• Nécessité de me nourrir en ville. Chaine de boulangerie/patisserie. Les plexy sont toujours là. Les employés n’ont ni gant ni masque. Ils peuvent donc postillonner sur la nourriture, et la toucher, c’est normal.

    C’est partout comme cela. Plus de masques nul part. Les gamins que j’ai pris en stage depuis quelques semaines, c’est du même niveau. Pas de masque, même pas l’idée que ça pourrait être utile.

    Comment peut-on espérer sauver l’humanité quand le port du masque dans les situations qui le justifient est jugé comme une atteinte à l’intégrité physique par l’essentiel de ce qui la compose ?

    • Aujourd’hui, ça passe la tondeuse autour du bureau. Puis le soufflant à moteur thermique. Ces deux objets sont en eux mêmes une cause de désespoir. Mais je reste dans mon sujet. Les stagiaires, quand ça fait du bruit alentour, ils ferment les fenêtres en oscillobattant. Et j’ai une fois de plus envie de désespérer. Tout comme l’autre matin, où il y avait un peu de vent du nord, et où le réflexe, ça a été, évidemment, de fermer la fenêtre. « il fait froid ». Dans quel monde ces jeunes vivent-ils ?

    • J’ai pris l’avion, c’était il y a un mois. Maintenant c’est pire, ou presque pareil, à vous de voir. Vol Air France, de 14h à 15h, une heure de vol, partout dès l’entrée dans l’aéroport, port du masque obligatoire, dans l’avion aussi et il est plein sans plus une place de libre. Et puis, d’un coup, au-dessus des nuages, tout le monde est invité à retirer son masque en même temps et à postillonner sur ses voisin·es. Pourquoi ? Pour boire le sacro saint café offert par la compagnie. Tu n’as plus le livret touristique dispo, mais le covid gratuit.
      Donc, une semaine après, c’est gagné, j’ai chopé le covid …

    • merci @biggrizzly, j’avais le cerveau béchamel et une grande fatigue qui passe doucement, ajoute à cela ma dépression politique et tu as une vague idée… On fait croire que personne ne veut perdre ses habitudes pour des raisons de santé publique. Cependant quelle nécessité de boire un café et bouffer des biscuits dégueux sur un trajet d’une heure sinon maintenir le personnel de bord dans une activité rodée industriellement et faire croire à un service au must alors que ce n’est plus du champagne. Est-ce qu’on sert une boisson gratuite aux voyageurs dans le train ou le RER ?
      J’avoue avoir gueulé dans l’avion « Et voila l’heure de la distribution gratuite de covid ».

    • Un oncle et ma mère, ils sont allés à la vente aux enchères dont je cause ailleurs, la vente avait lieu à Paris. Ils ont tous les deux chopé la maladie honteuse (dans leur monde). Pas certain que ce soit lié. Ce qui est certain c’est qu’elle l’a chopé au contact de son frère. Ils sont tous les deux non-vaccinés, par conviction que c’est au moins aussi pire que la maladie. On croise les doigts, malgré tout.
      Tout le monde fait comme si ça n’existait plus. hé ben naaaaaan ! Mais maintenant, enfin !, tout le monde s’en contrefout : on peut continuer à vivre, sans être emmerdé par les faibles.

  • Je reviens sur ma remarque d’il y a deux mois, quand on avait soutenu et participé aux manifestations des enseignants : je remarquais à l’époque que les slogans ambigus ne permettaient pas de savoir si on manifestait contre le #protocole_tous_infectés, ou contre toute forme de protocole (et donc au contraire en faveur du protocole tous infectés) :
    https://seenthis.net/messages/944010

    Mais clairement, le gros point douteux, c’étaient les omniprésents slogans « les protocoles on n’en veut pas », en évitant purement et simplement de dire ce qu’on veut à la place (à part « des moyens », mais sans jamais évoquer non plus capteurs et aération).

    Du coup, en tant que parent, avec mes gamins, j’ai manifesté pour qu’on sécurise les écoles, ou pour qu’on « laisse circuler Omicron, yaka filer des masques aux enseignants » ? C’est tout de même très gênant de se pointer à une manif, avec l’idée qu’on veut sécuriser le truc, et de se rendre compte que tout est fait pour satisfaire les gens qui, au contraire, souhaitent qu’il n’y ait plus aucun protocole qui leur casse les pieds, leur complique au boulot, parce qu’Omicron c’est qu’un rhume et qu’on s’en fiche si les enfants l’attrapent.

    Là on vient de récupérer les petits (qu’on ne met toujours pas à la cantine) :
    – ils sont bien les seuls à porter un masque dans leur classe
    – à l’arrivée à l’école ce matin, la directrice et la maîtresse ont joyeusement annoncé que maintenant c’était plus la peine ; et air un peu déçu « ah, vous préférez qu’ils le gardent » ;
    – la maîtresse ne porte pas de masque en classe, alors qu’elle était à la manif (dont une des revendications était que c’était à Blanquer de leur commander et de leur filer des masques).

    Comme ça c’est clair : en fait on avait manifesté en faveur du protocole tous infectés.

    • Il y a une personne très rationnelle (d’habitude) qui m’a dit qu’elle avait beaucoup suivi les épidémiologistes, notamment sur twitter mais que maintenant elle ne voulait plus savoir, elle voulait que l’épidémie soit finie et qu’elle considérait que ce serait comme tel dorénavant.

      Est ce que c’est une limite psychologique atteinte ? Un raz le bol parce qu’on a trop impacté les habitudes et le confort ?
      Est ce que ces gens ont été influencés par la gestion catastrophique de notre gouvernement ?
      Est ce que le gouvernement a levé toutes les « barrières » parce que la population n’en voulait plus ou est ce que la population a été influencée par une communication mal adaptée sur l’immunité collective et la (soit disant) faible dangerosité des derniers variants ?
      Est ce que tous ces éléments s’alimentent les uns les autres ?

      J’espère qu’il y aura une ou plusieurs études sérieuses qui se pencheront sur tout ça un jour.
      En attendant ces questions me hantent...

    • Oui, bonnes questions.

      Je pense essentiellement qu’on a décidé dès le début de communiquer sur le masque sous l’angle de l’insupportable sacrifice qu’on ferait tous, au lieu d’en faire un geste prophylactique à la fois anodin et solidaire (à la manière des pays asiatiques chaque hiver).

      Ce qui me fait aller dans le sens d’un discours « venu d’en haut » qui influe sur la « perception » du masque « en bas », c’est un étude qui, de mémoire, démontre que les gamins qui se sentent épouvantablement gênés par le port du masque à l’école ont déjà des parents qui trouvent que le masque c’est une gêne insupportable ; et que les gamins dont les parents considèrent que le masque est une habitude assez anodine à prendre n’ont aucun mal à le porter.

      Je pense que ce modèle d’« influence » peut assez facilement se transposer aux adultes.

      La question qui vient ensuite, c’est : pourquoi on a décidé de communiquer sur le masque sur ce mode systématiquement dramatique ? Est-ce par connerie ou par calcul ? (Mon côté conspi me fait penser que c’est avant tout par calcul : soit parce qu’un communicant du « nudge » s’est dit qu’en « symbolisant » la maladie via le masque, le retrait du masque permettrait de rendre visible la victoire d’Épidémiologiste 1er sur le virus ; soit pour tellement tout dramatiser que seul le retour vers le monde d’avant sera acceptable, l’instauration durable d’un monde d’après plus solidaire et moins eugéniste n’étant pas souhaitable ; dans les deux cas le masque étant le symbole de l’indispensable hiérarchisation de notre société, qu’il ne faut surtout pas remettre en cause.)

    • Objectivement, l’humanité peut se permettre 5000 morts quotidiens du Covid. On se le permet bien pour la tuberculose et quelques autres maladies. C’est juste, que comme je le disais hier pendant une conversation, on a 20000 personnes en France à l’hôpital pour cette maladie, ce qui représente une belle petite ville tout de même, on fabrique des éclopés en encore plus grosse quantité et qui s’ignorent à la pelle du fait du covid long, et enfin, on emmerde les chinois pour qu’ils ne viennent plus nous enquiquiner dans notre partie du monde, enfin !

      Tu mélanges tout ça, et tu crées une vraie cassure entre les gens, et entre les peuples. J’ai vaguement l’impression que dans les prochaines semaines, je vais opérer un nouveau tri dans les connaissances.

      Tu relis l’Histoire , et tu ne peux t’empêcher de penser qu’en fait, ce qu’on te présente comme une Histoire héroïque n’est qu’une succession de décisions pourries prises par des médiocres, pour les mauvaises raisons et aux pires moments. Mais par la magie de la réécriture permanente, personne ne s’en souvient.

    • Tout se tient dans ce que tu dis...
      Par contre les « calculs » que tu présentes étant cons...perso je vois pas ça comme du conspirationnisme mais juste de la connerie basée sur des intérêts courts terme...comme d’hab quoi...

    • ah ah @biggrizzly t’as entériné ma dépression du jour pour de bon.
      C’est tellement en phase avec ce que je pense :
      Décisions connes mais bon faut qu’on retombe sur nos pieds donc on va encore réécrire tout ça et prendre d’autres décisions connes pour tenter de rendre ça intelligent

    • Rappelons que pour les masques, depuis 2020, leur stratégie est de faire oublier qu’ils ont sciemment diminué et détruit toutes les réserves stratégiques de masques jusqu’à fin 2019, pour faire des économies, et qu’en conséquence, il n’a pas été possible d’en fournir avant des mois en 2020. Leur stratégie depuis a été de systématiquement maintenir cette idée que jamais les masques n’ont été utiles, afin que jamais on ne puisse leur reprocher qu’ils étaient conscients d’avoir une quelconque responsabilité dans ce désastre. Qu’il y ait d’autres usages opportunistes de cette doctrine en cours de route est possible, évidemment... on ne prend pas des armées de consultants anglo-saxons pour uniquement regarder les évènements se produire...

    • Autre question sympa : si là « juste » pour des masques, on a déjà une réaction conne du gouvernement et à la suite des gens qui veulent absolument revenir à la « vie d’avant » en étant dans le déni complet de la situation réelle actuelle (plein de morts de cette unique cause + maladies chroniques par millions ensuite)… alors même que pendant cette vie masquée, on avait toujours tout le confort industriel occidental, voiture, internet, netflix, restos (livrés par uber), etc… alors qu’est-ce que ça va être quand on aura vraiment plus de pétrole et de gaz, et qu’il n’y aura vraiment plus de possibilité de cette vie là ? Le niveau de déni et de non solidarité qu’il y aura ? (wait and see)

    • Tu peux arrêter marielle de poster des trucs sans AUCUN rapport avec le fil de départ ? Tu mets ça sur un fil qui parle des manifs de profs pour ou contre les mesures de protections (masques, CO2 etc), donc quel rapport ? Tu lis ce que les autres écrivent ou tu postes au hasard à tout va juste pour avoir des lecteurs ?

    • Je répondais à ça :

      Objectivement, l’humanité peut se permettre 5000 morts quotidiens du Covid. On se le permet bien pour la tuberculose et quelques autres maladies. C’est juste, que comme je le disais hier pendant une conversation, on a 20000 personnes en France à l’hôpital pour cette maladie, ce qui représente une belle petite ville tout de même...

      Je lis donc bien ce que les autres écrivent @biggrizzly et « avoir des lecteurs » ne m’intéresse absolument pas. :p

      Si on accepte pas que les conversations puissent dériver un peu sur Seenthis c’est alors (hum, hum) comment dire...

      Bien à toi, @rastapopoulos ! #JePorteLeMasque et toujours pas chopé le covid !

  • #protocole_tous_infectés version 12 dans l’#éducation_nationale, les points à retenir (c’est moi qui souligne) :

    Dans quels cas le port du masque est-il obligatoire ou fortement recommandé ?
    Le port du masque demeure obligatoire dans les transports publics ainsi que dans les transports
    scolaires pour tous les enfants âgés de plus de 6 ans.
    Conformément aux recommandations des autorités sanitaires, le port du masque en intérieur est fortement recommandé, à partir de 6 ans, pour les personnes contacts à risque durant les 7 jours après la survenue du cas confirmé ainsi que pour les cas confirmés durant les 7 jours suivant leur période d’isolement.

    • Que se passe-t-il pour les élèves « cas contacts » dans un établissement scolaire ?
      Il appartient aux personnels et aux responsables légaux des élèves d’informer sans délai le directeur ou le responsable d’établissement des situations de cas contact.
      Conduites à tenir :
      • Depuis le 28 février 2022, seul un autotest est à réaliser 2 jours (J2) après le dernier contact avec le cas confirmé (sans isolement entre J0 et J2) ou au moment de l’information de la survenue du cas si elle intervient plus de 2 jours après le dernier contact. Conformément aux recommandations des autorités sanitaires, le port du masque en intérieur est fortement recommandé pendant 7 jours après la survenue du cas confirmé.
      • S’agissant des élèves de 12 ans et plus non vaccinés ou ne disposant pas d’un schéma vaccinal complet, ils doivent s’isoler durant 7 jours. L’isolement prend fin au terme de 7 jours si un test antigénique ou PCR est réalisé et que son résultat est négatif.

      Les élèves ayant contracté la Covid-19 depuis moins de deux mois et identifiés comme cas contact ne sont pas soumis à l’obligation de dépistage ou de quarantaine.

      #fortement_recommandé

    • Comment sont identifiées les « personnes contacts à risque » au sein des collèges et des lycées ?
      Suite à la survenue d’un cas confirmé parmi les élèves, tous les élèves ayant partagé, durant la période considérée, une classe avec le cas confirmé (classe de tronc commun, groupes de spécialités, options, langues...) sont considérés comme contacts à risque, sans distinction entre les élèves ayant ou non porté le masque. Dans la mesure du possible, il est demandé au cas confirmé de lister les élèves des autres classes avec qui il a eu un contact rapproché (déjeuner à la même table ou activité au CDI par exemple)

      Ne portez pas le masque, ça ne sert à rien et vous serez de toute façon traité·e de la même façon que les autres élèves !

    • Mais le plus important, parce que c’est écrit une bonne dizaine de fois dans la F.A.Q ministérielle (reçue vendredi dernier, c’est un effort louable de notre administration) c’est que

      Conformément aux recommandations des autorités sanitaires, le port du masque en intérieur est fortement recommandé pour les contacts à risque durant les 7 jours après la survenue du cas confirmé.

  • Conflit Ukraine - Russie : Avant la conférence de Munich, Berlin critique des exigences russes « datant de la Guerre froide »
    https://www.20minutes.fr/monde/3237871-20220218-conflit-ukraine-russie-avant-conference-munich-berlin-cri

    « Avec un déploiement sans précédent de troupes à la frontière avec l’Ukraine et des exigences datant de la Guerre froide, la Russie remet en cause les principes fondamentaux de l’ordre de paix européen », a déclaré dans un communiqué la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock. Expression reprise par la Chine, qui s’est mêlée au débat jeudi, lors de la réunion du Conseil de sécurité, estimant que « l’expansion constante de l’ Otan, dans le sillage de la Guerre froide, (allait) à l’encontre de notre époque ».

    Personne en effet ne semble remettre en cause l’existence de l’OTAN, cette alliance issue de la Guerre Froide et dont l’objet était de lutter contre l’Union Soviétique, depuis fort longtemps disparue, paraît-il.

  • #Covid-19 : le #sous-variant BA.2 bien plus contagieux qu’Omicron, selon le Danemark - Capital.fr
    https://www.capital.fr/economie-politique/covid-19-le-sous-variant-ba2-bien-plus-contagieux-quomicron-selon-le-danemar

    Peut-il réinfecter ceux qui ont déjà été infectés par le BA.1 ?

    « Les scientifiques s’efforcent de déterminer si ces mutations affectent la capacité du sous-variant BA.2 à échapper à l’immunité existante, le rendent plus infectieux ou réinfectent les personnes qui ont eu le BA.1 », a déclaré le SSI.

    On va très vite le savoir…

    La nouvelle a été annoncée alors que le Danemark, le Royaume-Uni, l’Irlande et les Pays-Bas ont commencé à lever la plupart des restrictions liées à la Covid-19

    #sars-cov2 #sous-variants #assassins

    • En début de semaine, ils avaient trouvé, dans un journal télé, un spécialiste Danois, qui expliquait qu’ils avaient déjà la réponse : « On n’a pas constaté de réinfection par le BA.2 ». Je le trouvais bien affirmatif... mais pourquoi pas. S’ils constatent que tout va bien, alors oui, continuons. Mais... Comment pouvaient-ils déjà être aussi affirmatifs ? Comment savent-ils ce que tant d’autres ne savent pas ?

    • pendant ce temps, TAC la voix de son maître disait hier :

      Point de situation sur le sous-variant BA.2

      [TAC | jeu. 27 janv. 2022 | 22:30]

      À ce jour, le nombre de cas infectés par le sous-variant BA.2 reste très limité. Toutefois, “il faut être extrêmement prudent”, a affirmé Olivier Véran dans une interview donnée le 25 janvier. En s’appuyant sur les données venues du Danemark, le ministre de la Santé a fait un point sur les connaissances actuelles. Son origine provient d’une mutation sur une protéine, ce qui permet d’avancer que : “les cellules humaines pourraient ne pas reconnaître ce variant alors même qu’elles auraient été exposées à Omicron”, a expliqué le ministre de la Santé. “On pourrait se recontaminer potentiellement au BA.2 même lorsqu’on aurait été contaminé au variant Omicron”. En France, “sur 10 000 séquençages en vie réelle la semaine dernière, il y avait 60 cas de ce variant BA.2. “Nous n’avons pas encore assez de recul pour savoir s’il est moins ou aussi dangereux qu’Omicron”, a précisé Olivier Véran.

      DON’T PANIC. CIRCULEZ, Y A RIEN À VOIR. Mais méfiez vous quand même.

    • Dans la famille omicron
      Covid : le sous-variant BA.2 arrive en France et « il a l’air de prendre le pouvoir », 25 janvier 2022
      https://www.liberation.fr/societe/sante/covid-le-sous-variant-ba-2-arrive-en-france-et-il-a-lair-de-prendre-le-pouvoir-20220125_R2V64NQTDFFSTKHMWIRAEVNXRU/?redirected=1
      La pandémie de Covid-19 en Francedossier

      Le ministre de la Santé et le président du Conseil scientifique ont confirmé mardi l’émergence du sous-variant BA.2 en France. Mais les 60 cas officiellement détectés ne semblent pas compromettre leurs prévisions optimistes d’une décrue progressive de l’épidémie au printemps.

      Son nom ne vous dit peut-être encore rien mais il faut probablement vous préparer à l’entendre de plus en plus souvent. Le sous-variant BA.2, qui reprend le schéma d’omicron (BA.1) mais présente plusieurs nouvelles mutations, se propage désormais en France, après être devenu majoritaire au Danemark et en Inde. [avec nos yeux crevés et nos lunettes noires] « On a repéré 60 cas » sur le territoire, a indiqué ce mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran, interrogé sur LCI. « Ce variant, il a la couleur, l’odeur, le goût d’omicron, mais ce n’est pas exactement omicron, c’est omicron qui a muté, c’est ce qu’on appelle un sous-lignage du variant omicron », a-t-il précisé. Selon lui, les autorités danoises rapportent qu’on « pourrait potentiellement se recontaminer avec le sous-variant BA.2 après avoir contracté omicron ».

      « La vague omicron n’est pas terminée mais elle est différente », a déclaré de son côté le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, sur France Info. Sur le sous-variant BA.2, il reconnaît qu’il « a l’air de prendre le pouvoir ». « S’il prend le pouvoir au Danemark et qu’il explique la situation au Danemark, cela veut dire qu’il est plus transmissible encore », souligne-t-il [finaud].

      Beaucoup d’inconnues subsistent autour de ce sous-variant. « Pourquoi serait-il plus transmissible ? Qu’est-ce qui lui arrive de plus ? Je ne le sais pas. Personne ne le sait actuellement », reconnaît le médecin [du pestilent]. Et d’ajouter : « Quel est son niveau de gravité ? Si on a un variant qui n’est pas grave, somme toute, le problème est différent. Eh bien, je ne le sais pas sur le BA.2. »

      Même si l’évolution du BA.2 est scrutée « avec une grande attention », Delfraissy se range dans le clan des optimistes. Alors qu’il estime que « les choses vont atterrir plutôt vers la mi-mars avec une baisse progressive, très lente, en termes d’hospitalisations », [anticipant de manière exceptionnelle sur le monde d’après] il est apparu pour la première fois sans masque sur le plateau télévisé. Présage de jours meilleurs, et surtout « signe qu’il faut commencer à anticiper ce qui nous attend » pour le printemps.

      une prévision de baisse lente (un mois et demi) qui va croiser une montée imprévue par les augures

      ça fait comme si l’immunité conférée par Omicron tenait la route alors que
      https://seenthis.net/messages/946922

      on aura vérifié que, quoi qu’on en dise, pendant que la téloche nous postillonne à la tronche, l’école reste le coeur de la société

      #sous-variant_BA.2 #BA.2 #protocole_tous_infectés #société_d'abandon #aupaysdeslumièreséteintes #sans_vergogne

    • Au Royaume-Uni, le sous-variant BA.2 reste très minoritaire (de l’ordre de 3 %), mais il aurait, depuis quelques jours, commencé à grignoter la part de son aîné. D’où cette interrogation légitime : la diffusion accélérée de BA.2 au Danemark, où les nouvelles contaminations flambent, serait-elle un signe de sa transmissibilité accrue ?

      En France, une interrogation similaire a vu le jour. Pourquoi le pic de la vague Omicron, dont l’arrivée était annoncée vers la mi-janvier, tarde-t-il tant ? Si la vague reprend une nouvelle vigueur, son accélération peut-elle être liée, en partie du moins, à l’arrivée de BA.2 ? Impossible à ce stade de répondre.
      D’une part, nos systèmes de détection des variants ne sont pas adaptés à un suivi de ce sous-variant. « La détection des mutations du SARS-CoV-2 par criblage ne permet pas, dans la plupart des laboratoires, de distinguer BA.1 de BA.2 », explique Florence Débarre. Pour faire ce distinguo, il faudra modifier les cibles de criblage. L’autre méthode est de séquencer la totalité du génome viral. Or, « la remontée des données du séquençage en France n’est pas immédiate », ajoute la biologiste. Par conséquent, on ne peut pas savoir à quel niveau ce sous-variant circule en France. A ce jour, moins d’une vingtaine de cas ont été certifiés par séquençage sur l’ensemble du territoire. Un nombre probablement sous-estimé.

      D’autre part, le portrait de ce petit frère d’Omicron reste flou. « Il n’y a pas à ce stade de connaissances de risque de contagiosité [du sous-variant BA.2] vis-à-vis de celles et ceux qui ont déjà contracté le variant Omicron », estimait le ministre de la santé, Olivier Véran, jeudi 20 janvier.

      (...) il a été trouvé dans de nombreux pays d’Asie (...)

      https://justpaste.it/9aaem

      #in_retrospect

    • Pour faire ce distinguo, il faudra modifier les cibles de criblage.

      et ça pose un problème aux labos, de modifier les cibles ? ou c’est la mise à jour de SIDEP qui pose problème ?

  • Covid-19 : le Danemark va lever ses restrictions alors que le nombre de contaminations n’a jamais été aussi élevé
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/26/covid-19-le-danemark-et-l-autriche-levent-leurs-restrictions_6111062_3244.ht

    Covid-19 : le Danemark va lever ses restrictions alors que le nombre de contaminations n’a jamais été aussi élevé
    Le gouvernement danois juge la couverture vaccinale du pays suffisante face à la moindre sévérité du variant Omicron.
    Le niveau de risque lié au variant Omicron reste très élevé, mais plusieurs pays européens entendent réduire les mesures sanitaires. Le Danemark a décidé de lever ses restrictions à partir du 1er février. L’Autriche, de son côté, va lever lundi le confinement des non-vaccinés. Le Danemark entend lever ses restrictions anti-Covid-19 au 1er février malgré un nombre important de nouveaux cas, jugeant sa couverture vaccinale suffisante face à la moindre sévérité d’Omicron, a annoncé le gouvernement dans une lettre rendue publique mercredi 26 janvier. Cela implique la levée de toutes les restrictions nationales actuellement en vigueur, comme le port du masque ou la fermeture anticipée des bars et restaurants.
    Le gouvernement veut seulement maintenir pendant quatre semaines supplémentaires certaines restrictions à l’entrée du territoire danois, à savoir des tests et/ou une quarantaine selon le pays de provenance des voyageurs.
    Avec plus de 46 000 nouveaux cas, mardi, le taux d’infection est extrêmement élevé dans le pays nordique, « mais notre évaluation actuelle est que l’épidémie atteindra prochainement son pic », a justifié le ministre sur Twitter.« Nous disons adieu aux restrictions et bienvenue à la vie telle que nous la connaissions avant le corona », a dit, lors d’une conférence de presse, la première ministre, Mette Frederiksen. « La forte adhésion au programme vaccinal s’est avérée être ce que nous pensions : une “superarme”, et elle nous a donné une défense solide contre l’infection qui subsiste », a-t-elle justifié. « C’est pourquoi le gouvernement a décidé que le coronavirus ne devait plus être considéré comme une maladie menaçante pour la société », a-t-elle ajouté.Près de 60 % des 5,8 millions de Danois ont reçu une dose de rappel, avec un mois d’avance sur le calendrier envisagé par les autorités sanitaires, qui considèrent que 80 % de la population est protégée contre les formes graves.

    #covid-19#migration#migrant#danemark#sante#omicron#circulation#frontiere#vaccination#test#quarantaine

  • Absences dans les écoles : de nouvelles données continuent de sonner l’alerte

    Alors que les ministres de l’Enseignement et de la Santé ne parviennent toujours pas à trouver de solution pour aider les écoles, le Segec dévoile ses estimations de classes et écoles fermées.
    (...)
    https://www.lesoir.be/420385/article/2022-01-26/absences-dans-les-ecoles-de-nouvelles-donnees-continuent-de-sonner-lalerte

    Pour savoir à quel point l’école est touchée par le variant omicron, on devrait pouvoir se tourner vers l’ONE qui compile les chiffres. Malheureusement, ils ne sont toujours pas disponibles pour dresser un état des lieux… de la semaine dernière. Heureusement, le Secrétariat général de l’enseignement catholique (Segec) travaille de son côté. Il dévoile chaque mercredi des estimations que l’on peut rapporter au niveau de toute la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    En radio ce matin, Etienne Michel, le directeur du Segec, avait dévoilé les premières données au niveau du taux d’absence dans le primaire et maternelle. Pour rappel, un enseignant sur cinq était absent ces derniers jours. Du côté des élèves, on frôle les 30 % !

    Plus de 1.000 classes fermées

    Conséquence directe des protocoles actuels qui veulent qu’une classe ferme quand quatre cas positifs ont été détectés sur une semaine : 15 % des classes sont fermées. « La situation s’est profondément et rapidement détériorée au cours des deux dernières semaines », détaille Étienne Michel. « Parmi les écoles qui ont répondu, 69 établissements et 847 classes sont actuellement fermés. On estime que, dans l’enseignement fondamental catholique, une centaine d’écoles et sans doute plus de 1.000 classes sont actuellement fermées. »

    La situation est à peine meilleure dans le secondaire, même si la progression des absences, tant du côté des profs que des élèves, est moins spectaculaire. La mauvaise nouvelle concerne plutôt les éducateurs qui jouent un rôle crucial en ce moment pour remédier aux absences des profs. Problème : un quart d’entre eux sont à la maison, malades ou du moins positifs au coronavirus. Résultat, une douzaine d’écoles secondaires du réseau catholique sont aussi fermées.

  • Comme ça c’est clair, on joue à la roulette (russe) :
    Covid-19 : le Danemark va lever ses restrictions alors que les cas de Covid-19 n’ont jamais été aussi élevés

    Le gouvernement danois juge sa couverture vaccinale suffisante face à la moindre sévérité du variant Omicron.
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/26/covid-19-le-danemark-et-l-autriche-levent-leurs-restrictions_6111062_3244.ht #protocole_tous_infectes

  • Israël est en train de prouver qu’on peut faire encore pire que la France en terme de contaminations quotidiennes :

    et alors qu’ils s’étaient déjà pris une méchante vague à l’automne dernier, en quelques jours à peine la nouvelle vague envoie les gens massivement en réanimation :

    et va réussir à tuer plus de gens que les précédents épisodes :

  • #conjoncture_covid, lundi 24 janvier 2022 :
    hospitalisations, à peu près en ligne
    entrées en réanimation, en baisse
    décès, en hausse

    • observé vs extrapolé


    hospitalisations : 3353, un peu moins que les 3421 extrapolées (-2,0%)
    réanimations : 337, nettement moins qu’extrapolé : 363 (-7,2%)
    décès : 393, nettement plus que les 346 anticipés (+13,5%)

    • cvh

    • c’est un des pire lundis pour métropole sur dc depuis 8 mois ; environ 2 semaines après le max sur réa ; p’tet un destockage des réa en fin de droit ?

    • dans un genre pas du tout matheux, à vue de nez, même avec toutes les circonstances favorables, Delta en baisse, vaccinations et doses de rappel en hausse, pas de montée subite du nouveau variant issu de Omicron, pas de nouveau variant inquiétant, je ne vois pas comment on imagine une forte baisse de ces indicateurs avant mi-mars. un mois avant la présidentielle. l’acceptabilité est proprement miraculeuse. on est super flex, il n’y a pas à dire.

      edit : perturbations possibles du scénario décrit plus bas : Omicron bis, réinfections, autre variant

    • je ne vois pas comment on imagine une forte baisse de ces indicateurs avant mi-mars

      Je supposes que le calcul, c’est que si tu contamines près de 10 millions de français chaque semaine, en commençant par ceux qui vont au travail et dans les transports en commun, en théorie en trois quatre semaines c’est torché, tu as ton immunité de groupe.

    • Autour de moi, j’ai des gens qui sont heureux de se dire qu’ils sont protégés pour 6 mois. Plus précisément, ils sont heureux de se dire que pendant 6 mois, ils peuvent aller dans les bars et les restos.
      J’arrive pas à m’y faire, mais le rouleau compresseur idéologique est bien là, et il m’effraie.

    • @biggrizzly Oui, les « 6 mois » correspondent, tiens donc, à la période durant laquelle ton « passe vaccinal » est validé par le fait d’avoir attrapé le Covid alors que tu n’es pas vacciné.

      À 300 000 ou 400 000 positifs détectés par jour, on est en train de fabriquer du « passe vaccinal non vacciné » à des niveaux proprement sidérants. (Mais si ce gouvernement avait pris des décisions cohérentes depuis le début, je pense qu’on s’en serait déjà aperçus.)

    • @colporteur, mi-mars me parait très, très loin ; sans disposer de boule de cristal, mi-février me parait plus probable. Comme dit plus haut par @arno*, l’ampleur des contaminations actuellement à l’œuvre devrait assécher le terrain favorable.

      Mais il est vrai que la comparaison avec le passé est difficile du fait, d’une part, du fort taux de vaccination qui décorrèle la montée vertigineuse des cas avérés de l’évolution de la charge hospitalière, du fait, d’autre part, des possibilités de réinfection, apparemment très fortes actuellement alors qu’elles étaient vues comme des exceptions dans les premières vagues.

      Mi-février, peut-être même avant ; c’est cette attente de la décrue qui m’a fait reprendre mon suivi conjoncturel, après le découragement (intense…) provoqué par la montée ininterrompue des indicateurs depuis tout début novembre.

      De ce point de vue, je n’arrive toujours pas à comprendre que les médias continuent à diffuser des graphiques en échelle arithmétique. On SAIT que la propagation est exponentielle, ergo on DOIT représenter sur l’échelle adaptée et donc #échelle_logarithmique

      (@arno*, on est assez nettement au dessus du niveau du CM2, mais le prochain chantier pour l’expression « spontanée » de mecton, pourrait être la découverte des graphiques semi-log…)

    • perso, je reste au CM2 et je dessine des exponentielles (les « régresseurs ») sur des graphiques en échelle linéaire ; pour l’instant, on voit bien que les montées sont un peu arrondies ; et les transitoires sont quasiment des droites, du coup pas trop besoin de semi-log en pratique - tant que ça part pas vraiment en sucette.

    • la stratégie #tous_contaminés va faire faire des économies de pfizz, sur les anti-vax et sur les pas-encore-tri-dosés ; un franc succès, quasi gratuit, pour le pass vaxinal (bio, grâce au micron). Bien joué Manu !

    • oui, c’est tout à fait ça ! ils ont trouvé une mesure non pharmaceutique à leur main tout comme ils avaient inventé d’emblée un passe non sanitaire (possibilité d’être en lieu clos sans masque). au « solutionnisme » technologique du vaccin (dans l’usage qui en est fait) s’ajoute le solutionnisme techno du contrôle.

      un crash test de deux ans qui fait enseignement, mobilisable pour gérer la crise écologique en jetant du lest (de la population, ici, et plus encore ailleurs) sous l’égide de gouvernements de l’état d’urgence (style « conseil de défense »).

      pour le court terme, je note que des perturbations du scénario décrit plus haut peuvent intervenir depuis Omicron bis, les #réinfections, d’autres variants.

      à moins que quelque chose comme une gauche se créée et politise la pandémie.

      #santé_publique #covid-19 #protocole_tous_infectés #gouvernementalité

  • Apparemment, le protocole indiquant qu’en cas de cas positif dans la classe, les élèves « pourront » rester en classe jusqu’à la fin des cours, c’est compris par le collège comme « devront ».

    Ce matin en arrivant au collège, ma grande m’appelle pour me signaler qu’un copain absent « a le Covid ». On appelle la Vie scolaire, qui nous explique qu’ils ne sont pas (encore) au courant, et que de toute façon selon le nouveau protocole, on la récupèrera ce soir. Nope, on insiste, et la dame de toute façon est débordée, alors OK, vous pouvez passer la prendre. Arrivé au collège pour la récupérer, à l’accueil on me raconte la même chose, et je repars avec ma gamine.

    Le copain confirme sur WhatsApp que sa mère a prévenu le collège au pire vers 10h30.

    Et finalement on est officiellement informés par le collège via École directe ce soir à 16 heures.

    Je le savais, mais c’est un autre aspect du #protocole_tous_infectés : prévenez les parents le plus tard possible, et laissez les gamins mijoter dans la même classe et cantine pendant les six heures qui suivent. Et ensuite seulement exigez un auto test avant de les reprendre en classe.

    Quelle bouffonnerie.

  • Malgré masques et précautions multiples, ça y’est omicron a frappé. Je sais assez précisément les lieux (2) et les circonstances d’origine de la contamination si on tient compte du temps d’incubation et du jour d’apparition des premiers symptômes.

    Les causes hautement probables dans ces deux lieux : temps sans masque (impossible de faire avec : conférence performée et repas) dans un lieu sous passe vaccinal avec distanciation et tout le toutim mais avec une aération/chauffage vétuste, pas de fenêtres. Et à Paris.

    Je pense que ça aurait fini par arriver anyway, via petit poilu car c’est l’hécatombe à l’école, à nouveau, parmi ses camarades et l’équipe d’encadrement. Très clairement la politique c’est qu’on soit tous contaminés et tant pis pour les plus fragiles. Même vaccinés, on est pas tous égaux face à ce virus. Mais qu’est-ce qu’on s’en fout, disent tous ces gens que je connais qui partagent désormais une vision eugéniste de la société, au nom de leurs libertés individuelles.

    Une semaine de symptômes dont 1 nuit critique et 4 jours hors service pour l’instant. Le moment critique avec hypoxie, ayant été géré à distance grâce à mon attirail d’asthmatique à domicile et mon expérience des difficultés respiratoires. Et, et ça me navre de le dire, avec l’appui de cette montre connectée à 25 balles que j’ai acheté pour un projet de critique du quantified self et de l’oxymètre/tensiomètre chinois offert par ma mère.

    Dimanche, l’œil grave et le brouillard mental semi-opaque, j’entends les bruits de la manifestation dans le lointain. On ne vit pas dans le même monde les manifestants et moi, voilà. La politique dite de l’immunité collective me gave tellement. A la maison, je suis la seule adulte malade parce qu’on a fait attention, port du masque à la maison, dès l’apparition des premiers symptômes, et des gens défilent parce que les masques portent atteinte à leur liberté. Si ça n’avait pas été déjà pris, je lancerai aujourd’hui un blog et je l’appellerai grosse fatigue. #protocole_tous_infectés

    • Oui vraiment merde ! Je compatis pleinement même si ça te fait de belles jambes ! Je souscris aussi à tes songes : la dépolitisation générale des débats nous rend malades quoiqu’il en soit...

    • J+9. Pas guérie mais un petit peu mieux et mon pass est réactivé, ce qui est complètement débile. En effet, la réactivation est basée sur l’apparition des premiers symptômes et non par la validation médicale de sortie de la maladie. Mon médecin considère qu’il faut au moins dix jours pour ne plus être contagieux quand on a une version déclarée (donc pas asymptomatique) de la maladie.

      Autre remarque, en prenant ses précautions (masque ffp2+ isolation partielle et prudence) il est possible de n’avoir qu’un seul malade/porteur dans un même foyer.

      Pendant ce temps chez les gamins de l’entourage on accumule les cas de double contamination à un mois d’intervalle. Ça craint.

  • Covid-19 : on vous explique pourquoi le calendrier de levée des restrictions sanitaires est critiqué
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-pourquoi-le-calendrier-de-levee-des-restrictions-sanitaires-es

    Selon les informations recueillies par franceinfo, mercredi, à la veille de ces annonces, Emmanuel Macron – qui n’est pas encore officiellement candidat – souhaitait par ces décisions donner des perspectives aux Français, à moins de trois mois du premier tour de la présidentielle. Le chef de l’Etat « doit entrer en campagne dans le climat le plus positif possible », expliquait à franceinfo une source gouvernementale. Les prochaines semaines diront si ce relâchement des contraintes était prématuré ou non.

  • Est-il vrai qu’omicron n’a provoqué que 200 réanimations pour 12 millions de contaminations, comme le dit Pujadas ? – Libération
    https://www.liberation.fr/checknews/est-il-vrai-quomicron-na-provoque-que-200-reanimations-pour-12-millions-d

    Dans son émission sur LCI, l’animateur a multiplié les approximations sur les chiffres des réanimations liées à omicron. Même s’il est vrai que ce variant conduit à beaucoup moins d’entrées en soins critiques.

    Votre question porte sur l’émission 24h Pujadas, diffusée lundi sur LCI. Dans une séquence consacrée au Covid-19, l’animateur David Pujadas explique : « On peut le dire clairement [que] cette vague de contaminations omicron n’a pas eu d’effets sur la réanimation, autrement dit sur les cas critiques, c’est vrai ou c’est faux ? »

    « C’est vrai, lui répond son acolyte, debout face à un écran. […] Premier point spectaculaire, cela fait maintenant six jours que les admissions en réanimation baissent. […] On va faire un petit calcul, au 21 décembre 2021, on comptait 3 096 patients en réanimation. Aujourd’hui, avec un rythme de 250 000 contaminations par jour, on compte 3 852 patients. Ça veut dire qu’on a 756 patients en plus. […] Mais en même temps, si on multiplie le nombre de cas détectés par deux [pour s’approcher du nombre de cas réel, ndlr], on serait sur un ordre de grandeur de 12,5 millions de Français qui ont été contaminés. Or dans le même temps, [pour] les cas graves, on parle de moins de 800 personnes. C’est facile à comprendre […] : ce n’est pas omicron qui est responsable des hospitalisations pour cas graves, c’est la vague delta. Or delta a représenté, il y a encore quelques semaines, 20 % des cas chaque jour. Ce sont ces cas delta qui ont développé des formes graves de la maladie et se sont retrouvés dans les services de réanimation. Ce qui veut dire qu’omicron n’a pas déclenché de vagues dans les services de réanimation. »

    Et Pujadas de reprendre la parole : « Si je résume, avec 12,5 millions de cas en trois semaines, ça a produit un quart des 800 cas de réanimation, les trois quarts étant du delta, donc ça a produit 200 cas ! 200 personnes en réanimation pour 12,5 millions de cas omicron. Autrement dit, on n’est même pas dans l’épaisseur du trait, on est dans le microscope. Omicron n’a pas produit de réanimations – je parle sous votre contrôle Martin [Blachier, présent sur le plateau] –, ce sont des faits, pas de l’analyse, pas du doigt mouillé. Pas de la roulette russe, ce n’est pas un pari, ce sont des faits. »

    Omicron n’a-t-il vraiment conduit qu’à 200 cas en plus en réanimation (plus précisément en soins critiques) durant les trois semaines citées ? Pas vraiment. Le collègue de David Pujadas, chargé de faire la démonstration de ce chiffre, n’utilise, en réalité, pas les bonnes données. Pour déterminer ses « 756 patients en plus », il soustrait du nombre total de personnes en réanimation le 16 janvier le nombre de personnes qui s’y trouvaient le 21 décembre. Autrement dit, il raisonne sur le « stock ». Or, entretemps, nombre de patients en soins critiques en sont sortis, soit parce qu’elles ont guéri (70 à 75 %), soit parce qu’elles sont mortes (25 à 30 %).

    Sur cette période, ce sont en réalité 8 200 personnes qui sont entrées en soins critiques en France avec un diagnostic Covid-19. Combien l’ont été avec le variant omicron ? Difficile à dire. Car le suivi par type de variant est réalisé par la Drees (cellule statistique du ministère de la Santé) et les informations sur le sujet s’arrêtent pour l’heure au 9 janvier (elles seront réactualisées ce vendredi).

    Pour réaliser une estimation sur vingt-six jours, comme dans cette émission, il faut donc faire le calcul du 14 décembre au 9 janvier. Sur cet intervalle, la Drees estime à 966 le nombre de patients entrés en soins critiques avec omicron. Soit 31 % des cas sur la semaine du 2 au 9 janvier. Une proportion qui devrait augmenter dans les semaines qui viennent, omicron étant désormais ultra majoritaire en France.

    Ces données, cependant, qu’elles portent sur les hospitalisations ou les entrées en soins critiques, intègrent aussi les personnes porteuses du virus, mais admises pour d’autres pathologies. Comme nous l’expliquions dans un précédent article, la part des patients Covid-19 pris en charge pour une autre raison que le virus se monte ainsi, pour la semaine du 3 au 9 janvier, à 20 % pour les hospitalisations et à 8 % pour les soins critiques. On peut donc réduire de 8 % le nombre d’entrées en soins critiques avec omicron, ce qui conduit à 889 entrées sur vingt-six jours. Et non pas 200, comme l’avance David Pujadas.

    https://www.liberation.fr/resizer/omuBncMswNHAUH9D9Knt42r_q6w=/1440x0/filters:format(jpg):quality(70)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/4END2RXGZJCMVONSVUS4RUSCG4.PNG

    Il est vrai, en revanche, qu’omicron provoque beaucoup moins de cas nécessitant un passage en soins critiques que delta. Toujours selon la Drees, une personne non vaccinée âgée de 60 à 79 ans et positive au Sars-CoV-2 n’a qu’un peu moins de 2 % de risques d’être hospitalisée en soins critiques avec omicron, contre près de 6 % avec delta.

    https://www.liberation.fr/resizer/-FMYkHy6q8reDSuSdI2rmWmqKZw=/1440x0/filters:format(jpg):quality(70)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/YUO622MU7RDHZNZG5ORCH7BT4A.PNG

    Pour une personne positive, dans la même tranche d’âge, et vaccinée avec rappel, le risque passe de 1,3 % à 0,3 % avec omicron. Concernant les hospitalisations conventionnelles (75 % des décès), le risque est diminué également, mais dans une moindre mesure (50 % environ pour les 60-79 ans).
    https://www.liberation.fr/resizer/7XbgJf8zuXSe3VNS0rhiltw-uGU=/1440x0/filters:format(jpg):quality(70)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/P7ZVY6AYJRCXLOMYHRVJD6LTGU.PNG

    A noter, enfin, que si le nombre d’entrées en soins critiques est effectivement en baisse depuis plusieurs jours, celui des entrées à l’hôpital continue, lui, de progresser.

    #covid-19 #Omicron #protocole_tous_infectés #hospitalisation #Martin_Blachier #media #pathogénécité (à court terme)

  • L’annonce du « calendrier de levée des restrictions », c’est un beau moment de communication politique je dois dire. Ça va même jusqu’à nos médias qui, unanimement, s’interrogent doctement : « est-ce que c’est le bon moment pour l’annoncer ? ». Et donc on s’indigne, on s’étonne, les lobbys patronaux font mine de trouver que c’est trop lent, etc, au sujet de cette levée des « restrictions ».

    Alors qu’en gros le calendrier tient en quatre lignes pour une raison simple : il n’y a de toute façon quasiment aucune mesure sanitaire imposée contre la présente vague. Il y a quoi ? un peu de télétravail mais pas trop, ah oui fermer les discothèques et les boîtes à partouze, c’est vrai que c’est super-contraignant, toutes mes confuses pour Castagner et Darmanin, et puis voilà, c’est tout, le reste relève largement de la foutaise symbolique.

    Je suis donc admiratif : le jour où l’on atteint des chiffres invraisemblables de contamination, Castex et Véran parviennent à faire passer l’idée qu’ils ont réellement fait quelque chose, que certes ça n’a pas marché, mais qu’ils ont bel et bien tenté de faire quelques chose, qu’il y a des restrictions, et qu’ils voient donc comment les lever, parce que ces restrictions sont tellement tellement lourdes, pfiou dis donc comment ça pèse sur le quotidien des gens… Alors que si tu réfléchis deux secondes, tu vois bien qu’il n’y a quasiment aucune restriction en cours. Y’a qu’à voir l’éducation : y’a carrément plus aucun protocole sanitaire du tout, mais on te fait savoir qu’à partir du 21 février, on pourrait voir à peut-être te faire une « adaptation du protocole sanitaire dans les écoles » (à part obliger les enfants à s’échanger des glaviots chaque matin, je ne vois pas ce qu’on pourrait faire de plus…).

    Nan mais vraiment admire-moi cette « levée des restrictions » : comment notre vie elle va trop changer !

    Surtout, c’est oublier que cette absence de mesures efficaces/fortes a été assumée explicitement quand Castex et Véran ont fait leur petite présentation de fin décembre : selon Véran, aucun pays n’aurait réussi à prendre des mesures de « freinage » efficaces contre Omicron, donc on ne va même pas essayer, et si on met un peu de télétravail et quelques mesures annexes, c’est pour Delta qui est toujours là.

    À partir du moment où ils décrètent que Delta est en net recul, alors dans la logique qu’ils ont eux-mêmes exposée, il n’y a plus aucune raison de maintenir la moindre mesure sanitaire. Parce que, je le répète : Véran et Attal ont très explicitement dit qu’aucune mesure de « freinage » contre Omicron ne pouvait fonctionnait, donc qu’il n’était pas nécessaire d’essayer.

    Le reste c’est donc du spectacle pour mal-comprenant, histoire d’imposer le Great Barrington en faisant semblant que non. Nos médias n’arrivent pas à se faire totalement à l’idée, alors que les gouvernement a été très explicite à ce propos : Omicron on n’y peut rien alors on ne fera rien, et de toute façon c’est p’têt même une « bonne surprise » si tout le monde se contamine.

    29 décembre :
    https://seenthis.net/messages/941611

    Olivier Véran - Autre incertitude : est-ce que Omicron peut être freiné par des mesures totalement classiques telles que nous avons pu en mettre en place dans notre pays ? A priori, le Danemark, qui a mis en place un certain nombre de mesures, n’a pas constaté d’effet de freinage sur la dynamique épidémique, parce que Omicron est tellement contagieux qu’hormis finalement un confinement généralisé, rien ne semble capable d’en freiner la course, en tout cas aucun pays à date n’a pu totalement le freiner dans sa dynamique épidémique.

    2 janvier :
    https://seenthis.net/messages/942020

    D’après Olivier Véran, cette vague pourrait être « la dernière ». En effet, la forte contagiosité du variant Omicron inquiète, mais est aussi, paradoxalement, porteuse d’espoir selon le ministre qui affirme : "Omicron est tellement contagieux qu’il va toucher toutes les populations du monde. Il va entraîner une immunité renforcée : on sera tous plus armés après son passage."

    3 janvier : Blanquer :
    https://seenthis.net/messages/942185

    « Dès que ce sera possible, nous allégerons les protocoles sanitaires », déclare Jean-Michel Blanquer

    4 janvier : dans un touit de David Cayla :
    https://seenthis.net/messages/941611#message942411

    Ce matin sur France Inter Gabriel Attal a usé d’un énorme sophisme en expliquant que, comme on ne pouvait empêcher la vague Omicron de déferler sur le pays en raison de la forte transmissibilité du virus, il était inutile de prendre quelque mesure que ce soit pour la FREINER.

  • eh ben voilà...
    j’aime pas étaler ma vie mais là je suis trop dégouté...
    2 ans
    2 putain d’années à limiter les contacts, à faire gaffe, à expliquer aux enfants de faire gaffe, que c’est pas grave si d’autres le font pas, eux c’est important qu’ils le fassent.
    Dernièrement l’angoisse de la montée des cas à l’école.
    Cernés de partout, divergence incroyable entre ce qu’on dit partout autour de moi (repris de ce que dégueulent les médias mainstream) et ce qu’on lit sur seenthis.
    Résultat je tarde un peu mais je me décide à trouver des rendez vous coûte que coûte pour vacciner les petites et acheter les « pure mask » conseillés ici.
    Vaccins fait mercredi, pure mask reçu aujourd’hui...et ce qui devait arriver arriva...une des filles positives ce soir.

    Je suis dégouté parce que tout le monde trouve ça génial parce qu’on va retrouver la vie d’avant grâce à ce virus qui circule si bien et qui est rien d’autre qu’une gripette maintenant hein (et même des gars avec des cerveaux de fou comprennent pas que rien ne changera tant qu’on aura pas vacciné massivement toute la planète).
    Je suis dégouté parce que tout le monde dit c’est pas grave (mais putain...qu’est ce qu’on en sait ??? ouais la proba est faible...mais qu’est ce t’en sais que ça va tomber sur toi ou pas ?)
    Je suis dégouté parce que j’ai pas voulu trop le faire en force et que j’aurais peut être dû...
    Je suis dégouté que les mecs au gouvernement sont tellement nuls et cyniques qu’on en arrive à polariser la population comme jamais et que les gens comprennent plus rien à rien à force de dire n’importe quoi tout en faisant la chasse aux fake news qui se sont jamais aussi bien portées.
    Je pourrais continuer sur pas mal de choses mais j’ai déversé ce qui me pesait déjà pas mal sur le coeur...alors je vais m’arrêter là....

    ...mais je suis dégouté

    • Vos partages et messages m ont fait monter les larmes...
      (Qui demandaient ptete qu a couler avec la fatigue/insomnie et la rage qui sommeil..)

      Pareil je hais les jeux de hasard.
      Je sais même pas si au point où en est, les gens se rendent compte que c est un pari.
      J ai l impression que tout le monde est devenu dingue.
      Une animatrice de l ecole a été dire à ma plus petite, déjà bien angoissée de nature, que le vaccin ça rendait aveugle, qu elle l avait vu de ses propres yeux.
      Il faut quoi pour en arriver à dire ça à un môme qui a mal au bras ??
      Quand tout le monde dit et fait n importe quoi, comment tu gardes le cap ?
      Les seules personnes qui comprennent c est vous...je vous ai jamais vu...mais sans vous je serais en plein naufrage je crois....

      J en chiale de plus belle mais je vous remercie d être la et de ce que vous faites.
      C est triste qu on soit qu une poignée à vouloir regarder la réalité en face mais un petit peu c est mieux que rien...

    • voici @ericw :

      « Comble de la lose, j’ai eu le Delta quand tout le monde avait l’Omicron » : ces covidés qu’on ignore

      Avec le variant Omicron qui submerge la France depuis fin décembre, plus question d’attirer l’attention ou de se faire plaindre avec un simple test positif.

      Dire que, il y a deux ans, connaître ne serait-ce qu’un cas contact méritait l’attention de son entourage. Dire que, il y a deux ans, on était plein d’inquiétudes pour ceux qui avaient contracté la maladie, on leur posait plein de questions (« alors tu ne sens plus rien ? » ; « tu veux qu’on t’apporte quelque chose ? »). C’est dur aujourd’hui, à titre de comparaison, de compter parmi les derniers malades du Covid-19.

      Même la pharmacie débordée n’a pas pris le temps de les appeler pour leur donner leur résultat positif. Soudain, les proches se transforment en médecins épidémiologistes (« Omicron, c’est rien, tu vas être enrhumé et ça te fera ton booster quatrième dose »). S’ils font l’erreur de dire « J’ai le Covid », on leur réplique : « Non, t’es positif. » Fini l’époque où on plaignait les gens à l’isolement comme vivant une expérience hors limite. Là, on relativise à leur place (« bah, tu peux bosser de chez toi ») et on oublie de prendre de leurs nouvelles. Qui s’est demandé comment allait Olivier Véran depuis qu’il a annoncé être positif au Covid-19 ?

      A quoi on les reconnaît

      Ils postent des photos de leur test positif sur Facebook ou Twitter pour tenter de s’attirer un peu de compassion (heureusement que le test ne passe pas par une analyse d’urine, on se demande à quoi auraient ressemblé les réseaux sociaux), ensuite ils précisent que tout va bien quand même. Ils rassurent des gens qui ne s’étaient même pas inquiétés pour eux. Quand ils l’annoncent à leur entourage, on leur répond « j’en sors », « décidément tout le monde l’a », on leur fait la liste de tous ceux qui viennent d’être testés positifs le même jour ou de ceux qui l’ont eu plusieurs fois. Depuis le SMS de l’Assurance-maladie leur indiquant qu’ils allaient être appelés, ils attendent toujours que le téléphone sonne. Quand ils appellent leurs cas contacts en s’excusant, ils s’entendent répondre : « Mais, de toute façon, on est tous cas contacts. » Leurs collègues oublient de leur envoyer des liens Zoom pour les réunions. Les écoliers positifs, eux, reçoivent des messages de leurs copains : « La chance ! »

      Comment ils parlent

      « Quand mon père l’a eu, on pensait que c’était la fin et on aspergeait la maison d’eau de Javel, là, on nous dit qu’il faut bien y passer un jour. » « Mon mari et ma fille se sont foutus de moi. » « J’ai pas pu m’empêcher de frimer sur les réseaux sociaux avec mon petit Covid, je me suis pris une volée de commentaires. » « Comble de la lose, j’ai eu le Delta quand tout le monde avait l’Omicron. » « J’ai essayé de faire le malin parce que j’ai eu Omicron en décembre, mais ça n’intéressait personne. » « Même un bon variant, ça ne te distingue pas. » « Rassurez-vous, pour le moment, j’ai à peu près l’équivalent d’un gros rhume. » « J’ai l’impression d’être en décalage quand je dois demander un lien Zoom. »

      Leur grande vérité

      C’est la pire période pour avoir le Covid-19.

      Leurs questions existentielles

      Avec deux masques posés l’un sur l’autre, je peux faire les courses si je vais très vite ? Le test à J + 7, c’est en comptant la journée d’aujourd’hui ? Ils sont nombreux ceux qui ne l’ont pas encore eu ? Est-ce qu’on est la queue de comète ?

      Leur Graal

      Depuis qu’un test positif au Covid-19 est un non-sujet, il n’y a plus de disputes en famille ou entre amis sur l’attitude à adopter.

      La faute de goût

      Avoir 40 de fièvre, ne pas tenir debout et devoir écouter des amis dire : « Ma sœur l’a eu la semaine dernière, t’auras un peu mal à la tête et c’est rien. »

    • ❤️ merci ❤️

      Pour faire écho à l’article du monde :
      On a testé tout le monde ce matin. Elle a apparemment une charge virale très haute et nous on est pour le moment tous négatif.
      On a une voisine (qui devait venir pour récupérer des trucs) qui veut absolument venir pour le choper volontairement.
      On m’a conseillé de surtout pas la confiner pour que tout la famille l’ait et qu’on « soit tranquille ».
      Une seule personne m’a demandé si elle allait bien...

    • a peu près la même ici, sauf qu’on a failli s’entretuer avec ma compagne et que nos disputes ont fait qu’on a pas pu vacciner la petite. Là, on est tous les deux +, la petite on va voir tout à l’heure. Juste déso mais la dif entre seenthis et le reste du monde ça n’a pas vraiment aidé à garder sa santé mentale. je veux bien regarder la réalité en face, mais être absolument seul à le faire m’a rendu à peu près aussi fou que les autres.

    • Mon Pauvre...
      J’ai failli dériver aussi en essayant de montrer/argumenter mais j’ai vite arrêter car j’ai vu que j’allais devenir dingue aussi.
      Maintenant je trouve refuge ici et je me tais...
      J’ai de la chance que ma compagne à moi soit réceptive...même si ça amène un temps de latence (parce que sinon j’avoue que je sais pas dans quel état je serais).

      La voisine...on a trouvé 2 plans pour essayer de la protéger malgré elle. Lui amener le machin avant elle et l’accueillir masqués dans le jardin si elle déboule avant qu’on puisse lui amener.

      Merci à tous pour vos encouragements 🤗🙇🏿

    • Chez moi, même son de cloche que @tintin, pas facile d’être en décalage avec le « balec » ambiant comme dirait @arno. Sauf que notre grande fille (5ans) a été vaccinée dimanche dernier. Mais mon épouse me l’a reproché après coup, tout le monde lui faisant comprendre que c’est risqué de vacciner les enfants.

      Comme partout, notre fille est « cas contact » chaque semaine, et je dois faire le candide au laboratoire pour lui avoir un test PCR avec prélèvement oral : on m’explique qu’on va lui faire quand même mais que désormais il faut se procurer des auto-tests « ah bon ? je ne savais pas ! ». Au passage, je suis déconcerté par la facilité de prélèvement de ces tests.

      Mais après avoir fait un test, mon épouse me suggère « on n’est pas obligés de la re-tester, elle n’a pas l’air malade... ». Ah oui, tiens, je me demande si les autres parents ont aussi eu cette bonne idée...

      Au bahut, ce n’est pas mieux, une collègue est restée bosser plusieurs jour après le test positif de sa fille de 10ans, en disant « Marre de me faire tester, tant que je n’ai pas de symptôme, je ne me teste plus ! ». Parce que même si on ne peut plus le voir en peinture, la préparation de nos élèves au bac Blanquer passe avant les principes de précautions. Résultat, quelques jours après, symptômes, test, positif, isolement. Mais le mari vient toujours bosser, en attendant d’être positif à son tour. Quand une autre collègue nous explique que ce n’est pas au lycée que les jeunes se contaminent (4500 de taux d’incidence chez les 10-19ans la semaine dernière dans mon département, bien au-dessus des autres classe d’âges)

      Du coup je me suis mis aussi au FFP2, fais hyper gaffe à ne pas me retrouver avec trop de monde, me teste tous les jours ou tous les deux jours, et n’arrive pas à croire que je sois passé entre les gouttes (parce que train + lycée, je suis exposé quotidiennement).

      Et donc quand je rentre à la maison, et m’aperçoit que mon épouse et notre 2ème fille (1an) reviennent d’être passées voir les voisin·es chez elles, pendant plus d’une heure, sans masque ça va sans dire, avec une autre pote et ses 3 enfants qui vont au même cluster que notre grande, et en plus la copine qui accueille et sa fille viennent juste de chopper le covid, « mais elles n’avaient plus de symptômes et avaient fini leur période d’isolement depuis... j’me rappelle plus mais elles avaient terminé donc elles n’avaient plus le covid »

      manque de pot pour moi, j’avais lu un billet de @monolecte sur le pic de contagiosité https://seenthis.net/messages/944152

      .... donc... comment dire... oui c’est ça, je vais arrêter de traîner sur #seenthis...

    • et hop, le pompon sur le gateau en croisant un pote, papa d’une copine de ma fille qui fréquente le même cluster Blanquer mais pas la même classe : sa fille a été testée dimanche dernier, donc 7 jours d’isolement (pas un de plus, hein ! faut pas déconner), mais le mieux, c’est l’après covid, il y a vraiment une prime à la contamination :
      - pas de tests nécessaires pendant les 2 prochains mois, parce qu’immunisée (à raison de 3 par semaine moins les 2 semaines de vacances, ça fait l’économie d’une vingtaine d’écouvillons dans le pif)
      - même quand sa classe est fermée parce que la maîtresse, devinez !, a choppé le covid, et qu’on ne peut pas la remplacer, elle peut être accueillie dans une des autres classes contrairement aux malheureux camarades qui n’ont pas eu le mérite d’être positifs

      il n’en faut pas plus pour me faire passer auprès de mon épouse pour un gros flippé qui n’a rien compris à ce qu’il faut faire : multiplier les contacts pour enfin ! avoir la chance d’être tous touchés... et reprendre une vie normale ??

    • quand même un truc que j’ai du mal à garder en tête c’est que le risque est réellement minime pour les gamins. Comme c’est un risque qu’on peut éviter, moi j’ai pas du tout envie de le prendre, et je suis bien d’accord que chaque hospitalisation d’enfant qui aurait pu être évitée devrait/doit l’être. Mais le risque est effectivement minime... alors comment dire...

      La peur, la panique, dans les deux sens, inquiètiste ou rassuriste, ça fait chier et ça n’aide pas à prendre des décisions sereinement. Franchement, si c’est pour faire exploser ma famille, le vaccin ça ne vaut pas le coup. Et là, on est à deux doigt d’exploser à cause de ces conneries... no fun. Et moi ça fait longtemps que je voue un amour sans bornes aux vaccins... avant le covid que ça me sortait par les trou de nez les discours antivax... ma compagne non, poreuse à ce soupçon, comme presque tout le monde autour de moi... ça prend du temps... mais on a pas le temps... enfin bref.

      Vous amusez pas à me répondre par des chiffres flippants sur les gosses, c’est bon j’ai eu mes trois doses et on va finir par la vacciner, ça aiderait juste que tout le monde s’y mette pas vrai ?!

      https://seenthis.net/messages/945101

      https://youtu.be/MGrNG-uLJ7w

    • On continue à faire l’impasse sur les séquelles et/ou covid long.
      Les données s’entassent depuis près de 2 ans et elles disent toujours la même chose  : il ne faut pas attraper cette merde.

      Les atteintes des tissus cardiaques, du cerveau, des poumons, mais aussi les problèmes de coagulation et d’immunité sont clairement documentés et concernent au moins 10% des contaminés, symptos ou pas, sans ≠ d’âge ou de condition initiale. Ce qui est juste énorme.

      Sans ça, ce serait déjà inquiétant, parce que rien que les gens qui finissent à l’hosto, faut pas croire qu’ensuite, ils sont opérationnels en 2 coups de cuillère à pot.

      Perso, j’ai pas 10 points de QI à crâmer, pas envie de me retrouver à me trainer comme une vioque avec une capacité pulmonaire à 85% à vie, pas envie d’être la fête aux grumeaux et avoir une proba démultipliée de faire un infarct ou un AVC.

      Mais qu’on puisse envisager de faire courir ces genres de risques à ma gosse, j’ai juste envie de sortir le karcher en mode lance-flammes.

    • Cet été, je me préparais psychologiquement au fait que peut être qu’on ne ferait pas vacciner notre ado qui rentrait en 2nde. Je ne suis pas rentré dans les détails statistiques dans la discussion. Mais il a fallu tout de même que j’explique que les probabilités de problèmes avec le vaccin étaient moins élevées que les probabilités que ça se passe mal sans le vaccin (myocardites en particulier, par exemple). Et j’avoue qu’à l’époque, j’étais moi même dans l’expectative, tellement les stats étaient difficiles à obtenir, car en cours de construction, encore à ce moment-là. Aujourd’hui, ce n’est plus en construction. Ce qu’il reste à construire, ce sont les stats sur les covids longs. La Grande Bretagne est en (très) avance, mais là aussi, ces stats ont du mal à arriver jusqu’à nous d’une façon plus ou moins vulgarisée.

      Mais comme tu le dis, on parle de probas très faibles. Et c’est ce qui m’emmerde dans mes relations avec le reste de la famille : ils considèrent tous que se faire chier avec des masques, c’est de la parano, que se faire chier avec un vaccin, c’est de la parano, et en plus, l’ARNm va rester dans le corps, et patatipatata. Les voilà qu’ils tentent de me convaincre que eux ont des sources d’informations mieux informées que les miennes, et que je ne suis qu’un odieux prêcheur prosélyte pro-masque. Oui, j’ai eu l’outrecuidance de proposer à ma mère de l’accompagner à la vaccination, pensant que ça pouvait être un obstacle, et de lui filer des FFP2. Les FFP2 ça pue, c’est inconfortable, et le vaccin c’est caca. Dans le genre hypocondriaque, elle se pose là pourtant d’habitude... mais les discours majoritaires lui font penser que le mal, c’est de lutter contre le virus. Ils ne se rendent pas compte collectivement combien le vaccin sauve de vies au quotidien et j’en veux à nouveau à l’absence totale de communication de ce gouvernement de gros nuls qu’en ont rien à foutre à un point...

      Bref, pour not’gamin, on a fini par dire « avec le vaccin, il pourra aller à la piscine ». Miracle du nudge. (il ne va plus à la piscine depuis mi-décembre qu’on nous l’a dit cas contact : une semaine de FFP2 à la maison, ça a suffit) (en fait, ce qui a emporté le morceau, c’est qu’on a posé la question à notre gamin qui nous a dit qu’il voulait être vacciné en particulier pour pouvoir retourner à la piscine).

      Il n’en reste pas moins que perso, je reste sur la ligne « on porte le FFP2, parce que personne ne mourra à cause de nous », ainsi que de la ligne « le sras n’aura pas l’opportunité de nous pourrir la vie ». Avec ou sans vaccin. Et pour la 4ème dose, j’avoue que ça ne me fait pas du tout envie, et que je préfèrerais vraiment qu’on se décide collectivement à appliquer la stratégie zéro-covid.

      Et n’empêche que je m’étais préparé au fait qu’on ne fasse pas vacciner le gamin. Je disais « je suis pour qu’on le vaccine » comprenant les doutes de ma compagne. Et comme il était hors de question de faire péter le couple pour ça, évidemment, j’avais préparé la solution de replis : cette solution, c’était FFP2 pour tout le monde, et retrait de toute vie collective à risque (sans masque). Je sais pour le lire un peu partout, que le port du masque H24 peut là aussi faire naître des tensions. Mais pour cela, je suis prêt à faire naître les tensions sur l’air « tu ne veux pas de vaccin, j’ai lâché l’affaire pour toi, s’il te plait, accepte qu’on porte le masque ».

      A ce sujet, du zéro-covid, je rigolais en lisant cet article de l’épidémio qui raconte qu’on en a tous marre, et je trouve son point de vue très juste tout du long. Il raconte aussi que le monde entier a laché le zéro covid, parce que Omicron, en ajoutant « sauf les chinois ». Je rigole, parce que les chinois, ils ont une population et une densité de population qui rend cette affirmation ridicule : le zéro covid est possible, même avec Omicron, et la preuve par la Nouvelle Zélande, le Japon, la Chine, et la Corée, et Hong Kong, et Taiwan, etc.

    • J’avais pensé que lorsque les gosses commenceraient à être massivement touchés, on verrait s’élever un mouvement de protestations fort et plutôt radical, genre, on met pas les mômes à l’école, les enseignants en grève reconductible, enfin le genre d’action qui était susceptible de bloquer la machine. Mais il nous faut hélas constater que la mise en danger des enfants, ce n’est pas encore suffisant pour allumer l’incendie de la révolte. La plupart des parents « s’adaptent » en trichant sur le protocole en papier crépon, certains enseignants s’adaptent en faisant double cours (présentiel et distanciel) ...
      Bref, tout ça argumenté par un discours rassuriste et/ou obscurantiste. En fait, dans ce déchainement d’individualisme forcené, t’as juste l’impression que la principale motivation de tes semblables est de préserver leur pouvoir d’achat afin de pouvoir continuer à consommer compulsivement comme des gorets, comme « avant ». Et surtout, aussi, de montrer avec ostentation que tu as encore une « vie sociale », mais compatible avec des critères consuméristes, hein ! C’est vraiment, comment dire ? Désespérant ?

    • C’est le fil de la dépression...😔
      mais bon paradoxalement ça fait vraiment du bien de voir qu’on se sent tous très seuls dans cet océan d’incompréhensions multiples (et du coup qu’on est pas si seul finalement)

      Bisous à tous et bon courage !

    • je passe par là pour dire qu’on peut se sentir très seul vis-à-vis de proches (et parfois être contraint à la rupture pour pas devenir dingue, pour ma part j’ai mis fin à une amitié de plusieurs décennies, uneasy), mais aussi trouver des lieux et entours possibles, suffisamment attentifs à ce qui a lieu, sans craindre d’être minoritaire (j’espère que ce n’est pas un privilège isolé).
      ici, la coopération aide grave, ce qu’offre la fonction soignante diffuse de divers comptes twitter, ça participe aussi d’un minimum d’asepsie intellectuelle.
      J’imagine que vous avez lu les deux bons papiers parus sur PLI (santé communautaire ; libéralisme chez les militants). Il ya de quoi glaner aussi pour le quotidien difficile.
      là où je suis, il y a aussi du craignoss sous-jacent et de l’indifférence, mais je croise pas ça dans ma cuisine. je souhaite tout le courage et la patience possibles à qui vit dans le désaccord chez soi.

      sinon, je voulais hachetaguer car je me perds facilement.

      #covid-19 #individualisation #proches #masques #vaccin #covid-long #école #enfants #réinfections #protocole_tous_infectés #désorientation #dénégation #principe_de_non-précaution #biopolitique #va-mourir

    • Le texte sur la santé communautaire « pro vaccin, pro aération, pro masques »,
      https://seenthis.net/messages/942233

      (si c’est celui là dont tu parle @colporteur ) les retours que j’ai eu, à demi-mots, c’est que c’est trop clivant...

      Peut-être qu’en terme de stratégie, on pourrait effectivement être sensible à ne pas froisser les sensibilités (et calmer nos envies de meurtres).

      Nunatak a très bien tourné les choses dernièrement : https://seenthis.net/messages/945093

      (et c’est bizarrement passé inaperçu ici).

      Mais de bons textes comme réconfort, c’est bien faible , on a besoin de plus et surtout de personnes, de gens, du physique quoi.

      Allez zobi,
      jean peuplu

      (@monolecte déso je me suis un peu emporté, tu as raison de rappeller ces risques, je les connais, je pense que c’est important de le dire, même si personne n’a envie de les entendre).

    • L’autre texte utile paru sur PLI n’est pas moins « clivant ». Le premier s’en prenait à la dénégation et à l’individualisme. Celui-ci attaque le libéralisme existentiel (généralisé) dont relèvent bien des militants.
      Critiques de la gestion dite sanitaire et libéralisme militant
      https://paris-luttes.info/critiques-de-la-gestion-dite-15618

      Aucun des deux ne transpire selon moi le meurtre ou l’envie de meurtre que tu évoques, @tintin. Je ne crois pas que la stratégie (ici, le communisme) et les concessions verbales aient partie liée. Et pour ce qui est de la tactique, ces contributions à un débat qui n’a pas lieu depuis deux ans ne pouvaient pas ressembler à des bouquets de fleurs.

    • et le texte de nunatak ne me semblent pas moins « clivant », dans le sens où on y assume des positions claires avec la base de la base de ce qu’il faut faire en pandémie, néanmoins peut-être un peu plus fin.

    • @sombre

      « J’avais pensé que lorsque les gosses commenceraient à être massivement touchés, on verrait s’élever un mouvement de protestations fort et plutôt radical, genre, on met pas les mômes à l’école, les enseignants en grève reconductible, enfin le genre d’action qui était susceptible de bloquer la machine. Mais il nous faut hélas constater que la mise en danger des enfants, ce n’est pas encore suffisant pour allumer l’incendie de la révolte. »

      Ah ben non, le seul début de mouvement de protestation ça a été contre le port du masque à l’école. Maintenant avec les gamins qui en sont à leur deuxième covid en deux mois (dont presque 4 semaines de vacances cf https://seenthis.net/messages/945459#message945625) on pourrait espérer y venir, ah, mais non je rigole, c’est pas grave, c’est « juste » un rhume (quand pas juste une grippe - on voit que les justunegrippe n’ont jamais risqué l’hosto avec justeunegrippe pour trouver la grippe easy).

  • Flahault sur LCI : La nouvelle hausse des contaminations en France provoquée par le BA.2, un sous-variant d’Omicron ?

    INTERVIEW - Attendu depuis plusieurs jours, le pic de la cinquième vague ne semble toujours pas atteint en France. Selon le Pr Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale de Genève, un sous-variant d’Omicron pourrait compliquer la sortie de crise.

    Propos recueillis par Idèr Nabili - Publié le 20.01.22 à 13h22

    Le pic se fait attendre. Alors que le nombre de patients admis en soins critiques s’est stabilisé dans le pays, le nombre de contaminations, lui, ne cesse d’augmenter. Mercredi 19 janvier, plus de 436.000 personnes ont été testées positives en France, soit 20% de plus que le mardi précédent. Dans deux régions - l’Île-de-France et la Corse - le nombre de nouveaux cas avait pourtant diminué, avant de repartir à la hausse depuis quelques jours.

    Pourtant, certains de nos voisins constatent une baisse significative des contaminations. C’est notamment le cas du Royaume-Uni. D’autres, comme l’Espagne, semblent arriver au pic de cette cinquième vague. Mais pas la France. Parmi les hypothèses pour expliquer ce phénomène, la possible présence d’un sous-variant d’Omicron, baptisé BA.2, sur notre territoire. Le Pr Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale de Genève (Suisse), répond à LCI.

    Le pic de la cinquième vague n’est toujours pas atteint en France. Comment l’expliquer ?

    Le niveau actuel de contaminations déjoue les pronostics de l’arrivée du pic. Cela me rappelle la situation à la mi-décembre. Nos modèles prédisaient alors un pic possible de la vague Delta, mais le variant Omicron est venu se brancher et il n’y a pas eu de redescente en France. Je ne sais pas si la remontée actuelle, un peu inattendue, est attribuable au variant Omicron, ou s’il faut l’attribuer à l’arrivée d’un sous-variant, comme c’est le cas au Danemark. Il faudra rapidement savoir si ce sous-variant échappe à l’immunité vaccinale ou naturelle.

    Que sait-on de ce sous-variant, baptisé BA.2 ?

    Ce sous-variant comporte 28 mutations de plus qu’Omicron, mais nous ne savons pas encore grand-chose. Il a été repéré dans plusieurs pays, comme en Israël, à Singapour, en Inde ou en Chine. Nous ne connaissons ni son origine, ni sa virulence, ni sa capacité d’échappement à l’immunité, y compris celle conférée par Omicron. En revanche, il semble qu’il soit plus contagieux. Il est d’ailleurs déjà devenu majoritaire au Danemark, un pays qui séquence beaucoup les souches. En France, le séquençage est moindre. Il est donc difficile de connaître la part réelle de BA.2, mais nous le saurons bientôt.

    Faut-il s’inquiéter de l’émergence de mutations ?

    Nous nous attendions à de nouveaux variants. Nous aurons forcément de fausses alertes, comme Deltacron. Mais je ne crois que ce soit le cas de BA.2, repéré par plusieurs équipes dans le monde. Il faudra rapidement savoir s’il échappe à l’immunité conférée par le vaccin et les infections antérieures et en connaître plus sur sa virulence. Regardons de près la situation danoise, qui sera la plus éclairante sur le sujet.

    Si ce sous-variant se confirme, doit-on s’attendre à une nouvelle hausse des contaminations dans les prochaines semaines ?

    Cette pandémie déjoue beaucoup les prédictions. Même à sept jours, je suis dans l’incapacité de dire si cela va redescendre ou continuer à monter. Si plusieurs vagues se combinent l’une sur l’autre, c’est encore plus difficile. La clé est de savoir si ce sous-variant peut atteindre des personnes qui viennent d’être contaminées. C’est peu probable, mais il faut l’étudier de près. Tant que nous n’avons pas la réponse à cette question, la prévision est un exercice très périlleux.

    https://www.lci.fr/sante/covid-19-cinquieme-vague-pandemie-la-nouvelle-hausse-des-contaminations-en-franc

    • Comment peut-on prédire un pic de contamination sans la moindre mesure de freinage effective ? Le télétravail est-il vraiment une mesure de freinage significative ? Comment peut-on tenter la moindre prédiction quand il a été décidé de ne rien faire contre l’agent pathogène considéré, à part en faisant l’hypothèse qu’il s’agit d’un simple caprice météo ? (métaphore filée récemment par Castigliola me semble-t-il)

    • #Covid-19 « On fait comme si de rien n’était »
      L’espoir d’un pic épidémique proche se dissipe

      Des mesures d’assouplissement ont été annoncées, mais le taux d’incidence n’a jamais été aussi élevé. Cette hausse tient-elle à un relâchement des comportements, à la rentrée scolaire ou à l’arrivée du sous-variant d’Omicron BA.2 ?
      Par Florence Rosier

      C’est un paradoxe auquel la pandémie de Covid-19 a fini par nous habituer. D’un côté, des contraintes sanitaires bientôt allégées, ont annoncé les pouvoirs publics jeudi 20 janvier ; de l’autre, de nouvelles infections qui atteignent un niveau inédit, a souligné Santé publique France (SPF) ce même jour.
      Dans la soirée, le premier ministre, Jean Castex, a en effet déclaré que le passe vaccinal, dont l’entrée en vigueur est prévue le 24 janvier pour les personnes de 16 ans et plus, devrait permettre de « lever la plupart des restrictions » . Le 2 février, trois contraintes seraient ainsi abolies : l’exigence du port du masque en extérieur, l’obligation du télétravail trois jours par semaine et les jauges dans les lieux accueillant du public.

      Ce même soir, pourtant, SPF signalait un nombre record de 425 183 nouvelles infections au SARS-CoV-2 déclarées au niveau national. Un niveau de contamination massif, jamais atteint jusqu’ici. « Je ne comprends pas comment, avec plus de 400 000 nouveaux cas par jour, on fait comme si de rien n’était », dit, perplexe, un épidémiologiste.

      https://justpaste.it/8g6rs

      #protocole_tous_infectés #biopolitique #va_mourir

    • Limiter les déprogrammations chirurgicales et médicales est « un enjeu majeur pour cette période », qui sera « source de tensions entre les différentes équipes médicales : le partenariat public-privé est un élément important de la réponse ».

      dixit le conseil scientifique - nous y voilà :-)

  • Sur la catastrophe en cours et comment en sortir - Serge Quadruppani & Jérôme Floch
    https://lundi.am/Sur-la-catastrophe-en-cours-et-comment-en-sortir

    Il y a tout de même pas mal de choses intéressantes dans cet article de Quadruppani (qu’on sait déjà mais dites au public antibiopolitique).

    On a pourtant aussi toutes les raisons d’écouter le cri de rage d’un ami infirmier, à qui j’ai fait lire l’interview de Lamarck : « Je voudrais surtout pas tomber dans le pathos, mais le subjectif est là, et je vais pas le refouler : quand tu as vu des personnes âgées qui ont un nom : Marthe, Francis, Suzanne, Mario, Huguette , Gilberte et tant d’autres, magnifiques, qui ne demandaient qu’à finir leurs vies tranquilles, sereines et entourées, partir en 24 heures, emballées dans des housses mortuaires, sans préparation, sans que leurs proches ne puissent les voir, ne serait-ce qu’une dernière fois, quand tu as vu tes collègues infirmières et aides-soignantes, pourtant pleines d’expérience, et qui savent tenir la « bonne distance » professionnelle avec la mort, te tomber dans les bras et pleurer de détresse, que tu as vu toute l’équipe soignante aller au tapis, frappée de plein fouet par le virus, et les rares soignantes encore valides rester à poste 18h sur 24, que tu as vu le quart des personnes prises en charge mourir en une semaine, les poumons bouffés par le virus, et qu’il s’en fallait à peine d’un mois pour que des vaccins soient disponibles... alors le gus qui te déclare, du haut de son Olympe conceptuel : « c’est la porte ouverte à la modification moléculaire de l’humain », tu as juste envie de lui hurler : « ta gueule, connard ! Tu n’as aucune idée de ce dont tu parles... ! » C’est con, hein ? »

    Non, c’est pas con, et d’autant moins que c’est assorti d’une critique des affirmations lamarckienne qui peut s’avérer fort utile pour dissiper les fantasmes attachés à ce vaccin à ARNm souvent au cœur des argumentaires antivax. « Bien, alors le truc affreux [d’après Lamarck] ce serait ces vaccins à ARN messager modifié « enrobés dans un vecteur complètement artificiel ». Le mot est lâché : « artificiel », sûrement opposé à « naturel ». Ne relevons même pas que bien des produits artificiels se sont révélés forts utiles, et que nombre de produits naturels peuvent être extrêmement nocifs. Le truc ici consiste à faire peur : c’est « artificiel » ! Pas bon ça ! Le vecteur en question est une microparticule avec 4 lipides (dont du cholestérol), 4 sels (chlorures de sodium, de potassium, dihydrogénophosphates de sodium, de potassium), du sucre (saccharose) et de l’eau... (c’est presque Bio !) Non, faut que ça fasse peur ! Car nous disent-ils tout ça « est injecté massivement depuis décembre 2020 sans tests cliniques suffisants tant sur l’innocuité que sur l’efficacité ». C’est évidement faux, les essais de phase I, II, et III ont bien eu lieu, et si la phase III se poursuit c’est pour étudier les effets secondaires inattendus, la durée de protection induite par la production d’anticorps et la mémoire immunitaire induite, et d’envisager le calendrier vaccinal de rappels le cas échéant … à ce jour près de 8 milliards de doses de vaccins contre la Covid ont été administrées, et près de 55% de la population mondiale a reçu au moins une dose (dont seulement 6% dans les pays pauvres). Jamais dans l’histoire des traitements et vaccins il n’y a eu une telle surveillance de pharmacovigilance. »

    Et jamais peut-être il n’a été aussi important d’éclaircir nos rapports avec la science en général, et avec la science médicale en particulier. L’humeur antivax est ancienne, en particulier dans des milieux où les ennemis du capitalisme se recrutent en grand nombre. Au risque de déplaire à bien des amis ou des alliés, disons-le sans détour : cette humeur repose pour l’essentiel sur des fantasmes sans fondement. Deux reproches principaux ont alimenté longtemps le refus de la vaccination, et, malgré tous les démentis, ont resurgi à la faveur de celle contre le Covid : son lien avec l’autisme et les accidents consécutifs à la présence d’aluminium. La première rumeur, qui eut d’abord les honneurs du Lancet, a ensuite été démentie et il s’est avéré que celui qui l’avait lancée était un escroc. Quant à la seconde, s’il est vrai que de l’aluminium a bien été ajouté à certains vaccins pour les booster, et que ce métal a, dans quelques cas, déclenché des réactions locales à l’endroit de l’injection, il n’a jamais entraîné d’accidents graves.

    […]

    On se gardera pourtant de reprendre à notre compte le vocable de « Big Pharma ». Pas seulement parce qu’on le retrouve systématiquement dans des bouches qui ont très mauvaise haleine, — est-ce un hasard ? — mais parce qu’il charrie une vision simpliste de ce à quoi nous faisons face et ne permet donc pas d’en saisir la complexité, les dynamiques et les rouages. « Big Pharma » est à l’ère des gouvernements biopolitiques revendiqués ce qu’était le mythe des deux cents familles au XIXe siècle. Il n’y a pas plus de gouvernement mondial secret que de Big Pharma, ce à quoi nous faisons face c’est à une coalition d’intérêts qui opèrent et prospèrent au sein d’un ordre du monde et d’une organisation sociale organisés par et pour eux. Il y a donc fort à parier que, à l’instar de toutes les structures étatiques, l’INSERM ne soit pas à l’abri de du lobbying général des grandes compagnies pharmaceutiques comme de l’influence de telle ou telle d’entre elles. Mais c’est justement parce qu’il s’agit d’une coalition d’intérêts particuliers et non pas d’une entité monolithique, qu’on peut compter sur l’existence de contradictions en son sein. Peut-on imaginer que s’il existait le moindre soupçon d’effets secondaires néfastes avec l’ARN, Johnson&Johnson et Astrazeneca, les concurrents sans ARN, épargneraient leurs rivaux d’une intense campagne de lobbying pour effrayer la population et récupérer tout le marché ? Et comment s’expliquer, sous le règne omnipotent de « Big Pharma » et du déjà un peu ancien « nouvel ordre mondial » que les stratégies sanitaires, idéologiques et politiques aient été aussi radicalement différentes des Etats-Unis à la France, d’Israël au Brésil, de la Suède à la Chine ?

    […]

    La vérité est à la fois beaucoup plus simple et complexe. Face à la pandémie, à la profondeur de ce qu’elle venait remettre en cause et au risque qu’elle faisait peser soudainement sur l’économie mondiale, les gouvernants ont paniqué. Et c’est cela que leurs litanies de mensonges devaient recouvrir, alors que tout leur pouvoir repose sur leur prétention à gérer et anticiper, ils ont dû bricoler, dans un premier temps du moins. Non pas pour sauver des vies mais pour préserver leur monde de l’économie. Au moment même où les appareils gouvernementaux de toutes les plus grandes puissances mondiales connaissaient leur plus grande crise de légitimité, certains ont voulu y voir le complot de leur toute puissance. Le complotiste aime les complots, il en a besoin, car sans cela il devrait prendre ses responsabilités, rompre avec l’impuissance, regarder le monde pour ce qu’il est et s’organiser.

    […]

    Dans la vidéo « La Résistance », dont le titre est illustré sans honte par des images de la seconde guerre mondiale, le Chant des Partisans en ouverture et Bella Ciao à la fin, on voit défiler les gourous anti-vax sus-cités. Renard Buté y nomme l’ennemi suivant le vocabulaire typique de QAnon : c’est l’ « Etat profond » et les « sociétés secrètes », il nous dit que le vaccin tue, que c’est un génocide qui est en cours, et qu’il faut s’y opposer par toutes sortes de moyens. La vidéo semble vouloir rallier les différentes chapelles antivax, de Réinfocovid au CNTf (organisation délirante, mêlant islamophobie, revendication du revenu garanti et permaculture, et partisane de rapatrier les troupes françaises pour… surveiller les frontières contre la « crise migratoire » et les banlieues), et après un appel à la fraternisation avec l’armée et la police (thème de prédilection du CNTf) débouche sur un autre appel… à la constitution d’une nouvelle banque qui serait entre les mains du peuple. Tout cela se mêle à des thèmes qui peuvent paraître pertinents aux yeux d’opposants radicaux au capitalisme : l’autonomie comme projet de vie, la manière de s’organiser et de faire des manifestations moins contrôlables, la démocratie directe… autant de thèmes et revendications qui pourraient sortir de bouches amies, voire des nôtres. Que ce genre de salmigondis touche pas mal de gens qui pourraient être des alliés, et que des amis proches puissent éventuellement avoir de l’indulgence pour ce genre de Renard fêlé, nous paraît un signe de l’ampleur de la secousse que la crise du Covid a provoquée dans les cerveaux.

    […]

    On a tendance, dans notre tradition très hégélienne de l’ultragauche à considérer que tout ce qui est négatif est intrinsèquement bon. Comme si par la magie de l’Histoire, la contestation de l’ordre des choses produisait automatiquement et mécaniquement la communauté humaine disposée à un régime de liberté supérieur. Pourtant, lorsque l’on se penche sur la nébuleuse anti-vaccin, c’est-à-dire sur les influenceurs et porte-paroles qui captent l’attention sur les réseaux sociaux, organisent et agrègent les énoncés et les rassemblements, on s’aperçoit qu’une écrasante majorité baigne depuis de longues années dans l’extrême droite la plus bête et la plus rance. Militaires à la retraite, invités hebdomadaires de radio courtoisie, lobbyistes contre les violences féminines (oui, oui...), il suffit de passer une heure à « googliser » ces porte-paroles autoproclamés pour avoir une idée assez précise des milieux dans lesquels ils grenouillent. Certes, on pourrait être magnanimes et essayer d’imaginer que l’épidémie de Covid ait pu transformer de telles raclures en généreux camarades révolutionnaires mais comment s’expliquer que les seules caisses de résonances que trouvent leurs théories alternatives sur le virus et l’épidémie soient Egalité et Réconciliation, Sud Radio, France Soir, Florian Phillipot, on en passe et des pires ? En fait, si on se peut se retrouver d’accord sur des énoncés formels, on bute bien vite sur un point fondamental, c’est-à-dire éthique : la manière dont on est affecté par une situation et à la façon que l’on a de se mouvoir en son sein. En l’occurrence, ce qui rend tous ces « rebelles » anti-macron aussi compatibles avec la fange fasciste c’est l’affect de peur paranoïaque qu’ils charrient et diffusent et qui sans surprise résonne absolument avec une longue tradition antisémite, xénophobe, etc. Et c’est là que l’on peut constater une différence qualitative énorme avec le mouvement gilets jaunes. Eux, partaient d’une vérité éprouvée et partagée : leur réalité matérielle vécue comme une humiliation. C’est en se retrouvant, sur les réseaux sociaux puis dans la rue, qu’ils ont pu retourner ce sentiment de honte en force et en courage. Au cœur du mouvement antivax se loge une toute autre origine affective, en l’occurrence la peur, celle qui s’est distillée des mois durant. La peur d’être contaminé, la peur d’être malade, la peur de ne plus rien comprendre à rien ; que cette peur du virus se transforme en peur du monde puis du vaccin, n’a finalement rien de surprenant. Mais il nous faut prendre au sérieux cette affect particulier et la manière dont il oriente les corps et les esprits. On ne s’oriente pas par la peur, on fuit un péril opposé et supposé, quitte à tomber dans les bras du premier charlatan ou sauveur auto-proclamé. Il n’y a qu’à voir les trois principales propositions alternatives qui agrègent la galaxie antivax : Didier Raoult et l’hydroxychloroquine, Louis Fouché et le renforcement du système immunitaires, l’Ivermectine et le présumé scandale de son efficacité préventive. Le point commun de ces trois variantes et qui explique l’engouement qu’elles suscitent, c’est qu’elles promettent d’échapper au virus ou d’en guérir. Toutes disent exactement la même chose : « Si vous croyez en moi, vous ne tomberez pas malade, je vous soignerai, vous survivrez. » Mot pour mot la parole biopolitique du gouvernement, dans sa mineure.

    […]
    Dans la soirée évoquée, ce n’est pas « quelqu’un du public » mais bien Matthieu Burnel lui-même qui avait ironisé sur les suceurs de cailloux !

    Parce que le pouvoir n’a jamais été aussi technocratique, livide et inhumain, certains tendent une oreille bienveillante aux premiers charlatans venus leur chanter « le vivant ». Mais l’engrenage est vicieux et une fois qu’on a adhéré à une supercherie du simple fait qu’elle prétende s’opposer au gouvernement, on a plus d’autre choix que de s’y enferrer et d’y croire. Lors d’une discussion un lundisoir, une personne du public avait commis quelques blagues peu finaudes à propos d’antivax qui lécheraient des pierres pour se soigner du cancer, et cela a apparemment provoqué quelques susceptibilités. Le problème en l’occurrence, c’est que cette plaisanterie n’était caricaturale que dans sa généralisation certainement abusive. Il n’en est pas moins vrai qu’Olivier Soulier, cofondateur de Réinfocovid assure soigner l’autisme et la sclérose en plaque par des stages de méditation et de l’homéopathie, que ce même réseau promulguait des remèdes à base de charbon aux malheureux vaccinés repentis pour se « dévacciner ». Autre nom, autre star, Jean-Dominique Michel, présenté comme l’un des plus grands experts mondiaux de la santé, il se propulse dès avril 2020 sur les devants de la scène grâce à deux vidéos sur youtube dans lesquelles il relativise l’importance et la gravité de l’épidémie, soutient Raoult et son élixir, et dénonce la dictature sanitaire à venir. Neurocoach vendant des séances de neurowisdom 101, il est membre d’honneur de la revue Inexploré qui assure soigner le cancer en buvant l’eau pure de l’une des 2000 sources miraculeuses où l’esprit des morts se pointe régulièrement pour repousser la maladie. Depuis, on a appris qu’il ne détenait aucun des diplômes allégués et qu’il s’était jusque-là fait remarquer à la télévision suisse pour son expertise en football et en cartes à collectionner Panini. Ses « expertises » ont été partagées par des millions de personnes, y compris des amis et il officie désormais dans le Conseil Scientifique Indépendant, épine dorsale de Réinfocovid, première source d’information du mouvement antivax. Ces exemples pourraient paraître amusants et kitchs s’ils étaient isolés mais ils ne le sont pas.

    […]

    Historiquement, ce qui a fait la rigueur, la justesse et la sincérité politique de notre parti, - et ce qui fait qu’il perdure-, c’est d’avoir toujours refusé de se compromettre avec les menteurs et les manipulateurs de quelque bord qu’ils soient, de s’être accrochés à une certaine idée de la vérité, envers et contre tous les mensonges déconcertants. Que le chaos de l’époque nous désoriente est une chose, que cela justifie que nous perdions tout repère et foncions tête baissée dans des alliances de circonstances en est une autre. Il n’y a aucune raison d’être plus intransigeant vis-à-vis du pouvoir que de ses fausses critiques.

    […]

    Au moment où l’idée même que l’on se faisait de la vie se trouvait acculée à être repensée et réinventé, on a critiqué les politiciens. Quand le gouvernement masquait si difficilement sa panique et son incapacité à exercer sa fonction fondamentale et spirituelle, prévoir, on a entendu certains gauchistes même anarchistes caqueter : si tout cela arrive, c’est qu’ils l’ont bien voulu ou décidé. Ironie cruelle, même lorsque l’État se retrouve dans les choux avec le plus grand mal à gouverner, il peut compter sur ses fidèles contempteurs pour y déceler sa toute puissance et s’en sentir finauds.

    Faire passer des coups de force, de l’opportunisme et du bricolage pour une planification méthodique, maîtrisée et rationnelle, voilà le premier objectif de tout gouvernement en temps de crise. En cela, il ne trouve pas meilleur allié que sa critique complotiste, toujours là pour deviner ses manœuvres omnipotentes et anticiper son plein pouvoir. C’est en cela que le gouvernant a besoin du complotiste, il le flatte.

    #Serge_Quadruppani #covid #antivax #gauche #émancipation #réflexion #science

    • Par contre, si tu fais partie de l’« élite » über-informée, tu as encore 5 créneaux disponibles cet après-midi au centre de vaccination de la Clinique Saint-Jean à Saint-Jean-de-Védas.

      Donc clairement : il n’y a pas de campagne de vaccination des enfants à Montpellier. C’est la merde pour trouver les créneaux (ils ne sont pas annoncés sur Vite ma dose, et tu dois aller consulter directement tel ou tel centre de vaccination dont tu sais déjà qu’il vaccine les enfants – moi je l’ai découvert au hasard d’un article de la presse locale), et il n’y a pas vraiment de demande des parents (sinon il n’y aurait évidemment plus aucune créneau disponible pour dans deux heures…).

      Je pense qu’on a convaincu les gens que de toute façon, grâce au #protocole_tous_infectés, leurs enfants le choperont à l’école, et que c’est donc pas la peine de les faire vacciner.

  • Surtout, surtout, que les lycéens ne sortent pas (mel reçu)

    Le samedi 18 janvier 2020 devaient avoir lieu les premières épreuves du nouveau baccalauréat de Blanquer au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.

    Un rassemblement devant le lycée avait été organisé et avait réuni plus de 200 personnes.

    Il n’y a eu aucun passage en force, aucun franchissement de grilles ou de portails fermés, aucune dégradation et aucun·e élève n’a été empêché·e de se rendre aux épreuves.

    C’est la proviseure de l’établissement elle-même qui a annoncé l’annulation des épreuves avec le mégaphone de la manifestation.

    Les manifestant·e·s sont alors parti·e·s dans le plus grand calme.

    Pourtant, fait exceptionnel, dès le lendemain, le ministre Jean-Michel Blanquer annonçait qu’il engageait des poursuites.

    Quelques jours plus tard, six représentant·e·s du Snes-FSU, de la CGT Educ’action, de SUD éducation et DE l’UNEF étaient convoqué·e·s au commissariat de police pour être condamné·e·s par ordonnance pénale, sans comparution ni débats contradictoires, à une amende avec inscription au casier judiciaire B2.

    Aujourd’hui, Anna et Paco de l’UNEF, Didier Pagès de SUD éducation et Frédéric Campguilhem de la CGT éduc’action ayant fait opposition à leur condamnation sont appelé·e·s à comparaître devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand le mardi 1er février 2022 à 13H45.

    RASSEMBLEMENT UNITAIRE
    TRIBUNAL JUDICIAIRE DE CLERMONT-FD
    Mardi 1er Février à 13H

    Cordialement,

    Justice et Vérité pour Wissam

    Justice et Vérité pour Tous

    Les profs sont les plus soumis des soumis, et, en conséquence, les plus méprisés des méprisés. Mais, on le vérifiera sans doute, il se peut que certains fassent exception.

    apaiser : https://seenthis.net/messages/944095

    quelle belle éducation : https://seenthis.net/messages/943720#message943724

    aperçus sur la #grève_contre_le_virus et le #protocole_tous_infectés https://seenthis.net/messages/942671

    #toctoc #école #lycéens #repression #police #justice #grève

  • Ah, mail de la maîtresse : vendredi deux nouveaux cas dans la classe des petits. Donc en théorie :
    – on a fait tester (écouvillon dans le pif) les petits lundi,
    – si on avait voulu les laisser à école : autotest dans le pif mercredi,
    – et auto test dans le pif vendredi.

    Et donc si on voulait les remettre à l’école lundi, on repartirait pour un tour…

    Est-ce que je suis vraiment censé croire que les parents vont infliger la tige dans le nez tous les deux jours à leur gamin pendant plusieurs semaines d’affilée, au seul motif que c’est le protocole pour réexpédier ses gamins dans une classe dont on sait qu’il s’y trouve de toute façon des gamins contagieux ? Ou bien je peux légitimement suspecter qu’ils vont juste cocher la case « je déclare sur l’honneur… [x] test négatif » et puis merde ?

    Moi ça me ferait chier, alors des parents qui déjà croient que mettre un masque au gosse c’est hyper-violent…

    • C’est un niveau de bassesse politique collective absolument sidérant, je dois dire. Parce qu’il est clair que ce protocole, c’est pour dire aux parents « nan mais y’a plus de protocole du tout, en fait vous envoyez vos gamins à l’école vous testez vous testez pas on s’en balec’ de toute façon on suppose qu’ils ne risquent rien ». Et les parents le savent tous, mais vraiment, absolument tous, et ils sont totalement d’accord (sinon on aurait déjà eu des émeutes).

      Mais par principe, officiellement, on se fait un devoir de publier un protocole pour protéger les enfants, et ça aussi tout le monde semble d’accord pour qu’on sauve les apparences.

      C’est le Grand Barrington, accepté collectivement, mais en mode collectivement faux-cul.

    • tout le monde fait sans arrêt des trucs absurdes dégueux en désaccord (le travail, par exemple), et rares sont les émeutes. d’ailleurs, dans ce cas, ceux qui peuvent ne mettent pas leurs enfants à l’école, ou essaient de faire que leur port du masque soit assez strict, les nourrissent autrement que par la cantine, etc. et je n’ai pas entendu par les de parents qui squattent la cour de récré en organisant la garderie dont ils ont besoin en alternance car le taff les attend.
      #protocole_tous_infectés #école #enfants

  • Covid-19 : 14 380 classes fermées vendredi, annonce le ministère de l’Education nationale, un record depuis le printemps 2020
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-14-380-classes-fermees-vendredi-annonce-le-ministere-de-l-educ

    En tout, cela représente 331 715 élèves qui ont été testés positifs [sur les sept derniers jours], un chiffre qui se base uniquement sur les déclarations volontaires des intéressés et est probablement très sous-estimé. Du côté du personnel de l’Education nationale, plus de 25 500 personnes ont également signalé une infection au Covid-19.

    Si on part sur l’estimation habituelle qu’il y a 3 fois plus de contaminations que de personnes testées positives, on serait à 1 millions de gamins qui chopent le virus chaque semaine. Sur 12 millions d’élèves scolarisés en France.

    #protocole_tous_infectés

    • Ici c’est un peu plus de 3000. Ce qui veut dire 3% des gamins testés positifs dans la semaine. Sur une classe de 30, tu as donc un gamin testé positif dans la semaine (sans compter les non-détectés). Donc comme dit Castex : si on fermait les classes dès le premier cas, les classes seraient fermées en permanence.

  • Alors autant l’expliciter, parce que sinon on se fait de faux espoirs : hier à la manif, les slogans et les revendications affichées étaient totalement flous sur les questions sanitaires. À ce point de non-dit et d’évitement, je suis persuadé que c’était volontaire.

    Les seules revendications « sanitaires » que l’on a pu voir, c’était « trop de protocoles », « les protocoles on n’en veut plus »… Ce qui avait pour avantage (et bien sûr comme gros défaut) de laisser en plan la question de savoir quel « protocole », finalement, on voulait… Mais à aucun moment je n’ai vu ou entendu un slogan réclamant qu’on revienne au protocole de sécurité : fermer la classe au premier cas positif. Encore moins qu’on passe en distanciel au-delà de tel niveau de contamination. Ou juste qu’on ferme le merdier pour 15 jours 3 semaines le temps de voir si le pari qu’Omicron c’est terminé s’avère juste (ah ah), ou au moins pour commencer à sécuriser les classes : je n’ai d’ailleurs pas vu non plus le moindre slogan sur les capteurs de CO2 dans les classes.

    Mais clairement, le gros point douteux, c’étaient les omniprésents slogans « les protocoles on n’en veut pas », en évitant purement et simplement de dire ce qu’on veut à la place (à part « des moyens », mais sans jamais évoquer non plus capteurs et aération).

    Du coup, en tant que parent, avec mes gamins, j’ai manifesté pour qu’on sécurise les écoles, ou pour qu’on « laisse circuler Omicron, yaka filer des masques aux enseignants » ? C’est tout de même très gênant de se pointer à une manif, avec l’idée qu’on veut sécuriser le truc, et de se rendre compte que tout est fait pour satisfaire les gens qui, au contraire, souhaitent qu’il n’y ait plus aucun protocole qui leur casse les pieds, leur complique au boulot, parce qu’Omicron c’est qu’un rhume et qu’on s’en fiche si les enfants l’attrapent.

    Et évidemment quelques pancartes très borderline, histoire d’être certain qu’on est dans le flou total (une belle pancarte par une dame qui, par ailleurs, tenait la grande banderole de son syndicat, dénonçait « trop de protocoles » et « l’apartheid »… hum).

    • Du coup, autant l’expliciter aussi : je pense qu’il n’y aura jamais de mobilisation réellement forte ni constructive autour des questions sanitaires. Ni à l’école, ni contre l’autoritarisme. Parce qu’à chaque fois, cela nécessiterait un agrégat entre personnes qui veulent plus de solidarité et de sécurisation sanitaire, et personnes qui au contraire veulent juste leur libertay et qu’on arrête de les embêter avec ça.

      Que ce soit sur le passe ou sur l’école, les premières manifestations se font un devoir de n’afficher que des slogans totalement ambivalents, et tous ceux qui perçoivent ce confusionnisme vont refuser d’y participer plus avant. Et au final on n’aura plus que les tarés et les fachos dont l’image en miroir permettra de légitimer l’autoritarisme gouvernemental.

    • J’en parlais hier :
      https://seenthis.net/messages/943938#message943952

      Mon interlocuteur, plutôt dans la bonne moyenne intellectuelle, quand on a causé des revendications des profs, il a conclu « ils veulent être cocoonés » ; visiblement, il voulait faire du prof bashing. J’ai du manquer de pertinence dans mes explications. Je n’ai pas eu la phrase « ils veulent pouvoir travailler en sécurité ». Bref, j’en suis arrivé à conclure qu’on en arrive à une société eugéniste, et que dans mon éducation, l’eugénisme, c’est le mal. Je soupçonne qu’il est allé vérifier la définition une fois qu’on a eu terminé notre réunion. Parce qu’il est resté silencieux après que j’ai conclu là dessus.

      Oui, les gens veulent passer à autre chose. Nous aussi d’ailleurs. Mais pas pareil.

      Il ne nous reste plus que les décomptes macabres :
      https://seenthis.net/messages/943969#message944016

    • Et évidemment dans son intervention ce matin, Blanquer joue sur du velour de ce côté, avec une seule question vaguement sanitaire :
      https://twitter.com/franceinfo/status/1481894848038846464

      https://video.twimg.com/amplify_video/1481896444336480256/vid/1280x720/I-WeS7SwBKQhF2Mr.mp4

      Et donc même là, on n’arrive pas à comprendre si ce qui serait reproché au protocole, c’est d’être insuffisamment sécurisant, ou au contraire encore trop contraignant pour les parents.

    • Anne. D. :
      https://twitter.com/AnneD89568338/status/1481745580745498631

      Je ne sais pas si les enseignants sont contents mais la mère que je suis ne l est pas. Ras le bol du #GouvernementTsunami et du #ProtocoleTousInfectés

      Rien pour nos enfants. RIEN. PEANUTS.

      Marco Prolo :
      https://twitter.com/marcoprolo/status/1481758030605729795

      Affligeant. J’ai honte des syndicats. Il y avait une opportunité pour renverser le rapport de force et exiger/obtenir des garanties sanitaires. Et rien. On garde le « protocole » le pire. Bravo à LREM. Ils sont vraiment forts.

    • Pourtant nationalement yavait des revendications plus claires @arno :
      https://www.ouest-france.fr/education/enseignement/covid-19-pourquoi-les-syndicats-enseignants-appellent-a-la-greve-le-13-

      1 cas = fermeture, FFP2 (avec cependant mélange avec chirurgicaux), capteurs CO2, c’est déjà un peu plus précis et tous les syndicats s’étaient mis d’accord là-dessus. Mais évidemment IRL, beaucoup sont pas syndiqués, et c’est pas les mêmes revendications sur les pancartes persos.

    • Oui, mais dans la manif, ceux qui ont les plus grosses pancartes et ceux qui tiennent les mégaphones pour ambiancer la manif, ce sont les syndicats. C’est bien ceux-là que j’ai tous vus avec des slogans au mieux ambivalents.

      Je suspecte que ça pouvait être un peu comme ça pour les premières manifs anti-passe : si tu cherchais sur le webz, tu devais pouvoir trouver des déclarations clairement pro-vaccination mais anti-passe, et une fois sur place, uniquement des slogans ambivalents pour pas fâcher des gens pourtant totalement opposés à ta position.

    • L’exemple, ce serait plutôt les gilets jaunes (ou n’importe quelle mobilisation lycéenne, ou de chômeurs et précaires), il aura fallut que la mobilisation dure pour qu’ils se politisent ("j’arrête BFM").
      Les profs sont de droite, dépolitisés, brisés par des décennies de baffes dans la gueule gouvernementales et de mépris. Les jours de #grève hebdo rituelles coûtent cher pour rien. Il ya moyen de rendre la grève plus coûteuse. Un mot d’ordre commence à circuler : invoquer le #droit_de-retrait le plus tard possible afin que la réponse négative des rectorats (le covid y sévit, ça complique) parvienne après le maximum de jours non travaillés payés.
      Les syndicats peuvent au mieux suivre les luttes réellement existantes (jusqu’à les lâcher quand ils le peuvent).
      On peut spéculer. On ne sait rien de ce que peuvent inventer ceux qui prennent leurs affaires en main avant de l’avoir vu.
      Ce sera d’autant plus le cas si les lycéens entrent dans la danse.

      edit quant aux parents, le gouvernement (comme le syndicat, sorti du ministère sans mot d’ordre d’action) est certain de leur volonté de voir maintenue ouverte la garderie, c’est leur pari, selon Le Monde https://seenthis.net/messages/944095

      #école

    • Je partage ton sentiment arno, comme prof qui passe dans quelques salles des maîtres. Autour de moi, tout le monde est en mode « y’en a marre », ça tape sur Blanquer facilement, ok, mais quand tu creuses un peu t’as l’impression qu’ils ne veulent tout simplement plus qu’on les embête avec un quelconque protocole.
      Entre d’un côté l’équipe soudée qui prend les devants sur le protocole au risque de se faire recadrer par l’inspection, dont l’exigence pousse autour d’elle à la prudence et, de l’autre, le directeur avec masque sous le nez qui en a ras-le-bol de devoir tous les matins contrôler des résultats de tests et qui voudrait juste qu’on lui foute la paix parce que de toute façon y’a du brassage partout etc., entre ces 2 là, il n’y a pas trop de points communs en termes d’approche de la pandémie.

      Tous les motifs de grève qui se bornaient à souligner l’épuisement des personnels, le mépris dont ils sont victimes, la désorganisation dans les écoles, le nombre de protocoles depuis 2020, le fait d’être informés au dernier moment, etc., ouvraient grand les bras à tous les "y’en a marre" de la profession, sans aucune proposition ou exigence sur le plan sanitaire.

      « 1 cas positif = fermeture de la classe », c’est le snuipp qui le demande, pas l’intersyndicale. Même si les demandes de moyens et d’embauches sont absolument nécessaires (de base et encore plus maintenant) je regrette aussi qu’il semble ne pas y avoir de discussions sur le contenu du protocole lui-même.

    • Enseignant et parent d’élève, ayant participé à la petite manif de périgueux jeudi, frustré également par les prises de paroles des syndicats et surtout du traitement médiatique de la mobilisation, je pense quand même que pour les enseignant·es, demander des fermetures de classes par mesure de sécurité, ce n’est pas chose facile, Blanquer ayant méthodiquement fait passer celleux-ci pour des feignasses, et on se rappelle le #prof_bashing lors des précédentes vagues : « comment, alors que les caissières et infirmières sont en première ligne, les profs veulent se la couler douce à télétravailler !?? »

      Dans ma situation de prof, je ne sais que faire car la plupart de mes collègues ne veulent pas entendre parler ni de distanciel (pourtant je suis au lycée), ni même de protocole plus sérieux. Et me mettre en grève ou droit de retrait tout seul ne me satisfait pas.
      Dans ma situation de parent, j’hésite à remettre ma fille de 5ans dans son cluster lundi, mais dans le même temps je n’arrive pas encore à convaincre sa mère de la faire vacciner, et trouver des PCR oraux n’est pas chose aisée.

      bref, je ne sais plus trop quoi faire : le plus simple serait que j’arrête de lire seenthis et que je fasse « comme tout le monde », :P

    • LE truc, c’est que l’immunité «  naturelle  », ce n’est pas juste qu’elle ne marche pas. C’est qu’il y a des configuration où le covid détruit le système immunitaire des infectés.

      Donc, on est bien coincés, là.

      Entre tout le monde qui lâche la rampe en mode «  passer à autre chose  » et ce putain de virus qui n’en finit plus de montrer sa sale gueule couche par couche.

      Ce n’est pas la même chose, mais on a découvert que la sclérose en plaque est causée par le virus de la mononucléose, le virus «  gentil  » que tout le monde chope.

      J’ai l’impression qu’on est des bébés en virologie, en vrai. Et que la contamination de masse est vraiment une idée de merde pour sortir d’une pandémie. Ça va nous faire un nouveau scandale sanitaire massif à retardement.

    • @clementb : Il ne faut rien lâcher quant à la vaccination, c’est une vraie protection, même pour les enfants. Mais la difficulté est d’obtenir un créneau, en ce moment. Et le schéma sera incomplet au plus fort d’Omicron... Donc, l’alternative, ce sont les masques. Faute de FFP2 pédiatriques, la double couche chir+tissu par dessus, c’est presque aussi efficace, et si la gamine le prend au sérieux, ça peut le faire pour passer au travers de l’orage.

      Je suis comme toi. Envie de faire comme tous les autres. Faire comme s’il n’y avait pas des dizaines de milliers de personnes qui en chient, pendant que le reste les ignore, ou pire les méprise. Mais impossible de fermer les yeux pour moi.

      Et pour ta position en tant que prof. Hélas, les profs sont des consommateurs comme les autres, pas de raisons qu’ils soient plus conscientisés, bizarrement, que le reste de la populatoin. Bon courage à toi, pas mieux à dire.

    • Very interesting. The Omicron variant has been known for less than 2 months and in South Africa there are already people getting reinfected with it. It may turn out that pursuing herd immunity through mass infection with an immune-evasive virus that attacks the immune system

      Andrew Sparling @awsparling
      https://twitter.com/awsparling/status/1482055312484020226

      je ne doute pas que bien des échanges sur divers points sanitaires et politiques ont lieu informellement parmi les concernés et iront nourrir les ag et autres réus de lundi.
      vivre et mourir comme des porcs sous l’égide d’une déclaration de Great Barrington rédigée pour partie par une épidémiologiste de zoo, c’est pas fatal.

      aussi écrasés et soumis, aussi « responsables » ("on peut pas arrêter de faire cours"), aussi désireux de déléguer à l’État qu’il servent leur survie soient-ils, il y aura des profs pour prendre les armes (savoirs) disponibles, il se trouvera diverses minorités, parmi eux ou ailleurs pour, finalement, en faire usage. rien n’est joué, il n’y a pas de prédiction possible en la matière : on a jamais su ce qui faisait passer à la révolte, une manière d’apprendre avec d’autres dont on doit bien admettre que chez les profs elle est radicalement dépotentialisée, impuissantée. tout vient du haut, de la transmission entonnoir (mais zut ! la circulaire pour demain est à acheter sur le JDD ah ah ah), Freinet et tous les autres ont perdu parmi eux, à de rares exceptions. et les nouveaux embauchés des dernières années auront fort à faire (car c’est les étrangers aux moeurs de la tribu qui sont les mieux à même d’agir) face à leurs collègues et au syndicat, où c’est en train de se corser puisque des appels ont lieu, que par le bas, de la force va apparaître, là où au sommet, ils se sont couchés comme des chiens devant le mâle dominant.