• Huile de palme : le gouvernement cède au lobbying de Total
    https://www.bastamag.net/Huile-de-palme-le-gouvernement-cede-au-lobbying-de-Total

    « Les députés de la majorité, avec la complicité du gouvernement, viennent de céder au lobbying éhonté de Total. » Sylvain Angerand, porte-parole des Amis de la Terre, ne décolère pas. Ce 14 novembre, dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances 2020, les députés ont voté sans débat un amendement qui reporte à 2026 la suppression de l’huile de palme de la liste des agrocarburants. Défendu par sept députés de la droite et du centre (MoDem, LREM et LR), cet amendement, qui a également reçu un avis (...) En bref

    / #Politique, #Multinationales, #Climat

  • Pas de passeport suisse honorifique pour le fondateur du WEF K.Schwab ats/lan - 12 Novembre 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/suisse/10860168-pas-de-passeport-suisse-honorifique-pour-le-fondateur-du-wef-k-schwab.h

    Il n’est pas possible de décerner la citoyenneté helvétique à titre honorifique au fondateur et président du Forum économique mondial (WEF), l’Allemand Klaus Schwab, comme l’avait proposé le conseiller fédéral Ueli Maurer. La base légale fait défaut.

    Le président de la Confédération en exercice suggérait que le patron du WEF obtienne la nationalité suisse via le canton des Grisons, où se tient le Forum de Davos. Or la Confédération a informé le canton qu’elle ne donnerait pas son autorisation à une naturalisation honorifique « avec effet sur le passeport », a indiqué mardi le Département grison de la justice, confirmant une information de la Südostschweiz.

    Domicilié à Genève
    Klaus Schwab et sa femme sont certes citoyens d’honneur de la commune de Davos depuis 20 ans. Ils ont aussi reçu un bout de terrain symbolique d’un mètre carré, près de l’église où ils se sont mariés. Mais ils résident dans le canton de Genève. Par ailleurs, Klaus Schwab n’a pas entrepris de démarche pour devenir Suisse.

    Pour ce faire, il devrait déposer une demande auprès de sa commune ou de son canton de domicile. La procédure est régie par le droit cantonal, mais le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) doit donner son accord.

    Ueli Maurer avait fait part en août dernier de son intention au Conseil fédéral, avait rapporté la SonntagsZeitung. L’idée était de concrétiser ce projet lors du 50e Forum de Davos en janvier prochain. Cette proposition avait été mal accueillie, y compris dans les rangs du parti du conseiller fédéral.

    #davos #inégalités #économie #wef #multinationales #crise #riches #capitalisme #politique #finance #Klaus_Schwab

  • E.P.A. to Limit Science Used to Write Public Health Rules - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/11/11/climate/epa-science-trump.html

    WASHINGTON — The Trump administration is preparing to significantly limit the scientific and medical research that the government can use to determine public health regulations, overriding protests from scientists and physicians who say the new rule would undermine the scientific underpinnings of government policymaking.

    A new draft of the Environmental Protection Agency proposal, titled Strengthening Transparency in Regulatory Science, would require that scientists disclose all of their raw data, including confidential medical records, before the agency could consider an academic study’s conclusions. E.P.A. officials called the plan a step toward transparency and said the disclosure of raw data would allow conclusions to be verified independently.

    For instance, a groundbreaking 1993 Harvard University project that definitively linked polluted air to premature deaths, currently the foundation of the nation’s air-quality laws, could become inadmissible. When gathering data for their research, known as the Six Cities study, scientists signed confidentiality agreements to track the private medical and occupational histories of more than 22,000 people in six cities. They combined that personal data with home air-quality data to study the link between chronic exposure to air pollution and mortality.

    But the fossil fuel industry and some Republican lawmakers have long criticized the analysis and a similar study by the American Cancer Society, saying the underlying data sets of both were never made public, preventing independent analysis of the conclusions.

    “It was hard to imagine that they could have made this worse, but they did,” said Michael Halpern, deputy director for the Center for Science and Democracy at the Union of Concerned Scientists, a nonprofit advocacy group. He added, “This is a wholesale politicization of the process.”

    Academics are not typically required to turn over private data when submitting studies for peer review by other specialists in the field, or for publication in scientific journals, the traditional ways scientific research is evaluated. If academics were to turn over the raw data to be made available for public review, the E.P.A. would have to spend hundreds of millions of dollars to redact private information, according to one federal estimate.

    #Santé #Données_personnelles #EPA #Politique_scientifique #Data_science #Manipulation

  • The two contrasting sides of German refugee policy

    ‘They try to integrate some people while really try to get rid of others.’

    Four years after Chancellor Angela Merkel opened the doors to around one million refugees and asylum seekers, Germany continues to mull over the long-term consequences of its great welcome. It still grapples with fundamental questions about how refugees should integrate and, for the tens of thousands of asylum seekers whose futures remain in limbo, who should be allowed to stay and who will be returned home?

    Mohammad Zarzorie, a Syrian engineer, counts himself a success story. After fleeing to Germany via Greece and the Balkans in 2015, he received his refugee status within months, quickly learned to speak German, and through an employment fair soon found his job at a chromium plating manufacturer on the outskirts of Munich.

    Two years later, his wife followed him, and although a housing crisis means they must live in an apartment attached to the factory, he has found peace and contentment here in the industrial heartland of Bavaria, in southern Germany.

    “From a land that’s under war to (there) being nothing difficult for you to start your life in another safe country, it wasn’t difficult for me,” says Zarzorie, a university teaching assistant before conflict erupted in Syria.

    “There was no challenge,” Zarzorie says. “Here in Germany they have this benefits system. They help you a lot to start integrating with society.”

    Returning to the engineering work he was pursuing in Syria has been the foundation on which he has built a new life, and he eagerly wants more Syrians in Germany to enter employment. “I think they must (work) because you can’t start your life if you don’t work,” he says.

    But not all new arrivals to Germany share his good fortune and have the opportunity to work.

    Bavaria, Zarzorie’s new home, is consistently one of the most conservative and anti-migrant states in Germany. It has deported more than 1,700 people so far this year, and drawn severe criticism from human rights groups for continuing to send hundreds of migrants to Afghanistan, which no other German state considers a safe country for return.

    “The image is deliberately created that refugees do not want to work, or are inactive, and this increases resentment against refugees.”

    “Sometimes you need to make things clear to people who are naive and confused and think that migration is nothing more than making things a bit more multicultural,” Bavaria’s Interior Minister Joachim Herrmann said in August. “Asylum law applies, but we cannot accept everyone. Because that overburdens us.”

    “It’s paradoxical,” says Gülseren Demirel, responsible for migration and integration for the Bavarian Green Party, which opposes Herrmann’s Christian Social Union. “The Bavarian economy is strong and also offers jobs that can’t be staffed. The chambers of commerce and civil society groups try to integrate the refugees, but the political conditions do not allow this.

    “The consequence is that refugees are not allowed to work and can’t develop any perspectives,” she adds. “The image is deliberately created that refugees do not want to work, or are inactive, and this increases resentment against refugees.”
    Rejected, but ‘tolerated’

    Bringing new arrivals into the workforce has been the cornerstone of Germany’s integration efforts since 2015.

    The benefits are two-fold: they can become self-dependent and assimilate socially, while at the same time plugging the country’s severe labour shortage, which has left almost 1.4 million positions vacant and will require 250,000 immigrants per year to address.

    The results have exceeded expectations. Around 36 percent of refugees between 15 and 60 – around 380,000 to 400,000 people – are now in employment, according to Germany’s Institute for Employment Research, which expects that number to rise to around 40 percent before the end of the year. While many remain in low-wage work as cleaners or security personnel, half are in skilled professions.

    But around a quarter of a million migrants who have had their asylum cases rejected remain in the country, despite being required to leave. Of these, 191,000 have been granted a ‘toleration’ – a temporary status meaning their deportation has been postponed for reasons such as illness, family ties to a person with residency, or a lack of travel documents.

    Around 11,500 failed asylum seekers were deported in the first half of this year – a slight decline on 2018. But the possibility of deportation remains a very real fear for those with ‘tolerations’, which are usually provided on a rolling basis, lasting only a few weeks or months at a time.

    Even if they attempt to find work and learn the language, they often find themselves subject to arbitrary decisions at the hands of Germany’s formidable bureaucracy.

    The decision on whether to grant asylum is made at a national level, but once a person’s claim has been rejected what follows is largely determined by state or local administrations, which are granted wide discretion, leading to wildly divergent situations depending on where a person is located.

    “(Local offices) often decide whether you can get a work permit, and you need a work permit for getting an apprenticeship permit, which then is very often the way for consolidating your right to stay,” explains Simon Sperling, a researcher at the University of Osnabruck’s Institute of Migration Research and Intercultural Studies.
    ‘It’s not how I was before’

    Like Zarzorie, Johnson Nsiah, from Ghana, also arrived in Germany after crossing the Mediterranean in 2015. He was sent to live in Kempten, a large town in Bavaria around two hours drive west of Munich.

    After fleeing his home when a local dispute threatened his life, he crossed the Sahara to Libya, where he worked as a builder and painter for two years. There, he met Julia*, a Nigerian woman, and helped her escape from her abusive employer. The employer then threatened to kill them both, forcing them to pay for space aboard an inflatable boat, which was intercepted by an Italian navy ship that brought them to Europe.

    The couple are now married. Julia, along with their two children – a four-year-old born in Italy and a two-year old born in Kempten – have the right to remain in Germany, but Nsiah’s asylum claim has been rejected and he is required to leave the country.

    Because of his family, Nsiah has been granted a ‘toleration’, in the form of a paper slip, valid for six months, which fixes the boundaries of his life. It does not permit him to work, travel outside Bavaria, or live outside the apartment block in which his family resides – a former mental hospital repurposed to house over 100 asylum seekers and refugees.

    The local administrative office has demanded Nsiah return to Ghana to obtain a passport, which he says is financially impossible and would amount to a death sentence due to the continued threats made against him. The restrictions have put a heavy toll on his mental and physical health. Stress has contributed to painful migraines that caused him to drop out of language classes.

    “It’s not how I was before,” he says, gesturing towards the hearing aids protruding from both his ears. “Because of stress, all those things, they make me like this.”

    Nsiah believes his many years of experience should easily lead to a job in construction or painting, and it angers him that that he is limited to cleaning the apartment building for 60c an hour while other Ghanaians he met in 2015 have been working freely in Hamburg and Stuttgart for years.
    Separation by nationality

    In June, the German parliament approved a raft of new asylum laws, including some measures to strengthen the rights of rejected asylum seekers in steady jobs, but also others that lengthened maximum stays in detention centres and streamlined deportations.

    For Sperling, the origins of this contradictory approach date back to 2015, when German authorities quietly began to separate arrivals based on their nationality, which greatly influences their chances of a successful asylum application.

    “The politics is very ambivalent in this sense: they try to integrate some people while really try to get rid of others.”

    Syrians, Iraqis, and Eritreans were all deemed to have good prospects and shuffled quickly into courses to help them integrate and find work. Others, especially those from West Africa and the Balkans, had a less favourable outlook, and so received minimal assistance.

    “Germany invested in language courses and things like that, but at the same time also really pushed forward to isolate and disintegrate certain groups, especially people who are said to not have have good prospects to stay,” he says.

    “The politics is very ambivalent in this sense: they try to integrate some people while really try to get rid of others.”

    But while some have undeniably built new lives of great promise, the lives of many of those 2015 arrivals remain in limbo.

    On the street, Nsiah says, Germans have racially abused him and berated him for refusing to work, a bitter irony not lost on him.

    “It’s not our fault. No refugee here doesn’t want to work,” he says, his voice smarting.

    “The only thing I need to be happy... (is) to work and take care of my family, to live with my family, because my wife doesn’t have anybody and I cannot leave her alone with these children.”
    The two extremes

    The local immigration office in Bavaria has shown a reluctance to grant permits for work or to access to three-year apprenticeships, which if pursued by someone like Nsiah would almost certainly lead to a job offer and a secure residence permit.

    It also frequently imposes restrictions on movement with breaches punishable by heavy fines. An Iraqi man in Kempten showed The New Humanitarian a picture of his seriously ill wife lying on a hospital bed in Saxony, whom he cannot visit because his pass restricts him to Bavaria; while an Iranian man said that for eight years his pass did not permit him to stray beyond the town boundary.

    Moving to another district or state might be beneficial, but these onerous stipulations, combined with a chronic shortage of rental accommodation throughout Bavaria, make it nearly impossible for those on low or non-existent incomes.

    Zarzorie, meanwhile, hopes to find his own house in Munich, raise children and finish the master’s degree he first embarked upon in Aleppo.

    There is still adjusting to do, to what he calls the different “life-cycle” in Munich. Unlike his memories of Syria, in which cafés and streets buzzed with chatter until the early hours of the morning, the boulevards here fall quiet long before midnight.

    That’s why he’s drawn most evenings to Marienplatz, a square in the city’s old quarter where its historic town hall overlooks modern cafes and restaurants, and the crowds stay out late enough that it almost reminds him of home.

    https://www.thenewhumanitarian.org/news-feature/2019/11/11/German-refugee-integration-policy
    #Allemagne #intégration #asile #migrations #réfugiés #renvois #machine_à_expulser #politique_d'asile #réfugiés_syriens #catégorisation #nationalité #réfugiés_irakiens #réfugiés_érythréens #réfugiés_afghans #renvois #expulsion

    ping @_kg_

  • La mise en danger de la #santé des #étrangers pour servir une #politique_migratoire !

    Réaction des associations aux annonces faites par le Premier ministre ce matin sur l’accès aux soins des personnes étrangères.

    Le Premier ministre a annoncé ce matin plusieurs mesures remettant en cause les dispositifs d’accès aux soins des personnes étrangères vulnérables. Ces annonces représentent des reculs sans précédent pour l’accès aux soins de ces personnes.

    Les demandeurs d’asile sont directement pris pour cible. Alors qu’ils arrivent souvent en France fragilisés physiquement et psychologiquement à cause d’un parcours migratoire difficile, le Gouvernement décide de les fragiliser davantage et de compliquer encore plus leur accès aux soins. Aucun gouvernement n’avait osé aller aussi loin !

    L’instauration d’un délai de carence de 3 mois à partir de l’entrée sur le territoire français pour pouvoir bénéficier de la sécurité sociale (PUMa) vient d’être confirmée. Cette mesure va aggraver l’état de santé de ces personnes. Cela entraînerait également des prises en charge à un stade plus avancé de leur pathologie qui devra être traitée par les Urgences, déjà saturées.

    Par ailleurs mettre fin à l’accès aux soins des personnes faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire (OQTF) aura pour conséquence de laisser de nombreuses personnes à la rue sans droits, aggravant leur précarisation.

    L’AME (Aide médicale d’Etat) est, elle aussi, dans le viseur du Gouvernement. Alors que ce système est déjà complexe et entraîne de nombreux retards de soins, les mesures annoncées vont venir renforcer ces entraves aux soins avec une complexification administrative et une mise sous pression supplémentaire, des PASS (Permanences d’accès aux soins de santé), des hôpitaux dont les Urgences, des CPAM, des travailleurs sociaux et des associations.

    Parmi ces mesures, l’introduction d’une obligation d’entente préalable pour certains soins couverts par l’AME (validation par un médecin du besoin de soins pour sa prise en charge effective) et la modification de la condition de résidence en condition de résidence irrégulière sont des reculs importants qui rajoutent des difficultés déjà réelles à la prise en charge médicale des personnes en situation irrégulière.

    En s’attaquant à ces systèmes, le Gouvernement va accroître le nombre de renoncements aux soins, déjà très importants chez ces personnes. Ces mesures vont impacter la santé de ces personnes vulnérables et vont reporter la charge du soin sur les hôpitaux en particulier les Urgences et les PASS, et alourdir les démarches administratives déjà compliquées.

    Cette complexité des démarches se traduirait notamment par l’obligation pour toute personne demandant l’AME de se présenter physiquement lors de l’enregistrement de leur dossier auprès des CPAM. Cette mesure va venir engorger les guichets de ces caisses, qui n’ont pas les moyens d’accueillir toutes les personnes.

    C’est pourquoi nos 10 associations demandent au Gouvernement de renoncer à son projet d’instauration d’un délai de carence pour l’accès aux soins des demandeurs d’asile et de mise en place de nouvelles entraves à l’ouverture des droits AME pour les étrangers en situation irrégulière. Nous appelons également les parlementaires à se mobiliser dès demain pour faire barrage à ce recul sans précédent pour l’accès aux soins de personnes vulnérables.

    https://www.lacimade.org/presse/la-mise-en-danger-de-la-sante-des-etrangers-pour-servir-une-politique-migr
    #migrations #asile #réfugiés #France #accès_aux_soins #vulnérabilité #délai_de_carence #sécurité_sociale #PUMa #AME #PASS #urgences #santé

    • Plan immigration : « On est choqué, c’est la 1ère fois qu’un gouvernement s’en prend à l’accès à la santé des demandeurs d’asile »

      Le gouvernement français a annoncé mercredi de nouvelles mesures censées repenser l’accueil des migrants en France. Parmi les objectifs avancés, celui de « reprendre le contrôle sur la politique migratoire » ou encore de lutter contre « les abus » dans le secteur de la santé, avec notamment l’instauration d’un délai de carence pour les demandeurs d’asile. Or, pour Médecins du Monde et la Cimade, en durcissant les conditions d’accès aux soins, le gouvernement se risque à une politique « dangereuse » qui cible des personnes « en grand besoin ».

      Le Premier ministre Edouard Philippe a égrené mercredi 6 novembre une vingtaine de mesures pour « améliorer (la) politique d’immigration, d’asile et d’intégration ». Outre la mise en place de quotas d’immigrés pour certains emplois, l’ouverture de nouveaux centres de rétention administrative ou la volonté de réduire le délai de l’instruction de l’asile, le gouvernement met l’accent sur « les dévoiements et les abus » en matière de soins et propose une série des réformes pour y remédier.

      Or, pour plusieurs associations comme Médecin du Monde, les mesures annoncées en terme d’accès à la santé des personnes étrangères en France « représentent des reculs sans précédent ». Dans un communiqué paru mercredi 6 novembre, dix organisations dénoncent en premier lieu l’instauration d’un délai de carence de trois mois pour l’accès à la protection universelle maladie (PUMa) des demandeurs d’asile. Jusqu’à présent, ces personnes pouvaient bénéficier d’une protection santé dès lors que leur demande d’asile était en cours d’examen.

      « On est choqué, on est outré : c’est la première fois qu’un gouvernement s’en prend à l’accès à la santé des demandeurs d’asile », s’alarme Carine Rolland, médecin généraliste et membre du conseil d’administration de l’association Médecins du Monde, jointe par InfoMigrants.

      « Il n’y a aucune logique médicale, de santé publique ou économique »

      « Ces personnes arrivent après un parcours très éprouvant, très difficile. C’est la Libye, c’est la Méditerranée. Et puis, c’est l’indignité de l’accueil en France, où plus d’un demandeur d’asile sur deux n’est pas logé en CADA et se retrouve dans des campements infâmes, sur des trottoirs : il faut imaginer ce quotidien. Ils sont épuisés physiquement et psychologiquement, ce sont des personnes en grand besoin », précise-t-elle. D’autant que, selon Carine Rolland, le délai est déjà long pour que les demandeurs d’asile aient accès aux soins : « Le temps qu’ils soient enregistrés à une plateforme, les SPADA, qu’on prenne leurs empreintes en préfecture, puis qu’ils reçoivent une attestation et qu’après ils voient un médecin, c’est déjà trois à six mois ! »

      Toujours dans leur communiqué, les associations rappellent que ces mesures ne feront que « reporter la charge du soin sur les hôpitaux en particulier les urgences et les PASS ». « Il n’y a aucune logique médicale, de santé publique ou économique car les personnes arriveront encore plus malades dans les hôpitaux et cela coûtera encore plus cher de les soigner. Si on considère que, sur notre territoire, des personnes ne doivent plus avoir accès aux soins, c’est très dangereux. La seule raison est politique, on instrumentalise le migrant, et on précarise encore plus ces personnes », ajoute Carine Rolland.

      Le Conseil national de l’Ordre des médecins a également publié un texte jeudi 7 novembre, indiquant que ce délai de carence « interroge sur le principe de solidarité qui est le fondement même de notre pays et de notre système de santé ». « Les médecins – qui ont fait le serment de protéger toutes les personnes, sans aucune discrimination, si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité – ont besoin d’explications. Seront-ils contraints, demain, de refuser de soigner cette population ? », poursuit le Conseil, qui se dit « préoccupé ».

      La période pendant laquelle une personne continue de bénéficier de la protection maladie après la perte du droit au séjour est elle réduite : les déboutés du droit d’asile verront leur accès à la PUMa passer de 12 mois actuellement à 6 mois. Pour les personnes faisant l’objet d’une OQTF, l’accès aux soins sera immédiatement interrompu.

      « Les personnes qui migrent ne le font pas pour des raisons médicales »

      Ces mesures gouvernementales s’appuient notamment sur un rapport des inspections générales des affaires sociales et des finances rendu public le 5 novembre. Il évoque, entre autres, la « croissance rapide du nombre des demandes d’asile [...] en provenance de pays sûrs, parmi lesquels l’Albanie et la Géorgie », qui pose « la question du dévoiement du dispositif ». En clair, certains demandeurs d’asile souhaiteraient « uniquement bénéficier de soins gratuits en France » - sans que l’ampleur du phénomène ne soit chiffrée dans le rapport.

      « C’est faux, les personnes qui migrent ne le font pas pour des raisons médicales, ou alors c’est à la marge. Ce n’est étayé par aucune donnée », s’agace Carine Rolland.

      « On fait payer à tous les demandeurs d’asile une faute, encore une fois même pas documentée, de quelques personnes », abonde Cyrille de Billy, secrétaire général de la Cimade, également joint par InfoMigrants. « En plus, avec cette notion de ’pays sûrs’, on fait tout pour dire que certaines personnes ne sont pas légitimes à demander l’asile ».

      #PLF2020 adopté par @AssembleeNat avec les amendements @gouvernementFR

      Des contrôles renforcés pour les bénéficiaires de l’AME

      S’il n’est pas question de supprimer l’Aide Médicale d’État (AME), le dispositif réservé aux sans-papiers régulièrement au cœur de controverses, elle fera toutefois l’objet de plus importants contrôles. Un délai de trois mois de résidence en France à partir de l’expiration du visa ou du titre de séjour sera requis avant l’obtention de l’AME. Il s’agit d’éviter que des personnes venues en France en tant que touristes puissent profiter du système de santé ensuite, c’est-à-dire faire du « tourisme médical ».

      La demande d’AME devra encore être présentée sur comparution physique du demandeur dans une Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), ou « par l’intermédiaire d’un hôpital ou d’une permanence d’accès aux soins de santé (PASS) ». Pour Cyrille de Billy, cela s’inscrit dans la même veine que les autres décisions : « on complique l’accès déjà difficile aux soins et va accroître encore plus le nombre de renoncements aux soins ». « On est à l’ère de la dématérialisation, il y a de moins en moins d’accueil public et là, on demande à des personnes d’aller physiquement déposer leur dossier : c’est discriminatoire », affirme de son côté Carine Rolland.

      Enfin, les soins considérés comme non-urgents devront être validés avant par la Sécurité sociale pour lutter contre les fraudes. Les prestations concernées sont, par exemple, la pose de prothèses, l’opération de la cataracte ou encore les soins de kinésithérapie. « On demande aux agents de la sécurité sociale d’être des acteurs du contrôle de la politique migratoire française, comme s’ils étaient une préfecture. Les CPAM ne sont pas des antennes du ministère de l’Intérieur ! », note encore Carine Rolland.

      Dans un communiqué publié le 7 novembre, la Cimade explique par ailleurs que ces décisions censées combattre la « fraude à l’aide médicale d’État » ne sont pas accompagnées des chiffres existants à ce sujet. En effet, en 2018, un rapport du Sénat avait souligné que seuls 38 cas de fraude avaient été détectés, sur plus de 300 000 bénéficiaires de l’AME, soit 0,01%.

      https://www.infomigrants.net/fr/post/20692/plan-immigration-on-est-choque-c-est-la-1ere-fois-qu-un-gouvernement-s

  • Pierre Grosser, enseignant à Science-Po Paris - Un #drôle_de_zig qui dérape sur France Culture dans l’émission Le cours de l’histoire.
    A écouter à partir de 17 mn

    https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10076-08.11.2019-ITEMA_22197761-1.mp3

    Mais qu’est ce qui a pris Monsieur Pierre Grosser, enseignant à Science-Po Paris ?
    Agressivité, violence, à propos de la guerre froide.
    Il est vrai que tout le monde ne partage pas sa vision péremptoire de l’histoire.

    Isabelle Clarke est obligée de lui rappeler que la guerre froide commence en 1945.
    Daniel Costelle doit lui rappeler que l’histoire n’est pas une science exacte, et que ce que Pierre Grosser dit n’est qu’une opinion, la violence et la malpolitesse arrivent.
    Là on se demande s’il va cogner.

    Mais qu’est ce qui a pris Monsieur Pierre Grosser, enseignant à Science-Po Paris pour se comporter comme cela ?
    Médicaments ?
    Aliments liquides ?
    Médicaments en poudre ?

    Ses cours à Science Po Paris, çà doit pas être triste.
    Je te dis pas la correction des copies.

    Source de l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/actualites-1989-et-apocalypse-la-guerre-des-mondes

    #agressions_&_violences #histoire #sciences_po #radio #audio #France #Politique #guerre_froide #Pierre_Grosser #cris #Pierre_Grosser

  • L’ancien président Lula vient d’être libéré
    https://www.bastamag.net/Lula-libre-liberation-Bresil-ancien-president-tribunal-supreme-Bolsonaro

    Images exclusives de la libération de l’ancien président Lula da Silva, incarcéré depuis plus d’un an pour de fragiles accusations de corruption et empêché de concourir à l’élection présidentielle qui a vu la victoire de l’extrême droite. C’était la fin de l’après-midi au Brésil quand Lula, l’ancien président brésilien, a été libéré de prison ce 8 novembre à Curitiba (en photo ci-dessus avec, à droite, sa nouvelle compagne, la sociologue Rosângela da Silva). Il était incarcéré depuis avril 2018, suite à une (...) #Résister

    / A la une, #Politique, #Amériques, #Justice

  • « L’alliance entre le #Gauchisme et l’islamisme prétend éviter la guerre » (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?975-L-alliance-entre-le-gauchisme-et-l

    Voir la partie précédente (.../...) C : Justement, là on est en pleine affaire [du rappeur] Médine [amené à psalmodier au Bataclan (ce qui ne s’est finalement pas fait)]. Et chez lui, il y a toujours un double sens aux termes : le mot #Islam veut dire paix mais veut dire soumission ; le mot djihad veut dire jihad contre soi-même, c’est-à-dire une espèce d’émancipation religieuse, et veut dire guerre d’extermination , c’est les deux en même temps… Donc il y a toujours une ambiguïté sur lequel on (...) #Comptes-rendus_d'interventions

    / #Politique, #Lieux_Communs, #Islamogauchisme, #Parti_médiatique, #Entretien, #Totalitarisme, #Extrêmes-droites, #Relativisme, Islam, (...)

    http://lahorde.samizdat.net/2018/03/13/cartographie-de-lextreme-droite-francaise-printemps-2018
    http://www.ikhwan.whoswho

  • El último debate de la campaña electoral del 10-N, en directo | España | EL PAÍS
    https://elpais.com/politica/2019/11/07/actualidad/1573149222_853149.html

    último debate de la campaña electoral del 10-N, en directo
    La Sexta reúne esta noche a representantes de los cinco principales partidos: María Jesús Montero (PSOE), Ana Pastor (PP), Inés Arrimadas (Cs), Irene Montero (Unidas Podemos) y Rocío Monasterio (Vox)

    D’accord, c’est aussi de la comm, d’accord ce ne sont que des élections, mais tout de même, une soirée de débat électoral en Espagne où il n’y a que des intervenantes, pas un homme !

    #machisme ! #politique

  • « L’alliance entre le gauchisme et l’islamisme prétend éviter la guerre » (1/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?974-L-alliance-entre-le-gauchisme-et-l

    Retranscription de l’émission ’Offensive Sonore’ consacrée à la cartographie de l’islamo-gauchisme en France, diffusée le vendredi 21/07/2018 sur Radio Libertaire (89.4).

    Les quelques ajouts ont été mis entre crochets et en notes.

    Cyrille : Aujourd’hui, nous faisons une émission un peu spéciale. Il y a peu de temps le site Lieux Communs, en collaboration avec Offensive Sonore, a sorti une cartographie de l’islamo-gauchisme. C’est un thème que l’on a abordé à divers moments, concernant les problèmes de l’islam, de l’islamisme en France et de ses relais à gauche. Là on a sorti une infographie avec pas mal de noms assez connus. On a invité Rimso qui est un ancien du groupe Offensive Libertaire et Sociale et qui n’a pas forcément la même opinion que nous sur ce sujet. On va organiser un petit débat, avec Damien, Quentin de Lieux Communs et moi – donc on va dire deux personnes affiliées Offensive Sonore, trois personnes avec Rimso, et une personne de Lieux Communs. On va parler principalement du phénomène islamo-gauchiste. La première question, s’adresse à Quentin qui a créé (avec moi et un peu Damien) cette cartographie : pourquoi s’attaquer à l’islamo-gauchisme ? Qu’est-ce que l’islamo-gauchisme ? Alors brièvement en fait puisque après on va revenir sur ces questions d’islam, de gauchisme et finir sur la question de l’islamo-gauchisme.

    #Entretien, #Gauchisme, #Guerre, #Islam, #Islamogauchisme, #Lieux Communs, #Politique, #Pseudo-subversion, #Totalitarisme

  • Kids of the World, Unite! - THE FUNAMBULIST MAGAZINE

    https://thefunambulist.net/magazine/kids-of-the-world-unite

    Welcome to the 26th issue of The Funambulist. This issue is a particular one as our targeted readership is a 8-14 year-old one. So if you have a younger friend or children, be a doll and have them read it before you do! 🙂

    We are very excited to present an issue that collaboratively put together with brave teenagers and activists aims at engaging the younger generation. Kids of the World, Unite! takes on a difficult task to pedagogically depicting various facets of, in many cases ever-existing, political discussions with a main dossier that presents a broad variety of struggles experienced by children. Whether it be how a cat saved a contributor’s mother’s life during the Viet Nam war (Patricia Nguyen & Hai Minh Thi Nguyen), growing up as a Black child during the South African Apartheid (Cathryn Moodley & Boniswa Khumalo), the story of the Indigenous queen of Ayiti (Paula Anacaona & Claudia Amaral), the notion of gender from a child and a maddy’s perspectives (Adel Tincelin & Charlie Tincelin-Perrier), the existence across roots and cultures (Yiling Changues), learning to make a protest banner (Aram Han Sifuentes), or the fact of being Black and adopted (Amandine Gay & Natacha Nze Ndong).

    #enfants #enfance #décolonisation #politique #funambulist

  • Appel contre l’eugénisme et l’anthropocide
    Pour l’abolition de toute reproduction artificielle de l’humain
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?996-Appel-contre-l-eugenisme-et-l

    (NB : « reproduction artificielle de l’humain » = FIV, DPI, GPA, machinations génétiques, gamètes et utérus artificiels, clonage, etc.)

    Cet appel a été publié dans le journal « La Décroissance » d’octobre 2019, à l’occasion de la révision de la loi dite « de bioéthique », légalisant de nouvelles extensions de la production et de la modification artificielles de l’humain.

    Les signataires (Les Amis de Bartleby, les Chimpanzés gascons, Hors-Sol, Lieux communs, Pièces et main d’œuvre, Resistenze al Nanomondo) invitent les lecteurs à diffuser cet appel et à débattre des moyens de s’opposer à ces progrès nécrotechnologiques.

    Versione in Italiano : https://www.resistenzealnanomondo.o...
    Appel contre l’eugénisme et l’anthropocide

    Un crime contre l’humanité a lieu sous nos yeux.
    Ce crime, né du cerveau des biologistes [1] et commis avec les moyens de la médecine et de la génétique, se présente sous les dehors d’un bienfait et d’une émancipation pour l’humanité. Bienfait pour les victimes de stérilité (organique ou due à l’empoisonnement chimique et industriel du milieu), pour les femmes seules et les couples de même sexe naturellement inféconds. (...)

    #Anthropologie, #Déclaration, #Libéralisme, #Lieux_Communs, #Politique, #Progressisme, #Prospective, #Scientisme, #Technoscience, #Totalitarisme, #PMA

    • J’aimerai vraiment pouvoir déconstruire le rapport mercantile et normatif / capacitiste contenu dans une partie de la procréation assistée et plus encore dans la procréation dite artificielle. Mais quand un texte commence par une phrase comme « Un crime contre l’humanité a lieu sous nos yeux. » c’est juste, vraiment, décemment, politiquement, pas possible. C’est une outrance qui dépolitise totalement le propos en le mettant sous le joug d’un chantage non-dit d’une condamnation morale obligatoire.
      Sans moi.
      Et de plus en plus perturbée par la présence de tels textes par ici...

  • #Georges_Corm. La mainmise du #FMI et de la #Banque_mondiale se rapproche
    http://magazine.com.lb/index.php/fr/component/k2/item/19346-georges-corm-la-mainmise-du-fmi-et-de-la-banque-mondiale-se-rappr

    La sortie de crise qui se rapproche c’est la mainmise du FMI et de la Banque mondiale et encore plus de politique d’#austérité, ce qui réduit d’autant plus les recettes de l’Etat. Les conférences de Paris I, Paris II, Paris III, Paris IV ont contribué à engager l’économie libanaise dans la mauvaise voie

    Les manifestants réclament la démission du gouvernement et la constitution d’un gouvernement de #technocrates susceptibles de sauver l’économie. Qu’en pensez-vous ?
    Un gouvernement technocrate est un mythe, pas une solution. Derrière les technocrates, il y a toujours un #politique.

    #Liban

    • Comment évaluez-vous le plan de sauvetage de Saad Hariri, sa sortie de crise ?

      On continue dans les mêmes errements et dans les mêmes politiques économiques absolument absurdes, avec cette future source de gaspillage et d’endettement qui s’appelle CEDRE et qui ne va qu’aggraver la mainmise de certains pays occidentaux qui prétendent nous aider sur le plan économique. Ça suffit de faire des investissements, il faut d’abord améliorer les investissements existants, et non pas chercher à gaspiller de l’argent dans des projets où les entrepreneurs de travaux publics s’en mettront plein les poches. CEDRE, ce ne sont que des emprunts.

      CEDRE n’est que l’un des points du plan. Ne pensez-vous pas que 0,63% de déficit et un budget sans taxes ni impôts sont de bonnes mesures ?

      Je peux vous faire un budget dans lequel j’ai du surplus budgétaire alors qu’en réalité je sais très bien que je vais faire du déficit. On peut toujours réduire le déficit artificiellement dans le projet de budget. Nous avons un ministre des Finances très fantaisiste qui est dictateur dans son ministère. C’est un très grave problème d’affermer le ministère des Finances à un des principaux partis connus pour ses gaspillages et sa mauvaise gestion.

      Que pensez-vous du volet privatisations du plan ?

      C’est appauvrir l’Etat complètement, alors que la seconde source de revenus de l’Etat provient des télécoms. Si on veut encore plus affaiblir l’Etat, on les privatise.

      Vous ne croyez pas à ce plan donc ?

      Ce n’est même pas un plan. Un plan doit être réfléchi, avec une bonne connaissance de l’économie, de ce qu’il faut réformer à l’intérieur de l’économie. C’est la domination du néo-libéralisme avec des gens qui ont plein de prétextes pour s’en mettre plein les poches. On a un gouvernement autiste qui n’a rien changé à sa politique économique, comme un train aveugle.

    • En revanche, pas un mot sur l’apparent dépassement du confessionnalisme par ces immenses manifestations qui ont eu lieu partout et par toutes les confessions, ce qui est tout de même un élément inédit, pour que le peuple libanais puisse enfin peser (en tant qu’ensemble de citoyens, et non de sujets confessionnels) sur les orientations politiques.

  • Vous êtes un des deux #cyclistes de la #ville
    http://carfree.fr/index.php/2019/10/30/vous-etes-un-des-deux-cyclistes-de-la-ville

    Les #élections municipales de mars #2020 constituent un moment clé pour la désignation dans votre ville d’un maire réellement favorable au développement du #Vélo et des transports collectifs et à Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #aménagement #brest #grenoble #internet #lyon #montpellier #nantes #pistes_cyclables #politique #strasbourg

  • Des gilets jaunes appellent à créer des « assemblées communales populaires » en vue des municipales de 2020
    https://www.bastamag.net/Gilets-jaunes-elections-municipales-2020-listes-citoyennes-Commercy-RIC-as

    Des citoyens de Commercy organisent, les 23 et 24 novembre, les « Rencontres nationales des communes libres et des listes citoyennes ». Objectif : préparer les élections municipales de 2020 et – pourquoi pas – multiplier des listes citoyennes. Voici leur appel. Depuis près d’un an la France est en ébullition. Les gilets jaunes manifestent encore et encore pour la transformation du système, la justice sociale et la démocratie directe, qu’il vente, pleuve, neige, ou que la canicule menace. Des dizaines (...) #Débattre

    / Démocratie !, #Luttes_sociales, #Politique

    #Démocratie_ !

  • http://indiscipline.fr/appel-duniversitaires-francophones-pour-le-chili

    Chères toutes et tous,

    Nous avons rédigé ce texte depuis Santiago, où se déploie une mobilisation considérable dans laquelle nos collègues universitaires sont impliqués . Nous proposons de manifester notre soutien en tant que membres de la communauté universitaire transnationale dont nous faisons tou.te.s partie. Vous pouvez signer au nom de collectifs scientifiques et culturels de toutes sorte : établissements, UFR, ED, labos, revues, associations, collectifs.

    Une signature de ce texte est possible à cette adresse : https://bimestriel.framapad.org/p/chili-soutien-universitaire-2019

    Une version en espagnol de l’appel est disponible à cette adresse/La versión en español de la convocatoria está disponible en la siguiente dirección :

    http://indiscipline.fr/academicos-para-chile

    Merci de faire circuler cet appel dans vos réseaux.

    Bien amicalement

    Joëlle Le Marec et Antoine Faure

    Universitaires pour le Chili

    Depuis le 18 octobre 2019, le Chili connait un soulèvement populaire dans tout le pays. C’est une mesure d’augmentation du prix des tickets de métro qui a catalysé une immense colère dirigée contre un modèle économique, mondialement vanté comme montrant le succès des doctrines ultralibérales, mais qui se traduit par des inégalités continuellement aggravées et des services publics entièrement passés au privé : « no es por treinta pesos, es por treinta anos » (ce n’est pas pour les trente pesos d’augmentation du tarifs des transports, c’est pour les trente années de politiques ultralibérales). Le président Pinera a décrété l’état d’urgence, le couvre-feu, et a demandé à l’armée d’assurer le maintien de l’ordre. Les militaires sont donc dans la rue jusqu’au samedi 26 octobre, jour où couvre-feu et état d’urgence ont été levés, avant qu’une commission de l’ONU ne vienne visiter la capitale et faire un état des lieux.

    Le Chili déplore déjà au moins 18 morts dont au moins 4 par balles, et l’Institut chilien des droits de l’Homme a déjà dénoncé de nombreuses violations des droits. La quasi-totalité des stations de métro a été incendiée, dans des circonstances qui ne sont toujours pas éclaircies. Le mouvement va très au-delà de cette vague d’incendies, et du nord au Sud du pays, des manifestations énormes ont rassemblé un très grand nombre de chiliens indifférents à la peur.

    Le 21 octobre, à l’Université de Santiago de Chile, au cours de l’assemblée tristamentale (enseignants, administratifs et étudiant.e.s), la communauté universitaire a consacré une partie de la journée à réfléchir à sa place et son rôle dans le mouvement actuel. Des prises de paroles se sont succédées, très fortes.

    Elles mettent l’accent sur la manière dont l’université est à la fois un lieu d’élaboration d’analyses pour la société chilienne (avec par exemple la réflexion pour une nouvelle constitution) et un lieu où s’éprouvent directement les inégalités et les fermetures qui ont abouti à l’explosion de colère dans tout le Chili.

    Elles ont fait apparaître le large spectre des analyses historiques de l’évolution de la société chilienne et des mémoires vivantes de ceux qui ont fait vivre l’université dans les années 70, des témoignages relatifs aux situations individuelles des précaires de l’université et des étudiants qui craignent pour leur vie ou celle de leurs ami.e.s dans les zones très exposées, des propositions concernant la réappropriation pleine et entière par la communauté dans son ensemble de l’espace universitaire contre l’existence d’une « université de nuit » qui la rattache à un management extérieur opaque et asservi à des logiques productivistes. La création d’un réseau d’urgence a été décidé pour signaler les disparitions et violations des droits de l’homme qui frappent notamment les étudiant.e.s et porter secours à ceux qui sont en danger.

    Tou.te.s ont demandé la fin des cours tant que les militaires seront dans la rue. Le retrait de ceux-ci ne signifie d’ailleurs pas automatiquement le retour à la normale de celles-ci. En général, il a été proposé la récupération et l’entretien de l’université comme lieu de travail, de réflexion, par les étudiants enseignants et administratifs, mais aussi les gardiens et autres personnels.
    De telles assemblées se tiennent dans toutes les universités, publiques et privées.

    Cette situation et ces réflexions font écho à la situation et la place des universités dans de nombreux pays, et en France. Celles-ci peuvent aider, et peuvent s’inspirer de l’action de la communauté des universités chiliennes. C’est pourquoi nous nous associons à cette communauté universitaire élargie à tous ceux qui travaillent pour elle et comptent sur elle, pour demander avec elle le départ immédiat des militaires armés qui n’ont rien à faire dans l’espace public. Nous soutenons les étudiants, enseignants et administratifs de la communauté dans leur action, nous saluons leur dignité et le travail qu’ils accomplissent. Nous demandons à toutes les instances universitaires et scientifiques de dénoncer officiellement le recours aux militaires pour le maintien de l’ordre, et de soutenir la communauté universitaire chilienne.

    #Chili #répression #université #mouvement_social #politique #appel

  • Nuit Debout et ses somnambules
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?991-Nuit-Debout-et-ses-somnambules

    Échange mail dans les mois qui ont suivi le mouvement social contre la « Loi Travail » et « Nuit Debout », au printemps 2016. Objet : Proposition d’un texte sur une suite possible à « Nuit Debout » De : D. À : #Lieux_Communs Date : 30 juil. 2016 Bonjour à vous, Votre réflexion m’apparaît essentielle, en ce qu’elle touche à la question : « quelle civilisation voulons-nous ? » Au lieu de vous restreindre au seul champ économique, vous pensez une alternative globale au modèle libéral-capitaliste. La gauche (...) #Correspondances

    / Lieux Communs, #Lettre, #Politique, Mouvement social 2016 & Nuit Debout, #Progressisme, #Relativisme, #Post-modernisme, #Assemblée, #Philosophie, #Démocratie_directe, (...)

    #Mouvement_social_2016_&_Nuit_Debout #Pseudo-subversion
    https://www.causeur.fr/brexit-referendum-democratie-elites-quatremer-139130

  • Charbel Nahas au Sayyed Hassan Nasrallah : Soyons clairs …
    https://libnanews.com/charbel-nahas-au-sayyed-hassan-nasrallah-soyons-clairs

    Le discours du Sayyed Nasrallah prend comme point de départ une lecture avançant que l’évènement majeur est la descente du peuple dans la rue ; et par conséquent, il cherche à examiner comment gérer cet évènement avec ses points forts et ses points de faiblesse, et de ce fait, par ce qu’il présente comme défis et opportunités ; il aboutit aux mêmes conclusions en tant qu’issues de sortie à cette situation, les mêmes promues par le président Michel Aoun et le président du Conseil des ministres Saad Hariri, bien que soutenu par une meilleure crédibilité de la part du peuple, résultant du cumul des exploits opérés par son parti, à savoir la résistance, la libération, la dissuasion face à l’ennemi israélien.

    Notre mouvement « Citoyens et Citoyennes dans un Etat » est en désaccord avec les principes et la prise de position du Sayyed Nasrallah par rapport aux circonstances actuelles que nous vivons aujourd’hui au Liban, et par conséquent, il est naturel que nos conclusions diffèrent.

    Le peuple est descendu dans la rue à cause de la crise financière qu’il a commencé à subir, que ce soit à cause des crédits dus aux banques, aux jougs énormes pesant sur la vie des gens en raison du tandem Livre/Dollar et l’existence de deux taux de change sur le marché, aux restrictions sur les retraits et les transferts, et enfin aux faillites des petites et des grandes entreprises, etc.

    Ceci est une donnée politique, loin d’être d’ordre technique ou économique séparé de la politique, parce que la politique est la gestion des affaires du peuple en tant que société et non en tant qu’individus, dans toutes ces facettes ; ce qui était remarquable dans le discours du Sayyed Nasrallah, c’était de faire en sorte d’assurer que la dimension politique soit sujette à suspicion.

    Si ce qu’il veut dire par #politique c’est la relation entre les partis du pouvoir sectaire avec ce qu’elle comprend comme alliances, oppositions, et rationnements, au sein du système politique qui a gouverné le Liban depuis trente ans, eh bien ce n’est pas cela la politique ; c’est un système de répartitions de bénéfices et d’inquiétudes imposant des revenus extérieurs continus. Or ce système a expiré non pas grâce à ceux qui s’y opposent, ni à la descente du peuple dans la rue, mais en raison d’une cause objective qui est le tarissement de ses sources d’approvisionnement. C’est la raison de la crise actuelle dans ses deux volets, financier et revendicateur.

    #Liban

  • Opinion | The Most Pressing Issue for Our Next President Isn’t Medicare - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/10/27/opinion/climate-change-healthcare.html

    Un article qui montre les difficultés de « faire de la politique » (i.e. hiérarchiser les priorités") dans un cadre contraint.

    To argue that health care should be atop the list, you can’t simply say that it is important. You need to believe that it’s so much more important than everything else — climate change, voting rights, immigration, education, wage stagnation, the unfair tax system — that health care deserves to be the Democrats’ only top priority over four decades of presidencies. All those other issues would once again take a back seat.

    And that would be a mistake, because the both moral and political case for some other issues is now stronger than it is for health care.
    Sign Up for Debatable

    Agree to disagree, or disagree better? We’ll help you understand the sharpest arguments on the most pressing issues of the week, from new and familiar voices.

    Climate change threatens the well-being of the planet and everyone who lives on it. The next president can save more lives and better improve human health by slowing climate change than by improving health insurance.

    The wounded state of American democracy is also more pressing. If it doesn’t get fixed, any expansion of health insurance could be reversed in a few years anyway. If the political system can be shored up — by guaranteeing voting rights, regulating campaign donations and granting statehood to Washington, D.C., and potentially Puerto Rico, among other things — every other national problem will become easier to address.

    Unfortunately, these other issues are getting pushed to the margins in the 2020 campaign, while media attention has focused obsessively on Medicare

    #Politique #USA

  • Privatisation d’Aéroports de Paris : les réseaux Macron en plein conflits d’intérêts ?
    https://www.bastamag.net/ADP-privatisations-Engie-Francaise-des-jeux-conflit-d-interet-pantouflage-

    De la loi votée à l’Assemblée nationale privatisant Aéroports de Paris jusqu’aux acheteurs potentiels de l’entreprise publique, on retrouve les réseaux Macron à la manœuvre. Un forte interconnexion entre #Politique et intérêts privés qui pose question. S’agit-il d’une fâcheuse coïncidence, ou bien d’un nouveau signe que nous vivons, depuis l’élection d’Emmanuel Macron, dans un régime de conflits d’intérêts permanents et banalisés au sommet de l’État ? La loi dite Pacte, pour « plan d’action pour la croissance et (...) #Décrypter

    / A la une, Politique, #Enquêtes, #Oligarchies, #Services_publics

  • Les banques sont toujours fermées au Liban. « En attendant le retour à la stabilité », ce qui n’est pas clair : est-ce qu’elles craignent un « bank run » si elles restaient ouvertes ?

    En tout cas, cela commence à poser de sérieux problèmes, en particulier pour le versement des salaires dans le secteur privé.

    يحصل الآن في السوق
    https://al-akhbar.com/Politics/278411

    تواصل المصارف إغلاق أبوابها في المدى المنظور طالما أن «الاستقرار» غير متوافر. هناك مجموعة تداعيات تترتّب على هذا القرار أبرزها ما يتعلق برواتب الموظفين والأجراء في القطاعين العام والخاص. انتهى النقاش في الشق المتعلق بالقطاع العام مع تلقي موظفي القطاع العام رسائل نصيّة من المصارف تبلغهم فيها بأن رواتبهم صارت جاهزة للسحب. تبيّن أنه رغم إقفال المصارف، كان سهلاً معالجة هذا الأمر، لأن عملية نقل داتا الرواتب من الدولة إلى المصارف تتم بشكل مركزي بين وزارة المال ومصرف لبنان، ثم يتم توزيعها على المصارف المعنية تبعاً لتوطين راتب كل موظف وحساباته. أما الآلية في شركات القطاع الخاص فهي مختلفة. فهذه الشركات بعشرات الآلاف وكلّ منها يعتمد مصرفاً أو اثنين لتسديد الرواتب، وهي تتقاضى شيكات مصرفية مقابل غالبية عمليات البيع التي تقوم بها، وتدفع أيضاً لغيرها بالشيكات المصرفية، وبالتالي فإن تسديد الرواتب يتطلب أن يكون لديها المال الكافي في حساباتها، لكن في حال كان لديها المال الكافي مودعاً في مصرف ليس مصرف التوطين الخاص بموظفيها، فإن الأمر يتطلب أن تقوم بعملية تحويل غير متوافرة بسبب إقفال المقاصّة في مصرف لبنان. وقد يرفض المصرف إقراض الشركات التي ليس لديها مال كافٍ في الحساب لتسديد الرواتب، رغم أن لديها شيكات تفوق قيمة الرواتب. وفي حال تمكنت الشركات من الاتصال بالمصرف والاستحصال على موافقته لفتح مكاتبه الداخلية لتنسيق بعض هذه العمليات لضرورة تسديد الرواتب، فإن عدداً كبيراً من الموظفين يفضّلون أن يقبضوا رواتبهم من على كونتوار المصارف وليس بواسطة آلات الصرّافة عبر البطاقات المصرفية، والسبب أن المصارف زادت في الآونة الأخيرة عمولات البطاقات المصرفية على الزبائن ما دفع صغار الموظفين إلى الاستغناء عنها.

    كما قد تكون هناك مشاكل تتعلق بانتهاء صلاحيات البطاقات المصرفية، وقد يستعمل أصحاب العمل مسألة التظاهر كذريعة للتوقف عن الدفع لفترة معينة بحجّة أن المصارف مقفلة، أو أن مؤسساتهم لم تتمكن من البيع للحصول على المال النقدي الكافي... ثمة مليون عامل في القطاع الخاص، وعشرات المشاكل من هذا النوع التي لا يبدو أن عملية إدارة السيولة النقدية عبر آلات الصرّافة التي يقوم بها مصرف لبنان مع المصارف، كافية لتغطية الحدّ الأدنى من العمليات المالية وأهمها تسديد رواتب الموظفين والأجراء.

    Puis l’article indique que, selon certaines sources, des gros déposants seraient en train de transférer leurs fonds à l’étranger.

    Enfin, lors d’une réunion des responsables économiques, si la fermeture dépassait les 10 jours consécutifs, ce qui n’est pas arrivé même pendant la guerre civile, on entrerait dans une configuration extrêmement risquée d’effondrement de l’activité.

    في الاجتماع الأخير للهيئات الاقتصادية، أبدى عدد كبير من الأعضاء خشية من الدخول في نفق آخره «مجهول» مشيرين إلى أن المؤشر الأساس على هذا الأمر هو إقفال المصارف لعشرة أيام متتالية «والحبل على الجرار»، وهذا الأمر «لم يحصل حتى في أحلك ظروف أيام الحرب الأهلية ولا في الأزمات التي شهدها لبنان خلال السنوات الماضية». ويعبّر هؤلاء عن قلقهم من أن تحصل «انهيارات بالجملة وليس بالمفرق» انطلاقاً من أن وجود سعرين لصرف العملة وصل الفارق بينهما قبل إقفال المصارف إلى 7 في المئة، انعكس سلباً على الأسواق منذ ما قبل انطلاق التحركات الاحتجاجية.

  • #Climat, etc… 24 Oct 2019 - Michèle Janss - Investigaction
    https://www.investigaction.net/fr/climat-etc

    La pollution et l’exploitation abusive des matières premières sont le résultat de l’activité des grandes entreprises. Celles qui exploitent le gaz, le pétrole et le charbon, bien sûr, mais aussi celles qui mettent l’eau en bouteille, fabriquent des armes, des voitures et des avions, celles qui produisent de l’informatique, des vêtements, de la nourriture industrielle, celles qui profitent de moyens de transport extrêmement bon marché afin de délocaliser leur production…

    

 Les causes

    En gros, c’est surtout notre manière de produire des richesses qui est à l’origine de la prédation de la planète. Une production sans réflexion sur son impact, sans planification, une course en avant vers plus de profit et plus d’emplois comme seul moyen de fonctionner. Notre façon de produire a même inventé le droit de polluer ou de sur-consommer contre paiement. Si on en a les moyens, on peut détruire. Et pourvu qu’il reste suffisamment de pauvres, sinon on étoufferait.
     
    Tant que cela ne sera pas étudié et dénoncé, on restera dans les petites mesures au coup par coup qui ne mèneront pas à grand chose, du genre COP-je-ne sais-quel-numéro. Au mieux, on sauvera des miettes de nature. En espérant que le génie des scientifiques fasse le reste. Mais les scientifiques et les politiques ne pourront rien empêcher si on continue dans un système de compétition effrénée qui creuse les inégalités, qui empêche systématiquement toute redistribution des richesses et qui ne peut pas grand chose contre les activités nuisibles.
     
    Le spectacle
    Dans un tel contexte, les grandes entreprises qui voient monter le mécontentement de la rue, ces mêmes grandes fortunes qui possèdent aussi les médias, doivent certainement être en train de réfléchir. Des équipes spécialisées pour cela sont à l’oeuvre, des think tank. Ces boites à penser, adossées à la presse dominante, sont redoutables. Elles sont capables de vendre une guerre à ceux qui savent qu’ils risquent d’y laisser leur peau.
     
    Elles sont en train de réfléchir et de faire feu de tout bois. C’est ainsi qu’on débat actuellement de Greta Thunberg plutôt que de l’état de la planète. Je ne sais pas si cette jeune fille est manipulée, mal informée, intelligente, sincère, si sa jeunesse est un handicap ou au contraire un atout… peu importe. Surtout, elle tombe à pic. Aussi bien pour les spécialistes du « greenwashing » que pour les climatosceptiques d’extrême droite. Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. Et les médias dominants ont trouvé Greta. De quoi organiser le spectacle à moindre frais et occuper les esprits inquiets. Greta, c’est le doigt et tout le monde regarde le doigt.
     
    Organiser la résistance
    A présent, des activistes, prônant la désobéissance civile mais garantissant zéro violence et zéro dégradation, prennent le relai. Heureusement parce que tôt ou tard, on oubliera Greta. Extinction Rébellion assurera la suite. Les activistes se contentent pour le moment de bloquer la circulation, d’occuper un centre commercial… Leur sincérité ne fait aucun doute et leurs actions ont le mérite de mobiliser les consciences. Mais Extinction-Rébellion ne prend pas de position radicale contre l’organisation de notre production. Il faut changer le système, oui, mais l’analyse est plus que confuse. Invité par Amnesty International, Roger Hallam, co-fondateur d’Extinction-Rébellion prononce un curieux discours[1] où il évoque sa mère (qui était pasteure méthodiste) et prédit la famine et la mort pour la génération prochaine [2]. Pour les formateurs du mouvement, il s’agit aussi de contourner les forces d’extrême gauche pour atteindre et mobiliser les citoyens apolitiques[3]. Si on entend bien une dénonciation du « système », tout cela reste très vague. Le catastrophisme est partout, la fin du monde est proche mais l’analyse des causes reste légère. La non-violence est mise au service du mouvement Extinction-Rébellion qui doit durer pour prodiguer la bonne parole. On se trouve face à un discours presque religieux et millénariste, accompagné d’une liste d’exemples de problèmes environnementaux. Mais sans action politique visant directement les industries à l’origine de ces dégradations. Extinction Rébellion en appelle aux gouvernements, aux scientifiques, à l’arrêt de la destruction, à la réduction immédiate de la consommation, à former des assemblées citoyennes…
     
    Les entendra-t-on appeler au boycott des 100 entreprises les plus polluantes de la planète ? A la redistribution des 100 plus grandes fortunes ? A la disparition de l’actionnariat et de la course au profit qu’il génère ? Lorsqu’on sait que les 26 plus grandes fortunes[4] possèdent autant que la moitié des plus pauvres de la planète, il pourrait être tentant de ne s’en prendre qu’à… 26 fortunés !
     
    Diabolisation
    Il est intéressant de noter que les médias s’empressent de diaboliser toutes les tentatives de boycotts. La sortie du capitalisme n’est pas encore à l’ordre du jour, même si de plus en plus d’experts[5] se prononcent pour cette solution qui semble incontournable. Le communisme est également visé par la diabolisation. On ne sait jamais, si certains proposaient aux peuples de reprendre en main les usines, de mettre fin à l’actionnariat et de nationaliser la production d’énergie…
     
    Les grandes entreprises et surtout leurs actionnaires ont tout intérêt à ce qu’on reste dans l’appel aux politiques plutôt que dans l’analyse des causes. Et surtout dans la non-violence. Les gilets jaunes ont dû réellement faire très peur aux puissants et la casse coûte cher. Y compris quand il est question de la répression et de l’image qu’elle renvoie de nos gouvernements. Alors maintenant qu’il s’agit du climat, il faudra canaliser les rebellions. Tout changer pour que rien ne change, polluer moins pour pouvoir polluer plus longtemps.
     
    Reprendre le contrôle
    C’est d’une autre organisation des moyens de production dont nous avons besoin. Où, démocratiquement, nous pourrions contrôler directement ce qui se fait et comment organiser la vie sur notre planète pour le bien de tous. Il faudra arrêter la course au profit et redistribuer les richesses, mais aussi mieux partager les savoirs et les expertises, éduquer aux changements, bousculer les habitudes…
     
    Comment pourrons-nous arriver à un tel résultat ?

    C’est à cela que nous devrons travailler.
     

     
    Notes :
    [1] https://www.youtube.com/watch?v=llNFIuIMPhw


    [2] https://www.youtube.com/watch?v=BrcBYWC4B9M
     
    [3] http://www.entelekheia.fr/2019/10/11/extinction-rebellion-dispense-une-formation-concue-pour-contourner-les-o
    [4] Rapport Oxfam
    [5] Naomi Klein, Thomas Piketti (pour un socialisme participatif), Hervé Kempf, Olivier Bonfond, Géraldine Thiry…

    #extinction_rebellion #Greta_Thunberg #résistance #climat #xr #catastrophe #gilets_jaunes #changement_climatique #politique #écologie #désobéissance #COP #greenwashing #climatosceptiques #boycott
    #gaz #pétrole #charbon #eau en bouteille #armes #voitures #avions #informatique #vêtements #nourriture industrielle #transports

  • Prix Nobel d’économie 2019 : les limites de la méthode des essais cliniques
    http://theconversation.com/prix-nobel-deconomie-2019-les-limites-de-la-methode-des-essais-clin

    Le prix Nobel d’économie vient d’être attribué à Esther Duflo, Abijit Banerjee et Michael Kremer pour leur travail consistant à adapter la méthode des essais cliniques aux interventions en matière de développement. Le jury Nobel a jugé que ce nouveau type d’expérimentation a « considérablement amélioré notre capacité à lutter contre la pauvreté globale » et « à transformer l’économie du développement ». S’il y a des raisons de s’en réjouir (l’une des trois nominé·e·s est une femme, jeune et française de surcroît ; le prix rend ses lettres de noblesse à l’économie du développement et à des travaux empiriques proches du terrain), il faut néanmoins questionner la validité et les conséquences de l’usage croissant de cette méthode.

    Depuis une quinzaine d’années, ces essais cliniques (qu’on désigne couramment par leur acronyme anglais RCT, pour randomized control trials) se sont ouverts à un champ nouveau : celui des politiques et de l’aide au développement. Une vaste panoplie d’interventions est ainsi passée au crible de la « randomisation », notamment en matière d’éducation (incitations visant à réduire l’absentéisme des enseignants, vermifuges destinés à diminuer l’absence des élèves), de santé (filtres à eau, moustiquaires, formations ou systèmes de primes pour le personnel soignant, consultations gratuites, conseils médicaux par SMS, etc.), de finance (microcrédit, microassurance, épargne, éducation financière) ou encore de « gouvernance ».

    Les RCT appliquées au développement pourraient être une avancée scientifique, à condition d’en reconnaître les limites (nombreuses) et le champ d’application (étroit). Prétendre résoudre la pauvreté avec ce type de méthode, comme le revendiquent certain·es de ses promoteurs, et au premier chef les trois lauréats du prix Nobel, est une double régression : épistémologique d’abord, puisque cette prétention illustre une conception positiviste de la science, aujourd’hui surannée ; politique ensuite, puisque des questions pourtant centrales pour la compréhension et la lutte contre la pauvreté et les inégalités sont laissées de côté.

    La consécration va-t-elle conduire les randomisateurs du développement à plus de mesure quant aux bienfaits des différentes méthodes, ou au contraire à en profiter pour consolider leur position déjà quasi hégémonique ? Il y a de bonnes raisons d’être inquiets.

    #Nobel_économie #Essais_aléatoires #Politique_développement

    • Arguments scientifiques... et arguments politiques.

      Comment justifier un tel succès ? Ce n’est pas toujours la supériorité scientifique de certaines méthodes ou théories qui explique leur réussite, mais la capacité de leurs promoteurs à convaincre à un moment donné un nombre suffisant d’acteurs. En d’autres termes, le succès vient à la fois d’une offre et d’une demande. Du côté de la demande, le succès des RCT illustre l’évolution de la discipline économique (priorité est donnée à la quantification, aux fondements micro de processus macro, et, au sein des fondements micro, aux ressorts psychologiques et cognitifs des comportements individuels).

      Le succès des RCT illustre également les transformations du secteur de l’aide au développement, où se multiplient les petits projets s’efforçant de corriger les comportements individuels plutôt que de mettre en place ou de maintenir des infrastructures et des politiques nationales de développement.

      Ou comment essayer d’améliorer le sort des gens dans un contexte néo-libéral.
      #individualisation #néolibéralisme