person:thomas paine

  • FYI France: Tom Paine!

    Une lecture critique du livre «Révolution Paine» (C&F éditions) par Jack Kessler depuis San Francisco.

    A new book which can remind us all, again, of what France and the US have in-common... at a good time for remembering all this, on both similarly-beleaguered sides of The Pond right now...

    Révolution Paine: Thomas Paine penseur et défenseur des droits humains, by Thomas Paine, Peter Linebaugh (pref.), Nicolas Taffin (dir.),

    (C&F éditions, 35 C rue des Rosiers, 14000 Caen, t. 02.31.23.39.48, fx. 01.40.09.72.67, cfedtions@cfeditions.com; août 2018) ISBN: 978-2-915825-85-5

    Tom Paine was British, it must be remembered — but then so were we all, back then, in revolutionary “America”, citizens of an empire which spanned the globe until very recently, our “shots heard round the world” the first of many which ultimately would bring that empire and others to heel and create new ways of thinking about government for the modern world.

    In all that mælstrom we very much needed ideas, and cheerleaders, for encouraging and inspiring ourselves and our fellow citizens, and Tom Paine was that. Whatever his opponents and most severe critics — and there were many — thought of him, and even friends and fans worried about him, but he was encouraging and inspiring, and for careful and conservative American “colonists” like the wealthy plantation-owner George Washington and the gentleman-printer Benjamin Franklin and the Boston lawyer John Adams, Paine’s encouragement and inspiration were enough, and at times they were very badly needed in fact.

    And the French were there for us, very different but close in spirit to the Americans, and always needed, for their spirit & their money & their guns & for many other resources and reasons — at the very least they were enemies of our enemies and so our friends, on whom we could rely for insight, breadth of vision, even occasionally at their own ruinous expense...

    France entertained Paine the rebellious Brit after the excitements of the British colonies had hosted him for a long while — in both places his own exciting language and the clarity of his vision helped citizens greatly, in the great troubles of their times — so now a glimpse of Tom Paine may help again, both to see our current troubles more clearly too, and to remember what we and the French share in-common in all this. When things change, for the US and France, neither of us is ever alone.

    https://cfeditions.com/paine

    The book is a “reader” — not a compendium, but a comfortable and thoughtful armchair-piece to browse-through and then keep handy, as headline-events of current troubled-times pour in, descending upon us daily.

    First comes a preface — avant-propos — by Nicolas Taffin, outlining why and how the idea for the book occurred to him: 2018 saw the 70th anniversary of the Universal Declaration of Human Rights, he says, and still we face troubles that first were defined for us by events of 1789 — after such a long time the birthday-celebration required a renewal of the effort, he thought, and who better than Tom Paine who first inspired it, in both the US and France, and the “Human Rights” and “Commons” forms in which the ideas were first presented.

    Then comes an elegant introduction to Paine and his works by historian Peter Linebaugh, translated from l’américain...

    It is a useful thing, to know Paine’s history, as he landed somewhat un-announced upon the Americans with his outrageous views and funny accent (?) and stunning phrasings. That he had a tradition, and a context, back home in also-turbulent England, only makes sense — and that early-on England experimented with many of the ideas the colonists were confronting later in their own contests with the Crown, deserves recalling, many of the same conflicts were heard before in early Industrial Revolution England, as workers and owners confronted one another, and governments moved to tax and otherwise control the new techniques.

    Paine and his East Anglia neighbors had rehearsed many of the confrontations he was to witness and comment upon in his sojourns in the American colonies — the issues were similar, new techniques & how to cope with change & the sharing of burdens and benefits & working conditions & and of course taxes... not exactly “taxation without representation”, there at-home in England, but taxation all-the-same...

    Whether Paine was a Che Guevara, as Linebaugh I-hope-playfully suggests, whether the Introduction successfully demonstrates that Americans of that time, “ambitiously risked class warfare on a global scale”, well, other readers will have to read and judge... Linebaugh, described by Wikipedia as a “Marxist historian”, does weave through initial attributions of Paine’s ideas to his having been, “conscious of classes, sensible to differences in power and wealth” — he describes Paine’s concerns for “Agrarian Justice” as involving “class injustice”.

    It matters that Paine’s life in mid-18th c. England greatly preceded the writings of Marx a century later; but also of course there may have been historical connections, workers’ lives a century earlier were very much what the historicist Marx was interested in and wrote about. Linebaugh carefully outlines that Paine, “lived at the time of an industrial revolution, of commercial expansion & urbanization & population increase” — he grants that Paine’s views did not fall cleanly into any contest between “communism and capitalism”, terms which, apparently per Edmund Burke, were, “still cartilaginous, not yet well defined or formed”.

    But Paine had a good sense for “the commons”, he insists, “and of its long presence in English history”, a matter which he says has not been well considered in previous studies of Paine. “A long anti-capitalist tradition in England”, Linebaugh believes he’s found, through Tom Paine, “one which contributes to our understanding about current notions of ‘revolution’ and ‘constitution’ in modern Britain” — for this suggestion alone, Linebaugh’s Introduction makes for some very interesting reading.

    Beyond this Introduction there are excerpts, then, from Paine’s own “Rights of Man” — fascinating, the differences, between one culture’s “emotive” language and another’s — French easily is the equal of English in this regard...

    And finally a fascinating Post-Script by editor Nicolas Taffin: he takes “Tom Paine of Thetford” several significant steps further than the little local American Revolution — several steps further, even, than the nascent Class Warfare of the Levellers and workers’-revolts of East Anglia which maybe-led to the Marxian revolutions of the 19th century — Taffin going-further finds, in Paine, the freeing of the human imagination, from the illusory securities and comforts and oppressions of the previous era’s religion-controlled philosophies, the emergence of the Enlightenment’s idealisms into a modern world of “real” rights and responsibilities and true-freedom, governed by reason alone...

    Paine may have had a glimmer. The American Founders who fought our little revolution here certainly had some glimpse as well... Certainly the young Virginia lawyer who boldly wrote, “We hold these truths to be self-evident” and then chafed as the elders to whom he submitted that draft picked it apart... Jefferson had read much of what the young Paine had read as well — in 1776, when arguably they both were at their most-inspired, Jefferson was age 33, Tom Paine was age 37 — as Wordsworth observed of youth in a slightly-later revolution, “Bliss was it in that Dawn to be alive, but to be young was very heaven”.

    But the true significance of what they all were doing did not emerge until much, much later... as late as the 1820s the two then very elderly American patriots Jefferson and Adams, both preparing for death and fondly reminiscing in their dotage-correspondance, could recall what they had done for the little United States, and for Britain, but only the more daring Jefferson seriously considered what they may have done ‘way back then to, “free the human spirit in general”...

    Taffin gives Paine the greater credit. Well, history has benefit of hindsight... Whether Paine himself, or truly his contemporaries, really understood what he was accomplishing with his amazing writings, back then, seems questionable. There are crackpots writing this sort of thing about The Future today — just as there were in East Anglia long before Paine’s birth there, which later he read, a few of them, in the Old School at Thetford — so qua-dreamer Paine’s contribution may well have been fortuitous, simply a matter of good timing... The poet appears to have felt this about his own contribution to the French Revolution, and others have suggested Paine contributed little there too...

    But ideas have lives of their own, and History has control of this. Taffin doubtless is correct that if we are “free” today — universally — then some part of that is due to the writings of Tom Paine, almost regardless of how exactly that happened and what agencies promoted it and why, Marxist or Liberal or French, English, American, or other... Mao Tse Tung and Ho Chi Minh both are said to have read Tom Paine, I expect Steve Bannon has as well, and Marion (Le Pen) Maréchal (age 29) and Alexandria Ocasio-Cortez (age 29) are reading Paine now...

    So the mystery of origins and influences continues, but so do the ideas. Read Taffin’s fascinating rendition here of Tom Paine’s context and continuing influence, and see what you yourself think... it is what many of us are worrying about in both the US and France, now, & that particular “common-concern” coincidence has made vast historical waves before...

    —oOo—

    And now a Note:

    Tom Paine in epigrams, 1737-1809: & now I understand better why Ben Franklin must have enjoyed his company so much... —

    https://en.m.wikipedia.org/wiki/Thomas_Paine

    “These are the times that try men’s souls. The summer soldier and the sunshine patriot will, in this crisis, shrink from the service of their country; but he that stands by it now, deserves the love and thanks of man and woman. Tyranny, like hell, is not easily conquered; yet we have this consolation with us, that the harder the conflict, the more glorious the triumph. What we obtain too cheap, we esteem too lightly: it is dearness only that gives every thing its value.”

    “I love the man that can smile in trouble, gathers strength from distress, and grows brave by reflection.”

    “If there must be trouble, let it be in my day, that my child may have peace.”

    “To argue with a person who has renounced the use of reason is like administering medicine to the dead.”

    “The world is my country, all mankind are my brethren, and to do good is my religion.”

    “Those who expect to reap the blessings of freedom must, like men, undergo the fatigue of supporting it.”

    “Government, even in its best state, is but a necessary evil; in its worst state, an intolerable one.”

    “’Tis the business of little minds to shrink; but he whose heart is firm, and whose conscience approves his conduct, will pursue his principles unto death.”

    “Reputation is what men and women think of us; character is what God and angels know of us.”

    “Reason obeys itself, and ignorance submits to whatever is dictated to it.”

    “Moderation in temper is a virtue, but moderation in principle is a vice.”

    “Belief in a cruel God makes a cruel man.”

    “The most formidable weapon against errors is reason.”

    — and the following three Tom Paine épigrammes seem of particular relevance to our present Franco & américain mutual Times-of-Troubles —

    “Character is much easier kept than recovered.”

    “A long habit of not thinking a thing wrong gives it a superficial appearance of being right.”

    “We have it in our power to begin the world over again.”

    Jack Kessler
    kessler@well.com
    fyifrance.com

    #Révolution_Paine #C&F_éditions #Peter_Linebaugh #Droits_humains


  • Bonjour,

    Le 10 décembre 1948 était signée la Déclaration Universelle des Droits Humains, au lendemain d’une guerre qui avait fait sombrer l’humanité dans la pire des abjections, industrialisant le racisme et l’antisémitisme, organisant des États entiers autour de la haine de l’autre.

    Un comité, présidé par Eleanor Roosevelt, avait préparé un texte, largement influencé par René Cassin et son secrétaire Stéphane Hessel. La signature du texte allait enclencher une dynamique juridique fondamentale, qui a par la suite été complétée par les deux Pactes (sur les droits civils et politiques, et sur les droits économiques et sociaux), et par la création d’un tribunal pénal international.

    Comme tout document juridique comportant des valeurs fondamentales, la DUDH pose des bases qui évoluent ensuite en fonction des situations. Aujourd’hui, compléter ces documents pour prendre en compte l’existence de l’Internet et la crise climatique semble nécessaire, même si la situation mondiale ne s’y prête guère.

    Les valeurs portées par la DUDH, prenant la suite et élargissant celles de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de la Révolution française gardent une actualité majeure. L’article premier indique « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ». La portée du terme "dignité" mérite d’être pleinement réfléchie dans la situation actuelle, n’est-ce pas ?

    C&F éditions a décidé de fêter "dignement" cet anniversaire en publiant deux livres qui se situent dans le cadre de réflexion des Droits humains [1] :

    – « Révolution Paine : Thomas Paine penseur et défenseur des droits humains » revient sur la genèse et la défense de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.
    https://cfeditions.com/paine

    Tom Paine est un personnage fascinant, comme le rappelle la courte biographie rédigée par Nicolas Taffin pour le livre et la longue présentation de Peter Linebaugh, historien spécialiste des communs. Le livre reprend les deux ouvrages écrits par Paine pour défendre la Révolution française et son texte juridique majeur. Brillant polémiste, Tom Paine, qui fut également député de l’Assemblée nationale, fait le lien entre l’indépendance des États-Unis à laquelle il a largement contribué et la Révolution française qu’il est venu soutenir.
    (Pour mémoire, ce livre s’inscrit dans un des thèmes de l’agrégation d’histoire de cette année et de l’an prochain...)

    – « Cyberstructure : L’internet, un espace politique », par Stéphane Bortzmeyer montre la manière dont les droits humains sont impactés par des décisions en apparence technique et de programmation informatique.
    https://cfeditions.com/cyberstructure

    Après une description rigoureuse, mais accessible, qui fera le bonheur des étudiant·e·s et des personnes intéressées à comprendre les enjeux politiques autant que techniques de l’Internet, Stéphane Bortzmeyer s’étend sur les relations entre l’architecture d’Internet et les Droits humains. Membre du groupe de travail sur l’Internet et les Droits humains de l’IETF (Internet, Engineering Task Force), il développe et rend accessibles les réflexions de ce groupe.

    Les Droits humains forment un socle essentiel à la vie en société, et un outil pour développer une culture de Paix. Avec ces deux livres, nous essayons de garder le lien historique entre la naissance de ce concept et son application à l’architecture de l’Internet.

    Bonne lecture,

    Hervé Le Crosnier

    PS : Pour fêter dignement l’anniversaire de la signature de la DUDH, nous invitons les parisien·ne·s à venir rencontrer Stéphane Bortzmeyer
    Lundi 10 décembre, de 18h à 20h,
    Librairie A Livr’ouvert
    171 bd Voltaire, 75011 Paris.

    [1] Nous avons choisi l’expression "Droits humains" pour traduire le terme officiel de la "Universal Declaration of Human Rights" (et non "Rights of Man", comme fut traduite en anglais la Déclaration de 1789). Cela nous semble mieux prendre en compte tout le genre humain, sans avoir besoin d’une capitale à Homme pour distinguer l’individu "abstrait" représentant tous les humain·e·s. En revanche, nous conservons évidemment l’écriture d’époque pour la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

    #DUDH #C&F_éditions #Shameless_autopromo


  • Publications de C&F éditions au premier semestre 2018 - Courte présentation.
    https://cfeditions.com

    Pour le livre, septembre est un mois charnière. Donc pour nous le temps de faire un bilan de nos publications du début d’année... en attendant les surprises de la fin 2018. Voici donc quelques lignes sur les parutions récentes, par ordre chronologique depuis janvier.

    1 - Neige

    Nous avons commencé l’année par un cadeau : un petit livre numérique sur le domaine public, qui est aussi un catalogue complet de nos publications. Même s’il n’est plus appelé en première page de notre site, ce livre gratuit est toujours disponibles. OK, l’été que nous avons connu n’incite pas à se pencher sur la structure de la neige.
    https://cfeditions.com/voeux2018

    2 - Le livre-échange : vies du livre et pratiques des lecteurs

    Dans cet ouvrage, Mariannig Le Béchec, Dominique Boullier et Maxime Crépel font une sociologie de la lecture en partant d’un objet : le livre lui-même. Que font les lectrices et lecteurs avec cet objet, comment vit-il dans leurs mains, comment circule-t-il ? Un regard différent indispensable pour les professions du livre et de la documentation.
    https://cfeditions.com/livre-echange

    3 - Neurocapitalisme : pouvoirs numériques et multitudes

    Un ouvrage traduit de l’italien (et aujourd’hui également publié en espagnol et en anglais). Giorgio Griziotti retrace le passage de l’ère industrielle à celui du capitalisme cognitif, ou plus spécifiquement du biohypermédia, quand les usages du numériques ont des conséquences sur nos subjectivités, individuelles et en groupes. Un passage de l’ordre des appartenances à celui des traversées, qui change beaucoup de choses dans l’analyse du monde contemporain comme dans les perspectives pour le subvertir.
    https://cfeditions.com/neurocapitalisme

    4 - Le souffle de la révolte 1917-1936 : Quand le jazz est là

    Nicolas Beniès poursuit son exploration de la place du jazz dans l’histoire du XXe siècle en écrivant sur la période de révolte qui va de la Révolution russe au front populaire. Révolte populaire et intellectuelle, révolte dans les moeurs, révolte dans les coeurs sur le rythme trépidant du jazz naissant.
    https://cfeditions.com/souffle_revolte
    (le livre inclut un CD-audio pour découvrir la musique dont il est question dans le texte).

    5 - Révolution Paine : Thomas Paine penseur et défenseur des droits humains

    Reprise des deux textes fondateurs de Thomas Paine sur les droits de l’homme, accompagné d’une préface par Peter Linebaugh, historien spécialiste des communs ; d’une mise en perspective par Nicolas Taffin ; et d’un dossier sur les diverses déclaration des droits humains. Un livre réalisé avec les étudiantes du Master édition de l’Université de Caen
    https://cfeditions.com/paine

    6 - Culture participative Une conversation sur la jeunesse, l’éducation et l’action dans un monde connecté.

    Oui, ce livre date de la fin 2017... mais son actualité ne se dément pas. Par trois spécialistes des pratiques culturelles en ligne, Henry Jenkins, Mizuko Ito et danah boyd.
    https://cfeditions.com/cultureParticipative

    Bonne lecture

    #C&F_éditions #Shameless_auto_promo


  • Révolution Paine : Thomas Paine penseur et défenseur des droits humains

    Le 10 décembre prochain, nous fêterons le 70ème anniversaire de la signature de la Déclaration universelle des droits humains (DUDH). C&F éditions, dont la vocation citoyenne fait partie de son projet initial, ne pouvait laisser passer cela sans offrir à la réflexion des outils pour repenser les droits humains au XXIe siècle.

    Nous aurons donc deux livres autour de cette question. L’un est consacré à l’histoire de ce concept, et c’est celui que je vous présente aujourd’hui, et l’autre qui paraîtra en novembre cherchera à expliciter la relation entre Internet et les droits humains... mais chut, nous y reviendrons.

    Un des grands apports de la Révolution française est celui de la conception des droits de l’homme et du citoyen (mais aussi les droits de la femme et de la citoyenne comme le rappelait Olympe de Gouges, dont nous publions également le texte). Et fait étrange, enseveli sous l’histoire, outre Condorcet, ce fut Thomas Paine, un « étranger », qui en fut le principal protagoniste.

    « Anglais de naissance, français par décret, américain d’adoption », telle pourrait être la courte biographie de Thomas Paine.

    Peu connu en France, Thomas Paine fut pourtant député de la Révolution française et ardent défenseur des droits de l’homme. Après avoir été parmi les organisateurs de l’Indépendance américaine en 1776, il a rejoint Paris pour défendre, par la plume et par le verbe, les valeurs fondamentales de liberté, d’égalité et de fraternité, et leur inscription juridique dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Guidé par sa confiance dans l’humanité, il condamne dans ses ouvrages la corruption et le pouvoir héréditaire. Il y développe l’idée d’une connaissance universelle émancipatrice.

    Le livre « Révolution Paine » propose une ré-édition des deux ouvrages que Thomas Paine consacra aux droits humains, et notamment sa défense et illustration de la Révolution française face aux conservateurs anglais.

    La préface a été rédigée par Peter Linebaugh, grand historien des communs. Nicolas Taffin propose un essai sur le livre et une biographie de Thomas Paine et sa vie rocambolesque.

    Le livre est co-édité avec les Éditions EMEM, des étudiant·e·s du master Edition de l’Université de Caen. Il a été réalisé dans le cadre de leur année d’enseignement, en collaboration avec les divers enseignant·e·s de ce diplôme, pour la traduction de la préface, pour la correction ortho-typographique, pour la codification avec l’outil Metope développé par les Presses de l’Université de Caen, et pour la mise en page sous InDesign. Une manière d’apprendre et d’expérimenter la fabrication complète d’un livre en formation universitaire.

    Il est disponible par commande auprès de votre libraire favori, sur les librairies en ligne et bien évidemment directement sur le site de C&F é&ditions (https://cfeditions.com/paine ).

    Vous trouverez également sur le site un extrait spécimen.

    ISBN : 978-2-915825-85-5
    Titre : Révolution Paine
    Sous-titre : Thomas Paine penseur et défenseur des droits humains
    Auteurs : Thomas Paine ; Peter Linebaugh (pref.) ; Nicolas Taffin (dir.)
    Collection : Domaine public – numéro 5
    Prix TTC : 16 €


  • Avant-propos par Nicolas Taffin à Révolution Paine | Entre les lignes entre les mots
    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2018/09/19/avant-propos-par-nicolas-taffin-a-revolution-paine

    Cette année, nous devrions toutes et tous célébrer le soixante-dixième anniversaire de la Déclaration universelle des droits humains, adoptée le 10 décembre 1948 par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies à Paris. Nous devrions… et pourtant, le cœur ne pourrait être léger à célébrer, quand nous constatons toujours, et partout, des manifestations cruelles d’inégalité et d’oppression ; quand nous voyons notre incapacité à traiter dignement les personnes qui transitent d’un pays à un autre sous la pression de la guerre, de l’économie mondialisée ou des changements climatiques ; quand sont pratiquées des inégalités de traitement ou le harcèlement pour cette moitié de l’humanité que sont les femmes ; quand se manifestent mille autres vexations et privations de ce qui avait pourtant été défini dès 1789, et renforcé ou confirmé en 1948, comme les droits fondamentaux de tout être humain. Toutes ces situations interpellent et révoltent les jeunes citoyennes et citoyens que nous sommes, citoyens pourtant constitués sur ces droits. Jamais la démocratie n’a autant reculé sur le globe que ces dernières années. Afin de mesurer l’écart qui sépare notre présent des intentions initiales, si difficilement constituées en lois, nous avons souhaité remonter le fil des droits humains, jusqu’à une de leurs sources, ou du moins un de leurs plus fervents défenseurs, alors que ces droits faisaient l’objet de violentes attaques dès la Révolution française. Cet auteur est un être surprenant, un écrivain passionnant que notre vocation d’éditeurs ne pouvait laisser dans la pénombre qui l’entoure encore en France, tandis qu’il bénéficie d’une notoriété (certes critique) outre-Manche et d’un rayonnement incontestable outre-Atlantique.

    Thomas Paine, premier citoyen du monde

    #Thomas_Paine #Paine #C&F_éditions


  • La mort de la République, par Chris Hedges Truthdig, Chris Hedges, 21-05-2017 - Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr
    https://www.les-crises.fr/la-mort-de-la-republique-par-chris-hedges

    Dans la Rome antique, l’État profond, dominé par une armée surdimensionnée et une oligarchie corrompue qui rappelle les États-Unis de 2017, décida de faire étrangler le vaniteux et stupide empereur Commode dans son bain en 192. Mais cette décision ne mit pas un terme au chaos grandissant ni au déclin rapide de l’empire romain.

    Commode, comme un certain nombre d’autres empereurs romains tardifs, et comme le président Trump, était incompétent et consumé par sa propre vanité. Il fit faire d’innombrables statues de lui-même en Hercule et trouvait peu d’intérêt à gouverner. Il utilisa son poste de chef de l’État pour devenir la star d’une mise en scène permanente de lui-même. Il lutta victorieusement comme gladiateur dans l’arène dans des combats arrangés. Le pouvoir, pour Commode comme pour Trump, était principalement destiné à répondre à son narcissisme sans fond, à son hédonisme et à son appétit de richesse. Il a vendu des offices publics afin que des équivalents d’époque de Betsy DeVos et Steve Mnuchin pussent orchestrer une vaste kleptocratie.

    Commode fut remplacé par le réformateur Pertinax, le Bernie Sanders de l’époque, qui tenta en vain de freiner le pouvoir des gardes prétoriennes, l’ancienne version du complexe militaro-industriel. Cette tentative vit Pertinax être assassiné par les gardes prétoriennes après seulement trois mois au pouvoir. Les gardes mirent ensuite aux enchères au plus offrant la charge d’empereur. L’empereur suivant, Didius Julianus, dura 66 jours. Il y aurait cinq empereurs durant l’année 193, celle qui suivit l’assassinat de Commode. Trump et notre empire en décomposition ont des précédents historiques sinistres. Si l’État profond remplace Trump, dont l’ineptie et l’imbécillité sont embarrassantes pour l’empire, cette action ne rétablira pas plus notre démocratie que remplacer Commode n’a restauré la démocratie à Rome. Notre république est morte.

    Les sociétés autrefois ouvertes et ayant des traditions démocratiques sont une proie facile pour les ennemis de la démocratie. Ces démagogues respectent les idéaux, les rituels, les pratiques et les formes patriotiques de l’ancien système politique démocratique tout en le démantelant. Lorsque l’empereur romain Auguste, qui se nommait lui-même le « premier des citoyens », neutralisa l’ancienne république, il prit soin d’en maintenir les formes. Lénine et les bolcheviks ont fait de même quand ils ont mis la main sur les soviets autonomes pour les écraser. Même les nazis et les staliniens ont prétendu gouverner des États démocratiques. Thomas Paine a écrit que le gouvernement despotique est un champignon issu d’une société civile corrompue. C’est ce qui est arrivé à ces anciennes démocraties. C’est ce qui nous est arrivé.

    Nos droits constitutionnels – procédure régulière, habeas corpus, respect de la vie privée, procès équitable, liberté de ne pas être exploité, élections justes et dissidence permise – nous ont été retirés par décision judiciaire. Ces droits n’existent plus que par leur nom. La grande déconnexion entre les valeurs présumées de l’État et la réalité rend absurde le discours politique.

    Des sociétés, en cannibalisant le budget fédéral, s’engagent légalement à exploiter et à piller. Il est impossible de voter contre les intérêts de Goldman Sachs ou d’ExxonMobil. Les industries pharmaceutiques et d’assurance peuvent retenir en otage des enfants malades alors que les parents de ceux-ci font faillite en essayant de sauver leurs fils ou leurs filles. Ceux qui sont accablés par le remboursement de prêts étudiants ne peuvent jamais effacer la dette en se déclarant en faillite. Dans de nombreux États, ceux qui tentent de faire connaître les conditions de vie dans les vastes fermes industrielles où des animaux malades sont entreposés pour l’abattage peuvent être accusés d’infraction pénale. Des sociétés pratiquent légalement le boycott fiscal. Des entreprises ont orchestré des accords de libre-échange qui détruisent les petits agriculteurs et les petites entreprises, et désindustrialisent le pays. Les syndicats et les organismes gouvernementaux conçus pour protéger le public de la contamination de l’air, de l’eau et des aliments, ainsi que des créanciers et prêteurs usuriers, ont été désarmés. La Cour suprême, dans une inversion de droits digne de George Orwell, définit la contribution illimitée des entreprises aux campagnes électorales, comme le droit d’interpeller le gouvernement ou comme une forme de liberté de parole. Une grande partie de la presse, qui appartient à de grandes entreprises, sert de chambre d’écho aux élites. Des sociétés privées ou publiques ont été vendues à de grandes entreprises qui font grimper les taux et refusent leurs services aux pauvres. Le système éducatif est lentement privatisé et transformé en une espèce de formation professionnelle.

    Les salaires stagnent ou baissent. Le chômage et le sous-emploi – masqués par des statistiques falsifiées – ont poussé la moitié du pays dans la pauvreté chronique. Les services sociaux sont supprimés au nom de l’austérité. La culture et les arts ont été remplacés par la marchandisation du sexe, des divertissements banals et des images de violence. Les infrastructures, négligées et sous-financées, s’effondrent. Les faillites, les saisies, les arrestations, les pénuries alimentaires et les maladies non traitées qui mènent à une mort prématurée, accablent une sous-classe harcelée. Les désespérés fuient dans une économie souterraine dominée par la drogue, la criminalité et la traite des êtres humains. L’État, plutôt que de s’attaquer à la misère économique, militarise les services de police et les habilite à utiliser la force létale contre des civils non armés. Il remplit les prisons avec 2,3 millions de citoyens, dont seul un petit pourcentage est passé en procès. Un million de prisonniers travaillent pour des entreprises à l’intérieur des prisons, tels des esclaves modernes.

    Les amendements à la Constitution visant à protéger le citoyen de la tyrannie n’ont plus aucun sens. Le Quatrième amendement, par exemple, se lit comme suit : « Le droit des citoyens d’être garantis dans leurs personne, domicile, papiers et effets, contre les perquisitions et saisies non motivées ne sera pas violé, et aucun mandat ne sera délivré, si ce n’est sur présomption sérieuse, corroborée par serment ou affirmation, ni sans qu’il décrive particulièrement le lieu à fouiller et les personnes ou les choses à saisir ». La réalité est que nos appels téléphoniques, courriels, textos et dossiers financiers, judiciaires et médicaux, ainsi que tous les sites Web que nous visitons tout autant que nos voyages physiques, sont suivis, enregistrés et stockés à perpétuité dans les banques informatiques du gouvernement.

    L’État torture, non seulement dans les sites noirs tels que la base aérienne de Bagram en Afghanistan ou à Guantanamo Bay, mais aussi dans les installations supermax ADX [administratif maximum], comme celle de Florence, Colorado, où les détenus souffrent de crises psychologiques suite à des isolements en cellule prolongés. Les prisonniers, bien qu’ils soient citoyens, endurent une surveillance électronique 24 heures sur 24 et l’enfermement 23 heures par jour. Ils subissent une privation sensorielle extrême. Ils endurent des coups. Ils doivent se doucher et aller à la salle de bains sous caméra. Ils ne peuvent écrire qu’une lettre par semaine à un seul parent et ne peuvent pas utiliser plus de trois feuilles de papier. Souvent, ils n’ont aucun accès à l’air frais et prennent leur unique heure quotidienne de loisir dans une énorme cage qui ressemble à un moulin pour hamsters.
    L’État utilise des « mesures administratives spéciales », connues sous le nom de SAM, pour dépouiller les prisonniers de leurs droits judiciaires. Les SAM limitent la communication des prisonniers avec le monde extérieur. Elles mettent fin aux appels, aux lettres et aux visites avec n’importe qui, sauf les avocats, et limitent considérablement le contact avec les membres de la famille. Les prisonniers sous SAM ne sont pas autorisés à voir la plupart des éléments de preuve contre eux en raison d’une disposition légale appelée la Loi sur les Procédures d’Information Classifiée, ou CIPA. La CIPA, qui a commencé sous l’administration Reagan, permet de classifier les éléments de preuve dans un procès et de les cacher à ceux qui sont poursuivis. Vous pouvez être jugé et condamné, comme Joseph K. dans « Le procès » de Franz Kafka, sans jamais voir la preuve utilisée pour vous déclarer coupable. Sous SAM, il est contraire à la loi d’avoir un contact avec un détenu – y compris pour son avocat – en vue de parler de sa condition physique et psychologique.

    Et lorsque les prisonniers sont libérés, ils ont perdu le droit de vote, reçoivent une aide publique et sont accablés d’amendes qui, si elles ne sont pas payées, les renvoient derrière les barreaux. Ils font l’objet d’enquêtes arbitraires et d’arrestations. Ils passent le reste de leur vie marginalisés, membres d’une vaste caste criminelle.

    Le pouvoir exécutif s’est habilité lui-même à assassiner des citoyens américains. Il peut appeler l’armée dans les rues pour apaiser les troubles civils en vertu de l’article 1021 de la Loi sur l’autorisation de la défense nationale, qui a mis fin à l’interdiction pour les militaires d’agir en tant que force de police intérieure. Le pouvoir exécutif peut ordonner aux militaires d’arrêter les citoyens américains considérés comme des terroristes ou associés à des terroristes. C’est ce qu’on appelle l’« interprétation extraordinaire ». Les personnes détenues par l’armée peuvent se voir refuser les droits de procédure et d’habeas corpus et être détenues indéfiniment dans les installations militaires. Les militants et les dissidents, dont les droits étaient jadis protégés par le Premier amendement, peuvent faire l’objet d’une incarcération indéfinie.

    Les déclarations, les croyances et les associations protégées par la Constitution sont criminalisées. L’État s’est donné le pouvoir de détenir et de poursuivre les gens non pour ce qu’ils ont fait, ni même pour ce qu’ils avaient l’intention de faire, mais pour avoir des croyances religieuses ou politiques que l’État juge séditieuses. La première cible a été les musulmans fondamentalistes, mais ils ne seront pas les derniers.

    Les formes extérieures de la participation à la démocratie – le vote, les partis politiques concurrents, le contrôle judiciaire et la législation – ne sont plus que du théâtre sans signification. Celui qui vit sous surveillance constante, qui est susceptible d’être détenu n’importe où à n’importe quel moment, dont les conversations, les messages, les réunions, les tendances et les habitudes sont enregistrés, entreposés et analysés, qui est impuissant face à l’exploitation par les entreprises, peut bien être décrit comme libre : la relation entre l’État et le citoyen surveillé constamment est celle du maître avec l’esclave. Et ces chaînes ne seront pas éliminées si Trump l’est.

    #Etat #USA #Démocratie #Constitution #République #Chris_Hedges #société


  • Les leçons de républicanisme de Thomas Paine (1802‑1807)
    http://ahrf.revues.org/11937

    Thomas Paine était un révolutionnaire internationaliste de la fin du XVIIIeme siècle. Député en France, activiste en Angleterre, il fut surtout un des principaux artisans de la révolution américaine. Un auteur à redécouvrir.

    Les textes de Paine des dernières années s’inscrivent dans ce que les républicains appellent alors la « révolution de 1800 ». En effet, la défaite des Fédéralistes et l’élection de Jefferson inaugurent une nouvelle période de l’histoire des États-Unis. Le projet fédéraliste et hamiltonien de construction d’une puissance sur le modèle anglais est battu, c’est désormais celui d’un développement de l’Amérique vers l’intérieur qui s’impose. Par ailleurs, la « révolution de 1800 » n’est pas un simple changement de parti au pouvoir mais un tournant démocratique. La victoire républicaine affaiblit l’élitisme et encourage une pratique politique élargi

    Comme l’ont montré les historiens, l’une des causes de la défaite des fédéralistes est que leur conception de la High Politics excluant le peuple des débats pour la resserrer parmi l’élite sociale était contradictoire avec l’existence d’une presse à vocation populaire. Il est évident qu’en entrant dans le jeu du débat public large, y compris pour tenter de discréditer les Républicains, les Fédéralistes ouvraient sans le vouloir le champ démocratique. Paine en a conscience et il y voit une des raisons de la perfectibilité du régime républicain qui oblige même ses ennemis à se placer sur le terrain de l’extension de la publicité des principes.

    Dès Common Sense et Rights of Man, Paine avait affirmé qu’une des raisons de la supériorité du régime représentatif et républicain démocratique sur tous les autres était qu’il était le seul à pouvoir s’autoréformer sans révolution, ni troubles par le jeu de l’expression de la souveraineté de tout le peuple. La République n’est pas un régime dans lequel le peuple ne peut pas se tromper ou être trompé, mais il est le seul dans lequel le peuple lui-même peut revenir sur ses erreurs et se perfectionner39. Cette « perfectibilité » des républiques est, selon Paine, la cause principale de l’échec fédéraliste. Mais, pour lui, la Révolution de 1800 n’est pas la fin du processus d’autoréforme. La République doit être refondée en permanence par la vigilance des citoyens et par l’exercice sans entraves de leurs droits. D’où la nécessité de réformer les constitutions d’État qui contenaient encore des limites au suffrage ou des dispositions favorisant les aristocraties « naturelles ». C’est le sens de son engagement auprès des réformateurs de Pennsylvanie au printemps de 1805, ou de ses propositions adressées à ceux du Connecticut l’année précédente et de ceux de l’État de New York en 1806.

    Et des questions d’actualité :

    La question des mécanismes de correction démocratique continue d’occuper Paine jusque dans ses derniers écrits et on le voit encore en 1807, alors que sa santé s’est dégradée, écrire au sénateur Mitchell de New York pour lui soumettre un amendement autorisant la destitution d’un juge de la Cour suprême par le Président sur la réquisition de la majorité des deux chambres afin d’éviter un pouvoir excessif et sans censure populaire du pouvoir judiciaire suprême

    Contre les Fédéralistes qui lui font un crime d’avoir attaqué la figure de Washington dans sa fameuse lettre au président décédé56, il rappelle que ce n’est pas le combattant de la Révolution qu’il a attaqué, mais le président otage de la « faction » et tellement imbu de sa fonction qu’il a fait dériver la pratique exécutive dans un sens « monarchique ». Contre l’espèce de « culte de la personnalité » que les Fédéralistes ont essayé de faire jouer en « récupérant » la figure de Washington à leur profit, Paine rappelle que les généraux, comme les écrivains patriotes, et comme les simples miliciens, ont joué des rôles d’importance égale dans la Révolution qui n’est pas le fruit de l’action des grands hommes et des élites, mais celui de la conjonction de l’esprit républicain et du peuple

    Les birthers ne sont pas seulement d’aujourd’hui

    De même, l’affaire provoquée par le refus d’un certain Ward, fédéraliste à New Rochelle, de permettre à Paine de voter à la fin de 1806 sous le prétexte qu’il était anglais et non-américain, n’est-elle pas pour Paine une question personnelle, mais une question de principe qui met en cause la mémoire révolutionnaire. C’est ce qu’il écrit dans ses dernières lettres à Madison et Clinton en mai 180765. Lui refuser le droit de vote n’était pas seulement une vengeance des Fédéralistes contre un de leurs ennemis, c’était aussi une manière de « déradicaliser » la Révolution et de faire disparaître sa dimension universelle en niant la participation de l’homme qui symbolisait plus que tout autre les trois Révolutions d’Amérique, d’Angleterre et de France.

    #histoire #Etats-Unis #Thomas_Paine


  • Revenu garanti, salaire universel… ou abolition du salariat ? | Analyse de Lutte Ouvrière
    http://mensuel.lutte-ouvriere.org//2016/06/26/revenu-garanti-salaire-universel-ou-abolition-du-salariat_68

    Depuis quelques mois, les débats se multiplient sur deux idées en apparence proches mais en réalité assez éloignées l’une de l’autre : le revenu garanti et le salaire universel. Le premier est défendu aussi bien par des militants de gauche ou écologistes que par des réactionnaires assumés. Le second, en apparence plus proche du marxisme, est issu des travaux du sociologue, membre du PCF, Bernard Friot.

    Si les thèses de Friot peuvent sembler plus séduisantes au premier abord – elles rencontrent d’ailleurs un certain succès dans la jeunesse et les milieux réunis dans les collectifs Nuit debout – elles ne sont, on va le voir, pas plus révolutionnaires que les autres, et sont même empreintes d’une idéologie politique aux antipodes de la nôtre.

    Commençons par nous intéresser à l’idée du «  revenu universel  », sous ses diverses moutures.

    Le référendum qui a eu lieu en Suisse, le 5 juin dernier, a mis sur le devant de la scène la notion de «  revenu garanti  ». Il s’agissait de décider si l’État helvète allait verser à l’ensemble de la population du pays une somme forfaitaire de 2 260 euros par mois pour les adultes et 565 pour les enfants, de la naissance à la mort, que l’on ait un emploi ou pas. Le projet, dénommé en Suisse «  revenu de base inconditionnel  », a été rejeté par une majorité des électeurs suisses, mais il a fait parler de cette idée qui est défendue depuis des années par un certain nombre de courants extrêmement divers. En France, tout récemment aussi, le Sénat vient de créer une mission d’information sur l’intérêt et les formes possibles de mise en place d’un revenu de base en France. Celle-ci a commencé pendant la semaine du 13 juin à auditionner les défenseurs de ce projet  : les membres de nombreuses associations comme le Mouvement français pour un revenu de base ou l’Association pour l’instauration d’un revenu d’existence.

    Il suffirait presque de dire que le Sénat s’intéresse à la question pour comprendre que cette mesure, quel que soit le nom qu’elle porte, n’a rien de révolutionnaire ni même de radical. La mesure est d’ailleurs défendue avec ferveur par la très catho­lique et très réactionnaire Christine Boutin (qui l’appelle «  dividende universel  »), par l’ancien ministre sarkozyste Frédéric Lefebvre, par le libéral Alain Madelin, ainsi que par bon nombre de curés de toutes obédiences et quelques loges maçonniques.

    À gauche, l’idée est également défendue par le Parti de gauche, une partie du PCF, les écologistes, Attac et le Monde diplomatique. Elle est tellement œcuménique que, le 5 juin dernier, le porte-parole d’Europe écologie-Les Verts, Julien Bayou, et Frédéric Lefebvre ont même pu donner une interview commune dans Le Figaro pour défendre le «  revenu universel  » ou «  revenu de base  ».

    L’idée est simple  : supprimer tout ou partie des allocations et aides sociales et les remplacer par une allocation unique versée à tout le monde. Le montant diffère entre les différents courants qui défendent cette idée, certains tablant sur 450 euros par mois, d’autres sur 800 euros. Certains préconisent de supprimer toutes les allocations, jusqu’aux allocations familiales et à l’aide au logement, d’autres, seulement le RSA. Mais, dans tous les cas, on parle bien de verser un «  revenu  » à tous, riches et pauvres, travailleurs en activité et chômeurs, actionnaires et smicards, adultes et enfants.

    L’idée n’est pas neuve  : elle date du 18e siècle, sous la plume de Thomas Paine, qui aurait été le premier à théoriser cette notion en 1795, sous le nom «  d’indemnité de droit naturel  ». Elle a connu une nouvelle jeunesse à partir des années 1970 dans les milieux écologistes, et plus récemment avec la remontée en puissance des courants décroissants.

    En même temps, les économistes les plus libéraux, comme Milton Friedmann ou Friedrich Hayek, ont défendu la même idée dans les années 1960 et 1970, tout comme des économistes keynésiens, apôtres de la relance par la consommation, persuadés que le revenu de base, en donnant du pouvoir d’achat aux couches les plus pauvres de la société, ne pourrait être que bénéfique au marché [...].


  • « Les avantages d’un revenu universel européen »
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/05/02/les-avantages-d-un-revenu-universel-europeen_4911971_3232.html

    Avoir un emploi ne protège plus de la pauvreté. En Europe, les travailleurs pauvres représentent plus de 9 % de la population active. Face à un phénomène qui parait difficile à endiguer avec les moyens actuels de la politique sociale, une idée ancienne, qui était déjà évoquée par les philosophes Thomas More (1478-1535) et Thomas Paine (1737-1809) au XVIe et au XVIIIe siècle, a ressurgi dans le débat public, celle du revenu universel. — Permalink

    #revenudebase


    • (extrait)

      Une somme fixe d’argent, versée à chaque citoyen, salarié ou pas, de manière automatique, pour mieux accompagner les mutations du monde du travail ? Des expérimentations – encore floues – sont annoncées en Finlande ou aux Pays-Bas. L’Aquitaine veut y réfléchir. Le vieux débat sur le revenu de base reprend de plus belle.

      Si les élections législatives d’avril, en Finlande, ont attiré l’attention des médias étrangers, c’est d’abord en raison de leur dénouement : le parti centriste, vainqueur du scrutin, a choisi de s’allier avec l’extrême droite des Vrais Finlandais pour former un exécutif inédit dans l’histoire du pays. Mais ce n’est pas le seul fait à retenir. Lors des semaines précédant la consultation, le parti centriste de Juha Sipilä (devenu, entretemps, premier ministre) s’était aussi prononcé pour une mesure originale : l’expérimentation d’un revenu de base.

      À Helsinki, une majorité de députés semble aujourd’hui prête à défendre cette promesse. Rien ne dit pour autant que le chef du gouvernement la mettra en œuvre, en particulier parce que ses partenaires de coalition n’y paraissent pas tous très favorables. Mais le débat sur les vertus d’un revenu de base, et ses modalités très controversées, a été relancé.

      En Suisse, un référendum est censé avoir lieu sur le sujet, sans doute en 2016, après le dépôt à Berne de 126 000 signatures exigeant la tenue de cette consultation. En Espagne, la promesse figure, parfois, parmi les revendications du mouvement anti-austérité Podemos. Aux Pays-Bas, la ville d’Utrecht va lancer une expérimentation à partir de janvier 2016, sur un groupe d’environ 300 personnes (on parle d’un forfait de 900 euros par mois pour un adulte, 1 300 pour un couple).

      En France, une association, lancée en 2013, le Mouvement français pour le revenu de base (MFRB), qui revendique 600 adhérents, organise ses journées d’été du 21 au 23 août près d’Annecy. Avec d’autres, elle a lancé fin 2014 un journal gratuit, L’Inconditionnel, qui propose de répondre à cette question aguicheuse : « Et vous, que feriez-vous si vous n’aviez plus à gagner votre vie ? » Dans Liber, un revenu de liberté pour tous (L’Onde, 2014), l’ingénieur Marc de Basquiat (membre du MFRB) et l’essayiste étiqueté libéral Gaspard Koenig militent pour un revenu minimum baptisé Liber (450 euros pour un adulte), financé par un impôt sur les revenus et censé se substituer « au maquis des allocations spécifiques » (en l’occurrence, avant tout, le RSA et la prime pour l’emploi).

      Les défenseurs du revenu de base avaient déjà fait parler d’eux en janvier 2014. Ils avaient alors récolté, à travers toute l’Europe, 285 000 signatures de citoyens qui s’étaient déclarés favorables à un « revenu de base inconditionnel ». L’opération n’avait pas suffi à enclencher une dynamique au sein de l’Union. Il aurait fallu beaucoup plus – rassembler un million de noms en l’espace d’un an – pour contraindre la commission de Bruxelles à s’emparer de ce dossier, souvent qualifié de totalement utopique par ses adversaires.

      Ces initiatives désordonnées prouvent que le débat sur le revenu de base (« RDB »), vieille idée surgie à la fin du XVIIIe siècle (avec les travaux du Britannique Thomas Paine), s’intensifie. « Pourquoi cette idée retrouve-t-elle de l’audience aujourd’hui ? Sans doute parce qu’elle répond à une double préoccupation de notre époque, marquée par la persistance du chômage de masse et du sous-emploi et la montée des inégalités », écrit la journaliste Sandra Moatti dans l’éditorial du dernier numéro de L’Économie politique, qui y consacre un dossier très stimulant (juillet 2015, éditions Alternatives Économiques).

      Suite : http://www.mediapart.fr/journal/economie/300715/de-la-finlande-laquitaine-le-revenu-de-base-en-debat

      http://www.anti-k.org/2015/07/30/de-la-finlande-a-laquitaine-le-revenu-de-base-en-debat

    • (extrait - suite et fin)

      De quoi parle-t-on ? Voilà l’idée générale, qui a rarement dépassé le stade de la micro-expérimentation à travers le monde (sauf quelques exceptions comme l’Alaska) : un revenu fixe, versé à n’importe quel citoyen jusqu’à sa mort, sans aucune condition ou contrepartie (« inconditionnel, universel et forfaitaire », disent les économistes). Qu’on soit riche ou pauvre, avec ou sans emploi, seul ou en ménage, tout le monde touche la même somme. Dans la pratique, il existe des dizaines de manières d’imaginer et de financer cette garantie, théorisée par des économistes de droite (Milton Friedman et son « impôt négatif ») comme des penseurs de gauche (André Gorz et son « revenu d’existence »), des néolibéraux comme des anticapitalistes, et défendue, chez les politiques français, tout à la fois par José Bové et Christine Boutin.

      Pour des esprits façonnés par des décennies d’un État redistributif à la française, l’initiative peut troubler. Tout simplement parce qu’elle revient à découpler la question du travail de celle du versement de prestations sociales. C’est ce qu’explique très bien Julien Dourgnon, ancien conseiller de l’ex-ministre Arnaud Montebourg dans L’Économie politique : « Le RDB, par ses caractéristiques (universalité, inconditionnalité, égalité) entend défaire le monopole et l’emprise de l’emploi sur la construction de la protection sociale. Il se fonde sur une logique où le sous-emploi permanent devient une norme acceptable et acceptée au nom d’un principe de réalité et d’un principe de justice. […] C’est pourquoi le RDB n’est pas un revenu d’exception mais un revenu permanent. »

      Une « étude de faisabilité » lancée en Aquitaine

      L’horizon du plein emploi s’est éloigné. Le travail « en miettes » et les emplois de mauvaise qualité se sont généralisés. Il faudrait donc adapter la protection sociale aux mutations de l’emploi à l’âge du capitalisme financier. Certains se risquent même à imaginer le remplacement à grande échelle des travailleurs par des robots. Dans cette optique, le revenu de base permettrait « le passage d’un modèle de précarité subie à un modèle de mobilité choisie », prédit Carlo Vercellone, maître de conférences à Paris-1 et théoricien, avec d’autres, du « capitalisme cognitif ».

      L’avènement du revenu de base permettrait de mieux prendre en compte ce travail non marchand, difficile à quantifier exactement, mais de plus en plus décisif, sur fond d’essor du numérique et de culture des « communs » (lire, en écho, l’entretien avec Michel Bauwens sur Mediapart). Ce revenu aurait aussi l’avantage de régler les problèmes d’« incitation » redoutés par certains économistes (lorsqu’un chômeur, dit-on, rechigne à prendre un emploi mal payé, pour conserver ses indemnités chômage) : le « revenu plancher » resterait fixe, même si les revenus complémentaires, tirés de l’activité, eux, progressent.

      Au fond, les ambitions des uns et des autres, autour d’un même projet, sont très variables. Pour les libéraux, un revenu de base fixé à des niveaux plutôt faibles, permettrait surtout de simplifier les rouages de l’État social, pour le rendre plus efficace – quitte à rendre plus acceptables les inégalités de la société, sans s’y attaquer pour de bon. Pour les défenseurs d’un modèle alternatif à l’hégémonie néolibérale, le RDB doit être une option plus ample, dans le sillage des travaux, par exemple, d’André Gorz (dès Adieux au prolétariat, 1980) : ce serait « l’un des instruments d’une transformation sociale radicale et émancipatrice », à condition de le combiner avec la réduction du temps de travail et l’essor d’« activités autonomes », explique la sociologue Françoise Gollain, toujours dans L’Économie politique.

      L’extrême variété des approches saute aux yeux dès lors que l’on entre dans la pratique. Les pistes de financement de ce revenu de base sont pléthoriques. Ses avocats en répertorient une petite dizaine (lire ici), de la fiscalité (impôt sur le revenu, taxe sur le capital ou les transactions financières, etc.) à la création monétaire (via des monnaies locales ou une réforme des mandats des banques centrales, par exemple, une piste préférée par de nombreux écologistes). La question du montant exact de ce revenu donne lieu à des réflexions très complexes. Et tout le monde n’est pas d’accord, non plus, sur un autre point décisif : ce RDB vient-il compléter l’existant ou remplace-t-il la plupart des prestations sociales ?

      Dans son éditorial, Sandra Moatti cite les mises en garde du sociologue Robert Castel, qui voit dans ce revenu de base l’exemple même de la « mauvaise utopie » : « D’un montant trop faible pour se passer de travailler, il offrirait au capitalisme une “armée de réserve” où puiser à moindre coût des travailleurs déjà partiellement rémunérés par un médiocre revenu de subsistance. » Le RDB comme un outil d’exploitation d’un nouveau genre ?

      « C’est une crainte exagérée, réagit Jean-Éric Hyafil, un économiste membre du MFRB joint par Mediapart. Dans les années 80 et 90, c’était une idée qui était très associée à l’impôt négatif théorisé par l’économiste américain Milton Friedman. Dans cette configuration, il est prévu de supprimer le SMIC. Mais ce n’est pas du tout ce que l’on défend au sein du Mouvement : il n’est pas question de toucher au SMIC, pour mettre en place ce revenu de base. Puisque le SMIC ne disparaîtrait pas, la crainte exprimée par Robert Castel n’est pas fondée. »

      À l’initiative du groupe EELV, le conseil régional d’Aquitaine a donné son feu vert, début juillet (grâce à une très forte abstention), à la réalisation d’une étude de faisabilité d’un « RSA inconditionnel ». Il s’agirait d’une « première étape vers un revenu de base universel ». Le projet, encore vague, reste modeste : les règles de calcul du RSA ne seraient pas modifiées, mais les ayants droit n’auraient plus aucune démarche à effectuer, en particulier pour prouver qu’ils recherchent « activement » un emploi, pour toucher cette aide.

      « La plupart des travailleurs pauvres qui ont droit au RSA ne le demandent pas, notamment parce que c’est stigmatisant de le demander. De ce point de vue, cette mesure aurait un impact important, assure Jean-Éric Hyafil. Mais il y aurait bien sûr, ensuite, un autre chemin à parcourir pour passer d’un RSA inconditionnel à un RSA inconditionnel, universel et individuel. » En clair, un RSA forfaitaire, versé à tous les citoyens.

      C’est, semble-t-il, la stratégie du Mouvement français pour le revenu de base : ne pas plaider pour un big-bang fiscal du jour au lendemain, mais bien plutôt réformer les prestations sociales existantes et les tirer, au terme d’expérimentations locales, vers un revenu de base plus ambitieux. Pour y parvenir, il faudra encore faire taire les très nombreux sceptiques.

      Lire aussi

      « Faut-il défendre le revenu de base ? - dossier » L’Économie politique, numéro 67, juillet 2015, éditions Alternatives Économiques.
      Michel Bauwens : « L’hégémonie du libéralisme a été cassée par le numérique » - Par Jade Lindgaard
      Michel Bauwens : « Vers une économie post-capitaliste » - Par Joseph Confavreux et Jade Lindgaard
      Fusionner le RSA et la prime pour l’emploi, explications - Par Michaël Hajdenberg
      Le RSA jeunes, total non-évènement - Par Mathieu Magnaudeix

      http://democratie-reelle-nimes.over-blog.com/2015/07/de-la-finlande-a-l-aquitaine-le-revenu-de-base-en

    • Présentation du revenu de base dans La Tribune

      « Un revenu de base pour tous et sans condition ? Une idée au service de l’esprit d’entreprise », entretien avec Jean-Marc Ferry
      http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130618trib000771011/-un-revenu-de-base-pour-tous-et-sans-condition-une-idee-au-service-de-l-es

      Le revenu de base (1/3) : les fondements
      http://www.latribune.fr/economie/international/le-revenu-de-base-1-3-les-fondements-497079.html

      Le revenu de base (2/3) : comment l’appliquer ?
      http://www.latribune.fr/economie/france/le-revenu-de-base-2-3-comment-l-appliquer-497078.html

    • J’ai pas pris le temps de tout lire, ni du premier article, ni de la série du second. Mais je pense que pour comprendre les enjeux du revenu de base, notamment du point de vue des idées de gauche, le point crucial est que les milliards de pauvres ne sont pas le fond du problème. Partant de là, il sera plus facile de se focaliser vers une direction.

    • @02myseenthis01 vu comme tu écris, je pense que tu as suffisamment de style (ça doit être pareil à l’oral je suis sûr), pour rendre attrayant à un auditoire fermé, obtus, ou récalcitrant le sujet du RdB.

      Un de mes amis en avait parlé à une jeune ingénieure débutant sa carrière et passant des journées parfois interminables à travailler dans le bureau d’études qui l’employait, finissant régulièrement par des réunions tardives. Parfois elle se pleignait de finir tard son boulot, mais elle semblait avoir pris les traits d’une #workaholic (une #travailholic) ; bref une addicte au labeur.

      Du coup, cet ami avait fini par lui refiler sur une clé usb le documentaire Le revenu de base, une impulsion culturelle , en pensant que ce film serait un intermédiaire et une manière d’aborder le sujet avec elle, de manière plutôt délicate. Et c’est à partir de ce moment précis qu’elle n’a plus désiré le revoir.

      Donc je me dis que pour aborder certains sujets il doit y avoir des stratégies ou des techniques, comme l’humour par exemple. Même un documentaire bien expliqué peut être trop frontal, et repousser, comme le documentaire que j’ai cité ci-dessus.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Bourreau_de_travail
      https://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm-Z0

      #addictions

    • @la_taupe , comment dirais-je ?

      C’est à mon avis une des rares expériences dans notre vie humaine, qui permet une généralisation sans des si et des mais : malgré tous les efforts, sans l’avoir appris dès son enfance on se découvre limité dans un idiome étrangé.

      Ainsi s’explique certainement une tendence à la simplification de la grammaire et du vocabulaire, par laquelle j’arrive néanmoins cahin-caha à manoeuvrer mon navire notoirement trop chargé sur des eaux vastes et périlleux du français, menacé par des brisants grammaticaux et des monstres se levant des abîmes d’orthographe - du même coup et pire encore je me pilote exposé aux sirènes obsédées et vangeresses de la propre langue, qui trompent incessamment le marin errant avec des expressions idéomatiques et d’une syntax intièrement inutilisable.

      Vu ma situation désillusionnante, mais vu aussi, que #Seenthis est une des rares îles bien entretenue et encombrée d’un esprit journalistique expérimenté et généreux, j’éspère que des chastes circonstances d’un naufragé dépourvu se font entendre : tant de fois déjà gîté, qui pourrait s’étonner qu’on préfère de se contenter avec la même brièveté dans le billet introductoire qui m’a leurré irrésistiblement de m’essayer à son ambiguité contextuelle.

      [ #exercice en français écrit]
      (La_taupe, je reviendrai à ton sujet posé si bien caractérisé et circonscrit.)

    • @02myseenthis01 je vais relire ton dernier commetaire à tête reposé, car te lire est pour moi une gymnastique :)

      Par exemple parce que je voudrais être sur de te comprendre sur ce paragraphe :

      C’est à mon avis une des rares expériences dans notre vie humaine, qui permet une généralisation sans des si et des mais : malgré tous les efforts, sans l’avoir appris dès son enfance on se découvre limité dans un idiome étrangé.

      C’est avec plaisir que je te lis (et relis).

    • Surtout avec le paragraphe introductoire, @la_taupe ,je ne suis pas tellement content non plus.

      Est-ce qu’il s’y agit des problèmes avec le pronom du complément direct et avec l’expression « des rares expériences dans notre vie humaine » ?

      a) Le pronom en cause dans « sans l’avoir appris dès son enfance » se réfère à « un idiome étrangé » ; cet emploi pourrait causer quelques irritations, parce que normalement on attendrait d’un antécédant qu’il soit déjà mentionné avant le pronom. En allemand (pour moi : « propre langue » cf. le paragraphe suivant) cette construction serait malgré tout possible, mais demanderait un changement dans la prosodie (l’accentuation dans une phrase ou différent phrases suivantes... cf. les « sirènes » dans le paragraphe suivant).

      b) « des rares expériences dans notre vie humaine » - je voulait éviter « des rares expériences dans notres relations sociales », pour y suivre dès le commencement un style exagérant d’une manière pseudo archaique.

      c) « sans des si et des mais » - je l’ai utilisé pour ironiser et contrecarrer un peu le style choisi.

      Le 1ier paragraphe pourrait alors avoir une solution suivante :

      C’est à mon avis une des rares expériences dans notres relations humaines, qui permettrait une généralisation sans des si et des mais : on se découvre limité dans un idiome qu’on n’a pas appris dès son enfance.

      [ #exercice en français écrit]


  • « Théorie et pratique des droits de l’homme » par Thomas Paine ( 1793 )

    http://enuncombatdouteux.blogspot.fr/2013/04/theorie-et-pratique-des-droits-de.html

    on voit aisément que ce qu’on nomme gouvernement est un véritable mensonge
    ( ... )
    Deux années se sont écoulées au commencement de la guerre d’amérique, & un plus long espace de temps dans quelques-uns des états, avant qu’il y eût une forme établie de gouvernement. La forme ancienne avoit été abolie, & les habitans étaient trop occupés de leur sûreté pour donner leur attention à une forme nouvelle ; & pendant cet intervalle, l’ordre & l’harmonie régnèrent dans les états-unis aussi bien que dans aucune des contrées de l’europe. C’est un besoin naturel à l’homme, & sur-tout lorsqu’il est en société, parce qu’il augmente les moyens de s’habituer à toutes les circonstances. Du moment où le mode du gouvernement est aboli, l’état de société commence ; une association générale le remplace, & l’intérêt commun fait la sécurité générale.