• How children lost the right to roam in four generations | Daily Mail Online
    https://www.dailymail.co.uk/news/article-462091/How-children-lost-right-roam-generations.html

    Even if he wanted to play outdoors, none of his friends strays from their home or garden unsupervised.

    The contrast between Edward and George’s childhoods is highlighted in a report which warns that the mental health of 21st-century children is at risk because they are missing out on the exposure to the natural world enjoyed by past generations.

    The report says the change in attitudes is reflected in four generations of the Thomas family in Sheffield.

    The oldest member, George, was allowed to roam for six miles from home unaccompanied when he was eight.

    His home was tiny and crowded and he spent most of his time outside, playing games and making dens.

    Mr Thomas, who went on to become a carpenter, has never lost some of the habits picked up as a child and, aged 88, is still a keen walker.

    His son-in-law, Jack Hattersley, 63, was also given freedom to roam.

    He was aged eight in 1950, and was allowed to walk for about one mile on his own to the local woods. Again, he walked to school and never travelled by car.

    #transports #territoires #mobilité


  • “J’ai peur que…” (Séance d’écriture-flash n°3, CM2)

    Consigne : Je vais taper dans les mains une fois et vous devrez faire silence. Mes instructions seront écrites au tableau et vous n’aurez aucune autre indication. Impossible de me poser des questions, impossible d’en discuter avec vos camarades, le silence doit être complet. Lorsque je frapperai par deux fois dans mes mains, cette contrainte sera levée. Des questions ?
    – Prenez une feuille de classeur et un crayon.
    – Écrivez votre prénom.
    – Écrivez une phrase ou un court texte commençant par « J’ai peur que… ».
    – Je chronomètre 3 minutes à l’horloge et je relève les feuilles.

    Productions des élèves (1er jet, orthographe corrigée par moi)

    – J’ai peur que j’aie une mauvaise note à mon évaluation.
    – J’ai peur qu’un jour je me casse une jambe ou un bras.
    – J’ai peur que j’aie des mauvaises notes à l’école parce que mon père me frappe.
    – J’ai peur des araignées. J’ai peur d’aller au collège. J’ai peur des films d’horreur.
    – J’ai peur que ma mère aille à la piscine avec mon père. J’ai peur que la rentrée scolaire soit demain.
    – J’ai peur que la maîtresse me fasse redoubler et aussi que ma mère me gronde à la manière physique quand je vais redoubler. J’ai aussi peur que la maîtresse ne puisse pas venir à l’école parce quelle est malade.
    – J’ai peur que ma meilleure amie me trahisse et qu’elle oublie les promesses qu’on s’est faites.
    – J’ai peur que ma maison brûle, qu’il y ait une guerre en France, que ma famille meure, qu’il y ait des catastrophes climatiques et que l’état de la Terre empire.
    – J’ai peur que quand je vais à l’école il y ait un homme qui me fixe et qui me kidnappe.
    – J’ai peur que.
    – J’ai peur que je déménage et change d’école et que je ne vois plus mes amies et qu’on ne m’accepte pas dans l’autre école.
    – J’ai peur que tu me tapes quand je fais une bêtise. Pourquoi tu me fais ça ? Ma petite sœur me tape et moi je veux me défendre et je la tape et toi tu me grondes.
    – J’ai peur que ma maison brûle et qu’il y ait un monstre sous mon lit qui m’attrape par le pied et qu’il me mange.
    – J’ai peur qu’on me tape. J’ai peur qu’on me crie dessus. J’ai peur qu’on me punisse. J’ai peur que j’aie un mot sur le cahier.
    – J’ai peur que je me retrouve sans famille parce que ma famille m’apporte de la nourriture, des frères et sœurs, le sommeil et plein d’autres choses encore. Elle me fait découvrir des pays et des villes et m’apporte surtout le bonheur.
    – J’ai peur que quelqu’un prenne mon petit copain, que ma famille et moi on soit dans la rue, que je meure bientôt.
    – J’ai peur que ce soit la fin du monde comme ça : boum, de mourir. Mais j’ai peur de partir au collège, dans la cour des grands il y a des harceleurs.
    – J’ai peur que mon père me frappe et me tire les cheveux.
    – J’ai peur que la souris me voit parce que je vais la donner au mammouth. J’ai trop peur du mammouth, mais pas pour de vrai.

    #école #témoignage #production_d'écrits #CM2 #peurs


  • Requérants. Oui, mais pas chez moi !

    Alors qu’en 2012, la population de cette commune était très inquiète de la création d’un foyer pour requérants, le bilan se révèle aujourd’hui positif.

    http://www.rts.ch/play/tv/infrarouge/video/le-cas-du-centre-de-requerants-de-preverenges-vd?id=6590705

    Transcription d’une partie du débat :

    Dans l’introduction, un défilé d’images prises lors de rencontres avec la population pour annoncer l’ouverture du centre de Chevrilles. Et tout premier extrait choisi par Infrarouge, un participant à la réunion qui dit « 80% des personnes qui arrivent sont des faux réfugiés ».

    Anne-Claude Demierre, conseillère d’Etat, Département santé et affaires sociales, Fribourg : « Je vous rappelle que l’ouverture de ce centre s’inscrit dans le cadre d’une volonté de la population, puisqu’il y a eu une votation populaire, qui a demandé une accélération des procédures. C’était en juin 2013. Elle a été acceptée à Fribourg à 75%. Aujourd’hui, nous mettons en place cette structure, le canton de Fribourg se doit de mettre à disposition de la confédération un centre. C’est vrai que c’est 300 requérants d’asile, mais c’est vrai aussi que c’est à 3 km du village. Donc on est vraiment éloignés du village, tout en étant à proximité d’un arrêt de bus. C’est vraiment les conditions d’accueil des centres de la confédération, puisqu’il y aura 40 collaborateurs, dont 20 accompagnants et 20 personnes chargées de la sécurité. Ce centre sera fermé de 17h à 9h ».

    Alfons Piller, député UDC et conseiller communal de Planfayon (FR) : « Ce fait de dire que c’est bien car la Gouglera est loin c’est exactement ce qui est fautif. Il ne faut pas les placer à l’extérieur, à la périphérie. Il faut les places tout près d’un centre, qu’ils aient la possibilité de s’intégrer. Ils nous disent pendant des années qu’il faut les intégrer, mais il faut donner la possibilité de le faire. Ils sont là-haut du soir au matin, enfermés »

    Demierre : « Il y a une incompréhension. C’est un centre de la confédération. L’objectif c’est que les requérants d’asile restent 140 jours dans ces centres. En principe, soit c’est un centre de procédure, soit c’est un centre de départ. On n’est pas du tout dans le cadre des requérants d’asile qui vont ensuite rester en Suisse. (…) Que le centre soit un peu plus éloigné c’est pas une question d’intégration, en l’occurrence, puisque en 140 jours c’est la procédure qui doit se dérouler. Ensuite les personnes seront affectées soit dans les cantons soit renvoyés. C’est justement l’objectif : pouvoir accélérer les procédures et de ne pas arriver avec des personnes qui restent 3-4 ans en Suisse et qu’ils se voient refuser un droit d’asile et qui doivent repartir »

    Philippe Leuba, conseiller d’Etat, Département de l’économie et du sport, Vaud : « Quand on dit qu’il faut placer ces centres au centre-ville, j’entends bien ce discours. Lorsque vous vous rapprochez d’une ville, la population dit non. Parce qu’au centre-ville c’est trop facile de commettre des délits, même si ces délits sont commis par une petite minorité des requérants d’asile, et il faut se méfier des amalgames ».

    Esther Mamarbachi : « Oui, mais pas chez moi… »
    Etienne Piguet, professeur de géographie de l’Université de Neuchâtel, vice-président de la Commission fédérale pour les questions de migration : « C’est quelque chose qu’on connaît pour beaucoup d’infrastructures : un centre d’incinération, une usine, etc. »

    Extraits de la vidéo montrée durant l’émission (http://www.rts.ch/play/tv/infrarouge/video/le-cas-du-centre-de-requerants-de-preverenges-vd?id=6590705).
    Réaction du public lors de la présentation publique lors de l’annonce de l’ouverture du centre de Préverenges (VD), en 2012 :
    – « Qu’est-ce que concrètement y aura pour tenir ces gens un peu à l’écart de nos enfants ? »
    – Syndic de Préverenges : « Ce lieu n’est pas approprié pour accueillir des requérants d’asile. On ne les met pas sous une école, c’est prendre un risque »
    Les réalisateurs retournent au même endroit deux ans après, en 2014, et toutes les personnes interviewées disent qu’il n’y a aucun problème avec le centre.

    Mamarbacher : « C’est mieux en ville ou en campagne ? »
    Etienne Piguet : « Tout dépend du stade du processus. Là on parle de centres qui concernent soit des personnes qui arrivent (traitement de leur demande, avant une intégration ou un départ), soit des personnes qui vont partir. Le lieu reste relativement isolé. Il n’y a pas de nécessité pour ces personnes d’avoir des contacts avec la population, même si cela peut être une bonne chose s’il y a certains contacts et une certaine implication. Ce qui est important, c’est qu’ensuite, le plus vite possible, les personnes qui vont rester en Suisse puissent s’insérer sur le marché du travail, puissent s’insérer dans un environnement qui n’est pas isolé à des km de toute autre forme de vie. A priori, des centres relativement isolés dans le cadre d’une procédure courte peuvent être tout à fait une bonne solution »

    Roland Mesot, président de l’UDC Fribourg et député au Grand-Conseil : « Normalement, ce nombre de réfugiés qui arrivent en Suisse devrait baisser avec les accords Dublin. Et là j’aimerais poser une question : est-ce que vous arrivez, vous, conseillers d’Etat, à faire de la pression sur la confédération en leur disant : ’Bougez avec Dublin, faites que ça fonctionne car pour l’instant les résultats Dublin sont catastrophiques ».

    Mamarbachi : « L’accord de Dublin, il faut juste le rappeler, ça permet de renvoyer la personne qui a déposé sa 1ère demande d’asile, par exemple en Italie »

    #logement #hébergement #asile #réfugiés #Suisse #migrations #bunker #abri_pc



  • Livre | Migrants & réfugiés. Réponse aux indécis, aux inquiets et aux réticents
    http://asile.ch/2016/05/14/livre-migrants-refugies-reponse-aux-indecis-aux-inquiets-et-aux-reticents

    L’arrivée en grand nombre de réfugiés et de migrants en Europe, après un parcours épuisant, les nombreux morts en Méditerranée, dont celle, très médiatisée, du petit Aylan Kurdi en septembre 2015, ont souvent ému et « bousculé » la population européenne. Toutefois, après les premiers élans de compassion et de solidarité, les inquiétudes et les réticences s’expriment, […]


  • #Réfugiés, #intrusion, #hotspots : le nouveau #lexique des migrations

    Les mots caractérisant les phénomènes migratoires apparaissent ces derniers mois investis de nouvelles significations. Relayés dans l’espace public, ils alimentent les #peurs, fabriquent de l’#exclusion et confortent l’approche sécuritaire privilégiée par les autorités européennes.

    http://www.mediapart.fr/journal/international/100815/refugies-intrusion-hotspots-le-nouveau-lexique-des-migrations?onglet=full

    #migrations #asile #vocabulaire #terminologie #mots #préjugés #stéréotypes


  • #ADN_synthétique, le ministère de la Justice préparerait une instruction à ce sujet pour très bientôt.
    Il s’agit d’un ADN artificiel, garanti unique pour chaque flacon. Sa présence est facile à détecter en utilisant des UV, il faut ensuite l’analyser pour compéter l’identification.

    Traité (une fois) ici par @Val_K en février 2013, http://seenthis.net/messages/111670, lors d’une première bouffée médiatique, il fait doucement son chemin avec trois types d’emplois, cf. ci-dessous gamme de produit pour particuliers et commerçants

    • marquage d’objets. Le fabricant/diffuseur annonce une réduction de 85% des cambriolages pour les matériels ainsi marqués.
    On notera que l’effet est essentiellement obtenu par la dissuasion résultant de l’affichage du marquage.

    Il dissuade efficacement les voleurs à commettre des crimes et il a été prouvé des reductions de 85% des cambriolages. L’effet principal est obtenu par les avertissements extérieurs avec des autocollants sur les fenêtres et les portes ainsi qu’une signalisation sur les objets marqués.

    Avec une variante en gel spécialement conçue pour pister des incidents d’origine « interne » (agissements d’employés). SANS affiches de signalisation, cette fois.

    • le spray se déclenchant lors d’une intrusion dans un local protégé. Là aussi l’effet principal est dissuasif. En cas de déclenchement, le système permet de confirmer l’identification d’un suspect.

    • une troisième utilisation est réservée aux forces de l’ordre et consiste à projeter le liquide sur des personnes que l’on pourra ainsi identifier ultérieurement. Intérêt évident pour les manifestations ou émeutes.
    Bientôt en France ?
    Reportage de France 2 en mai 2013
    http://www.youtube.com/watch?v=4hdPvfCMAwc

    Un exemple d’emploi antivol décrit dans la presse en mars 2013

    Trahi par de l’ADN synthétique
    http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-saint-denis-93/trahi-par-de-l-adn-synthetique-14-03-2013-2639127.php

    Début février, à Noisy-le-Grand, deux facteurs avaient été victimes d’une agression au cours de laquelle les clés qui leur servaient à ouvrir les boîtes aux lettres avaient été dérobées. Depuis, des plis ne cessaient de disparaître. La Poste a décidé de porter plainte. Pour coincer le voleur, les enquêteurs ont déposé à l’intérieur d’un colis cette substance chimique, inodore, incolore et inoffensive ainsi qu’une puce de traçage. Lundi, à 9h45, un nouveau colis était signalé manquant. Grâce au mouchard, les enquêteurs ont suivi pas à pas la trajectoire du paquet. Le voleur a été interpellé à 15h45, à Noisy-le-Grand. Lorsqu’ils ont balayé la lampe à ultraviolets sur le suspect, des traces fluorescentes sont apparues. Celles laissées par l’ADN synthétique. Le voleur a été placé en garde à vue.

    #police #surveillance


  • Pourquoi les Français n’ont rien à craindre de l’immigration

    Un Américain enseignant la philosophie dans une université parisienne s’étonne de trouver en France un discours politique et intellectuel sur les dangers de l’immigration. Il livre son #témoignage en tant qu’"étranger privilégié".

    http://www.courrierinternational.com/article/2014/01/20/pourquoi-les-francais-n-ont-rien-a-craindre-de-l-immigration

    #migration #stéréotypes #France #craintes #peurs


  • Laissez-passer | L’#invasion de l’Europe par #bateaux est un #fantasme_politique

    « Alors que la droite et l’extrême droite alimentent les #peurs d’un débarquement d’#immigrés sur les côtes européennes, Virginie Guiraudon, directrice de recherche au CNRS et au centre d’étude européen de Sciences-po Paris, réfute la possibilité d’un exode massif et analyse la crise de la #politique_migratoire traversée par l’Union européenne. »

    http://www.asile.ch/vivre-ensemble/2013/12/17/laissez-passer-linvasion-de-leurope-par-bateaux-est-un-fantasme-politique

    #migration #fantasmes #mensonges #Méditerranée


  • « L’#invasion de l’Europe par bateaux est un #fantasme politique »

    Alors que la #droite et l’#extrême-droite alimentent les #peurs d’un #débarquement d’#immigrés sur les côtes européennes, Virginie Guiraudon, directrice de recherche au CNRS et au centre d’étude européen de Sciences-po Paris, réfute la possibilité d’un #exode massif et analyse la crise de la #politique_migratoire traversée par l’Union européenne.

    http://www.laissezpasser.info/post/%C2%AB-L%E2%80%99invasion-de-l%E2%80%99Europe-par-bateaux-est-un-fan