person:theresa may

  • Derniers préparatifs pour l’ouverture du Forum économique de Davos Le suivi du WEF - 21 Janvier 2019 - RTS
    La globalisation 4.0 : concevoir une nouvelle architecture mondiale à l’ère de la quatrième révolution industrielle"

    https://www.rts.ch/info/economie/10153687-derniers-preparatifs-pour-l-ouverture-du-forum-economique-de-davos.html

    - Les derniers préparatifs sont en cours à #Davos (GR), à la veille de l’ouverture du Forum économique mondial (#WEF). L’élite mondiale se réunit en l’absence de Donald Trump et de ses ministres, mais aussi d’Emmanuel Macron et de Theresa May.

    – Malgré ces absences, Davos attend plus de 3000 participants pour cette nouvelle édition du forum dont le thème est « La globalisation 4.0 : concevoir une nouvelle architecture mondiale à l’ère de la quatrième révolution industrielle ». Le WEF 2019 sera officiellement ouvert mardi par le président de la Confédération Ueli Maurer.

    – Parmi les personnalités présentes figurent 65 chefs d’Etat et de gouvernement, dont le vice-président chinois Wang Qishan, l’Allemande #Angela_Merkel, le Japonais #Shinzo_Abe, l’Israélien #Benjamin_Netanyahu, l’Espagnol #Pedro_Sanchez, l’Italien #Giuseppe_Conte ou encore le nouveau président brésilien #Jair_Bolsonaro, dont ce sera le premier voyage à l’étranger.

    Mesures sécuritaires : Pas de baisse malgré les absences

    La #police cantonale des Grisons et l’#armée ont présenté lundi le dispositif de sécurité mis en place. Malgré l’absence de chefs d’Etat de premier plan, les mesures de sécurité sont loin d’avoir été revues à la baisse.

    Le commandant de la police cantonale grisonne a précisé que le nombre de personnalités à protéger plus de cent - restait important cette année. Le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro pourrait bien être la cible des manifestations en marge du WEF.

    Le dispositif de sécurité va en outre, comme chaque année depuis 2015 et les attentats de Paris, prendre en compte de façon spécifique la menace terroriste.

    L’espace aérien est verrouillé dans un rayon de 46 kilomètres autour de la station grisonne et jusqu’à 6000 mètres d’altitude. L’Autriche et l’Italie, pays voisins de la Suisse, sont impliquées dans le dispositif

    Une économie mondiale qui s’essoufle : Un rapport du FMI présenté à Davos
    Le Fonds monétaire international a dévoilé devant l’élite économique mondiale réunie à Davos le tableau d’une croissance mondiale encore solide mais qui ralentit plus que prévu, contrariée par les tensions commerciales et les risques politiques, tels le Brexit au Royaume-Uni et la fronde sociale en France.

    Le FMI a annoncé qu’il abaissait, pour la deuxième fois en quelques mois, le rythme d’expansion désormais estimé à 3,5% (-0,2 point) pour cette année après 3,7% en 2018. La prévision pour 2020 est également moins bonne à 3,6% (-0,1 point).

    Les projections 2019 pour les deux premières économies - Etats-Unis (+2,5%) et Chine (+6,2%) - sont, elles, restées inchangées après avoir été abaissées en octobre. Le FMI a pris acte d’une trêve commerciale annoncée le 1er décembre par Donald Trump et Xi Jinping. « Mais la possibilité que les tensions refassent surface au printemps assombrit les perspectives de l’économie mondiale », a commenté le FMI.

    Interrogé lundi dans La Matinale, l’économiste Stéphane Garelli décrit lui une manifestation « tournée vers les questions de société », susceptible de préparer le terrain de négociations à venir.

    Les jeunes au coeur du WEF - Les « Global shapers » sont coprésidents
    Pour la première fois, le Forum économique mondial de Davos donne une partie du contrôle aux jeunes. La 49e édition est coprésidée par des « global shapers », le nom donné à un groupe de jeunes de moins de 30 ans, parrainé par le WEF depuis plusieurs années.

    Six jeunes, au profil inconnu mais aux ambitions gigantesques, vont représenter les quelque 7000 « global shapers » répartis dans 160 pays et qui ont chacun développé une initiative locale.
    . . . . . .

    L’interview de Klaus Schwab : « Il faut un retour de la morale dans l’économie »
    Le patron du World Economic Forum (WEF) de Davos, Klaus Schwab, a annoncé qu’il faisait de la « moralisation » un des thèmes de l’édition 2019. « Il faut une moralisation de la mondialisation », assurait-t-il récemment lors d’un entretien accordé à la RTS.

    Ce retour de la morale dans l’économie passe par « les comportements privés » et par des « patrons plus modestes », affirme le fondateur du Forum de Davos. Selon l’économiste, il faut sortir de l’idée de « tout ce qui n’est pas interdit est permis » et la situation d’incertitude a amené « un nouvel égoïsme ». « Certains se disent ’me first’ et veulent ramasser le plus possible. »

    3000 participants attendus - Mais des absences de marque
    Après avoir renoncé à se rendre à Davos en plein « shutdown », le président américain Donald Trump a décidé jeudi d’annuler le déplacement de l’ensemble de sa délégation. Le président français Emmanuel Macron n’y participera pas non plus, en raison d’un « agenda surchargé » et de la crise des « gilets jaunes », tout comme la Première ministre britannique Theresa May, qui se consacre au Brexit.

    #globalisation_4.0 #économie #économie_mondiale #FMI #crise #global_shapers #initiatives_locales #morale #Klaus_Schwab #moralisation (#MDR)


  • Le #Royaume-Uni veut diviser par deux le nombre d’étudiants étrangers

    La secrétaire d’état à l’intérieur aurait pris la décision de diminuer de moitié les visas délivrés aux étrangers pour étudier au Royaume-Uni. Les universités anglaises montent au créneau.

    En octobre, Amber Rudd, la secrétaire d’état à l’intérieur du parti conservateur au pouvoir, avait prédit de plus grandes difficultés pour délivrer des visas aux étudiants étrangers, mais le raz-de-marée risque d’être encore plus violent que prévu. Selon le Guardian, de 300.000 par an aujourd’hui, le nombre d’étrangers dans les facs anglaises devrait passer à 170.000 sous la gouvernance de Theresa May, l’actuelle Première Ministre.

    Les étudiants internationaux rapportent pourtant près de onze milliards de livres (13 Mds €) par an à l’état, d’après le journal anglais. Selon le dirigeant de l’une des plus grandes universités du pays, resté anonyme, « cette mesure est insensée, la politique va à l’encontre de l’économie ». Colin Riordan, le vice-président de l’Université de Cardiff, confirme : « Couper les quotas d’étudiants étrangers semble être le seul moyen que le gouvernement a trouvé pour limiter l’immigration. Mais les problèmes constatés par la population sur le sujet des migrants ne proviennent pas du tout des étudiants internationaux ».
    Expulsé parce qu’il ne connaît pas le vice-président de sa fac

    M. Riordan a même rendu publiques quelques situations ahurissantes dans lesquelles des étudiants étrangers se sont récemment retrouvés :

    ● L’un d’entre eux n’a pas eu son visa parce qu’il ne connaissait pas les horaires d’ouverture de la bibliothèque universitaire.

    ● Un autre a été exclu pour ne pas avoir su donner le nom du vice-président de la fac dans laquelle il était.

    Sir Keith Burnett, de l’université de Sheffield, pourtant un proche de Theresa May, ajoute : « Les étudiants internationaux doivent se sentir les bienvenus chez nous ! Nos universités sont influentes justement parce qu’elles sont réputées à l’international ».

    Amber Rudd, la secrétaire d’état à l’Intérieur, avait précisé en octobre que les meilleurs étudiants continueraient à affluer, mais que ceux issus d’établissements moins huppés auraient plus de mal. Elle a encore tenu à préciser : « Nous voulons simplement rendre le système plus sélectif pour favoriser les meilleures universités, leur permettre de recruter les meilleurs. Les Anglais ont clairement voté pour un plus grand contrôle de l’immigration, donc les universités doivent aussi faire leur part ». Le conflit continue, outre-Manche, entre personnalités politiques et directeurs d’universités.

    https://etudiant.lefigaro.fr/article/le-royaume-uni-veut-diviser-par-deux-le-nombre-d-etudiants-etrange
    #université #UK #Angleterre #étudiants_étrangers

    ... Alors que la #France, elle, veut augmenter le nombre d’étudiants étrangers (avec une technique, celle de l’augmentation des #frais_universitaires, évidemment discutable, mais bon...)
    On en discute ici :
    https://seenthis.net/messages/739889


  • Brexit : les partisans du « Remain » et du « Leave » continuent de s’affronter avec des publicités Facebook
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/01/16/brexit-les-partisans-du-remain-et-du-leave-continuent-de-s-affronter-avec-de

    Les deux camps ont dépensé plus de 1 million d’euros en publicités ciblées, quelques mois à peine après le scandale Cambridge Analytica. Un million de livres sterling (1,1 million d’euros) : c’est la somme qu’ont dépensé plusieurs groupes et partis en publicités sur Facebook, dans les jours précédant le vote du mardi 15 janvier au Parlement britannique sur l’accord de Brexit. Ce vote s’est soldé par une défaite historique pour le texte de la première ministre Theresa May, qui détaillait les conditions de la (...)

    #CambridgeAnalytica #élections #manipulation #publicité

    ##publicité


  • These Facebook Pages Are Spending Thousands Of Pounds Trying To Influence Your Views On Brexit
    https://www.buzzfeed.com/markdistefano/facebook-pages-brexit-donations

    “As a regular person, you know that vast sums of money are being spent but you have no idea who those organisations are.” New data from Facebook’s ad archive has revealed that a network of hard-Brexit and second referendum campaigning groups splashed more than £1 million on ads in the lead-up to Theresa May’s crucial Brexit vote — but their sources of funding remain unclear. Facebook has opened a new ad archive for US, UK, and Brazil political advertising after controversies stemming from the (...)

    #Facebook #élections #manipulation #publicité

    ##publicité


  • Labour MP Tulip Siddiq delays Caesarean for Brexit vote | London Evening Standard
    https://www.standard.co.uk/news/politics/labour-mp-tulip-siddiq-delays-caesarean-for-brexit-vote-a4037946.html

    Pregnant MP Tulip Siddiq today revealed she will delay the birth of her child in order to vote against Theresa May’s Brexit deal tomorrow. (...)

    The 36-year-old said: “If my son enters the world even one day later than the doctors advised, but it’s a world with a better chance of a strong relationship between Britain and Europe, then that’s worth fighting for.”

    la grande #démocratie britannique est tellement arriérée qu’ils ne la laissent pas voter par téléphone depuis la maternité, ni par #procuration

    #femmes #brexit


  • Channel migrants: Home secretary declares major incident

    The rising number of migrants attempting to cross the Channel in small boats has been declared a “major incident” by the UK home secretary.


    https://www.bbc.com/news/uk-46705128

    #vocabulaire #terminologie #UK #Angleterre #migrations #réfugiés #invasion #mythe #préjugés #afflux #mots


  • Overrated or Underreported? – Foreign Policy
    https://foreignpolicy.com/2018/12/27/overrated-or-underreported-news-stories-2018


    A Honduran migrant caravan crowds the Guatemala-Mexico international border bridge in Ciudad Hidalgo, in Chiapas state, Mexico, on Oct. 20.
    (Pedro Pardo/AFP/Getty Images

    Overrated or Underreported?
    A look at the stories the media hyped—or largely ignored—in 2018.

    The most overrated stories
    • The U.S. economy.
    • The royal wedding
    • The U.S.-Mexican border wall.
    • The Thai cave rescue.


    A burnt car and a gas station remain visible after the Camp Fire tore through the region near Pulga, east of Paradise, California, on Nov. 11.
    Josh Edelson/AFP/Getty Images

    The most underrated stories
    • Climate change.
    • China’s great lurch rightward.
    • Child soldiers and human trafficking.
    • Italy’s rebellion and Macron’s plummet.
    While U.K. Prime Minister Theresa May’s Brexit battle got most of the attention in Europe, the recalcitrance of Italy’s left-right government when it came to orders from Brussels and the cliff dive that French President Emmanuel Macron—once seen as Europe’s young antidote to Trump—took in the polls were probably more dire events this year. But we were so glued to the Brexit drama that few people saw them coming. To be sure, the Brexit fight and Italy’s partial compromise on budgets were signs that it’s not as easy to leave the European Union as some people think. But the right keeps rising, and it’s hard to know which sprouting weed to cover next.


  • En 2018, les femmes toujours plus méprisées par la presse française
    https://www.liberation.fr/france/2018/12/20/en-2018-les-femmes-toujours-plus-snobees-par-la-presse-francaise_1698962

    Testostérones à tous les étages : cette année encore, les femmes peinent à se faire une place dans nos journaux, si on en croit le baromètre 2018 des personnalités les plus médiatisées publié mercredi. Selon l’étude, réalisée par la plateforme Pressedd, les femmes ont été encore moins visibles dans la presse française en 2018 qu’en 2017. Seules 15,3% d’entre elles figurent dans la liste des 1 000 personnalités ayant eu la plus forte exposition médiatique cette année (contre 16,9% en 2017).

    C’est le deuxième plus mauvais score en six ans, souligne Pressedd qui a analysé les 1 500 premiers titres de presse française (presse quotidienne nationale et régionale, presse magazine, presse hebdomadaire régionale, professionnelle et spécialisée) et 1 500 sites d’informations. En 2013, les femmes représentaient 19,2% des personnalités médiatisées.
    Une plus grande visibilité des sportifs (masculins)

    Un paradoxe, alors que les « questions de parité, de représentativité et de mobilisation contre la violence faite aux femmes semblent occuper une place centrale dans le débat public », dans le sillage du mouvement #MeToo, relève l’étude. Une possible clé d’explication de cette visibilité des femmes en baisse : la plus grande visibilité des joueurs masculins de l’équipe de France de football, qui trustent le classement.

    Mondial oblige, la catégorie sport est en effet la plus représentée (près de la moitié des personnalités les plus médiatisées sont des sportifs), et est composée de 6% de femmes seulement. Viennent ensuite les personnalités politiques (28%), qui monopolisent le trio de tête, 100% masculin (Emmanuel Macron, Donald Trump et Edouard Philippe).
    Femmes issues de l’entreprise quasi absentes

    Il faut remonter à la douzième place pour trouver la première femme de la liste, la chancelière Angela Merkel, suivie de Marine Le Pen (14e place) et Theresa May (18e place). Quatre autres femmes figurent dans le top 50 : les ministres Agnès Buzyn, Elisabeth Borne et Nicole Belloubet puis la maire de Paris Anne Hidalgo. Uniquement des personnalités issues de la sphère politique, les plus visibles : plus de la moitié des 50 premières personnalités féminines du classement ont des responsabilités politiques. Des femmes pas vraiment porteuses d’actualités positives : « La visibilité des dix premières femmes les plus représentées dans la presse française est directement associée à des difficultés politiques diverses et autres controverses », pointe le document.

    Au total, les femmes enregistrent 13% des citations seulement. La presse écrite est un peu moins inégalitaire : les femmes représentent 22% des personnalités citées en une des journaux. Les membres féminines du gouvernement sont également plus disertes, puisque 14 femmes membres de l’exécutif totalisent près d’un tiers des citations. Les femmes issues du monde de l’entreprise, en revanche, sont quasiment absentes : cette catégorie ne compte que 4% de femmes citées, avec par exemple la présidente du syndicat agricole FNSEA Christiane Lambert, 242e du classement.

    #sexisme #invisibilisation #femmes


  • Deux milliards de livres et 3500 militaires pour préparer un potentiel Brexit sans accord - Sud Ouest.fr
    https://www.sudouest.fr/2018/12/18/deux-milliards-de-livres-et-3500-militaires-pour-preparer-un-potentiel-brex

    Face au blocage de la situation, de plus en plus de voix s’élèvent pour soutenir l’organisation d’un second référendum, dans l’opposition comme chez les conservateurs. Une cinquantaine de personnalités du monde économique ont également défendu cette option mardi dans le quotidien Daily Telegraph, même si elle est catégoriquement rejetée par Theresa May.

    Aller, faut revoter quoi... Peut-être que ça se passera mieux cette fois ?

    Une chose qu’on peut leur reconnaître, c’est de savoir faire face à l’arrogance des institutions européennes.

    • En matière d’arrogance, la Grande-Bretagne est pas mal en tête ! Les brexiters étaient convaincus que l’UE allait se plier à leurs exigences, tout pétris de leur propre importance qu’ils étaient. Ils se sont bien cassé le nez.

    • Ne pas confondre les électeurs anglais et leur classe politique, aussi ignoble que la notre.

      La Grande-Bretagne a choisi le camps US à la place de celui de l’UE.

      Derrière la propagande déversée journellement par la presse à gage, il y a la réalité. L’union européenne fait aussi tout pour que ça se passe mal, puisqu’elle a perdu la face.

      Le Brexit a toute les chances de se faire, et sa forme est à inventer.

    • Oui, tout à fait. Et l’UE est légitime, parce qu’elle est légitime, parce qu’elle est légitime, et parce qu’elle est légitime.
      Donc, par force, tous ceux qui critiquent les actions menées en notre nom par l’Europe sont illégitimes, et ils sont aussi illégitimes, et pire que ça, ils sont anti-démocratiques. Voire populistes.

      Dingue comme on s’défrise les neurones avec les Européens, les vrais, qui savent reconnaître la vraie légitimité au milieu d’une botte de foin de brexiters imbéciles.

    • ça je peux y jouer aussi : tous ceux qui critiquent Brexit sont des bobos élitistes qui méprisent le peuple et ses décisions.

      La Grande-Bretagne est très mal en point : la pauvreté a un niveau qui devrait être inacceptable pour un tel pays, le NHS et les services sociaux sont asphyxiés et chaque année un peu plus atrophiés, etc.. Il y a tellement de choses à faire et à réparer !
      Au lieu de ça, on perd 2 années et des milliards pour une idée à la con, mise en place par des bras cassés. Quel immense gâchis.


  • « Gilets jaunes » : à Paris, une dernière marche à gravir
    Euro 2018 féminin de handball, un « acte V » pluvieux et démobilisé

    Climat : le COP24 juge que la responsabilité de la gauche est très lourde
    Gilets jaunes : Christiane Taubira adopte les règles d’application de l’accord de Paris

    Femmes : mobilisation en forte baisse avec environ 66000 manifestants en France
    Les « Gilets jaunes » ne font-ils jamais l’histoire ?

    En Laponie : la garde à vue des quatre membres de la famille de Cherif Chekatt levée
    Attentat de Strasbourg, c’est tout une ville qui déménage

    A cent jours du Brexit des êtres humains dans l’impasse
    A quand des organes de porcs pour sauver Theresa May ?

    Trump veut travailler sur le rassemblement de la Maison Blanche fragmentée comme jamais
    Européenes 2019 : le chasseur (et le coupeur) de têtes du PS

    Ukraine : « les bailleurs peuvent avoir un intérêt à engager leurs travaux dès 2018 »
    Fiscalité : un concile orthodoxe crée une Eglise indépendante de Moscou

    Biathlon : Martin Fourcade est noir
    Macbeth retrouve la victoire, et alors ?

    Après les « Gilets jaunes » Erin Brockovitch continue le combat à Paradise
    Incendies en Californie, les maires ruraux appellent les citoyens à refuser d’être oubliés.

    #de_la_dyslexie_créative



  • Quel bilan du G20 pour Ben Salman ? Par Abdelbari Atwan - Actuarabe
    http://actuarabe.com/quel-bilan-du-g20-pour-ben-salman

    La plupart des dirigeants qui ont serré la main au Prince Ben Salman l’ont rencontré en coulisses. Nous parlons ici des chefs des grandes nations telles que la Chine, l’Inde, la Corée du Sud, la Grande-Bretagne, la France, le Canada et le Mexique. Certains se sont concentrés sur les liens commerciaux, d’autres comme Theresa May lui ont demandé de collaborer avec les enquêteurs turcs dans l’affaire Khashoggi afin que les responsables soient punis de manière transparente, et de soutenir les négociations au Yémen. Quant à Emmanuel Macron, il est allé encore plus loin en demandant une enquête internationale pour déterminer les coupables et les juger. Une vidéo de la rencontre entre les deux chefs d’Etat montre le Président français reconnaissant son inquiétude et accusant le Prince saoudien de ne pas l’écouter, ce que ce dernier a réfuté. Justin Trudeau, le Premier Ministre canadien et dont les liens entre son pays et l’Arabie saoudite sont tendus, a été le plus audacieux en ouvrant l’imposant dossier des violations des droits de l’homme en Arabie saoudite et en évoquant à nouveau la question des militants et militantes incarcérés, en plus de l’affaire Khashoggi.


  • Leave-voting MP Nadine Dorries slams May’s Brexit deal because UK won’t have seats in European parliament | The Independent
    https://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/nadie-dorries-slams-brexit-deal-leave-remain-jk-rowling-a8639216.html

    Theresa May’s Brexit deal has been slammed by arch-leave MP Nadine Dorries – because it means the UK will be left without any Members of the European Parliament.

    The Tory backbencher, who campaigned tirelessly to get the country out of Europe, said Ms May’s deal would leave the UK without any influence in Europe. 

    This is a very sad place to be,” she told Sky News. “But unfortunately, the future of the country and of our relationship with Europe is at stake. This deal gives us no voice, no votes, no MEPs, no commissioner.

    Her words were met with astonishment online.


  • La fronde de la CNCDH contre l’arrivée à sa tête d’Alain Jakubowicz -

    https://www.mediapart.fr/journal/france/171118/la-fronde-de-la-cncdh-contre-l-arrivee-sa-tete-d-alain-jakubowicz

    Édouard Philippe envisagerait de nommer à la tête de la Commission nationale consultative des droits de l’homme l’ancien président de la Licra, accusé d’avoir tenu des propos sexistes et de remettre en cause le concept d’islamophobie.

    La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) est actuellement le théâtre d’une fronde contre la nomination pressentie à la tête de l’institution d’Alain Jakubowicz, avocat et ancien président de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), de 2010 à 2017.

    Alors que le mandat de la soixantaine de membres de la Commission arrive à échéance en fin d’année, le premier ministre aurait en effet déjà choisi le nom du remplaçant de son actuelle présidente, Christine Lazerges (atteinte par la limite d’âge au terme de son deuxième mandat). Au début du mois de novembre, l’information a même commencé à circuler au sein de la CNCDH, provoquant un réel émoi au sein de la vénérable institution, fondée en 1947 par René Cassin.

    Si le nom d’Alain Jakubowicz suscite un tel rejet, c’est en raison des nombreux propos controversés qu’il a pu tenir ces dernières années et qui lui ont valu d’être mis en cause par des associations de défense des droits de l’homme. L’avocat a notamment été accusé à plusieurs reprises de sexisme.

    Alain Jakubowicz. © Reuters
    En mai 2016 par exemple, interrogé sur la parité au sein du gouvernement, Alain Jakubowicz avait déclaré sur le plateau de CNews : « Avec 15 ministres, ça va être difficile, à moins peut-être qu’on ait un transgenre, ou je ne sais quoi. On est vraiment dans le délire. » Saisi par l’association Act Up, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) n’avait finalement pas prononcé de sanction, tout en soulignant « la grande maladresse des propos ».

    En janvier 2018, au cours d’une discussion sur Twitter avec l’association féministe et LGBT Les effronté-es, Alain Jakubowicz avait moqué la notion de « féminicide », avant d’ajouter : « Les violences faites aux femmes sont un sujet trop grave pour être confié aux féministes. »

    Autre point qui passe très mal auprès des membres de la CNCDH, l’ancien président de la Licra a, à plusieurs reprises, contesté l’existence même du « concept » d’islamophobie – pourtant validé par la CNCDH dans l’édition 2013 de son rapport annuel sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie – au motif qu’il serait instrumentalisé par « l’extrême gauche ».

    « Nous devons reprendre le combat contre cette imposture qu’est le concept d’islamophobie », twittait-il en novembre 2016. « Pour l’islam politique, “l’arabe” victime de racisme est devenu le “musulman” victime d’islamophobie », poursuivait-il, avant de conclure : « Une partie de l’extrême gauche, elle, oppose le Blanc forcément dominateur et le Noir, Arabe, musulman nécessairement opprimé. »

    Ces propos, tenus par un président d’une association de lutte contre le racisme, avaient à l’époque suscité quelques réactions en France. Le problème est que la CNCDH n’est pas une institution comme les autres, car elle est soumise au droit français, mais également au droit international, en tant que relais entre les autorités françaises et les différents organes des Nations unies. Une fois à la tête de la Commission, Alain Jakubowicz devra nécessairement participer à des procédures dans le cadre de l’ONU, impliquant des associations féministes, LGBT ou de lutte contre l’islamophobie, et y porter la voix de la France.

    LIRE AUSSI
    Christine Lazerges : le projet de loi antiterroriste est « une grave régression de l’Etat de droit »
    PAR JÉRÔME HOURDEAUX
    Contrôles d’identité : la CNCDH prône une « réforme d’ampleur »
    PAR LOUISE FESSARD
    Antisémitisme, islamophobie : la CNCDH pointe un climat « délétère » en France
    PAR CARINE FOUTEAU
    La CNCDH appelle à « ne pas créer une société du soupçon permanent »
    PAR JÉRÔME HOURDEAUX
    Au sein de la CNCDH, on craint fortement que la nomination d’une personnalité aussi clivante, et à la parole aussi vive, n’affaiblisse la position de la France au sein des Nations unies. De source interne, on avance même qu’elle hypothéquerait ses chances de prendre la présidence du Conseil des droits de l’homme qu’elle convoite.

    Geste rare, le bureau de la CNCDH a pris la plume le 6 novembre dernier pour écrire au premier ministre une lettre dans laquelle chaque mot est pesé, et que Mediapart a pu consulter. Si le nom d’Alain Jakubowicz n’apparaît pas, chaque argument est calibré sur les critiques qui lui sont faites. Alors que la nomination de son nouveau président n’a fait l’objet d’aucune consultation, la CNCDH rappelle que « la désignation de son (sa) futur(e) présidente(e) sera observée tant au niveau national qu’international. Elle doit respecter la procédure issue des Principes de Paris qui supposent une audition et un choix fondé sur des critères objectifs et transparents ».

    Elle rappelle également au premier ministre les enjeux internationaux de cette nomination. « Dans la perspective de l’examen de sa ré-accréditation auprès des Nations unies (mars 2019), la procédure de renouvellement des membres de la CNCDH doit se montrer exemplaire », écrit la Commission.

    « La légitimité de la candidature de la France au conseil des droits de l’homme des Nations unies, nécessaire et attendue, est directement liée au caractère incontestable de l’indépendance de son Institution nationale des droits de l’homme », insiste-t-elle. Concernant le profil du nouveau président, sa nomination « doit porter l’universalité des droits dans le cadre de l’intégrité des mandats dévolus à la CNCDH, est-il écrit. Elle doit garantir la sérénité des débats au sein d’une institution collégiale qui fait du pluralisme des idées la pierre angulaire de ses avis ».

    Si la lettre du bureau de la CNCDH multiplie les prudences et les formules diplomatiques, l’association Inter-LGBT, représentée au sein de la Commission, a de son côté mis les pieds dans le plat dans un autre courrier envoyé à Matignon mardi 14 novembre, que Mediapart a également pu consulter, puis dans un communiqué publié le lendemain.

    « Nous sommes particulièrement inquiets de la rumeur persistante annonçant la nomination à la présidence d’un candidat dont certaines prises de position radicales risqueraient d’empêcher l’institution de mener à bien ses missions », écrit l’association à Édouard Philippe. Le nom d’Alain Jakubowicz n’est toujours pas directement cité, mais cette fois, ses propos sont rapportés précisément.

    « Depuis avril 2018, vous avez confié à la CNCDH le mandat de rapporteur spécial indépendant sur la lutte contre les LGBTphobies (…). Comment pouvoir mener à bien cet engagement avec un président qui se permet des “blagues” transphobes, obligeant nos associations à saisir la Cnil ? Quelle sera notre crédibilité pour dialoguer avec l’ensemble des acteurs de la lutte contre la haine anti-LGBT dans ces circonstances ? », interroge l’Inter-LGBT.

    Concernant les propos d’Alain Jakubowicz sur les féminicides et les féministes, l’association estime que ces « déclarations sont non seulement sexistes, mais en opposition directe avec un de nos avis. La crédibilité de l’institution serait gravement atteinte par une telle nomination, d’autant que la CNCDH est aussi rapporteur indépendant sur la lutte contre la traite des êtres humains dont sont victimes majoritairement les femmes ».

    « Il y a eu des avis spécifiques sur les féminicides signés à l’unanimité des membres de la commission », précise à Mediapart Laurène Chesnel, représentante de l’Inter-LGBT au sein de la CNCDH. « Ses propos vont forcément poser un problème de cohérence de l’institution. D’autant que le président doit porter la voix de la CNCDH. » « Pour chaque avis, nous consultons, nous organisons des auditions avec toutes les associations concernées. Par exemple pour un rapport sur le racisme, on va nécessairement écouter des associations qui travaillent sur l’islamophobie. Comment voulez-vous interroger ces personnes si, dès le départ, vous niez leur ressenti ? »

    L’Inter-LGBT n’a reçu aucune réponse à son courrier, hormis un accusé de réception. Contactés par Mediapart, les services du premier ministre affirment de leur côté qu’« aucune décision n’a été prise » et qu’Édouard Philippe avait bien « pris connaissance » des courriers du bureau de la CNDCH et de l’Inter-LGBT mais que ceux-ci « n’appellent pas de réaction particulière ». Alain Jakubowicz n’a pas répondu pour l’heure à nos sollicitations.

    MOTS-CLÉS

    ALAIN JAKUBOWICZ CNCDH ISLAMOPHOBIE LICRA ONU SEXISME
    DERNIERS ARTICLES

    A Toulouse, Reims et Paris... le ras-le-bol des « gilets jaunes »
    PAR MANUEL JARDINAUD, EMMANUEL RIONDÉ ET ELLEN SALVI
    « Gilets jaunes » : 2 000 rassemblements dans toute la France, décès d’une manifestante en Savoie
    PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART
    Guyane : même remanié, le projet de la Montagne d’or ne passe pas
    PAR MARION BRISWALTER
    Défense européenne : un fantôme qui parle le « volapük intégré »
    PAR FRANÇOIS BONNET
    La gauche face aux « gilets jaunes », du malaise au soutien
    PAR PAULINE GRAULLE
    DU MÊME AUTEUR

    Des députés demandent la rationalisation des fichiers de police
    PAR JÉRÔME HOURDEAUX
    Gouvernement numérique : l’Estonie, le bon exemple à ne pas suivre
    PAR JÉRÔME HOURDEAUX
    Caisse d’allocations familiales : le projet du gouvernement pour ficher les allocataires
    PAR JÉRÔME HOURDEAUX
    Facebook se fait pirater 50 millions de comptes et s’enfonce dans la crise
    PAR JÉRÔME HOURDEAUX
    Vers une répression accrue des propos racistes sur internet
    PAR JÉRÔME HOURDEAUX
    MULTIMÉDIAS

    PODCAST
    Gaza : au moins quinze Palestiniens tués par l’armée israélienne
    PAR CHLOÉ DEMOULIN
    PODCAST
    Racisme en entreprise : EDF refuse de faire la lumière
    PAR MICHAËL HAJDENBERG
    PODCAST
    Climat : ce qu’il reste à faire après l’accord de Paris
    PAR JADE LINDGAARD
    DANS LE CLUB

    La LICRA, Zemmour et l’islamophobie : ou de la "querelle de l’antiracisme français".
    6 MAI 2018 PAR GOD DJAMA ELMI
    L’islamophobie en France en 2017 : Censure et répression
    14 AVR. 2018 PAR YASSER LOUATI
    L’humour très douteux de la LICRA
    23 FÉVR. 2018 PAR FRANÇOIS MUNIER
    AUJOURD’HUI

    LA UNE
    Quarante ans après, les derniers dirigeants khmers rouges condamnés pour génocide
    PAR PIERRE MOTIN
    La réglementation des réseaux sociaux fait son chemin
    PAR GÉRALDINE DELACROIX
    La fronde de la CNCDH contre l’arrivée à sa tête d’Alain Jakubowicz
    PAR JÉRÔME HOURDEAUX
    En Essonne, les Insoumis face à l’alliance entre un proche de Valls et des maires de droite
    PAR CHLOÉ DEMOULIN
    Avec Oz et Grossman, sortir de la torpeur
    PAR NORBERT CZARNY (EN ATTENDANT NADEAU)
    Theresa May, plus combative que jamais
    PAR AMANDINE ALEXANDRE
    Défense européenne : un fantôme qui parle le « volapük intégré »
    PAR FRANÇOIS BONNET
    Pourquoi les Allemands rejettent l’armée européenne de Macron
    PAR THOMAS SCHNEE
    Guyane : même remanié, le projet de la Montagne d’or ne passe pas
    PAR MARION BRISWALTER
    La PMA, six ans de reports et de couardise
    PAR MATHIEU MAGNAUDEIX


  • « On est en train de crever… » : des manifestants tentent d’interpeller Emmanuel Macron
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15259-on-est-en-train-de-crever-des-manifestants-tentent-d-interpeller-em

    Des manifestants ont essayé de parler au chef de l’État avant son rendez-vous avec Theresa May à Albert, dans la Somme, mais ils ont été repoussés avant l’arrivée des officiels.

    Ils sont une bonne trentaine à avoir réussi à approcher la place de la mairie d’Albert (Somme), avant l’arrivée d’Emmanuel Macron et de Theresa May, vendredi 9 novembre. Aux cris de "Macron démission", ils veulent faire entendre leur détresse. "Quand je fais des courses, j’ai peur que ma carte ne passe pas, qu’elle soit refusée. Je suis veuve. On nous a piqué la demi-part des impôts. On est en train de crever !", interpelle une dame.

    Manifestants chassés

    Le président de la République n’est même pas encore arrivé que les gendarmes repoussent les manifestants. Gilet jaune sur le dos, une (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises


  • Accord trouvé sur l’accès du secteur financier britannique au marché de l’UE, selon le Times rtr/jvia - 1 Novembre 2018 - RTS
    https://www.rts.ch/2018/10/22/11/38/9936322.image?w=900&h=506

    Theresa May a trouvé un accord avec les négociateurs européens qui va permettre au secteur financier britannique de conserver l’accès au marché unique de l’Union européenne après le Brexit, rapporte jeudi le Times.

    Theresa May a trouvé un accord avec les négociateurs européens qui va permettre au secteur financier britannique de conserver l’accès au marché unique de l’Union européenne après le Brexit, rapporte jeudi le Times.

    Londres et Bruxelles sont parvenus à un accord de principe sur tous les aspects d’un futur partenariat concernant les services, de même que sur les échanges de données, après la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE prévue le 29 mars prochain, ajoute le journal, qui cite des sources gouvernementales.

    Le secteur financier britannique avait dénoncé en juillet le plan de Brexit de Theresa May, auquel il reprochait de ne pas tenir compte de ses propres propositions pour faciliter ses activités dans l’UE après le Brexit.


    La Première ministre britannique Theresa May, photographiée à Londres le 24 juillet 2018. [Matt Dunham - Reuters]

    « Reconnaissance mutuelle »
    La City de Londres, quartier des affaires de la capitale britannique, et TheCityUK, organisme de promotion de la Grande-Bretagne en tant que place financière, ont conjointement plaidé pendant des mois pour l’adoption d’un principe plus ambitieux de « reconnaissance mutuelle », dans le cadre duquel Londres et Bruxelles auraient réciproquement reconnu leurs règles financières pour permettre un large accès à leurs marchés.


  • The UK Border Regime

    Throughout history, human beings have migrated. To escape war, oppression and poverty, to make a better life, to follow their own dreams. But since the start of the 20th century, modern governments have found ever more vicious ways to stop people moving freely.

    The UK border regime includes the razor wire fences at #Calais, the limbo of the asylum system, and the open #violence of raids and deportations. Alongside the #Home_Office, it includes the companies running databases and detention centres, the media pushing hate speech, and the politicians posturing to win votes. It keeps on escalating, through Tony Blair’s war on refugees to Theresa May’s “#hostile_environment”, spreading fear and division.

    This book describes and analyses the UK’s system of immigration controls. It looks at how it has developed through recent history, the different actors involved, and how people resist. The aim is to help understand the border regime, and ask how we can fight it effectively.


    https://corporatewatch.org/new-book-the-uk-border-regime
    #livre #frontières #régime_frontalier #UK #Angleterre #limbe #barrières_frontalières #externalisation #France #renvois #expulsions #déportations #résistance #migrations #asile #réfugiés #détention_administrative #rétention #privatisation


  • L’UE ? LA crise, et vite !
    http://www.dedefensa.org/article/lue-la-crise-et-vite

    L’UE ? LA crise, et vite !

    Il y a quelques jours, – trois au moins, peut-être quatre, – il y eut un “sommet” des présidents et chefs de gouvernement des pays-membres de l’UE. Il y eut même des “temps forts”, comme l’on dit dans les grands journaux, et Angela-sur-son-radeau qui, ostensiblement, consentit à ne pas saluer Theresa, lui préférant la très-importante Lithuanienne. (« En effet, Angela Merkel est passée devant Theresa May [sans la saluer-er-er] afin de saluer la Présidente lituanienne Dalia Grybauskaite. »)

    Ce genre de nouvelles d’une si extrême importance nous rappelle que l’UE existe encore et qu’elle prétend toujours... Des commentateurs excédés, eux, nous confient qu’ils n’espèrent plus qu’une chose : une crise, et vite, et qu’on en finisse ! C’est le cas de Jacques Sapir qui, à la suite d’un (...)


  • Les 20 propositions du rapport contre la haine sur Internet
    https://www.nextinpact.com/news/107060-les-20-propositions-rapport-contre-haine-sur-internet.htm

    Le rapport Avia relatif à la lutte contre la haine sur Internet a été remis aujourd’hui au Premier ministre. Fustigeant des « zones de non-droit » en ligne, il préconise vingt pistes touchant notamment à la responsabilité des intermédiaires en ligne ou aux pouvoirs du CSA.

    Comment lutter contre la haine antisémite, raciste sur Internet ? Dans son plan présenté en juin 2017 avec Theresa May, jugeant insuffisants les engagements et les obligations des opérateurs en ligne, Emmanuel, Macron plaidait déjà pour un tour de vis « afin de supprimer les contenus qui promeuvent, dans tout type de média, la haine et le terrorisme ».

    En mars 2018, le premier ministre confiait à la députée LREM Laetitia Avia, l’écrivain Karim Amellal et Gil Taïeb, vice-président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) une mission sur la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. « Nous ne tolérons pas la haine dans la rue, pourquoi devrions-nous la laisser prospérer sur Internet ? » se demande le site dédié.

    Le document de 70 pages, dont une version de juillet 2018 a été révélée hier soir par nos confrères de Contexte, contient une série de mesures pour « faire d’Internet un espace plus apaisé, moins haineux, où chacun peut s’exprimer à condition de respecter les autres ».

    #Plateformes #Haine #Terrorisme #Fake_news


  • Brexit : pour Theresa May, ce sera son plan sinon rien...
    https://www.crashdebug.fr/international/15114-brexit-pour-theresa-may-ce-sera-son-plan-sinon-rien

    Ca se précise, et elle à raison Theresa May, il faut être ferme avec ces ordures de Bruxelles, car ils ne comprennent que cela... Et c’est bien ce qui fait défaut à notre pays, dont les politiques se couchent systématiquement devant les injonctions du parlement européen... Sans combat il ne peut pas y avoir de respect de l’adversaire...

    Le ministre britannique des Finances Philip Hammond et la directrice générale du FMI Christine Lagarde à

    Londres le 17 septembre 2018 Photo John Stillwell. AFP

    La Première ministre britannique Theresa May a prévenu que son plan sur la sortie de l’UE était la seule alternative à un Brexit sans accord, malgré les critiques au sein de son propre camp et les doutes de Bruxelles.

    Ces propos de la dirigeante conservatrice à la BBC sont dévoilés le jour même où la (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales


  • Formidable Grande-Bretagne !
    http://www.dedefensa.org/article/formidable-grande-bretagne

    Formidable Grande-Bretagne !

    Les Britanniques viennent de fournir à mon article précédent, « Ceux qui disent la vérité et ceux qui la faussent », une petite étude de cas très soignée : le lendemain même où je l’ai publié, le gouvernement de Theresa May a endossé son rôle en tant que l’un des premiers Faussaires du monde et a publié l’épisode suivant des fausses nouvelles sur l’empoisonnement des Skripal. Nous pouvons l’utiliser comme matériel de formation pour apprendre à repérer et à rejeter les contrefaçons.

    La fausse histoire que May raconte, c’est qu’il est “fort probable” que le Kremlin ait ordonné de tuer l’ancien espion britannique Sergueï Skripal (et sa fille) avec une arme chimique “de fabrication russe” appelée Novitchok. “En même temps”, d’après ce que nous savions déjà il est fort probable que cette (...)


  • ​Skripal-bouffe : MI6, RT, télé-réalité & “soap-opera”
    http://www.dedefensa.org/article/skripal-bouffemi6-rt-tele-realite-soap-opera-1

    Skripal-bouffe : MI6, RT, télé-réalité & “soap-opera”

    L’affaire Skripal finit par être d’un très haut intérêt par son aspect monumentalement bouffe, auquel les Britanniques, avec le très sérieux et highly confidential MI6, avec Theresa May en croisée hystérique de la civilisation occidentale, ne cessent de donner chaque jour une couche supplémentaire de bouffe. Vigilants, les Russes suivent en documentant le “soap-opera” par des exercices de télé-réalité.

    Très récemment, il y a eu ces deux personnages, Russes mystérieux mais aussitôt démasqués par le susdit et vigilant MI6 comme “agents du GRU déguisés en touristes civils innocents”, et cela jusqu’à Salisbury soi-même, – soit l’adage-bouffe rencontré de “l’assassin (les assassins) revient (ennent) toujours sur les lieux du crime”. Interrogé par des escouades de (...)


  • ​Skripal-bouffe : MI6, RT, télé-réalité &“soap-opera”
    http://www.dedefensa.org/article/skripal-bouffemi6-rt-tele-realite-soap-opera

    Skripal-bouffe : MI6, RT, télé-réalité &“soap-opera”

    L’affaire Skripal finit par être d’un très haut intérêt par son aspect monumentalement bouffe, auquel les Britanniques, avec le très sérieux et highly confidential MI6, avec Theresa May en croisée hystérique de la civilisation occidentale, ne cessent de donner chaque jour une couche supplémentaire de bouffe. Vigilants, les Russes suivent en documentant le “soap-opera” par des exercices de télé-réalité.

    Très récemment, il y a eu ces deux personnages, Russes mystérieux mais aussitôt démasqués par le susdit et vigilant MI6 comme “agents du GRU déguisés en touristes civils innocents”, et cela jusqu’à Salisbury soi-même, – soit l’adage-bouffe rencontré de “l’assassin (les assassins) revient (ennent) toujours sur les lieux du crime”. Interrogé par des escouades de (...)


  • La crucifixion de Jeremy Corbyn. Les amis d’Israël demandent sa totale reddition – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/09/04/la-crucifixion-de-jeremy-corbyn-les-amis-disrael-demandent-s

    Beaucoup pensent que la très visible domination des amis d’Israël sur certains aspects de la politique gouvernementale est un phénomène unique aux États-Unis, où les Juifs engagés et les sionistes chrétiens sont capables de contrôler à la fois les politiciens et le message médiatique relatif à ce qui se passe au Moyen-Orient. Malheureusement, la réalité est qu’il existe un « lobby israélien »dans de nombreux autres pays, tous dédiés à la promotion des agendas promus par les gouvernements israéliens successifs, quels que soient l’intérêt national du pays hôte. L’incapacité de confronter Israël à ses crimes contre l’humanité ainsi que de résister à ses diktats sur des questions telles que l’antisémitisme et le discours de haine a causé de terribles dommages à la liberté d’expression en Europe de l’Ouest et, plus particulièrement, dans le monde anglophone.

    Pour les États-Unis, cette corruption des médias et du processus politique par Israël a entraîné des guerres sans fin au Moyen-Orient ainsi que la perte des libertés civiles dans le pays, mais d’autres pays ont compromis leurs propres valeurs déclarées bien au-delà. L’ancien premier ministre canadien Stephen Harper a fait l’éloge, à tort, d’Israël comme étant une lumière qui « …brûle, brillante, soutenue par les principes universels de toutes les nations civilisées – liberté, démocratie, justice ». Il a également dit : « Je défendrai Israël à n’importe quel prix » pour le Canada, une affirmation que certains pourraient considérer comme très, très étrange pour un chef d’État canadien.

    Dans d’autres cas, Israël joue directement au dur, menaçant de représailles les gouvernements qui n’obéissent pas. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a récemment averti la Nouvelle-Zélande que soutenir une résolution de l’ONU condamnant les colonies israéliennes équivaudrait à une « déclaration de guerre ». Il a pu le faire parce qu’il avait confiance dans le pouvoir du lobby israélien dans ce pays pour se mobiliser et produire le résultat souhaité.

    Certains seront peut-être surpris d’apprendre que la « Mère des parlement » en Grande-Bretagne est peut-être l’organe législatif le plus dominé par les intérêts israéliens, plus, à bien des égards, que le Congrès des États-Unis. Le Parti conservateur au pouvoir a un Groupe des Amis d’Israël dont plus de 80 % de ses parlementaires font partie. BICOM, le Centre de communication et de recherche de la Grande-Bretagne, est un clone situé à Londres de l’American Israel Political Action Committee (AIPAC). Il est bien financé et politiquement puissant, travaillant par l’intermédiaire de ses différents mandataires « Amis d’Israël ». Les Américains pourraient être surpris d’apprendre à quel point ce pouvoir est manifeste, y compris qu’en Grande-Bretagne, les organisations juives sont autorisées à patrouiller les quartiers juifs de Londres dans des uniformes de type policier tout en conduisant des véhicules de type policier. Des rapports font état de patrouilles menaçant les musulmans qui cherchent à entrer dans ces quartiers.

    La Premier ministre Theresa May veille à ne jamais offenser ni Israël ni la riche et puissante communauté juive britannique. Après que le secrétaire d’État John Kerry a décrit le gouvernement d’Israël comme étant « d’extrême-droite », le 28 décembre 2016, May s’est précipitée à la défense de Tel Aviv, en disant « nous croyons qu’il n’est pas approprié d’attaquer la composition du gouvernement démocratiquement élu d’un allié ». La réplique de May aurait pu être écrite par Netanyahou, et c’était peut-être le cas. Deux semaines plus tard, son gouvernement a émis des « réserves » au sujet d’une conférence de paix au Moyen-Orient parrainée par le gouvernement français à la mi-janvier et n’a pas signé de déclaration commune appelant à une solution négociée à deux États au conflit israélo-palestinien après que Netanyahou a condamné avec véhémence les procédures.

    Cette déférence existe en dépit de la récente et étonnante révélation d’al-Jazeera, qui a révélé comment l’ambassade d’Israël à Londres manigance avec des fonctionnaires du gouvernement pour « faire tomber » les parlementaires et les ministres du gouvernement qui sont considérés comme critiques à l’égard de l’État juif. On a également appris que l’ambassade d’Israël subventionnait et conseillait secrètement des groupes privés qui défendaient les intérêts israéliens, y compris des associations de députés.

    Le chef des travaillistes britanniques, Jeremy Corbyn, fait l’objet d’attaques incessantes en raison du fait qu’il est le premier chef d’un parti politique majeur à résister au fait qu’on exige de lui qu’il place Israël sur un piédestal. Corbyn est en effet un homme de gauche qui s’est toujours opposé au racisme, au nationalisme extrême, au colonialisme et à l’interventionnisme militaire. Le crime de Corbyn est de critiquer l’État juif et d’appeler à « mettre fin à la répression du peuple palestinien ». Du coup, il est poursuivi sans pitié par les juifs britanniques, même ceux de son propre parti, depuis plus de deux ans.

    L’invective lancée par certains juifs britanniques et Israël a dernièrement monté en puissance, probablement parce que le gouvernement conservateur de Theresa May est perçu comme étant faible et qu’il y a une nette possibilité que le chef du Parti travailliste soit le prochain Premier ministre. Le fait qu’un premier ministre britannique puisse être compatissant au sort des Palestiniens est considéré comme tout à fait inacceptable.

    Le mois dernier, la parlementaire travailliste de droite, Margaret Hodge, a haussé les enchères, qualifiant Corbyn de « putain d’antisémite et de raciste ». Elle a ensuite écrit dans le Guardian que le Parti travailliste est « un environnement hostile pour les juifs ». Le Guardian, traditionnellement libéral, a en fait été à l’avant-garde de la critique juive de Corbyn, dirigée par son rédacteur en chef Jonathan Freedland, qui considère que « son identité juive est intimement liée à Israël, et qu’attaquer Israël, c’est l’attaquer personnellement (…) il exige le droit exclusif de contrôler les paramètres des discussions sur Israël ». Le mois dernier, il a publié dans son journal une lettre attaquant Corbyn, signée par 68 rabbins.

    Toutes ces attaques ont été plus ou moins orchestrées par le gouvernement israélien, qui soutient directement des groupes qui se sont unis pour faire tomber Corbyn. Cet effort pour détruire le leader travailliste inclus l’utilisation d’une application diffusant des messages via les médias sociaux accusant Corbyn d’antisémitisme. L’application a été développée par le ministère des Affaires stratégiques d’Israël, qui « dirige les efforts secrets d’Israël pour saboter le mouvement de solidarité avec la Palestine, dans le monde entier ».

    La campagne « se payer Corbyn » a deux objectifs principaux. La première est de le retirer de la direction du Parti travailliste, garantissant ainsi qu’il ne sera jamais élu Premier ministre, tout en éliminant du parti tous les membres qui sont perçus comme étant « trop critiques » à l’égard d’Israël. Dans la pratique, cela signifie toute personne critiquant Israël. Deuxièmement, il s’agit d’établir un principe juridique établissant que l’infraction de « crime de haine » antisémite soit spécifiquement définie de manière à inclure la critique d’Israël, ce qui fait qu’il sera criminel d’écrire ou de parler du comportement raciste d’Israël envers sa minorité musulmane et chrétienne tout en rendant impossible de discuter librement de ses crimes de guerre.

    Le principal argument utilisé contre Corbyn est que le Parti travailliste est inondé par l’antisémitisme et que Corbyn ne fait rien, ou pas assez, pour s’y opposer. Certains des coups les plus brutaux portés contre lui sont venus du groupe habituel aux États-Unis. Andrew Sullivan a récemment fait remarquer dans le New York Magazine que « lorsqu’il est apparu que Naz Shah, une nouvelle députée travailliste, avait donné son avis sur Facebook avant d’être élue pour qu’Israël soit transféré aux États-Unis, et que l’ancien maire de Londres, Ken Livingstone, l’a soutenue en soutenant que les nazis avaient initialement favorisé le sionisme, Corbyn n’a pas fait beaucoup d’histoires ». Sullivan a ensuite écrit : « Il est alors apparu que Corbyn lui-même avait souscrit à divers groupes pro-palestiniens sur Facebook où un antisémitisme de base s’est épanoui » et qu’il avait même « … assisté à une réunion sur la Journée commémorative de l’Holocauste en 2010, intitulée ‘Plus jamais pour personne : ‘D’Auschwitz à Gaza’, assimilant les Israéliens aux nazis ».

    En d’autres termes, Corbyn aurait dû être responsable de la qualité des points de vue personnels de Shah et Livingstone, qui ont par la suite été suspendus du Parti travailliste et Livingstone a fini par démissionner. Il aurait également dû éviter les commentaires des Palestiniens sur Facebook parce que des antisémites présumés contribuent occasionnellement à donner leurs opinions et ne devraient reconnaître en aucune façon les crimes de guerre israéliens commis quotidiennement à Gaza.

    Corbyn doit donc accepter le fait qu’il doit être un antisémite, comme le discernent Andrew Sullivan de ce côté-ci de l’Atlantique et une foule de soutiens Israéliens en Grande-Bretagne. Mais le pire crime du dirigeant travailliste qui est considéré comme une « menace existentielle » pour le peuple juif partout dans le monde est sa résistance à la pression exercée sur lui pour qu’il endosse et adopte la définition précise et multidimensionnelle de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) de ce qui constitue l’antisémitisme. La définition de base de l’antisémitisme de l’IHRA est suffisamment raisonnable, y compris « une certaine perception des juifs, qui peut s’exprimer sous forme de haine envers les Juifs. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme s’adressent à des individus juifs ou non-juifs et/ou à leurs biens, aux institutions communautaires juives et aux installations religieuses ».

    Le Parti travailliste et Corbyn ont accepté cette définition mais se sont opposés à onze « exemples contemporains d’antisémitisme » également fournis par l’IHRA, dont quatre n’ont rien à voir avec les Juifs et tout à voir avec Israël. Ces exemples sont :

    Accuser des citoyens juifs d’être plus loyaux envers Israël, ou envers les prétendues priorités des Juifs dans le monde entier, qu’envers les intérêts de leurs propres nations.
    Priver le peuple juif de son droit à l’autodétermination, par exemple en prétendant que l’existence d’un État d’Israël est une entreprise raciste.
    Établir des comparaisons entre la politique israélienne contemporaine et celle des nazis.
    Appliquer deux poids deux mesures en exigeant d’Israël un comportement qui n’est pas attendu ou exigé d’une autre nation démocratique.
    On peut observer que beaucoup de juifs – pas tous ou même la plupart – mais beaucoup ont une double loyauté dans laquelle l’allégeance à Israël est dominante. Je citerai à titre d’exemple l’actuel ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, qui passe une grande partie de son temps à défendre Israël. Et il y a aussi les juifs américains qui ont espionné pour Israël, y compris Jonathan Pollard et les membres de l’AIPAC, Steven J. Rosen et Keith Weissman, qui ont obtenu des informations classifiées de Lawrence Franklin et ont ensuite transmis ce qu’ils avaient obtenu aux services de renseignements israéliens.

    Et oui, Israël est une « entreprise raciste ». Jetez un coup d’œil à la récente loi sur la nationalité adoptée par la Knesset qui déclare qu’Israël est un État juif. Elle n’accorde l’autodétermination qu’à ceux qui vivent à l’intérieur de ses frontières et qui sont juifs. Et si l’utilisation de distinctions raciales pour une citoyenneté à part entière tout en bombardant des hôpitaux et des écoles, tout en faisant la queue pour tirer sur des milliers de manifestants palestiniens non armés, n’est pas un comportement nazi, alors qu’est-ce que c’est ? Israël et son chef sont parfois comparés aux nazis et à Adolf Hitler parce qu’ils se comportent comme les nazis et Adolf Hitler.

    Et enfin, il y a la définition qui remet en question toute remise en question du fait qu’Israël ne se comporte pas comme les autres nations démocratiques. Eh bien, tout d’abord, Israël n’est pas une démocratie. C’est une théocratie ou une ethnocratie ou, si vous préférez, un État policier. D’autres pays qui se disent démocratiques ont des droits égaux pour tous les citoyens. D’autres démocraties n’ont pas des centaines de milliers de colons qui volent la terre et même les ressources en eau de la population indigène et la colonisent au profit d’un seul segment de sa population. D’autres démocraties ne tirent pas régulièrement sur les manifestants morts et non armés. Combien de démocraties pratiquent actuellement le nettoyage ethnique, comme le font les Juifs israéliens envers les Palestiniens ?

    Corbyn cédera-t-il aux demandes de l’IHRA pour sauver sa peau en tant que chef de parti ? Je pense qu’il le fera, comme il le fait déjà régulièrement en concédant des points et en s’excusant, en rendant publiquement l’obéissance requise à l’Holocauste comme étant « le pire crime du XXe siècle ». Et chaque fois qu’il essaie d’apaiser ceux qui veulent l’attraper, il s’affaiblit. Même s’il se soumettait complètement, les soutiens israéliens qui sont chauds pour l’attraper, ayant le contrôle significatif des médias comme aux États-Unis continueront à attaquer jusqu’à ce qu’ils trouvent le point précis qui le fera tomber. Le Conseil exécutif national du parti travailliste se réunira en septembre pour voter sur la pleine acceptation de la définition de l’antisémitisme de l’IHRA. S’ils s’agenouillent, comme il est probable, devant cette force majeure, ce sera la fin de la liberté d’expression en Grande-Bretagne. Critiquer Israël et vous irez en prison.

    C’est exactement la même chose qui se passe aux États-Unis. La critique d’Israël ou la protestation contre Israël sera tôt ou tard criminalisée. Je me demande parfois si le sénateur Ben Cardin et les autres qui font la promotion de cette loi sur la haine comprennent vraiment ce qui sera perdu lorsqu’ils sacrifieront la Constitution américaine pour défendre Israël. Une fois que la liberté d’expression aura disparu, elle ne reviendra jamais.

    Philip Giraldi

    Traduit par Wayan, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker francophone                                                                                                                                    lesakerfrancophone.fr/la-crucifixion-de-jeremy-corbyn-les-amis-disrael-demandent-sa-totale-reddition


  • Contaminations à la source : de nombreuses filières sélectives lors de la phase d’essai
    Les irréversibles compromis de la planète
    Theresa May répète qu’elle ne fera aucun prélèvement pour Parcoursup
    Donald Trump : « J’ai les blockchain, je n’ai pas peur »
    Sophia Chikirou menace d’exclure le Canada de l’histoire
    La première preuve de l’Alena date de 1995, et elle est décalée
    Erreurs sur le Brexit : les craintes d’une rentrée imprimée sur papier s’estompent

    #de_la_dyslexie_créative