person:thomas de maizière

  • Afghan Migration to Germany: History and Current Debates

    In light of the deteriorating security situation in Afghanistan, Afghan migration to Germany accelerated in recent years. This has prompted debates and controversial calls for return.

    Historical Overview
    Afghan migration to Germany goes back to the first half of the 20th century. To a large extent, the arrival of Afghan nationals occurred in waves, which coincided with specific political regimes and periods of conflict in Afghanistan between 1978 and 2001. Prior to 1979 fewer than 2,000 Afghans lived in Germany. Most of them were either businesspeople or students. The trade city of Hamburg and its warehouses attracted numerous Afghan carpet dealers who subsequently settled with their families. Some families who were among the traders that came to Germany at an early stage still run businesses in the warehouse district of the city.[1]

    Following the Soviet invasion of Afghanistan in 1979, the number of Afghans seeking refuge and asylum in Germany increased sharply. Between 1980 and 1982 the population grew by around 3,000 persons per year. This was followed by a short period of receding numbers, before another period of immigration set in from 1985, when adherents of communist factions began facing persecution in Afghanistan. Following a few years with lower immigration rates, numbers started rising sharply again from 1989 onwards in the wake of the civil war in Afghanistan and due to mounting restrictions for Afghans living in Iran and Pakistan. Increasing difficulties in and expulsions from these two countries forced many Afghans to search for and move on to new destinations, including Germany.[2] Throughout the 1990s immigration continued with the rise of the Taliban and the establishment of a fundamentalist regime. After reaching a peak in 1995, numbers of incoming migrants from Afghanistan declined for several years. However, they began to rise again from about 2010 onwards as a result of continuing conflict and insecurity in Afghanistan on the one hand and persistently problematic living conditions for Afghans in Iran and Pakistan on the other hand.

    A particularly sharp increase occurred in the context of the ’long summer of migration’[3] in 2015, which continued in 2016 when a record number of 253,485 Afghan nationals were registered in Germany. This number includes established residents of Afghan origin as well as persons who newly arrived in recent years. This sharp increase is also mirrored in the number of asylum claims of Afghan nationals, which reached a historical peak of 127,012 in 2016. Following the peak in 2016 the Afghan migrant population has slightly decreased. Reasons for the numerical decrease include forced and voluntary return to Afghanistan, onward migration to third countries, and expulsion according to the so-called Dublin Regulation. Naturalisations also account for the declining number of Afghan nationals in Germany, albeit to a much lesser extent (see Figures 1 and 2).

    The Afghan Migrant Population in Germany
    Over time, the socio-economic and educational backgrounds of Afghan migrants changed significantly. Many of those who formed part of early immigrant cohorts were highly educated and had often occupied high-ranking positions in Afghanistan. A significant number had worked for the government, while others were academics, doctors or teachers.[4] Despite being well-educated, professionally trained and experienced, many Afghans who came to Germany as part of an early immigrant cohort were unable to find work in an occupational field that would match their professional qualifications. Over the years, levels of education and professional backgrounds of Afghans arriving to Germany became more diverse. On average, the educational and professional qualifications of those who came in recent years are much lower compared to earlier cohorts of Afghan migrants.

    At the end of 2017, the Federal Statistical Office registered 251,640 Afghan nationals in Germany. This migrant population is very heterogeneous as far as persons’ legal status is concerned. Table 1 presents a snapshot of the different legal statuses that Afghan nationals in Germany held in 2017.

    Similar to other European countrie [5], Germany has been receiving increasing numbers of unaccompanied Afghan minors throughout the last decade.[6] In December 2017, the Federal Office for Migration and Refugees (BAMF) registered 10,453 persons of Afghan origin under the age of 18, including asylum seekers, holders of a temporary residence permit as well as persons with refugee status. The situation of unaccompanied minors is specific in the sense that they are under the auspices of the Children and Youth support services (Kinder- und Jugendhilfe). This implies that unaccompanied Afghan minors are entitled to specific accommodation and the support of a temporary guardian. According to the BAMF, education and professional integration are priority issues for the reception of unaccompanied minors. However, the situation of these migrants changes once they reach the age of 18 and become legally deportable.[7] For this reason, their period of residence in Germany is marked by ambiguity.

    Fairly modest at first, the number of naturalisations increased markedly from the late 1980s, which is likely to be connected to the continuous aggravation of the situation in Afghanistan.[8]

    With an average age of 23.7 years, Germany’s Afghan population is relatively young. Among Afghan residents who do not hold German citizenship there is a gender imbalance with males outweighing females by roughly 80,390 persons. Until recently, most Afghans arrived in Germany with their family. However, the individual arrival of Afghan men has been a dominant trend in recent years, which has become more pronounced from 2012 onwards with rising numbers of Afghan asylum seekers (see Figure 2).[9]

    The Politicization of Afghan Migration
    Prior to 2015, the Afghan migrant population that had not received much public attention. However, with the significant increase in numbers from 2015 onwards, it was turned into a subject of increased debate and politicization. The German military and reconstruction engagement in Afghanistan constitutes an important backdrop to the debates unfolding around the presence of Afghan migrants – most of whom are asylum seekers – in Germany. To a large extent, these debates revolved around the legitimacy of Afghan asylum claims. The claims of persons who, for example, supported German troops as interpreters were rarely questioned.[10] Conversely, the majority of newly arriving Afghans were framed as economic migrants rather than persons fleeing violence and persecution. In 2015, chancellor Angela Merkel warned Afghan nationals from coming to Germany for economic reasons and simply in search for a better life.[11] She underlined the distinction between “economic migrants” and persons facing concrete threats due to their past collaboration with German troops in Afghanistan. The increasing public awareness of the arrival of Afghan asylum seekers and growing skepticism regarding the legitimacy of their presence mark the context in which debates on deportations of Afghan nationals began to unfold.

    Deportations of Afghan Nationals: Controversial Debates and Implementation
    The Federal Government (Bundesregierung) started to consider deportations to Afghanistan in late 2015. Debates about the deportation of Afghan nationals were also held at the EU level and form an integral part of the Joint Way Forward agreement between Afghanistan and the EU. The agreement was signed in the second half of 2016 and reflects the commitment of the EU and the Afghan Government to step up cooperation on addressing and preventing irregular migration [12] and encourage return of irregular migrants such as persons whose asylum claims are rejected. In addition, the governments of Germany and Afghanistan signed a bilateral agreement on the return of Afghan nationals to their country of origin. At that stage it was estimated that around five percent of all Afghan nationals residing in Germany were facing return.[13] To back plans of forced removal, the Interior Ministry stated that there are “internal protection alternatives”, meaning areas in Afghanistan that are deemed sufficiently safe for people to be deported to and that a deterioration of security could not be confirmed for the country as such.[14] In addition, the BAMF would individually examine and conduct specific risk assessments for each asylum application and potential deportees respectively.

    Country experts and international actors such as the UN Refugee Agency (UNHCR) agree on the absence of internal protection alternatives in Afghanistan, stating that there are no safe areas in the country.[15] Their assessments are based on the continuously deteriorating security situation. Since 2014, annual numbers of civilian deaths and casualties continuously exceed 10,000 with a peak of 11,434 in 2016. This rise in violent incidents has been recorded in 33 of 34 provinces. In August 2017 the United Nations changed their assessment of the situation in Afghanistan from a “post-conflict country” to “a country undergoing a conflict that shows few signs of abating”[16] for the first time after the fall of the Taliban. However, violence occurs unevenly across Afghanistan. In 2017 the United Nations Assistance Mission in Afghanistan (UNAMA), registered the highest levels of civilian casualties in Kabul province and Kabul city more specifically. After Kabul, the highest numbers of civilian casualties were recorded in Helmand, Nangarhar, Kandahar, Faryab, Uruzgan, Herat, Paktya, Kunduz, and Laghman provinces.[17]

    Notwithstanding deteriorating security conditions in Afghanistan and parliamentary, non-governmental and civil society protests, Germany’s Federal Government implemented a first group deportation of rejected asylum seekers to Afghanistan in late 2016. Grounds for justification of these measures were not only the assumed “internal protection alternatives”. In addition, home secretary Thomas de Maizière emphasised that many of the deportees were convicted criminals.[18] The problematic image of male Muslim immigrants in the aftermath of the incidents on New Year’s Eve in the city of Cologne provides fertile ground for such justifications of deportations to Afghanistan. “The assaults (sexualized physical and property offences) which young, unmarried Muslim men committed on New Year’s Eve offered a welcome basis for re-framing the ‘refugee question’ as an ethnicized and sexist problem.”[19]

    It is important to note that many persons of Afghan origin spent long periods – if not most or all of their lives – outside Afghanistan in one of the neighboring countries. This implies that many deportees are unfamiliar with life in their country of citizenship and lack local social networks. The same applies to persons who fled Afghanistan but who are unable to return to their place of origin for security reasons. The existence of social networks and potential support structures, however, is particularly important in countries marked by high levels of insecurity, poverty, corruption, high unemployment rates and insufficient (public) services and infrastructure.[20] Hence, even if persons who are deported to Afghanistan may be less exposed to a risk of physical harm in some places, the absence of social contacts and support structures still constitutes an existential threat.

    Debates on and executions of deportations to Afghanistan have been accompanied by parliamentary opposition on the one hand and street-level protests on the other hand. Non-governmental organisations such as Pro Asyl and local refugee councils have repeatedly expressed their criticism of forced returns to Afghanistan.[21] The execution of deportations has been the responsibility of the federal states (Ländersache). This leads to significant variations in the numbers of deportees. In light of a degrading security situation in Afghanistan, several governments of federal states (Landesregierungen) moreover paused deportations to Afghanistan in early 2017. Concomitantly, recognition rates of Afghan asylum seekers have continuously declined.[22]

    A severe terrorist attack on the German Embassy in Kabul on 31 May 2017 led the Federal Government to revise its assessment of the security situation in Afghanistan and to temporarily pause deportations to the country. According to chancellor Merkel, the temporary ban of deportations was contingent on the deteriorating security situation and could be lifted once a new, favourable assessment was in place. While pausing deportations of rejected asylum seekers without criminal record, the Federal Government continued to encourage voluntary return and deportations of convicted criminals of Afghan nationality as well as individuals committing identity fraud during their asylum procedure.

    The ban of deportations of rejected asylum seekers without criminal record to Afghanistan was lifted in July 2018, although the security situation in the country continues to be very volatile.[23] The decision was based on a revised assessment of the security situation through the Foreign Office and heavily criticised by the centre left opposition in parliament as well as by NGOs and churches. Notwithstanding such criticism, the attitude of the Federal Government has been rigorous. By 10 January 2019, 20 group deportation flights from Germany to Kabul were executed, carrying a total number of 475 Afghans.[24]

    Assessing the Situation in Afghanistan
    Continuing deportations of Afghan nationals are legitimated by the assumption that certain regions in Afghanistan fulfil the necessary safety requirements for deportees. But how does the Federal Government – and especially the BAMF – come to such arbitrary assessments of the security situation on the one hand and individual prospects on the other hand? While parliamentary debates about deportations to Afghanistan were ongoing, the news magazine Spiegel reported on how the BAMF conducts security assessments for Afghanistan. According to their revelations, BAMF staff hold weekly briefings on the occurrence of military combat, suicide attacks, kidnappings and targeted killings. If the proportion of civilian casualties remains below 1:800, the level of individual risk is considered low and insufficient for someone to be granted protection in Germany.[25] The guidelines of the BAMF moreover rule that young men who are in working age and good health are assumed to find sufficient protection and income opportunities in Afghanistan’s urban centres, so that they are able to secure to meet the subsistence level. Such possibilities are even assumed to exist for persons who cannot mobilise family or other social networks for their support. Someone’s place or region of origin is another aspect considered when assessing whether or not Afghan asylum seekers are entitled to remain in Germany. The BAMF examines the security and supply situation of the region where persons were born or where they last lived before leaving Afghanistan. These checks also include the question which religious and political convictions are dominant at the place in question. According to these assessment criteria, the BAMF considers the following regions as sufficiently secure: Kabul, Balkh, Herat, Bamiyan, Takhar, Samangan and Panjshir.[26]

    Voluntary Return
    In addition to executing the forced removal of rejected Afghan asylum seekers, Germany encourages the voluntary return of Afghan nationals.[27] To this end it supports the Reintegration and Emigration Programme for Asylum Seekers in Germany which covers travel expenses and offers additional financial support to returnees. Furthermore, there is the Government Assisted Repatriation Programme, which provides financial support to persons who wish to re-establish themselves in their country of origin. The International Organisation for Migration (IOM) organises and supervises return journeys that are supported by these programmes. Since 2015, several thousand Afghan nationals left Germany with the aid of these programmes. Most of these voluntary returnees were persons who had no legal residence status in Germany, for example persons whose asylum claim had been rejected or persons holding an exceptional leave to remain (Duldung).

    Outlook
    The continuing conflict in Afghanistan not only causes death, physical and psychological hurt but also leads to the destruction of homes and livelihoods and impedes access to health, education and services for large parts of the Afghan population. This persistently problematic situation affects the local population as much as it affects migrants who – voluntarily or involuntarily – return to Afghanistan. For this reason, migration out of Afghanistan is likely to continue, regardless of the restrictions which Germany and other receiving states are putting into place.

    http://www.bpb.de/gesellschaft/migration/laenderprofile/288934/afghan-migration-to-germany
    #Allemagne #Afghanistan #réfugiés_afghans #histoire #asile #migrations #réfugiés #chiffres #statistiques #renvois #expulsions #retour_volontaire #procédure_d'asile
    ping @_kg_

  • Germany considers law change to allow police to spy on potential terrorists and criminals through car and house alarms
    http://www.independent.co.uk/news/world/europe/germany-terrorists-criminals-law-change-spying-house-car-alarm-system

    Interior minister expects to discuss proposal next week in attempt to improve surveillance capabilities The German government is considering legal changes that would oblige operators of car and house alarm systems to help police and security services in their efforts to spy on potential terrorists or criminals, a spokesman for the interior ministry said. Interior Minister Thomas de Maiziere, a conservative, plans to discuss the issue with officials in a bid to remove what he sees as (...)

    #voiture #domotique #surveillance #InternetOfThings

  • German government wants backdoors for spying added to cars, computers, IoT devices
    https://www.csoonline.com/article/3239767/security/german-government-wants-backdoors-for-spying-added-to-cars-computers-iot-

    The German government proposed an Orwellian nightmare : Backdoors for spying added to cars, computers, IoT devices. Germany is sliding closer to “an Orwellian nightmare” in which companies responsible for tech connected to the internet — even cars — legally would be required to build in backdoors “to allow for secret surveillance” of citizens inside their homes and vehicles. If the country’s Interior Minister Thomas de Maizière has his way, then German security agencies and law enforcement would (...)

    #backdoor #surveillance #InternetOfThings

  • Voiture, maison, TV : le gouvernement allemand voudrait étendre la surveillance par les objets connectés
    https://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20171205.OBS8732/voiture-maison-tv-le-gouvernement-allemand-voudrait-etendre-la-

    Un projet du ministre de l’Intérieur allemand suscite une levée de boucliers, tant son ampleur permettrait un espionnage inégalé de tout citoyen suspect. C’est un projet qui inquiète. Le gouvernement allemand envisage de modifier la loi afin d’obliger divers opérateurs d’appareils connectés à laisser un accès à la surveillance des forces de l’ordre contre des possibles terroristes ou criminels, rapporte entre autres Reuters. Le projet du ministre de l’Intérieur, Thomas de Maiziere, serait d’obliger les (...)

    #surveillance #InternetOfThings #domotique

  • Le CNNum publie son avis “Prédiction, chiffrement et libertés” - Conseil National du Numérique
    https://cnnumerique.fr/avis-chiffrement

    Le Conseil s’était saisi de la question du chiffrement à l’été 2016. Cette autosaisine faisait suite aux annonces conjointes de Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur, et de son homologue allemand Thomas de Maizière, visant à « armer nos démocraties sur la question du chiffrement ». Près d’un an plus tard et dans une situation sécuritaire toujours critique, le chiffrement reste au cœur de la tension entre protections des données personnelles, innovation technologique et surveillance. Dans une déclaration commune avec la Première ministre britannique Theresa May, le président de la République Emmanuel Macron s’est une nouvelle fois prononcé en faveur d’un meilleur accès aux contenus chiffrés, « dans des conditions qui préservent la confidentialité des correspondances, afin que [les] messageries ne puissent pas être l’outil des terroristes ou des criminels ». L’Union européenne doit examiner l’opportunité d’une législation sur le sujet à l’automne.

    À l’occasion de l’examen, par la nouvelle Assemblée, du nouveau projet de loi antiterroriste, le Conseil explicite dans cet avis sa position sur le chiffrement et élargit sa réflexion à la protection des droits et libertés sur Internet, face à une trajectoire sécuritaire qu’il juge préoccupante.

  • Le Conseil publie son avis “Prédiction, chiffrement et libertés”. - Conseil National du Numérique
    https://cnnumerique.fr/avis-chiffrement

    Le Conseil s’était saisi de la question du chiffrement à l’été 2016. Cette autosaisine faisait suite aux annonces conjointes de Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur, et de son homologue allemand Thomas de Maizière, visant à « armer nos démocraties sur la question du chiffrement ». Près d’un an plus tard et dans une situation sécuritaire toujours critique, le chiffrement reste au cœur de la tension entre protections des données personnelles, innovation technologique et surveillance. Dans une déclaration commune avec la Première ministre britannique Theresa May, le président de la République Emmanuel Macron s’est une nouvelle fois prononcé en faveur d’un meilleur accès aux contenus chiffrés, « dans des conditions qui préservent la confidentialité des correspondances, afin que [les] messageries ne puissent pas être l’outil des terroristes ou des criminels ». L’Union européenne doit examiner l’opportunité d’une législation sur le sujet à l’automne.

  • „Wer mit Schlepper kommt, hat keine Chance auf Asyl“

    Obwohl sich einige EU-Länder weigern, Flüchtlinge aufzunehmen, ist Innenminister #Thomas_de_Maizière gegen eine Reduzierung von EU-Geldern als Druckmittel. An Schlepper richtet er eine klare Botschaft.

    https://www.welt.de/politik/deutschland/article168398765/Wer-mit-Schlepper-kommt-hat-keine-Chance-auf-Asyl.html
    #criminalisation #asile #migrations #réfugiés #passeurs #smugglers #smuggling #Allemagne #droit_d'asile (bafoué)

    Et en plus:

    EU funding for Libyan camps would make returns possible, says Thomas De Maizière.

    #Libye #externalisation #camps_de_réfugiés

  • Le gouvernement allemand perquisitionne et ferme le site internet de gauche Indymedia
    http://www.wsws.org/fr/articles/2017/aou2017/alle-a28.shtml

    Le ministre allemand de l’Intérieur Thomas de Maizière a ordonné la fermeture vendredi matin du site de gauche linksunten.indymedia.org. Ce site Web, l’une des deux filiales allemandes du site multimédia mondial Indymedia, a été retiré d’Internet peu de temps après et ne sera pas accessible jusqu’à nouvel ordre.

    Dans les petites heures de la matinée, des unités de la police de Bade-Wurtemberg et de la police fédérale ont fait une descente aux domiciles des personnes présentées comme les administrateurs du site à Fribourg et confisqué des ordinateurs et d’autres objets. Plus tard, le siège de la police du Bade-Wurtemberg a présenté des couteaux, des matraques, des tuyaux et des lance-pierres pour prouver la prétendue nature d’« extrême gauche » de linksunten.indymedia.org.

    Dans un communiqué de presse, de Maizière a remercié « toutes les forces de police impliquées dans l’opération » et le « travail préparatoire intensif de l’Office fédéral du renseignement nationale », sans lequel « les mesures d’aujourd’hui n’auraient pas été possibles ».

    De Maizière a officiellement justifié cette interdiction en affirmant que le site était dirigé contre « l’ordre constitutionnel » et que « dans son intention et activité agissait contrairement au droit pénal ». Le site aurait été utilisé pendant des années pour « semer la haine contre ceux qui pensent différemment et les représentants du pays ». En fin de compte, « les événements du sommet du G20 à Hambourg ont montré les conséquences qu’une telle agitation peut avoir ».

    #démocratie #internet #censure

  • La police allemande envisage d’élargir son utilisation des logiciels espions
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/06/16/la-police-allemande-envisage-d-elargir-son-utilisation-des-logiciels-espions

    Les responsables de la sécurité en Allemagne se sont mis d’accord sur une nouvelle série de mesures destinées à faciliter les enquêtes en matière de terrorisme, notamment concernant l’autorisation de l’utilisation de logiciels espions pour téléphones portables afin de permettre de surveiller les communications de suspects qui utilisent des messageries chiffrées, comme WhatsApp ou Signal. Le ministre de l’intérieur, Thomas de Maizière, et ses homologues au niveau des différents Etats allemands se sont mis (...)

    #spyware #biométrie #web #surveillance #empreintes

  • Manifestations massives en Allemagne contre les déportations vers l’Afghanistan
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/dec2016/alle-d17.shtml

    Malgré ces protestations, le gouvernement allemand a poursuivi les déportations avec une extrême brutalité. Il est en train de déporter des réfugiés, y compris un grand nombre de ceux qui étaient tolérés depuis de nombreuses années, vers un pays où la guerre fait rage et où les droits humains fondamentaux sont inexistants.
    En octobre, l’UE avait approuvé un accord de rapatriement avec le gouvernement fantoche d’Afghanistan en garantissant le versement de 1,7 milliard d’euros si le gouvernement acceptait en échange les réfugiés. La force motrice derrière ce marchandage minable est le gouvernement allemand. C’est sur cette base que le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière (CDU), veut expulser d’Allemagne vers l’Afghanistan jusqu’à 12 500 personnes dont les demandes d’asile ont été refusées et qui ne bénéficient que d’une « tolérance ».
    Initialement, il avait été prévu que 50 réfugiés afghans seraient déportés mercredi. Quinze personnes ont cependant choisi la clandestinité, a expliqué de Maizière. Il a annoncé qu’à « l’avenir les familles et les femmes seraient aussi déportées ».
    Les personnes déportées n’étaient nullement des « demandeurs d’asile délinquants » comme il avait été affirmé plut tôt. La plupart d’entre eux sont des réfugiés qui vivent depuis des années en Allemagne et qui sont maintenant déportés du jour au lendemain. Babur Sedik, 22 ans, a dit au journal Frankfurter Rundschau qu’il était en Allemagne depuis quatre ans et qu’il avait exclusivement vécu dans des foyers ou des camps de réfugiés. Rahmat Khan, âgé de 22 ans aussi, avait fui la région âprement disputée de Paktia. Il a tout de même été déporté.
    Le Conseil bavarois des réfugiés a rapporté qu’un réfugié afghan de Dingolfing avait sauté par la fenêtre à 3 heures du matin lorsque la police a voulu l’arrêter. Il a été emmené à l’hôpital et apparemment embarqué dans un avion après un rapide traitement médical.

  • Berlin insiste sur le renvoi en Grèce de demandeurs d’asile Rtbf Belga 2 Octobre 2016

    http://www.rtbf.be/info/monde/detail_berlin-insiste-sur-le-renvoi-en-grece-de-demandeurs-d-asile?id=9419521

    Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, insiste pour une remise en vigueur des règles européennes sur l’asile afin de permettre le renvoi en Grèce des candidats à la protection internationale, dans un entretien publié dimanche par le quotidien grec Kathimerini.

     « Je voudrais voir la convention de Dublin s’appliquer à nouveau (...) nous reprendrons la discussion à ce sujet lors d’une réunion des ministres (européens) de l’Intérieur » courant octobre, a indiqué le ministre.

    Imposant aux pays de première arrivée dans l’UE la prise en charge des demandeurs d’asile, le règlement de Dublin y prévoit leur renvoi s’ils gagnent d’autres États membres avant l’examen de leurs cas. Mais cette clause a été suspendue pour la Grèce depuis 2011, après la condamnation du pays par la justice européenne pour les mauvais traitements alors réservés aux candidats à la protection internationale.
    "Depuis, l’UE a fourni un soutien important, pas seulement financier" à la Grèce pour améliorer ses procédures d’asile, relève le ministre allemand.

    Thomas de Maizière avait déjà mis en avant en août la nécessité de remettre les règles de Dublin en vigueur, suscitant une levée de boucliers grecque.

    La Grèce avait souligné devoir déjà assurer l’accueil de plus de 60 000 réfugiés et migrants bloqués sur son territoire après le verrouillage européen face à l’exode, notamment syrien, de 2015.
    Alors que l’UE a entamé une révision du règlement de Dublin, Athènes plaide au contraire avec Rome, pour un mécanisme européen d’asile qui répartirait la prise en charge des intéressés dès leur arrivée.


    #Réfugiés #Allemagne #Grèce #UE #UEF #union_européenne #ignominies

  • Allemagne : au moins 520 terroristes potentiels dans la nature
    https://www.crashdebug.fr/international/12335-allemagne-au-moins-520-terroristes-potentiels-dans-la-nature

    Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière estime à au moins 520 le nombre "d’assaillants potentiels" présents dans le pays.

    Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière Crédit Reuters

    Voilà qui ne rassurera pas les citoyens allemands : dans un entretien accordé au journal Bild, le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière estimé qu’au moins 520 "assaillants potentiels" sont présents dans le pays. S’y ajoutent 360 personnes connues des services de polices pour leurs liens avec ces terroristes en puissance.

    "La menace terroriste émerge désormais de commandos étrangers ainsi que de loups solitaires fanatiques en Allemagne", explique-t-il dans cet entretien.

    "Les commandos s’introduisent clandestinement en Europe et (...)

  • German Interior Minister, an ex asylum seeker, wants to deport refugees in Greece

    German Interior Minister Thomas de Maiziere wants to deport refugees from Germany to Greece claiming the Dublin Treaty will facilitate this. De Maiziere claimed that the EU did a lot to help improve the situation of refugees in Greece.

    http://www.keeptalkinggreece.com/2016/09/04/german-interior-minister-an-ex-asylum-seeker-wants-to-deport-refu
    #Dublin #règlement_dublin #asile #migrations #réfugiés #renvois #it_has_begun #expulsions #Allemagne

    • Commentaire via la mailing-list Migreurop :

      Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, a déclaré à l’édition dominicale du Welt qu’il faudrait renvoyer en Grèce des réfugiés en fonction du règlement Dublin III. « Nous avons fait beaucoup en Europe pour améliorer la situation en Grèce. Ceci doit avoir des conséquences et doit conduire à ce que des réfugiés puissent être renvoyés en Grèce en fonction du Traité de Dublin », a-t-il dit. Selon De Maizière l’UE a déjà fait beaucoup pour améliorer les conditions de vie de réfugiés en Grèce, ce qui lui donne le droit de réactiver le renvoi automatique des migrant au premier pays d’entrée, une clause qui a été suspendu pour la Grèce en raison de exécrables conditions de vie, des violations de droit et de la quasi inexistence du système d’asile pendant les années 2010 -14. Le ministre allemand reproche à Athènes le fait qu’elle n’a pas empêché les flux migratoires de l’année dernière, en assurant l’étanchéité des frontières et en détenant les réfugiés sur place

  • Allemagne : les citoyens au secours de l’armée ? Jelpke Von Ulla, Solidaire.org
    http://solidaire.org/articles/allemagne-les-citoyens-au-secours-de-l-armee
    ❞ Le 24 août, à Berlin, le ministre fédéral allemand de l’Intérieur Thomas de Maizière (CDU) a présenté un nouveau plan de sécurité pour le pays. La protection de la population contre les catastrophes naturelles et les accidents y est à peine évoquée. Le plan, baptisé « Concept de défense civile », présente avant tout sur un scénario de guerre.

    Le nouveau plan décrète que la première tâche des citoyens et des autorités civiles est de porter assistance, non pas à la population menacée, mais à l’armée. Le « concept » souligne que tout doit être mis en œuvre pour protéger et aider le fonctionnement de l’État et des pouvoirs locaux, cela afin que la « liberté opérationnelle de l’armée » soit garantie. Vue sous cet angle, la « défense civile » est d’abord et avant tout une sorte d’engagement civil en cas de guerre.

    Le concept d’« évaluation de la menace » est expressément basé sur le « Livre blanc » (la nouvelle doctrine militaire récemment adoptée par Berlin, NdlR) de l’armée. Celui-ci fait état, depuis la fin de la Guerre froide, d’un rejet clair de la politique de détente. Les menaces les plus probables sont décrites comme des « conflits hybrides entre des adversaires étatiques ou non ». ❞
    . . . .

    L’armée passe avant tout
    Le document ne donne pas (encore) de directives concrètes, il s’agit d’un « document conceptuel de base » déterminant le cadre fondamental que les différents ministères fédéraux doivent encore remplir de manière plus précise. Le message à l’adresse de ceux-ci est néanmoins clair : tout, et « dans tous les domaines », doit être en concordance avec les plans militaires de l’Otan.

    Jamais, depuis la fin de la Guerre froide, il n’y avait eu de prise de position aussi nette sur la législation liée aux situations d’urgence, et en particulier sur la loi concernant la réquisition de la main d’œuvre. La possibilité est notamment ouverte d’interdire de mettre fin à des contrats de travail qui ont une importance au plan militaire. L’Agence fédérale pour l’emploi se voit ainsi octroyer le droit, en cas de tension et de besoin de défense, de réquisitionner des personnes employées dans des « secteurs qui sont d’intérêt vital et importants pour la défense ». Cela ne vaut que pour les appelés militaires, et le « concept » envisage donc de rétablir le service militaire. Une loi à la majorité simple suffirait à cet effet. Le texte déplore par ailleurs que les femmes puissent « seulement être obligées d’effectuer des tâches en lien avec la santé civile » ou dans des hôpitaux militaires. Il propose donc d’examiner dans quelle mesure cette limitation serait encore « justifiée » – et le service militaire obligatoire pour les femmes pourrait donc également être envisagé. ❞
    . . . .



    Le « Concept de défense civile »
    Le « Concept de défense civile » (Konzeption Zivile Verteidigung, KZV) souligne le « caractère inséparable de la défense militaire et la défense civile ». La « défense civile » a « la tâche de planifier et d’exécuter toutes les mesures civiles qui sont nécessaires à la mise en place et au maintien de la capacité de défense, y compris l’approvisionnement et la protection de la population. Cela comprend en particulier (…) le soutien des forces armées dans la mise en place et le maintien de leur capacité de défense et leur liberté opérationnelle. »

    « Le partenariat transatlantique dans le cadre de l’Otan est un des principes centraux. (…) Les directives stratégiques et conceptuelles de l’Otan à ce sujet ont ainsi également des conséquences sur le profil de capacité nationale. Pour leur planning, les ministères spécifiques doivent tenir compte à tous les niveaux (...) de ces directives. »
    « Les mesures de renforcement des bâtiments d’habitation et de travail sont recommandées, encouragées ou rendues obligatoires par le gouvernement fédéral » (pour la protection contre des attaques chimiques, biologiques, radiologiques ou nucléaires, NdlR).

    Sur la « protection des cibles » : « Les cibles militaires et les cibles civiles ayant un intérêt militaire qui doivent être protégées seront identifiées selon les directives du ministère de la Défense et organisées en priorités. »

    « Le gouvernement fédéral peut prendre des mesures générales pour imposer des limitations dans toute la chaîne des denrées alimentaires en matière de disponibilité et d’obligation de distribution lorsqu’il s’agit de produire, transformer, distribuer et vendre des produits alimentaires. »

    « La loi sur la réquisition de la main-d’œuvre prévoit des compétences exceptionnelles pour l’État afin de réquisitionner des personnes en cas de nécessité pour des prestations pour la défense, y compris la défense civile, quand celles-ci ne peuvent pas être garanties sur une base volontaire. » ❞

  • Allemagne : le gouvernement conseille à la population de stocker de la nourriture en cas de guerre
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/aou2016/alle-a25.shtml

    Le 21 août furent rendus publics les premiers détails du nouveau Plan de défense civile du gouvernement allemand. Il devait être examiné le 24 août par le cabinet pour être ensuite présenté officiellement par le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière. Le document montre de façon choquante que la question de la guerre, 75 ans après la catastrophe de la Deuxième Guerre mondiale, est de retour dans la vie quotidienne.

    Le document montre clairement qu’on n’exclut plus la possibilité d’une guerre sur le sol allemand. Selon le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung (FAS), qui a obtenu un exemplaire du document de 69 pages intitulé « Concept de la défense civile », le plan déclare qu’actuellement « une attaque sur le territoire allemand exigeant une défense nationale conventionnelle n’était que peu probable. » Cependant, il était important « de se préparer de façon adéquate à un tel événement où les vies seront en danger, qui ne peut être totalement exclu à l’avenir. »

    Dans les milieux dirigeants, les préparatifs sont en cours pour le pire des cas. Ce qui suit suggère un scénario de guerre totale.

    #guerre #militarisation #survie #global_collapse

  • La #France et l’Allemagne présentent à l’Europe leur plan antiterroriste
    https://www.mediapart.fr/journal/france/240816/la-france-et-lallemagne-presentent-leurope-leur-plan-antiterroriste

    Les ministres français et allemand, #Bernard_Cazeneuve et Thomas de Maizière, ont lancé une « initiative franco-allemande sur la sécurité intérieure ». Paris et Berlin proposent notamment un renforcement des contrôles aux frontières, un meilleur échange d’informations entre les pays membres, ainsi que des mesures contre les applications de messagerie chiffrée telles que #Telegram.

    #chiffrement #Numérique #Surveillance #terrorisme #vie_privée

  • #Terrorisme — #cryptographie : pour contourner le chiffrement des messages, Bernard Cazeneuve en appelle à l’#Union_européenne.
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/08/23/terrorisme-pour-contourner-le-chiffrement-des-messages-bernard-cazeneuve-en-

    Les enquêtes antiterroristes achoppent trop souvent sur des messages chiffrés, transitant sur des applications comme Telegram ou WhatsApp, et illisibles pour les enquêteurs. Cette idée, dans l’air depuis plusieurs semaines, a été reprise, mardi 23 août, par Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, lors d’une conférence commune avec son homologue allemand, Thomas de Maizière. [...] Il suggère que « la Commission européenne étudie la possibilité d’un acte législatif pour rapprocher les droits et les obligations de tous les opérateurs ». L’idée étant donc de faire en sorte que les messageries installées sur les téléphones soient soumises aux mêmes obligations de coopération que des services de #télécommunication, comme les opérateurs téléphoniques. [...] Il sera cependant délicat de s’assurer d’un accès total et systématique aux discussions protégées par la cryptographie. Plusieurs applications de messagerie ont, en effet, mis en place une technologie de chiffrement dit « de bout en bout ». [...] L’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information [#ANSSI], chargée de la sécurité informatique de l’État, avertissait, elle aussi, au printemps, dans une note dont le contenu a été révélé récemment par Libération (1) début août, contre les risques que pourrait poser un encadrement général des technologies de chiffrement.

    1. http://www.liberation.fr/france/2016/08/02/controler-le-chiffrement-un-calcul-difficile-pour-le-gouvernement_1469978

  • Tous les réseaux soumis logiquement aux mêmes législations mais certains vont crier une nouvelle fois à une attaque inadmissible contre les données personnelles et le droit au chiffrement.

    Messageries cryptées : la France demande à l’Europe d’agir
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/08/23/97001-20160823FILWWW00094-messageries-cryptees-la-france-demande-a-l-europe

    Les ministres de l’Intérieur français et allemand ont demandé aujourd’hui à la Commission européenne d’encadrer juridiquement les réseaux de télécommunication cryptés, y compris les messageries non européennes, en visant notamment le réseau Telegram, prisé des djihadistes.

    « Nous proposons avec Thomas de Maizière que la Commission européenne étudie la possibilité d’un acte législatif rapprochant les droits et obligations de tous les opérateurs (...), que le siège juridique soit en Europe ou non », a déclaré Bernard Cazeneuve à l’issue d’une rencontre avec son homologue allemand. Un tel acte juridique permettrait « d’imposer des obligations à des opérateurs qui se révéleraient non coopératifs, notamment pour retirer des contenus illicites ou déchiffrer des messages dans le cadre d’enquêtes judiciaires », a-t-il ajouté.

    « Les échanges de plus en plus systématiques opérés via certaines applications, telles que Telegram, doivent pouvoir, dans le cadre de procédures judiciaires (...) être identifiés et utilisés comme des éléments de preuve par les services d’investigations et les magistrats », a ajouté Bernard Cazeneuve. Il a toutefois précisé qu’il ne s’agissait pas de remettre en cause le chiffrement qui « permet de sécuriser les conversations ».

  • German minister calls for introduction of facial recognition software at airports and train stations
    http://www.rte.ie/news/2016/0821/810806-germany-facial-recognition

    Germany’s Interior Minister wants to introduce facial recognition software at train stations and airports to help identify terror suspects following two Islamist attacks in the country last month. Speaking to the Bild am Sonntag newspaper, Thomas de Maiziere said internet software was able to determine whether people shown in photographs were celebrities or politicians. "I would like to use this kind of facial recognition technology in video cameras at airports and train stations. Then, if (...)

    #algorithme #CCTV #biométrie #facial #surveillance #surveillance

  • La #France prépare une « initiative » internationale contre le #chiffrement
    https://www.mediapart.fr/journal/france/120816/la-france-prepare-une-initiative-internationale-contre-le-chiffrement

    Bernard Cazeneuve a relancé l’idée d’un durcissement de la législation sur les moyens de sécurisation des communications. Il va rencontrer son homologue allemand, Thomas de Maizière, pour préparer une initiative européenne, puis internationale.

    #backdoors #Bernard_Cazeneuve #libertés_publiques #Numérique #terrorisme #vie_privée

  • L’#Allemagne fait un pas vers la #déchéance_de_nationalité de jihadistes

    Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière a ouvert jeudi le débat sur la déchéance de nationalité de jihadistes binationaux en introduisant cette proposition controversée dans un catalogue de mesures élaboré après une série d ?attaques en juillet en Allemagne.

    http://www.courrierinternational.com/depeche/lallemagne-fait-un-pas-vers-la-decheance-de-nationalite-de-ji