• White Phosphorus Melts Children’s Flesh But No Government Wants to Investigate, the US Uses It Too
    By Tareq Haddad On 11/4/19
    https://www.newsweek.com/why-united-nations-not-investigating-alleged-white-phosphorus-attacks-1468

    “It’s a horrific weapon. It burns things to the ground and terrifies people,” Hamish de Bretton-Gordon, the former head of the British Army’s chemical weapons unit, told Newsweek.

    “It’s extremely painful,” said Erik Tollefsen, head of the weapons contamination unit for the International Committee of the Red Cross (ICRC).

    “I’ve seen these burns first-hand when trying to assist and provide first aid to the victims of these attacks and it’s devastating... It burns deep, deep, deep into the body and the trauma it causes can be severe.”

    A Human Rights Watch (HRW) paper on the effects of the incendiary said: “Victims who survive their initial injuries may suffer from intense pain, severe infections, organ failure and lowered resistance to disease ... They may also suffer severe disfigurement and lifelong disability, psychological trauma, and an inability to reintegrate into society.” (...)

    #phosphore_blanc,

  • Statistiques de la conférence de presse des organisations syriennes et de la défense civile aujourd’hui sur les résultats de la récente campagne sur les zones libérées, #Idlib :
    - 600 victimes
    - 5 marchés populaires ciblés
    - 22 installations médicales ont été détruites
    - La fermeture de 55 établissements médicaux
    - Utilisation de chlore à Canibiet
    - 80 enfants tués
    - 50 écoles ciblées
    - 45 000 enfants sont sortis de l’éducation
    Déplacés 307 000 plus de 50 000 familles
    - 27 mosquées détruits
    - Destruction de 9 fours de production du pain
    - Brûler des cultures avec du Phosphore

    #guerre #conflit #victimes #statistiques #chiffres #phosphore #armes_chimiques Canibiet #destruction #écoles #enfants #déscolarisation #morts #décès

    Reçu d’un ami réfugié syrien qui vit à Grenoble, via whatsapp, le 01.06.2019

    • Stop the carnage: doctors call for an end to Syria hospital airstrikes

      Dozens of prominent doctors have called for urgent action to halt the bombing campaign by Syrian and Russian planes that has targeted more than 20 hospitals in Syria’s north-west, putting many out of action and leaving millions of people without proper healthcare.

      Coordinates for many of those hit had been shared with the regime and its Russian backers by the United Nations in an effort to protect civilians. The Syrian opposition were promised war planes would avoid identified sites on bombing raids; instead they have endured more than a month of fierce attacks.

      Since late April, in defiance of a truce brokered by Moscow and Ankara last year, regular airstrikes on opposition-held territory in northern Idlib province have killed hundreds of civilians and displaced hundreds of thousands more, rights groups say.

      They have also destroyed key parts of the healthcare system, says a letter from doctors around the world published in the Observer. “We are appalled by the deliberate and systematic targeting of healthcare facilities and medical staff,” they warned. “Their [the medical staff’s] job is to save lives, they must not lose their own in the process.”

      Signatories include Denis Mukwege, a gynaecologist who won the Nobel peace prize last year, Peter Agre, a physician who won the Nobel prize in chemistry in 2003, MP and doctor Sarah Wollaston, and Terence English, former president of the Royal College of Surgeons, as well as David Nott, a surgeon who works in war zones, and Zaher Sahloul, a Syrian exile, doctor and founder of a medical charity. They urged the UN to investigate the targeting of listed hospitals and asked the international community to put pressure on Russia and Syria to stop targeting medical centres and reverse funding cuts to surviving hospitals and clinics that are now overwhelmed by refugees.

      One paediatrician, Abdulkader Razouk, described to the Observer how he and his colleagues evacuated an entire hospital including dialysis patients, mothers in labour and premature babies in incubators, as airstrikes began in their town, at least 12 miles from the frontline. “After the airstrikes, but before the direct attack, we knew the hospital would be targeted,” he said in a phone interview about the Tarmala hospital, which was eventually hit on 10 May. “Only a few medical staff stayed to provide emergency response.”
      Letters: The BBC’s wish for a finger in every pie
      Read more

      The airstrike destroyed more than half the hospital and much of its equipment from beds and generators to the operating theatres, emergency services and pharmacy. Staff went back briefly to hunt through the rubble for any supplies that survived the onslaught but the building is now abandoned. “It would be impossible to rebuild and reopen now,” Razouk said. “The airstrikes are continuing and still targeting the hospital until this moment, even though it’s empty.”

      The May bombing was not the first attack on the hospital. That came in 2015, first with the Syrian military’s wildly inaccurate barrel bombs, and later by Russian missiles, that destroyed a residential building next door but spared the clinic itself. In 2018 there was a direct hit on the clinic but then it was able to reopen after repairs.

      However the damage after the latest attack was so severe that it is beyond repair, and anyway most of the civilians it served have fled, Razouk said.

      “This was the worst attack, it has been very tough, there is no possibility whatsoever to continue work there,” he said. “Life can’t return to this area, especially under these brutal attacks. There are no people, not even animals, there’s nothing left in there, it’s like a doomed land. There is no hope to go back.”

      He and other staff are opening a new temporary hospital near the Turkish border, where most of the residents of Tarmala have fled and are now living in refugee camps. It will have some of the neonatal incubators and dialysis machines evacuated before the strike, but there is a desperate need for more supplies.

      Around 80 medical facilities – including clinics and hospitals – have been shut because of damage in attacks or because of fear they will be targeted, said Mohamad Katoub from the Syrian American Medical Society. The huge number of refugees displaced by attacks has left those that are still operating overwhelmed.

      “The tactic of attacking health and other civilian infrastructure in Syria is not new, displacement is not new, these are all chronic issues. But this is the biggest displacement ever, and it is much further beyond our capacity as NGOs to respond,” he said.

      Turkey, which backs Idlib’s rebel groups, is already home to 3.6 million Syrians and faces the dilemma of whether or not to absorb any of the newly displaced. A group were reportedly planning a protest march to the border at the weekend.

      The de-escalation deal brokered last autumn saved Idlib and the surrounding countryside from an impending government assault. At the time, aid agencies warned that a military campaign would put the lives of 3 million civilians at risk, and trigger the worst humanitarian crisis of an already protracted and bloody war.

      But the agreement has unravelled since January, when the hardline Islamist group Hayat Tahrir al-Sham (HTS) wrested control of the area from more moderate rebels.

      Damascus and Moscow have said the HTS takeover legitimises the current campaign against Idlib as they are targeting terrorists not covered by the ceasefire deal.

      Many civilians in Idlib now feel they have been caught between the harsh rule of HTS and the intensified regime assault, and say that life has all but ground to a halt.

      “I was studying at Idlib university but I’ve had to stop going. So has my sister,” said 22-year-old Raja al-Assaad, from Ma’arat al-Nu’maan, which has been under heavy attack.

      “Some people have left to try to go to Turkey but the truth is that there is nowhere to go. Nowhere in Idlib is safe. And in my town we already have lots of people who have been displaced from lots of other areas of Syria.”

      “All normal life has shut down and there is nothing for us to do except wait for death.”

      https://www.theguardian.com/world/2019/jun/02/doctors-global-appeal-stop-syria-bombing-hospitals-idlib

    • Russie/Syrie : Nouveau recours à des #armes interdites

      Ces attaques qui aggravent les souffrances des civils violent les normes du #droit_international.

      Les forces armées russes et syriennes ont utilisé de manière indiscriminée des armes interdites en vertu du droit international contre des zones civiles dans le nord-ouest de la Syrie au cours des dernières semaines, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Selon les Nations Unies, cette région est actuellement habitée par environ trois millions de civils, dont au moins la moitié sont des personnes déplacées ayant fui d’autres régions du pays.

      Depuis le 26 avril 2019, l’alliance militaire russo-syrienne a mené quotidiennement des centaines d’attaques contre des groupes antigouvernementaux dans les gouvernorats d’Idlib, de #Hama et d’#Alep,, tuant environ 200 civils, dont 20 enfants. L’alliance a utilisé contre des zones civiles densement peuplées des armes à sous-munitions et des armes incendiaires, pourtant interdites selon le droit international, ainsi que des barils d’explosifs (« #barrel_bombs ») largués sur ces zones, d’après des secouristes, des témoins et des informations disponibles via des sources en accès libre. Le 17 mai, le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu une deuxième réunion d’urgence au sujet de la situation dans le nord-ouest de la Syrie, sans pour autant élaborer une stratégie précise pour protéger les civils qui y résident.

      « L’alliance militaire russo-syrienne utilise de manière indiscriminée contre des civils piégés une panoplie d’armes pourtant interdites par le droit international », a déclaré Lama Fakih, directrice par intérim de la division Moyen-Orient à Human Rights Watch. « Entretemps, la Russie exploite sa présence au Conseil de sécurité des Nations Unies pour se protéger et pour protéger son allié à Damas, et pour poursuivre ces exactions contre des civils. »

      Les armes à sous-munitions peuvent être lancées depuis le sol par des systèmes d’artillerie, des roquettes et des projectiles, ou bien larguées depuis le ciel. Elles explosent généralement dans l’air, dispersant plusieurs petites bombes, ou sous-munitions, au-dessus d’une vaste zone. De nombreuses sous-munitions n’explosent toutefois pas lors de l’impact initial, ce qui laisse au sol de dangereux fragments explosifs qui, à l’instar des mines terrestres, peuvent mutiler et tuer, des années après.

      Les armes incendiaires, qui produisent de la chaleur et du feu par le bais de la réaction chimique d’une substance inflammable, provoquent des brûlures atroces et sont capables de détruire des maisons et d’autres structures civiles.

      La Convention de 2008 sur les armes à sous-munitions interdit l’utilisation d’armes à sous-munitions, tandis que le Protocole III de la Convention sur les armes classiques interdit certaines utilisations des armes incendiaires. La Russie et la Syrie ne font pas partie des 120 pays ayant adhéré à la Convention sur les armes à sous-munitions, mais la Russie est un État partie au Protocole sur les armes incendiaires.

      https://www.hrw.org/fr/news/2019/06/03/russie/syrie-nouveau-recours-des-armes-interdites

    • La battaglia per Idlib

      Dal 26 aprile le forze del governo siriano, sostenute dall’assistenza militare russa, hanno intensificato un’offensiva a Idlib, nella provincia nord-occidentale della Siria, l’ultima roccaforte dell’opposizione armata al presidente Assad. A Idlib vivono quasi tre milioni di persone, metà delle quali sfollate internamente. Per questo gli accordi di Astana firmati proprio dalla Russia, insieme a Turchia e Iran, indicavano Idlib come una zona di de-escalation delle violenze. Un accordo però che non sembra più aver valore. Ieri la Russia ha bloccato una dichiarazione del Consiglio di sicurezza dell’ONU, con la quale il consiglio voleva lanciare un allarme per l’intensificarsi del intorno alla provincia di Idlib, con l’intento di scongiurare un disastro umanitario.

      Anche nel conflitto libico i civili sono quelli a pagare il prezzo più alto. Attualmente in Libia ci sono oltre 1 milione di persone bisognose di assistenza umanitaria e protezione. Non solo migranti e rifugiati, ma anche sfollati libici che vivono in condizioni di estrema marginalità sociale, senza accesso a cure e servizi essenziali e martoriati dal conflitto in corso. La campagna #Oltrelefrontiere ” promossa da CIR vuole migliorare il livello di protezione di migranti, rifugiati e sfollati interni, fornendo assistenza umanitaria e promuovendo la ricerca di soluzioni durature, per contribuire alla progressiva normalizzazione delle loro condizioni di vita.

      https://www.raiplayradio.it/articoli/2019/06/Rai-Radio-3-Idlib-Siria-4e42d346-f7d0-4d71-9da3-7b293f2e7c89.html

  • La coalition internationale reconnaît l’usage d’obus au phosphore à Mossoul
    http://www.lemonde.fr/international/article/2017/06/14/la-coalition-internationale-reconnait-l-usage-d-obus-au-phosphore-a-mossoul_

    La coalition internationale a bien tiré des obus au phosphore blanc dans des zones habitées contrôlées par l’organisation Etat islamique (EI) à Mossoul, en Irak, et vraisemblablement à Rakka, en Syrie : des munitions qui se dispersent dans l’air et qui, en retombant au sol, provoquent des brûlures profondes qui atteignent les muscles et les os.

    « Nous avons fait usage de phosphore blanc dans l’ouest de Mossoul pour créer un écran de fumée et permettre aux civils de fuir », a déclaré mardi 13 juin le général néo-zélandais Hugh McAslan, porte-parole de la coalition, à la radio publique américaine NPR.

  • Iraq/Syria : Danger From US White Phosphorus

    (Washington, DC) – The use of artillery-delivered white phosphorus by the United States-led coalition fighting Islamic State (also known as ISIS) forces in Syria and Iraq raises serious questions about the protection of civilians, Human Rights Watch said today. This multipurpose munition should never be used as an incendiary weapon to attack personnel or materiel in populated areas, even when delivered from the ground.

    https://www.hrw.org/sites/default/files/styles/1070w/public/multimedia_images_2017/201706arms_iraq_syria_white_phosphorus.jpg?itok=OgmGNOrV
    https://www.hrw.org/news/2017/06/14/iraq/syria-danger-us-white-phosphorus
    #Irak #armes #conflit #guerre #Syrie #phosphore #phosphore_blanc (?) #white_Phosphorus #armes_chimiques

  • #Nauru - How to Make Money with Bird Shit

    This was the only country on my trip where the immigration requirements were not really clear to me, as the few comments on the net I found made different statements, one claiming they even refuse the boarding without showing a visa, confirmed hotel booking and booked onward flight. As I hoped for a visa on arrival I was a bit nervous at the airport check in. But nobody asked me for anything of those things. In Nauru I became nervous again already seeing me arguing with the immigration officer. To my surprise not even a visa on arrival was required, as they just gave me a transfer stamp for the 3 days I´ve planned to stay. „Great I´m in“, I thought, not knowing that exactly 3 days later I will think, „Great I´m out“.

    https://thorstenmehret.exposure.co/nauru-how-to-make-money-with-bird-shit?slow=1

  • http://emmabuntus.sourceforge.net/mediawiki/index.php/Phosphore_Mars_2015

    Patrick est bénévole à Emmaüs, l’association de lutte contre la pauvreté créée par l’Abbé Pierre. Il a élaboré Emmabuntüs, un système d’exploitation qui redonne vie aux ordinateurs hors d’usage.

    1- Des trésors au fond de nos poubelles

    En France, chaque habitant produit près de 14 kilos de déchets électroniques par an : des téléphones, des ordis obsolètes ou dont on ne sert plus. Plutôt que de les garder dans un placard ou de les abandonner sur le trottoir, de plus en plus de gens ont le bon réflexe de les donner à des associations comme Emmaüs, qui revend des produits d’occasion pour aider les plus pauvres. Mais personne ne veut d’un vieil ordi qui rame et qui plante.

    2- De la bidouille et des lignes de codes

    « Redonner vie aux ordis passe par deux étapes », explique Patrick, l’ingénieur électronique qui a développé ce projet.

    1/ Le matériel : « on récupère un processeur sur un vieux PC, un ventilo sur un autre, une carte-mère sur un troisième. Les bénévoles du collectif Emmabuntüs reconstruisent des machines pour les mettre en état de marche. »

    2/ Le logiciel : ici, pas de piratage de systèmes d’exploitation ni de versions craquées de Microsoft illégales et rapidement obsolètes. « Je me suis inspiré du logiciel libre Ubuntu que des codeurs du monde entier développent bénévolement depuis 10 ans. J’ai mis au point un système d’exploitation gratuit qui tient dans une clé USB et ressuscite les machines, même anciennes, en moins d’une demi-heure : Emmabuntüs . »

    3- Un kit simple mais complet

    « Une fois reconfigurées, ces machines sont très faciles à utiliser, y compris par quelqu’un n’ayant jamais touché à un ordinateur ». Revendues par Emmaüs à partir de 50 euros - contre environ 200 euros dans le commerce – elles permettent à des étudiants défavorisés, à des chômeurs ou à des personnes en réinsertion de rester connectés. Emmabuntüs fait tourner un navigateur Internet, un traitement de texte, un tableur, une messagerie pour consulter des offres d’emploi, trouver des aides, envoyer des CV. Des logiciels comme Skype pour échanger, FreetuxTV pour regarder quelques émissions de télé, un lecteur de MP3 et VLC. Mais peu de jeux (un super Mario chez les pingouins, un jeu de belote…) « Un Français sur cinq n’est pas encore d’ordinateur. Notre projet permet de lutter contre les inégalités face au numérique. »

    4- Une solution qui peut faire le tour du monde

    Patrick a mis Emmabuntüs à disposition gratuitement. En 2014, il a été téléchargé plus de 100 000 fois ! En France mais aussi en Afrique, où des cybercafés l’ont installé pour rendre Internet accessible au plus grand nombre, depuis des ordis souvent anciens. « Emmabuntüs a été intégré aux Jerrys, ces ordis réassemblés dans des bidons en plastique à partir de composants récupérés. Le JerryClan de Côté d’Ivoire développe des usages innovants : JerryTub pour le suivi des malades de la tuberculose, m-Pregnancy pour le suivi des femmes enceintes, OpenDjeliba, une plate-forme collaborative d’information citoyenne, et Môh Ni Bah pour la déclaration des naissances en zone rurale. »

    http://emmabuntus.sourceforge.net/mediawiki/images/0/00/Phosphore_Mars_2015_Ils_inventent_demain_Emmabuntus_Poster.p

    Article écrit par Anne-Sophie Chilard pour Le magazine Phosphore

    #DEEE
    #emmaüs
    #recycler-vieux-pc
    #phosphore

    • http://www.maxisciences.com/sahara/comment-la-poussiere-du-sahara-fertilise-chaque-annee-les-forets-de-l-

      Une nouvelle vidéo de la NASA dévoile comment la poussière du désert du Sahara est transportée chaque année par les vents et permet de fertiliser grâce à son phosphore les sols de la forêt amazonienne.

      Ce phénomène naturel est connu des scientifiques depuis quelques temps. Toutefois, sa portée est restée jusqu’à présent de l’ordre de l’hypothèse. Une nouvelle étude menée par des chercheurs du NASA Goddard Space Flight Center, a finalement permis de quantifier la proportion exacte de poussière subsaharienne transportée annuellement. Une animation, réalisée pour l’occasion rapporte l’évolution de ces composés lors de leur voyage trans-atlantique. « Nous savons que la poussière est très importante à bien des égards. C’est une composante essentielle du système de la Terre. La poussière affecte le climat tout comme le changement climatique a une incidence sur la poussière », explique dans un communiqué Hongbin Yu, directeur des travaux de recherche.

  • A quoi ressemblerait la Terre sans #microbes ?
    http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2014/12/21/a-quoi-ressemblerait-la-terre-sans-microbes

    En l’absence des #procaryotes, toute la #chaîne_alimentaire imploserait.

    Commençons par le bas. Sans les #bactéries, qui jouent un rôle essentiel dans la fixation de l’#azote par les #plantes, la #photosynthèse cesserait dans l’année qui suivrait. L’humanité pourrait néanmoins parer le coup en nourrissant ses cultures avec des engrais azotés que l’on sait produire à bas coût. Mais pourrait-on également apporter ces compléments à toutes les grandes zones végétales sauvages du monde, à toutes les #forêts tropicales, à la #taïga, à la #savane, etc. ? On en doute. Passons à l’étage supérieur, celui des #herbivores et en particulier des ruminants qui nous fournissent leur #viande et leur #lait. Si nous ne voulons pas dire « adieu, veaux, vaches, moutons, chèvres », il faudra là encore, expliquent Gilbert et Neufeld, avoir recours au talent des chimistes humains pour que ces animaux se passent des services des bactéries et archées qui aident notre bétail à digérer la #cellulose des plantes.

    Ce n’est là que le début des problèmes. Il faudrait par exemple penser à donner à tous les animaux du monde (et notamment au #phytoplancton) de la vitamine B12 qui nous est fournie grâce à l’activité bactérienne. Cette dernière joue aussi un rôle important dans le recyclage de la biomasse. Ainsi, sans les bactéries, le #phosphore qui existe en quantité limitée à la surface de la planète et qui est contenu dans les êtres vivants, ne pourrait plus, une fois ceux-ci passés de vie à trépas, être restitué à la nature et viendrait progressivement à manquer, en particulier dans les #océans qui cesseraient de produire de la vie en quelques décennies, sauf à se dire que nos chimistes joueraient de nouveau les pompiers et ensemençant toutes les mers du globe en phosphore...

    Même en imaginant que nous puissions, par notre chimie, empêcher la chaîne alimentaire de s’effondrer complètement, il est un domaine où l’absence de bactéries finirait par se faire cruellement sentir : celui de l’#oxygène que nous respirons. Sa production serait déjà bien entamée par la disparition prévisible d’une bonne partie des écosystèmes végétaux, terrestres ou marins, mais le phénomène serait aggravé parce qu’une partie de cet oxygène provient directement des #cyanobactéries ! Nous pourrions vivre sur les réserves probablement pendant plusieurs centaines de millénaires, calculent nos deux biologistes, mais celles-ci finiraient par s’épuiser.

    Il est de toute manière fort probable qu’avant d’arriver à l’asphyxie finale, l’humanité n’aura pas survécu à des périodes prolongées de famine et de guerres pour la nourriture dignes de certaines fictions apocalyptiques. Les auteurs soulignent que, même si la disparition subite des bactéries n’entraînait pas dans la foulée celle des plantes et animaux, « la survie à long terme des eucaryotes serait douteuse ». Bel euphémisme. Cette expérience de pensée a le mérite, en décortiquant la multitude de processus dans lesquels les #micro-organismes sont impliqués, de mettre en lumière à quel point ces minuscules êtres, que l’on regroupe un peu par dédain sous le terme de « microbes », sont en réalité les véritables maîtres de la #vie sur #Terre.

  • http://errata.eklablog.com/sans-crier-gare-surgit-la-nuit-extraits-a107592382


    Sans crier gare surgit la nuit (extraits)

    Quand je me suis présenté, Gino a scruté mes traits d’un air interrogatif. Puis il m’a dit qu’il me reconnaissait.
    Il parle lentement, d’une voix cassée, en économisant ses forces – son visage émacié porte des traces profondes de brûlures, surtout sur les joues et le cou. Son crâne est glabre hormis une touffe de cheveux ras à la lisière du front. Son dos a été gravement brûlé et surtout la partie postérieure de sa tête. Le cartilage de ses oreilles a dû être entièrement reconstitué par des greffes, mais leur aspect est plutôt informe.
    Il semble content que quelqu’un vienne lui parler. Il se force à sourire – il sourit sans étirer les lèvres, ce qui dégage une étrange impression de fixité, comme s’il portait un masque rigide. Il change souvent de position sur son matelas antalgique et son visage grimace durant de brefs instants. Ses yeux sont vifs et son intelligence semble intacte.


    La politique le passionne depuis toujours – très jeune, il a été pigiste pour divers journaux et a créé un site d’information sur la Toile. Il est convaincu que le raz de marée PSAR n’est pas la fin de l’histoire, d’autres partis naîtront et mourront après lui. Il pense que la phase de dépolitisation de la population n’est pas encore arrivée à son terme – il prévoit qu’aux prochaines élections législatives, plus de soixante pour cent des électeurs s’abstiendront et dix pour cent voteront nul.
    Il résume ainsi l’idée que les gens se font des hommes politiques. L’un d’eux se tourne vers un collègue et déclare : « En y réfléchissant bien, il doit y avoir un moyen de faire de la politique honnêtement.
    – Ah oui, et lequel ? interroge l’autre.
    – Eh bien, conclut le premier, j’étais certain que tu ne le connaissais pas non plus. »
    Les yeux dans le vague, Gino caresse distraitement les cicatrices de son cou.
    « Tout le monde a peur, poursuit-il, tout le monde se méfie de tout le monde. Le suicide est devenu la première cause de mortalité chez les gens de moins de trente-cinq ans, l’accident vasculaire chez les autres, le désespoir engendre la violence qui renforce le besoin sécuritaire – comment sortir de ce cercle vicieux ? »
    Nous parlons de l’attentat et il me décrit le dispositif des tueurs : des bombes incendiaires petites et discrètes disséminées parmi les rayons, de préférence près de produits inflammables. Ces bombes contiennent du phosphore blanc et ont été réalisées de manière artisanale par un artificier compétent qui a pris soin de n’utiliser que des matières non signalées par le détecteur de métal : boîtiers en résine polyester, retardateurs et détonateurs en graphène. Mais cela, je le sais déjà. J’ai lu et relu ad nauseam tous les rapports d’expertise. Le phosphore blanc est un matériau pyrophorique – cela signifie qu’il s’enflamme spontanément au contact de l’air. Il brûle en produisant une flamme jaune et provoque de douloureuses brûlures chimiques qui ont l’aspect de zones nécrosées de couleur jaunâtre. Il est très soluble dans les lipides, c’est pourquoi les particules enflammées s’enfoncent rapidement sous la peau. Les brûlures sont généralement multiples et profondes, car le phosphore blanc continue à brûler jusqu’à ce qu’il soit totalement consumé ; il peut donc pénétrer jusqu’à l’os – les membres des blessés ressemblent alors à des mottes de gruyère. La combustion dégage une épaisse fumée blanche et corrosive qui attaque les muqueuses des yeux et des bronches. Les survivants à une attaque de ce type souffrent la plupart du temps de problèmes pulmonaires.
    Les rapports précisaient que le phosphore blanc n’est pas un produit réservé à l’usage militaire puisqu’il a une infinité d’applications. On le retrouve dans un nombre considérable de produits, des boissons gazeuses à la pâte dentifrice. L’industrie s’en sert pour produire de l’acide phosphorique, pour fabriquer des engrais, des additifs alimentaires, des produits de nettoyage et bien d’autres choses encore, comme la méthamphétamine, une drogue puissamment neurostimulante.

    Gino me répète tout cela, mais ne m’apprend rien. J’attends qu’il en vienne à l’essentiel, qu’il me raconte ce qu’il a vu dans la parfumerie avant d’être blessé et de perdre la mémoire des visages. Je suppose qu’il devine ma curiosité – il est l’un des principaux témoins de l’attentat qui a coûté la vie de ma fille, fait qu’il ne doit pas ignorer. Mais que pourra-t-il m’apprendre de plus que ce qu’il a déjà raconté des dizaines de fois à la police et que j’ai lu dans les rapports ? J’aimerais qu’il me révèle un détail nouveau qui mettrait mon imagination en marche. Mes mains se crispent, elles sont nouées l’une à l’autre jusqu’à me faire mal, je déglutis ma salive pour contrôler ma nausée. Il me parle de cette femme assez corpulente présente dans la parfumerie. Le vigile l’a accostée au moment où elle sortait. L’homme a demandé à voir l’intérieur de son sac. Elle a pâli en l’ouvrant. Le vigile voulait l’entraîner dans une petite salle au fond de la parfumerie pour la fouiller. La femme a lâché son cabas pour s’enfuir. Le molosse l’a retenue par le bras, il a ramassé le sac, puis il l’a poussée vers la petite salle du fond – Gino a oublié les traits de la cliente, mais il se souvient que les gens qui étaient là paraissaient embarrassés, peut-être même offusqués qu’on traite ainsi une femme qui n’était sans doute plus très jeune. Il a décidé de quitter la parfumerie alors que la femme tentait de se dégager, mais le vigile la retenait fermement par le col de sa robe ou par le bras – il ne saurait le dire avec précision. L’homme a fourragé dans le sac et a crié : « Regardez, elle a pris ça ! » en tendant à bout de bras un petit boîtier noir à peine plus gros qu’un réveille-matin. À l’instant où il a prononcé la dernière syllabe, il a disparu dans une gerbe de feu. Gino Fontaine franchissait le seuil de la parfumerie et son corps frappé par un souffle brûlant a bondi comme un ressort vers les policiers de l’entrée. L’un d’eux l’a reçu dans les bras.
    L’analyse de l’ADN des cadavres extraits de la parfumerie n’avait pourtant conduit à aucune piste sérieuse. Si la cliente mystérieuse de Gino avait eu effectivement un rôle dans l’attentat et si elle avait péri dans l’incendie, elle n’était en tout cas répertoriée sur aucun fichier de police.
    On a montré à Gino le portrait de toutes les victimes, celles de la parfumerie et les autres, mais leurs visages ne lui disaient rien. La police a reconstitué la façon dont ces victimes étaient vêtues, Gino penchait pour une robe en matière synthétique de ton grenat, mais ne pouvait l’affirmer. Les enquêteurs s’étaient heurtés à une difficulté majeure : l’incendie avait eu raison des supports numériques où étaient gravés les films de télésurveillance. Tout ce que les caméras avaient enregistré, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du centre commercial, était parti en fumée. Il semble que des bombes aient été placées intentionnellement tout près de la cabine de gardiennage où étaient centralisés ces enregistrements et la plupart des vigiles présents avaient d’ailleurs péri lors des explosions.

    [...]

    Le groupe semble avoir achevé les préparatifs et se dirige en file indienne vers le biopôle. Le type baraqué qui marche à nos côtés nous prévient que l’action durera exactement sept minutes et que ceux qui s’attarderont au-delà de ce délai devront se débrouiller par eux-mêmes.
    Je me demande : Que faire si je ne la retrouve pas en sept minutes ?
    Le petit groupe de tête composé de cinq ou six militants armés de pinces-monseigneurs et accompagnés de quelques chiens, sectionne le grillage de clôture et pénètre sans difficulté dans le parc de stationnement.
    Pour l’instant, en apparence, aucune alarme ne s’est déclenchée.
    Les chiens, débarrassés de leurs muselières, s’élancent aussitôt à la recherche de ceux des vigiles.
    Des silhouettes un peu titubantes – le personnel de sécurité semble avoir été surpris en plein sommeil – font leur apparition au seuil des bâtiments et s’avancent prudemment sur le parc.
    Je regarde ma montre : il est quatre heures sept.
    Probablement impressionnés par le nombre d’assaillants, les vigiles rebroussent chemin et vont se réfugier dans les bâtiments en gardant leurs chiens près d’eux.
    Les portes des deux immeubles jumeaux sont fracassées à coup de massue et les sirènes se mettent à hurler, divers voyants de sécurité s’affolent et clignotent à tout crin.
    Des militants s’infiltrent dans chacun des deux bâtiments, le groupe le plus nombreux envahit celui qui abrite le CEPEN et l’animalerie – nous sommes une trentaine à nous ruer à travers le sas, horde compacte et bruyante piétinant des débris de verre (je note que la plupart des militants sont chaussés de solides godillots). Les chiens semblent avoir parfaitement compris que leur rôle consistait à neutraliser non seulement leurs congénères à quatre pattes, mais aussi tout individu porteur d’uniforme et ils trouvent d’instinct la loge des gardiens – lesquels ont tenté de se barricader dans leur cage vitrée en déplaçant du mobilier, défense dérisoire face aux massues des assaillants. Ces vigiles ne sont que trois, des types bedonnants, plus âgés et beaucoup moins athlétiques que ceux de l’équipe de jour. Bien que portant pistolet au ceinturon, ils n’opposent pas de résistance, se laissent bâillonner et ligoter, puis attacher à leurs fauteuils. Leurs chiens sont piqués et endormis, le matériel informatique et de télécommunication soigneusement détruit en l’espace de quelques secondes.

    Le gros des troupes se dirige vers l’animalerie située au premier étage. Pour ma part, je cherche les salles d’opération ou d’hospitalisation et bute sur des portes blindées et verrouillées qui, à mon grand regret, n’intéressent pas les autres. Je m’adresse à un garçon armé d’une massue et lui demande de fracasser la large porte du secteur d’examen et d’internement. Elle est munie d’un dispositif de verrouillage de sécurité automatique et résiste plusieurs minutes, mais son blindage se déforme petit à petit et elle finit par céder avec un claquement sec qui couvre durant une fraction de seconde le bruit strident de la sirène d’alarme.
    Un long couloir s’ouvre devant moi, éclairé à intervalles réguliers par les balises de veille qui dessinent le volume d’une voûte sombre et sinistre. Le sol est très brillant et glissant, couleur de beurre frais. Certaines portes donnent sur des salles d’examen où seuls sont discernables d’imposants appareils, d’autres sont verrouillées et je n’ai pas l’impression, tant s’en faut, que je pourrais les défoncer d’un coup d’épaule.
    Dans l’une des salles d’hospitalisation, je découvre un vieillard allongé, endormi ou inconscient, le crâne couvert d’un filet géodésique bourré d’électrodes reliées à un écran où zigzaguent des courbes de différentes couleurs – je demeure immobile durant plusieurs secondes, fasciné par cette vision, me demandant : Est-ce ainsi qu’on « reprogramme » un cerveau ? Je poursuis et ne découvre aucune autre présence humaine. Il ne semble y avoir à cette heure ni infirmier de garde, ni personnel médical, sans doute parce que les patients sont monitorisés et surveillés depuis la loge des gardiens.
    Des aboiements et d’autres cris d’animaux résonnent dans le couloir – un chahut infernal digne d’un abattoir où l’on écorcherait vif des centaines de bêtes.
    Même si je ne l’inspecte que sommairement à la lumière des veilleuses, chaque salle que je visite me fait gaspiller de précieuses secondes. Le temps passe vite et les sept minutes fatidiques seront bientôt écoulées.
    Le bruit du martèlement des chaussures dans les escaliers et les vibrations conduites par le béton du palier s’intensifient, ce qui annonce peut-être la fin prochaine de l’évacuation des animaux.
    Je me démène comme un diable, ouvre et ferme les portes de manière de plus en plus précipitée. Mes gestes sont maladroits. Mon corps pèse une tonne. J’ai peur de me perdre, de ne plus reconnaître l’espace ni les objets. J’arrive, à bout de souffle, à l’extrémité du couloir et je pousse les battants d’une porte métallique, puis d’une autre donnant accès à un autre couloir qui n’est pas éclairé. J’avance prudemment, me cogne les tibias dans divers objets, puis j’ouvre une porte dont je trouve la poignée à tâtons. J’aperçois une forme allongée dans la pénombre, un corps inerte enveloppé d’une couverture.

    Avis et commentaires :
    http://errata.eklablog.com/avis-et-commentaires-sur-sans-crier-gare-surgit-la-nuit-a107172896

    #animalerie #biopôle #bombe #brûlure #chien #méthamphétamine #phosphore #polar #roman #vigile

  • Les #algues_vertes poursuivent leur prolifération en France
    http://www.actu-environnement.com/ae/news/proliferation-algues-vertes-france-20360.php4

    Dans une note de synthèse parue le 3 janvier, le Commissariat général au développement durable (CGDD) a dressé un bilan de la prolifération en France des algues vertes (principalement des ulves dues au #nitrate et #phosphore), et des algues microscopiques (phytoplancton) potentiellement toxiques.

    La région Bretagne reste la plus touchée par le phénomène de marées vertes. En 2012, 51 plages bretonnes et 33 vasières d’estuaire ont été impactées, selon les chiffres du CGDD.

    Mais les marées vertes gagnent du terrain dans d’autres régions françaises « depuis quelques années », prévient le CGDD. De nouvelles plages sont touchées dans le Calvados, dans les havres du Cotentin, sur le littoral de Loire-Atlantique, quelques secteurs de Vendée, dont Noirmoutier, et sur les îles de Ré et Oléron.

    #pollution #agrobusiness

  • Twitter / PresidentPeres : One can’t stand idly by while ...
    https://twitter.com/PresidentPeres/status/377175947398479872

    One can’t stand idly by while kids are being gassed to death. This is understood by all nations which is why #Syria is about to change

    #Syrie #Peres #enfants de #Cana_1996 #Israël enfants de #Beyrouth_1982 enfants du #Liban_2006 enfants victimes des #bombes_à_sous_munitions enfants de #Gaza #phosphore

    #Indécence #autisme

  • La planète souffre d’une crise des #engrais
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/02/20/la-planete-souffre-d-une-crise-des-engrais_1834972_3244.html

    L’#azote et le #phosphore, les deux engrais les plus utilisés dans le monde, sont à la fois trop consommés par endroits – engendrant des catastrophes environnementales – et mal répartis dans d’autres – faisant cruellement défaut dans les régions les plus pauvres. Ce sont les conclusions du Programme pour l’environnement des Nations unies (PNUE) dans son dernier rapport Our Nutrient World, publié lundi 18 février.

    Résultat : le coût global des dommages causés par la pollution de l’azote à l’environnement, la santé et la biodiversité est estimé à entre 200 et 2 000 milliards de dollars par an. Une utilisation 20 % plus efficace des engrais azotés permettrait de réduire la consommation annuelle de 20 millions de tonnes et d’économiser 170 milliards de dollars par an d’ici la fin de la décennie, estiment les scientifiques.

    Au-delà des gains financiers, plus de nourriture et d’énergie pourraient être produits tout en réduisant la pollution. « Notre analyse montre qu’en améliorant la gestion de la circulation des éléments nutritifs, nous pouvons protéger l’environnement, le climat et la santé humaine, tout en répondant aux préoccupations de sécurité alimentaire et de l’énergie », assure Mark Sutton, auteur principal du rapport et professeur au Centre du Royaume-Uni pour l’écologie et l’hydrologie.

    [...]

    Mais surtout, les scientifiques appellent à une baisse dans la consommation de protéines animales. Et le rapport d’assurer : « Alors que la consommation de viande et de produits laitiers augmente rapidement, notamment avec l’Asie et l’Amérique latine qui rattrapent les niveaux européens et nord-américains, nos choix alimentaires ont un énorme potentiel pour influencer les futurs niveaux de la pollution mondiale aux engrais. »

    #agriculture #agrobusiness #élevage

  • Les enfants victimes des #bombes au #phosphore employées à #Fallujah ? – Robert Fisk
    http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/fisk/robert-fisk-the-children-of-fallujah--sayefs-story-7675977.html

    Many of the Fallujah families whose children have been born with what doctors call “congenital birth anomalies” prefer to keep their doors closed to strangers, regarding their children as a mark of personal shame rather than possible proof that something terrible took place here after the two great American battles against insurgents in the city in 2004, and another conflict in 2007.

    #irak #armements #etats-unis #santé #guerre