• Pink Floyd sur Twitter :
    “Big man, pig man
    Ha, ha, charade you are
    You well heeled big wheel
    Ha, ha, charade you are
    And when your hand is on your heart
    You’re nearly a good laugh
    Almost a joker
    With your head down in the pig bin
    Saying ’Keep on digging’
    Pig stain on your fat chin
    #just_pinkfloyd” / Twitter
    https://mobile.twitter.com/just_pinkfloyd/status/1157667011293409280

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1157666379496972288/pu/vid/854x480/XDTNn3kLwLS2QFU3.mp4?tag=10

  • How music about space became music about drugs - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/s/613762/space-music-drugs

    The rock era and the space age exist on parallel time lines. The Soviets launched Sputnik in October 1957, the same month Elvis Presley hit #1 with “Jailhouse Rock.” The first Beatles single, “Love Me Do,” was released 23 days after John F. Kennedy declared that America would go to the moon (and not because it was easy, but because it was hard). Apollo 11 landed the same summer as Woodstock. These specific events are (of course) coincidences. Yet the larger arc is not. Mankind’s assault upon the heavens was the most dramatic achievement of the 20th century’s second half, simultaneous with rock’s transformation of youth culture. It does not take a deconstructionist to see the influence of the former on the latter. The number of pop lyrics fixated on the concept of space is massive, and perhaps even predictable. It was the language of the era. But what’s more complicated is what that concept came to signify, particularly in terms of how the silence of space was somehow supposed to sound.

    The principal figure in this conversation is also the most obvious: David Bowie. In a playlist of the greatest pop songs ever written about life beyond the stratosphere, 1969’s “Space Oddity” would be the opening cut, a musical experience so definitive that its unofficial sequel—the 1983 synth-pop “Major Tom (Coming Home)” by German one-hit wonder Peter Schilling—would probably be track number two. The lyrical content of “Space Oddity” is spoken more than sung, and the story is straightforward: an astronaut (Major Tom) rockets into space and something goes terribly wrong. It’s odd, in retrospect, that a song with such a pessimistic view of space travel would be released just 10 days before Neil Armstrong stepped on the lunar surface. That level of pessimism, however, would become the standard way for rock musicians to write about science. Outside of Sun Ra or Ace Frehley, it’s hard to find serious songs about space that aren’t framed as isolating or depressing.

    Space is a vacuum: the only song capturing the verbatim resonance of space is John Cage’s perfectly silent “4’33".” Any artist purporting to embody the acoustics of the cosmos is projecting a myth. That myth, however, is collective and widely understood. Space has no sound, but certain sounds are “spacey.” Part of this is due to “Space Oddity”; another part comes from cinema, particularly the soundtrack to 2001 (the epic power of classical music by Richard Strauss and György Ligeti). Still another factor is the consistent application of specific instruments, like the ondes martenot (a keyboard that vaguely simulates a human voice, used most famously in the theme to the TV show Star Trek). The shared assumptions about what makes music extraterrestrial are now so accepted that we tend to ignore how strange it is that we all agree on something impossible.

    Unsurprisingly, the ambiance of these tracks merged with psychedelic tendencies. The idea of “music about space” became shorthand for “music about drugs,” and sometimes for “music to play when you are taking drugs and thinking about space.” And this, at a base level, is the most accurate definition of the genre we now called space rock.

    The apotheosis of all the fake audio signifiers for interstellar displacement, Dark Side of the Moon (and its 1975 follow-up Wish You Were Here) perfected the synthesizer, defining it as the musical vehicle for soundtracking the future. Originally conceived as a way to replicate analog instruments, first-generation synthesizers saw their limitations become their paradoxical utility: though incapable of credibly simulating a real guitar, they could create an unreal guitar tone that was innovative and warmly inhuman. It didn’t have anything to do with actual astronomy, but it seemed to connote both the wonder and terror of an infinite universe. By now, describing pop music as “spacey” usually just means it sounds a little like Pink Floyd.

    What has happened, it seems, is that our primitive question about the moon’s philosophical proximity to Earth has been incrementally resolved. What once seemed distant has microscoped to nothingness. When rock music was new, space was new—and it seemed so far beyond us. Anything was possible. It was a creative dreamscape. But you know what? We eventually got there. We went to space so often that people got bored. The two Voyager craft had already drifted past Pluto before Nirvana released Nevermind in 1991. You can see a picture of a black hole in the New York Times. The notion that outer space is vast and unknowable has been replaced by the notion that space is exactly as it should be, remarkable as it is anodyne.

    #Musique #Espace #David_Bowie #Pink_Floyd

  • Il y a presque 50 ans, « Dark Side of the Moon » éclipsait la planète rock

    C’est l’histoire d’un disque qui allait se vendre à 40 millions d’exemplaires et permettre à #Pink_Floyd de passer à la postérité. Quarante-six ans plus tard, la magie reste intacte.

    https://jack.canal.fr/articles/lire/y-a-45-ans-dark-side-of-the-moon-eclipsait-planete-rock

    https://youtu.be/Sxrn38OfDw8

    #musique #rock #abbey_road

  • Money (#Pink_Floyd song) - Wikipedia
    https://en.wikipedia.org/wiki/Money_(Pink_Floyd_song)

    “Money interested me enormously,” #Waters remarked on the twentieth anniversary of Dark Side. “I remember thinking, ’Well, this is it and I have to decide whether I’m really a socialist or not.’ I’m still keen on a general welfare society, but I became a capitalist. You have to accept it. I remember coveting a Bentley like crazy. The only way to get something like that was through rock or the football pools. I very much wanted all that material stuff.”

    #argent

  • * Festival d’Amougies : 49 ans après, il ne reste quasiment plus rien du « Woodstock belge » Guillaume Woelfle - 20 Aout 2018 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_festival-d-amougies-49-ans-apres-il-ne-reste-quasiment-plus-rien-du-wood
    Voir la vidéo sur le site de la RTBF

    Ce week-end se clôturait le festival de musique d’Amougies, un festival de New Wave regroupant plusieurs artistes des années 80 et 90. Un festival à la programmation bien différente de son édition de 1969, surnommée le « Woodstock belge ». Malheureusement l’héritage et le souvenir de cette édition historique ont quasiment disparu des mémoires belges.

    En octobre 1969, pendant cinq jours, des dizaines de milliers de jeunes festivaliers s’étaient réunis dans le petit village d’Amougies, dans le Hainaut, à une dizaine de kilomètres de Renaix. Ce festival était même l’un des premiers festivals de pop et free jazz d’Europe. Sous le chapiteau prévu pour 12.000 personnes, Pink Floyd, Yes ou même Franck Zappa se sont succédé lors d’un total de 60 heures de musique.

    Pourtant, Amougies n’était pas l’endroit initial où devait se tenir ce festival. Les organisateurs français avaient pensé leur événement pour Paris, en témoigne le nom du festival : le « First Paris Music Festival ». Mais seulement un an et demi après les affrontements de Mai 68, les autorités françaises ne veulent pas prendre le moindre risque de donner de visibilité à une nouvelle mouvance contestataire. Le festival est chassé de France et les organisateurs viennent frapper à la porte de villes frontalières de Belgique. Mais à nouveau, à Courtrai puis Tournai, les hippies ne sont pas les bienvenus. Cette fois, c’est davantage les expériences de Woodstock ou du festival de l’île de Wight qui créent l’appréhension des autorités belges pour accueillir un « festival de hippies ». À quelques jours du 24 octobre, le festival n’a toujours pas de piste d’atterrissage. Et les affiches de l’événement annoncent toujours le festival… à Tournai.

    Finalement, le bourgmestre d’Amougies, André Callebaut, prend le risque d’héberger le festival. La grande transhumance de festivaliers peut commencer, pour la plupart à vélo, depuis Tournai où beaucoup s’étaient donné rendez-vous, comme l’annonçait l’affiche. Le bourgmestre engage donc sa commune, même si les réticences se font encore sentir parmi les habitants, notamment le curé du village.

    « Quand on voit des centaines de hippies comme on les appelle, peut-être que sur le plan moral, ce n’est pas un bon exemple pour les jeunes du village. C’est mon opinion… Quand on les voit se promener en débraillés, un peu oisifs même pendant la journée, je ne sais pas ce que les jeunes doivent penser de cela. »

    La vie de hippie devient effectivement le vrai sujet de discussion du village, bien plus que la musique en elle-même. Le boucher du village, à l’linverse de sa femme, ouvre les bras à ces jeunes. « C’est beau d’être groupés. Ils n’ont pas d’ennemis. Ils sont là l’un pour l’autre. Quand ils viennent acheter, ils s’aident à payer leurs marchandises. Mais ma femme a plutôt peur de ces gens », explique-t-il.

    Pour les commerçants du village, la vie a changé pendant ces cinq jours de festival. Les 80.000 bouches à nourrir ont donné du travail. Les cafés, les hôtels et les boulangeries sont pris d’assauts. « Tout le monde a fait son bénéfice, confirme le boulanger qui n’a jamais arrêté de travailler pendant ces cinq jours. Ceux qui me payaient en francs français payaient un supplément. Ceux qui payaient en francs belges réglaient le prix normal. Il ne faut pas rater l’occasion pour voler (sic) les gens. »

    Les retombées économiques du festival sont estimées à plusieurs millions de francs belges, soit quelques centaines de milliers d’euros. Mais le véritable bilan de l’événement n’est pas financier. Le pari de liberté pris par le bourgmestre est réussi. Sa confiance placée dans les jeunes lui a souri. « J’ai voulu faire confiance aux jeunes et je crois que la preuve flagrante est faite. Nous avons fait confiance aux jeunes et nous sommes récompensés. Ce festival n’est pas un succès mais un triomphe, à tous points de vue. Aucun dégât, aucune réclamation. Au départ, nous avons dû prendre quelques précautions qui étaient nécessaires, indispensables. Mais nous constatons que les jeunes se sont conduits d’une façon sensationnelle. Je crois que je peux dire à tous ceux qui m’écoutent que nous devons faire confiance à la jeunesse et en faisant confiance aux jeunes, nous arriverons à de bien meilleurs résultats dans la vie. »

    Presque 50 ans après le Woodstock belge, il n’en reste presque plus rien. Les rééditions du festival n’ont pas fonctionné. Amougies 69 n’est plus qu’un souvenir, et encore, uniquement pour ceux qui l’ont vécu. L’année prochaine, pour les 50 ans de l’édition 69, les organisations prévoient une édition vintage.

    #Woodstock #belgique #Amougies #Tournai #musique #Pink_Floyd #Yes #Franck_Zappa #Ten_Years_After #Archie_Shepp #The_Nice #Art_Ensemble_of_Chicago #Yes #Gong #Soft_Machine #Pierre_Lattès #Zoo #Indescriptible #Chaos_Rampant #Frogeaters #Freedom #Sunny_Murray #Alexis_Korner #Don_Cherry #Ed_Blackwell #Joachim_Kühn #Jean-François #Jenny-Clark #Jacques_Thollot #Blossom_Toes #Germ #Caravan #The_Nice #Archie_Shepp #Pretty_Things #John_Surman #Sonny_Sharrock #Acting_Trio #Steve_Lacy #Captain_Beefheart #Musica_Elettronica #Viva #Fat_Mattress
    #pop #free_jazz #hippies #Actuel Le magasine

  • Dans l’émission Continent musiques (#France_Culture), une « #histoire de la #musique_électronique » en cinq parties :

    1 : « Ballets mécaniques »
    http://www.franceculture.fr/emission-continent-musiques-d-ete-une-histoire-de-la-musique-electroni

    Des années 1920 aux années 1970, la « musique des bruits » théorisée par les #Futuristes est lentement devenue réalité, notamment via le Ballet mécanique de #George_Antheil, la bande originale du film Planète interdite ou le #GRM de #Pierre_Schaeffer. Cette première génération a ouvert la voie aux premiers tubes joués au synthétiseur (Popcorn, Wendy Carlos), fascinés par la conquête de l’espace et la naissance du monde connecté.

    http://rf.proxycast.org/1062894912791388160/11910-17.08.2015-ITEMA_20783190-0.mp3

    2 : « Les hommes robots »
    http://www.franceculture.fr/emission-continent-musiques-d-ete-une-histoire-de-la-musique-electroni

    A la fin des années 60, plusieurs œuvres électroniques marquent leur temps, jusqu’à pénétrer la musique de #Pink_Floyd. En parallèle, la #kosmische_musik allemande, à la recherche d’une transe totale, expérimentent une nouvelle #musique_répétitive et minimale : le travail de #Can ou #Neu ! donnera finalement naissance à #Kraftwerk, qui dessine en quatre albums, de 1974 à 1978, ce que sera la pop électronique des trois décennies suivantes.

    http://rf.proxycast.org/1063266002415919104/11910-18.08.2015-ITEMA_20783462-0.mp3

    3 : « Deux platines et un microphone »
    http://www.franceculture.fr/emission-continent-musiques-d-ete-une-histoire-de-la-musique-electroni

    A la fin des années 1960, la #Jamaïque aussi découvre la puissance du studio moderne, où l’on peut désormais manipuler le son avec une nouvelle liberté. En sortiront le #dub et la culture du #soundsystem, qui essaimeront jusqu’à New York. C’est là que cette nouvelle science de l’échantillonnage et de la transformation du son finira par absorber le #funk de #James_Brown pour donner naissance au #hip-hop, tandis qu’en Europe la graine dub créera une lignée qui va de la #jungle au #dubstep.

    http://rf.proxycast.org/1063687604647501824/11910-19.08.2015-ITEMA_20783726-0.mp3

    4 : « Le long ruban de musique »
    http://www.franceculture.fr/emission-continent-musiques-d-ete-une-histoire-de-la-musique-electroni

    Loin de son image frivole et purement mercantile, le #disco fut une révolution électronique importante. Il a inventé la discothèque, le DJ tout-puissant et les nuits où la musique ne s’arrête plus. Il s’est aussi transformé, au début des années 80, en une musique plus épurée et mécanique : la #house. Cette dernière a ensuite donné naissance à une branche majeure de la musique des 30 dernières années, éparpillée entre les tubes de #Madonna ou #Daft_Punk et l’underground des #free_parties des années 90.

    http://rf.proxycast.org/1064008171506376704/11910-20.08.2015-ITEMA_20783981-0.mp3

    5 : « Techno pop, ultra pop »
    http://www.franceculture.fr/emission-continent-musiques-d-ete-une-histoire-de-la-musique-electroni

    La dernière ligne droite électronique de la semaine commence par une plongée dans la #pop_synthétique du début des années 80, puis dans le #funk le plus inventif. Deux sons qui ont inspiré des rejetons ombrageux de la house pour inventer une nouvelle musique offerte aux machines : la #techno. Un style froid et acéré qui s’est infiltré jusque dans les disques de #Björk et de #Radiohead, avant de nourrir l’explosion d’une dance music de stade, personnalisée par #David_Guetta ou #Calvin_Harris.

    http://rf.proxycast.org/1064379264079503361/11910-21.08.2015-ITEMA_20784271-0.mp3

    #audio #radio

  • Y’en a qui sont dans l’humanisme et l’universalisme, d’autres dans le tribal et à Sun City. Avant on leur gerbait dessus, aujourd’hui les libés et autres m*$@#s les montrent en exemple...
    http://oumma.com/220291/roger-waters-tacle-robbie-williams-va-donner-un-conce
    J’ai toujours considéré Rod Stewart comme un idiot, mais ils se reproduisent les bougres, c’est même à ça qu’on les reconnaît...
    #pink_floyd #bds
    p.s : il y est allé quand même...
    C’est marrant de mettre côte à côte les deux infos : les militaires qui racontent l’ignominie d’il y a 8 mois et le simplet qui va prendre des sous... L’histoire se souvient de Sun City, elle se souviendra aussi de Tel aviv

    • La chercheuse Jocelyne Porcher, elle, va plus loin. « Je ne défends pas l’élevage parce qu’il fait partie de nos traditions, explique-t-elle. Je le défends parce que les animaux font partie de nos sociétés humaines. Le but de l’élevage est de créer une relation aux animaux qui ait un sens. Si on n’a plus d’animaux, on mourra de leur absence. »

      #tautologie « (nos traditions »/"nos sociétés humaines")
      #raisonnement_circulaire
      #déni et #foutage_de_gueule_carabiné ("le but de l’élevage")
      #rationnalisation_a_posteriori
      #spécimen_de_spécisme
      #oeillères
      #chantage ("sauver la planète")
      #surenchère_de_chantage ("on mourra de leur absence" : on va tous crever bis )
      #raisonnement_au_chausse-pied
      #etc.

      #pink_floyd , aussi

      Quant aux raisons moins grandiloquentes ("sauver la planète", fichtre !) de porter un regard critique sur notre rapport aux animaux comme sur notre culture alimentaire, elles ne manquent pas, mais sont ici complètement absentes, opportunément évacuées par l’approche proposée par l’article.

    • @Koldobika
      c’est la première fois que j’entends (façon de) parler de cette dame, et que je lis sa prose.
      Du coup, j’ai googlé son nom, et j’ai cru comprendre qu’elle s’en était justement fait depuis longtemps un avec (cette même prose) :

      Elle cherche simplement à montrer que l’élevage est un métier qui rend heureux, les humains et les animaux.

      http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=2527

      Porcher reconnaît toutefois que les animaux finissent tous tués dans les mêmes abattoirs, dans des conditions peu enviables. Mais rapidement, elle nous rassure quant aux “vrais” éleveurs : “ils y pensent plusieurs jours en avance, parfois ça les empêche de dormir”.

      http://asso-sentience.net/jocelyne-porcher-une-manipulatrice

      (je ne connaissais pas non plus asso-sentience)

      Les éleveurs disent d’ailleurs qu’ils doivent beaucoup aux animaux : nous donnons aux animaux, ils nous redonnent, nous leur redonnons... Or, les vegan, au nom de la justice et de la morale, ne veulent rien des animaux, ne rien leur donner, ni ne rien leur devoir. C’est une aporie. Ce système de pensée sort les animaux du lien social, et conduit in fine à rompre complètement avec les animaux. La dynamique de leur action mène à la rupture de la domestication. Les vegan ne se rendent pas compte de l’impact politique de leurs théories qui les lie aux multinationales agroalimentaires. Et qui conduit à achever le processus d’industrialisation de la production alimentaire

      (http://www.bastamag.net/Et-si-le-but-ultime-de-l-industrie)
      Ecrit justement cette même militante en faveur de l’élevage ; je ne m’avancerai à parler à la place d’aucun vegan, mais pour ce que je sais par exemple de la critique du spécisme, cette conclusion dont prétend s’autoriser madame Porcher pour en faire une lubie inepte au service de l’industrialisation est a minima fantaisiste.
      En fait, dans le genre « je m’empresse de te caricaturer et je te fais passer pour un bouffon délirant ou un idiot utile et grotesque afin de mieux éviter les questions qui pourraient peut-être bien me gêner aux entournures », sa méthode me rappelle un peu trop visiblement celle employée par certains contre le mauvais genre sous le considérable prétexte de « lutte contre l’artificialisation de l’humain ».

      Ces gens ne disputent pas, ils font la guerre.

      (et pour couper court dès à présent à quelques uns des arguments déplacés qui pourraient maladroitement être invoqués par d’autres contre mon propos, j’ai grandi à la campagne, en mangeant les quelques lapins et les poules que je côtoyais tous les jours ou presque dans la cour, dans un contexte d’élevage on ne peu plus artisanal et quasi-bio. Ah oui, ces animaux n’y étaient pas seulement nourris et choyés, ils y étaient aussi gentiment occis, avant de figurer joyeusement au menu. )

    • Pour avoir vu le film dont l’affiche suit (et que je trouve pas sur internet), où Porcher intervient, je crois que cet entretien dans Reporterre ne sert pas forcément le/son propos, centré sur la #relation humains/animaux. Ce n’est pas « tautologique » de parler de « traditions » et de « sociétés » puisqu’en l’occurrence il s’agit de ne pas nécessairement se revendiquer des premières pour réfléchir/transformer les secondes, dont ce film aborde de façon critique le « scientisme » (devenu"traditionnel" lui aussi) supposé rationnel utilisé pour (tout ?) rationnaliser....

      Des cochons (et des hommes). De l’objectivation scientifique de leur bien-être et autres petits concepts, film de Bruno Thomé, 2003, 129 minutes.

      « La chenille devient papillon, le cochon devient saucisson, telle est la loi de la nature. »
      De la maternité au supermarché, 3 expériences sur le bien-être des cochons d’élevage discutées par 2 biologistes, 1 philosophe, 1 animalier, et 2 stagiaires de la station de recherche porcine de l’Institut national de la recherche agronomique de Saint-Gilles en Bretagne.
      Entre documentaire scientifique et pamphlet journalistique, une vision subjective des pratiques de l’objectivation scientifique dans une institution française.

    • @Colporteur

      Je suis occupé à découvrir la propagande de madame Porcher, et je crains que dans son cas cela le soit, puisqu’elle présente l’élevage et semble faire de la gestion de la mort des animaux la condition sine qua non de notre humanité, menacée, dans cette sanglante perspective, par des vegans et autres critiques du spécisme complices de l’industrialisation.

      La relation aux animaux domestiques qu’ils défendent, c’est notre vie tout entière avec les animaux. Après l’exclusion de la vache, viendra celle de votre chien, remplacé par un robot supposé tout aussi capable d’exprimer des émotions et de ressentir les vôtres. Après l’exclusion de la vache et du chien, viendra la nôtre. Et cette exclusion-là est également déjà bien avancée.

      http://www.huffingtonpost.fr/jocelyne-porcher/eleveurs-animaux-delevage_b_5062481.html

      Dans notre monde radicalement artificialisé, seuls les animaux, en nous rappelant ce qu’a été la nature, nous permettront peut-être de nous souvenir de notre propre humanité. Mais saurons-nous vivre avec eux ?

      http://www.cairn.info/vivre-avec-les-animaux--9782707169006.htm

      Ce que nous essayons de mettre en évidence dans notre ouvrage Livre blanc pour une mort digne des animaux, c’est une troisième voie. Tuer les animaux n’est pas une évidence et ne fait plaisir à aucun éleveur, mais pourquoi le fait-on ? Que ferait-on si l’on ne faisait pas ça ? Pourquoi le fait-on depuis si longtemps ? Et pourquoi vaut-il mieux continuer à le faire car les alternatives proposées par l’industrie agroalimentaire sont encore plus tragiques que le fait de tuer les animaux ? La voie que nous préconisons se situe entre le déni et l’abolition. Ce que veulent les éleveurs, ce sont simplement des alternatives à l’abattage industriel, sous forme par exemple de petit abattoir à la ferme ou d’abattoir local géré par les éleveurs. Se réapproprier la mort des animaux, la maitriser, la décider, l’organiser, c’est aussi pouvoir l’assumer.

      http://www.bastamag.net/Et-si-le-but-ultime-de-l-industrie

      Pour ma part, la gestion de la mort, le droit et la capacité de l’administrer, je tiens que cela porte un nom déjà ancien, cela s’appelle le #Pouvoir. (Il y a une sacrée différence entre « remettre la mort à sa place dans la vie » et organiser son mode de vie autour de mises à mort d’animaux présentée qui plus est comme une fatalité )

      Et je trouve chez elle une indécente exhibition d’inintelligence des critiques du spécisme qui n’est pas sans évoquer la très laborieuse et très ostentatoire réception des critiques des rapports de genre dont ont fait montre il y a peu d’autres anti-industriels...

      #catastrophisme
      #malhonnêteté_intellectuelle
      #nécrophilie aussi
      #mythe_de_la_Nature

    • Hum... je connais que ce film qui a plus de 10 ans, là ça craint effectivement.

      Mais par ailleurs, je sais pas si il faut monter en généralité à ce point sur le « pouvoir d’administrer la mort ». Pour en rester aux seuls animaux humains, un cas concret où c’est plutôt le monopole du « faire mourir » qui pose une question de pouvoir : j’ai souvenir de ne pas avoir pu aider à mourir (faire mourir) quelqu’un de très proche qui me le demandait instamment après et pendant des hospitalisation répétées et qui dû finir en se démerdant en solo et à l’arrache. La « solitudes des mourants » (Élias) est constitutive, la contrer a donné lieu à diverses ruses humaines (veiller, soulager, abréger).

      J’admets ne pas avoir travaillé sur la question et ignorer bien des approches à ce sujet mais les animaux d’élevage sont proches de nous dans cette mesure où ils ne vivraient tout simplement pas sans la société que nous constituons (notre domesticité propre se lit dans la banalité de la névrose). Qu’est-ce qu’on fout de cette diversité des formes de vie là parmi lesquelles il faut compter du non humain ? Et quelles relations entre formes de vie ? C’est sous cet angle que le film mentionné m’avait intéressé. Il me semble que l’on va pas cesser d’y revenir et pour longtemps.

    • Pour en rester aux seuls animaux humains, un cas concret où c’est plutôt le monopole du « faire mourir » qui pose une question de pouvoir : j’ai souvenir de ne pas avoir pu aider à mourir (faire mourir) quelqu’un de très proche qui me le demandait instamment après et pendant des hospitalisation répétées et qui dû finir en se démerdant en solo et à l’arrache. La « solitudes des mourants » (Élias) est constitutive, la contrer a donné lieu à diverses ruses humaines (veiller, soulager, abréger).

      En fait, je ne vois pas de rapport entre,
      –d’une part, aider un(e) proche et pair(e) à mettre fin à ses jours à sa demande (ou selon ses voeux), ou l’accompagner dans ses derniers moments,
      –et de l’autre mettre à mort (même avec quelques cruels... états d’âme : le Pouvoir est un sacerdoce, et celleux qui doivent bien l’exercer sont bien malheureux !) des êtres vivants sentients considérés de fait comme des moyens (et même, cerise sur le gâteau qui leur fait certainement une belle guibolle, des moyens dont l’exploitation et la mise à mort seraient indispensables à "notre humanité" , selon le credo de madame Porcher et ses ami-e-s).

      Pour dire les choses autrement, il me semble être plutôt en accord sur un point avec madame Porcher : l’exploitation des animaux non-humains est probablement indispensable à l’idéologie spéciste, celle qui constitue justement l’Humanité en espèce supérieure et investie d’un Pouvoir légitime sur toutes les autres.
      Sauf que certain-e-s humain-e-s questionnent depuis longtemps l’innocence, le caractère prétendument indiscutable, inéluctable, de cette « Humanité » là. (je n’ai pas dit essentiel - ah ben en fait si, ça y est, je viens de l’écrire)
      Il me semble aussi que l’on peut aisément faire le parallèle avec d’autres formes d’oppression et d’autres systèmes d’inégalités.

      A moins que j’ai manqué quelque chose en route ?

    • @martin5 non, t’as rien loupé, c’est moi qui sais pas où je veux en venir et choisis des cas qui excèdent ou sortent de la question telle qu’elle est posée car celle-ci me semble surdéterminer les réponses possibles. Mon rapprochement visait à dire qu’on en a pas fini avec la mort, son administration. La sacralisation de la vie (humaine, cf les rites funéraires) a beaucoup perdu de terrain avec le capitalisme moderne, mais elle ne nous avait que fort mal protégé des boucheries internes à l’espèce, individuelles, de masse ou d’état.
      Sinon, quand même ! avec ou sans animaux, la légitimité d’un pouvoir (de mort ou de vie) ne saurait évidemment qu’être discutable.

      J’aggrave mon cas : l’antispécisme me parait #relever en partie d’un égalitarisme #refuge là où (quand) les pratiques, les théories et combats #égalitaires propres à l’espèce humaine paraissent hors jeu au plus grand nombre et où des minorités nouvelles ont à se former(il faut bien fabriquer quelque chose plutôt que rien dans ce reflux, j’en suis d’accord, mais quoi et comment). Point d’honneur et retrait, ensemble. Merci de pas vouer aux gémonies mes propos pour ne pas être capable d’en dire davantage et moins mal de suite.

      En plus, j’ai reçu un mel qui me dit que Porcher n’est pas dans le film dont je croyais me souvenir... C’est pas sérieux.

      #attention_fragile

      Ces échanges peuvent renvoyer à Réflexion sur la relation aux animaux
      http://seenthis.net/messages/358218

    • @colporteur

      Merci de pas vouer aux gémonies mes propos pour ne pas être capable d’en dire davantage et moins mal de suite.

      Pas de soucis, je n’ai pas forcément l’esprit de cet escalier là.

      J’aggrave mon cas : l’antispécisme me parait #relever en partie d’un égalitarisme #refuge là où (quand) les pratiques, les théories et combats #égalitaires propres à l’espèce humaine paraissent hors jeu au plus grand nombre

      Cela a longtemps été mon cas aussi, jusqu’à ce que je me penche un peu plus sérieusement sur le contenu théorique élaboré par les Olivier, Reus, Bonnardel et Cie. et que j’en vienne à les lire à penser qu’il y avait là une réflexion bien plus profonde et exigeante quand à la critique de toutes les hiérarchies et du Pouvoir que je ne l’avais imaginé au départ.
      Pour faire vraiment très court et sommaire, je ne pense pas prendre un très grand risque intellectuel en soutenant ici que la distinction humain/non humain peut être conçue a minima comme une matrice employée par les dominants au service de toutes les exclusions et infériorisations inter-humaines - sexisme, racisme, classes sociales, et j’en passe... les infériorisé-e-s se voient ainsi tou-te-s tôt ou tard animalisé-e-s (je ne pense pas qu’il me soit nécessaire d’illustrer cet fait) par qui entend justifier et renforcer sa domination sur elleux.

    • @Nicolas

      j’avais déjà lu cet article - en fait, aussi rigoureuse et prudentes soient de telles prospectives, elles ne me semblent pas pouvoir proposer autre chose que des possibles modèles économiques ou des modèles de production agricole vus d’ici - de la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui, carniste, industrielle, etc.
      Partant de là, elles comportent plus que vraisemblablement leur part d’angles morts, et surtout contribuent à mon sens à fermer dès à présent la critique et le questionnement, en particulier quant aux rapports que cette même organisation sociale nous mène à avoir avec les autres êtres vivants.
      A tout le moins, elles ne sauraient à mon sens être substituées à cette critique.
      Autrement dit, sans vouloir enlever aucun mérite à ces réflexions,je ne me reconnais pour ma part absolument pas dans cette manière d’aborder me semble-t-il un peu trop par le bout de la lorgnette, par la fin - en mettant la charrue avant les boeufs, et la batteuse avant la charrue, pour le coup - la critique de la société actuelle et de ce que nous y sommes, ici, maintenant.

    • @martin5 L’article répond à l’interrogation initiale. Quand à savoir si c’est mal de tuer des animaux, sous quelles conditions éventuellement, ou de réfléchir sur une société végane, il n’en n’a pas la prétention.

      Pour moi la question de savoir si on peut tuer des animaux ou pas est une question de société, et il faudrait que le débat soit possible. Cependant beaucoup de points du véganisme sont très discutables (comme sur l’écologie), et la vision végane laisse de côté beaucoup de questions ou de conséquences, et c’est aussi sous cet angle qu’on peut lire mes articles sur le véganisme ou l’élevage.

  • Pink Floyd’s The Wall: The Original Live Show & Behind-the-Scenes Footage of the 1980 Tour and 1982 Film | Open Culture
    https://www.youtube.com/watch?v=_MTLw_fa5kg

    Opening with maximum fanfare and pomp, and closing with the sound of dive bombers, “In the Flesh?,” the first track on Pink Floyd’s magnum opus The Wall announces that the two-disc concept album will be big, bombastic, and important. All that it is, but it’s also somber, groovy, even sometimes delicate, harnessing the band’s full range of strengths—David Gilmour’s minimalist funk rhythms and soaring, complex blues leads, Nick Mason’s timpani-like drum fills and thumping disco beats, and Richard Wright’s moody keyboard soundscapes. Under it all, the propulsive throb of Roger Waters’ bass—and presiding over it his jaded, nostalgic vision of personal and social alienation.

    Expertly blending personal narrative with trenchant, if at times not particularly subtle, social critique, Waters’ rock opera—and it is, primarily, his—debuted just over 35 years ago on November 30, 1979. The project grew out of a collection of demos Waters wrote and recorded on his own. He presented the almost-fully formed album (minus the few collaborations with Gilmour like “Comfortably Numb”) to the band and producer Bob Ezrin, who described it as “Roger’s own project and not a group effort.” That may be so in its composition, but the final recording is a glorious group effort indeed, showcasing each member’s particular musical personality, as well as those of a host of guest musicians. The legendary stage show drew together an even larger pool of talent, such as political cartoonist Gerald Scarfe, whose animations were projected on a giant cardboard wall that slowly came down over the course of the concert......

    #Pink_Floyd’s
    #The Wall : The Original Live Show & Behind-the-Scenes Footage of the 1980 Tour and 1982 Film

  • Pink Floyd’s Roger Waters and Nick Mason: Why Rolling Stones shouldn’t play in Israel - Salon.com
    http://www.salon.com/2014/05/01/pink_floyds_roger_waters_and_nick_mason_why_rolling_stones_shouldnt_play_in_i

    With the recent news that the Rolling Stones will be playing their first-ever concert in Israel, and at what is a critical time in the global struggle for Palestinian freedom and equal rights, we, the two surviving founders of Pink Floyd, have united in support of Boycott, Divestment, and Sanctions (BDS), a growing, nonviolent global human rights movement initiated by Palestinian civil society in 2005 to end Israel’s occupation, racial discrimination and denial of basic Palestinian rights.

    The BDS movement is modeled on the successful nonviolent movements that helped end Jim Crow in the American South and apartheid in South Africa. Indeed, key figures who led the South African freedom struggle, like Archbishop Desmond Tutu and Mandela’s close associate, Ahmed Kathrada, have come out in support of BDS for Palestinian rights. BDS offers us all a way to nonviolently pressure the Israeli government to fully realize that its injustices against the Palestinian people are legally and morally unacceptable and unsustainable.

    The movement does not advocate a particular political framework — one state or two — and neither do we. Rather, we call for a resolution that upholds freedom, justice and equal rights for all, irrespective of identity, and does not cause additional suffering for either people.

    So, to the bands that intend to play Israel in 2014, we urge you to reconsider. Playing Israel now is the moral equivalent of playing Sun City at the height of South African apartheid; regardless of your intentions, crossing the picket line provides propaganda that the Israeli government will use in its attempts to whitewash the policies of its unjust and racist regime.

    #BDS #Rolling_Stones #Pink_Floyd #Roger_Waters

    • Les Pink Floyd aux Rolling Stones : « Ne jouez pas pour l’Apartheid ! »
      Ali Abunimah
      http://www.info-palestine.net/spip.php?article14528

      Cet appel a également été partagé par des milliers de médias sociaux et a recueilli beaucoup d’attention sur la page Facebook de Roger Waters avec près de 10 000 like et 800 commentaires.

      Mais un grand nombre de commentaires, venus apparemment d’internautes israéliens, sont extrêmement violents contre Waters et les Palestiniens et sont pour beaucoup islamophobes.

      Toutefois, ceci révèle combien de nombreux Israéliens sont devenus sensibles face aux appels pour que leur État ​​subisse les conséquences de ses violations systématiques des droits de millions de Palestiniens.

  • Roger Waters : « Je suis pour le boycott d’Israël »

    http://www.parismatch.com/Culture-Match/Musique/Actu/Roger-Waters-va-faire-tomber-les-murs-449728

    Lors des premières dates de “The Wall” en 2010, certains critiques se sont élevés contre les images religieuses que vous diffusez durant le concert. Les avez-vous pris en compte ?

    C’est une polémique montée par un lobby juif américain qui pleurniche pour n’importe quoi. Ils ont vu le concert et ont crié à la récupération de l’étoile de David. Mais mon message est bien plus limpide. Il y a des croissants, des faucilles, des marteaux, des croix, je veux juste montrer que l’on est bombardé par les symboles, l’idéologie et le commerce. Et que cela n’est pas bon. Mais, vous le savez peut-être, je suis très impliqué dans le conflit israélopalestinien, j’étais juré dans le tribunal pour la paix en Palestine de New York. Ce qui me vaut d’être souvent surnommé en Israël le “nazi juif”…

    Vous n’irez donc pas jouer “The Wall” à Tel-Aviv ?

    Certainement pas ! Je suis pour le boycott d’Israël, j’y ai beaucoup réfléchi. Tout comme cela n’aurait pas été approprié d’aller chanter en Afrique du Sud pendant l’apartheid, quand Mandela était encore sous les verrous. La Cour internationale de justice a tranché : l’occupation des territoires et de la bande de Gaza est illégale, le blocus imposé par le gouvernement est illégal, la construction du mur est illégale. C’est pour me battre contre cela que je fais de la musique.

    #Roger_Waters #Pink_Floyd #Israël #boycott #Palestine #The_Wall