrons plus financer », dit-elle.

    « 1 900 euros par mois »

    Les Ehpad publics – 45 % du parc – sont meilleur marché. La moitié d’entre eux pratiquent des tarifs inférieurs à 1 790 euros. Las ! Pour y entrer, les #listes_d’attente sont longues. Antoine Acquaviva n’a pas eu le choix. Faute de place dans un établissement public, près de chez sa mère, Noëlle, 74 ans, qui vit dans le Cher, cet informaticien nantais de 42 ans a dû opter pour un Ephad privé à Bourges. Le coût de l’hébergement – 2 700 euros – est hors de portée des 800 euros de retraite de Noëlle. Fils unique, M. Acquaviva verse « 1 900 euros par mois à l’Ehpad. Mon budget personnel ne pourra pas suivre longtemps », confie-t-il, avec la crainte d’être « sans solution si ma mère devait rester en établissement sur le long terme ».

    Comme lui, face à l’urgence et faute de chambres libres dans les Ehpad publics, Mireille Chabineau, habitante de Clion (Charente-Maritime), a installé son père, René, 86 ans, dans un établissement privé au Creusot (Saône-et-Loire). La retraite d’ancien ouvrier chez Schneider de son père et les petites économies de sa mère sont « entièrement » prélevées par l’Ehpad, « sans suffire à couvrir les frais », raconte-t-elle. Cette infirmière partage la charge totale de 1 300 euros, chaque mois, avec trois des quatre enfants de René.

    « On se retrouve à devoir payer pour notre père mais aussi pour notre mère, qui, sinon, n’aurait plus un euro pour vivre. »

    Pour Annie Lemer, le tribut est encore plus lourd. En 2015, elle a choisi de placer sa mère, Chelbia, dans un Ehpad privé non lucratif à Paris. « La première fois qu’on m’a indiqué le tarif, j’ai manqué de m’asseoir par terre ! », confie dans un sourire cette ancienne professeure agrégée d’hébreu. La facture s’élève à plus de 3 600 euros par mois. La retraite de Chelbia est de 1 400 euros. « Fille unique, j’assume seule le reste de la dépense, soit 2 200 euros par mois, en y consacrant, dit-elle, pratiquement entièrement mes quelque 3 000 euros de retraite. »

    Sa demande d’#aide_sociale à la Ville de Paris a reçu un « refus catégorique », au prétexte que sa « fille qui vit à Londres a des revenus élevés. Ce motif de refus ne me paraît vraiment pas juste », soupire Mme Lemer. « Ma fille a de jeunes enfants à charge. Je ne me vois pas lui demander de financer l’hébergement de sa grand-mère, même si elle a eu le beau geste de me le proposer », s’indigne-t-elle.

    Reprise d’activité

    Parfois, pour pourvoir payer l’établissement, certains conjoints sont obligés de reprendre une activité à la retraite. C’est le cas du père de Julie Guiader, cardiologue à Montrouge, dont la mère vit dans un Ehpad public qui facture un « reste à charge » de 2 500 euros, alors que la retraite de sa mère s’élève à 1 700 euros. « A 73 ans, mon père a repris son activité de médecin du travail pour payer la différence. Et je l’aide pour continuer à payer son loyer et les impôts », confie Mme Guiader.

    Pour soulager momentanément les proches, plus de 80 % des Ehpad sont habilités à délivrer une #aide_sociale_à_l’hébergement (ASH) aux résidents dont les revenus sont inférieurs au coût du séjour. Mais pour beaucoup de familles, le mécanisme de l’ASH est dissuasif. Car les conseils départementaux qui versent et financent cette aide sont en droit d’exiger son remboursement total ou partiel auprès des enfants, voire des petits-enfants, en fonction de leurs ressources, après le décès de son bénéficiaire. « Les gens hésitent à demander l’ASH, confirme Laurent Dumas, vice-président (PS) chargé de l’autonomie des établissements pour personnes âgées au conseil départemental du Puy-de-Dôme. Ils sont freinés par l’idée qu’après leur mort le département puisse demander de l’argent à leurs descendants. »

    « On n’a pas souhaité demander l’ASH, raconte ainsi Marie Pruvost, qui a installé fin juin sa mère, Rafaela, 88 ans, à l’Ephad hospitalier de Riom (Puy-de-Dôme). Même si ça fait cher, nous préférons payer au fur et à mesure plutôt que de prendre l’ASH et d’avoir à rembourser d’un coup une somme importante après sa mort », explique cette aide-soignante à l’hôpital de la ville.

    Alors que 75 % des résidents en Ehpad sont éligibles à l’ASH, seuls 20 % d’entre eux perçoivent cette allocation, ont calculé les députées Monique Iborra (LRM) et Caroline Fiat (FI) dans un rapport parlementaire sur la crise de ces établissements paru en mars 2018. Le mécanisme de l’ASH « est kafkaïen pour les familles et pour les départements qui doivent faire des enquêtes longues et coûteuses pour évaluer les moyens des descendants. C’est un système aberrant qu’il faut réformer », estime Monique Iborra.

    Pourtant, certains des 7 000 établissements français voient le nombre de dossiers d’ASH augmenter. « Depuis 2015, la courbe des demandes d’ASH grimpe de manière très forte. Un indice évident des difficultés financières croissantes des familles », relève Xavier Relandeau, directeur de la maison d’accueil du Bois-Hercé, Ehpad privé à but non lucratif à Nantes, où, depuis des générations, les habitants d’un quartier populaire de la ville viennent vivre leurs vieux jours.

    #vieux #dépendance #obligation_alimentaire #dette

  • Wikisource met à l’honneur les autrices de Gallica | Le blog de Gallica
    https://gallica.bnf.fr/blog/28092018/wikisource-met-lhonneur-les-autrices-de-gallica

    Lors de l’atelier organisé pendant les journées du Matrimoine, les 15 et 16 septembre derniers, les participantes et participants ont ainsi terminé la seconde relecture nécessaire pour valider La Princesse de Clèves, La Princesse de Montpensier et La Comtesse de Tende de Madame de La Fayette. En se référant aux éditions numérisées dans Gallica, les Wikisourcien.ne.s ont également achevé les relectures des Maximes (source Gallica) de Madeleine de Souvré, marquise de Sablé, Des inhumations précipitées (source Gallica) de Suzanne Necker et le Discours prononcé à la barre de l’Assemblée nationale le 25 juillet 1792 (source Gallica) par Claire Lacombe, dont la page Wikisource a aussi été créée. Une première relecture des Lettres de madame de la Fayette à madame de Sévigné a pu être menée. Le travail de mise en ligne de quelques pages des Lettres (source Gallica) de Manon Roland et des Œuvres inédites de Germaine de Staël a été poursuivi. Enfin, sur proposition d’une contributrice, et toujours à partir d’un exemplaire présent sur Gallica, Le Vote des femmes, d’Hubertine Auclert, a pu commencer à être mis en ligne.

  • Sivens : le gendarme qui avait lancé une grenade et blessé une femme condamné à six mois de prison avec sursis
    mardi 8 janvier 2019 à 20:06 - Mis à jour le mardi 8 janvier 2019 à 21:59 Par Bénédicte Dupont et Suzanne Shojaei, France Bleu Occitanie et France Bleu
    https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/sivens-huit-mois-de-prison-requis-contre-le-gendarme-qui-avait-lance-une-

    Six mois de prison avec sursis, interdiction de porter et détenir une arme pendant six mois et 1.000 euros d’amende, condamnation plus clémente que les réquisitions prononcée ce 8 janvier par le tribunal correctionnel de Toulouse à l’encontre du gendarme ayant lancé une grenade dans une caravane à Sivens le 7 octobre 2014, blessant grièvement une zadiste. Le militaire n’aura pas d’inscription dans son casier judiciaire et va pouvoir continuer à exercer son métier. Le parquet avait requis huit mois de prison avec sursis, l’interdiction de porter et détenir une arme pendant un an et l’interdiction d’exercer une mission de maintien de l’ordre pendant trois ans.

    "J’ai fait une erreur « 
    L’affaire avait été éclipsée par une histoire similaire, bien plus dramatique : la mort trois semaines plus tard d’un jeune écologiste sur ce même site, Rémi Fraisse, tué par une grenade lancée par un gendarme là encore Cette fois, la victime, une femme de 25 ans à l’époque, militante anti-barrage avait eu la main grièvement atteinte par des éclats de plombs en caoutchouc. Ce 7 octobre 2014, la scène avait été filmée par l’un des quatre occupants de la caravane, elle a été diffusée pendant l’audience. Le militaire n’avait pas attendu que tous les zadistes sortent et avait lancé la grenade sur un matelas de la caravane. » Vous vous êtes senti menacé ?", a demandé le procureur. « Non, répond le gendarme de 49 ans, expérimenté. Je voulais la lancer à côté de la caravane pour leur faire peur. J’étais fatigué, on travaillait jour et nuit sur le barrage à Sivens. J’ai fait une erreur, c’était inapproprié. » (...)

    #violences_policières #Sivens

  • Artistes plasticien·nes : toute œuvre mérite-t-elle salaire ?
    https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/artistes-plasticiens-toute-oeuvre-merite-t-elle-salaire

    A l’ombre de quelques artistes-stars très reconnus et exposés dans de grandes institutions, de nombreu·seux plasticien·nes ont aujourd’hui beaucoup de mal à vivre de leur art. Quelles sont les difficultés rencontrées et pourquoi ? Peut-on vivre décemment aujourd’hui en tant qu’artiste-plasticien·nes ?

    #radio #art #revenus
    18/10/2017
    après écoute la réponse est non et il y a besoin de supprimer des artistes.

    • Débrouille et petits jobs : les artistes débutants entre coups de bol et ras-le-bol
      https://www.lemonde.fr/campus/article/2018/11/18/debrouille-et-petits-jobs-les-artistes-debutants-entre-coups-de-bol-et-ras-l

      Galerie La Forest Divonne, un vendredi de novembre, à Paris. Elsa et Johanna présentent leur premier « solo show » (exposition individuelle). Deux ans à peine après leur sortie de l’Ecole nationale des arts décoratifs (Ensad) et de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris (ENSBA), ces deux photographes de 27 ans ont le privilège d’exposer leur travail à quelques pas des Beaux-Arts, là où Johanna Benaïnous a été formée pendant cinq ans à « pousser son univers ». Un univers troublant où son duo avec Elsa Parra entre dans la peau de personnages qui semblent familiers, mais étranges, et interrogent le spectateur sur leurs identités : femmes ou hommes ? Déguisés ou travestis ?

      Le succès de ce travail, qui n’est pas sans rappeler celui de l’artiste américaine Cindy Sherman, contraste avec le parcours semé d’embûches de nombreux jeunes artistes. Comédiens, danseurs, musiciens, peintres, sculpteurs, et tant d’autres qui ont répondu à un appel à témoignages diffusé sur le site du Monde. Le nombre et la diversité des réponses permettent de dresser, par petites touches, le portrait d’une génération de jeunes aspirants artistes. Une génération tiraillée entre l’impératif de faire des études supérieures, de s’accommoder avec le monde du travail et de s’insérer dans l’univers de la culture et du spectacle.
      Après le diplôme, le grand vide

      Parmi ces témoignages, de nombreux artistes plasticiens déplorent l’absence de professionnalisation dans les écoles d’art, même si ces dernières revendiquent la création de modules préparant à l’emploi, de séminaires ou de conférences. « Après les Beaux-Arts, personne ne t’attend, et personne ne t’a préparé non plus à ce qui t’attend. Dans les écoles, c’est un sujet un peu tabou. Vivre de son art, c’est lointain », témoigne cette jeune diplômée de l’Ecole européenne supérieure d’art de Bretagne (EESAB) qui vit – pour l’instant – de son travail de régisseuse.

      Même si, évidemment, les jeunes qui s’engagent dans cette voie savent que cette filière, du point de vue de l’insertion professionnelle, est plus complexe que d’autres. « Finalement la seule chose que l’école à su me prédire, c’est la précarité inhérente à tout artiste ! Nul n’en vit décemment, et on ne peut pas prendre les quelques contre-exemples d’artistes businessmen à la Jeff Koons comme représentant de notre cause. Une fois l’école finie, j’ai pris un job alimentaire, conscient que mon diplôme ne m’ouvrirait aucune porte », explique avec amertume un diplômé des Beaux-Arts de Paris de 25 ans (qui préfère conserver l’anonymat).
      Exposer « dans un grand musée tout en étant au RSA »

      « On a à la fois le statut le plus valorisé dans notre société, créateur, et le plus méprisé, assisté » – Diane Bertrand

      Pour les artistes plasticiens, il n’y a pas d’équivalence du statut d’intermittent, qui garantit une relative sécurité dans les « périodes creuses ». Des dizaines de jeunes artistes racontent ainsi, à travers l’appel à témoignages, qu’ils touchent le revenu de solidarité active (RSA). « J’ai toujours eu du mal à vivre de mon travail, et j’alterne entre enseignement, résidences d’artistes, quelques ventes d’œuvres et des petits boulots, explique Diane Bertrand, sculptrice et céramiste, diplômée en 2008 de l’école supérieure des métiers d’art d’Arras. Concrètement, je ne pourrais pas vivre sans les minima sociaux, et je crois que c’est ce qui m’a le plus étonnée au début de ma carrière : voir que l’on pouvait avoir ses œuvres exposées dans un grand musée tout en étant au RSA. Psychologiquement, cela crée une situation étrange, car on a à la fois le statut le plus valorisé dans notre société – créateur – et le plus méprisé – assisté. »

      C’est un milieu particulier que celui de l’art, un milieu où « on est choisi plus qu’on ne choisit », résume Jean-Baptiste Boyer, jeune peintre figuratif de 28 ans, uniquement diplômé d’un bac professionnel artisanat et métiers d’art. « On ne sait pas toujours pourquoi on devient cet élu. Moi, j’ai toujours peint et puis le moment est venu. Ceux qui n’auraient jamais jeté un œil à mon travail m’ont trouvé tout à coup intéressant », raconte le peintre, qui doit sa percée fulgurante à l’œil averti d’Henri van Melle, collectionneur, commissaire et ancien directeur international des événements et expositions de la maison Hermès.

      Peu après leur rencontre, Jean-Baptiste Boyer signe avec la galerie Laure Roynette, qui organise sa première exposition, en novembre 2017. Ce fut un succès : « Toutes ses toiles sont vendues la première semaine », se rappelle Laure Roynette, et une prolongation a été organisée jusqu’en janvier. Mais l’histoire de Jean-Baptiste Boyer, artiste qui « peint pour continuer à vivre », est singulière. Les chiffres attestent d’une autre réalité. Trois ans après l’obtention d’un diplôme supérieur, un diplômé en arts plastiques sur quatre n’est pas parvenu à s’insérer dans son domaine de formation, rappelle une étude d’Anne Daras sur l’insertion professionnelle de formations artistiques et culturelles supérieures, réalisée par le ministère de la culture en 2011.
      « Soit vous êtes comédien, soit vous mourez »

      Nicolas Romain n’a jamais renoncé à devenir comédien, même s’il a cédé à un DUT technique de commercialisation pour rassurer ses parents cadres, qui l’avaient mis en garde contre un métier de « crève-la-faim ». Il a ensuite décidé de financer entièrement le cours Florent et sa chambre de bonne à Paris. Pendant sa formation, il partage son temps entre les cours de théâtre et son travail alimentaire de régisseur à l’Ecole du Louvre. Puis il suit les cours de Jean-Laurent Cochet, ancien pensionnaire de la Comédie-Française et metteur en scène, qui a formé, notamment, Isabelle Huppert, Daniel Auteuil, Emmanuelle Béart, Carole Bouquet, Fabrice Luchini, Gérard Depardieu…

      « J’ai fait du porte-à-porte pour vendre des contrats de gaz » – Nicolas Romain

      « J’y ai appris les fondamentaux. Depuis que j’ai terminé ma formation, j’ai multiplié les courts-métrages pour les écoles de cinéma. J’ai rencontré et travaillé avec l’équipe de Jean-Pierre Mocky. J’ai aussi fait un travail de metteur en scène de théâtre pendant un an », détaille le jeune comédien. Mais, en parallèle, il n’a jamais cessé d’avoir un « boulot alimentaire » : « J’ai fait du porte-à-porte pour vendre des contrats de gaz, donné des cours de théâtre à des enfants, eu un CDI dans une entreprise d’accueil à la Défense. Il me restait parfois sept euros pour manger à la fin du mois. Sept euros, c’est une baguette ou un cheeseburger par jour pendant une semaine. » Nicolas Romain se souvient de cette phrase de Jean-Laurent Cochet : « Soit vous êtes comédien, soit vous mourez. » « J’aime l’idée de mérite. Je pense qu’il est très important d’être confronté à la réalité de la vie pour devenir un bon comédien. La perception de cette réalité est, selon moi, sûrement faussée dès lors que l’on vit aux crochets des autres », conclut-il.

      Et pourtant, la famille, ça aide énormément. Mélanie Charvy, diplômée d’un master 2 de droit de l’université de Nanterre, remarque qu’elle n’a pas souvent croisé des fils et filles d’immigrés ou d’ouvriers pendant sa formation théâtrale au studio de Vitry (Val-de-Marne). « Le théâtre est un milieu bourgeois où règne l’entre-soi. Il faut avoir des parents qui vous soutiennent financièrement pour faire des études dans des écoles privées, sinon c’est très dur de se concentrer sur son apprentissage », explique cette jeune comédienne et metteuse en scène. Une étude du ministère de la culture publiée en 2014 lui donne raison. Ainsi presque un artiste des spectacles sur deux (47 %) est un enfant de cadre.
      Des voies royales

      Parmi tous ces aspirants comédiens, seul un infime pourcentage emprunte la « voie royale », l’une des treize écoles supérieures d’art dramatique. Blanche Ripoche, admise en 2013 au Théâtre national de Strasbourg (TNS), l’une des formations les plus prestigieuses, n’a pas eu encore à se soucier de son avenir. « J’ai la chance de pouvoir surfer sur ce réseau d’écoles nationales », explique la jeune femme, qui souligne que le rêve d’intégrer ces formations peut faire « beaucoup de mal » aux recalés de ces concours ultra-sélectifs. En 2013, elle avait été sélectionnée avec onze autres élèves parmi huit cents candidats.

      « Tous les jours, tout est remis en question : talent, aptitudes, valeur de nos expériences » – une plasticienne

      « Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées », écrivait Arthur Rimbaud dans son célèbre poème Ma bohème. Un vers qui semble correspondre à la vie que mènent certains artistes « vivotant » à coups de RSA, d’enseignement, de travail alimentaire et même de mécénat. « La vie d’un artiste n’est pas un long fleuve tranquille. Tous les jours, tout est remis en question : talent, aptitudes, valeur de nos expériences. Il faut un moral d’acier pour supporter ce doute perpétuel, et ne jamais perdre l’envie d’avancer, de se surpasser », appuie, avec un peu plus de recul, une artiste plasticienne quadragénaire. Et se rappeler, sans cesse, une évidence : « On est artiste parce qu’on ne peut pas être autre chose », suggère avec modestie Jean-Baptiste Boyer.
      Les réseaux sociaux, une aubaine pour les jeunes artistes
      « Disco Palmyre ».
      « Disco Palmyre ». FLORENT GROC

      « Je n’avais jamais imaginé être artiste », confie Florent Groc, diplômé de l’école d’art, de design et d’animation d’Aix-en-Provence en 2009. Quand il commence à poster des photos de son travail sur Instagram en 2012, Florent Groc confond le réseau social avec un logiciel de retouches de photos, sans avoir conscience de la dimension « sociale » de l’application. Il est rapidement remarqué par un jeune critique et commissaire d’art, qui lui propose de participer à sa première vente aux enchères organisée par la maison Piasa. « J’ai vendu deux œuvres. Ce n’était pas énorme, mais ça m’a donné confiance dans ma pratique », explique l’artiste, qui compte 2 500 abonnés sur son compte, et poursuit son travail à Marseille.

      Silvère Jarrosson a suivi le même chemin. Ancien élève de l’école de danse de l’Opéra de Paris, il avait l’habitude de publier « spontanément des posts sur Facebook ». Ce jeune homme de 23 ans s’est mis à peindre après un accident qui lui a coûté sa carrière de danseur classique. « J’ai commencé à vendre mes premières toiles en 2013 », explique-t-il. C’est toujours à travers Facebook qu’il est contacté par un « ami » virtuel, qui lui révèle être galeriste et s’intéresser à son travail depuis un an. En janvier 2014, sa première exposition est organisée par la galerie Hors-Champ. « Cela a été comme un signal donné. Mon travail a été accrédité. »

      Selon le rapport Hiscox sur le marché de l’art en ligne publié en 2016, Facebook et Instagram sont devenus les réseaux sociaux préférés des acheteurs d’art au cours de ces deux dernières années. Laure Roynette, qui dirige la galerie qui porte son nom, confirme : « C’est très important pour une galerie de regarder ce qui se fait sur les réseaux sociaux. Cette génération des 25-35 ans vit naturellement avec Instagram et Facebook. On arrive à découvrir des artistes comme ça. » Néanmoins, le passage en galerie reste incontournable, « les collectionneurs ont toujours besoin d’un rapport physique à l’œuvre », estime Laure Roynette.

    • « Parmi les jeunes diplômés en art, seule une petite minorité vit de ses créations »

      https://www.lemonde.fr/campus/article/2018/11/18/parmi-les-jeunes-diplomes-en-art-seule-une-petite-minorite-vit-de-ses-creati

      Si je me base sur les travaux que l’on a à notre disposition, on sait que la plupart des artistes ne vivront pas de leur expression artistique de manière principale. Dans les cinq à dix ans suivant la sortie de la formation, une petite minorité seulement va pouvoir vivre de son art de manière principale en suivant son idéal artistique. Pour les autres, l’insertion professionnelle passe soit par une reconversion en dehors du monde de l’art, soit par une pluriactivité, parfois dans son monde de l’art, parfois non, la pratique artistique mue par la passion étant alors doublée d’un emploi alimentaire ou d’emplois artistiques « utilitaires ».

      Il y a bien sûr des différences selon les univers, un musicien ou un comédien aura, par exemple, plus d’opportunités à occuper des emplois artistiques, même peu valorisés, qu’un artiste plasticien. La seule étude statistique solide sur de jeunes musiciens professionnels, menée par Philippe Coulangeon en 2004, montre qu’au bout de dix ans plus de la moitié des artistes avaient arrêté toute activité musicale professionnelle.
      Lire les témoignages : Coups de bol, débrouille et petits jobs : les galères des jeunes artistes

      Cette difficulté d’insertion professionnelle dans la vie d’artiste n’est pas occultée par les écoles d’art, qui tentent de préparer leurs étudiants à affronter le monde du travail. Elles développent des ateliers en ce sens pour les former à d’autres emplois artistiques « utilitaires », comme comédien en hôpital, graphiste ou enseignant, en insistant sur l’utilité des réseaux sociaux ou en leur apprenant à faire un book. Ou encore à passer un entretien, une audition. D’ailleurs, cette façon de faire entrer des techniques de l’entreprise dans les écoles d’art ou de les former à des emplois moins valorisés sur le plan artistique est parfois critiquée par les étudiants eux-mêmes, plus intéressés par la recherche de leur voie artistique.
      Existe-t-il une voie royale ? Des formations qui permettent de mieux s’en sortir ?

      Il est évident que le fait de passer par une école réputée augmente les chances d’accéder à des emplois valorisés. C’est un cercle vertueux, on rencontre des professeurs qui sont des professionnels réputés, qui peuvent vous choisir et vous offrir vos premières opportunités. Dans ces formations, des réseaux efficaces peuvent être constitués. L’école fonctionne aussi comme preuve de votre légitimité, et renforce votre réputation lors des rencontres ou des auditions. Pour autant, la vie de ces jeunes artistes issus des écoles réputées n’est pas non plus un long fleuve tranquille, et beaucoup peinent à trouver un chemin. Les mondes de l’art sont des mondes compétitifs et saturés, les places sont rares, et beaucoup se joue au travers des réseaux et des affinités.
      Peut-on dire que « le talent n’est qu’un élément parmi d’autres » ?

      Si on ne s’intéresse qu’aux personnes qui réussissent, il peut paraître évident que tout arrive grâce à leur talent. Mais, en réalité, il y a très peu d’emplois disponibles qui correspondent à l’idéal artistique, et le talent n’est qu’un élément parmi d’autres. Pour accéder à ces emplois, il faut un ensemble de savoirs et de connaissances, mais aussi des liens sociaux efficaces.

      Si vous avez fait une école prestigieuse, que vous venez d’une famille d’artistes qui vous aura appris à vous comporter, que vous connaissez des gens du milieu et si vous êtes un homme, ce sera plus facile. Pour autant, on peut être comédien et faire de l’art-thérapie, ou être valorisé pour sa créativité sur d’autres modes, et être finalement plus épanoui qu’un comédien « en haut de l’affiche ».

      La réussite par les réseaux est toujours considérée comme une injustice, car on estime que le professionnalisme doit être le premier critère de jugement. C’est une constante dans tous les milieux professionnels. Mais les réseaux sociaux, les affinités, et parfois même le physique jouent un rôle démesurément important dans les mondes de l’art. Et dans l’art, cette réalité est vécue de manière douloureuse, car c’est une activité vécue sur le mode de la vocation, où seul le talent devrait compter. Cela dit, quand on interroge les personnes qui ont choisi ces parcours, elles ne découvrent pas la difficulté de l’insertion en école ou à sa sortie. Elles ont été mises en garde et se sont engagées dans cette voie par passion ou par vocation, et veulent « tenter leur chance » quand même.
      Lire aussi Les réseaux sociaux, une aubaine pour les jeunes artistes
      Les inégalités entre hommes et femmes sont aussi très criantes. Les femmes sont moins représentées dans les galeries, leurs films sont moins sélectionnés dans les festivals.

      Ce n’est pas plus criant dans les mondes de l’art que dans les autres environnements professionnels masculins, mais comme on part du présupposé que les mondes de l’art sont ouverts, tolérants, et à l’avant-garde, on s’étonne qu’ils fonctionnent de la même façon.

      Il y a évidemment des milieux plus masculins, comme la réalisation de films, où les femmes ont d’emblée plus de difficultés que les hommes. Dans le jazz, elles sont confrontées à l’entre-soi masculin, à des stéréotypes féminins péjoratifs ou des normes de fonctionnement masculines. Difficile alors pour elles de se projeter dans ce monde et de s’y maintenir.

      Dans la danse, le théâtre ou les arts plastiques, qui sont pourtant des mondes plus féminisés, la situation n’est pas tellement plus facile, dès lors qu’elles souhaitent grimper en haut de la pyramide. La compétition entre femmes est féroce, et celles-ci doivent adopter des codes masculins pour réussir.

      En arts plastiques, elles se trouvent confrontées aux mêmes mécanismes négatifs que dans le jazz ou le cinéma. En théâtre et en danse, les femmes sont sursélectionnées, souvent enfermées dans des normes physiques contraignantes, et elles doivent se plier aux règles de la séduction. En effet, elles sont bien plus nombreuses que les hommes, alors même qu’on recrute autant, si ce n’est plus, de rôles masculins et de danseurs hommes que de rôles féminins ou de danseuses.
      On observe aussi que l’ouverture sociale s’est réduite dans le milieu artistique. Pourquoi ?

      Les personnes d’origine sociale favorisée et qui n’appartiennent pas aux « minorités visibles » sont privilégiées à toutes les étapes : elles ont été plus souvent formées aux pratiques artistiques dans leur famille, elles disposent plus souvent de comportements et de physiques proches des normes attendues, elles sont plus souvent aidées financièrement dans les cinq à dix ans après la sortie de formation… Les enfants d’origine sociale défavorisée ou appartenant aux minorités visibles, à l’inverse, ressemblent moins aux normes attendues, ont moins de ressources financières et ont un réseau moins efficace. C’est en jouant sur ces mécanismes que les écoles de formation artistiques peuvent essayer de compenser ces inégalités.

    • Merci pour les précisions @colporteur

      –-------

      Le travail doit être une souffrance. Un travail qui ne fait pas souffrir ne mérite pas de rémunération.
      Les artistes sont sensé·es prendre du plaisir dans leur activité, illes ne méritent donc pas de rémunération.

    • Ma fille est entrée dans une seconde générale, mais contingenté → création et culture design. Alors qu’elle est au lycée du Mirail, avec toute sa diversité, sa classe (dite des artistes) est composée presque exclusivement de filles blanches. Ce qui est vraiment frappant.
      Sur l’origine sociale, pour l’instant, ça a l’air assez varié, mais je pense que la donne change profondément après le bac.

    • Au niveau sociale il y a des chances qu’après le bac ca change en pire.
      J’étais en bac arts plastiques mais dans un lycée catho non mixte ce qui fait que c’etait 100% féminin, bouge et très très blanc.
      De mon souvenir des beaux-arts il y avait surtout des blanc·hes et des classes favorisées. J’avais pas pu faire de comptage du ratio femmes/hommes, mais les profs étaient surtout des hommes. Un atelier était « interdit aux connasses du MLF (ce qui voulait dire femmes) et a ceux qui parlent une langue de metèques (ce qui désignait un élève italien) ». L’école a justifié ces propos en disant que ce prof prennait sa retraite l’année prochaine. Ca faisait donc plus de 20 ans que cet ordure pratiquait ce mode de recrutement avec la bienveillance de l’institution et c’était en 2001. Un de mes prof se ventais aussi de choisir ses étudiantes sur des critères physiques et de faire faire son travail d’artiste par ses élèves.
      Les femmes sont majoritaires dans ce cursus mais ne sont pas exposées, pas achetés, pas valorisées, pas cités. On les retrouve par contre en majorité sous le seuil de pauvreté.

      J’avais trouvé une étude sur le milieu de la danse, très très féminisé chez les enfants et la pratique amatrice et majoritairement masculine dans la professionnalisation, avec des très fortes discriminations sur les grossesses et une mise au placard très jeune et plafond de verre. J’avais mis ca sur seenthis je vais voire si je retrouve.

  • Bayer, dans l’enfer du mariage avec Monsanto

    Depuis la fusion effective des deux groupes, en juin, la valeur du nouvel ensemble ne cesse de fondre. Les investisseurs s’inquiètent du risque environnemental que constitue le glyphosate
    Cécile Boutelet
    page scq2

    Berlin correspondance - Ce jour-là, l’action Bayer a décroché, pour ne plus jamais se relever. Le 9 août 2018, Dewayne ­Johnson, un ancien jardinier en phase terminale de lymphome non hodgkinien, obtient gain de cause dans son procès contre Monsanto, qui ne l’a pas informé des risques qu’il courait en utilisant son produit phare, le Roundup. Le célèbre produit à base de glyphosate, l’herbicide le plus utilisé dans le monde, est pour la première fois rendu responsable d’un cancer par un tribunal, qui condamne Monsanto à verser au plaignant 289 millions de dollars (253 millions d’euros) : 39 au titre du préjudice moral et financier et 250 millions au titre des dommages. L’allemand Bayer, qui a racheté le semencier Monsanto au mois de juin 2018, accuse le coup : 10 milliards d’euros de valeur boursière s’évaporent en quelques heures. Le « risque Monsanto » correspond désormais à un chiffre, monstrueux. Et la descente aux enfers commence.

    Bayer, ébranlé par la sanction, se défend. Il assure aux investisseurs que le procès sera cassé en appel, que la peine sera allégée et que le juge se rendra aux conclusions des « 800 études scientifiques » prouvant l’innocuité de la molécule. L’action reprend des couleurs. Mais lundi 22 octobre, le couperet tombe : la juge Suzanne Bolanos ne rouvrira pas le procès. Elle maintient le jugement mais allège la sanction financière, la ramenant au total à 78,5 millions de dollars. L’action s’effondre à nouveau, pour atteindre son plus bas niveau depuis cinq ans. Le 1er novembre, Dewayne Johnson a accepté dans le but d’éviter le poids d’un nouveau procès les dommages et intérêts réduits.

    Depuis le rachat de Monsanto, Bayer a perdu la somme gigantesque de 30 milliards d’euros de valeur boursière, alors que le groupe a opéré une augmentation de capital de 9 milliards d’euros pour boucler la fusion. Le « mariage du siècle » au sommet de l’agrochimie mondiale était-il une erreur ? Déjà condamné par les écologistes, voilà qu’il est aussi remis en cause par les marchés. Tout, dans cette alliance, est démesuré : le prix de la transaction (63 milliards de dollars) ; la taille du nouveau groupe, devenu le premier producteur de glyphosate du monde et le champion mondial de l’agrochimie ; la réputation de Monsanto, un nom si chargé négativement que Bayer a prévu de le faire disparaître. Mais c’est surtout l’ampleur du nouveau risque judiciaire qui affole les investisseurs : 7 800 procès sont actuellement intentés contre Monsanto aux Etats-Unis, soit plusieurs milliards de dollars de dommages et intérêts potentiels.

    « Ambiance désastreuse »

    « Les activités de Monsanto apportent des risques élevés en matière environnementale, sociale et de gouvernance », estime Ingo Speich, gestionnaire de fonds chez Union Investment. Bayer a-t-il suffisamment mesuré les risques ? Les actionnaires sont d’autant plus inquiets que les autres activités du groupe affichent des signes de faiblesse : le département des médicaments sans ordonnance a vu ses résultats reculer au dernier semestre. En pharmacie conventionnelle, plusieurs brevets Bayer arrivent bientôt à échéance, et les nouvelles molécules en cours d’homologation ne pourront pas compenser la perte de chiffre d’affaires.

    En interne, depuis le mois d’août, c’est le branle-bas de combat. « L’ambiance est désastreuse. Beaucoup avaient déjà eu du mal à avaler la décision de racheter Monsanto, vu l’image qu’ils en ont. Mais là, la situation n’est pas tenable à long terme. Si un hedge fund veut nous racheter, il peut le faire à bon compte », s’inquiète une source interne. Pour sauver la fusion, même les bijoux de famille sont examinés. Fin septembre, la presse allemande rapporte que Bayer étudie de près une cession de ses activités en santé animale, qui pourrait rapporter 6 à 7 milliards d’euros. Une information non confirmée par le groupe.

    Fin septembre, lors d’une réunion du personnel à Leverkusen, au siège de Bayer, Werner Baumann, patron du groupe, a évoqué la possibilité de se séparer de certaines parties de son département recherche en médicaments, l’un des coeurs traditionnels de Bayer. Les représentants des salariés sont alarmés.

    Surtout, Bayer veut sauver le soldat glyphosate. L’herbicide controversé est d’une importance cruciale pour le groupe. Il représentait un quart des ventes de Monsanto. Dans le groupe Bayer consolidé, il pèse 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Alors Werner Baumann monte lui-même au créneau dans la presse. Dans le numéro du 23 septembre de Bild am Sonntag, version dominicale de Bild, le quotidien le plus lu d’Allemagne, il pose, souriant, dans un laboratoire du groupe. « Grâce au glyphosate, les gens mangent à leur faim », affirme-t-il, au risque de s’attirer les foudres des milieux écologistes.

    Volonté de dialogue

    La sortie pro-glyphosate du patron de Bayer surprend. Car, depuis début 2018, c’est un tout autre discours qui était mis en avant. Liam Condon, directeur du département Crop Science, a multiplié les interventions dans la presse et auprès d’associations environnementales pour expliquer la démarche du nouveau groupe. Il joue la carte du dialogue et de l’apaisement.

    Fin mars, dans le magazine Capital, une discussion est organisée avec le coprésident du parti écologiste allemand, Robert Habeck, sur la question de savoir comment nourrir la planète avec 10 milliards d’habitants en 2050. C’est la première fois qu’un tel débat est organisé dans le pays, symptomatique d’un double mouvement : la volonté de Bayer de trancher avec le passé de Monsanto, qui refusait systématiquement le débat avec ses contradicteurs, et la nouvelle orientation des Verts allemands, traditionnellement parti d’urbains très diplômés, qui ne veulent plus passer pour des ennemis de l’innovation. Les positions restent antagoniques, notamment sur la question des brevets sur les plantes, mais certains points d’entente sont identifiés. « Je ne veux pas revenir à une agriculture de carte postale avec trois cochons et deux poules », dit M. Habeck, aujourd’hui une des personnalités politiques les plus en vue d’Allemagne. « Le glyphosate n’est pas notre avenir », assure de son côté M. Condon.

    La question est brûlante : dans le contexte d’une augmentation de la population, d’un réchauffement du climat et d’une extinction des espèces, comment accroître la production agricole sans étendre les terres arables au détriment des espaces sauvages ? Comment adapter l’agriculture à la montée du niveau des mers ? Comment faire avec moins d’eau, moins d’engrais et moins de pesticides de synthèse ?

    Liam Condon est l’arme de Bayer dans ce débat sensible. Mi-juin, dans l’hebdomadaire FAS, il laisse entrevoir ce à quoi pourrait ressembler l’agriculture du futur selon Bayer : davantage de technique et moins de chimie. Même s’il continue de défendre le glyphosate comme un herbicide « sûr . « La grande solution qui va sauver le monde n’existe pas, explique-t-il. L’agriculture est trop variée. Mais il y aura une série de petits apports. »

    Il en nomme trois. Le premier est la technologie Crispr-Cas, ou « ciseau génétique » une technologie codécouverte en 2012 par la Française Emmanuelle Charpentier, qui permet de modifier l’ADN d’une plante plus rapidement qu’auparavant, sans avoir recours au matériel génétique d’une autre plante. Elle pourrait permettre de créer des organismes plus résistants à la sécheresse, capables de grandir dans l’eau salée, ou plus productifs, promettent les scientifiques, qui parlent de « révolution dans l’agriculture . La méthode divise actuellement les écologistes allemands et le thème est très controversé en Europe. Un arrêt de la Cour de justice européenne, rendu fin juillet, a ainsi mis un coup de frein au développement de la technologie sur les sols européens. Les plantes traitées avec la méthode Crispr-Cas sont considérées comme des OGM et devront être dûment étiquetées.

    La deuxième technologie sur laquelle mise Bayer est l’agriculture numérique ou « digital farming », qui suppose par exemple l’utilisation de robots autonomes dans les champs qui repèrent les plantes nuisibles et les détruisent au laser. Ou celle de capteurs, capables de mesurer au plus près l’hygrométrie et la quantité d’intrants à utiliser. La troisième innovation repose sur une meilleure connaissance des micro-organismes ou microbes présents dans le sol et leur relation avec la croissance de la plante. Elle propose des solutions biologiques pour la fertilisation des sols ou la protection contre les maladies. Certaines préparations déjà sur le marché sont d’ailleurs utilisables en agriculture bio.

    Interrogées par le Monde, plusieurs sources des milieux écologistes conviennent, en off, que ces innovations sont « intéressantes » et qu’elles consacrent l’émergence d’une agriculture « post-chimie . Mais elles maintiennent leur condamnation de la concentration du secteur de l’agrotechnologie. Pour les actionnaires, ces nouvelles méthodes ne promettent cependant pas de profits à court terme. Or la Bourse est cruelle : elle mesure le risque environnemental, mais ne veut pas renoncer aux profits sûrs. Pour Bayer, le défi est double : il doit convaincre que son modèle d’agriculture du futur est aussi « durable » qu’il le prétend, et qu’il peut générer autant de profits que le glyphosate.

    Dans Le Monde Éco & Entreprise, samedi 3 novembre 2018 1478 mots, p. SCQ2

    #agriculture #monsanto #glyphosate

  • Bayer, dans l’enfer du mariage avec Monsanto
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/11/02/bayer-dans-l-enfer-du-mariage-avec-monsanto_5377800_3234.html

    Depuis la fusion effective des deux groupes, en juin, la valeur du nouvel ensemble ne cesse de fondre. Les investisseurs s’inquiètent du risque environnemental que constitue le glyphosate.

    Ce jour-là, l’action Bayer a décroché, pour ne plus jamais se relever. Le 9 août 2018, Dewayne Johnson, un ancien jardinier en phase terminale de lymphome non hodgkinien, obtient gain de cause dans son procès contre Monsanto, qui ne l’a pas informé des risques qu’il courait en utilisant son produit phare, le Roundup. Le célèbre herbicide à base de glyphosate, le plus utilisé dans le monde, est pour la première fois rendu responsable d’un cancer par un tribunal, qui condamne Monsanto à verser au plaignant 289 millions de dollars (253 millions d’euros) : 39 au titre du préjudice moral et financier et 250 millions au titre des dommages.

    L’allemand Bayer, qui a racheté le semencier Monsanto au mois de juin, accuse le coup : 10 milliards d’euros de valeur boursière s’évaporent en quelques heures. Le « risque Monsanto » correspond désormais à un chiffre, monstrueux. Et la descente aux enfers commence.

    Bayer, ébranlé par la sanction, se défend. Il assure aux investisseurs que le procès sera cassé en appel, que la peine sera allégée et que le juge se rendra aux conclusions des « 800 études scientifiques » prouvant l’innocuité de la molécule. L’action reprend des couleurs. Mais lundi 22 octobre, le couperet tombe : la juge Suzanne Bolanos ne rouvrira pas le procès. Elle maintient le jugement mais allège la sanction financière, la ramenant au total à 78,5 millions de dollars. L’action s’effondre à nouveau, pour atteindre son plus bas niveau depuis cinq ans. Le 1er novembre, Dewayne Johnson a accepté – dans le but d’éviter le poids d’un nouveau procès – les dommages et intérêts réduits.

    Branle-bas de combat

    Depuis le rachat de Monsanto, Bayer a perdu la somme gigantesque de 30 milliards d’euros de valeur boursière, alors que le groupe a opéré une augmentation de capital de 9 milliards d’euros pour boucler la fusion. Le « mariage du siècle » au sommet de l’agrochimie mondiale était-il une erreur ? Déjà condamné par les écologistes, voilà qu’il est aussi remis en cause par les marchés.

    Tout, dans cette alliance, est démesuré : le prix de la transaction (63 milliards de dollars) ; la taille du nouveau groupe, devenu le premier producteur de glyphosate du monde et le champion mondial de l’agrochimie ; la réputation de Monsanto, un nom si chargé négativement que Bayer a prévu de le faire disparaître. Mais c’est surtout l’ampleur du nouveau risque judiciaire qui affole les investisseurs : 7 800 procès sont actuellement intentés contre Monsanto aux Etats-Unis, soit plusieurs milliards de dollars de dommages et intérêts potentiels.

    Dans le groupe Bayer consolidé, l’herbicide Roundup pèse 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

    « Les activités de Monsanto apportent des risques élevés en matière environnementale, sociale et de gouvernance, » juge Ingo Speich, gestionnaire de fonds chez Union Investment. Bayer a-t-il suffisamment mesuré les risques ? Les actionnaires sont d’autant plus inquiets que les autres activités du groupe affichent des signes de faiblesse : le département des médicaments sans ordonnance a vu ses résultats reculer au dernier semestre. En pharmacie conventionnelle, plusieurs brevets Bayer arrivent bientôt à échéance, et les nouvelles molécules en cours d’homologation ne pourront pas compenser la perte de chiffre d’affaires.

    En interne, depuis le mois d’août, c’est le branle-bas de combat. « L’ambiance est désastreuse. Beaucoup avaient déjà eu du mal à avaler la décision de racheter Monsanto, vu l’image qu’ils en ont. Mais là, la situation n’est pas tenable à long terme. Si un hedge fund veut nous racheter, il peut le faire à bon compte », s’inquiète une source interne. Pour sauver la fusion, même les bijoux de famille sont examinés. Fin septembre, la presse allemande rapporte que Bayer étudie de près une cession de ses activités en santé animale, qui pourrait rapporter 6 à 7 milliards d’euros. Une information non confirmée par le groupe.

    Fin septembre, lors d’une réunion du personnel à Leverkusen, au siège de Bayer, Werner Baumann, patron du groupe, a évoqué la possibilité de se séparer de certaines parties de son département recherche en médicaments, un des cœurs traditionnels de Bayer. Les représentants des salariés sont alarmés.

    Sauver le soldat glyphosate

    Surtout, Bayer veut sauver le soldat glyphosate. L’herbicide controversé est d’une importance cruciale pour le groupe. Il représentait un quart des ventes de Monsanto. Dans le groupe Bayer consolidé, il pèse 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Alors Werner Baumann monte lui-même au créneau dans la presse. Dans le numéro du 23 septembre de Bild am Sonntag, version dominicale de Bild, le quotidien le plus lu d’Allemagne, il pose souriant dans un laboratoire du groupe. « Grâce au glyphosate, les gens mangent à leur faim », affirme-t-il, au risque de s’attirer les foudres des milieux écologistes.

    La sortie pro-glyphosate du patron de Bayer surprend. Car depuis début 2018, c’est un tout autre discours qui était mis en avant. Liam Condon, directeur du département Crop Science, a multiplié les interventions dans la presse et auprès d’associations environnementales pour expliquer la démarche du nouveau groupe. Il joue la carte du dialogue et de l’apaisement.

    Fin mars, dans le magazine Capital, une discussion est organisée avec le coprésident du parti écologiste allemand, Robert Habeck, sur la question de savoir comment nourrir la planète avec 10 milliards d’habitants en 2050. C’est la première fois qu’un tel débat est organisé dans le pays, symptomatique d’un double mouvement : la volonté de Bayer de trancher avec le passé de Monsanto, qui refusait systématiquement le débat avec ses contradicteurs, et la nouvelle orientation des Verts allemands, traditionnellement parti d’urbains très diplômés, qui ne veulent plus passer pour des ennemis de l’innovation.

    Les positions restent antagoniques, notamment sur la question des brevets sur les plantes, mais certains points d’entente sont identifiés. « Je ne veux pas revenir à une agriculture de carte postale avec trois cochons et deux poules, » dit M. Habeck, aujourd’hui une des personnalités politiques les plus en vue d’Allemagne. « Le glyphosate n’est pas notre avenir », assure de son côté M. Condon.

    La question est brûlante : dans le contexte d’une augmentation de la population, d’un réchauffement du climat et d’une extinction des espèces, comment augmenter la production agricole sans étendre les terres arables au détriment des espaces sauvages ? Comment adapter l’agriculture à la montée du niveau des mers ? Comment faire avec moins d’eau, moins d’engrais et moins de pesticides de synthèse ?

    Plus de technique, moins de chimie

    Liam Condon est l’arme de Bayer dans ce débat sensible. Mi-juin, dans l’hebdomadaire FAS, il laisse entrevoir à quoi pourrait ressembler l’agriculture du futur selon Bayer : davantage de technique et moins de chimie. Même s’il continue à défendre le glyphosate comme un herbicide « sûr ». « La grande solution qui va sauver le monde n’existe pas, explique-t-il. L’agriculture est trop variée. Mais il y aura une série de petits apports. »

    Il en nomme trois. Le premier est la technologie Crispr/Cas, ou « ciseau génétique » une technologie co-découverte en 2012 par la Française Emmanuelle Charpentier, qui permet de modifier l’ADN d’une plante de façon plus rapide qu’avant, sans avoir recours au matériel génétique d’une autre plante. Elle pourrait permettre de créer des organismes plus résistants à la sécheresse, capables de grandir dans l’eau salée, ou plus productifs, promettent les scientifiques, qui parlent de « révolution dans l’agriculture ». La méthode divise actuellement les écologistes allemands et le thème est très controversé en Europe. Un arrêt de la Cour de justice européenne, rendu fin juillet, a ainsi mis un coup de frein au développement de la technologie sur les sols européens. Les plantes traitées avec la méthode Crispr/Cas sont considérées comme des OGM et devront être dûment étiquetées.

    La deuxième technologie sur laquelle mise Bayer est l’agriculture numérique ou « digital farming », qui suppose par exemple l’utilisation de robots autonomes dans les champs qui repèrent les plantes nuisibles et les détruisent au laser. Ou celle de capteurs, capables de mesurer au plus près l’hygrométrie et la quantité d’intrants à utiliser. La troisième innovation repose sur une meilleure connaissance des micro-organismes ou microbes présents dans le sol et leur relation avec la croissance de la plante. Elle propose des solutions biologiques pour la fertilisation des sols ou la protection contre les maladies. Certaines préparations déjà sur le marché sont d’ailleurs utilisables en agriculture bio.

    Interrogées par le Monde, plusieurs sources des milieux écologistes conviennent, en off, que ces innovations sont « intéressantes » et qu’elles consacrent l’émergence d’une agriculture post-chimie. Mais elles maintiennent leur condamnation de la concentration du secteur de l’agrotechnologie. Pour les actionnaires, ces nouvelles méthodes ne promettent cependant pas de profits à court terme. Or la Bourse est cruelle : elle mesure le risque environnemental, mais ne veut pas renoncer aux profits sûrs. Pour Bayer, le défi est double : il doit convaincre que son modèle d’agriculture du futur est aussi « durable » qu’il le prétend, et qu’il peut générer autant de profits que le glyphosate.

  • Artwork to explore Border identity with yellow line aesthetic

    US visual artist #Suzanne_Lacy worked with 300-plus people for Ulster Museum project.

    A US visual artist who is firmly set against hard borders whether in Ireland or in her native country is bringing her take on the issue to Belfast.

    The world premiere of Suzanne Lacy’s project on the “profound impact the Irish Border has on the lives of people who live there” entitled Across and In-Between will be showcased at the Ulster Museum from Thursday.

    It is in two parts: The Yellow Line, a three-screen film that will be projected on to the front of the museum each evening; and The Border People’s Parliament where those involved in the film will be invited to a private celebratory dinner at Stormont and to discuss Border matters.

    The film features more than 300 participants including farmers, horse-owners, scouts, hikers and villagers from communities across the Fermanagh, Donegal, Leitrim, Cavan and Monaghan borderline.

    Lacy led a crew of 25 artists and helpers in the project which was filmed during August. She says her work provides an “opportunity to explore the Border without entering into Brexit politics” .
    Mexican wall

    From California close to the Mexican border where US president Donald Trump is intent on having a wall built, she does not like such firm separations.

    “The Border is a huge concern. For me personally the idea of a hard border and a wall is an anathema. I don’t want to go into politics here but I think it is ridiculous,” she says.

    The people who participated in the film donned yellow jackets, flew yellow kites, paddled in yellow kayaks and had horses tracing a yellow track along the Border to demonstrate the special nature of the 500km boundary.

    In one scene, dozens of people, again dressed in yellow, walked to and danced at the bridge between Pettigo in Co Donegal and Tullyhommon in Co Fermanagh.

    Gorse concept

    So, what is it all about and why the yellow motif? “It represents the yellow gorse than runs through the fields and through the countryside. We are looking at the idea of a border without assigning politics to it. There is no orange, no green, no red, no blue,” she explains.

    Ms Lacy also was trying to reflect how border people are somehow different. “They are used to navigating a border whether it is hard or soft. If you have ever driven around there you will know you can go almost imperceptibly from one country to another. You only know where you are by your mobile phone service changing,” she says.

    “People carry purses with two kinds of money – sterling and euro. They have different lifestyles. I don’t know if they are a distinct people but they have distinct characteristics,” adds Ms Lacy.


    https://www.irishtimes.com/news/ireland/irish-news/artwork-to-explore-border-identity-with-yellow-line-aesthetic-1.3663435
    #art #frontières #yellow_line #ligne #identité #identité_frontalière

  • Un an après, la galère des anciens députés Caroline Fontaine - 3 aout 2018 - maris patch
    https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Un-an-apres-la-galere-des-anciens-deputes-1567013

    Seuls 25 % des élus de l’Assemblée nationale ont survécu au raz-de-marée En marche !. Parmi les battus, une grande majorité de socialistes. Leur difficulté à retrouver un emploi signe la fin de « l’ancien monde ».

    C’est le premier signe d’un changement d’importance : ils ne décrochent plus leur téléphone aux premières sonneries. D’ailleurs, ils ne le décrochent plus du tout. Et ils ne rappellent pas. Difficile pour eux, qui ont tant aimé prendre la lumière, d’annoncer qu’ils ne s’en sortent pas. Les élections législatives de 2017 ont laissé 434 sortants sur le carreau, dont environ deux tiers sont PS ou écologistes. Un an après, leur reconstruction personnelle et professionnelle est, pour beaucoup, loin d’être achevée. Digérer l’humiliation de la défaite – certains n’ont pas passé le premier tour – a pris du temps. « Pendant les cinq ans de mon mandat, je me suis investi à 110 %, confie Philippe Baumel, ancien élu socialiste de Saône-et-Loire. Mon échec m’a semblé profondément ingrat. J’ai vécu pendant six mois une forme de tétanisation. J’ai eu beaucoup de mal à tourner la page. »

    Six mois, c’est le temps qu’il a fallu à Véronique Massonneau, ex-députée écolo de la Vienne, pour ne serait-ce que sortir de chez elle : « J’avais du mal à supporter la compassion des gens. » Idem pour Catherine Lemorton, ancienne présidente PS de la commission des Affaires sociales, qui avait vendu sa pharmacie pour se consacrer à son travail d’élue. « Après le choc », elle a flirté avec les abîmes : « J’ai flanché. Ne plus me sentir utile a été très violent pour moi. » « On a eu peur qu’elle se suicide », glisse une de ses anciennes camarades. « La politique est une drogue dure », s’excuse Alexis Bachelay, ex-député socialiste des Hauts-de-Seine et porte-parole de Benoît Hamon pendant la campagne de la primaire. Tous sont habités par un profond sentiment d’injustice : s’ils n’ont pas été réélus, ce n’est pas leur faute, non, mais celle de François Hollande et de son gouvernement. « J’avais un seul défaut circonstanciel, celui d’être socialiste », dit Catherine Lemorton. Un an après, les plaies ne sont pas encore toutes cicatrisées.


    Notre enquête révèle leur difficulté à trouver un emploi malgré leur réseau et leur expérience
    Un sevrage violent, voilà donc le premier enseignement de notre enquête. Pour tous, même pour les 225 qui ont fait valoir leurs droits à la retraite. « J’avais le sentiment de n’avoir pas démérité », confie Dominique Raimbourg, ancien patron socialiste de la commission des Lois à l’Assemblée. Mais eux, au moins, savent qu’à leur manière, ils ont eu « de la chance », selon les mots de Patricia Adam, son homologue PS à la Défense : « Je suis un privilégié dans le sens où je suis vieux ! » s’amuse Raimbourg. Leur téléphone sonne beaucoup moins, mais, grâce à leur pension, ils ont pu rester actifs – en s’impliquant dans des associations, des think tanks ou des fondations – sans crainte du lendemain. « Ça aide », confirme Jean-Christophe Cambadélis, ancien patron du PS et ex-député de Paris. Pour les autres, pour ceux qui, comme le dit Véronique Massonneau, ont eu « la mauvaise idée de n’avoir “que” 59 ans », notre enquête révèle leur difficulté à trouver un emploi malgré leur réseau et leur expérience. Une première.

    « J’ai réalisé qu’on paraissait obsolète », s’attriste Véronique Massonneau
    « Autrefois, les députés avaient des carrières longues, explique Emile Blessig, président du Groupe des anciens députés. S’ils perdaient leur siège, ils gardaient leur mairie, leur conseil général… » Désormais, l’interdiction du cumul des mandats les prive de cette possibilité de rebond. Autre changement, l’accession au pouvoir d’Emmanuel Macron a signé la fin de l’alternance, ce balancier qui garantissait un retour dans l’hémicycle : après la droite, la gauche et ainsi de suite. Résultat, beaucoup se sont retrouvés sans rien. « Je ne suis plus une personne publique, je n’ai plus à m’exprimer », coupe Sandrine Mazetier, ancienne vice-présidente socialiste de l’Assemblée nationale. « Je n’ai rien à vous dire. Je suis redevenu un citoyen ordinaire », prétend Kader Arif, autrefois plus bavard dans sa vie d’élu de Haute-Garonne ou de ministre délégué de François Hollande. « Certains ont pris de tels coups sur la gueule qu’ils ne veulent plus entendre parler de rien », décode Catherine Coutelle, présidente de l’Association des anciennes députées. Et ce d’autant moins que la poignée d’anciens députés qui ont raconté leurs difficultés ont récolté sur les réseaux sociaux une volée d’insultes, sur le thème : « Mais pour qui se prend ce privilégié ? » Alors ils préfèrent se taire.
     « Avant, une entreprise pensait qu’un politique pouvait lui apporter des marchés, analyse Jean-Christophe Cambadélis. Aujourd’hui, elle se dit qu’il va lui valoir des emmerdes »

    « La vague a touché beaucoup de monde, rappelle Véronique Massonneau. Il y a d’anciens ministres, des vice-présidents de l’Assemblée nationale sans emploi. Et comme on cherche tous dans les mêmes domaines – porte-parole de fondation, dans les relations institutionnelles –, les places sont rares. » Alors même que leur image s’est dégradée : « Avant, une entreprise pensait qu’un politique pouvait lui apporter des marchés, analyse Jean-Christophe Cambadélis. Aujourd’hui, elle se dit qu’il va lui valoir des emmerdes ! » Catherine Coutelle opine : « Elles n’ont pas envie de s’encombrer avec des gens battus et dévalués dans l’opinion. » De surcroît s’ils viennent du PS. Alexis Bachelay raconte : « J’ai passé quelques entretiens. Mon étiquette politique est complètement démonétisée. Dans l’ancien monde, on était recruté parce que, cinq ans plus tard, on allait être à nouveau au pouvoir. Là, on est tricard. » Tricard et ringardisé par les jeunes loups macronistes. « J’ai réalisé qu’on paraissait obsolète », s’attriste Véronique Massonneau. Un « retour au réel » d’autant plus dur que certains « ont pris de mauvaises habitudes, admet Jean-Christophe Cambadélis. Ils ne veulent pas perdre leur position sociale. Ils cherchent donc des emplois plus élevés dans la hiérarchie que ceux qu’on leur propose. » Leurs difficultés n’avaient pas été anticipées. Rien n’a été prévu par l’Assemblée. Ici, aucun accompagnement pour les aider dans leur reconversion.

    En juillet 2017, 97 ex-députés touchaient l’allocation de retour à l’emploi
    Même pour les fonctionnaires – un quart des sortants –, le retour au bureau s’est révélé compliqué. « Vous n’êtes pas toujours le bienvenu, rappelle Catherine Coutelle. Une directrice de recherche a été déclassée de trois échelons. Une autre mise au placard… » Alexis Bachelay a travaillé onze ans dans la fonction publique territoriale : « Ils me reprenaient à leurs conditions. Ce n’étaient pas les miennes. » Au terme de six mois de congé parental à 370 euros par mois, il s’est mis en disponibilité – sans droits au chômage – pour créer, comme tant d’autres, sa société de conseil. « Ce n’est pas très original, mais, quand vous avez été parlementaire, vous n’avez pas 50 000 possibilités de reconversion ! »

    En juillet 2017, 97 ex-députés touchaient l’allocation de retour à l’emploi (contre 44 après les législatives de 2012). Un an après, ils sont encore 70 à la percevoir. Et certains, comme Alexis Bachelay ou Véronique Massonneau, qui a obtenu de son précédent employeur une rupture conventionnelle, n’y ont pas droit. En 2007, Guillaume Bachelay, ancienne figure montante du PS, député battu en 2017, publiait un livre au titre toujours d’actualité : « Désert d’avenir ? Le Parti socialiste, 1983-2007 ». Sollicité pour cette enquête, il n’a jamais donné suite à nos appels. Tout comme d’anciens ténors du PS – Christophe Borgel, François Lamy, Pascal Cherki… Signe que la nouvelle vie de ces ex-piliers de la Rue de Solferino doit être encore en construction. Un an après la défaite.

    #députés #députées #PS #politicards #chômage #chômeurses #chômeurs #précarité #assurance-chômage #crise #pauvreté #politique #exclusion , retour de bâton , subir les lois qu’ils/elles ont voté #tricard #ringard #réel #solferino #assistanat #galère

    • C’est poignant, tant de misère humaine ...

      Les 26 députés qui ont voté contre l’état d’urgence

      François Asensi (GDR) Alain Bocquet (GDR) Marie-George Buffet (GDR) Jean-Jacques Candelier (GDR) Patrice Carvalho (GDR) André Chassaigne (GDR)Jacqueline Fraysse (GDR)

      Laurence Abeille (non inscrit) Pouria Amirshahi (non inscrit) Isabelle Attard (non inscrit) Danielle Auroi (non inscrit) Michèle Bonneton (non inscrit) Sergio Coronado (non inscrit) Cécile Duflot (non inscrit) Noël Mamère (non inscrit) Philippe Noguès (non inscrit) Jean-Louis Roumégas (non inscrit)Eva Sas (non inscrit)

      Jean-Frédéric Poisson (LR)

      Fanélie Carrey-Conte (SRC) Linda Gourjade (SRC) Jean-Luc Laurent (SRC) Denys Robiliard (SRC) Barbara Romagnan (SRC) Gérard Sebaoun (SRC)Suzanne Tallard (SRC)
      Les 4 députés qui se sont abstenus

      Jean Lassalle (non inscrit)

      Nicolas Sansu (GDR)Gaby Charroux (GDR)

      Jean-Patrick Gille (SRC)

    • Erratum : la liste ci-dessus est la liste de ceux qui n’ont pas voté pour le reconduction de l’état d’urgence.
      Voici la liste des six qui n’ont pas voté l’état d’urgence :
      L’élu socialiste Pouria Amirshahi avait pour sa part annoncé son intention de voter contre. Deux autres socialistes, Barbara Romagnan et Gérard Sebaoun, l’ont également fait. Ainsi que les écolos Sergio Coronado, Noël Mamère et Isabelle Attard. La députée PS Fanélie Carre-Conte s’est pour sa part abstenue.

      Tout ça pour dire que le déconvenue aurait pu être plus douce en s’affirmant.

      Qu’en sera t-il pour les députés godillots de la tribu des DRH (futurs gestionnaires de camps) de LREM ?

    • Je ne me fous pas spécialement de leur gueule, c’est juste que je sais qu’il est facile de taper sur la gueule d’une partie de la population quand on a l’assurance de ne jamais se retrouver dans sa situation. Donc, le chômage, c’est toujours pour les autres, quand on veut, on peut, utilise ton foutu réseau et tu auras un boulot…
      Là, avec une réseau qui n’a rien à voir avec celui d’un chômeur en fin de droits, ils sont triquards.

      J’aimerais bien que ça les fasse réfléchir à ce qu’ils ont infligé aux autres.
      Cela dit, je me souviens quand on avait les anciens cadres qui arrivaient sur Actu>chômage. En fait de prise de conscience, on avait le droit à « pourquoi moi ? ».
      Désespérant.

    • Mais moi je me marre et sans aucune forme de honte. Ces gens là ils n’ont pas vocation à être député à vie non plus ou alors faut clairement aller en Chine et faire partie des pontes du PC chinois. Et ils viennent pleurer après…
      Ça me rappelle une entrevue entre le maire d’une petite ville de la banlieue de Lille avec des amis qui essayaient de mettre en place une mosquée et à qui le maire mettait des bâtons dans les roues régulièrement. Pendant la conversation le maire ne parlait qu’en terme de possession personnelle des ressources municipales : mon terrain, mes parkings etc Mon ami lui a alors dit « On ne va pas se mentir Monsieur X, on sait tous ici que vous êtes en CDD ». Le maire a rougi et n’a plus rien dit.
      Cerise sur le gâteau du texte : Cambadelis comme porte-parole, franchement ! Le gars il a été condamné plusieurs fois et il incarne la corruption et les magouilles du monde politique à lui tout seul.

  • [RussEurope-en-Exil] Suzanne Cointe, du mouvement musical engagé dans les années trente au réseau l’orchestre rouge, par Jacques Sapir
    https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exil-suzanne-cointe-du-mouvement-musical-engage-dans-les-an

    Suzanne Cointe est une figure, aujourd’hui tombée dans l’oubli, mais dont l’importance est indéniable tant dans la vie culturelle des années 1930 que dans la guerre contre le nazisme. Le livre que Christian Langeois[1] lui consacre est intéressant à plus d’un titre, Fille du général Georges Sosthène Cointe, militante communiste dans les organisations culturelles que […]

    • Il convient de rappeler la trajectoire du général Berzine. Il fut à l’origine de la constitution du groupe des « maitres-espions » auquel Trepper, Sorge, Radô mais aussi Moshe Milstein, Rolf et Ruth Werner, Walter Krivitsky, Manfred Stern et Willi Lehmann appartenaient. Mais, et ceci est peut-être plus intéressant, Berzine, qui avait été directeur du GRU (ou de ce qui en tenait lieu) de 1924 à 1935, fut envoyé en Espagne dès juillet 1936. Sous le pseudonyme de « général Grishin », il commanda le premier corps expéditionnaire russe et réorganisa les forces républicaines. Il fut à l’origine de la nomination du Général Miaja, un vieux général populaire aux yeux des Espagnols. Il galvanisa et organisa la défense de Madrid par les Brigades internationales et par l’Armée Républicaine espagnole, stoppant l’avance jusque-là inexorable et rapide des franquistes. Il rédigea au printemps 1937 un rapport pour le Kremlin où il dénonçait le massacre des anarchistes et des militants du POUM par Alexandre Orlov et les hommes du NKVD, indiquant que ce massacre injustifié et inutile privait la République de nombreux combattants valeureux, démoralisait les troupes, et servait les franquistes. Ce rapport déclencha une violente controverse et Vorochilov, qui se sentait visé, encourut les reproches de Staline. Rentré à Moscou à la fin du printemps 1937, il fut rétabli dans son poste de directeur du GRU. Mais Vorochilov, qui soutenait Orlov et le NKVD, intrigua pour que Berzine soit arrêté par le NKVD à l’automne 1937. Accusé de trotskisme et de trahison au profit du IIIe Reich, il fut condamné à mort le 29 juillet 1938 et exécuté le jour même. La désignation par Berzine de Trepper, Sorge et Radô dans les premiers jours de l’automne 1937 peut ainsi être considérée comme le « testament » de celui qui fut l’un des plus grands responsables du renseignement soviétique[15]. La personnalité de Berzine reste mal connue hors des cercles spécialisés[16], mais il est clair que sa loyauté était double : à l’Union soviétique (et non à Staline….) et à l’idéal communiste qu’il avait embrassé très tôt dans sa jeunesse.

  • http://www.acrimed.org/Sciences-peut-on-publier-n-importe-quoi-dans-L
    #express #beurk #bourdieu #sciences_sociales #socio

    Dans son article du 26 avril, l’urologue-businessman écrit : « Les travaux récents de Robert Plomin et de Suzanne Swagerman montrent que la causalité est l’inverse de ce que Bourdieu imaginait. Ce n’est pas parce qu’il y a des livres dans les bibliothèques des bourgeois que leurs enfants sont de bons lecteurs, c’est parce qu’ils ont reçu un bon patrimoine génétique ».

  • « Fabrique de joie » et « usine de pensées » : Suzanne Duchamp, artiste-peintre.

    http://www.duchamp-villon-crotti.com/artistes/suzanne-duchamp

    https://www.moma.org/interactives/exhibitions/2012/inventingabstraction/?work=87

    http://www.natalieseroussi.com/artistes/oeuvres/19/suzanne-duchamp

    Je découvre grâce à Twitter que Marcel Duchamp avait un sœur artiste, Suzanne Duchamp, et que son œuvre est une source d’émerveillement :

    Suzanne Duchamp nait le 20 octobre 1889, à Blainville-Crevon, en Normandie. Elle est la quatrième enfant d’une famille qui en comptera six, dont quatre se sont consacrés à l’art : Jacques Villon (1875-1963), Raymond Duchamp-Villon (1876-1918) et Marcel Duchamp (1887-1968). Suivant la vocation de ses frères ainés, elle entre en 1905 à l’Ecole des Beaux-arts de Rouen. Elle expose pour la première fois en 1912, au Salon des Indépendants et à la Société Normande de Peinture Moderne.

    #art #peinture #suzanne_duchamp

  • Où sont les femmes dans les médias européens ?

    La couverture médiatique en Europe est dominée par des journalistes et des commentateurs de sexe masculin écrivant principalement à propos d’autres hommes, comme le montre une récente étude collective du réseau EJO sur la presse écrite et en ligne.

    La prédominance des hommes dans l’élaboration et la couverture de l’agenda de l’information persiste malgré le fait que dans la plupart des 11 pays étudiés, les femmes représentent près de la moitié du nombre de journalistes.

    Les chercheurs ont examiné les articles publiés et les images qui accompagnent les articles et ont constaté que dans presque tous les médias étudiés, tant imprimés que numériques, ce sont des hommes qui écrivent l’essentiel du contenu dans les rubriques d’actualité, économie et dans les pièces d’opinion. Dans l’ensemble, 41% des articles avaient été signés par des hommes contre seulement 23% pour les femmes, tandis que près de la moitié (43%) des photos publiées représentaient uniquement des hommes, contre 15% seulement des femmes.

    Les femmes perdantes dans l’imprimé et le numérique

    L’étude révèle que le déséquilibre entre les sexes tend à être plus prégnant dans les médias imprimés traditionnels que chez leurs concurrents en ligne. Globalement, les médias numériques peuvent se targuer d’une répartition légèrement plus égalitaire, toutefois chez eux aussi une majorité des contenus sont signés par des hommes masculins et les photographies représentent davantage d’hommes. Dans certains pays et médias, un plus grand nombre d’articles était signé par des agences anonymes que par des reporters féminins.

    Les pays où le plus grand déséquilibre entre les sexes a été constaté sont l’Italie et l’Allemagne. En Allemagne, 58% des signatures étaient masculines et seulement 16% féminines, tandis qu’en Italie, 63% des signatures étaient masculines (le pourcentage le plus élevé parmi les 11 pays) et seulement 21% féminines. Le reste était composé d’articles sans signature et/ou d’agence.

    Le pays le plus inégal en termes d’utilisation de photos était l’Ukraine, où 49% des images ne représentaient que des hommes, contre 10% qui ne représentaient que des femmes.

    La seule exception à la suprématie masculine était le Portugal, où les signatures féminines étaient plus fréquentes que celles des hommes : 31% contre 20%. Mais même ici, l’utilisation de photographies d’hommes a éclipsé celle des femmes, avec 49% contre 12%.

    Méthode

    L’étude, menée par l’Observatoire européen du journalisme (EJO), est basée sur une analyse systématique des rubriques actualité, économie et commentaires de deux journaux imprimés et de deux médias numériques dans chaque pays, deux jours par semaine pendant quatre semaines en janvier et février 2018. Les pays inclus dans l’étude sont la République tchèque, l’Allemagne, l’Italie, la Lettonie, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, l’Espagne, la Suisse, l’Ukraine et le Royaume-Uni.

    Afin d’uniformiser la récolte des articles, seules les 15 premières pages de chaque journal imprimé ont été prises en compte, en partant du principe qu’elles présenteraient les articles les plus importants de la journée. Pour les médias numériques, les 20 premiers articles affichés sur la page d’accueil et se rapportant aux rubriques actualité, politique et économie, ont été choisis. Les articles relevant d’autres domaines comme la culture, la santé, ou le « lifestyle » ont été omis, tout comme les sections sportives.

    Les résultats ont provoqué un certain désarroi parmi les femmes journalistes à travers l’Europe, dont certaines attribuent le déséquilibre à une culture fortement ancrée dans les salles de rédaction, perçue comme machiste et exigeante, en particulier en termes d’horaires longs et peu compatibles avec une vie familiale.
    La professeure Suzanne Franks, directrice du département de journalisme à la City University de Londres et auteure de plusieurs études historiques sur les femmes dans le journalisme, a déclaré que l’étude mettait en évidence des inégalités de longue date dans le journalisme.

    « Une étude aussi vaste et complète comparant les disparités entre les sexes dans autant de pays, c’est une très bonne chose. Ce qui est moins réjouissant, c’est la persistance des disparités au sein de ceux qui sont publiés et de ceux qui figurent dans les images d’actualité. Espérons qu’en soulignant une fois de plus ces disparités sexuées dans le journalisme, nous verrons surgir des efforts concertés en vue d’un changement ».

    Remise en question souhaitée

    Susanne Klingner, journaliste allemande au bénéfice d’une longue expérience dans le domaine de l’égalité, avec notamment la création de Plan W, un magazine économique pour les femmes de la Süddeutsche Zeitung, n’est pas surprise des résultats concernant l’Allemagne : « Dans toutes les études de l’OCDE, l’Allemagne se situe au bas de l’échelle en ce qui concerne l’équilibre entre les sexes. J’aimerais pouvoir affirmer que ce mauvais résultat est dû au choix des médias d’information puisqu’il l’étude n’a pas inclus de titre progressiste comme SZ ou Die Zeit, mais je crains que cela n’aurait pas changé grand-chose. » Selon Klingner, l’amélioration de l’équilibre entre les sexes n’est pas encore un impératif commercial en Allemagne, malgré les tentatives de certains journaux, comme Die Zeit, d’améliorer le ratio entre le personnel masculin et féminin. « 95% des journaux allemands sont dirigés par des hommes. »

    « J’ai vu cela tant de fois. Les jeunes professionnels au sein d’un média ne sont pas jugés sur leur performance, mais sur des sentiments et les vieux journalistes masculins blancs (un autre aspect du manque de diversité en Allemagne) se sentent proches des jeunes journalistes masculins blancs. Ils se voient eux-mêmes quand ils débutaient et favorisent leur promotion. Beaucoup de jeunes femmes restent invisibles, aussi talentueuses soient-elles. Elles n’ont tout simplement pas le même nombre de soutiens dans l’entreprise. Le jour où il y aura suffisamment de femmes dans les postes de direction, cela va changer… L’échec des entreprises de presse est qu’elles pensent qu’être progressiste signifie avoir une ligne éditoriale progressive, mais pas nécessairement être une entreprise progressiste. Quant aux entreprises conservatrices, elles ne s’en soucient pas. »


    https://ajo-fr.org/journalisme-specialise/ou-sont-les-femmes-dans-les-medias-europeens
    #médias #journalisme #presse #femmes #genre

  • Deux féministes canadiennes dénoncent l’expulsion de femmes des tribunes : #CHERRY_SMILEY et #SUZANNE_BAUSTAD
    https://tradfem.wordpress.com/2018/05/07/deux-feministes-canadiennes-denoncent-lexpulsion-de-femmes-des-tr

    [Cherry Smiley :] Le désaccord n’est pas de la violence, et je m’inquiète des répercussions de redéfinir le mot « violence » pour signifier presque n’importe quoi, le rendant insignifiant. Causer un sentiment d’offense n’est pas la même chose que commettre de la violence. Les mots ne sont pas de la violence. Les mots peuvent appeler à la violence, oui, mais critiquer la prostitution et le genre ne fat appel à aucun type de violence. Il s’agit plutôt d’une analyse critique légitime de systèmes qui nous affectent toutes et tous. Des mots et des images peuvent contribuer à une culture qui dévalorise certaines personnes, et qui, pour plusieurs raisons, encourage, normaliser ou accepter passivement des actes de violence. Mais prétendre que des mots que d’autres personnes trouvent offensants ou qui contestent leur analyse politique équivaut à une violence réelle est inexact, et c’est une façon de réduire au silence celles d’entre nous qui ont des opinions féministes critiques. Cette nouvelle définition de la « violence » affecte également les femmes qui subissent réellement des violences masculines, comme le viol, l’agression physique, le meurtre ou la violence psychologique, pour ne citer que quelques exemples.
    (...)
    [Suzanne Baustad :] Chasser des gens des tribunes (et annuler des événements) est dangereux non parce que cela sape une notion abstraite de la liberté d’expression. C’est dangereux pour la gauche au sens large parce que cela nous prive des conditions matérielles de la lutte : un contexte et des rapports de travail partagés, une expérience et une langue communes, les subtilités d’interactions en temps réel et une prise en charge individuelle et collective de ce qui est entendu et de ce qui est dit.

    En contrepartie, les tactiques d’expulsion des tribunes renforcent les alliances fondées sur la peur, créent des formes anémiques d’unité et renforcent des dirigeants (généralement non redevables à leur base) qui ont peur de laisser les gens penser par eux-mêmes et croient que le leadership équivaut au contrôle de l’information et des gens.

    Toute forme d’unité de la gauche qui émerge de cette culture couarde fondée sur la peur ne mérite pas de devenir une force politique dans la vie des gens de la classe ouvrière et n’aura sûrement aucune chance contre les forces de classe qui contrôlent aujourd’hui Vancouver.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale pour l’article de Cherry Smiley : http://www.feministcurrent.com/2018/05/05/open-letter-left-regarding-silence

    #Yuly_Chan #activisme_trans #Vancouver #Prostitution #débattre_à_gauche

  • Suzanne Zaccour : Querelle [ kə.ʀɛl ] | Scènes de l’avis quotidien
    https://scenesdelavisquotidien.com/2018/02/10/suzanne-zaccour-querelle-k%c9%99-%ca%80%c9%9bl

    [Le texte qui suit, de Suzanne Zaccour, est tiré du récent Dictionnaire critique du sexisme linguistique. Il s’agit d’un extrait pour l’entrée « Querelle ». Il est publié ici avec l’aimable autorisation de l’autrice et des éditions Somme Toute. Merci à vous.]
    De querelle en querelle

    30%. D’après l’Organisation mondiale de la santé, c’est la proportion des femmes ayant été victimes de violence conjugale[1]. Parce que je suis une femme, j’ai, jusqu’à 44 ans, plus de chances d’être tuée ou blessée par un conjoint que par un accident de voiture, la guerre, la malaria et le cancer – toutes ces causes combinées[2]. Ça donne froid dans le dos, et pourtant… Où est l’état d’urgence ?

    […]

    Le meurtre d’une femme par son conjoint est presque toujours contextualisé comme un fait divers – un événement par définition banal, sans conséquence, anodin. Pas assez important pour faire l’actualité ou l’éditorial, mais tout de même assez divertissant pour se mériter un petit coin d’écran. Divertissant, car le fait divers est aussi le fait insolite. Surprenant et inhabituel : tout le contraire des violences conjugales qui sont non seulement répandues, mais aussi prévisibles[3]. Par conséquent, l’événement rapporté doit être simultanément (et paradoxalement) peu important et sensationnel.

    Peu important, parce qu’on parle de violence domestique (un calque de l’anglais domestic violence), une expression qui en dit long considérant le peu d’importance que notre société apporte à la sphère domestique (lire : la sphère des femmes). Peu important aussi, parce que sans rapport avec un quelconque enjeu de société. Une femme battue à mort, c’est une histoire triste, rien de plus. Or, le contexte systémique fait toute la différence dans notre appréciation d’une nouvelle. On n’accorde pas tout à fait la même attention à la nouvelle d’une personne atteinte d’une grippe lorsqu’on est en plein crise de H1N1. La chute d’une action est moins banale au lendemain du Brexit. On percevrait donc différemment la nouvelle d’un féminicide si elle était présentée comme il se doit : comme un événement qui s’inscrit dans l’épidémie internationale de violences faites aux femmes. Or, comme chaque femme est sa propre histoire, hors de ce qui se passe vraiment en société, on parle plutôt de drame conjugal ou de drame familial. Le drame invoque le genre littéraire, le théâtre, et non le meurtre bien réel d’une femme en chair et en os.

    Le sensationnalisme intervient parce qu’il faut bien rendre l’histoire d’une simple femme individuelle intéressante. Il nous faut mourir de façon accrocheuse : « Il tue sa femme pour faire des économies[4] », « ivre, il bat sa femme le jour de la Saint-Valentin », « il bat sa femme et lui passe le collier du chien », « ivre, il bat sa femme et jette deux chatons dans le vide »[5]…

    En plus du petit détail étonnant pour attirer l’attention sur l’affaire privée, on introduira un élément de suspense, d’inattendu : « Personne n’aurait imaginé qu’un tel drame se produise au sein de ce couple, aux allures sans histoires[6] ». Forcément, le meurtrier est un homme sympathique, un voisin ordinaire : « famille sans histoire, bien insérée socialement, on ignore ce qui a poussé le papa à commettre ce geste fou »[7]. Les textes ne manqueront pas de vous dire que les voisin·e·s ont été surpris·es par le geste (j’espère !), mais ne vous diront jamais que dans 78% des cas de féminicide, la police était déjà au courant de la situation de violence conjugale[8]. Peut-être que si on citait plus d’expertes et moins de voisin·e·s, on comprendrait mieux ce qui s’est passé, mais on préfère penser les violences soudaines – un emportement, une folie, un acte irréfléchi, pulsionnel, un « incident » sans rapport avec les agressions qui l’ont précédé. Cette requalification sert deux fonctions. D’une part, elle nous déresponsabilise en tant que société : si la violence machiste est un emportement imprévisible, notre échec flagrant à la prévenir est excusable. D’autre part, cela nous rassure en nous distanciant du problème. Les agresseurs sont des monstres, des hommes bizarres, maniaques, fous : tout le contraire de nos pères, frères, amis, patrons, voisins (et du lecteur lui-même !). Si la violence était le résultat d’une socialisation sexiste à laquelle personne n’échappe, ce serait bien plus inquiétant…

    Suzanne Zaccour

    #féminicide #violence_masculine #couple #amour

  • Quand on réécrit l’histoire du féminisme avec Antoinette Fouque
    http://annette.blogs.liberation.fr/2018/03/08/quand-reecrit-lhistoire-du-feminisme-avec-antoinette-fouque

    Il y aura une rue Antoinette Fouque à Paris dans le XXème arrondissement ! Un choc. Je republie donc aujourd’hui la "contre-nécro" que j’avais écrite à sa mort, dans Libération le 22 février 2014, pour rétablir un peu de vérité historique dans la légende du personnage. Replay .

    Quelle étrangeté que d’entendre, ce samedi 22 février 2014, les grandiloquents hommages à Antoinette Fouque, disparue jeudi à l’âge de 77 ans. Sans elle, si l’on croit ce qu’on nous répète en boucle, les Françaises ne seraient ni libérées, ni indépendantes. Horreur, sans Antoinette Fouque nous serions encore, malheureuses, toujours sans le droit à la contraception, à l’avortement, à la parité, harcelées dans les ascenseurs ...? Ainsi de la ministre des Droits des femmes qui a donné le ton : « Sa contribution à l’émancipation d’une génération de Françaises est immense », affirme sans hésiter et sans modération Najat Vallaud-Belkacem, qui a l’excuse d’être née dix ans après le début d’un mouvement de femmes en France. Et c’est de ma génération qu’elle parle.

    « Merci ! Merci ! » tweetent les unes après les autres, les ministres femmes qui semblent dire qu’elles lui doivent leurs postes dans le gouvernement socialiste. Et même Valérie Trierweiller qui nous confie, dans un tweet aussi, qu’Antoinette Fouque est, pour elle, un « modèle d’indépendance pour nous toutes ». Et vice-versa ?

    L’histoire n’est pas aussi rose que « La belle et grande voix du féminisme » que salut Najat Vallaut-Belkacem, qui n’imagine pas, bien sûr, que Fouque détestait le mot « féminisme ». Encore sur France-Info, dans sa dernière interview en février, elle voyait dans le féminisme « la servitude volontaire que font certaines pour s’adapter au journal ELLE ou à d’autres ». Féminisme, Beauvoir ... aux poubelles de l’histoire vue par Fouque.

    En France, on n’a pas eu de chance. On avait un mouvement joyeux, bordélique, excessif, multiple, périssable et impérissable, un mouvement, et non une organisation politique, ou un parti, et surtout pas une marque privée, « MLF » qui fut un jour déposée légalement, dans le secret, par Antoinette Fouque et ses deux amies, pour leur usage politique et commercial. Une « captation d’héritage », c’était bien ça.

    Quarante-quatre ans après qu’une dizaine de copines - sans elle - a fait l’acte fondateur de mettre une gerbe de fleurs sous l’Arc de Triomphe à la mémoire de « La femme encore plus inconnue du soldat inconnu », la vie d’Antoinette Fouque est une success-story : elle s’est construit sa propre légende.

    Au commencement, donc, dans la vague de mai 68, et inspiré par le Women’s Lib américain, les Françaises ont, elles-aussi, voulu parler de leur libération. Et ce fut l’année 1970, appelée assez maladroitement si l’on y pense, « Année zéro du mouvement de libération des femmes. » Rappelons que nous étions filles et petites filles naturelles de celle qui fut, elle, la véritable inspiratrice de l’émancipation des femmes, en France, et dans le monde : Simone de Beauvoir, qui avait déja écrit Le Deuxième Sexe en 1949...

    Antoinette Fouque, enseignante devenue psychanalyste, entreprend sa marche vers le pouvoir en créant son propre groupe « Psychanalyse et Politique ». Moderne, elle comprend la force du transfert freudien et n’hésite pas à prendre en analyse les jeunes militantes qui la rejoignent. Parmi elle, Sylvina Boissonnas, héritière d’une grosse fortune. Antoinette Fouque vivra dorénavant comme une milliardaire, de l’hôtel particulier du VIIe arrondissement aux magnifiques demeures en France et aux Etats-Unis, elle pourra financer sa maison d’édition Des Femmes et ses librairies.

    De drames en psychodrames, le MLF devenue propriété commerciale, se réduira à une petite secte mais le sigle et les éditions serviront à l’ascension sociale et politique de la cheftaine dont nous racontions déjà le culte hystérique dans un article de Libération (« Visite au mausolée du MLF », 9 mars 1983) : « Sortant de cette exposition sur l’histoire du MLF on a l’impression d’avoir fait un court voyage dans la Corée du Nord de Kim-Il-Sung. »

    Antoinette Fouque fera une carrière politique en se faisant élire députée européenne sur la liste de Bernard Tapie sans qu’on voit très bien le lien entre cet homme d’affaires et l’émancipation des femmes. Elle deviendra ainsi vice-présidente de la commission des femmes à Strasbourg. Elle conseille les ministres spécialisées ès-femmes, elle parle partout au nom du MLF.

    Et maintenant, si on écoute les hommages qui répètent « A Antoinette Fouque, les Françaises reconnaissantes » on risquerait d’en oublier la vraie histoire, le courageux « Manifeste des 343 salopes » - du « star-system » dira une méprisante Fouque - la loi Veil sur l’avortement, les formidables travaux d’historiennes telles que Michelle Perrot, qui a reçu le prix Simone de Beauvoir, justement. Et toutes les lois sur la parité et l’égalité. Un oubli passager.

    Annette Lévy-Willard

    #historicisation #histoire #légende #grand_homme et là #grande_femme vu le contexte
    #psychépo #privatisation #mlf

    • Le mouvement féministe de la deuxième vague au sein du MLF est divisé en trois tendances principales. Le féminisme « lutte des classes », qui constitue l’une d’elles, est issu du marxisme. Il y a un féminisme marxiste qui trouve sa source d’inspiration dans l’ouvrage d’Engels, L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat. Selon ce dernier, l’inégalité sociale entre hommes et femmes prend son origine dans l’avènement de la propriété privée. Les femmes ne doivent donc pas lutter prioritairement pour leur émancipation, mais pour celle du prolétariat dans son ensemble. Une fois la révolution réalisée, les femmes également seront de fait libérées.

      Le second courant théorique qui travers le féminisme des années 1970 est le féminisme radical et, en particulier, radical matérialiste. Pour les féministes radicales, les femmes doivent chercher à lutter et à s’allier principalement entre femmes, qu’elles soient bourgeoises ou ouvrières, plutôt que sur la base d’une classe économique où elles se retrouveraient avec des hommes qui ne tiendraient pas compte de leurs problèmes spécifiques. Les féministes radicales matérialistes considèrent plus particulièrement que les femmes sont victimes d’une exploitation de leur travail dans les tâches ménagères et l’éducation des enfants : ce sont des tâches qu’elles effectuent gratuitement. Parmi les théoriciennes de ce courant, on peut citer Christine Delphy.

      Le troisième courant est aussi un courant féministe radical, mais différentialiste. Ce courant insiste sur la différence naturelle qui existerait entre les hommes et les femmes. Pour ces féministes, les femmes doivent revendiquer la reconnaissance de leur spécificité. Ce courant est porté en particulier dans les années 1970 par Antoinette Fouque sous le nom de Psychanalyse et politique (abrégé : psyché-po). Dans les années 1980, ce courant, influencé par la psychanalyse et le travail de Jacques Derrida, devient dominant aussi bien en France qu’aux Etats-Unis sous le nom de French feminism. Des personnalités telles que Julia Kristeva, Helene Cixous ou Sylviane Agazinski peuvent, dans des registres différents, y être rattachées.

      C’est contre le différentialisme de la French feminism qu’un courant théorique qui a eu une importance non négligeable sur la troisième vague (actuelle) du féminisme se constitue à la fin des années 1980. Il s’agit de la théorie queer. Sa représentante la plus connue est Judith Butler dont l’ouvrage Trouble dans le genre est publié aux Etats Unis en 1990. La théorie queer critique la thèse de l’identité féminine du courant différentialiste. En distinguant le sexe biologique et le genre, construction sociale, les théoriciennes du queer défendent la thèse selon laquelle les identités ne sont pas naturelles, mais sont des constructions sociales qui peuvent être déconstruites par les individus, en les jouant dans des « performances ». D’où l’importance dans la théorie queer de la figure du travestissement : l’identité biologique et l’identité sociale d’un individu peuvent ne pas coïncider. Certaines femmes sont considérées comme masculines, certains hommes comme efféminés, certaines personnes sont homosexuelles ou bisexuelles. Les identités de femmes ou d’hommes sont plus complexes dans les faits que ce qu’entendent nous imposer les normes sociales.

      https://iresmo.jimdo.com/2011/12/11/histoire-th%C3%A9ories-et-actualit%C3%A9-du-mouvement-f%C3%A9ministe

    • peut etre d’autres infos là dessus ici :
      Controverses et anathèmes au sein du féminisme français des années 1970
      https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2005-2-page-13.html
      mais je l’ai pas encore lu

      –--------

      Marcel Duchamp et Elsa von Freytag-Loringhoven

      Ca serait Elsa von Freytag-Loringhoven qui a fait l’urinoir faussement attribué à Duchamp. Duchamp qui se déguisait en femme (Rrose Selavy) pour montrer que les femmes sont favorisées dans le milieu artistique... Et qu’on présente parfois comme un artiste féministe... Je pense que DSK sera probablement présenté un jour comme un économiste féministe.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Elsa_von_Freytag-Loringhoven

      La controverse de l’œuvre "Fountain" (1917)

      Certaines sources tendent à démontrer que la baronne serait l’auteure de l’oeuvre d’art "Fountain", attribuée à Marcel Duchamp2,3.

      Duchamp a toujours maintenu qu’il avait acheté l’urinoir du magasin J. L. Mott à New-York. Or, ce magasin ne vendait pas ce modèle particulier d’urinoir. En outre, le 11 avril 1917, soit deux jours après le rejet de l’œuvre, Duchamp écrivit à sa sœur Suzanne Duchamp, à l’époque infirmière de guerre à Paris, que l’une de ses amies avait envoyé un urinoir en guise de sculpture et sous le nom de R. Mutt :

      Raconte ce détail à la famille : les indépendants sont ouverts ici avec gros succès. Une de mes amies sous un pseudonyme masculin, Richard Mutt, avait envoyé une pissotière en porcelaine comme sculpture. Ce n’était pas du tout indécent, aucune raison pour la refuser. Le comité a décidé de refuser d’exposer cette chose. J’ai donné ma démission et c’est un potin qui aura sa valeur dans New York. J’avais envie de faire une exposition spéciale des refusés aux Indépendants. Mais ce serait un pléonasme ! Et la pissotière aurait été « lonely ». à bientôt affect. Marcel4

      Marcel Duchamp n’avait aucune raison de faire référence à une "amie" s’il avait été l’auteur de l’oeuvre. Par ailleurs, le fait que Duchamp parle de sculpture est déjà en soi révélateur, puisque depuis 1913, Duchamp avait cessé de produire de l’art sous l’impulsion du travail de Raymond Roussel, mais produisait déjà des "readymade", destinés à être lus, et non pas vus. Le contenu explosif de cette lettre ne fut rendu public qu’en 1983 lors de sa publication dans la revue "Archives of American art journal"5.

      Elsa aurait explosé de fureur lorsque les États-Unis déclarèrent la guerre à l’Allemagne, son pays natal. Sa cible de revanche aurait été la Société des Artistes Indépendants dont les représentants l’avaient toujours considérée avec froideur. Julian Spalding et Glyn Thompson pensent qu’Elsa aurait soumis un urinoir mis à l’envers et signé de "R. Mutt" dans une écriture que l’artiste utilisait souvent pour ses poèmes.

      La signature "R. Mutt" aurait alors été pour l’artiste un jeu de mots : en allemand, ce nom pouvait se lire comme le terme "armut", pauvreté, ou pauvreté intellectuelle dans certains contextes. La submission d’Elsa fut donc une double attaque : d’un côté elle démontrait l’inhabilité de la Société des artistes indépendants de distinguer un objet quotidien d’une œuvre d’art s’ils acceptaient l’œuvre, mais d’un autre côté, s’ils la refusaient, ils auraient renié leur définition de l’art qui, selon eux, devait être laissée à l’appréciation de l’artiste.

      voire aussi :
      https://www.independent.co.uk/arts-entertainment/art/features/was-marcel-duchamps-fountain-actually-created-by-a-long-forgotten-pio

      et aussi
      https://www.artsy.net/article/artsy-editorial-elsa-von-freytag-loringhoven-dada-baroness-invented-readymade

      On a regular day, Baroness Elsa von Freytag-Loringhoven
      wore brightly colored makeup, postage stamps on each cheek, and a shaved head shellacked in various hues. Her accoutrements also included live birds, packs of dogs, a tomato-can bra, arms full of bangles, and flashing lights. Her unconventionally forthright poetry and rugged found-object sculptures—often incorporated into her outfits—erased unsettling social hierarchy and accepted gender norms, and distinctions between art and life. The Baroness was a dynamo in New York’s literary and art scene at the turn of the century, part of the Arensberg Salon group that included Marcel Duchamp
      , Man Ray
      , Beatrice Wood
      , Francis Picabia
      , Mina Loy, and many others. She combined sculpture, fashion, poetry, and performance to embody an anti-bourgeois lifestyle driven by passion and an emotional reactivity to her surroundings.
      Born Else Hildegard Plötz in Germany in 1874, she ran away to the vaudeville theaters of Berlin as a teenager, and before long, she was part of the inner circle of Munich’s Art Nouveau
      movement. Following several sexual flings that took her across Italy, she helped her second husband fake his own death and start a new life on a Kentucky farm. After they parted ways, she traveled through Virginia and Ohio before arriving in New York, where she briefly married an impoverished Baron and took on his title. The Baroness became a downtown Manhattan legend, known as much for her dazzling costumes and aggressive seduction techniques as for her visceral sculptures and witty poetry. Most importantly, she invented the readymade—a sculpture pulled directly from the materials of daily life, radical in its implications that art can be anything.
      The Baroness’s sculptures were more than banal objects—they indicated the artist as an invigorating force of otherwise overlooked material. The painter George Biddle
      wrote of a visit to her 14th Street studio: “It was crowded and reeking with strange relics, which she had purloined over a period of years from the New York gutters. Old bits of ironware, automobile tires, gilded vegetables, a dozen starved dogs, celluloid paintings, ash cans, every conceivable horror, which to her tortured yet highly sensitized perception, became objects of formal beauty.”
      Fountain
      Marcel Duchamp
      Fountain, 1917/1964
      San Francisco Museum of Modern Art (SFMOMA)
      Sometimes worn or affixed to garments, the Baroness’s object-sculptures were always resourceful, full of character, and totally absurd. In a letter to artist Sarah Freedman McPherson, Freytag-Loringhoven wrote: “Sarah, if you find a tin can on the street stand by it until a truck runs over it. Then bring it to me.” Her first readymade work was a heavily rusted metal ring, Enduring Ornament (1913), named as a work of art a year before Duchamp created his first readymade, Bottle Rack (1914), though he coined the now-famous term.
      The most scandalous theory that surrounds the Baroness is that she is an uncredited collaborator with Duchamp on his famous Fountain (1917), a urinal signed “R. Mutt” that was first exhibited at the 1917 Society of Independent Artists’ Salon in New York. Irene Gammel puts forth a convincing argument of the Baroness’s influence on Duchamp’s artwork in her outstanding 2002 biography Baroness Elsa. Duchamp must have conspired with others to be able to contribute Fountain to the salon anonymously, and the Baroness was close friends with him, though he had refused her advances.
      A 1917 letter from Marcel to his sister, the painter Suzanne Duchamp
      , reads: “One of my female friends under a masculine pseudonym Richard Mutt sent in a porcelain urinal as a sculpture. It was not at all indecent—no reason for refusing it. The committee has decided to refuse to show this thing.” An account from Alfred Stieglitz
      corroborates that it was a woman who was responsible for bringing a large porcelain urinal on a pedestal to the salon. Stieglitz may have been referring to Duchamp’s female alter ego Rrose Sélavy; even so, she was likely modeled after the Baroness.
      The urinal is consistent with the Baroness’s choice of sexual, bawdy, or otherwise “unseemly” subject matter in her other works. Contemporary newspaper accounts reported that Richard Mutt was from Philadelphia, where the Baroness was living in 1917. Although Duchamp stated that he purchased the urinal from J.L. Mott Iron Works, a plumbing store on 5th Avenue, the specific model has never been found in its catalogues from that time period. The sculpture itself disappeared shortly after the exhibition, and the first reproduction of Fountain wasn’t created until 1950, long after the Baroness’s death in 1927.
      Baroness Elsa von Freytag-Loringhoven, Affectionate (Wheels are Growing), 1921-22. Courtesy of Francis M. Naumann Fine Art, New York.

      Baroness Elsa von Freytag-Loringhoven, Affectionate (Wheels are Growing), 1921-22. Courtesy of Francis M. Naumann Fine Art, New York.
      Yet she never claimed authorship of Fountain, and she was not known for holding back, especially near the end of her life. In bitter destitution, Freytag-Loringhoven begged and threatened her more successful colleagues, publicly thrashing those she felt had wronged her. She caricatured “Marcel Dushit,” among others, in the poem “Graveyard Surrounding Nunnery,” accompanied by a drawing of intertwined phalluses among the tombstones.
      The lasting body of her work is her poetry, published by Margaret Anderson and Jane Heap in The Little Review. The Baroness was the perfect figurehead for the literary magazine’s slogan: “Making No Compromise with the Public Taste.” Her audacious writing broke new ground formally; its fractured punctuation and cantatory sound elements rival the sound poem “Karawane” (1916), a landmark Dada
      work by Hugo Ball. Although her vocabulary is sometimes nonsensical, Freytag-Loringhoven’s work is also steeped in lyricism. In a proto-Beat style, she wrote about sex, death, machinery, and America.
      Her poems appeared side-by-side with James Joyce’s Ulysses, which was serialized in The Little Review. The May 1919 issue included his chapter “Scylla and Charybdis” and her poem “King Adam,” the latter of which offers a thinly veiled invocation of cunnilingus: “Kiss me…upon the gleaming hill.” An asterisk cheekily adds: “donated to the censor.” A 1921 obscenity trial banned the distribution of Joyce’s work in the United States. Few in New York’s avant-garde echoed the Baroness’s vocal defense of his work, yet her edgy texts seemed to intensify the call for censorship against them both.
      Claude McRay (i.e., McKay) and Baroness von Freytag-Loringhoven, before 1928. Courtesy of the Library of Congress.

      Claude McRay (i.e., McKay) and Baroness von Freytag-Loringhoven, before 1928. Courtesy of the Library of Congress.
      Baroness Elsa von Freytag-Loringhoven, Facing, 1924. Courtesy of Francis M. Naumann Fine Art, New York.

      Baroness Elsa von Freytag-Loringhoven, Facing, 1924. Courtesy of Francis M. Naumann Fine Art, New York.
      Elsa von Freytag-Loringhoven lived to defy the law. Because she never monetized her art, she lived her entire life in extreme poverty, and was arrested frequently for shoplifting. Although Anderson observed in her autobiography that she “leaped from patrol wagons with such agility that policemen let her go in admiration,” she did numerous stints in jail for stealing—and for wearing men’s clothing in public—among other charges.
      Ever the renegade, her lack of financial success and canonization is in part due to her disregard for finalizing her objects as art. She worked against this binary to infuse art into daily life, often in collaboration with those around her. Sadly, it seems that much of the Baroness’s non-written work was not documented or preserved due to her financial straits, and when it was, others sometimes took credit. Her most famous readymade sculpture, a twisting piece of rusted plumbing attached to a miter box, entitled GOD (1917), was long misattributed to Morton Livingston Schamberg
      , who had photographed it.
      On a broader level, Freytag-Loringhoven’s work could precipitate a feminist re-reading of Dada, the readymade, and the history of Conceptual art
      as we know it. In the 2000s, her work resurfaced with several international shows, Gammel’s biography, and a major anthology of her poetry, published in 2011. As Gammel writes, the Baroness’s erotic and embodied approach to art in everyday life was vital, chaotic, and fundamentally perishable. She was the living consequence of challenging the nature of art in society.
      In Apropos of Readymades, Duchamp’s 1961 statement about his sculpture, he writes: “The choice was based on a reaction of visual indifference with at the same time a total absence of good or bad taste…in fact a complete anaesthesia.” Freytag-Loringhoven’s definition of the readymade is the opposite: Where Marcel’s work is thoughtful, yet dry as a bone, Elsa’s is confident and deeply felt. In her readymade, there’s undeniable joy.
      Vanessa Thill

  • Suzanne Zaccour : Querelle [ kə.ʀɛl ] | Scènes de l’avis quotidien
    https://scenesdelavisquotidien.com/2018/02/10/suzanne-zaccour-querelle-k%c9%99-%ca%80%c9%9bl

    30%. D’après l’Organisation mondiale de la santé, c’est la proportion des femmes ayant été victimes de violence conjugale[1]. Parce que je suis une femme, j’ai, jusqu’à 44 ans, plus de chances d’être tuée ou blessée par un conjoint que par un accident de voiture, la guerre, la malaria et le cancer – toutes ces causes combinées[2]. Ça donne froid dans le dos, et pourtant… Où est l’état d’urgence ?

    […]

    Le meurtre d’une femme par son conjoint est presque toujours contextualisé comme un fait divers – un événement par définition banal, sans conséquence, anodin. Pas assez important pour faire l’actualité ou l’éditorial, mais tout de même assez divertissant pour se mériter un petit coin d’écran. Divertissant, car le fait divers est aussi le fait insolite. Surprenant et inhabituel : tout le contraire des violences conjugales qui sont non seulement répandues, mais aussi prévisibles[3]. Par conséquent, l’événement rapporté doit être simultanément (et paradoxalement) peu important et sensationnel.

    Peu important, parce qu’on parle de violence domestique (un calque de l’anglais domestic violence), une expression qui en dit long considérant le peu d’importance que notre société apporte à la sphère domestique (lire : la sphère des femmes). Peu important aussi, parce que sans rapport avec un quelconque enjeu de société. Une femme battue à mort, c’est une histoire triste, rien de plus. Or, le contexte systémique fait toute la différence dans notre appréciation d’une nouvelle. On n’accorde pas tout à fait la même attention à la nouvelle d’une personne atteinte d’une grippe lorsqu’on est en plein crise de H1N1. La chute d’une action est moins banale au lendemain du Brexit. On percevrait donc différemment la nouvelle d’un féminicide si elle était présentée comme il se doit : comme un événement qui s’inscrit dans l’épidémie internationale de violences faites aux femmes. Or, comme chaque femme est sa propre histoire, hors de ce qui se passe vraiment en société, on parle plutôt de drame conjugal ou de drame familial. Le drame invoque le genre littéraire, le théâtre, et non le meurtre bien réel d’une femme en chair et en os.

    Le sensationnalisme intervient parce qu’il faut bien rendre l’histoire d’une simple femme individuelle intéressante. Il nous faut mourir de façon accrocheuse : « Il tue sa femme pour faire des économies[4] », « ivre, il bat sa femme le jour de la Saint-Valentin », « il bat sa femme et lui passe le collier du chien », « ivre, il bat sa femme et jette deux chatons dans le vide »[5]…

    En plus du petit détail étonnant pour attirer l’attention sur l’affaire privée, on introduira un élément de suspense, d’inattendu : « Personne n’aurait imaginé qu’un tel drame se produise au sein de ce couple, aux allures sans histoires[6] ». Forcément, le meurtrier est un homme sympathique, un voisin ordinaire : « famille sans histoire, bien insérée socialement, on ignore ce qui a poussé le papa à commettre ce geste fou »[7]. Les textes ne manqueront pas de vous dire que les voisin·e·s ont été surpris·es par le geste (j’espère !), mais ne vous diront jamais que dans 78% des cas de féminicide, la police était déjà au courant de la situation de violence conjugale[8]. Peut-être que si on citait plus d’expertes et moins de voisin·e·s, on comprendrait mieux ce qui s’est passé, mais on préfère penser les violences soudaines – un emportement, une folie, un acte irréfléchi, pulsionnel, un « incident » sans rapport avec les agressions qui l’ont précédé. Cette requalification sert deux fonctions. D’une part, elle nous déresponsabilise en tant que société : si la violence machiste est un emportement imprévisible, notre échec flagrant à la prévenir est excusable. D’autre part, cela nous rassure en nous distanciant du problème. Les agresseurs sont des monstres, des hommes bizarres, maniaques, fous : tout le contraire de nos pères, frères, amis, patrons, voisins (et du lecteur lui-même !). Si la violence était le résultat d’une socialisation sexiste à laquelle personne n’échappe, ce serait bien plus inquiétant…

    Suzanne Zaccour

  • Un viol disparaît : zone grise et mère coupable – ⋅ lecture ⋅ culture ⋅ genre ⋅ littérature ⋅
    https://womenandfiction.blog/2016/03/31/un-viol-disparait-zone-grise-et-mere-coupable

    Le Mariage de Figaro est une pièce fabuleuse pour étudier le genre : abus de pouvoirs, chantage sexuel, relations abusives, généralisations constantes sur les hommes ou les femmes, naturalisation de la sexualité masculine, triomphe dramatique des personnages féminins… Tout cela est mis en scène par Beaumarchais, et les critiques font bien leur boulot en soulignant la place centrale des rapports de genre dans la pièce.

    On lit moins en général (sauf quand on a le bonheur de l’avoir au programme d’agrégation) la pièce suivante, La Mère coupable, écrite en 1792, qui se déroule vingt ans après et met à nouveau en scène les personnages principaux du Mariage de Figaro : le Comte Almaviva, la Comtesse, Suzanne et Figaro.

    Le pitch : vingt ans après le Mariage de Figaro (où le Comte infidèle jurait qu’il serait dorénavant fidèle), le fils aîné du Comte et la Comtesse est mort dans un duel, le fils cadet est en fait le fils de la Comtesse et de Chérubin, et le Comte a ramené chez lui sa « pupille » qui est en réalité sa fille, qu’il a eue d’une autre femme. Bref, tout cela est un peu confus, crée des problèmes : on pleure beaucoup, on veut se tuer, en fait non, on manque de mourir, et finalement tout le monde se pardonne et tout finit bien.

    La pièce est construite sur un principe de réciprocité des « fautes » du Comte et de la Comtesse, qui ont chacun donné naissance à un enfant naturel. On termine (ou presque) la pièce sur un pardon mutuel qui réunit le couple, et accessoirement permet aux deux enfants de se marier.

    Le grand scoop de la pièce, c’est que la Comtesse, qui était parfaitement vertueuse dans le Mariage malgré son désir évident pour le petit Chérubin tout mignon avec qui elle flirtait très innocemment, et qui se plaignait de l’infidélité de son mari, aurait finalement elle aussi commis un adultère, toujours avec Chérubin, après le Mariage de Figaro.

  • Suzanne Citron l’iconoclaste
    http://www.zinzine.domainepublic.net/?ref=3425

    Suzanne Citron nous a quitté le 22 janvier 2018. Elle est l’autrice du fameux « Mythe national » qui a « déconstruit » l’histoire française officielle qui avait été figée au XIX ème siècle pour des raisons politiques nationalistes. Nous la retrouvons d’abord avec un entretien réalisé en 2013, en compagnie d’une de ses héritières intellectuelles Laurence De Cock, où il est question de « La Fabrique de l’Histoire » scolaire notamment. Dans la deuxième partie, Laurence De Cock fait le point sur l’évolution de l’histoire scolaire des dernières années. Durée : 56 min. Source : Radio Zinzine

    http://www.zinzine.domainepublic.net/emissions/SPX/2018/SPX2018-01-29-SuzanneCitronIconoclaste.mp3


  • https://www.drugs.com/naloxone.html

    Les plus récentes statistiques nous apprennent que les #opioïdes tuent en moyenne huit personnes par jour au pays, la faute au #fentanyl la plupart du temps. Et, fait à souligner avec votre feutre fluo préféré, plusieurs en prennent à leur insu.

    Il y a quelques jours à Montréal, des consommateurs occasionnels de cocaïne ont eu la (mauvaise) surprise de 1) faire une #overdose 2) apprendre que leur #coke était coupée avec du fentanyl. Une nouveauté dont on se serait bien passé et qui a fait au moins un mort, allongeant la longue liste des victimes de l’Apache.

    On ne vous fera pas la morale : ce que vous ou vos amis mettez dans votre nez ou vos veines, ça ne nous regarde pas. On ne vous fera pas la morale, soit. Mais vous aider à sauver une vie dans une soirée qui tourne mal, ça on va le faire. Suzanne Campbell, une sympathique pharmacienne, a accepté de nous montrer comment administrer l’antidote qui peut renverser une surdose d’opioïdes.

    https://urbania.ca/article/la-trousse-contre-les-surdoses-de-fentanyl-dont-vous-avez-besoin-sans-le-sav

    La naloxone est un médicament injectable utilisé pour contrecarrer une surdose de fentanyl, mais aussi de morphine, d’héroïne, de Dilaudid ou autre opioïde.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Naloxone

  • Suzanne Citron, la résistance chevillée au corps | Aggiornamento hist-geo
    http://aggiornamento.hypotheses.org/3854

    Rendre un hommage lisse à Suzanne serait lui faire offense. Il est impossible de se contenter d’une notice biographique imbibée de consensus poli autour d’une grande historienne. Suzanne était une femme rugueuse, au sens le plus noble du terme : vigilante, intègre, franche, et engagée. C’était cela, une boule de force, de colère et de courage.

    #histoire #historiographie #éducation_nationale #résistance

  • cvuh: Hommage à Suzanne Citron
    http://cvuh.blogspot.ch/2018/01/hommage-suzanne-citron.html

    Suzanne Citron est née le 15 juillet 1922. Sa vie faite de combats, d’engagements, de réflexions fécondes et de travaux décapants s’est achevée paisiblement ce lundi 22 janvier 2018 à son domicile parisien.

    Le travail de Suzanne sur l’histoire de France et son enseignement l’a faite marraine naturelle du collectif Aggiornamento histoire géographie qui naquit dans son salon où il fut baptisé du nom de cet article qu’elle publia dans les Annales en 1968 comme un appel impérieux à dépoussiérer l’existant1.

    #histoire #éducation_nationale #historiographie