• « C’est vrai que l’on se sent coupable et égoïste de partir, mais tout régresse » : la Tunisie affaiblie par une hémorragie de médecins
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/06/01/c-est-vrai-que-l-on-se-sent-coupable-et-egoiste-de-partir-mais-tout-regresse

    « C’est vrai que l’on se sent coupable et égoïste de partir, mais tout régresse » : la Tunisie affaiblie par une hémorragie de médecins. La dégradation du système de santé publique pousse toujours plus de praticiens à l’exode vers la France et l’Allemagne, ce qui complique la gestion de la pandémie. Le thème doit être abordé lors de la visite de Jean Castex à Tunis les 2 et 3 juin. En pleine pandémie, Narjes Soua, médecin tunisienne, a posé ses valises en Ardèche méridionale pour travailler en tant que stagiaire associée avant d’obtenir le concours d’équivalence. « C’était très rapide, j’ai commencé ma procédure de départ en août 2020. J’ai eu un contrat assez facilement parce qu’il y a une grande demande de soignants en France », explique la jeune femme de 29 ans, qui est arrivée dans l’Hexagone en octobre, après avoir soutenu sa thèse en Tunisie et fini ses années de stage.Ce départ à l’étranger était un projet de longue date. Au début, il s’agissait d’acquérir « une expérience différente ». Aujourd’hui, Narjes Soua l’envisage plus comme une installation sur le long terme. « C’est très difficile pour moi de savoir si je reviendrai travailler dans mon pays un jour. Nous n’avons aucune perspective d’avenir en Tunisie avec les salaires qu’on nous propose, et la qualité de vie n’est plus la même. Je me sens plus libre ici », confie-t-elle. Maamoun Khamassi, médecin En Tunisie, près de 80 % des jeunes inscrits à l’ordre des médecins ont fait une demande de radiation et sont partis à l’étranger en 2020. Entre 700 et 800 praticiens quittent le pays chaque année, et leur nombre ne fait qu’augmenter. Cette fuite des cerveaux vers la France ou l’Allemagne s’est banalisée pour les nouveaux diplômés, en souffrance face aux salaires proposés dans le secteur public, autour de 1 200 dinars, soit 360 euros par mois (pour un revenu minimum tunisien de 120 euros).« Pendant la pandémie, j’ai préféré travailler bénévolement aux services du SAMU plutôt qu’à l’hôpital, tellement je trouvais ça ridicule d’être payé ce prix-là, lorsqu’on enchaîne les gardes et que l’on est exposé au virus », explique Maamoun Khamassi, 34 ans, lui aussi débarqué en Ardèche, il y a deux mois.
    L’arrivée du Covid-19 en Tunisie a accentué l’effet de loupe sur les défaillances du système de santé publique, pointées du doigt par les soignants depuis des années. « La plupart des recrutements sont bloqués à cause de l’endettement de l’Etat et, lorsqu’on recrute, les contrats sont très précaires et ne fournissent même pas une couverture santé en cas de Covid, considéré comme une maladie professionnelle seulement pour les salariés », explique Ridha Dhaoui, président de l’ordre des médecins de Tunisie.
    « Il est arrivé qu’en plein Covid-19 nous ayons des lits de réanimation, mais sans le personnel nécessaire pour s’en occuper. » Ahlem Belhadj, secrétaire générale du Syndicat des médecins. Ce chirurgien appartient à la génération partie en France pendant sa jeunesse pour enrichir son expérience, avant de revenir exercer en Tunisie. Aujourd’hui, cette mobilité est plus compliquée. D’abord parce que de nombreux professionnels ne souhaitent plus rentrer au pays, découragés par les conditions de travail. En décembre, la mort de l’un d’entre eux après une chute dans une cage d’ascenseur, en panne, dans un hôpital régional, avait suscité la colère et incité les jeunes médecins à descendre dans la rue. Signe que leur statut social s’est dégradé, « les violences de certaines familles de patients se sont multipliées dans les urgences, nous n’avions pas cela il y a dix ans », rappelle Ridha Dhaoui.
    Autre préoccupation, l’impossibilité de la bi-appartenance, un médecin inscrit à l’ordre tunisien ne peut pas exercer en France, et inversement lorsqu’il s’inscrit en France. Un problème pour les anesthésistes et les réanimateurs, l’un des plus gros contingents de l’exode. « Je connais certains médecins de cette spécialité qui font des cycles de garde en France sur quelques mois et qui pourraient revenir exercer dans le public en alternance en Tunisie s’ils en avaient la possibilité », ajoute Ridha Dhaoui, qui estime que cette mobilité pourrait pallier les nombreux départs.
    Douloureux dilemme. De son côté, Ahlem Belhadj, pédopsychiatre et secrétaire générale du Syndicat des médecins, plaide pour la négociation d’accords bilatéraux entre les deux pays, « afin de lutter contre l’hémorragie, sans limiter les libertés individuelles de nos jeunes ». Cet exode a de lourdes conséquences en Tunisie. Et la crise sanitaire n’a rien arrangé. « Il est arrivé qu’en plein Covid-19 nous ayons des lits de réanimation, mais sans le personnel nécessaire pour s’en occuper », poursuit Ahlem Belhadj. Si bien que le gouvernement a été contraint en 2021 d’augmenter de 13 % le budget du ministère de la santé et d’annoncer le ­recrutement de près de 300 médecins. Pour Maamoun Khamassi qui s’acclimate progressivement à son travail dans le service des urgences d’un centre hospitalier régional français, le dilemme est toujours présent. « C’est vrai que l’on se sent coupable et égoïste de partir parce que l’on sait que l’on a besoin de nous, mais tout régresse en Tunisie. Un jeune médecin passe son temps à faire le travail de cinq personnes en même temps, c’est un gaspillage d’énergie. »
    La France ne représente pourtant pas toujours la panacée pour les expatriés tunisiens, qui doivent patienter de longues années avant de pouvoir s’inscrire à l’ordre français et espérer un salaire supérieur à 3 000 euros. Le statut des 5 000 médecins diplômés hors de l’Union européenne et travaillant aux services des urgences et de réanimation des établissements publics français, dont les salaires sont souvent inférieurs à ceux de leurs homologues français, avait été dénoncé à plusieurs reprises au cœur de la crise sanitaire. Mais ces contraintes ne découragent pas les plus jeunes. « Je pense rentrer un jour avec un projet, mais c’est tributaire de l’amélioration de la situation en Tunisie. Le départ n’est jamais une décision facile », conclut Sleh Chehaibi, urgentiste installé en France depuis plusieurs années. Son hôpital a recruté huit Tunisiens cette année.

    #Covid-19#migrant#migration#tunisie#france#sante#personnelmedical#circulationthérapeutique#systemesante#circulation#frontiere#diplome#economie

  • Covid-19 : des renforts sporadiques de soignants pour faire face à la troisième vague
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/16/covid-19-des-renforts-sporadiques-de-soignants-pour-faire-face-a-la-troisiem

    Quand elle est venue en mars 2020 en renfort à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, au début de l’épidémie de Covid-19, Eugénie Fadon allait « dans l’inconnu, du lieu, de l’équipe, de la maladie ». Un an après, cette infirmière d’Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) rentre tout juste d’un deuxième séjour dans l’établissement des Hauts-de-Seine. Cette fois, elle se dit marquée par la « souffrance psychologique des soignants. Il y a un gros manque d’effectifs, une fatigue physique et morale du personnel impressionnante, décrit la soignante de 43 ans, qui a du coup décidé de prolonger d’une semaine sa mission dans le service de réanimation. Ils ne voient pas le bout du tunnel. Nous, au Pays basque, on est épargnés… »
    L’hôpital marin d’Hendaye où elle travaille, ne compte, à ce jour, aucun patient atteint du Covid-19. La coopération entre l’établissement basque, qui dépend de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), et la région francilienne s’est nouée à la faveur de la première vague, avec la venue d’une quinzaine d’infirmiers d’Hendaye à Garches. Et à l’automne 2020, ils sont allés prêter main-forte à l’hôpital Bicêtre, au Kremin-Bicêtre (Val-de-Marne). Pour cette troisième vague, une dizaine d’aide-soignants et d’infirmiers ont rejoint l’établissement de Garches et celui de Clamart (Antoine-Béclère), dans les Hauts-de-Seine. La semaine du 19 avril, quatre autres se rendront à Bicêtre. (...)
    Depuis le 1er mars, précise l’AP-HP, 243 soignants (hors intérimaires) sont venus en soutien de ses établissements, dont près d’un tiers d’autres régions. Le dépouillement des uns entraîne le soulagement des autres. En une quinzaine de jours, l’hôpital de Garches a pu augmenter « d’un peu moins d’un tiers ses capacités en réanimation », explique Djillali Annane, chef du service, passant de quinze lits de réanimation lourde, hors soins critiques, à dix-huit lits. Tous ont été occupés en quelques heures.
    Face à une situation où « plus que jamais, les dimanches ressemblent aux lundis et les nuits ressemblent aux jours », l’enjeu, « c’est de pouvoir continuer de disposer au moins du renfort qu’on a actuellement. Idéalement, il faudrait pouvoir ouvrir encore des lits supplémentaires mais il n’y a pas les personnes pour et on ne les aura pas, on voit bien qu’on est au maximum de ce qu’on peut faire », résume Djillali Annane. Selon les jours, son service peut également compter sur l’appui de trois ou quatre étudiantes infirmières anesthésistes, quelques intérimaires ainsi que des infirmières anesthésistes du bloc opératoire dont l’activité a été à nouveau réduite.
    Ces renforts de personnels, le médecin réanimateur les réclamait « pratiquement depuis fin décembre ». Lors de la première vague, la forte disparité entre régions avait permis à de nombreux soignants de territoires peu touchés d’affluer vers ceux sous tension, Ile-de-France et Grand-Est en tête. Depuis, la plus grande homogénéité de l’épidémie rend ce levier plus compliqué à activer.Ces dernières semaines, il a fallu à nouveau se résoudre, d’une part au report des cours des étudiants soignants et, d’autre part, à la déprogrammation des activités opératoires afin de libérer du temps infirmier. Mais aussi des bras parmi les personnels médicaux : cinq médecins anesthésistes de l’hôpital de Garches épaulent ainsi leurs collègues de réanimation sur la permanence de soins, notamment les week-ends. Dans le département voisin de Seine-Saint-Denis, à l’hôpital Avicenne, à Bobigny, le professeur Yves Cohen désespère de voir arriver des médecins pour faire face à l’afflux de patients : « On a demandé des renforts mais pour l’instant on les attend… Et on vient de recevoir un mail pour que nos médecins aillent aider les régions d’outre-mer, c’est un peu absurde », lâche-t-il dans un soupir.Son service de réanimation compte aujourd’hui quarante-deux lits, tous occupés, contre seize en temps normal ; six ont été récemment ouverts en poussant les murs en cardiologie. Même si, depuis dix jours, une dizaine de paramédicaux en provenance d’écoles IADE (infirmiers anesthésistes diplômés d’Etat) et Ibode (infirmiers de blocs opératoires) ont rejoint les effectifs, il faudrait quatre médecins réanimateurs de plus pour ouvrir huit lits supplémentaires.
    « S’il y a des manques en Ile-de-France, qui dispose d’un bassin de population très important et d’une offre de soins énorme, ce n’est pas logique du tout… », pointe François-René Pruvot, président de la commission médicale d’établissement du CHU de Lille.Selon lui, les régions et les départements devraient être autosuffisants. « A l’intérieur d’un département, et c’est d’ailleurs l’autorité des directeurs des agences régionales de santé [ARS], on doit pouvoir redistribuer du personnel qui n’est pas complètement délocalisé de sa géographie », plaide-t-il. Les renforts venus d’autres régions devraient selon lui se cantonner aux situations de crise aiguë, « comme on a connu en première vague, avec une montée épidémique brutale, pour des durées très courtes, à l’image des secours sanitaires dépêchés à l’étranger », poursuit le chirurgien, qui réfute le terme de troisième vague mais parle de « persistance épidémique très haute ».
    Derrière ces problématiques de personnels disponibles, la question centrale qui se pose selon lui est celle des réserves sanitaires opérationnelles : « Tout hôpital devrait-il prévoir une réserve en son sein ? Probablement que les groupements hospitaliers de territoires constitueraient plutôt le bon échelon », avance François-René Pruvot, dont l’établissement n’a pas reçu de renforts venus d’autres départements. (...)Pour affronter la troisième vague, presque 2 500 professionnels, toutes catégories de soins critiques confondues, y étaient réclamés. « Or, pour la semaine du 19 avril, on est sur une base d’environ 500 volontaires pour l’ensemble de la France métropolitaine, indique Catherine Lemorton, responsable de la réserve au sein de l’agence de sécurité sanitaire Santé publique France. Cela ne fait pas sens de saupoudrer un infirmier ou un aide-soignant là-bas, on s’est mis d’accord avec le ministère pour que la réserve se concentre sur toutes les autres régions, pendant que l’ARS essaie de trouver des moyens pour l’Ile-de-France [IDF]. »

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#circulationtherapeutique#personnelmedical#deplacementinterne#systemesante#reservesanitaire

  • Au Gabon, 162 médecins cubains pour « éradiquer les déserts médicaux »
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/04/13/au-gabon-162-medecins-cubains-pour-eradiquer-les-deserts-medicaux_6076573_32

    La délégation compte 53 généralistes, 52 spécialistes, 50 infirmiers spécialisés et 7 ingénieurs radiologues et biomédicaux, dont les salaires seront payés par Libreville.Le Gabon a accueilli 162 médecins cubains venus renforcer l’offre de soins et « éradiquer les déserts médicaux », a annoncé, lundi 12 avril, le ministère de la santé. « Ils seront déployés sur l’ensemble du territoire national, dans tous les centres hospitaliers, pour une période de deux ans renouvelable », a déclaré à l’AFP Lionel Ndong Eyeghe, conseiller en communication du ministre de la santé : « Le but est d’éradiquer les déserts médicaux. ».
    La délégation, arrivée dimanche, compte 53 médecins généralistes, 52 spécialistes, 50 infirmiers spécialisés et 7 ingénieurs radiologues et biomédicaux, dont les salaires seront payés par l’Etat gabonais. « Nous avons dans certaines régions des déserts médicaux. […] Avec ces médecins cubains, nous allons renforcer les CHU [centres hospitaliers universitaires] en médecins spécialistes et les départements reculés », a déclaré le ministre de la santé, Guy Patrick Obiang Ndong, à leur arrivée.
    Cette annonce intervient alors que le Gabon fait face à une forte hausse des cas de contamination de Covid-19, qui met le système hospitalier sous tension. Depuis le début de la pandémie, ce pays d’un peu moins de 2 millions d’habitants a annoncé officiellement 20 600 cas, dont 127 décès.
    En juin 2017, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, et son homologue cubain, Raul Castro, avaient signé un accord de coopération. Fierté nationale du régime castriste, les missions médicales cubaines à l’étranger sont aussi devenues l’une des principales sources de revenus du gouvernement de l’île caribéenne, grâce à l’envoi de milliers de soignants dans des dizaines de pays.

    #Covid-19#migrant#migration#cuba#gabon#sante#personnelmedical#medecin#circulationtherapeutique#economie#systemesante

  • The ‘Dr. Fauci’ of the Texas Border Is Counting the Dead - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/02/01/us/coronavirus-laredo-texas.html

    Challenges also exist across the border in the Mexican city of Nuevo Laredo, where Dr. Cigarroa also occasionally makes house calls. He said cartel members there had begun controlling the trade in oxygen tanks. Some Nuevo Laredo families, Dr. Cigarroa said, plead with doctors to list pneumonia instead of Covid-19 as the cause of death so they can skirt regulations that prohibit family members from being present at Covid-19 burials, a phenomenon he said is contributing to an undercount of the pandemic’s toll along the border. Sergio Mora, the host of the Laredo political podcast “Frontera Radio,” said the crisis hit home recently when in the space of a few days he lost two people close to him — a longtime employee at his family’s towing company across the border, in Nuevo Laredo, and his grandmother.
    “Dr. Cigarroa is a respected voice who is out there ringing the alarm bells,” Mr. Mora said. “People just need to listen.”Agitating against the virus’s spread comes somewhat naturally to Dr. Cigarroa, a fourth-generation Mexican-American whose family forged one of Texas’ most remarkable medical dynasties.Both Dr. Cigarroa’s father and uncle were influential doctors who led the effort to bring Texas A&M International University to Laredo. Born into a family of 10 children, one of Dr. Cigarroa’s siblings is a nurse and three are doctors, including his brother, Francisco, a transplant surgeon and former chancellor of the University of Texas System. Dr. Cigarroa’s son, also a doctor, now practices in the same cardiology clinic he does. When Laredo’s hospitals began struggling with the influx of coronavirus patients, Dr. Cigarroa, a graduate of Princeton University and Harvard Medical School, took the unconventional step of converting his practice into a makeshift Covid-19 clinic.Each evening after Dr. Cigarroa signs death certificates, patients stream into the clinic where they are evaluated, treated and sometimes promptly hospitalized in an adjacent part of the medical complex.Many are uninsured, but Dr. Cigarroa treats them anyway. He said his aim was not to make a profit but to stay afloat financially while paying the salaries of his employees.The daily grind takes its own toll. In July, Dr. Cigarroa himself came down with Covid-19. At first he thought it would be a case of relatively mild “corona light” and opted to rest at home for a few days.But then he awoke short of breath, in a panic. Wary of using any of Laredo’s last remaining doses of remdesivir, the antiviral drug used for treatment of Covid-19, he opted to be taken to University Hospital in San Antonio, where his brother is a doctor.“I went down like a dog baying at the moon,” Dr. Cigarroa said. “I was a bit callous before that. I came back a much better physician".

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#mexique#sante#personnelmedical#famille#frontiere#systemesante

  • ‘It’s Starting Again’: Why Filipino Nurses Dread the Second Wave - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/01/15/nyregion/filipino-nurses-coronavirus.html

    Belinda Ellis had been a nurse for 40 years, and she thought she’d seen it all. She had worked in hospitals in the Philippines, where she was born and got her degree. She was a nurse in Saudi Arabia and then at a military hospital on the border of Iraq when Saddam Hussein came into power.
    But when the first wave of the pandemic battered New York City last spring, she still wasn’t prepared. Nor could she have foreseen the immense toll the coronavirus would take on her Filipino colleagues. As devastating as Covid-19 was in those early months, a number of studies now reveal just how hard the virus hit Filipino health care workers. Of all the nurses who died from the virus nationwide, one study found, close to a third of them were Filipino. According to an analsis by ProPublica, in the New York City area alone, at least 30 Filipino health care workers had died from the virus by June.Many of them fell sick, including Erwin Lambrento, a tenacious night shift nurse from the outskirts of Manila who died of the virus in early May. Pictures of him still hang throughout Elmhurst Hospital Center, where Ms. Ellis works.
    According to a survey published in September by National Nurses United, the largest nurses’ union in the United States, 67 Filipino nurses have died of Covid-19. That figure, which was pulled from public obituaries, is around a third of the total registered nurses who have died nationwide, though Filipinos make up only 4 percent of those nurses overall.“It’s really heartbreaking,” said Zenei Cortez, president of National Nurses United and a nurse from the Philippines herself. Ms. Cortez fears that the true toll is worse. “The numbers we are producing are all underreported, I’m sure of that.”Now another wave of the virus has arrived. The infection rate in New York City has risen in recent weeks, and hospitalizations are at alarming levels; more than 450 New Yorkers have died of Covid since the beginning of 2021. And many Filipino nurses fear their hospitals could again be crushed under caseloads that recall the harrowing months of March and April.Filipino nurses have a long history of working in New York City hospitals, dating at least to the immigration reforms in the 1960s, which broadened the categories of foreign workers who could apply for a United States visa.In the Philippines, nursing schools have taught an American curriculum since as early as 1907, granting degrees to English-speaking nurses who could slot easily into American hospitals. They quickly became invaluable in the 1980s as a solution to staffing shortages exacerbated by the AIDS epidemic. It was in 1986 that Ms. Ellis was recruited by Bellevue Hospital in Manhattan, where she was quickly deployed to the bedsides of patients with H.I.V.
    San Francisco and New York were especially welcoming to migrant nurses, according to Leo-Felix Jurado, a professor of nursing at William Paterson University in New Jersey who wrote his dissertation on the importation of Filipino nurses into American hospitals.Mr. Jurado, who is now 55, was recruited in 1988 by JFK Medical Center in Edison, N.J. He recalls that visiting the employment fairs held in Manila hotels felt like an afternoon of barhopping. Recruiters jostled to make hires, sweetening work visas to the United States with signing bonuses and promises of free housing, Mr. Jurado said.

    #Covid-19#migrant#migration#philippines#etatsunis#sante#personnelmedical#infirmiere#mortalite#travailleurmigrant#minorite#inegalite

  • Covid-19 : au Liban, dix jours de confinement intégral dans un pays aux abois
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/13/covid-19-au-liban-catastrophe-sanitaire-dans-un-pays-aux-abois_6066041_3210.

    Pendant dix jours, les Libanais ne pourront donc pas sortir de chez eux, que ce soit pour aller travailler, faire des courses, faire de l’exercice physique ou promener leur animal domestique. Le ravitaillement des foyers dont les réserves s’avéreraient insuffisantes se fera par livraison à domicile. Le flux de voyageurs à l’aéroport sera réduit à 20 % de ce qu’il était avant l’apparition du virus. Certaines professions seulement, considérées comme essentielles, comme les boulangers, les pharmaciens et les travailleurs des secteurs médical et alimentaire, pourront continuer à circuler. Pour les Libanais, dont le niveau de vie s’est effondré, c’est un nouveau coup de massue.« La tragédie à laquelle nous assistons dans les hôpitaux nécessite des mesures drastiques », a déclaré le président Michel Aoun. De fait, le système de santé est au bord de la rupture. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le taux d’occupation des lits en unité de soins intensifs est de 95 %, et celui des lits standards de 85 %.
    Un hôpital complètement saturé a récemment contraint la Croix-Rouge, chargée du transport des personnes contaminées, à abandonner un malade dans la rue, devant la porte de l’établissement. Les soignants d’un autre établissement, également confronté à un manque de places, ont commencé à soigner des patients dans leur voiture. L’épidémie avait été maintenue sous contrôle jusqu’à l’été 2020, grâce à un premier confinement très respecté. A la veille de la tragique explosion dans le port de Beyrouth, le 4 août 2020, les autorités recensaient moins de deux cents cas par jour. Le pays passait pour un modèle dans la gestion de la maladie. Mais, sous la pression de la population, étranglée par les difficultés, le gouvernement a lâché la bride. Le deuxième confinement, à l’automne, trop court et mal respecté, n’a presque pas eu de répercussions.
    La levée de la quasi-totalité des restrictions pendant les fêtes de Noël et du Nouvel An a précipité la catastrophe. Le nombre de contaminations quotidiennes est passé d’une moyenne de 1 500 à 4 500 en quelques jours et, mardi 12 janvier, le pays a enregistré trente-deux décès. « On s’attend à un gros afflux de malades dans les hôpitaux, confie Firas Abiad, le directeur de l’hôpital public Rafic-Hariri de Beyrouth, à la pointe dans la lutte contre le SARS-CoV-2. Pourrons-nous accroître nos capacités pour y faire face ? Le manque de ressources humaines constitue un premier obstacle. Tous les établissements ont perdu un nombre non négligeable d’infirmiers et de médecins, qui ont migré vers l’étranger, en quête de stabilité, ou sont tombés malades.Les hôpitaux privés, qui représentent 80 % de ce secteur, rechignent aussi à augmenter le nombre de lits réservés aux patients atteints du Covid-19, tant que l’Etat ne s’acquitte pas de sa dette à leur égard. Et on voit mal comment, dans un pays en quasi-banqueroute, les tiers payants publics pourront rapidement régler ces arriérés, qui se chiffrent en milliards de livres libanaises.

    #Covid-19#migrant#migration#liban#personnelmedical#emigration#sante#medecin#infirmier

  • Le vaccin russe Spoutnik-V arrive en Europe, et il entrera par la Hongrie
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/17/covid-19-la-hongrie-s-apprete-a-importer-des-doses-de-vaccin-russe-spoutnik-

    Alors que le pays a été largement épargné par la première vague de Covid-19 au printemps, grâce aux mesures de confinement prises très tôt, la situation hongroise est désormais bien plus inquiétante face à la deuxième vague. Selon les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), le pays se positionnait en troisième position continentale, lundi 16 novembre, au vu de son taux de mortalité pour 100 000 habitants, derrière la République tchèque et la Belgique. Et si le taux de contamination est plus faible qu’ailleurs, c’est surtout parce qu’il est très difficile de se faire tester en Hongrie. Alors que les pays voisins ont pris des mesures dès octobre, « chez nous, la deuxième vague est arrivée en septembre, mais le gouvernement n’a pris aucune mesure au départ », dénonce ainsi Zoltan Szabad, président de l’Union médicale hongroise, principal syndicat de médecins du pays.
    En septembre et en octobre, M. Orban a maintenu l’ouverture au public des matchs de football alors même qu’ils se jouaient à huis clos dans la plupart de l’Europe. Et il avait ensuite expliqué qu’il était hors de question de stopper l’économie, comme en mars et avril. Mais la situation est vite devenue inquiétante dans plusieurs hôpitaux, notamment à Györ, dans l’ouest du pays. « Le Covid est partout et Orban ne fait rien », s’inquiétait même une conseillère du premier ministre, début novembre. « Nous avons reçu des informations inquiétantes de plusieurs hôpitaux, mais, en Hongrie, un médecin n’a pas le droit de parler à la presse », rappelle M. Szabad. Filmer les hôpitaux est même interdit depuis que plusieurs scandales ont montré l’état déplorable de certains établissements.
    Le gouvernement hongrois a libéré des lits et acheté des milliers de respirateurs, mais le véritable problème est le manque de personnel, comme dans beaucoup de pays de la région. Les hôpitaux ont subi une hémorragie des professionnels de santé, partis mieux gagner leur vie en Europe de l’Ouest. « Le nombre de médecins et d’infirmières est limité », a ainsi convenu M. Orban, le 13 novembre. De larges augmentations de salaires, réclamées depuis des années, ont été subitement accordées. Avant que M. Orban se résolve à ordonner un reconfinement, entré en vigueur le 11 novembre. « Nous l’attendions avec impatience », indique M. Szabad.

    #Covid-19#migrant#migration#hongrie#systemesante#sante#personnelmedical#travailleurmigrant#ue#crise

  • « La France pourrait aller chercher au Sahel le personnel médical dont elle a besoin »
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/13/la-france-pourrait-aller-chercher-au-sahel-le-personnel-medical-dont-elle-a-

    En ces temps de Covid-19, l’hôpital est sous tension. On se focalise beaucoup sur les budgets trop serrés et on oublie trop souvent que le personnel aussi fait défaut pour pouvoir augmenter le nombre de lits. Et pas de manière seulement conjoncturelle, même si son manque est plus criant aujourd’hui qu’hier. Avant l’épidémie déjà, il manquait plus de 1 000 infirmières et aides-soignantes en Ile-de-France. Chaque année, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP) ferme des lits pour cette raison.
    Et pourtant, des infirmiers et infirmières formées pourraient les suppléer si on regardait vers le sud. Vers des pays d’Afrique subsaharienne, comme le Burkina Faso – que Res Publica, l’association que j’ai fondée il y a vingt ans, connaît très bien –, où plusieurs milliers de diplômés d’Etat attendent un emploi. Ils et elles ont réussi leur examen, à l’issue d’une formation suffisamment solide pour être capables d’ausculter, de faire un diagnostic et même d’établir l’ordonnance de patients qui ne verront jamais de médecin dans ce pays où ils font cruellement défaut. Ces jeunes professionnels attendent que l’Etat les recrute car, faute de couverture sociale, il n’existe évidemment pas de secteur libéral.Alors si d’un côté on manque de professionnels formés et si de l’autre ils sont trop nombreux pour avoir un travail, pourquoi ne pas accueillir ces renforts dans nos hôpitaux, après une formation complémentaire qui pourrait être mise en œuvre dans les nombreux dispensaires burkinabés ? Pourquoi ne pas accepter l’idée que nos infirmières sont au Sud ? D’ailleurs, ce questionnement pourrait être plus large, le confinement ayant montré que la main-d’œuvre ne manque pas seulement au sein du système médical. Au printemps, alors que 4 millions de personnes étaient au chômage et près de 8 millions au chômage technique en France, les agriculteurs n’ont pas trouvé suffisamment de monde pour ramasser toutes les fraises. Et plus récemment, début octobre, il a fallu organiser un pont aérien entre la Corse et le Maroc pour que la clémentine de Corse puisse être récoltée.
    On peut le regretter, mais c’est une réalité. Avec l’ouverture du marché du travail européen, la France, l’Allemagne et l’Italie ont pu compter sur la main-d’œuvre polonaise ou roumaine. Mais pour les mêmes raisons démographiques que dans le reste de l’Europe, cette main-d’œuvre n’est pas intarissable. Depuis une dizaine d’années, les entreprises technologiques de l’Union européenne (UE) se disputent les ingénieurs et informaticiens. L’Allemagne s’en sort pour l’heure en attirant les jeunes des pays méditerranéens : Portugal, Espagne, Italie, Grèce… Mais c’est plus au sud qu’est le véritable vivier.........

    #Covid-19#migration#migrant#afrique#france#europe#sahel#migrationchoisie#sante#personnelmedical#migrationqualifie#economie#demographie

  • Covid-19 : les transferts de patients français vers l’Allemagne ont repris
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/11/07/covid-19-les-transferts-de-patients-vers-l-allemagne-ont-repris_6058933_3244

    Cela n’était pas arrivé depuis le printemps. Quatre patients atteints du Covid-19 ont été transférés en Allemagne, jeudi 7 et vendredi 8 novembre, depuis les hôpitaux français où ils étaient pris en charge. Ces transferts concernent des malades de trois établissements situés dans le département de la Moselle. Si ceux-ci « ne sont pas à l’heure actuelle saturés », l’objectif « est d’anticiper tout risque de saturation des services de soins critiques », a indiqué le centre hospitaliser régional de Metz-Thionville, chargé de coordonner l’opération, dans un communiqué publié vendredi.
    « En soins critiques », les quatre patients ont été accueillis dans des hôpitaux de Sarrebruck et Völklingen, dans le Land de Sarre, frontalier avec la France, à quelques dizaines de kilomètres de là où ils étaient soignés jusqu’à présent. Au total, la Sarre s’est dite prête à prendre en charge huit patients hospitalisés en France. Au printemps, elle en avait accueilli 28.
    Si la Sarre ne prévoit pas, cette fois, de soigner autant de malades venus de France, c’est parce que ses hôpitaux sont eux-mêmes plus encombrés qu’au printemps. Vendredi, 60 malades du Covid-19 se trouvaient en soins intensifs ou en réanimation dans les hôpitaux de cette région de l’ouest de l’Allemagne, soit sept de plus que le maximum atteint lors de la première vague de l’épidémie, début avril. A l’époque, un peu plus de 200 lits de soins intensifs étaient disponibles dans l’ensemble de la Sarre. Aujourd’hui, ils ne sont qu’environ 170.
    Avec 32,5 % de places disponibles samedi, selon le registre de l’Association allemande de soins intensifs et de médecine d’urgence (DIVI), la Sarre n’est cependant pas la région du pays où la situation est la plus tendue. Actuellement, les trois Länder les plus surchargés sont Berlin, la Hesse (région de Francfort) et la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Cologne, Düsseldorf, Dortmund), où le taux d’occupation des lits de soins intensifs et de réanimation est d’environ 80 %.
    Sur les 28 678 lits de soins intensifs et de réanimation que compte l’Allemagne, 21 597 étaient occupés, samedi, dont 2 768 par des patients atteints du Covid-19, d’après la DIVI. Au même moment, il y avait en France 4 321 malades du Covid-19 en réanimation, selon Santé publique France, pour un nombre total de lits de réanimation d’environ 5 800. Comme au printemps, la différence reste criante entre la France et l’Allemagne s’agissant des capacités d’accueil de leurs hôpitaux. Mais ces chiffres sont en partie trompeurs. Sur les quelque 7 000 lits actuellement inoccupés, en Allemagne, dans les unités de soins intensifs, tous ne sont pas prêts, en effet, à accueillir des malades. « Il nous revient de plus en plus souvent que des lits qui nous ont été déclarés vides ne sont pas utilisables, en réalité, faute de personnel disponible », reconnaissait Christian Karagiannidis, porte-parole de la DIVI, dimanche 1er novembre, dans le quotidien Die Welt. Selon les estimations de la Société hospitalière allemande (DKG), 4 700 postes de soignants manquent actuellement dans les services de soins intensifs du pays. Le problème n’est pas nouveau. Depuis une quinzaine d’années, les hôpitaux allemands font massivement appel à de la main-d’œuvre étrangère, notamment d’Europe du Sud et de l’Est. Pour recruter des infirmiers ou des soignants moins qualifiés, l’Agence allemande pour l’emploi cherche également depuis quelque temps à attirer des Tunisiens, des Philippins et des Mexicains. Le ministre de la santé, Jens Spahn, s’est lui-même rendu à Mexico dans ce but, en 2019

    #Covid-19#migrant#migration#france#allemagne#sante#patient#personnelmedical#migrationtherapeutique#travailleurmigrant

  • En Espagne, le manque de médecins complique la lutte contre le Covid-19
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/28/en-espagne-le-manque-de-medecins-complique-la-lutte-contre-le-covid-19_60539

    Alors que Madrid est redevenu l’épicentre de la pandémie de Covid-19 en Europe − avec 25 % des capacités hospitalières de la capitale occupées par des malades et 40 % des soins intensifs de la région −, les soignants font tragiquement défaut en Espagne. Partout devant les portes des centres de santé, là où les médecins de famille et infirmiers reçoivent leurs patients, de longues files d’attente débordent sur les trottoirs. A l’intérieur, où, pour respecter le protocole, l’accès aux salles d’attente est limité à deux ou trois patients à la fois, le téléphone ne cesse de sonner. Pour obtenir un rendez-vous, il faut parfois insister pendant trois jours. Les malades non atteints par le Covid-19, dont le cas n’est pas considéré comme urgent, sont priés d’attendre des jours voire des semaines avant d’être pris en charge. Ils le sont la plupart du temps par téléphone, tout comme les patients atteints par le Covid-19, qui sont testés ici et suivis ensuite à distance. Epuisés et démoralisés, en sous-effectif et en colère, les médecins de famille de la région de Madrid ont finalement obtenu, dimanche 27 septembre, d’être déchargés des « activités non cliniques en lien avec le Covid-19 », telles que la communication des résultats des tests et le traçage des malades et de leur famille. Ils avaient menacé d’entamer une grève indéfinie lundi… En revanche, ils réclament toujours 750 nouveaux médecins de famille et 250 pédiatres de manière urgente dans la capitale, de façon à renforcer les effectifs, minés par des années de coupes budgétaires durant la dernière crise, et à remplacer tous ceux qui se trouvent en arrêt maladie de longue durée. Ils sont environ 350, selon les syndicats, les uns convalescents du Covid-19 − qui a frappé plus de 20 % de la profession −, les autres effondrés psychologiquement. Depuis des jours, cependant, la réponse de la présidente de la région, Isabel Diaz Ayuso (Parti populaire, droite), sonne comme un aveu d’impuissance : « L’Espagne manque de médecins et d’infirmiers, nous ne pouvons pas le nier », a-t-elle encore déclaré lundi 21 septembre. Pour faire face à cette pénurie, la région a demandé au ministère de la santé, jeudi 24 septembre, l’autorisation d’embaucher exceptionnellement trois cents médecins non européens bien que leur diplôme n’ait pas encore été homologué. L’Andalousie a fait de même le lendemain.
    Mais, pour les professionnels, une telle réponse ne fait qu’entériner un système défaillant qui écarte tous les ans des milliers de professionnels précarisés vers le chômage, vers d’autres régions d’Espagne ou d’autres pays d’Europe, qui offrent de meilleures conditions de travail et souvent des salaires plus élevés. Sur Twitter, les témoignages de soignants se sont multipliés sous le hashtag #porquénohaysanitarios (« pourquoi il n’y a pas de soignants ») : les contrats de vingt-quatre heures enchaînés pendant trois ans, les internes payés 700 euros par mois, les intérims qui durent quinze ans, avec licenciement avant chaque période de vacances…

    #Covid-19#migrant#migration#espagne#sante#personnelmedical#medecin#immigration#émigration#migrationqualifiée#diplome

  • HCR - Le HCR se félicite de l’engagement du Canada à accorder la résidence permanente aux demandeurs d’asile travaillant en première ligne contre le Covid-19
    https://www.unhcr.org/fr/news/press/2020/8/5f3a2810a/hcr-felicite-lengagement-canada-accorder-residence-permanente-demandeurs.html

    Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, se félicite de l’annonce du Canada d’ouvrir une nouvelle voie vers la résidence permanente pour les demandeurs d’asile qui travaillent dans le secteur des soins de santé et qui œuvrent en première ligne dans le cadre des efforts canadiens de prévention et de lutte contre le Covid-19.« C’est un acte de solidarité exemplaire en hommage aux efforts et au dévouement de certains des membres les plus marginalisés et les plus vulnérables de la société. C’est un rappel des contributions exceptionnelles que les réfugiés et les demandeurs d’asile apportent en retour aux communautés qui les accueillent », a déclaré Rema Jamous Imseis, la représentante du HCR au Canada. Le HCR comprend que la décision bénéficiera aux demandeurs d’asile à travers le pays qui remplissent les conditions d’éligibilité et qui jouent un rôle crucial dans les institutions de santé durant la pandémie.
    « Nous avons constaté, à travers le monde, que des réfugiés, des demandeurs d’asile et des déplacés internes ont des compétences et des ressources qui peuvent compléter les efforts de lutte et de prévention », a indiqué Rema Jamous Imseis. « Ils risquent leur propre vie pour aider et soigner les autres dans la lutte contre le Covid-19. De la Colombie au Bangladesh, de l’Ouganda au Canada, des histoires incroyables ont vu le jour alors que des gens se rassemblent pour lutter contre une maladie qui ne connaît pas de frontières. »

    #Covid-19#migrant#migration#canada#demandeurdasile#sante#personnelmedical

  • First coronavirus cases reported in Syria’s Al-Hol camp | Syria News | Al Jazeera
    https://www.aljazeera.com/news/2020/08/coronavirus-cases-reported-syria-al-hol-camp-200806162159182.html

    Three health workers in a displaced people’s camp in northeastern Syria have contracted the novel coronavirus, the UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) said on Wednesday. They were the first reported infections in the Al-Hol camp, a vast tent city that is home to tens of thousands of people, including the relatives of ISIL fighters. It is run by the autonomous Kurdish administration that controls most of northeastern Syria and has reported 54 cases of COVID-19 in areas under its control.
    “On August 3, three health workers reportedly tested positive for COVID-19 at the Al-Hol IDP [internally displaced people’s] camp,” said OCHA in a press release. “The contact tracing process is ongoing. As a precautionary measure, only critical staff, with personal protective equipment, are allowed to operate inside the camp,” it added.A health official at the camp said the three infected staff work with the Kurdish Red Crescent in Al-Hol.

    #Covid-19#migrant#migration#syrie#camp#contamination#personnedéplacée#sante#personnelmedical

  • HCR - Médecin et réfugiée afghane, elle aide par téléphone les réfugiés confinés à se protéger du Covid-19
    https://www.unhcr.org/fr/news/stories/2020/7/5f16b81ea/medecin-refugiee-afghane-aide-telephone-refugies-confines-proteger-covid.html

    Fezzeh, une réfugiée afghane de 38 ans, a récemment été nommée à la tête du programme public de sensibilisation sur le coronavirus de la Province d’Ispahan, dans le centre de la République islamique d’Iran. Outre ses fonctions habituelles de médecin-chef du centre de santé Razi à Khomeini-Shahr, un quartier d’Ispahan, elle offre désormais des consultations téléphoniques à des patients iraniens et afghans infectés par le virus ou à risque. Voilà des mois qu’elle reste travailler avec son équipe de cinq médecins bien au-delà des heures réglementaires pour appeler chaque soir au téléphone quelque 200 familles.« Le coronavirus m’a laissée avec un sentiment d’impuissance, comme la plupart des autres médecins du monde », dit-elle. « Ces appels téléphoniques sont devenus pour moi un précieux moyen de venir en aide aux personnes bloquées à domicile qui ont pourtant besoin de conseils et de services médicaux. »Pendant ces appels, Fezzeh et les médecins de son équipe discutent avec des patients qui présentent des symptômes apparentés à ceux du Covid et assurent le suivi des personnes testées positives mais qui ne sont pas suffisamment malades pour justifier une hospitalisation. Avant de clore leur journée de travail, les médecins de l’équipe dispensent aussi à d’autres familles des conseils et de santé et d’hygiène pour limiter la transmission du virus. « En Iran, les gens en ont par-dessus la tête du coronavirus et, malheureusement, ils ne sont pas assez nombreux à maintenir les précautions sanitaires et la distanciation sociale. Toutefois, ceux que nous appelons, et particulièrement la communauté afghane, suivent tous nos conseils parce qu’ils viennent du Dr Hosseini », dit Ameneh, une sage-femme iranienne de 30 ans qui fait partie de l’équipe de Fezzeh.

    #Covid-19#migrant#migration #iran#afghanistan#sante#refugie#sensibilisation#personnelmedical

  • A Madagascar, l’explosion des cas de Covid-19 met en cause la stratégie du gouvernement
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/07/14/a-madagascar-l-explosion-des-cas-de-covid-19-met-en-cause-la-strategie-du-go

    Si Antananarivo est devenue en quelques semaines le nouveau foyer de développement de l’épidémie, le virus se propage aussi ailleurs. C’est notamment le cas dans la région Diana, dans le nord du pays, dont le territoire a été totalement fermé par le CCO local pour éviter de nouvelles contaminations. Christophe Bouchard, ambassadeur de France à Madagascar, a indiqué lundi que des médecins en provenance de France devraient bientôt arriver pour prêter main-forte au personnel de santé de la Grande Ile.

    #Covid-19#migrant#migration#madagascar#france#sante#aideinternational#personnelmedical

  • L’OIM s’engage avec la diaspora mauritanienne pour répondre aux défis sanitaires de la COVID-19
    http://www.cridem.org/C_Info.php?article=737061

    La faible capacité du système sanitaire est l’un des principaux obstacles à une réponse efficace à la COVID-19 en Mauritanie. Afin de soutenir les structures de santé du pays, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), en collaboration avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ont lancé le 19 mars dernier l’initiative « Appui à la migration circulaire et temporaire de la diaspora mauritanienne » financée par l’Union européenne (UE). A travers cette initiative, l’OIM et l’OMS, identifieront les médecins et le personnel de santé mauritaniens membres de la diaspora qui résident dans les pays de l’Union européenne pour les intégrer à la réponse COVID-19. En coordination avec le Ministère de la santé et l’OMS, les membres de la diaspora travailleront au sein des structures de santé du pays afin de combler le déficit en personnels de santé testés positifs à la COVID-19. Deux médecins, un pneumologue et un spécialiste en hépato-gastroentérologie, en provenance de la France, ont déjà rejoint (17/06) Nouakchott grâce à cette initiative afin d’apporter leur expertise aux médecins et infirmiers locaux.

    #Covid-19#migrant#migration#mauritanie#sante#diaspora#personnelmedical#ssystemesante#UE