• Les chemins de désir | ARTE Radio (j’écoute enfin cette autofiction radio de Claire Richard, c’est chouette, merci @osezkarl de m’avoir rappelé son existence) https://www.arteradio.com/serie/les_chemins_de_desir

    Dans ce podcast de fiction, une femme explore les chemins du désir féminin, ses contre-allées déroutantes, ses ruelles cachées, ses zones de liberté. Comment l’imaginaire érotique se construit parfois loin de la vie amoureuse réelle. Dans une langue superbe, à la fois moderne et réfléchie, l’auteure retrace une vie de fantasmes et de plaisirs solitaires : de la découverte d’une BD de charme dans le grenier de sa grand-mère aux vidéos X disponibles aujourd’hui. A chaque épisode correspond une avancée technologique : le film de Canal+, l’Internet, le hentai... Cette histoire singulière est aussi celle d’une génération, et ces chemins dévoilés peuvent être empruntés par tous. Une production ARTE Radio. « Les chemins de désir » est publié aux éditions du Seuil.

  • Dans le porno, l’homme « fait la haine » à la femme

    Dans un avant-propos, Cécilia Lépine parle, entre autres, de la pornographie audiovisuelle et d’internet, du gonzo, de la position des « libéraux » et de « révolution sexuelle », de critique de la violence sexuelle, de la violence érotisée, de représentations culturelles, « La pornographie n’est pas tant un miroir des nouvelles mœurs de la société qu’une fiction vendue comme telle aux individus », des normes de l’industrie pornographique, de l’espace public saturé de visuels, d’un monde « où les femmes sont de beaux objets sexuels que les hommes doivent consommer », d’économie, « L’industrie pornographique a l’objet économique de susciter perpétuellement ce plaisir chez les consommateurs, quel que soit le coût humain », de mythes et de la culture du viol, d’érotisme, de nu, de sexe et d’images, de traumatismes corporels et psychiques, de violence misogyne…

    Note sur : Gail Dines : Pornland
    Comment le porno a envahi nos vies

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/06/14/dans-le-porno-lhomme-fait-la-haine-a-la-femme

    #féminisme #pornographie

  • Osez le Féminisme ! et Le Mouvement du Nid « partie civile » au procès historique contre le système pornocriminel (plus autres textes)

    Osez le Féminisme ! partie civile au procès historique contre le système pornocriminel
    Le Mouvement du Nid se constitue partie civile pour le procès du « porno » français
    La pornographie, zone de non-droit. Ou l’histoire d’une érotisation de la torture des femmes
    « Les méthodes de l’industrie pornographique sont identiques à celles des réseaux de traite des êtres humains »

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/12/21/osez-le-feminisme-partie-civile-au-proces-historique-co

    #pornographie

  • « Revenge porn », comptes « fisha » : les ados face aux nouvelles cyberviolences
    https://theconversation.com/revenge-porn-comptes-fisha-les-ados-face-aux-nouvelles-cyberviolenc

    Si le fait de réaliser des images de manière consentie peut relever d’un jeu de séduction auquel on se livre dans le cadre d’une relation de confiance, les diffuser sans le consentement de la personne représentée constitue une cyberviolence. Bien qu’elle ne soit pas juridiquement considérée comme telle, la pornodivulgation est une violence sexiste et sexuelle qui peut toucher des hommes, mais cible principalement des jeunes filles et des femmes.

    Dans le cadre d’une étude exploratoire menée dans quatre lycées du Grand Est entre 2018 et 2020, 18 élèves (7 garçons et 11 filles) ont été interrogés sur leur expérience du harcèlement scolaire et de la cyberviolence. Les résultats montrent que la pornodivulgation y occupe une place importante.

    En 2017, une enquête européenne chiffrait à 6 % la proportion d’adolescentes et adolescents ayant été victimes de pornodivulgation, et à 51 % le nombre de témoins. Parmi les 18 élèves que nous avons rencontrés, 2 filles en ont été victimes, 14 (dont les 2 filles) ont déclaré en avoir été témoins et 4 n’ont jamais expérimenté aucune forme de cyberviolence. Cette forme d’agression leur vient spontanément à l’esprit quand on les interroge sur leur expérience de la cyberviolence :

    « Le revenge porn, c’est une réalité, il y a eu un cas dans ma classe. Il y a un garçon qui a publié des photos de son ex. Et ça a fait le tour de la classe, mais ça a aussi fait le tour de la ville. » (Baptiste)

    Quand une jeune fille est victime de pornodivulgation, il n’est pas rare qu’elle subisse une campagne de déconsidération orchestrée par ses camarades l’accusant d’être responsable de ce qui lui arrive (« il ne fallait pas poser nue »), voire par ses amies qui se désolidarisent pour ne pas entacher leur réputation (« il ne faut pas être l’amie d’une fille facile »).

    J’aime bien cet article avec beaucoup de verbatim

    Léo a cherché à venir en aide à une fille de sa classe dont les photos ont été publiées, mais s’est rapidement senti impuissant :

    « Elle a essayé de se suicider. […] Je me voyais pas la laisser toute seule avec ça, je ne le supportais pas […] Franchement, il y a pas beaucoup de possibilités à part supprimer les images, mais ça reste ancré. À part la soutenir, parler à sa famille pour qu’ils la comprennent. Franchement, je sais pas quoi faire. »

    Ces violences ont de terribles conséquences pour les victimes mais ont également un impact sur les témoins qui sont souvent impuissants face à la viralité avec laquelle les contenus se propagent et qui, affectés par la situation, deviennent des victimes collatérales :

    « Quand on voit des personnes qu’on connaît ou même qu’on connaît pas, et que du jour au lendemain ça va pas, ça fait mal. » (Arisa)

    #Bérengère_Stassin #Pornodivulgation #Adolescences

  • Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes

    Nombril à l’air, mini-débardeurs, string dépassant de leur jean taille basse, elles ont sept, neuf, douze ou quatorze ans. Proies idéales des marchands de la mode, elles apprennent à séduire par la mise en valeur sexuelle de leur être. Elles se transforment ou sont transformées en nymphettes et en mini-femmes fatales. Les parents sont dépassés ou complices. Les marques de vêtements accentuent cette érotisation. Les jeunes filles disposent aujourd’hui de magasins et de marques spécialisés (Jennyfer, Tammy by Etam, NoBoys, pour les plus courantes, Lulu Castagnette ou Miss LM pour les plus « lolitesques »). De nouvelles lignes XXS mettent en avant les attributs encore inexistants des fillettes. Elles sont transformées en objet de désir, alors qu’elles n’ont pas encore les moyens d’être sujets de désir. Elles deviennent prisonnières du regard de l’autre pour exister. Les fillettes s’exposent et se forgent une idée de la sexualité et de l’amour centrée sur le sexe et la consommation. Les adultes qui abhorrent les pédophiles donnent pourtant à voir leurs enfants comme des objets sexuels. Les enfants érotisés, qui risquent de devenir des enfants consommables, des enfants marchandises sexuelles, sont également des consommateurs de pornographie.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2017/09/20/hypersexualisation-erotisation-et-pornographie-chez-les

    #pornographie

  • Le meurtre prévisible de Sarah Everard par un obsédé du porno meurtrier

    Le porno meurtrier n’est qu’à un clic de distance pour les hommes dépravés comme le constable britannique Wayne Couzens, qui a assassiné Sarah Everard il y a deux semaines.

    Se fermer les yeux à ce sujet met des femmes en danger immédiat.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/10/29/le-meurtre-previsible-de-sarah-everard-par-un-obsede-du

    #féminisme #pornographie

  • Industrie pornographique : quatre acteurs mis en examen pour viol, dont trois écroués
    https://www.lavoixdunord.fr/1091202/article/2021-10-28/industrie-pornographique-quatre-acteurs-mis-en-examen-pour-viol-dont-tr

    Ce serait la première fois que des acteurs sont poursuivis pour viol dans les investigations visant l’industrie pornographique, en France. Une cinquantaine de victimes auraient été identifiées, selon la source proche du dossier.

    Quatre acteurs ont été mis en examen le 22 octobre pour viol, dont trois incarcérés, dans l’enquête à Paris sur la plateforme de vidéos pornographiques « French Bukkake », ont fait savoir ce jeudi une judiciaire et proche du dossier, confirmant une information de BFMTV.

    Ce serait la première fois que des acteurs sont poursuivis pour viol dans les investigations visant l’industrie pornographique, en France, selon la source proche du dossier. Une cinquantaine de victimes auraient été identifiées, selon la source proche du dossier.
    La plateforme « French Bukkake ».

    « Quatre personnes ont été présentées le 22 octobre au juge d’instruction en charge de l’affaire et ont été mises en examen du chef de viol », a indiqué une source judiciaire. « Trois d’entre elles ont été placées en détention provisoire. La dernière personne a quant à elle été placée sous contrôle judiciaire », a-t-elle précisé.

    Le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire début 2020, puis une information judiciaire le 17 octobre visant la plateforme « French Bukkake ».

    Au total, huit personnes sont poursuivies dans ce dossier, dont les investigations ont été confiées à la section de recherches de la gendarmerie de Paris.

    Mi-octobre 2020, quatre personnes avaient été mises en examen pour « proxénétisme » et « traite d’êtres humains » aggravés, dont les producteurs surnommés « Pascal OP » et « Mat Hadix ».
    « Pascal OP » et « Mat Hadix »

    « Pascal OP », en détention provisoire, est aussi poursuivi pour « blanchiment de proxénétisme aggravé et blanchiment de fraude fiscale » ainsi que pour « travail dissimulé », avait indiqué à l’époque une source proche du dossier.

    Il est connu pour sa plateforme de vidéos pornographiques « French Bukkake », où « il produit ses contenus qu’il va vendre, mais il peut aussi bosser comme cadreur, rabatteur d’actrices, ou producteur pour d’autres plateformes », avait détaillé le journaliste Robin D’Angelo, auteur d’un livre-enquête sur son infiltration dans l’industrie du porno amateur.

    Le second producteur, Mathieu L. surnommé « Mat Hadix », avait été incarcéré en décembre pour ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire.

    Le site « Jacquie et Michel », incarnation en France du porno amateur, est aussi visé par une enquête depuis le 10 juillet 2020 pour « viols » et « proxénétisme ».

    Après les révélations sur les violences et pratiques imposées lors des tournages, de grands groupes français du secteur, comme « Jacquie et Michel » et Dorcel, avaient annoncé en novembre 2020 leur volonté d’adopter des chartes éthiques et déontologiques.

  • Cendrillon du trottoir : de la prostitution au porno

    Interview de Bianca Cendrine Bastiani par Francine Sporenda

    FS : Dans votre livre, vous racontez que vous êtes entrée dans le porno à cause d’un homme, que vous avez rencontré à 17 ans, animée d’un désir de sortir de votre milieu d’origine, de prendre une revanche sociale. Vous avez rencontré d’autres actrices pornos. Qui sont-elles ? De quel milieu viennent-elles ? Quel est leur parcours de vie, d’après ce que vous avez pu en savoir ?

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/04/29/cendrillon-du-trottoir-de-la-prostitution-au-porno

    #prostitution #pornographie

  • Une fresque « sexiste » dans la cantine de l’internat de Purpan, le CHU en ordonne le retrait
    "Une fresque géante à connotation sexuelle recouvre l’intégralité d’un mur du réfectoire de l’internat de Purpan à Toulouse. Association et syndicat demandaient son retrait à la direction du CHU, la jugeant « sexiste » et « humiliante ». Ce lundi soir, le CHU a ordonné que cette toile soit enlevée. (...)"

    https://www.francebleu.fr/infos/societe/une-fresque-sexiste-dans-la-cantine-de-l-internat-de-purpan-association-e

    #art #humour #peinture #parodie #féminisme #hôpitaux #France #Toulouse #sexisme #pornographie #satire #société #santé #vangauguin

  • Branle Bas de combat autour d’OnlyFans

    À partir d’octobre, le site porno OnlyFans, qui compte 130 millions d’utilisateurs, deux millions de contributeurs-trices et des milliards de revenus, interdira à ses créateurs de publier sur ce site du matériel pornographique « hard ». Plusieurs prostitué-e-s utilisent OnlyFans pour vendre des contenus explicites. En revanche, les photos et vidéos de nudité demeureront autorisées à condition d’être « conformes à la politique d’OnlyFans », a annoncé l’entreprise.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/08/29/branle-bas-de-combat-autour-donlyfans

    #féminisme #pornographie

  • Branle Bas de combat autour d’OnlyFans

    À partir d’octobre, le site porno OnlyFans, qui compte 130 millions d’utilisateurs, deux millions de contributeurs-trices et des milliards de revenus, interdira à ses créateurs de publier sur ce site du matériel pornographique « hard ». Plusieurs prostitué-e-s utilisent OnlyFans pour vendre des contenus explicites. En revanche, les photos et vidéos de nudité demeureront autorisées à condition d’être « conformes à la politique d’OnlyFans », a annoncé l’entreprise.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/08/29/branle-bas-de-combat-autour-donlyfans

    #féminisme #pornographie

  • #israel : La face cachée de Payoneer, la compagnie qui va enrichir Naftali Bennett Simona Weinglass
    https://fr.timesofisrael.com/la-face-cachee-de-payoneer-la-compagnie-qui-va-enrichir-naftali-be

    Des documents du Trésor US révèlent que la firme, entrée en bourse et dans laquelle le Premier ministre avait investi à ses débuts, a travaillé avec les bas-fonds d’internet.


    Le Premier ministre israélien Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 20 juin 2021. (Crédit : Alex Kolomoisky/POOL)
    Pour Naftali Bennett, 2021 n’est pas seulement l’année qui lui aura permis de réaliser son rêve de devenir le Premier ministre de l’État d’Israël. C’est une année où il va également empocher les bénéfices généreux issus de son investissement, il y a maintenant plus d’une décennie, dans une firme de services financiers – une société qui a, entre autres, aidé des entreprises travaillant dans une sphère peu reluisante d’internet à gagner de l’argent.

    La compagnie concernée, Payoneer, a été introduite au NASDAQ cette semaine par le biais d’une fusion avec une SPAC – une entreprise sans activité dont le but est de lever de l’argent lors d’une entrée en bourse – avec une valeur de 3,3 milliards de dollars.

    Selon l’édition israélienne de Forbes, Bennett devrait empocher environ cinq millions de dollars lors de cette opération après avoir investi plusieurs centaines de milliers de shekels dans Payoneer, il y a environ treize ans. Le porte-parole de Bennett a confirmé au Times of Israel que le nouveau Premier ministre israélien avait bien investi dans la firme, mais il a refusé de préciser la somme que pourrait toucher Bennett suite à l’opération boursière, affirmant simplement que le montant s’élèverait à « quelques millions de dollars ».

    Payoneer est une entreprise qui a été fondée en Israël en 2005 par Yuval Tal et Yaniv Chechik. Aujourd’hui, elle est considérée comme l’une des plus importantes plateformes de transfert de fonds en ligne dans le monde, permettant aux entreprises et à toute l’économie du freelance, dans différents pays, d’effectuer des transactions sur la Toile. Parmi ses partenaires, Amazon, Airbnb et Fiverr, et c’est Payoneer qui est chargé du transfert des paiements entre acquéreurs et vendeurs sur ces plateformes.

    Mais des documents du Trésor américain qui ont récemment fuité révèlent qu’en plus de ses clients réguliers, Payoneer a aussi offert ses services à des firmes offshore opaques qui seraient impliquées dans la pornographie, à des sites de rencontre arnaquant leurs clients, à une compagnie de Forex qui fait actuellement l’objet d’une enquête judiciaire en France ainsi qu’à des entreprises impliquées dans l’industrie frauduleuse des options binaires.

    Un porte-parole de Payoneer a reconnu devant le Times of Israel avoir pris en charge les paiements de telles compagnies, soulignant avec force que ce n’est plus le cas aujourd’hui.

    « En 2016, Payoneer a pris la décision commerciale de ne plus s’occuper des paiements des entreprises à haut-risque », a-t-il affirmé.

    « Nous ne traitons plus les transactions de ce type d’entreprise et nous ne le faisons plus, d’ailleurs, depuis des années. Le programme de mise en conformité de Payoneer respecte les normes les plus strictes de l’industrie, notamment en ce qui concerne la déclaration des Rapports d’activité suspecte (SAR) et par le biais d’audits réguliers qui sont réalisés par les plus grandes firmes d’audit dans le monde et par le biais de régulateurs financiers issus de juridictions multiples. Jamais Payoneer n’a été mis en cause pour avoir violé ses obligations AML par la FinCEN, ou par un régulateur ou une autorité quelconque dans le monde. Et aujourd’hui, Payoneer se targue de bénéficier de la confiance d’un grand nombre des plus grandes firmes numériques du globe, notamment Amazon, Airbnb, Google et Upwork, ainsi que de la confiance de millions de PME dans le monde entier. »


    Une diapositive extraite d’une présentation aux investisseurs du mois de mai 2021. (Crédit : Etoro)
    La fuite des documents de la FinCEN
    Au mois de septembre 2020, BuzzFeed News, aux côtés du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et de plus de 100 organisations du secteur de l’information dans le monde, avait publié une série de reportages d’investigation sur la base des contenus de 2 500 documents qui avaient fuité de la FinCEN, l’autorité chargée des crimes financiers et de la lutte antiblanchiment au sein du département du Trésor américain.

    La plus grande partie de ces documents étaient des « rapports d’activité suspecte » – ou SARs – soumis par 90 banques et autres institutions financières à la FinCEN entre 2011 et 2017.

    Les banques américaines et les autres institutions financières sont tenues, par la loi, de soumettre un SAR lorsqu’ils soupçonnent qu’une transaction – ou une série de transactions – pourrait donner lieu à des activités de blanchiment d’argent. Les 2 500 documents qui ont fuité ne représentent qu’une toute petite partie des 12 millions de rapports d’activité suspecte soumis entre 2011 et 2017 – mais ils ont offert un rare aperçu du côté sombre du système financier global.

    Les documents qui ont fuité et que l’ICIJ a partagé avec le Times of Israel révèlent que de nombreux clients et partenaires commerciaux de Payoneer, ainsi que l’entreprise Payoneer elle-même, ont fait l’objet de SAR déposés par les banques à la FinCEN entre 2011 et 2016. Inscrite sous le statut d’Entreprise de service monétaire aux États-Unis, Payoneeer est dans l’obligation de se doter d’un programme anti-blanchiment rigoureux et elle est même sommée de soumettre ses propres rapports d’activité suspecte.

    « Le fait est que les entreprises qui proposent ce type de service financier ont la responsabilité de devoir écarter elles-mêmes toute possibilité de participation délibérée ou involontaire à des activités de blanchiment d’argent », commente Kieran Beer, analyste de l’ACAMS, l’association des spécialistes certifiés Lutte Anti-Blanchiment d’argent, une organisation qui rassemble des spécialistes de la lutte contre le crime financier dans le monde, auprès du Times of Israel.

    « Il y a une norme globale face à laquelle les entreprises doivent être à la hauteur. Cela implique d’avoir un responsable compétent et habilité en ce qui concerne le blanchiment d’argent. Cela implique qu’il faut qu’il y ait des moyens mis en place pour que ce responsable puisse se faire entendre. Et cela implique de la formation », continue-t-il.

    Le degré d’implication de Bennett dans les opérations de Payoneer reste indéterminé. Si c’est lui qui aurait présenté la directrice-générale de la branche israélienne de l’entreprise, Keren Levy, au fondateur de la firme, Yuval Tal, il est difficile de déterminer clairement le degré de contribution qu’un actionnaire de son niveau a pu réellement et concrètement apporter à la compagnie. Le porte-parole de Payoneer a refusé, de son côté, de répondre à cette question publiquement – comme cela a aussi été le cas du porte-parole de Bennett, que le Times of Israel a interrogé sur le rôle tenu par le nouveau Premier ministre dans les opérations de la firme.

    Entrepreneur hi-tech avant de lancer sa carrière politique, Bennett a gagné des millions lorsque les compagnies dont il était propriétaire ou actionnaire ont été absorbées par des firmes plus importantes – ce qui est connu en Israël sous le nom « d’exit ».

    En 1999, il avait été cofondateur d’une entreprise travaillant dans le secteur de la sécurité de l’information, Cyota, qui avait été revendue à RSA Security en 2005 pour un montant de 145 millions de dollars. Il est également l’ancien directeur-général de Soluto, une entreprise achetée en 2013 par Asurion moyennant cent millions de dollars. Bennett aurait empoché plusieurs millions de dollars dans chacune de ces exits.

    L’information de la SPAC de Payoneer a été rendue publique au mois de février. En mars, d’autres informations sont apparues portant sur la possibilité que Bennett empoche des millions de dollars lors d’une exit qui n’avait pas été précisée. Interrogé à ce sujet par le Times of Israel, il avait refusé de donner le nom de l’entreprise et le lien entre Bennett et Payoneer devait rester secret jusqu’à sa révélation par Forbes, début juin.

    Bennett n’a pas répondu à une demande de réaction de la part du Times of Israel, se contentant de reconnaître qu’il avait bien investi, par le passé, dans Payoneer.

    Le fait qu’un rapport d’activité suspecte ait été soumis ne signifie pas nécessairement qu’il y ait eu des activités illicites – mais simplement qu’un modèle de transaction financière a pu éveiller les soupçons d’une banque lorsqu’elle a examiné sa conformité. La plus grande partie des SAR n’entraînent aucune poursuite judiciaire, en partie en raison de leur volume et du sous-financement des services chargés de faire appliquer la loi, explique Beer.

    Toutefois, les documents qui ont fuité montrent que Payoneer a envoyé et reçu des paiements pour une longue liste d’entreprises qui évoluent dans la sphère la plus douteuse de la Toile.

    Interrogé par le Times of Israel, Payoneer a reconnu avoir, par le passé, pris en charge les transactions des entreprises citées ci-dessous, ajoutant depuis avoir mis un terme aux contrats qui la liaient à chacune d’entre elles, il y a déjà plusieurs années.

    De la chambre à coucher à la banque
    Le 2 août 2016, la branche new-yorkaise de la Barclays Bank PLC avait soumis un rapport d’activité suspecte au sujet d’Alcuda Limited, compagnie chypriote qui exploitait les sites internet, entre autres, Shagaholic.com, Saucysingles.com, Freesexmatch.com, Getanaffair.com et Hornyasia.com.


    Le site internet Getanaffair.com tel qu’il apparaissant au mois de mars 2016. (Capture d’écran)
    Alcuda n’était pas une compagnie directement cliente de la Barclays, mais celle-ci gérait un compte bancaire appartenant à Earthport PLC, fournisseur de services de paiements, tandis qu’Earthport, de son côté, détenait un compte bancaire de Payoneer Inc, qui était utilisé par Alcuda Limited pour déplacer des fonds, avait fait savoir la Barclays.

    « En tant que cliente de Payoneer, la firme Alcuda Limited a été signalée pour examen dans le cadre du programme de surveillance de la Barclays à New York », disait le SAR.

    Selon le rapport d’activité suspecte, Alcuda avait envoyé 29 transferts électroniques, pour une somme totale de 678 810 dollars, depuis ses comptes bancaires suisse et chypriote vers le compte bancaire de Payoneer.

    Barclays Bank avait soumis le SAR, avait souligné la banque, suite à des rumeurs qui avaient laissé entendre que les sites internet de l’entreprise étaient des escroqueries, et parce que l’hébergeur de ses plateformes, sur internet, avait été dénoncé pour avoir toléré des sites pédopornographiques.

    Alcuda Limited a été accusé sur de multiples sites qui recueillent des plaintes de clients d’avoir prélevé de l’argent sur des cartes de crédit sans autorisation.

    Selon un reportage d’investigation réalisé en 2020 par le site internet Snopes.com, les sites exploités par Alcuda Limited faisaient partie d’un réseau d’environ 200 sites de rencontre spécialisés – un grand nombre d’entre eux à l’apparence presque identique – qui permettaient aux utilisateurs de s’inscrire gratuitement en demandant ensuite une adhésion quasiment impossible à annuler. Les journalistes de Snopes.com avaient ouvert un compte gratuit sur l’un d’eux et avaient rapidement été contactés par une utilisatrice répondant au nom de « anatasia_mikov » dont, avaient-ils découvert, la photo de profil était un cliché volé à une mannequin professionnelle.

    « Quand ‘anatasia_mikov’ nous a envoyé un message (en Finlandais, Snopes examinant l’apparence du site dans d’autres pays à ce moment-là), elle nous a demandé si on voulait discuter avec elle. Et pour pouvoir envoyer un message à ‘anatasia’, il a fallu donner un numéro de carte de crédit », avait fait savoir Snopes.com.

    À l’époque du rapport d’activité suspecte, Alcuda Limited appartenait à l’homme d’affaires ukrainien Maxim Polyakov.

    Alors que la pornographie n’est pas illégale en général, plusieurs SAR qui ont fuité ont suggéré que Payoneer avait fait des transactions avec une compagnie qui – dans au moins un exemple – aurait employé des femmes victimes de trafic d’êtres humains.

    Un SAR transmis par la branche, à New York, de la Société générale avait rapporté des activités suspectes pour une somme de 7 196 694 dollars concernant trois entreprises : Alcuda Ltd. ; Payoneer Payment Solutions Ltd., une filiale de Payoneer Inc. basée à Belize ; et une entreprise enregistrée en Andorre nommée I.M.L. SLU, entre le 9 novembre 2011 et le 25 février 2014.

    Selon le rapport, le 10 avril et le 6 juin 2012, I.M.L. SLU, firme cliente de Payoneer, avait reçu deux transferts de fonds de 77 712,88 dollars et de 57 825,45 dollars respectivement de la part d’Alcuda Limited.


    Une diapositive d’une présentation de Payoneer aux investisseurs au mois de mai 2021. (Capture d’écran)
    I.M.L. SLU était une plateforme qui accueillait des sites variés de streaming vidéo pour adultes sur internet, dont Imlive.com. Ce site appartient à une compagnie parente de l’entreprise israélienne CoolVision, propriété de Muly Litvak, l’un des fournisseurs de pornographie les plus riches et les plus connus au sein de l’État juif.

    En 2006, le Manila Times avait fait savoir que des femmes et des fillettes originaires des Philippines, qui offraient des performances sexuelles en direct sur Imlive, avaient été les victimes d’un trafic d’êtres humains et qu’elles étaient détenues comme esclaves cyber-sexuelles dans des appartements de la ville de Manille.

    Un responsable philippin avait dit au journal que « l’entreprise garderait actuellement au moins 40 femmes et fillettes dans plusieurs appartements et dans des copropriétés de la métropole de Manille, en particulier à Quezon City ».

    En 2014, l’émission de télévision israélienne « Uvda » avait interviewé des femmes philippines se produisant sur Imlive. Elles avaient déclaré travailler douze heures par jour, être dans l’impossibilité de quitter leur lieu de travail et de sortir – sinon une journée par mois – et n’avoir que peu à manger.

    La même année, Payoneer Payment Solutions avait travaillé pour une autre entreprise offshore, Sellinge Management S.A., enregistrée dans les îles Vierges britanniques. Selon un rapport d’activité suspecte, Sellinge Management était propriétaire du site Anastasiadate.com qui, selon un reportage paru dans le Guardian en 2014, était une plateforme de rencontre en ligne mettant en contact des femmes ukrainiennes et des hommes occidentaux.

    Si certains hommes seraient finalement parvenus à trouver l’amour par le biais d’Anastasiadate.com, ils ont payé pour cela le prix fort. Les hommes devaient payer chaque minute passée à discuter avec les femmes et chaque message envoyé par chat.

    « L’industrie de la romance ukrainienne sur internet est florissante », avait indiqué The Guardian en évoquant Anastasiadate.com. « Mais après avoir discuté en ligne, avoir fait le voyage à Odessa et avoir tenté de séduire les femmes au cours de rencontres flash, la majorité des hommes reviennent seuls – et les poches vides. Sont-ils réellement malchanceux en amour ou ont-ils été purement et simplement escroqués ? »


    Capture d’écran de la page d’accueil du Anastasiadate telle qu’elle apparaissait au mois de mars 2012.
    Le Guardian avait conclu que si certaines femmes fréquentaient de bonne foi le site internet, un grand nombre d’autres arnaquaient les hommes de manière sophistiquée pour les dépouiller de leur argent. Et que même si le site n’était pas en lui-même impliqué dans ces escroqueries, il en tirait des bénéfices.

    « Anastasia International – sans être complice direct des manœuvres frauduleuses – a mis au point un modèle commercial hautement profitable qui permet aux escrocs de prospérer », avait conclu le journal.

    Ni Polyakov, ni Coolvision, ni Anastasia International n’ont répondu aux demandes de commentaire du Times of Israel.

    Forex et options binaires
    Selon les rapports d’activité suspecte qui ont fuité de la FinCEN, Payoneer a aussi fait des transactions avec des compagnies israéliennes impliquées dans les industries du Forex et des options binaires qui auraient dépouillé des millions de personnes dans le monde en leur vendant de faux placements d’investissement.

    Au mois d’avril 2014, selon un SAR, Payoneer avait envoyé un paiement à Reliantco Investments, une entreprise enregistrée à Chypre et responsable du site UFX.com, parent du site de vente d’options binaires Ubinary.com.


    Une mise en garde aux investisseurs accusant Reliantco d’avoir offert des options binaires aux résidents de Nova Scotia. (Capture d’écran)

    La branche de la Barclays à New York avait déposé un SAR au mois de janvier 2016 concernant ReliantCo et les entreprises qui lui étaient affiliées. La banque avait expliqué avoir émis un rapport d’activité suspecte en raison de la mauvaise réputation des deux firmes : « Premier point, elles sont situées et elles mènent des opérations bancaires dans des lieux à haut-risque concernant le blanchiment d’argent ; deuxième point : elles ont collectivement reçu des mises en garde des services financiers d’au moins vingt (20) différents pays pour leurs opérations menées en tant que firmes de trading de devises étrangères non-autorisées et non régulées et, troisième point, elles ont fait l’objet de nombreuses plaintes non-vérifiées dans le domaine public prétendant que leur modèle commercial est une escroquerie », selon le SAR déposé par la Barclays.

    L’industrie des options binaires a prospéré en Israël pendant une décennie avant d’être interdite par la Knesset en octobre 2017, en grande partie grâce à un travail d’investigation du Times of Israel qui a commencé avec un article de mars 2016 intitulé « Les loups de Tel Aviv ». Un grand nombre des firmes israéliennes ont depuis relocalisé leurs activités, toujours frauduleuses, à l’étranger. À leur paroxysme, des centaines d’entreprises en Israël employaient des milliers d’Israéliens qui auraient volé des milliards de dollars à des victimes du monde entier. Les sociétés frauduleuses faisaient croire aux victimes qu’elles investissaient et gagnaient de l’argent, les encourageant à déposer de plus en plus de capitaux sur leurs comptes, jusqu’à ce que la société finisse par couper le contact avec les investisseurs et disparaisse avec tout leur argent ou presque.

    Les firmes du Forex – foreign exchange companies – offrent aux investisseurs le moyen de gagner de l’argent à partir des fluctuations qui surviennent sur le marché des devises internationales et un grand nombre d’entre elles seraient aussi frauduleuses. L’industrie reste légale au sein de l’État juif et ses fraudeurs n’ont jamais été poursuivis devant les tribunaux.

    En 2014, Payoneer aurait reçu au moins deux transferts électroniques de la compagnie Aston Invest Ltd du secteur du Forex, selon un rapport d’activité suspecte soumis par la Barclays Bank.

    Aston Invest menait ses activités depuis un centre d’appels de Ramat Gan appelé Union Inter Ltd., selon des documents judiciaires israéliens. Ce centre d’appel appartenait à un Français qui s’était récemment installé en Israël, Samuel Shamal, dont le frère, Jimmy Shamal, travaillait aussi là-bas. Les deux hommes, avaient fait savoir les médias français, étaient soupçonnés d’avoir pris par à la fraude à la TVA sur les quotas de carbone – une fraude qui avait rapporté 1,6 milliards d’euros – connue sous le nom de « crime du siècle » en France.


    Capture d’écran du site Astonforex.com tel qu’il apparaissait en 2014. Le site appartenait à Aston Invest, qui a traité avec Payoneer
    En 2016, Aston Invest avait fait l’objet d’une enquête menée par un magistrat français pour fraude au Forex et l’un des procureurs en charge du dossier avait fait le voyage en Israël. Jimmy Shamal avait été finalement jugé et emprisonné en France, avaient noté les médias français qui n’avaient toutefois pas précisé pour quel crime il devait purger sa peine.

    Un porte-parole de Payoneer a fait savoir au Times of Israel que la compagnie ne traitait pas les paiements des compagnies liées au Forex ou aux options binaires et que le seul lien, à cette époque, était la fourniture de services à des réseaux qui leur étaient affiliés.

    Il a ajouté que si Payoneer avait pris en charge les transactions de distributeurs affiliés au site de Forex et d’options binaires, cela ne représentait qu’une petite partie des activités commerciales de l’entreprise.

    « Même en 2016, lorsque nous avons pris la décision de cesser de nous occuper des paiements issus des industries à haut-risque, ces dernières ne représentaient qu’une petite partie de nos activités », a précisé le porte-parole.

    Des clients et des bénéficiaires « inconnus »
    Parmi d’autres SAR de la FinCEN : un document à l’origine du rapport d’activité suspecte révélant que Payoneer avait transféré des paiements à un fournisseur de service financier dont les bénéficiaires finaux étaient inconnus à la banque.

    En 2016, Le groupe Bank of New York Mellon avait soumis un SAR établissant qu’entre le 11 février et le 17 mai 2016, elle avait constaté 768 transferts électroniques suspects pour un total de 14 218 008,19 dollars au bénéfice de Moneynetint Ltd. Parmi les entités qui avaient transféré l’argent à Moneynetint, Borderless Commerce Limited, une filiale de Payoneer Inc. Le 25 avril 2016, la compagnie avait effectué un transfert d’un montant de 1 000 000 de dollars au profit ultime de Moneynetint ltd. Dans la mesure où Moneynetint est elle-même une entreprise de paiement, il est probable que les fonds étaient destinés à un ou plusieurs de ces paiements.

    L’une des raisons ayant motivé l’émission du SAR par le groupe Bank of New York Mellon, avait fait savoir ce dernier, c’est qu’il n’était pas parvenu à déterminer qui était le destinataire des fonds.

    « Ces transferts sont suspects parce qu’un grand nombre d’entre eux ne dévoilent pas l’identité du vrai bénéficiaire/du client donneur d’ordre et/ou parce que certaines contreparties de Moneynetint sont des sociétés écrans, des coquilles vides ou des vendeurs de Forex/d’options binaires », avait indiqué le SAR.

    Moneynetint était en fait un processeur de paiement majeur pour l’industrie frauduleuse des options binaires, selon des documents bancaires consultés par le Times of Israel.

    D’autres documents de la FinCEN indiquent que Moneynetint avait effectué des transactions avec d’autres firmes qui auraient été des escroqueries.

    Parmi elles, Avilan Marketing LLC, une entreprise vendant des compléments favorisant les performances sexuelles masculines et des produits contrefaits. En 2008, Cartier avait remporté près d’un million de dollars en dommages et intérêt après avoir traduit la compagnie devant la justice parce qu’elle vendait des montres contrefaites se réclamant de la célèbre marque de luxe. Un reportage paru en 2018 dans le magazine économique Capital, en Allemagne, avait accusé les membres de la famille Ben-Menachem, propriétaire de l’entreprise, de publicité frauduleuse sur Facebook. Un autre client de Moneynetint était Clicksure Payments, une firme de marketing affiliée à l’industrie des options binaires.


    Capture d’écran du mois de juin 2015 du site Kingreplica.com qui était exploité par Avilan Marketing LLC et qui vendait des contrefaçons de montres. (Capture d’écran)

    Aviv Ben Menachem d’Avilan Marketing n’a pas répondu à une demande de commentaire du Times of Israel.

    Moneynetint, pour sa part, a fait parvenir au journal la réponse suivante : « Moneytint veille à toujours préserver la confidentialité de l’identité de nos clients. Comme toutes les autres institutions financières majeures et dignes de confiance, Moneynetint fournit des services à des industries et à des clients influents des technologies financières. Nous sommes fiers de notre implication croissante et de notre statut de leader dans l’arène financière. Concernant nos ‘anciens clients’, notre implication et les faits qui sont décrits sont incorrects. Moneytint tire une grande fierté de toujours préserver la confidentialité et la sécurité de nos vrais clients. »

    Si Payoneer a reconnu avoir utilisé Moneynetint dans le cadre de ses infrastructures afin de procéder à des paiements locaux sur les comptes bancaires de ses clients, la firme a affirmé ne jamais avoir reçu de fonds de la part de la compagnie.

    Les technologies financières et leurs mauvais acteurs
    Des sources de l’industrie des paiements qui se sont exprimées sous couvert d’anonymat auprès du Times of Israel ont indiqué que les firmes issues des technologies financières en général faisaient souvent des transactions avec d’autres fournisseurs de paiement, de manière à ce que les départements chargés de la conformité des opérations ne puissent pas toujours avoir connaissance de l’identité du client ou du bénéficiaire final.

    Selon ces sources, les arnaques sont si banales dans le monde du e-commerce que même une entreprise de fintech dotée des meilleures intentions peut avoir du mal à mettre un terme à sa relation avec un marchand qui s’avère être un escroc.

    Malgré la difficulté qu’il y a à déraciner les mauvais acteurs de l’industrie, il revient aux entreprises offrant des services financiers de tenter de le faire, note Beer, l’analyste anti-blanchiment d’argent.

    Le nom de Payoneer revient dans 24 des 2 500 documents de la FinCEN ayant fuité. Dans certains, le nom de la compagnie apparaît à des dizaines d’occasions.

    « Est-ce compromettant ? », s’interroge Beer. « Non, pas nécessairement – mais cela soulève toutefois des questions sur la solidité du programme financier anti-blanchiment d’argent et anti-terrorisme mis en place par l’entreprise. Payoneer a-t-il déposé des SAR auprès de la FinCEN sur les transactions qui sont par ailleurs mentionnées par les autres institutions bancaires ? »

    Payoneer n’a pas fait savoir si des Rapports d’activité suspecte avaient été émis sur ces clients spécifiquement, ajoutant en déposer auprès de la FinCEN de manière régulière. Son porte-parole a déclaré au Times of Israel que « le programme de conformité de Payoneer est à la hauteur des normes les plus exigeantes de l’industrie, notamment en ce qui concerne l’émission des SAR et l’entreprise fait l’objet d’audits réguliers réalisés par des firmes majeures de ce secteur et par des régulateurs financiers de juridictions multiples ».

    La fraude en tant qu’industrie de croissance
    Les 2 500 documents qui ont fuité de la FinCEN sont parvenus initialement à BuzzFeed News par l’intermédiaire de Natalie Mayflower Sours Edwards, une ancienne employée de la FinCEN. Le 3 juin, Edwards a écopé d’une peine de six mois de prison pour avoir laissé fuiter les documents de manière illégale.

    Dans une note transmise au moment de sa condamnation, Edwards a expliqué avoir laissé fuiter ces documents parce qu’elle soupçonnait des faits de corruption au sein du département du Trésor – et que, plus précisément, elle soupçonnait une autre unité de rassembler illégalement des informations sur les registres financiers américains et que les responsables du département du Trésor échouaient, selon elle, à coopérer avec l’enquête lancée au Congrès concernant l’interventionnisme russe lors des élections présidentielles de 2016.

    BuzzFeed avait utilisé les documents pour écrire une série d’articles, en 2017 et 2018, consacrés au président Donald Trump, à ses proches et à leurs liens avec les personnalités politiques et les hommes d’affaires russes.


    Natalie Mayflower Sours Edwards, au centre, quitte le tribunal après avoir été condamnée à six mois de prison pour avoir laissé fuiter des rapports financiers auprès de journalistes de Buzzfeed à New York, le 3 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Larry Neumeister)
    Des individus et des entreprises israéliennes apparaissent dans au moins 450 des 2 500 documents rendus publics illégalement (ce qui constitue une toute petite fraction des plus de 12 millions de SAR qui ont été déposés entre 2011 et 2017). Un grand nombre d’Israéliens cités dans ces documents ont été soupçonnés d’être impliqués dans les industries de la pornographie, du jeu, du Forex ou des options binaires, ainsi qu’à des entreprises travaillant pour ces industries – processeurs de paiement ou services de commercialisation affiliée. D’autres Israéliens et entreprises israéliennes cités dans les documents sont liés à l’industrie des ventes d’armes et à l’industrie du diamant israéliennes, ainsi qu’à des individus originaires de l’ex-Union soviétique et qui résident aujourd’hui au sein de l’État juif ou qui ont la citoyenneté israélienne.

    Mikhail Reider-Gordon, experte anti-blanchiment d’argent au sein de l’organisation Affiliated Monitors qui est aussi professeure à l’Académie internationale anti-corruption, en Autriche, dit avoir découvert cette constellation d’arnaques liées à la pornographie, au jeu, au Forex, aux options binaires – une liste non-exhaustive – lorsqu’elle a enquêté sur #Wirecard, l’entreprise allemande de Fintech qui fait aujourd’hui l’objet d’investigations de la part de procureurs de différents pays pour blanchiment d’argent.

    « Le secteur de la pornographie, le secteur des options binaires, le secteur du casino offshore – un grand nombre de ces entreprises entretiennent des liens avec le crime organisé et avec des acteurs parfois proches de l’État qui se trouvent dans l’obligation de blanchir de l’argent de toutes les manières possibles, un argent qui a été obtenu à partir d’activités illicites comme le trafic d’êtres humains, le trafic de stupéfiants, le trafic d’armes et le trafic d’animaux sauvages illégal », explique-t-elle.

    Selon Reider-Gordon, un grand nombre de ces secteurs illicites de l’économie – en ligne mais pas seulement – s’entremêlent les uns aux autres.

    « Si vous avez besoin de blanchir de l’argent russe, d’échapper aux sanctions contre la Corée du Nord ou contre l’Iran, vous allez faire passer cet argent par le biais de ces entités », poursuit-elle.

    L’État d’Israël est largement considéré comme étant la « start-up nation ». Le pays compte le plus grand nombre de start-ups par habitant dans le monde et il se classe sixième dans la liste établie par Bloomberg en 2020 des économies les plus innovantes. Le pays est aussi premier dans le monde en termes de capital-risque par tête.

    Mais comme le Times of Israel l’a montré et documenté, il y a une facette plus sombre qui accompagne cette économie de la start-up. Une minorité substantielle d’entre elles s’engagent dans des activités frauduleuses ou non-éthiques.


    Capture d’écran d’un rapport réalisé par l’incubateur de start-up TheTimes, financé par le gouvernement israélien, en collaboration avec le quotidien économique The Marker.
    En 2012, un incubateur de start-ups financé par le gouvernement israélien, TheTime, a publié un rapport sur l’industrie de l’internet grand public au sein de l’État juif, où il s’est penché sur les entreprises totalisant un revenu de presque dix millions de dollars par an ou plus. Parmi ces dernières, Payoneer, le fournisseur de sites pornographique CoolVision, ainsi que plusieurs firmes de jeu en ligne et un grand nombre de compagnies de Forex et d’options binaires qui étaient de toute évidence frauduleuses.

    Parmi ces dernières, 4XPlace, dont le directeur-général Yossi Herzog a été mis en examen en 2019 par un grand jury aux États-Unis pour fraude présumée, Tradologic, qui fait l’objet d’une enquête en Autriche ou SpotOption, une firme récemment accusée de fraude massive par la SEC (Securities and Exchange Commission) américaine. Et non seulement jamais aucune poursuite judiciaire n’a été lancée au sein de l’État juif contre ces entités mais un incubateur de start-ups financé par le gouvernement israélien les a citées en 2012 pour illustrer les success stories à l’israélienne.

    Spotoption a, par ailleurs, bénéficié en coulisses de l’argent du contribuable pour élargir ses opérations à l’étranger.

    Le rapport de 2012 s’était penché sur le fait qu’un grand nombre de ces firmes à haut-revenu affichaient aussi un certain niveau d’opacité – les désignant comme des « compagnies de l’ombre ». Un rapport émis deux ans plus tard, en 2014, avait pour sa part prédit – avec optimisme – que l’industrie saurait se débarrasser de ses mauvais aspects au gré de son évolution naturelle.

    Payoneer affirme avoir servi des clients quelques peu sombres mais avoir depuis avoir nettoyé les souillures qui en avaient résulté. Toutefois, les documents de la FinCEN suggèrent que, concernant une grande partie de l’industrie israélienne de l’internet, cela n’est pas tout à fait vrai.

     #finance #argent_sale #blanchiment #start_up #pornographie #pédo_pornographie #fraude #opacité #start-up_nation #mafia #drogue #esclavage #services_financiers #technologies_financières #e_commerce

    • xavier niel #pornocrate dès le début hein (via WP) :

      Il teste le potentiel du Minitel dès 1983, alors qu’il est lycéen et se spécialise dès 1984 en créant des services de Minitel rose, puis en investissant dans des peep-shows et des sex-shops8. En 1987, il arrête sa classe préparatoire scientifique pour se lancer à plein temps dans une entreprise de services pornographiques par Minitel9 en collaboration avec Fernand Develter, un ancien fondé de pouvoir à la Société générale reconverti dans les serveurs érotiques de l’époque « 3615 » et les sex-shops, ces derniers lui rapportant plusieurs milliers de francs par mois10. Il rachète pour cela une licence de presse afin de pouvoir devenir éditeur de service, détournant celle-ci afin de mettre en place ses services commerciaux. Par ce truchement, il devient millionnaire en euros à 24 ans.

  • Dans le porno, l’homme « fait la haine » à la femme

    Dans un avant-propos, Cécilia Lépine parle, entre autres, de la pornographie audiovisuelle et d’internet, du gonzo, de la position des « libéraux » et de « révolution sexuelle », de critique de la violence sexuelle, de la violence érotisée, de représentations culturelles, « La pornographie n’est pas tant un miroir des nouvelles mœurs de la société qu’une fiction vendue comme telle aux individus », des normes de l’industrie pornographique, de l’espace public saturé de visuels, d’un monde « où les femmes sont de beaux objets sexuels que les hommes doivent consommer », d’économie, « L’industrie pornographique a l’objet économique de susciter perpétuellement ce plaisir chez les consommateurs, quel que soit le coût humain », de mythes et de la culture du viol, d’érotisme, de nu, de sexe et d’images, de traumatismes corporels et psychiques, de violence misogyne…

    Note sur : Gail Dines : Pornland
    Comment le porno a envahi nos vies

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/06/14/dans-le-porno-lhomme-fait-la-haine-a-la-femme

    #féminisme #pornographie

  • Cendrillon du trottoir : de la prostitution au porno
    Interview de Bianca Cendrine Bastiani par Francine Sporenda

    Dans votre livre, vous racontez que vous êtes entrée dans le porno à cause d’un homme, que vous avez rencontré à 17 ans, animée d’un désir de sortir de votre milieu d’origine, de prendre une revanche sociale. Vous avez rencontré d’autres actrices pornos. Qui sont-elles ? De quel milieu viennent-elles ? Quel est leur parcours de vie, d’après ce que vous avez pu en savoir ?

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/04/29/cendrillon-du-trottoir-de-la-prostitution-au-porno

    #féminisme #prostitution #porno

  • Opinion | Why Do We Let Corporations Profit From Rape Videos ? - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/04/16/opinion/sunday/companies-online-rape-videos.html

    I wrote in December about #Pornhub (...) But as I noted at the time, the exploitation is rooted not in a single company but in an industry that operates with impunity, and punishing one corporation may simply benefit its rivals. That’s happening here. When Pornhub deleted videos, millions of outraged customers fled to its nemesis, #XVideos, which has even fewer scruples.

    #porno #pornocratie #pédopornographie

  • FIGHTING TALK
    [British novelist] Michael Moorcock talks to feminist activist, theorist, and author Andrea #Dworkin, and finds her keen to sort out a few false rumours.
    http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/MoorcockInterview.html

    But what happens when you find the inside worse than the outside? What happens when the marital bed with your revolutionary lover/husband is worse than any two-second fuck in any alley? I was a believer in sexual liberation, but more important I had believed in the unqualified goodness of sex, its sensuousness, its intensity, its generosity. I’ve always loved being alive. I’ve no interest in suicide, never have had. The battering destroyed me. I had to decide whether I wanted to live or die. I was broken and ashamed and empty. I looked at #pornography to try to understand what had happened to me. And I found a lot of information, about power and the mechanisms by which the subordination of women is sexualised. I want you to understand that I didn’t learn an ideology. For me, it’s been a living journey. I began to examine the use of force in sex, as well as the kind of sadism I’d experienced in prison. I had so many questions, why do men think they own women? Oh, well, they do; here are the laws that say so; here’s how the pornography says so. Why do men think women are dirty? Why is overt violence against women simply ignored, or disbelieved, or blamed on the woman?

    I read all I could and still found the richest source of information on women’s lives was women, like me, who wanted freedom and were willing to fight for it. But a big part of the fight was facing facts; and facts had a lot to do with what men had done to us, how men used us with or without our own complicity. In pornography I found a map, a geography of male dominance in the sexual realm, with sex clearly defined as dominance and submission, not as equality or reciprocity.

    #pornographie comme géographie de la #domination_masculine

    • Most men and a good number of women experience sexual pleasure in inequality. Since the paradigm for sex has been one of conquest, possession, and violation, I think many men believe they need an unfair advantage, which at its extreme would be called rape. I don’t think they need it. I think both intercourse and sexual pleasure can and will survive equality.

    • What do you say to committed feminists who disagree with your approach to pornography and say porn is merely one manifestation among many of a problem with deeper roots?

      Andrea Dworkin: I say solve the problem you think is more urgent or goes deeper. Pornography is so important, I think, because of how it touches on every aspect of women’s lower status: economic degradation, dehumanisation, woman hating, sexual domination, systematic sexual abuse. If someone thinks she can get women economic equality, for instance, without dealing in some way with the sexual devaluation of women as such, I say she’s wrong

    • Michael Moorcock: What do you think about the current shift to the right in US politics?

      Andrea Dworkin: Here, in blaming and shaming the oppressed, the powerless, the left colludes with the right. There’s no reason to look to the left for justice, so people look to the right for order. It’s pretty simple. The victory of the right also expresses the rage of white men against women and people of colour who are seen to be eroding the white man’s authority. The pain of destroying male rule won’t be worse than the pain of living with it.

  • #Pornhub : les patrons de MindGeek rejettent le témoignage d’une victime | JDM
    https://www.journaldemontreal.com/2021/02/06/pornhub-les-patrons-de-mindgeek-rejettent-le-temoignage-dune-vict

    Accusés d’héberger du contenu #pédopornographique sur leur site mondialement connu Pornhub, les dirigeants de la multinationale #MindGeek ne reconnaissent pas le témoignage d’une victime qui affirme qu’une vidéo d’elle à 14 ans s’est retrouvée sur le site sans moyen de la retirer.

    Les grands patrons et fondateurs de l’entreprise basée à Montréal, David #Marmorstein_Tassillo et #Feras_Antoon, ont refusé de s’excuser auprès de #Serena_Fleites lors de leur témoignage, vendredi, au Parlement d’Ottawa, devant le Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique.

    La jeune femme maintenant âgée de 19 ans, qui a vécu une forme d’exploitation sexuelle en voyant une vidéo intime partagée sans son consentement, est aussi l’une des survivantes qui se sont confiées au New York Times en décembre dernier dans le cadre d’une enquête qui a dévoilé ce sombre côté du géant pornographique.

    « Pornhub n’est pas un site porno, c’est une scène de crime. Le site doit être fermé et cesser ses activités », s’insurge Laila Mickelwait, fondatrice du mouvement Traffickinghub.

    Une pétition qui soutient ses propos cumule plus de 2 millions de signatures et a rejoint 192 pays.

    « Ils profitent d’actes criminels et de l’exploitation d’enfants et de femmes pour faire des revenus », poursuit l’experte de la lutte contre le trafic sexuel.

    Des dizaines de témoignages accusent Pornhub d’avoir partagé des vidéos de viols et d’agressions sexuelles d’enfants. Un regroupement californien de 40 femmes a intenté une poursuite de 40 M$ US contre le site qui continue de tirer profit des vidéos d’elles sans leur consentement.

    Une enfant de 12 ans de Montréal fait aussi partie d’une action collective contre MindGeek.

    Conséquences

    Laila Micklewait, elle, n’a qu’un souhait : que les victimes aient justice.

    « J’espère qu’ils vont faire faillite », insiste-t-elle, en faisant référence aux compagnies Visa et MasterCard qui ne permettent plus de transactions sur le site.

    « [David Marmorstein Tassillo et Feras Antoon] ont enfreint les lois au Canada, ils devraient faire de la prison », ajoute-t-elle.

    Pornhub figure au 10e rang des sites les plus populaires dans le monde. Les objectifs lucratifs des propriétaires ont toujours prédominé sur la dignité humaine, pense Mme Micklewait.

    Après l’article du New York Times, les gestionnaires du site ont supprimé 80% du contenu dont l’identité de l’auteur était inconnue.

    « Ça n’a jamais été pour protéger les enfants, ça n’a jamais été pour protéger les victimes de viol ou de trafic d’humain. [Ce n’est pas surprenant] qu’il refuse de s’excuser aux victimes, ils font de l’argent sur leur dos », tranche-t-elle.

  • Instagram censure #lesbians mais pas #lesbian : bienvenue en Absurdistan
    https://www.numerama.com/politique/686032-instagram-censure-lesbians-mais-pas-lesbian-bienvenue-en-absurdista

    Le réseau social masque actuellement le hashtag #lesbians. Ce fait révèle à quel point l’algorithme de modération d’Instagram fonctionne de manière arbitraire, se basant sur des règles de modération qui s’expliquent théoriquement, tout en restant sont discriminantes sur le fond. « Ce hashtag est masqué », peut-on lire sur la photo. « Les publications ont été limitées car la communauté Instagram a signalé du contenu susceptible de ne pas respecter ses règles ». Habituellement, sur Instagram, cliquer sur un (...)

    #Instagram #algorithme #pornographie #censure #modération #LGBT

    //c0.lestechnophiles.com/www.numerama.com/wp-content/uploads/2021/02/lesbians_instagram-scaled.jpg

  • Only Fans, Mym : du #softporn à la #pédopornographie.

    Crazy Sally a fait un travail d’enquête sur ces nouvelles plateformes qui attirent de plus en plus d’ados appâté-e-s par l’argent facile. Elle ne fait pas l’impasse sur la facilitation et sécurisation que ça représente pour le travail du sexe, mais comme elle l’explique, son sujet est surtout l’inquiétude pour la sécurité des mineurs.
    Le relai promotionnel se fait aussi via #twitter grâce aux tags des plateformes, #OnlyFans & #MyM, mais là aussi le plus gros succès est lorsqu’ils sont additionnés aux tags #ado #teen #petiteteen ou #barelylegal... qui ne laisse aucune équivoque.
    https://www.youtube.com/watch?v=iXMe-hqJPJc


    J’ajoute que ces derniers jours, un autre tag a envahi twitter et instagram, provenant d’un « défi sexy » sur #Tik-Tok.
    Elle fait aussi référence à un reportage de la BBC, « Nudes4sale » : https://www.bbc.co.uk/programmes/p087m1nh qui estime à 40% le nombre de fourniseur-euse-s de contenu qui seraient mineurs.
    #nouvelles_économies #pornographie #modération et #educ_pop aussi <3

  • Le porno est partout en ligne mais les pornocrates restent dans l’ombre
    Patricia Nilsson, du Financial Times, explique l’engrenage des rouages technologiques, économiques et financiers derrière la montée fulgurante de MindGeek, le plus gros opérateur de sites pornos au monde, maintenant visé par une panoplie de recours suite au scandale dévoilé par Nicholas Kristof dans le New York Times.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/01/19/le-porno-est-partout-en-ligne-mais-les-pornocrates-rest

    #féminisme #pornographie

  • « Pornographie » l’alibi de la haine, de la torture et du crime organisé

    La pornographie n’est pas définie juridiquement. Pourtant, ce terme cache à lui seul une longue liste de violences sévèrement punies par le code pénal et par les conventions internationales : torture, viol, abus de vulnérabilité, proxénétisme, traite des êtres humains, incitation à la haine sexiste et raciste, injure sexiste, lesbophobe et raciste… On mesure ainsi le poids des mots et de leur puissante fonction sociale au service de l’impunité des criminels.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/12/22/pornographie-lalibi-de-la-haine-de-la-torture-et-du-cri

    #féminisme #pornographie

  • Pornocriminalité. PornHub, « Jacquie et Michel », Dorcel : la fin de l’impunité

    Alors qu’aux Etats-Unis et au Canada, PornHub, l’un des géants du système pornocriminel est ébranlé, suite à la publication d’un article fouillé du New-York Times, nous demandons que des mesures soient prises en France, où les deux plus grandes plateformes de contenus pornocriminels « Jacquie et Michel » et « Dorcel » sont visées, directement ou indirectement par des enquêtes judiciaires.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/12/19/pornocriminalite-pornhub-jacquie-et-michel-dorcel-la-fi

    #féminisme #pornographie

  • Amelia veut révéler l’envers du porno en France - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/171220/amelia-veut-reveler-l-envers-du-porno-en-france?onglet=full

    Aux États-Unis, une polémique immense fait vaciller le géant du porno en ligne Pornhub. En France, une information judiciaire a été ouverte pour viols, proxénétisme aggravé et traite des êtres humains visant deux producteurs. Mediapart a rencontré une des plaignantes. Elle témoigne de ce qu’elle a vécu pour la première fois.

    #paywall

    • Elle veut parler pour que personne ne le fasse « à [sa] place ». Amelia* est une des plaignantes au cœur de l’enquête judiciaire pour « traite des êtres humains aggravée », « viols », « #proxénétisme_aggravé » qui secoue l’industrie française du porno (lire notre enquête). À 28 ans, elle se raconte avec, pour seul signe de nervosité apparent, quelques cheveux qu’elle triture entre ses doigts.

      Elle se vit comme une lanceuse d’alerte. « Des choses avancent que parce que des gens osent prendre la parole. Aujourd’hui, je suis là pour ça, je n’ai pas la prétention de dire que je vais changer le monde. Mais je sais de quoi je parle », dit-elle ce soir de novembre, dans un bureau parisien.

      Amelia espère que sa « parole peut compter ». Mais elle ne sait pas si la société l’accueillera. Elle a renoncé à témoigner à visage découvert – quelque temps après notre premier rendez-vous, elle a simplement accepté qu’on l’enregistre, et qu’on en diffuse des extraits, avec une voix modifiée. Elle craint des « représailles ». « Je pense que la société n’est pas prête à entendre ce qui s’est passé », tant l’industrie du porno a façonné les désirs et les discours. « Les gens ne veulent pas voir. »

      Ce que raconte Amelia est pourtant arrivé à plusieurs autres jeunes femmes – elles sont cinq plaignantes dans la procédure – et fait écho aux révélations récentes du New York Times sur la plate-forme Pornhub, le plus gros site porno du monde, qui l’ont conduit à retirer des millions de vidéos. Son témoignage est parfois difficile à entendre.

      [vidéo]

      Son histoire commence en 2015. Enfin « vers 2015 » : Amelia oublie souvent les dates. « En terme de chronologie, il y a des choses que j’ai voulu oublier. Pour moi, encore aujourd’hui, c’est comme si ça s’était passé hier. »

      Amelia habite une ville moyenne de Seine-Saint-Denis, elle ne sait pas trop quoi faire de sa vie. Française d’origine marocaine, avec des parents « très cultivés », elle a interrompu une scolarité brillante. Elle travaille comme éducatrice sportive. Mais elle s’ennuie. « J’avais envie d’évoluer, j’avais envie de faire quelque chose de ma vie. » Elle manque aussi sacrément de confiance en elle. « J’ai des failles », dit-elle.

      « J’en étais arrivée à un point où je voulais complètement changer physiquement. Je pensais que la seule solution dans ma vie était d’être comme ce que la société veut que les femmes soient. J’ai pensé à la case chirurgie [esthétique – ndlr] », glisse Amelia.

      À chaque fois qu’elle le dit, elle peine à se départir d’un sentiment de honte, du moins de gêne. Amelia ressemble pourtant à des millions de jeunes femmes de son âge, adolescentes ou adultes en devenir, à un moment de leur vie où elles sont particulièrement vulnérables.

      Elle entend parler pour la première fois « d’escorting » par une de ses amies. Elle finit par accepter d’être mise en relation avec un « profil Facebook », celui d’une femme, qui va tisser avec Amelia une relation virtuelle « pendant des mois, tous les jours ».

      « Elle discutait tout le temps avec moi. Elle ne choisit pas ses victimes par hasard. C’est comme si elle comblait un manque. Elle est devenue une confidente », dit la plaignante, qui se raconte d’une traite, pendant deux heures et demie. Le profil Facebook lui parle de ses prestations d’escort, de l’argent qu’elle gagne, elle lui montre des billets, lui fait miroiter des sommes de plusieurs milliers d’euros. « Elle banalise, elle rend la chose amusante. »

      Alors, au fil des mois, Amelia glisse : « Au début, j’étais réticente, puis curieuse, et on finit par dire “pourquoi pas”. » Ce « pourquoi pas » se matérialise un soir, dans un hôtel de province. Après des mois d’échanges quotidiens sur Facebook, elle a accepté de coucher avec un inconnu, puis avec lui et un ami, contre rémunération.

      Elle a accepté « le minimum » – elle refuse la zoophilie et la sodomie, qu’on lui aurait proposées et qui lui auraient rapporté plus d’argent. La consigne donnée par l’organisateur du rendez-vous, selon Amelia : dès qu’elle arrive devant l’hôtel, elle doit embrasser celui qui l’attend, pour ne pas attirer les soupçons.

      Une nouvelle digue est brisée. « Je n’ai jamais embrassé un homme avec qui je n’ai jamais parlé. Cela fait sauter une barrière en nous. Tu as franchi quelque chose. Tu ne peux plus reculer. C’est le début. »

      À ce sentiment de ne plus tout à fait s’appartenir s’ajoute celui de la peur : la conscience de l’interdit, la crainte de l’illégal.

      Après avoir eu un rapport sexuel avec l’homme qui l’attendait – qui est, selon Amelia, la même personne que le profil Facebook féminin –, elle aurait reçu un message : elle doit quitter les lieux au plus vite, la police serait en route et le coursier qui devait lui remettre sa paie ne pourra pas venir.

      Amelia rentre en région parisienne. « Je faisais les choses mécaniquement. On pense encore qu’on va gérer, qu’on va être assez forte. » Mais cette nuit-là, « c’est le premier acte qui détruit tes fondations – déjà qu’elles n’étaient pas très solides ». « Tu te sens souillée », dit Amelia.

      À la maison, c’est encore le profil Facebook qui la rassure, dit-elle. Et lui propose une solution : tourner des « vidéos intimes », comme « entre potes », pour des plates-formes exclusivement accessibles « au Canada ». Il « n’utilise jamais le terme de pornographie. Il parle d’échangisme, de libertinage. Mais filmé ».

      Là encore, « tout est banal, tout est normal. Il n’y a pas de profondeur. Tu n’as même pas dit “oui” qu’il te propose. Et si tu dis “non”, on te propose quand même ».

      Un mois après environ, dit Amelia, elle fait son premier tournage. Il y en aura cinq au total, sur trois jours, dans un intervalle d’environ un mois et demi. À chaque fois, c’est le producteur connu sous le nom de « Pascal OP » qui est accusé d’être à la manœuvre. Deux fois avec, à ses côtés, un autre producteur connu, surnommé « Matt Hadix ». Amelia, elle, les nomme par leur état civil, respectivement « Pascal Ollitrault » et « Mathieu Lauret ».

      La nuit est tombée depuis longtemps et Amelia raconte d’une voix cristalline des scènes d’une très grande brutalité. Les mots sont précis, sans pathos. Elle s’en excuse devant nous – « Je ne sais pas ce que ça fait d’entendre une histoire comme ça » – et, d’elle-même, s’en explique.

      « Je pense encore maintenant que j’ai une distanciation, je n’arrive pas à rentrer vraiment dans ce que j’ai pu être et ce que je peux vivre. L’oubli des dates et la distanciation, ce sont encore les séquelles aujourd’hui. Mais ce n’est pas fait exprès. »

      La première scène racontée par Amelia dit déjà tout : elle se sent ballottée, d’un endroit à un autre, elle ne sait rien à l’avance, découvre au fur et à mesure qui est là, ce qu’elle doit faire. Elle demande une perruque, on la lui aurait refusée. Les hommes, eux, sont tous cagoulés, raconte Amelia. Elle dit qu’elle refuse la pénétration anale, elle en subit. « Tu dis non, mais ils s’en fichent, tout le monde s’en fiche. »

      « Je suis une loque, je me laisse guider, je n’ai envie de rien mais ça doit être fait. Je suis toutes les instructions. On ne m’a pas demandé avant. Et de toute façon, quand je demande avant, ils ne répondent pas… »

      Au beau milieu d’une scène, celui qui tient la caméra passe de l’autre côté. « Il ne se présente pas, il ne dit pas ce qu’il fait », dit-elle. Un autre homme – le propriétaire de l’appartement où elle tourne, se souvient-elle – se masturbe devant elle ; les « commentaires sexistes » fusent. « On te choque un bon coup pour que tout passe mieux, de plus en plus. »

      Amelia décrit un double mécanisme : « Dans tout le processus, à chaque étape, on se dit qu’on ne peut plus revenir en arrière. C’est un puits : petit à petit, tu descends un étage, et on éteint la lumière. »

      Amelia a tourné un « gang-bang », une pratique mettant en scène une femme avec au moins trois hommes. Là, ils étaient quatre, dit-elle. « Je ne sais pas qui sont les hommes qui vont me violer. Qui va faire quoi. À chaque fois, ils ont tous une cagoule. »

      Elle a aussi tourné un « bukkake », une pratique extrême désignant l’éjaculation de plusieurs hommes sur le visage d’une femme. « On ne sait pas combien de mecs vont arriver, 20, 30, 60… Je me souviens avoir demandé, on ne m’a jamais répondu. On est à l’étage, on ne descend que quand ils sont tous en rond. Quand on descend l’escalier, la vidéo tourne. Alors t’es obligée de continuer… tu ne peux pas revenir en arrière. »

      À chaque fois, Amelia a signé un contrat, après les scènes. Elle a été payée quelques centaines d’euros. Des contrats qui, a-t-elle appris depuis, ne vaudraient rien. Mais ils « te lient », dit la jeune femme. « C’est psychologique. »

      « Un mois, un mois et demi » après la première scène, elle découvre que les vidéos sont diffusées sur Internet ; sa vie bascule encore d’un cran. Elle n’ose plus sortir de chez elle, faire ses courses. Des hommes la reconnaissent dans la rue. Par deux d’entre eux, elle est interpellée dans la rue. Elle doit déménager. Elle coupe les ponts avec ses amis. Son compagnon reçoit des appels anonymes. Elle n’arrive plus à travailler. Elle perd l’estime d’elle-même et de son corps. Elle s’habille avec des « vêtements amples », elle fuit les rapports sexuels.

      « Ma vie s’est arrêtée. Pendant des années, j’ai perdu confiance en moi. Tout ce que j’avais de bon en moi, on l’a utilisé. On l’a détruit. »

      Régulièrement, ces dernières années, elle doit aller demander la suppression des vidéos sur les plates-formes de porno sur lesquelles elle réapparaît à intervalles réguliers. Elle s’en rend compte en croisant certains regards dans la rue, dit-elle.

      Passé l’effroi, le combat d’Amelia commence. Un « combat » de quatre ans, où elle va peu à peu dénouer le « stratagème » dont elle se dit la victime, à nommer ce qu’elle a vécu – « J’ai mis quatre ans à mettre le mot #viol. » « Quatre ans » au cours desquels elle va se heurter à des portes closes, et à une justice longtemps silencieuse.

      C’est en allant à un point d’accès au droit qu’elle a l’idée d’écrire au #procureur de la République de Bobigny (Seine-Saint-Denis). « Je me suis dit : je ne vais pas aller voir la #police, je pensais qu’ils n’allaient rien comprendre et je n’avais pas envie qu’on me regarde mal. »

      Elle n’obtient pas de réponse. Elle continue – c’est sa vie qui se joue. Amelia se rend à l’accueil du tribunal. Plusieurs fois, elle demande des nouvelles. On la renvoie vers l’ordre des avocats. Celle qui la reçoit ce jour-là lui aurait lancé : « Madame, c’est un contrat, il n’y a rien à faire, fallait y réfléchir avant. »

      Puis le commissariat de sa ville l’appelle : elle a rendez-vous avec un policier pour un entretien – aucune trace n’en sera trouvée par l’avocate d’Amelia ; tout semble hors procédure. La jeune femme raconte qu’elle s’entend une nouvelle fois dire que la justice ne peut rien pour elle. « Il n’y a pas de délit » , lui aurait dit le policier.
      C’est finalement en contactant le #Mouvement_du_Nid, connu pour son combat contre la prostitution, qu’Amelia sera finalement accompagnée, juridiquement et psychologiquement.

      « Je me sens pour la première fois écoutée. » Elle est intégrée à la procédure que les gendarmes parisiens ont lancée en mars dernier. Celle-ci a finalement conduit à l’ouverture d’une information judiciaire.

      Mi-octobre, le profil Facebook, également accusé d’être le faux client, J. D., et le producteur Pascal OP sont placés en détention provisoire. Ils sont accusés notamment de « viols », « proxénétisme aggravé » et « traite d’êtres humains aggravée ». Le site de Pascal OP – frenchbukkake.fr – est désormais inaccessible.

      Le producteur surnommé « Mat Hadix » ainsi que N.T.T., un assistant de Pascal OP, ont également été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire, pour les mêmes chefs d’accusation. Tous bénéficient de la présomption d’innocence et, pour la plupart, nient les faits qui leur sont reprochés.

      Contactés par Mediapart, trois des avocats n’ont pas répondu (voir notre Boîte noire). Seul celui de Mathieu Lauret, Me Wilner, a tenu à rappeler que si son client « mutualisait les dépenses » avec Pascal OP, « il ne tournait pas les mêmes scènes » et se serait contenté de « porno à la papa-maman ». Il n’aurait par ailleurs pas été présent lors des scènes, précise son conseil.

      Amelia a fini par lâcher sa mèche de cheveux d’entre ses doigts. Sa voix n’a pas tremblé. Ou si peu. Sa parole fait le silence d’autour d’elle. Elle dit : « J’ai eu la triple peine. Déjà avec l’arnaque, des gens qui nous mentent. Se faire violer. Et après, une vie qui est détruite. » À 28 ans, elle s’en crée une nouvelle.

      #violences_sexuelles #justice

  • Gail Dines : Pornland – comment le porno a envahi nos vies (préface)

    Howard Stern propose régulièrement du porno dans son émission, ce qui lui a notamment valu d’être la deuxième célébrité la mieux payée au monde en 2006 ; la vie de Hugh Hefner, avec ses « petites amies » jeunes, blondes et pathétiquement naïves, a été l’objet de la très célèbre série télé Les Girls de Playboy diffusée sur la chaîne E ! News ; la célébrissime star du porno Jenna Jameson, autrice d’un best-seller, est régulièrement mentionnée, interviewée ou citée dans de nombreux magazines people

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/12/18/gail-dines-pornland-comment-le-porno-a-envahi-nos-vies-

    #féminisme #pornographie