• Dans les #Alpes, face au #coronavirus, mettre les migrant·es à l’abri

    Alors que les #Hautes-Alpes regorgent d’#infrastructures_touristiques inutilisées pendant la période de #confinement, aucune #mise_à_l’abri préventive n’a été décidée pour les 120 personnes précaires du département. Malgré tout, les associations s’organisent et ripostent.

    Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, les migrant·es ne viennent plus, après avoir traversé le col de Montgenèvre à pied de nuit, toquer à la porte du #Refuge_solidaire de #Briançon (Hautes-Alpes). De chaque côté de la frontière, les populations sont confinées, coronavirus oblige. Les #maraudes, qui venaient en aide aux exilé·es dans la #montagne, sont suspendues. Depuis le début du confinement, le Refuge, qui fourmillait de bénévoles venu·es donner un coup de main, est désormais fermé au public et quasiment autogéré par les 14 migrants accueillis.

    « On fait en sorte qu’il y ait le moins de #bénévoles possible qui passent, explique Pauline, coordinatrice du Refuge. On a peur de leur transmettre le #virus. Si quelqu’un l’attrape, on peut être sûr que tout le refuge sera infecté. » Les exilé·es ont compris les enjeux sanitaires, mais, dans un lieu de vie collectif, le respect des #mesures_barrières et de la #distanciation_sociale est difficile.

    Limiter le risque de contamination grâce à l’#hébergement_préventif

    Si le problème se pose à Briançon, où 14 personnes sont accueillies dans le Refuge solidaire et 15 autres dans le squat #Chez_Marcel, à Gap (Hautes-Alpes), la situation est plus grave encore. Là-bas, une soixantaine de personnes vivent au #squat du #Cesaï dans des conditions de #promiscuité et d’hygiène « déplorables » selon les associations. « Toutes les fontaines de la ville de #Gap sont fermées, constate Carla Melki, qui gère la crise sanitaire du coronavirus dans les Hautes-Alpes pour Médecins du monde. Une mesure dont souffrent les migrants : « C’est impossible pour les personnes précaires de se doucher, ou même de se laver les mains. » Après des demandes insistantes, des #douches ont été ouvertes trois fois par semaine « pour un minimum de #dignité ». Les conditions d’habitat précaires sont loin de permettre les mesures de protection qu’impose l’urgence sanitaire.

    « On pourrait limiter le risque contamination de ces publics précaires en leur offrant un hébergement préventif, regrette Carla Melki. Dans les Hautes-Alpes, on parle de 120 personnes à héberger. Dans un département où il y a d’énormes infrastructures touristiques qui ne sont plus utilisées, la possibilité de mettre à l’abri paraît plutôt facile. »

    « Ce qu’on déplore toujours c’est la prévention »

    À l’absence de possibilité de confinement correct pour les personnes démunies, s’ajoute un #accès_aux_soins rendu plus difficile par la fermeture des Permanences d’accès aux soins (Pass). Elles permettaient aux personnes sans couverture maladie de bénéficier d’une offre de #santé. Leur personnel soignant a été redéployé dans les services hospitaliers surchargés. « On fait face à une #crise_sanitaire. On comprend que les hôpitaux centrent leurs forces sur les urgences et les tensions qui risquent d’arriver dans les prochains jours », estime Carla Melki.

    Pour pallier ce manque, Médecins du monde, financé par l’Agence régionale de santé (ARS), a mis en place une #unité_mobile #Santé_précarité. Elle prend en charge les publics fragiles, notamment les migrants, dans le cadre de l’#épidémie de coronavirus. « On va vers les personnes dans les lieux d’accueil, comme le Refuge solidaire, Chez Marcel ou le Cesaï à Gap », détaille Carla Melki. Là, l’équipe effectue un travail de #prévention et d’#information autour de la #Covid-19, ainsi qu’une #veille_sanitaire. « Dans les #Hautes-Alpes, le dispositif mis en place me semble adapté, conclut-elle. Ce qu’on déplore toujours, c’est la prévention. Il vaut mieux prévenir que guérir. C’est là-dessus qu’on aimerait voir un pas en avant de la préfecture. »

    https://radioparleur.net/2020/04/03/urgence-sanitaire-mise-a-labri-migrants-coronavirus-dans-les-hautes-al
    #asile #migrations #réfugiés #tourisme #précarisation #frontière_sud-alpine

    ping @thomas_lacroix @karine4 @isskein

  • #Atalanta - #Valence, la « #partie_zéro » ?

    Le 19 février dernier, l’Atalanta de Gian Piero Gasperini explosait Valence (4-1) en huitième de finale aller de la Ligue des champions devant plus de 40 000 tifosi venus de Bergame et des alentours. Un moment historique pour le club lombard qui a néanmoins une face sombre. En effet, aujourd’hui, plusieurs médecins pensent que cette rencontre pourrait bien être l’une des causes majeures du chaos qui règne actuellement dans la cité italienne. Explications.

    Il y a un mois jour pour jour, Adriano Trevisan s’éteignait près de Padoue et devenait ainsi la première victime du Covid-19 en Italie. La première d’une longue série, qui ne cesse de s’étirer de l’autre côté des Alpes. Samedi, comme partout dans le pays, de nouveaux chiffres sont tombés à Bergame et ces derniers ne sont pas bons, évidemment. Rien que pour la journée, 715 nouveaux cas ont été recensés dans la « Cita dei Mille » , ville de 120 000 habitants, qui a déjà perdu 533 de ses citoyens depuis le début de la pandémie. Des citoyens qui ont peut-être reçu aujourd’hui un début de piste : et si la propagation express du virus était simplement due à la rencontre de #Ligue_des_champions Atalanta-Valence, disputé le 19 février dernier au #stade San Siro de Milan ?

    « Atalanta-Valence a été une #bombe_biologique »

    En effet, il y a un mois, plus de 43 000 spectateurs venus de Bergame et de ses environs venaient assister dans l’enceinte milanaise à un moment d’histoire. Ce soir-là, la Dea renversait Valence (4-1). Les quotidiens italiens parlaient de « fête » , de « nuit magique » , de « soirée inoubliable » . Des irréductibles qui ont suivi l’équipe depuis la Serie C, aux enfants qui ont manqué l’école pour assister à cette campagne européenne inédite pour leur club, tous voulaient en être. Sans savoir que ce serait au péril de leur vie. « J’ai entendu plein de théories (à propos de la propagation plus rapide qu’ailleurs du virus à Bergame, N.D.L.R.), voici la mienne, répond ce jour #Fabiano_Di_Marco, responsable du département pneumologie de l’hôpital Papa Giovanni XXIII de Bergame au Corriere della Sera. 19 février, 40 000 Bergamasques à San Siro pour Atalanta-Valence. En bus, en train, en voiture. Atalanta-Valence a été une bombe biologique. » En cause : la #promiscuité entre supporters dans un métro milanais bondé, dans les tribunes, autour des foodtrucks pour déguster de délicieux panini.

    Puis, ces moments de joie. Fêtés sans respect de consignes qui n’existaient pas encore. Parfois, même, en compagnies de certains des 2500 supporters valenciens ayant fait le déplacement à Milan. Pour échanger des fanions, faire des photos souvenirs, partager des bières dans un même réceptacle. Sans parler uniquement des supporters, le journaliste espagnol Kike Mateu, atteint du coronavirus, était présent au stade et a côtoyé ses confrères et consœurs dans les coursives du stade et en salle de presse. Chez les joueurs, aussi. Si Ezequiel Garay (premier joueur infecté en Liga) n’était pas du voyage en Italie, près de 35% de l’effectif de Valence est infecté aujourd’hui. Cela fait déjà quelques coïncidences.

    Prier pour Bergame

    Depuis l’hôpital Umberto I de Rome, le médecin Francesco Le Foche n’écarte pas non plus l’hypothèse. « Il y a probablement eu plusieurs déclencheurs et catalyseurs pour expliquer la diffusion du virus, explique-t-il au Corriere dello Sport. Le match #Atalanta-Valencia aurait très bien pu être l’un d’entre eux. Il a été le point culminant de l’#euphorie_collective dans une saison de football unique pour ce club. Un mois s’est écoulé depuis ce match, le timing est donc pertinent. Le regroupement de milliers de personnes, à quelques centimètres les unes des autres, se livrant à des manifestations d’euphorie comme des étreintes ou des cris, tout cela a pu favoriser la #propagation du virus. »

    Si la Serie A doit reprendre ses droits le 2 mai prochain, et que le Napoli compte reprendre le chemin de l’entraînement la semaine prochaine, pas sûr que l’on rejouera de sitôt en Lombardie et à Bergame. Du moins, pas avec du public. En attendant, du côté de l’Atalanta, aucun membre de l’effectif n’a (à ce jour) été recensé comme étant atteint du Covid-19. Federica Percassi, la fille du président de l’Atalanta, a appelé sur Instagram « à prier pour Bergame » ce lundi à 12h. Malheureusement, il n’y a plus que cela à faire, car il est trop tard, et surtout inutile, d’avoir des remords concernant une rencontre qui devait être une fête comme une autre.

    https://www.sofoot.com/atalanta-valence-la-partie-zero-481483.html
    #foot #football #match_de_foot #coronavirus #Bergame #Italie #contamination #cas_zéro
    ping @simplicissimus @fil

    • Au moment où culminent les craintes qu’une épidémie Covid 19 dans les camps de réfugiés et plus particulièrement au hot-spot de Moria à Lesbos ne pourrait que tourner à une catastrophe humanitaire sans précédent, des jeunes demandeurs d’asile, parlant plusieurs langues, ont organisé une équipe, « #MORIA_AWARENESS_CORONA_TEAM » (#ΜΑCT), pour essayer de faire face à la situation ? MACT explique aux résidents les règles d’hygiène et la nécessité absolue de limiter les contacts avec le monde extérieur, et s’est chargé de régler la circulation à distance de sécurité des réfugiés dans le supermarché le plus proche. La même équipe a construit avec l’aides des organisations solidaires, un atelier de fabrication de masques de protection en tissu.

      Voir: https://standbymelesvos.gr/2020/creation-of-corona-awareness-team-in-moria-camp

      Reçu de Vicky Skoumbi, via la mailing-list migreurop, le 22.03.2020
      #Moria #Lesbos #Grèce

    • Fears of catastrophe as Greece puts migrant camps into lockdown

      Doctors say coronavirus outbreak could be disastrous amid ‘horrific’ conditions.

      As the Schengen area closed its external borders last week, in a move designed to replace the closing of member states’ national borders against imported Covid-19 infection, some internal barriers still went up in Europe. The day after the European commission’s announcement, the Greek government introduced a set of measures that would apply to the migrant camps in the Greek islands.

      As of Wednesday, the camps have been locked down from 7pm to 7am. In the daytime, only one person is allowed out per family, and the police control their movements. Some camps, on the islands of Leros and Kos, have been closed entirely.

      Meanwhile, visits to the camps’ reception centres have been temporarily suspended, except for those who work there, and arrivals are being subjected to compulsory fever screening. The measures only apply to the camps, not to the resident population of the islands.

      In the five Greek island “hotspots” that are sheltering about 42,000 people, one case of Covid-19 has been recorded. The affected person is a resident of the island of Lesbos. There have been no cases in the camps so far.

      In Greece as a whole, 464 cases of Covid-19 have been recorded and six deaths. The government has banned mass gatherings and is urging Greeks to practise social distancing. Thirteen hospitals on the mainland have been turned over to the treatment of Covid-19.

      “The imposition of this restriction of movement on the people of the camps and not for anyone else on the islands is unacceptable and discriminatory,” said Apostolos Veizis, director of the medical operational support unit for Médecins sans Frontières (MSF) in Greece. “You are locking children, women and men into severely overcrowded camps where the sanitation and hygiene conditions are horrific.”

      The largest camp, Moria on Lesbos, is temporary home to about 20,000 people but was built for just over 6,000. In parts of Moria, there is one water tap for 1,300 people, one toilet for 167 people and one shower for 242 people.

      Up to six people may be sleeping in 3 sq metres (32 sq feet), a quarter of the size of an average parking space. “They do not have enough water or soap to regularly wash their hands and they do not have the luxury of being able to self-isolate,” Veizis said.

      Over a third of the migrants are children, just under a half of whom are unaccompanied. Their principal countries of origin are Afghanistan, Syria, Iraq, Palestine and the Democratic Republic of the Congo, and their average stay in the camp is between five months and a year.

      There are already high levels of health problems among the migrants, due to the unsanitary conditions, and high levels of stress. Veizis calls the situation “a chronic emergency”. “If we had an outbreak in these camps, it would be disastrous,” he said.

      The Greek National Public Health Organisation, which is responsible for health in the camps, did not respond to requests for comment. However, a European commission spokesperson, Ciara Bottomley, wrote in an email that the commission was funding the deployment of doctors and other medical staff to the hotspots. “The healthcare response in case of an incident on a hotspot island foresees first treatment at the local island hospital followed by air evacuation to one of the specialised hospitals in the mainland,” she went on.

      Those measures appear to apply to local residents only. Since last July, all arrivals to the camps have been excluded from the Greek healthcare system. Three government-funded doctors are conducting vulnerability screening in Moria, but the only medical care is being provided there by NGOs and voluntary groups.

      Veizis said MSF had been in contact with the government to discuss case management in the camps as part of the government’s evolving Covid-19 strategy, in case of an outbreak there.

      Meanwhile, he fears the new regime will add to the migrants’ stress while fanning tensions between them and local residents. Violence directed at NGOs forced some of them to temporarily suspend operations this month.

      The new measures, Veizis says, are just “one more element to pit the people of the islands against the asylum seekers”.

      https://www.theguardian.com/global-development/2020/mar/21/fears-catastrophe-greece-migrant-camps-lockdown-coronavirus
      #confinement

    • Coronavirus auf Lesbos: Wie junge Geflüchtete gegen die Krise kämpfen

      Das neuartige Coronavirus hat Europa fest im Griff. Homeoffice, Ausgangssperren, Grenzschließungen, Hamsterkäufe. Einige Regionen bereiten sich noch auf die Pandemie vor, andere stecken bereits mittendrin.

      Wie aber bereitet man sich an einem Ort auf das Virus vor, an dem schon im Normalzustand kaum ein menschenwürdiges Leben möglich ist?

      Etwa 20.000 Menschen leben im Camp Moria auf Lesbos. Das Lager für Geflüchtete ist überfüllt, die hygienischen Bedingungen sind katastrophal. Immer wieder kommt es zu Bränden, erst am Montag starb dabei mindestens ein Kind.

      Spätestens seit es auf Lesbos den ersten bestätigten Corona-Fall gibt, wächst die Sorge darüber, was passiert, wenn das Virus das Lager erreicht. Das Krankenhaus im nahegelegenen Mytilini wäre mit einem Ausbruch komplett überfordert. Wegen in letzter Zeit aufgetretener Angriffe von Rechtsradikalen haben Hilfsorganisationen im Camp ihre Arbeit reduziert (bento). „Gesundheitsversorgung existiert nicht in Moria“, sagte Apostolos Veizis von „Ärzte ohne Grenzen“ kürzlich dem SPIEGEL.
      „Vor allem Informationen verbreiten“

      Eine Gruppe junger Geflüchteter will dabei nicht tatenlos zusehen. Mit Unterstützung der Hilfsorganisation „Stand by me Lesvos“ haben sie das „Moria Corona Awareness Team“ gegründet und versuchen, mit den ihnen zu Verfügung stehenden Mitteln die Menschen im Lager über das Virus aufzuklären. Mit dabei sind Vertreterinnen und Vertreter verschiedenster Nationalitäten, die in Moria leben.

      A call for support from the Moria Corona Camp Team in Lesvos for solidarity and help. Lesvos is facing a huge crisis....
      Posted by Stand by me Lesvos on Thursday, March 12, 2020

      Einer von ihnen ist der 19-jährige Masi aus Afghanistan. „Wir wollen vor allem Informationen verbreiten“, sagt er im Telefon-Interview mit bento. Darüber, wie Menschen sich im Camp vor dem Coronavirus schützen könnten. Überall im Camp haben sie handgeschriebene Plakate mit Informationen aufgehängt. Hände waschen, Abstand halten, das Virus ernst nehmen. In vier Sprachen: Farsi, Arabisch, Französisch und Englisch.

      „Zusätzlich fahren wir durchs Camp und informieren die Menschen über Megafone, die wir besorgen konnten“, erzählt Masi.
      Pragmatisch, nicht verzweifelt

      Das Team wurde binnen weniger Tage zusammengetrommelt, immer mehr Menschen schließen sich der Gruppe an. Dass es viel zu tun gibt, merkt man: Mitten im Interview reicht Masi das Telefon weiter, irgendwo wird er gerade gebraucht.

      Fereshte, 17, soll übernehmen. „Am Wichtigsten ist, dass wir den Menschen Hoffnung geben, dass wir sie beruhigen“, sagt sie. Ihrer Erfahrung nach funktioniere das im persönlichen Gespräch oder über die Megafone am besten. Die relevanten Informationen hätten sie vorher auf offiziellen Seiten im Internet recherchiert.

      Ein großes Problem bei ihrer Arbeit seien im Camp kursierende Gerüchte, die Panik schüren. „Es gab in den letzten Tagen zwei Tote im Camp. Viele erzählten, sie seien an Corona gestorben, aber das stimmt nicht, es waren Herzinfarkte.“

      Fereshte klingt pragmatisch. „Die griechischen Behörden machen wenig, also müssen wir selbst anpacken“, sagt sie.
      Geflüchtete regeln den Lidl-Einkauf

      Immer mehr Geflüchtete beteiligen sich am Corona Awareness Team. „Inzwischen sind wir mehr als 50 Freiwillige. Wir hoffen, das in den nächsten Tagen mindestens noch verdoppeln zu können“, sagt der 30-jährige Apotheker Omid, der ebenfalls mithilft.

      Die Aufgaben beschränken sich nicht mehr auf das Verbreiten von Informationen. Mit Hilfe von Hilfsorganisationen hat das Team eine kleine Fabrik aus dem Boden gestampft, in der Geflüchtete Atemschutzmasken nähen.

      Auch im knapp fünf Kilometer vom Camp entfernten Lidl ist das Corona Awareness Team mittlerweile im Einsatz. In Absprache mit der Geschäftsleitung habe man einen Dienst organisiert, der den Einlass in den Markt regelt, damit nicht zu viele Menschen gleichzeitig auf engem Raum einkaufen. „Wir rufen die Leute auch dazu auf, in der Schlange vor dem Markt Abstand zu halten“, erzählt Omid.

      Auch die lokalen Griechinnen und Griechen, die im Lidl einkaufen, fänden diese Maßnahme gut. „Sie sind sehr freundlich und freuen sich darüber, dass wir etwas tun“, sagt Omid. Er erzählt, dass sie hoffen, eine ähnliche Aufsicht auch an der Nahrungsausgabestelle im Camp etablieren zu können.
      Forderungen nach Evakuierung

      Wie hart das Virus Moria treffen würde, ist schwer abzusehen. Zwar leben laut dem Leiter des Camps Dimitris Vafeas nur 178 Menschen in Moria, die über 65 Jahre alt sind und damit aufgrund des Alters zur Risikogruppe gehören. Durch die schlechten hygienischen Bedingungen und die mangelhafte medizinische Versorgung sind aber auch viele jüngere Menschen stark geschwächt.

      Deshalb häufen sich angesichts der Coronakrise die internationalen Forderungen, Moria endlich zu evakuieren. "Ärzte ohne Grenzen“ warnt: „Die entsetzlichen Lebensbedingungen in den überfüllten Hotspots auf den Inseln sind ein idealer Nährboden für COVID-19.“

      Der SPD-Bundestagsabgeordnete Lars Castelluci fordert, dass die Geflüchteten aufs griechische Festland gebracht werden. Ähnlich äußerte sich Grünen-Parteichefin Annalena Baerbock.

      Under dem Motto #LeaveNoOneBehind haben Menschen aus Politik, Kultur und Zivilgesellschaft eine Petition für den Schutz der Geflüchteten gestartet. Zu den Erstunterzeichnerinnen und -unterzeichnern gehören unter anderem die Influencerin Louisa Dellert, der Moderator Joko Winterscheidt und der Musiker Henning May. Mehr als 20.000 Menschen haben die Petition bisher unterschrieben. „Das Virus unterscheidet nicht nach Hautfarbe, Religion oder Geschlecht. Corona betrifft uns alle“, heißt es da. Wer jetzt nicht handle, mache sich mitschuldig für die Katastrophe, die den Menschen in Not drohe.

      Auch Omid wünscht sich Hilfe und Solidarität: „An die europäischen Staaten: Bitte kommt und steht an unserer Seite. Wir tun, was wir können. Aber wir brauchen mehr.“

      https://www.bento.de/politik/coronavirus-auf-lesbos-wie-junge-gefluechtete-gegen-die-krise-kaempfen-a-0fd09

    • Coronavirus : des eurodéputés appellent à évacuer les migrants les plus vulnérables des camps grecs

      La commission des libertés civiles du Parlement européen a appelé lundi à l’évacuation d’urgence par l’UE des migrants les plus vulnérables au coronavirus des camps surpeuplés en Grèce, mettant en garde contre le « risque de nombreux décès ».

      La commission des libertés civiles du Parlement européen a appelé lundi à l’évacuation d’urgence par l’UE des migrants les plus vulnérables au coronavirus des camps surpeuplés en Grèce, mettant en garde contre le « risque de nombreux décès ».

      Dans une lettre adressée au commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarcic, le président de la commission parlementaire LIBE, Juan Fernando Lopez Aguilar, a alerté sur la situation des 42.000 demandeurs d’asile entassés sur les îles grecques, où il n’y a « aucune possibilité de distanciation sociale » et où « l’équipement médical nécessaire n’est pas disponible ».

      « C’est une urgence et l’UE doit réagir en conséquence avec un plan d’action qui devrait au moins inclure une évacuation préventive de la population à haut risque, notamment les plus de 60 ans et les personnes souffrant de problèmes respiratoires, de diabète ou d’autres maladies qui augmentent le risque de symptômes sévères », écrit-il au nom de la commission LIBE qui rassemble tous les partis.

      « Si l’UE échoue à agir immédiatement, la situation sur les îles grecques deviendra ingérable, avec le risque de nombreux décès », avertit-il.

      Les eurodéputés demandent aussi pour les demandeurs d’asile un effort coordonné accru de la part des systèmes de santé des Etats membres, et davantage d’aide financière pour augmenter les capacités d’hospitalisation et de soins intensifs.

      Alors que sept pays de l’UE se sont engagés à la mi-mars à accueillir quelque 1.600 enfants des îles grecques, ces eurodéputés appellent « à continuer » d’agir pour leur « relocalisation rapide ».

      Deux cas de coronavirus ont été diagnostiqués sur l’île de Lesbos mais pour l’heure, aucun n’a été détecté dans les camps grecs.

      Afin d’éviter une propagation de l’épidémie, Athènes a imposé de strictes restrictions à la liberté de mouvement des migrants sur les îles égéennes. Les visites dans les camps sont également réduites au minimum.

      https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/230320/coronavirus-des-eurodeputes-appellent-evacuer-les-migrants-les-plus-vulner

    • Europe must act to stop coronavirus outbreak in Lesbos, say MEPs

      As the coronavirus pandemic spreads across Europe, refugees and migrants living in overcrowded camps remain extremely vulnerable.

      On the island of Lesbos, one suspected coronavirus case would be enough to raise concerns in the Moria camp. Human rights organisations are concerned asylum seekers won’t have access to resources needed to prevent and then treat the outbreak.

      “It will be a very difficult situation if the virus comes to Moria or any other overcrowded reception centres or hotspots on the Greek islands,” admits Ylva Johansson, Commissioner Home Affairs.

      “That’s why it is necessary to take a lot of measures right now … So far, there is no detected virus in the camps.”

      NGOs have raised concerns over asylum procedures being frozen. According to the Commissioner for Home Affairs, processing applications must not be stopped.

      “People arriving at the borders still have the right to apply for asylum and cannot be sent away without their claim being assessed,” explains Professor Philippe De Bruycker, Institute for European Studies, Université Libre de Bruxelles. “This does not mean that nothing can be done regarding the protection of health: People requiring asylum maybe tested to see if they are sick or not, and if they are it can be applied measures such as quarantine, or even detention or restrictions of movement within the territory of the states.”

      Restrictions on travel and social distancing measures means delays in the asylum process are inevitable.

      “A lot of member states are making the decision that the interviews with asylum seekers should not take place right now because they would like to limit the social interaction,” says Commissioner Johansson. “So there will be delays in the processes of asylum, but I think that member states are taking measures to deal with the risk of the virus being spread.”

      MEPs have called for an “immediate European response” to avoid a humanitarian crisis spiralling into a public health crisis. NGOs warn there is little chance of not getting infected living in such conditions.

      https://www.euronews.com/2020/03/24/europe-must-act-to-stop-coronavirus-outbreak-in-lesbos-say-meps

    • Αυτοψία του « Ν » στο λιμανάκι της Πέτρας

      Βρίσκονται εκεί 56 μετανάστες, από το Αφγανιστάν και το Κογκό, ανάμεσά τους και πολλά παιδιά.

      Παραπλεύρως του λιμανιού της Πέτρας βρίσκονται από την περασμένη Δευτέρα ως και σήμερα 56 συνολικά μετανάστες, στην πλειοψηφία τους από το Αγφανιστάν και 6 από το Κογκό.

      Πρόκειται για νεοαφιχθέντες στη Λέσβο, που βγήκαν με βάρκα από τα τουρκικά παράλια στην περιοχή του Γαβαθά. Ανάμεσα τους βρίσκονται αρκετές γυναίκες και παιδιά. Σύμφωνα με το νέο νομοθετικό πλαίσιο, κανείς τους δεν έχει δικαίωμα κατάθεσης αιτήματος για χορήγηση ασύλου, παραμένοντας ουσιαστικά στην παραλία, όπου έχουν δημιουργήσει κάποιες πρόχειρες κατασκευές μαζί με κάποιες σκηνές, αφού οι αρχές τους έχουν βάλει σε καραντίνα για 14 ημέρες, λόγω της πανδημίας του κορονοϊού.

      https://www.stonisi.gr/post/8007/aytopsia-toy-n-sto-limanaki-ths-petras-pics-video

      –—

      Commentaire de Vicky Skoumbi, reçu via la mailing-list Migreurop, le 29.03.2020 :

      Regardez dans quelles conditions de ‘confinement’ sont obligés de vivre 56 réfugiés, originaires la plupart d’Afghanistan et 6 du Congo, dont plusieurs femmes et enfants à Petra de Lesbos. Ils sont arrivés lundi dernier près du port de Petra, au nord de Lesbos. Le nouveau cadre législatif leur interdit l’accès à la procédure d’asile et les autorités les obligent de rester en quarantaine sur place ( !!!) pendant 14 jours dans des abris de fortune que vous voyez au milieu de nulle part. C’est une pratique systématique depuis deux semaines à Lesbos : les nouveaux arrivants ne peuvent plus accéder à Moria et la seule « alternative » adoptée par les autorités est de les maintenir sur place à l’endroit même où ils ont débarqués sans aucune infrastructure d’accueil, jusqu’à leur transfert aux centres de détention fermés comme le camp sinistre de Klidi au nord de la Grèce voir

    • Les camps de migrants, une bombe sanitaire à l’heure de la pandémie

      A l’heure où l’on demande à chacun·e d’entre nous de respecter scrupuleusement les mesures de distanciation sociale afin d’endiguer l’expansion du COVID-19, la Grèce préconise l’enfermement collectif de milliers de personnes migrantes sur ses îles comme mesure de lutte contre l’extension de la pandémie dans le pays. Pourtant, si on souhaite préserver la santé d’un maximum de personnes, ces camps de premier enregistrement et de tri des personnes migrantes (hotspots) devraient être évacués de toute urgence et leur résident.e.s accueilli.e.s dans des hébergements où la distanciation sociale est possible et où les mesures d’hygiène de base et les soins de santé sont accessibles. Préserver la santé des exilé.e.s, c’est préserver notre santé à tous et toutes.

      Les appels qui demandent l’évacuation des milliers de personnes résidant dans les hotspots en Grèce fusent [1] à mesure que les témoignages terribles se multiplient. Pétition d’ONG, de médecins et de collectifs citoyens mais aussi indignation d’eurodéputés et de la commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe au sujet de la dangerosité sanitaire des centres de détention. Pourtant, rien n’y fait. Actuellement, la Grèce, quand elle n’empêche pas complètement les entrées et sorties de ses hotspots, déplace des centaines de personnes depuis ces lieux de détention pour les emmener sur d’autres îles ou dans des centres fermés sur le continent éloignés de tout, comme dans le no man’s land de Klidi au nord du pays. Pas d’accès correct aux services de base (eau, nourriture, logement, mesures d’hygiène et soins de santé), pas de recours possible à un avocat, peu d’accès aux informations et possibilités de communication vers l’extérieur. Médecins Sans Frontières estime la population des cinq camps insulaires en Grèce à 42 000 personnes, alors que la capacité totale de ces derniers est de 6 000 personnes.
      Déni d’accueil, déni d’asile

      S’ajoute à cette situation de non accès aux mesures sanitaires préconisées par l’OMS e en temps de coronavirus (la distanciation sociale, lavage des mains réguliers, etc.), l’impossibilité temporaire de demander l’asile en Grèce et dans nombre d’Etats européens. En Belgique, l’Office des étrangers a fermé ses bureaux, ce qui empêche la prise en charge des nouveaux arrivants dans son réseau d’accueil coordonné par Fedasil. Le CGRA a, lui, suspendu ses auditions en présentiel.

      L’UE propose aux Etats membres des mesures qui ne sont pas à la hauteur des enjeux humanitaires de ces centres de détention. A la mi-mars, face à la situation de crise à la frontière gréco-turque, elle avait proposé aux Etats membres de relocaliser minimum 1 600 mineurs non accompagnés et de participer à la mise en œuvre de 5 000 retours dits volontaires. Depuis, ces propositions dérisoires face à l’ampleur du problème ont été bloquées avec l’arrivée du coronavirus. Actuellement, pour désengorger les camps, elle suggère à la Grèce de déplacer les personnes les plus vulnérables sur le continent (en Grèce) ou dans d’autres îles.
      Le COVID-19 n’a pas de frontières

      Il est difficile d’avoir des informations fiables sur la situation des hotspots italiens, les « jungles » informelles aux frontières ou sur les camps surpeuplés situés au-delà des frontières européennes et qui accueillent 80 % des personnes actuellement déplacées. Ces derniers jours, des premiers cas ont été détectée dans le hotspot de Lesbos et Moria, un autre dans les camps de fortune en Syrie et d’autres dans les villes proches du plus grand camp de réfugiés au monde, le camp de Cox’s Bazar au Bangladesh. En Libye, les personnes migrantes craignent la contagion au sein des centres où elles croupissent.

      Alors que l’UE se tait, l’ONU, via la voix du Haut-commissariat aux réfugiés, appelle les États à ne pas fermer les voies vers l’asile, mais à adopter des tests de dépistage et le placement en quarantaine des réfugié.e.s si un risque sanitaire est identifié lors du passage des frontières. Elle suspend cependant les programmes de réinstallation. Les Nations Unies ont lancé également un nouveau fonds d’urgence pour contrer l’impact du coronavirus dans les pays en développement, en Afrique notamment, afin de s’assurer que les personnes les plus vulnérables (y compris les personnes exilées) ne soient pas abandonnées à leur sort dans la lutte contre le coronavirus.

      Face à l’abandon, certains résident.e.s des camps en Grèce ont pris les choses en main. A Moria, des personnes migrantes réunies au sein de la Team Humanity ont commencé à coudre leurs propres masques. Et dans le camp de Vathy à Samos, des enfants ont réalisé des affiches éducatives sur le lavage des mains et l’hygiène [2].
      Bombe sanitaire comme héritage de l’externalisation

      La pandémie du COVID-19 révèle une nouvelle fois l’impact des politiques inadéquates et violentes mises en place vis-à-vis des personnes migrantes, qu’elles soient en demande de protection internationale ou pas.

      Résultats de cette mise à l’écart des personnes migrantes ? Des camps d’exilé.es surpeuplés devenus insalubres dans les pays du Sud, faute de véritables mécanismes permanent et solidaire d’accueil en Europe ; l’émergence de routes et campements informels aux frontières, faute de voies légales et sûres de migrations. Ces camps surpeuplés sont de véritables bombes à retardement sanitaires. Ils sont l’héritage de politiques migratoires européennes de mise à l’écart des personnes migrantes vers le continent. Croire que la préservation de la santé de certain.e.s se fera au détriment de celles des autres est cependant une erreur criminelle. La pandémie nous concerne tous et toutes et c’est en ne laissant personne de côté que nous en viendrons à bout. A court terme, à l’image du Portugal qui a annoncé samedi 28 mars la régularisation temporaire de plusieurs personnes migrantes, des solutions rapides et efficaces sont possibles. A long terme, cela implique un changement de politiques migratoires dont les objectifs centraux doivent être un accueil solidaire et des voies légales et sûres de migrations.

      L’impasse dans laquelle l’Europe s’est enfermée, en basant ses politiques sur la répression, l’externalisation des frontières et le refus de la solidarité entre Etats membres, se retourne aujourd’hui contre elle-même, aggravant le risque sanitaire au détriment de sa propre population. Cette alerte devrait créer l’opportunité de refonder les politiques migratoires, sur une approche solidaire, la seule qui puisse permettre de sortir l’Union européenne de l’ornière.

      https://www.cncd.be/covid-19-coronavirus-camps-refugies-migrants-bombe-sanitaire-europe-grece-pande

      signalé ici aussi :
      https://seenthis.net/messages/838434

    • Chronique d’un désastre annoncé : l’enfermement criminel des réfugiés en Grèce

      La situation des demandeurs d’asile retenus dans les îles grecques est catastrophique d’un point de vue sanitaire. On n’ose à peine imaginer ce qu’il pourrait s’y passer si l’épidémie de Covid-19 s’y déclarait.

      Par ces temps si troubles, où l’immunité grégaire obtenue par la vaccination généralisée est détournée en immunisation de troupeau résultante de l’exposition de tous et toutes au Covid-19 – ce qui ne manquera pas d’entraîner l’élimination des plus vulnérables –,

      par ces temps de détresse où les médecins en Italie, en Espagne et même en France sont sommés de faire le tri entre ceux à qui ils donneront une chance d’être sauvés et les autres qu’on laissera mourir,

      par ces temps si obscurs où les demandeurs d’asile aux frontières de l’Europe sont traités comme des ennemis à repousser et, si besoin, à abattre, tandis que ceux qui réussissent à passer en Grèce sont traités comme des criminels de droit commun, étant condamnés à des peines de prison ferme,

      il y a une partie de la population qui est condamnée à la contagion généralisée : en premier lieu, les réfugiés et les migrants vivant partout en Europe et surtout en Grèce dans des conditions sanitaires déplorables dans des « hotspots », ou bien détenus dans de centres de rétention administrative (CRA), puis les sans-abri et enfin les personnes incarcérées. Pour l’instant, aucune mesure de vraie protection sanitaire n’est prévue pour ces trois catégories. Les plus exposés parmi eux sont les réfugiés vivant dans les hotspots, centres dits de réception et d’identification, à Lesbos, Samos, Chios, Cos et Leros. Ces camps fonctionnent actuellement cinq, sept voire onze fois au-dessus de leur capacité d’accueil. Dans les îles grecques, 37 000 personnes sont actuellement enfermées dans des conditions abjectes dans des hotspots prévus pour accueillir 6 000 personnes au grand maximum. Les demandeurs d’asile sont obligés d’y vivre dans une très grande promiscuité et dans des conditions sanitaires qui suscitaient déjà l’effroi bien avant l’épidémie de coronavirus. Dans la jungle de l’oliveraie, extension « hors les murs » du hotspot de Moria, à Lesbos, il y a des quartiers où il n’existe qu’un seul robinet d’eau pour 1 500 personnes, ce qui rend le respect de règles d’hygiène absolument impossible.
      Conditions sordides

      Or la seule réponse envisagée par le gouvernement grec est de transformer Moria en un centre fermé, en restreignant drastiquement les déplacements de réfugiés. Les rares fois où un effort est fait pour la « décongestion » du camp, celle-ci est effectuée au compte-gouttes. Mise à part l’installation d’un conteneur médical par les autorités régionales à l’entrée du camp, aucun renforcement du dispositif sanitaire avec des effectifs médicaux suffisant pour traiter les 20 000 habitants actuels de Moria n’est prévu. Au contraire, le gouvernement Mitsotákis mise sur la peur d’une épidémie dans les camps pour imposer aux sociétés locales la création de centres fermés, censés garantir la sécurité, non pas tant de leurs résidents mais des riverains. Ou bien le coronavirus, ou bien les centres fermés de détention, avait déclaré sans détours il y a une dizaine de jours le ministre de la Migration, Notis Mitarachi. Quant à ceux qui sont arrivés après le 1er mars, lorsqu’ils ne sont pas condamnés à des peines de quatre ans de prison ferme pour entrée illégale dans le territoire ils sont détenus dans des conditions sordides en vue d’une expulsion plus qu’improbable vers leur pays d’origine ou d’un renvoi forcé vers la Turquie, « Etat tiers supposé sûr ». Pendant une dizaine de jours, 450 nouveaux arrivants ont été séquestrés dans des conditions inimaginables dans un navire militaire, où ils ont été obligés de vivre littéralement les uns sur les autres, sans même qu’on ne leur fournisse du savon pour se laver les mains.

      Une telle exposition à des conditions insalubres de personnes fragilisées par des voyages longs et éprouvants pourrait-elle être mise sur le compte de la simple impréparation ? Ces conditions sont presque aussi inhumaines dans les centres fermés de Malakassa et de Serrès, où les nouveaux arrivants sont détenus. Pour les 1 300 détenus de Malakassa, en Attique, l’accès à l’eau courante se limite à quelques heures par jour, tandis que la dernière distribution de produits d’hygiène remonte à deux semaines. A Serrès, l’accès à l’eau se limite à deux heures par jour, tandis que la seule visite médicale a été faite par un médecin qui n’a examiné que quelques enfants.
      Scénario terrifiant

      De telles conditions de détention ne laissent pas de doute sur la stratégie du gouvernement : cette population ne doit pas être protégée mais exposée. La stratégie d’enfermement et de refoulement qui a été jusqu’alors la politique migratoire de l’Europe se révèle à présent être une véritable « thanato-politique ». Aux refoulements illégaux et de plus en plus violents à la frontière (voir ici et ici) s’est ajoutée par temps de pandémie l’exposition des populations entières à des conditions si insalubres qu’elles mettent en danger leur santé et ne manquerons pas de conduire inévitablement à l’élimination physique d’une partie considérable d’entre eux. Sommes-nous face à un scénario terrifiant d’élimination de populations superflues ? Cette question ne saurait être contournée.

      Pourrions-nous fermer les yeux devant ces crimes de masses qui se préparent en silence et dont les conditions sont mises en place déjà à Moria (Lesbos), à Vathy (Samos), à Malakassa en Attique, au centre fermé, à Klidi ? Ce dernier, destiné à ceux qui sont arrivés en Grèce après le 1er mars (date de la suspension de la procédure d’asile) est un véritable camp de concentration, « un camp quasi militaire », écrit à juste titre Maria Malagardis. Les réfugiés et les migrants seront détenus dans ce camp pour un temps indéterminé, en attente d’un renvoi vers la Turquie, plus qu’improbable dans les conditions actuelles. Le choix de cet endroit désolé et à haut risque d’inondation, la très grande promiscuité obligatoire, ainsi que l’absence de toute prise en charge médicale, ont suscité de réactions, y compris au sein de la police locale et des sapeurs-pompiers. On n’ose à peine imaginer ce qu’il pourrait s’y passer si l’épidémie Covid-19 s’y déclarait.

      Et que se passera-t-il si l’épidémie se déclare dans des endroits si surpeuplés et si dépourvus d’infrastructures sanitaires que sont les hotspots des îles ? « En cas d’épidémie, une quarantaine qui enfermerait des dizaines de milliers de personnes en bonne santé ainsi que des personnes infectées par Covid-19 dans les camps surpeuplés, accompagnée d’un manque de préparation et de réponse médicale adéquate et appropriée, entraînerait presque certainement la mort inévitable de nombreuses personnes », ont déclaré 21 organisations qui ont lancé un appel pour l’évacuation immédiate des hotspots.
      Désastre sanitaire imminent

      Aux multiples appels (1) à évacuer immédiatement les camps surpeuplés, et même aux exhortations venant des instances européennes, le gouvernement grec continue à faire la sourde oreille, prétendant que l’enfermement des demandeurs d’asile dans des lieux comme le hotspot de Mória assure leur propre sécurité ! Le ministre de la Migration ne cesse de brandir comme solution miracle la création des centres fermés dans les îles. Entre-temps, les nouveaux arrivants, y compris les femmes enceintes et les enfants, restent bloqués à l’endroit même où ils débarquent, pour un supposé « confinement en plein air », sous des abris de fortunes ou même sans aucun abri, pendant au moins une période de quatorze jours ! Les appels répétés (voir ici et ici) de la commissaire Ylva Johansson de transférer les réfugiés des hotspots, ainsi que les exhortations de la commissaire Dunja Mijatović de libérer les migrants détenus en CRA, résonnent comme de simples protestations pour la forme. Dans la mesure où elles ne sont pas suivies de mesures concrètes, elles ne servent qu’à dédouaner la Commission européenne de toute responsabilité d’un désastre sanitaire imminent.

      Un tel désastre ne saurait toucher uniquement les réfugiés, mais l’ensemble de la population des îles. L’Union européenne, si elle veut vraiment agir pour mettre les demandeurs d’asile en sécurité, doit à la fois exercer des pressions réelles sur le gouvernement grec et prendre de mesures concrètes pour l’aider à évacuer les réfugiés et les migrants et à les installer dans un confinement sécurisé à domicile. Dans l’immédiat, elle peut réorienter l’aide exceptionnelle de 700 millions d’euros octroyée à la Grèce pour assurer l’étanchéité des frontières européennes, afin de mettre en sécurité des réfugiés et des migrants.

      Appliquer sur une population affaiblie et mal nourrie la méthode de « l’immunisation du troupeau » reviendrait à mettre en œuvre une politique d’élimination de populations superflues. Un tel choix politique ne saurait laisser intacte notre société tout entière. Ce n’est pas une question d’humanisme, c’est une question qui touche aux fondements de notre vivre-ensemble : dans quel type de société voulons-nous vivre ? Dans une société qui non seulement laisse mourir mais qui fait mourir ceux et celles qui sont les plus vulnérables ? Serions-nous à l’abri dans un monde transformé en une énorme colonie pénitentiaire, même si le rôle qui nous y est réservé serait celui, relativement privilégié, de geôliers ? Il est grand temps de se ressaisir : l’épidémie de Covid-19 a démontré, si besoin était, que nous vivons toutes et tous dans le même monde et que le sort des uns affecte celui des autres. Ne laissons pas les demandeurs d’asile subir un enfermement qui pourrait s’avérer mortel, mais faisons en sorte qu’ils partagent avec nous les conditions d’un confinement protecteur et salutaire. Il faudrait leur offrir en toute urgence un abri digne de ce nom dans des conditions sanitaires décentes. C’est une priorité absolue si nous voulons éviter une catastrophe humanitaire et sociétale.
      Sans précédent

      Face au choix de traiter des êtres humains comme des miasmes, nous pouvons opposer une politique qui combine diverses propositions : les résidents de hotspots et ceux qui se trouvent en détention administrative pourraient être transférés en Grèce continentale en bateaux de croisière, et y être hébergés provisoirement en logements touristiques vides, afin d’être par la suite répartis entre les pays européens.

      L’extrême urgence de la situation impose de faire vite, il n’y a plus une minute à perdre (2). Exigeons du gouvernement grec et des dirigeants européens une action immédiate qui mettra en sécurité les demandeurs d’asile et les migrants. Ne pas le faire aujourd’hui nous rend complice d’une stratégie criminelle qui mènera inévitablement à une catastrophe humanitaire sans précédent.

      Contre les politiques d’exclusion et de criminalisations des arrivants, il nous faudra construire un monde « un », commun à toutes et à tous. Sinon, chacun de nous risque à n’importe quel moment de se retrouver du mauvais côté de la frontière.

      https://www.liberation.fr/debats/2020/04/04/chronique-d-un-desastre-annonce-l-enfermement-criminel-des-refugies-en-gr

  • Expropriations in the works for creation of closed migrant centers

    The long-awaited creation of closed centers for asylum seekers on five northeastern Aegean islands was announced on Monday by government spokesman Stelios Petsas, who stressed that a legislative act will be issued to allow for the acquisition of properties, land and sites by expropriation.

    Petsas said the legislative act will “authorize” the Migration and Asylum Ministry to proceed “with the expropriation...of the necessary property and land for crisis management in order to address the urgent need to avoid endangering public health and order.”

    The closed centers will be created on Lesvos, Chios, Samos, Kos and Leros.

    Given the objections and concerns of local communities, Petsas said that the site selection was made following an “exhaustive dialogue” with the competent regional and local authorities and after an appeal was made by the regional governor of the north Aegean islands, Costas Moutzouris, for a state of emergency to be declared on the islands.

    However, Petsas’ announcement sparked a backlash on the islands, given that the capacity of some of these structures will be 20,000 people. Emergency meetings were held by municipal councils on Lesvos, Samos and Chios, while a scheduled meeting with government officials in Athens on Thursday has been cast in doubt.

    According to Petsas, the structures will shelter new arrivals in order to facilitate the identification and asylum processes. He added that they will also be used to detain migrants who exhibit abusive behavior and those who are not entitled to asylum and are slated for return to their country of origin.

    In addition, the operation of these new structures foresees internal regulations, such as allowing residents to leave the centers for a limited period of time. Residents will be given special cards for this purpose. The structures will be closed at night. The government has declared that “the violation of any internal rules will adversely affect asylum claims and speed up the process of the offender’s return [to their country of origin].”

    The closed centers are part of a broader four-pronged government plan to resolve the migration problem. This also entails tightening border security, speeding up asylum procedures and increasing returns.

    The government hopes that the creation of the closed structures will eventually dampen the of local communities’ opposition, once conditions on the islands improve. Petsas stressed Monday that the aim is to support local communities.

    http://www.ekathimerini.com/249392/article/ekathimerini/news/expropriations-in-the-works-for-creation-of-closed-migrant-centers
    #centres_fermés #Grèce #îles #migrations #réfugiés #Samos #Lesbos #Chios #asile #Kos #Leros

    ping @karine4

    • En Grèce, des réfugiés enfermés de force dans un camp « coupé du monde »

      L’épidémie de coronavirus peut-elle étouffer des injustices flagrantes et des atteintes aux droits de l’homme, au sein même de l’Europe ? C’est la question qu’on peut se poser alors que depuis le 21 mars, 189 réfugiés et migrants ont été transportés, depuis l’île grecque de #Lesbos, dans un camp récemment improvisé au nord de la Grèce. Dans un endroit totalement isolé, dénommé « #Klidi » (qui signifie aussi « la clef », en grec) où quelques dizaines de tentes ont été installées, entourées d’impressionnants grillages et fils barbelés sous la garde d’une présence policière massive.

      Parmi ces migrants, contraints à un #confinement_forcé, on trouve de nombreuses femmes, au moins un bébé de trois mois, et aussi six mineurs non accompagnés. Tous dorment sur des nattes posées sur le sol de tentes prévues pour cinq. Mais qui accueillent dix personnes chacune, sans que rien n’ait été organisé pour séparer les hommes des femmes. Et encore moins pour les prémunir, dans cette #promiscuité imposée, contre l’éventuelle apparition du coronavirus. D’après les images qui sont parvenues à Libération, des toilettes chimiques et des cabines de douches extérieures ont également été plantées au milieu du décor désolé de ce camp installé sur le lit d’une rivière desséchée. En cas de pluie, il sera rapidement inondé. Il y fait froid la nuit, il y fera bientôt trop chaud la journée sous les tentes en plastique qui ne disposent d’aucun coin d’ombre. « On est loin ! C’est la brousse, ici…Nous sommes totalement coupés du monde ! Depuis hier, il n’y a même plus d’électricité », s’alarme Joshua (1) dans un message reçu mardi soir.

      Procédures pour le droit d’asile gelées

      « De quel crime se sont rendus coupables, ces gens pour être confinés dans cette situation inhumaine ? », s’est ému cette semaine le quotidien Efimerida Ton Syntakton (« Le journal des rédacteurs »), l’un des rares médias grecs à avoir dénoncé cet #enfermement qui ne respecte ni la convention de Genève, ni la Convention européenne des droits de l’homme. Qui s’en soucie ? Bruxelles se tait. Et le gouvernement grec du Premier ministre, Kyriákos Mitsotákis, a de toute façon gelé toutes les procédures de droit d’asile depuis le 1er mars, réagissant alors à la décision du président turc, Recep Tayyip Erdogan, d’ouvrir les frontières aux réfugiés et migrants qui se trouvaient en Turquie. La menace d’un afflux massif depuis la Turquie a permis à la Grèce de faire jouer une clause d’urgence, bloquant provisoirement le droit d’asile, tout en négligeant de consulter ses partenaires européens, comme le veut pourtant la règle.

      Et dans l’immédiat, la mise entre parenthèses du droit d’asile permet désormais de considérer de facto comme des migrants illégaux promis à la déportation, tous ceux qui ont accosté depuis mars sur les îles grecques. Avant même de quitter Lesbos, les 189 réfugiés transportés à Klidi avaient d’ailleurs été sommés de signer un document en grec. Sans savoir qu’ils acceptaient ainsi leur future déportation. Le coronavirus (et les mauvaises relations actuelles entre la Grèce et la Turquie) retarde dans l’immédiat ces rapatriements forcés. Mais le confinement dans un camp quasi militaire au nord de la Grèce risque de générer de nouvelles souffrances pour ces réfugiés jugés indésirables.

      Ils avaient pourtant déjà connu bien des épreuves au cours de leur long périple vers l’Europe. Certains avaient même été la cible d’un push back, un refoulement forcé, alors que leur fragile embarcation se dirigeait vers les côtes grecques. Il y a une dizaine de jours, installés sous le vent et la pluie, sur la plage de Skala Sikamia dans le nord de Lesbos, des réfugiés racontaient ainsi avec moult détails comment leur zodiac, avec 43 personnes à bord, avait été violemment attaqué le 5 mars par deux frégates des garde-côtes grecs qui ont pris le risque de les faire tous basculer dans la mer. Sans prêter aucune attention à la douzaine d’enfants présents. Au regard du droit international, les push back sont évidemment totalement illégaux. Mais malgré, de nombreux témoignages, celui du 5 mars n’a suscité aucune réaction officielle de la part des partenaires européens de la Grèce.

      Après avoir passé près de deux semaines sur une plage de l’île, les naufragés qui avaient miraculeusement survécu à cette attaque policière en pleine mer, se retrouvent donc enfermés à Klidi pour une durée indéterminée. Sans recours possible à un avocat ou même, dans l’immédiat, à un médecin.

      Stratégie cruelle

      Une stratégie cruelle semble refléter la nouvelle politique migratoire du gouvernement grec. Déjà le 14 mars, un bateau militaire avait conduit dans un autre camp fermé proche d’Athènes, 436 migrants et réfugiés arrivés eux aussi en mars à Lesbos. « Il fait très froid la nuit, et les journées se passent à attendre sans rien faire ni savoir ce qu’on va devenir », avait expliqué la semaine dernière par SMS Mohamed (1) enfermé dans ce camp de Malakassa, proche d’Athènes qui accueillerait déjà plus de 2 000 de personnes. « On a pris nos noms et on nous a attribué chacun un numéro. Pour le reste, on ne nous dit rien », souligne de son côté une femme enfermée à Klidi.

      Sur ce nouveau site où les bétonneuses étaient encore en action quand les 189 réfugiés sont arrivés, même les policiers présents se sont émus des conditions de vie imposée aux nouveaux reclus. Dans la lettre qu’ils ont adressée à leur hiérarchie cette semaine, selon le site local Anexartitos.gr, ils signalent que le premier jour ils ont dû distribuer des sandwichs pris sur leurs propres rations à des femmes et des enfants dont « certains au bord de l’évanouissement », qui n’avaient pas été nourris pendant toute la durée de leur transport jusqu’à ce camp. Lequel est qualifié dans cette lettre d’« endroit totalement inapproprié », pour des réfugiés qui ne tarderont pas à ressentir un sentiment d’« asphyxie », préviennent encore les policiers, en raison à la fois de l’#isolement du lieu et de la promiscuité imposée à ceux qui y résident.

      Dans un article récent, intitulé « La clef perdue de l’humanité » (jouant sur le nom du lieu : « klidi »), Efimerida Ton Syntakton s’interroge : « Combien de jours et combien de nuits, un être humain peut-il supporter de vivre dans un tel lieu d’enfermement ? » Tout en s’adressant aux lecteurs : « Pensez-y, sachant combien nous-mêmes, nous avons du mal à supporter la quarantaine dans nos propres maisons. » Mais dans l’immédiat, « la clef » de l’indifférence s’est refermée sur ces destins rendus encore plus invisibles par le confinement de la planète au temps du coronavirus.

      (1) Les prénoms ont été changés.

      https://www.liberation.fr/planete/2020/03/25/en-grece-des-refugies-enfermes-de-force-dans-un-camp-coupe-du-monde_17830

      #coronavirus

      ping @thomas_lacroix