• Pour renflouer les #banques et grandes entreprises : utilisons leurs #dividendes

    Ce qu’il faut à la #santé_publique, ce ne sont pas des #philanthropes qui un jour se réveillent en se disant qu’il y a le feu et qu’il serait peut-être bon de prêter main forte pour aider à éteindre l’incendie (mettre quelques usines textiles au service de la fabrication de masques et de blouses, par exemple), mais ce sont des individus et des entreprises qui arrêtent d’attiser le feu, en permanence, tout le temps.

    Bonne nouvelle : les dividendes 2019 promis par les entreprises européennes à leurs actionnaires, 340 milliards dont 60 milliards par les entreprises du CAC 40, n’ont – à quelques exceptions près – pas encore été payées. La saison des Assemblées Générales, qui statuent sur le paiement de ces dividendes, va commencer. Il y a donc beaucoup d’argent dans les caisses des banques et autres multinationales qu’il serait fort utile de ne pas transférer aux actionnaires à un moment où ces entreprises affrontent la crise et sollicitent le soutien généreux de la puissance publique.
    Annuler les dividendes pour limiter les inégalités

    En Allemagne et en Suède, l’idée fait son chemin. La France a aussi prudemment ouvert la porte. Même la BCE suggère que les banques ne paient pas de dividendes cette année ou les reportent au mois d’octobre. Alors forcément, ce n’est qu’un début, et il va falloir appuyer encore un peu : même si plusieurs entreprises ont déjà annoncé qu’elles ne paieraient pas les actionnaires cette année, d’autres (et parmi elles des géants bancaires) n’ont pas du tout l’intention d’abandonner « leurs traditions ».
    Pourtant, annuler les dividendes qu’attendent les actionnaires, c’est imposer à ces multinationales de payer elles-mêmes les coûts de leur réduction d’activité, et ouvrir la possibilité de reprendre le dessus sur ce pouvoir financier qui nous échappe.

    Tout au long de l’année 2019, et bien avant déjà, les personnels des hôpitaux publics et les soignant.e.s en général, en Belgique, en France et ailleurs, ont crié leur détresse et leur manque de moyens sur tous les tons. C’était bien avant le début de la pandémie. Depuis, c’est pire, sauf que les moyens financiers n’arrivent pas. En Belgique, les hôpitaux publics en étaient rendus à la mi-mars à faire des appels aux dons de la population faute de moyens fournis par l’État. Et en France, en ce 27 mars, le CNRS lançait lui aussi un appel aux dons pour financer la recherche sur le COVID-19.

    2019 aura aussi été une année exceptionnelle pour les marchés financiers. Les cours de bourse ont atteint des sommets jamais égalés, et les entreprises cotées ont répondu aux rêves de leurs actionnaires : les dividendes promis ont eux aussi battu des records. Mais avec l’arrivée de la pandémie, l’euphorie a tourné à la crise d’angoisse et les valeurs boursières ont connu quelques chutes. Heureusement pour elles, les États et les banques centrales de par le monde se sont précipités pour rattraper le coup et ont injecté des centaines de milliards dans les marchés. On dirait que ça va beaucoup mieux depuis – ce n’est pas forcément une bonne nouvelle.

    Cette différence de traitement n’a pas fini d’indigner et de sidérer – encore plus quand on pense à celles et ceux qui sont en première ligne et qui ne voient pas les moyens arriver, cette différence dans les réponses apportées et dans les priorités, cette façon de gérer une « crise financière » alors que nous sommes en pleine crise sanitaire.

    Une générosité subventionnée

    Est-ce pour s’éviter un courroux populaire trop violent, pour se racheter une conscience, ou juste par bêtise que certaines banques et multinationales prennent les centaines de milliards des sauvetages d’une main et font grande publicité de leurs soi-disant largesses d’une autre ?

    En France, en pleine crise sanitaire, une multinationale du luxe a ainsi produit des flacons de gel hydroalcoolique et les distribue gratuitement aux hôpitaux, pendant qu’une autre produit des masques et des blouses dans ses usines de confection et en fait don aux hôpitaux français et italiens. A Genève, des banques privées financent un mois de repas au personnel soignant des hôpitaux genevois. En Belgique, une plateforme de vente en ligne livre des masques.

    Si toutes ces initiatives semblent louables, ces entreprises s’achètent en fait un crédit d’image immense à peu de frais. Car que valent ces ‘gestes’ au regard des profits qu’elles génèrent et qui se comptent annuellement en milliards ?

    Des profits allégrement distribués à leurs dirigeants et à leurs actionnaires (en moyenne les entreprises du CAC 40 distribuent près de 2/3 de leurs profits à leurs actionnaires), des profits gonflés par des pratiques d’évasion fiscale de haute voltige dont elles se sont faites les championnes, gonflés par des délocalisations et des conditions de travail désastreuses à l’autre bout du monde, par une publicité qu’on nous assène jusqu’à l’abrutissement, un mépris de l’impact environnemental désastreux de leurs activités – et j’en passe. Alors espérons que personne n’est dupe de leurs soi-disant largesses.
    Mais comment s’y prendre ? Comment imposer à ces multinationales et leur propriétaires multi-millionnaires et multi-milliardaires une contribution qui soit à la hauteur de la situation dans laquelle nous nous trouvons ?

    Un groupe d’intellectuel.le.s a récemment proposé une réponse : la mise en place en France d’un fonds de solidarité auquel pourraient notamment contribuer les plus riches. Ils et elles soulignent l’évidence des urgences :

    « un besoin d’argent immense et immédiat pour parer au plus pressé, limiter la casse, porter secours aux plus démunis, et bien sûr protéger ceux qui sont en première ligne. » Et d’ajouter : « Pensons aux dizaines de millions de migrants parqués dans des camps partout dans le monde, menacés d’une mort silencieuse (…) »

    Ils et elles rappellent aussi l’incroyable niveau des inégalités et combien elles se sont creusées ces dernières années : records de richesses, records de misère. Mais l’intérêt de cette carte blanche s’arrête là. Car pourquoi en appeler à la générosité des plus riches qui pourraient « pour commencer », nourrir un fond de solidarité d’un milliard d’euros ?

    Pourquoi seulement un milliard ? Ce n’est presque rien au regard de l’enjeu et des montagnes d’argent que ces gens dissimulent dans les paradis fiscaux.

    Pourquoi ajouter que donner serait dans leur intérêt, car « contribuer au redressement de notre pays, réduire les situations dramatiques, est un gage pour eux à long terme de conserver, sinon de retrouver leurs richesses. » Pourquoi faire des ronds de jambe à ces gens et vouloir les convaincre qu’ils ont tout à gagner à se montrer généreux et que cela ne changera rien à leur fortune, au contraire ?

    Ce sont justement ces richesses accumulées et concentrées qui créent la misère dans laquelle nous nous enfonçons, et les auteur.e.s de cette tribune sont bien au courant de tout cela. Ces fortunes accumulées grâce à un patrimoine que loyers et autres dividendes ne finissent pas de faire grossir, grâce à un système financier particulièrement efficace pour les servir, grâce aussi à une pratique systématique de l’évasion fiscale (ou de « l’optimisation fiscale » pour les âmes sensibles, mais cela revient au même), ces fortunes cherchent en permanence des débouchés, cherchent de la rentabilité partout où ils le peuvent pour leurs capitaux, quitte à détruire.

    Alors cette philanthropie est peut-être alimentée par des motivations sincères, mais elle n’est ni juste, ni à la hauteur de la situation. Elle est d’ailleurs généralement soutenue par des déductions fiscales qui diminuent les entrées fiscales et donc les budgets publics. Par ailleurs, les choix des philanthropes restent guidés par des désirs individuels qui ne coïncident pas nécessairement avec l’intérêt collectif : comment ces millionnaires et milliardaires, du fait de leurs conditions matérielles d’existence hyper privilégiées, pourraient-ils comprendre et donc résoudre des problèmes sociétaux qui ne les affectent pas ?

    Ce qu’il faut à la santé publique, ce ne sont pas des philanthropes qui un jour se réveillent en se disant qu’il y a le feu et qu’il serait peut-être bon de prêter main forte pour aider à éteindre l’incendie (mettre quelques usines textiles au service de la fabrication de masques et de blouses, par exemple), mais ce sont des individus et des entreprises qui arrêtent d’attiser le feu, en permanence, tout le temps : évasion fiscale alors que les impôts servent à financer les services publics, pression politique pour payer toujours moins de cotisations sociales et ainsi vider les caisses de la sécurité sociale qui servent pourtant à financer la santé publique et les revenus de remplacement, pression pour que les services publics soient privatisés et deviennent des opportunités d’investissement pour eux – et ce ne sont que trois illustrations des pratiques de ces pompiers pyromanes.

    Mais alors quelles seraient les autres voies si l’on ne se suffit pas des miettes de générosité que pourraient nous octroyer ceux qui en ont les moyens ? Leur imposer de payer, c’est bien, mais « ils ne seront pas d’accord » ! Certes, on ne peut attendre d’eux qu’ils « rendent les clés gentiment ». Cela dit, on peut probablement compter sur l’absurdité et l’injustice évidente de la situation actuelle, et sur l’impossibilité de maintenir les choses telles qu’elles sont, pour organiser une pression populaire et politique.

    Annuler les dividendes pour ne pas subventionner les grandes entreprises et banques

    Les dividendes qui seraient payés cette année sont en fait une ponction (significative) sur les profits générés en 2019. Ces dividendes sont normalement transférés aux propriétaires du capital de l’entreprise, les actionnaires. L’idée serait d’annuler purement et simplement cette ponction, et de maintenir ces montants importants dans les entreprises, puisqu’on en a bien besoin : pour payer les salaires pendant les arrêts d’activité, pour payer les cotisations sociales nécessaires au financement de la sécurité sociale et donc de l’appareil de santé, pour annuler les créances qui pèsent sur des individus et des petites entreprises en grandes difficultés du fait de l’arrêt d’activité, et accessoirement pour payer leur impôts.

    Cette idée a été portée par de nombreuses personnes ces derniers jours. En France, des syndicats et associations ont fait avancer la possibilité de refuser l’accès aux plans de sauvetage de l’État (45 milliards d’aides de trésorerie et prise en charge du chômage partiel + 300 milliards de garanties sur les crédits bancaires) aux entreprises qui paieraient des dividendes (60 milliards annoncés par les entreprises du CAC 40).

    Pour l’instant, le gouvernement français reste encore frileux et la prise en charge du chômage partiel n’est pas (encore) conditionnée au non-versement. Le gouvernement en appelle à « la modération des entreprises ».

    A l’échelle européenne, la Banque Centrale Européenne a, dans un communiqué daté du 27 mars, demandé aux banques de ne pas payer de dividendes avant le mois d’octobre. Un simple report donc, et qui plus est pas obligatoire – même le lobby des banques, la Fédération bancaire européenne, a soutenu l’idée.

    Si l’on continue sur l’exemple des banques, on peut dire que l’idée a aussi été portée par une nécessité : les (grandes) banques sont dans une situation d’extrême fragilité, puisqu’elles sont très mal capitalisées et qu’elles se sont très bien défendues contre tout effort de réglementation conséquent après la crise de 2008. Elles « subissent » le double impact des baisses des cours de bourse, et des risques de non-remboursement des crédits en cours pour cause d’arrêts d’activités.

    Les banques sont par ailleurs si centrales dans le fonctionnement de l’économie d’aujourd’hui (basée sur le crédit bancaire) qu’elles se positionnent comme les acteurs centraux d’une possible relance d’après confinement. Les banques centrales et les gouvernements n’ont donc eu de cesse d’additionner les mesures de sauvetage à leur égard : « assouplissement » dans l’urgence d’une série de réglementations, garanties publiques sur les nouveaux crédits bancaires pour s’assurer qu’elles ne laissent pas tomber les entreprises en arrêt ou réduction d’activité, liquidité sans limite offerte par la BCE…
    Une suite de cadeaux publics qui évitent la faillite à ce maillon faible (et néanmoins prédateur) du système.

    Alors ne pas payer de dividendes, c’est juste une mesure de prévention de plus, ce pourquoi elle est soutenue par les institutions de contrôle et les associations du secteur lui-même.

    Malgré tout cela, des géants bancaires européens comme BNP Paribas ou la Société Générale n’envisagent absolument pas d’annuler ni même de reporter le paiement des dividendes à leurs actionnaires (pourquoi espérer mieux quand on fait appel à la « bonne volonté » de ces gens-là, cela dit…). Sachant que le secteur bancaire est au bord de la faillite et qu’il ne survit que grâce aux perfusions permanentes des institutions publiques et des banques centrales, on peut clairement parler d’ingratitude à ce stade.

    Il n’y a pas que les banques. Le confinement fait risquer la faillite à tous les petits commerces (restos, cafés, librairies, papeteries, pépinières, merceries, habillement…) à qui on promet des échelonnements de paiement, des revenus de remplacement et garanties public.

    Par contre, les grandes chaînes de supermarchés comme Carrefour ou Delhaize, ou les Amazon, débarrassés de la concurrence des petits, les géants pharmaceutiques comme Bayer, Sanofi, Roche et les autres, toutes ces multinationales profitent massivement de la crise. Et on va les laisser tranquillement se nourrir sur le travail de leurs employé.e.s souvent trop mal payé.e.s, sur les sauvetages publics, sur la faillite des indépendant.e.s et des PME, sur notre confinement, sur l’appauvrissement de ceux et celles qui étaient déjà en grandes difficultés ?

    Et si on arrêtait de s’excuser de leur demander pardon ? Récupérons ce qui est nécessaire à faire face à la situation et osons enfin un ton offensif. Pour commencer, imposons cette interdiction de paiement des dividendes. La fatigue à laquelle ce modèle économique nous mène est extrême. Fatigue des corps, fatigue des écosystèmes, fatigue du vivant. Ça craque de partout. Ça craquait déjà depuis longtemps, et le virus est arrivé, sur nos épuisements, sur tout ce qui a été abîmé, cassé, détruit. Il serait confortable de se dire que ça y est, ce système destructeur
    touche à sa fin, qu’il va s’écrouler de lui-même tant les injustices
    qu’il dévoile, et qui sont plus criantes encore par temps de pandémie,
    sont insupportables. On ne supportera pas de continuer comme avant.
    Pourtant il nous faudra être déterminé.e.s si nous voulons voir un
    changement advenir, parce que ceux qui œuvrent au maintien du système font tout pour éviter qu’il ne s’écroule. Leur plan de bataille se
    déploie déjà, qui prépare une nouvelle étape dans la crispation des
    pouvoirs : au nom de la lutte contre le virus et au nom de la relance
    économique, des droits sociaux de base sont attaqués, tous azimuts, des droits politiques et des libertés fondamentales aussi. Alors cette
    histoire de dividendes est importante, mais ce n’est qu’un début.

    https://lareleveetlapeste.fr/pour-renflouer-les-banques-et-grandes-entreprises-utilisons-leurs-
    #économie #coronavirus #philanthrocapitalisme

  • Bill Gates Gives to the Rich (Including Himself) | The Nation
    https://www.thenation.com/article/society/bill-gates-foundation-philanthropy

    Une sérieuse critique du système #FBMG entre #business et #charité

    Bill Gates’s outsize charitable giving—​$36 billion to date—has created a blinding halo effect around his philanthropic work, as many of the institutions best placed to scrutinize his foundation are now funded by Gates, including academic think tanks that churn out uncritical reviews of its charitable efforts and news outlets that praise its giving or pass on investigating its influence.

    In the absence of outside scrutiny, this private foundation has had far-reaching effects on public policy, pushing privately run charter schools into states where courts and voters have rejected them, using earmarked funds to direct the World Health Organization to work on the foundation’s global health agenda, and subsidizing Merck’s and Bayer’s entry into developing countries. Gates, who routinely appears on the Forbes list of the world’s most powerful people, has proved that philanthropy can buy political influence.

    #philanthropie #philanthrocapitalisme
    Merci @fil

    • In the last year alone I have sat button-lipped at a dinner table as a racist debate raged around me, I’ve ploughed on in a job interview after being asked a string of racist questions, I have prioritised other people’s fragility and ‘not making a scene’ over my own wellbeing.

      Minorities are all too often encouraged to keep their heads down when dealing with racism, to not make a fuss, to make sure nobody else feels awkward.

      In recent months, black footballers have been discouraged from walking off the pitch when they hear racist abuse and monkey chants from the crowds, and told that they should keep playing no matter what. To make matters worse, when they do take a stand and report it, cases are often dropped due to a ‘lack of evidence’.

      And, as is so often the case, the focus is now on the wrong thing – the couple’s reaction to the racism, rather than the racism itself.

      The fact that the royal family turned out to be an unwelcoming space for its first senior member who happens to be mixed-race, will not be a surprise to minorities living in the UK.

      #racisme #Royaume-Uni

      J’ai donc appris que Meghan Markle était une ancienne actrice US métisse mariée à l’un des fils de Diana et Charles. Elle a 38 ans, soit trois ans de plus que son mari.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Meghan_Markle

    • « Megxit » : réunion de crise de la famille royale autour d’Elizabeth II - Monde - LeTelegramme.fr
      https://www.letelegramme.fr/monde/megxit-reunion-de-crise-de-la-famille-royale-autour-d-elizabeth-ii-12-0

      Après l’annonce du prince Harry et de son épouse Meghan de leur volonté de se mettre en retrait, une réunion de crise de la famille royale britannique aura lieu, ce lundi, autour de la reine Elizabeth II.

      Une concertation au sommet pour tenter de résoudre le casse-tête Harry-Meghan : la reine d’Angleterre Elizabeth II réunit le noyau dur de son clan, ce lundi, après la crise déclenchée par la volonté du couple de se mettre en retrait de ses obligations royales.

      Selon la presse britannique, il s’agira du premier face-à-face du prince Harry, 35 ans, avec sa grand-mère depuis son annonce choc, mercredi, de vouloir gagner son « indépendance financière » avec sa femme Meghan, 38 ans, et de vivre une partie de l’année en Amérique du Nord, sans toutefois totalement tourner le dos à la monarchie.

      Son père, le prince héritier Charles, et son frère, le prince William, avec qui Harry entretient des relations difficiles, seront présents également à cette réunion sans précédent dans la résidence privée de la souveraine à Sandringham, dans l’est de l’Angleterre. Meghan, partie au Canada, pourrait y participer par conférence téléphonique.

      Une ambiance pour le moins tendue
      L’ambiance risque d’être tendue, la famille royale, « blessée » selon la presse, ayant été prise de court par l’annonce explosive du couple, qui a ravivé le souvenir de l’abdication fracassante, en 1936, du roi Edouard VIII pour épouser Wallis Simpson, une Américaine divorcée - comme Meghan.

      Elizabeth II, 93 ans, avait demandé aux membres de la famille de trouver rapidement une « solution » pour son petit-fils, sixième dans l’ordre de sa succession, et son épouse.

      Parmi les sujets à l’ordre du jour, il y aura le montant de la dotation financière que le prince Charles attribue au couple de sa réserve personnelle, qui représente l’essentiel de ses revenus, la question de ses titres royaux, et le périmètre des transactions commerciales que Harry et Meghan seront autorisés à faire, avance le Sunday Times.

      Ce changement de rôle auquel aspirent le duc et la duchesse de Sussex, qui s’étaient épanchés sur leurs difficultés à vivre sous la pression médiatique, « nécessite des discussions complexes et réfléchies », ont indiqué des sources au sein de la maison royale.

      Le prince William s’est dit « attristé »
      Signe de la profondeur de la crise, le prince William, deuxième dans l’ordre de succession, s’est dit « attristé », déplorant s’être éloigné de son frère, dont il était pourtant très proche depuis la mort de leur mère Diana, en 1997. « J’ai passé le bras autour de mon frère toute notre vie et je ne peux plus le faire ; nous sommes des entités séparées », a-t-il confié à un ami, d’après des propos rapportés par le Sunday Times.

      Harry, Meghan et leur fils Archie, âgé de huit mois, ont passé Noël au Canada et l’ex-actrice américaine est retournée, cette semaine, dans ce pays où elle a vécu lorsqu’elle jouait dans la série « Suits ».

      Selon plusieurs médias canadiens, elle serait sur l’île de Vancouver, dans l’extrême sud-ouest, où le couple avait pris des vacances prolongées pour prendre du recul après avoir affiché son malaise face aux critiques appuyées des tabloïds sur les supposés caprices de Meghan Markle et son luxueux train de vie.

      Meghan et Harry n’ont jusqu’ici officiellement renoncé qu’à leur part de l’allocation royale, laquelle ne représenterait que 5 % de leurs revenus. Tout en disant vouloir garder leurs titres royaux, l’usage du cottage qu’ils occupent sur les terres du château de Windsor et la protection policière dont ils bénéficient.

      Le couple a, par ailleurs, fait déposer la marque « Sussex Royal », qui couvre des domaines très divers, de cartes postales à des vêtements, en passant par des services de conseil ou des campagnes caritatives.

      81 % des Britanniques pour aucun soutien financier
      Ce désir de Harry et Meghan de vivre à la fois comme membres de la monarchie et comme particuliers gagnant leur vie est un « mélange toxique », estime David McClure, un auteur spécialiste des finances royales.
      « Comment pouvez-vous être à moitié dedans, à moitié dehors ? Assumer des fonctions publiques la moitié de la semaine et l’autre moitié gagner vos propres revenus avec la télévision, des conférences, des livres ? C’est très risqué », a-t-il indiqué à l’agence de presse Press Association.
      L’opinion publique semble désavouer Harry et Meghan : 81 % des Britanniques estiment qu’ils ne doivent recevoir aucun soutien financier de la famille royale ou des contribuables, et 46 % pensent qu’ils doivent renoncer à leurs titres (contre 34 %), selon un sondage YouGov réalisé pour le tabloïd The Sun.

      et cet unique commentaire…

      « ... être à moitié dedans, à moitié dehors » : ces quelques mots résument à eux seuls toute l’histoire de la GB avec l’Europe. Alors, pourquoi ne pas appliquer cette philosophie à la famille royale ?

  • • Le mythe de la philanthropie

    À l’heure de la montée des inégalités, les élites philanthropes prétendent vouloir « changer le monde ». Anand Giridharadas montre qu’elles ne font en fait que détourner le changement social dans leur propre intérêt, refusant de bouleverser le système qui les a consacrées.

    https://laviedesidees.fr/Anand-Giridharadas-Winners-take-all.html
    #capitalisme #phylanthropie #libéralisme #mythe

  • The Problem With Sugar-Daddy Science - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2019/09/problem-sugar-daddy-science/598231

    research and philanthropy should recognize that improving people’s lives usually involves a series of adjustments to complex systems, not a single revolutionary invention. The Boston-based nonprofit Partners in Health is a model here. It tackles problems that eluded medical charities for decades, such as drug-resistant tuberculosis, by taking on underlying issues—like the malnutrition that makes people vulnerable to TB in the first place—instead of just prescribing drugs. Instead of attempting to build a food computer, a lab could identify a more immediate need, such as cheap, easy-to-clean food-handling equipment, and invent that. No one should fear losing prestige by fixing real problems.

    #MIT #recherche #priorités #santé #philanthrocapitalisme

  • Extinction Rebellion : quand des millionnaires financent la désobéissance civile pour le climat Marina Fabre - 22 aout 2019 - novethic.fr
    https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/extinction-rebellion-quand-des-millionnaires-financent-la-desobeissance-civ

    Les militants d’Extinction Rebellion ont reçu un soutien de poids. Plusieurs investisseurs et philanthropes américains viennent de créer un fonds pour soutenir la désobéissance civile sur le climat. Un don de près de 550 000 euros a été effectué. Si aux États-Unis et au Royaume-Uni le mouvement se réjouit de ses nouveaux investissements, en France, on hésite encore à accepter une partie de la somme de peur de ternir son image.

    Décrochage du portrait du Président dans les mairies, chaîne humaine et chorégraphie pour dénoncer les impacts de la fast fashion devant H & M, rassemblement contre les marées vertes… Le mouvement Extinction Rebellion a débarqué en France il y a seulement cinq mois, mais ses actions ont déjà marqué les esprits. La désobéissance civile trouve de plus en plus d’adeptes dans le cercle des militants écologistes. Elle est même devenue une nouvelle arme pour se faire entendre. « Les manifs ça ne suffit pas, il faut passer à l’action », témoignait en avril pour Novethic Nestor, un des militants.

    En juillet, plusieurs investisseurs et philanthropes américains ont décidé de créer le Climate Emergency Fund. « Le Fonds d’urgence pour le climat a été créé pour soutenir les activistes et les organisations travaillant individuellement pour sensibiliser le public à la menace du changement climatique et pour exiger des actions de la part de nos dirigeants », décrivent les initiateurs. "Les fondateurs ont été inspirés par des groupes tels qu’Extinction Rebellion, qui a récemment organisé une grande manifestation au centre de Londres, poussant le parlement britannique à déclarer une urgence climatique", ajoutent-ils.
    « Nous sommes tous dans le même bateau »
    Le 12 juillet, le fonds a ainsi réalisé un don de près de 550 000 euros à Extinction Rebellion US et aux mouvements de grève pour le climat. Parmi les donateurs, Trevor Neilson, pour qui cette somme n’est qu’une première étape.
    . . . . . . . .

    #extinction_rebellion #désobéissance_civile #millionnaires #philanthropes #investisseurs #climate_emergency_fund #fondations #fondation_gates #gates_foundation #philanthrocapitalisme #Warren_Buffett #NRA #national_rifle_association #kennedy #getty #Mercedes-Benz #IWC #BMW #Nikon

    • Extinction Rebellion France hésite, et il a raison.

      TREVOR NEILSON
      https://en.wikipedia.org/wiki/Trevor_Neilson
      a permanently capitalized, multi-strategy impact investing platform focused on addressing areas of human need
      Bill Clinton’s election as president, Neilson moved to the White House where he became an intern in the White House Office of Scheduling and Advance.
      Bill & Melinda Gates Foundation
      wanted to create a version of the National Rifle Association for the poorest people in the world, specifically Africans who lived under a dollar a day
      Neilson co-founded i(x) investments with Howard Warren Buffett in 2015.

      RORY KENNEDY la fille de Robert Kennedy,
      productrice de documentaires américaine.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Rory_Kennedy

      A propos John F. Kennedy, ancien Président des États-Unis, un ancêtre.
      En 1945, de retour d’Allemagne, l’auteur des notes évoquait, sur les pages de son journal intime, Adolf Hitler:
      « Hitler est fait de l’étoffe des légendes », écrivait-il. Ou encore: « Hitler émergera de la haine qui l’entoure aujourd’hui comme l’une des figures les plus significatives à avoir jamais vécu. »

      AILEEN GETTY, riche héritière d’une famille de pétroliers.

      CHRISTIAN KROLL
      #Ecosia, qui veut concurrencer google
      Un de ses livres : Social Capital and the Happiness of Nations
      Peu d’informations sur l’origine de sa fortune.
      With more than 17 years of industry experience, Christian was being responsible for international accounts such as Mercedes-Benz, IWC, BMW, Nikon and 13th street.
      Christian is currently working at Kolle Rebbe in Hamburg as Unit Creative Lead taking care of the worldwide Lufthansa account.

  • J’ai décidé de participer à la grande souscription nationale pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Ne riez pas. En fait j’ai été ému par le geste de François Pinault qui a déclaré faire un chèque de cent millions d’euros. J’ai donc calculé le pourcentage que représentaient cent millions d’euros par rapport à son patrimoine et j’ai appliqué le même pourcentage par rapport à mon patrimoine : 43,10 euros.

    • De cette générosité spontanée des grands capitalistes, je vais derechef en parler à mon proprio : il aurait besoin d’un peu de cash pour faire réparer la maison qu’il nous loue : toitures, isolation, huisseries, chauffage, évacuation des eaux usées, etc ...

    • @odilon mon ironie était-elle à ce point imperceptible ?

      Quand mon ami Emmanuel Adely a sorti Je paie il y a deux ans, livre somme (pour ainsi parler) qui fait le détail de toutes ses dépenses pendant quinze ans (dit comme ça cela n’a pas l’air tout à fait passionnant, pourtant ça l’est http://desordre.net/bloc/ursula/2017/index_076.htm), il y avait à la fin de chaque année le compte annuel de toutes les dépenses, je ne sais plus quelle année, la dernière je crois, les dépenses d’Emmanuel étaient égales à 13.000 euros (souvenir approximatif), ce qui avait valu à Frédéric Beigbeder dans sa chronique du livre que cela correspondait à ce que lui dépensait en une seule soirée.

      Ce rapport proportionnel est ce que j’essaye de dire dans ce petit billet de Seenthis . Dit différemment, chaque fois que je dépense 45 euros (par exemple pour une séance de psy ou d’orthophonie pour mes enfants), Pinault, lui, aurait le loisir d’une petite dépense de cent millions d’euros.

      Et puisque le contexte est donc la reconstruction de Notre-Dame de Paris, je ne peux m’empêcher de repenser à la parabole du mendiant : une femme donne quelques pièces de bronze à un mendiant de rue, puis un homme opulent passant devant le même mendiant lâche ostensiblement une grosse pièce d’argent, comme un des apôtres le fait remarquer à Jésus comme un geste munificent, Jésus fait remarquer à cet apôtre naïf que le geste de l’homme opulent est insignifiant au regard de celui de la femme de peu de moyens.

      Pour ma part je remarque que Jésus est un peu un pur esprit si vous me passez l’expression parce que pour le mendiant la grosse pièce d’argent le dépannera plus longtemps sans doute.

    • « L’ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon a estimé… il faut… réduction d’impôt de 90%… a ajouté le directeur général de la collection Pinault ».

      Souscriptions, collectes, fiscalité, des « mesures exceptionnelles » pour rebâtir Notre-Dame de Paris
      https://www.bfmtv.com/economie/dons-a-notre-dame-aillagon-reclame-desmesures-exceptionnelle-1674030.html

      « Il faut que l’Etat fasse rapidement voter une loi faisant de Notre-Dame un ’Trésor national’ afin que les dons versés pour sa reconstruction bénéficient de la réduction d’impôt de 90% prévue dans ce cas par la loi de 2003 sur le mécénat », a poursuivi Jean-Jacques Aillagon, auteur de cette loi. « J’aimerais que la France engage très rapidement cette restauration. C’est presque une question de dignité nationale », a ajouté le directeur général de la collection Pinault.

    • Il manque tout de même, pour être tout à fait raccord avec notre époque, le prochain Loto du Patrimoine - édition spéciale Notre Dame, afin de pouvoir participer à sa restauration, tout en ayant l’opportunité de devenir millionnaire (et d’avoir ENFIN la possibilité de bénéficier de la loi sur le mécénat).

    • La réduction d’impôt Aillagon de 90% https://twitter.com/aillagon/status/1117870663891476480

      Que l’État décrète vite Notre Dame « Trésor national » de façon à ce que les dons faits pour sa reconstruction bénéficient de la réduction d’impôt de 90% prévues par la la loi sur le mécénat dite loi Aillagon

      edit Jean-Jacques Aillagon est directeur de Pinault Collection (qui rassemble les oeuvres d’art de François Pinault),

      #impôt #réduction_d'impôt #mécénat #culture #blanchiment_de_fraude_fiscale

    • Je ne voudrais pas paraître ergoter pour quelques millions, mais si Arnault et Pinault (et d’autres) bénéficient de 90% de réductions d’impôts sur leurs dons si généreux et grassouillets, est-ce que cela ne serait pas en fait, plus rentable, de dire, merci mais non, merci, en fait payez vos impôts, on fera le reste.

      Mais j’avoue que je ne comprends pas toujours de genre de raisonnements.

      Sinon mon chèque part à la poste dès que je trouve l’adresse.

    • « Exigeons leurs impôts ! »

      Humiliante course à l’échalote entre Bernard Arnault et François Pinault, qui au lieu de payer leurs impôts en France et nous permettre de préserver nos trésors nationaux, defiscalisent à tout va pour se donner bonne conscience.

      Humiliante « souscription nationale » macrono-bernienne qui signe l’impéritie d’un modèle laissant partir en cendres huit siècles de patrimoine. Que revienne l’Etat et que cesse cet affligeant pathos. Qui a défailli et pourquoi ?

      Il y a trois bâtiments qui incarnent plus que tout la France : le Louvre, la Tour Eiffel et Notre-Dame. En est-on arrivés à un tel niveau de pillage que l’on se montre incapables de les protéger ?

      Que la rage suive les larmes. Et que cesse enfin l’impunité.
      Il y a des responsables politiques dans ce pays. Chargés de s’assurer que nos bâtiments soient protégés, que les services publics soient assurés et que les normes qu’ils adoptent soient respectées. Huit siècles d’Histoire dévastés. Qu’ils payent !

      La surenchère d’Arnault sur Pinault à 12h près n’a qu’un objectif : alimenter une querelle d’égo délirante qui se joue depuis trente ans à notre détriment, détruisant des régions entières (les Vosges se souviennent encore du dépeçage de Boussac) et affaiblissant notre État.

      Qu’il n’y ait aucun doute sur leurs intentions : rappelons comment Arnault rachetait l’hôtel particulier de Lagardère à peine son cadavre enterré pour humilier sa veuve. Ces êtres sont la prédation. Les 0,23% de fortune de don de M. Arnault n’ont rien de désintéressé.

      Rappelons qu’Arnault tentait il y a peu encore d’obtenir la nationalité belge pour moins payer d’impôts, tandis que le groupe de Pinault, était épinglé pour avoir fraudé le fisc à hauteur de milliards d’euros. De ces milliards sont nés huits siècles en fumée.

      ALors cessons d’alimenter leur égo. Rejetons ce modèle philantrophique anglosaxon, fait pour soulager leur conscience de pillards au détriment de notre bien commun. Condamnons les appels à la solidarité nationale de M. Macron. Réclamons le retour à la responsabilité.

      Par la réduction de la place de l’Etat au sein des politiques publiques, nos dirigeants ont créé un système d’impunité où toute catastrophe devient opportunité à communiquer.

      Ne soyons pas leurs prisonniers. Exigeons leurs impôts. Et rejetons leur pitié.

      Juan Branco

    • Dons pour Notre-Dame de Paris : « C’est la collectivité publique qui va prendre en charge l’essentiel du coût »
      https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/04/16/dons-pour-notre-dame-de-paris-c-est-la-collectivite-publique-qui-va-prendre-

      (...) Les dons pour la reconstruction de la cathédrale, émanant notamment de plusieurs grandes fortunes françaises issues du secteur du luxe, devraient ouvrir droit à des réductions d’impôts de 60 %, au titre de la niche fiscale sur le mécénat. Autrement dit, « c’est la collectivité publique qui va prendre l’essentiel [des frais de reconstruction] en charge !, déplore Gilles Carrez, député Les Républicains (LR) et rapporteur spécial du programme patrimoine pour la commission des finances de l’Assemblée nationale. Sur 300 millions d’euros, 180 millions seront financés par l’Etat, au titre du budget 2020 ». (...)

      Or, pour les entreprises, la niche mécénat offre 60 % de réduction sur l’impôt sur les sociétés (et 66 % de réduction d’impôt sur le revenu pour les particuliers), plafonné à 0,5 % du chiffre d’affaires, avec la possibilité de bénéficier d’un échelonnement de l’avantage fiscal sur cinq ans. M. Carrez souligne ainsi :
      « Là, on n’a pas le choix, on peut s’en réjouir. Mais dès lors que cet argent viendra en déduction des impôts [qu’auraient dû payer les donateurs], ce sont des sommes qu’il va falloir trouver. C’est tout le problème de ce genre de dispositif : ça peut poser un problème budgétaire. »

      Cette niche fiscale sur le mécénat d’entreprise est régulièrement décriée. Stratégique pour les secteurs concernés (musées, expositions, patrimoine) elle coûte plus de 900 millions d’euros à l’Etat. Dans un rapport publié à l’automne, la Cour des comptes avait appelé à « mieux encadrer » le mécénat d’entreprise, multiplié par dix en quinze ans. Dans un rapport de 2015, l’Inspection générale des finances avait souligné que la France était la seule à proposer une réduction d’impôt, et pas une déduction de l’assiette imposable. M. Carrez, auteur d’un rapport sur le sujet fin 2017, avait plaidé pour son amoindrissement à l’automne dernier, lorsque Bercy cherchait – déjà – des marges de manœuvre budgétaire. « Nous avons eu l’accord du gouvernement pour faire des propositions dans le cadre du budget 2020, afin de rendre cette niche plus efficace », rappelle M. Carrez.
      « Emotion n’est pas raison »
      Alors que les niches fiscales sont dans le viseur du gouvernement, qui aurait dû annoncer ses mesures fiscales de sortie du grand débat lundi 15 avril au soir, le débat a donc rebondi à la faveur de l’incendie de Notre-Dame. (...)

      « Nous allons voir avec le gouvernement quel dispositif spécifique nous mettons en œuvre, mais bien évidemment, l’Etat sera là auprès de tous nos compatriotes pour reconstruire » et il « assumera ses responsabilités », a assuré l’actuel ministre Franck Riester, sur France Inter mardi. « Ne peuvent être décrétés “trésor national” que les biens risquant de quitter la France », expliquait-on mardi matin au ministère de la culture. « A priori, les Français n’ont pas besoin de déduction fiscale pour donner pour Notre-Dame. Même les plus riches ! », s’agaçait-on à Bercy.
      Le sujet devait être évoqué mardi en fin de matinée à l’occasion d’une réunion interministérielle à Matignon, avec notamment les ministres Franck Riester (culture) et Gérald Darmanin (comptes publics), destinée à préparer un « plan de reconstruction » de Notre-Dame de Paris.

      #niche_fiscale

    • @odilon ça vaut le coup de citer le tweet du Monde auquel se réfère Laurent Chemla :

      Dons pour #NotreDame : sur les 600 millions d’euros qui émanent des grandes fortunes, c’est 360 millions d’euros qui viendront du budget 2020 de l’Etat. Ce qui peut finir par causer quelques ennuis budgétaires

      L’article
      (edit : évidemment déjà signalé par colporteur j’avais pas vu) :

      Dons pour Notre-Dame de Paris : « C’est la collectivité publique qui va prendre en charge l’essentiel du coût »

      https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/04/16/dons-pour-notre-dame-de-paris-c-est-la-collectivite-publique-qui-va-prendre-

      le chapeau :

      Dans l’opposition comme dans la majorité, des voix s’élèvent pour dénoncer la réduction d’impôts dont devraient bénéficier les donateurs pour la reconstruction de la cathédrale.

      Comme quoi finalement la fièvre du samedi après-midi...

    • fin de l’article du Monde :

      « Les ministres travaillent à des propositions pour arrêter le régime fiscal qui sera appliqué aux dons. C’est le président qui tranchera », se contentait-on d’indiquer, à l’issue, au cabinet de Gérald Darmanin.

      le président … et le parlement dont c’est (juste) un peu l’une des missions de déterminer l’impôt.

  • Lionel Astruc : « À travers sa fondation, Bill Gates contourne l’État et s’achète du pouvoir »
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-interview/l-interview-16-mars-2019

    Le journaliste a enquêté sur la fondation du patron de Microsoft et de sa femme. La fondation Bill et Melinda Gates, dont l’intention affichée est de lutter contres les inégalités, investirait dans des activités "peu éthiques" et "nourrirait les fléaux contre lesquels elle prétend lutter". Écoutez cette interview... #ogm et produits phyto de #monsanto, investissement dans le pétrole, la malbouffe,... — Permalink

    #capitalisme

  • #Bill_Gates says poverty is decreasing. He couldn’t be more wrong | Jason Hickel | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/jan/29/bill-gates-davos-global-poverty-infographic-neoliberal

    There are a number of problems with this graph, though. First of all, real data on poverty has only been collected since 1981. Anything before that is extremely sketchy, and to go back as far as 1820 is meaningless. Roser draws on a dataset that was never intended to describe poverty, but rather inequality in the distribution of world GDP – and that for only a limited range of countries. There is no actual research to bolster the claims about long-term poverty. It’s not science; it’s social media.

    What Roser’s numbers actually reveal is that the world went from a situation where most of humanity had no need of money at all to one where today most of humanity struggles to survive on extremely small amounts of money. The graph casts this as a decline in poverty, but in reality what was going on was a process of dispossession that bulldozed people into the capitalist labour system, during the enclosure movements in Europe and the colonisation of the global south.

    Prior to colonisation, most people lived in subsistence economies where they enjoyed access to abundant commons – land, water, forests, livestock and robust systems of sharing and reciprocity. They had little if any money, but then they didn’t need it in order to live well – so it makes little sense to claim that they were poor. This way of life was violently destroyed by colonisers who forced people off the land and into European-owned mines, factories and plantations, where they were paid paltry wages for work they never wanted to do in the first place.

    In other words, Roser’s graph illustrates a story of coerced proletarianisation. It is not at all clear that this represents an improvement in people’s lives, as in most cases we know that the new income people earned from wages didn’t come anywhere close to compensating for their loss of land and resources, which were of course gobbled up by colonisers. Gates’s favourite infographic takes the violence of #colonisation and repackages it as a happy story of progress.

    But that’s not all that’s wrong here. The trend that the graph depicts is based on a poverty line of $1.90 (£1.44) per day, which is the equivalent of what $1.90 could buy in the US in 2011. It’s obscenely low by any standard, and we now have piles of evidence that people living just above this line have terrible levels of malnutrition and mortality. Earning $2 per day doesn’t mean that you’re somehow suddenly free of extreme poverty. Not by a long shot.

    #infographie #néolibéral #manipulation #pauvreté

  • Rob Reich : « La philanthropie n’est pas toujours l’amie de l’égalité, c’est aussi un exercice de pouvoir » - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2019/01/25/rob-reich-la-philanthropie-n-est-pas-toujours-l-amie-de-l-egalite-c-est-a

    Quand j’ai inscrit l’aîné de mes enfants à l’école publique, j’ai reçu une lettre de bienvenue qui indiquait aux parents d’élèves que la « donation volontaire attendue » pour l’année scolaire était de 2 500 dollars par enfant. Curieux de savoir combien demandaient les écoles du coin, j’ai découvert des inégalités flagrantes : par exemple, l’école publique de Woodside près de Stanford récolte, rapporté au nombre d’élèves, davantage en argent privé que ce que reçoit une autre école d’un quartier défavorisé en argent public. J’ai été frappé par le décalage entre l’intention du don et son effet. En nous invitant à soutenir financièrement l’école publique, on lui faisait perdre son essence : le don philanthropique exacerbait les inégalités au lieu de les réduire. C’est le point de départ de ce que je défends aujourd’hui : la philanthropie ne mérite pas seulement nos encouragements et notre gratitude, elle mérite aussi notre méfiance.

    #philanthrocapitalisme

    voir aussi cette petite vidéo de Davos
    https://twitter.com/nowthisnews/status/1090045108064579584

  • Rockefeller, Carnegie, and the SSRC’s Focus on Race in the 1920s and 1930s – Items
    https://items.ssrc.org/rockefeller-carnegie-and-the-ssrcs-focus-on-race-in-the-1920s-and-1930s

    Soon after its founding, the SSRC engaged the study of race and race relations in the United States with the support of its main funder, the Rockefeller philanthropies. However, by 1930, Rockefeller and the Council shifted focus, shuttering the four committees tasked with studying these issues. Here, Maribel Morey critically examines the early history of the SSRC’s approach to race in the 1920s and 1930s, focusing on its relationship with the shifting priorities of the philanthropies that supported it. This includes major projects of the era such as W. E. B. Du Bois’s ambitious Encyclopedia of the Negro and the massive research undertaking that launched Gunnar Myrdal’s An American Dilemma.

    #philanthrocapitalisme #recherche #sociologie #du_bois #web_du_bois

  • Howard Buffett au Congo

    Le problème de la philanthropie capitaliste

    Par Zahra Moloo

    http://jefklak.org/howard-buffet-au-congo

    La colonisation n’en finit pas de sévir, et si l’occupation militaire des territoires n’est plus en vogue pour les pays occidentaux, d’autres moyens leur sont offerts pour asseoir leur position sur nombre de pays. La philanthropie, que l’on pourrait croire armée des meilleures intentions, fait partie des nouvelles formes de ce libéralisme postcolonial : en inondant les États et les structures locales de dollars, les grands investisseurs capitalistes noient dans l’œuf toutes les initiatives pour l’autonomie et la résistance des peuples autochtones. Pour exemple, voici le cas du businessman Howard Buffett, fils de Warren Buffett (troisième fortune mondiale), qui joue un rôle non négligeable dans le « développement » de la République démocratique du Congo et vient influencer les récits des journalistes ou des ONG là où aboutit son financement.

  • Opioid Protest at Met Museum Targets Donors Connected to OxyContin - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/03/10/us/met-museum-sackler-protest.html

    Anti-opioid activists unfurled banners and scattered pill bottles on Saturday inside the Sackler Wing of the Metropolitan Museum of Art in New York, which is named for a family connected to the powerful painkilling drug OxyContin.

    The protest, which was organized by a group started by the celebrated photographer Nan Goldin, started just after 4 p.m., when several dozen people converged at the Temple of Dendur inside the wing.

    The wing is named after Arthur, Mortimer and Raymond Sackler, brothers who in the 1970s donated $3.5 million toward its construction. Their scientific and marketing skills also transformed a small business into what became Purdue Pharma, the company that developed OxyContin, which has been widely prescribed and abused. The drug is among the most common painkillers involved in prescription opioid overdose deaths, which have become an unrelenting crisis in the United States.

    On Saturday the protesters called for cultural institutions to reject money from the Sackler family. They also demanded, among other things, that Purdue, which has been accused of using deceptive and aggressive tactics to market OxyContin, fund addiction treatment.

    #Opioides #Sackler #Nan_Goldin

  • Pourquoi le nouvel outil de dons, lancé par Facebook en France, pose question (avec interview d’Olivier Ertzscheid)
    http://www.20minutes.fr/high-tech/2131983-20170913-pourquoi-nouvel-outil-dons-lance-facebook-france-pose-que

    Dix millions de dollars en deux jours. C’est la somme récoltée en 2015 par Facebook auprès des internautes pour venir en aide aux victimes du violent séisme survenu au Népal. Deux ans après, la firme de la Silicon Valley a annoncé le lancement en France et en Europe, d’un outil de récolte de dons disponible dès le 25 septembre prochain. Quatre associations - la Fondation de France, les Restos du Coeur, l’Unicef et Action contre la faim - participeront à la phase de test prévue jusqu’au 29 octobre.

    #C&Féditions #Olivier_Ertzscheid

  • Why is #Liberia’s Government rushing to sell its public schools to U.S. for-profits?
    http://africasacountry.com/2017/07/why-is-liberias-government-rushing-to-sell-its-public-schools-to-u-

    When Liberia’s Minister of #education, George Werner, announced last spring that he was inviting foreign education companies and non-profits to run our public schools, our country came under the international spotlight, both in Western media and for education activists. The Minister and the supporters of the government’s plan excitedly championed the notion that clever thinking…

    #AFRICA_IS_A_COUNTRY

  • U.S. Philanthrocapitalism and the Global Health Agenda – PEAH – Policies for Equitable Access to Health
    http://www.peah.it/2017/05/4019

    Both foundations and their founders were/are deeply political beings, recognizing the importance of public health to capitalism and of philanthropy to their reputations, while claiming the purportedly neutral technical and scientific basis of their efforts.

    However, there is one critical difference between them: the RF supported public health as a public responsibility, while BMGF actions have challenged the leadership and purview of public, intergovernmental agencies, fragmenting health coordination and allotting a massive global role for corporate and philanthropic “partners.”4

    Given the confluence of largesse and agenda setting at distinct historical moments, several questions emerge: How and why have U.S. mega-philanthropies played such an important role in producing and shaping knowledge, organizations, and strategies to address health issues worldwide? What are the implications for global health and its governance?

    #philanthropie #philanthrocapitalisme #santé

  • Les dessous de la #philanthropie
    http://www.laviedesidees.fr/Les-dessous-de-la-philanthropie-3738.html

    Dans cet entretien, Linsey McGoey s’interroge sur la nature des activités des organisations philanthropiques telles que la Fondation Gates et l’Initiative Chan Zuckerberg. Abordant les aspects problématiques du « philanthrocapitalisme », elle attire l’attention sur le manque croissant de transparence et de redevabilité de ces fondations.

    Essais & débats

    / philanthropie

    #Essais_&_débats

  • Omidyar network gives $100 million to boost journalism and fight hate speech - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/lifestyle/style/omidyar-charity-gives-100-million-to-boost-journalism-and-fight-hate-speech/2017/04/04/aebb013c-193d-11e7-855e-4824bbb5d748_story.html

    The Chronicle of Philanthropy, which ranks the country’s top 50 philanthropists, put the Omidyars at No. 8 in February. They were among four of the first nine spots held by what the publication calls “tech giants,” including Bill and Melinda Gates. Bill Gates is the founder of Microsoft.

    #philanthrocapitalisme #journalisme

  • How Colleges Lost Billions to #Hedge_Funds in 2016
    http://www.chronicle.com/article/How-Colleges-Lost-Billions-to/239245

    Unfortunately, the disastrous endowment performance of 2016 disproportionately affects public colleges and less-wealthy private colleges, while leaving the most-elite private institutions with their wealth intact. The wealthiest colleges felt relatively little impact from their losses in 2016 because they have benefited from major endowment growth since 1977.

    #finance

  • What are Philanthropic Organizations Hiding ? - Books & ideas
    http://www.booksandideas.net/What-are-Philanthropic-Organizations-Hiding.html

    An Interview with Linsey McGoey
    by Nicolas Larchet & Marc-Olivier Déplaude , 13 February

    Linsey McGoey discusses philanthropic organizations such as the Gates Foundation and the Chan Zuckerberg Initiative. Addressing the problematic aspects of “philanthrocapitalism”, she draws attention to the growing lack of transparency and accountability of those foundations.

    sur l’accès aux informations, on ne peut pas dire qu’on nage dans la #transparence que la fondation exige de ceux à qui elle donne de l’argent :

    I think we’re facing an upward struggle when it comes to accessing the decision-making dynamics of these institutions, and I think problems of non-transparency are bound to become worse in upcoming years. Therefore, we have to be realistic about the risks ahead. When you look at an organization like the Gates foundation, most of my interviews from this book did not come from staff there. It’s true, I managed to secure two interviews with staff there before my access was shut down. They were both carried out by phone, I never visited the organization, I was never invited to engage in a deep way. But I was able to elicit useful information about other activities by people who were affected by their practices. I did interviews at places like the World Health Organization, Médecins Sans Frontières, a number of different organizations that have both praise and concerns towards the foundation.

    #philanthrocapitalisme #fondation_gates

    mais il y a toujours moyen de faire pire que Bill Gates :

    one of my biggest concerns, for example with the Chan Zuckerberg Initiative, which was established in 2015 by Mark Zuckerberg, is that it’s not a traditional philanthropic organization. It’s a limited-liability company, and as a result of its structural corporate data, it is not subject to the same disclosure regulations that the Gates Foundation faces. We will likely know a lot less about the Chan Zuckerberg Initiative than we do about the Gates Foundation. We will be very much reliant on what they wish the public to know.

  • Fondations philanthropiques : croissance des dons sur fond d’influence, par Philippe Rivière - Visionscarto
    https://visionscarto.net/fondations-philanthropiques

    Ayant fait fortune dans le pétrole, l’acier ou l’automobile, des capitaines d’industrie tels Andrew Carnegie, John D. Rockefeller et Henry Ford décident au début du XXe siècle de se faire philanthropes. Après d’âpres combats parlementaires, ces « barons voleurs » (comme les appelait la presse américaine) finissent par arracher un régime fiscal très favorable à leurs organisations « caritatives ». Depuis, ce secteur se développe toujours plus vite que le reste de l’économie.

    #Fondations #Philanthrocapitalisme #Fiscalité #Influence #Soft_Power