• Amnesty et HRW déplorent que le Tigré a été le théâtre de « nettoyage ethnique » et de « crimes de guerre » - Le Temps
    https://www.letemps.ch/monde/amnesty-hrw-deplorent-tigre-theatre-nettoyage-ethnique-crimes-guerre

    #Expulsions, #exécutions, #viols, #pillages, privation d’aide humanitaire : forces de sécurité et milices se sont livrées à un « #nettoyage_ethnique » et à des exactions sur des civils dans la partie occidentale du #Tigré, affirment Amnesty International et Human Rights Watch (HRW) dans un rapport commun mercredi.

    #Éthiopie

  • #Algériennes

    La guerre d’Algérie, cette guerre qui n’était pas nommée comme telle, est un événement traumatisant des deux côtés de la Méditerranée. Ce récit raconte la
    guerre des femmes dans la grande guerre des hommes...
    Béatrice 50 ans, découvre qu’elle est une « enfant d’appelé » et comprend
    qu’elle a hérité d’un tabou inconsciemment enfoui : elle interroge sa mère et son père, ancien soldat français en Algérie, brisant un silence de cinquante ans. Elle se met alors en quête de ce passé au travers d’histoires de femmes pendant la guerre d’Algérie : Moudjahidates résistantes, Algériennes victimes d’attentat, Françaises pieds noirs ou à la métropole... Ces histoires, toutes issues de témoignages avérés, s’entrecroisent et se répondent. Elles nous présentent des femmes de tout horizon, portées par des sentiments variés : perte d’un proche, entraide, exil, amour…

    https://www.marabout.com/algeriennes-1954-1962-9782501121002
    #BD #bande_dessinée #livre

    #guerre_d'Algérie #appelés #Algérie #France #armée_française #tabou #silence #maquis #Harki #massacre #meurtres #FLN #camps #entraide #Bourg-Lastic #femmes #Cimade #La_Cimade #honte #rapatriés #mémoire #résistance #liberté #indépendance #napalm #viols #viols_collectifs #mujahidin #douars #guerre_de_la_mémoire #fellaga #genre #patriarcat #commandos_punitifs #pillages #pieds-noirs #organisation_clandestine_des_Français_contre_l'indépendance (#OAS)

  • La cueillette des plantes sauvages, un monde très lucratif en manque de régulation
    https://reporterre.net/La-cueillette-des-plantes-sauvages-un-monde-tres-lucratif-en-manque-de-r

    « On constate des #pillages de ces #plantes, mais aussi d’autres comme l’ail des ours ou le thé d’Aubrac », dit Alexandre Dufour, cueilleur adhérent à l’Association française des professionnels de la #cueillette de #plantes_sauvages (AFC) et à la coopérative Sicarappam. Des abus qui, selon lui, seraient principalement le fait d’une main-d’œuvre « non formée à la cueillette, parfois saisonnière, étrangère et sous-payée, qui fait du volume ». Constat équivalent du côté du Parc national des Cévennes. Malgré des règles strictes encadrant depuis 2017 la cueillette de cinquante-six espèces en zone cœur (au centre du parc), Frantz Hopkins, chargé de mission à la flore au parc, observe ponctuellement une « cueillette opportuniste dans un monde devenu très concurrentiel ».

  • The Israeli army’s plunder in the service of the occupation
    Soldiers seized tens of thousands of shekels in a West Bank village last week. One man had to cancel his wedding and another lost the payment for a machine he’d sold. Little matter that they had proper documentation
    Gideon Levy, Alex Levac | Mar. 12, 2020 | 11:04 PM - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-the-israeli-army-s-plunder-in-the-service-of-the-occupation-1.8670

    Ahmed Musalah was supposed to be married today, Friday, March 13, in the Burhan banquet hall in his village, Az-Zawiya. About 2,000 guests were invited, almost the entire village, which is in the northern West Bank, and the plan was for them to celebrate with the bride and groom into the wee hours of the night.

    Musalah is a good-looking man of 30 with a nicely trimmed beard; his bride, Hoda, is also from Az-Zawiya. Everything was set for the big day; after all, there are few other occasions for rejoicing here. All that had to be done beforehand was to pay – in cash, as is the custom among Palestinians in the West Bank – for the hall, a beauty parlor for the bride and a suit for the groom.

    But last Wednesday night, March 4, the couple’s dream of a happy wedding was shattered abruptly. Large numbers of Israel Defense Forces troops swooped into Musalah’s house and confiscated all his money, 13,000 shekels (about $3,700), which, he tells us, was earmarked to pay for the wedding. “Mabruk, mabruk” – some of the soldiers mockingly congratulated the would-be groom, as he tried to explain to the commander of the confiscation operation that the money was for his wedding.

    On Sunday, after much agonizing, he decided to call off the wedding, or at least to postpone it indefinitely – he’s not sure, he says. In any event, there’s no way to pay for it.

    On that same Wednesday night last week, an IDF unit invaded a different house in the village, where they confiscated tens of thousands of shekels from two brothers, Rafat and Alian Mukadi, on the grounds that it was “terrorist money.” Alian is an engineer and a businessman; his money was earmarked for payment for an industrial machine he’d purchased in Tel Aviv and was planning to sell in the village – we saw the receipts and the authorization documents – but that made no difference to the soldiers. They took all the money. Nor did it make a difference for Rafat, who showed the troops documents attesting to his sale of land in the village on behalf of their his uncle, who lives in Jordan. The soldiers took all the money from that transaction, too – all plundered in the name of the state.

    The sum total seized that fateful night in Az-Zawiya was 51,262 shekels ($14,645), from the homes of Musalah and the Mukadis. Theirs is a fairly small village in the Salfit district, not far from the Green Line, near the towns of Biddya and Mas’ha. All three are known for their extensive commercial ties to Israel. But now, in Az-Zawiya, the spate of disturbing and disgraceful tasks carried out by Israeli soldiers in their mission as policemen of the occupation has sunk to this: operating as bailiffs and plunderers on behalf of their handlers from the Shin Bet security service, for whom they act as subcontractors.

    Rafat Mukadi, 40 years old and the father of two, is waiting for us in the living room of his home. In 2016, he was released after serving a 14-year sentence in an Israeli prison, but he has yet to find a proper job. On October 11, 2002, at the height of the second intifada, he donned an explosive belt and traveled to Tel Aviv to carry out a suicide attack. He says he entered a random, crowded restaurant along the promenade, he doesn’t remember its name, and was going to blow himself up. But then he saw “normal human beings,” in his words. One of them was a young mother with her daughter sitting opposite her and a baby in her arms. That image was the clincher. At the last moment, he backed off, ran into the street, was hit by a car, arrested, tried and convicted. The prosecution asked for a life sentence, but after he proved his contrition he was given a 14-year term.

    About a month after his release, he married Aslam, from a village near Nablus. Mukadi, muscular and stocky, says he’s tried his hand at all kinds of jobs, but has had a hard time adjusting to life these last years; he and his family live off an allowance the Palestinian Authority pays to released prisoners. He has decided to devote his life solely to himself and his family, and to avoid all political or other public activities. About half a year after his release, army and Shin Bet personnel came to his house to check on him, but they had not returned since – until last Wednesday night.

    At 1:30 A.M. he was in the living room with his eldest son, 3-year-old Mohammed, who had woken up. Baby Nur a-Din was asleep with his mother in the other room. Suddenly Rafat heard noises outside. He lives on the third floor of the family house; Alian, 29, lives on the first floor with his wife and their 2-year-old son.

    The soldiers entered Alian’s apartment, and a few minutes later, they ordered him to call Rafat to come down. Alian was sitting in the living room, surrounded by soldiers, male and female, some of them masked. Alian studied engineering in Cyprus, and when he returned home he was placed in administrative detention – incarceration without a trial – for a year, although he was never told why. About a month ago, Alian was summoned to the Eyal checkpoint for a meeting with “Marjan,” the Shin Bet agent who’s in charge of the region; their meeting lasted two hours. “Why not work with us?” Marjan suggested. According to Alian, Marjan tried to recruit him to be a collaborator, but he refused. Marjan threatened him: “Even in another 100 years, you won’t be able to go abroad.” Then, last Wednesday, soldiers entered Alian’s apartment.

    At first they said they had come in connection with a stolen car. Then they said to Alian, “There’s too much money in your house.” The commanding officer announced that the troops would search the premises, and asked Alian if he had money in the house. Alian replied, “Hey, are you asking me about rifles? Of course there’s money in the house. Is that forbidden? You don’t have money in your house? It’s normal. Everyone keeps money at home.” The officer told Alian to bring it to him; there were 32,000 shekels ($9,140) in packets with rubber bands around them, and another 2,600 shekels in loose cash.

    During our visit, Alian explains that he buys various sorts of industrial machines for clients in the territories. He shows the relevant document from a recent transaction to Abdulkarim Sadi, a field researcher for the Israeli human rights organization B’Tselem, who is accompanying us. Alian says he showed the same things to the IDF officer: an agreement for the sale of a CNC plasma cutting machine (used for precision cutting of various types of metals), on behalf of a client named Bashar Daraas. Alian shows us a video clip demonstrating the workings of the Italian-made machine, which costs 114,000 shekels. Daraas paid an advance of 18,000 shekels for it, and another 32,000 shekels – the exact sum arranged in the packets – when the contract was signed on March 2. Two days before the nighttime raids in Az-Zawiya.

    The officer perused the contract and consulted on the phone with Shin Bet agent Marjan, before proceeding to confiscate Alian’s money. Why are you taking it, he demanded. The officer replied only that it was illegal. If it’s not legal, Alian pressed him, why don’t you arrest me? That question did not get an answer, perhaps because there was no answer. Another question without an answer is how Alian is suppoed to conduct business from now on, as transactions are generally done in cash in the territories.

    In the meantime, Rafat had come downstairs, where he was ordered by the officer to return to his apartment and come back with all of his money. “We have information that you have $8,170 in your house,” the officer said, threatening to conduct a search. But searches were not carried out in either apartment. Rafat brought down his wife’s handbag with all the cash they had: 3,000 Jordanian dinars ($4,230) and another 800 shekels. The officer left him 200 shekels ($57) “for humanitarian reasons” and took the rest.

    Naim Kadad, Rafat’s refugee uncle in Jordan, owned a plot of land in Az-Zawiya and had asked his nephew some time ago to sell it and send him the proceeds. Rafat made the sale and wired the money via Western Union, in stages. He shows us the agreement for the sale, to Ahmed Abd al-Al from Qalqilyah, dated September 16, 2019. He also has the power-of-attorney document from Kadad. Now he shows us the Western Union receipts: payments of 1,400 dinars on December 29, another 2,100 dinars the next day, 2,000 more on January 8, 2020, and 2,000 on February 19. One final amount was to be wired, Alian tells us – the money that was confiscated.

    The soldiers left at 4 A.M.

    The bridegroom whose wedding was cancelled, Ahmed Musalah, shows up in Alian’s home during our visit. He works in a furniture store in Biddya and he, too, served time in an Israeli prison, from 2013 to 2017 – but is not willing to tell us why, saying he’s forgotten. He woke up at night to the sight of soldiers in his living room, questioning his father, Hamdan. At first the soldiers said they had come to search for weapons, but no search was carried out in his home, either. They only wanted money. As the officer counted out the 13,000 shekels in cash, Musalah tried to explain that it was for his wedding. The officer left him, as with Rafat, 200 shekels “for humane purposes.” Half an hour after they arrived, the soldiers departed with the money.

    Asked about the raid, the IDF Spokesman’s Office gave this statement to Haaretz: “On the night between March 3 and March 4, 2020, an operation was carried out to seize terrorist funds in the village of Azawiya [sic]. The seizure was carried out under the law that applies in the region, and involved a sum that was equivalent to the amount of money the Palestinians received from the Hamas terrorist organization. The IDF will continue it campaign against the transfer of terrorist funds in the area in order to prevent and deter the maintenance of ties of any sort with the Hamas organization.”

    #Pillages #colonialisme_de_pillages

  • Opinion | The Original Evil Corporation - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/09/04/opinion/east-india-company.html

    A propos de la Compagnie britannique des Indes orientales

    Although it has no exact equivalents, the Company was the ultimate prototype for many of today’s corporations. The most powerful among them these days do not need their own armies: They can rely on governments to protect their interests and bail them out.

    The history of the East India Company shows that Western imperialism and corporate capitalism were born hand in hand, the dragons’ teeth that spawned the modern world. As Baron Thurlow remarked in the late 1700s, when the Company was being criticized for its misdeeds and its governor-general, Warren Hastings, was on trial, “Corporations have neither bodies to be punished, nor souls to be condemned. They therefore do as they like.”

    #impérialisme #capitalisme #pillages #crimes #impunité #multinationales

  • Gilets jaunes : samedi à Paris, la police avait une arme secrète [du #liquide_incapacitant ? parole de flic et de journaliste, mais qui sait, ndc]
    https://www.marianne.net/societe/gilets-jaunes-paris-police-arme-secrete

    Selon nos informations, certains des blindés de la #gendarmerie disposés pour la première fois dans Paris ce samedi 8 décembre étaient secrètement équipés d’une réserve de liquide incapacitant. Un dispositif radical qui ne devait servir qu’en dernier recours.
    C’est dire si le pouvoir a eu peur. Samedi 8 décembre, certains des blindés de la gendarmerie disposés pour la première fois dans Paris étaient secrètement équipés d’un dispositif radical, qui n’aurait été utilisé « qu’en dernier recours » : une réserve de liquide incapacitant. Selon nos sources, la pulvérisation de ce liquide sur une foule de gilets jaunes aurait été capable de « les arrêter net, mettant les gens à terre, même avec des masques ». Chaque engin aurait pu « neutraliser » une surface de plusieurs terrains de football… « Heureusement, que l’on n’en est pas arrivé là », ajoute cette source haut placée dans le dispositif policier. « L’autorité politique », comme le disent les fonctionnaires, aurait approuvé l’éventuel emploi d’un tel produit, qui n’aurait été utilisé qu’en cas de « débordement ultime ». Une sorte de « dernier rempart », utilisable sur décision politique… Interrogée, la préfecture de police de Paris renvoie au #ministère_de_l'Intérieur.

    C’est le premier enseignement de la journée du 8 décembre : le préfet de police de Paris a perdu son leadership sur le maintien de l’ordre dans la capitale. La semaine dernière, le ministère de l’Intérieur, sous la double commande de Christophe Castaner et Laurent Nuñez, a pris les choses en main, largement épaulé en ce sens par les #syndicats_policiers. Cette mainmise du ministère de l’Intérieur ne s’est pas faite sans friction avec la préfecture de police de Paris, où le #préfet #Michel_Delpuech a grincé à plusieurs reprises devant la mise en place d’un dispositif mobile et décentralisé, contraire aux pratiques antérieures. Selon nos informations, le préfet a d’ailleurs réclamé en fin de semaine dernière « des instructions écrites », ce qui, en mœurs préfectoraux, consiste à « se couvrir » à l’approche d’une situation controversée. « D’un point de vue policier, le #maintien_de_l’ordre de samedi à Paris a finalement été un succès, ces frictions ne sont plus d’actualité », sourit une source à la préfecture de police. Bilan en six points.

    1 - Un nettoyage sans précédent. De mémoire de policier, aucune #manifestation parisienne contemporaine n’avait mobilisé autant de préparatifs en amont. Quasiment toute la rive droite avait tiré les stores, barricadé ses vitrines et rangé ses voitures. Le mobilier urbain avait été démonté et la plupart des chantiers de voirie vidés sur un large périmètre, pas seulement autour de la place de l’Etoile. Lors de la première manifestation sur les Champs-Elysées, celle du 24 novembre, un seul chantier sur l’avenue avait servi de combustible aux barricades. Lors de la deuxième manifestation, ce sont tous les chantiers autour de l’Etoile qui ont joué le même rôle… Samedi 8 décembre, pour ne pas fournir « armes et combustibles aux manifestants », la majeure partie de la rive droite ressemblait à une ville morte.

    2 - Des mesures d’exception aux abords. Autre initiative policière restée cachée jusqu’à samedi matin, les #fouilles_préventives. Vendredi, les #procureurs compétents, notamment aux péages de la région parisienne, avaient pris des réquisitions judiciaires autorisant les contrôles d’identité, invoquant les risques d’infractions liées à la manifestation sur Paris. Ces contrôles ont permis de saisir des objets potentiellement dangereux comme des boules de pétanque, des manches de pioche, ou d’autres signant la participation à un rassemblement, comme des masques de plongée. Résultat, samedi, Paris a battu son record de #gardes_à_vue. Le dispositif initial permettant d’en absorber 800 a même été dépassé. Il y en a finalement eu 974 en région parisienne. Mais « seulement » 278 ont donné lieu à un déferrement judiciaire. Dans la majorité des cas, les gardes à vue étaient levées ou se soldaient par un « #rappel_à_la_loi ». Autrement dit une admonestation [non, le rappel à la loi est la reconnaissance d’une infraction suite à laquelle les dispositions prévues pour la récidive légale sont applicables : aggravation de la peine encourue, ndc] , la simple possession d’un masque de plongée ou d’une bombe à peinture ne pouvant pas, en tant que tel, constituer un délit.

    Les interpellations de Julien Coupat, figure de l’ultragauche, ainsi que d’autres activistes d’extrême droite, dès samedi matin, participent du même « dispositif préventif » inédit et controversé. Henri Leclerc, ancien président de la Lige des droits de l’Homme, dénonce un potentiel usage « liberticide très grave ». En clair, une sorte d ’interdiction de manifester qui ne dirait pas son nom .

    « On assume, confie une source policière. Au moins, ces gens n’étaient pas dehors. Cela a fait dégonfler les effectifs de durs potentiels ». Autre dispositif en amont, la plupart des gilets jaunes, avant de rejoindre les principaux « spots » de manifestation (Champs-Elysées, Bastille, République), étaient systématiquement fouillés. La plupart y perdaient leurs masques de protection contre les lacrymogènes. Pour parvenir jusqu’au Champs-Elysées, avec toutes les stations de métro bloquées et les barrages de policiers disposés à certains endroits autour du périmètre interdit, la plupart des gilets jaunes ont dû marcher plusieurs heures… Résultat, une grosse partie des manifestants errait d’un point à un autre, sans parvenir à rejoindre aucun « point chaud ». De fait, durant la quasi-totalité de la journée, le rapport de force sur les lieux de friction est toujours resté à l’avantage des policiers [ en jouant sur la #mobilité et une certaine rapidité "on a évite la formation de #nébuleuses" disait un type du syndicat des commissaires, ndc] .

    3 - Un dispositif mobile et décentralisé. C’est la grande nouveauté de cette journée. Les policiers et gendarmes sur Paris étaient « mobiles » et leur commandement largement décentralisé, par secteur . « Bien sûr, il y avait toujours autant de galonnés autour du préfet, dans la salle de commandement de la préfecture de police, se désole un fonctionnaire, mais pour la première fois, c’est vraiment le commissaire de terrain qui menait sa troupe en fonction de ce qu’il voyait sur place » . Avec une efficacité spectaculaire, à l’œuvre sur les Grands Boulevards, où, avançant au milieu de deux canons à eau, des policiers et gendarmes « nettoyaient » au fur et à mesure les feux de poubelles moins de cinq minutes après leur déclenchement. « Comme à l’entraînement ! On avançait vite, sans leur laisser le temps de former une véritable barricade devenant vite un point de fixation », raconte un fonctionnaire. Ce dispositif a permis d’éviter la confrontation générale du 1er décembre, avec une place de l’Etoile occupée par les gilets jaunes et des forces de l’ordre assiégées des heures durant, en direct sous les yeux des caméras du monde entier. « Samedi, dans l’après-midi, il y a eu des moments de grande tension , notamment autour de l’Etoile, mais ils se sont moins vus », admet cette source.

    Jusque-là, le maintien de l’ordre parisien « habituel » privilégiait l’absence de contact avec la foule [ heu oui, toujours très variable ce principe, ndc] . « Pour ce genre de manifestation, la mobilité était souhaitable depuis longtemps, il y aura un avant et un après samedi 8 décembre », se réjouit un commissaire parisien, saluant pour sa part l’efficacité du dernier dispositif. « On nous rétorque depuis des années que le contact risque d’augmenter le nombre de blessés, cela n’a pas été le cas », ajoute-t-il. Le bilan de samedi est de 264 blessés dont 39 fonctionnaires. Un manifestant a eu une main arrachée à cause d’une grenade, une femme a perdu un œil sur les Champs-Elysées, vraisemblablement à cause d’un tir de flash-ball. Dès vendredi, après des premiers incidents liés à des #flash-ball lors de manifestations lycéennes, 200 personnalités, dont plusieurs députés de gauche, ont appelé à cesser immédiatement l’usage de ces armes.

    4 - Une mobilisation en hausse. Autre constat, malgré les appels incitant à ne pas manifester à Paris, la mobilisation des gilets jaunes a grossi d’une semaine sur l’autre. Le message envoyé par l’Elysée, selon lequel certains « venaient pour tuer » [ et que on va légitimement se défendre avec nos joujoux ; menaces de mort contre les manifestants, ndc] , n’est pas parvenu à inverser la tendance. Aucune arme n’a pourtant été saisie lors des contrôles de police. « La dramatisation n’a pas empêché le monde, de l’ordre de 10.000 personnes » [ quelle rigolade, encore une fois : qui informe les journalistes ? ndc] , admet un fonctionnaire. Ce 8 décembre, les #gilets_jaunes étaient visibles par grappes de Bastille à l’Etoile en passant par République et les grands Boulevards, quand le week-end précédent, ils n’étaient concentrés que sur l’Etoile. « Raison de plus pour se féliciter de notre dispositif », glisse un syndicaliste qui espère, sans trop y croire, « que la tension va désormais retomber ». « Si ce samedi, on avait fait comme le week-end d’avant, on aurait eu une nouvelle journée de chaos, dit-il. Mais je ne sais pas combien de samedis consécutifs on tient encore comme cela ». Face aux 136.000 gilets jaunes recensés dans toute la France, ce 8 décembre, le ministère de l’Intérieur avait déployé 89.000 policiers. Sans parler des effectifs d’agents municipaux pour ranger et réinstaller le mobilier urbain, et des efforts des commerçants pour barricader et débarricader leurs vitrines.

    5 - Un déséquilibre Paris-Province. Autre constat, la province trinque. Saint-Etienne, Toulouse, Bordeaux notamment ont été le théâtre d’affrontements d’une rare violence. « Sur 150 unités, 50 étaient à Paris et cent en province », indique une source au ministère de l’Intérieur. Un tiers, deux tiers… Officiellement, pas question d’avouer que certaines zones avaient été dégarnies faute de troupes. Ce lundi matin, en déplacement à Bordeaux, Laurent Nuñez a estimé que les effectifs (4 unités) y avaient été suffisants. Une affirmation qui fait sourire certains syndicalistes. « Le ministre ne peut pas le dire, mais certains secteurs étaient très dégarnis. Samedi, on était à notre maximum. On ne peut pas plus… Au delà, c’est l’armée qu’il faut appeler », dit un policier. C’est d’ailleurs le paradoxe de ce mouvement. Etant durable, disséminé sur tout le territoire et violent, il met les forces de l’ordre au bord de la rupture. Samedi prochain, en cas d’acte V, Paris sera-t-il délaissé de certaines unités au profit de villes de province ? La décision politique, au ministère de l’Intérieur, ne sera pas facile à prendre.

    6 - Des pillages du soir en hausse. Le dernier constat concerne ce que certains policiers appellent la troisième mi-temps des manifestations de gilets jaunes : les #pillages. Samedi soir à Paris, ils ont été « deux fois plus nombreux encore que ceux du 1er décembre », selon un policier de terrain. « Ce sont des petits groupes, pour la plupart de #jeunes_de_banlieue, qui attendent la fin de la journée et la tombée de la nuit pour cibler des boutiques et se servir », se désole-t-il. De fait, les 90 mineurs arrêtés samedi à Paris l’ont tous été en flagrant délit de pillage, ainsi que bon nombre de « jeunes majeurs ». « Un gérant de bijouterie a tiré au flash-ball… Si ces pillages continuent, cela peut dégénérer », prévient ce policier, qui craint un « sérieux risque de bavure » de ce coté-là. « De toute façon, maintenant, on marche sur le bord d’un volcan », conclut-il. Jusqu’à quand ?

    Le message émis le 1er décembre à Paris, au Puy en Velay et ailleurs a été entendu et repris le 8 décembre dans de nombreuses grandes villes et villes moyennes. Ce que l’action de la police a parfois favorisé, comme dans le cas de ces bordelais qui avaient payé leur billet de train mais ont été empêchés de « monter à Paris » par la police.

    Avec sa tête de bon élève ce soir (la pitoyable scène de contrition est la seule que j’ai vue), et sa fausse hausse du SMIC, nul doute que nombreux seront ceux pour qui Jupiter fait à minima office de tête à claque.

    • Je vous rappelle qu’en Allemagne aussi la transformation de la Bundeswehr dans une armée de guerre civile est en cours. Le journal très conservateur Tagesspiegel y dédie un dossier entier sous son propre domaine internet.

      Afghanistan-Connection
      http://www.afghanistan-connection.de

      Sie waren zusammen im Afghanistan-Einsatz. Dem längsten und gefährlichsten seit Gründung der Bundeswehr.
      Jetzt sitzen sie auf entscheidenden Posten im Verteidigungsministerium, im Einsatzführungskommando, im Planungsamt.
      Ihr Wort hat Gewicht. Sie prägen das Bild, das sich die Ministerin macht.
      Sie bestimmen Ausrichtung, Struktur und Selbstverständnis der Truppe. Ihr Blick ist geprägt vom Erlebnis des Krieges.
      Vom Kampf gegen einen unsichtbaren Gegner. Vom Töten und Getötetwerden.
      Ein einseitiger Blick, der sich ausschließlich an Afghanistan orientiert. Mit gravierenden Folgen für die Sicherheit Deutschlands,
      wie Recherchen vom Tagesspiegel und dem ARD-Magazin FAKT zeigen.

      #Allemagne #armée #guerre_civile

    • Les précisions de la gendarmerie - Le 11.12.2018 à 17h30

      A la suite de la parution de notre article, la gendarmerie nationale a souhaité préciser que le dispositif dont nous vous rapportons l’existence n’est pas un liquide mais une « poudre »… Certains blindés déployés à Paris samedi étaient bien équipés d’un dispositif de « pulvérisation » d’un produit « incapacitant », de type « lacrymogène à dose forte », qui n’aurait été utilisé que sur « ordre d’une autorité ». Chacun des blindés équipés de ce dispositif de pulvérisation (visible en haut à droite face à l’engin) contient trois bouteilles de plongée dont deux sont chargées de la fameuse poudre sous pression. « Cela n’a jamais été utilisé en métropole », confie à Marianne le Sirpa gendarmerie, qui reconnaît qu’en « configuration normale », un blindé peut « pulvériser » sous forme d’épandage sur l’équivalent d’une surface de « un à deux terrains de football ». Marianne maintient que lors des réunions de crise au plus haut niveau, préparatoires à la manifestation du 8 décembre, il a bien été question de ce dispositif comme d’un « dernier rempart »… et qu’il aurait été capable « d’arrêter net une foule, mettant les gens à terre, même avec des masques ».

    • Capable de « neutraliser » une surface de plusieurs terrains de football…
      => Ce qui inclue les policiers en contact avec les manifestant.e.s. .
      Donc ne peut être utilisé facilement.

      – Réaction des policiers gazés envers leurs collègues et leur hiérarchie.

      – Si des policiers sont hors service, suite à l’utilisation de cette saloperie, les manifestants non touchés peuvent venir leur prendre leurs armes.

  • L’#Afrique réclame à l’#Europe le retour de ses #trésors pillés - 27/05/2018 - ladepeche.fr
    https://www.ladepeche.fr/article/2018/05/27/2805727-afrique-reclame-europe-retour-tresors-pilles.html

    Mi-hommes, mi-animaux, les trois totems trônent au coeur du #musée du quai Branly à Paris. « Statues du royaume de Dahomey, #don du général Dodds », stipule sobrement l’étiquette. Trésors pillés, rétorque le Bénin qui exige leur restitution.

    Ou encore #acquisitions.
    #pillages

    Via Karim Bitar sur twitter

  • #Homicides, déplacements de masse et #pillages contre les civils dans le #Haut-Nil

    Des dizaines de milliers de civils dans la région du Haut-Nil, au Soudan du Sud, ont été déplacés de force lorsque les forces du gouvernement ont incendié, bombardé et systématiquement pillé leurs villes et villages entre janvier et mai 2017.

    https://www.amnesty.ch/fr/pays/afrique/sud-soudan/docs/2017/homicides-deplacements-de-masse-et-pillages-contre-les-civils-dans-le-haut-n

    #soudan_du_sud #minorités #IDPs #déplacés_internes #Shilluks

  • Mexique
    Chronique de ces journées de pillage et de révolte
    Quelle suite ?

    Noticias de abajo

    http://lavoiedujaguar.net/Mexique-Chronique-de-ces-journees

    On se souviendra des jours comme ce 4 janvier 2017, jour de fureur et d’adrénaline. Ce sont des jours particuliers, parce que, à la différence de ceux que nous chérissons individuellement, comme un bel anniversaire, des vacances à la plage ou un Jour des morts très coloré, ceux-là resteront dans la mémoire de tous ou de beaucoup d’entre nous comme des jours extraordinaires.

    Voilà quelques jours qu’ici au Mexique, comme on l’appelle, on annonçait une augmentation du prix de l’essence de 14 puis 20 pour cent, « suite à la montée des prix internationaux », selon les termes de Peña Nieto. Jamais il n’a été dit que cette augmentation était due à la réforme énergétique que son gouvernement avait promue. Ça n’avait rien de nouveau pour les habitants de ce pays. Le prix de l’essence augmente chaque année, tout comme celui de toutes les autres marchandises (...)

    #Mexique #gasolinazo #pillages #marchandises #aliénation #révolte #spectacle

  • A Faléa « Les compagnies minières viennent à l’insu des populations »
    http://survie.org/billets-d-afrique/2016/260-septembre-2016/article/a-falea-les-compagnies-minieres-5164

    Le 8 juin 2016, Mallé Camara, maire de la commune de Faléa au #Mali et Many Camara, sociologue, de passage en France, sont venus faire le point sur leur combat contre la « colonisation minière » de leur commune lors d’une rencontre organisée par Survie 49 à Angers. Compte-­rendu. Faléa regroupe 17000 habitants répar­tis en 21 villages et hameaux. Les acti­vités principales sont l’agriculture, l’élevage et l’exploitation artisanale de l’or. C’est une commune sans électricité, man­quant cruellement de (...)

    #260_-_septembre_2016

    / #Pillages_des_ressources, Mali, #Areva, #Salves, #Uranium

  • #Venezuela. #Pillages et ventres creux : #Caracas a #faim

    La pénurie constante de produits de base et le coût élevé des denrées obligent de nombreuses familles à restreindre leur alimentation. De la maison à l’école, on compose désormais avec la faim. Et les saccages de magasins, de fermes ou de camions transportant de la nourriture se multiplient.


    http://www.courrierinternational.com/article/venezuela-pillages-et-ventres-creux-caracas-faim

  • Au Soudan du Sud, on massacre en silence - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2016/03/11/au-soudan-du-sud-on-massacre-en-silence_1438972

    C’est une femme contrainte de se déshabiller sur une route avant d’être violée par cinq soldats devant ses enfants. Puis violée à nouveau dans des buissons par un autre groupe, avant de découvrir que ses enfants avaient été kidnappés. C’est une autre femme attachée à un arbre après avoir vu son mari se faire tuer. Et contrainte de voir sa fille de 15 ans violée par dix soldats. Voilà ce qui figure dans un nouveau rapport sur le Soudan du Sud publié vendredi par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. « Selon des sources crédibles, des groupes alliés au gouvernement sont autorisés à violer les #femmes en guise de salaire », estime l’ONU, au nom du principe « faites ce que vous pouvez et prenez ce que vous voulez ».

    Le rapport fournit des détails épouvantables sur une multitude de violations des droits humains, y compris des viols sur des enfants âgés de 9 ans. Il revient sur la politique de la « terre brûlée » menée par le gouvernement. Multiplie les témoignages accablants sur le ciblage de civils accusés de soutenir l’opposition. Y compris des #enfants et des personnes #handicapées, assassinés, brûlés vifs, asphyxiés dans des conteneurs, tués par balle, pendus à des arbres ou découpés en morceaux, victimes de #meurtres, #viols et #pillages. « Au cours d’une période de cinq mois l’an passé, l’ONU a enregistré plus de 1 300 rapports sur des viols dans un seul des dix Etats du Soudan du Sud, l’Etat d’Unité, connu pour être riche en pétrole », dénonce le rapport.

    #violences_sexuelles #Soudan_du_sud #crimes_contre_l'humanité #armée

  • Les #Multinationales contre leur devoir de vigilance
    http://survie.org/billets-d-afrique/2015/251-novembre-2015-718/article/les-multinationales-contre-leur-5049

    Vantant à l’envi la « #Responsabilité_sociale_des_entreprises » (RSE) lorsque celle-ci se fait sur une base volontaire, les multinationales font tout pour bloquer la moindre évolution réglementaire, même bien peu exigeante. Depuis 2013, les lobbies du secteur privé sont vent debout contre la proposition de loi (PPL) relative au devoir de vigilance des sociétés-mères et des entreprises donneuses d’ordres, qui cherche à combler une faille du droit : une société, en tant qu’entité juridique, n’est pas (...)

    #251_-_novembre_2015

    / #Pillages_des_ressources, Multinationales, Responsabilité sociale des entreprises

  • Minerais de sang
    http://survie.org/billets-d-afrique/2015/247-juin-2015/article/minerais-de-sang-4966

    En 2014, la Commission européenne a soumis au Parlement européen une proposition législative visant à « promouvoir l’approvisionnement responsable en minerais originaires de zones à risque ou en proie à des conflits armés ». Sont visés l’or, le tantale, l’étain et le tungstène, des minerais utilisés dans la fabrication de nombreux produits de consommation en Europe (secteurs électronique, aérospatial, automobile, de l’emballage, etc.) et dont l’exploitation et le commerce contribuent au financement de (...)

    #247_-_juin_2015

    / #Pillages_des_ressources, #Union_Européenne, #Brèves_d'Afrique_et_d'ailleurs

  • Pas d’effets sans causes
    http://survie.org/billets-d-afrique/2015/246-mai-2015/article/pas-d-effets-sans-causes-4948

    Non, ceux qui meurent par milliers en Méditerranée ne sont pas des « migrants qui cherchent une vie meilleure » mais des gens en danger de mort dans des pays livrés à des bandes armées ou des pays mouroirs où l’« espérance de vie » est très réduite. Il ne s’agit pas d’individus épris d’aventure, qui ne prennent généralement que des risques calculés, mais de familles entières, y compris les nourrissons et les femmes enceintes, réduites au désespoir, fuyant l’horreur au risque de se précipiter dans une autre (...)

    #246_-_mai_2015

    / #Pillages_des_ressources, #Franc_CFA, #Immigration, #Édito, #Economie, #Armée_française

  • TotaleMent opaque
    http://survie.org/billets-d-afrique/2015/245-avril-2015/article/totalement-opaque-4930

    Pour faire bonne figure face aux pressions des ONG, Total vient d’annoncer la fermeture prochaine de 9 filiales domiciliées dans des paradis fiscaux. Sauf que « si l’on prend comme référence la liste des paradis fiscaux de l’organisation Tax Justice Network, Total comptabilise en réalité 178 filiales dans des territoires opaques, soit près de 20% de l’ensemble de ses filiales » rappellent les organisations membres de la Plateforme #Paradis_Fiscaux_et_Judiciaires (dont Survie). « Plus que jamais, ce (...)

    #245_-_avril_2015

    / #Pillages_des_ressources, Paradis Fiscaux et Judiciaires, #Total_Fina_Elf, Brèves d’Afrique et (...)

    #Brèves_d'Afrique_et_d'ailleurs

  • Un de plus
    http://survie.org/billets-d-afrique/2015/244-mars-2015/article/un-de-plus-4918

    Un nouveau rapport rendu public le 1er février vient confirmer l’importance des flux financiers illicites en provenance de l’Afrique. Selon les travaux du Groupe des personnalités de haut-niveau (GPHN) présidé par l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki, ces flux représentent « entre 30 et 60 milliards de dollars par an. Une somme supérieure au montant de l’aide officielle au #Développement reçue par l’Afrique : 46,1 milliards de dollars en 2012 ». Par ailleurs, « les ressources monétaires – qu’elles (...)

    #244_-_mars_2015

    / #Pillages_des_ressources, #Paradis_Fiscaux_et_Judiciaires, Développement, Brèves d’Afrique et (...)

    #Brèves_d'Afrique_et_d'ailleurs

  • Partager la croissance, mais pas les emmerdes
    http://survie.org/billets-d-afrique/2015/243-fevrier-2015/article/partager-la-croissance-mais-pas-4868

    L’exécutif, soucieux de relancer l’économie par la diplomatie économique, déroule le tapis rouge à l’Afrique de la croissance, tandis qu’il s’oppose à la mise en place d’une responsabilité juridique pour les multinationales françaises vis à vis de leurs filiales. François Hollande, qui officiellement n’organise plus de sommets France-Afrique mais démultiplie désormais les occasions de réunir les chefs d’Etats africains, a invité plusieurs d’entre eux à Bercy, le 6 février, pour un raout intitulé « Forum (...)

    #243_-_février_2015

    / #Pillages_des_ressources, #Salves, #Entreprises_françaises, Une

  • Entreprises : Compétitivité dans le pillage
    http://survie.org/billets-d-afrique/2015/242-janvier-2015/article/entreprises-competitivite-dans-le-4855

    La notion de compétitivité semble être devenue tellement sacrée dans le débat public, que les parlementaires en oublient le pillage qui la sous-tend immanquablement. Le gouvernement socialiste et ses alliés, empêtrés dans leur politique libérale et vaine de relance de la croissance, n’ont jamais caché un vorace appétit économique pour l’Afrique, dont les ressources naturelles et les besoins d’une population en pleine explosion démographique sont perçus comme l’une des solutions aux maux de l’économie (...)

    #242_-_janvier_2015

    / #Pillages_des_ressources, #Salves, #Entreprises_françaises

  • Pillage as usual
    http://survie.org/billets-d-afrique/2014/235-mai-2014/article/pillage-as-usual-4715

    Carlos Gomes, secrétaire exécutif de la CEA, la Commission Economique pour l’Afrique des Nations unies, présente dans l’émission « Eco d’ici, éco d’ailleurs » (5/04), l’un des principaux résultats du rapport Mbéki sur les flux financiers illicites, auquel il a participé. A côté de la fuite des capitaux, des trafics illicites liés à la drogue, à l’immigration ou aux armes, le principal facteur d’évaporation est le prix payé par les multinationales pour les matières premières. Cela représenterait 60% des flux (...)

    #235_-_mai_2014

    / #Pillages_des_ressources, #Brèves_d'Afrique_et_d'ailleurs

  • Compagnie des mines de France (et d’Afrique)
    http://survie.org/billets-d-afrique/2014/233-mars-2014/article/compagnie-des-mines-de-france-et-d-4693

    Le gouvernement s’apprête à créer une « Compagnie nationale des mines de France » (CMF), en la dotant d’un budget de 200 à 400 millions d’euros : une petite société, pour l’industrie minière, mais qui est destinée à l’exploration plutôt qu’à la production, pour laquelle une association sous forme de joint­-venture avec de grosses compagnies restera possible. Une exploration qui, selon le ministre Arnaud Montebourg, concernera « aussi le sous­ sol d’autres pays. Les pays d’Afrique francophone, notamment, (...)

    #233_-_mars_2014

    / #Pillages_des_ressources, #Brèves_d'Afrique_et_d'ailleurs, #Entreprises_françaises

  • En #RDC, « recoller des morceaux de vies brisées »
    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/b49f88a0-1f24-11e3-813f-2dea9a637842/En_RDC_recoller_des_morceaux_de_vies_brisées

    Sœur Angélique est la lauréate de la distinction Nansen 2013 pour les #réfugiés. La religieuse congolaise vient en aide aux femmes victimes des sévices de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA). Elle recevra son prix des mains du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés le 30 septembre

    En dix ans, la religieuse congolaise a aidé plus de 2000 #femmes et jeunes filles déplacées, qui ont subi des atrocités perpétrées par des groupes armés dont la sanguinaire Armée de résistance du Seigneur (#LRA), l’une des guérillas les plus brutales du continent africain. Elle-même a dû fuir les rebelles qui s’approchaient de sa ville. C’était en 2009. « Il y avait des coups de feu partout ; les gens hurlaient, pleuraient. Nous nous sommes retirés dans la brousse, sans nourriture. Je n’ai heureusement pas subi moi-même de violences physiques car j’ai pu quitter ma maison à temps », témoigne-t-elle.

    #Viols, #mutilations, #rapts

    Pas elle. Mais des milliers d’autres. Viols, mutilations, #esclavage_sexuel, #enlèvements, #pillages, traumatismes font partie de son quotidien. Angélique Namaika est là pour soutenir ces femmes victimes de sévices et les aider à être de nouveau acceptées par leur communauté. Elles en sont souvent bannies parce qu’elles sont tombées enceintes de rebelles.