provinceorstate:alabama

  • Huge Solar Farms to ‘Match’ Google Data Center Energy Use in Southeast
    https://www.datacenterknowledge.com/energy/largest-solar-farms-ever-built-google-power-its-southeast-data-

    As the world’s largest corporate buyer of renewable energy, Google has been leading the charge by tech giants to make their data center energy use carbon-neutral. Those efforts have resulted in a massive amount of new renewable generation capacity to be built in the US and Europe, and at least one project in South America.
    Alphabet/Google/Aerial Innovations

    Google data center under construction in Clarksville, Tennessee

    “Last year, we shared our long-term objective to source carbon-free electricity around the clock for each of our data centers,” Amanda Corio, Google’s senior lead for energy and infrastructure, wrote in a blog post announcing the latest solar projects. “These new solar projects will bring us substantially closer to that goal in the Southeastern US.”

    In a deal with the Tennessee Valley Authority, the company has agreed to buy the two new solar farm’s entire output. It didn’t say where the remaining power in the 413MW renewable energy deal would come from. Each of the solar farms described in the blog post is expected to have generation capacity of about 150MW.

    Since it’s not always possible to power a data center directly with renewable energy generated by a specific wind or solar farm, Google’s focus has been on “matching” its energy consumption with renewables. That means that it buys a kilowatt hour of energy from a renewable source built specifically for Google for every kilowatt hour of energy consumed by its data centers, Urs Hölzle, Google’s senior VP of technical infrastructure, explained in a blog post last year:

    We say that we “matched” our energy usage because it’s not yet possible to “power” a company of our scale by 100 percent renewable energy. It’s true that for every kilowatt-hour of energy we consume, we add a matching kilowatt-hour of renewable energy to a power grid somewhere. But that renewable energy may be produced in a different place, or at a different time, from where we’re running our data centers and offices. What’s important to us is that we are adding new clean energy sources to the electrical system, and that we’re buying that renewable energy in the same amount as what we’re consuming, globally and on an annual basis.

    The new solar projects in Hollywood, Alabama, and Yum Yum, Tennessee, will be built by NextEra Energy Resources and Invenergy, which partner with TVA. By buying their output, Google expects to match the energy consumption of its upcoming data centers in the region with renewables “from day one.”

    #Energie #Reouvelable #Google #datacenters


  • Members quit Birmingham board that rescinded award to Angela Davis | The Times of Israel
    https://www.timesofisrael.com/members-quit-birmingham-board-that-rescinded-award-to-angela-davis

    Un prix retiré à Angela Davis en raison de ses critiques contre #israël

    Three board members have resigned from the Birmingham Civil Rights Institute, which rescinded its award to African-American activist Angela Davis, allegedly due in part to complaints from Jewish leaders.

    The resignations follow controversy over the museum and educational center’s decision last week to withdraw the Fred L. Shuttlesworth Human Rights Award from Davis. She was intended to receive the award next month in a ceremony that has since been canceled.

    Davis, a Birmingham, Alabama, native and leading civil rights activist, is an outspoken critic of Israel and an advocate of the movement to boycott the country. She also was a far-left leader in activist movements of the 1960s and ’70s.

    Voir aussi : https://www.publico.es/internacional/activista-angela-davis-pierde-premio-derechos-humanos-presiones-lobby-israel
    La presse francophone n’a pas l’air d’être au courant

    #angela_davis


  • Democrats Faked Online Push to Outlaw Alcohol in Alabama Race
    https://www.nytimes.com/2019/01/07/us/politics/alabama-senate-facebook-roy-moore.html

    The “Dry Alabama” Facebook page, illustrated with stark images of car wrecks and videos of families ruined by drink, had a blunt message : Alcohol is the devil’s work, and the state should ban it entirely. Along with a companion Twitter feed, the Facebook page appeared to be the work of Baptist teetotalers who supported the Republican, Roy S. Moore, in the 2017 Alabama Senate race. “Pray for Roy Moore,” one tweet exhorted. In fact, the Dry Alabama campaign, not previously reported, was the (...)

    #Facebook #Twitter #élections #manipulation


  • This Senseless Government #Shutdown Is Harming Coast Guard Families | U.S. Naval Institute
    https://www.usni.org/magazines/proceedings/2019-01/senseless-government-shutdown-harming-coast-guard-families

    By Admiral Thad Allen, U.S. Coast Guard (Retired)

    Today, with the government shutdown in its third week, it is beyond troubling that Coast Guard men and women are being unnecessarily subjected to financial hardship while enduring the operational, mission-related circumstances that are accepted as part of their compact with their country.
    […]
    I am the son of a Coast Guard Chief Petty Officer and brother of a Coast Guard spouse. Our family’s life has revolved around the service my parents revered. A part of the “Greatest Generation”, they emerged from the depression and World War II to raise a family that moved frequently and fearlessly. They were tough and resilient.

    I will turn 70 shortly and have had 47 addresses in my life. And while my parents and later my wife and I treated each new transfer as an adventure, there were tests and challenges. In the early 1950s my father got a no-notice transfer from Mobile, Alabama to Ketchikan, Alaska after it became clear our family was not a good fit in the segregated South. My father left immediately but it took our family months to catch up. We arrived in Ketchikan from a nearby island that had an airport, making the final leg by Coast Guard small boat with our luggage. Despite these and other challenges my mother and father believed until the day they died that the Coast Guard was the best thing that ever happened to our family.
    […]

    I never believed it would be necessary to remind the leaders of all branches of government of their constitutional responsibilities, but it appears they have subordinated the “general welfare” of their fellow citizens to parochial interests. While this political theater ensues, there are junior Coast Guard petty officers, with families, who are already compensated at levels below the national poverty level, who will not be paid during this government shutdown. There is no reasonable answer as to why these families have to endure this hardship in the absence of a national emergency. These leaders should ponder how they would tell a spouse at Arlington that his or her survivor benefits might be at risk—again, for no reason. I’m glad my mother and father are not alive to see it.


  • Genocide https://eand.co/do-americans-understand-putting-kids-in-camps-meets-the-definition-of-genocide-

    _Jefferson Beauregard Sessions III dit Jeff Sessions, né le 24 décembre 1946 à Selma, est membre du Parti républicain, il est sénateur fédéral de l’Alabama entre 1997 et 2017 puis procureur général des États-Unis dans l’administration du président Donald Trump depuis 2017`-


  • « La technologie donne du pouvoir aux mouvements sociaux, mais elle les fragilise aussi »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/12/19/la-technologie-donne-du-pouvoir-aux-mouvements-sociaux-mais-elle-les-fragili

    Si les « gilets jaunes » ont surgi grâce à Facebook, celui-ci se révèle impuissant pour structurer le mouvement, note la conseillère en communication Claire Gérardin, dans une tribune au « Monde ».

    Par Claire Gérardin, conseillère en communication
    Publié le 19 décembre 2018 à 06h30

    Tribune. On parle beaucoup des infox qui circulent sur Facebook, des pulsions qui y priment sur la raison, ou encore des fausses rumeurs qu’il permet de véhiculer de manière virale. Mais que sait-on de son efficacité pour servir l’activisme social ?

    article sous #paywall, mais…

    • … repris intégralement sur son compte LinkedIn sous un titre différent (probablement l’original de l’auteure).

      Facebook rend-il vraiment service aux Gilets Jaunes ?

      On parle beaucoup des fake news qui circulent sur Facebook, de l’expression pulsionnelle qui y prime sur le rationnel, ou encore des fausses rumeurs qu’il permet de véhiculer de manière virale. Mais que sait-on de son efficacité pour servir l’activisme social ?

      Pour sa défense, on peut dire que, contrairement à ce que l’on entend souvent, Facebook ne favorise pas la propagation de propos d’extrême droite. Selon une étude de chercheurs en science de l’information et de la communication (Les Gilets Jaunes, des cadrages médiatiques aux paroles citoyennes, Rapport de recherche préliminaire, https://fr.scribd.com/document/394250648/Rapport-Gilets-Jaunes 26 novembre 2018, Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales, Axe Médias et médiations socio-numériques - Université de Toulouse) décryptée par Arrêt sur images (Plus politiques que dans les journaux : les gilets jaunes dans le miroir de Facebook, https://www.arretsurimages.net/articles/plus-politiques-que-dans-les-journaux-les-gilets-jaunes-dans-le-miro 27/11/2018), on observe en effet dans les post et commentaires relatifs au sujet des Gilets jaunes une « très faible occurrence du vocabulaire raciste", et une "quasi-absence de terminologie d’extrême droite".

      Par ailleurs, si elle participe à la propagation de rumeurs - comme celles par exemple de la « vente de la France à l’ONU » ou de la venue de « mercenaires sur le sol français  »- la plateforme n’est pas à l’origine de leur lancement. Pour l’historien Jean-Noel Jeanneney, « la rumeur, intox, ou fake news, est un grand classique des périodes de troubles. On n’a pas attendu Facebook et les réseaux sociaux pour les faire circuler » (C Politique https://www.france.tv/france-5/c-politique/c-politique-saison-10/817483-c-politique.html , épisode du 09/12/2018). Il prend pour exemple l’épisode de la « grande peur » de juillet 1789 qui reposait sur une rumeur qui se propagea dans les campagnes et selon laquelle un groupe d’aristocrates allaient imposer de nouvelles taxes aux paysans. Avant que la vérité ne soit rétablie, les réactions furent violentes (pillages, émeutes, et incendies) et leur ampleur telle qu’elles participèrent au déclenchement de la révolution française.

      Par contre, Facebook n’est peut-être pas aussi efficace que l’on pense pour servir les intérêts des activistes. C’est ce que pense la chercheuse et techno-sociologue Zeynep Tufekci qui analyse le rôle des medias sociaux dans les manifestations. Pour elle, la technologie donne du pouvoir aux mouvements sociaux mais elle les fragilise aussi. Les messages des révoltes arabes, du mouvement des Indignés, ou encore d’Occupy ont fait le tour du monde, mais les réponses politiques obtenues n’ont pas été à la hauteur des énergies déployées. Par exemple, en 1955, le mouvement pour les droits civiques en Alabama avait obtenu des concessions politiques majeures car il avait réussi à s’organiser, et à braver les dangers et répressions grâce à la force du collectif et au temps passé à structurer le mouvement. Mais le mouvement Occupy, qui lutte contre les inégalités sociales depuis 2011, bien qu’il ait réussi à organiser des manifestations dans plus de 950 villes dans 82 pays, n’est pas parvenu à faire changer les politiques en place. Pour la chercheuse, cela est dû au fait que ces mouvements s’organisent vite et gagnent en visibilité grâce aux réseaux sociaux, mais ils ne pensent pas de manière collaborative, ne développent pas de propositions fortes, et ne parviennent pas à créer des consensus. Un peu comme les start ups qui se développent rapidement mais qui échouent tout aussi vite par manque de base organisationnelle suffisamment solide pour surmonter les obstacles.

      L’un des bénéfices des réseaux sociaux est de faciliter l’organisation logistique d’un mouvement. Mais c’est aussi sa faiblesse. En raccourcissant les délais d’organisation et en minimisant les réunions physiques, elle ne permet plus aux individus de forger une pensée collaborative et innovante, de construire des fondations solides qui leur permettront de résister aux obstacles – notamment ceux de la gestion des différences d’opinion - et de trouver l’endurance dont ils ont besoin. Car tout cela prend du temps, et implique de faire de la politique - au sens de Politeia, qui a pour vocation de structurer une somme d’individualités au service, notamment, d’une réflexion et action sociale. « Les mouvements d’aujourd’hui ne veulent pas d’encadrement institutionnel ni se mêler de politique par peur de la corruption et de la cooptation. Mais en opérant de cette manière, il leur est difficile de durer dans le temps et d’influencer le système ». (Zeynep Tufekci, TEDGlobal 2014, Online social change : easy to organize, hard to win https://www.ted.com/talks/zeynep_tufekci_how_the_internet_has_made_social_change_easy_to_organize_hard_to_win/transcript ),


  • Secret Experiment in Alabama Senate Race Imitated Russian Tactics - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/12/19/us/alabama-senate-roy-jones-russia.html

    Ah, cette logique des « expériences » en direct live sans que les cobayes soient au courant... En fait, c’est cela le fonds de commerce de facebook : devenir un lieux d’expérimentation de la manipulation mentale. Voir le livre de Jaron Lanier, « Ten arguments for Deleting Your Social Media Accounts ».

    As Russia’s online election machinations came to light last year, a group of Democratic tech experts decided to try out similarly deceptive tactics in the fiercely contested Alabama Senate race, according to people familiar with the effort and a report on its results.

    The secret project, carried out on Facebook and Twitter, was likely too small to have a significant effect on the race, in which the Democratic candidate it was designed to help, Doug Jones, edged out the Republican, Roy S. Moore. But it was a sign that American political operatives of both parties have paid close attention to the Russian methods, which some fear may come to taint elections in the United States.

    One participant in the Alabama project, Jonathon Morgan, is the chief executive of New Knowledge, a small cyber security firm that wrote a scathing account of Russia’s social media operations in the 2016 election that was released this week by the Senate Intelligence Committee.

    An internal report on the Alabama effort, obtained by The New York Times, says explicitly that it “experimented with many of the tactics now understood to have influenced the 2016 elections.”

    The project’s operators created a Facebook page on which they posed as conservative Alabamians, using it to try to divide Republicans and even to endorse a write-in candidate to draw votes from Mr. Moore. It involved a scheme to link the Moore campaign to thousands of Russian accounts that suddenly began following the Republican candidate on Twitter, a development that drew national media attention.

    “We orchestrated an elaborate ‘false flag’ operation that planted the idea that the Moore campaign was amplified on social media by a Russian botnet,” the report says.

    Mr. Morgan said in an interview that the Russian botnet ruse “does not ring a bell,” adding that others had worked on the effort and had written the report. He said he saw the project as “a small experiment” designed to explore how certain online tactics worked, not to affect the election.

    Mr. Morgan said he could not account for the claims in the report that the project sought to “enrage and energize Democrats” and “depress turnout” among Republicans, partly by emphasizing accusations that Mr. Moore had pursued teenage girls when he was a prosecutor in his 30s.

    “The research project was intended to help us understand how these kind of campaigns operated,” said Mr. Morgan. “We thought it was useful to work in the context of a real election but design it to have almost no impact.”
    Editors’ Picks
    A Struggling Desert Town Bets Its Future on Pot
    In a Texas Art Mecca, Humble Adobe Now Carries a High Cost
    A ‘Time Capsule’ for Scientists, Courtesy of Peter the Great

    The project had a budget of just $100,000, in a race that cost approximately $51 million, including the primaries, according to Federal Election Commission records.

    #Médias_sociaux #Manipulation_mentale #Politique #USA


  • L’Info Antiraciste : #Rosa_Parks : héroïne du combat contre la ségrégation raciale.

    http://info-antiraciste.blogspot.com/2016/11/13-novembre-hommage-rosa-parks-et-la.html
    https://lh6.googleusercontent.com/proxy/CfZsur6Q40jUQVRCClbYb0Gn76XSKhl6yzI0wpeQSlOOTrQIgwWE2ZRUZg06L

    Le 13 novembre 1956 représente une date majeure dans l’histoire du mouvement des droits civiques et de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis.

    Ce jour là, la Cour suprême des USA statua, par l’arrêt dit « Browder v Gale », que la ségrégation dans les bus était anticonstitutionnelle.

    Cette décision répondait au mouvement de boycott des bus pratiquant cette ségrégation lancé à Montgomery, en Alabama, depuis le 5 décembre 1955, au lendemain de la condamnation de Rosa Parks (voir ci-dessous)
    La nouvelle ne parvint à Montgomery que le 20 décembre suivant. Le boycott cessa le lendemain, après 381 jours de mobilisation.

    #racisme #roits_civique


  • How the Lebanese Became White? | Moise A. Khayrallah Center for Lebanese Diaspora Studies | NC State University
    https://lebanesestudies.news.chass.ncsu.edu/2014/11/20/how-the-lebanese-became-white

    2014, via @humanprovince sur twitter,

    In the charged environment of racial politics of the South, Alabama’s congressman John L. Burnett argued in 1907 that the Lebanese “belong to a distinct race other than the White race.” In 1914 North Carolina Senator, F. M. Simmons went further proclaiming: “These [Lebanese] immigrants are nothing more than the degenerate progeny…the spawn of the Phoenician curse.”

    [...]

    ... the larger Lebanese-American community in the United States did not formulate a coherent and coordinated response until the naturalization case of George Dow, a “Syrian” immigrant living in South Carolina. George Dow, who was born in Batroun (north Lebanon) in 1862, immigrated to the United States in 1889 through Philadelphia and eventually settled in Summerton, South Carolina where he ran a dry-goods store. In 1913 he filed for citizenship which was denied by the court because he was not a “free white person” as stipulated in the 1790 US naturalization law.

    For the “Syrian” community this case was crucial because it could mean the end of their ability to become US citizens, and thus maintain their residence and livelihoods in “Amirka.” Moreover, it was a matter of equality in rights. The community’s struggle with the fluid concept of “free white person” began before George Dow, with Costa Najjour who was denied naturalization in 1909 by an Atlanta lower court because he was too “dark.” In 1913 Faris Shahid’s application was also denied by a South Carolina court, because “he was somewhat darker than is the usual mulatto of one-half mixed blood between and the white and the negro races.” In rendering his decision in the Dow case, Judge Henry Smith argued that although Dow may be a “free white person,” the legislators from 1790 meant white Europeans when they wrote “free white person.”

    The “Syrian” community decided to challenge this exclusionary interpretation. Setting aside their differences, all Arab- American newspapers dedicated at least one whole page to the coverage of this case and its successful appeal to the Fourth Circuit court. Al-Huda led the charge with one headline “To Battle, O Syrians.” Proclaiming that Judge Smith’s decision was a “humiliation” of “Syrians,” the community poured money into the legal defense of George Dow. Najib al-Sarghani, who helped establish the Syrian Society for National Defense in 1914 in Charleston, South Carolina, wrote in al-Huda, “we have found ourselves at the center of an attack on the Syrian honor,” and such ruling would render the Syrian “no better than blacks and Mongolians . Rather blacks will have rights that the Syrian does not have.” The community premised its right to naturalization on a series of arguments that would “prove” that “free white person” meant all Caucasians, thus establishing precedent in the American legal system and shaping the meaning of “whiteness” in America. Joseph Ferris summarized these arguments a decade later in The Syrian World magazine as follows: the term “white” referred to all Caucasians; George Dow was Semite and therefore Caucasian; since European Jews (who were Semites) were deemed worthy of naturalization, therefore “Syrians” should be given that right as well; and finally, as Christians, “Syrians” must have been included in the statute of 1790. The success of these arguments at the Court of Appeals level secured the legal demarcation of “Syrians” as “white.”

    What makes this particular story more remarkable is that similar ones were unfolding around the same time in South Africa and Australia, both of which had racially-based definitions of citizenship and concomitant rights. For example, in 1913 Moses Gandur challenged the classification of “Syrians” as “Colored Asiatics” before the Supreme Court of South Africa and won by arguing that although “Syrians” resided in Asia they still were white or Caucasian, and thus not subject to the exclusionary clauses of the 1885 Law. In all of these cases, the arguments were also quite similar to the one summarized by Joseph Ferris above.

    These decisions meant that the “Syrians” (and by extension today all Arabs) are considered white in the US. This entry into mainstream society–where whiteness bestowed political and economic power–meant different things for different members of the Lebanese community. Some were satisfied to leave the racial system of the South unchallenged as long as they were considered white.

    For others, the experience of fighting racial discrimination convinced them that the system is inherently unjust and must be changed. Thus, many NC Lebanese (like Ralph Johns who encouraged his black clients at his clothier store on East Merchant Street to start the sit-ins in Greensboro) participated in the Civil Rights struggle of the 1960s to end the era of the #Jim_Crow South.

    #blanchité#Libanais #Arabes #Etats-Unis #racisme


  • Climate #gentrification: the rich can afford to move – what about the poor? | Environment | The Guardian
    https://www.theguardian.com/environment/2018/sep/25/climate-gentrification-phoenix-flagstaff-miami-rich-poor

    Et le #pauvre qui habite du “bon côté” est expulsé...

    Residents of the Miami districts of Liberty City and Little Haiti, traditionally African American and Hispanic areas, are seeing their neighborhoods transform around them. The districts, which sit a relatively safe 15ft above sea level, are currently having holes punched into them by bulldozers to make way for half a dozen apartment developments.

    “We are already seeing low-income homes and businesses being evicted, the new developments are popping up everywhere,” said Valencia Gunder, a Liberty City resident turned activist who grew up hearing warnings about gentrification that are now being realized.

    Previously blighted by poverty and crime, Liberty City is now seen as an attractive base for those worried their beachfront properties will soon be swamped. In 2000, no one in Liberty City paid more than $1,000 a month in rent – now it’s roughly one in six. Property prices have also risen sharply.

    “People are being forced out to places like Georgia and Alabama, where it’s more affordable,” said Gunder. “It’s becoming so expensive. These developers aren’t making Liberty City better for the people who already live here.”

    #climat #états-unis


  • 60 Minutes: Oprah Winfrey goes inside the memorial to victims of lynching - CBS News
    https://www.cbsnews.com/news/inside-the-memorial-to-victims-of-lynching-60-minutes-oprah-winfrey

    There is a reckoning taking place in America over how we remember our history. Much of the focus has been on whether or not to take down monuments that celebrate the Confederacy. But this story is about a new monument going up in Montgomery, Alabama. It documents the lynchings of thousands of African-American men, women and children during a 70 year period following the Civil War.

    #lynchage #assassinat #ségrégation #racisme #Bryan_Stevenson #états_unis #alabama #montgomery #noirs


  • Contaminations : « Les zones mortes, prélude d’une planète sans vie »

    https://www.lemonde.fr/contaminations/article/2018/09/01/contaminations-les-zones-mortes-prelude-d-une-planete-sans-vie_5348955_53475

    Les dégâts environnementaux infligés par l’homme sont irréversibles, alertent Gerald Markowitz et David Rosner, deux historiens des sciences américains, dans une tribune au « Monde ».

    Par Gerald Markowitz (historien des sciences) et David Rosner (historien des sciences)

    [Dans le cadre de notre opération « Contaminations », nous avons sollicité deux historiens des sciences, Gerald Markowitz (John Jay College of Criminal Justice) et David Rosner (université Columbia à New York) qui ont consacré toute leur carrière à l’étude des pollutions industrielles, notamment le plomb et les polychlorobiphényles. En janvier, les deux Américains ont mis en ligne des milliers de documents internes de firmes (« Toxic Docs ») qui dévoilent les stratégies des industriels pour dissimuler ces crimes environnementaux. Ils lancent une mise en garde sur les conséquences tragiques de notre usage de la planète.]

    La planète est un endroit remarquablement résilient. Au fil des siècles, l’homme en a détruit les forêts naturelles, brûlé les sols et pollué les eaux pour finalement constater que, dans l’ensemble, la planète s’en remettait. Longtemps, les villes se débarrassaient de leurs déchets dans les rivières, tandis que les premières usines construites le long de leurs rives disposaient de ces cours d’eau comme de leurs propres égouts ; autrefois sans vie, ces rivières peuvent retrouver une vie foisonnante pour peu qu’on leur en laisse le temps.

    Ceux d’entre nous qui ont atteint un certain âge et ont grandi à New York se souviennent sans doute des bancs de poissons morts qui venaient s’échouer sur les rives de notre fleuve Hudson, zone morte il y a peu encore, et aujourd’hui si belle. Les forêts, rasées pour laisser place à des champs, reviendront vite une fois l’homme parti. Il suffit de se promener dans les bois verdoyants de la Nouvelle-Angleterre et d’imaginer, comme le poète Robert Frost, être les premiers à s’émerveiller de leur beauté pour tomber aussitôt sur des ruines des murets de pierre qui clôturaient autrefois les pâturages.

    UNE NOUVELLE RÉALITÉ ÉBRANLE LES FONDEMENTS DE NOTRE DROIT DE POLLUER À VOLONTÉ EN CROYANT QUE LA NATURE FINIRA PAR TRIOMPHER

    C’est alors seulement que nous en prenons conscience : ces arbres sont encore jeunes, et, il n’y a pas si longtemps, l’homme dénudait ces terres pour y développer pâturages et cultures. Nous nous sommes consolés en pensant que l’on pouvait gommer les atteintes que nous infligeons à l’environnement et que la nature pouvait guérir, à condition de la laisser en paix et de mettre fin à nos comportements destructeurs.

    Mais une nouvelle réalité ébranle les fondements de notre droit de polluer à volonté en croyant que la nature finira par triompher. Et de plus en plus, cette réalité met au défi ce réconfort sur lequel nous nous étions reposés. Au cours du XXe siècle, nous avons non seulement modifié la surface de la Terre pour satisfaire notre dessein, mais nous l’avons fait de manière irréversible, au point qu’elle pourrait menacer notre existence même. Nous avons créé des environnements toxiques en faisant usage de technologies inédites et de matériaux de synthèse que la planète n’avait jamais connus.

    Au début du XXe siècle, des usines gigantesques employant des dizaines de milliers d’ouvriers ont remplacé la fabrication à domicile et les artisans qualifiés pour devenir les lieux de production de nos vêtements, de nos chaussures et d’une myriade d’objets de consommation. La quasi-totalité des objets de notre quotidien provient de ces usines, depuis les plaques de plâtre jusqu’aux revêtements de toit et de sol en passant par nos ordinateurs ou nos environnements de travail. Dans notre cadre de vie, il n’y a rien, ou presque, qui ne sorte pas d’une usine.

    Nous savons depuis longtemps que nombre de ces matériaux sont toxiques et peuvent détruire des vies. Si la nature peut se régénérer, certaines de ces substances toxiques tuent des travailleurs qui, eux, ne peuvent pas reprendre leurs vies : dans l’industrie, les ouvriers sont frappés depuis plus de deux siècles par ce fléau qu’est l’empoisonnement au plomb contenu dans les pigments des peintures ; on sait depuis le début du XXe siècle que le mercure tue les travailleurs ; et la poussière de charbon est identifiée comme cause de cancer du scrotum depuis l’époque de William Blake [artiste britannique de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle].

    AUJOURD’HUI NOUS SOMMES PEUT-ÊTRE CONFRONTÉS AU SACRIFICE DE L’ENSEMBLE DE LA POPULATION

    Mais les matériaux que nous fabriquons en usine n’ont plus rien à voir avec les produits naturels dont ils sont dérivés. Ils sont à l’origine de maladies nouvelles et de dangers auparavant inconnus. Ce sont les ouvriers qui, pour l’essentiel, ont payé le prix de la découverte de ces maladies : angiosarcome du foie causé par l’exposition au chlorure de vinyle monomère, élément constitutif des plastiques PVC ; mésothéliome causé par l’inhalation de poussière d’amiante ; leucémies causées par l’exposition au benzène et à d’autres hydrocarbures aromatiques.

    Nous avons toujours sacrifié les travailleurs, victimes d’accidents industriels et de produits chimiques toxiques, mais aujourd’hui nous sommes peut-être confrontés au sacrifice de l’ensemble de la population. Plastiques et produits chimiques : des produits de synthèse que ni l’être humain ni la planète n’avaient côtoyés avant le XXe siècle sont maintenant déversés en permanence sur nos sols, dans les océans et dans l’air. Ces polluants provoquent des maladies, anéantissent les espèces et mettent l’environnement en danger.

    A Anniston, plus de 50 ans maisons et deux églises ont été rasées. Tout le monde est parti. Ici, on peut relever des taux de PCB 140 fois supérieurs aux limites tolérées .
    Dans les années 1980, les scientifiques ont identifié les impacts environnementaux majeurs de cette cupidité : pluies acides menaçant nos forêts, trous de la couche d’ozone laissant les rayonnements dangereux atteindre la surface de la Terre. Nous avons permis aux industriels de faire usage de notre monde comme de leur décharge privée et la source de leurs profits au point de menacer l’existence même de la vie telle que nous la connaissons. Des espèces disparaissent à un rythme inédit ; les températures moyennes augmentent sur toute la planète, entraînant guerres, famines et migrations de masse.

    NOUS SOMMES EN TRAIN D’ENGENDRER UN MONDE DYSTOPIQUE OÙ SEULS LES PUISSANTS ET LES RICHES SERONT EN MESURE DE SURVIVRE, CLOÎTRÉS DERRIÈRE LES MURS DE LEURS ENCLAVES PRIVILÉGIÉES

    Nous avons accepté que les ouvriers et le reste de la population soient les principales victimes de cette cupidité, mais nous risquons désormais d’accepter que des régions entières deviennent inhabitables. Tchernobyl (Ukraine) et Fukushima (Japon) sont sans doute les cas les plus connus. Mais le péril, en Europe et aux Etats-Unis, n’est plus un secret : Anniston (Alabama), Dzerjinsk (Russie), les océans et d’autres endroits à travers le monde sont pratiquement devenus des zones mortes où les produits industriels ont endommagé l’environnement de manière irrémédiable.

    Alors que nous observons les effets du réchauffement climatique submerger les nations, de nouvelles questions, d’ordre plus existentiel, surgissent aujourd’hui. Nous produisons des matériaux « contre nature » pour l’être humain et la planète ; leurs conséquences sont irréversibles et rendent la vie impossible pour des millions de personnes. Nous sommes en train d’engendrer un monde dystopique où seuls les puissants et les riches seront en mesure de survivre, cloîtrés derrière les murs de leurs enclaves privilégiées. La planète est certes résiliente : elle continuera de tourner sur son axe et d’accueillir la vie. Mais que cette vie prenne la forme d’êtres humains, rien n’est moins sûr.


  • The future of water infrastructure goes beyond dams and reservoirs — Quartz
    https://qz.com/1353828/dams-and-reservoirs-cant-save-us-this-is-the-new-future-of-water-infrastructure

    #eau #eau_potable #épuration #eaux_usées #désalinisation #eau_saumâtre

    Treating brackish water is expensive, but it’s getting cheaper as the technology matures. In his work at the University of New Mexico, Hightower, the civil engineering professor, has been collecting data on desalination costs for decades. His research shows that in the US, starting in 2005, treating brackish groundwater from nearby sources has been less expensive on average than piping in fresh water from a remote source—especially if that source is 75 miles or more away, a common solution for arid places as their local supply of freshwater dwindles.

    Texas is on it: the 2017 state water plan set a goal to turn 111,000 acre-feet of brackish groundwater a year into drinking water by 2070.

    Toilet-to-tap

    Water engineers politely call it “direct potable reuse.” Others call it “toilet-to-tap.” The United Nations calls it a massive untouched resource that could nudge society into a “circular economy,” where economic development is “balanced with the protection of natural resources…and where a cleaner and more sustainable economy has a positive effect on the water quality.”

    In Singapore, an island nation lacking any freshwater resource big enough to sate its growing population (pdf), they’re a bit more direct: “Basically, you drink the water, you go to the toilet, you pee, and we collect it back and clean it,” George Madhavan, ‪a director at Singapore’s public utility, told USA Today in 2015.

    Since 2003, Singapore has been treating sewage to drinking-water standards. For now, most of that water is used for industrial purposes, but the volumes are impressive. About 40% of the nation’s total water needs are met by toilet-to-tap, significantly reducing the pressure on the rest of its freshwater sources—rainwater, desalinated seawater, and imports. In the last few years, the country started handing out bottles of the reclaimed water at events, to get its citizens used to the idea of drinking it directly. Singapore plans to squeeze a full 55% of its water supply from sewage by 2060. By then, they hope, drinking it will be the norm.

    In Namibia, the driest country in sub-Saharan Africa, the capital city Windhoek has been doing “toilet-to-tap” for so long that several generations of residents don’t bat an eye at drinking the stuff. The city has been turning raw sewage into drinking water for 50 years. Windhoek has never had a single illness attributed to the reclaimed wastewater.

    “Public confidence is that very, very fragile link that keeps the system going,” Pierre van Rensburg, Windhoek’s strategic executive for urban and transport planning, told the American Water Works Association, an international nonprofit, in 2017. “I think if there is ever one incident that could be linked back to the [direct potable reuse] plant, the public would lose all confidence.”

    “It tastes like bottled water, as long as you can psychologically get past the point that it’s recycled urine.”

    The science behind this isn’t new. In fact, a high-tech version of direct potable reuse has been used by American astronauts since humans first left Earth. In space, humans have no choice but to drink their own distilled urine. On the US side of the International Space Station, a high-tech water system collects astronauts’ urine, sweat, shower water, and even the condensate they breathe into the air, and then distills it all to drinking-water standards.

    “It tastes like bottled water, as long as you can psychologically get past the point that it’s recycled urine and condensate,” Layne Carter, who manages the ISS’s water system out of the Marshall Flight Center in Alabama, told Bloomberg Businessweek (paywall) in 2015. The Russian astronauts, however, decline to include their urine in their water-purification system. So the US astronauts go over to the Russian side of the ISS and pick up their urine, bring it back over to the American side, and purify it. Water is precious, after all.

    Back on Earth, the technology is more rudimentary. Whereas in space, urine is spun in a centrifuge-like system until water vapor emerges, is recondensed, then heated, oxidized, and laced with iodine, the process on Earth involves a combination of extracting waste through membrane filters and exposure to UV light to kill bacteria. (And in Namibia, they use waste-eating bacteria before zapping the microorganisms with UV.) To keep up with the ever-expanding number of chemicals and pharmaceuticals that show up in water, these water-reuse will have to keep evolving. Still, it’s proven technology, and cost-effective at scale.

    Outside of a few examples, however, communities have been slow to adopt them as viable solutions to water scarcity, likely because of cultural stigma around drinking filtered sewage water. That’s slowly changing as rising temperatures, dwindling freshwater, and more frequent, more extreme droughts have cities looking around for options.


  • Le meilleur album de tous les temps. Pas un morceau, pas une note, pas un mot d’Aretha n’est en trop ici.

    I Never Loved a Man the Way I Love You
    Aretha Franklin, mars 1967
    https://en.wikipedia.org/wiki/I_Never_Loved_a_Man_the_Way_I_Love_You

    https://www.youtube.com/watch?v=9tKKsqI919g

    1. Respect (chanson écrite par Otis Redding) - 0:00
    2. Drown in my own tears (chanson popularisée par Ray Charles) - 2:27
    3. I never loved a man (the way I love you) (chanson écrite pour l’occasion par Ronnie Shannon) - 6:34
    4. Soul serenade (chanson écrite par King Curtis, saxophoniste du groupe et chef d’orchestre en tournée) - 9:26
    5. Don’t let me lose this dream (chanson écrite par Aretha et son mari) - 12:05
    6. Baby, baby, baby (chanson écrite par Aretha et sa soeur) - 14:28
    7. Dr. Feelgood (Love is a serious business) (chanson écrite par Aretha et son mari) - 17:22
    8. Good times (chanson écrite par Sam Cooke) - 20:45
    9. Do right woman, do right man (chanson écrite pour l’occasion par Dan Penn et Chips Moman, leur premier grand succès) - 22:55
    10. Save me (chanson écrite par Aretha et sa soeur, et King Curtis) - 26:11
    11. A change is gonna come (chanson écrite par Sam Cooke) - 28:32

    Le disque, son premier pour la marque Atlantic, devait être enregistré aux studios FAME de Muscle Shoals, Alabama en janvier 1967, avec Aretha Franklin au chant et au piano et les musiciens locaux, c’était l’idée de Jerry Wexler, le producteur.

    Le premier jour, seule la chanson titre fut enregistrée et, en fin de soirée, un trompettiste blanc (Ken Laxton) fit une remarque raciste. Exigeant des excuses et ne trouvant pas de solution satisfaisante, Aretha Franklin annula la session et rentra à New-York.

    Le disque fut donc terminé à New-York, mais avec les musiciens (sauf Laxton, bien sûr) d’Alabama que Wexler fit venir sans le dire à Rick Hall, le directeur des studios FAME.

    On y retrouve les influences majeures d’Aretha Franklin : Sam Cooke, Ray Charles, mais aussi un hommage à la jeune star montante du sud des Etats-Unis, Otis Redding. On y trouve aussi 4 titres co-écrits par Aretha elle-même.

    De retour à Muscle Shoals, et avec l’aide de Wexler, les musiciens ouvrirent leur propre studio d’enregistrement, Muscle Shoals Sound Studio...

    #Aretha_Franklin #Musique #Soul


    • Aretha Franklin, respect éternel
      Jacques Denis, Libération, le 16 août 2018
      http://next.liberation.fr/culture/2018/08/16/aretha-franklin-respect-eternel_1672542

      La reine de la soul est morte ce jeudi à 76 ans. De l’église de son père au sommet des charts, sa voix a inscrit dans la légende des dizaines de tubes et porté haut les causes du féminisme et des droits civiques.

      « J’ai perdu ma chanson, cette fille me l’a prise. » Quand il découvre Respect, une ballade qu’il a écrite pour son tour manager Speedo Sims, Otis Redding ne peut que constater les faits face à Jerry Wexler, le pape de la soul music au label Atlantic. Ce jour-là, le chanteur sait que le titre paru deux ans plus tôt, en 1965 sur l’imparable Otis Blue, lui échappe. Pas sûr en revanche qu’il puisse se douter alors que ce hit fera danser des générations entières, porté par la voix de la papesse soul. Combien de soirées où cet hymne au féminisme débridé aura fait se lever toutes les femmes et filles, prises d’un doux délire  ! « La chanson en elle-même est passée d’une revendication de droits conjugaux à un vibrant appel à la liberté. Alors qu’Otis parle spécifiquement de questions domestiques, Aretha en appelle ni plus ni moins à la transcendance extatique de l’imagination », analysera Peter Guralnick, l’auteur de la bible Sweet Soul Music.

      Enregistrée le jour de la Saint-Valentin, la version d’Aretha Franklin, morte jeudi à 76 ans, est effectivement bien différente de celle du « Soul Father », qui vantait les mérites de l’homme allant au turbin et méritant de fait un peu de respect en retour. La jeune femme se permet d’y glisser quelques saillies bien senties  : « Je ne te ferai pas d’enfant dans le dos, mais ce que j’attends de toi, c’est du respect. » Le tout boosté par un chœur composé de ses sœurs Erma et Carolyn qui ponctue de « Ooh  ! » et « Just a little bit », donnant à l’histoire les faux airs d’une conversation complice entre femmes. Et de conclure par un tranchant  : « Je n’ai besoin de personne et je me débrouille comme une grande. » La suite, tout du moins d’un point de vue artistique, donnera raison à celle qui devint ainsi pour la postérité tout à la fois l’une des égéries des droits civiques et la visionnaire pythie d’une libération des mœurs.
      Dix-huit Grammy Awards

      « Cette chanson répondait au besoin du pays, au besoin de l’homme et la femme de la rue, l’homme d’affaires, la mère de famille, le pompier, le professeur – tout le monde aspire au respect. La chanson a pris une signification monumentale. Elle est devenue l’incarnation du "respect" que les femmes attendent des hommes et les hommes des femmes, le droit inhérent de tous les êtres humains », analysera-t-elle a posteriori dans son autobiographie, Aretha : From These Roots.

      Sa reprise de Respect n’était pas le premier succès de la native de Memphis. D’ailleurs, à l’époque, ce ne sera que le deuxième 45-tours de son premier album sous pavillon Atlantic, précédé par I Never Loved a Man (the Way I Love You) qui donne son titre à ce disque. Mais avec ce tube, bientôt suivi d’une quantité d’autres, elle se hisse vers des sommets à hauteur des mâles blancs qui dominaient l’époque. Coup double aux Grammy 1968 – les premiers d’une très longue série, dix-huit au total –, la chanson truste les charts pop, quatorze semaines au top des ventes afro-américaines où la concurrence est alors plutôt sévère, et intronise la « Soul Sister » (surnom emprunté à son précédent disque) en reine du genre  : « Queen of Soul », pas moins. Elle ne sera jamais détrônée.

      Pourtant l’album enregistré entre Muscle Shoals, l’usine à tubes d’Alabama, et New York, où elle dut se replier avec quelques musiciens sudistes, fut accouché dans la douleur, tel que relaté par un autre biographe émérite d’Aretha Franklin, le Français Sebastian Danchin (Portrait d’une natural woman, aux éditions Buchet Chastel). Toujours est-il que le 28 juin 1968, elle fait la une de l’hebdomadaire Time  : un simple portrait dessiné d’elle, discrètement barré d’un explicite The Sound of Soul. Cette année-là, elle est juste derrière Martin Luther King en termes de ­notoriété.

      Atteinte d’un cancer et officiellement rangée des hits depuis début 2017, la grande prêcheuse du respect est morte cinquante ans plus tard à Détroit, à 76 ans, devenue pour l’éternité celle dont un président des Etats-Unis (pas le moins mélomane, Barack Obama) a pu dire  : « L’histoire américaine monte en flèche quand Aretha chante. Personne n’incarne plus pleinement la connexion entre le spirituel afro-américain, le blues, le r’n’b, le rock’n’roll – la façon dont les difficultés et le chagrin se sont transformés en quelque chose de beau, de vitalité et d’espoir. »
      Premier disque

      Avant d’en arriver là, tout n’était pas écrit d’avance pour cette fille de pasteur, née le 25 mars 1942 dans le Sud profond, où la ségrégation fait force de loi. Grandie dans le giron de ce père homme de foi, Aretha Louise Franklin trouve sa voix à l’église, comme souvent. Elle a pour premier modèle son paternel, personnalité aussi sombre à la maison qu’auréolée de lumière sur l’estrade  : le pasteur Clarence LaVaughn Franklin enregistre et publie ses gospels sur la firme Chess, fréquente les stars (Sam Cooke, Jackie Wilson, Art Tatum…), enchaîne les tournées, au risque de délaisser le foyer où les enfants se débrouillent comme ils peuvent. D’autant que leur mère, Barbara Siggers, « immense chanteuse gospel » selon la diva Mahalia Jackson, a quitté le foyer au lendemain des 6 ans d’Aretha.

      Sept années plus tard, l’adolescente grave son premier disque, avec le chœur de la New Bethel Baptist Church, le sanctuaire au cœur du ghetto de Detroit où son père célèbre sa mission sur Terre. L’année qui suit, elle accouche d’un premier enfant, suivant là encore les traces du prédicateur, par ailleurs fornicateur à ses heures  : une des demi-sœurs de la jeune Aretha est le fruit de relations illicites avec une paroissienne de 13 ans  !
      Ferveur inégalée

      Avant 18 ans, Aretha a déjà deux enfants. Autant dire un sérieux handicap pour qui entend faire carrière en musique. C’est pourtant la même, certes délestée des bambins qui se retrouvent chez mère-grand Rachel, qui est castée par le talent-scout John Hammond. Elle a 19 ans quand elle débarque à New York pour intégrer l’écurie Columbia, où la future Lady Soul – autre surnom absolument pas usurpé – est censée suivre le sillon creusé par Lady Day, la femme au chihuahua Billie Holiday. Las, l’histoire ne se répète jamais, et malgré d’indéniables talents et de petits succès dont un bel hommage à Dinah Washington, une de ses références avouées, et un recommandable Yeah où elle tente déjà de faire siennes quelques rengaines empruntées à d’autres, celle qui sera plus tard la première femme à rejoindre le Rock’n’roll Hall of Fame ne parvient pas à se distinguer dans le jazz. Jusqu’à ce qu’elle franchisse le Rubicon, en passant chez Atlantic où, outre Jerry Wexler, elle trouve en Arif Mardin un directeur musical à son écoute.

      « Quand je suis allée chez Atlantic Records, ils m’ont juste assise près du piano et les tubes ont commencé à naître. » Il ne faudra jamais oublier qu’à l’instar d’une Nina Simone, Aretha Franklin était aussi une formidable pianiste. La liste des classiques enregistrés en moins de dix ans donne le tournis  : Baby I Love You, (You Make Me Feel Like) A Natural Woman, Think, (Sweet Sweet Baby) Since You’ve Been Gone, Chain of Fools, Until You Come Back to Me… Entre 1967 et 1974, la porte-voix d’une communauté chante ou déchante l’amour, en mode énervé ou sur le ton de la confidence sur oreiller, portée par des arrangements luxuriants ou dans ce dénuement propre à magnifier les plus belles voix sudistes (de Wilson Pickett à Sam & Dave). Dans cette série qui ressemble à une irrésistible ascension, chacun a ses favoris  : Call Me, par exemple, pas forcément le plus gros succès, demeure une ballade pour l’éternité où elle fait valoir toute la classe de son toucher sur les noires et ivoire. A moins que ce ne soit I Say a Little Prayer, le cantique écrit par Burt Bacharach et Hal David pour Dionne Warwick (qui se le fera chiper), tout en légèreté laidback. Qu’elle flirte volontiers avec la pop, reste fidèle à l’esprit de la soul ou mette le feu au temple frisco rock Fillmore West dans un live mémorable avec le terrible saxophoniste r’n’b King Curtis, son directeur musical assassiné quelques mois plus tard, la voix d’Aretha Franklin transcende toujours les sacro-saintes chapelles avec une ferveur inégalée. Celle héritée du gospel, la genèse de tout, auquel elle rend un vibrant hommage en 1972 avec Amazing Grace, un office avec le révérend James Cleveland qui devient le premier disque du genre à réussir la jonction avec le public profane.

      La série va pourtant s’arrêter au mitan des années 70, alors que Jerry Wexler s’apprête à quitter la maison mère pour rejoindre Warner Bros. A Change Is Gonna Come, pour paraphraser la superbe complainte qu’elle a empruntée à Sam Cooke dès 1967. Le disco triomphe, et bientôt le rap qui saura lui rendre hommage, à l’image de Mos Def revisitant One Step Ahead ou de Lauryn Hill s’investissant dans The Rose Is Still a Rose. Orpheline de son mentor, Franklin elle-même quitte en 1980 Atlantic pour Arista. La chanteuse ne s’en remettra pas, alors même qu’elle parvient à toucher un public rajeuni en étant au générique des Blues Brothers. Elle y chante en femme de ménage (mais chaussée de mules en éponge roses  !) Think, hymne à la liberté et à la féminité affirmée haut et fort (encore).

      Ombre d’elle-même

      La scène d’anthologie marque les esprits, mais dans la vraie vie, Aretha Franklin n’aspire qu’à des productions de plus en plus pompières, qui masquent par leur outrance l’essentiel  : ses exceptionnelles qualités d’interprète. Les interventions de jeunes musiciens comme Marcus Miller ou Narada Michael Walden n’y font rien, même si avec ce dernier elle parvient une nouvelle fois à toucher furtivement la place de numéro 1 des charts r’n’b.

      Si elle se fait rare en studio, si elle ne marque plus l’histoire de la musique, elle n’en demeure pas moins une icône pour les nouvelles générations. George Michael s’adonne ainsi à un duo – une spécialité de la diva, qui sans doute trahissait déjà un réel manque de renouvellement – avec celle qu’il considère comme une influence majeure. Toutes les chanteuses de nu soul prêtent allégeance à la première dame, qui de son côté s’illustre dans la rubrique mondanités. Elle traverse ainsi les années 90 en ombre d’elle-même, caricature de ses grands millésimes, qu’elle fructifie. Elle n’en reste alors pas moins une figure que l’on met aisément en couverture, affichant des looks pas toujours raccords, et au premier rang des chanteurs de tous les temps selon Rolling Stone.

      De come-backs avortés en retours guettés par des fans toujours en demande, rien n’y fait. La star, rentrée vivre à Detroit, attise pourtant les désirs et envies des jeunes producteurs : André 3000 d’Outkast et Babyface mettent même un album en chantier, alors que l’année d’après, en 2014, le festival de jazz de Montréal la fait remonter sur scène. Longue robe blanche, cheveux blonds, elle assure le show.

      Trois ans plus tard, elle est encore en blanc, mais considérablement amaigrie, pour un gala au profit de la fondation Elton John, à New York. Plus que de résurrection, cela sonne comme un concert d’adieux. Néanmoins, on gardera plutôt en souvenir le dernier grand moment d’une carrière hors norme de cette chanteuse  : le 6 décembre 2015 lors des prestigieux Kennedy Center Honors, elle entre en scène en manteau de fourrure, voix aussi sûre que son doigté au piano, pour interpréter (You Make Me Feel Like) A Natural Woman devant le couple Obama, auquel elle avait déjà fait l’honneur de chanter lors de son investiture en 2009. Comme la révérence d’une voix pas ordinaire, en tout point populaire.

      Jacques Denis

    • « Aretha Franklin a chanté son époque, avec son époque, et pour son époque »
      Isabelle Hanne, Libération, le 16 août 2018
      http://www.liberation.fr/planete/2018/08/16/aretha-franklin-a-chante-son-epoque-avec-son-epoque-et-pour-son-epoque_16

      Daphne Brooks, professeure d’études Afro-américaines à l’université Yale, revient sur la figure d’Aretha Franklin et sa place dans l’histoire musicale et nationale.

      Daphne Brooks, 49 ans, professeure d’études afro-américaines à l’université Yale, écrit sur la question raciale, le genre et la musique populaire. Elle a ­notamment travaillé sur le parcours d’Aretha Franklin pour son ­livre Subterranean Blues  : Black Women and Sound Subcultures (à paraître) et a donné plusieurs conférences sur la Queen of Soul, qu’elle a rencontrée à l’occasion d’une lecture à Princeton qui lui était dédiée. Elle s’intéresse ­particulièrement aux moments où les artistes Afro-Américaines se retrouvent à la croisée entre les ­révolutions musicales et la grande histoire nationale, Aretha Franklin étant la figure ty­pique de ces intersections.
      Que représente Aretha Franklin pour vous  ? Quels sont vos ­premiers souvenirs d’elle  ?

      J’ai grandi dans les années 70 en Californie, dans une famille qui écoutait de la musique en permanence alors qu’elle avait déjà acquis le statut de « Queen of Soul ». Elle a toujours été omniprésente dans mon monde.
      Comment est-elle devenue l’un des objets de vos recherches  ?

      La musique d’Aretha Franklin, c’est le son de la conquête des droits ­civiques, du Black Power, ce ­mélange de joie, de blackness, ce sens de la fierté, notre héritage afro-amé­ricain. Elle a su trans­mettre cette beauté intérieure dans ses chansons.
      Quels sont les liens entre Aretha Franklin et le mouvement de lutte pour les droits civiques  ?

      Ils sont nombreux. Son père, C.L. Franklin, était ce pasteur très célèbre à Detroit et son église, la New Bethel Baptist Church, un haut lieu du combat pour les droits civiques. Il galvanisait un public noir à travers ses sermons diffusés à la radio pendant les années 50 [puis commercialisés sur disque, ndlr]. Il accueillait Martin Luther King lors de ses séjours à Detroit. Aretha Franklin a d’ailleurs accompagné ce dernier à plusieurs manifestations et chanté lors de ses funérailles. Mais cette connexion ne se limite pas à ces liens familiaux. Sa musique, elle aussi, s’inscrit dans ce contexte historique. Il y a, bien sûr, son ADN gospel. Et pas seulement  : Respect, la chanson écrite par ­Otis Redding mais réinterprétée par Franklin en 1967, une année pivot [l’année du « Long, Hot Summer », une série d’émeutes raciales], est devenue instantanément un hymne des droits civiques, de l’émancipation des Noirs, du Black Power et du mouvement féministe. Trois ans plus tôt, en 1964, elle avait déjà ­enregistré Take a Look, dont les paroles avaient fortement résonné lors du « Freedom Summer », cet été où des centaines d’étudiants ont risqué leur vie pour inscrire des Noirs sur les listes élec­torales du Mississippi [« Lord, what’s happening / To this human race  ? / I can’t even see / One friendly face / Brothers fight brothers / And sisters wink their eyes […] / Just take a look at your children / Born innocent / Every boy and every girl / Denying themselves a real chance / To build a better world. »] Dans sa musique elle-même, elle a su articuler ce chagrin et ce regard sur l’humanité si propre à la soul music.
      Vous dites qu’elle n’a pas seulement été une voix des droits ci­viques, comme Nina Simone, mais qu’elle a également eu un impact sur le féminisme afro-américain  ?

      Aretha a chanté son époque, avec son époque, et pour son époque. Avec des chansons comme Natural Woman, elle s’est aussi exonérée d’une certaine image pour se ­connecter au mouvement féministe moderne, au féminisme noir. Très tôt dans sa carrière, elle s’est donné le droit de chanter les tourments émotionnels des Afro-Américaines avec tellement de genres musicaux différents  : c’était son appel à l’action, à l’émancipation des Noires aux Etats-Unis. Elle a chanté la ­bande-son complexe de la femme noire qui se réinventait. Elle montre que cette dernière peut être un ­sujet doué d’émotions complexes, d’une volonté d’indépendance… Toutes ces choses qui ont été si longtemps refusées aux Afro-Américains aux Etats-Unis. Elle a vraiment été dans la droite ligne du Black Power  : désormais, les Noirs montrent qu’ils n’ont pas besoin de s’excuser d’exister.
      Elle a aussi été cette icône aux tenues extravagantes, luxueuses, en perruque et fourrure. Peut-on dire qu’elle a participé à façonner une certaine féminité noire  ?

      Oui, mais comme d’autres activistes ou artistes noires, telle Diana Ross par exemple, qui ont en effet développé cette image de la beauté noire glamour, somptueuse. Mais elle a également montré, dans les années 70, une image plus afrocentriste, avec des tenues plus sobres et une coiffure afro.
      A bien des égards, Aretha Franklin est une synthèse des Afro-Américains...

      Elle est née dans le Sud, à Memphis (Tennessee), mais elle a grandi dans le Nord, à Detroit, dans le Michigan. Sa famille a fait comme des millions d’Afro-Américains au milieu du XXe siècle  : ils ont déménagé du Sud vers le Nord, ce phénomène qu’on appelle la Grande Migration [de 1910 à 1970, six millions d’Afro-Américains ont émigré du sud des Etats-Unis vers le Midwest, le Nord-Est et l’Ouest, pour échapper au racisme et tenter de trouver du travail dans les villes indus­trielles]. Elle a aussi su faire la synthèse ­entre tous les genres musicaux afro-américains, de la soul au r’n’b, de la pop au jazz. Aretha Franklin fait partie, fondamentalement, de l’histoire des Noirs américains. Elle appartenait à cette génération d’Afro-Américains qui a sondé l’identité noire, qui venaient du Nord comme du Sud, urbains comme ruraux, passionnés de jazz, de blues, de r’n’b et de pop. Le tout en se battant pour faire tomber les murs de la ­culture Jim Crow [les lois qui organisaient la ségrégation raciale] à travers l’agitation sociale et la performance artistique.
      Isabelle Hanne correspondante à New York


  • Just look at Ben-Gurion Airport - Opinion
    Haaretz.com | Gideon Levy | Aug 16, 2018 1:07 AM
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-just-look-at-ben-gurion-airport-1.6384896

    Look at Ben-Gurion Airport, and see us. Nothing reflects Israel 2018 better than that entrance gate, the place Israelis hold most sacred.

    Elaborately designed, efficient, modern, with a semblance of the epitome of freedom – here the “open sky” is the limit – while under the magnificent columns and moving walkways the injustices fester, well hidden, as usual, behind screens. The Ben-Gurion we love so much is an airport of segregation, an airdrome partially in the Shin Bet’s control, including a thought-police station. Welcome arrivals and departures: Peter Beinart is not alone.

    It begins long before the entrance. About two million residents, some of them living on the very outskirts of the airport, see it from their window but cannot go near it, not to mention use its services. Their Jewish neighbors are allowed, but they themselves are prohibited. They’re Palestinians. Have you heard of any other international airport that is closed to some of the state’s residents solely because of their origin? If this isn’t the port of apartheid, what is?

    As the permitted ones drive up to the checkpoint at the entrance, the ceremony of opening the window and greeting the security guard, armed with a machine gun – the most racist procedure there is – takes place. Everyone cooperates with this sickening act, intended to hear the passengers’ accent and ascertain whether they are Jews or Arabs.

    The security guards know what they’re doing. They also know what they’re doing at the security examinations in the airport. Invasive, intrusive questions that have no place in a free country, that have nothing to do with flight security. Not everyone is subjected to this, of course. Profiling is the name of the game, intended to make it easy for us, the privileged Israeli Jews, and deprive and degrade all the rest. Security, hush-hush, don’t ask questions.

    And then the numbers with the different endings on the sticker attached to your passport, separating one traveler from another, on the basis of his origin, or the extent of suspicion he raises. There are numbers whose digital endings mean complete nudity in front of the male or female examiner. This does not apply to the Jewish Israelis.

    Most of the suspicions in Ben-Gurion Airport arise because of origin or ideological affiliation. An American of Palestinian origin – suspicious. A Jew is not, of course, unless he’s a leftist. There are no suspicions of right-wingers. There’s no chance that an racist evangelist from Alabama, an “Israel lover” and believer in Armageddon, could endanger anything. Only the Norwegian tourist who took part, bad girl, in a tour of Breaking the Silence, is jeopardizing the flight’s safety or the public’s security. Only the activist of the Ecumenical Accompaniment Programme in Palestine and Israel is a potential plane hijacker, or a possible terrorist.

    No rightist supporter of the settlers, Jewish or Christian, has ever been held up at Ben-Gurion Airport and interrogated about his activity on behalf of the settlements, which are far more criminal than any demonstration, protest or act of solidarity with the Palestinians. Such a person, it seems, has yet to be born. In Israel, the fascist, even anti-Semitic, right is patriotic, and so it is in Ben-Gurion Airport too, the mirror of our homeland’s landscape.

    It will end only on the day Israelis are humiliated like that at the gateways to other countries. Until then the security excuse will be upheld and used for everything. And we haven’t yet said a word about the Palestinian citizens of Israel. Try once to think of the one standing in front of you or behind you in line, an Israeli Arab, director of a hospital ward or a construction worker. He has the same passport, the same citizenship as yours, in the nation-state of equality for all. Try to imagine the feeling of exclusion, the affront of deprivation. What does he say to the child who asks why we are here and they are there, how does he overcome the suspicious looks.

    On top of all this came the ridiculous, outrageous war on BDS, which turned Ben-Gurion border officials into duty officers of the thought-police. Beinart was its victim, but he’s a Jew and quite famous, so his interrogation was declared an “administrative error.” But this is no error: This is Ben-Gurion Airport. This is Israel. And now, to the duty-free shops.

    #BenGourion #expulsions #frontières


  • La course à l’échalote
    http://www.dedefensa.org/article/la-course-a-lechalote

    La course à l’échalote

    13 août 2018 – Nous approfondissons le sujet fondamental de la posture (communication et stratégie) des USA face à la nouvelle situation stratégique créée par les nouvelles armes hypersoniques, russes et chinoises. Il s’agit d’interventions de l’officier général (de l’USAF) qui est le mieux à même de juger des conditions techniques de cette situation.

    Le général Hyten, chef des forces stratégiques US (US Strategic Command, ou STRATCOM), a fait quelques remarques, mardi dernier lors du Space and Missile Defense Symposiumde Huntsville, en Alabama, qui permettent de bien apprécier la position des forces armées US à l’égard du domaine stratégique des nouvelles armes hypersoniques (évoluant à plus de 5 Mach) où la Russie et la Chine ont pris largement la tête. C’est depuis le discours de (...)


  • Gaza : « Palestinian Lives Matter »
    Samir Abdallah, cinéaste
    Raed Andoni, réalisateur
    Bertrand Badie, professeur des universités en sciences politiques à Sciences-Po
    Etienne Balibar, professeur émérite (philosophie), université de Paris-Ouest
    Ludivine Bantigny, historienne
    Rony Brauman, médecin et essayiste
    Sonia Dayan Herzbrun, sociologue
    Christine Delphy, militante féministe
    Alain Gresh, journaliste
    Nacira Guénif, sociologue, professeure à l’université Paris-VIII
    Christiane Hessel
    Razmig Keucheyan, sociologue
    Olivier Le Cour Grandmaison, Universitaire
    Patrice Leclerc, maire de Gennevilliers
    Eyal Sivan, cinéaste
    Azzedine Taibi, maire de Stains
    Dominique Vidal, journaliste et écrivain
    Libération, le 28 mai 2018
    http://www.liberation.fr/debats/2018/05/28/gaza-palestinian-lives-matter_1654225

    La répression israélienne mi-mai contre la « marche du grand retour » qui a fait plus de cent morts fut disproportionnée. Et pourtant les vies palestiniennes comptent aussi. Un groupe d’intellectuels est scandalisé par la mollesse des réactions internationales.

    Nous sommes horrifiés de la répression sanglante exercée par l’armée israélienne contre une population désarmée, manifestant pour son droit au retour (acté par le droit international, faut-il le rappeler, dans la résolution 194 de l’ONU) et contre le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Rarement dans l’histoire on aura vu un tel bain de sang contre des manifestants civils. Les images évoquées sont celles du Bloody Sunday de Selma (Alabama) contre les manifestants pour les droits civiques en 1965, ou celles du massacre de Sharpeville contre des milliers de manifestants, ou encore du massacre des étudiants de Soweto en Afrique du sud.

    Nous sommes scandalisés de la mollesse des réactions internationales, réprimandant du bout des lèvres les dirigeants israéliens, et leur demandant poliment de refréner leurs ardeurs. La communauté internationale dispose de tout un arsenal juridique et de sanctions permettant d’arrêter Israël à tout moment dans son escalade meurtrière. Les raisons pour lesquelles elle n’intervient pas sont à la fois cyniques et dangereuses. Cyniques parce qu’elles méprisent totalement le droit international qui est issu de l’après-Guerre, pour tenter de moraliser les rapports internationaux, et dangereuses parce qu’en le bafouant quotidiennement et ne l’appliquant pas elles participent de la destruction de ce droit. Il est encore temps d’intervenir, de soutenir la demande d’Amnesty International (1) d’un embargo sur les armes à destination d’Israël afin d’arrêter le massacre. Souvenons-nous que l’embargo militaire est un outil qui a déjà été appliqué par la France à Israël en 1967 et qui est actuellement mis en œuvre internationalement contre 18 Etats, afin d’empêcher les escalades de violence.

    Nous nous étonnons et nous inquiétons de la façon très particulière dont de nombreux chroniqueurs ont présenté cet épisode supplémentaire de violence exercée contre le peuple palestinien.

    Les mots « occupation », « colonisation » ne sont plus présents dans les discours de nombreux éditorialistes, ni ceux de « réfugiés », de « droit au retour », la bande de Gaza n’est pas assiégée depuis dix ans, certains osent même dire qu’elle est « libérée » depuis 2005.

    D’autres ajoutent qu’il n’y a plus un seul Israélien sur le territoire de Gaza, comme si le gardien de la prison avait besoin de se trouver à l’intérieur du territoire qu’il surveille. On fait de l’obéissance aux ordres de la direction du Hamas la cause du déclenchement de la révolte populaire, comme s’il avait le pouvoir d’enrégimenter des milliers d’hommes, femmes et enfants, désespérés par leur condition, qui marchent vers la barrière pour qu’elle tombe. En d’autres temps, ne célébrait-on pas ces images de liberté et de lutte contre l’oppresseur ?

    Jérusalem n’est plus illégalement annexée, le Golan n’est plus un territoire syrien annexé illégalement lui aussi. Certains parlent même de « frontière » du Golan israélien avec la Syrie. En d’autres termes, chroniqueurs et représentants politiques d’aujourd’hui sont en train de réviser l’histoire et de nous vendre la version israélienne sioniste de cette histoire. C’est Israël qui est attaqué, il a le droit de se défendre, sa sécurité prévaut sur celle de millions de Palestiniens et l’autorise à exercer toutes les mesures de violence dont l’usage d’armes illégales, contre lesquelles rien ne doit être entrepris.

    Une telle réécriture de l’histoire qui sacrifie tous les droits du peuple palestinien ne peut cependant tromper tout le monde, et elle est créatrice de colère et de ressentiment dans les sociétés civiles du monde entier pour qui « Palestinian Lives Matter » : les vies palestiniennes comptent aussi.

    L’écart s’accroît entre ces sociétés et leurs gouvernements et on comprend qu’elles assument de pallier la vacance coupable de l’application du droit, par l’outil d’un boycott civil. La campagne de Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) qui prévoit boycott et désinvestissement pour obtenir les sanctions internationales chargées de faire respecter le droit acquiert ici toute sa légitimité.

    Au lendemain du massacre devrait s’ouvrir une « saison culturelle France Israël » inaugurée par le Président Macron et Nétanyahou au Grand Palais le 5 juin, date anniversaire du début de la guerre de 1967. Cette saison dans un tel contexte ne peut qu’ajouter la honte au dégoût. Les acteurs du monde culturel français ne peuvent décemment collaborer à cette funeste mascarade.

    (1) https://www.amnesty.fr/controle-des-armes/actualites/israel-a-quand-un-embargo-sur-les-armes

    #Palestine #Nakba #Gaza #Marche_du_retour #BDS #vocabulaire #réécriture_de_l’histoire

    Soutiens d’artistes :
    https://seenthis.net/messages/693020
    https://seenthis.net/messages/696377


  • Unseen photographs of civil rights conflict in Birmingham, Alabama, 1963 | US news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/us-news/gallery/2018/may/12/unseen-photographs-of-civil-rights-conflict-in-birmingham-alabama-1963

    In spring 1963, African American civil rights activists in Alabama started the Birmingham campaign, a series of sit-ins, boycotts and marches against segregation laws. The peaceful demonstrations were met with violence, teargas and police dogs. The events were a turning point in the civil rights movement, making front-page news around the world. The Observer dispatched photographer Colin Jones to cover the story and capture the activism centred around the 16th Street Baptist church. Many of these images, discovered in the Observer’s picture archive, have never before been published.

    #racisme #droits_civiques #états-unis


  • Rewriting the Story of Civil Rights.
    https://www.themarshallproject.org/2018/04/30/rewriting-the-story-of-civil-rights

    What does it mean to “change a narrative?” Bryan Stevenson has been insisting on the importance of changing the narrative on criminal justice since he published his best-selling book, “Just Mercy”, in 2014. He’s a death penalty lawyer who likes to say, “We have a system of justice that treats you better if you’re rich and guilty than if you’re poor and innocent.” The notion that locking up more bad guys makes us safer is hard to shake. Law-and-order rhetoric has a new friend in the White House, with an attorney general who wants to double down on harsh sentences. And Stevenson, with the opening of a new museum and lynching memorial that I attended in Montgomery, Alabama, last week, has chosen a more revolutionary approach to fixing criminal justice than the skilful lawyering for which he’s well known. He is rewriting the history of the civil rights movement.To those who follow criminal justice, Stevenson’s new narrative may not sound so new. Lawyer Michelle Alexander argued in her influential 2010 book, “The New Jim Crow”, that white supremacy was never fully vanquished, as slavery gave rise to the horrors of the Jim Crow south. Virulent racism survived the civil rights movement, too, as Jim Crow morphed into a criminal justice system that continues to lock up African-Americans disproportionately. Millions have read Alexander’s book, or seen the video version of it in Ava Duvernay’s 2016 documentary, “13th”.Stevenson is also trying to spread this narrative beyond the criminal justice cognoscenti. His TED talk has been viewed nearly 5 million times, and he has indefatigably toured college campuses and corporate headquarters in recent years, making the case for mercy. Stevenson, who sits on the advisory board of The Marshall Project, once told me that he turns down the majority of the media requests that come his way. Instead, delivering a stump speech that verges on sermon, he seems to be trying to change America one auditorium at a time.


  • Ida B. Wells and the Lynching of Black Women.
    https://mobile.nytimes.com/2018/04/28/opinion/sunday/ida-b-wells-lynching-black-women.html?smid=tw-nytopinion&smtyp=cur

    At least 130 black women were murdered by lynch mobs from 1880 to 1930. This violence against black women has long been ignored or forgotten. Not anymore. Eliza Woods’s name is now engraved on one of the 800 weathered steel columns hanging from the ceiling of the National Memorial for Peace and Justice, which opened Thursday in Montgomery, Ala.

    When most Americans imagine lynching, they envision the tortured and mutilated body of a black man accused of raping a white woman. They rarely think of a black woman “stripped naked and hung.” Wells, however, was well aware that black women were victims of Southern mob violence and also targets of rape by white men.

    In 1892, when mobs across the South murdered more than 200 African-American men and women, including one of Wells’s closest friends, she began to systematically investigate lynchings. As I’ve noted in my academic work, she soon discovered that few victims had even been accused of rape. In an editorial, she wrote that “nobody in this section of the country believes the old threadbare lie that Negro men rape white women.” In retaliation, a white mob destroyed her press and warned Wells, who was in New York at the time, not to come back or risk death.


  • Des employés d’Amazon au Royaume-Uni feraient pipi dans des bouteilles par peur d’être punis s’ils prennent une pause
    https://quebec.huffingtonpost.ca/2018/04/16/employes-amazon-royaume-uni-pipi-bouteilles_a_23412668

    La compagnie nie tout en bloc.<p>Des employés d’Amazon au Royaume-Uni seraient si désespérés de garder leur emploi qu’ils utiliseraient des bouteilles …

    https://o.aolcdn.com/images/dims3/GLOB/crop/4556x2282+0+365/resize/630x315!/format/jpg/quality/85/http%3A%2F%2Fo.aolcdn.com%2Fhss%2Fstorage%2Fmidas%2Ffedd6c0a210378c27696a9


  • Pick the Statistic You Want to Be - Issue 59: Connections
    http://nautil.us/issue/59/connections/pick-the-statistic-you-want-to-be

    A woman named Ann Hodges was at her home in Sylacauga, Alabama, one day in 1954, napping on the couch under a big quilt, when a hunk of black rock crashed through the ceiling and hit her on the thigh. With that (unlucky) burst from the sky, she became the only confirmed person in history to have been hit by a meteorite. You probably shouldn’t spend a lot of time worrying about meteorite strikes since “it’s more likely you get hit by a tornado and a bolt of lightning and a hurricane all at the same time,” Florida State College astronomer Michael Reynolds said about that remarkable hit. And yet we do worry. Scientists say an asteroid that smashed into the earth 66 million years ago led to a change in climate that caused the extinction of the dinosaurs. It was long ago and rare, but who (...)


  • Lynching memorial in Alabama confronts a tortured past | CNN Travel
    https://www.cnn.com/travel/article/lynching-memorial-montgomery-alabama/index.html

    Montgomery, Alabama (CNN) — One of my first thoughts when I arrived in Montgomery, Alabama, and encountered the spring heat was this: How did enslaved men, women and children endure day after day?
    It was an odd thought, given that I’m a Southerner, and heat, certainly not spring heat, wouldn’t ordinarily be overwhelming, nor would it lead to thoughts of enslavement. But here, history is heavy, it’s immediate, and it’s everywhere. And the history that is most on display — in obvious and not-so-obvious ways — is deeply tied to slavery and its enduring aftermath.
    The streets here are named for Confederate generals. The state flag — the St. Andrew’s crimson cross on a field of white — evokes a Confederate flag. There’s a star at the Alabama State Capitol on the spot where Jefferson Davis became President of the Confederate States.

    #mémoire #monument #esclavage #racisme


  • Why 60 Minutes aired photos of lynchings in report by Oprah - CBS News

    https://www.cbsnews.com/news/why-60-minutes-aired-photos-of-lynchings-in-report-by-oprah

    Même remarque pour Eli Vallet :) qui signale cet opus sur son excellent fil (malheureusement sur FB).

    Why 60 Minutes aired photos of lynchings in report by Oprah

    The reason behind the broadcast’s decision to show graphic photographs of lynchings in this week’s report by contributor Oprah Winfrey

    2018 Apr 08 By Brit McCandless Farmer

    Wes Johnson was about 18 years old when he was murdered in a cotton field in southern Alabama. It was 1937, and according to newspaper reports at the time, a mob of men had dragged him from his jail cell before he could stand trial for the charge against him: assaulting a white woman. Today, only one photograph is known to exist of Johnson, a single picture to preserve his image for posterity—his lifeless body hanging from a tree.

    Bryan Stevenson wants to honor the legacy of Johnson, and thousands like him, with a new memorial for victims of lynching in America. Stevenson is a lawyer and founder of the Equal Justice Initiative, a non-profit organization that investigates the lynchings of African Americans. To commemorate the victims whose cases they’ve examined, the organization recently bought six acres of land in Montgomery, Alabama and constructed a memorial.