• A 15-year-old rape victim is the latest collateral damage of Duterte’s drug war · Global Voices
    https://globalvoices.org/2018/11/02/a-15-year-old-rape-victim-is-the-latest-collateral-damage-of-dutertes-

    Philippines’ President Rodrigo #Duterte drug war has reached a new low this week when a police officer was arrested for raping the 15-year-old daughter of detained drug suspects in the capital Manila.

    Photos of officer Eduardo Valencia of the Philippine National Police (PNP) pleading with his superiors for having brought the teenager to a motel in exchange for the release of her parents have gone viral. Medical tests showed signs of rape.

    Critics of President Duterte say it is his misogyny, rape jokes, and repeated assurances to defend police and military in the course of his government’s anti-drug and counterinsurgency operations that has normalized a macho culture of sexual abuse.

    #philippines #viol #culture_du_viol #sexisme #machisme #violence


  • Digitaler Drogenkrieg auf den Philippinen: Wie #Duterte #Facebook als Waffe nutzt

    Mehr als 12.000 Tote in zwei Jahren: Auf den Philippinen führt Präsident Duterte einen brutalen Drogenkrieg. Auch in sozialen Netzwerken hetzen Duterte und seine Anhänger gegen suchtkranke Menschen und Dealer. Für Facebook sind die Philippinen ein Experiment, das außer Kontrolle geraten ist.

    Es ist ein Bild, das jeden Filipino wütend macht: Ein Mädchen liegt in einem Shirt und einer heruntergezogenen Shorts im Gras – eine Neunjährige, die vergewaltigt und getötet wurde. Der Täter: angeblich ein Drogensüchtiger aus den Philippinen. In dem südostasiatischen Inselstaat löst das Foto eine Empörungswelle gegen Drogenabhängige aus. Es wird tausende Male geteilt, auch von Peter Tiu Laviña, dem damaligen Sprecher von Präsident Duterte: „Unser gerechtfertigter Kampf gegen Drogen und Kriminalität ist unerbittlich, weil wir uns dem Teufel selbst entgegenstellen“, schreibt Laviña zu dem Foto. Doch das Bild des ermordeten Mädchens, das auf den Philippinen zur Propaganda gegen Süchtige missbraucht wird, kommt aus Brasilien – und selbst dort war der Mörder kein Drogensüchtiger, sondern ihr Großvater.

    https://www.wired.de/article/digitaler-drogenkrieg-auf-den-philippinen-wie-duterte-facebook-als-waffe-nutzt

    #Philippines #réseaux_sociaux #fake_news #drogues #guerre_des_drogues #criminalisation


  • Une brève histoire du Hardcore Punk Underground aux Philippines


    Tigger Pussy
    https://tigerpussyx.bandcamp.com/track/damaged-goods

    https://daily.bandcamp.com/2018/09/07/a-short-history-of-the-hardcore-punk-underground-in-the-philippines

    En 1981, les Dead Kennedys et Circle Jerks ont joué leur premier concert à San Francisco, dans un restaurant philippin appelé Mabuhay Gardens. Par coïncidence, le tout premier spectacle punk aux #Philippines a également eu lieu la même année, à 7 000 milles de distance. Le nom de cet événement historique ? Brave New World.

    Tout comme la légendaire « British Invasion » de plus d’une décennie, le #punk_hardcore - un mouvement déclenché par des jeunes de la classe ouvrière dans les rues du Royaume-Uni, des États-Unis et d’Australie au milieu des années 70 scène comme il était un changement de mer culturel ressenti dans le monde entier, y compris l’Asie du Sud-Est. Les Philippins ont été parmi les premiers dans cette région à développer leur propre version du hardcore punk ; cette tradition distincte datant de plusieurs décennies se poursuit encore aujourd’hui.

    Ce développement a été rendu possible grâce à Dante « Howlin ’Dave » David, un disc-jockey de la station de radio philippine DZRJ-AM, qui a joué la première chanson punk de la radio philippine « Anarchy In The UK ». jouer des chansons punk et new wave dans le cadre de sa rotation régulière. Howlin ’Dave a également créé la série de concerts Brave New World, du nom du roman dystopique d’Aldous Huxley, qui servait de tremplin à certains des plus grands noms du circuit local.

    Peut-être le personnage le plus essentiel de sortir de Brave New World était Tommy Tanchanco, chef de la tenue hardcore région du Tiers Monde Chaos et fondateur de Twisted Croix-Rouge, une cassette uniquement vénérée étiquette de bricolage qui a fonctionné de 1985 à 1989. Comme pour les concerts susmentionnés , la discographie des 17 albums du label définit les paramètres du son philippin encore naissant en défendant les talents locaux féroces tels que Dead Ends, Wuds, George Imbecile et The Idiots, Urban Bandits et Betrayed - le dernier ayant sorti un album en juillet dernier , après un hiatus de 32 ans.

    « Twisted Red Cross a été une bénédiction car Tommy a produit des groupes qui n’auraient pas pu enregistrer et sortir des albums eux-mêmes », explique le chanteur de Dead Ends, Al Dimalanta, dont le groupe a sorti son album Second Coming en 1986 . "Ces quelques années au milieu des années 80 ont eu un effet dans notre musique, mais je ne pense pas que cela se produira à nouveau dans le rock, pas dans cette ampleur."

    Comme avec la plupart des communautés hardcore des années 80, le #punk_underground philippin était animé par les jeunes, qui ont abordé leur art avec une honnêteté sans faille et (le plus souvent) des idéaux anti-establishment. « Nous avons aimé la façon dont le punk a permis aux enfants ordinaires de se réunir, de former un groupe, d’écrire des chansons représentant les pensées et les idéaux de la jeunesse philippine », explique Dimalanta, qui travaillait en tant que professeur. Lui et ses pairs ont passé une grande partie de la décennie à livrer des accusations musicales à la dictature de Ferdinand Marcos dans les clubs punks de Manille, comme On Disco sur Roxas Boulevard et Katrina’s à Malate (ce dernier étant souvent qualifié d’équivalent philippin du CBGB). des lieux comme le toit de la maison Matimyas.

    Dans les années 90, la scène hardcore avait commencé à disparaître à Manille. "Tous les punks ont disparu", se souvient Jep Peligro, créateur de Konspirazine , un zine de premier plan publié à la fin des années 90 et au début des années 2000, documentant la scène musicale locale du bricolage. Cependant, il y avait des pôles d’activités si vous saviez où regarder, comme à Laguna, une province au sud-est de Manille avec une culture punk bricolage riche, et la région voisine de Cavite.

    « Les groupes de Laguna étaient décidés à bouger un peu, et à rappeler au reste de la scène que nous étions toujours là, en train de faire notre travail en permanence », a déclaré Peligro. (Un vidéaste de la scène qui se fait appeler Crapsalad a soigneusement filmé des spectacles en direct à l’aide d’un caméscope, documentant le mouvement pour les générations futures.)

    Les maisons de disques et les petites distributions de bricolage comme Rare Music Distribution, dirigée par des membres d’un autre groupe emblématique, Philippine Violators et Middle Finger Records, ont également joué un rôle essentiel dans la survie des années 90. Il est important de noter que Peligro souligne que « [Ce] sont des labels punks dirigés par des punks réels » plutôt que des sociétés.

    L’impact de ces ancêtres continue de se faire sentir à ce jour, comme en témoignent les rassemblements de punk abondants et de longue durée du pays. L’année 2018 marque la 23e édition du festival Hardcore Punk de Cebu, un événement annuel mettant en vedette des groupes de partout aux Philippines sur la chaîne insulaire de Visayas. Plus au sud, dans les villes de Butuan et de Cagayan de Oro, il y a le Mindanao Hardcore Fest, maintenant dans sa 18ème année.

    « Tout ce que tout le monde a fait a contribué à la scène, que ce soit de manière géniale ou minable. Cela a en quelque sorte enrichi l’expérience et la communauté », explique Jon« Fishbone »Gonzales, bassiste du groupe punk Bad Omen, un pilier de la scène depuis un quart de siècle.

    Plus de 30 ans après la montée du hardcore philippin, et avec l’administration actuelle de Rodrigo Duterte sur le pays avec une main de fer, les principes punks sont plus que jamais d’actualité, sinon plus. Comme toujours, les participants déploient leurs accords de pouvoir et leurs voix vocales principalement pour exprimer leurs préoccupations face aux troubles sociaux afin de sensibiliser et, espérons-le, de planter les graines du changement.

    « Nous essayons de trouver de petites joies et de petites victoires dans notre vie quotidienne », déclare fièrement Peligro. « En même temps, ajoute-t-il, nous sommes le groupe de parias le plus énervé, le plus en colère et le plus opprimé de la société - notre président Google. »

    De la tenue anti-émeute à la #musique thrash-punk, la tradition philippine est à la base. Voici une liste restreinte de groupes qui perpétuent l’héritage aujourd’hui.

    https://tigerpussyx.bandcamp.com/track/daughter


    https://thoughtph.bandcamp.com/track/ink-on-my-skin-2

    #bandcamp
    https://thoughtph.bandcamp.com/track/justice



  • Les traces les plus ancienne d’une activité humaine au Philippines date de 709 000 ans... Ils savaient donc naviguer !

    Earliest known hominin activity in the Philippines by 709 thousand years ago.

    La revue Nature (le 2 mai 2018) rend compte de cette importante découverte qui amène à réviser nos connaissances sur l’histoire du peuplement et de la paléobiogéographie de l’Asie du Sud-est insulaire.

    https://www.nature.com/articles/s41586-018-0072-8

    Le résumé de Nature :

    Il y a plus de 60 ans, des outils en pierre et des restes de mégafaune ont été découverts sur les îles de Flores, Sulawesi et Luzon, en Asie du Sud-Est, et une colonisation du Pléistocène moyen par Homo erectus a été initialement proposée sur ces îles. Cependant, jusqu’à la découverte de Homo floresiensis en 2003, les affirmations de la présence d’homininés archaïques sur les îles de Wallacean étaient hypothétiques en raison de l’absence de fossiles in situ et / ou d’artefacts de pierre qui ont été creusés dans des contextes stratigraphiques bien documentés. les méthodes de datation de ces sites faisaient défaut. En conséquence, ces allégations ont généralement été traitées avec scepticisme.

    [Les auteurs décrivent dans l’article] les résultats de fouilles récentes à Kalinga dans la vallée de Cagayan au nord de Luzon aux Philippines qui ont rapporté 57 outils en pierre associés à un squelette désarticulé presque complet de Rhinoceros philippinensis, qui montre des signes évidents de boucherie, ainsi que d’autres restes de faunes fossiles attribués à un stegodon, un cerf brun des Philippines, une tortue d’eau douce et un lézard de Komodo.

    Toutes les découvertes proviennent d’un lit d’os riche en argile qui a été daté entre 777 et 631 mille ans en utilisant des méthodes de résonance électron-spin qui ont été appliquées à l’émail dentaire et au quartz fluvial.

    Cette évidence repousse la période prouvée de colonisation des Philippines par centaines de milliers d’années, et suggère en outre que la dispersion précoce à l’étranger dans l’île sud-est asiatique par des homininés prémodernes a eu lieu plusieurs fois durant les stades du Pléistocène précoce et moyen. Les Philippines ont donc pu jouer un rôle central dans les mouvements vers le sud vers les Wallacea, non seulement de la mégafaune pléistocène, mais aussi des hominidés archaïques.

    Le résumé du Muséum d’Histoire Naturelle :

    http://www.mnhn.fr/en/node/5294

    Tout au long du Quaternaire, les Philippines ont formé un chapelet d’îles isolées du continent par de profonds bras de mer. La plus ancienne présence humaine à ce jour aux Philippines était datée de 67 000 ans par Homo aff. sapiens (2010). Les récentes découvertes faites sur le site de Kalinga, fouillé depuis 2014 et daté de 709 000 ans par diverses méthodes physico-chimiques (Résonance de spin électronique, déséquilibres dans la famille de l’argon et dans celle de l’uranium, paléomagnétisme), démontrent que cette première colonisation est en réalité dix fois plus ancienne .


    Les os de rhinocéros comportent des traces de boucherie par des outils en pierre. (Thomas Ingicco et al, 2018)

    #Préhistoire #Philippines #Asie #Thomas_Ingicco #CNRS #Muséum_national_d’Histoire_naturelle #navigation #migration


  • 700,000-Year-Old Stone Tools Point to Mysterious Human Relative
    https://news.nationalgeographic.com/2018/05/stone-tools-rhinoceros-luzon-philippines-ancient-hominins-s

    Stone tools found in the Philippines predate the arrival of modern humans to the islands by roughly 600,000 years—but researchers aren’t sure who made them.

    The eye-popping artifacts, unveiled on Wednesday in Nature, were abandoned on a river floodplain on the island of Luzon beside the butchered carcass of a rhinoceros. The ancient toolmakers were clearly angling for a meal. Two of the rhino’s limb bones are smashed in, as if someone was trying to harvest and eat the marrow inside. Cut marks left behind by stone blades crisscross the rhino’s ribs and ankle, a clear sign that someone used tools to strip the carcass of meat.

    But the age of the remains makes them especially remarkable: The carved bones are most likely between 631,000 and 777,000 years old, with researchers’ best estimate coming in around 709,000 years old. The research—partially funded by the National Geographic Society—pushes back occupation of the #Philippines to before the known origin of our species, #Homo_sapiens. The next-earliest evidence of Philippine hominins comes from Luzon’s Callao Cave, in the form of a 67,000-year-old foot bone.

    #archéologie


  • #OGM - Mensonges et vérités

    La #controverse entre pro-OGM (organismes génétiquement modifiés) et anti-OGM rend le débat passionnel et parfois incompréhensible. Ce tour d’horizon mondial démêle le vrai du faux, preuves scientifiques à l’appui.

    Depuis plus de vingt ans, les OGM (organismes génétiquement modifiés), en particulier les plantes, ne cessent de s’étendre sur la planète, dans le but d’améliorer les rendements de soja, maïs, coton, colza, riz, etc. Dix pays, sur les vingt-huit qui en cultivent, représentent, à eux seuls, 98 % de la superficie mondiale des cultures transgéniques – soit 11 % des terres cultivées –, essentiellement sur le continent américain, le sous-continent indien et en Chine. Aux États-Unis, où les premières plantations de soja transgénique ont été introduites en 1996, les OGM représentent environ 90 % des cultures de soja, de maïs et de coton. Selon leurs défenseurs, ils sont indispensables pour répondre aux besoins d’une population en forte croissance. C’est l’argument du géant du secteur, le semencier américain Monsanto, qui produit aussi le célèbre Roundup, un herbicide total dont la substance active, le glyphosate, épargne les plantes OGM.


    https://www.arte.tv/fr/videos/057483-000-A/ogm-mensonges-et-verites

    #film #documentaire #reportage #vidéo
    #BT #maïs_BT #rentabilité #TH #soja #Roundup #USA #Etats-Unis #monoculture #agriculture #élevage #Argentine #Monsanto #pommes_De_terre #risques #génie_génétique #toxine_BT #pesticides #industrie_agro-alimentaire #glyphosate #herbicide #super_mauvaises_herbes #darwinisme #soja_roundup_ready #atrazin #business #santé #cancer #Mexique #propriété_intellectuelle #brevets #Percy_Schmeiser #sécurité_alimentaire #Ghana #malformation_congénitale #justice #biodiversité

    #USAID (qui lie #aide_au_développement et utilisation de OGM dans le pays qui va recevoir l’aide)

    #Gates_Foundation (qui finance des tests de plantes OGM au Ghana)

    #biotechnologie_agricole #coton #Bukina_Faso #coton_BT #Sofitex #rendements #Geocoton #Roundup_Ready_Flex_Cotton #néo-colonialisme

    #MON810 #maïs_MON810 #riz_doré #riz #Philippines #golden_rice #Syngenta #technologie #dengue #oxitec #moustiques_transgéniques #AGM #animaux_génétiquement_modifiés

    • Une ONG présentée dans le film, au Ghana :
      #Food_sovereignty_ghana

      Food Sovereignty Ghana is a grass-roots movement of Ghanaians, home and abroad, dedicated to the promotion of food sovereignty in Ghana. Our group believes in the collective control over our collective resources, rather than the control of our resources by multinational corporations and other foreign entities. This movement is a product of Special Brainstorming Session meeting on the 21st of March, 2013, at the Accra Freedom Centre. The meeting was in response to several calls by individuals who have been discussing, writing, or tweeting, about the increasing phenomenon of land grabs, the right to water and sanitation as a fundamental human right, water privatization issues, deforestation, climate change, carbon trading and Africa’s atmospheric space, and in particular, the urgent issue of the introduction of GM food technology into our agriculture, particularly, its implications on food sovereignty, sustainable development, biodiversity, and the integrity of our food and water resources, human and animal health, and our very existence as a politically independent people. These calls insisted that these issues need to be comprehensively addressed in a systematic and an organized manner.

      Foremost in these calls was the need for a comprehensive agricultural policy that respects the multi-functional roles played by agriculture in our daily lives, and resists the avaricious calculations behind the proposition that food is just another commodity or component for international agribusiness. The trade in futures or speculation involving food have pushed food prices beyond the reach of almost a billion of people in the world who go to bed, each day, hungry. Even though we have have doubled the amount of food to feed everybody in the world today, people still don’t have access to food. The primary cause of this is the neo-liberal agenda of the imperialists, such as the SAP, EPA, AGOA, TRIPS, AoA, AFSNA, AGRA, which have the focus on marginalising the small family farm agriculture that continues to feed over 80% of Africa and replacing them with governance structures, agreements and practices that depend on and promote unsustainable and inequitable international trade and give power to remote and unaccountable corporations.

      We came together in order to help turn a new leaf. We see a concerted effort, over the years, to distort our agriculture to such an extent that today, our very survival as a free and independent people crucially depend on how fast we are able to apply the breaks, and to rather urgently promote policies that focus on food for people, and value our local food providers, the arduous role of the resilient small family farm for thousands of years. We need to resist imperialist policies such as the Structural Adjustment Programmes of the World Bank and the IMF which rolled away 30 years of gains towards food sovereignty in the 1970s and 80s. Those African countries that graduated from the SAP were subsequently slammed with HIPIC. In all these years, the imperialist countries fortified their agricultural production with heavy government subsidies, as Africa saw the imposition of stringent conditionality removing all government subsidies on our own agriculture. The effect has been a destruction of our local food production capacity and a dependence on corporations for our daily food needs. This has had a devastating effect on Africa’s agriculture, and our ability to feed ourselves.

      We believe that a proper analysis of the food crisis is a matter that cannot be left with trade negotiators, investment experts, or agricultural engineers. It is essentially a matter of political economy. As Jean Ziegler succinctly puts it, “Every child who dies of hunger in today’s world has been murdered.” Our Food Under Our Control! is determined to make sure that such a crime becomes impossible in Ghana. Our number one mission is to switch the language from food security to food sovereignty as the goal, to repeat the words food sovereignty at every opportunity and say we don’t want food security, that can still be dependence, we want food sovereignty, we need food sovereignty. This is not the same as “food security”. A country can have food security through food imports. Dependence on food imports is precarious and prone to multiple risks — from price risks, to supply risks, to conditionality risks (policy conditions that come with food imports). Food sovereignty, on the other hand, implies ensuring domestic production and supply of food. It means that the nationals of the country (or at the very least nationals within the region) must primarily be responsible for ensuring that the nation and the region are first and foremost dependent on their own efforts and resources to grow their basic foods.

      Aims and objectives:

      1. To help promote the people’s right to healthy and culturally appropriate food produced through ecologically sound and sustainable methods, and to generally ensure the priority of domestic food crops produced by small farms over export crops.

      2. To help create mass awareness about the political, economic, health and environmental impacts of genetically modified food technology and defend the right of the people to define their own food and agricultural systems.

      3. To help ensure small farms are sustained by state provision and facilitation of necessary infrastructure: Security of land tenure, Water, Financial credit, Energy, Fertilizers, Transport, Storage, Extension service, Marketing, Technology and Equipment for production, harvesting, storage and transport, and Insurance against crop failures due to climate changes, or other unforeseen circumstances.

      4. To help resist the theft, destruction, and loss of the Commons, our natural and indigenous resources, by means of laws, commercial contracts and intellectual property rights regimes, and to generally serve as the watch-dog over all aspects of agricultural sustainability in Ghana.

      5. To help protect and preserve public access to and ownership of the Commons: Water, Land, Air, Seeds, Energy, Plants, Animals, and work closely with like-minded local, national, and international organisations in the realization of the foregoing objectives.


      http://foodsovereigntyghana.org

    • Un chercheur, #Damián_Verzeñassi de l’#université_de_Rosario, mentionné il y a une année dans un article de Mediapart :

      Argentine : soja transgénique voisine avec maladies

      Avia Terai, ville de 10 000 habitants, est exposée aux pulvérisations incessantes sur ses champs de soja et de coton de glyphosate, le composant de base de l’herbicide de Monsanto. Un pesticide que l’Organisation mondiale pour la santé a étiqueté cancérogène en 2015. Ici, des enfants naissent avec des malformations, des troubles neurologiques sévères et le taux de cancer est trois fois plus élevé que la moyenne nationale, selon l’étude du docteur argentin Damián Verzeñassi de l’université de Rosario. De son côté, Monsanto nie catégoriquement l’authenticité de ces études et considère que la #toxicité de son produit phare Roundup n’a pas encore été prouvée.

      https://www.mediapart.fr/studio/portfolios/argentine-soja-transgenique-voisine-avec-maladies

      Le chercheur a fait une étude dans laquelle il montrait un lien entre le glyphosate et le développement de cancer :
      “Hay una incidencia del glifosato en los nuevos casos de cáncer”

      Desde 2010 se hicieron relevamientos en 32 localidades de la región pampeana y se relevaron más de 110 mil personas. Según Verzeñassi, si se encontró en estas localidades, donde se aplicó el modelo productivo con transgénicos a base de agrotóxicos, un pico muy importante de casos de cáncer, hipotiroidismo y abortos espontáneos.


      https://rosarionuestro.com/hemos-encontrado-un-incremento-en-la-incidencia-del-glifosato-en-los

    • #Red_de_Médicos_de_Pueblos_Fumigados (Argentine)

      La Red Universitaria de Ambiente y Salud (REDUAS) es una coordinación entre profesionales universitarios, académicos, científicos, miembros de equipos de salud humana en sus distintos niveles y demás estudiosos, preocupados por los efectos deletéreos de la salud humana que genera el ambiente degradado a consecuencias de la actividad productiva humana, especialmente cuando esta se da a gran escala y sustentada en una visión extractivista.

      La REDUAS surge como una de las decisiones tomadas en el 1º Encuentro de Médicos de Pueblos Fumigados, realizado en la Facultad de Ciencias Médicas de la Universidad Nacional de Córdoba y organizado por el Modulo de Determinantes Sociales de la Salud de la Cátedra de Pediatría y por la Cátedra de Medicina I de dicha Facultad; concretado el 26 y 27 de agosto de 2010

      La REDUAS se construye para unir, coordinar y potenciar el trabajo de investigación científica, asistencia sanitaria, análisis epidemiológico y divulgación ,difusión y defensa del derecho a la salud colectiva, que realizan equipos que desarrollan este tipo de actividades en 10 provincias distintas de la Republica Argentina y que se encuentran activados por el problema del daño a la salud que ocasiona la fumigación o aspersión, sistemática de más de 300 millones de litros de plaguicidas sobre casi 12 millones de personas que conviven con los sembradíos de cultivos agroindustriales.

      Para avanzar en ese sentido se propone aportar al debate público por la necesidad de construir prácticas productivas que permitan una supervivencia feliz de la especie humana en la superficie terrestre y de la responsabilidad publica, privada, colectiva e individual en el resguardo de esas condiciones ecológicas.

      Considerando al derecho a la salud, como uno de los valores sociales que debemos tratar de privilegiar en el análisis de las decisiones políticas y económicas que se toman en nuestra sociedad, creemos necesario ampliar la difusión del conocimiento de los datos científicos que se dispone, y que muchas veces se invisibilizan; aportar a la generación de nuevos datos e informaciones experimentales y observacionales – poblacionales; y potenciar la voz de los equipos de salud, investigadores y pobladores en general afectados en sus derechos por agresiones ambiéntales generadas por practicas productivas ecológicamente agresivas.


      http://reduas.com.ar
      #résistance

    • #Madres_de_Ituzaingo_Anexo-Cordoba
      http://madresdeituzaingoanexo.blogspot.fr

      Madres de #Ituzaingó: 15 años de pelea por el ambiente

      En marzo de 2002 salieron a la calle por primera vez para reclamar atención sanitaria ante la cantidad de enfermos en el barrio.Lograron mejorar la zona y alejar las fumigaciones, nuevas normas ambientales y un juicio inédito. Dicen que la lucha continúa. Un juicio histórico


      http://www.lavoz.com.ar/ciudadanos/madres-de-ituzaingo-15-anos-de-pelea-por-el-ambiente
      #Sofia_Gatica

    • Transgenic DNA introgressed into traditional maize landraces in #Oaxaca, Mexico

      Concerns have been raised about the potential effects of transgenic introductions on the genetic diversity of crop landraces and wild relatives in areas of crop origin and diversification, as this diversity is considered essential for global food security. Direct effects on non-target species1,2, and the possibility of unintentionally transferring traits of ecological relevance onto landraces and wild relatives have also been sources of concern3,4. The degree of genetic connectivity between industrial crops and their progenitors in landraces and wild relatives is a principal determinant of the evolutionary history of crops and agroecosystems throughout the world5,6. Recent introductions of transgenic DNA constructs into agricultural fields provide unique markers to measure such connectivity. For these reasons, the detection of transgenic DNA in crop landraces is of critical importance. Here we report the presence of introgressed transgenic DNA constructs in native maize landraces grown in remote mountains in Oaxaca, Mexico, part of the Mesoamerican centre of origin and diversification of this crop7,8,9.

      https://www.nature.com/articles/35107068

    • #Gilles-Éric_Séralini

      Gilles-Éric Séralini, né le 23 août 1960 à Bône en Algérie1, est un biologiste français, professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen2. Il est cofondateur, administrateur et membre du conseil scientifique du CRIIGEN3, parrain de l’association Générations Cobayes4 et lanceur d’alerte5. Il est aussi membre du conseil scientifique de The Organic Center6, une association dépendant de l’Organic Trade Association (en)7, « le principal porte-parole du business bio aux États-Unis »8, et parrain de la Fondation d’entreprise Ekibio9.

      Il s’est fait notamment connaître du grand public pour ses études sur les OGM et les pesticides, et en particulier en septembre 2012 pour une étude toxicologique portée par le CRIIGEN mettant en doute l’innocuité du maïs génétiquement modifié NK 603 et du Roundup sur la santé de rats10,11. Cette étude, ainsi que les méthodes utilisées pour la médiatiser, ont été l’objet d’importantes controverses, les auteurs étant accusés d’instrumentaliser de la science, ou même suspectés de fraude scientifique12,13. En réalité, les agences de santé européennes et américaines réagissent sur le tard, indiquant les lacunes et faiblesses méthodologiques rédhibitoires de la publication (notamment un groupe de contrôle comportant un nombre d’individus ridiculement bas). Certains dénoncent aussi un manque de déontologie pour s’assurer d’un « coup de communication ». La revue Food and Chemical Toxicology retire l’étude en novembre 2013.


      https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles-%C3%89ric_S%C3%A9ralini

      Dans le documentaire on parle notamment d’un article qu’il a publié dans la revue « Food and chemical toxicology », que j’ai cherché sur internet... et... suprise suprise... je l’ai trouvé, mais le site de Elsevier dit... « RETRACTED »
      Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize
      https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0278691512005637

      Il est par contre dispo sur sci-hub !
      http://sci-hub.tw/https://doi.org/10.1016/j.fct.2012.08.005

      voici la conclusion :

      In conclusion, it was previously known that glyphosate con- sumption in water above authorized limits may provoke hepatic and kidney failures ( EPA ). The results of the study presented here clearly demonstrate that lower levels of complete agricultural gly- phosate herbicide formulations, at concentrations well below offi- cially set safety limits, induce severe hormone-dependent mammary, hepatic and kidney disturbances. Similarly, disruption of biosynthetic pathways that may result from overexpression of the EPSPS transgene in the GM NK603 maize can give rise to com- parable pathologies that may be linked to abnormal or unbalanced phenolic acids metabolites, or related compounds. Other muta- genic and metabolic effects of the edible GMO cannot be excluded. This will be the subject of future studies, including transgene and glyphosate presence in rat tissues. Reproductive and multigenera- tional studies will also provide novel insights into these problems. This study represents the first detailed documentation of long- term deleterious effects arising from the consumption of a GM R- tolerant maize and of R, the most used herbicide worldwide. Altogether, the significant biochemical disturbances and physi- ological failures documented in this work confirm the pathological effects of these GMO and R treatments in both sexes, with different amplitudes. We propose that agricultural edible GMOs and formu- lated pesticides must be evaluated very carefully by long term studies to measure their potential toxic effects.

    • #RiskOGM

      RiskOGM constitue depuis 2010 l’action de recherche du ministère en charge de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie pour soutenir la structuration d’une communauté scientifique et le développement de connaissances, de méthodes et de pratiques scientifiques utiles à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques sur les OGM.

      Le programme s’appuie sur un Conseil Scientifique et sur un Comité d’Orientation qui réunit des parties prenantes.

      Les axes de recherche prioritaires identifiés portent sur les plans de surveillance générale des OGM, la coexistence des cultures, la gouvernance, les aspects économiques, éthiques et sociaux ou encore la démarche globale d’analyse de la sécurité des aliments contenant des produits transgéniques,

      3 projets en cours ont été soutenus après un 1er appel à proposition fin 2010. Fin 2013, suite à un deuxième appel, le projet (#PGM / #GMO90plus) a été sélectionné et soutenu à hauteur de 2,5 M€. Il vise à une meilleure connaissance des effets potentiels sur la santé de la consommation sur une longue durée de produits issus des plantes génétiquement modifiées.

      http://recherche-riskogm.fr/fr
      #programme_de_recherche

      Un projet dont fait partie #Bernard_Salles, rattaché à l’INRA, interviewé dans le documentaire.
      Lui, semble clean, contrairement au personnage que je vais un peu après, Pablo Steinberg

    • Projet #G-Twyst :

      G-TwYST is the acronym for Genetically modified plants Two Year Safety Testing. The project duration is from 21 April 2014 – 20 April 2018.

      The European Food Safety Authority (EFSA) has developed guidance for the risk assessment of food and feed containing, consisting or produced from genetically modified (GM) plants as well as guidance on conducting repeated-dose 90-day oral toxicity study in rodents on whole food/feed. Nonetheless, the long-term safety assessment of genetically modified (GM) food/feed is a long-standing controversial topic in the European Union. At the present time there are no standardized protocols to study the potential short-, medium- and/or long-term toxicity of GM plants and derived products. Against this backdrop the main objective of the G-TwYST project is to provide guidance on long-term animal feeding studies for GMO risk assessment while at the same time responding to uncertainties raised through the outcomes and reports from recent (long-term) rodent feeding studies with whole GM food/feed.

      In order to achieve this, G-TwYST:

      Performs rat feeding studies for up to two years with GM maize NK603. This includes 90 day studies for subchronic toxicity, 1 year studies for chronic toxicity as well as 2 year studies for carcinogenicity. The studies will be based on OECD Test Guidelines and executed according to EFSA considerations
      Reviews recent and ongoing research relevant to the scope of G-TwYST
      Engages with related research projects such as GRACE and GMO90plus
      Develops criteria to evaluate the scientific quality of long-term feeding studies
      Develops recommendations on the added value of long-term feeding trials in the context of the GMO risk assessment process.
      As a complementary activity - investigates into the broader societal issues linked to the controversy on animal studies in GMO risk assessment.
      Allows for stakeholder engagement in all key steps of the project in an inclusive and responsive manner.
      Provides for utmost transparency of what is done and by whom it is done.

      G-TwYST is a Collaborative Project of the Seventh Framework Programme of the European Community for Research, Technological Development and Demonstration Activities. The proposal for G-TwYST was established in reponse to a call for proposals on a two-year carcinogenicity rat feeding study with maize NK603 that was launched by he European Commission in June 2013 (KBBE.2013.3.5-03).

      https://www.g-twyst.eu

      Attention : ce projet semble être sous forte influence des lobbys de l’OGM...

      Fait partie de ce projet #Pablo_Steinberg, interviewé dans le documentaire.

      Pablo Steinberg est d’origine argentine, il est également le toxicologue du projet « #GRACE : GMO Risk Assessment and communication evidence », financé par l’UE :

      GRACE was a project funded under the EU Framework 7 programme and undertaken by a consortium of EU research institutes from June 2012 - November 2015. The project had two key objectives:

      I) To provide systematic reviews of the evidence on the health, environmental and socio-economic impacts of GM plants – considering both risks and possible benefits. The results are accessible to the public via an open access database and other channels.

      II) GRACE also reconsidered the design, execution and interpretation of results from various types of animal feeding trials and alternative in vitro methods for assessing the safety of GM food and feed.

      The Biosafety Group was involved in the construction of the central portal and database (CADIMA; Central Access Database for Impact Assessment of Crop Genetic Improvement Technologies) that managed the information gathered in the pursuit of the two objectives and in the dissemination of information.

      http://biosafety.icgeb.org/projects/grace

      La conférence finale de présentation du projet GRACE a été organisée à Potsdam... un 9 novembre... date-anniversaire de la chute du mur...
      Voici ce que #Joachim_Schiemann, coordinateur du projet, dit à cette occasion (je transcris les mots prononcés par Schiemann dans le reportage) :

      « Nous aussi, avec nos activités, nous essayons d’abattre certains murs et de faire bouger certaines positions qui sont bloquées. Je trouve que c’est très symbolique d’avoir organisé cette conférence à Potsdam, à proximité de Berlin et des vestiges du mur »

    • Prof. Potrykus on #Golden_Rice

      #Ingo_Potrykus, Professor emeritus at the Institute of Plant Sciences, ETH Zurich, is one of the world’s most renowned personalities in the fields of agricultural, environmental, and industrial biotechnology, and invented Golden Rice with Peter Beyer. In contrast to usual rice, this one has an increased nutritional value by providing provitamin A. According to WHO, 127 millions of pre-school children worldwide suffer from vitamine A deficiency, causing some 500,000 cases of irreversible blindness every year. This deficiency is responsible for 600,000 deaths among children under the age of 5.

      https://blog.psiram.com/2013/09/prof-potrykus-on-golden-rice
      Ce riz, enrichi de #bêtacarotène pour pallier aux carences de #provitamine_A, a valu, à Monsieur #Potrykus, la couverture du Time, une première pour un botaniste :

    • Golden Illusion. The broken promise of GE ’Golden’ rice

      GE ’Golden’ rice is a genetically engineered (GE, also called genetically modified, GM) rice variety developed by the biotech industry to produce pro-vitamin A (beta-carotene). Proponents portray GE ’Golden’ rice as a technical, quick-fix solution to Vitamin A deficiency (VAD), a health problem in many developing countries. However, not only is GE ’Golden’ rice an ineffective tool to combat VAD it is also environmentally irresponsible, poses risks to human health, and compromises food security.

      https://www.greenpeace.org/archive-international/en/publications/Campaign-reports/Genetic-engineering/Golden-Illusion
      #rapport

    • #MASIPAG (#Philippines)

      MASIPAG a constaté que les paysans qui pratiquent la production agricole biologique gagnent en moyenne environ 100 euros par an de plus que les autres paysans, parce qu’ils ne dépensent pas d’argent dans des fertilisants et pesticides chimiques. Dans le contexte local, cela représente une économie importante. En plus, l’agriculture biologique contribue à un milieu plus sain et à une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Malgré cela, le gouvernement philippin poursuit une politique ambiguë. En 2010, il a adopté une loi sur la promotion de l’agriculture biologique, mais en même temps il continue à promouvoir les cultures génétiquement modifiées et hybrides nécessitant le recours aux intrants chimiques. La loi actuelle insiste également sur une certification couteuse des produits bio par les tiers, ce qui empêche les #petits_paysans de certifier leurs produits.

      http://astm.lu/projets-de-solidarite/asie/philipinnes/masipag
      #paysannerie #agriculture_biologique

    • #AquAdvantage

      Le saumon AquAdvantage (#AquAdvantage_salmon® pour les anglophones, parfois résumé en « #AA_Salmon » ou « #AAS ») est le nom commercial d’un saumon transgénique et triploïde1.

      Il s’agit d’un saumon atlantique modifié, créé par l’entreprise AquaBounty Technologies (en)2 qui est devenu en mai 2016 le premier poisson génétiquement modifié par transgenèse commercialisé pour des fins alimentaires. Il a obtenu à cette date une autorisation de commercialisation (après son évaluation3) au Canada. En juillet 2017, l’entreprise a annoncé avoir vendu 4,5 tonnes de saumon AquAdvantage à des clients Canadiens qui ont à ce jour gardés leur anonymat4. L’entreprise prévoit de demander des autorisations pour des truites5, des tilapias 5 et de l’omble arctique génétiquement modifiés6.

      Selon les dossiers produits par AquaBounty à la FDA, deux gènes de saumons Chinook et deux séquences provenant d’une autre espèce (loquette d’Amérique) ont été introduits7, (information reprise par un article du New-York Times8 et un article scientifique évoquent aussi un gène provenant d’un autre poisson (loquette d’Amérique9). En 2010, AquaBounty, produirait déjà au Canada sur l’Île-du-Prince-Édouard les œufs de poissons destinés à des élevages en bassins enclavés à terre au Panama10 pour des poissons à exporter (alors que l’étiquetage n’est toujours pas obligatoire aux États-Unis)10.

      Ce poisson est controversé. Des préoccupations scientifiques et environnementalistes portent sur les risques d’impacts environnementaux à moyen et long terme, plus que sur le risque alimentaire. La FDA a considéré que la modification était équivalente à l’utilisation d’un médicament vétérinaire (hormone de croissance et modification transgénique)11 et a donc utilisé son processus (dit « NADA12 ») d’évaluation vétérinaire. Dans ce cadre, la FDA a conclu que ce poisson ne présentait a priori pas de risques pour la santé, et pouvait être cultivé de manière sûre. Mais en 2013, l’opportunité d’élever un tel poisson reste très contestée13 notamment depuis au moins 1986 concernant les risques qu’il pourrait poser à l’égard de l’environnement14, l’autorisation de mise sur le marché pourrait être à nouveau repoussée15.


      https://fr.wikipedia.org/wiki/AquAdvantage
      #saumon #saumon_transgénique #AquaBounty_Technologies

      Aussi appelé...
      #FrankenFish


  • Driven from home, Philippine indigenous people long for their land | PLACE
    http://www.thisisplace.org/i/?id=09b0b6cd-b48a-4024-bb44-d28d9f91ca66

    This time feels different; we have been forced to leave our homes, and we are being told we need to give up our lands for our own good. But we cannot live like this - we belong in our ancestral lands, and we want to go back," he said.

    The Lumad in Mindanao in southern Philippines are part of nearly 17 million indigenous people in the country. They are among the poorest of minority groups, with little access to social services including education and healthcare, experts say.

    They have been caught in the middle of a five-decade old insurgency, as well as a push by logging and mining companies to tap Mindanao’s rich resources including gold, copper and nickel, after President Rodrigo Duterte said he would welcome investors.

    Their vulnerability has been exacerbated by the extension of martial law imposed in Mindanao last May by Duterte, who has called the island a “flashpoint for trouble” and atrocities by Islamist and communist rebels.

    “Duterte is waging war against defenceless indigenous people in Mindanao,” said Duphing Ogan, secretary general of indigenous peoples’ alliance Kalumaran.

    #Philippines #terres #peuples_autochtones #discriminations #évictions_forcées


  • Philippines / Brèves de Navotas
    http://philipperevelli.com/breves-de-navotas

    Deux mois que je me rends à Navotas une à trois fois par semaine et j’ai l’impression de n’avoir qu’effleuré le sujet. J’y suis d’abord allé accompagné, introduit, par des militants de Pamalakaya. Dans un espace limité au seul barangay Tangos (et encore, une partie seulement). On m’a installé à l’ombre, offert à manger. Du poisson frit, des moules grillées au feu de bois, des crevettes et bien sûr du riz. J’y suis retourné tout seul. J’ai élargi mon périmètre d’investigation. Jusqu’au port de pêche industrielle. On s’habitue à ma présence…


    #pêche #Philippines #photographie #Philippe_Revelli merci @fil


  • Vaccin contre la #dengue  : la justice philippine attaque Sanofi
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/02/06/vaccin-contre-la-dengue-la-justice-philippine-attaque-sanofi_5252422_3234.ht

    C’est l’hallali pour #Dengvaxia, le vaccin contre la dengue de Sanofi. Lundi 5 février, les autorités judiciaires philippines ont engagé des poursuites contre le laboratoire pharmaceutique français pour réclamer une compensation financière de quelque 4,2 millions de pesos, soit 65 300 euros, pour les parents d’une fillette de 10 ans, décédée après avoir reçu une dose de Dengvaxia.

    L’Etat philippin, qui soupçonne que 14 décès soient liés à la prise du vaccin, a également demandé au groupe français de rembourser l’intégralité du coût, de quelque 60 millions d’euros, du programme de vaccination contre la dengue lancé en 2015 auprès de 870 000 enfants.

    Dans un communiqué, Sanofi a fermement rejeté les accusations des autorités philippines, rappelant que l’hôpital général des Philippines avait assuré qu’il n’y avait « aucune preuve liant directement la prise du Dengvaxia à la mort de 14 personnes. En dix ans d’essais cliniques, et près d’un million de doses injectées, aucune mort liée au vaccin n’a été observée. Au contraire, l’administration du vaccin a réduit les risques liés à la prévalence de la dengue dans le pays. » Chaque année, entre 500 et 1 000 Philippins meurent à la suite de l’infection de la dengue.

    Le groupe français ajoute cependant que « s’il devait y avoir des atteintes à la santé dues à la dengue et qu’un lien avec la vaccination soit scientifiquement démontré, nous assumerions nos responsabilités. » Sanofi a également rejeté l’idée d’un remboursement du coût du programme de vaccination. « Cela signifierait que la formule n’est pas efficace, ce qui n’est pas le cas », indique le laboratoire français

    En janvier 2018, la société pharmaceutique avait cependant accepté le rachat des stocks de vaccins non utilisés après la suspension du plan de vaccination. En effet, Sanofi et l’Organisation mondiale de la santé s’étaient rendu compte que le vaccin n’était...

    Boum ! #paywall
    information passée inaperçue, en tous cas par moi, et je la découvre a posteriori ici https://seenthis.net/messages/649302

    • C’est l’hallali pour Dengvaxia, le vaccin contre la dengue de Sanofi. Lundi 5 février, les autorités judiciaires philippines ont engagé des poursuites contre le laboratoire pharmaceutique français pour réclamer une compensation financière de quelque 4,2 millions de pesos, soit 65 300 euros, pour les parents d’une fillette de 10 ans, décédée après avoir reçu une dose de Dengvaxia.

      L’Etat philippin, qui soupçonne que 14 décès soient liés à la prise du vaccin, a également demandé au groupe français de rembourser l’intégralité du coût, de quelque 60 millions d’euros, du programme de vaccination contre la dengue lancé en 2015 auprès de 870 000 enfants.

      Dans un communiqué, Sanofi a fermement rejeté les accusations des autorités philippines, rappelant que l’hôpital général des Philippines avait assuré qu’il n’y avait « aucune preuve liant directement la prise du Dengvaxia à la mort de 14 personnes. En dix ans d’essais cliniques, et près d’un million de doses injectées, aucune mort liée au vaccin n’a été observée. Au contraire, l’administration du vaccin a réduit les risques liés à la prévalence de la dengue dans le pays. » Chaque année, entre 500 et 1 000 Philippins meurent à la suite de l’infection de la dengue.

      Le groupe français ajoute cependant que « s’il devait y avoir des atteintes à la santé dues à la dengue et qu’un lien avec la vaccination soit scientifiquement démontré, nous assumerions nos responsabilités. » Sanofi a également rejeté l’idée d’un remboursement du coût du programme de vaccination. « Cela signifierait que la formule n’est pas efficace, ce qui n’est pas le cas », indique le laboratoire français

      Un véritable fiasco commercial

      En janvier 2018, la société pharmaceutique avait cependant accepté le rachat des stocks de vaccins non utilisés après la suspension du plan de vaccination. En effet, Sanofi et l’Organisation mondiale de la santé s’étaient rendu compte que le vaccin n’était efficace que pour les personnes qui avaient déjà été malades de la dengue, soit 80 % de la population aux Philippines. Les personnes n’ayant jamais été infectées avaient des risques de développer une forme plus sévère de la maladie.

      Pour Sanofi, le Dengvaxia est un véritable fiasco commercial. Alors que le vaccin n’est autorisé que dans 19 pays, il n’a été commercialisé que dans 11 pays, et seuls deux d’entre eux, les Philippines et l’Etat du Parana au Brésil, ont lancé des programmes publics de vaccination. « Si les Philippines ont arrêté leur campagne, ce n’est pas le cas dans le Parana », rappelle-t-on chez Sanofi. L’arrêt du programme aux Philippines serait plus lié à un règlement de comptes politique entre le gouvernement actuel et son prédécesseur.

      Le flop de Dengvaxia

      Ce devait être l’un des blockbusters de la division vaccins de Sanofi. Mais Dengvaxia, son vaccin contre la dengue, se vend au compte-gouttes depuis son lancement en 2015. Son chiffre d’affaires, qui s’élevait seulement à 55 millions d’euros en 2016. L’année 2017 ne s’annonce pas meilleure avec seulement 22 millions d’euros de ventes sur les neuf premiers mois de l’année.

      Le groupe n’a signé que deux contrats d’approvisionnement : l’un avec les Philippines, l’autre avec l’Etat du Parana au Brésil. « Nous sommes en train de discuter avec le gouvernement brésilien d’un programme de vaccinations plus étendu », expliquait le 12 octobre David Loew, dirigeant de Sanofi-Pasteur. Ce « flop » pose au groupe un important problème industriel : pour produire Dengvaxia, il avait investi 300 millions d’euros dans une usine à Neuville-sur-Saône (Rhône). Elle est aujourd’hui quasiment à l’arrêt, avec plusieurs années de stocks.

      Dengvaxia n’en est pas moins un échec. A son lancement, les analystes anticipaient un chiffre d’affaires entre 140 et 970 millions d’euros, du niveau d’un « blockbuster », pour le vaccin à l’horizon 2020. Au rythme actuel, l’estimation basse ne devrait jamais être atteinte. Après avoir réalisé pour 55 millions d’euros de ventes en 2016, le vaccin ne réalisait que 22 millions sur les neuf premiers mois de l’année 2017. Pis, l’usine de Neuville-sur-Saône (Rhône), où Sanofi avait investi 300 millions d’euros pour produire le nouveau vaccin, est quasiment à l’arrêt, avec plusieurs années de stocks de vaccins.

    • Mais pourtant notre ministre des laboratoires pharmaceutiques elle a dit et redit que les vaccins c’était pas dangereux.

      Dans un communiqué, Sanofi a fermement rejeté les accusations des autorités philippines, rappelant que l’hôpital général des Philippines avait assuré qu’il n’y avait « aucune preuve liant directement la prise du Dengvaxia à la mort de 14 personnes.

      Euh je sais pas mais 14 personnes qui meurent alors qu’elles prennent le même traitement c’est quand même troublant. Après on ne connaît pas le nombre total mais ça interpelle.
      Enfin, je n’y connais pas grand chose en immunologie mais un vaccin qui n’est efficace que sur les gens qui ont déjà contracté la maladie je trouve ça un peu chelou. Pour moi si on contracte la maladie et qu’on est toujours là c’est que notre corps a réussi à fabriquer les bons anticorps alors dans ce cas quel est l’intérêt du vaccin ? Mais peut-être que je dis des conneries…


  • Ocean Mapping Expedition Tracing Magellan’s Voyage Reaches the #Philippines · Global Voices

    https://globalvoices.org/2018/01/21/ocean-mapping-expedition-tracing-magellans-voyage-reaches-the-philippi

    The year 2021 will mark the 500th anniversary of Ferdinand Magellan’s journey around the globe. Ahead of this historic date, researchers have been following his tracks on board a sailboat led by the Geneva-based non-profit organization Foundation Pacifique. This ocean mapping expedition aims to explore humanity’s impact on the oceans and the environment. To replicate Magellan’s voyage, the research team set sail from Seville, Spain in April 2015 as part of a four-year trip which will take them around the world.

    #magellan #voyages #cartographie #cartographie_ancienne


  • 312 défenseurs de l’environnement et des droits humains ont été assassinés en 2017
    https://reporterre.net/312-defenseurs-de-l-environnement-et-des-droits-humains-ont-ete-assassin

    D’après le dernier rapport de #Front_Line_Defenders sorti début janvier 2018, 312 défenseurs des #droits_humains et environnementaux (DDHE) ont été tués en 2017, dans 27 pays. Plus des deux tiers d’entre eux défendaient les #droits_fonciers, environnementaux et #autochtones, presque toujours dans le contexte de #mégaprojets, d’#industries_extractives et de grandes entreprises. Malgré cette violence, ils sont plus nombreux que jamais à se battre, sur des thèmes de plus en plus variés, dans de plus en plus de pays. 80 % des meurtres ont eu lieu dans quatre pays seulement : le #Brésil, la #Colombie, le #Mexique et les #Philippines.

    Rapport à télécharger
    https://www.frontlinedefenders.org/fr/node/4104


  • Ocean Mapping Expedition Tracing Magellan’s Voyage Reaches the Philippines · Global Voices
    https://globalvoices.org/2018/01/21/ocean-mapping-expedition-tracing-magellans-voyage-reaches-the-philippi

    he year 2021 will mark the 500th anniversary of Ferdinand Magellan’s journey around the globe. Ahead of this historic date, researchers have been following his tracks on board a sailboat led by the Geneva-based non-profit organization Foundation Pacifique. This ocean mapping expedition aims to explore humanity’s impact on the oceans and the environment. To replicate Magellan’s voyage, the research team set sail from Seville, Spain in April 2015 as part of a four-year trip which will take them around the world.

    #magellan #voyages #expéditions #philippines


  • Turkish interior minister tells police to break drug dealers’ legs

    Turkey’s interior minister, #Süleyman_Soylu, has called on police to break the legs of drug dealers, the Ahval news website reported based on a Sputnik story.

    https://www.turkishminute.com/2018/01/04/turkish-interior-minister-tells-police-to-break-drug-dealers-legs

    #drogue #violence (et je ne sais pas quoi d’autre... #casser_les_jambes ?)

    Petite réaction spontanée à cette news :
    Süleyman Soylu comme #Rodrigo_Duterte, la #Turquie comme les #Philippines...
    #it_has_begun


  • How Duterte Turned Facebook Into a Weapon—With Help From Facebook - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/features/2017-12-07/how-rodrigo-duterte-turned-facebook-into-a-weapon-with-a-little-help-from

    Since being elected in May 2016, Duterte has turned Facebook into a weapon. The same Facebook personalities who fought dirty to see Duterte win were brought inside the Malacañang Palace. From there they are methodically taking down opponents, including a prominent senator and human-rights activist who became the target of vicious online attacks and was ultimately jailed on a drug charge.

    And then, as Ressa began probing the government’s use of social media and writing stories critical of the new president, the force of Facebook was turned against her.

    #Philippines #médias #facebook #politique


  • #Philippines prepared for ’worst-case scenario’ after 733,000 given dengue #vaccine that could worsen disease
    http://www.independent.co.uk/news/world/asia/philippines-dengue-fever-vaccine-children-immunisation-dengvaxia-sano

    The Philippines is prepared for a “worst-case scenario” after warnings that a vaccine against dengue fever could cause symptoms of the disease to become more severe.

    French pharmaceutical giant #Sanofi_Pasteur on Wednesday admitted clinical data showed Dengvaxia – the first licensed dengue vaccine – could make the disease worse in people who had not previously been infected with the virus.

    The Government suspended a school-based immunisation programme following the revelations, which came after more than 733,000 children had been immunised.

    Les Philippines suspendent le vaccin anti-dengue de Sanofi
    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20171201-philippines-autorites-annoncent-suspension-vaccin-ant-idengue-sanofi-pa

    Pays de lancement du premier vaccin anti-dengue au monde développé par le laboratoire pharmaceutique Sanofi Pasteur, les Philippines annoncent, ce vendredi 1er décembre, la suspension du vaccin, après la découverte par le laboratoire français, d’un risque d’aggravation de la maladie pour les sujets sans aucun antécédent de la maladie. Les autorités sanitaires de l’archipel prennent très au sérieux la mise en garde de Sanofi Pasteur. Il y a deux ans, l’arrivée du vaccin était très attendue dans ce pays tropical parmi les plus exposés à cette maladie potentiellement mortelle. Aujourd’hui, les critiques pointent une commercialisation, selon elles, trop hâtive et un gaspillage de l’argent public.


  • Deux militants des droits de l’Homme tués aux Philippines - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2017/11/29/deux-militants-des-droits-de-l-homme-tues-aux-philippines_1613311

    Les deux militants, qui enquêtaient sur des accusations d’accaparement de terres de paysans par un maire de l’île de Negros (centre), circulaient en moto lorsque des hommes armés, sur deux autres motos, les ont pris en chasse et ont ouvert le feu mardi, a annoncé la police.

    Elisa Badayos, une responsable de l’organisation nationale de défense des droits de l’Homme Karapatan, et Eleuterio Moises, membre d’une organisation paysanne locale, ont été tués et un autre membre de l’équipe d’enquête a été blessé, a ajouté la police.

    #terres #meurtres #Philippines #droits_humains


  • Les #Philippines face à l’EI

    Sur l’#île de #Mindanao, aux Philippines,l’armée philippine a affronté les combattants affiliés au groupe armé se désignant sous le nom d’Etat islamique (#EI). Entre mai et octobre 2017, les civils ont payé un lourd tribut.

    https://www.amnesty.fr/conflits-armes-et-populations/actualites/les-philippines-face-a-lei
    #conflit #Etat_islamique


  • Key facts about Asian Americans, a diverse and growing population

    The U.S. Asian population is diverse. A record 20 million Asian Americans trace their roots to more than 20 countries in East and Southeast Asia and the Indian subcontinent, each with unique histories, cultures, languages and other characteristics.


    http://www.pewresearch.org/fact-tank/2017/09/08/key-facts-about-asian-americans
    #Asie #USA #Etats-Unis #statistiques #chiffres #migrations #asiatiques #migrants_asiatiques #Chine #Inde #Philippines



  • La capitale des #Philippines s’enfonce sous les eaux
    https://www.mediapart.fr/journal/international/310717/la-capitale-des-philippines-s-enfonce-sous-les-eaux

    Vue aérienne de Manille, la capitale des Philippines. © Reuters Les dix villes les plus touchées par l’élévation du niveau de la #mer se trouvent en Asie. À Manille, capitale des Philippines, il est supérieur de 80 centimètres à celui d’il y a 50 ans. Le #Changement_climatique est une réelle menace pour la métropole, ses 9 millions d’habitants et sa multitude de villes côtières.

    #International #Climat #montée_des_eaux #océans