• Preparation à l’agrégation interne d’histoire et de géographie : GÉOGRAPHIE DE LA FRANCE

    En vrac, quelques productions graphiques à s’approprier pour produire les schémas et croquis intermédiaires sur la question « La France : géographie générale ».

    => tous les posts sur cette question à retrouver : #AgregInterneHG

    CROQUIS SUR LES ESPACES PRODUCTIFS EN FRANCE :

    Airbus, système productif et réseau mondialisé
    http://img.over-blog-kiwi.com/0/55/79/14/20151122/ob_731c3e_airbus-monde.jpg

    Le système produtif parisien
    http://img.over-blog-kiwi.com/0/55/79/14/20151122/ob_872d7e_organisation-du-systeme-productif-par.jpg

    Typologie des systèmes productifs en France métropolitaine
    http://img.over-blog-kiwi.com/0/55/79/14/20151122/ob_9d1b41_esquisse-des-systemes-productifs-reg.jpg

    Sochaux et l’espace Peugeot
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/espace-Peugeot-en-FRanche-c.jpg

    L’organisation des espaces méditerranéens en France
    http://geotheque.org/wp-content/uploads/2012/01/Prepa-01-02-C-org-medit.png

    SOURCES :
    http://geobunnik.over-blog.fr/2015/11/des-croquis-des-systemes-productifs-en-france.html
    http://geographica.danslamarge.com/Jura-et-Franche-Comte.html
    http://geotheque.org/lorganisation-des-espaces-mediterraeens-en-france

    LA FRANCE DES RÉGIONS :

    Étude de cas sur la Bourgogne-Franche-Comté
    http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/IMG/png/croquis_bfc_dl.png?1484144769
    http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/IMG/png/leg_croquis_bfc_dl.png?1484144810
    http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/IMG/jpg/croquis_bfc-2017.jpg?1484078953
    http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/IMG/jpg/bfc_crq_complet.jpg?1479307043

    SOURCE : http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spip.php?article887

    => à compléter avec des représentations graphiques sur les villes de la région :

    Dijon
    http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/IMG/jpg/Dijon_2012.jpg?1358872099
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Dijon-schema-general-JMD.jpg

    Beaune (à partir de la carte topographique)
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/beaune-croquis-general1.jpg
    http://geotheque.org/wp-content/uploads/2012/08/cotedebeaune1-1024x723.png

    => à compléter également avec des productions graphiques sur les anciennes régions
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/systeme_urbain_franche_comte_magnard.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/franch-comte-synthese-carro.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/franche_comte_magnard_synthese.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Franche-comte-physique.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Franche-comte-physique.jpg

    SOURCES :
    http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spip.php?article607
    http://geographica.danslamarge.com/Dijon-1-25-000.html
    http://geographica.danslamarge.com/Beaune-Cote-d-or-1-50-000eme.html
    http://geographica.danslamarge.com/Jura-et-Franche-Comte.html
    http://geotheque.org/la-cote-de-beaune

    LES VILLES MOYENNES EN FRANCE
    (à partir des cartes topographiques => voir l’ensemble du site Dans la marge, qui propose bien d’autres ressources très utiles !)
    http://geographica.danslamarge.com/-Geographica-.html

    Saint-Etienne
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Saint-etienne-croquis-gener.jpg
    Documents complémentaires et sources : http://geographica.danslamarge.com/Saint-Etienne-1-25-000-carte-de.html

    Dunkerque
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/ezflow_site/storage/images/docfr7/cartes/territoires-et-amenagement/c001580-le-port-de-dunkerque-en-2013/9438577-1-fre-FR/Le-port-de-Dunkerque-en-2013_large_carte.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Dunkerque-1963.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Dunkerque-1963-93.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Dunkerque-ville-1963.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Steene-1963.jpg
    Documents complémentaires et sources :
    http://geographica.danslamarge.com/Dunkerque-1963-1993-1-50-000.html
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/cartes/territoires-et-amenagement/c001580-le-port-de-dunkerque-en-2013

    Chambéry
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Chambery-schema-general.jpg
    Documents complémentaires et source : http://geographica.danslamarge.com/Chambery-1-50-000-ou-1-25-000.html
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/alpes-schema-structural-sim.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/gif/Torsion_Lepine_6.gif

    Caen
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Caen-feuille-1.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/caen-croquis-general-de-syn.jpg
    Documents complémentaires et source : http://geographica.danslamarge.com/CAEN-1-25-000.html

    Clermont-Ferrand
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/CF-organisation-gene-croqui.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Ceyssat-Saint-bauzie-claque.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/CF-structure-urbaine-croqui.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/CF-croquis-synthese-50.jpg
    Documents complémentaires et source : http://geographica.danslamarge.com/Clermont-Ferrand-1-50-000-une.html

    Rouen
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Rouen-Ouest-croquis-synthes.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/G-plantersilosbrochcereales_maxh=658_maxw=658.jpg
    Documents complémentaires et source : http://geographica.danslamarge.com/Rouen-Ouest-carte-au-1-50-000eme.html

    La Rochelle
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/La-Rochelle-schema-synthese.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/orientations_agricoles-2.jpg
    Documents complémentaires et source : http://geographica.danslamarge.com/La-Rochelle-1-25-000-carte.html

    Bayonne
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Bayonne-croquis-de-synth-se.jpg
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/gif/barthes_inondation.gif
    Documents complémentaires et source : http://geographica.danslamarge.com/Bayonne-1-25-000eme.html

    Bastia
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Bastia-croquis-general.jpg
    Documents complémentaires et source : http://geographica.danslamarge.com/Bastia-1-25-000-de-l-Ile-de-beaute.html
    http://geographica.danslamarge.com/IMG/jpg/Bastia-croquis-urbain.jpg

    LES LITTORAUX ET LES ESPACES INSULAIRES EN FRANCE

    La Camargue
    http://img.over-blog-kiwi.com/0/55/79/14/20170327/ob_2777fb_la-camargue.jpg

    La Polynésie française
    http://img.over-blog-kiwi.com/0/55/79/14/20170327/ob_6a457b_la-polynesie-francaise-isolement-moy.jpg

    La Martinique
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/ezflow_site/storage/images/docfr7/cartes/territoires-et-amenagement/c001585-martinique-la-mise-en-valeur-d-une-peripherie-insulaire/9439378-1-fre-FR/Martinique-la-mise-en-valeur-d-une-peripherie-insulaire_large_carte.jpg
    http://img.over-blog-kiwi.com/0/55/79/14/20170327/ob_803a41_le-systeme-productif-de-la-martinique.jpg

    Le littoral breton
    http://geotheque.org/wp-content/uploads/2013/02/littoral-breton1-1024x701.png

    Sources :
    http://geobunnik.over-blog.fr/2017/03/quelques-croquis-sur-la-france-des-marges.html
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/cartes/territoires-et-amenagement/c001585-martinique-la-mise-en-valeur-d-une-peripherie-insul
    http://geotheque.org/le-littoral-breton-modele-theorique-bloc-diagramme

    #Agrégation #Agrégation_Interne #Agreg #AgregInterne #Agreg_Interne #Histoire #Géographie #Histoire_Géographie #Histoire_et_Géographie #Géographie_de_la_France #Agrégation_Interne_d_Histoire_et_de_Géographie #AgregInterneHG #Agreg_Intern_HG #Agreg_Interne_Histoire_Géographie #Littoral #Bretagne #Chambéry #Dunkerque #Caen #Beaune #Dijon #Bourgogne_Franche_Comté #Franche_Comté #Jura #Polynésie_Française #Martinique #La_Rochelle #Systèmes_Productifs #Espaces_Productifs #Mutations_des_Systèmes_Productifs #Camargue #Rouen #Bayonne #Croquis #Carte #Schéma #Productions_Graphiques #Bastia #Airbus #Peugeot #Espaces_Productifs #Sochaux #Espaces_Méditerranéens #Saint_Etienne #Saint-Etienne #Clermont_Ferrand #Clermont-Ferrand


  • Media Composer - First: Free and finally shipping after all these years by Scott Simmons - ProVideo Coalition
    https://www.provideocoalition.com/media-composer-first-free-and-finally-shipping-after-all-these-ye
    https://cdn.provideocoalition.com/app/uploads/mc-first-1080-seq.jpg

    UPDATE: You CAN do 1080 (it’s always good to RTFM first!)

    Media Composer | First has been talked about for years but at last it has dropped! Avid has finally released their free and feature-limited version of the industry’s flagship NLE: Media Composer | First. While this has been a long time coming (first announced in 2015) it’s important to note that feature-limited doesn’t mean it’s lacking functionality and isn’t capable of doing real work. The heart of Avid Media Composer is here and while there are limitations make no mistake; this is a real version of Media Composer running on your Mac or PC … for free. Get ProTools | First and you’ve got a whole free suite right on your computer.

    For the most part, all the stuff that is in Avid Media Composer comes across with a few less settings here, a few less options there. Avid has a handy comparison chart that will show the differences between First and the full version. It’s worth noting that apparently you cannot have both regular Media Composer and Media Composer | First installed on the same system. That’s probably because Media Composer | First is what appears to be a full install of Media Composer with some stuff just turned off or limited a bit here and there. You also have to register for a free Avid account to download.
    ...
    What is missing?

    Very little. Very very little. If you were expecting a really dumbed-down version of Media Composer you’ll be disappointed as dumbed-down it is not. It seems to limit exporting and output to 720 which I think is a mistake. I mean does Avid really think they’ll sell that many less full Media Composer licenses if they let MC | First export a 1080 H264? I doubt it.

    “most of the god stuff and all of the frustration.” That’s a GREAT way to put it!

    #vidéo #film #montage #production


  • http://cestjustedelatv.artv.ca/upload/cms/images/facebook-tv.jpg

    La télé par et pour les réseaux sociaux
    Ce n’est pas d’hier que les grandes plateformes numériques s’intéressent à la production de contenu de télé. #Netflix, #Hulu et #Amazon font d’ailleurs plutôt bonne figure lors des différentes remises de prix comme les Emmys et les Golden Globes depuis quelques années.

    Pas surprenant, donc, que les grands #réseaux_sociaux soient de plus en plus tentés d’emprunter la même voie. On apprenait d’ailleurs lundi que #Facebook travaillait sans trop faire de bruit à la production de ses propres #séries_télé.

    Survol de ce qui se passe sur les réseaux sociaux en matière de #production_télé.

    #Google #Youtube #Snapchat #Twitter #Instagram #Myspace

    source :
    http://urbania.ca/252366/regarder-la-tele-sur-les-reseaux-sociaux
    http://cestjustedelatv.artv.ca/actualites/685-regarder-la-tele-sur-les-reseaux-sociaux

    • Et on attend toujours une télé ludique et citoyenne, d’éducation populaire sans oublier de ne pas être chiante sur les réseaux. Comme sur la TNT d’ailleurs. Le maquignon du CSA a vendu toutes nos fréquences au robinet feuilleton modèle US, info con-tinue.



  • Two ways to tackle livestock’s contribution to the climate crisis
    #GRAIN and IATP, 25 April 2017
    https://www.grain.org/article/entries/5692-two-ways-to-tackle-livestock-s-contribution-to-the-climate-crisis

    If we did everything currently prescribed to stop climate change (stop extracting and burning fossil fuels, convert to renewable energies, etc.) except cut back on industrial meat, the planet would still be in danger of the ‘cataclysmic’ warming scenario of 4ºC by the end of the century.

    à ajouter aux compilations :
    https://seenthis.net/messages/524060
    https://seenthis.net/messages/499739

    #effondrement #collapsologie #catastrophe #fin_du_monde #it_has_begun #Anthropocène #capitalocène
    #réchauffement_climatique #dérèglement_climatique
    #viande


  • La filière canards redémarre dans le Sud-Ouest après la crise de la grippe aviaire
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/05/29/dans-le-sud-ouest-la-filiere-canards-redemarre-apres-la-crise-de-la-grippe-a
    http://s1.lemde.fr/image/2017/05/29/644x322/5135205_3_e71b_des-canards-destines-a-la-production-de-foie-g_3f97217b826e22c0bec6bf6b9d13f8c4.jpg

    Lundi 29 mai, les canards doivent retrouver leurs « parcours », un terme qui désigne les élevages en plein air. Après six mois de crise dus à la propagation du virus de la grippe aviaire, dit H5N8, qui a conduit l’Etat à quasiment stopper la production dans plusieurs départements (Gers, Landes, Hautes-Pyrénées, Tarn, Lot-et-Garonne), la filière et ses 100 000 emplois vont donc pouvoir reprendre leurs activités.

    Mais le virus, non transmissible à l’homme et qui est porté par les oiseaux migrateurs, a laissé de lourdes traces. Déjà, en 2016, l’Etat avait dû débourser 180 millions d’euros pour combler le manque à gagner face à l’apparition d’une variante de l’épizootie, dénommée H5N1.

    Entre l’abattage préventif des animaux sur plus de 1 000 communes – on dénombrerait plus de 4,5 millions de palmipèdes euthanasiés depuis le début de l’année 2017 – et les quelque 7,5 millions d’autres qui n’ont pas été mis sur le marché, la facture va s’élever cette fois-ci à 350 millions d’euros.
    Un virus « très agressif »

    La France, seul pays d’Europe à opérer ces abattages préventifs, est au chevet de la filière, mais de nouvelles normes de biosécurité, lors des transports ou pour le confinement des animaux en hiver, vont être exigées.

    #épizootie #santé #productions_animales


  • Une p’tite entreprise qui ne connait pas la crise.

    Du beau, du bon, du... Beast !
    Petit tour d’horizon des dernières sorties du label le plus prolifique de l’Ouest du monde.
    Peu de promo et aucune newsletter depuis décembre dernier, c’est dire si on a le sens du marketing chez Beast ! Mais bon, à sortir des disques à tour de bras, comment veux-tu qu’on trouve le temps de faire du blabla ? On va pas en faire des tartines : only the best on Beast.
    Rien que du bon en vinyle et / ou cd, disponible chez tout disquaire qui se respecte, ou là : http://beastrecords.free.fr

    #beastrecords
    https://kimsalmon.bandcamp.com/album/e-a-rnest


    http://beastrecords.free.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=238&Itemid=47
    https://thefloors.bandcamp.com/album/live-at-the-bird

    http://www.binic-folks-blues-festival.com
    #binic_folks_blues_festival
    https://nefdfous.files.wordpress.com/2017/04/binic-17-17-a-bd.jpg
    https://nefdfous.org/2017/04/08/lauteur-de-laffiche-du-bfbf2017-leve-le-voile
    https://nefdfous.org
    #musique #label #production_musicale


  • The Geopolitics of the United States, Part 1: The Inevitable Empire - Stratfor Worldview

    https://worldview.stratfor.com/article/geopolitics-united-states-part-1-inevitable-empire

    https://www.stratfor.com/sites/default/files/styles/wv_large/public/main/images/US_agriculture_monograph.jpg?itok=8sqIlNEI

    Topics

    Editor’s Note: Originally published Aug. 24, 2011, in two parts, Stratfor’s U.S. monograph has proved to be one of our most popular analyses. We feature it today in honor of the Fourth of July holiday. It is the 16th in a series of monographs on the geopolitics of countries influential in world affairs. Click here for part two.

    Like nearly all of the peoples of North and South America, most Americans are not originally from the territory that became the United States. They are a diverse collection of peoples primarily from a dozen different Western European states, mixed in with smaller groups from a hundred more. All of the New World entities struggled to carve a modern nation and state out of the American continents. Brazil is an excellent case of how that struggle can be a difficult one. The United States falls on the opposite end of the spectrum.

    #états-unis #agricuture #alimentation #production_alimentaire


  • Étrangers et intellectuels: les deux cibles de l’extrême-droite

    Le débat est ouvert, mais l’objectif de recomposition sociologique, politique et culturelle en question pourrait peut-être être résumé comme suit : celui d’une nouvelle politique du commun. Une politique du temps partageable, de l’échange, de la vie sociale, une politique de la pensée, du droit à la pensée, du droit de chacun à la dignité politique — une politique des formes de vie sociale permettant à chacun de vivre, d’échanger et de partager son savoir : de faire société. Une politique ne s’articulant pas sur la séparation entre intellectuels et manuels, sur un « nouveau rôle » ou une « nouvelle mission » des intellectuels ne faisant au final que reproduire des cloisonnements sociologiques périmés, mais revendiquant au contraire l’accès de tous au temps de la réflexion, de l’échange et de la culture. More time , chantait Linton Kwesi Johnson, we need more time . Reste notamment à savoir si cette revendication touchant au temps n’implique pas nécessairement, aussi, une nouvelle conception du revenu, conçu comme un droit et comme une garantie analogue à celle que la Sécurité sociale a permis d’instaurer, en France, au sortir de la deuxième guerre.

    https://oulaviesauvage.wordpress.com/2017/05/02/etrangers-et-intellectuels-les-deux-cibles-de-lextreme-dro

    #ANTIFASCISME #AUSTÉRITÉ #AUTOGESTION #ÉLECTIONS #CULTURE #DETTE #EXTRÊME_DROITE #FASCISME #FRONT_NATIONAL #GRÈCE #HAMON #JUSTICE #LUTTES #MACRON #MÉLENCHON #MOUVEMENT #MOUVEMENTS #NÉO_FASCISME #NÉO-LIBÉRALISME #OCCUPATION #PARTI_SOCIALISTE #POLITIQUE #PRODUCTION #revenu

    • Constitution d’un corps national ou racial opposé à celui de l’étranger et se définissant par son opposition à lui, le fascisme est aussi, et peut-être surtout, le nom d’une politique contre la pensée, d’un discours érigeant la haine de la culture (de la critique, des livres, de la solitude de l’étude comme de la vie sociale, des discussions du dimanche, au marché, dans les quartiers où les gens parlent, de la parole elle-même, de la discussion libre) en principe d’organisation politique. Le fascisme contemporain tend ainsi, quels que soient les pays où il prend racine, à réduire la figure des possédants à ceux qui détiennent un capital symbolique. Par l’effet d’un glissement aussi pervers qu’efficace, le possédant devient celui qui possède des livres, des mots, un savoir : celui qui a le temps et le loisir d’exercer sa pensée, de réfléchir, d’avoir une vie sociale et une vie politique nourrie du commerce et de la pensée des autres. Sous cet angle, l’extrême-droite peut apparaître comme la conjugaison de deux haines, de deux cibles proposées à la vindicte du plus grand nombre en guise de discours unificateur : la haine des intellectuels et la haine des étrangers, de ceux que l’on présente comme ne faisant pas partie du peuple, comme détachés du corps social — un corps préalablement identifié à la Nation, ou à la Race.

      (...) Qu’est-ce que le fascisme ? C’est le socialisme détourné au profit du grand capital. C’est l’ethnicisation de la contestation du grand capital, à son profit. C’est l’utilisation et la manipulation, par ce grand capital, de thèmes et de revendications forgés au sein du mouvement ouvrier. C’est aussi, aujourd’hui, en France, une stratégie de conquête du pouvoir faisant jouer et utilisant à plein la rupture effective, théorisée au mitan des années 80 par le parti socialiste français, entre classes moyennes éduquées et classes populaires. Le tournant de la rigueur date en France de 1983, la première percée électorale d’ampleur du Front National de 1984.


  • Fleurs de ruines : lieux de création alternatifs dans la Grèce des mémorandums

    À partir de 2010, des dizaines de lieux de création alternatifs commencent à apparaître dans les ruines laissées par le retrait et la faillite de l’État grec. Dans le même temps, des fondations privées aux moyens colossaux ouvrent leurs portes ou sont mises en chantier. À partir de notre expérience propre (la création d’un espace culturel alternatif, l’Atelier de réparation de télévisions, par Fotiní Banou et moi-même en novembre 2012), ce texte a pour objet d’esquisser un tableau du paysage culturel apparu à Athènes dans le contexte de crise, d’offensive néo-libérale et de « résistance créatrice » que connaît le pays depuis 2008.

    #austérité #autogestion #culture #dette #Grèce #invention #mouvements #politique #production #résistances #théâtre #fondations #LVMH

    https://oulaviesauvage.wordpress.com/2017/03/08/fleurs-de-ruines-lieux-de-creation-alternatifs-dans-la-gre


  • Du #libéralisme au #fascisme, le développement totalitaire de la civilisation (par Bernard Charbonneau) – Le Partage
    http://partage-le.com/2016/08/du-liberalisme-au-fascisme-le-developpement-totalitaire-de-la-civilisati
    http://partage-le.com/wp-content/uploads/2016/08/20140122_TNA40FranckFacebook-479x315.jpg

    Ce monde est totalitaire. Partout la même obsession de vaincre rassemble toutes les forces dans un #pouvoir central servi par un parti, et cette #centralisation sera partout mensongère, dissimulée par son contraire : un décor fédéraliste ou régional. Partout, se justifiant d’un bien absolu, et par l’ennemi intérieur et extérieur, une #agressivité à base de #peur mène la #guerre à tout ce qui prétend exister par soi-même : à l’individu, au groupe, aux peuples voisins. Servie par une technique concentrée et proliférante, une volonté qui s’étend avec elle à tout, et qui elle aussi ne connaît d’autres bornes que celles des possibilités pratiques. Partout le chef et le parti, l’insigne et le slogan, la bureaucratie et la masse, la #propagande. Partout les #mythes qui exaltent une #civilisation mécanisée : la #Production, le #Travail. Et ceux par lesquels l’homme se dissimule le prix qu’il doit la payer : le héros, l’aventure. Partout la même civilisation, — jusque dans le moindre détail, car il s’agit d’une identité concrète […] — jusqu’à la même cravate sombre sur la même chemise blanche. Le regard peut saisir du premier coup d’œil tout ce que ces régimes ont d’identique, mais ce qu’ils ont de différent échappe aux yeux : à peine une inflexion du bras, une idée … Si les #doctrines, et les troupes, s’opposent, l’image de l’avenir, — cette vie que tous distinguent dans leurs rêves et que les propagandes s’efforcent de fixer —, est bien partout la même. Le même autostrade asphalté court à travers les mêmes jardins, sous les mêmes ciels nuageux les mêmes barrages se dressent ; la même fille blonde aux dents intactes et aux yeux vides.

    L’État, Bernard Charbonneau, 1948


  • Corps sonores (1/4) : Webradios, podcasts : vers le nouvel âge d’or de la création radiophonique
    https://www.franceculture.fr/emissions/culturesmonde/corps-sonores-14-webradios-podcasts-vers-le-nouvel-age-dor-de-la-creat

    Ce matin, nous nous intéressons à l’émergence de ces formats radiophoniques d’un genre nouveau, à l’image du podcast et des webradios. Comment le numérique a-t-il transformé la production radiophonique ? Quelles sont ces webradios qui viennent interroger notre manière de "mettre en son" ?

    Mais pour commencer, pour fêter la sixième édition de la Journée mondiale de la radio lancée par l’UNESCO, nous allons consacrer notre émission du jour à la #Radio - et à ce que le numérique a changé à la #production_radiophonique. Comment le numérique a-t-il changé - et change-t-il encore - notre manière de raconter, de partager et de créer avec du #son ?

    Qu’est-ce que le #numérique a changé à la production radiophonique ? Comment les radios parviennent-t-elle à repenser leur offre en fonction des grandes mutations qui traversent le secteur des médias ? Dans ce contexte existe-t-il une spécificité du #service_public, face aux radios privées ? Et quelles sont, enfin, ces webradios qui viennent interroger et, pourquoi pas, renouveler notre manière de « mettre en son » ?

    http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11701-13.02.2017-ITEMA_21227989-1.mp3


    #NPR #Arte_Radio #Radio_France #podcast


  • Du but de l’automatisation
    http://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/du-but-de-lautomatisation

    Evoquant le fonctionnement de Facebook M, l’assistant personnel de la messagerie instantanée de Facebook, Sam Lavigne (@sam_lavigne), rappelle sur The New Inquiry (@newinquiry) que les employés de Facebook M, qui permettent au système automatisé de s’améliorer, agissent comme des tuteurs. « Chaque fois que les employés de FB approuvent ou ajustent (...)

    #A_lire_ailleurs #Gouvernance #digital_labor



  • Les échanges commerciaux qui menacent la vie sauvage
    http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/01/04/les-echanges-commerciaux-qui-menacent-la-vie-sauvage_5057696_1652692.html

    C’est un fait connu : la déforestation, la surpêche ou le braconnage entraînent une érosion spectaculaire de la biodiversité partout sur la planète. Et l’un des principaux moteurs de cette surexploitation des ressources naturelles réside dans la production de biens et de services destinés à l’exportation. Une étude publiée mercredi 4 janvier dans la revue Nature Ecology & Evolution, permet d’identifier précisément quels consommateurs, dans un pays, menacent quelles espèces dans un autre. Elle dresse une carte mondiale indiquant les zones de biodiversité les plus affectées par le commerce international.

    « Nous pouvons ainsi pointer les routes économiques internationales ayant le plus grand impact sur la faune sauvage, afin d’améliorer les politiques de conservation, expliquent les auteurs, Daniel Moran (université norvégienne de science et de technologie) et Keiichiro Kanemoto (université Shinshu, Japon). Notre objectif est que les entreprises et les consommateurs utilisent cette carte pour sauvegarder la biodiversité. » Car il y a urgence : selon le WWF, plus de la moitié des populations de vertébrés ont disparu dans le monde par rapport à 1970 et, à ce rythme, les deux tiers d’entre elles pourraient suivre d’ici à 2020.

    http://s2.lemde.fr/image/2017/01/04/534x0/5057695_6_cbfd_les-pressions-exercees-sur-la-biodiversite_6d525310bcb3a4fc66d9b66d15b71249.png

    http://s1.lemde.fr/image/2017/01/04/534x0/5057693_6_40ec_les-pressions-exercees-sur-la-biodiversite_3602baefd8e522cdbaf3d063e3b04480.png

    #consommation #production #biodiversité #destruction #cartographie

    http://www.nature.com/articles/s41559-016-0023

    l’étude précédente téléchargeable (chez moi le texte du site s’affiche mal)
    https://www.researchgate.net/publication/225283261_International_Trade_Drives_Biodiversity_Threats_in_Developin


  • Les ravages de l’#industrialisme : les impacts des nouvelles et des hautes technologies – Le Partage
    http://partage-le.com/2016/12/les-ravages-de-lindustrialisme-les-impacts-des-nouvelles-et-des-hautes-t
    http://partage-le.com/wp-content/uploads/2016/12/1P-581x315.png

    La multiplication des équipements et des usages liés aux #TIC engendre de très lourds impacts sur l’#environnement. En effet, l’image d’une #technologie propre, non polluante est loin d’être une réalité dès lors que nous portons notre regard jusqu’en Asie, en Afrique et plus globalement dans toutes les régions du monde où les #ressources nécessaires à la fabrication de ces merveilleux objets sont extraites, où les usines de #production sont implantées et où les #déchets sont traités en dehors de toute précaution. La #mondialisation a poussé hors de nos frontières les savoir-faire associés, mais aussi la majorité des impacts environnementaux directs des TIC à tel point qu’ils nous paraissent inexistants. Nous aborderons dans ce chapitre ces différents types d’impacts environnementaux qu’ils soient directs ou indirects : de l’épuisement des ressources aux impacts sur la #santé humaine en passant par les pollutions, les effets globaux sur la planète et les conséquences sur la perte de la biodiversité.


  • Emerging land use practices rapidly increase soil organic matter : Nature Communications
    http://www.nature.com/articles/ncomms7995
    http://www.nature.com/article-assets/npg/ncomms/2015/150430/ncomms7995/images/m685/ncomms7995-f1.jpg

    The loss of organic matter from agricultural lands constrains our ability to sustainably feed a growing population and mitigate the impacts of climate change. Addressing these challenges requires land use activities that accumulate soil carbon (C) while contributing to food production. In a region of extensive soil degradation in the southeastern United States, we evaluated soil C accumulation for 3 years across a 7-year chronosequence of three farms converted to management-intensive grazing. Here we show that these farms accumulated C at 8.0 Mg ha−1 yr−1, increasing cation exchange and water holding capacity by 95% and 34%, respectively. Thus, within a decade of management-intensive grazing practices soil C levels returned to those of native forest soils, and likely decreased fertilizer and irrigation demands. Emerging land uses, such as management-intensive grazing, may offer a rare win–win strategy combining profitable food production with rapid improvement of soil quality and short-term climate mitigation through soil C-accumulation.

    #sol #carbone #stratégie #pâturage #production_alimentaire #climat #CO2


  • La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2016 (SOFA) : Changement climatique, agriculture et sécurité alimentaire
    http://www.fao.org/publications/card/fr/c/3fe586ed-52e8-47d4-a2e4-1b4282f9a5d2
    http://www.fao.org/documents/contents/64accf1a-4db4-40da-80a7-39b8c96a5e87_200.tn#.jpg

    Si l’on ne prend pas dès maintenant des mesures pour renforcer la durabilité, la productivité et la résilience de l’#agriculture, les répercussions du changement climatique feront peser une lourde menace sur la production alimentaire de pays et de régions déjà fortement exposés à l’insécurité alimentaire. L’Accord de Paris, adopté en décembre 2015, est un nouveau départ dans l’action mondiale visant à stabiliser le #climat avant qu’il ne soit trop tard. Il reconnaît toute l’importance de la sécurité alimentaire dans la réaction internationale au changement climatique, comme en témoignent les contributions prévues, en terme d’adaptation et d’atténuation, de nombreux pays, qui placent l’agriculture au premier plan. Afin d’aider à traduire ces plans en actions concrètes, le présent rapport met en lumière les stratégies, les modes de financement possibles et les besoins en données et en informations, et brosse un tableau des politiques de transformation et des institutions qui peuvent faire tomber les obstacles à la mise en oeuvre.


  • Les éoliennes font souffler le vent de la rentabilité - 02/07/2015 - La Nouvelle République Indre
    http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/Environnement/n/Contenus/Articles/2015/07/02/Les-eoliennes-font-souffler-le-vent-de-la-rentabilite-2388720
    http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2/storage/images/contenus/articles/2015/07/02/les-eoliennes-font-souffler-le-vent-de-la-rentabilite-2388720/44104919-1-fre-FR/Les-eoliennes-font-souffler-le-vent-de-la-rentabilite_fb_share_link.jpg

    L’implantation de parcs éoliens constitue régulièrement un motif de discorde. « Parce que le problème est souvent pris à l’envers affirme Jacques Pallas. La population de Saint-Georges-sur-Arnon a été intimement liée à notre projet lancé en janvier 2005. » Un projet modifié trois fois pour répondre aux objections. Aujourd’hui, les quatorze pylônes de Saint-Georges-sur-Arnon et les cinq mâts de Migny font l’unanimité.

    (…) L’électricité produite est revendue, via un poste source, à EDF. Une revente très rentable  : les recettes fiscales de la commune de Saint-Georges-sur-Arnon se montent à 144.000 €

    (…) fiscalité locale en baisse de 16 % en 2012.

    (…) Tout f… le camp. Sauf ces énergies renouvelables impossibles à délocaliser. Une chance à saisir pour les territoires ruraux. La manne est telle que Jacques Pallas et son équipe envisagent la construction d’un nouveau parc éolien

    #énergies #éolien #production_locale #municipale


  • Vers l’#autoritarisme ? Crise de la #démocratie libérale et #politique d’#émancipation – CONTRETEMPS
    http://www.contretemps.eu/autoritarisme-democratie-palheta

    Le #capitalisme n’a jamais été démocratique en lui-même, même au sens – tronqué et hypocrite – de la démocratie libérale ou parlementaire. Rien dans ses structures fondamentales n’impose l’existence d’un #gouvernement représentatif, du #suffrage universel, des libertés civiques, et encore moins de #droits sociaux limitant un tant soit peu l’#exploitation, sans même parler d’une démocratie conçue selon son étymologie comme #pouvoir populaire[1].

    Au contraire, le capitalisme n’a jamais cessé d’être profondément autoritaire et anti-démocratique. Ce qui a pu varier au cours de son histoire, ce ne fut jamais la présence ou non de l’#arbitraire et de la #violence – logés au cœur même du mode de #production capitaliste sous la forme de ce que Marx nommait le « #despotisme d’usine », ou plus largement de la #subordination des travailleurs aux propriétaires capitalistes –, mais le degré d’arbitraire du Capital et le niveau de violence de l’État capitaliste vis-à-vis des salariés mais aussi des petits paysans, dont on sait avec quelle brutalité ils furent (et sont) expropriés. Qu’on relise s’il est besoin les pages consacrées à l’#accumulation primitive dans le livre 1 du Capital.

    Il faut ajouter à cela que la construction de la démocratie libérale, en France particulièrement, s’est payée de l’#assujettissement colonial et s’est fondée sur un pacte national/racial, vouant les peuples #colonisés à l’exclusion de tout droit politique et à un traitement d’exception qui persiste en partie, sous des formes certes moins visibles, pour leurs descendants vivant en France, dont il s’agit d’écraser en permanence la capacité politique autonome[2].

    On ne saurait donc craindre que le capitalisme devienne autoritaire, car il l’a toujours été.

    #racisme


  • « L’#organisation du #travail est devenue harcelante » | AlterEco+ Alterecoplus
    http://www.alterecoplus.fr/lorganisation-travail-devenue-harcelante/00012475
    http://www.alterecoplus.fr/sites/default/files/public/field/image/rea_174558_039.jpg

    Le #surmenage, le #suicide et les tentatives de suicide prospèrent sur trois terreaux. Primo, la #charge de travail s’accroît. A la fois la charge horaire – non déclarée, la plupart du temps – et la charge mentale, avec une #densification des journées de travail, une obligation de #polyvalence et des #interruptions incessantes. Secundo, vous êtes obligé de rendre compte en permanence de vos actes. Les outils numériques ont mis le travail en coupe réglée. Tout est tracé, donc tout le monde est sur le qui-vive. Enfin, tous les processus de #production sont standardisés, il faut suivre une #procédure, subir des logiciels de #gestion, remplir formulaire sur formulaire, tableau sur tableau, tous ces documents étant par ailleurs déconnectés du travail réel. Si bien que les salariés ont très peu d’autonomie, se sentent hypersurveillés, développent des peurs bien légitimes et ne peuvent pas mettre leur intelligence au service de leur travail.

    #harcèlement #souffrance

    • Caca Christi sur les salariés, au siège de la société Auchan France Villeneuve d’Ascq Par De cheval 2-3 samedi 4 juin 2011 - 21h12

      A propos du caca, 
au siège social de la société auchan france, 
200 rue de la recherche à Villeneuve d’Ascq 59650, 
propriété de la famille Mulliez, fondée par Monsieur gérard mulliez, héritier de Monsieur louis mulliez-lestienne.



      Ce dimanche 29 mai 2011, les faibles pluies de ces derniers jours finissent de disperser un très bel étron de crottin de cheval, présent depuis 2 semaines, juste devant l’entrée piétons, vous savez, la petite grille, entre le bâtiment colibri et la centrale d’achat auchan.

      Un gros caca !



      Tout piéton qui va d’un bâtiment à l’autre, enjambe ce tas de merde, ou marche dedans, malodorant, humiliant, rempli de salmonelles, de staphylocoques, genre de bébêtes qui s’accroche aux chaussures, et qui se dissémine partout, avec les dégâts que l’on sait.

      Heureusement la centrale d’auchan France, n’est pas un magasin, où il existe un rayon traiteur champion de l’hyper super ultra frais bio, équitable, et tout et tout, avec du coeur, car elle ferait les honneurs de la presse, comme le fameux concombre tueur germanique.



      Humilier systématiquement les salariés, les dégrader, un excellent exemple !

      Le coup de la grosse merde sous les pas des esclaves de la famille, probablement un test afin de recenser ceux qui osent l’ouvrir, qui montrent qu’ils réfléchissent encore, qui veulent qu’on les traite en être humain et non pas comme des bestiaux.



      Qui l’a mis là ? Mais surtout qui ne l’a pas fait nettoyer ?

      Ben oui, même pas une réaction de l’encadrement de l’écurie, qui n’a pas l’air de se soucier de l’image de marque de la société auchan, et qui se bidonne en pensant aux sous-fifres.



      2 semaines, 14 jours, qu’ils, qu’elles lèvent la jambe.

      D’après des sources bien informées, déféquer sur le pas de la porte de quelqu’un que l’on hait, dans la Famille, on appellerait cela une Vacquerie, un double 7, une variante de la gougoutte à pépé, bien connue lors des entretiens annuels.

      La consistance de la matière se doit d’être molle.

      La consistance de leur haine est sans limites.
      


      Que quelqu’un, habitant le quartier ( mais qui habite dans le quartier ? Quelle famille ? ), trouve plaisir à faire déféquer son cheval là où passent les esclaves de la famille, c’est une chose.

      Ne pas la faire nettoyer durant 2 semaines, est révélateur de l’excellente mentalité familiale, perversité avant toute choses, culs et écus.

      On murmure qu’un lipdub est en préparation, avec le groupe caca boita, probablement une reprise de petit cacanoël à moins que ce ne soit àdadaprouproutcadé, l’anulingus à pépé, ou la balade des vidangeurs des phynances publiques.



      Le crottin de cheval, c’est excellent pour les rosiers, les champignons, et c’est tout !

      Violent ce billet ?
      
Eclairant ?
      
Vulgaire ?
      
Caca nerveux ?
      
Caca boudin ?
      
Merdeux ?
      
Ordurier ?
      
Fécal ?
      
Pendule chiée ?
      
Oui, comme eux, comme la réalité !

      
Un chapitre sur notre employeur serait-il à ajouter à"Histoire et bizarreries sociales des excréments, des origines à nos jours " ?

      

P.S. : Si la direction d’auchan france demande à faire disparaitre ce billet, faites le à condition que le responsable de tout cela fasse le tour de la centrale 2 fois, avec une pelle à crottes, des bottes, une pince à linge.

      Source : http://cfdt-centrale-auchan.hautetfort.com/archive/2011/05/28/auchan-dsio-les-nouvelles-grilles-de-salaires-2011-


  • La faim du #travail #DATAGUEULE 62 - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=4n2tWyIuA8g


    Le problème n’est pas le #chômage, mais l’#organisation de la #répartition de la valeur !

    Le chômage va être l’un des thèmes de la campagne présidentielle à venir. Comme il l’était lors de la campagne précédente. Et pour celle d’avant. En fait, cela fait des décennies que le chômage augmente sans que rien ni personne ne parvienne à l’enrayer
    sur le long terme. Et si l’on sortait la tête du guidon pour chercher un peu de recul ? Cette augmentation progressive du chômage raconte surtout une modification en profondeur du marché de l’emploi qui a commencé il y a plus d’un siècle avec le Taylorisme, notamment. Nous approchons sans doute d’un point de bascule : celui où les employé/es ne seront plus nécessaires car les robots et l’intelligence artificielle seront devenus plus efficaces.
    Quel nouveaux mécanismes imaginer alors pour redistribuer les richesses et inventer un nouveau contrat social ?

    • @petit_ecran_de_fumee : sois rassuré : cela fait quelques années que je m’intéresse à cette thématique (enfin, sans trop me forcer non plus) et ce n’est toujours pas très clair dans ma tête. J’ai tenté de relire (sérieusement cette fois) le Capital mais j’ai pas mal butté sur des notions comme celle de la valeur d’échange par rapport à la valeur d’usage.
      Donc, comme ici, on va s’entre-aider en nous fournissant des liens vers des articles qu’on a du mal à lire soi-même (avec une bonne « intelligence » du contenu, j’entends), voici (peut-être) quelques textes fondateurs sur le site « palim-psao » site qui fait autorité en la matière.

      http://www.palim-psao.fr/tag/presentation%20de%20la%20critique%20de%20la%20valeur

      Anselm Jappe est assez abordable également. J’avais lu « Crédit à mort » et, en parcourant le Net, je viens de trouver une sorte d’exégèse de l’opus de Jappe par un certain Clément Homs auteur dans la revue « Variations »
      https://variations.revues.org/107
      où voici ce qu’il écrit :

      Le livre étant sous-titré « la décomposition du capitalisme et ses critiques », ces dernières sont vivement prises à parti dans les divers articles afin de dégager ce qui paraît valable chez elles et ce qui leur échappe pour saisir la réalité de la crise contemporaine du capitalisme. Car pour l’auteur, plusieurs de ces critiques ont trop longtemps pensé que le caractère capitaliste de la production apparaissait extérieurement au procès de travail, travail qui en lui-même d’après ces théorisations devait être complètement naturalisé en tant que créateur « en soi » de toute richesse et comme simple activité instrumentale, comme si le travail était en quelque sorte l’essence générique de l’homme captée extérieurement par le capital. Comme l’a montré Postone, le capitalisme est ainsi défini par le « marxisme ricardien » (selon l’expression de Hans-Georg Backhaus2) comme un mode de distribution critiqué « du point de vue du travail ». Autrement dit, le marxisme traditionnel a considéré la notion de travail mobilisée par Marx comme la forme transhistorique du métabolisme avec la nature alors que l’analyse que le Marx de la maturité fait du travail concerne le travail sous le capitalisme. Ces visions du « marxisme traditionnel » ont alors mis seulement au centre de leur réflexion la théorie de l’exploitation du surtravail et celle de l’appropriation privée du surproduit social par la classe capitaliste, proposant pour seule critique du capitalisme, un changement du mode de distribution de la valeur qui se voit de par la naturalisation de son contenu – le travail – complètement acceptée3. À propos des luttes contre les licenciements (comme pour les « récupérations » d’usine) ou des gens inquiets de perdre leur travail, Jappe estime ainsi, à rebours de la gauche, que leur colère « n’a rien d’émancipateur en tant que tel ». C’est que pour les thuriféraires du capitalisme comme pour sa critique marxiste (critique qui est restée immanente aux formes sociales capitalistes),

      4 Anselm Jappe, Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Denoël, 200 (...)

      « la marchandise, l’argent, et la valeur sont des choses qui ‘‘ vont de soi ’’ et qu’on trouve dans presque toutes les formes connues de vie sociale à partir de la Préhistoire. Les mettre en discussion semble aussi peu sensé que contester la force de gravitation. Une discussion n’est plus possible que pour ce qui regarde le capital et la plus-value, les investissements et les salaires, les prix et les classes, donc lorsqu’il s’agit de déterminer la distribution de ces catégories universelles qui règlent les échanges entre les hommes. C’est là le terrain où peuvent se manifester les différentes conceptions théoriques et sociales4 ».

      5 Groupe Krisis, Manifeste contre le travail, UGE, 10/18, 2001 (1999).

      3À l’inverse de ces visions, la critique de la valeur et du fétichisme de la marchandise soutient que le capitalisme doit être saisi par une analyse plus profonde, en tant que forme particulière et inédite de vie et de socialisation, comme forme radicalement différente de médiation sociale constituée par le travail sous le capitalisme, un travail qui n’a rien d’une essence sociale transhistorique (d’où le Manifeste contre le travail du groupe Krisis auquel Jappe a appartenu5). L’auteur égratigne ainsi à plusieurs reprises les théoriciens les plus connus de cette gauche radicale, altermondialiste ou marxiste. Negri, Badiou, Zizek ou l’Insurrection qui vient en prennent chacun à leur tour pour leur grade et le chapitre consacré à la violence politique est une mise en garde sans détour à Julien Coupat et ses amis :

      « si la guerre civile – la vraie – éclatait, il ne serait pas difficile d’imaginer qui seraient les premiers à se trouver réveillés en pleine nuit et collés au mur sans façon, tandis qu’on viole les femmes et qu’on tire sur les enfants… » (p. 90).

      6 « D’un côté note Postone, c’est un type de travail spécifique qui produit des biens particuliers po (...)
      7 Voir la critique que fait A. Jappe à A. Sohn-Rethel, dans sa préface au recueil d’articles de ce de (...)

      4Quelle est alors la spécificité de cette saisie des bases sociales de la production capitaliste dont Anselm Jappe se réclame ? Prenons seulement un angle précis. Dans la société déterminée par la marchandise, c’est-à-dire sous le capitalisme, le travail quel qu’il soit, a toujours une double face avait-il montré dans son livre précédent. À première vue, le travail semble être seulement concret, et détermine la face d’usage d’une marchandise. Mais il possède aussi une autre face de par sa situation, une face abstraite, qui dérive de la fonction socialement médiatisante que possède le travail6. C’est là un caractère social historiquement spécifique du travail sous le capitalisme. Cette face abstraite de tout travail (qui est appelée le « travail abstrait ») est comme un « objet fantomatique » (R. Kurz), c’est-à-dire invisible, mais constitue pour autant l’essence sociale de la société capitaliste-marchande car il y opère sa « synthèse sociale ». C’est cette face abstraite – socialement médiatisante – du travail qui va être le contenu de la valeur et donc du capital (de la valeur qui se valorise au travers d’un processus social de dépense tautologique du travail). Ce n’est pas l’objectivation de la dépense de travail en soi qui constitue la valeur. La valeur est plutôt l’objectivation de cette fonction sociale particulière du travail sous le capitalisme. La substance sociale de la valeur, qui est donc aussi l’essence déterminante de la société capitaliste, est donc le travail dans sa fonction historiquement déterminée d’activité socialement médiatisante. La valeur est alors forme temporellement déterminée de richesse sociale et de médiation sociale objectivée, propre à la seule formation sociale capitaliste où les rapports sociaux sont constitués pour la première fois par le travail. C’est alors le travail – et non pas la séparation entre l’acte d’usage et l’acte d’échange comme le pensait encore Alfred Sohn-Rethel7 – qui rend possible qu’une abstraction réelle conduise la société. Ici la valeur n’est plus une catégorie transhistorique comme dans sa compréhension par le « marxisme ricardien ». Avant même de critiquer la distribution de la valeur et la formation de la survaleur, une critique anticapitaliste doit saisir selon lui que derrière la valeur se cache déjà un rapport social de production particulier, que l’on doit comprendre comme un lien social objectivé, une forme de vie sociale historiquement inédite car propre à l’interdépendance sociale sous le capitalisme constituée par le travail. Critiquer ainsi le capitalisme au niveau de ses structures profondes, c’est donc d’abord critiquer cette forme sociale, la valeur.

      on pourra aussi télécharger le PDF pour lire tout ça peinard ...

      Lien vers « Crédit à mort »
      https://dl.dropboxusercontent.com/u/30351232/Anselm_Jappe_-_Cr-dit_-_mort.pdf

      Excuse-moi d’avoir été long (et peut-être ennuyeux) mais ce n’est pas un sujet facile à digérer ... :)

    • Je ne vois pas la différence entre des richesses créées par le travail et celles créées par la mécanisation. C’est un monde différent, plus laid, qui redistribue moins, mais la création de richesses est toujours là et elle se concentre toujours plus vite et exclut toujours plus de monde. Après, on peut se branler la nouille avec le concept de valeur, peut être que c’est passionnant mais si ça ne permet plus de constater cette accumulation de pognon, je ne vois pas l’intérêt.

    • Désolée si cette intervention fait de moi la 2e personne la plus bourrine de Seenthis, l’imbécile de service qui dérange dans la conversation. Mais ce truc de « ah non c’est une notion très compliquée » alors que @monolecte a posté un truc plutôt simple... je sais pas.

    • Après, on peut se branler la nouille avec le concept de valeur, peut être que c’est passionnant mais si ça ne permet plus de constater cette accumulation de pognon, je ne vois pas l’intérêt.

      Non seulement ça permet de constater une immense accumulation de richesses par une minorité de privilégiés mais aussi de dénoncer le fétichisme de la marchandise et, partant, le fétichisme du « travail » humain, lequel va intrinsèquement produire une plus-value socialement admise pour cette même marchandise (au sens large du terme, que ce soit un objet, un service, etc ...). Le « fétiche » dans notre cas est une valeur morale communément admise, une sorte de dogme religieux qu’on ne saurait remettre en cause. Pas de « marchandise » sans « travail » et inversement pas de" travail" sans « marchandise ». Il n’y a là aucune relation de cause à effet et c’est bien contre cette « pensée magique » que la « critique de la valeur » (#Wertkritik) s’est élevée. Si on brise ces deux idoles, on voit que le chômage fait aussi partie des fétiches de nos sociétés capitalistes.
      Dans d’autres communautés humaines, les produits de la chasse, de la pêche, de la cueillette ou de la récolte sont partagés entre tous leurs membres. Lorsqu’il y a abondance en un moment donné, on fait un un festin.
      D’autre part, pour rebondir sur cette idée de la robotisation ou mécanisation, même les plus perfectionnés des robots (ceux qui s’auto-réparent) ont besoin de matériaux issus de minerais qu’il faut aller extraire dans les profondeurs des mines et ensuite qu’il faut transformer. Le recyclage de l’existant pose trop de problèmes techniques pour pouvoir se substituer à l’extraction. Se posera fatalement tôt ou tard la question de l’épuisement des ressources. Sans compter celui de l’atteinte à l’environnement causé par l’exploitation minière, le transport du minerai et la transformation de celui-ci.
      #Se_branler_la_nouille, je serais plutôt pour si cela permet de mettre en commun nos « intelligences » (capacités à comprendre le monde, la société, l’environnement) pour #se_sortir_les_doigts_du_cul.
      Et non, je ne pense pas que mon intervention ni celle de @rastapopoulos étaient à charge contre @monolecte.

    • Ça ne m’a pas effleurée, encore moins de la part de @rastapopoulos que je commence à connaître. Mais bon, comme de toute façon on ne sert à rien, autant se branler la nouille, vous avez raison, c’est très satisfaisant. Pour ma part, je lâche la cyprine sur des trucs plus concrets.

    • Le « fétiche » dans notre cas est une valeur morale communément admise, une sorte de dogme religieux qu’on ne saurait remettre en cause.

      J’ai oublié d’ajouter : « et où se jouent des rapports de dominations entre classes » ... And that’s a fuckin’ tangible problem
      Désolé si je m’absente du débat pour le week-end mais j’ai un autre problème concret à résoudre : empiler quelques stères de bois dans ma grange pour l’hiver. Mis à part un peu de transpiration, je ne vois pas ce que je pourrais lâcher d’autre.
      See you soon, seenthis people ...

    • Je ne vois pas la différence entre des richesses créées par le travail et celles créées par la mécanisation.

      Parce qu’il y a richesses et richesses. Deux siècles de socialisation dans le capitalisme (et certainement juste quelques décennies pour une portion non négligeable de l’humanité) nous ont bien appris à ne pas voir la différence, ou tout du moins à ne pas envisager que leur nécessaire distinction soit bien plus qu’un « branlage de nouille »

      Richesses peut désigner (et cela semble être le cas spontanément dans cette citation) des « biens », qu’ils soient matériels ou immatériels. Ils représentent une forme d’utilité pour ceux qui sont amener à les consommer. C’est la part « concrète » de ces richesses. Et dans ce cas, effectivement, que le « travail » nécessaire soit accompli par un travailleur ou une machine ne présente pas d’autres différences que le niveau de productivité concrète qui peut être atteint.

      Mais ceux qui produisent ces richesses n’ont que faire que la part concrète, à part le fait qu’ils doivent la présupposer. Son contenu n’est pas déterminant pour qu’un producteur décide d’engager sa production. Ce que le producteur vise, c’est l’autre face de la richesse, sa part abstraite, celle qui se traduit en quantité monétaire et qui définit leur rentabilité, seul critère décisif en dernier ressort. Et cette part abstraite, qui unifie toutes les richesses produites dans le capitalisme, c’est leur valeur : la valeur des marchandises comme dimension commune universelle. Et la valeur n’a pas d’autre contenu qu’un aspect bien particulier du travail sous le capitalisme, c’est-à-dire le fait que l’on unifie les activités productrices sous l’angle du temps que des êtres humains doivent y consacrer. Pourquoi alors seulement le temps de travail humain ? Parce que c’est par la répartition de ce temps que s’organise le lien social entre les travailleurs dans le capitalisme, de façon inconsciente et à la manière d’un automate alors même qu’ils en sont la source : il s’agit bien là des propriétés d’un fétiche.

      Ainsi, les richesses créées en régime capitalisme ne sont pas n’importe quelles richesses : il s’agit d’une « immense accumulation de marchandises » comme le constate empiriquement Marx dès les premières lignes du Capital, constat à partir duquel il va tirer toute sa réflexion sur la distinction bien comprise entre part concrète et part abstraite de ces marchandises et du travail qui les produit. L’interaction entre ces deux faces induit par ailleurs tout un tas de phénomènes, comme des nuisances que l’on dénonce, mais aussi des (fausses) évidences que nous prenons pour une réalité première et intangible (à commencer par le travail)

      Une dernière remarque : la distinction entre face concrète et face abstraite dans la marchandise et le travail qui la produit ne doit pas amener à faire la promotion d’un pôle qui serait émancipateur (le concret) contre l’autre qui serait aliénant (l’abstrait). Car le problème du capitalisme, c’est bien d’ériger ces deux pôles à la fois distincts mais indissociables dans tout ce que nous produisons et sur quoi nous appuyons la reproduction de la société capitaliste toute entière. Défendre le concret contre l’abstrait est une posture totalement intégrée au mode de production capitaliste et qui ne vise donc pas un au-delà de ce mode de synthèse sociale qui serait la dissolution de ce caractère bifide. Pire même, il peut parfois être la base d’une dichotomie opérée entre ceux qui seraient les représentants du concret (les « honnêtes travailleurs ») et les représentants de l’abstrait (les vampires inféodés à l’argent) dont l’Histoire montre bien le potentiel de barbarie.

    • Oui voilà, les richesses au sens matériel, les objets produits etc, cela ne correspond pas (dans le vocabulaire de Marx, des marxiens, etc), à la « valeur ». Pour très très résumer, la valeur est donnée par la quantité de travail humain incorporée à la marchandise. C’est cette valeur qui permet de tout comparer sur un pied d’égalité (pour le mode de pensée capitaliste) pour échanger et donc aboutir au mode de vie que l’on a actuellement.

      Les robots, l’informatique, etc, génèrent des objets ou des services, mais ne génèrent pas de nouvelle valeur mise en circulation dans la société ensuite.

      Et du coup pour la partie « concret » de ce branlage de mouche, c’est cela qui fait que la dette augmente indéfiniment (cf « La grande dévalorisation » de Lohoff/Trenkle [1]), et c’est cela qui fait que le capitalisme à tous les étages (et pas seulement tel ou tel « grand méchant » !) a un besoin permanent de trouver de nouveaux marchés, avec les conséquences que l’on connait…
      (C’est pas trop à la masse @ktche ? Tu peux compléter avec d’autres conséquences concrètes si tu veux… pour comprendre en quoi cela peut être utile de s’intéresser à la critique de la valeur.)

      La critique de la valeur est donc un « aiguillage » qui permet de ne pas se diriger vers de mauvaises critiques du capitalisme, et donc des mauvaises solutions. Ça ne donne pas LA solution, mais cela permet de faire le tri, un peu comme le dernier numéro de l’An 02 critiquait (pas forcément pour les mêmes raisons) une série d’alternatives qui restaient dans le cadre capitaliste/industriel et qui continuaient donc de poser plein de problèmes.

      En tout cas c’est comme cela que je le vois.

      [1] http://www.post-editions.fr/LA-GRANDE-DEVALORISATION.html

    • Et dans ce cas, effectivement, que le « travail » nécessaire soit accompli par un travailleur ou une machine ne présente pas d’autres différences que le niveau de productivité concrète qui peut être atteint.

      Oui, c’est mon propos, je vois bien le monde dont sont porteurs les deux modèles de production. Mais pour moi le plus évident, dans le cas des machines, c’est qu’il y a un emballement de la productivité dans lequel le travail d’innovation, l’extraction et le reste se concentrent dans un geste qui n’est pas du travail mais produit quand même pour celui ou celle qui les fait tourner ces richesses qu’elle pourra échanger contre des biens et des services... lesquels bien ou services pourront être produits assez indifféremment par des personnes ou par des machines. Vu le monde qui préfère le guichet électronique au guichet humain, l’indifférence semble flagrante. Quant à cet emballement, qu’il soit dû à un afflux de métaux précieux (qui sont les fétiches les plus évidents) ou à la colonisation ou à la mécanisation... c’est un emballement dont je ne vois pas trop la spécificité. Quand j’étais gamine je pensais qu’il avait fallu attendre le capitalisme et le mode de production industriel pour que les crises économiques adviennent et je crois qu’on en est toujours au stade où on pense que notre économie est en totale rupture avec les autres alors qu’elle en reproduit les figures (avec une violence inédite).

    • Par ailleurs pour reprendre l’interrogation du début, il y a sur PalimPsao quelques articles beaucoup plus simples à lire que celui cité plus haut. :)

      Par exemple celui là je le trouve plutôt bien fait :
      Qu’est-ce que la valeur ? Une introduction
      http://www.palim-psao.fr/article-35929096.html

      Marx a explicitement distingué valeur et richesse matérielle, et il a lié ces deux formes distinctes de richesse à la dualité du travail sous le capitalisme. La richesse matérielle est déterminée par la quantité de biens produite et elle dépend de nombreux facteurs, tels que le savoir, l’organisation sociale et les conditions naturelles, en plus du travail. La valeur, selon Marx, n’est constituée que par la dépense de temps de travail humain et elle est la forme dominante de richesse sous le capitalisme.

      Et du coup il y a bien une spécificité capitaliste, par rapport aux autres modes de vie (passés et quelques uns encore présents) :

      Même si la majorité des sociologues et des historiens bourgeois partent du point de vue qu’échanger fait partie de la nature humaine, l’échange de marchandises dans les sociétés prémodernes n’était pas le principe de socialisation. Là où il y avait de l’échange, il s’agissait d’un phénomène marginal. Les sociétés prémodernes étaient des sociétés basées sur l’économie de subsistance et disposaient de différentes formes de distribution des produits, comme par exemple des liens de dépendance, de pouvoir ou personnels. C’est une caractéristique des sociétés capitalistes que l’échange soit devenu le seul principe du « métabolisme de l’homme avec la nature ». Historiquement, l’échange est resté un phénomène marginal aussi longtemps que les gens disposaient de moyens propres, ou en commun, pour parvenir à la satisfaction de leurs besoins. C’est seulement la séparation violente entre l’homme et ses moyens de subsistance qui rendit possible le capitalisme et généralisa le principe de l’échange. C’est seulement dans le capital que s’accomplit la logique de l’échange.

    • Je ne vois pas la différence entre des richesses créées par le travail et celles créées par la mécanisation.

      dis-tu @aude_v

      il y en a une et majeur à mon sens, c’est que les machines ne sont plus au service des travailleurs.ses mais que ceux.lles-ci sont asservies à ces machines, à leur service 24/24.
      le blog http://www.palim-psao.fr est une référence incontournable pour comprendre ou du moins essayer de comprendre (selon ses moyens) ces problèmes.
      Un autre site s’y emploie (pas moins complexe) http://vosstanie.blogspot.fr/2016/10/division-du-travail-et-conscience-de.html

      Travail productif et travail improductif

      Ces derniers temps, la question de la conscience de classe a été posée de façon nouvelle, en connexion avec les concepts marxiens de travail productif et de travail improductif, et soumise ainsi à la discussion (1). Bien que Marx se soit longuement exprime au sujet de ce problème (2), soulevé par les physiocrates et les économistes classiques, il est aisé de résumer ce qu’il en pensait.
      Pour savoir ce qui distingue le premier du second, Marx interroge uniquement le mode de #production_capitaliste. « Dans son esprit borné, dit-il, le bourgeois confère un caractère absolu à la forme capitaliste de la production, la considérant donc comme la forme éternelle de la production. Il confond la question du travail productif, telle qu’elle se pose du point de vue du capital, avec la question de savoir quel travail est productif en général ou ce qu’est le travail productif en général. Et de jouer à ce propos les esprits forts en répondant que tout travail qui produit quelque chose, aboutit à un résultat quelconque, est eo ipso un travail productif »

      #paul_mattick #division_du_travail #conscience_de_classe
      http://www.librairie-quilombo.org/IMG/arton4392.gif?1328273959

      Œuvre posthume de Paul Mattick (1904-1981), Marxisme, dernier refuge de la bourgeoisie ? fut la dernière expression de toute une vie de réflexion sur la #société_capitaliste et l’opposition révolutionnaire.
      Connu surtout comme théoricien des crises économiques et partisan des #conseils_ouvriers, Paul Mattickfut aussi un acteur engagé dans les événements révolutionnaires qui secouèrent l’Europe et les organisations du mouvement ouvrier au cours de la première moitié du XXe siècle. A l’âge de 14 ans, il adhéra à l’organisation de jeunesse du mouvement spartakiste. Elu au conseil ouvrier des apprentis chez Siemens, Paul Mattick participa à la Révolution allemande.
      Arrêté à plusieurs reprises, il manque d’être exécuté deux fois. Installé à Cologne à partir de 1923, il se lie avec les dadaïstes. En 1926 il décide d’émigrer aux Etats-Unis. L’ouvrage présent est organisé autour de deux grands thèmes. Poursuivant son travail de critique de l’économie capitaliste contemporaine (Marx et Keynes, les limites de l’économie mixte, Gallimard, rééd. 2011), Paul Mattick revient sur les contradictions inhérentes au mode de production capitaliste.
      S’ensuit un réquisitoire contre l’intégration du mouvement ouvrier qui, en adoptant les principes de la politique bourgeoise, a abandonné définitivement toute possibilité de dépassement du capitalisme. Un texte éclairant pour une période où la crise dévoile la nature instable et socialement dangereuse du capitalisme.

    • Quant à cet emballement, qu’il soit dû à un afflux de métaux précieux (qui sont les fétiches les plus évidents) ou à la colonisation ou à la mécanisation... c’est un emballement dont je ne vois pas trop la spécificité.

      Et pourtant, c’est bien à la spécificité de l’emballement en régime capitaliste qu’il faut s’intéresser, parce qu’il explique entre autres des phénomènes induits comme la colonisation ou la mécanisation telles que nous la connaissons depuis environ deux siècles.

      Cette spécificité, c’est justement l’interaction entre la face concrète et la face abstraite des produits et des activités réalisés dans un monde où la marchandise et le travail se sont généralisés. Cela n’induit pas seulement des effets dans la sphère « économique », mais aussi dans les modes de pensée qui s’appuient sur des catégories « naturalisées » alors même qu’elles sont le produit spécifique de l’histoire du capitalisme et de lui seul.

    • Euh et à part dire que tu ne comprends pas, est-ce qu’il y a un truc spécifique que tu n’as pas compris, par exemple dans mon commentaire ?
      https://seenthis.net/messages/530334#message533482

      Personnellement je n’y comprens pas grand chose en économie ou en philosophie donc c’est assez laborieux pour moi aussi, ça me demande pas mal de temps. Mais par exemple le seul lien que j’ai mis dans ce fil, l’as-tu lu ? Il n’est pas très long (si tu trouves 15-20min à un moment) et il me parait plutôt très clair dès le départ, avec la bière et le marteau :
      http://www.palim-psao.fr/article-35929096.html

      Pour garder cet exemple, comment échanger un marteau contre une bouteille de bière ? Bière et marteau sont deux objets totalement différents qui ne servent pas à satisfaire le même besoin. Leur différence peut être d’importance pour celui qui veut boire une bière ou celui qui veut planter un clou dans un mur. Mais pour l’échange, en tant qu’opération logique, leur utilité concrète n’est pas pertinente. Dans l’acte d’échange, il s’agit d’échanger des choses égales ou des équivalents. Si ce n’était pas le cas, on échangerait sans hésiter un morceau de beurre contre une voiture. Mais tout enfant sait qu’une voiture a plus de valeur. Manifestement ce n’est donc pas l’attribut qualitatif d’une marchandise (sa nature concrète ou sensible) qui rend l’échange possible. Bière, marteau et voiture doivent donc posséder quelque chose qui les rend semblables et ainsi comparables.

      => C’est la valeur. Et celle-ci n’a rien à voir avec la matérialité des biens produits, mais avec le temps humain passé à les produire.

      => Plus il y a de robots, d’informatique, moins il y a de nouvelle valeur créé et mise en circulation dans le monde. Et donc plus il y a de problèmes (puisque les capitalistes veulent toujours plus de valeurs, sauf qu’il n’y en a pas plus, et donc soit création de nouveaux marchés qui pètent la société et la planète, soit endettement massif, soit création financière purement fictive, et plein d’autres problèmes dont la toute première base est le problème de la valeur).

    • Pourquoi le temps humain passé à les produire ? Pourquoi pas les ressources naturelles utilisées pour les produire ? Et pourquoi la valeur d’échange ne serait qu’une saloperie capitalistique et pas la conséquence de ce fait selon lequel tu peux dédaigner un objet un jour et lui accorder plus de valeur le lendemain ? Et le temps passé à produire quelque chose varie selon l’expérience et la technique (humaine, outil) utilisée.

      On en reparlera peut être si je rends compte d’un bouquin que je lis sur les Batek de la péninsule malaise mais pas in abstracto et sur le mode « lis ça » parce que c’est incompréhensible et vous me faites penser à ça.
      http://www.alain-claverie.fr/fausses/tintin_lao-tseu.gif

    • Euh non mais mon « lis ça » il fait vraiment juste 2000 mots, 15min maxi à lire hein. Ça ne me parait pas du tout du même ressort que de dire « va lire ce livre de 400 pages et on en reparle », quand même… :(

      Pourquoi le temps humain passé à les produire ? Pourquoi pas les ressources naturelles utilisées pour les produire ?

      Les ressources naturelles sont des marchandises comme les autres et ont une valeur qui est… le temps humain pour les produire. Et ainsi de suite…

      Le temps varie mais c’est une moyenne. Un peu plus détaillé : il s’agit du temps humain passé pour produire les marchandises modulo l’état des lieux (aujourd’hui mondial) de la concurrence, le temps moyen de production de la même chose.

      Il paraît clair que le temps, dépensé en énergie humaine, nécessaire pour la fabrication d’une marchandise, joue un rôle. Mais là, il y a un problème : il ne viendrait pas à l’idée d’un fabricant d’automobile, par exemple, de travailler moins vite pour augmenter la valeur de son véhicule ; ce qui d’ailleurs ne marcherait pas. Il doit se confronter à la concurrence et au niveau technique et scientifique de production d’automobiles. On peut donc dire que la grandeur de la valeur est donnée par la quantité de travail abstrait, dépendant de la moyenne du niveau de productivité sociale.

    • @aude_v je ne sais pas si c’est génial d’être moi mais ce dont je suis sûr c’est que ça me ferais chier d’être quelqu’un d’autre.
      Je n’explique rien et ne pensais pas t’enluminer. Tout comme @rastapopoulos je ne comprends pas grand chose à l’économie et j’ai besoin de « béquilles » quand c’est trop ardu.
      Malgré ça, bien souvent, j’abandonne et retourne me branler la nouille comme tu dis. J’ai essayé de lire le livre I du Capital, l’analyse faite par Karl Marx du régime capitaliste - « ou ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production ».
      Je ne suis pas sûr d’avoir compris le peu que j’en ai lu. Par contre de la classe à laquelle j’appartiens, ça je l’ai bien compris et c’est même pour ça que je suis syndiqué. Et tant pis (ou tant mieux) si ce syndicat est minoritaire, c’est mieux que d’être tout seul.

      La plupart des braves gens, le populo ne comprends rien aux lois économiques, à la bourse... et heureusement car sinon ils se révolteraient.

      Je ne sais plus qui a dit ça ! Winston Churchill peut-être ?
      Un dernier lien à 7€ ( le prix d’un paquet de clopes ), vraiment pas cher comme enluminure, chez un éditeur que j’affectionne tout particulièrement http://www.insomniaqueediteur.org/publications/le-jour-de-laddition

      Tandis que les #circuits_financiers implosent, gestionnaires et gouvernants comptent bien faire payer l’addition aux pauvres. À contre-courant du discours économique ambiant, Paul Mattick souligne, dans ce bref rappel aux réalités, qu’une politique interventionniste ne suffira pas à résoudre les épineuses contradictions que la #panique_financière a révélées à tous. Car c’est la logique même de la quête du profit qui, de fuite en avant en fuite en avant, est arrivée à son point d’explosion. Tant que les êtres humains ne sauront pas la dépasser en actes, les aberrations du système s’aggraveront, ainsi que les calamités sociales, culturelles et environnementales.

      Celui ci écrit par Paul Mattick Jr (le fils de l’autre) en 2009.

      http://www.insomniaqueediteur.org/wp-content/blogs.dir/9/files/2012/02/facsimile-couv-jour-de-laddition--632x1024.jpg

      La ressource humaine ou le temps humain pour les capitalistes est aussi une ressource naturelle.
      Une autre citation, de Joseph Staline celle là :

      l’homme, ce capital le plus précieux

      à propos de la crise de 2008

      Ils ont rédigé le plus gros chèque en bois de l’histoire et se le sont encaissé eux-mêmes.

      #Norman_Spinrad

    • Les robots, l’informatique, etc, génèrent des objets ou des services, mais ne génèrent pas de nouvelle valeur mise en circulation dans la société ensuite.

      La valeur créée peut aussi apparaître dans la rémunération des salarié-e-s qui, en disposant d’argent, vont pouvoir acheter/consommer toutes les marchandises accumulées. Peut-on, sans trop se planter, dire que la rémunération du travail sous forme d’argent participe elle aussi à la création de valeur ? Et comme certaines marchandises sont trop chères pour être payées cash, le fait que les salarié-e-s vont devoir s’endetter en empruntant aux banques ne participerait-il pas également à la création de valeur dans le sens « capitalistique » du terme ?

    • Le salaire est payé en échange d’une portion de la valeur créée. Cette dernière prend aussi la forme de la part payée aux détenteurs du capital et de celle réinvestie comme capital supplémentaire. La logique du capital (qui cherche à maximiser sa rentabilité) est de diminuer la première et de privilégier la troisième (d’où le déferlement des techniques et de la machinerie). Mais effectivement, cette logique portée par chaque capital individuel sous l’effet de la concurrence a pour effet au niveau du capital global de diminuer la solvabilité de ceux qui achètent les marchandises et assurent le bouclage d’une création de valeur « réussie »

      Pendant longtemps, des tendances compensatrices permettaient de masquer cette logique (extension des marchés par la globalisation et la marchandisation), mais depuis que la productivité (notamment grâce à l’informatisation) a atteint un niveau tel que chaque nouveau marché ne représente que peu de travail producteur, alors la création de valeur auto-entretenue n’est plus possible.

      Pour payer les marchandises, il faut effectivement en passer de plus en plus par le crédit, c’est-à-dire non pas la dépense d’une valeur précédemment créée par un travail productif, mais un pari sur le futur selon lequel la valeur sera créée et permettra de rembourser. Cela vaut pour la consommation des foyers, mais aussi pour la rémunération et l’expansion du capital. Là aussi, le cycle ne tourne plus sur son propre élan mais nécessite une « simulation » d’augmentation de la valeur par l’intermédiaire des produits financiers. Il y a bien augmentation (simulée) de la valeur mais pas de création en tant que telle par une dépense préalable de temps de travail humain productif.

      Cette simulation est fondée sur des échéances dans le futur qu’il faut bien à un moment satisfaire. Comme cela n’est plus possible (la création de valeur ne s’est pas magiquement réamorcée entretemps) on accumule alors de nouveau des crédits et des produits financiers pour compenser. La montagne s’accroit, mais sa base se rétrécit. Jusque là, la finance a sauvé le capital (et donc le travail) en repoussant le moment où sa mort sera manifeste. Mais elle le fait en accumulant un poids de plus en plus lourd à tirer pour le zombie.

    • Bonsoir,

      Pour ma part, je ne comprends pas pourquoi vous voulez à tout prix convoquer la critique de la valeur pour expliquer que seul le travail humain crée de la valeur. Il me semble que la notion est déjà dans Marx et son interprétation « orthodoxe », à moins que j’aie mal compris moi-même, bien sûr…

      Le capital naît en faisant de x euros, x+n euros, n étant le plus grand possible. Pour cela le capitaliste utilise une partie de x à acquérir des matières premières et des moyens de production. Tant qu’il en reste à ce stade, il a toujours x euros (non plus seulement en argent mais aussi en marchandises, qui constituent le capital constant), voire moins (à cause de l’usure des outils et matières qui peut survenir même sans utilisation). C’est pour cela qu’il va avec ce qui lui reste employer un travailleur, parce que le travail est la seule marchandise dont la valeur d’usage est élastique. Il paye au travailleur ce qu’il faut pour reproduire sa force de travail pendant une journée (c’est la valeur d’échange équitable, je travaille une journée pour pouvoir vivre une journée), mais il va s’arranger pour qu’au cours de cette journée le travailleur produise plus de valeur que ce qui est nécessaire à l’entretien de sa force de travail (qu’on peut comprendre comme un standard de vie, pas forcément une gamelle de haricots), valeur qu’il va accaparer : c’est la survaleur. Pour ce faire, il a deux options : 1) allonger la durée de la journée de manière à augmenter le temps travaillé après lequel le travailleur ne produit plus ce qui est nécessaire à son entretien mais commence à produire de la survaleur, 2) augmenter l’intensité du travail, pour faire en sorte que le point précédent (l’entrée dans le surtravail) soit atteint plus tôt dans la journée.

      C’est dans ce dernier cas de figure qu’intervient la machine, qui permet de produire beaucoup plus en moins de temps et donc d’accroître la survaleur accumulée en proportion du temps gagné. Le problème de ce moyen, c’est que c’est un effet temporaire. À mesure que les concurrents du capitaliste acquièrent les mêmes moyens, l’offre croît, les prix baissent et la valeur de la production globale tend à redevenir à ce qu’on peut tirer du seul travail humain, mais désormais répartie sur un volume de marchandises plus gros (pour avoir le même profit qu’avant la machinisation, il faut désormais vendre un beaucoup plus grand nombre de produits, chacun équivalant in fine à très peu de travail humain).

      Si donc on arrive à un système complètement autonome (ce qui en fait n’arrivera jamais, car on aura toujours besoin d’un humain pour le surveiller en définitive, mais bon ça ne change rien à ce qui suit), une fois le modèle diffusé, les prix vont tendre vers la simple reconstitution du capital constant (renouvellement des machines/matières premières) rendant l’activité peu ou pas rentable (si je mets 100 au départ et que j’ai 100 et des poussières à l’arrivée, en tant que capitaliste je perds mon temps). Pour la critique de la valeur (enfin, la tendance Exit !), c’est là que c’est historiquement important : l’introduction de l’informatique dans les années 80 a ouvert la voie à une automatisation globale de l’économie et donc à terme à un effondrement global des profits, d’où financiarisation massive de l’économie, d’où crise, crise, et encore crise boursières (avec des conséquences très concrètes, cf. la Grèce) tant qu’on ne sera pas sortis du capitalisme. Si on accepte ce diagnostique, il est absolument vain de réclamer des réformes de type keynésien, de chercher à opposer la finance internationale à l’économie réelle, ou d’incriminer le cynisme (au demeurant réel) des 1% les plus riches. Tout cela est à côté de la plaque et ne fera jamais que s’attaquer aux symptômes du mal qui est le système lui-même. D’où c’est tout sauf se « branler la nouille ».

      J’ai rien compris ou bien ?

    • bête comme chou @phalene tes explications sont claires, dépouillées sans besoin de couper les cheveux en quatre.
      Attaquer le système, certes ; certains.es s’y appliquent sans jamais renoncer et avec une imagination débordante et contagieuse. Delà à le renverser, c’est une autre paire de manches. Dans l’absolu ce système est voué à disparaître, le hic c’est qu’il peut entraîner tout le monde et ne rien laisser derrière lui. Sur une terre brûlée, après lui...des luges !

    • Tant mieux si ça ne vous paraît pas à côté de la plaque ! :)

      C’est tout à fait le diagnostique de la critique de la valeur, @vanderling. Si nous ne sortons pas des rapports sociaux et environnementaux induits par la valeur, le capitalisme va tout emporter, au besoin en mutant 50.000 fois pour se recomposer. C’est tout le problème de nombre d’alternatives, elles sont souvent orientées contre une forme du capitalisme et non contre le capitalisme en tant que tel.

    • Merci à tous j’y vois plus clair.

      Si nous ne sortons pas des rapports sociaux et environnementaux induits par la valeur

      @phalene est-il possible de réussir à reformuler différemment cette phrase pour qu’on puisse justement réussir à mieux se faire entendre et avoir une chance de passer à l’acte ?

      Pour moi, ce n’est pas un problème de mécanique économique, il s’agit juste d’un problème moral.
      Il faudrait qu’on fasse accepter l’idée que jouer sur le savoir des uns et l’ignorance des autres, les compétences des uns et l’incompétence des autres, pour accumuler de la valeur et donc se constituer des privilèges au dépens des autres, tout cela devrait être considéré comme socialement honteux, et répréhensible, comme le fait de voler ou frauder. Et non être glorifié comme ça l’est aujourd’hui (un spéculateur qui a gagné ? on l’applaudit, c’est un VISIONNAIRE..)
      Au risque de vous choquer, le capitalisme je m’en fous un peu, c’est une mécanique "naturelle"d’anticipation économique, vieille comme l’apparition des formes d’intelligence, qui n’est pas intrinsèquement liée à une pulsion prédatrice.
      Le diable pour moi c’est la « spéculation », c’est cette stratégie qu’on déploie pour aller exploiter/parasiter/consommer tôt ou tard ses congénères. Pulsion prédatrice qui n’a pas besoin du capitalisme pour se concrétiser (cf les autres formes de dominations intra-humaines), et qui à mon avis survivra au capitalisme si on parvient à s’en débarrasser sur le plan technique, sans avoir réussi à faire évoluer notre culture sur le plan moral..

    • Sinon, pour en revenir à la base du débat

      Le problème n’est pas le #chômage, mais l’#organisation de la #répartition de la valeur !

      Ce que j’en retiens, amis de la critique de la valeur, c’est que si on entend plutôt dans cette phrase « organisation de la répartition des richesses produites », vous nous dites qu’à partir du moment où elles seront équitablement réparties et ne pourront plus être une source de profit pour les capitalistes, ces « richesses » ne seront plus des « richesses », et du coup les inégalités se déplaceront ailleurs, c’est cela ?

    • Merci à tous j’y vois plus clair.

      […]

      Au risque de vous choquer, le capitalisme je m’en fous un peu, c’est une mécanique "naturelle"d’anticipation économique, vieille comme l’apparition des formes d’intelligence, qui n’est pas intrinsèquement liée à une pulsion prédatrice.

      Bon, bah non, t’y vois pas plus clair :D
      C’est exactement l’inverse des explications de la critique de la valeur (et en fait avant ça, de Marx lui-même au passage hein) : le capitalisme est historique et non pas an-historique, ce n’est pas du tout un mode de fonctionnement ou de pensée « ayant toujours existé », etc. C’est une organisation sociale déjà… et c’est daté, avec un début de quelques centaines d’années à peine. Donc plus ou moins récent, tout de même. Ça c’est la base de la base du travail anthropo-économique de Marx : replacer le capitalisme dans une historicisation, pour en finir avec les « de tous temps… ».

    • Ce que j’en retiens, amis de la critique de la valeur, c’est que si on entend plutôt dans cette phrase « organisation de la répartition des richesses produites », vous nous dites qu’à partir du moment où elles seront équitablement réparties et ne pourront plus être une source de profit pour les capitalistes, ces « richesses » ne seront plus des « richesses », et du coup les inégalités se déplaceront ailleurs, c’est cela ?

      Non @petit_ecran_de_fumee , ce n’est ni l’approche marxiste traditionnelle, ni l’approche de la critique de la valeur. Pour le marxisme traditionnel, le problème vient de ce que les capitalistes s’approprient la survaleur des travailleurs, volant ainsi une partie du fruit de leur travail. La solution, c’est que les travailleurs prennent en charge tout le processus productif du début à la fin et bénéficient ainsi de toute la valeur produite. Il n’y a rien à négocier avec les capitalistes en terme de répartition, la seule juste répartition c’est de les mettre hors-jeu.

      Pour la critique de la valeur, c’est le processus productif lui-même qui est problèmatique, quiconque le gère. L’originalité historique du capitalisme, c’est qu’il instaure une économie qui est séparée de la société et n’a pas pour but la perpétuation de celle-ci. Le rapport est même l’inverse : c’est la société qui est organisée pour perpétuer l’économie. En fait, c’est comme si l’économie était un flipper, et que le but de la société, la finalité de son organisation, soit de faire le plus gros score possible, en le dépassant sans cesse. Bien sûr, à un moment dans cette organisation, il faut que soient produits de la nourriture, des vêtements, des logements, etc. tout ce qui permet à la société de perdurer, mais à la base c’est secondaire, si elle faut qu’elle perdure, c’est juste parce qu’il faut quelqu’un devant le flipper. C’est là qu’est la monstruosité du capitalisme, tout le monde ne cherche plus qu’à contribuer à l’augmentation du score parce que sa survie individuelle en dépend, mais au final seulement en tant que contributeur au score (qui est donc le rapport social fondamental de la société capitaliste). Le fait qu’aujourd’hui le flipper doivent être poussé de plus en plus fort et tilte de plus en plus souvent ne va pas amener d’inégalités réellement nouvelles mais va juste rendre ce rapport social (en soi invivable) de plus en plus cru et dur, tendant au rejet et à l’élimination pure et simple de tout ce qui ne contribue pas (c’est la #barbarisation_du_capitalisme).

      Pour moi, ce n’est pas un problème de mécanique économique, il s’agit juste d’un problème moral.

      La morale, c’est mal™. :)

      Plus sérieusement, ça finit toujours pareil : les gentils sont finalement méchants avec les méchants puisque ceux-ci refusent par définition de devenir gentils après qu’on leur a expliqué gentiment. Derrière il y a toujours l’idée fallacieuse de la juste, de la bonne tyrannie, qui tiendrait aux qualités respectives de ceux l’exercent et de ceux qui la subissent. C’est le rapport tyrannique lui-même qu’il faut abolir, peut importe qui est de chaque côté du manche.

      Prenez le révolutionnaire le plus radical et placez-le sur le trône de toutes les Russies ou conférez-lui un pouvoir dictatorial – avant un an, il sera devenu pire que le tsar.

      – Bakounine

    • Je ne sais pas ce que tu vois @petit_ecran_de_fumee . Je prends tes questions comme un petit brin de soleil et j’aime beaucoup la comparaison de @phalene du système_économique avec une partie de flipper. (Soit dit en passant, de plus en plus rare dans les bistrots. ) Si le flipper #tilt fréquemment et de façon compulsive, il donne aussi des parties gratuites, des extra-balles, multi-balles, #bonus... Pour arrêter tout ce #bling_bling ; suffit de débrancher la bécane. Mais le #système_économique n’est pas branché sur secteur (encore qu’en neutralisant la production d’énergie du système économique des sociétés capitalistes ; sans siffler la #fin_de_la_partie, cela le mettrait sérieusement à l’arrêt). A l’heure actuelle, ça reste utopique ou du #sabotage. Avec la #crise_écologique, ces producteurs d’énergie veillent sur leur turbines et autre raffineries comme le lait sur le feu. Tout en gérant et provoquant des #catastrophes_à_répétition, en somme une gestion « raisonnée » du désastre, désormais officiel, de la société industrielle intimement liée avec la société capitaliste.
      Pour rebondir avec la conclusion de @phalene et sa citation de #Bakounine, voici un court texte de ce révolutionnaire ( PDF de 4 pages ). http://science-societe.fr/bakounine/#identifier_1_1769

      Non, le dix-neuvième siècle n’a pas été que scientiste, et ses penseurs révolutionnaires n’ont pas tous été fascinés par le modèle scientifique. On comprendra en lisant les lignes suivantes de Michel Bakounine (Priamoukhino, 1814 – Berne 1876), pourquoi Marx l’a fait exclure en 1872 de la Première Internationale, et pourquoi sa pensée est si longtemps restée occultée. Comme l’écrit Michel Gayraud dans sa postface à une récente réédition des écrits de Bakounine (Dieu et l’État, Mille et une nuits, 1996) : « Si, comme les philosophes des Lumières, Bakounine voit dans la science une arme propre à dissiper les ténèbres de l’obscurantisme et du fanatisme, il se refuse à la sacraliser et nous met en garde contre la tentation positiviste d’un gouvernement de savants qui exerceraient une monstrueuse dictature sur la vie elle-même. Aujourd’hui où les délires d’une caste technocratique soutenue par des scientifiques sacrifiant à la religion de l’économie produisent de nouvelles maladies et font courir des risques mortels à l’écosystème planétaire, on ne peut qu’être frappé encore une fois de la puissance anticipatrice du révolutionnaire russe. »

      *Notons que l’intérêt de Bakounine pour la science n’a sans doute pas été sans effets sur sa descendance : de ses deux filles, qui naquirent et vécurent à Naples, l’une devint la première femme professeur de chimie à l’université et l’autre, mariée à un grand médecin, eut pour fils le remarquable mathématicien Renato Cacciopoli

      J’ai découvert le site http://science-societe.fr/complements-et-amelioration-de-la-collection-survivre-et-vivre à propos de Alexander Grothendieck et de #Survivre&vivre dans un précédent post référencé par @monolecte Plusieurs numéros de Survivre et vivre (en versions numérisés) sont disponibles sur ce site.

      http://science-societe.fr/wp-content/uploads/1882/05/Bakunin_by_Vallotton-289x300.jpg

    • Festival « Novembre libertaire » Débat autour de la critique de la valeur 15 novembre, 19 h #LYON

      Présentation et discussion sur la critique de la valeur. La théorie appelée #critique_de_la_valeur (Wertkritik en allemand) est une analyse radicale du capitalisme. Radicale parce qu’elle s’attaque aux catégories fondamentales du capitalisme : l’argent, la marchandise, l’État et le travail. Sans portée programmatique, elle peut néanmoins avoir l’intérêt de faire percevoir plus directement le monde qui nous entoure et nous construit malgré nous. Au moment où la contestation de la « Loi travail » reprend, la réponse que nous propose cette #théorie est peut-être : #pas_de_loi_ni_de_travail. Il ne semble pas non plus que l’économie, qu’elle se présente comme « circulaire », relocalisée, socialisée ou autogérée, ne puisse être autre chose qu’un redéploiement sans fin de ces mêmes catégories et de leurs contradictions mortifères.
      La lecture de quelques passages éclairant les points essentiels de la critique de la valeur nous servira de base à une discussion collective.

      Groupe Critique de la valeur/Lyon
      LIEU : CEDRATS, 27 montée Saint-Sébastien 69001, Lyon 1er Horaire : 19h.
      http://www.palim-psao.fr/2016/11/debat-autour-de-la-critique-de-la-valeur-15-novembre-lyon-festival-novemb

    • @rastapopoulos :

      Bon, bah non, t’y vois pas plus clair :D

      effectivement j’ai été approximatif dans mes propos. Cela ne signifie qu’on sera complètement d’accord à la fin, mais plus précisément les termes étaient mal choisis et je voulais plutôt exprimer ça
      "c’est une mécanique "intuitive"d’anticipation économique, vieille comme l’apparition des formes d’intelligence et d’organisation sociale"

      Dans « capitalisme » j’entends littéralement protocole social de capitalisation économique permettant d’investir, consolider, accumuler de l’expérience, savoir-faire et outils, de façon à se faciliter la vie et éventuellement celle des autres.
      La version plus récente du capitalisme effectivement serait « système dont la finalité consiste à s’octroyer des privilèges de rentes et des manoeuvres de plus values aux dépens de ses pairs », et là je suis d’accord y a rien à en tirer.

    • Merci @phalene et @vanderling pour vos réponses.
      @phalene, pour préciser mon propos je vais m’appuyer sur l’autre excellent texte que tu as posté ici
      https://seenthis.net/messages/539721
      J’adhère quasiment exhaustivement à l’analyse d’Anselm Jappe.
      La seule nuance que j’apporterai se situe dans la conclusion

      Mais depuis un siècle et demi, maintes propositions « concrètes » et tentatives « pratiques » ont abouti à des conséquences opposées aux intentions originales. Mieux vaut alors, peut-être, un simple progrès théorique, une simple prise de conscience qui va dans la bonne direction : la seule chance est celle de sortir du capitalisme industriel et de ses fondements, c’est-à-dire de la marchandise et de son fétichisme, de la valeur, de l’argent, du marché, de l’État, de la concurrence, de la Nation, du patriarcat, du travail et du narcissisme, au lieu de les aménager, de s’en emparer, de les améliorer ou de s’en servir.

      Ce que lui appelle

      un simple progrès théorique, une simple prise de conscience

      , moi j’appelle ça une révolution culturelle à engager sur le plan moral.
      « Une simple prise de conscience », je ne vois pas sur quoi ça peut déboucher.
      La simple prise de conscience du fait que « fumer, c’est mal » ne suffit pas à nous faire arrêter de fumer. Il faut infléchir les comportements. L’être humain n’est pas cablé pour suivre des conseils et encore moins des injonctions, mais pour suivre des exemples, atteindre des ambitions. Il ne change pas, il s’adapte à son environnement, il se « reprogramme » en fonction de ses influences sociales.
      Pour nous émanciper de nos dépendances matérielles, de nos addictions consuméristes, du fétichisme de la valeur et de la propriété privée, je mise sur la stimulation de cette part de « bon-sens » qu’on n’a pas su défendre dans le monde actuel et qui sommeille au fond de nous. Je cherche donc à faire réapparaitre la fonction sociale et sociétale des échanges économiques, qui pouvait prédominer avant que l’inversion capitaliste nous fasse plus voir qu’une fonction économique dans nos échanges sociaux.
      Et oui cela repasse à mes yeux par de nouvelles représentations morales. Pas pour culpabiliser les mauvais, mais pour redéfinir les normes comportementales socialement acceptables, viables, durables.
      Qui excluraient l’idée même de privilège de rente consubstantielle au capitalisme.

      Cette réhabilitation s’appelle à mes yeux RSE, responsabilité sociétale des entreprises, et si bcp voient là dedans juste un petit aménagement, un rafistolage trompeur, un vernis aménageur ou un saupoudrage compensatoire, pour ma part j’y vois la possibilité de tout remettre à l’endroit, en tous cas une opportunité précieuse d’amorcer ce mouvement de reconstruction dans le concret.
      Vouloir précipiter la destruction du capitalisme sans être dans la (re)construction, non pas de l’après, mais de ce que le capitalisme n’aurait jamais dû détruire, risque de mener à ce que décrit parfaitement Jappe (et que les US nous dessinent plus encore depuis hier) :

      Ensuite, parce que le capitalisme a eu assez de temps pour écraser les autres formes de vie sociale, de production et de reproduction qui auraient pu constituer un point de départ pour la construction d’une société post-capitaliste. Après sa fin, il ne reste qu’une terre brûlée où les survivants se disputent les débris de la « civilisation » capitaliste.

    • Le capitalisme, c’est le système qui fait de x euros, x+n euros, point. Tout le reste découle de ça et là est le problème. Une gentille entreprise devra faire des profits (extraire de la survaleur), et arrivera toujours le moment où sur le marché elle devra s’adapter pour continuer à être rentable (correspondre au standard de productivité moyen dans son secteur) ou disparaître. Tu peux mettre tous les labels que tu veux sur tes produits, il arrive toujours un moment où les gens disent « faut pas déconner » quand les écarts de prix deviennent trop grands, ce qui arrivera fatalement si tu ne t’adaptes pas au marché. Il n’y a aucun salut tant que les relations entre acteurs sont médiatisées par le marché, or c’est cela qui est actuellement en deçà de tout débat, comme si c’était aussi indiscutable que la gravité. C’est ici qu’est la « prise de conscience » de Jappe : commencer à faire réfléchir le sujet sur ce qui le structure en tant que sujet et qui l’amène à se penser, à formuler les problèmes qui se posent très concrètement à lui, avant tout comme un acteur (éthique, pratique, ..., tout ce que tu veux) sur le marché.

      Tu ne peux pas prendre les choses par la morale, @petit_ecran_de_fumee, parce que celle-ci n’existe qu’entre des individus qui sont déjà déterminés par les relations qu’ils entretiennent. Pour s’imposer le capitalisme n’a pas fait la morale aux gens mais a au premier chef brisé les relations qu’ils entretenaient pour les recomposer à son service en leur imposant concomitamment, et quasi-mécaniquement, une morale adaptée à ses besoins (sans contenu strictement défini note-bien, car bien évidemment nous ne sommes plus des individus du XVIIIe-XIXe siècles, mais toutes les révolutions dans ce domaine ont été digérées, intégrées dans le système capitaliste).

    • @petit_ecran_de_fumee
      Voici un lien qui peut répondre à certaines de tes questions, j’avais classé ce site dans mes favoris et je n’avais pas mis le doigt dessus depuis un moment.

      La loi du fric, c’est la seule que connaisse le capitalisme, tout le monde en conviendra. Mais comment les capitalistes font pour en gagner ? Comment fonctionne l’exploitation capitaliste ?
      Comme expliqué dans la notion salaire, les capitalistes n’achètent pas notre travail, mais notre force de travail : ils la louent, pour une durée déterminée. Durant cette période, on bosse pour le patron, les patrons, les actionnaires, voire l’entreprise collective, la coopérative, etc. Le capitalisme peut prendre un bon paquet de forme… Mais certaines choses ne changent pas : pour se reproduire, il doit extraire de la plus-value, et toujours plus, qui plus est… Mais c’est une autre histoire.
      Mais alors, la plus-value, c’est quoi ? Et surtout, qu’appelle ton extraire de la plus value ?
      Il s’agit de la part de la valeur crée par les prolos grâce à leur travail, qui ne leur revient pas en salaire, mais va au Capital.
      Prenons l’exemple de Dominique :
      Dominique travaille dans une usine. Avec ses camarades, ils produisent des montres de luxe.gaston-cadences
      Pour simplifier, on va considérer qu’il s’agit d’une usine a l’ancienne, c’est à dire dans laquelle le processus de production est effectué dans son ensemble. (C’est d’ailleurs souvent le cas dans l’industrie du luxe.)
      Le matin, lorsque Dominique se pointe au boulot, avec ses camarades ils ont devant eux un tas de matières, non encore transformés. Il y en a pour 1000 euros de ferraille et autres.
      Bim bam boum au bout du compte, a la fin de la journée de travail, ce tas de matières premières s’est transformés en 10 jolies pt’ites montres de luxes. Prêtes a briller de mille feux au poignets de tout ces types qui ont réussis leurs vies…
      Ces belles petites montres, le patron qu’on appellera Richard, va les vendre a un détaillant, pour 1100 euros pièces.
      Bref, pour 10 montres, Richard reçoit 11000 euros.
      Là dessus :
      1000 euros servent a payer les matières premières
      1500 euros serviront a payer les salaires des prolos,
      6000 euros serviront a rembourser la banque qui lui a prêté des thunes pour acheter des machines.
      Total : 7500 euros en tout. Il en reste 3500.
      Ils sont a partager entre Richard, et le proprio du terrain de l’usine ( a qui Richard paie un loyer). De quel droit ? Celui de la propriété privée, bein tient !
      Pourtant, ces 3500 euros, sont issus du travail des prolos, de Dominique et ses camarades : c’est eux qui l’ont produite, en transformant les matières premières en marchandises. Ils ont travaillé, mis en action les machines, etc. Mais au bout du compte, le fruit de leur travail est accaparé par Richard et le proprio du terrain : ceux ci ont extrait la plus value du travail des prolos.
      On dit alors que la partie du travail non payé qui donne la plus-value est du « surtravail », c’est à dire ce que le prolétaire fait en plus de ce qui permet de payer son salaire. C’est en ce sens que nous sommes exploités. D’ailleurs, le pourcentage de surtravail par rapport au travail total est appelé « taux d’exploitation »…
      Il y a deux différents types de plus-value : la plus-value absolue et la plus-value relative.

      http://www.tantquil.net/2011/12/19/quest-ce-que-cest-la-plus-value
      La page d’accueil de Tant qu’il y aura de l’argent ... http://www.tantquil.net/wp-content/uploads/2014/03/header-e1394549220886.jpg
      http://www.tantquil.net
      ...y’en aura pas pour tout le monde.

    • Sur la question du travail, ce matin il y avait un témoignage radiophonique d’une politicienne restituant une discussion récente avec un jeune immigré irakien habitant la banlieu parisienne. Il lui racontait se sentir sans présent après que sa ville natale aie été détruite par la guerre, et particulièrement qu’il se sentait discriminé socialement (#mort_sociale ?) ne trouvant pas de travail dans son pays d’accueil.

      La politicienne termine la restitution de cette échange en disant : « et il m’a dit une chose qui m’a fait froid dans le dos, il m’a dit que #Daech recrute plus que les entreprises françaises ».

      Si la mort sociale existe vraiment, alors que penser de ce témoignage ?

      Et cette vidéo aussi est pas mal :)

      Jiddu Krishnamurti - Most people are occupied with jobs
      https://www.youtube.com/watch?v=4FHU_friuis

      Après je conseille vraiment que vous regardiez le film « Schooling the world » qu’on peut trouver sur le site de @filmsforaction (http://www.filmsforaction.org) : très éclairant (sur la question du travail justement). Le film contient les soutitres pour une dizaine de langues, dont le français et l’arabe...

    • De : Collectif Stop TAFTA - Non au Grand Marché Transatlantique <
      contact@collectifstoptafta.org>
      Date : 14 novembre 2016 à 12:56
      Objet : CETA/TAFTA : Plus que jamais, la mobilisation doit s’amplifier !

      Chèr⋅e⋅s ami⋅e⋅s,

      Le dimanche 30 octobre, au mépris des principes élémentaires de la
      démocratie, les dirigeants de l’UE et du Canada ont signé en catastrophe le
      CETA. Désormais la bataille se poursuit donc au Parlement européen.

      Pour les inciter à rejeter le CETA, interpellez les euro-députés français(..)

      Après avoir reporté une première fois le sommet UE - Canada, le Conseil et
      la Commission de l’UE ont redoublé de pressions et de manœuvres pour
      parvenir à une signature au plus vite. Ils ne s’attendaient pas à avoir une
      opposition si importante : les trois parlements belges qui ont bloqué le
      processus pendant quelques jours reprenaient pourtant à leur compte les
      inquiétudes exprimées par des centaines de milliers de citoyens qui avaient
      défilé contre le TAFTA et le CETA les semaines précédentes en Belgique, en
      Allemagne, en France, en Espagne, en Pologne, etc.

      En France, 45 rassemblements ou manifestations ont eu lieu le samedi
      15 octobre. À Paris, cette journée s’est close à 20 h à la suite d’une
      grande Assemblée citoyenne sur la place de la République où nous avons
      réaffirmé notre détermination à lutter contre ces accords de libre-échange
      destructeurs d’emplois
      , et nocifs pour l’agriculture, l’environnement, le
      climat, la démocratie et les services publics.

      La motivation première avancée de mobilisation contre ce traité est donc la sauvegarde de l’emploi... Surprenant !

      D’un autre côté c’est surprenant de voir que la réflexion sur le travail se partage sur les réseaux sociaux, comme cet autre discours par ex, tout aussi limpide et qui fait même le lien entre travail et démocratie :

      https://www.youtube.com/watch?v=7eVfDa02nSY

      #LBD #Le_Stagirite #Elephant_dans_le_salon

    • Pas mal « Schooling the world », @la_taupe, ça m’a donné envie de relire « Une société sans école » (Deschooling Society) d’Ivan Illich. :)

      Pour le Stagirite, en revanche, bof. Il s’agit plus d’une critique des conditions de travail que du travail en lui-même. Je pense d’ailleurs que la présence de Franck Lepage, soutien de Bernard Friot, n’est pas anodine.

    • @phalene merci pour ton retour sur Schooling the world et la référence à Ivan Illich. Je crois que le terme anglais plus couramment utilisé pour dire déscolariser est « unschooling ».

      Ca m’intéresse de savoir ce que sous-tend ta remarque « Je pense d’ailleurs que la présence de Franck Lepage, soutien de Bernard Friot, n’est pas anodine », car je ne connais pas très bien le contexte.

      Stagirite c’est assez gentille ; c’était pour montrer le décalage étonnamment persistant entre d’une part les contre-discours au sujet de l’ emploi (boulots de merdes, ou boulots contraints) et d’autre part les appels récurrents à se mobiliser pour la sauvegarde de l’emploi, comme on peut lire dans l’appel à mobilisation contre le #CETA.

      Sinon la vidéo de Jiddu Krishnamurti - Most people are occupied with jobs est autrement plus radicale.

    • @la_taupe, il semble que ni unschooling ni deschooling ne soient dans le dico, donc je ne saurais dire… Mais pas de doute, le titre choisi par Illich est deschooling.

      Concernant Friot, c’est qu’il propose en fait un aménagement du capitalisme et pas une rupture avec lui. On reste à faire x+n euros avec x euros mais avec une autre répartition. La survaleur va dans une caisse commune et les salaires sont répartis en proportion de la compétence de chacun (en définitive le diplôme), touché qu’il ait ou non travaillé et quelque soit la contribution de son secteur à la production de survaleur (je te laisse imaginer ce qui va se produire quand on auditera des entreprises pour se rendre compte qu’elles sont peu ou pas rentables et plombent la compétitivité globale).

      Franck Lepage a consacré une conférence (assez marrante et sans cela instructive, au demeurant) autour de la théorie de Friot :

      https://www.youtube.com/watch?v=cqIcOaKAX4k

      @vanderling, très bon avec, si je ne m’abuse, en fond une image extraite de In girum imus nocte et consumimur igni de Debord. :)

    • Si tu le dis @phalene c’est fort possible que ce fond d’image provient du film de Debord. Comme tu le sais palim-psao est plus proche des situs que de marx, en particulier Anselm Jappe. Je n’ai pas encore visionné la vidéo de F.Lepage (j’suis à la bourre) .
      un p’tit dialogue absurde et hilarant :
      – « j’ai voulu m’inscrire au chômage ! »
      – « Et alors ? »
      – « On m’a demandé quels diplômes j’avais ! »

    • Merci @phalene pour ton explication sur Friot et son aménagement du capitalisme, c’est super clair.

      On reste à faire x+n euros avec x euros mais avec une autre répartition. La survaleur va dans une caisse commune et les salaires sont répartis en proportion de la compétence de chacun (en définitive le diplôme), touché qu’il ait ou non travaillé et quelque soit la contribution de son secteur à la production de survaleur

      Sinon, je trouve que les « situs » ont vraiment toute leur place dans ce billet, merci de les avoir pointés. Ils ont tout à fait raison d’insister sur l’idée que le peuple assujéti aurait tout à gagner à comprendre le spectacle léthargique dans lequel il est plongé et qui entretient la séparation entre langage (ce qu’il permet d’exprimer et de penser) et réalité (le concrétisable ; ce que le langage permettrait d’atteindre).

      Cf. Critique de la séparation :

      http://www.ubu.com/film/debord_critique.html


  • Les inégalités démocratiques entre coopératives, mutuelles, entreprises privées et publiques | Revue du Mauss permanente
    http://www.journaldumauss.net/?Les-inegalites-democratiques-entre

    L’économie sociale et solidaire (ESS) est parfois considérée seulement une humanisation du capitalisme, or elle peut permettre une véritable alternative à ce système. Cette mutation relève prioritairement de la démocratisation économique. En effet, tant que cette dernière ne sera pas atteinte, la démocratie politique restera majoritairement dominée par la puissance des élites économiques. Car comme l’expliquait Marx, les infrastructures économiques et les infrastructures de classe déterminent et dominent les superstructures que sont l’État, le droit, les médias, l’école…

    L’idéal de la démocratie est fondé sur l’égalité de tous dans les décisions. En effet, la démocratie chez les Grecs conjugue, le Krâtos le pouvoir, avec celui du Dêmos, le peuple. Abraham Lincoln définissait ainsi la démocratie « Le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». De même, Bernstein estime que la démocratie « est le régime politique où la souveraineté est exercée par le peuple » [1]. Pour Delannoi, la démocratie est le « gouvernement des citoyens » [2]. Si nous élargissons cette définition à toutes les situations de décision collective, la démocratie est donc la puissance de tous les individus d’un espace commun (un territoire, une organisation…). La démocratie peut donc être définie comme le gouvernement de tous, par tous. Il s’agit d’un idéal inatteignable dès qu’un individu ne vit plus seul. Liberté, égalité et ordre collectif, sont les trois grands principes qui structurent les différents systèmes de politiques économiques. Ces trois principes forment un triangle de forces relativement antagonistes et complémentaires, c’est-à-dire, un « équilibre dynamique ».

    Les coopératives peuvent servir de modèle à une démocratisation de l’économie. Néanmoins, il s’agit de bien analyser le fonctionnement démocratique de celles-ci et surtout leurs limites. Aussi, la question à laquelle nous allons chercher à répondre est celle-ci : quelles sont les conditions de la légitimité démocratique dans une unité de production en particulier dans les coopératives et les mutuelles ? Après avoir définit juridiquement, sociologiquement et philosophiquement, ces différentes formes d’unités de production, nous comparerons la réalité et les conditions nécessaires à leur mise en œuvre de la démocratie interne. Enfin, nous comparerons les différents types de légitimité démocratique au sein des coopératives, des mutuelles, des entreprises publiques et privées.


  • Quelle est la bonne distance pour comprendre le monde ?

    http://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/quelle-est-la-bonne-distance-pour-comprendre-le-monde

    C’est le truc qui me préoccupe depuis à peu près 35 ans. Petite dédicace pour l’ami @alaingresh :) qui se souviendra avec nosalgie des interminables discussions sur « quel angle va-t-on donc bien pouvoir prendre pour aborder cette question » ha ha !

    https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/2016/06/afd45c48-5321-4a3b-a110-ade3b03c38d0/600x337_maxpeopleworld865823.jpg

    Le monde est multipolaire. Pourtant, nous continuons à le regarder avec nos lunettes d’hier, celles d’un ordre international qui n’existe plus. Mais où faut-il se placer pour avoir le bon point de vue ?

    #géopolitique #perception #visualisation #géographie #cartographie #enseignement #savoir #connaissance #production_du_savoir


  • Les multiples formes actuelles de la conversion d’#élevages laitiers de #montagne vers la production de #viande

    La forte dérégulation des marchés du lait en Europe, initiée en 2003, interroge l’avenir de la #production_laitière. Le renforcement de la concurrence dans et entre les zones de montagne et de plaine fait craindre une augmentation des cessations de production laitière dans les montagnes françaises. Depuis la crise laitière de 2008, des conversions d’élevages laitiers à la production de viande se développent, et les changements qui les accompagnent sont très peu étudiés au niveau des exploitations et de leur mode d’utilisation des surfaces. Ceci vient d’être appréhendé dans le #Massif_Central à partir d’enquêtes dans des élevages récemment convertis. Les résultats montrent que les conversions s’inscrivent actuellement dans toutes sortes de dynamiques d’exploitations (agrandissement, maintien ou cessation). Les prairies prennent une place plus importante dans l’alimentation des animaux et l’autonomie fourragère des exploitations s’améliore sans bouleversement des systèmes fourragers en place. Quant à la perception des éleveurs sur les changements liés à la conversion, ils concernent avant tout l’amélioration du travail et de la qualité de vie. Il ressort que la conversion est une dynamique d’élevage actuellement très multiforme et disséminée dans un territoire. Ceci appelle pour l’avenir à un accompagnement et une gestion territoriale (bassin de collecte) de ces conversions ne se limitant pas aux exploitations « en perte de vitesse » d’une zone laitière.

    https://rga.revues.org/docannexe/image/3309/img-1-small480.jpg
    https://rga.revues.org/docannexe/image/3309/img-3-small480.jpg

    https://rga.revues.org/3309
    #lait #France