• Hidalgo réfléchit à une police municipale armée, Béatrice Jérôme, LE MONDE | 17.07.2018
    https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/07/17/hidalgo-reflechit-a-une-police-municipale-armee_5332651_1653578.html

    A moins de deux ans des municipales, la maire de Paris dit ne pas avoir de « tabous » sur ce sujet sensible.

    Menace terroriste, protection des touristes, délinquance, cambriolages en hausse, tensions croissantes dans les quartiers populaires, théâtres de trafic de stupéfiant ou de rixes mortelles entre bandes… Face à l’insécurité à Paris, Anne Hidalgo ne veut pas rester l’arme au pied. Longtemps hostile à la création d’une police municipale, la maire de la capitale prépare un aggiornamento. « Pourquoi pas une police parisienne ? », a-t-elle confié, le 2 juillet, à quelques journalistes, avant d’ajouter : « Sur l’armement non plus, je n’ai pas de tabous ».

    Un changement important dans cette capitale où la sécurité est avant tout de la responsabilité de la police nationale. Selon ses mots, la maire juge que « le dispositif est perfectible, tant en termes de moyens que de répartitions des compétences », à propos du partage des rôles entre policiers nationaux et agents de sécurité de la ville.

    Lire aussi : Police municipale à Paris : un débat juridique épineux, dans un contexte particulier
    https://lemonde.fr/police-justice/article/2018/07/17/police-municipale-a-paris-un-debat-juridique-epineux-dans-un-contexte-partic

    Si elle préempte le débat à deux ans des municipales, elle se garde de le trancher. Une façon de ne pas braquer les écologistes et les communistes, qui, au sein de sa majorité, sont vent debout contre une police municipale, armée ou pas. Elle fera « des propositions » début 2019 au vu d’un audit indépendant commandé par la ville et qui sera rendu à la fin de l’année.

    Futur sujet pour les municipales

    Enlisée par ailleurs dans le fiasco de Vélib’ et critiquée sur la propreté de sa ville, Mme Hidalgo entend couper l’herbe sous le pied de ses adversaires qui ne manqueront pas de lui reprocher son bilan en matière de sécurité. Parmi ses concurrents éventuels en 2020, Pierre-Yves Bournazel, député (Agir) de Paris prône depuis longtemps la création d’une police municipale armée, à l’instar de la droite et de l’UDI-MoDem à Paris. Gaspard Gantzer, à la tête de son mouvement « Parisiennes, Parisiens », estime qu’« une police parisienne armée est une des toutes premières priorités pour Paris ». « Il faudra une police municipale armée à Paris, confie également Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement qui se prépare à défier la maire sortante. Mais c’est bien beau de le dire. On fait comment ? Moi je consulte, j’y travaille. »

    Elle a beau être à l’offensive, la maire de Paris sait que le terrain est miné. Et ce n’est pas le rapport confidentiel posé sur son bureau depuis mai qui devrait la rassurer. L’étude de 120 pages que Le Monde s’est procurée, commandée à un administrateur de la ville, Hervé Hulin, visait à répondre aux revendications des syndicats en faveur d’un armement renforcé des agents après la mort du policier Xavier Jugelé, en avril 2017, lors d’une attaque terroriste sur les Champs-Elysées. Consacré à l’armement des agents parisiens, le rapport estime que « le statu quo » paraît « difficile ». Mais il insiste sur « les risques et les dangers » d’une évolution et rappelle que leurs missions actuelles ne l’exigent pas.

    En créant en 2016 la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection (DPSP), Mme Hidalgo lui a assigné la lutte contre les incivilités du quotidien. Les 1 200 agents de surveillance de Paris (ASP) transférés le 1er janvier 2018 à la DPSP, en passant de la tutelle du préfet à celle de la Ville, y sont uniquement chargés du stationnement gênant et de la régulation de la circulation. Quant aux 900 inspecteurs de sécurité de la Ville (ISVP), leur première mission est de sévir contre les atteintes à la propreté (jets de mégots, dépôts sauvages, épanchement d’urine, crottes de chien) et contre les nuisances sonores dans les lieux publics.

    Baisse d’effectifs

    Dans les faits, pourtant, les interventions des ISVP confinent à des opérations de maintien de l’ordre. Qu’il s’agisse de fermer certains parcs la nuit, de barrer les voitures sur les Champs-Elysées piétons une fois par mois ou de lutter contre les ventes à la sauvette dans le 18e arrondissement… « Le public rencontré est plus difficile. Les gens sont moins dans le dialogue, plus dans l’agressivité », observe Frédéric Frémont, représentant CGT au sein de la DPSP.

    Les ISVP interviennent aussi de plus en plus aux côtés de la police nationale, de façon programmée ou imprévue, comme lors des attentats du 13 novembre 2015 ou de l’agression d’un militaire près du Louvre en février 2017. Avec leur uniforme bleu barré du mot « sécurité », ils sont souvent assimilés à des policiers municipaux, voire nationaux, sans avoir les mêmes armes. Outre une matraque et une bombe lacrymogène, comme les ASP, les ISVP sont dotés d’un bâton de défense, de type Tonfa.

    Dans leurs rangs, la demande d’un armement plus offensif est pressante depuis les attentats terroristes. Tous les syndicats, hormis le Supap-FSU, réclament des pistolets électriques de type Taser ou des Flash-Ball. « Nous sommes des cibles potentielles en cas d’attaques, explique Laurent Zignone, président de l’Union des cadres de Paris (UCP) au sein de la DPSP. Nous armer nous permettrait de nous protéger et de pouvoir défendre les usagers ». La plupart des organisations – UNSA, CFTC, FO, UCP, CGT – sont favorables à des armes létales pour une partie des agents et dans certaines missions. Mais le rapport Hulin souligne « la complexité » qu’engendrerait une telle décision : risque d’accidents sur les agents, exigences d’une formation, d’une protection contre le vol des armes… Armer les 900 ISVP aurait un coût élevé, qu’il estime à 10,7 millions d’euros par an.

    Plus largement, le rapport met en garde contre l’effet contre-productif d’un armement renforcé – létal ou non. Alors que la Mairie de Paris déplore la baisse régulière depuis des années des effectifs policiers à Paris, l’armement des personnels de la ville « entraînerait une restriction du nombre d’agents de police sur la voie publique », explique l’étude. A Lyon, Marseille ou Toulouse, après l’équipement de la police locale en armes létales, les effectifs de la police nationale sur le terrain ont diminué. Les agents parisiens armés devraient « assurer des missions de maintien de l’ordre qui ne sont pas de leur compétence », insiste le rapport.

    Cette crainte se fait d’ores et déjà jour au sein de la DPSP. « Notre vocation n’est pas de devenir une variable d’ajustement de la police nationale, prévient Sylvie Borst, directrice adjointe de la DPSP. Aujourd’hui, lorsqu’ils sont sollicités par la police nationale pour prêter main-forte lors d’une opération Vigipirate, nos agents peuvent refuser au motif qu’ils ne sont pas armés. Armés, ils n’auront plus la possibilité d’invoquer cette raison. »

    « Fragilité au niveau du droit »

    Le rapport préconise du coup un scénario très circonscrit qui consisterait à armer de pistolet de type Taser la seule Brigade d’intervention de Paris, unité « volante » de la DPSP, qui compte 300 ISVP. M. Hulin reconnaît que ce scénario ne répond pas « aux inquiétudes des agents face au risque terroriste », contrairement aux armes à feu.

    Qu’il soit létal ou pas, un armement renforcé supposerait une nouvelle loi, assure le rapport. A la demande de M. Hulin, la direction des affaires juridique de la ville a conduit une expertise de la loi d’avril 1999 qui autorise les maires à armer les policiers municipaux. Dans sa note de novembre 2017, la Ville estime que la règle ne s’applique pas aux agents de sécurité de Paris car ils n’ont pas le statut de policiers municipaux et ne sont pas mentionnés dans le texte de loi. Selon le rapport Hulin, cette « fragilité au niveau du droit » « exposerait la Ville » en cas d’usage d’une arme par un de ses agents à des « recours » ou des « contentieux ».

    Le débat sur la nécessité d’armer les agents de la municipalité est loin d’être clos. Interrogé par Le Monde, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, voit en tout cas plutôt d’un bon œil cette possibilité. Selon son cabinet, le cadre juridique actuel permet aux agents de la Ville chargés d’un service de police de détenir une arme de poing. « L’amélioration de la sécurité à Paris suppose une complémentarité et la coordination entre les agents de la Ville et les policiers. C’est le sens de la première convention que j’ai signée, en mars, avec Mme Hidalgo », estime le préfet.

    La préfecture considère que, dans la capitale comme ailleurs, le maire peut prendre l’initiative d’armer ses agents et l’Etat valide par un arrêté ministériel. En clair, Mme Hidalgo aurait, selon le préfet de police, non seulement le choix des armes mais aussi celui de créer – ou non – une police municipale. Si la balle est dans son camp, le dilemme est plus cruel encore.

    En 1978, Paris Maquis, « inventer la liberté »
    https://www.youtube.com/watch?v=KW-peug4e8s

    #Paris #sécuritaire #police_municipale #armes

    • « L’heure est venue de créer une police municipale parisienne », Tribune Le Monde

      Deux élus parisiens, Benjamin Djiane, apparenté PS, et Vincent Baladi, divers droite, appellent, dans une tribune au « Monde », à dépasser les clivages partisans afin de lutter efficacement contre l’insécurité dans la capitale.

      Tribune. Contrairement à ce qui a pu être dit ici ou là, le dernier Conseil de Paris des 2,3 et 4 juillet n’a rien tranché d’une épineuse question. Au contraire, il a écrit une nouvelle page de cette sempiternelle « saga », celle de la création d’une police municipale. Alors que la question lui était posée, la majorité municipale vient, à nouveau, de rejeter cette idée, préférant – comme toujours dans les situations où l’on ne veut pas décider – lancer un « grand audit » de la sécurité des Parisiens, c’est-à-dire élever une immense montagne qui, on peut le craindre, accouchera d’une souris.

      C’est une perte de temps. Une de plus. Un manque de courage également. Car l’heure est venue de créer une police municipale parisienne, sans tergiverser, en dépassant toutes les réticences dogmatiques, en allant également au-delà des clivages partisans, comme nous nous efforçons ici de le faire en cosignant ce texte. Nous devons avoir pour ambition une large adhésion, à droite comme à gauche, parce qu’une telle réforme engage la Ville de Paris, non pas pour une mandature, mais vers un changement structurel, lourd budgétairement, mais indispensable.

      Les policiers nationaux font déjà énormément

      Nous sommes en effet passés, ces dernières années, au rythme des transferts réguliers de compétences, d’une situation où la préfecture de police faisait tout, à une situation où la Ville de Paris doit remplir davantage de missions – circulation et stationnement, salubrité publique, bruits de voisinage, occupation illicite de l’espace public, prévention et répression des incivilités – sans pour autant s’être dotée des moyens humains adaptés. Si bien que nous nous trouvons dans la pire des configurations : l’entre-deux, c’est-à-dire moins de missions pour la police nationale (en tout cas sur le papier) et pas de police municipale, pour autant, pour prendre véritablement le relais. La conséquence ? Une dégradation de la tranquillité et de la sécurité des habitants. C’est vrai dans le centre de Paris. C’est vrai malheureusement partout, depuis la porte de Vanves (au sud de la capitale) jusqu’à celle de La Chapelle (au nord).

      Comme de nombreux élus d’arrondissement chargés de ces questions, nous sommes las de devoir toujours répondre aux habitants, qui légitimement nous interpellent, « ceci n’est pas de ma compétence » alors que ces derniers attendent justement de leurs élus locaux de régler leurs problèmes, d’avoir prise sur ce qui pourrit la vie de tous les jours : confiscation de l’espace public, vendeurs à la sauvette, noctambules bruyants ou en état d’ébriété, altercations, actes de vandalisme… La liste est longue.

      Nous dénonçons ce confort qui consiste à toujours tout renvoyer vers le préfet de police, à charger la barque, tout en s’en lavant les mains. Les policiers nationaux font déjà énormément, avec énormément de courage. Les Parisiens voient notamment combien ils sont mobilisés face à la menace terroriste. Il s’agit à un moment pour la capitale et ses élus d’assumer leurs responsabilités.

      Une force de soutien

      Berlin, Madrid, Rome ont leur police municipale. Paris, de manière paradoxale, toujours pas ! De manière d’autant plus paradoxale quand on sait que la préfecture de police a compétence sur l’ensemble de l’agglomération parisienne. Ce qui veut dire que dans de nombreuses communes de la périphérie directe de Paris, dans les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne (par exemple à Nanterre, Courbevoie, au Raincy, aux Lilas, à Nogent-sur-Marne ou Ivry-sur-Seine), la police nationale – la même qui intervient dans les arrondissements parisiens – est épaulée par des policiers municipaux. Paris intramuros, pourtant soumis aux mêmes phénomènes, fait exception. Le seul principe d’efficacité justifierait le contraire.

      Le principe de réalité aussi. C’est une certitude : les effectifs de la police nationale ne sont pas appelés à augmenter au cours des prochaines années. Et la fameuse Police de sécurité du quotidien [lancée par Gérard Collomb, le ministre de l’intérieur, en février 2018], sans effectifs supplémentaires, ne suffira pas à régler tous les problèmes. Il appartiendra donc, de plus en plus, aux maires d’assurer la sécurité publique, même si rien ne remplacera jamais la police nationale. Coupons court à tous les fantasmes : il ne s’agit pas de se substituer à cette dernière. Elle doit conserver ses missions essentielles : lutte contre la criminalité et la délinquance, maintien de l’ordre public, en particulier en cas de troubles graves, sécurisation des grandes réunions et manifestations. L’objectif est bien de créer une force de soutien intervenant dans un cadre précis.

      Dans toutes les communes de France ayant une police municipale, des conventions, établies sous l’autorité des préfets, précisent la nature, l’amplitude horaire et les lieux d’intervention des agents municipaux. Elles déterminent également les modalités de coordination avec les forces de police ou de gendarmerie, notamment en matière d’opérations de maintien de l’ordre public. Cette démarche devra être menée à Paris pour établir un périmètre des compétences adapté qui prenne bien en compte les zones intéressant l’Etat, celles liées à sa mission exclusive de protection du siège des institutions de la République et des représentations diplomatiques.

      Des négociations sont également possibles en matière judiciaire. Les policiers municipaux n’ont aucun pouvoir d’enquête ou d’interrogatoire, mais en cas de flagrant délit, ils peuvent bien évidemment intervenir, constater, entamer des procédures. On pourra également envisager un état-major et une salle de commandement communs.

      Plan de recrutement

      Toutes ces questions réclament sérieux et volonté d’aboutir. Il ne suffit pas de petites déclarations politiques opportunes, qui viennent d’ailleurs pour certaines contredire les positions constantes du passé. Il faut de vrais engagements mutuels, durables, entre la Ville de Paris et la préfecture de police pour continuer d’avancer dans un climat de confiance, vital pour la bonne entente sur le terrain. Et donc pour protéger les Parisiens. Concrètement, il faut, pour la Ville de Paris, s’engager sur un plan d’action qui couvrira au moins la durée d’une mandature, car on ne crée pas une police municipale d’un claquement de doigts, en partant de rien.

      Ce plan d’action, c’est d’abord un plan de recrutement, pour faire venir des cadres issus de la police et de la gendarmerie nationales ou d’autres polices municipales. L’intégration de ces compétences est indispensable pour aider à bâtir une force crédible. A ces recrutements doit s’ajouter un plan de formation massif. On ne fait pas, du jour au lendemain, des agents actuels de la direction de la prévention, de la sécurité et de la protection (DPSP) des policiers municipaux. Il faut développer les aptitudes, les bons réflexes, les conditions physiques. Il faut enfin un plan d’équipement ambitieux intégrant le développement de la vidéoprotection, les nouvelles technologies, en particulier l’Internet des objets qui est un appui précieux pour la sécurisation bâtimentaire, la bonne coordination des équipages ou bien encore l’objectivation en temps réel des nuisances.

      Ce plan d’équipement doit intégrer les questions de l’armement. Dans ce domaine, il convient de lever un tabou. Oui, les policiers municipaux à Paris devront, comme la législation le permet, être équipés d’#armes_létales. Mais pas n’importe comment ! Et surtout pas tous d’un coup. Dire le contraire, c’est être candide. On peut envisager que, dans un premier temps, seuls les anciens policiers ou gendarmes pourraient porter une arme à feu. Puis, au fur et à mesure des montées en compétence des personnels, ce type d’armement pourrait être étendu.

      Quoi qu’il en soit, la question des équipements ne doit pas précéder la réflexion sur leur finalité. L’enjeu, c’est surtout de donner à l’ensemble des personnels des moyens matériels (Taser, matraques tonfa, gilets pare-balles, véhicules automobiles performants…) permettant d’être réactifs, dissuasifs et garantissant un haut niveau de protection pour tous. Ce qui jouera notamment sur le ressenti de la population.

      Voilà en quelques lignes, sans démagogie, l’immense chantier qui pourrait être devant nous. On peut regretter qu’il n’ait pas été entamé plus tôt, tant dans les grandes villes françaises la complémentarité entre les forces de sécurité a permis des améliorations très sensibles des conditions de vie des habitants. Il faudra, à partir de 2020, avancer une bonne fois pour toutes. Et avec des idées très claires.

      Benjamin Djiane, adjoint au maire du 3e arrondissement de Paris, chargé de la sécurité (apparenté PS) et Vincent Baladi, adjoint au maire du 8e arrondissement de Paris, chargé de la sécurité (divers droite).


  • A #Nice, la « surenchère sécuritaire » fait polémique
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/01/25/a-nice-la-surenchere-securitaire-fait-polemique_5068731_3224.html

    Une note présentée à des syndicats mi-janvier, et dévoilée par l’agence d’information AEF lundi 23 janvier, fait état de 130 recrutements d’agents afin de pouvoir disposer, en septembre, d’un vivier de 550 policiers municipaux et d’en déployer entre 130 et 230 quotidiennement. A eux de prendre en charge, dans les 165 écoles primaires niçoises, la « sécurisation préventive et curative des établissements », mais aussi le contrôle des entrées et sorties, ou encore des « interventions en matière de flagrant délit ».

    Population municipale 2014 : 343 895 (0,52 % de la population française).
    Ratio : 1,6 «  policier municipal  » pour 1000 habitants.

    À titre indicatif, en décembre 2015, en France (métropole et DROM), il y avait 20 996 policiers municipaux accompagnés de 7 137 ASVP, 843 gardes-champêtres et 309 agents cynophiles avec 278 chiens. Nice ayant alors respectivement 378, 175, 0, 9 et 10 représentants de chaque catégorie, soit 1,8 %, 2,5 %, 0 %, 2,9 % et 3,6 % du total.
    Source : http://www.data.gouv.fr/fr/datasets/police-municipale-effectifs-par-commune

    #police_municipale


  • Police municipale : force ou farce ? Enquête
    https://iaata.info/Police-municipale-force-ou-farce-Enquete-1706.html

    Alors que la police municipale (PM) n’a cessé de gonfler ses effectifs depuis les années 80 pour devenir la troisième force de police du pays, ses prérogatives, son fonctionnement et son histoire restent peu connus. Pourtant, à Toulouse comme dans bien d’autres métropoles, elle prend une place de plus en plus importante dans le dispositif répressif de la guerre aux pauvres. Dans une optique d’autodéfense populaire, il nous semblait important de se pencher sur cette question. Source : IAATA



  • #Police_municipale : une clarification indispensable" - Philippe Laurent

    http://www.lagazettedescommunes.com/458826/police-municipale-une-clarification-indispensable-philippe-lau

    Au lendemain des dramatiques événements de cet été, l’épineux débat ressurgit avec vigueur : quelle est la responsabilité exacte d’une police municipale ?

    La similitude des véhicules sérigraphiés et des uniformes était déjà un premier facteur de confusion dans l’esprit des citoyens, qui ne font pratiquement plus de différence entre police municipale et nationale. Le développement actuel de l’#armement des policiers municipaux, clairement encouragé par l’État, vient aggraver encore cette confusion. Dans ce contexte sensible marqué par des enjeux sécuritaires omniprésents, le périmètre d’action de la police municipale (sa « doctrine d’emploi ») est ainsi devenu une préoccupation majeure pour les maires. Elle devrait l’être aussi pour le citoyen, pas suffisamment conscient de ce qui se joue dans ce transfert insidieux de responsabilité de l’État vers les communes. Car le débat qui se pose aujourd’hui mêle tout autant libertés individuelles, #éthique_policière, conception du rôle de #maire, mise en œuvre du principe d’#égalité de tous les citoyens dans le domaine du « droit à la sécurité ».
    [...]
    Du coup, l’État a trouvé, dans ce transfert qui ne dit pas son nom, un moyen efficace pour limiter ses propres dépenses affectées à la sécurité, tout en contrôlant finalement, avec le concours de syndicats catégoriels, le fonctionnement des polices municipales. Il a donc progressivement transféré de façon insidieuse une part de plus en plus large de la #sécurité_publique aux maires qui l’ont bien voulu, sans aucune compensation financière, en acceptant l’#inégalité_territoriale qui en résulte et en fermant les yeux sur l’extrême confusion qui en résulte et qui continue de se développer, source de polémiques futures sur les responsabilités des uns et des autres

    #police_nationale #budget #transfert_de_compétence


  • L’#armement de la #police_municipale en France : chiffres & cartographie ? Lagazette.fr
    http://www.lagazettedescommunes.com/449337/combien-de-policiers-municipaux-sont-ils-armes-en-france

    Armes de poing, pistolet à impulsion électrique, flashballs… Les policiers municipaux sont de plus en plus nombreux à être armés. C’est ce que révèlent des chiffres inédits du ministère de l’Intérieur que le Club prévention sécurité publie sous forme de carte interactive, et analyse. Pour les seules armes à feu, 8282 agents étaient équipés en 2015, soit une progression de 12,37% par rapport à 2012. Le détail arme par arme, en cartes et en tableaux.


  • M. Cazeneuve autorise les policiers à porter une arme en dehors de leur service
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/19/m-cazeneuve-autorise-les-policiers-a-porter-une-arme-en-dehors-de-leur-servi

    Une instruction de la direction générale de la police nationale (DGPN), transmise dans les services, jeudi 19 novembre, autorise les policiers à porter leur arme hors service durant l’état d’urgence, y compris lorsqu’ils n’ont pas de gilet pare-balles, comme l’a révélé France Inter.

    C’est Donald Trump qui doit être content.
    #état_d'urgence

    • Paris : les agents municipaux en charge de la sécurité demandent à être armés pour faire face aux menaces d’attentats
      http://www.miroirsocial.com/actualite/12611/paris-les-agents-municipaux-en-charge-de-la-securite-demandent-a-etre-

      Les #attentats qui ont durement frappé le territoire remettent à l’ordre du jour la création d’une police municipale à Paris. Une mesure pour le moment impossible en raison du statut juridique de la capitale qui en fait un cas unique pour une #collectivité_locale. En effet, la #ville_de_Paris, longtemps administrée par l’État et qui n’a retrouvé un maire de plein exercice qu’en 1977, est la seule commune de France qui n’a pas de pouvoir de police au sens large sur son espace public puisque toujours sous l’autorité du préfet du même nom. Le débat a néamoins été récemment relancé par le Sénat et sous une forme un peu différente par Anne Hidalgo.

      Il existe toutefois dans la capitale une sorte de police municipale mais qui ne veut pas dire son nom : la Direction de la protection et de la prévention (#DPP). Créée sous Jacques Chirac et jamais remise en cause par ses successeurs (que ce soit Jean Tiberi, Bertrand Delanoë ou Anne Hidalgo), la DPP est en charge de la #sécurité des bâtiments municipaux (mairies d’arrondissement, écoles, crèches, équipements sportifs ou culturels…). Des agents qui se retrouvent en première ligne dans le contexte actuel et dans des conditions très dangeureuses, si l’on en croit les syndicats du secteur.

      « La Maire de Paris ne donne pas les moyens aux inspecteurs de sécurité de protéger les gens » ont ainsi affirmé dans un communiqué commun la CGT, la CFTC et l’UCP (lire ici). Pour les syndicats, les agents « doivent désormais sécuriser les écoles, se montrer afin de rassurer les parents d’élèves par leur présence. Mais cette dissuasion a bien ses limites et s’avère sans effet car ils ne sont pas armés ». Une demande d’#armement faite par des organisations qui affirment faire « remonter la volonté de la majorité du personnel » auprès de l’adjointe au maire en charge de la sécurité, Colombe Brossel.

      Une perspective pour le moment refusée avec force par la mairie de Paris qui, en réponse, a utilisé une formule on ne peut plus maladroite : « il n’y a pas eu d’uniformes visés, cette fois-ci » par les terroristes. La municipalité faisant sans doute référence au fait que les cent vingt-neuf victimes des attentats du 7 janvier étaient toutes en civil. Toutefois, la Ville, visiblement pas en panne de créativité envers ses agents en charge de la sécurité, s’est dite « favorable au port apparent de gilets pare-balles ». Avec ou sans uniformes ?

      #être_armé #armes #police_municipale #agents_municipaux

    • Gérard Collomb : « La police municipale lyonnaise sera progressivement armée »
      http://www.leprogres.fr/lyon/2015/11/27/gerard-collomb-la-police-municipale-lyonnaise-sera-progressivement-armee

      Compte tenu de l’état d’urgence décrété suite aux attentats du 13 novembre, Gérard Collomb estime que ce contexte particulier justifie une adaptation des missions et de l’équipement de la police municipale. Les effectifs de la police municipale lyonnaise seront donc progressivement armés et recevront une formation pratique et théorique ainsi que des séances d’entrainement.


  • http://mamie-caro.tumblr.com/image/127876798804

    Le saviez-tu ?

    Depuis dimanche 3 mai 2015, au nom de la « sécurité intérieure », 4 000 revolvers de calibre 357 Magnum sont mis à disposition des maires qui en feront la demande aux préfets pour en doter les policiers municipaux.

    Il s’agit d’une dérogation au code de la sécurité intérieure (article R511-12) qui ne leur autorisait, jusqu’à présent, que le port des revolvers calibres 38 Spécial et 7,65 mm, des armes à feu d’épaule et armes de poings tirant des balles non métalliques (caoutchouc), des pistolets à impulsion électriques, des générateurs d’aérosols incapacitants ou lacrymogènes et des matraques genre « tonfa ».

    Donc voilà la police municipale dotée de 357 Magnum, certes à titre expérimental pendant 5 ans selon le décret (*) qui précise ( !) : « les munitions de ces armes doivent avoir un effet uniquement cinétique (non explosif)… les chevrotines étant interdites. »

    (Source http://www.humanite.fr/le-port-darmes-des-policiers-municipaux-573216 )

    La précision “armée 24h/24 et 7j/7″ ajoutée sur l’affiche ci-dessus est incorrecte (l’article ci-dessus précise qu’il y a un certain nombre de conditions pour que leur port soit autorisé), mais est-on à ça près quand le but de la mairie de Béziers est juste de terroriser les gens non-blancs ?

    En tout cas, une bien belle mesure “expérimentale” de gauche, vraiment merci.

    #police #police_municipale #armes #amitié


  • Fait divers

    Aujourd’hui j’ai pris la voiture pour aller faire des courses dans le quartier environnant, et je n’avais pas mis la ceinture. A un certain moment, J’étais arrêté à un feu rouge, et je me disais que ça devait pas trop m’attirer des ennuis de continuer de rouler sans ceinture dans le quartier. A ce moment là exactement, deux policiers municipaux motorisés sont arrivés en sens inversé passant devant moi lentement, à la faveur d’un feu vert. L’un deux a vu que je ne portais pas de ceinture et je continuais à l’observer et le regarder passer « tranquillement », tout en pensant à la ceinture que je n’avais pas mise.

    En circulant lentement à ma hauteur, il m’a dit : « monsieur, svp, mettez votre ceinture ». Je l’ai mise. Il m’a dit : « merci ». Et puis il a continué son chemin.

    #police_municipale


  • Cette voiture voit tout
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/video-cette-voiture-voit-tout-14-04-2014-3766867.php

    La police municipale d’Evry teste un véhicule équipé de caméras capables de lire les plaques d’immatriculation en un temps record. Aucun angle de vue ne lui échappe. [...]
    La PM n’a pas eu besoin de verser un centime à la société franco-suisse qui l’a créé. Elle versera en revanche un pourcentage des amendes dressées. [...]
    Car, pour sanctionner les infractions comme le stationnement gênant, il suffit de programmer la verbalisation via l’ordinateur. « Si je dis par exemple que toutes les voitures stationnées à gauche sont mal garées, les plaques vont être lues et un PV électronique est dressé, détaille le patron de la PM.

    Tout va bien...

    #Big_Brother #Police_municipale_(France) #Évry #Caméra #Verbalisation #Vidéosurveillance



  • Le datajournalisme appliqué à la police | Julien Kirch
    http://owni.fr/2012/10/12/le-datajournalisme-appliquee-a-la-police

    Sur un sujet par nature difficile à appréhender, car entouré d’une relative discrétion, le datajournalisme permet de mettre en évidence avec neutralité des données vérifiées. Voici les étapes techniques que nous avons suivies pour réaliser notre carte sur les polices municipales.

    #Cultures_numériques #Data #Journalisme #datajournalism #Google_Fusion #police_municipale


  • Courir après les policiers municipaux | Julien Kirch et Sabine Blanc
    http://owni.fr/2012/10/12/courir-apres-les-policiers-municipaux-open-data

    L’Open #Data est une priorité pour nos administrations. Nous essayons donc de collecter des données sur les effectifs de police municipale depuis plus de trois mois. Résultat : on est encore très (très) loin du compte. La preuve par la carte.

    #Cultures_numériques #Opendata #app_data #communication #data #insécurité #open_data #opendata #police_municipale #préfecture #sécurité