• Les crimes de Benoît XVI Jean-François Lisée - https://jflisee.org/category/devoir-de-memoire

    La chose se passait au Cameroun, pays pour moitié catholique, en 2009. Il s’agissait de la première visite du pape Benoît XVI en Afrique, continent où, depuis alors 10 ans, le VIH-sida était la première cause de décès. L’Organisation mondiale de la santé, les ONG, plusieurs gouvernements et l’archevêque sud-africain anglican Desmond Tutu redoublaient d’efforts pour prévenir la contagion grâce au programme AFC (abstinence, fidélité, condom). Oui, mais qu’en pensent Dieu et son représentant sur terre ? pouvaient alors se demander les quelque 160 millions d’Africains catholiques.


    Historiquement, le Vatican a toujours été opposé à la contraception — et au condom —, prônant seulement les deux premiers éléments du triptyque : abstinence et fidélité. Mais alors que le nombre de morts en Afrique avait franchi les 30 millions https://www.everycrsreport.com/reports/RL33584.html et que l’épidémie se propageait aux femmes (61 % des personnes infectées) et aux enfants (90 % de tous les enfants infectés au monde étaient africains), fallait-il se montrer plus flexible ? Ou du moins rester muet sur le condom pour ne pas nuire aux efforts ?

    Devant cette énorme responsabilité, Benoît XVI allait surprendre. Désagréablement. « On ne peut résoudre ce fléau par la distribution des préservatifs : au contraire, ils augmentent le problème », a-t-il dit. Le pape allait gauchement tenter de rectifier le tir l’année suivante en affirmant que le condom pouvait être utilisé dans des cas « exceptionnels » — chez les prostitués mâles, par exemple, pour lesquels ce serait « un premier pas vers la moralisation ». La question n’était pas là.

    On ne peut évidemment quantifier le nombre de vies qui auraient pu être sauvées si le pape s’était rangé du côté de la santé publique plutôt que du côté de la version la plus rigide du dogme. Une seule chose est certaine : par sa faute, davantage de personnes furent infectées, malades, mortes prématurément, y compris des femmes et des enfants.

    L’inflexibilité de Benoît XVI dans des situations où la tolérance et le pardon auraient dû prévaloir s’était peu avant illustrée au sujet de l’avortement.

    Au Brésil, pays à 61 % catholique, une enfant de neuf ans plusieurs fois violée par son beau-père avait eu recours à l’avortement. L’archevêque local, ultraconservateur, réagit en excommuniant les médecins ayant pratiqué l’interruption de grossesse ainsi que la mère de l’enfant, qui avait approuvé l’intervention. Le tollé fut général, mais le Vatican approuva les excommunications au nom du « droit à la vie ». Ici encore, on peine à mesurer l’impact de cette insensibilité sur la vie de jeunes catholiques latino-américaines victimes d’agressions, mais sommées par leur Église de mener leur grossesse à terme, même dans les pires conditions.


    Depuis le décès de Benoît XVI, on entend des voix charitables estimer qu’il a entamé la marche de l’Église vers la reconnaissance de sa responsabilité dans les agressions sexuelles extrêmement nombreuses perpétrées par des membres du clergé. Il est vrai qu’il fut le premier, en 2008, à se dire « profondément désolé » pour les souffrances que les victimes ont endurées. Mais le critère d’appréciation qui devrait s’appliquer ici n’est pas de savoir s’il a su commencer à gérer, en 2008, une crise devenue aiguë. Il faut plutôt se demander s’il a tout fait ce qui était en sa responsabilité pour limiter le nombre de victimes dès qu’il en a été mis au courant et dès qu’il a été en situation de pouvoir au sein de l’Église.

    La réponse est un assourdissant non. Évêque de Munich de 1977 à 1982, il a, selon un rapport indépendant https://www.ledevoir.com/depeches/662226/agressions-sexuelles-en-allemagne-l-ancien-pape-benoit-xvi-est-eclabousse , couvert les actions de quatre agresseurs punis par la justice allemande, mais maintenus dans leurs fonctions pastorales par le futur pape, qui ne les a aucunement sanctionnés. Il a ainsi personnellement envoyé aux autres agresseurs un grave signal d’impunité et ignoré cette injonction de Jésus : « Si quelqu’un fait tomber dans le péché l’un de ces petits qui croient en moi, il vaut mieux qu’on lui attache une grosse pierre au cou et qu’on le jette au fond de la mer » (Matthieu 18.6).

    Il est devenu ensuite l’un des personnages les plus puissants au Vatican, officiant pendant 23 ans à titre de préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi et centralisant à son bureau, à compter de 2001, les dossiers d’agression sexuelle.

    Il ne fait rétrospectivement aucun doute qu’il fut longtemps à ce poste l’un des principaux rouages de la plus grande opération de camouflage de crimes sexuels de l’ère moderne. Cette action se déployait, on le sait, par le refus de dénoncer aux forces policières les agresseurs — 4 % des membres du clergé catholique, estime-t-on —, par la pratique de muter les agresseurs d’une paroisse à une autre sans évidemment en informer les fidèles. Pendant des décennies, particulièrement celles où Joseph Ratzinger fut aux affaires, la réponse du Vatican fut de nier, de minimiser, de camoufler.

    Devant l’ampleur grandissante du scandale et talonné par l’ONU, Ratzinger se mit à sévir tardivement, au tournant de 2010, expulsant près de 400 prêtres en deux ans. Même pape, il a continué à minimiser la responsabilité du Vatican, blâmant plutôt les Églises nationales, voire les effets du concile Vatican II, plutôt que la complicité de toute la hiérarchie. Sa gestion de la crise n’a pas satisfait les enquêteurs de l’ONU, qui ont conclu en 2019 que, notamment sous sa gouverne, se déroulait au Vatican une « action apparemment systémique de camouflage (cover-up) et d’obstruction à la mise en responsabilité des abuseurs ».

    Il est encore impossible de calculer le nombre de victimes contemporaines, mais un récent rapport officiel faisait état de 330 000 victimes en France seulement. Ratzinger, devenu Benoît XVI, n’est évidemment pas seul en cause, loin de là. Un groupe de survivants avait réclamé en 2013 à la Cour pénale internationale (CPI) d’intenter contre lui et d’autres responsables catholiques un procès de crime contre l’humanité pour avoir « toléré et permis la dissimulation systématique et généralisée des viols et des crimes sexuels commis contre des enfants dans le monde ». La CPI a décliné la demande. C’est dommage. On aurait pu ainsi aller au fond des choses. En avoir le coeur net.

    Mais puisque le moment est venu de faire le bilan de son action à lui, comment ne pas conclure que non seulement un saint homme, mais simplement un homme bon — ou, comme le dit notre droit civil, « un bon père de famille » —, informé que se déroulaient sous sa responsabilité d’innommables crimes visant des dizaines de milliers d’enfants — voire un seul —, aurait remué ciel et terre, dès le matin de son premier jour à l’ouvrage, pour que cela cesse ? Pas lui. Il s’est plutôt réfugié, selon les mots de Matthias Katsch, représentant des survivants allemands des sévices, derrière un « édifice de mensonges ».

    Jean François Lisee
    Source : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/777008/chronique-les-crimes-de-benoit-xvi

     #benoît_xvi #pape #histoire #sida #VIH #épidémie #contraception #préservatif #pédophilie #viol #culture_du_viol #catholicisme #enfants #pédocriminalité #viols #religion #violences_sexuelles #pornographie #impunité #violophilie #pedocriminalité

  • Abolir la pornographie, cette machine à broyer les femmes et les enfants

    Quoi de plus scandaleux que la pédopornographie ? L’utilisation d’enfants dans des scénarios de violences sexuelles ou les photos d’enfants nues dans des postures sexualisées suscite un dégoût profond. Ce sentiment est tellement commun et bien ancré dans les mentalités qu’on n’a plus besoin de décrire ni d’expliquer pourquoi il faut en protéger nos enfants ni pourquoi ceux qui font et produisent ces films doivent être poursuivis et punis. Le porno mettant en scène des enfants est le summum de la perversion, un crime odieux, la pire abjection, la cruauté à l’état pur. Un consensus social règne sur ce sujet. Pourtant ces films sont très regardés.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/12/19/abolir-la-pornographie-cette-machine-a-broyer-

    #féminisme #pornographie

  • Gail Dines : Pornland – comment le porno a envahi nos vies (préface)

    Howard Stern propose régulièrement du porno dans son émission, ce qui lui a notamment valu d’être la deuxième célébrité la mieux payée au monde en 2006 ; la vie de Hugh Hefner, avec ses « petites amies » jeunes, blondes et pathétiquement naïves, a été l’objet de la très célèbre série télé Les Girls de Playboy diffusée sur la chaîne E ! News ; la célébrissime star du porno Jenna Jameson, autrice d’un best-seller, est régulièrement mentionnée, interviewée ou citée dans de nombreux magazines people ; l’actrice porno Sasha Grey apparaît dans un article de quatre pages du numéro de mai 2009 du célèbre magazine Rolling Stone, et joue dans un film de Steven Soderbergh ; le film Zack et Miri font un porno, de Kevin Smith, a été bien accueilli par les critiques ; la pole-dance est désormais une forme d’exercice très populaire ; des étudiants de l’université du Maryland ont diffusé un film pornographique sur leur campus ; l’université d’Indiana a proposé à Joanna Angel, actrice, productrice et réalisatrice de porno, d’intervenir lors d’un cours sur la sexualité. Je pourrais continuer, encore et encore. Mais ces quelques exemples devraient suffire à illustrer à quel point le porno s’est immiscé dans notre quotidien, jusqu’à devenir une partie normale de nos vies, comme si de rien n’était.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2020/12/18/gail-dines-pornland-comment-le-porno-a-envahi-

    #féminisme #pornographie

  • Journée mondiale pour la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle et la pédocriminalité

    A l’occasion de la Journée mondiale pour la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle et la pédocriminalité, nous revendiquons plus de moyens et des mesures concrètes pour lutter contre la pédocriminalité, y compris en ligne.

    Les enfants sont les principales victimes des violences sexuelles. En France, 81% des victimes de violences sexuelles déclarent avoir subi les premières violences avant l’âge de 18 ans, et plus de la moitié de ces victimes – soit 51% – avant l’âge de 11 ans. Selon une étude IPSOS de 2019, ces violences sexuelles sont incestueuses dans 44% des cas.

    Pour combattre la culture du viol et les violences sexistes et sexuelles il est donc impératif de lutter prioritairement contre la pédocriminalité, en commençant par neutraliser l’arme de guerre à son service : l’industrie pornographique.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/11/20/journee-mondiale-pour-la-protection-des-enfant

    #enfant #pedocriminalité #pornographie

  • Le système prostitutionnel, pourquoi il faut renforcer la loi 6/10/22
    https://radiogalere.org/?playlist=2022-10-25-02alcazarinviteessp6_2_22

    6 ans après la loi du 13 avril 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées, où en est-on aujourd’hui ?

    Les associations Osez-le-féminisme-13, Femmes Solidaires-Marseille, l’Assemblée des Femmes et L’Amicale du Nid- 13, ont organisé une conférence afin de présenter la loi du 13 avril 2016, d’apporter les éléments d’évaluation de sa mise en œuvre, et de proposer les améliorations nécessaires en réunissant des personnalités et expertes féministes abolitionnistes qui à divers titres ont élaboré, travaillé, soutenu et mis en œuvre la loi de 2016, de lutte contre le système prostitutionnel. 154 personnes étaient présentes !

    Daniela Levy “Soirée exceptionnelle où nous avons pu présenter l’intérêt de la loi du 13 avril 2016 et expliquer pourquoi, en tant que féministe, nous devons défendre l’abolition du système prostitueur, l’abolition du système pédocriminel et du système pornocriminel”

    Nathalie Teisser “un cocktail exceptionnel de femmes féministes, de mémoire sur l’histoire du féminisme et de ses batailles , des témoignages poignants des survivantes rapportés… l’humour intelligent et décapant de Laurence Rossignol, " Elles vont s’attaquer à quoi après la prostitution ? Au porno !! Et ben oui ! Et à plusieurs et au Sénat..allez lire le rapport sur la pornocriminalité sur le site du Sénat !"

    Table Ronde Un grand merci à nos invitées :

    Marie-Hélène FRANJOU, présidente de l’Amicale du nid,

    Maud Olivier , ancienne députée de l’Essonne, et rapporteure de la loi du 13 avril 2016,

    Célia MISTRE, directrice de l’Amicale du Nid-13,

    Anna Lafouge, éducatrice spécialisée de l’Amicale du nid-13.

    Claudine LEGARDINIER, autrice, journaliste et militante de l’abolitionnisme,

     : Laurence Rossignol , présidente de l’Assemblée des Femmes, sénatrice de l’Oise et ancienne ministre des droits des femmes et des familles sur la question de la Pornographie (delegation droit des femmes rapport du senat

    ressources

    Porno : “L’enfer du décor”
    La prostitution, un "métier" comme un autre ? video passée au début de l’intervention de Daniela Levy

    https://podcasts.google.com/feed/aHR0cHM6Ly9mZWVkLmF1c2hhLmNvL2IyMTluaXd2Z3hSMA?sa=X&ved=0CAMQ4aUDah

    #féminisme #radio #prostitution #culture_du_viol #viol #porno

  • « J’en suis à nettoyer les dégâts de l’industrie de la pornographie. Pourquoi nous demandons-nous encore si elle est violente ? »

    Quand j’ai soutenu que la pornographie est intrinsèquement oppressive lors d’un débat récent à la Cambridge Union, honnêtement, je ne m’attendais pas à ce que mon équipe réussisse à gagner l’auditoire. Quoique je le souhaitais. Mais je savais aussi que ceux qui évoluent dans le monde pornographié actuel ont du mal à en voir les dégâts. Moi je vois les dommages et méfaits. Je suis une avocate exerçant aux États-Unis et au Royaume-Uni et je passe un certain nombre de mes journées – plus que je le voudrais – à nettoyer les dégâts de l’industrie de la pornographie.

    Je dois avouer que je n’avais pas prêté beaucoup d’attention aux énormes changements dans le monde du porno au cours de la dernière décennie. Pourtant, il y a quelques années, j’ai reçu un appel téléphonique d’une femme du Midwest des États-Unis. C’était un samedi soir à Londres. J’étais seule au bureau, alors j’ai décroché le téléphone. La mère affolée d’une étudiante de lycée me raconta comment les amis de sa fille, Sallie, 16 ans, l’avait violée alors qu’elle était ivre et avaient filmé le viol sur leurs téléphones. Sallie se réveilla le lendemain matin sans aucun souvenir de ce qui s’était passé. Lorsqu’elle apprit que l’agression avait été filmée, le clip avait déjà été distribué à travers toute l’école. Deux jours plus tard, revenant du lycée, Sallie dit à sa mère qu’elle n’avait pas passé une très bonne journée, puis alla dans sa chambre pour se suicider. Je fis tout ce que je pu pour aider cette mère en deuil, mais les options juridiques étaient limitées. La société était, et est encore, dans une phase d’apprentissage par rapport au revenge porn. Depuis, la réception de ce type d’appels est devenue régulière. Certaines victimes du revenge porn se défendent, d’autres se cachent ou terminent en hôpital psychiatrique et d’autres encore se suicident. Toutefois, les images perdurent, surtout sur les sites porno.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2017/04/17/jen-suis-a-nettoyer-les-degats-de-lindustrie-d

    #féminisme #pornographie

  • « Porno : l’enfer du décor » : 40 associations saluent la portée historique du rapport du Sénat et appellent aux actes contre l’industrie pornocriminelle

    Les 40 associations qui ont décidé d’unir leurs voix pour dénoncer cette atteinte aux droits humains fondamentaux à grande échelle, saluent la publication du rapport du Sénat « l’Enfer du décor » le 28 septembre 2022. Il marque un tournant dans la prise de conscience de la société sur ce qui se cache réellement derrière l’appellation de « films pornographiques ».

    L’industrie est maintenant dos au mur. Les différentes procédures judiciaires, pour viols, traite des êtres humains, proxénétisme et actes de torture, relatées par les médias, et notamment les enquêtes du Monde, rendent le constat d’autant plus accablant. L’industrie pornographique fonde sa lucrativité sur la mise en extrême danger de femmes prises dans la violence d’un système destructeur, sacrifiées sur l’autel de pseudo pulsions sexuelles de certains hommes.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/10/12/porno-lenfer-du-decor-40-associations-saluent-

    #féminisme #pornographie

  • Rapport du Sénat : le « porno », ce n’est pas du cinéma !

    Le rapport publié par la délégation aux droits des femmes du Sénat ce 28 septembre marque un tournant dans la prise de conscience de ce qu’est le porno : de la prostitution filmée. Reste à transformer cette prise de conscience en actes.

    La délégation aux droits des femmes du Sénat jette un pavé dans la mare. L’objectif de ce rapport de 189 pages est radical : ouvrir les yeux de tous sur un système mondial de violences faites aux femmes, imposer dans le débat public la lutte contre ces violences et en faire une priorité de politique publique et pénale. Impensable il y a encore 5 ans.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/10/05/rapport-du-senat-le-porno-ce-nest-pas-du-cinem

    #féminisme #pornographie

  • « Complément d’enquête ». Porno : une industrie hors de contrôle ?
    https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/complement-d-enquete-le-porno-sera-t-il-bientot-interdit_5363956.html

    Des mois d’enquête, des centaines d’auditions et une trentaine de plaintes pour viols : l’industrie du porno est dans le viseur de la justice. Au cœur de cette tentaculaire affaire, peut-être un vaste système de traite d’êtres humains. Pour « Complément d’enquête », des actrices ont accepté de sortir du silence et de raconter les humiliations et les violences qu’elles ont décrites aux policiers. Un célèbre producteur français est au cœur de leurs accusations mais ce sont tous les géants du secteur, Marc Dorcel ou Jacquie et Michel, qui sont dans la tourmente.
    Un rapport du Sénat

    Car l’affaire relance le débat : faut-il ou non interdire le X ? Portée par certaines associations de défense des droits des femmes, la question est désormais officiellement posée au Sénat, où tous les géants du porno ont été entendus... tous sauf un. Il s’appelle Stéphane Pacaud, il est très discret mais ses sites cumulent près de 6 milliards de vues par mois, faisant de lui un des leaders mondiaux du X et un des Français les plus riches : sa fortune atteindrait 400 millions d’euros en 2021, selon nos confrères de Challenges.
    Une loi pour l’instant inapplicable

    Contenu extrême, marketing agressif, accès gratuit : aujourd’hui, les sites classés X sont parmi les plus visités d’Internet, ils représentent une recherche sur cinq sur smartphone. En France, une loi interdit leur accès aux mineurs... mais elle est pour l’instant inapplicable.

    Une enquête de Rola Tarsissi, Mathieu Dreujou et Michel Pignard.

    La rédaction de « Complément d’enquête » vous invite à commenter l’émission sur Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #ComplementDenquete.

    > Les replays des magazines d’info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique « Magazines ».

    #prostitution #pornographie #violences_sexuelles #viol #culture_du_viol #racisme #misogynie

  • Sheila Jeffreys parle de sa recherche sur les bases idéologiques de l’engouement pour la pornographie

    « Je militais dans les campagnes contre la pornographie, à Londres, des années 1975 à 1978, et à cette étape-là j’ai décidé de faire une recherche sur les violences sexuelles contre les petites filles, car à ce moment là peu de choses avaient été faites, c’était une question relativement nouvelle. J’ai décidé, donc, de faire une recherche sur ces violences à notre époque, et une amie m’a invitée à Bradford et m’a fait obtenir une bourse. Or je ne suis pas sociologue, mais historienne, et ce n’était pas mon domaine privilégié. Mais je suis allée dans une bibliothèque, à Londres, la Fawcet Library, où se trouvent les documents des campagnes menées par les femmes à la fin du XIXe siècle, en particulier contre les Contagious Disease Acts. C’était une année après le début de ma recherche. Quand j’ai commencé à étudier ces documents, j’ai découvert, à mon complet étonnement, qu’il y avait eu une campagne pendant cinquante ans contre la violence sexuelle à l’égard des petites filles, de 1870 à 1920 environ, et je me suis finalement spécialisée dans l’histoire de cette période.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/09/19/sheila-jeffreys-parle-de-sa-recherche-sur-les-

    #féminisme #pornographie

  • (196) À L’AIR LIBRE - « L’inceste est partout »
    13 septembre 2022
    https://www.youtube.com/watch?v=eAlpZ6Zx258

    L’inceste « structure notre société ». Il touche des millions de personnes, mais trop souvent, nous refusons d’en parler. Longtemps considéré comme un tabou, c’est au contraire un fait social majeur, selon Iris Brey, Dorothée Dussy et Juliet Drouar qui publient La Culture de l’inceste (Seuil). C’est notre entretien du jour, en accès libre.
    Avec le témoignage de Paoline Ekambi, ancienne internationale de l’équipe de France de basket.

    • La Culture de l’inceste

      « Culture de l’inceste » ? C’est trop fort, trop violent ? Cette formule, adaptée de l’expression « culture du viol », elle-même définie dans les années 1970 par les féministes américaines, n’est pourtant pas une provocation. C’est une invitation à penser l’inceste en termes culturels et non individuels, à l’envisager non pas comme une exception pathologique, mais comme une pratique inscrite dans la norme qui la rend possible en la tolérant, voire en l’encourageant.

      L’ampleur de la dévastation (une personne sur dix concernée en France) appelait ce livre urgent, vibrant, à vif parfois, qui rassemble des voix diverses, aussi bien militantes qu’universitaires. Un livre qui sort des témoignages et des débats psychanalytiques pour se concentrer sur une seule et unique question : pourquoi ? Quels sont les ressorts sociaux et anthropologiques de l’inceste ? Comment interroger nos représentations (dans la #culture_populaire, dans la #pornographie) ? Comment faire le lien avec les dominations à l’œuvre (des adultes sur les enfants, des hommes sur les femmes…) ? Avec la direction-coordination d’Iris Brey et de Juliet Drouar, les auteurices ont voulu proposer des pistes, créer des ouvertures, formuler des hypothèses : cet ouvrage offre l’amorce d’une réponse politisée et collective.

      https://www.seuil.com/ouvrage/la-culture-de-l-inceste-collectif/9782021502053
      #inceste #culture_de_l'inceste #livre #domination

  • #Suisse La présence d’un chanoine pédophile lors d’une messe crée un malaise en Valais Romain Carrupt/Flore Dussey/jop - RTS
    https://www.rts.ch/info/regions/valais/13365727-la-presence-dun-chanoine-pedophile-lors-dune-messe-cree-un-malaise-en-v

    Un chanoine ayant admis avoir été l’auteur d’actes pédocriminels a activement participé à une messe le mois dernier au Châble (VS), un faux pas qui génère un grand malaise. L’évêque de Sion Jean-Marie Lovey a présenté ses excuses.

    Aujourd’hui retraité, ce chanoine de la Congrégation du Grand-Saint-Bernard a participé, fin août, à l’ordination d’un jeune collègue en présence de l’évêque du diocèse de Sion Jean-Marie Lovey et du prévôt de la congrégation Jean-Michel Girard. Or, il n’était pas censé le faire et ses deux supérieurs ne sont pas intervenus, révélait mardi Le Nouvelliste.

    Car l’intéressé a avoué en avril avoir abusé d’un enfant de 12 ans dans les années 1980 au collège Champittet à Pully (VD). La victime en a informé récemment l’évêque de Sion. Une procédure auprès de la justice ecclésiale est en cours et, dans l’attente d’un jugement, une assignation au sein de sa communauté locale lui a été commandée. Cette décision a été validée par le Saint-Siège.

    Les excuses de l’évêque
    Dans le 19h30, Monseigneur Lovey a fait son mea culpa : "Je suis malheureux, triste et honteux d’avoir rajouté de la souffrance à la blessure de la victime. C’est un sentiment de demande de pardon. Une fois la célébration débutée, il est très compliqué d’intervenir. Mais avant la cérémonie, il aurait fallu réagir, évidemment."

    Le chef de l’église valaisanne s’engage en effet à éditer des recommandations sur la gestion de ce genre de situation. Il s’engage à prendre des mesures pour que le chanoine en question n’exerce plus d’activité ecclésiale. Monseigneur Lovey n’entend en revanche pas donner sa démission, estimant qu’il est un être humain comme les autres avec quelques petites grandeurs et quelques grandes faiblesses. « Ma situation est celle de quelqu’un qui a fait une faute. Est-ce que c’est à moi de compenser ou de rétablir ? Je ne crois pas. »

    Jean-Marie Lovey décrit son lien avec le chanoine comme un frère de communauté qu’il connaît depuis plusieurs décennies. Les deux hommes enseignaient à Champittet. « J’ai été atterré lors de la révélation de ses actes », a-t-il confié.

    Dans un communiqué diffusé mardi soir, le prévôt Jean-Michel Girard « s’excuse » également de ne pas avoir demandé au chanoine de partir. « La situation a généré un grand malaise et porte atteinte aux victimes d’abus des membres de l’Eglise ainsi qu’à l’ensemble des fidèles », écrit la Congrégation.

    « Atmosphère sereine »
    Si la victime du chanoine pédophile "croit volontiers" que les deux responsables religieux se sont « retrouvés devant le fait accompli dans cette église », elle ne comprend pas qu’ils n’aient « pas réagi ». « Quand vous avez des fonctions comme ça, il faut réagir », estime-t-elle.

    « L’autre chose qui me met hors de moi, c’est de me dire que mon agresseur a cru bon de faire partie de cette cérémonie. Ça veut dire que lui n’a pas réalisé les actes qu’il a commis. C’est ce que j’ai écrit à Mgr [Lovey], ça démontre bien que mon agresseur vit dans une atmosphère assez sereine, où il n’y a pas de sanctions autour de lui », déplore-t-elle.

    L’affaire est prescrite pour la justice pénale, mais pas pour la justice ecclésiale.

    Mercredi soir, Monseigneur Lovey ne pouvait pas dire s’il existe encore des cas non-révélés de prêtes enseignants en Suisse romande. « Si jamais il y avait des victimes de prêtres qui auraient abusé de ces façons-là, j’espère que ces victimes puissent se manifester. C’est comme cela qu’on pourra petit à petit alléger le poids de la vie de ces gens. »

    #pédophilie #viol #culture_du_viol #catholicisme #enfants #pédocriminalité #viols #religion #violences_sexuelles #pornographie #impunité #violophilie #pedocriminalité

  • Vous allez devoir débarrasser mon cul de votre fantasme

    « J’ai rencontré d’énormes difficultés à écrire et à publier cet ouvrage. La pornographie que j’ai dû étudier pour l’écrire a envahi ma vie et m’a plongée dans une grande détresse personnelle. J’ai beaucoup de difficulté à gagner ma vie pendant cette période, en partie parce que les magazines et les journaux refusaient, presque sans exception, de publier mes écrits. Les maisons d’édition ne voulaient pas publier ce livre. L’achèvement de ce livre est pour moi le triomphe d’une écrivaine se battant pour sa survie. De nombreuses personnes m’ont aidée et je ne les oublierai jamais. Il est à la fois juste et véridique de dire que j’aurais sombré sans leur aide ». Andrea Dworkin dans ses remerciements en fin de livre.

    Note sur : Andrea Dworkin : Pornographie
    Les hommes s’approprient les femmes

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/09/08/vous-allez-devoir-debarrasser-mon-cul-de-votre

    #féminisme #pornographie

  • Andrea Dworkin : Introduction de son ouvrage Pornographie

    En 1838, à l’âge de 21 ans, Frederick Douglass devint un esclave en cavale, un fugitif pourchassé. Même si plus tard il devait acquérir sa renommée en tant que puissant orateur politique, il prononça ses premières paroles publiques avec trépidation lors d’une réunion d’abolitionnistes de race blanche au Massachusetts en 1841. Le leader abolitionniste William Lloyd Garrison décrivit ainsi l’évènement :

    « Il s’approcha de l’estrade avec une certaine hésitation et gêne, sans aucun doute les pendants d’un esprit sensible dans une situation aussi peu familière. Après s’être excusé de son ignorance, et avoir rappelé à l’auditoire que l’esclavage est une bien pauvre école pour l’intelligence et le cœur humains, il fit le récit de certains épisodes de sa propre histoire en tant qu’esclave […]. Dès qu’il eut regagné sa place, je me levai, empli d’espoir et d’admiration, et rappelai à l’auditoire les risques auxquels s’exposait dans le Nord ce jeune homme émancipé par lui-même – même au Massachusetts, sur la terre des pèlerins fondateurs, au milieu des descendants des Pères de la révolution ; et je leur demandai s’ils accepteraient jamais de voir celui-ci ramené de force en esclavage – quoi qu’en dise la loi, quoi qu’en dise la Constitution [1]. »

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/08/23/andrea-dworkin-introduction-de-son-ouvrage-por

    #féminisme #pornographie

  • Le porno rend les hommes pathétiques au lit

    Qu’est-ce qui excite les femmes ? Eh bien, vous ne l’apprendrez pas sur une chaîne de porno.

    Je déteste le porno.
    Je ne le déteste pas parce qu’il est immoral, ou parce qu’il explore souvent des goûts « inhabituels », ou parce qu’il a mis à jour un côté bestial des humains dont nous prétendions qu’il n’existait pas. Je déteste le porno parce que baiser des hommes qui ont regardé beaucoup de porno est vraiment ce qu’il y a de pire. Le pire absolu. Pour le bien de tes futures partenaires, vas-y mollo avec le porno. Beaucoup de jeunes hommes regarderont du porno plus souvent qu’ils ne feront l’amour avec d’autres êtres humains. Leurs croyances sur le sexe vont venir du porno et non d’interactions avec de vraies personnes.
    Et les vrais humains avec qui ces hommes finiront par avoir des rapports sexuels en souffriront.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/08/08/le-porno-rend-les-hommes-pathetiques-au-lit

    #féminisme #pornographie

  • Que nous disent les hommes au sujet de la pornographie ? Que nous dit la pornographie au sujet des hommes ?

    Avant de parler de la pornographie et des hommes, je devrais dire quelques mots sur la pornographie et moi.
    J’ai passé ma vie adulte à travailler comme journaliste ou professeur, à acquérir des informations qui m’ont aidé à comprendre la pornographie et les autres industries de l’exploitation sexuelle, incluant la prostitution et le strip-tease. Cet exposé s’enracine dans plus de trois décennies de ces recherches et ces textes.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/07/25/que-nous-disent-les-hommes-au-sujet-de-la-porn

    #féminisme #pornographie

  • Abolir la pornographie, cette machine à broyer les enfants

    Quoi de plus scandaleux que la pédopornographie ? L’utilisation d’enfants dans des scénarios de violences sexuelles ou les photos d’enfants nus dans des postures sexualisées suscite un dégoût profond.
    Ce sentiment est tellement commun et bien ancré dans les mentalités qu’on n’a plus besoin de décrire ni d’expliquer pourquoi il faut en protéger nos enfants ni pourquoi ceux qui font et produisent ces films doivent être poursuivis et punis. Le porno mettant en scène des enfants est le summum de la perversion, un crime odieux, la pire abjection, la cruauté à l’état pur. Un consensus social règne sur ce sujet.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/06/28/abolir-la-pornographie-cette-machine-a-broyer-

    #féminisme #pornographie #enfant

  • La lutte pour faire rendre des comptes à l’entreprise montréalaise Pornhub

    Pendant des années, les vidéos non consensuelles ont fleuri sur Internet.
    Comment les sites pour adultes en sont-ils venus à être maîtrisés ?
    Après des signalements explicites de femmes et de jeunes filles qui ont vu des vidéos d’elles-mêmes publiées en ligne sans leur consentement, une campagne a pris pour cible le propriétaire de Pornhub et d’autres sites.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/06/23/la-lutte-pour-faire-rendre-des-comptes-a-lentr

    #féminisme #pornographie

  • Michel Piron en garde à vue (Communiqués d’Osez le féminisme !, des Effrontées, du Mouvement du Nid)

    Derrière Jacquie et Michel : un système organisé de proxénétisme et de viols

    Nous nous réjouissons d’apprendre que Michel Piron, propriétaire de Jacquie et Michel, et quatre complices, sont actuellement en garde à vue pour des faits supposés de complicité de proxénétisme et de viols. L’impunité des pornocriminels se fissure, et la justice écoute enfin les victimes. C’est toute l’industrie pornographique qui est dorénavant face à la justice : acteurs, rabatteurs, producteurs, réalisateurs, diffuseurs constituent un véritable système proxénète et criminel. Nous exigeons que cesse cette zone de non-droit qu’est la pornographie.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/06/16/michel-piron-en-garde-a-vue-communiques-dosez-

    #féminisme #pornographie

  • L’industrie pornocriminelle cible les enfants et la justice abdique !

    Malgré la loi qui l’interdit, l’industrie pornocriminelle cible les enfants, les conditionne à l’érotisation de la violence sexuelle, à la culture du viol, à la haine des femmes, à la haine raciale, en toute impunité. L’ARCOM a saisi le 8 mars 2022 la justice qui vient ce 24 mai de refuser le blocage de cinq sites pornographiques pourtant mis en demeure de vérifier l’âge des internautes. La Justice a fait primer les intérêts des pornocrates et des « consommateurs » de pornographie sur les droits fondamentaux et l’intégrité psychique et physique des enfants.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/05/28/lindustrie-pornocriminelle-cible-les-enfants-e

    #féminisme #enfant #pedocriminalité #pornographie

  • Andrea Dworkin : Pornographie : les hommes s’approprient les femmes

    Quatrième de couverture :
    Cette diatribe féministe contre la pornographie, puissamment argumentée, a suscité une retentissante controverse lors de sa première parution, et n’a rien perdu de sa pertinence.
    Andrea Dworkin milite en faveur de l’adoption d’une législation qui définisse la pornographie comme une violation des droits civiques de la femme. Elle fait valoir que la pornographie engendre un rapprochement entre sexe et violence en faisant de la domination violente des femmes une composante essentielle du fantasme sexuel : « Dans la pornographie haut de gamme, l’usage de la force est nimbé de romantisme… comme s’il s’agissait d’une simple danse. »
    Afin d’étayer sa thèse selon laquelle la pornographie incite les hommes à la violence sexuelle, Dworkin établit un parallèle entre la vie et les écrits du Marquis de Sade et propose un compte rendu critique de plusieurs ouvrages pornographiques contemporains.
    La plume de Dworkin est fougueuse, incisive, éloquente et imprégnée d’un sentiment d’urgence.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/05/02/andrea-dworkin-pornographie-les-hommes-sapprop

    #féminisme #pornographie

  • C’est toute l’industrie du porno français qui est mise en accusation !
    Justice pour les victimes de l’industrie proxénète pornocriminelle !

    Nous apprenons la mise en examen de trois hommes, deux producteurs et un « acteur », pour viols aggravés, proxénétisme aggravé et traite des êtres humains. Ce sont les mêmes inculpations que pour les quatre pornocrates, dont Mathieu Lauret et Pascal OP, mis en examen en septembre 2020, tandis que quatre « acteurs » sont également mis en examen pour viols dans cette même procédure depuis octobre 2021.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/02/26/cest-toute-lindustrie-du-porno-francais-qui-est-mise-en

    #féminisme #pornographie

  • ‘It stopped me having sex for a year’: why Generation Z is turning its back on sex-positive feminism | Sex | The Guardian
    https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2022/feb/02/it-stopped-me-having-sex-for-a-year-why-generation-z-is-turning-its-bac
    https://i.guim.co.uk/img/media/fb4d0e67e52deb850c808eb1400d79ae95a71843/0_179_5000_3002/master/5000.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    “Since sex has become easier to get,” she writes, “love has become harder to find.” Through her Instagram account and the dating column she writes for OK! magazine, she hears regularly from women tolerating activities they don’t enjoy in bed for fear of being rejected for someone more willing – an age-old story, except that those sexual norms are now set by #pornography.

    #pornographie #sexe #amour

    cf : https://seenthis.net/messages/939936

    • Generation Z is the most sexually fluid generation yet – only 54% of its members define themselves as exclusively attracted to members of the opposite sex, compared with 81% of baby boomers – and is arguably the most adventurous. More than one in 10 teenagers claim to have had anal sex by the age of 18, according to the UK’s authoritative National Survey of Sexual Attitudes and Lifestyles, which also found under-24s almost as likely as middle-aged people to have had more than 10 partners, despite being sexually active for many fewer years. But the generation most likely to have its first sexual experience via a phone screen seems increasingly willing to question what that means for individuals’ lives.

      bon le truc des générations alphabétique là... néanmoins.

    • A third of British women under 40 have experienced unwanted slapping, spitting, choking or gagging in bed, according to research carried out for the pressure group We Can’t Consent to This, which campaigns to limit the so-called “rough sex” defence for murder (used by men who killed their partners to argue that the women died accidentally, in consensual sex games). It is one of a string of recent grassroots campaigns led by young women against tech-enabled forms of sexual aggression, from the unsolicited sending of “dick pics” to sharing intimate photos online.

    • While women who enjoy rough sex have an absolute right to pursue it without shame, Lala argues, the normalisation of pain in porn may provide cover for some abusive men, and make women feel prudish for refusing potentially dangerous acts like choking. “A lot of young men have co-opted BDSM [bondage, discipline or domination, sadism and masochism]. They’re not into power plays and consent. They just like hurting women.”

    • “I think we’re on the edge of a real anti-sex backlash,” says the activist and writer Laurie Penny, author of Sexual Revolution: Modern Fascism and the Feminist Fightback, who points out that destigmatising sex has freed women to talk about what were once taboo subjects. “A culture where sex is stigmatised is also one where we can’t talk about any of those things and I don’t believe there’s anything progressive about a society that wants to control or limit women’s sexuality.”

    • But Penny agrees the “sex-positive” label is becoming outdated in a culture where old constraints on sexual behaviour are gone but the threat of male violence endures. “In this apparently sexually liberated culture, women still don’t feel able to have boundaries and say what they want, and everything is dictated by what men feel they’re supposed to want . I don’t think the problem is too much sexual liberation, I think it’s not enough. You have to actually deal with sexual violence in order to create substantive sexual liberation.”

    • The missing element of this half-finished revolution, Lala argues, is a cultural shift in men’s attitudes. “Sex-positive feminism has laid the foundations, it’s given us a platform and a voice and a space to use our voices. But without getting men on board and proper sex education, we’re all going to be on the same old hamster wheel.”

    • Recently, she counselled a man who had been choking his girlfriend during sex for years. It was only when the girlfriend mustered the courage to say she didn’t like it that he admitted he didn’t like it, either. They were both, it turned out, going along with what they thought the other one wanted, and each secretly wishing the other would make it stop.

      #normes

  • Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques

    Le 21 janvier 2021, Osez le féminisme ! a procédé à 200 signalements sur le site du ministère de l’Intérieur PHAROS. Les vidéos signalées sont des contenus illégaux hébergés par des sites pornographiques : actes de torture et de barbarie, incitations à commettre des crimes et des délits, pédocriminalité, viols, apologie de la haine raciale. Ces images intolérables contreviennent au droit pénal et international mais restent accessibles à toutes et à tous sur Internet.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/01/27/osez-le-feminisme-fait-200-signalements-de-videos-illeg

    #féminisme #pornographie

  • Les chemins de désir | ARTE Radio (j’écoute enfin cette autofiction radio de Claire Richard, c’est chouette, merci @osezkarl de m’avoir rappelé son existence) https://www.arteradio.com/serie/les_chemins_de_desir

    Dans ce podcast de fiction, une femme explore les chemins du désir féminin, ses contre-allées déroutantes, ses ruelles cachées, ses zones de liberté. Comment l’imaginaire érotique se construit parfois loin de la vie amoureuse réelle. Dans une langue superbe, à la fois moderne et réfléchie, l’auteure retrace une vie de fantasmes et de plaisirs solitaires : de la découverte d’une BD de charme dans le grenier de sa grand-mère aux vidéos X disponibles aujourd’hui. A chaque épisode correspond une avancée technologique : le film de Canal+, l’Internet, le hentai... Cette histoire singulière est aussi celle d’une génération, et ces chemins dévoilés peuvent être empruntés par tous. Une production ARTE Radio. « Les chemins de désir » est publié aux éditions du Seuil.