• Obscénité d’état : La REM persiste dans le mensonge gouvernemental de la Pitié-Salpétrière et continue de diffamer les nassé·es de l’hôpital, bien que tous les faits soient maintenant établis.

    Décidément, il n’y a pas une ou un député·es de LaREM pour relever le niveau (pathétiquement bas) des autres. Ce matin c’est au tour d’Olivia Grégoire, porte parole des député·es En Marche à l’assemblée, de nous affliger dans un entretien minable sur France Inter.

    Nous sommes six jours après les faits, la journaliste lui pose une question sur le couac castanérien de la Salpétrière (bien que ça ne soit pas le sujet de l’entretien dédié à sa responsabilité à la commission des finances).

    Et Olivia Grégoire ose confirmer les grossiers propos que Castaner a lui-même reconnu - à demi-mots certes, et du bout des lèvres - comme étant des gros mensonges.

    https://www.franceinter.fr/emissions/le-7-9/le-7-9-06-mai-2019

    Olivia Grégoire :

    « j’ai beaucoup écouté Thomas Legrand (sic), je pense que [la déclaration de Castaner] est une maladresse ou une erreur de communication, en revanche, pour ce qui est de la Salpétrière, vous m’excuserez, pour avoir regardé les images en détail et en précision, on est sur de la sémantique, c’est important, c’est pas une attaque, c’est une intrusion violente ! [...] »

    Prise en flagrant délit de soutenir le gros gros mensonge de Castaner qui s’est lui-même engouffré dans la chaine de mensonges de la directrice de l’hôpital, du directeur de l’APHP et d’un médecin - par ailleurs conseillé médical pour le GIPN - qui a affirmé que du matériel informatique avait été dégradé et volé ce qui a été confirmé comme entièrement faux par l’hôpital : A l’heure où Olivia Grégoire parle, les nombreuses vidéos qu’elle a soi-disant regardé attentivement et les nombreux témoignages - y compris du personnel de l’hôpital ont permis d’établir que :

    – Ce n’était pas une intrusion violente, les manifestant·es violemment attaqué·es et maltraité·es par les forces de l’ordre cherchaient désespérément un refuge pour se protéger et respirer dans un espace avec moins de gaz lacrymogène.

    – Que la plupart des manifestant·es ne savaient même pas qu’elles et ils entraient dans l’enceinte d’un hôpital.

    – Que la grille n’a pas été forcé mais que le passage était libre, soit que la grille était déjà ouverte ou en tout cas pas bloquée

    – Que les manifestant·es ont été pousuivi·es dans cet espace par la police qui les a matraqué·es, violenté·es et gazé·es à nouveau (personne n’a mentionné que les forces de l’ordre ont tiré des palets lacrymogènes dans l’enceinte de l’hôpital en direction du service de réanimation, ce qui est très moyennement bon pour les malades)

    – Que la passerelle sur laquelle se sont réfugié·es les manifestant·es terrorisées était la seule issue possible pour elles et eux pour échapper aux matraques. Pratiquement aucune et aucun de ces manifestant·es ne savait que cet escalier menait à un service de réanimation.

    – Confirmé par le personnel de l’hôpital : il n’y a eu aucune intrusion, aucune violence, aucun vol ni dégradation de matériel par ces manifestant·es, tout s’est passé dans le calme.

    OG poursuit :

    « j’ai moi-même malheureusement beaucoup fréquenté les services de réanimation, je pense que se réfugier et/ou apporter de la violence et mouvements comme ça dans un hôpital a été problématique et je pense qu’il faut aussi écouter les mots qu’on a entendu, et je les ai entendu avec force "achevez-le" crié sur le CRS à terre, à quelques mètres de la salpé, et je crois qu’on aurait pu se l’éviter, même si le ministre de l’intérieur a parlé trop vite, il l’a dit lui même, je pense qu’un service de réa c’est grave, il faut du calme, il s’agit juste de la vie et de la mort »

    Ici ce qui est très grave, c’est l’amalgame. Il semble que les membres du gouvernement et les responsables LaREM aient été coaché·es sur cette affaire puisque Marc Fesnau, ministre chargé des relations avec le Parlement auprès du premier ministre tient exactement le même langage et cite aussi l’épisode du CRS à achevé alors qu’il était à terre et blessé dans une interview sur sud radio le 3 mai (ainsi que d’autres membres du gouvernements et d’autres député·es LaREM dont il semble qu’elles et ils soient prié·es de prendre leurs directives de communication à la même source).

    Il est bien évident que crier "achevez-le" alors qu’il est à terre est inacceptable et condamnable, mais le problème est que cet incident n’a rien à voir avec le mouvement de panique des manifestant·es dans l’enceinte de l’hôpital. L’épisode a lieu bien avant, et est un incident complètement séparé. C’est vraiment une mauvaise fois crasse et bien dégueulasse de la part de La REM de faire croire que les nassé·es de la Salpé aient eu quelque chose à voir avec ça. C’est vraiment du niveau de La Rem en général d’ailleurs : le niveau du caniveau. Aucun·e des manifestant·es n’ont insulté ou menacé les forces de l’ordre dans l’enceinte de l’hôpital (c’est d’ailleurs plutôt le contraire, car on entend sur les vidéo de nombreuses insultes et menaces proférées par les forces de l’ordre envers les manifestant·es).

    C’est troublant d’entendre aussi Marc Fesnau sur Sud Radio le vendredi soit deux jours après les événements, donc à un moment où l’essentiel des faits sont établis. Et en réalité lui, il est même pire qu’Olivia Grégoire parce qu’il travestit complètement les faits et la réalité. Comme ses patrons, c’est mensonges sur mensonges. Et c’est très grave car beaucoup sont tenté de croire qu’en effet "il n’y a pas de violence policière mais seulement du maintien de l’ordre" (répété dans cet entretien) :

    https://www.sudradio.fr/politique/marc-fesneau-ne-rentre-pas-dans-un-hopital-quel-que-soit-le-motif

    – Il prétend que Castaner est arrivé à la Salpé et s’est entretenu avec des personnel de l’hôpital qui avaient vécu cet événement de façon violente. C’est faux, tous les personnels ont témoigné du contraire, ont réaffirmé que tout s’était bien passé et qu’ils ne se sont jamais sentis en danger, que quand ils ont expliqué aux gens sur la passerelle qu’ils ne pouvaient pas les laisser rentrer, ils n’ont pas insisté et se sont laissé·es emmener par la police.

    Marc Fesnau poursuit :

    « Tout ça c’est le produit d’un certain nombre de manifestant qui ont fait de la violence toute la journée contre les forces de l’ordre, produisant ce qu’on a vu parfois, c’est-à-dire des actes de violence, à l’endroit parfois des syndicalistes, parfois à l’endroit des forces de l’ordre [...] et quand vous avez des acteurs aussi violents que ceux là, ça produit cette violence là et ça produit aussi parfois des mouvement de foule, et des gens qui, dans cette violence généralisée, peuvent aller dans tel ou tel établissement : y a quand même quelque chose d’étonnant, et c’est d’une certaine façon une violence à soi-même (sic) que d’entrer, même pour se réfugier dans un hôpital »

    Déjà le mec s’exprime comme un manche, rhétorique médiocre, il s’emmêle complètement les pinceaux en hésitant entre la version officielle qu’on lui demande de répéter comme un perroquet (la violence), et la réalité (mouvement d’une foule paniquée), ce qui montre que finalement, il ne croit pas vraiment lui même à ce qu’il dit : il répète cinq fois le mot « violence » [des manifestant·es] dans la même phrase :)

    Par ailleurs il affirme que les éléments violents ont « attaqué » le cortège syndical, ce qui est faux, c’est établi par les témoignages qui désignent encore une fois la police (à neuf reprises). Il décrit le cortège et les manifestant·es comme une bande de voyous et de voyelles incontrôlables qu’il fallait nécessairement ramener « à la raison » (justifiant la charge et le matraquage).

    « les mouvements de force de l’ordre se font pour réprimer une violence (ça fera donc six fois) qui s’exerce par les manifestants ». Ce n’était pas de la répression, c’était du maintien de l’ordre (quand il y a des violences - sept fois - on rétablit le calme)

    Le reste de l’entretien est de cet acabit, en vrac lui, comme Olivia Grégoire s’enfonce dans le mensonge, n’arrive même pas à se rattraper aux branches. Fesnau précise en fin d’entretien que Martin Hirsh, pourvoyeur du gros mensonge a porté plainte pour intrusion violente et que "donc vous voyez, il n’y a pas de fumée sans feu ect..."

    Ce qui est très grave à mon sens, entre autre chose, c’est que le gouvernement via ses caniches persiste à jeter le discrédit sur les manifestant·es de la Salpé alors qu’elles et ils savent très bien aujourd’hui la vérité, ils savent très bien ce qui s’est passé réellement, qu’aucune de ces personnes n’étaient ni violentes, ni mal intentionnées, ne cherchant légitimement que un refuge alors qu’ils se sentaient menacé·es dans leur intégrité physique, terrorisé à l’idée qu’on leur fasse mal. En somme, que ces gens n’ont absolument rien fait de mal ou de répréhensible.

    De ce point de vue mesdames et messieurs responsables ou ministres de LaRem, vous êtes vraiment bien cradoc. Vous leur devez les excuses de la République, cette république que vous êtes en train de pervertir en nous faisant croire que vous « assurer l’exercice de l’état de droit ».

    Gouverner par le mensonge n’est pas tout à fait « l’exercice de l’état de droit ».

    En plus

    Je n’ai pas parlé des étudiants qui habitaient dans la résidence et qui ont été aussi poursuivis et matraqués sans raisons. Nous y reviendrons.

    Je n’ai pas parlé des témoignages des gardés à vue de la Salpé qui ont subi beaucoup de violences, d’insultes et noté de nombreuses irrégularités au cours de leurs 30 heures passés en GAV. Nous y reviedrons aussi.

    #castaner #macron #violences_policières #mensonge_d_état #psychopathie_d_etat

    • Je pense qu’il faut absolument considérer qu’il ne s’agit pas du tout d’énoncer ce qu’on pense être une vérité. La notion de vrai ou de faux des faits, dans le cadre du discours politico-médiatique, n’a pas grand intérêt. Le principe, ici, c’est d’exprimer un marqueur d’attachement à un camp, pas à la véracité de ce qui est dit. Je m’en fous de ce savoir si c’est vrai : j’affirme que j’appartiens au camp qui défend cette position et c’est tout ce qu’on attend de moi.

      C’est le principe des foutaises de Trump : plus c’est gros, plus « ça passe », parce qu’en fait l’idée n’est pas l’énoncé du vrai ou du faux du fait, mais d’avoir une position (effet « dog whistle ») que les gens vont soutenir, dans le seul but d’afficher son attachement à son camp. Le fait que ce soit factuellement faux, de façon plus ou moins évidente, introduit un aspect « clivant » qui renforce cet aspect : si on s’accordait en gros sur la réalité des faits, il n’y aurait plus de marqueur d’attachement à telle ou telle version ; si je marque mon attachement à une version particulièrement contestable, là la « fidélité » à mon camp devient d’autant plus visible.

      Je pense que ça a toujours été le cas, y compris à gauche et très à gauche, mais ça fait plus de trente ans que j’en bouffe dans mes discussions de famille : tu peux dire ce que tu veux, au bout d’un moment on arrive où les faits sont résumés par : « oui mais de toute façon quand même ça se fait pas… », avec immédiatement l’énoncé de son attachement aux valeurs de l’ordre, le respect des flics, de la hiérarchie, de la bonté généreuse de l’État français à l’égards des indigènes basanés, etc.

      Ce qui m’a frappé, c’est la déclaration de Précresse, qui a explicité très exactement ce « oui mais quand même ça se fait pas… » :

      https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/pitie-salpetriere-le-ministre-de-l-interieur-a-un-peu-surreagi-mais-il-

      « Qu’est-ce qui justifie une intrusion dans un hôpital public ? s’interroge Valérie Pécresse. Peu importe l’intention ! Qu’est-ce qu’on en sait ? Qu’est-ce qu’on sait des dégradations qu’ils auraient pu commettre s’ils avaient pu rentrer dans ce service de réanimation ? Franchement, je suis désolée, je suis dans le parti de l’ordre et vous ne m’en ferez pas dévier. » "L’hôpital, c’est un sanctuaire, et il doit être respecté par les manifestants", conclut Valérie Pécresse.

      Difficile de mieux résumer l’énoncé systématique du populisme de droite : « peu importe », de toute façon je n’énonce cette fadaise que pour proclamer mon attachement au parti de l’ordre…



    • La conséquence, c’est que ces profils d’outre-tombe demeurent, tels des fantômes, avec un rappel d’anniversaire ou des notifications automatiques du réseau social. Tant d’éléments, estime la psychologue Vanessa Lalo, peuvent compliquer le deuil : « Le fait d’alimenter le mur Facebook d’une personne décédée donne un effet d’inquiétante étrangeté où, d’un coup, on a l’impression que la personne décédée est encore vivante et qu’on la maintient en vie artificiellement. »

      Car certains choisissent de maintenir l’activité du compte de la personne disparue. « Sur mes propres fils d’actualité, explique Vanessa Lalo, je vois des personnes décédées qui me font des demandes de vies sur Candy Crush. La première fois que ça m’est arrivé, vraiment ça a créé une émotion très paradoxale. »

      #fesse-bouc ou le ministère de la #post_vérité.


  • Des députés israéliens quittent un sommet parlementaire après une diatribe contre Israël
    The Times of Israël | Stuart Winer et Raphael Ahren 19 octobre 2017
    http://fr.timesofisrael.com/des-deputes-israeliens-quittent-un-sommet-parlementaire-apres-une-
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=rW9yY0d-QeI

    Une délégation de députés israéliens a quitté mercredi un rassemblement international de parlementaires après avoir été confronté à des remarques acerbes, des chahuts et des résolutions critiquant Jérusalem lors de sa réunion annuelle.

    La députée du Likud, Sharen Haskel, le député Yesh Atid, Haim Jelin, les députés de l’Union sioniste Yossi Yonah et Nachman Shai et la secrétaire de la Knesset, Yardena Meller-Horowitz, se sont plaints de mauvais traitements lorsqu’ils ont essayé d’intervenir pendant l’assemblée de l’Union interparlementaire à Saint-Pétersbourg.

    Bien que les élus aient affirmé être partis pour protester car l’instance avait voté une série de résolutions qui comprenaient des appels lancés à Israël afin de libérer deux Palestiniens condamnés pour avoir participé à des attentats terroristes meurtriers, leur départ a eu lieu peu de temps après qu’ils ont été pris à partie par un député.

    Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux révèle que le président de l’Assemblée nationale koweïtienne, Marzouq Al-Ghanim, a crié aux députés israéliens qu’ils étaient des « tueurs d’enfants » et de « sortir de la salle » après que l’un d’entre eux se soit adressé aux députés présents au sommet. Sur la vidéo, on peut voir la délégation en train de quitter la pièce.

    ≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

    Pour Israël, la menace de l’Iran augure d’une nouvelle ère avec les Arabes
    L’Etat hébreu est potentiellement un allié de taille pour les pays arabes notamment en raison de ses relations étroites avec les Etats-Unis
    AFP 20 octobre 2017,
    http://fr.timesofisrael.com/pour-israel-la-menace-de-liran-augure-dune-nouvelle-ere-avec-les-a

    La communauté d’intérêts, que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu invoque pour laisser entrevoir une aube diplomatique nouvelle, a été illustrée récemment quand Israël et l’Arabie saoudite se sont retrouvés ensemble parmi les rares à féliciter le président américain Donald Trump après son discours sur l’Iran.

    Israël considère ce pays comme un de ses principaux ennemis, tandis que Ryad voit en Téhéran son rival régional.

    « Il se trouve que, sur ce point, Israël et les principaux pays arabes voient les choses du même oeil », a dit M. Netanyahu cette semaine, et « quand Israël et les principaux pays arabes voient les choses du même oeil, soyez attentifs, c’est que quelque chose d’important est en train de se produire ».

    Il y quelques semaines, M. Netanyahu avait assuré que les relations avec le monde arabe n’avaient « jamais été aussi bonnes ».


  • Several injured, 4 feared dead in suspected car ramming attack near Jerusalem
    Jan. 8, 2017 1:51 P.M. (Updated : Jan. 8, 2017 3:23 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=774805

    BETHLEHEM (Ma’an) — A Palestinian was shot dead after driving a truck into a group of uniformed Israeli soldiers, killing four soldiers and injuring at least 13 other people Saturday afternoon, at a bus stop in the illegal Israeli settlement of East Talpiyyot in the Jerusalem district of the occupied West Bank.

    An Israeli police spokesperson confirmed in a statement that the “terrorist” was shot and killed after carrying what she called a deliberate attack.

    Sources identified the slain driver as 28-year-old Fadi Ahmad Hamdan al-Qunbar from the Palestinian neighborhood of Jabal al-Mukabbir, located just east of East Talpiyyot.

    Israel’s emergency medical service Magen David Adom (MDA) said that the slain Israeli soldiers were in their 20s. According to Israeli media, three were women and the fourth was a man.

    MDA added that 13 others were wounded — three severely, one moderately-to-severely, and nine lightly. They were all evacuated to Israel’s Shaare Zedek hospital in Jerusalem. It remained unconfirmed if any civilians were among the injured.

    Israeli police said a truck with Israeli license plates veered from its course and rammed into people getting off of a bus — later revealed to be a group uniformed Israeli soldiers — at a promenade in the settlement, which overlooks the Old City of occupied East Jerusalem.

    A number of people were initially trapped under the truck, and three of the wounded had to be extracted from under the track using a crane.

    Israeli police reported imposing heightened security measures in the Jerusalem area, and that investigations were ongoing. Israeli police chief Roni Alsheich told reporters that there was no advance warning for the attack.

    The illegal East Talpiyyot settlement is also known as Armon Hanatziv, and is located just west of the Palestinian neighborhood of Jabal al-Mukabbir.

    UN Special Coordinator for the Middle East Peace Process Nickolay Mladenov quickly reacted to the “terror attack,” in a Tweet, saying: “My thoughts go out to victims of shocking #terror attack in #Jerusalem. Must be condemned by all. Absolutely no excuses, no justifications!”

    Since a wave of unrest began in October last year — largely marked by small-scale attacks by Palestinians targeting uniformed Israeli soldiers and police with knives or similar weapons — a number of deliberate car ramming attacks have occurred.

    However, Israeli authorities’ version of events have been challenged in a number of incidents, with officials in some cases later admitting so-called “terror attacks” were actually traffic accidents.

    However, Israeli news site Ynet quoted a witness as saying that after the truck rammed into the group of soldiers, Israeli forces fired at the driver who then reversed the truck and ran over the soldiers again. A video later released on Israeli media purported to show the moment the truck rammed into the soldiers.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““
    traduction en français :: Chronique de Palestine

    Al-Qods : 4 soldats tués dans une attaque contre les troupes d’occupation
    dimanche 8 janvier 2017 / 5h:10
    http://chroniquepalestine.com/attaque-contre-armee-israelienne-occupation-4-soldats-tues

    Ma’an News – Un Palestinien a été abattu par les forces israéliennes d’occupation après avoir conduit un camion dans un groupe de soldats israéliens, tuant quatre soldats et blessant au moins 13 autres personnes ce samedi après-midi à un arrêt d’autobus dans la colonie israélienne et illégale de Talpiyyot-Est.

    Un porte-parole de la police israélienne a confirmé dans une déclaration que le « terroriste » a été abattu après avoir exécuté ce qu’elle a qualifié d’attaque délibérée.

    Des sources ont identifié le conducteur assassiné comme étant Fadi Ahmad Hamdan al-Qunbar, âgé de 28 ans du quartier voisin de Jérusalem-Est de Jabal al-Mukabbir.

    Le service médical d’urgence d’Israël (MDA), a déclaré que les soldats israéliens tués étaient dans la vingtaine. Selon les médias israéliens, trois étaient des femmes et le quatrième était un homme.

    Le MDA a ajouté que 13 autres ont été blessés, dont trois sont dans un état critique. Ils ont tous été évacués vers l’hôpital israélien de Shaare Zedek à Jérusalem. On ne sait pas s’il se trouvait des civils parmi les blessés.

    La police israélienne a déclaré qu’un camion avec des plaques d’immatriculation israéliennes est sorti de sa voie et a renversé les gens qui descendaient d’un bus – plus tard révélé être un groupe de soldats israéliens en uniforme – à proximité d’une colonie qui surplombe la vieille ville de Jérusalem-Est. Un certain nombre de personnes sont restées bloquées sous le camion et trois des blessés ont dû en être extraits par l’utilisation d’une grue.

    • The illegal East Talpiyyot settlement is also known as Armon Hanatziv, and is located just west of the Palestinian neighborhood of Jabal al-Mukabbir.

      « Traduit » par Le Monde, ça donne

      Plusieurs morts dans une attaque au camion à Jérusalem
      http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/01/08/plusieurs-morts-dans-une-attaque-au-camion-a-jerusalem_5059441_3218.html

      Au moins quatre personnes ont été tuées dimanche 8 janvier à Jérusalem lors d’une attaque menée par un camion le long d’une promenade publique populaire surplombant les murs de la vieille ville. Un groupe de militaires a été percuté, une quinzaine de personnes ont été blessées.

    • Jan. 8, 2017 1:51 P.M. (Updated : Jan. 8, 2017 6:07 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=774805

      Meanwhile, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu said in a statement that the slain Palestinian attacker was “by all indications a supporter of the Islamic State,” without specifying the evidence leading to this assessment.

      Meanwhile, the Hamas movement released a statement in Arabic on social media, in which it hailed the “heroic and brave truck attack in Jerusalem which comes as natural reaction to the Israeli occupation’s crimes.”

      “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
      Jan. 8, 2017 1:51 P.M. (Updated : Jan. 9, 2017 11:05 A.M.)

      Israeli police later announced a gag-order for Israeli media on all further details of the case, including the identities of suspects. The four slain soldiers were identified in Israeli media as 20-year-old Yael Yekutiel from the Israeli city of Givataiym, 22-year-old Shir Hajaj from the illegal Israeli settlement of Maale Adumim, 20-year-old Shira Tzur from Haifa in northern Israel, and 20-year-old Erez Orbach from the illegal Alon Shvut settlement.

    • Quatre soldats israéliens tués dans une attaque au camion à Jérusalem
      AFP / 08 janvier 2017 19h38
      http://www.romandie.com/news/Quatre-soldats-israeliens-tues-dans-une-attaque-au-camion-a-Jerusalem/766794.rom

      Jérusalem - Quatre soldats israéliens ont été tués dimanche lorsqu’un Palestinien, présenté par Israël comme un sympathisant du groupe Etat islamique (EI), a lancé son camion contre un groupe de militaires en excursion à Jérusalem.

      Il s’agit de l’une des attaques les plus meurtrières depuis le début d’une vague de violence entre Israéliens et Palestiniens à l’automne 2015.

      Les quatre victimes sont le sous-lieutenant Yaël Yekoutiel (20 ans) et les soldats Shir Hadjaj (22 ans), Shira Tzour (20 ans) et Erez Auerbach (20 ans).

      Le chauffeur du camion a été identifié par les médias palestiniens comme étant Fadi al-Qanbar, un habitant de Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville occupée et annexée par Israël depuis 1967.

      Il a été tué par balles, a rapporté la police. Dix-sept soldats ont été blessés, selon l’armée.

      Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a affirmé que l’assaillant, selon toutes les indications, soutient l’EI.

      Il n’a pas précisé de quels éléments il disposait pour évoquer le groupe extrémiste qui n’a pas revendiqué d’attaques d’ampleur en Israël.

      M. Netanyahu tente souvent de dresser un parallèle entre Israël confronté à des attaques palestiniennes et d’autres pays visés par des attaques jihadistes.

      Mais la vague de violences qui a frappé Israël depuis l’automne 2015 est liée au conflit israélo-palestinien, centré principalement autour de disputes sur le territoire, les Palestiniens revendiquant un Etat indépendant sur leurs terres occupées par Israël depuis près d’un demi-siècle.

      Les soldats visés dimanche participaient avec des centaines d’autres à une sortie sur l’un des sites d’où l’on a l’une des vues les plus spectaculaires sur Jérusalem et sa vieille ville.

      Les soldats sont fréquemment emmenés sur cette promenade pour les sensibiliser à l’histoire de cette ville qui est au coeur du conflit entre Israël et les Palestiniens, chaque camp revendiquant notamment la souveraineté sur sa partie orientale.(...)

    • Israeli forces detain 5 relatives of Palestinian killed carrying out deadly truck attack
      Jan. 8, 2017 8:41 P.M. (Updated: Jan. 8, 2017 10:10 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=774811

      Al-Qunbar’s sister Shadia told Ma’an that Israeli forces raided the Palestinian’s home, as well as his brothers’ and parents’ houses, holding the family members for more than three hours.

      She said that Israeli forces had detained al-Qunbar’s wife Tahani, his parents Ahmad and Minwa, and two of his brothers, Muhammad and Munther.

      Shadia noted that Israeli forces initially detained Munther al-Qunbar’s wife because her husband was not at home.

      Israeli troops ransacked family’s homes and interrogated al-Qunbar’s 12 sisters in their courtyard before summoning them for further interrogation at the Russian compound police station in Jerusalem, Shadia added.

      Al-Qunbar’s sister expressed surprise at the actions of her brother, a father of four, emphasizing that he had never been affiliated with a political party, and claiming that he had never been detained by Israel — although some media reports indicated that he had previously spent time in Israeli custody.

      “We don’t know what happened with Fadi. He called his wife (before the attack) and told her to prepare lunch,” Shadia said, adding that the family only found out about al-Qunbar’s involvement upon seeing footage of his truck running over soldiers.

      Israeli police spokeswoman Luba al-Samri confirmed in a statement on Sunday evening that Israeli forces had raided al-Qunbar’s home and detained nine “suspects,” including five of his relatives.

      Al-Samri added that Israeli police would remain heavily deployed in Jabal al-Mukabbir “until further notice.”

      Meanwhile, The Jerusalem Post reported that the Israeli security cabinet had convened in the wake of the attack and decided to withhold his body, reject family reunification requests of some of his relatives in Gaza and the occupied West Bank, and carry out a punitive demolition on al-Qunbar’s home as soon as possible.

    • Attaque parfaitement légitime de soldats israéliens occupants illégalement Jérusalem Est qui est Palestinien.

      Ces soldats auraient pu être objecteurs de conscience, ils participent à un crime, l’occupation de la Palestine.


    • Un système qui, le lendemain de l’élection de Donald Trump, fait commenter l’événement par Christine Ockrent — sur France Culture… — et le surlendemain par BHL interviewé par Aphatie, n’est pas seulement aussi absurde qu’un problème qui voudrait donner des solutions : c’est un système mort. On ne s’étonnera pas que le thème des morts-vivants connaisse un tel regain d’intérêt dans les séries ou dans les films : c’est l’époque qui se représente en eux, et c’est peut-être bien le sentiment confus de cette époque, à la fois déjà morte et encore vivante, qui travaille secrètement les sensibilités pour leur faire apparaître le zombie comme le personnage le plus parlant du moment.

      Les morts-vivants

      On objectera sans doute que les morts-vivants sont plutôt des trépassés qui reviennent, alors qu’en l’occurrence l’époque, si toute vie s’en est retirée, n’en finit pas de mourir. Institutions politiques, partis en général, parti socialiste en particulier, médias, c’est tout le système de la conduite autorisée des opinions qui a été comme passé à la bombe à neutrons : évidement radical au-dedans, ou plutôt chairs fondues en marmelade indifférenciée, seuls les murs restent debout, par un pur effet d’inertie matérielle. Au vrai, ça fait très longtemps que la décomposition est en marche, mais c’est que nous avons affaire à un genre particulier de système qui ignore ses propres messages d’erreur-système. Dès le 21 avril 2002, l’alarme aurait dû être généralisée. Mais ce système qui enseigne à tous la constante obligation de « changer » est lui d’une immobilité granitique — tout est dit ou presque quand Libération, l’organe du moderne intransitif, fait chroniquer Alain Duhamel depuis cent ans. Il s’en est logiquement suivi le TCE en 2005, les étapes successives de la montée du FN, le Brexit en Grande-Bretagne, Trump aux États-Unis, et tout le monde pressent que 2017 s’annonce comme un grand cru. Voilà donc quinze ans que, désarçonné à chaque nouvelle gifle, vécue comme une incompréhensible ingratitude, le système des prescripteurs fait du bruit avec la bouche et clame que si c’est ça, il faut « tout changer » — avec la ferme intention de n’en rien faire, et en fait la radicale incapacité de penser quoi que ce soit de différent.

      Mais avec le temps, le travail de l’agonie devient mordant, et le système se sent maintenant la proie d’une obscure inquiétude : commence même à lui venir la conscience confuse qu’il pourrait être en cause — et peut-être menacé ? Sans doute réagit-on différemment en ses différentes régions. Le Parti socialiste n’est plus qu’un bulbe à l’état de béchamelle, dont on mesure très exactement la vitalité aux appels de Cambadélis, après l’élection de Trump, à resserrer les rangs autour de Hollande (ou bien aux perspectives de lui substituer Valls).

      C’est la partie « médias », plus exposée peut-être, qui exprime un début d’angoisse terminale. A la manière dont elle avait pris la raclée du TCE en 2005 — une gigantesque éructation contre le peuple imbécile —, on mesure quand même depuis lors un effet des gifles à répétition. Alors les médias, un peu sonnés à force, commencent à écrire que les médias pourraient avoir eu une responsabilité. Le propre du mort-vivant cependant, encore debout mais en instance de mourir, c’est que rien ne peut plus le ramener complètement vers la vie. Aussi, la question à peine posée, viennent dans l’instant les réponses qui confirment le pur simulacre d’une vitalité résiduelle, et la réalité de l’extinction en cours. Y a-t-il responsabilité des médias ? « Oui, mais quand même non »...

    • La « politique post-vérité » (misère de la pensée éditorialiste)

      On en finirait presque par se demander si l’indigence de ses réactions ne condamne pas ce système plus sûrement encore que l’absence de toute réaction. C’est que pour avoir depuis si longtemps désappris à penser, toute tentative de penser à nouveau, quand elle vient de l’intérieur de la machine, est d’une désespérante nullité, à l’image de la philosophie du fact-checking et de la « post-vérité », radeau de la méduse pour journalisme en perdition. L’invocation d’une nouvelle ère historique dite de la « post-vérité » est donc l’un de ces sommets que réserve la pensée éditorialiste : une nouvelle race de politiciens, et leurs électeurs, s’asseyent sur la vérité, nous avertit-elle (on n’avait pas vu). Des Brexiteers à Trump, les uns mentent, mais désormais à des degrés inouïs (plus seulement des petits mensonges comme « mon ennemi c’est la finance »), les autres croient leurs énormités, on peut donc dire n’importe quoi à un point nouveau, et la politique est devenue radicalement étrangère aux régulations de la vérité. C’est une nouvelle politique, dont l’idée nous est livrée là par un gigantesque effort conceptuel : la « politique de la post-vérité ». Soutenue par les réseaux sociaux, propagateurs de toutes les affabulations — et à l’évidence les vrais coupables, ça la presse l’a bien vu.

      Car, on ne le dit pas assez, contre la politique de la post-vérité, le journalisme lutte, et de toutes ses forces : il fact-checke. On ne pourra donc pas dire que le journalisme a failli face à Trump : sans relâche il a compulsé des statistiques et retourné de la documentation — n’a-t-il pas établi qu’il était faux de dire que tous les Mexicains sont des violeurs, ou qu’Obama n’était pas américain ? Mais voilà, la post-vérité est une vague géante, un tsunami qui emporte tout, jusqu’aux digues méthodiques du fact-checking et du journalisme rationnel, et les populations écumantes de colère se mettent à croire n’importe quoi et n’importe qui. Au fait, pourquoi en sont-elles venues ainsi à écumer de colère, sous l’effet de quelles causes, par exemple de quelles transformations économiques, comment en sont-elles arrivées au point même de se rendre aux pires mensonges ? c’est la question qu’il ne vient pas un instant à l’idée du journalisme fact-checkeur de poser.

      Il est d’ailleurs mal parti pour en trouver les voies si l’on en juge par les fortes pensées de ses intellectuels de l’intérieur, comme Katharine Viner, éditorialiste au Guardian, à qui l’on doit les formidables bases philosophiques de la « post-vérité ». Et d’abord en armant la percée conceptuelle de connaissance technologique dernier cri : les réseaux sociaux, nous explique Viner, sont par excellence le lieu de la post-vérité car ils enferment leurs adhérents dans des « bulles de filtre », ces algorithmes qui ne leur donnent que ce qu’ils ont envie de manger et ne laissent jamais venir à eux quelque idée contrariante, organisant ainsi la végétation dans le même, l’auto-renforcement de la pensée hors de toute perturbation. Mais on croirait lire là une description de la presse mainstream, qui ne se rend visiblement pas compte qu’elle n’a jamais été elle-même autre chose qu’une gigantesque bulle de filtre ! Ainsi excellemment partie pour un exercice décapant de remise en cause, Katharine Viner en vient logiquement à conclure que Trump « est le symptôme de la faiblesse croissante des médias à contrôler les limites de ce qu’il est acceptable de dire » (4). Le tutorat moral de la parole publique, spécialement celle du peuple et des « populistes », voilà, sans surprise, le lieu terminal de la philosophie éditorialiste de la « post-vérité ». Comprendre ce qui engendre les errements de cette parole, pour lui opposer autre chose que les postures de la vertu assistée par le fact-checking, par exemple une action sur les causes, ne peut pas un instant entrer dans une tête d’éditorialiste-de-la-vérité, qui comprend confusément que, « les causes » renvoyant à ce monde, et l’hypothèse d’y changer quoi que ce soit de sérieux étant par principe barrée, la question ne devra pas être posée...

    • https://seenthis.net/messages/543637
      https://www.letemps.ch/monde/2016/11/18/postverite-nouvelle-grille-lecture-politique
      https://lundi.am/LETTRE-A-NOS-COUSINS-D-AMERIQUE

      – La politique est essentiellement l’art de la manipulation des apparences, du faux-semblant, du stratagème, des jeux à trois bandes, du coup d’État permanent, de la mauvaise foi et de la domination, bref : du mensonge efficace. Quoi de plus logique que d’élire comme président un menteur patenté ? Ceux qui voient dans cette élection le triomphe d’une politique de la « post-vérité » parce que le vainqueur du jour ne s’est jamais soucié de « respecter les faits » tentent lamentablement d’occulter l’évidence que s’il a été élu, c’est précisément parce qu’il incarnait la vérité de la politique, la vérité de son mensonge. Ce qui rend la gauche partout haïssable, c’est de mentir sur le mensonge en faisant de la politique avec des bons sentiments. Chaque fois que la gauche s’en est pris à l’obscénité de Trump, elle n’a donné à entendre que le caractère faux-cul de son propre moralisme. La retenue dont la gauche se prévaut est aussi bien retenue de la vérité, qui éternise le règne du mensonge. C’est ainsi que Trump est devenu, pour certains, le nom de la fin du mensonge. Il leur manque seulement d’avoir lu Gracian, qui disait de l’homme de cour : « Quand son artifice est connu, il raffine sa dissimulation, en se servant de la vérité même pour tromper. Il change de jeu et de batterie pour changer de ruse. Son artifice est de n’en avoir plus. »

      #post_vérité #journalisme_post_politique #Frédérique_Lordon #Les_blogs_du_Diplo