provinceorstate:colombie-britannique

  • #Féminicides : un collectif demande à Emmanuel Macron de prendre « cinq mesures immédiates »
    https://www.francetvinfo.fr/societe/violences-faites-aux-femmes/un-collectif-demande-a-emmanuel-macron-de-prendre-cinq-mesures-immediat

    Ce texte appelle notamment à « donner la consigne ferme aux commissariats et gendarmeries qu’aucune femme victime de violence au sein du couple ne reste sans réponse » et à augmenter le nombre d’ordonnances de protection attribuées en France (1 300 par an actuellement, contre 20 000 en Espagne). Sont également demandées la « suspension de l’autorité parentale d’un père meurtrier le temps de l’instruction », l’ouverture de places d’hébergement supplémentaires et la mise en place d’un « plan de détection systématique des violences à l’hôpital ».

    Un lien dans l’article renvoie vers les principaux chiffres sur les violences au sein du couple : https://stop-violences-femmes.gouv.fr/les-chiffres-de-reference-sur-les.html

    De très intéressantes et régulières études sont publiées sur ces violences par la délégation aux victimes du ministère de l’intérieur. On trouvera à la suite les rapports pour les années 2017 (a), 2016 (b) et les plus anciens (c) :
    a. https://www.centre-hubertine-auclert.fr/sites/default/files/fichiers/etude-nationale-sur-les-morts-violentes-au-sein-du-couple-a
    b. https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/wp-content/uploads/2017/09/Etude-nationale-sur-les-morts-violentes-au-sein-du-couple
    c. https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/publications/droits-des-femmes/lutte-contre-les-violences/morts-violente-au-sein-du-couple

  • Making Playgrounds a Little More Dangerous - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/05/10/well/family/adventure-playgrounds-junk-playgrounds.html

    “Sometimes parents hover by the fence and watch their kids like animals in a zoo,” said Rebecca Faulkner, the executive director of play:groundNYC, the nonprofit that runs The Yard, which opened in 2016. “I tell them, ‘You don’t need to worry, you don’t need to tell them what to do. Just sit back and relax.’”

    Children are better at figuring out how to have fun than many adults who build playgrounds for them, Ms. Faulkner said. And they can also figure out how to play safely — even in a place that looks more like a junkyard than a playground.

    “We’ve had our share of bruises and scrapes,” she said. “But we’ve never had a serious injury.”

    Joey’s father, Christopher Gunderson, a sociology professor at Howard University, watched the action with other parents from a lawn chair outside the playground. “Kids grow up in these really controlled environments,” he said. “This is a place where they can run wild.”

    “Play nowadays is totally structured,” Joey’s grandfather, Fred Klonsky, a retired elementary school teacher, chimed in. “They play organized sports supervised by adults, even their disputes are settled by adults. Kids used to work all that stuff out themselves.”

    The Danish landscape architect Carl Theodor Sorensen was bothered by the same trends over 70 years ago. He noticed that children in Copenhagen during World War II preferred to play in abandoned lots and construction sites than on the well-appointed asphalt playgrounds that had been built for them.

    This daredevil behavior born of frustration is a main cause of playground accidents, said Mariana Brussoni, a scientist with the Child & Family Research Institute in Vancouver, British Columbia.

    “I came to the counterintuitive conclusion that engaging in risk is actually very important in preventing injuries,” said Dr. Brussoni, who conducted a systematic review of the scientific literature on playground safety in 2015. “Children are learning how their bodies work, how the world works,” she said. “They are learning fundamental skills that ultimately protect them.”

    And there appear to be social gains as well.

    A 2017 randomized controlled trial conducted in New Zealand found that children (ages 6 through 9) who participated in what the researchers called “free range play” were happier at school, more engaged with other children and less likely to report being bullied during recess than those whose play time was more structured.

    Still, many parents remain wary.

    “People perceive that the world is getting more dangerous. Parental fears are on the rise,” Dr. Brussoni said. She speculated that it was fueled by media attention to child kidnappings and other crimes. Yet “the data shows that it has never been a safer time to be a child,” she said — a contention backed up by a 2016 report by the Department of Justice.

    #Education #Terrains_de_jeu

    • Je ne m’attendais pas à un tel débat en postant cet article.
      Il faut quand même se dire que cela vient des États-Unis, un pays dans lequel des enfants qui vont tous seuls à pied à l’école peuvent se faire arrêter et les parents convoqués pour abandon d’enfant. Il y a à Chicago des associations pour défendre le droit des enfants d’aller seuls à l’école !
      Donc penser qu’il y a des terrains d’aventure ouverts qui ne sont pas des espaces d’ennui clinique à New York me semble plutôt une bonne chose.
      Et aussi que l’imagination qui transforme l’univers à disposition en baguettes magiques, épés-lasers et autre maisons dans la prairie me semble plus profitable que de déplacer des artefacts si jolis et semblables à leurs objectifs dans des jeux vidéos.
      Il me semble également que la paranoia parentale actuelle va finir par briser le plaisir et l’envie pour les générations à venir. J’espère au fond que les gamins d’aujourd’hui faut autant de bêtises interdites que j’en faisais, et que tout simplement on ne les voit pas ;-)

  • Les peuples autochtones de la Colombie-Britannique récoltent des mollusques et crustacés dans des jardins de palourdes spécialement aménagés depuis au moins 3 500 ans. (ce qui confirme leur statut de chasseur-cueilleurs sédentaires-stockeurs) .

    Les jardins de palourdes sont des structures maricoles traditionnelles composées d’une paroi rocheuse et d’une terrasse plate qui servent d’habitat protégé aux palourdes dans les zones intertidales des plages. On sait que ces jardins augmentent la productivité et l’abondance des palourdes et constituent depuis longtemps une source de nourriture importante pour les cultures autochtones côtières. Cependant, étant donné que ces jardins ont souvent des histoires de formation complexes, il peut être difficile de les dater et il est donc difficile de suivre les tendances de la mariculture au fil du temps.

    Dans cette étude, Smith, Lepofsky et leurs collègues ont enquêté sur neuf anciens jardins de palourdes de Quadra Island, en Colombie-Britannique. Sur chaque site, ils ont identifié des échantillons appropriés pour limiter l’âge de la construction des jardins, en se concentrant sur des échantillons de coquilles provenant de l’intérieur ou sous les murs du jardin et sous les terrasses. Au total, ils ont recueilli 35 dattes au radiocarbone sur les coquilles de palourdes, d’escargots et de balanes datant d’au moins 3 500 ans jusqu’au 20ème siècle.

    Les auteurs ont également corroboré leurs dates avec des données sur l’historique régional de l’évolution du niveau de la mer et avec des dates d’autres fonctions de gestion marine de la région. Ils fournissent un ensemble de lignes directrices pour déterminer l’âge exact de trois formes différentes de jardins de palourdes, qui, espèrent-ils, permettront un suivi plus détaillé de l’histoire de la mariculture dans les Amériques. Ils notent toutefois que leurs méthodes ne sont qu’un début et qu’il faudra probablement les affiner dans les jardins de palourdes et autres sites maricoles de régions et d’âges différents.

    Les auteurs ajoutent : « En documentant que les jardins de palourdes ont au moins 3 500 ans, cette étude confirme ce que les premières nations côtières du Nord-Ouest du Pacifique ont toujours su gérer les palourdes, sous la forme de jardins, et que c’était une pratique ancestrale pour la sécurité alimentaire à long terme ».

    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=inline&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0211194.g001
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=inline&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0211194.g002
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=inline&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0211194.g003
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=inline&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0211194.g004
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=medium&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0211194.g005
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=inline&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0211194.g006

    #Préhistoire #Age_du_Bronze #Nord-Ouest #Amérique #Alimentation #3500BP

    3500 years of shellfish mariculture on the Northwest Coast of North America

    Nicole F. Smith, Dana Lepofsky, Ginevra Toniello, Keith Holmes, Louie Wilson, Christina M. Neudorf, Christine Roberts. 3500 years of shellfish mariculture on the Northwest Coast of North America. PLOS ONE, 2019 ; 14 (2) : e0211194 DOI : 10.1371/journal.pone.0211194

  • Un code caché dans l’art de l’âge de pierre pourrait être la racine de l’écriture humaine.

    | New Scientist

    Bon n’exagérons rien : « code caché ». Ben voyons. C’est juste parce qu’on ne sait pas encore « lire » ces signes. Comme l’a dit Geneviève Von Petzingerdans sa conférence Tex, « ces signes voulaient dire quelque chose à l’époque du Paléolithique ». Il n’y a donc pas de « code caché ».

    J’ai fait quelques recherches car je ne connaissais pas du tout cette chercheuse de l’université de Victoria, BC, Canada.

    Voici donc cinq articles de G Von Petzinger :
    http://uvic.academia.edu/GenevievevonPetzinger , dont sa thèse partielle de Master of Art (diplôme de deuxième cycle, postgraduate), 2009 suite à son BA de 2005 : https://www.academia.edu/2638343/Making_the_abstract_concrete_the_place_of_geometric_signs_in_French_upper_ (si j’ai bien compris sa présentation...).

    Sa page sur researchgate : https://www.researchgate.net/profile/Genevieve_Petzinger

    et sa bio sur TED : https://www.ted.com/profiles/942423

    La page de la fondation Bradshaw
    http://www.bradshawfoundation.com/geometric_signs/geometric_signs_france.php
    La bibliographie est un peu datée... mais souhaitons que sa thèse de Phd en cours nous en apprendra plus.

    Les signes géométriques, une introduction
    Genevieve von Petzinger
    Département d’anthropologie, Université de Victoria (Canada)
    https://www.hominides.com/html/art/signes-geometriques-prehistoire.php

    Sinon, il y a des recherches en cours :
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1040618216310588?via%3Dihub
    en dehors des signes (voir aussi Emmanuel Guy, « Ce que l’art préhistorique dit de nos origines » et Alain Testart « Art et religion de Chauvet à Lascaux » avec un chapitre consacré à l’analyse des signes cette fois-ci.
    –------

    https://www.newscientist.com/article/mg23230990-700-in-search-of-the-very-first-coded-symbols

    #Préhistoire #Paléolithique #Art_pariétal #signes #Von_Petzinger

  • Le plus ancien traitement de minerai de plomb en Europe. Découvertes sur le site de Pietrele sur le Bas Danube, datant du 5ème millénaire avant notre ère.

    Onze contenants biconiques des sites de l’âge du cuivre, provenant des sites de Pietrele et de Blejeşti en Roumanie ont été étudiés à l’aide de la p-XRF. Dans la plupart des cas, des traces de plomb pourraient être mesurées sur leurs surfaces.

    Des échantillons de scories provenant de deux cuves et de l’argile d’une autre ont été analysés à l’aide de méthodes de laboratoire, à savoir la SEM, la DRX, la LIA et la microscopie optique.

    Les contenant étaient évidemment utilisés comme une sorte de creuset dans lequel des restes de scories et du minerai de galène ont été détectés. On ne sait toujours pas quel produit final a été obtenu en fondant de la galène de cette manière. La quantité de ces contenant dans la colonie de Pietrele, leur apparence en tant que biens funéraires à Pietrele et à Vărăști (Roumanie) et leur présence présumée dans un certain nombre d’autres colonies de peuplement de l’âge du cuivre en Roumanie et en Bulgarie montrent l’importance de ce phénomène. Cela devait être une pratique répandue et plus ou moins connue, une part importante des habitudes culturelles au cours d’une période donnée dans le Bas-Danube et probablement même plus loin. Pour la première fois, de vastes expériences sur le minerai de plomb peuvent être présentées dans un horizon chronologique clair, env. 4400–4300 avant notre ère en Europe du Sud-Est.

    The earliest lead ore processing in Europe. 5th millennium BC finds from Pietrele on the Lower Danube
    https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0214218
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?id=10.1371/journal.pone.0214218.g025&size=inline
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=inline&id=10.1371/journal.pone.0214218.g005
    #Néolithique #Plomb #Europe_de_l'est

  • #Meghan_Murphy : L’annulation de la subvention accordée à Vancouver Rape Relief démontre que le transactivisme constitue une attaque contre les femmes
    https://tradfem.wordpress.com/2019/03/24/lannulation-de-la-subvention-accordee-a-vancouver-rape-relief-dem

    Jeudi dernier le 14 mars, les conseillers municipaux de Vancouver ont voté en faveur de supprimer le financement du plus ancien centre d’aide aux victimes de viol et maison de transition au Canada. Le Vancouver Rape Relief & Women’s Shelter (VRRWS) recevait des fonds municipaux depuis plus de 10 ans. Bien que VRRWS recevra ces fonds cette année, le Conseil a décidé que la subvention ne sera pas renouvelée l’an prochain, à moins d’un changement de la position de l’organisme de maintenir un espace réservé aux femmes. Cette subvention, d’une valeur approximative de 30 000 $, sert à l’éducation et à la sensibilisation du public.
    Les efforts de suppression de ces fonds ont été pilotés par des transactivistes de la région, notamment Morgane Oger, vice-président du NPD de la Colombie-Britannique, qui a fait l’objet de nombreuses plaintes de la part de citoyennes, étant accusé de diffamation et de harcèlement de féministes par Internet.

    Lors d’une réunion du conseil municipal mercredi, Hilla Kerner, membre du collectif VRRWS, a fait remarquer que personne n’avait informé l’organisation que cette subvention serait discutée et éventuellement interrompue à la suite de cette discussion, ce qui signifie que, si les militantes de VRRWS n’avaient pas été informées en privé, elles n’auraient eu ni soutien lors de cette réunion ni aucune possibilité pour se défendre. « Personne n’a pris la peine de nous inviter à expliquer notre position, nos pratiques, notre politique et nos services », a déclaré Madame Kerner.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.feministcurrent.com/2019/03/20/discontinuation-of-grant-to-vancouver-rape-relief-shows-trans-activ

    #transactivisme #centre_d'accueil #violences_masculines #Vancouver #viol #femmes

  • Une discrimination antifemmes imposée au nom de l’inclusion - déclaration de l’organisme Vancouver Rape Relief and Women’s Shelter (Partager librement)
    http://tradfem.wordpress.com/2019/03/17/une-discrimination-antifemmes-imposee-au-nom-de-linclusion

    Le 14 mars 2019, à la fin d’un processus imparfait et inéquitable, le Conseil municipal de Vancouver a voté l’interruption de la subvention annuelle qui nous est accordée pour soutenir notre travail d’éducation publique.
    La décision du Conseil municipal entend nous forcer à changer notre position et notre pratique de réserver certains de nos services de base aux femmes nées de sexe féminin. La conformité de notre organisation au Human Rights Code de la Colombie-Britannique a été confirmée en 2003 par la Cour suprême de la Colombie-Britannique, en 2005 par la Cour d’appel de la Colombie-Britannique et en 2007 par la Cour suprême du Canada.
    La tentative du Conseil municipal de Vancouver de miner notre autonomie en tant que groupe de femmes – de décider qui nous servons, qui sont nos membres et avec qui nous menons un travail d’organisation – est contraire à l’éthique et n’a pas sa place dans une société démocratique.
    La décision du Conseil municipal de supprimer le financement de Vancouver Rape Relief and Women’s Shelter est discriminatoire. De nombreuses subventions de la ville de Vancouver sont accordées à des organismes qui offrent des programmes et du soutien réservés à des groupes particuliers, comme les jeunes Autochtones, les aîné.e.s d’origine chinoise, les personnes sourdes et les travailleuses et travailleurs migrants. A juste titre, aucun de ces groupes n’a été confronté à l’exigence de faire preuve « d’accommodement, d’accueil et d’ouverture aux personnes de tous âges, capacités… et ethnies ». Adresser une telle exigence à ces organisations serait incompréhensible, car elle irait à l’encontre de l’essence et du but de leur travail. Pourtant, c’est ce qu’on réclame de nous au nom de l’« inclusion ».

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.rapereliefshelter.bc.ca/learn/resources/discrimination-against-women-name-inclusion-statement-vancouver

    #identité_de_genre #violence #inclusion #aide_aux_victimes #centre_d'accueil

  • Des plébéiens aux « gilets jaunes »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/01/18/des-plebeiens-aux-gilets-jaunes_5410980_3232.html

    Dans sa tribune au « Monde », Claudia Moatti, professeure d’histoire antique, compare le comportement des sénateurs ­romains du dernier siècle de la République avec les politiciens d’aujourd’hui, qui, tout en reconnaissant l’utilité des révoltes passées, condamnent celles de leur époque.

    Tribune. Le paradoxe est éclatant : nous transformons en patrimoine la Révolution française mais nous tremblons devant les rébellions actuelles. Nous nous comportons ainsi comme les sénateurs ­romains du dernier siècle de la République, qui, tout en reconnaissant l’utilité des révoltes passées (les ­fameuses sécessions de la plèbe du Ve siècle avant notre ère), condamnaient celles de leur époque. Les historiens qui écrivirent sous l’Empire voyaient pourtant plus qu’une analogie entre les deux. Au moment où la situation politique nous met en demeure, à notre tour, de réfléchir et de comprendre l’état de notre société, leur récit a quelque chose à nous apprendre.

    Nous sommes en 494 avant notre ère, au début de ce que nous appelons la République romaine, quelques années après l’expulsion du dernier roi de Rome, Tarquin le Superbe ; les plébéiens, cette part de la population romaine qui n’avait aucun accès aux charges politiques et religieuses de la cité mais qui n’en était pas moins constamment appelée à défendre la patrie par les armes, réclama l’abolition des dettes. Ce que saisissaient les historiens, c’était à la fois l’état de pauvreté et de nécessité où la plèbe se trouvait, la cruauté des créanciers, et la surdité des sénateurs : une surdité de gens arrogants, hautains, et sans pitié.

    Ce qu’ils tâchaient de faire entendre aussi, c’est qu’un problème qui n’est pas résolu immédiatement est destiné à empirer ; et de fait les plébéiens, excédés, finirent par réclamer non seulement l’abolition des dettes mais aussi des droits politiques, par exemple la création de magistrats pour les défendre. Voici donc que de sociale la requête se fit politique.

    #paywall

    • Ça devient de plus en plus difficile de créditer les images : celles-ci ne figurant pas sur la page web… mais apparait dans l’extrait pris par le bookmarklet ST

      Et donc, ici


      Gaius Gracchus attempted to enact social reform in Ancient Rome but died at the hands of the Roman Senate in 121 B.C.
      sur le site du Smithsonian Institute, dans un article de novembre 2017 au contenu très proche de l’article ci-dessus (même s’il s’agit des Gracques et non de l’apologue des membres et de l’estomac de Ménénius Agrippa à l’époque des Sécessions de la plèbe (494 avant notre ère) où celle-ci décida de se retirer sur les ronds-points euh, non ! sur l’Aventin (je confonds toujours…)

      et donc, peut-être ! :
      Paul Fearn/Alamy

      et l’article illustré par C. Gracchus

      Before the Fall of the Roman Republic, Income Inequality and Xenophobia Threatened Its Foundations | History | Smithsonian
      https://www.smithsonianmag.com/history/fall-roman-republic-income-inequality-and-xenophobia-threatened-its-

      What inspired you to look into this story?
      When I was doing the History of Rome [podcast], so many people asked me, ‘Is the United States Rome? Are we following a similar trajectory?’ If you start to do some comparisons between the rise and development of the U.S. and rise and development of Rome, you do wind up in this same place. The United States emerging from the Cold War has some analogous parts to where Rome was after they defeated Carthage [in 146 B.C.]. This period was a wide-open field to fill a gap in our knowledge.

      One topic you describe at length is economic inequality between citizens of Rome. How did that come about?
      After Rome conquers Carthage, and after they decide to annex Greece, and after they conquer Spain and acquire all the silver mines, you have wealth on an unprecedented scale coming into Rome. The flood of wealth was making the richest of the rich Romans wealthier than would’ve been imaginable even a couple generations earlier. You’re talking literally 300,000 gold pieces coming back with the Legions. All of this is being concentrated in the hands of the senatorial elite, they’re the consuls and the generals, so they think it’s natural that it all accumulates in their hands.

      At the same time, these wars of conquest were making the poor quite a bit poorer. Roman citizens were being hauled off to Spain or Greece, leaving for tours that would go on for three to five years a stretch. While they were gone, their farms in Italy would fall into disrepair. The rich started buying up big plots of land. In the 130s and 140s you have this process of dispossession, where the poorer Romans are being bought out and are no longer small citizen owners. They’re going to be tenant owners or sharecroppers and it has a really corrosive effect on the traditional ways of economic life and political life. As a result, you see this skyrocketing economic inequality.

      par Mike Duncan, à propos de son livre
      The Storm before the Storm, The Beginning of the End of the Roman Republic, New York Times Bestseller, octobre 2017

      http://thestormbeforethestorm.com

  • Le mouvement des gilets jaunes progresse au Canada AFP - 10 Janvier 2019 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_le-mouvement-des-gilets-jaunes-progresse-au-canada?id=10115514

    Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, interrogé sur des menaces proférées à son encontre sur des forums de « gilets jaunes » canadiens, a appelé jeudi ses compatriotes à « s’écouter les uns les autres », promettant de « répondre à leurs peurs ».

    En visite dans l’ouest canadien depuis mardi, le dirigeant libéral a été accueilli à plusieurs reprises par des manifestants portant le fameux gilet jaune fluorescent devenu le symbole d’une fronde sociale qui agite la France depuis deux mois et qui a désormais essaimé à l’étranger.

    Plusieurs groupes de gilets jaunes, "yellow vests" en anglais, ont été formés ces derniers jours au Canada sur Facebook. L’un d’eux compte plus de 100.000 membres, avec des propos virulents portés contre Justin Trudeau, tant pour la taxe carbone que son gouvernement vient d’imposer que pour sa défense du multiculturalisme et de l’immigration.

    Plusieurs membres de ces groupes y ont ouvertement menacé le Premier ministre de violences, voire lancé des appels à le tuer, a constaté l’AFP.

    Menaces prises au sérieux
    La police fédérale a pour sa part indiqué "être au courant des commentaires faits sur Facebook", assurant « prendre toute menace contre le Premier ministre très au sérieux ». Interrogé au sujet de ces menaces, Justin Trudeau a rappelé que le Canada était « un pays où les gens sont encouragés à parler ouvertement, à exprimer leurs opinions et préoccupations (...) C’est l’une des forces de notre démocratie ».

    « Avec un pays aussi diversifié que le Canada (...), il est important de s’écouter les uns les autres avec attention, car c’est la seule manière pour élaborer les solutions qui vont nous garder unis et nous faire avancer dans la bonne direction », a fait valoir le dirigeant canadien, lors d’une conférence de presse en Colombie-Britannique.

    Grande mobilisation attendue ce weekend
    Ces propos interviennent alors que des groupes de « gilets jaunes » canadiens ont appelé à un weekend de mobilisation à travers le Canada les 12 et 13 janvier, évoquant un « acte I », en référence au vocabulaire adopté par les manifestants français. 

    Comme le Canada compte très peu de ronds-points, lieux de prédilection des « gilets jaunes » français pour bloquer la circulation, et comme il fait particulièrement en froid en janvier, les manifestants canadiens sont appelés à se réunir dans les populaires cafés Tim Hortons : le pays en compte près de 4000, du Pacifique à l’Atlantique.

    #Gilets_jaunes #Canada @Justin_Trudeau #ronds-points

    • Trudeau veut rassurer les gilets jaunes canadiens AFP - 11 Janvier 2019 - Le Devoir
      https://www.ledevoir.com/societe/545269/trudeau-veut-rassurer-les-gilets-jaunes

      Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, interrogé sur des menaces proférées à son encontre sur des forums de « gilets jaunes » canadiens, a appelé jeudi ses compatriotes à « s’écouter les uns les autres », promettant de « répondre à leurs peurs ».


      Photo : Michael Bell La Presse canadienne Les manifestants canadiens sont appelés à se réunir dans les populaires cafés Tim Hortons. 

      En visite dans l’Ouest canadien depuis mardi, le chef libéral a été accueilli à plusieurs reprises par des manifestants portant le fameux gilet jaune fluorescent devenu le symbole d’une fronde sociale qui agite la France depuis deux mois et qui a désormais essaimé à l’étranger.

      Plusieurs groupes de gilets jaunes ont été formés ces derniers jours au Canada sur Facebook, l’un d’eux comptant plus de 100 000 membres, avec des propos virulents contre M. Trudeau, tant pour la taxe carbone que pour sa défense du multiculturalisme et de l’immigration. Plusieurs membres de ces groupes y ont ouvertement menacé le premier ministre de violences, voire lancé des appels à le tuer.

      Au Québec, le mouvement semble plus embryonnaire. Quelques pages de gilets jaunes ont fait leur apparition sur Facebook, comptant parfois des dizaines, voire des centaines de membres. La plus populaire de ces pages, « Gilets Jaunes du Québec (Libre) », regroupe 5780 membres.

      La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a pour sa part dit « prendre toute menace contre le premier ministre très au sérieux ».

      Interrogé au sujet de ces menaces, M. Trudeau a rappelé que le Canada était « un pays où les gens sont encouragés à parler ouvertement, à exprimer leurs opinions et préoccupations […] C’est l’une des forces de notre démocratie ».

      « Si des gens sont en désaccord avec ce que je fais, ou [remettent en question] l’action du [gouvernement], je veux pouvoir les entendre. Je veux pouvoir échanger avec eux et discuter pour voir comment avancer ensemble », a-t-il déclaré, disant vouloir « répondre à leurs peurs, leurs préoccupations, leurs inquiétudes ».

      Ces propos surviennent alors que des groupes de gilets jaunes canadiens ont appelé à une fin de semaine de mobilisation à travers le Canada les 12 et 13 janvier, évoquant un « acte I », en référence au vocabulaire adopté par les manifestants français.

      Comme le Canada compte très peu de carrefours giratoires — lieux de prédilection des gilets jaunes français pour bloquer la circulation — et comme il fait particulièrement froid en janvier, les manifestants canadiens sont appelés à se réunir dans les populaires cafés Tim Hortons.

  • Gilets jaunes Pour le directeur d’Auchan Grande-Synthe, le mois de novembre est « fichu » Estelle Jolivet Et B. C. - 21 Novembre 2018 - la voix du mort
    http://lavdn.lavoixdunord.fr/492872/article/2018-11-21/le-directeur-d-auchan-depite-apres-les-blocages-des-gilets-jaunes

    Les répercussions du mouvement des Gilets jaunes ne se sont pas ressenties uniquement sur les conditions de circulation. La fréquentation des enseignes de la grande distribution a également été fortement touchée. En premier lieu Auchan, à Grande-Synthe...

    Isolés des flux de circulation par deux points de blocage, entre vendredi soir et lundi soir, l’hypermarché Auchan Grande-Synthe et sa zone commerciale ont compté parmi les commerces les plus pénalisés de l’agglomération. « Samedi, on a fait -90 % de chiffre d’affaires par rapport à un samedi normal et -50 % pour la journée de lundi, rapporte le directeur de l’hypermarché, Thierry Puentes, qui était loin d’imaginer une action d’une telle ampleur. Le magasin était désert, samedi. On n’avait rien anticipé, ni au niveau des commandes, ni des effectifs. On a arrêté les préparations (pains, viennoiseries, gâteaux) l’après-midi, en voyant que ça ne s’améliorerait pas. Certains collaborateurs n’ont même pas pu venir travailler. » Thierry Puentes se dit « dépité, consterné » et constate, amer, que « l’impact a été beaucoup plus fort pour Auchan que pour les autres grandes surfaces. Notre mois de novembre est fichu ».

    Carrefour Saint-Pol-sur-Mer aussi
    Reste le Black Friday – une journée de soldes exceptionnels sur Internet et dans les commerces – vendredi et la première ouverture de l’hypermarché le dimanche matin, prévus ce week-end. Thierry Puentes appréhende de nouveaux blocages et espère que les autorités empêcheront les Gilets jaunes de paralyser de nouveau l’activité commerciale de la zone.

    Du côté de l’hypermarché Carrefour, à Saint-Pol-sur-Mer, la direction ne souhaite pas s’exprimer sur l’ampleur de l’impact du mouvement sur le chiffre d’affaires mais confirme : « Nous avons été fortement pénalisés, dès samedi, indique le directeur, Fahad Ras-Laine. Nous sommes restés ouverts mais nous avons mis tous nos efforts pour assurer la sécurité de nos équipes et des clients lors des allers-retours des Gilets jaunes dans le magasin et la galerie marchande. »

    Dans les petites surfaces de proximités, comme au Carrefour Express à Malo-les-Bains, le mouvement des Gilets jaunes a eu des répercussions sur l’approvisionnement du magasin. Jusqu’à mardi soir, des affiches informaient les clients de la raison du manque de produits dans les rayons.
    Nous ne sommes pas parvenus à contacter Cora Coudekerque-Branche et Leclerc Quaëdypre.

    #giletsjaunes #auchan #Carrefour #haut-de_France #enmarche vers la #décroissance !

  • Les dilemmes moraux de l’humanité à l’épreuve de la voiture autonome
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/10/24/les-dilemmes-moraux-de-l-humanite-a-l-epreuve-de-la-voiture-autonome_5374081

    Une étude révèle les préférences de 2,5 millions de personnes contraintes de choisir les victimes d’un accident.

    Peut-on tuer un vieillard pour sauver un enfant ? Toute vie humaine a-t-elle au contraire la même valeur, sans considération d’âge, de genre ou d’état de santé ?

    Ces questions, médecins, assureurs et militaires se les posent depuis longtemps. « Mais jamais dans l’histoire de l’humanité avons-nous autorisé une machine à décider seule qui doit vivre et qui doit mourir, sans supervision humaine, en temps réel. Nous allons franchir cette barrière prochainement, pas sur un lointain champ de bataille, mais dans un des aspects les plus banals de notre vie, le transport quotidien. »

    L’équipe de scientifiques français et américains qui lance cette prophétie vise la voiture autonome, future vedette de l’automobile. Dans la revue Nature du jeudi 25 octobre, ces psychologues, anthropologues et spécialistes de l’intelligence artificielle (IA) poursuivent : « Avant d’autoriser nos voitures à prendre des décisions éthiques, il importe que nous ayons une conversation globale pour exprimer nos préférences aux entreprises qui concevront les algorithmes moraux et aux responsables politiques qui vont les réguler. »

    Les chercheurs avaient déjà ouvert cette grande discussion en 2016 dans la revue Science. Les personnes alors interrogées se prononçaient massivement en faveur d’algorithmes sauvant le maximum de vies. Leur position fléchissait toutefois si eux-mêmes ou un membre de leur famille se trouvait impliqué. L’échantillon qui avait été interrogé rassemblait un peu moins de 2 000 personnes.

    « Sauver les enfants »

    L’article de Nature rend compte d’une entreprise d’une tout autre ampleur. Plus de 2,5 millions de personnes venues de quelque 230 pays ou territoires ont cette fois livré leur choix. Pour recueillir une telle masse d’informations, Edmond Awad et Iyad Rahwan du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Azim Shariff de l’université de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) et Jean-François Bonnefon, de l’Ecole d’économie de Toulouse, ont conçu un site Internet.

    Ils n’y posent pas de simples questions – rapidement vertigineuses – mais placent le participant devant des scénarios. Par exemple, les freins d’une voiture autonome lâchent. A bord, une femme et un enfant. Sur la route, trois personnes âgées traversent au rouge. Faut-il continuer tout droit et écraser les passants ou braquer et tuer les passagers ? Et si un chien s’invite sur la banquette ? Ou si l’on remplace les vieillards par un sans-abri et une femme enceinte ? L’aspect ludique de l’expérience et des relais influents de la planète numérique (YouTube, Reddit) ont assuré le succès de l’opération.

    Les quelque 40 millions de décisions prises par les internautes entre juin 2016 et janvier 2018 livrent de nombreux enseignements. « Sans surprise, trois positions se détachent : épargner le plus grand nombre, privilégier les humains sur les animaux et sauver les enfants », indique Jean-François Bonnefon.

    Sans surprise, mais pas sans poser question. En 2017, une commission d’éthique allemande sur les véhicules automatiques a émis les seules recommandations disponibles sur le sujet. Elle exclut toute préférence basée sur les caractéristiques personnelles, notamment l’âge… « L’opinion n’a pas forcément raison, poursuit le psychologue toulousain. Mais si un gouvernement décide d’imposer un autre choix, il doit être prêt à le défendre, notamment le jour où un enfant sera écrasé. »

    Préférences différentes selon les pays

    Au-delà de ces trois critères communs, six autres facteurs ont été examinés dans l’étude. Le statut social et le respect de la loi comptent : pour être sauvé, mieux vaut être socialement inséré et respecter les feux que sans-abri et traverser n’importe où. De même, mais de manière moins sensible, la probabilité d’être percuté augmente si l’on est obèse et baisse si l’on est une femme. Autant de positions peu sensibles aux variations individuelles.

    Les personnes sondées avaient la possibilité d’indiquer leur profil, ce que 492 921 personnes ont fait. Il apparaît que l’âge, l’éducation, le sexe, les revenus, la religion ou encore les opinions politiques n’expliquent pas leurs choix moraux.

    En revanche, l’origine géographique pèse de façon importante. Les scientifiques ont en effet dressé les profils des 130 pays pour lesquels plus de 100 personnes avaient répondu. Trois groupes émergent. Le premier (Ouest) rassemble l’essentiel des pays occidentaux – mais pas la France – et tout le Commonwealth. Le second (Est) réunit l’Asie et une partie des nations de culture islamique. Enfin le troisième, au Sud, regroupe l’Amérique latine, quelques pays d’Europe centrale mais aussi la France, le Maroc, l’Algérie, la Polynésie… « Mes collègues américains ne voyaient pas le rapport. Moi, notre passé colonial m’a sauté aux yeux », raconte Jean-François Bonnefon.

    Entre ces trois grandes familles, certaines différences marquantes émergent. Ainsi, la préférence accordée aux jeunes est bien moins marquée à l’Est qu’au Sud. Idem pour le statut social : l’Orient y apparaît moins sensible que l’Occident et le Sud. En revanche, malheur à celui qui n’y respecte pas la loi.

    « Ces scénarios seront rares »

    « Une expérience de psychologie sociale à une telle échelle est vraiment rare », salue Grégory Bonnet, enseignant-chercheur à l’université de Caen et coordinateur du projet Ethicaa, sur l’éthique des systèmes autonomes.

    Néanmoins, l’exercice a ses limites. Ainsi, la représentativité des participants est biaisée. Ils sont majoritairement des hommes, près de 70 %, et dans la tranche d’âge 20-30 ans. Les chercheurs ont pu néanmoins « redresser » les résultats dans le cas des Etats-Unis, en tenant compte des données démographiques, sans modifier leurs conclusions.

    Autre réserve : ces scénarios ne refléteraient pas la réalité. Pour Grégory Bonnet, « il n’y a rarement que deux choix possibles sur une route et ces choix ne conduisent pas à des conséquences “blanches ou noires”, c’est-à-dire à la mort des personnes ».

    Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en informatique à Sorbonne Université, renchérit : « Ces scénarios seront rares, car les voitures autonomes sont conçues pour éviter de se mettre en danger. Or là, cela signifierait qu’elles n’ont pas vu certaines choses à temps, ou que des infractions ont été commises… » Il sourit également à l’idée que si les voitures s’interdisaient d’écraser des jeunes, ces derniers pourraient s’amuser à perturber le trafic en passant devant les véhicules

    « Dix ou cent décisions par seconde »

    « La voiture autonome ne prend pas une décision mais dix ou cent par seconde, ajoute Guillaume Devauchelle, directeur de la recherche et du développement chez Valéo. Avant de se trouver devant ce dilemme impossible, sans voie de dégagement possible, elle aura ralenti. Plus profondément, cet article regarde la mobilité de demain avec les yeux d’aujourd’hui. Or, tout le paradigme va changer. Si vous n’êtes pas au volant, le temps n’est plus perdu, la vitesse n’a plus la même valeur. Ces scénarios deviennent absurdes. »

    Autant d’objections que l’équipe franco-américaine connaît. « Quand nous avons commencé, beaucoup nous disaient que de tels dilemmes n’arriveraient jamais, assure Jean-François Bonnefon. Aujourd’hui, beaucoup s’y intéressent et certains travaillent avec nous. »

    Et puis la voiture n’est pas le seul intérêt de l’affaire. « On est parti de là et on en arrive à tracer un arbre phylogénétique moral de l’humanité », s’étonne-t-il. Du reste, le psychologue entend bien profiter de cette base, désormais ouverte à tous, pour fouiller cette carte du monde. Comment se transmettent les influences ? Qu’est-ce qui peut rapprocher Israël et la Jamaïque ? Et d’où vient l’exception française ? « Ça sera dans le prochain article », promet-il.

    • Tiens, c’est marrant, ça s’excite sur le sujet en ce moment. Du côté de la formalisation des dilemmes aussi. J’ai eu à examiner un papier sur le sujet en vue de son acceptation à une conférence il y a peu. Pourtant le titre ne laissait en rien présager qu’il parlait de ça ("The Weak Completion Semantics and Equality", un truc très très technique lié à la programmation logique), mais il se trouve que ça permet de très bien décrire les types de problèmes dont parle l’article du monde. Le résuméde l’article est là, le texte intégral n’est pas encore disponible (je ne connais pas la politique de diffusion des actes de cette conférence [petite rectification : l’article sera disponible en accès ouvert après que la conférence ait eu lieu]) :

      https://easychair.org/smart-program/LPAR-22/2018-11-21.html#talk:84999

    • Déjà abordé ici, en particulier là :
      https://seenthis.net/messages/731438

      Avec ce commentaire de ma part :

      Ce que je cherche c’est un article qui explique que la question est mal posée, et qu’il faut refuser d’y répondre. C’est un piège qui vise à nous faire accepter l’inacceptable en déplaçant la vraie question.

      Si la voiture hésite entre tuer une vieille ou un enfant, c’est qu’elle est mal construite et qu’il faut refuser de la lâcher dans la nature.

      #Tesla #algorithme #voiture #éthique #AI #question #piège #propagande

    • TU fais bien de répéter ton commentaire.
      Difficile de croire qu’on en est encore là - qu’on ose poser la question et qu’on ose y répondre. Donner à une machine le luxe de choisir entre buter un jeune ou un vieux signifie clairement que la machine a été déjà bien trop loin dans ses fonctions - et ses concepteurs bien trop loin dans leur dystopie.

      Je soupçonne même ces questionnements existentiel ô combien artificiels d’être une tentative de néo-colonialisme averti montrant combien les pays « du sud » et « de l’est » (c’est quoi ces termes ??) sont en retrait sur les critère de moralité des pays occidentaux (ou de l’élite capitaliste).

      Flippant.

      Luddites, réveillez-vous !
      Consciences, révoltez-vous !

      PS : source du Monde, l’étude du MIT :
      http://moralmachine.mit.edu

  • #Meghan_Murphy : Que faudra-t-il qu’il arrive pour qu’on parle franchement de la source du sadisme des hommes ?
    https://tradfem.wordpress.com/2018/10/08/que-faudra-t-il-quil-arrive-pour-quon-parle-franchement-de-la-sou

    Bonjour et bienvenue à l’édition de cette semaine sur Qu’est-ce qui peut bien clocher à ce point chez les hommes ?

    Je dois vous avertir que je n’aurai probablement pas de réponse à la fin de cette enquête, mais peut-être qu’un généreux confrère se sentira inspiré à éclairer notre pauvre lanterne.

    Je suis, bien sûr, hors de mon domaine d’expertise, car je n’ai jamais joui en étouffant un homme avec ma vulve, et je n’ai jamais rêvé non plus d’inviter un groupe de copines à venir torturer avec moi un homme jusqu’à ce qu’il pleure ou qu’il vomisse, tout en me masturbant et en le traitant de sale chien. Je n’ai jamais poussé un homme saoul dans une chambre, verrouillé la porte, et couvert sa bouche pour l’empêcher de respirer ou de crier, pour ensuite le baiser devant une copine en rigolant.

    Vous me trouverez peut-être coincée, mais faire mal à d’autres personnes ne m’excite pas. L’idée d’étrangler ou de torturer quelqu’un ne m’excite pas : ça me rend malade. Cela ressemble à quelque chose qu’on ferait à quelqu’un qu’on déteste, pas à quelqu’un qu’on désire. Et qui veut avoir des relations sexuelles avec une personne qu’on déteste ?

    Oh ? Ah bon…

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.feministcurrent.com/2018/10/06/will-take-honest-conversation-root-mens-sadism

    Meghan Murphy est écrivaine et journaliste autonome, secrétaire de rédaction du soir pour le site rabble.ca, et fondatrice et directrice du site Feminist Current. Elle a obtenu une maîtrise au département d’Études sur les femmes, le genre et la sexualité de l’Université Simon Fraser en 2012.
    Meghan a commencé sa carrière radiophonique en 2007, dans une caravane installée au milieu d’un champ de moutons. Son émission s’appelait « The F Word » et était diffusée à partir d’une toute petite île au large des côtes de la Colombie-Britannique. Elle a pleinement profité de la liberté que lui laissait cette radio pirate : buvant de la bière à l’antenne, lisant des passages d’Andrea Dworkin, et passant du Biggie Smalls. Elle est revenue à Vancouver, où elle a rejoint l’émission de radio elle aussi nommée, coïncidence, « The F Word », qu’elle a produite et animée jusqu’en 2012. Le podcast de Feminist Current est le projet « radio » actuel de Meghan, une façon de communiquer une analyse critique féministe progressiste à quiconque s’y intéresse. Feminist Current est une émission syndiquée à Pacifica Radio et hébergée par le réseau de podcasts Rabble.
    Meghan blogue sur le féminisme depuis 2010. Elle n’hésite pas à penser à contre-courant et a été la première à publier une critique des défilés Slutwalk, en 2011. C’est l’une des rares blogueuses populaires à développer en public une critique à la fois féministe radicale et socialiste de l’industrie du sexe. Les critiques adressées par Meghan au #twitterfeminism, à la mode du burlesque, à l’auto-objectivation des selfies, et au féminisme du libre choix lui ont valu une foule d’éloges et d’attaques, mais surtout une reconnaissance comme écrivaine qui n’a pas peur de dire quelque chose de différent, en dépit de ce que le féminisme populaire et les grands médias décrètent comme ligne du parti.
    Vous pouvez trouver ses écrits en version originale dans les médias Truthdig, The Globe and Mail, Georgia Straight, Al Jazeera, Ms. Magazine, AlterNet, Herizons, The Tyee, Megaphone Magazine, Good, National Post, Verily Magazine, Ravishly, rabble.ca, xoJane, Vice, The Vancouver Observer et New Statesman. Meghan a également participé à l’anthologie Freedom Fallacy : The Limits of Liberal Feminism.
    Elle a été interviewée par Radio-Canada, Sun News, The Big Picture avec Thom Hartmann, BBC Radio 5, et Al Jazeera, ainsi que dans de nombreux autres médias.
    Isabelle Alonso a publié une interview d’elle sur son blog.
    Vous pouvez la suivre sur Twitter @MeghanEMurphy.

    #sadisme #violences_masculines #torture snuff #BDSM

  • Les caractéristiques génétiques maternelles de la population de Tagars de l’âge du fer de Sibérie méridionale (1er millénaire avant JC)

    Pour ceux qui apprécie les études génétiques... Ce que j’en ai compris c’est qu’il y a eu des migrations d’ouest en est par deux fois (Age du Bronze et Age du Fer). Celles-ci ont donné les caractéristiques des populations de Sibérie méridionale.

    Si l’une ou l’un d’entre vous comprend mieux, je suis preneur.

    Pour en savoir un peu plus sur les Tagar :
    http://www.histoire-archeologie.com/Civilisations/tagar.html
    https://en.wikipedia.org/wiki/Tagar_culture

    #Age_du_Bronze #Age_du_Fer #Sibérie #Tagar
    #Académie_des_sciences_de_Russie #Aleksandr_S._Pilipenko_et_all

    https://doi.org/10.1371/journal.pone.0204062

    Maternal genetic features of the Iron Age Tagar population from Southern Siberia (1st millennium BC)
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=large&id=10.1371/journal.pone.0204062.g001
    https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0204062
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?id=10.1371/journal.pone.0204062.g008&size=inline
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=large&id=10.1371/journal.pone.0204062.g002

  • #Sanaz_Ahmadi : Les prisonnières ont-elles des droits ?
    https://tradfem.wordpress.com/2018/09/25/les-prisonnieres-ont-elles-des-droits

    #Kajsa_Ekis_Ekman a écrit la semaine dernière un article à propos d’un Suédois, Kristoffer Johansson*, qui sera bientôt transféré de la prison pour hommes de classe 1 (sécurité maximum) à la prison de sécurité pour femmes de classe 2. Il n’y a pas de prison pour femmes de classe 1 en Suède. Devinez pourquoi… #peaktrans #féminisme radical #marxisme #swepol

    Nous ne pouvons plus dorloter les émotions des hommes. Kristoffer Johansson a violé une femme, Vatchareeya Bangsuan. Il a étalé son sperme sur sa victime, puis l’a assassinée et débitée en morceaux. Il a ensuite feint de s’inquiéter de sa disparition et s’est joint à l’équipe de recherche de son cadavre. Le massacre de Vatchareeya Bangsuan fait partie de la terreur infligée par les hommes aux femmes.

    Le meurtre de Vatchareeya illustre une terreur avec laquelle les femmes grandissent et qui est normalisée par les institutions sociales. Ce n’est pas un hasard s’il était un homme et qu’elle était une femme. Et le fait que les émotions de Kristoffer aient aujourd’hui priorité sur la vie de femmes est une conséquence naturelle du patriarcat institutionnalisé.

    Le fait que la vie de Vatchareeya en tant que femme de couleur ne valait tellement rien que la peine de Kristoffer ait été réduite de moitié et le chef de meurtre réduit à celui d’homicide involontaire n’était pas un crachat suffisamment gros jeté au visage des femmes. Maintenant, des femmes qu’il n’avait pas encore atteintes se feront également cracher dessus.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.facebook.com/martindufresne/posts/10156357997406418?__tn__=K-R
    #prison #féminicide #meurtre #trans #femme #viol

  • Canada : Les surdoses mortelles d’opioïdes continuent d’augmenter Marie Vastel - 19 Septembre 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/537059/les-surdoses-mortelles-aux-opioides-continuent-d-augmenter

    Le nombre de décès causés par des surdoses liées aux opioïdes continue de se multiplier au Québec et au Canada. À tel point que, si la tendance des trois premiers mois de l’année se maintient, le nombre de morts surpassera celui de l’an dernier.
 

    Le Canada a maintenant perdu plus de 8000 vies, depuis janvier 2016, à cause de la crise des surdoses d’opioïdes qui sévit particulièrement à l’ouest du Québec, rapportait mardi l’Agence de la santé publique du Canada.


    Au cours des trois premiers mois de l’année 2018 seulement, ce sont 1036 personnes qui ont perdu la vie apparemment à cause d’une consommation d’opioïdes – une augmentation constante par rapport aux mêmes périodes en 2017 et en 2016. Au Québec, 82 décès liés à une consommation d’opioïdes ont été constatés entre janvier et mars 2018 : 320 en Ontario, 203 en Alberta et 390 en Colombie-Britannique.

    À ce rythme, pas moins de 328 personnes pourraient ainsi perdre la vie au Québec en 2018. En 2016, 235 décès avaient été constatés. En 2017, le gouvernement fédéral n’avait reçu que des chiffres incomplets du Québec, répertoriant seulement les décès survenus pendant la deuxième moitié de l’année, et ceux-ci s’élevaient à 181 décès.

    La tendance à la hausse est la même dans les provinces les plus touchées par ce phénomène. L’an dernier, 3996 personnes sont décédées de surdoses d’opioïdes au Canada (1473 en Colombie-Britannique et 1265 en Ontario), tandis que le chiffre atteignait 3005 personnes en 2016 (1011 en Colombie-Britannique et 867 en Ontario). Si on extrapole les statistiques du comité consultatif fédéral-provincial sur l’épidémie de surdoses d’opioïdes, dévoilées mardi, plus de 1500 personnes pourraient ainsi décéder en Colombie-Britannique cette année, plus de 800 en Alberta et près de 1300 en Ontario.

    Des décès constatés entre janvier et mars dernier, 94 % ont été classées comme des surdoses accidentelles. Et 73 % de celles-ci impliquaient la drogue #fentanyl (une drogue de synthèse qui peut être 100 fois plus forte que la morphine et qui est intégrée à certaines drogues du marché noir à l’insu des consommateurs).

    La ministre Petitpas-Taylor a déploré l’état de la crise. « Nous avons toujours dit qu’il n’y a pas de solution magique pour la crise des opioïdes. On va continuer de travailler en étroite collaboration avec les provinces et territoires, et aussi les gens qui travaillent dans la rue avec ces gens qui sont souvent affectés par la crise des opioïdes », a-t-elle réagi mardi.

    #Quebec #opioïdes #overdose #big_pharma #pharma #drogues #drogue #opiacés #overdose #santé #santé_publique #marché_noir

  • L’âge d’or des médias : une exception historique ? | InaGlobal

    Les médias sont en crise nous dit-on. Et si, au regard de l’histoire de l’information et des coûts nécessaires à sa production, l’âge d’or des médias n’était en fait qu’une exception ? Entretien avec Heidi Tworek, professeur assistante en histoire internationale à l’Université de British Columbia au Canada.

    Pourriez-vous revenir sur votre carrière universitaire ?

    Heidi Tworek : J’ai obtenu mon Doctorat d’histoire à l’Université d’Harvard avant de devenir professeur assistante en histoire internationale à l’Université de British Columbia au Canada. Mon travail de recherche porte sur l’histoire internationale de l’ #information et des #médias.

    Vous êtes la co-auteure avec John Maxwell Hamilton d’un article académique intitulé « The natural history of the news : An epigenetic study ». Vous y évoquez le manque de perspective historique dont souffrent les analyses sur la crise que traversent actuellement les médias. Selon vous, pourquoi une analyse historique du phénomène fait défaut ?

    #HeidiTworek : Les journalistes analysant la crise qui touche les médias depuis 20 ou 30 ans ne se réfèrent que très peu à l’histoire des médias depuis quatre siècles. Leur période de référence s’étend de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. En conséquence, la crise actuelle est généralement perçue comme une situation nouvelle, et comme une crise existentielle pour les médias.

    Or, si l’on replace la crise actuelle dans une perspective de plusieurs siècles, on observe que la période prise comme référence par les journalistes, de 1940 à 1980, représente, en fait, une exception dans l’histoire des médias. Bien sûr, il y a déjà eu des études faites sur les médias au XIXe siècle, avant que la presse ne devienne le principal mode de délivrance de l’information. Notre objectif était de replacer ces études sur un temps plus long, de quatre siècles, et non à l’échelle d’une vie humaine....

    https://www.inaglobal.fr/presse/article/l-age-d-or-des-medias-une-exception-historique-10267

    #presse #journalisme #information #media @reka @cdb_77 @fil

  • Canada : Prisonniers de la terre promise Catherine Lefebvre - 8 Septembre 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/vivre/voyage/536126/prisonniers-de-la-terre-promise

    Pendant la Première Guerre mondiale, le gouvernement canadien a voté une loi permettant d’enfermer les immigrants, de peur qu’ils soient des espions des pays ennemis. Le centre d’interprétation Camp Spirit Lake http://www.campspiritlake.ca/main.aspx?PageName=Visite%20Virtuelle en Abitibi raconte ce chapitre honteux de l’histoire du Canada.


    De nombreuses familles ukrainiennes arrivent au Canada à la fin du XIXe siècle. En 1896, Clifford Sifton, alors ministre de l’Intérieur, recommande à Wilfrid Laurier d’accueillir des immigrants agriculteurs pour coloniser les régions rurales canadiennes. L’Ukraine, grenier à blé du continent européen, figure en tête des pays à courtiser. Et pour cause ! « Le gouvernement canadien leur offrait 160 acres de terres gratuites en plus d’un montant d’argent pour démarrer, explique l’historien Roger Blanchette. À la même époque, beaucoup de Canadiens français du Québec migraient aussi vers l’Ouest. Mais eux, ils devaient acheter leurs terres ! »

    Moins de vingt ans plus tard, la Première Guerre mondiale éclate. Deux semaines après le début des combats, le 18 août 1914, le gouvernement canadien adopte la Loi sur les mesures de guerre, qui permet entre autres l’enregistrement de tous les « sujets d’un pays ennemi », en l’occurrence ceux provenant des Empires austro-hongrois et ottoman ainsi que de l’Allemagne. Lesdits sujets représentent 80 000 immigrants. Dans la mêlée, 8579 d’entre eux, dont plus de 5000 Ukrainiens, prennent le chemin des camps d’internement. Des Autrichiens, des Allemands, des Polonais, des Turcs et des Bulgares font aussi partie du lot. Au total, 24 camps sont installés au Canada. Un des plus reculés de tous se trouve à Spirit Lake, le deuxième camp en importance au pays, à quelques kilomètres d’Amos, en Abitibi.


     Photo : Musée McCord Vue sur les barraques du camp de détention à Spirit Lake, aux environs de 1916. Le camp fermera ses portes le 28 janvier 1917. Un total de 1312 personnes y ont été détenues.

    Les 109 premiers détenus arrivent le 13 janvier 1915, la veille du jour de l’An orthodoxe. « La particularité du camp de Spirit Lake est que les détenus pouvaient venir avec leur famille, même si elles habitaient plus loin, à Lilienville », raconte Jim Slobodian. Né à Rouyn-Noranda en 1947 d’un père ukrainien et d’une mère montréalaise, il est aujourd’hui président du centre d’interprétation Camp Spirit Lake, ouvert depuis 2011. « Le seul autre camp à accepter ça était situé à Vernon en Colombie-Britannique », ajoute-t-il.

    Sur place, 200 soldats canadiens qui les surveillent, en plus de 50 ouvriers payés de la ville d’Amos pour gérer les travaux forcés des détenus, principalement le défrichage des terres. « Le Canada a bafoué plusieurs conventions internationales, dont celles de La Haye, qui doit assurer le bien-être des détenus, raconte François Labbé, historien et directeur général à la Corporation de la Maison Dumulon à Rouyn-Noranda. C’est une époque extrêmement frauduleuse. »

    Bien que les conditions de vie soient loin d’être parfaites, peu de détenus tentent de s’échapper du camp. Isolée du reste du monde, étant donné les 480 km de forêt dense et la horde de moustiques féroces, la poignée d’évadés finit même par revenir au camp tellement les temps sont durs dans ce coin reculé, au bout du chemin de fer.

    Construire le pays
    En 1916, au milieu de la guerre, pas moins de 400 000 soldats canadiens sont en poste pour combattre l’« ennemi ». Or, le manque de main-d’œuvre se fait de plus en plus sentir au pays, étant donné l’essor des industries ferroviaire, minière et de l’acier. Le gouvernement canadien a l’éclair de génie de libérer des détenus dans le but de pallier le sérieux manque en « capital humain ». Ainsi, un premier groupe de 1000 détenus est libéré des camps québécois, à condition d’obéir aux lois canadiennes. « Les compagnies qui engagent d’ex-détenus doivent les payer au salaire courant et leur offrir des emplois permanents », précise Jim Slobodian. Au-delà de l’Abitibi, plusieurs autres grands travaux ont été effectués par les détenus des camps d’internement. « Ce sont eux qui ont mis en place les canaux des Grands Lacs et ont construit plusieurs chemins de fer », ajoute François Labbé.


     Photo : Bibliothèque et Archives Canada Au plus fort de la guerre, des familles entières ont été détenues.

    Enfin, le camp Spirit Lake ferme ses portes le 28 janvier 1917, sans qu’aucune compensation soit offerte aux détenus. Au fil de ses activités, un total de 1312 détenus est demeuré à Spirit Lake, et 19 d’entre eux sont décédés pendant leur internement au camp. « Après la fermeture du camp, plusieurs d’entre eux sont partis travailler dans l’Ouest canadien ou dans les mines de charbon à Black Lake, près d’Halifax, ajoute Jim Slobodian. Aucun des Ukrainiens détenus n’est resté en Abitibi à cette époque-là, une époque où seul Amos est le chef-lieu de toute la région. »

    Un chapitre oublié
    Puis, Spirit Lake prend le nom de La Ferme en 1918, alors que la municipalité devient une ferme expérimentale, l’idée de départ du gouvernement. Puis, comme par magie, ce sombre chapitre de l’histoire canadienne est rapidement relégué aux oubliettes.

    Étonnamment, les Ukrainiens reviennent en Abitibi pour travailler dans les mines dans les années 1920. À l’époque, l’Église catholique décourage fortement ses disciples de travailler dans les mines, sous prétexte que c’est l’image du purgatoire et que cela va à l’encontre de la mission agricole de l’Église. Il revient donc aux immigrants de descendre dans les cages.

    Et ce n’est qu’au moment d’ériger la croix haute de 24 mètres (80 pieds) sur l’église Saint-Viateur de Trécesson (le canton regroupant La Ferme et Villemontel), en 1941, que les travailleurs constatent de vieux bâtiments en ruine, quelque chose qui ressemble à un cimetière et un petit chemin qui menait aux familles des détenus.

    Il aura fallu 70 ans entre la découverte par hasard de l’ancien site du camp d’internement et l’ouverture du centre d’interprétation Camp Spirit Lake. Et pourtant, encore trop d’entre nous ignorent ce troublant passage de l’histoire canadienne.

    #Canada #Abitib #déportation #guerre #Ukraine #migrations #Histoire #conflit #guerres #première_guerre_mondiale #camps

  • Au Canada, les fabricants d’opiacés seront poursuivis en justice
    https://abonnes.lemonde.fr/ameriques/article/2018/08/30/opiaces-la-colombie-britannique-poursuit-des-entreprises-pharmaceuti

    La Colombie-Britannique, l’une des provinces canadiennes les plus touchées par les surdoses d’opiacés, a annoncé, mercredi 29 août, avoir lancé des poursuites contre plus de quarante entreprises pharmaceutiques fabriquant ou commercialisant ces puissants analgésiques à l’origine de milliers de morts au Canada.

    Par cette action en justice, la première du genre dans le pays, le gouvernement provincial espère récupérer les millions de dollars qu’auraient coûtés les services d’urgence et les hospitalisations, liés à ces médicaments antidouleurs vendus sur ordonnance.

    « Il est temps que les compagnies [qui fournissent] des opiacés assument leur responsabilité face au coût financier et humain que leurs produits ont entraîné pour tant de familles », a fait valoir le ministre de la justice de la Colombie-Britannique, David Eby, dans un communiqué.

    Lire aussi : Le New Hampshire en overdose
    Près de 4 000 morts en 2017

    La quarantaine de sociétés poursuivies sont principalement américaines et canadiennes. Parmi elles figure Purdue Pharma, dont le médicament OxyContin est accusé d’être une des causes de l’épidémie d’opiacés qui frappe toute l’Amérique du Nord.

    Selon le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique, les fabricants et distributeurs de ces médicaments ont eu recours à un « marketing trompeur » cachant les vrais risques des opiacés.

    Purdue Pharma fait déjà l’objet de plusieurs procédures aux Etats-Unis, notamment de la part de la ville de New York qui lui réclame un demi-milliard de dollars pour aider à financer la lutte contre cette épidémie.

    Les victimes canadiennes et leurs familles avaient de leur côté obtenu 20 millions de dollars canadiens (13,2 millions d’euros) de la société américaine, somme jugée insuffisante par un juge qui a bloqué la transaction en mars.

    La crise des opiacés a fait près de 4 000 morts en 2017 au Canada, principalement à la suite de surdoses au fentanyl, un puissant analgésique, selon l’Agence de santé publique du pays. Environ 90 % des 3 987 décès enregistrés l’an dernier ont été recensés dans trois provinces : la Colombie-Britannique, l’Ontario et l’Alberta.

    #Opioides #Santé_publique #Canada

  • Les routes de l’orge.
    L’orge s’est propagée vers l’est : un article révèle des voies de propagation à travers divers paysages eurasiens. Et c’est encore un résultat d’une analyse génétique.

    L’une des cultures les plus importantes au monde, l’orge, a été domestiquée au Proche-Orient il y a environ 11 000 ans. L’orge est une culture très résiliente, capable de pousser dans des environnements variés et marginaux, comme dans les régions de haute altitude et de latitude. Des preuves archéobotaniques montrent que l’orge s’est répandue dans toute l’Eurasie vers 2000 BC. Pour mieux comprendre les voies de propagation de l’orge en Eurasie, [les chercheurs ont] utilisé l’analyse de séquences répétées (SSR) pour déterminer la diversité génétique et la structure de la population de trois taxons d’orge existants : l’orge domestique (Hordeum vulgare L. subsp vulgare), l’orge sauvage (H. vulgare sous-espèce spontaneum) et une forme de rachis cassant à six rangs (H. vulgare sous-espèce vulgare et agriocrithon (Aberg) Bowd.).

    L’orge cultivée se propageait à travers l’Eurasie via plusieurs voies différentes, qui étaient très probablement séparées à la fois dans le temps et dans l’espace. Les datations directes au radiocarbone publiées récemment et fournies par Liu et al. [ Journey to the east : Diverse routes and variable flowering times for wheat and barley en route to prehistoric Chinahttps://doi.org/10.1371/journal.pone.0187405_ ], ainsi que les dates publiées précédemment (par exemple [ _https://doi.org/10.1098/rspb.2013.3382 , https://doi.org/10.1016/j.cell.2015.07.002, http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0196652#_ ]), ont fourni un cadre précieux pour considérer ces modèles phylogéographiques, comme l’a fait un article original de Zhao [http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0196652#]_ , qui a proposé une variété des routes ont été prises par les agriculteurs s’étendant vers l’est en Chine.

    [Les auteurs proposent] la chronologie suivante pour la propagation de la culture de l’orge en Eurasie :

    1/ L’IAMC [Inner Asian Mountain Corridor]
    Plusieurs pools génétiques d’orge avec différents caractères morphologiques et génotypes de temps de floraison se sont répandus à travers l’IAMC au 2ème millénaire cal. BC. De l’IAMC, l’orge s’est dispersée plus au nord et à l’est au 1er millénaire. BC.

    2/ Une route vers le sud du plateau tibétain
    Un pool distinctif d’orge des basses terres s’étendait vers l’est au sud du plateau iranien au 5ème et 4ème millénaire BC. et à travers l’Asie du Sud, enserrant la limite du plateau, avec des dattes dans le nord de l’Inde au 3ème millénaire avant notre ère.

    3/ Une route maritime entre l’Asie du Sud et la Chine, la Corée et le Japon
    Bien que non encore confirmé, un lien maritime entre la civilisation de l’Indus et la Chine côtière aurait pu amener l’orge en Chine du 3 au 2 millénaire. BC., avec une possible voie maritime ultérieure durant la période Han, à la fin du 1er millénaire BC. / début du 1er millénaire AD. Ce pool de gènes a un SGH d’hiver, qui peut avoir été sélectionné pour croître en rotation avec une culture de riz d’été.

    4/ Une propagation en haute altitude sur le bord sud du plateau tibétain
    Un pool de gènes distinctif, principalement avec un SGH hivernal et un caryopse nu, s’est propagé autour de la bordure sud du plateau tibétain, probablement dans le plateau depuis son extrémité ouest ou sud au début du 2e millénaire BC. Ce pool de gènes est également présent dans le plateau nord-est par c. 2 000 cal. BC.

    5/ Une route le long du bord nord du plateau tibétain
    Au cours du 1er millénaire BC., deux pools génétiques d’orge ont été dispersés au Xinjiang au nord du plateau tibétain, au moins 1 000 ans après leur extension au sud du plateau tibétain. Ces pools génétiques auraient pu traverser le corridor Tianshan d’est en ouest ou d’ouest en est.

    6/ Une propagation aux latitudes élevée dans la steppe nord
    Trois groupes de gènes principalement nordiques, avec différents génotypes de temps de floraison, se sont dispersés vers le nord depuis le sud de l’Asie centrale depuis la fin du 2e et le début du 1er millénaire. BC. Un éventuel mouvement de trans-steppe d’orge s’est produit vers la fin de cette période, ou pendant les périodes historiques plus tardives.

    7/ Une propagation en deux étapes au Japon
    Un gisement de gènes du nord s’est propagé à Hokkaido depuis l’Extrême-Orient russe, vers le milieu et vers la fin du 1er millénaire AD. Un pool de gènes différent s’est répandu au Japon depuis le sud, au cours de la fin du 1er millénaire BC. Ces dates renvoient à des preuves substantielles de la culture de l’orge au Japon.

    Barley heads east : Genetic analyses reveal routes of spread through diverse Eurasian landscapes
    http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0196652
    http://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?id=10.1371/journal.pone.0196652.strk&size=inline

    #Préhistoire #agriculture #Néolithique #4000BC #Asie #routes #carte
    #Diane_L._Lister #Huw_Jones #Hugo_R_Oliveira #The_John_Bingham_Laboratory_NIAB_ Cambridge #McDonald_Institute_for_Archaeological_Research #Manchester Institute_of_Biotechnology_University of Manchester #University_of_Cambridge

  • Canada : Le parc national Wood Buffalo, le plus vaste au pays, en déclin Bob Weber - 15 Juillet 2018
    https://www.ledevoir.com/societe/532487/le-parc-national-wood-buffalo-le-plus-vaste-au-pays-en-declin

    Une étude exhaustive du plus vaste parc national au Canada conclut que pratiquement chaque aspect de son environnement se détériore.

    Le rapport de 561 pages sur le parc national Wood Buffalo, dans le nord de l’Alberta, signale que l’industrie pétrolière, les barrages hydroélectriques, les changements climatiques et même les cycles naturels sont en train de saigner à blanc le delta des rivières Paix et Athabasca.

    L’étude fédérale a été conduite en raison des inquiétudes soulevées à l’égard du statut de patrimoine mondial de l’UNESCO du parc. Alors que le delta dépend de « la réalimentation de ses lacs et bassins », celle-ci est en déclin, peut-on lire dans le rapport qui signale que « sans intervention immédiate », sa valeur patrimoniale sera perdue.

    Sur les 17 indicateurs de santé environnementale étudiés, 15 sont en déclin.


    Fondée sur des décennies de recherches, avec 50 pages de références, l’étude constitue sans doute l’évaluation la plus complète de cette région en aval des plus importants centres de production énergétique et d’un des plus grands barrages hydroélectriques au pays.

    « Il y a littéralement des centaines d’études différentes en cours par rapport au parc ou aux sables bitumineux ou à Hydro C.-B. », souligne Don Gorber, qui était à la tête de l’initiative d’Environnement Canada.

    M. Gorber a découvert que l’eau — ou plutôt son absence — est à la source de la dégradation du parc.

    Le débit de la rivière Paix a reculé de 9 % depuis la construction du barrage Bennett en Colombie-Britannique. Celui de la rivière Athabasca a pour sa part chuté de 26 %.

    Les embâcles de glace qui inondaient auparavant les milieux humides et les lacs inondés ne se produisent plus. Par conséquent, l’habitat des bisons rétrécit, des espèces envahissantes étouffent la végétation locale et les oiseaux migratoires commencent à éviter des zones où ils faisaient autrefois escale par millions.

    Les Autochtones qui se rendent par bateau sur une bonne partie de leur territoire ancestral y ont perdu accès. Les trappeurs qui piégeaient des centaines de rats musqués chaque saison rapportent que ces petits rongeurs friands d’eau sont disparus. D’autres signalent que l’eau stagnante, dépourvue d’oxygène, tue les poissons.

    Produits chimiques
    Avec des niveaux d’eau plus bas, la concentration de produits chimiques similaires à ceux produits par les sables bitumineux monte en flèche. Les oeufs d’oiseaux présentent des traces de métaux lourds et d’hydrocarbures.

    « Mon intention était de déterminer s’il y avait un problème dans le parc et pas de pointer le responsable du doigt », soutient Don Gorber.

    Que les incendies de forêt, l’agriculture, les cycles naturels ou l’industrie forestière soient également à blâmer ou pas, « sans aucun doute, il y a quelque chose qui se passe », conclut-il.

    #Environnement #destruction #eau #Barrages #rivières #poissons#oiseaux #sables_bitumineux #capitalisme

  • Familles séparées : le Canada devrait se regarder dans le miroir, disent des Autochtones.
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1108212/separation-familles-canada-autochtones-trump

    Depuis avril, près de 2000 enfants migrants ont été séparés de leurs parents arrêtés à la frontière américaine pour l’avoir franchie sans papiers. Une politique que l’administration de Donald Trump revendique au nom d’une « tolérance zéro » contre l’immigration illégale.

    Au Canada, les Autochtones ont également connu les traumatismes de la séparation de leur famille et de leur culture. Entre la fin du 19e siècle et 1996, plus de 150 000 enfants autochtones ont été arrachés à leur famille et placés dans des pensionnats dirigés par des religieux.

    « Plusieurs des enfants envoyés aux pensionnats étaient emmenés sans que leurs parents le sachent. Ils jouaient dehors, par exemple, et ils étaient enlevés puis envoyés aux pensionnats. Certains ne revenaient jamais », souligne en entrevue à Radio-Canada la professeure et directrice de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada, qui est membre de la Nation Gitksan, en Colombie-Britannique.

    Pendant les années 60, 70 et 80, 20 000 enfants autochtones ont en outre été enlevés de leur famille et placés dans des familles non autochtones dans le cadre de la rafle des années 60 (« Sixties Scoop »).

  • Que peut-on déduire d’un ADN ? Peut-on déterminer la "race" d’une personne ? Bien sûr que non puisqu’il n’existe pas de races. Et d’ailleurs, l’une des preuves de la non-existence des races est que la diversité génétique entre individus est la même à l’intérieur et à l’extérieur de ces soi-disant "races".

    En 2008, j’ai été alerté par cet article :

    A qui appartient votre ADN ?
    Franz Manni, Le Monde Diplomatique, juin 2008
    https://www.monde-diplomatique.fr/2008/06/MANNI/15953

    Qui faisait allusion à la tentative de certains scientifiques de trouver un gène juif :

    Y chromosomes of Jewish priests
    Karl Skorecki, Sara Selig, Shraga Blazer, Robert Bradman, Neil Bradman, P. J. Waburton, Monica Ismajlowicz, Michael F. Hammer
    Nature 385:32, le 2 janvier 1997
    https://www.nature.com/articles/385032a0

    Et dont la méthodologie avait été grandement critiquée :

    Ashkenazi levites’ “Y modal haplotype” (LMH) – an artificially created phenomenon ?
    A.Zoossmann-Diskin
    HOMO - Journal of Comparative Human Biology, 57:87-100, le 24 février 2006
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0018442X0500065X

    Donc, du point de vue des gènes, le problème était réglé, me semblait-il.
    ==============================================
    Et puis est arrivée l’ère de l’épigénétique qui ne regarde pas seulement le code génétique, mais tout ce qu’il y a autour, et en particulier une partie du génome dont on avait négligé l’importance, comme les ARN non codants ou le polymorphisme nucléotidique des allèles des gènes (les SNPs).

    Ces caractéristiques, ou traits peuvent être déterminés par l’environnement ou l’histoire de la personne et, dans la mesure où certains de ces traits sont également transmis à la génération suivante, ils peuvent donc être communs à des personnes ayant vécu dans un même environnement, sans toutefois être de la même famille !

    Il est possible qu’on mette sous le terme épigénétique tout un tas de théories fumeuses, mais il y en a qui semblent être plus sérieuses, même si je ne m’y connais pas assez pour pouvoir juger...

    Bref, je suis tombé sur cet article qui m’avait laissé perplexe, et que j’avais oublié jusqu’à la semaine dernière :

    Genes mirror geography within Europe
    Novembre J, Johnson T, Bryc K, Kutalik Z, Boyko AR, Auton A, Indap A, King KS, Bergmann S, Nelson MR, Stephens M, Bustamante CD
    Nature 456:98-101, le 31 août 2008
    https://www.nature.com/articles/nature07331

    En analysant non seulement le génome, mais aussi les SNPs, de 3200 Européens, ils ont été capables de dessiner une carte de répartition génétique et, donc, de pouvoir déduire du génome de quelqu’un sa région de provenance.

    Bon, certains pays ne sont représentés que par 1 individu ou 2 ou 3, et au début de l’article ils disent qu’ils ont éliminé ce qui avaient des origines différentes de leur pays de résidence, ce qui devrait éliminer un paquet de monde...

    Cela me parait tout à fait délirant d’imaginer une "race" génétiquement identifiable d’Écossais, et j’aimerais savoir à partir de combien de génération est-on considéré comme Écossais, mais je n’ai pas trouvé de critique sérieuse...

    C’est la même technique qui identifie des routes de migration vieilles de 5000 ans :

    Maritime route of colonization of Europe
    Peristera Paschou, Petros Drineas, Evangelia Yannaki, Anna Razou, Katerina Kanaki, Fotis Tsetsos, Shanmukha Sampath Padmanabhuni, Manolis Michalodimitrakis, Maria C. Renda, Sonja Pavlovic, Achilles Anagnostopoulos, John A. Stamatoyannopoulos, Kenneth K. Kidd, and George Stamatoyannopoulos
    PNAS 111:9211-9216, le 24 juin 2014
    http://www.pnas.org/content/111/25/9211

    Massive migration from the steppe was a source for Indo-European languages in Europe
    Haak W, Lazaridis I, Patterson N, Rohland N, Mallick S, Llamas B, Brandt G, Nordenfelt S, Harney E, Stewardson K, Fu Q, Mittnik A, Bánffy E, Economou C, Francken M, Friederich S, Pena RG, Hallgren F, Khartanovich V, Khokhlov A, Kunst M, Kuznetsov P, Meller H, Mochalov O, Moiseyev V, Nicklisch N, Pichler SL, Risch R, Rojo Guerra MA, Roth C, Szécsényi-Nagy A, Wahl J, Meyer M, Krause J, Brown D, Anthony D, Cooper A, Alt KW, Reich D.
    Nature 522:207-211, le 2 mars 2015
    https://www.nature.com/articles/nature14317

    Bref, à discuter, mais ce n’est pas simple...

    #Science #ADN #SNP #gènes #génome #génétique #épigénétique #évolution #races #origine #géographie

    Et, à tout hasard, je les rajoute à la compilation #archéologie :
    https://seenthis.net/messages/633249

    • Il y a d’autres vidéos de cette généticienne sur ce sujet que j’ai pas encore vu :
      https://www.youtube.com/watch?v=WQwzEKFdTL4


      Au passage je trouve interessant qu’elle ne parle pas de patriarcat et matriarcat mais seulement de matrilocalité, patrilocalité, matrilinéarité et patrilinéarité. C’est en même temps assez heureux de la part d’une approche génétique.
      A un moment elle dit que 90% des groupes humains sont patrilocaux et qu’en fait ce sont les femmes qui se déplacent sur la terre et non les hommes qui restent dans leur village, accrochés à leur propriété, leur pouvoir, leur héritage matériel.

      Autre chose qu’elle dit et que j’ignorais, il n’y a des blanc·hes parmis chez l’homo sapiens depuis seulement 9000 ans EC (ère commune, alternative à BC).

      Cette vidéo pas encore vu non plus semble répondre à tes préoccupations :
      Races : pour en finir avec les fantasmes racistes !
      https://www.youtube.com/watch?v=8E4u9vypCa0

      Les anthropologues et les biologistes sont d’accord aujourd’hui pour dire qu’il y a environ 150 000 ans, c’est en Afrique qu’est apparu Homo Sapiens, notre ancêtre à tous. Les femmes et les hommes ont peuplé la terre en évoluant de façon différente en fonction du hasard, de l’environnement et par sélection de certaines caractéristiques de leur patrimoine génétique, ce qui explique nos différences et que chacun est un être unique, même si nous faisons tous partie de la même espèce, Homo Sapiens. Mais la biologie n’explique pas le racisme qui est avant tout une construction intellectuelle et politique liée à des enjeux économiques. Les théories racistes ont proliféré tout au long de l’histoire pour justifier l’esclavage, la colonisation, le nazisme, la ségrégration, l’apartheid... Ces théories racistes qui affirmaient une hiérarchie selon sa couleur de peau sont encore malheureusement fortement ancrées dans nos inconscients collectifs. Ayons le courage de l’admettre sans victimisation, sans culpabilité pour nous permettre de les identifier afin de les dépasser. Par Evelyne Heyer, professeur en anthropologie génétique au Muséum national d’Histoire naturelle, département Hommes, Natures, Sociétés, commissaire scientifique général du Musée de l’Homme Lilian Thuram, président de la Fondation Éducation contre le racisme Pascal Blanchard, historien spécialiste du « fait colonial » de l’histoire de l’immigration et des enjeux d’identité, il est chercheur au Laboratoire Communication et Politique (CNRS/UPR 3255, Paris), et co-dirige le groupe de recherche Achac (colonisation, immigration, post-colonialisme)

  • #Meghan_Murphy : L’extrême gauche doit cesser de dénigrer les femmes qui ont recours au système de justice lors de situations d’agression
    https://tradfem.wordpress.com/2018/06/15/lextreme-gauche-doit-cesser-de-denigrer-les-femmes-qui-ont-recour


    (...) À la lumière du mouvement #MeToo, bien des gens ont appelé à des méthodes alternatives pour contrer la violence sexuelle. Lors de la cérémonie des Golden Globes 2018, Laura Dern a utilisé son temps de parole pour réclamer une « justice réparatrice » ; en effet, le propos habituel en matière de solutions de rechange au système policier est cette notion de « modèles de justice réparatrice ». Même si les femmes devraient certainement avoir accès à toute forme de justice où elles trouveront un sentiment de sécurité et de confort, la situation n’est pas tranchée au point que la justice pénale est le Mal et la justice réparatrice, le Bien. En effet, les choses se compliquent lorsque nous tenons compte des déséquilibres de pouvoir et des agressions.

    Même si plusieurs défenseurs blancs des modèles de justice réparatrice attribuent souvent leurs origines à des cultures autochtones, c’est en fait de communautés chrétiennes comme les quakers et les mennonites que nous viennent ces modèles. Selon un rapport publié en 2001 par AWAN, de telles mesures ont été promues par le gouvernement de la Colombie-Britannique comme un modèle de justice plus « culturellement sensible » à l’intention des communautés autochtones, et aussi comme un moyen de répondre aux « préoccupations concernant le nombre croissant de personnes autochtones incarcérées ». Le document cite Emma Larocque, professeure au Département des études autochtones de l’Université du Manitoba, qui conclut, dans son article intitulé « Réétudier les modèles culturellement appropriés dans les applications de la justice pénale », que « le concept collectif de ces réformes relève plus d’un a priori socialiste erroné découlant d’idées occidentales, libérales et coloniales, que d’une quelconque tradition autochtone ».

    Fay Blaney, une femme Xwemalhkwu de la nation salish de la Côte, lui fait écho en me disant : « Ce modèle de justice réparatrice ne vient pas de nous. Nous aimons le croire, mais ce n’est pas le cas. »

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.feministcurrent.com/2018/05/26/leftists-need-stop-shaming-women-engaging-criminal-justice-system-s
    #Feminist_current #justice_réparatrice #Autochtones #extrême_gauche #police #agressions_masculines

  • L’Hippocrate - projet de #patriarche
    Je met ici mes document pour mon prochain patriarche sur la crise des #opioïdes - Fentanyl, oxycodone ...


    Lui ca sera mon model de patriarche. C’est un anti-maçon probablement aux USA et fin XIXeme début XXeme.
    –----
    Quelques médicaments impliqués dans la crise des opioïdes :
    en premier les produits PURDUE


    https://ndclist.com/ndc/59011-261#
    –---

    –---
    J’avais raté la sucette au Fentanyl ; Actiq du labo Cephalon

    –---

    Les anti-overdose au naloxone

    The B.C. government announced Wednesday that pharmacies will now offer free naloxone kits at pharmacies. Naloxone can reverse a drug overdose by helping restore a person’s breathing. Photo Dan Toulgoet

    #mad_meg #iconographie

  • Armes chimiques en Syrie : trois firmes belges mises en cause
    http://www.lemonde.fr/syrie/article/2018/04/18/armes-chimiques-en-syrie-trois-firmes-belges-mises-en-cause_5287255_1618247.

    La justice belge a décidé de lancer des poursuites contre trois entreprises flamandes qui ont exporté vers la Syrie des produits pouvant servir à la fabrication d’armes chimiques, dont du gaz sarin. Selon les douanes belges, ces firmes – A.A.E. Chemie Trading, Anex Customs et Danmar Logistics – n’ont pas sollicité les licences – nécessaires depuis juillet 2013 – pour l’exportation, entre mai 2014 et décembre 2016, de 24 lots de composants chimiques. Soit 168 tonnes d’isopropanol, 219 tonnes d’acétone, 77 tonnes de méthanol et 21 tonnes de dichlorométhane.
    […]
    C’est surtout la quantité massive d’isopropanol qui inquiète les autorités.

    Tiens, ça faisait bien longtemps que je n’avais pas été jeter un œil sur #ComTrade, base de données des Nations-Unies sur le commerce international. (J’apprends au passage qu’en 2018, ils vont rénover leur interface et l’API qui va avec).
    Notes préalables :
    • ComTrade souffre du caractère déclaratif des données qui produit des sous-déclarations parfois notoires, voire des trous dans les données.
    • le code HS correspond à une famille de produits, parmi lesquels l’isopropanol (pas vraiment de moyen de descendre plus finement, le code HS à 6 caractères étant le grain le plus fin de la nomenclature)

    Donc, code HS 2905.12 Propane-1-ol [alcool propylique] et propane-2-ol [alcool isopropylique]

    • en bleu, trait plein, les importations déclarées par la Syrie
    • en bleu, marques rondes vides et trait pointillé, les importations de Belgique déclarées par la Syrie. Les 3 derniers points 2014-2016 ne proviennent pas de Comtrade mais sont estimés en répartissant les quantités annoncées dans l’article sur les 30 mois de la période
    • en violet, les déclarations d’exportations vers la Syrie faites par la Belgique.
    en saumon, la période d’embargo (depuis juillet 2013)

    Deux remarques :
    • le caractère massif ne saute pas aux yeux
    • les déclarations belges d’exportation sont cohérentes et semblent inclure les lots examinés

    Enfin, l’article WP sur la molécule mentionne des usages courants de l’isopropanol (non mentionnés dans la partie avant #paywall)
    Isopropanol — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Isopropanol

    Les garnitures de stérilisation contiennent typiquement une solution de 72 % d’isopropanol dilué dans l’eau. L’alcool isopropylique est également utilisé comme décapant et dissolvant dans l’industrie. C’est un bon dégraissant. Il est également employé comme additif de l’essence. Il est employé comme désinfectant (surface inerte) et antiseptique (tissu vivant), et est un dissolvant commun.

    (et d’autres peu probables en Syrie : chambres à brouillard dans les accélérateurs de particules…)