person:tariq ramadan

  • Allez, histoire de se faire du mal : un tour des hommages à l’autre pitre médiatique… Je pense que ça donne une assez fidèle image de la bande de clowns et de faux culs qui nous servent d’experts sur le monde arabe et musulman.

    – Christian Chesnot : Antoine Sfeir, mort d’un humaniste
    https://www.franceinter.fr/monde/antoine-sfeir-mort-d-un-humaniste

    – Abdennour Bidar
    https://twitter.com/AbdennourBidar/status/1046731571452170240

    Antoine Sfeir est mort cette nuit et la nouvelle m’émeut profondément : nous perdons un grand et noble cœur, ardent et doux humaniste, érudit engagé, pourfendeur lucide et courageux des obscurantismes.
    Merci Antoine, tu m’as appris beaucoup, et toujours soutenu, paix à ton âme.

    – Nathalie-A.Truchot
    https://twitter.com/n_truchot/status/1046694476398448640

    Ce matin je pleure l’immense ami, le confident de tous les instants... Le journaliste et politologue franco-libanais Antoine Sfeir, spécialiste du monde arabe et musulman, s’est éteint.

    – Georges Malbrunot
    https://twitter.com/Malbrunot/status/1046719837739917314

    Antoine Sfeir est mort. Un formidable conteur et vulgarisateur des complexités du Moyen-Orient. Le fondateur des Cahiers de l’Orient avait 70 ans.
    http://www.lefigaro.fr/international/2018/10/01/01003-20181001ARTFIG00137-le-politologue-antoine-sfeir-passeur-entre-orient

    – Fabrice Balanche
    https://twitter.com/FabriceBalanche/status/1046708652948819969

    La disparition d’un grand homme. La pertinence de ses analyses et sa chaleur humaine nous manquerons.

    – Berengere Bonte
    https://twitter.com/berengerebonte/status/1046636141729001473

    Antoine Sfeir est parti cette nuit, apaisé. Un ami, d’une générosité inouïe, un confrère, longtemps consultant @Europe1 pour le Moyen-Orient. Je pense à sa compagne et à ses filles

    – Valérie Pécresse
    https://twitter.com/vpecresse/status/1046662787420835840

    Grande tristesse d’apprendre la disparition d’ #AntoineSfeir dont la parole était toujours bienvenue et instructive pour faire la pédagogie des complexités de l’islam et du monde arabe. Il prônait le dialogue des cultures et refusait tous les fanatismes

    – Laurent Bazin
    https://twitter.com/laurentbazin/status/1046640954973802496

    Antoine Sfeir était un expert lumineux, un honnête homme et un ami à l’humour savoureux. Tous ceux qui l’ont connu seront tristes à l’annonce de sa disparition.
    Laurent Bazin ajouté,

    – François Bayrou
    https://twitter.com/bayrou/status/1046647146349498368

    Antoine Sfeir était un passeur entre deux mondes, l’Orient et l’Occident. Il avait de l’Islam, dans ses multiples visages et dans son histoire, une connaissance profonde et chaleureuse. Il aimait décrypter et transmettre. Et il était un ami.

    – Caroline Fourest
    https://twitter.com/CarolineFourest/status/1046711067655770113

    Nous perdons un seigneur et un immense journaliste. De ceux qui savaient voir (il a vu le danger de Tariq Ramadan parmi les premiers) et qui avaient le courage de dire... Au revoir grand frère.

    – Roger Karoutchi
    https://twitter.com/RKaroutchi/status/1046677545192755200

    Triste d’apprendre le décés d’Antoine Sfeir avec qui j’avais eu plusieurs débats.Spécialiste,lui le chrétien maronite,du monde arabe,il délivrait une analyse toujours nuancée,empreinte d’humanisme mais aussi de convictions fortes liées à sa propre vie. Condoléances à ses proches.

    – François Clémenceau
    https://twitter.com/Frclemenceau/status/1046670299532529664

    Antoine Sfeir fut mon maître et mon ami, un pédagogue de l’Orient et une voix du Liban, un citoyen français au plus près des valeurs de la République, un confrère talentueux. Pensées émues et solidaires pour sa compagne et ses filles. Et longue vie aux Cahiers de l’orient.

    – Mohamed Sifaoui
    https://twitter.com/Sifaoui/status/1046666011951452160

    Salut camarade ! Repose en paix. Face à la maladie, tu as été courageux jusqu’au bout.

    – Jean-Do Merchet
    https://twitter.com/jdomerchet/status/1046661446992564225

    J’apprends avec beaucoup de peine la mort d’Antoine Sfeir, expert du monde arabo-musulman et bon camarade. RIP

    – Renaud Muselier
    https://twitter.com/RenaudMuselier/status/1046659853815607296

    C’est avec une infinie tristesse que j’apprends le décès de mon ami Antoine Sfeir.
    Un esprit brillant mais avant tout un homme généreux et bon.
    Je garde en souvenir nos discussions passionnées sur l’avenir du monde et de la #Méditerranée.
    Au revoir mon ami #RIP 🙏🏻

    – Jean-Christophe Galeazzi
    https://twitter.com/jcgaleazzi/status/1046659560730238977

    Apprendre la mort d’Antoine Sfeir ce lundi matin ça fiche un coup. Journaliste et politologue, il avait fondé la revue « Les Cahiers de l’Orient », nous avions si souvent échangé avant et après de passionantes itw. À Dieu !

    – Valérie Boye
    https://twitter.com/valerieboyer13/status/1046658607390052352

    Grande tristesse d’apprendre que le grand érudit infatigable avocat du moyen orient Antoine #Sfeir ne viendra plus nous éclairer sur cet « Orient compliqué »
    je garde le souvenir récent de sa conférence à la commission des affaires étrangeres de l’assemblée
    #brillant #sensible

    – Christian Estrosi
    https://twitter.com/cestrosi/status/1046658109970812929

    Très attristé par le décès d’Antoine Sfeir. Un esprit brillant, un homme chaleureux qui a toujours voulu faire dialoguer l’Orient & l’Occident. Très attaché à @maregionsud, sa connaissance des questions euro-méditerranéennes nous manquera. Pensées pour sa famille & ses proches.

    – Marianne
    https://twitter.com/MarianneleMag/status/1046731970825334785

    [Hommage] Antoine Sfeir, l’âme du Liban https://www.marianne.net/debattons/billets/antoine-sfeir-l-ame-du-liban

    – Pascal Boniface
    https://twitter.com/PascalBoniface/status/1046695181851009025

    Triste et ému d’apprendre la disparition d’Antoine Sfeir avec lequel j’ai eu si souvent l’occasion de débattre amicalement .Sa réflexion sa pédagogie et son humour vont nous manquer

    – Boris Vallaud
    https://twitter.com/BorisVallaud/status/1046686408587583488

    Immense chagrin en apprenant le décès d’Antoine Sfeir, un homme de courage, de générosité, de paix et d’intelligence. 43 ans d’affection partagée. Pensées pour ses filles et ses proches.

    – Observatoire Laïcité
    https://twitter.com/ObservLaicite/status/1046682811267239937

    Nous avons appris avec tristesse le décès cette nuit d’Antoine Sfeir, journaliste et politologue spécialiste du Moyen-Orient et du monde musulman, fondateur des Cahiers de l’Orient. L’Observatoire de la laïcité transmet ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches

    – B de La Villardière
    https://twitter.com/BdLVillardiere/status/1046710364602290177

    #Sfeir c’est avec tristesse que j’apprends la mort d’Antoine Sfeir qui fut un ami proche et un de mes invités préférés sur LCI entre 94 et 96 dans le Journal du Monde. Il fut l’un des premiers en France à dénoncer l’expansion du wahhabisme à travers le monde.




  • Une cinquième plainte déposée contre #tariq_ramadan
    https://www.mediapart.fr/journal/france/130418/une-cinquieme-plainte-deposee-contre-tariq-ramadan

    Tariq Ramadan le 9 mai 2009, lors d’une conférence au Portugal. © Reuters Une plainte pour viol a été déposée ce vendredi en Suisse à l’encontre de Tariq Ramadan, d’après La Tribune de Genève. Il s’agit de la cinquième plainte visant l’islamologue, après le dépôt de trois plaintes pour viol en #France et une aux États-Unis pour agression sexuelle.


  • Déplorant les conditions de détention de Tariq Ramadan, Fanny Bauer-Motti dénonce une procédure qui a été bâclée et en appelle au président de la République. – world-muslims-news.com
    https://lakhdarbahlouli.wordpress.com/2018/04/10/deplorant-les-conditions-de-detention-de-tariq-ramadan-fa

    AFFAIRE TARIQ RAMADAN : LETTRE OUVERTE À EMMANUEL MACRON, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
    Déplorant les conditions de détention de Tariq Ramadan, Fanny Bauer-Motti* dénonce une procédure qui a été bâclée et en appelle au président de la République.

     

     Fanny Bauer-Motti 
    « J’accuse… ! »

    Monsieur le Président,

    « Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice. » C’est ainsi que débute Zola, dans sa lettre dénonçant le procès de l’affaire Dreyfus. 125 ans plus tard, en tant que citoyenne française, je souhaite moi aussi prendre parole pour mes concitoyens. Prendre parole pour une France unie et juste qui ne vilipende pas un homme en fonction de sa confession ou de son idéologie. Une France qui, forte de son Histoire, lutte et œuvre contre l’antisémitisme, l’islamophobie et contre toute forme de xénophobie. « Nous sommes l’étranger de l’autre », disait la psychanalyste Marinette Motti. Il serait temps qu’en France le débat public s’oriente vers l’union plutôt que vers la division.

    J’accuse une procédure qui a été bâclée et une négation de la présomption d’innocence
    Le Professeur Tariq Ramadan est incarcéré en détention provisoire depuis le 2 février 2018, après s’être présenté à la justice de son plein gré, en homme libre. Il était confiant tant en la justice qu’en la suite de la procédure. Il clame son innocence depuis le début dans une affaire de mœurs qui a pris la direction d’une affaire aussi politique qu’idéologique.

    Dès la première audition, les incohérences et contradictions dans les témoignages des deux premières plaignantes, signalées par l’équipe juridique de Tariq Ramadan, ont été ignorées. Sans prendre le temps de mieux connaître et de comprendre tant la psychologie que l’histoire des plaignantes, un début d’enquête à charge a jugé plus que durement Tariq Ramadan.

    Alors que d’autres hommes politiques, sous le joug du même type d’accusation, sont en liberté — ce qui est normal, via la présomption d’innocence —, Tariq Ramadan a été placé en détention et à l’isolement total. Pendant les premiers 45 jours, il a été privé de visites familiales et d’appels téléphoniques, un droit dont jouissent même les criminels de droit commun.

    D’autre part, Tariq Ramadan n’a pas eu l’autorisation jusqu’à aujourd’hui d’appeler tous ses enfants. Les juges ne lui donnent pas cette autorisation. En France, en 2018, quel traitement est-ce que celui-là ? La présomption d’innocence est là pour protéger le justiciable. En faire fi, c’est exposer à toutes les dérives la justice et l’Homme. Est-ce cela la loi telle qu’elle peut s’appliquer en France ?

    L’histoire ne s’arrête pas là. Tariq Ramadan s’est vu refuser une demande de libération sous caution, alors que l’affaire était encore au stade de l’enquête préliminaire. Les magistrats ont rejeté la proposition de la défense consistant en la remise du passeport suisse de Tariq Ramadan, le placement en résidence surveillée avec un dispositif de surveillance électronique et un pointage quotidien à la police. Son courrier a été retenu et censuré sans motif valable. Les juges d’instruction lui ont refusé l’accès à son propre dossier judiciaire. Comment un homme peut-il se préparer à sa défense sans savoir contre ‘qui et quoi’ il se bat ? La justice peut-elle réellement cautionner ce type de procédé ?

    J’accuse un système judiciaire délétère qui ne prend pas en compte la santé du justiciable
    Tariq Ramadan est atteint d’une sclérose en plaques diagnostiquée depuis 2014, qui était sous contrôle grâce à un suivi médical régulier et rigoureux.

    Lors de ses enseignements et cours à l’université d’Oxford, je l’ai vu de nombreuses fois avoir de profondes douleurs dans les jambes mais continuer à faire cours par souci éthique. Je l’ai vu avoir des tremblements et se lever pour faire passer la douleur. Nous l’avons vu, nous, chercheurs, étudiants, professeurs de l’université d’Oxford, vivre une maladie tout en respectant ses engagements professoraux. Or, depuis son incarcération, l’absence d’un traitement médical approprié a contribué à la progression rapide de la maladie. Même les procédures médicales, telles que le transport en ambulance, n’ont pas été respectées.

    Neuf médecins ont confirmé le diagnostic de la sclérose en plaques, y compris le médecin en chef de la prison Dr. Farid Mehareb. Il a affirmé que l’état de santé de Tariq Ramadan était incompatible avec l’incarcération. Ces rapports ont été mis en doute sur fond de discrimination latente puisque l’avocat d’une des plaignantes, Me Morain, a ouvertement exprimé devant les magistrats qu’il s’agit de « ce docteur Farid », citant le prénom. Oblitérant le nom, insinuant le lien communautaire. Est-ce que de tels procédés ont leur place dans le droit français ?

    Il ne s’agit pas des seules dérives.

    Afin de décider du maintien en détention de Tariq Ramadan, le tribunal nomme un expert chargé de l’examiner. Lors de la première expertise, vingt minutes ont suffi à déclarer que la santé de ce dernier était compatible avec le maintien en détention. Une expertise si « précise » qu’elle lui donne dix kilos de plus que son poids réel. Cet examen médical a été contesté par l’équipe juridique de Tariq Ramadan et les juges d’instruction ont été contraints d’ordonner un second examen. Leur rapport, initialement attendu le 31 mars, doit maintenant être rendu le 15 avril. La nouvelle expertise a duré plus d’une heure, et un bilan plus poussé « aurait été fait ». Mais alors pourquoi cela n’a pas été le cas lors de la première expertise ? Et comment pouvons-nous avoir confiance en un système qui remet en question l’expertise de médecins qui connaissent le dossier de Tariq Ramadan depuis des années et attestent que la détention provisoire n’est pas compatible avec son état de santé ? De quoi est coupable Tariq Ramadan pour que l’on ne respecte ni son intégrité, ni sa santé, durant le temps de l’investigation. Y a-t-il des zones de non-droit en France ?

    En attendant, Tariq Ramadan souffre d’importantes douleurs et éprouve de la difficulté à marcher. A plusieurs reprises, il a dû se rendre au parloir en fauteuil roulant. Le Consul suisse, qui a rendu visite à son concitoyen en prison, a été choqué par l’état de santé de ce dernier. En effet, il souffre d’intenses maux de tête, d’engourdissement des membres, de violentes crampes, de troubles du sommeil et de la mémoire. 

    Ses symptômes s’aggravent chaque jour passé en détention. Ce traitement absolument dégradant se poursuit avec des risques de préjudices permanents. Il est clair que la détention provisoire aggrave la maladie dont souffre le Professeur Tariq Ramadan. La détention provisoire peut-elle se faire au détriment de la santé d’un homme ?

    J’accuse certains médias d’avoir soufflé le vent de l’islamophobie
    J’accuse les médias d’avoir manqué de neutralité. D’avoir soufflé le vent de l’islamophobie en faisant constamment référence à la croyance, à l’idéologie et à la filiation du Professeur Tariq Ramadan. D’avoir usé de caricature attaquant une religion, une communauté et créant stigmatisation et division communautaire.

    Les fuites d’information, la distorsion et la manipulation de faits essentiels dans l’affaire ont eu un impact grave sur l’opinion publique. Créant trauma pour les uns et confortant les autres dans une représentation de « l’autre » comme dangereux. Le terme « islamiste » s’incrustant dans le débat sans qu’il n’ait rien à y faire. Pourquoi une campagne médiatique à charge ? Ignorance ? Manipulation des masses ? Le devoir de neutralité n’a pas été respecté.

    Des enquêtes journalistiques à charge ont été faites au sujet du Professeur Tariq Ramadan. Proférant mensonges et diffamation sur sa personne mais aussi sur ses soutiens. Si l’on enquête sur lui, pourquoi ne pas avoir enquêté sur les plaignantes ?

    En effet, la presse n’a pas parlé des faits que je vais énumérer et que vous pourrez vérifier par vous-même.

    Les plaignantes n’ont avancé aucun élément de preuve pouvant étayer leurs accusations. Elles ont même fait des déclarations contradictoires aux enquêteurs et aux médias. Mme Ayari affirme qu’elle a cessé de contacter M. Ramadan en 2013. Or, les avocats de la défense ont découvert qu’elle lui avait envoyé près de 300 messages en 2014, soit quinze mois après le viol présumé. Elle a reconnu l’avoir contacté via Facebook dans le but de le séduire et le piéger.

    La deuxième plaignante, « Christelle », a admis à la police avoir créé de faux comptes sous le nom de Tariq Ramadan afin de diffuser de fausses informations. De plus, même si cette dernière a nié avoir été directement en contact avec Mme Ayari, l’enquête technique montre que les deux femmes ont quatre numéros en commun dont celui de Fiammetta Venner, la compagne de Mme Fourest. Entre mai et novembre 2017, « Christelle » a appelé ce numéro 116 fois et Mme Ayari 156 fois. D’autre part, elle appartient à la mouvance d’extrême droite. En ce sens, comment pouvons-nous parler d’emprise sectaire ?

    La troisième plaignante, « Marie », a non seulement essayé de piéger une personnalité publique de haut rang, mais aussi d’escroquer son assurance par la déclaration de faux vols. La sœur de « Marie » a contacté Tariq Ramadan en 2014 et l’a averti que sa sœur essayait de le piéger avec un paparazzi, comme elle avait tenté de le faire avec Dominique Strauss-Kahn contre de l’argent au magazine Closer.

    La vérité laisse bien sûr des traces. Ces éléments sont dans les mains des avocats et des magistrats en charge de l’enquête. Le temps de la justice est long. La présomption d’innocence en est le garant humain et éthique.

    Monsieur le Président, la Cour européenne des droits de l’Homme a été saisie par la défense de Tariq Ramadan. Le dossier est actuellement en cours d’instruction auprès de cette instance. Il est cependant triste de constater que, en France, nombreuses plaintes sont déposées devant la CEDH, reflet d’un système judiciaire qui ne protège pas mais expose. Ne prévient pas mais est dans la répression. Une justice qui parfois détruit plus qu’elle ne construit. 

    Quand la France apprendra-t-elle de son Histoire ? Une société juste ne peut que se construire en veillant à ce que les institutions véhiculent nos valeurs de liberté, égalité et fraternité. La justice en est le pilier. Œuvrons ensemble à la construction d’une justice qui a les moyens de travailler en toute impartialité en dehors de tout relent idéologique antisémite ou islamophobe.

    Soyons unis. Nous aurions tous pu être Dreyfus. Nous pourrions tous être Ramadan. Demain, qui sera cet « autre » que l’on vilipende ? « Au commencement était l’acte », a un jour dit Sigmund Freud. Positionnons-nous face à une justice à géométrie variable quelle qu’elle soit.

    Pour finir, je reprendrais ici les paroles de Zola, illustrant notre réalité d’aujourd’hui : « Telle est donc la simple vérité, monsieur le Président, et elle est effroyable, elle restera pour votre présidence une souillure. Je me doute bien que vous n’avez aucun pouvoir en cette affaire, que vous êtes le prisonnier de la Constitution. Vous n’en avez pas moins un devoir d’homme, auquel vous songerez, et que vous remplirez. Ce n’est pas, d’ailleurs, que je désespère le moins du monde du triomphe. Je le répète avec une certitude plus véhémente : la vérité est en marche et rien ne l’arrêtera. C’est aujourd’hui seulement que l’affaire commence, puisque aujourd’hui seulement les positions sont nettes : d’une part, les coupables qui ne veulent pas que la lumière se fasse ; de l’autre, les justiciers qui donneront leur vie pour qu’elle soit faite. Quand on enferme la vérité sous terre, elle s’y amasse, elle y prend une force telle d’explosion que, le jour où elle éclate, elle fait tout sauter avec elle. On verra bien si l’on ne vient pas de préparer, pour plus tard, le plus retentissant des désastres. »

    Nous serons mémoire.

    Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mon estime.

    Fanny Bauer-Motti

    * Fanny Bauer-Motti est docteur en psychologie clinique et psychopathologie, psychologue, psychanalyste.


  • #tariq_ramadan a acheté le silence d’une femme
    https://www.mediapart.fr/journal/france/040418/tariq-ramadan-achete-le-silence-d-une-femme

    © Reuters Mediapart et l’hebdomadaire belge Le Vif révèlent un #accord confidentiel conclu en février 2015 entre Tariq Ramadan et une femme qui avait commencé à faire état sur Internet de leur « relation » et de son « emprise » psychologique. Moyennant le versement par l’islamologue de 27 000 euros, elle a retiré toutes ses publications, et accepté de taire ses accusations.

    #France #confidentialité #Majda_Bernoussi #vidéo #violences_sexuelles


  • Offensive russe dans le soft power littéraire
    http://www.lemonde.fr/livres/article/2018/03/16/offensive-russe-dans-le-soft-power-litteraire_5271779_3260.html


    © ANNE-GAËLLE AMIOT

    Toujours aussi efficace, le détournement des affiches d’AgitProp constructivistes…

    Cent livres incontournables, c’est le compte rond choisi par l’Agence fédérale russe de la presse et de la communication de masse pour faire connaître au monde la littérature russe. Une « bibliothèque russe », pensée comme un pur concentré d’âme slave. Dans la droite ligne du programme esquissé par Vladimir Poutine en 2012 pour les lycéens russes, ce projet, censé donner une idée de la qualité et de la variété littéraire de ce pays – toutes époques confondues –, a déjà débuté en Chine, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

    Le principe est simple. Chaque pays peut choisir, dans une liste comptant près de 150 titres, les fameux cent livres, dont l’agence, qui n’impose aucun calendrier aux éditeurs, finance intégralement la traduction et la publication. Les premiers effets de cette politique d’influence – ou « soft power », selon le concept développé par l’Américain Joseph Nye en 1990 – seront visibles en France au salon Livre Paris, qui ouvre ses portes vendredi 16 mars et dont la Russie est le pays invité d’honneur.

    • Rodchenko & Stepanova: Visions of Constructivism – Metropolis Magazine
      https://metropolisjapan.com/rodchenko-stepanova-visions-of-constructivism


      Aleksandr Rodchenko, “Lengiz. Books on all the branches of knowledge,” advertising poster for the Leningrad Department of Gosizdat (State Publishing House), 1924, gouaches and cut paper on photographic paper, mounted on cardboard, 63 x 88cm.
      ©The Pushkin State Museum of Fine Arts

      Affiche basée sur un portrait de Lily Brik par A. Rodtchenko

      https://en.wikipedia.org/wiki/Lilya_Brik


      Vladimir Mayakovsky and Lilya Brik

    • #paywall, alors je n’ai pas accès à tout l’article. Tu pourras me confirmer ou infirmer ces remarques :

      – Macron inaugure jeudi le Salon du livre en faisant savoir qu’il boycotte le stand de la littérature russe. Et hop vendredi le Monde dégaine un article sur le « soft power » de Poutine que représente ce stand. (Je trouve ça assez magique, personnellement.)

      – Chaque année un pays est invité d’honneur du Salon. Je suis curieux de savoir si chaque année on a droit à un article du Monde sur le soft-power que représente cette présence. (Alors que bon, pour à peu près tous les pays, le prestige culturel, notamment celui lié à la littérature, est un des boulots de sa politique étrangère. Qu’on appelle ça soft power ou autre chose.)

      – Le thème de l’« offensive russe » par la culture et son prestige sur les milieux intellectuels européens, c’est tout de même un vieux classique de l’immédiate après-guerre : https://seenthis.net/messages/326298
      Le sujet de l’« offensive russe » par la culture me semble un peu casse-gueule.

      – Retour à 2008 : le pays à l’honneur est Israël. Boycott des pays arabes. Le Monde n’évoque pas le « soft power » ni une « offensive israélienne » (tu m’étonnes…) :
      http://www.lemonde.fr/culture/article/2008/03/04/israel-invite-d-honneur-du-salon-du-livre-de-paris-les-appels-au-boycott-se-
      Le gouvernement français, alors, insiste pour séparer nettement la « littérature » de son usage politique par le gouvernement israélien :

      Face aux critiques, le ministère des affaires étrangères français a justifié l’invitation faite à Israël et jugé tout boycott « extrêmement regrettable ». Pour le Syndicat national de l’édition (SNE), organisateur du Salon, c’est « la littérature israélienne » qui est invitée et non l’Etat d’Israël en tant que tel. Christine de Mazières, déléguée générale du SNE, rappelle que ce sont trente-neuf écrivains israéliens, dont le Prix Nobel de littérature Amos Oz et David Grossman, qui sont attendus au Salon. Pour elle, il était naturel de braquer le projecteur sur les écrivains de la langue hébraïque, même si ce choix excluait la production littéraire israélienne en langue arabe.

      Ailleurs dans le Monde, un oped de Caroline Fourest, qui a évidemment un avis sur la question, vu que Tariq Ramadan… Israël, le boycottage et la raison, par Caroline Fourest
      http://www.lemonde.fr/idees/article/2008/03/13/israel-le-boycottage-et-la-raison-par-caroline-fourest_1022503_3232.html

      D’autre part ceux qui n’agitent la question des droits de l’homme que lorsqu’il s’agit d’Israël ou de régimes menaçant les islamistes. Je pense à Tariq Ramadan. Il voudrait donner des leçons d’antiracisme, mais il a déjà prouvé par le passé qu’il ne savait pas faire la distinction entre un intellectuel juif et un intellectuel sioniste. Chez lui, l’appel au boycottage ne vient pas se substituer au recours guerrier, puisqu’il soutient le Hamas et son action. Il faut sûrement se garder de confondre cette position avec celle d’auteurs arabes ou propalestiniens sincèrement désireux de protester contre la politique d’Israël par la voie pacifique, en préférant le boycott à la violence. Sauf à donner le sentiment que toute protestation est irrecevable dès lors qu’il s’agit d’Israël.

      Reste à déterminer la cible. Entendons l’émotion de ceux qui protestent contre la mise à l’honneur d’Israël au moment où la colonisation reprend et où des Gazaouis meurent à petit feu à cause du blocus Israélien, un boycottage autrement plus dramatique. Et laissons aboyer ceux qui boycottent un salon simplement parce qu’il met à l’honneur des écrivains israéliens, critiques ou non envers la politique israélienne.

    • Je n’ai pas plus accès derrière le mur et ne cherche pas, d’ailleurs… Mais ce n’est que la énième confirmation de la russophobie délirante qui sévit au Monde.

      Je n’avais pas vu l’épisode Macron, on a donc - aussi - une péïème confirmation du macronisme délirant qui sévit au Monde.

      La liste des 17 « pays à l’honneur » https://fr.wikipedia.org/wiki/Salon_Livre_Paris#Les_pays_à_l'honneur dont 5 figurent 2 fois : la Russie (2005 et 2018), l’Allemagne, le Brésil, l’Inde et l’Italie.

      On peut rappeler que la littérature française du XIXe a beaucoup servi pour l’éducation des masses en Union soviétique (Hugo, Stendhal, Maupassant, Zola,…) et dans les pays du bloc de Varsovie (il y a 25 ans, pratiquement tous mes interlocuteurs mongols connaissaient - voire avaient lu - Notre-Dame de Paris, le Rouge et le Noir ou Germinal …)


  • Non au sacrifice des femmes racisées | Ndella Paye
    http://lmsi.net/Non-au-sacrifice-des-femmes

    L’affaire Tariq Ramadan défraie la chronique. Nul besoin de rappeler le détail des faits dont on parle depuis plusieurs mois déjà, et qui sont accessibles sur le net. Monsieur Ramadan est accusé de viol par plusieurs femmes, dont deux en France ont eu le courage de porter plainte en octobre 2017, (...) Source : Les mots sont importants


  • La défense de #tariq_ramadan fragilisée par de nouveaux éléments
    https://www.mediapart.fr/journal/france/280218/la-defense-de-tariq-ramadan-fragilisee-par-de-nouveaux-elements

    Tariq Ramadan le 9 mai 2009, lors d’une conférence au Portugal. © Reuters Près d’un mois après sa mise en examen pour deux viols, Tariq Ramadan voit sa défense fragilisée par plusieurs éléments. Son maintien en détention provisoire a par ailleurs été confirmé par la cour d’appel, qui s’appuie sur une expertise médicale et plusieurs arguments de fond, tels que le risque de « pression sur les témoins ou les victimes » et la nécessité de « prévenir » tout « renouvellement » des faits présumés.

    #France #affaire #plaintes #viol #violences_sexuelles


  • En France, on peut violer peinard
    https://www.franceinter.fr/emissions/pas-son-genre/pas-son-genre-28-fevrier-2018

    Celui qui tape, qui viole, qui harcèle ou menace, en fait, c’est pas un dragueur. Même lourd. Ça s’appelle un agresseur.

    Vous le savez très bien. Et rassurez vous, pour eux, tout va bien. Aujourd’hui, en France, on peut harceler tranquille, on peut violer peinard : 93% de plaintes pour harcèlement classées sans suite, 1 à 2% de violeurs condamnés seulement.
    Le #viol est un #crime presque parfait

    Parce que tout le monde fait bloc autour de ceux qu’on accuse, quand tout le monde vomit celles qui osent l’ouvrir. Henda Ayari porte plainte contre Tariq Ramadan ? Elle est lynchée sur les réseaux sociaux, assaillie d’insultes sur son portable. Même chose du côté des militantes féministes : Rokhaya Diallo ou Caroline De Haas ont le courage de porter la parole de toutes celles qui se taisent ? C’est un appel au viol pour la première – oui, un appel au viol. C’est un tombereau de haine pour la seconde. Caroline de Haas vient de dire stop : stop aux réseaux sociaux, stop à la prise de parole médiatique. Et ce pour une durée indéterminée. On la comprend. D’ailleurs, toutes, on est, un temps, traversées par l’idée de se taire tant rien, ni personne, ne semble prêt à nous entendre.


  • Franck Lepage : « La #Culture ne peut pas être #Politique sur France Inter »
    https://la-bas.org/4930

    Un nez rouge et un poireau, mais ne lui dites pas qu’il est humoriste, Franck Lepage fait de l’éducation populaire politique, ne lui dites pas non plus qu’il est dans la culture, pour lui la culture ça sert à se mettre de la moquette à l’intérieur de la tête et à reproduire les inégalités. En inventant la conférence gesticulée il a contaminé un tas de braves gens qui sortent de leur torpeur et se mettent désobéir. A désobéir avec plaisir, ce que ce Franck Lepage appelle l’émancipation. Mais jusque’ où ?Continuer la lecture…

    #Vidéo

    • Drôle d’utilisation du mot « politique » je ne voie pas comment « la culture » peut être a-politique où que ce soit.

      et puis #non_mixité comme d’habitude avec Mermet. De vieux mecs blancs qui se congratulent réciproquement de leur humour génial, de leur culture de ouf, de leur sens autentiquement rebel de la vrai politique... tout ca en 20 secondes, chapeau les mecs.

    • Seules les « jeunes femmes pas blanches » auraient donc quelque chose d’intelligent à dire ? C’est pas un peu réducteur ?
      Les chroniques gentillettes de Madame Sofia Aram (par exemple) sont-elles toutes vraiment judicieuses, simplement parce qu’elle est une femme pas blanche ?

      Sur la vidéo : oui, sur France Inter (et même assez souvent sur France Cul), on ne fait pas de « politique ». Enfin, officiellement... Une radio publique bien gentille et propre sur elle.

    • Je sais pas pourquoi tu parle de l’intelligence des jeunes femmes racisées ni pourquoi tu pense à celle de Sofia Amara en particulier ! Tu peu te garder tes commentaires sur les intelligences comparées. Je n’ai pas parlé d’intelligence mais de domination masculine et blanche.
      Je ne dit pas que ces deux là sont idiots. Je ne le pense pas et c’est bien parcequ’ils sont pas idiots que ca me saoul encor plus cette mâle connivence.

      Sinon tu est d’accord pour dire que France Inter fait de la politique mais voudrait bien qu’on croie qu’illes n’en font pas. C’est une nuance qui n’est pas présente dans cette bande-annonce. Je serais d’accord avec ces deux là si ils disaient que France Inter ne veux pas de politique de gauche, mais c’est pas ce qu’ils disent. J’imagine que c’est ce qu’ils ont voulu dire.

      #susceptibilité_blanche #susceptibilité_masculine #fraternité

    • Perdu. Je suis une femme, pas de « solidarité masculine » là-dedans, donc.

      Ce n’est pas parce que ce sont « des vieux mecs blancs » (c’est du racisme anti vieux, ou anti- mecs, ou les deux ? en tous cas, la formule est élégante) qu’ils sont moins nécessaires, ni moins justes. On ne peut pas tout ramener à la non-mixité.

      Quant à Sophia Aram, je ne l’ai citée que parce que c’est une femme, non blanche, et qu’elle œuvre sur France Inter. Être femme non blanche n’est pas un brevet de respectabilité, la preuve, Fadela Amara ou Rachida Dati, ministres de Sarkozy...

      Et pardon si ça te dérange, mais mes commentaires ont au moins autant de valeur que les tiens. En moins agressifs. Et tu devrais regarder les confs de Franck Lepage, même si (horreur) c’est un homme ... :-)

    • Désolé de t’avoir mégenrée. Les personnes qui s’énervent lorsque je pointe les hommes blancs sont habituellement des hommes blancs aussi, mais pas toujours.

      Je connait les conf de Lepage depuis longtemps et je les apprécient. Je sais qu’il utilise le mot culture de manière plus fine habituellement. D’ou mon agacement sur cet extrait.

      Pour le reste je pense qu’on a un trop grand écart de point de vue pour discuté de manière constructive. Pour moi le sexisme, le racisme sont des systèmes et la connivence masculine et blanche font partie des mécanismes de ce système, cela en dehors des qualitées individuelles des personnes, de leur gentillesse ou de leur volonté de bien faire... Ca veut pas dire que je suis déterministe, je croi aussi au libre arbitre individuel, ce qui est paradoxal je le reconnaît, mais les paradoxes ca se trouve un peu partout sinon ca serait trop simple la vie. Mermet et Lepages ne sont pas des idiots et c’est même des mecs plutot intéressants de qui je me sent proche idéologiquement mais ils conservent certains comportements qui sont typique de leurs positions sociales, de leur genre... - ici l’autocongratulation et l’entre-soi. Comportements qui me frappent à cause de mes lectures récentes comme je te disait plus haut. Du coup je le mentionne avec ma grossiereté de mégère (je te conseil le tag #mégèrisme pour que tu voie à quel point je suis casse-couilles :). Ma remarque sur le sexe et la couleur viennent manifestement comme un cheveux sur la soupe à tes yeux, comme c’est le cas pour la plus part des gens. Pour que les comportements changent il faut montrer ce qui est invisible, caché dans les habitudes, les rituels, les stéréotypes pour que l’effort de les rendre plus juste soit possible. Je sais pas comment faire ca avec delicatesse, du coup j’y vais franco et ca fait des soupes peu ragoutantes avec des cheveux dedans.

      Par rapport à l’agressivité de mes messages, c’est vrai que je part vite dans les tours. J’essaye de m’améliorée de ce coté là mais je reconnaît que j’ai encore des progrès à faire.

    • Mais si, on peut discuter. La preuve. Et je n’ai pas très bon caractère non plus.

      Je suis assez d’accord avec toi, racisme et sexisme sont des systèmes. Et tout le monde est englué dedans, y compris les femmes, d’ailleurs, qui reproduisent un certain nombre de schémas, d’éducation de leurs enfants entre autres, qui font que leurs garçons seront toujours quelque part « des fils à leur maman ».

      J’avais lu un chouette petit livre dans les années 70, ça s’appelait « Du côté des petites filles », d’une pédagogue italienne, Elena Gianini Belotti.

      https://www.desfemmes.fr/essai/du-cote-des-petites-filles

      Dans mon boulot, j’ai aussi connu beaucoup de nanas qui préféraient user de leurs charmes pour obtenir ce qu’elles voulaient : elles ne regardaient même pas les petits ou les sans grades. Juste ceux qui avaient un pouvoir, ou une réputation. Nier ça, c’est juste de l’hypocrisie.

      Pour moi, les auteurs de vraies saloperies (le harcèlement d’un patron, ou plus généralement d’un fort sur une faible, le viol) quels qu’ils soient, hommes ou femmes, doivent être sévèrement condamnés. Mais faut-il aussi enchrister le petit con qui siffle une fille dans la rue ? Quel véritable abus de pouvoir il commet ?

      J’avoue que l’hystérie médiatique à ce sujet (et la récupération politique qui va avec) m’emmerde profondément. Parce que ça ne règle rien.

      Bref, là où je ne te suis pas, c’est que pour moi, les femmes ne seront jamais libres, émancipées, et tout ce que tu voudras, si leurs hommes ne le sont pas. Et c’est encore plus vrai pour les "racisés".

      http://www.arenes.fr/livre/du-racisme-francais

      C’est le monde qu’il faudrait changer. Oui je sais, je suis idéaliste, et un peu trop dans mes rêves… Et le pseudo de Gavroche n’est pas un hasard, c’est un garçon ou une fille, et ça n’a pas d’importance.

      En tous cas, si tu veux convaincre, c’est vrai que les grands coups de latte dans la tronche sont moins efficaces que la discussion… :-)

    • C’est surtout que je devrait travailler, ecrire me prend beaucoup de temps.

      Les coup de latte je pratique seulement en autodéfense. Pour le coté agressif verbal je le reserve plutot aux hommes et ca donne des résultats : il y en a qui se retiennent de dire certaines choses de peur que je les embrouillent. C’est déjà ça de pris.

      J’ai pas lu encore « du coté des petites filles » mais seulement des extraits et je sais que c’est un classique. Je vais le mettre dans ma liste de lecture. De mon coté je te conseil Bell Hooks « Ne suis-je pas une femme ? » qui est un autre classique qui parle des femmes noires américaines et qui explique bien l’interestionnalité dont on parle beaucoup en ce moment. Il y a une édition récente chez Cambourakis collection « sorcières » avec une préface d’Amadine Gay qui met en perspective avec le contexte français actuel.
      https://www.cambourakis.com/spip.php?article625

      Sinon je suis quand même pas d’accord avec ce que tu dit.

      L’hystérie : c’est une insulte misogyne, j’utilise pas les insultes misogynes. Ca veut dire « Maladie de l’utérus baladeur » c’est le concept que quand les femmes sont pas « bien baisées » ou occupées a faire des gosses, leur utérus se décroche, leur monte à la tête et ca les rend dingues. Cette « merveille » de misogynie a été expliqué en premier par Hippocrate, puis Aristote, puis Freud. Parlé d’hystérie pour le mouvement de libération de la parole des victimes de violences sexuelles (surtout des femmes mais aussi des hommes comme Terry Craw, ou les victimes de Kevin Spacy) j’aime pas. Pour moi tu l’aura compris c’est pas de l’hystérie du tout, c’est le commencement d’un changement sociétale sur les violences sexuelles. Enfin les victimes sont mieux écoutées. Ca sera pas suffisant, il faudra recommander pour faire changer le monde (en France gros boulot à faire encore par rapport aux USA et les USA c’est Trump c’est dire si on rame.) mais on avance et plein de prédateurs sexuels dorment moins paisiblement depuis quelques mois.

      Sur les garçons qui sifflent : le sexisme est un système la privation de l’espace publique et la sexualisation des filles, la banalisation des comportements dominateurs dans l’espace publique (ou privé d’ailleurs) je voie ca comme des rouages du système. C’est logique de pointé toutes les formes d’oppression d’un système, mais je reconnaît qu’il y a une instrumentalisation raciste et classiste du harcelement de rue (par Macron, le FN, les LR...). On appel ca le #fémonationalisme

      Sur les femmes qui soit disant élèvent mal les garçons : a ma connaissance l’éducation c’est pas que les mères, c’est les pères, grands-parents, oncles et tantes, les frères et sœurs, les copines et copains, les profs, la tv, les livres, facebook et plein plein de monde et de trucs. C’est un classique des systèmes d’oppression de rendre les opprimé·es acteurices et responsable de leur propre oppression. Par exemple on accuse souvent les femmes par exemple égyptiennes de pratiquer l’excision sur leurs filles, mais on ne dit en fait rien sur les hommes qui exigent des femmes mutilées sexuellement comme épouses, on ne s’en prend qu’aux femmes. D’autre part, l’éducation des garçons à kiffer les scenarios de viol et l’humiliation sexuelle des femmes et filles, qui est le gros du porno, c’est pas les mères qui la font cette éducation là, ce sont les autres hommes et garçons. Je connais quelques parents et surtout des mères qui hallucinent du changement de comportement de leur garçon lors de la scolarisation. Ce qui empêche pas qu’il y ai des mères misogynes qui élèvent leurs fils à etre des ordures machistes mais le gros de l’éducation à la virilité se fait par les autres garçons et hommes.

      Enfin pour les femmes qui couchent pour réussir ou avoir un statu j’ai pas grand chose contre elles car la population se charge largement à ma place de les trouver affreuses moralement. Dans ce scénario de #promotion_canapé je prefère m’en prendre aux personne qui donnent une promotion en échange d’une pipe et il se trouve que le pouvoir est largement très largement aux mains des hommes et plus tu monte dans la hierarchie plus tu as des hommes. Donc j’ai un problème avec les promoteurs et promotrices canapé et moins avec les promu·es canapé.
      J’en parle plus en détail ici : https://seenthis.net/messages/636985

      Comme tu peu déjà le voire je préféré toujours attaquer les fraternités et comportements masculins et privilégié une sororité avec les femmes. Ca veut pas dire que j’aurais plus aucune exigence morale vis à vis des femmes ou des groupes opprimés, ca serait affreusement paternaliste ou maternaliste. Mais quand je voie que tout le monde tape sur les mêmes (mères qui perpétuent le sexisme par l’éducation, femmes qui couchent pour réussir) et jamais sur les autres (j’ai pas souvent entendu dénoncé l’éducation que les hommes donnent au garçons et absolument jamais rien entendu qui cible les promoteurs et promotrices canapé)

      Bon j’espère qu’on poursuivra et que j’ai pas été trop seiche. Faut que je retourne bosser :)

    • La discussion, même vive, c’est toujours intéressant. Pas de malaise, donc. Surtout avec des sorcières-mégères (j’en suis une aussi, hein).

      Au sujet de l’hystérie, ce n’est qu’une expression. Voir la fiche wikipédiatre là-dessus, plutôt bien fichue :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Hyst%C3%A9rie

      Heureusement, le concept a beaucoup évolué depuis Hippocrate, et même depuis Charcot. Aujourd’hui, les psys appellent ça « trouble de l’anxiété ».

      A lire aussi (et c’est passionnant) :

      Histoire de l’hystérie, d’Ilza Veith (éditions Sehers) je lisais ça lors de mes années (bénies) de fac d’histoire. On ne le trouve plus que d’occase, si je ne me trompe pas.

      Et puisque tu en parles, elle aussi relie l’évolution de cette histoire à la répression des femmes notamment lors de la chasse aux sorcières du XVIIème siècle. Je pourrai t’en parler plus longuement, puisque c’est un de mes sujets d’étude.

      Maintenant, si tu crois vraiment que cette « montée en épingle » médiatique va changer quoi que ce soit à la situation des femmes partout dans le monde, perso, moi j’ai des doutes. Ce n’est qu’un écran de fumée. Pendant ce temps, les réformes néolibérales de notre bien-aimé présidu (et d’autres, partout ailleurs dans le monde) vont faire des dégâts et les femmes en seront elles aussi victimes.

      Il n’y a qu’à regarder quelques exemples récents, et en France : Tariq Ramadan est incarcéré (mais c’est un arabe, le salopard) alors que le parquet vient de classer sans suite, et pour la deuxième fois, la plainte contre Darmanin, soutenu par toute la clique politocarde. Et c’est pareil pour Hulot, DSK, Polanski et tant d’autres. Alors, je n’ai pas d’avis sur la culpabilité des uns et des autres (je n’étais pas dans leur lit, à la différence de sœur Caroline, qui a « témoigné » contre Ramadan). Ou Sarah, d’origine guadeloupéenne, âgée de 11 ans, jugée consentante …

      https://cafemusique.wordpress.com/2017/09/26/sarah-etait-consentante

      Ce que je constate, c’est un deux poids deux mesures. Certaines victimes ont donc plus de valeur que d’autres.

      Et pendant qu’on glose d’écriture inclusive (on pourra toujours réécrire tous les classiques, et dire « elle pleut », par exemple), sur la suppression de « Mademoiselle » sur les formulaires administratifs (une « réforme » qui ne coûte pas cher) qu’on décroche des tableaux jugés sexistes comme à Manchester :

      http://www.valeursactuelles.com/monde/un-musee-decroche-un-tableau-de-femmes-nues-pour-lutter-contre-le-

      les prédateurs sexuels (ou prédateurs tout court, ceux qui affament, pillent, violent, tuent dans l’impunité la plus totale, et le plus souvent légalement) continueront à dormir tranquilles, c’est une certitude.

      Et je n’ai jamais dit que les femmes étaient seules responsables du machisme ambiant, mais à l’inverse, alors que tu parles de « système », dont elles font partie que je sache, tu sembles dédouaner les femmes de presque toute responsabilité ?

      Ce machisme là, il existe bien avant que les gamins aient accès à quoi que ce soit d’autre que leur maman. Lis Du côté des petites filles.

      Elles ne sont pas responsables non plus de la promotion canapé, mais encore une fois, elles participent d’un système, car parfois, comment faire autrement, quand on vit dans un monde qui promet sans arrêt le pouvoir et l’argent, considérés comme valeurs suprêmes ? Je ne les juge pas, je constate.

      Enfin sur le gamin qui siffle une fille dans la rue, tu crois vraiment qu’il veut prendre le pouvoir ? Carrément ? Oui, c’est un garçon, et c’est une fille, et alors ? En quoi est-ce gênant ? Si ça lui déplaît, elle ne répond pas, ou l’envoie paître. Et si ça lui plaît, ils se marieront et auront beaucoup d’enfants… Il y a une sacrée différence avec le vrai prédateur, qui lui, abuse de son pouvoir sur plus faible que lui.

      C’est une question de bon sens : si les gens ne se mélangent plus, ils feront comment pour se parler, voire s’aimer ? Par facebook, parce que c’est « safe » ? Aux States, que tu cites en exemple, les gens ne veulent même plus se croiser dans un ascenseur, ni être ensemble dans un bureau. Diviser pour régner ça s’appelle, depuis des millénaires, et ça marche toujours. La preuve.

      Et moi, je trouve ça dommage. Vraiment.

    • Et je n’ai jamais dit que les femmes étaient seules responsables du machisme ambiant, mais à l’inverse, alors que tu parles de « système », dont elles font partie que je sache, tu sembles dédouaner les femmes de presque toute responsabilité ?

      Ce machisme là, il existe bien avant que les gamins aient accès à quoi que ce soit d’autre que leur maman.

      C’est faux, dès la toute petite enfance, le bébé est exposé aux deux parents (sauf mère célib isolée), ainsi qu’à tout le reste de la famille, ainsi qu’au corps médical, etc, etc. C’est l’ensemble de cette société qui diffuse des comportements et qui ne produisent pas les mêmes discours ni les mêmes actions (donner à manger ou pas, câliner ou pas, etc) suivant que le bébé a un pénis ou un vagin.

      Cela se fait essentiellement à l’avantage de la classe des hommes, donc remettre en avant trop que « oui mais la mère elle est tout autant responsable hein » c’est pousser l’idée que c’est équivalent et qu’elle est tout autant coupable. Même si ce n’est pas la même chose, pour moi c’est un peu dans la même veine que de dire « oui mais ya aussi des hommes battus » et ce genre de conneries. Ça ne fait que participer à dédouaner l’origine des responsabilités, l’origine de ceux qui profitent vraiment. Les femmes qui éduquent de manière machistes le font en bonne partie parce qu’elles espèrent une protection à l’intérieur du patriarcat, ne pas le combattre frontalement (cf « Les femmes de droite » de Dworkin) : on peut décrire leur comportement et n’être pas d’accord (et c’est le cas aussi pour @mad_meg à priori), mais ça ne sert à rien de s’en prendre à elles en disant qu’elles sont tout autant responsables ou coupables.

      Quant aux hommes non-bourgeois qui sifflent dans la rue, bien sûr que ça reste une domination dont ils profitent, de la classe des hommes sur la classe des femmes. La domination masculine est trans classe sociale, et bien sûr qu’il y a du patriarcat et de la domination à l’intérieur même des classes populaires, à l’intérieur mêmes des racisés, etc. Tout ça se croise, et en 2018 avec tout ce qu’on sait en socio, sur l’intersectionnalité, etc, je trouve un peu bizarre (euphémisme) de continuer de se fixer uniquement sur le sexisme des bourgeois, riches, uniquement. Les hommes pauvres qui sifflent et harcèlent dans la rue aussi ont du pouvoir en tant qu’hommes, quelque soit leur classe sociale.

      Ce qui n’empêche pas, mais @mad_meg l’a déjà dit, qu’au niveau médiatique il y a des traitements différents de deux poids deux mesures pour critiquer plus les harceleurs des quartiers populaires que ceux des bourges. Mais la solution à ça, c’est pas de se mettre à ne critiquer que les harceleurs bourges ! C’est bien de critiquer tout autant n’importe quels harceleurs, quelque soit leur classe sociale.

    • Encore aujourd’hui, et malgré l’évolution (heureusement) de la société, tu connais beaucoup de bébés dont les pères s’occupent autant que les mères ? Du style se lever la nuit pour les nourrir ou leur changer les couches ? Ou prendre un congé ?
      Moi, pas vraiment.

      Le congé paternité, il existe depuis combien de temps ? Et il dure … 11 jours.

      Combien d’hommes, y compris dans mon entourage, ai-je entendu dire que les couches, beurk, ça pue…

      Les pères commencent à s’y intéresser quand les petits garçons peuvent exercer des activités dites viriles, c’est à dire à les accompagner pour faire du sport, par exemple.

      Et la même chose se reproduit le plus souvent dans les maternelles, où les instits sont presque toujours des femmes. Même si là aussi, ça a un tout petit peu progressé. C’est pour cela que j’ai cité le livre d’Elena Gianini Belotti.

      Bon, je vais laisser passer la comparaison sur les hommes battus. Pour ce que ça vaut, je n’ai pas envie de te répondre là-dessus, d’autant que j’ai longuement parlé des abus de pouvoir commis par les plus forts.

      Maintenant, je n’ai pas dit que les femmes étaient « responsables », ni « coupables » de quoi que ce soit. Je ne suis ni juge, ni curé. J’ai dit que comme les hommes, elles participaient d’un système, peu ou prou, volontairement ou inconsciemment. Or, ce système est fondamentalement, intrinsèquement oppressif, et évidemment, c’est toujours sur les plus faibles que ça tombe et donc, les femmes.

      Je n’ai pas dit non plus que la domination masculine que n’exerçait que chez les bourgeois. J’ai dit que la seule qui était condamnée aujourd’hui, dans les médias et par la classe politique, c’était celle qui existe évidemment aussi dans les classes populaires. Et chez les « racisés », selon le mot à la mode.

      Enfin, je fais la différence entre un gamin qui siffle une fille et un patron qui exerce son droit de cuissage en faisant du chantage.

      Qui devrait en principe avoir une éducation, des « valeurs » (dont pourtant tout ce beau monde se gargarise), être civilisé par rapport aux barbares, et surtout, qui détient aujourd’hui le pouvoir, le vrai, sur tout le monde, hommes et femmes confondus ?

    • Merci @rastapopoulos pour ta participation à la discussion.
      @gavroche ca risque d’etre long mais je vais essayé de répondre à tes remarques et objections.

      Sur l’hystérie si tu connait l’origine du mot et son obsolescence psychiatrique c’est dommage que tu l’utilise encore. Le langage fait parti du système. Utiliser un vocabulaire misogyne pour qualifier l’expression publique des violences sexuelles subies par les victimes ca ne me conviens pas du tout. Plus loin tu dit que ce mouvement est une « montée en épingle » et je trouve aussi que c’est très dévalorisant et méprisant pour qualifier la parole des victimes. Quand tu parle de travailleur·euses victimes d’un licenciment massif, est ce que leurs protestations et dénonciations seraient traité de « montée en épingle » et les protestataires d’"hystériques" ? J’espère que non. Et pour des personnes qui se sont exprimées dans le cadres de l’affaire #weinstein #metoo et #balancetonporc ce sont principalement des femmes qui dénoncent des agressions commises sur leur lieu de travail , ce sont des travailleuses et pas des « monteuses en épingle ». Au prétexte que ca concerne des violences sexuelles on arrive toujours à blâmer les victimes au lieu des coupables.

      Par rapport aux sorcières je m’interesse aussi beaucoup au sujet. Comme ca m’interesse je voudrais savoir si tu as lu « Caliban et la sorcière » de S.Federicci ? Il y a une polémique en ce moment sur ce livre et j’aimerais bien l’avis d’une spécialiste telle que toi. La discutions est ici = https://seenthis.net/messages/659472 et ici il y a d’autres ressources sur le sujet : https://seenthis.net/messages/669704

      Sur T.Ramadan, je suis d’accord avec toi pour dénoncé l’acharnement raciste des médias qui apparait face au traitement d’un Dammanien, Tron, Baupin, Sapin... Il n’empeiche que ca fait pas de T.Ramadan un innocent au pretexte qu’il y a un déchainement raciste et islamophobe contre lui. Je te conseil de lire sur le #femonationalisme et l’ #intersectionnalité pour mieu faire la part des choses lorsque les oppressions se croisent et se superposent.

      Sur Mademoiselle Je sais pas pourquoi tu parle de ca, c’est un sujet dépassé, enfin je croyait. Ca me déséspère...

      Pour les mères mauvaise éducatrices résponsable du sexisme, c’est toi qui les a mentionnées en particulier, comme les femmes qui couchent pour une promo. Tu es loin d’etre la première personne qui ne pointe que les comportements féminins dans la perpétuation du sexisme. Moi je choisi de ne pas le faire et de m’occuper de pointer les comportement masculins que toi et tout les autres ne pointez jamais.

      Par rapport au fait que j’excuserait tout aux femmes, c’est faux, regarde comment je te laisse rien passé :) Et j’avais pris la peine de le précisé et @rastapopoulos en a remis une couche.

      Tes messages depuis le début ont deux pôles très marqués, défendre des hommes d’accusations de sexisme et cibler les femmes et les comportements répréhensibles des femmes.

      Tu a mentionné les mères mauvaise éducatrices (et pas les pères), les coucheuses promues (et pas les coucheurs qui donnent ces promotions), les hystériques (pour parler de victimes de violences sexuelles), les monteuses d’épingles, les ré-écriveuse de littérature en neutre.... Et puis autrement coté masculin tu dit que Mermet et Lepage sont pas machos, qu’il y a un sexisme anti-homme, que les garçons qui sifflent faut les excusés, et tous les mecs qui sont pas bourgeois sont cool parce qu’ils peuvent pas dominer les femmes vu que les femmes on les appellent « les bourgeoises ».

      C’est bien d’etre mégère et sorcière mais toute ta négativité chthonienne est orienté vers les femmes et toute ta bienveillance choupi est dirigée vers les hommes. J’ai fait ca longtemps et j’en suis certainement pas sortie totalement, ca s’appel la « misogynie intégrée ». En guise de traitement, de mégère à sorcière, je te conseil la « misandrie extériorisée ».

    • Tiens, ça fait longtemps que le souvenir de ce court-métrage me trotte dans la tête et revient régulièrement à l’occasion d’échanges comme celui-ci. Cette fois-ci @rastapopoulos m’a donné l’envie d’aller le chercher et il est très facile à trouver (#merci, donc…)

      La mort du rat, 1973, Pascal Aubier
      https://www.filmsdocumentaires.com/films/1207-la-mort-du-rat
      la vidéo est incorporée mais on trouve tout aussi facilement un exemplaire sur YouTube (et le passage à l’anglais ne modifie pas fondamentalement les textes du film…)
      https://www.youtube.com/watch?v=l2MhVPE3h28

      Ça passait en première partie dans les salles de cinéma (bon, c’était le Quartier Latin…) et dans mon esprit il est associé à la scène d’ouverture de La Salamandre d’Alain Tanner où Bulle Ogier travaille dans un atelier de saucisses… Le film est de 1971, soit 2 ans avant, mais pour moi il est complètement associé au court-métrage. Peut-être est-ce simplement par association des thèmes…

      EDIT : la keyframe de la vidéo dans le site des documentaires est pas mal non plus…

    • @mad_meg

      Je ne dois pas m’exprimer clairement, ce n’est pas possible autrement, si à travers nos échanges tu as simplement compris que je voulais « dédouaner » les hommes, et accuser les femmes de tous les maux.

      Ce n’est pas très grave, parce qu’au fond, je pense partager les mêmes valeurs que toi : défendre les opprimés. Même si nous n’avons peut-être pas tout à fait la même opinion sur les opprimés en question (pour moi, il s’agit d’un mot neutre, qui s’applique aux femmes aussi bien qu’aux hommes).

      Juste deux courtes remarques, et ensuite, je laisse tomber :

      – Sur les licenciements massifs, tout le monde en est victime, hommes et femmes. Et quand cela arrive (de plus en plus souvent) « l’hystérie » (pardon d’utiliser ce mot, mais je pourrais aussi écrire « récupération politico-médiatique », si tu préfères) n’est pas du tout la même du côté des médias et des politiques.

      – Sur Tariq Ramadan, comme je l’ai dit, je n’ai pas d’avis sur sa culpabilité ou non : je n’y étais pas.

      Et bon week-end à tous.

    • Puisque cette conversation est publique, je me permets d’intervenir brièvement.
      @gavroche, ton discours pour défendre les opprimés tient de la tragi comédie, je vais conserver ta citation en tant que grand tapis des ouioui de la domination masculine, je te cite :

      Bref, là où je ne te suis pas, c’est que pour moi, les femmes ne seront jamais libres, émancipées, et tout ce que tu voudras, si leurs hommes ne le sont pas. Et c’est encore plus vrai pour les « racisés ».

      Merci pour cette franche rigolade, et je n’ai pas le courage de @mad_meg pour t’expliquer.

    • @gavroche je te conseil vraiment la lecture de Bell Hooks qui te donnera les bases du concept d’intersectionnalité qui est très important pour comprendre comment les systèmes d’oppressions se croisent. https://www.cambourakis.com/spip.php?article625
      Sinon sur seenthis il doit y avoir pas mal de ressources avec le #intersectionnalité

      En dehors de nos désaccords, j’aimerais bien ton avis sur Caliban et la sorcière puisque tu m’a dit être calée sur l’histoire de la chasse aux sorcières. Peut être que sur ce sujet on pourra discuté de manière plus constructive. Je te remet le lien : https://seenthis.net/messages/659472

      @touti hihi merci de me congratulé chère sœursière ^^

      Bon we



  • Le théologien Tariq Ramadan mis en examen et incarcéré pour viols - Libération

    Tariq Ramadan a été mis en examen et incarcéré vendredi à Paris, à l’issue de deux jours de garde à vue et de sa présentation à un juge. Celui-ci a donc suivi la réquisition du parquet de Paris qui avait ouvert vendredi une information judiciaire pour viol en 2012 et pour viol sur personne vulnérable en 2009 à l’encontre du théologien musulman de 55 ans.

    Une de ses deux accusatrices - pour des faits qui auraient eu lieu à Lyon en 2009 - a été longuement confrontée, jeudi après-midi, au théologien. Selon l’AFP, Ramadan camperait sur ses positions : depuis trois mois, il nie les accusations. Toutefois, la plaignante l’aurait mis en difficulté en mentionnant une petite cicatrice que ce dernier aurait à l’aine. Cette affaire, très complexe, a éclaté début octobre par les révélations d’Henda Ayari, une ex-salafiste accusant Ramadan de l’avoir violée dans un hôtel à Paris, en 2012. Dans la foulée, plusieurs témoignages de femmes, notamment en Suisse, ont mis en cause la double vie du théologien, accumulant les conquêtes, en contradiction avec la stricte morale islamique.

    Les derniers développements de l’affaire ont provoqué la consternation parmi les responsables de Musulmans de France (ex-UOIF, la branche française des Frères musulmans). L’organisation a beaucoup contribué à la notoriété de Tariq Ramadan en France. Murée dans un silence total depuis le dépôt des deux plaintes, elle devrait se réunir ce samedi pour discuter du dossier. « Tout cela est difficile à croire », avouait vendredi à Libération, sous le choc, l’un de ses dirigeants.

    A partir du milieu des années 90, Ramadan, petit-fils du fondateur des Frères musulmans, Hassen el-Banna, est devenu une référence de l’islam de France. Très présent sur le terrain pendant une dizaine d’années, il a contribué, à travers de très nombreuses conférences, à la réislamisation des deuxième et troisième générations des immigrés venus d’Afrique. Des polémiques avaient émergé à son sujet au début des années 2000, ses adversaires lui reprochant de tenir un double discours et de favoriser l’émergence d’un islam politique.
    Bernadette Sauvaget

    Ok, donc Ramadan a été incarcéré et la justice semble ici rapide, efficace et à l’écoute des victimes, ce qui n’est absolument pas la norme dans ce domaine et j’ai pu le constater de très nombreuses fois. Le traitement particulier réservé à Tariq Ramadan en raison de tout ce qu’il représente a de quoi mettre mal à l’aise. Il faudrait demander à Gérald Darmanin son avis sur la question.
    #viol #Ramadan #agression #violence #femmes

    • https://m.investing.com/news/world-news/macron-minister-refuses-to-quit-over-rape-charge-he-denies-1170420?ampM

      French President Emmanuel Macron’s budget minister, targeted by a rape accusation he denies, will not resign, his lawyer said on Tuesday.

      The case concerning 35-year-old minister Gerald Darmanin and an encounter dating back to 2009 could test Macron’s ability to reconcile the principle of innocence unless proven guilty with his pledges of exemplary government.

      Following the sex scandal surrounding U.S. movie mogul Harvey Weinstein, it also comes at a time of heightened demand for action against predatory sexual behavior or abuse of power for sexual favors.

      Lawyer Pierre-Olivier Sur spoke in defense of Darmanin after confirmation on Saturday that the rape accusation had triggered the opening of a preliminary judicial inquiry, a step in France where investigators assess whether a complaint merits pursuit.

      “There’s absolutely no question of that happening,” Sur said when asked in an RTL radio interview if the minister would stand down.

      Darmanin, a high-flyer who joined France’s main right-wing party, Les Republicains, in his teens, changed camps last year to join Macron’s government.

    • En Grande Bretagne 1 député veut démissionner à cause d’un retard de 5 mn au Parlement, qui ne lui a pas permis de répondre à une question le concernant et en France un ministre qui fait l’objet d’une enquête préliminaire pour viol n’envisage pas de renoncer à sa fonction. Deux cultures politiques aux antipodes et la honte pour les représentant·e·s politiques français qui soutiennent Darmanin.
      Sophie Spatz qui a porté plainte pour viol va, elle, en avoir besoin de soutien pour faire face à la pression qui doit s’abattre sur elle.



  • #tariq_ramadan mis en examen pour viols et incarcéré
    https://www.mediapart.fr/journal/france/020218/tariq-ramadan-mis-en-examen-pour-viols-et-incarcere

    © Reuters Tariq Ramadan a été mis en examen pour viols vendredi soir et incarcéré, en attendant un débat différé sur son placement en détention. Deux plaintes pour #viol avaient été déposées en octobre, pour des faits qui remonteraient à 2009 et 2012.

    #France #Plainte #violences_sexuelles




  • Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce vendredi 2 février 2018
    https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse/14469-revue-de-presse-du-jour-comprenant-l-actualite-nationale-et-interna

    Bonjour à toutes et à tous, j’espère que vous allez bien. On ne perd pas de temps et veuillez donc trouver ci-dessous notre Revue de presse quotidienne. Comme d’habitude en complément, la Defcon Room (toute relookée) se tient à votre disposition 24h/24 et 7j/7 ; )))

    Bonne lecture, bonne journée, et merci de votre confiance.

    Amitiés,

    L’Amourfou / Contributeur anonyme / Chalouette

    Actualités françaises :

    02.02.2018

    Pouvoir d’achat : les Français n’achètent pas la politique de l’exécutif (Les Echos.fr)

    Fonction publique : vers un plan de départs volontaires (Le Point.fr)

    Accusations de viols : Tariq Ramadan déféré au parquet de Paris en vue d’une mise en examen (L’Express.fr)

    Lactalis sème le doute sur la fiabilité des contrôles alimentaires (Le Figaro.fr) (...)


  • Accusé de viols, #tariq_ramadan est placé en garde à vue
    https://www.mediapart.fr/journal/france/310118/accuse-de-viols-tariq-ramadan-est-place-en-garde-vue

    Tariq Ramadan à l’Assemblée nationale, à Paris, le 2 décembre 2009. © Reuters L’islamologue Tariq Ramadan a été placé en garde à vue à Paris, mercredi 31 janvier, dans le cadre de l’enquête préliminaire pour viols et violences volontaires. Deux #plaintes pour viol ont été déposées contre lui devant le parquet de Paris, en octobre. L’islamologue dénonce une « campagne de calomnie ». Notre enquête sur « le système Ramadan ».

    #France #Denis_Baupin #Harvey_Weinstein #violences_sexuelles


  • Tourbillon sexuel
    http://www.dedefensa.org/article/tourbillon-sexuel

    Tourbillon sexuel

    17 décembre 2017 – Depuis le scandale Weinstein (10 octobre), les USA tourbillonnent au rythme des “scandales sexuels”, jusqu’à introduire un nouvel élément politique majeur dans la grande crise de “D.C.-la-folle”. On peut donc parler de “crise sexuelle”, avec l’aide d’une puissance de communication sans égale, – car, bien entendu, dans toute cette chronique, comme dans bien d’autres, le manipulateur central et le Deus/Diabolus ex machina (dimension-Janus), c’est la communication.

    (On notera aussitôt que je ne parle que des USA. Dans d’autres pays, il y a eu des “affaires sexuelles”, certaines très sévères, comme celle de Tariq Ramadan en France. Mais nulle part, rien de semblable à ce qui se passe aux USA, – non pas nécessairement pour la gravité des affaires mais pour le fantastique effet (...)


  • How the Tariq Ramadan Scandal Derailed the #Balancetonporc Movement in France
    https://www.newyorker.com/news/news-desk/how-the-tariq-ramadan-scandal-derailed-the-balancetonporc-movement-in-fra

    oon after the #MeToo movement formed in the United States, in response to the Harvey Weinstein scandal, #balancetonporc (“expose your pig”) erupted in France. The effect has been an unprecedented blow to what Sabrina Kassa has described, in Mediapart, as the “patriarchal belly” of a country where harassment and other sexual crimes have often been concealed, or explained away, by a Gallic rhetoric of flirtation and libertinism. In 2008, Dominique Strauss-Kahn, who was the managing director of the International Monetary Fund, was subjected to an internal I.M.F. inquiry over allegedly coercing a subordinate to have sex with him. Although he apologized for his “error of judgment,” he was celebrated in the French press as “the Great Seducer.” Had he not been arrested in New York, in 2011, on charges (which were eventually dropped) of assaulting Nafissatou Diallo, a maid, in the presidential suite of the Sofitel Hotel, Strauss-Kahn, a powerful figure in the Socialist Party, might have been elected President of France in 2012.
    The #balancetonporc movement has exposed prominent men in business, entertainment, and media, but the most high-profile scandal has been that surrounding Tariq Ramadan, an Islamic scholar and activist whom several women have accused of rape and sexual abuse. (Ramadan has denied all allegations.) Ramadan has been a controversial figure in France for more than two decades—a kind of projection screen, or Rorschach test, for national anxieties about the “Muslim question.” Like Strauss-Kahn, he has often been depicted as a seducer, but the description has not been meant as a compliment: he has long been accused of casting a dangerous spell on younger members of France’s Muslim population, thereby undermining their acceptance of French norms, particularly those pertaining to secularism, gender, and sexuality.
    Born in 1962, in Switzerland, Ramadan is the son of Said Ramadan, an exiled Egyptian Muslim Brotherhood leader who was the son-in-law of Hassan al-Banna, the founder of the Muslim Brotherhood. Tariq Ramadan, who is not a member of the Brotherhood, is nonetheless a religious conservative—a “Salafi reformist,” in his words—who has long preached the virtues of female “modesty” in dress and sexual comportment. (His brother Hani Ramadan, the head of the Islamic Center in Geneva, is notorious for his support for stoning female adulterers, his hatred of homosexuals, and his belief that the attacks of 9/11 were a Western conspiracy.)

    • Franchement vu l’extrait ci dessus, je me disais que ça allait encore être un article de merde. Mais en fait c’est beaucoup plus critique que le début de l’article peut le laisser paraître.
      Quelques extraits dont une petite mise au point sur Valls :

      Valls had never before expressed much concern for the victims of sex crimes by powerful men. In fact, he had deplored the “unbearable cruelty” of Strauss-Kahn’s arrest in New York. (A few members of the Socialist Party, including Strauss-Kahn himself, claimed that he was a victim of a plot engineered by President Sarkozy, who saw Strauss-Kahn as a threat to his reëlection. Sarkozy denied the allegations.)

      ou :

      In recent years, Muslims in France have discovered that it is not enough to respect France’s laws: to truly belong to France, they must denounce bad Muslims, praise Charlie, and make other shows of loyalty, just as their ancestors in colonial North and West Africa learned to honor “our ancestors, the Gauls.” The more French they have become, the more their French-ness, their ability to “assimilate,” seems to be in question, which has deepened their sense of estrangement. Muslim organizations and institutions have largely refrained from commenting on the Ramadan scandal—a silence that, for some, has been an expression of solidarity with a fellow-Muslim who has long been vilified in France. Others who have been asked to comment publicly on the Ramadan affair have chosen to remain quiet as a result of their discomfort, or perhaps irritation, at being summoned to pass yet another litmus test to prove their worth as citizens, or at the “Islamization” of the affair, in which Ramadan is either viewed as a victim of an anti-Muslim conspiracy or as a symbol of Muslim sexual violence.

      et la meilleure pour la fin que je ne peux m’empêcher de traduire grossièrement :

      While most of the commentators on the Ramadan Affair have been—as tends to be the case with conversations about Islam, laïcité, and terrorism in France—white and male, some of the most important insights on the scandal have come from those Muslim feminists…

      « Alors que la plupart des commentateurs sur l’affaire Ramadan sont — comme cela a tendance à être le cas des conversations au sujet de l’islam, la laïcité et le terrorisme en France — des hommes blancs, les analyses les plus pertinentes sur le scandale ont été émises par les féministes musulmanes… »
      Difficile de rendre l’effet de surenchérissement « white and male » et l’ironie : blancs et masculins.

    • Oui mais on s’en fout que lui soit blanc, il commente surtout en tant qu’étranger avec un regard extérieur, c’est son statut. À LMSI parfois il y a de bons articles, je vois pas ce qu’il y a de choquant et Houria Bouteldja elle est citée comme à chaque fois qu’il y a un article sur un sujet qui traite d’1 affaire médiatique où il y a un arabe dedans. C’est vrai que sur ce coup là il aurait pu s’en passer mais on va pas trop lui en demander.
      Quant aux féministes musulmanes ce ne sont pas de ces personnes dont il parle et d’ailleurs Houria Bouteldja ne se revendique absolument pas comme féministe ou alors faut me citer une phrase précise. Et je ne pense pas que qui que ce soit la considère comme féministe ou faut m’expliquer pourquoi.
      Le circuit fermé des universitaires est quoi qu’il en soit une réalité indéniable !

    • @ninachani oui, sauf que se présenter comme « un regards extérieur » alors qui est plus impliqué* dans le débats que la plupart des français voir des militants c’est faire preuve malhonnêteté.

      D’autant que l’article prend clairement parti contre Valls en ridiculisant les « laïcistes » qui serait tous démago et raciste car refusant le concept d’islamophobie.

      Cela dit en relisant je serais plus nuancé en effet il ne met pas Boutelja dans les « féminismes musulmanes » (d’ailleurs on ne sait pas trop si il fait il référence à quelque choses d’existants ; des femmes comme Lallab mettant en avant leurs religions ou des féministes issues de l’immigration).

      [Désolé c’est du google trad]
      "Comme l’explique Joan Wallach Scott dans son nouveau livre, "Sex and Secularism", l’idée du patriarche musulman répressif et pourtant ludique a longtemps servi à détourner l’attention de la discrimination de la société française contre les femmes [...] Ces dernières années, les musulmans en France ont découvert qu’il ne suffit pas de respecter les lois de la France : pour appartenir véritablement à la France, ils doivent dénoncer les mauvais musulmans, féliciter Charlie. [...] tout comme leurs ancêtres dans l’Afrique coloniale du Nord et de l’Ouest ont appris à honorer « nos ancêtres, les Gaulois ». Plus ils sont français, plus leur françaisité, leur capacité à « assimiler » semble être en question, ce qui a approfondi leur sens de l’aliénation."

      "Mais les groupes d’activistes anti-racisme dans lequel ces femmes travaillaient avaient choisi d’ignorer les violences sexuelles perpétrées par des hommes « indigènes » par crainte d’attiser l’islamophobie française. Il n’est pas surprenant que des femmes musulmanes comme Henda Ayari se tournent vers des écrivains comme Caroline Fourest".

      J’ai comme même l’impression que les « féministes universalistes » n’existe pas dans son analyse, quand à la critique de la religion on en parle même pas.

      * Voir ses interventions une de ses intervention dans le débats :
      http://213-info.com/lettre-dun-journaliste-americain-adam-shatz-a-kamel-daoud

    • "Laïcisme est un terme péjoratif, utilisé pour fustiger des mesures extrêmes, prises par certains fervents partisans de la laïcité, contre la présence de certaines visibilités ou exigences religieuses dans la sphère publique"
      On peut raisonnablement dire que les « laïcistes » sont tous démagos et racistes.
      Merci pour votre intervention le reste étant de la meme eau.

    • @aktivulo1 les féministes universalistes WTF !!!!! tu veux dire les féministes qui pensent comme universel le fait d’être blanche, athée, occidentale et pour qui en dehors de Badinter et Fourest il n’y a point de salut ? L’universel qui a servi d’argument à la conquête coloniale ?
      « Prendre parti contre Valls » : je ne vois pas comment on peut faire autrement sans se décrédibiliser immédiatement. En tout prendre parti pour Valls a pour effet de se positionner très clairement du côté de la parole raciste.
      Sinon pour ta gouverne, les féministes musulmanes ce sont des femmes qui se reconnaissent dans le féminisme et qui sont de religion musulmane. C’est pas plus compliqué que ça, même si tu en parles comme du yéti : on en parle mais on ne l’a jamais vu… mystère peut-être n’existe t-il pas lol
      Enfin la critique de la religion, je ne vois ABSOLUMENT pas ce qu’elle aurait à faire ici. L’article parle de Ramadan pas de l’islam.

    • @ninachani

      Je pensais plus avoir utilisé un pléonasme qu’un gros mot. Par « féministes universalistes », je parlais d’un mouvement vaste et international avec des tendances différentes et parfois contradictoires ça ne peut pas se résumé à C. Fourest et I. Bandinter. Je pense que la tendance LMSI, Marche de la dignité est encore minoritaire chez les féministes.

      « L’article parle de Ramadan pas de l’islam. »

      Heu, sérieusement ? Mais l’article parle d’un prédicateur et Islamologue, de l’islamophobie, des féministes musulmanes, du mythe de l’homme musulman.

      C’est toute le délire actuel.

      On fait entrer insidieusement la religion dans le débat sans pouvoir en parler. Imaginons un article de fond sur les curées pédophiles, qui ne parlerais pas de pudibonderie propre à l’église catholique.

    • Les curés pédophiles sont couverts par la hiérarchie ecclésiastique, entité qui n’existe pas en Islam. L’islam n’a pas de clergé, en tout cas c’est très clair pour l’islam sunnite auquel appartient Ramadan donc il ne représente que lui même.
      L’article parle de musulmans justement pour contrer le type de discours que tu développes, c’est très bien présenté à la fin de l’article en ramenant Ramadan a sa dimension foncièrement masculine. Les viols sont des outils de domination utilisés par les hommes globalement, pas par les musulmans spécifiquement. Donc chaque homme qu’il soit musulman, athée, juif, bouddhiste etc a sa propre réflexion à mener sur la façon dont il relaie le patriarcat ou pas. Mais c’est sûr que du coup ça a des conséquences plus gênantes que si on réduit tout ça à un problème de musulmans, surtout quand on ne l’est pas n’est ce pas @aktivulo1 ?
      Lallab a fortement déploré que les médias leur aient demandé leur avis au sujet de Ramadan mais jamais auparavant au sujet du mouvement #balance ton porc comme si elles n’étaient concernées que par le fait qu’elles soient musulmanes et non pas par le problème global des violences faites aux femmes.

    • Après j’arrête.

      Mais c’est sûr que du coup ça a des conséquences plus gênantes que si on réduit tout ça à un problème de musulmans, surtout quand on ne l’est pas n’est ce pas @aktivulo1 ?

      Honnêtement je n’ai pas compris. Je ne suis athée, si c’est la question : donc ? Qui réduit le problème à un problème de musulmans, quelle sont les conséquences pour qui ?

      « L’islam n’a pas de clergé [...] Ramadan donc il ne représente que lui même. »

      Je parlais de la soumission qu’induit l’idéologie de la religion sur le respect de la femme. Et aussi de l’emprise sectaire, et de la culture du secret des religions en général. L’islam n’a pas de clergé mais à des organisations et des réseaux de pouvoir. Et puis c’est relativement pratique avant quand on attaquais T. Ramadan on était « islamophobe » quand il n’est plus fréquentable : il ne représente que lui. Face tu perds, pile je gagne.

    • C’est bien ce que je disais, tu insinues qu’un croyant aura moins de respect pour les femmes. Je ne vois pas ce qui peut te permettre de dire cela. Les violences envers les femmes traversent toutes les strates de la société que ce soit en terme de différences culturelles, cultuelles, sociales, les études le montrent. Par contre, forcément quelqu’un qui est dans une situation de pouvoir a forcément plus de moyens de soumettre les autres et donc à plus forte raison les femmes, et ça n’a rien à voir avec la religion. Le pouvoir de Weinstein il le tirait de sa position d’hégémonie dans le cinéma, le pouvoir de Marchal-Beck de sa position de pouvoir au sein des MJS, le pouvoir de Ramadan de son statut de théologien fortement médiatisé.
      Quand on attaque Ramadan avec des arguments islamophobe on est islamophobe. Pour moi Ramadan c’est un bourgeois réactionnaire qui est dans une déférence vis à vis du pouvoir institutionnel et ça par exemple ce n’est pas islamophobe. Bon maintenant on sait qu’en plus c’est un violeur et ça non plus ce n’est pas islamophobe de le dire.
      Quant aux athées, ils ne sont pas moins susceptibles de violer, frapper ou harceler les femmes que les musulmans ou autres croyants.

    • @ninachani

      C’est bien ce que je disais, tu insinues qu’un croyant aura moins de respect pour les femmes. Je ne vois pas ce qui peut te permettre de dire cela.

      Moi je ne voie pas comment tu peux le nier. Ce n’est même pas une question de respect c’est une question de reconnaissance à l’égalité.

      Les principales religions monothéiste Judaïsme, Christianisme et Islam considère la femme comme inférieur. Aie-je besoin de citer les textes à charge ?

      Si tu penses que la culture influe sur les comportements. Pourquoi la religion qui est un programme de conduite moral serait en dehors de ça. Je ne dit que c’est le seul problème, mais c’est un des problèmes.

    • @aktivulo1 Tu ne vois pas comment je peux nier qu’un croyant a moins de respect qu’un athée pour les femmes ? Je trouve ta remarque assez incroyable. Je pense que notre échange va s’arrêter là parce que nous sommes sur des positions trop éloignées, ça n’a aucun intérêt.
      Malgré cela, pour terminer, si on prend les violences faites aux femmes (le sujet ici) les croyants n’en sont pas plus auteurs que les non croyants. J’ai utilisé le mot respect parce que c’est toi qui avait parlé de « respect pour les femmes », moi je n’ai pas pour habitude d’utiliser ce terme, il ne veut pas dire grand chose.
      En réponse à mon affirmation, que j’avais déjà énoncée au-dessus, toi tu me parles théologie et analyse des textes religieux ce qui n’est pas le propos ici. On parle de violences faites aux femmes et, je le répète, le fait d’être croyant n’est pas un critère qui accentue la violence des hommes dans les enquêtes.
      Et juste pour info, pour un croyant la religion n’est pas un programme de conduite morale comme tu dis, c’est beaucoup plus que cela. Tu abordes la religion comme l’athée que tu es, ce qui est normal puisque tu n’as pas vécu l’expérience de la transcendance.

    • @ninachani

      « nous sommes sur des positions trop éloignées, ça n’a aucun intérêt » Oui, on est d’accord sur ça. Quoi que pour moi c’est plus sur la volonté de discuter et de se comprendre (ça tourne en rond).

      le fait d’être croyant n’est pas un critère qui accentue la violence des hommes dans les enquêtes.

      A quelles enquêtes fait tu références ?

    • Pour illustrer le point de vue d’@aktivulo1 :
      L’ahurissante apologie catholique de la virilité masculine
      https://blogs.mediapart.fr/yvon-quiniou/blog/291216/lahurissante-apologie-catholique-de-la-virilite-masculine

      Ce qui suit part d’un longue page du Monde qui nous apprend que des catholiques « veulent rendre à l’Eglise sa virilité » (23 décembre, p. 9) Je dis que cela est ahurissant, mais je pourrais dire scandaleux vu l’argumentaire qui soutient cette prise de position. Elle s’illustre par des faits avérés : des pratiquants, prêtres ou laïcs, tous militants de la foi telle qu’ils la conçoivent, se réunissent et organisent avec succès des stages entre hommes destinés à rendre leur fierté à ceux-ci dans une Eglise qui se serait trop féminisée, dans ses paroles et ses actes. Or que nous disent-ils ? Que l’homme n’est pas la femme (bien qu’ils soient égaux : ouf !), qu’il contient en lui un potentiel de violence guerrière qui doit être valorisé, cultivé et doit s’exprimer. Je cite « Il a besoin de se battre (…) d’un lieu où le guerrier qui est en lui peut reprendre vie ». Ou encore : les hommes doivent assumer les « désirs profonds, spécifiquement masculins, que sont l’aventure à vivre, le combat à mener et la belle à conquérir ». On croirait lire du Nietzsche avec son apologie éthique de la force et son mépris de la femme… sauf qu’il était rigoureusement athée, ayant annoncé « la mort de Dieu » et qu’il combattait vigoureusement les religions ! On y trouve même, chez certains, l’affirmation sans retenue qu’« il y a une animalité en l’homme qui le pousse à aller vers l’extérieur », autre idée nietzschéenne qui refusait toute idée d’« esprit » comme mystificatrice et mettait l’accent sur l’origine animale de l’homme et la persistance de cette origine en lui .

    • @marielle c’est complètement hors sujet ce truc, c’est fatiguant de manquer de rigueur comme ça dans une discussion. Le sujet concerne les violences faites aux femmes, je répète 100 fois que le fait d’être croyant n’est pas un critère qui accentue les probabilités de violences faites aux femmes, ou dit autrement, un homme croyant n’a pas plus de propension à être violent vis à vis des femmes qu’un non croyant et vous vous entêtez à parler soit des textes religieux soit ici des illuminations virilistes d’un groupe de catholiques. Vous essayez de prouver quoi en fait ? Moi je vais vous sortir les règlements des cercles bourgeois privés interdits aux femmes ou un florilège des pensées de comptoir dans les bars prolos et ça prouvera quoi ? Le sexisme est transversal à toute la société dépassant les clivages de culture et de classe, c’est d’ailleurs en ça que la société est patriarcale.
      Quant aux études ce sont tout bonnement les enquêtes sociologiques qui étudient la question depuis de nombreuses années et grâce auxquelles on peut aussi ne pas parler dans le vide sur ce sujet ou pas uniquement en citant un amoncellement de faits ou d’exemples sans analyse.
      Je vous laisse entre grands penseurs et penseuses. Ciao !

    • Je suis parfaitement d’accord avec vous.
      Vous êtes entièrement libre de croire. J’ai perdu la foi depuis longtemps !
      Pardonnez moi pour le « hors sujet » et permettez moi d’adhérer à cette pensée :

      Pour avoir baigné dans le puritanisme catholique pendant toute mon enfance et avoir eu un mal fou à me libérer de ce carcan moralisateur entraînant un sentiment de culpabilité énorme quand je n’étais pas une bonne mère ou une bonne épouse, je voudrais faire mienne la parole d’Emma Goldman qui écrivait en 1906 : « Il est de toute nécessité que la femme retienne cette leçon : que sa liberté s’étendra jusqu’où s’étend son pouvoir de se libérer elle-même. Il est donc mille fois plus important pour elle de commencer par sa régénération intérieure ; de laisser tomber le fait des préjugés, des traditions, des coutumes. » (cf. « La tragédie de l’émancipation féminine », Emma Goldman 1906, traduit par E. Armand (1914), p. 185, « Lutte des sexes, lutte des classes », éditions Agone).

      Autrement écrit : « Ni dieu, ni maître, ni ordre moral ! »


  • Charlie Hebdo, Mediapart et l’hystérie triomphante | La plume d’un enfant du siècle
    https://marwen-belkaid.com/2017/11/21/charlie-hebdo-mediapart-et-lhysterie-triomphante

    Le plus abject dans toutes ces histoires n’est pourtant pas ici à mes yeux. Le plus abject en effet est que les femmes qui ont dénoncé des agissements honteux et répréhensibles pendant des semaines (harcèlements et agressions sexuels, viols) commis par Tariq Ramadan et bien d’autres, bien trop d’autres, se soient faits dépossédés de leur combat par des politiciens irresponsables et des médias complices. Alors que le sujet initial était la question des droits des femmes ainsi que du comportement et des agissements abjects d’une part considérable des hommes, nous revoilà parti dans des débats rances et identitaires. Cette confiscation de la parole est absolument insupportable, cette instrumentalisation de la parole de femmes dénonçant des agressions sexuelles et des viols l’est tout autant.

    Les #réactionnaires et identitaires ont accueilli comme du pain béni cette affaire Ramadan en cela qu’elle leur permet de faire diversion, leur grande spécialité. Alain Finkiekraut, à qui on peut reconnaitre le mérite de la franchise, n’a pas dit autre chose il y a quelques jours en expliquant que le but de « la campagne #Balancetonporc était de noyer le poisson de l’Islam » et que ledit poisson est désormais de retour grâce à Tariq Ramadan. Cet arc réactionnaire et identitaire se sert de l’Islam pour noyer la question des agressions sexuelles et viols aujourd’hui comme il se servait hier de l’Islam pour ne pas parler des questions économiques et sociales. Dans cette grande diversion dont ils sont les experts, bien aidés par des médias complices, les grands perdants sont toujours les plus dominés de notre société. Il est plus que temps de se lever contre cette dynamique morbide.

    • @sombre Ce sont deux thermes différents « islamo-fascime » ; ce sont les acteurs (Taliban, EI, Frères Mus.), « Islamo-Gauchisme », ce sont « les conpagons de route » (Plenel, etc..). Donc Il n’y a pas de glissement.

    • C’est amha une explication de la volonté de ceux qui inventent ces mots, par une explication absolue :-)

      Un de ces jours, peut-être que nos gardiens du temple (les éditocrates) s’attaqueront sérieusement à ceux qui ont par exemple payé Daech afin que leurs usines soient protégées... aussi sérieusement qu’ils s’attaquent à ceux qu’ils nomment « islamogauchistes ».

      Sincèrement, que ce soit Charlie Hebdo et toute la clique autour de ces organes de propagande rance, ou bien les éditocrates... comment se fait-il que nous ne parvenions pas à les mépriser totalement en ne leur donnant plus aucune importance, en les ignorant absolument ? Idem pour Mediapart et son directeur d’ailleurs, qui même s’il fait parfois un vrai travail d’information, en revient toujours à ses fondamentaux à lui, qui ont pour objet de finalement suivre le même travail de sape de l’opinion que les premiers cités.

      Bref...

    • @nicod_ j’ai pas dit ça.. J’explique les 2 thermes sans transition.
      « Compagnon de route » c’est de l’islam ou l’islam-politique en générale.

      Cela dit si le débat est possible (j’en doute, mais bon) les liens entre la gauche et l’islamisme existe réellement :

      Cette posture « à gauche », plus importante qu’on ne le pense, n’est pas un hasard puisque ce discours islamo-gauchiste joue justement sur les catégories historiques de la « pensée » de « Gauche », comme on va le voir. Il est donc assez facile à repérer dès qu’on en a la clef. Et puis, il y a tous ceux, très nombreux, pour qui tout cela semble apparaître comme un point aveugle, qui passent la chose sous un silence plus ou moins complice ou procèdent par omissions spécifiques, sous-entendus ou ironie. Ils ne cessent d’excuser, de dédouaner, de minimiser l’extrême droite musulmane, quand ils en reconnaissent l’existence, alors même qu’ils sont extrêmement sourcilleux concernant l’extrême droite française ou tout simplement la droite [2]. Les principales victimes, si j’ose dire, ce sont les milieux dits « antifascistes » qui sont absolument aveugles à cette extrême droite musulmane et totalement muets à son endroit, du moins de ce que j’en sais. J’en ai vu dernièrement, par exemple, défiler dans ma ville de banlieue populaire en criant « Pas de fachos dans nos quartiers ! », etc. Évidemment, les fachos ne sont pas dans ces quartiers-là, et sûrement pas dans le mien, et à peine dans ses urnes. Par contre des barbus et autres porteurs de qamis il y en a, en tenue de djihadistes, et à tire-larigot. Là, la contradiction est criante, quand même, mais il est impossible de le leur faire comprendre, la question ne sera pas posée, même lorsque des femmes en burqa passent en riant devant la banderole... Ces militants, qui se proclament pour l’égalité des sexes, pour la liberté des homosexuels, contre les discriminations et le capitalisme, etc., mettent l’islamisme de quartier hors de cause, même lorsqu’il fait des morts. Tout cela interroge fortement, et notamment nos copains tunisiens qui ne comprennent pas pourquoi une telle complaisance, qui serait facilement explicable en terre musulmane, parce que ce phénomène d’islamo-gauchisme est très répandu chez eux comme le montre l’interview d’eux dans notre brochure 19, mais qui leur paraît incroyable en France, terre de combats antireligieux. Alors avant d’aborder le pourquoi, de proposer une explication, je vais me demander comment ils procèdent, quels sont les arguments utilisés.

      https://collectiflieuxcommuns.fr/689-islamisme-islamophobie-islamo?lang=fr


  • Affaire #tariq_ramadan : ce que disent les féministes antiracistes
    https://www.mediapart.fr/journal/france/181117/affaire-tariq-ramadan-ce-que-disent-les-feministes-antiracistes

    Tariq Ramadan, en décembre 2009, à l’Assemblée nationale. © Reuters Prendre la parole et risquer qu’elle soit instrumentalisée à des fins racistes et islamophobes ou se taire et être soupçonnées de cautionner des crimes sexuels ? Suite aux plaintes pour viol contre Tariq Ramadan, plusieurs militantes féministes antiracistes, pour la plupart musulmanes, expliquent leurs choix.

    #France #antiracisme #féminisme #violences_sexuelles #Weinstein


  • Au-delà des caricatures - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/141117/au-dela-des-caricatures

    Ces invectives ne pourraient être qu’un nouvel épisode d’un bashing médiatique récurrent, déjà illustré par les unes concomitantes de trois magazines en septembre. Elles constituent pourtant un piège risquant de se refermer non seulement sur les accusés de « complicité idéologique » avec le terrorisme, mais aussi sur tous les tenants d’un débat public honnête et nécessaire, de plus en plus difficile à tenir dans ce moment délétère du fonctionnement de l’opinion publique.

    Un très très bon papier de Joseph Confavreux sur les attaques contre Médiapart, mais surtout sur les règles déontologiques d’un débat démocratique... qui sont de moins en moins à l’oeuvre dans notre monde « au delà de la vérité ».

    Les conditions d’une éthique du débat public

    L’éthique du débat public tient en trois points. Le premier est résumé par ce qu’écrivait Hannah Arendt dans La Crise de la culture, en 1968 : « La liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat. » Cette simple exigence permettrait de dégonfler certains fantasmes sur le multiculturalisme et le communautarisme, sur lesquels surfent les polémiques récurrentes sur l’islam.

    Le deuxième point de cette éthique du débat public impose d’en finir avec les amalgames fondés sur des contiguïtés projetées ou supposées, à l’instar de la propagande accusant Mediapart d’avoir couvert, par prétendue solidarité idéologique, les crimes dont est accusé Tariq Ramadan. Il faut encore une fois rappeler qu’il n’a pas été davantage interviewé sur Mediapart que dans l’Obs, qui s’est pourtant fendu d’un article intitulé « Tariq Ramadan, ces intellos qui l’ont dédiabolisé », au premier rang desquels on trouve Edwy Plenel. Il faut relire cet édito écrit par Riss, dans Charlie Hebdo au lendemain des attentats de Bruxelles, qui traçait une continuité entre l’existence de femmes voilées ou de boulangers ne proposant plus de sandwich aux rillettes et les semeurs de haine et de sang.

    S’imposer une telle exigence visant à identifier ce qui relève ou ne relève pas de la complaisance, de la complicité, de la contiguïté ou de la coïncidence est sans doute le seul moyen de ne pas céder à une haine réciproque, un sentiment qui, comme l’écrivait récemment la philosophe allemande Caroline Emcke, fonctionne sur la construction d’entités aux contours mal délimités.

    « Il est, notait-elle en effet, difficile de haïr avec précision. Avec la précision, viendraient la tendresse, le regard ou l’écoute attentifs, avec la précision viendrait ce sens de la nuance qui reconnaît chaque personne, avec ses inclinations et ses qualités multiples et contradictoires, comme un être humain. Mais une fois les contours estompés, une fois les individus rendus méconnaissables comme tels, il ne reste que des collectifs flous pour destinataires de la haine. On peut dès lors diffamer et rabaisser, hurler et fulminer à l’envi contre les juifs, les femmes, les mécréants, les Noirs, les lesbiennes, les réfugiés, les musulmans, ou encore les États-Unis, les politiciens, l’Occident, les policiers, les médias, les intellectuels. »

    Autrement dit, soit on luttera contre toutes les haines en même temps et on élaborera les conditions de causes communes, soit on aboutira à « l’encampement » de la société. Frantz Fanon aimait rappeler la leçon donnée par son professeur de philosophie : « Quand vous entendez dire du mal des juifs, dressez l’oreille, on parle de vous… Un antisémite est forcément négrophobe. »

    #Médiapart #Déontologie #Médias #Racisme


  • #violences_sexuelles : le système #tariq_ramadan
    https://www.mediapart.fr/journal/france/151117/violences-sexuelles-le-systeme-tariq-ramadan

    Tariq Ramadan, le 9 mai 2009. © Reuters Les témoignages s’accumulent contre Tariq Ramadan. Certaines femmes l’accusent de viols et de harcèlement, d’autres d’avoir profité de son statut pour exercer sur elles une « emprise » mentale. Comment le silence a-t-il perduré pendant des années ? Grâce à une mécanique de contrôle et de menaces, d’après des éléments et témoignages recueillis par Mediapart. De son côté, l’islamologue dénonce une « campagne de calomnie ».

    #France #plaintes