person:thomas guillemaud

  • Ces lubies vertes qui coûtent « plus cher pour le portefeuille »

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/01/23/ces-lubies-vertes-qui-coutent-plus-cher-pour-le-portefeuille_5067244_3244.ht

    A mesure que les connaissances progressent, les scientifiques parviennent à chiffrer de mieux en mieux les coûts cachés des pollutions diverses

    A l’évidence, la question s’adressait plutôt à Benoît Hamon, le plus écologiste des sept prétendants à l’investiture socialiste et sorti en tête, dimanche 22 janvier, du premier tour de la primaire du Parti socialiste (PS) et de ses alliés. « Est-ce qu’il ne faut pas dire la vérité aux Français, que l’environnement, ça coûte plus cher pour le portefeuille ? », demandait la journaliste Ruth Elkrief, au cours du deuxième des trois débats préalables au scrutin, avant d’ajouter : « Est-ce que mettre fin au diesel n’est pas une question de bobos ? »

    Notons d’abord un superbe reductio ad bobotum, cet artifice rhétorique consistant à disqualifier toute préoccupation sanitaire, environnementale, éthique, etc., en la réduisant à une lubie de « bobos » – cette population coupable d’une variété de méfaits dont les principaux sont leurs penchants pour la bicyclette et le vin naturel.
    Passons, donc, sur la forme et penchons-nous plutôt sur le fond de la question. Préserver l’environnement coûterait « plus cher pour le portefeuille » que ne rien faire. Il s’agirait là, en outre, de « la vérité ». Hélas ! L’exemple du diesel, mis en avant par Ruth Elkrief pour illustrer cette assertion, est mal choisi : la pollution atmosphérique – dont les moteurs diesel sont un important contributeur – coûte chaque année quelque 100 milliards d’euros à la France.

    Coûts cachés des pollutions

    100 milliards d’euros ? Il est vrai que ce chiffre, établi en juillet 2015 par une commission d’enquête du Sénat, ne veut, à lui seul, pas dire grand-chose : il agrège des coûts sociaux (décès prématurés, baisse de la qualité de vie, etc.) dont le chiffrage est périlleux. Mais même en limitant l’analyse à ses seuls coûts financiers tangibles, dus à des maladies (qu’il faut bien soigner), à la dégradation du bâti (qu’il faut bien réparer) ou même à la baisse des rendements agricoles (qui sont autant de pertes pour les agriculteurs), la pollution de l’air pèse, a minima, pour plus de 7,5 milliards d’euros par an.

    Au lieu d’être engagé par la collectivité pour réparer des dégâts, cet argent pourrait être investi dans des projets plus utiles à la société… Nous supportons collectivement les coûts cachés – les « externalités négatives », disent les économistes – de mauvais choix politiques et industriels. L’environnement est le territoire par excellence où se manifestent de telles externalités. A mesure que les connaissances progressent, les scientifiques parviennent à chiffrer de mieux en mieux les coûts cachés des pollutions diverses et dégonflent la baudruche du « l’environnement, ça coûte plus cher pour le portefeuille ».

    C’est vrai pour la pollution de l’air, mais aussi pour les pesticides agricoles (insecticides, herbicides, etc.). Une synthèse de la littérature, publiée, en mars 2016, dans Sustainable Agriculture Reviews par Denis Bourguet et Thomas Guillemaud, chercheurs à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), mettait ainsi en cause le bénéfice économique des produits phytosanitaires, une fois intégrées leurs externalités (dégâts sur la biodiversité, sur la ressource en eau, sur la santé, etc.).

    Une autre analyse, dirigée par Leonardo Trasande (université de New York) et publiée en mars 2015 dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, évaluait pour sa part à environ 157 milliards d’euros le fardeau économique annuel des perturbateurs endocriniens (pesticides, plastifiants, etc.) en Europe, en tenant uniquement compte de leurs impacts sanitaires.

    Ainsi, la dégradation de l’environnement au sens large ne nous coûte pas moins cher. Elle pèse au contraire de tout son poids sur l’économie. Mais elle le fait discrètement : ces externalités négatives se manifestent en effet de manière diffuse dans l’espace et différée dans le temps.

    Le cas de l’amiante

    Souvenez-vous de l’amiante. Dans les années 1990, ses importateurs et transformateurs juraient la main sur le cœur que la fibre minérale était sans risque lorsque son usage était « contrôlé », qu’il n’existait aucune alternative économiquement viable à son utilisation, que son interdiction déclencherait un armageddon industriel, etc. Bannir l’amiante coûtait « plus cher pour le portefeuille » que le garder dans nos plaquettes de frein et nos faux plafonds.

    L’amiante a aujourd’hui déserté les pages des journaux. La bataille pour son interdiction nous semble de l’histoire ancienne et, pourtant, il continue de peser sur la santé de milliers d’hommes et de femmes, et accessoirement sur les finances publiques. Le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante dédommage, chaque année, les travailleurs malades ou mourants, et leurs ayants droit.

    Entre 2001 et 2016, environ 5 milliards d’euros leur ont été versés, soit une moyenne de quelque 350 millions d’euros par an (450 millions d’euros en 2016). Bien sûr, tout cela est pris en charge par la branche « accidents du travail » de la Sécurité sociale, et de manière marginale par l’Etat, non par les industriels en cause dans ce désastre sanitaire, éthique et aussi économique.

    C’est d’autant plus choquant que nul ne pouvait ignorer, depuis l’étude princeps de Christopher Wagner, publiée en 1960 dans le British Journal of Industrial Medicine, que l’exposition à des niveaux, même très faibles, de fibres d’amiante fait courir un risque significatif de contracter le cancer de la plèvre. Au lieu de mettre la main à leur portefeuille pour trouver des alternatives à l’« or blanc », les industriels de l’amiante ont lutté pour le maintenir sur le marché. Ils ont économisé (un peu), en conséquence de quoi nous payons aujourd’hui collectivement (beaucoup).

    A une précision près, la réflexion de la journaliste n’était donc pas complètement trompeuse. Préserver l’environnement peut en effet coûter un peu « plus cher au portefeuille ». Mais ce n’est pas du nôtre qu’il s’agit.

  • OGM : l’INRA pointe une recherche sous influence

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/12/19/ogm-l-inra-pointe-une-recherche-sous-influence_5050955_3244.html

    Selon une étude menée par l’Institut national de la recherche agronomique, une importante proportion d’articles scientifiques consacrés aux OGM est entachée de conflits d’intérêts.

    Pas moins de 40 % de conflits d’intérêts. Le chiffre, frappant, caractérise tout un corpus d’articles scientifiques portant sur les organismes génétiquement modifiés (OGM). Voilà la première conclusion d’une étude publiée par une équipe de chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) dans la revue scientifique PLOS ONE, le 15 décembre. Seconde conclusion : ces conflits d’intérêts ont une influence patente sur les résultats de ces publications. Quand conflit d’intérêts il y a, « les conclusions ont 49 % de chances d’être plus favorables aux intérêts des industries semencières », écrivent les chercheurs.

    Ce n’est pas l’intégralité de la littérature scientifique sur les OGM qui a été ici analysée, mais un ensemble de 672 articles publiés entre 1991 et 2015 sur une question bien précise. Ils concernaient l’efficacité et la durabilité de l’efficacité de certains OGM qui produisent les protéines d’une bactérie, Bacillus thuringiensis (Bt). Toxiques contre des insectes qui les infestent, les plantes OGM Bt sont principalement utilisées pour les cultures de maïs, de coton et de soja. Comme il est rare que ce type de revues systématiques inclue un aussi grand nombre d’articles, les conclusions en sont d’autant plus significatives.

    Fait notable, c’est la première étude de cette importance portant sur les conflits d’intérêts dans le domaine des OGM. Directeur de recherche à l’institut Sophia Agrobiotech, Thomas Guillemaud travaille sur la chrysomèle des racines du maïs. Ancien membre du Haut Conseil des biotechnologies, Denis Bourguet est quant à lui un spécialiste de la pyrale du maïs au Centre de biologie pour la gestion des populations (CBGP) de Montpellier. Chacun d’eux se heurtait régulièrement à la question du biais dans les publications sur les OGM. « En dépit de l’ampleur extraordinaire des enjeux financiers, politiques et idéologiques liés aux cultures génétiquement modifiées », seules deux études s’étaient penchées sur la question, ont-ils constaté. Mais l’une d’elles posait aussi un problème de conflit d’intérêts. « C’est pour cette raison que nous avons décidé de faire cette analyse », a expliqué Thomas Guillemaud au Monde.

    Cause ou conséquence ?

    Comment les chercheurs de l’INRA ont-ils eu connaissance de ces conflits d’intérêts ? Tout simplement en relevant ceux déclarés dans les articles par les auteurs eux-mêmes. Ainsi, ils ont retenu deux types de relations avec les fabricants d’OGM : soit une affiliation directe (les auteurs étaient des employés des groupes), soit un financement total ou partiel des travaux d’au moins un des auteurs. Il est donc ici principalement question de liens avec Monsanto – en cours de fusion avec l’allemand Bayer –, le suisse Syngenta, et les firmes américaines Dow AgroSciences et DuPont Pioneer – également en train de fusionner. Des groupes qui représentent aujourd’hui 60 % du marché des semences.

    Par conflit d’intérêts, les chercheurs entendent « un ensemble de circonstances qui créent un risque que le jugement professionnel ou les actions concernant un intérêt principal soient indûment influencés par un intérêt secondaire » – ainsi que les définit l’Académie nationale des sciences américaine. En raison de ces « intérêts secondaires », donc, « les résultats étaient à 104 % plus susceptibles d’être favorables pour les articles consacrés à l’efficacité que pour ceux explorant la durabilité ». Cela s’explique par le fait que « les groupes ont plus intérêt à financer des études qui montrent que leurs produits tuent effectivement les insectes », analyse Thomas Guillemaud, tandis que les études de durabilité nécessitent davantage de temps pour une issue plus incertaine.

    Impossible, en revanche, d’établir si les conflits d’intérêts financiers sont la cause ou la conséquence de résultats favorables aux sponsors. En d’autres termes, de déterminer avec certitude si les résultats sont favorables à un industriel parce qu’il a financé l’étude, même seulement en partie. Pour mettre cela en évidence, développe M. Guillemaud, il faudrait disposer de trois éléments : « Le projet avant qu’il ne commence, l’étude avant qu’elle ne soit publiée et l’étude après publication. »

    « Système de soutien financier indirect »

    Quand les chercheurs de l’INRA soulignent les limitations de leur propre travail, ils montrent en fait que leur conclusion ne représente que le sommet de l’iceberg. Car seuls 7 % des articles contenaient une déclaration d’intérêts des auteurs. Quid des autres ? Par ailleurs, certains liens avec les industriels, susceptibles d’avoir un impact notable, sont rarement déclarés et n’ont pas pu être pris en compte. Comme par exemple le fait d’être membre du conseil scientifique d’une firme, consultant ou détenteur de brevets. Difficile d’enquêter sur chacun des 1 500 auteurs du corpus… Tout comme il était irréalisable d’explorer les conflits d’intérêts non financiers, dits intellectuels.

    Cette étude sur les OGM Bt vient renforcer le domaine de recherche consacré à l’influence des sponsors sur les résultats des études scientifiques, un phénomène connu sous le nom de « biais de financement » (funding effect). Produits pharmaceutiques, tabac, sodas, sucre, certains pesticides, nucléaire et maintenant OGM : les études ont quatre à huit fois plus de chances d’atteindre des conclusions favorables au sponsor que celles financées par des fonds de source non industrielle.

    Soucieux de préserver l’intégrité de la recherche, les scientifiques de l’INRA proposent une solution de plus en plus souvent évoquée pour la surveillance des médicaments, des produits chimiques ou des pesticides. Il s’agirait d’« un système de soutien financier indirect de la recherche par l’industrie : les groupes producteurs d’OGM et d’autres parties prenantes (gouvernements, organisations non gouvernementales) feraient une contribution financière à un pot commun géré par une agence indépendante ».

  • Many GMO studies have financial conflicts of interest
    http://phys.org/news/2016-12-gmo-financial-conflicts.html

    Thomas Guillemaud, director of research at France’s National Institute for Agricultural Research (INRA), told AFP that the team originally looked at 672 studies before narrowing down to the pool to 579 that showed clearly whether there was or was not a financial conflict of interest.

    “Of this total, 404 were American studies and 83 were Chinese,” he said.
    To determine whether there was a conflict, researchers examined the way the studies were financed.

    Conflicts of interest were defined as studies in which at least one author declared an affiliation to one of the biotech or seed companies, or received funding or payment from them.

    “The most important point was how we also showed there is a statistical link between the presence of conflicts of interest and a study that comes to a favorable conclusion for GMO crops,” Guillemaud said.

    “When studies had a conflict of interest, this raised the likelihood 49 percent that their conclusions would be favorable to GMO crops.”
    Among the 350 articles without conflicts of interest, 36 percent were favorable to GM crop companies.

    Among the 229 studies with a conflict of interest, 54 percent were favorable to GM companies.

    “We thought we would find conflicts of interest, but we did not think we would find so many,” Guillemaud said.

    #OGM #recherche #conflit_d’intérêt

  • Les #pesticides, un fardeau économique – EurActiv.fr
    http://www.euractiv.fr/section/agriculture-alimentation/news/les-pesticides-un-fardeau-economique

    Voilà qui ne devrait pas plaire aux tenants de l’#agriculture conventionnelle, qui, même quand ils admettent les dégâts causés par les pesticides à la #santé et à l’#environnement, estiment que ces coûts ne dépassent pas les bénéfices. En réalité, ils pourraient largement les surpasser, comme le suggèrent Denis Bourguet et Thomas Guillemaud, respectivement chercheurs Inra à Montpellier et Nice.

    Publiée dans la revue Sustainable Agriculture Reviews, leur étude se penche sur 61 publications de la littérature scientifique. Les chercheurs ont analysé quatre types de coûts, réglementaires (décontamination, surveillance, etc.), sanitaires, environnementaux et d’évitement. Par ces derniers, on désigne par exemple le surcoût lié à l’achat d’aliments bio ou de bouteilles d’eau minérale, ou encore les équipements de protection pour agriculteurs.