• #Lesbos, #Grèce ; les réfugiés se battent pour une portion de nourriture à #Moria

    Texte de Vicky Skoumbi, reçu via la mailing-list Migreurop, le 26.04.2020 :

    Des Images de honte à Moria

    La politique gouvernementale a conduit des milliers de réfugiés bloqués à Moria aux limites de la #survie.

    La suspension début mars des #allocations aux réfugiés (voir ci-dessous), le #confinement avec les restrictions de circulation, l’absence d’un nombre suffisant d’employés et de nombreuses pénuries de produits de base, conduisent à des situations qui dépassent l’entendement.

    Dans la vidéo-choc publiée par un travailleur d’une ONG, il est clair que cette façon de traiter les réfugiés, les dégradent délibérément en moins qu’humains, en portant atteinte à leur #dignité de personne.

    Dans les plans respectifs, nous voyons la façon dont le #petit-déjeuner est distribué à des milliers de personnes qui, afin de se procurer une portion pour elles-mêmes et les milliers d’enfants mineurs, sont obligées de se battre corps à corps. Bien entendu dans une telle bousculade, il est hors de question de respecter les mesures de protection contre le coronavirus.

    Selon des informations de Efsyn, la situation est hors de contrôle depuis que le manque grandissant de personnel sur place, a obligé les réfugiés de prendre en charge eux-mêmes la distribution de la nourriture, ce qui donne ces images qui heurtent toute notion d’humanité et portent atteinte à la dignité de milliers de personnes.

    la vidéo est visible à la page relative du quotidien grec Efsyn : https://www.efsyn.gr/ellada/koinonia/240582_eikones-ntropis-sti-moria

    J’ajoute que ces images ne manquent pas de rappeler d’autres semblables où les forces de l’ordre hongroises jetaient de la nourriture aux réfugiés par dessus des barbelés à la gare de Budapest en été 2015, si je ne m’abuse pas.

    Le gouvernement Mitsotakis supprime les allocations aux réfugiés

    Le gouvernement grec de son côté vient de voter par un amendement de la dernière minute, la réduction à un mois du temps pendant lequelq les réfugiés ayant obtenu l’asile auront droit de continuer à résider à des structures contrôlées par l’Etat (au lieu de six mois qui était jusqu’à maintenant le délai accordé au réfugié, après obtention de son titre). Du même coup il supprime complètement les aides en espèces et en vivres dont bénéficiaient pendant ce délai de six mois les réfugiés. Ce qui veut tout simplement dire que les réfugiés seront réduites à un état de grande pauvreté et que leur intégration à la société grecque, déjà pleine d’embûches, sera désormais rendu complètement impossible. Cette mesure n’est pas seulement inhumaine et contraire à toute notion du droit, mais elle met aussi en danger la cohésion de la société, en condamnant les réfugiés à une survie à la marge de celle-ci. La raison évoquée le gouvernement pour justifier cette mesure est que les aides assez maigres accordées jusqu’ici aux réfugiés pour cette période de transition de six mois, rendraient le pays trop attractif ! Le comble est que les allocations accordées aux réfugiés pour faciliter leur intégration, étaient financées, non pas par l’Etat grec, mais par l’UNHCR et par l’UE.

    Source (en grec) https://www.efsyn.gr/ellada/dikaiomata/234176_syrriknonoyn-kai-tin-elahisti-anthropistiki-boitheia-stoys-prosfyges
    #faim #nourriture #hotspots #asile #migrations #réfugiés #déshumanisation

    –-------

    Ajouté à la métaliste coronavirus et faim :
    https://seenthis.net/messages/838565

  • Le monde dans nos tasses

    « Thé ? Café ? Chocolat ? » Cette litanie du matin, formulée dans tous les hôtels du monde, évoque à chacun un rituel quotidien immuable : celui du petit déjeuner. Qui peut en effet imaginer se réveiller sans l’odeur stimulante d’un café, la chaleur enrobante d’un thé ou la douceur réconfortante d’un chocolat chaud ?
    Et pourtant, ces #boissons, pour nous si familières, n’ont rien d’européennes. Ni le caféier, ni le théier, ni le cacaoyer ne poussent dans les contrées tempérées. Alors comment ces produits ont-ils fait irruption dans nos tasses, et ce dès le XVIIIe siècle, au point de devenir nos indispensables complices des premières heures du jour ?
    En retraçant l’étonnante histoire du petit déjeuner, de la découverte des denrées exotiques à leur exploitation, de leur transformation à leur diffusion en Europe et dans le monde, c’est toute la grande histoire de la mondialisation et de la division Nord/Sud que Christian Grataloup vient ici nous conter.
    Ainsi chaque matin, depuis trois siècles, en buvant notre thé, notre café ou notre chocolat, c’est un peu comme si nous buvions le Monde…


    https://www.armand-colin.com/le-monde-dans-nos-tasses-trois-siecles-de-petit-dejeuner-9782200612283
    #livre #petit-déjeuner #mondialisation #globalisation #Grataloup #Christian_Grataloup #géohistoire #géographie_de_la_mondialisation #thé #café #cacao #chocolat #alimentation #RAP2018-2019

    #ressources_pédagogiques

    • Tea if by sea, cha if by land: Why the world only has two words for tea

      With a few minor exceptions, there are really only two ways to say “tea” in the world. One is like the English term—té in Spanish and tee in Afrikaans are two examples. The other is some variation of cha, like chay in Hindi.

      Both versions come from China. How they spread around the world offers a clear picture of how globalization worked before “globalization” was a term anybody used. The words that sound like “cha” spread across land, along the Silk Road. The “tea”-like phrasings spread over water, by Dutch traders bringing the novel leaves back to Europe.

      The term cha (茶) is “Sinitic,” meaning it is common to many varieties of Chinese. It began in China and made its way through central Asia, eventually becoming “chay” (چای) in Persian. That is no doubt due to the trade routes of the Silk Road, along which, according to a recent discovery, tea was traded over 2,000 years ago. This form spread beyond Persia, becoming chay in Urdu, shay in Arabic, and chay in Russian, among others. It even made its way to sub-Saharan Africa, where it became chai in Swahili. The Japanese and Korean terms for tea are also based on the Chinese cha, though those languages likely adopted the word even before its westward spread into Persian.

      But that doesn’t account for “tea.” The Chinese character for tea, 茶, is pronounced differently by different varieties of Chinese, though it is written the same in them all. In today’s Mandarin, it is chá. But in the Min Nan variety of Chinese, spoken in the coastal province of Fujian, the character is pronounced te. The key word here is “coastal.”

      The te form used in coastal-Chinese languages spread to Europe via the Dutch, who became the primary traders of tea between Europe and Asia in the 17th century, as explained in the World Atlas of Language Structures. The main Dutch ports in east Asia were in Fujian and Taiwan, both places where people used the te pronunciation. The Dutch East India Company’s expansive tea importation into Europe gave us the French thé, the German Tee, and the English tea.

      Yet the Dutch were not the first to Asia. That honor belongs to the Portuguese, who are responsible for the island of Taiwan’s colonial European name, Formosa. And the Portuguese traded not through Fujian but Macao, where chá is used. That’s why, on the map above, Portugal is a pink dot in a sea of blue.

      A few languages have their own way of talking about tea. These languages are generally in places where tea grows naturally, which led locals to develop their own way to refer to it. In Burmese, for example, tea leaves are lakphak.

      The map demonstrates two different eras of globalization in action: the millenia-old overland spread of goods and ideas westward from ancient China, and the 400-year-old influence of Asian culture on the seafaring Europeans of the age of exploration. Also, you just learned a new word in nearly every language on the planet.


      https://qz.com/1176962/map-how-the-word-tea-spread-over-land-and-sea-to-conquer-the-world
      #mots #vocabulaire #terminologie #cartographie #visualisation

  • Frühstück am Arbeitsplatz « atlas-alltagssprache

    http://www.atlas-alltagssprache.de/runde-4/f02

    signalé par l’excellent German at Portsmouth @GermanAtPompey

    Das Frühstück am Arbeitsplatz wird nördlich des Mains allgemein als Frühstückspause oder (zweites) Frühstück bezeichnet. Im Süden gibt es dagegen eine klare – in Deutschland auffällig mit den Ländergrenzen übereinstimmende – Verteilung zwischen Vesper (Baden-Württemberg), Brotzeit (Bayern), Jause (Österreich) und Znüni (Schweiz). Wie Znüni („zu neun") erklärt sich Neuner in Tirol als Hinweis auf die Uhrzeit (eine Zwischenmahlzeit am Nachmittag heißt in der Schweiz Zvieri, s. VWB, S. 906). Gegenüber der WDU-Karte (1977, Kt 1-35) hat sich an der Gesamtverteilung kaum etwas geändert, nur Halbmittag (Südtirol) und Gabelfrühstück (Ostrand Österreichs), das im Fragebogen noch vorgegeben war, wurden uns nicht mehr gemeldet. Stark zugenommen haben allerdings im Norden, Osten und Westen die Meldungen für Frühstückspause, und zwar auf Kosten der Bezeichnung (zweites) Frühstück.

    #allemagne #langue #language