person:tarek loubani

  • Le Dr Tarek Loubani, médecin blessé à Gaza, s’adresse au Conseil des droits de l’homme de l’ONU
    19 mars | Tarek Loubani |Traduction SF pour l’AURDIP
    https://www.aurdip.org/le-dr-tarek-loubani-medecin-blesse.html

    Au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, à Genève, le médecin urgentiste Tarek Loubani s’est adressé aujourd’hui aux États assemblés, afin de partager son témoignage de blessé aux jambes alors qu’il prodiguait des soins à des manifestants blessés qui participaient aux manifestations de la « Grande Marche du Retour ». Son témoignage est intervenu alors que les États discutaient du rapport intégral de 252 pages de la commission d’enquête de l’ONU rédigé en mai 2018 sur l’enquête concernant les violations du droit international dans le contexte de ces manifestations.

    Le cas du Dr Loubani est souligné dans le rapport comme attaque contre du personnel médical, la commission ayant trouvé qu’il y avait « de bonnes raisons de croire que les snipers israéliens avaient intentionnellement tiré sur des soignants, bien qu’ils pussent voir qu’ils étaient clairement identifiables comme tels ».
    Voici le témoignage du Dr Loubani et la vidéo peut être regardée ici. (...)


  • Une catastrophe sanitaire délibérément entretenue
    Entretien avec le docteur Tarek Loubani
    Ahmed Abbes, Orient XXI, le 7 mars 2019
    https://seenthis.net/messages/765506

    Video of the conference given by Dr. TAREK LOUBANI, University of Western Ontario (London, Canada): “Delivering Health Care under Fire in Gaza : The problems and the promise”, 7 March 2019, ENS, Paris:
    https://www.youtube.com/watch?v=UtF6R4ASST8

    J’ai été le premier médecin ciblé par un sniper à Gaza
    Armin Arefi, Le Point, le 15 mars 2019
    https://www.lepoint.fr/monde/j-ai-ete-le-premier-medecin-cible-par-un-sniper-a-gaza-15-03-2019-2301472_24

    #Tarek_Loubani #Musa_Abuhassanin #Palestine #Gaza #Nakba #Marche_du_retour


  • Gaza. Une catastrophe sanitaire délibérément entretenue
    Ahmed Abbes > 7 mars 2019
    https://orientxxi.info/magazine/gaza-une-catastrophe-sanitaire-deliberement-entretenue,2951

    Ahmed Abbes. – Vous vous rendez depuis plus de huit ans à Gaza ; pourriez-vous nous décrire la situation sanitaire dans cette enclave et son évolution sous l’effet du blocus ?

    Tarek Loubani. — La situation sanitaire à Gaza est désastreuse et elle s’aggrave encore. Depuis la Grande Marche du retour (voir encadré), ce qui était un désastre à développement lent est devenu une catastrophe manifeste et actuelle. Le blocus a éliminé la capacité du système de santé à gérer les besoins quotidiens en soins longtemps avant le début de la Marche.

    Les patients souffrant de maladies chroniques comme les affections rénales et le diabète pâtissaient déjà du manque d’équipement approprié — des machines à dialyse par exemple —, et des médicaments nécessaires pour gérer leur pathologie. Les patients atteints d’un cancer étaient et restent complètement soumis au caprice de l’appareil de sécurité israélien qui est accusé d’échanger l’accès des patients cancéreux à un traitement vital contre des renseignements et des interrogatoires de ces patients. Que ce soit intentionnel ou non, le blocus empêche des médicaments essentiels et des équipements médicaux d’entrer dans Gaza. Il empêche le personnel de santé palestinien de voyager librement pour se former ailleurs et le personnel de santé international, comme moi, de voyager librement pour fournir des soins et des formations dans Gaza. Il dégrade aussi, et élimine, l’infrastructure essentielle dont tout système de santé a besoin pour survivre, comme l’électricité ou l’eau potable.

    Il y a eu une brève lueur d’espoir quand l’Égypte a élu son premier gouvernement démocratique en 2012. Les conditions de soins se sont améliorées de manière significative jusqu’à ce qu’une dictature militaire renverse le gouvernement et relance la collaboration de l’Égypte, en position subalterne, au blocus israélien. Cette période nous montre à quel point Gaza est capable de défendre son propre système de santé et de prendre soin de sa population si on ne l’empêche pas activement de le faire. (...)

    #GAZA


  • Meet Tarek Loubani, the Canadian Doctor Shot by Israeli Forces Monday While Treating Gaza’s Wounded | Democracy Now!
    https://www.democracynow.org/2018/5/17/meet_tarek_loubani_the_canadian_doctor

    DR. TAREK LOUBANI: Thank you for having me, Amy. Basically, on Monday, I was doing what I’ve been trained to do for years. I’ve been a field medic for quite a while. I’m an emergency physician with specialization in trauma. I do trauma work in London, Ontario, in Canada, where I spend most of the year. And I also do lots of trauma work here. I know where to be. I’ve been around gunfire an awful lot. I’ve been at massacres, as well, such as in Egypt previously and a few other places. And, I tell you, I was in fact the least experienced person on the team when it came to gunshots. The paramedics were even more experienced than I was, unfortunately.

    We were away from the protest area, about 25 meters west, 25 meters south of the protesters. It was calm. Everybody was sort of loitering. There were no tires on fire. There was no chaos. It was a very controlled scene. We knew where we were. We could see the sniper posts. For sure, they could see us. And I was just sort of talking to the medical team. We were testing out some medical devices that we’ve been trying to make in Gaza because of a shortage. And we had resupplied, because we ran out. It was very early in the day, and yet we had run out of our entire supply, so we resupplied. That’s when, unfortunately, I heard a loud bang, found myself on the ground and realized I had been shot.

    • AMY GOODMAN: Dr. Loubani, what happened to the paramedic who treated you, the one who asked if you wanted a tourniquet put on your legs?

      DR. TAREK LOUBANI: Musa Abuhassanin was a great guy. I’m talking about him in the past tense because about an hour after he rescued me, he ended up going back to the field on a call, and, unfortunately, he was shot in the chest. There was so much fire around him and so much live ammunition that his colleagues couldn’t get to him and couldn’t treat him. And when they finally did get to him, it was about 20 minutes later. The problem he had, it’s called a pneumothorax, basically air where it shouldn’t be in the chest. And it shouldn’t have killed him. I knew how to fix it. If I were there, I could have fixed it with literally a BIC pen. But, unfortunately, he couldn’t receive the treatment he needed, and he died.


  • A Gaza, un docteur invente un stéthoscope open-source très performant
    Publié par Guillaume Champeau, le Vendredi 14 Août 2015
    http://www.numerama.com/magazine/33932-a-gaza-un-docteur-invente-un-stethoscope-open-source-tres-performant

    Gaza n’a peut-être pas d’argent, mais ils ont des idées. Et de la solidarité. The Register rapporte qu’un docteur de l’enclave palestinienne, Tarek Loubani, a mis au point avec une équipe de confrères et de spécialistes des technologies un stéthoscope imprimable en 3D, dont les plans sont désormais open-source et publiés sur GitHub. L’objet qui coûte 30 centimes à fabriquer serait aussi performant voire plus performant que des stéthoscopes professionnels haut de gamme qui coûtent excessivement chers, tels le Littmann Cardiology III, vendu près de 200 dollars.

    Le projet est né après les incursions d’Israël dans la bande de Gaza en 2012. Tarek Loubani et ses collègues n’avaient pas assez d’équipement médical pour répondre aux nombreux blessés, et notamment très peu de stéthoscopes, qui permettent d’écouter les sons internes du corps pour déceler par exemple les difficultés respiratoires ou cardiaques. Il fallait que les médecins posent leur oreille sur le torse des patients, et tentent d’écouter les bruits sans aucune filtration.


  • Les deux Canadiens qui étaient détenus en Égypte ne peuvent quitter le pays | Radio-Canada.ca

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2013/10/05/014-canadiens-libres-loubani-greyson.shtml

    John Greyson, un cinéaste de Toronto, et Tarek Loubani, un médecin de London en Ontario, se sont enregistrés pour un vol à direction de Francfort, en Allemagne, avant d’être bloqués au quai d’embarquement. Leurs noms apparaissaient sur une liste noire émise par des procureurs, ont précisé les mêmes responsables, sous le couvert de l’anonymat.

    Les deux hommes ont pu récupérer leurs bagages et quitter l’aéroport, ont-ils ajouté.

    Leur libération a été confirmée samedi soir par les autorités canadiennes, une semaine après que les autorités égyptiennes eurent annoncé que leur détention serait prolongée de 45 jours.


  • Canadiens détenus en Egypte : leur avocat est optimiste à la suite de leur comparution | Le Journal de Montréal
    http://www.journaldemontreal.com/2013/09/27/leur-avocat-est-optimiste-a-la-suite-de-leur-comparution

    Tarek Loubani, médecin, et John Greyson, cinéaste, ont comparu, devant un tribunal du Caire. (...) Ils sont détenus depuis 42 jours. Les autorités égyptiennes prétendent qu’ils sont impliqués dans un complot en vue d’attaquer un poste de police.


  • DAY 37 | Free Tarek Loubani & John Greyson I Egypt
    http://tarekandjohn.com/2013/09/22/day-37-update

    It’s Day 37 for Tarek and John, and Day 7 of their hunger strike.
    Two Canadians, Dr. Tarek Loubani and filmmaker John Greyson, were arrested by Egyptian police on Friday, August 16 in Cairo. We have heard through sources in Cairo that John and Tarek entered a police station on Friday evening, as they were lost and needed help with directions back to their hotel. At this point they were promptly arrested. At 4pm Toronto time (10pm Cairo time), Tarek called his primary contact in Canada with the very short message: “we are being arrested by Egyptian police”.

    Since their arrest, we have had no contact with either Tarek or John. Canadian consular officials have visited them where they are being held, and we have been told that they are “okay”.

    Beyond this, we have currently not been able to confirm their status or condition, or speak to them directly. We are asking Egyptian authorities to release John and Tarek immediately.

    We know there are many people eagerly awaiting news and their release, and we will distribute information as we know more.