provinceorstate:maine

  • Une contamination radioactive « anormalement élevée » détectée dans la Loire
    https://www.lyoncapitale.fr/actualite/une-contamination-radioactive-anormalement-elevee-detectee-dans-la-loir
    #nucléaire #tritium

    Selon l’association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest la Loire aurait une concentration de tritium anormalement élevée en aval de cinq centrales nucléaires qui jonche le plus grand fleuve de France. Le relevé a été fait à Saumur, dans le Maine-et-Loire. Le tritium, un agent hydrogène radioactif, a atteint une concentration de 310 Bq/L en janvier dernier selon l’AFP. D’après l’agence qui cite l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), “les niveaux de tritium “habituellement observés” dans les eaux de surface sont, en dehors de toute source d’émission de tritium, de 1 Bq/L à quelques Bq/L”.

  • Contamination radioactive de l’eau de la Loire près de Saumur
    Benoit ROBERT. Modifié le 19/06/2019 à 11h49Publié le 18/06/2019 à 20h56
    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/environnement-l-eau-de-loire-contaminee-l-hydrogene-radioactif-pres-de-

    Près de trois cents bénévoles prélèvent l’eau de la Loire, une fois par mois, entre Belleville-sur-Loire (Cher) et Saumur. | DR

    Des analyses menées par l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (Acro) ont révélé un taux anormalement élevé d’hydrogène radioactif dans la Loire.

    Créée en 1986, au lendemain de l’accident nucléaire de la centrale de Tchernobyl, l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (Acro), basée dans le Calvados, a annoncé, ce mardi 18 juin, le résultat d’un prélèvement étonnant effectué en Loire près de Saumur (Maine-et-Loire). Inquiétant même, selon Guillaume Rougier, chargé d’étude au sein de son association agréée par l’Autorité de sûreté nucléaire, qui est en charge des centrales en France.

    « Sur une vingtaine de prélèvements effectués en Loire en janvier dernier, en aval des cinq centrales nucléaires, nous avons décelé une concentration de tritium dans l’eau qui atteignait 310 Bq/L [becquerels par litre] à Saumur », assure le scientifique. En temps normal, les taux de tritium, cet hydrogène radioactif qui vient se fixer sur les molécules d’eau, avoisinent plus les 20 à 30 Bq/L. « Ce sont les conséquences des rejets des centrales dans les cours d’eau » , indique Guillaume Rougier. (...)

    #Pollution_radioactive

  • Face au suicide d’une pompière de 23 ans, « l’organisation du déni »
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/140619/face-au-suicide-d-une-pompiere-de-23-ans-l-organisation-du-deni

    En avril 2016, Lauriane A. s’est pendue à l’extérieur du centre de formation des pompiers du Maine-et-Loire. Elle venait de subir une sanction qui allait mettre fin à sa carrière. Depuis, sa famille et la CGT bataillent tous azimuts pour faire reconnaître la responsabilité de son employeur, qui dépend directement du département. Face à eux, un mur.

    #SOCIAL #suicide,_pompiers,_sdis,_social,_A_la_Une

  • Eh bien, recyclez maintenant ! | Grégoire Chamayou
    https://www.monde-diplomatique.fr/2019/02/CHAMAYOU/59563

    Poubelle jaune, poubelle verte, poubelle bleue… À grand renfort de sermons, on nous chante les louanges d’une « citoyenneté moderne » associée à un geste : le tri des déchets, considéré comme la garantie de sauver une planète dégradée de toutes parts. C’est peut-être se méprendre sur la logique qui sous-tend cette injonction à l’« écoresponsabilité » des consommateurs. Source : Le Monde diplomatique

  • Opinion | Do Not Trust That Stranger’s 5-Star Review - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/05/25/opinion/sunday/five-star-customer-reviews.html

    Stars beget sales. According to an often mentioned Harvard Business School working paper that studied restaurant reviews on Yelp, each added star is associated with a 5 percent to 9 percent increase in revenue. Not surprisingly, then, new businesses have sprung up to exploit the rating system to the seller’s or the platform’s advantage.

    Finally, it’s hard to know what the stars even mean. Often times, whether it’s a mattress or can opener or an Uber driver, a five-star rating means “nothing disastrous happened,” said Nikhil Garg, a doctoral candidate at Stanford University. A recent study he co-wrote reported that 80 percent of people gave freelancers hired from an online platform five stars. But when he asked people to choose from different words (“terrible,” “mediocre,” “best possible,” etc.), at least half of the freelancers earned the equivalent of a two-, three- or four-star review.

    In the case of hotels, said Dr. Cotte, five stars typically means “everything is what I expected.” I’m assuming this is how the Hampton Inn averaged a five-star rating on my recent search for a hotel in Maine, compared to several luxury resorts that rated only a four.

    The experts confirmed what I knew, but resisted, all along. If you really want to find the best product or service for your needs, you’ll need to exert some effort. But it’s also worth remembering that if you don’t, it’s no big deal.

    As Dr. Salganik explained, even if a system is gamed, the worst product probably won’t end up at the top of your screen for long; assuming there’s a considerable difference in quality among the options, it will eventually be knocked down. But if the products are pretty similar, then yes, it’s possible that the very best one will actually not float to the very top — though that’s no tragedy either. As Barry Schwartz, the author of “The Paradox of Choice,” argues, if everything is essentially the same, then there’s nothing wrong with ending up with a product that’s the second- or third-best of the heap.

  • Opinion | Do Not Trust That Stranger’s 5-Star Review - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/05/25/opinion/sunday/five-star-customer-reviews.html

    Bon papier sur les évaluations en ligne.

    Stars beget sales. According to an often mentioned Harvard Business School working paper that studied restaurant reviews on Yelp, each added star is associated with a 5 percent to 9 percent increase in revenue. Not surprisingly, then, new businesses have sprung up to exploit the rating system to the seller’s or the platform’s advantage.

    Finally, it’s hard to know what the stars even mean. Often times, whether it’s a mattress or can opener or an Uber driver, a five-star rating means “nothing disastrous happened,” said Nikhil Garg, a doctoral candidate at Stanford University. A recent study he co-wrote reported that 80 percent of people gave freelancers hired from an online platform five stars. But when he asked people to choose from different words (“terrible,” “mediocre,” “best possible,” etc.), at least half of the freelancers earned the equivalent of a two-, three- or four-star review.

    In the case of hotels, said Dr. Cotte, five stars typically means “everything is what I expected.” I’m assuming this is how the Hampton Inn averaged a five-star rating on my recent search for a hotel in Maine, compared to several luxury resorts that rated only a four.

    The experts confirmed what I knew, but resisted, all along. If you really want to find the best product or service for your needs, you’ll need to exert some effort. But it’s also worth remembering that if you don’t, it’s no big deal.

    As Dr. Salganik explained, even if a system is gamed, the worst product probably won’t end up at the top of your screen for long; assuming there’s a considerable difference in quality among the options, it will eventually be knocked down. But if the products are pretty similar, then yes, it’s possible that the very best one will actually not float to the very top — though that’s no tragedy either. As Barry Schwartz, the author of “The Paradox of Choice,” argues, if everything is essentially the same, then there’s nothing wrong with ending up with a product that’s the second- or third-best of the heap.

    #E-commerce #Evaluation #Avis_utilisateurs

  • Opinion | Do Not Trust That Stranger’s 5-Star Review - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/05/25/opinion/sunday/five-star-customer-reviews.html

    Stars beget sales. According to an often mentioned Harvard Business School working paper that studied restaurant reviews on Yelp, each added star is associated with a 5 percent to 9 percent increase in revenue. Not surprisingly, then, new businesses have sprung up to exploit the rating system to the seller’s or the platform’s advantage.

    Finally, it’s hard to know what the stars even mean. Often times, whether it’s a mattress or can opener or an Uber driver, a five-star rating means “nothing disastrous happened,” said Nikhil Garg, a doctoral candidate at Stanford University. A recent study he co-wrote reported that 80 percent of people gave freelancers hired from an online platform five stars. But when he asked people to choose from different words (“terrible,” “mediocre,” “best possible,” etc.), at least half of the freelancers earned the equivalent of a two-, three- or four-star review.

    In the case of hotels, said Dr. Cotte, five stars typically means “everything is what I expected.” I’m assuming this is how the Hampton Inn averaged a five-star rating on my recent search for a hotel in Maine, compared to several luxury resorts that rated only a four.

    The experts confirmed what I knew, but resisted, all along. If you really want to find the best product or service for your needs, you’ll need to exert some effort. But it’s also worth remembering that if you don’t, it’s no big deal.

    As Dr. Salganik explained, even if a system is gamed, the worst product probably won’t end up at the top of your screen for long; assuming there’s a considerable difference in quality among the options, it will eventually be knocked down. But if the products are pretty similar, then yes, it’s possible that the very best one will actually not float to the very top — though that’s no tragedy either. As Barry Schwartz, the author of “The Paradox of Choice,” argues, if everything is essentially the same, then there’s nothing wrong with ending up with a product that’s the second- or third-best of the heap.

  • #CAMIGRI

    CAMIGRI est un programme de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et la Région Nouvelle-Aquitaine. Il entend revisiter l’étude des #campagnes françaises au prisme des migrations internationales et de la diversification croissante des formes de mobilité. Le projet a démarré le 01/10/2016.

    Ce carnet de recherche a vocation d’interface entre les mondes scientifique, associatif et professionnel intéressés par les questions de développement rural et de migrations internationales dans les espaces ruraux. Il permet de :

    – faire connaître les travaux de l’équipe et de suivre l’actualité du programme (comptes rendus de terrain, de séminaires, de présentations),

    – faciliter les liens et les échanges entre les différents acteurs intéressés par ces questions (construction d’un répertoire-réseau en ligne),

    – publier des supports produits par les chercheurs sur les terrains d’enquête (monographies de lieux, photographies commentées, portraits et entretiens d’acteurs socio-économiques).

    https://camigri.hypotheses.org/a-propos
    #accueil #asile #migrations #réfugiés #espace_rural #espaces_ruraux #campagne #France #Loire_Anjou_Tourraine #Périgord_Limousin #Pyrénées_Ariégeoise

    • Lettre d’information n°1

      Camigri édite sa première lettre d’information trimestrielle. Elle s’adresse à tout public soucieux de poser un nou-veau regard sur les « mondes ruraux ». Confrontées à la diversification croissante de mobilités internationales plus ou moins visibles et reconnues, les campagnes françaises connaissent en effet des changements socio-économiques et territoriaux parfois inaperçus, silencieux, sous-étudiés. L’équipe entend ici partager ses travaux à travers certaines activités menées dans le cadre de son programme de recherche financé par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) et la Région Nouvelle-Aquitaine. Il est ainsi question de livrer, de manière élargie, le fruit de nos réflexions engagées dans plusieurs localités rurales de la France de l’ouest et qui trouveront certainement un écho plus lointain, au sein d’autres territoires. Actuellement lancée dans des opérations d’enquête et d’observations sur plusieurs terrains (Ariège, Dordogne, Vienne, Maine-et-Loire), l’équipe souhaite transmettre quelques principes fondateurs de son approche : proximité mesurée avec les territoires étudiés et ses habitants, production et commu-nication dans des réseaux scientifiques, usage réflexif de l’image comme outil de travail, de communication et de réflexion.

      https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/3777/files/2018/09/Web_Sept2018_Journal_CAMIGRI-compressed.pdf
      #agriculture #fraises #Pays_Vernois #mineurs #MNA #mineurs_non_accompagnés #Ariège #marginalité #millieu_rural

    • Lettre d’information n°2

      L’installation des populations migrantes dans les campagnes de l’Ouest français peut prendre des formes très différentes, s’inscrire dans une tradition d’accueil ancienne parfois réactivée par des initiatives indivi-duelles plus récentes. Comment les populations installées ou celles qui se sont succédé ont-elles pu contribuer à l’évolution démographique des territoires ruraux étudiés ? L’équipe CAMIGRI vous propose, dans la deuxième édition de sa newsletter, quelques exemples illustrés à partir de ses travaux de recherche en cours

      https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=DD6uCq2mdZue9rVdu5tG6Z24ZbspMlj7
      #campagnes_hospitalières #Carla-Bayle #CADA #innovation_sociale #Saint-Just-Le-Martel #agriculture #maraîchage #développement_local

  • Macron en Anjou. « Dans la plus grande ville sans collège public » à Beaupréau-en-Mauges Nathalie Hamon - Nantes ma Ville
    https://nantes.maville.com/actu/actudet_-macron-en-anjou.-dans-la-plus-grande-ville-sans-college-pub

    Macron est allé hier prêcher la bonne parole aux élèves du collège privé catholique de Beaupréau en Mauges dans le Maine et Loire, commune de 23000 habitants sans collège public !

    Des parents d’élèves de la ville des Mauges et le Collectif pour la promotion de l’école demandent à être reçus par le Président de la République.

    Le conseil local de la Fédération des conseils de parents d’élèves de la commune nouvelle Beaupréau-en-Mauges et le Collectif pour la promotion de l’école publique dans les Mauges ont demandé à être reçus par Emmanuel Macron pour « évoquer le sujet du collège public. À cette heure, la demande des parents d’élèves est ignorée alors que le Président de la République a choisi de rencontrer les élèves de Charles-de-Foucauld (ensemble scolaire Dom Sortais, N.D.L.R.). Il est impossible qu’il puisse venir à Beaupréau sans entendre parler du long combat que mènent les parents pour obtenir un collège public », revendiquent-ils dans un communiqué.

    Ils précisent : « Le Président mettra les pieds dans la plus grande ville de France (plus de 23 000 habitants) sans collège public mais avec deux collèges privés. Comment le premier représentant de la République peut laisser perdurer cette anomalie historique ? »

    Le conseil départemental du Maine-et-Loire a acté, en janvier 2018, la construction d’un collège public https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/cholet-49300/un-college-public-beaupreau-statu-quo-cholet-5536452 de 348 places pour une ouverture « au mieux » en 2023, dans la cité scolaire de Beaupréau.
    https://nantes.maville.com/actu/actudet_-macron-en-anjou.-dans-la-plus-grande-ville-sans-college-pub

    #education #école #manipulation #enfants #privatisation #enseignement #enmarche

  • La #mairie du #Mans évacuée après une #bataille_rangée avec des #forains
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/03/25/affrontements-entre-forains-et-forces-de-l-ordre-au-mans_5440828_3224.html

    Selon Le #Maine libre, la place des Jacobins, située à proximité de la mairie, est « totalement paralysée ». Les forains ont « mis le feu à une #caravane », poursuit le quotidien régional. Norman Bruch a appelé ces derniers à « s’équiper » pour « aller à la gare et faire descendre les gens des trains », raconte Le Maine libre, ajoutant que « des pavés commencent à être descellés ».

    #patate_de_forain

  • Nutty squirrel challenges massive bald eagle when it landed in a nearby tree | Daily Mail Online
    https://www.dailymail.co.uk/news/article-6819115/Nutty-squirrel-challenges-massive-bald-eagle-landed-nearby-tree.html

    This is the David and Goliath moment a brave squirrel made the seemingly nuts move of challenging a bald eagle. 

    The raging rodent was trying to defend its babies nestled in a dray within the branches of a tree in Lincoln, Maine.

    Despite usually being on the menu for her opponent, the squirrel’s mothering instinct took over any sense of danger as she repeatedly harassed and goaded the iconic eagle predator.

    #écureuil

  • Des nouvelles du bled : #Pesticides et #Parkinson : à Angers, la justice reconnaît (enfin) l’origine professionnelle de la maladie

    Pesticides : l’origine professionnelle de la maladie de Parkinson reconnue
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/03/11/97001-20190311FILWWW00058-pesticides-l-origine-professionnelle-de-la-maladi

    Marcel Geslin, un ancien employé arboricole, mort l’an dernier à 74 ans, a obtenu aujourd’hui la reconnaissance par la justice de l’origine professionnelle de sa maladie de Parkinson, a appris l’AFP auprès de sa famille.

    « Ce n’est pas qu’une victoire pour l’honneur. Nous souhaitons qu’elle contribue à faire évoluer la législation sur les maladies professionnelles liées aux produits phytosanitaires, afin que ce qui est arrivé à mon frère n’arrive plus », a commenté Michel Geslin, frère et tuteur de Marcel, qui a mené le combat administratif pour obtenir cette reconnaissance devant le Tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) du Maine-et-Loire. Employé pendant 37 ans dans la même entreprise arboricole à Loiré (ouest d’Angers) où il a passé toute sa vie, Marcel Geslin était préposé à l’entretien des vergers, la taille, l’éclaircissage, la cueillette... « Il ne manipulait pas lui-même les produits phytosanitaires. Mais comme tous les employés à l’époque, il travaillait dans les rangs pendant et après les traitements », rapporte Michel Geslin.

    Apparus en 2008 après son départ en retraite, ses troubles ont été diagnostiqués « de type Alzheimer » avant d’être requalifiés en « maladie de Parkinson » quelques années plus tard, entraînant l’ouverture d’une demande de reconnaissance en maladie professionnelle provoquée par les pesticides. « Cette reconnaissance nous a été refusée une première fois en 2017 parce que le certificat initial de son médecin traitant n’avait fait mention que de troubles de mémoire. Alors même que la MSA (Mutualité sociale agricole) disposait de tous les avis des spécialistes », regrette Michel Geslin.

    Un deuxième refus sera opposé à la famille en 2018 pour des questions de délai d’instruction. C’est l’avis du Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles de Bretagne, où le cas de Marcel Geslin a été délocalisé, qui se révélera décisif. « C’est un cas emblématique car il montre que les organismes de protection sociale agricole, bien que parfaitement informés, préfèrent laisser filer. Pour qui veut faire reconnaître sa maladie, c’est un parcours du combattant », assure Michel Besnard, porte-parole du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest, lequel revendique 14 reconnaissances auprès des Tass de la région depuis sa création il y a quatre ans.

    A l’échelle nationale, il n’existe aucune donnée statistique publique sur les maladies professionnelles liées aux produits phytosanitaires. En 2017, Patrice Heurtaut, directeur de la santé-sécurité au travail de la MSA avait indiqué qu’elles représentaient « 2% des maladies professionnelles déclarées au titre du régime agricole ». Phytovictimes, autre association d’aides aux victimes professionnelles, a recensé 429 dossiers depuis sa création en 2011, dont 92 pour des maladies de Parkinson.

    Article du Monde du 09/05/2012 :
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/09/le-lien-entre-la-maladie-de-parkinson-et-les-pesticides-officiellement-recon

    Lundi 7 mai, est entré en vigueur un décret qui reconnaît la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle et établit explicitement un lien de causalité entre cette pathologie – seconde maladie neurodégénérative en France après Alzheimer – et l’usage des pesticides.

    #maladies_professionnelles #agriculture_toxique #foutage_de_gueule

    • https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/l-origine-professionnelle-de-la-maladie-de-parkinson-reconnue-202-146202.h

      L’audience s’est tenue devant le tribunal des affaires de sécurité sociale de Maine-et-Loire (Tass) lundi. « Le Comité Régional de reconnaissance des maladies professionnelles de Bretagne a reconnu ce caractère professionnel. Et la Mutualité sociale agricole ne s’y oppose plus. Il n’y a plus d’obstacle. Nous souhaitons qu’elle contribue à faire évoluer la législation sur les maladies professionnelles liées aux produits phytosanitaires, afin que ce qui est arrivé à mon frère n’arrive plus », a commenté Michel Geslin, frère et tuteur de l’employé décédé. Celui-ci, Marcel Geslin, avait travaillé pendant 37 ans dans la même entreprise arboricole à Loiré (ouest d’Angers) où il a passé toute sa vie. Il était préposé à l’entretien des vergers, la taille, l’éclaircissage, la cueillette... « Il ne manipulait pas lui-même les produits phytosanitaires. Mais comme tous les employés à l’époque, il travaillait dans les rangs pendant et après les traitements », rapporte Michel Geslin.

      Apparus en 2008 après son départ en retraite, ses troubles ont été diagnostiqués « de type Alzheimer » avant d’être requalifiés en « maladie de Parkinson » quelques années plus tard, entraînant l’ouverture d’une demande de reconnaissance en maladie professionnelle provoquée par les produits phytosanitaires. « Cette reconnaissance nous a été refusée une première fois en 2017 parce que le certificat initial de son médecin traitant n’avait fait mention que de "troubles de mémoire". Alors même que la MSA (Mutualité sociale agricole) disposait de tous les avis des spécialistes », regrette Michel Geslin. Un deuxième refus sera opposé à la famille en 2018 pour des questions de délai d’instruction.

      C’est l’avis du Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles de Bretagne, où le cas de Marcel Geslin a été délocalisé, qui a changé la donne. « C’est un cas emblématique car il montre que les organismes de protection sociale agricole, bien que parfaitement informés, préfèrent laisser filer. Pour qui veut faire reconnaître sa maladie, c’est un parcours du combattant », assure Michel Besnard, porte-parole du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest, lequel revendique 14 reconnaissances auprès des Tass de la région depuis sa création il y a quatre ans. Patrice Heurtaut, directeur de la santé-sécurité au travail de la MSA, avait indiqué en 2017 que la maladie de Parkinson représentait « 2 % des maladies professionnelles déclarées au titre du régime agricole ». Phytovictimes, autre association d’aides aux victimes professionnelles, a recensé 429 dossiers depuis sa création en 2011, dont 92 pour des maladies de Parkinson.

    • https://www.oxygeneradio.com/news/loire-les-pesticides-ont-tue-un-ouvrier-arboricole-20252

      La famille de Marcel Geslin, ouvrier agricole dans des vergers à pommes de Loiré, vient d’obtenir la reconnaissance de sa maladie de Parkinson comme maladie professionnelle due aux pesticides, après 3 ans de combat contre le refus de la MSA.

      La maladie d’un Loiréen vient d’être reconnue d’origine professionnelle. Marcel Geslin est décédé en juillet dernier de Parkinson, après 37 ans d’exposition aux pesticides dans des vergers à pomme de Loiré.

      Cette reconnaissance par le tribunal des Affaires de sécurité sociale (TASS) hier à Angers est « exemplaire » selon le Collectif de soutien aux victimes de pesticides de l’Ouest. La famille de Marcel Geslin s’est battue pendant près de 3 ans contre le refus de la MSA en saisissant le tribunal et deux comités de reconnaissance en maladie professionnelle, à trois reprises.

      « La Mutualité sociale agricole (MSA) n’informe pas ses assurés de leur droit », gronde Michel Besnard du collectif, et cette reconnaissance est « la preuve que les pesticides tuent ». La famille de Marcel Geslin recevra la confirmation du tribunal par courrier le 15 avril.

  • BIS communes nouvelles 2019_9 - bis_130_2.pdf
    https://www.collectivites-locales.gouv.fr/files/files/statistiques/brochures/bis_130_2.pdf

    Entre 2010 et 2019, 2 508 #communes se sont regroupées pour créer 774 #communes_ nouvelles. Ces créations se sont fortement accélérées depuis 2016. En conséquence, au 1er janvier 2019, on compte 34 970 communes en France, soit 5 % de moins qu’au 1er janvier 2010. Ces 774 communes nouvelles sont plus nombreuses dans le quart Nord-Ouest de la France et plus particulièrement dans le Calvados, l’Eure, le Maine-et-Loire et la Manche. Elles sont plus peuplées que la moyenne des communes françaises.

    #collectivités_territoriales #géographie_administrative

  • #Angers : constitution d’une #Assemblée_de_lutte_pour_le_logement
    https://fr.squat.net/2019/03/06/angers-constitution-dune-assemblee-de-lutte-pour-le-logement

    Après deux assemblées générales publiques à la #Grande_Ourse, les 20 et 27 février dernier, une Assemblée de lutte pour le logement s’est constituée. Son objectif : s’organiser face à la crise de l’accès au logement, à celle de l’hébergement d’urgence, et aux différentes expulsions à venir (Grande Ourse et campement rue du Maine). Face aux différentes […]

    #manifestation #rassemblement

  • #Angers : Constitution d’une Assemblée de lutte pour le #logement
    https://nantes.indymedia.org/articles/44829

    Après deux assemblées générales publiques à la Grande Ourse, les 20 et 27 février dernier, une Assemblée de lutte pour le logement s’est constituée. Son objectif : s’organiser face à la crise de l’accès au logement, à celle de l’hébergement d’urgence, et aux différentes expulsions à venir (Grande Ourse et campement rue du Maine)

    #Resistances #/ #squat #Resistances,/,squat,logement

  • Is Your Ship Safe? Help Us Find Out Whether Navy Reforms… — ProPublica
    https://www.propublica.org/getinvolved/is-your-ship-safe-navy-fleet-reforms

    The Navy promised to implement reforms in the wake of two deadly 2017 crashes. We’re trying to find out how it’s doing — and we need to hear from sailors in all six of the numbered fleets that patrol the world’s oceans.

    @simplicissimus

    • #merci !
      intéressant de voir combien #ProPublica obtiendra de réponses et lesquelles. Le rapport de l’Amiral Fort, sorti la semaine dernière, laisse voir (au moins) certaines des unités dans un état véritablement désastreux…

      Et, dans la série : TVB vs rien ne bouge, cet article d’hier sur ProPublica :

      An Admiral Told a Senator Most Navy Reforms Were… — ProPublica
      https://www.propublica.org/article/admiral-bill-moran-navy-reforms


      The USS Fitzgerald heads toward its Yokosuka Base in Japan after a collision with a cargo ship.
      The Asahi Shimbun via Getty Images

      Adm. Bill Moran told ProPublica this week that none of the promised reforms had been completed, but that work had started on the pledges.

      Sen. Angus King wanted some straight answers. At a Feb. 12 hearing of a panel of the Senate Armed Services Committee, he expressed alarm over recent revelations concerning two deadly collisions of Navy ships in the Pacific in 2017. King, a Maine independent, declared the accidents avoidable and questioned the Navy’s commitment to fixing the problems that had helped cause them. Frustrated, King challenged a top Navy leader to come clean.

      I want real numbers. I don’t want general ‘We’re working on staffing’ or ‘We’re working on more training,’ because these were avoidable tragedies,” King told Adm. Philip Davidson, the top military commander in the Pacific. “I would like to see specific responses from the Navy. Not promises and not good feelings.

      Nine days later, Davidson sought to reassure King, who while an independent caucuses with Democrats, that his worry and frustration were unwarranted. In a letter dated Feb. 21, Davidson told King the Navy counted as “complete” 91 of the more than 100 reforms it had promised to make in the months after 17 sailors died in back-to-back crashes with civilian ships in the summer of 2017.

      It is a claim directly contradicted by Adm. Bill Moran, the No. 2 man in charge of the Navy. Moran told ProPublica this week that, in fact, none of the promised reforms had been completed. Moran said work had started on 91 of what he said were 103 pledges to, among other things, provide more sailors to under-manned ships in Japan and stop ships from sailing without complete certifications regarding their navigation and war-fighting abilities — both issues in the two 2017 deadly collisions.

      It doesn’t happen overnight,” Moran said of the reforms.

      ProPublica contacted both the Navy and King’s office to inquire about the discrepancy. A spokesman for the Navy said it had “implemented” 91 of its many reforms, pledges that included more sailors for its ships, fixes for its equipment and ending the practice of forcing ships out to sea before they were ready. The spokesman said “implemented” meant “corrective actions, plans or policies are in place.” But they are not yet completed, the spokesman said, correcting Davidson’s claim.

      Many of these recommendations will take time to fully assess their completeness. So even though they may be fully implemented, they won’t be considered complete … until measurable outcomes are achieved,” the spokesman said. “We are not concerned with actions taken but rather on outcomes achieved, and while significant improvements have been made, we are urgently focused on how we can do things better.

      The spokesman said the Navy planned to update its response to King and the Armed Services Committee.

      The Navy released a breakdown of the status of every reform Wednesday evening. ProPublica has asked sailors to weigh in on the changes they have seen.

      Davidson’s letter to King was first reported on the U.S. Naval Institute’s news website, which posted a copy.

    • les déclarations de l’amiral Moran à ProPublica, reprises sur gCaptain. Et autres,…

      Top US Navy Admiral Says « None Of The Promised Reforms Are Complete » – gCaptain
      https://gcaptain.com/top-us-navy-admiral-says-none-of-the-promised-reforms-are-complete

      Nine days later, Davidson sought to reassure [Sen. Angus] King [Maine, independent], who while an independent caucuses with Democrats, that his worry and frustration were unwarranted. In a letter dated Feb. 21, Davidson told King the Navy counted as “complete” 91 of the more than 100 reforms it had promised to make in the months after 17 sailors died in back-to-back crashes with civilian ships in the summer of 2017.

      It is a claim directly contradicted by Adm. Bill Moran, the No. 2 man in charge of the Navy. Moran told ProPublica this week that, in fact, none of the promised reforms had been completed. Moran said work had started on 91 of what he said were 103 pledges to, among other things, provide more sailors to under-manned ships in Japan and stop ships from sailing without complete certifications regarding their navigation and war-fighting abilities — both issues in the two 2017 deadly collisions.
      […]
      At the hearing, Davidson defended the Navy by noting that the vast majority of ships were not crashing, a remark that drew widespread derision.

      ProPublica also reported that after the crashes, in a talk to ship commanders and other officers, Davidson was asked whether they would be able to push back against orders to sail if they believed their ships were not ready.

      Davidson, according to an admiral inside the theater, responded with anger.

      If you can’t take your ships to sea and accomplish the mission with the resources you have,” he said, “then we’ll find someone who will.

      The remark spread across the Navy, stoking fears among commanders about honestly communicating unsafe conditions for fear of losing their jobs.

      Davidson’s spokesman told ProPublica that he only meant to say that if ships were not fit to sail, they would be replaced by other ships that were.

  • States Are Introducing Bills That Could Prevent Teachers From Advocating for Climate Change - Pacific Standard
    https://psmag.com/news/state-bills-could-prevent-teachers-from-advocating-for-climate-change

    Several states have recently introduced bills that could interfere with the teaching of scientifically founded theories on climate change in public school science curricula.

    A bill in South Dakota would require each school board to adopt a code of ethics that prevents public school elementary and secondary school teachers from advocating “for any issue that is part of a political party platform at the national, state, or local level.” The Arizona legislature introduced a nearly identical bill.

    Virginia legislators proposed a bill with similar language, arguing that some teachers are abusing taxpayer dollars to “speak to captive audiences of students in an attempt to indoctrinate or influence students to adopt specific political and ideological positions on issues of social and political controversy ... under the guise of ’teaching for social justice’ and other sectarian doctrines.”

    In Maine, a comparable bill states that “the rules must require a teacher to provide students with materials supporting both sides of a controversial issue being addressed and to present both sides in a fair-minded, nonpartisan manner.”

    Science education groups are concerned that these bills, if enacted, would limit instruction on anthropogenic climate change, which is a key tenet of state and federal Democratic Party platforms. In the case of Maine, the bill could require teachers to discuss climate change as a disputed theory and present disproven theories for the global rise in temperatures as valid.

    Other states have introduced legislation that singles out the teaching of climate change directly. A bill in Montana takes a public stance on climate change that “reasonable amounts of carbon dioxide released into the atmosphere have no verifiable impacts on the environment; science shows human emissions do not change atmospheric carbon dioxide emissions enough to cause climate change; claims that carbon associated with human activities causes climate change are invalid; and nature, not human activity, causes climate change.” Any educational and informational materials on climate change would be required to include this information.

    Climate change has become an increasingly politicized topic under the Trump administration. The president has publicly denounced its existence, and some federal agencies have removed the phrase “climate change” from webpages and other documents. Yet as global temperatures continue to rise (2018 was the fourth hottest year on record), at least 97 percent of climate experts maintain that “[c]limate-warming trends over the past century are extremely likely due to human activities.”

    #Education #Climat #Politique_scientifique #Folie

  • Européennes : Marine Le Pen se présente comme la madone des « vrais Gilets jaunes »
    https://www.latribune.fr/economie/france/europeennes-marine-le-pen-se-presente-comme-la-madone-des-vrais-gilets-jau

    Marine Le Pen s’est présentée dimanche comme la porte-voix des "vrais Gilets jaunes" pour les élections européennes du 26 mai prochain, prenant la défense "des travailleurs pauvres, des mamans célibataires admirables et des retraités miséreux".

    La présidente du Rassemblement national (RN) s’exprimait lors d’une réunion publique à Saint-Paul-du-Bois (Maine-et-Loire), petite commune rurale de 600 habitants qui l’avait placée à égalité parfaite avec Emmanuel Macron au soir du premier tour de l’élection présidentielle de 2017, avec 19,24% des inscrits, mais loin derrière François Fillon (35,77%).

    A moins de cent jours du scrutin, la dirigeante d’extrême droite a critiqué « l’atterrant moment de narcissisme présidentiel » et le « long monologue soporifique » d’Emmanuel Macron à l’occasion du "Grand débat national" décidé par l’exécutif en réponse à la crise des "Gilets jaunes".

    "Il n’a pas compris que (...) les vrais Gilets jaunes - pas les racailles d’extrême gauche qui s’y invitent pour y introduire leur haine et leur violence - ne sont pas les fainéants (...) qu’il croit, mais des travailleurs pauvres, des mamans célibataires admirables et des retraités miséreux", a-t-elle déclaré.

    "Le peuple ne veut plus débattre, il veut décider", a-t-elle clamé devant plusieurs centaines de personnes.
    Jordan Bardella, la jeune tête de liste du Rassemblement national aux élections européennes, a lui aussi dénoncé le "grand faux débat complètement verrouillé", d’"interminables cours magistraux orchestrés par le professeur Macron".

  • LRM : le départ du député Matthieu Orphelin signe de la fracture de la majorité
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/02/07/lrm-le-depart-du-depute-matthieu-orphelin-signe-de-la-fracture-de-la-majorit


    Le député de la première circonscription du Maine-et-Loire, Matthieu Orphelin, à Angers, en juin 2017.
    JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

    Le feu couvait depuis de longs mois, il s’est embrasé au plus mauvais moment pour la majorité. Le député écologiste Matthieu Orphelin a annoncé son départ du groupe La République en marche (LRM) dans un e-mail adressé à ses collègues mercredi 6 février. Un claquement de porte qui intervient au lendemain du vote sur la proposition de loi anticasseurs sur laquelle la majorité s’est fracturée. Cinquante députés LRM se sont abstenus, une première dans l’histoire du groupe.

    L’élu de Maine-et-Loire est l’un de ceux-là, mais contrairement à certains de ses collègues, ce n’était pas la première fois qu’il exprimait des divergences. La décision de partir mûrit depuis de longs mois. Matthieu Orphelin n’avait pas voulu la prendre au plus fort de la crise des « gilets jaunes » afin de ne pas fragiliser davantage l’exécutif. « Tant que je suis utile, je reste », avait-t-il coutume de répéter.

    Ce proche de Nicolas Hulot a toujours évolué aux marges d’un groupe dans lequel il endossait le rôle de lanceur d’alerte. Dès le mois de juillet 2017, aux tous premiers jours d’existence de la majorité, il avait été le premier à s’élever publiquement contre la hausse de 5 euros de l’aide personnalisée au logement (APL). Il a depuis joué une double partition : la lutte pour la transition écologique et la défense des plus vulnérables. Au printemps 2018, il avait été l’un des fervents opposants au projet de loi asile et immigration porté par le ministre de l’intérieur d’alors Gérard Collomb.

    Mais c’est sur les questions d’écologie qu’il avait particulièrement fait entendre sa différence. En mai 2018, c’est lui qui était à la manœuvre pour tenter d’inscrire dans la loi la promesse présidentielle d’interdire l’utilisation du glyphosate en trois ans. Les députés avaient finalement voté majoritairement contre.

  • Loi anticasseurs : plusieurs députés de la majorité ne vont pas voter le texte
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/02/04/loi-anticasseurs-plusieurs-deputes-de-la-majorite-ne-vont-pas-voter-le-texte

    Des élus de La République en marche vont s’abstenir, voire voter contre la proposition de loi en raison de son article 2, qui devrait permettre aux préfets de prononcer des interdictions de manifester.
    Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 14h16

    La loi anticasseurs qui doit être votée mardi à l’Assemblée nationale crée une ligne de fracture chez les députés de la majorité. Plusieurs élus de La République en marche (LRM) ont ainsi fait savoir qu’ils allaient s’abstenir, et voire qu’ils réfléchissaient à voter contre cette proposition de loi. En cause : l’article 2 du texte, qui prévoit la possibilité pour les préfets de prendre une interdiction administrative de manifester à l’encontre de toute personne qui « constitue une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public ».

    Le député Matthieu Orphelin écrit dans un communiqué, lundi 4 février, que « la nouvelle interdiction administrative de manifester [lui] pose problème sur la liberté fondamentale de manifester, au cas où elle viendrait à être mal utilisée par un futur régime mal intentionné, par exemple d’extrême droite ».

    Malgré d’autres mesures du texte, que l’élu du Maine-et-Loire juge « efficaces » (nouveau délit de dissimulation volontaire du visage, possibilité de fouilles), il s’abstiendra mardi, en « espérant » de nouvelles évolutions sur ces interdictions préalables de manifester.

    Aurélien Taché, député du Val-d’Oise, a lui déclaré, dans Le Journal du dimanche, qu’il s’abstiendrait « en l’état ». « On ne peut pas mettre la restriction de liberté comme un principe », faute de quoi «  on met le doigt dans quelque chose qui pourrait conduire à des dérives », a-t-il insisté, lundi, sur LCP.

    D’autres députés LRM vont s’abstenir, comme Paula Forteza (Français de l’étranger). Martine Wonner (Bas-Rhin) ne votera pas non plus la proposition de loi LR : elle s’abstiendra, voire votera contre, a-t-elle indiqué à l’Agence France-Presse.

    Sonia Krimi (Manche) prévoit de voter contre ce texte, qui « n’aide pas à la cohésion sociale », et essaie de « convaincre » des collègues, a-t-elle déclaré à l’AFP. Elle juge l’article sur les interdictions administratives de manifester « liberticide », « contraire à la Déclaration des droits de l’homme » et « inutile ».

    • La loi anticasseurs fracture la majorité
      https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/02/06/la-loi-anticasseurs-fracture-la-majorite_5419963_823448.html

      Le doigt de l’un pointe sévèrement le visage de l’autre. « On ne débat pas devant les caméras », admoneste Gilles Le Gendre, président du groupe La République en marche (LRM), mardi 5 février dans la salle des Quatre-Colonnes de l’Assemblée nationale. A ses côtés, Sonia Krimi, députée de sa majorité, a tenté d’engager le dialogue. En vain.

      L’heure n’est pas à mettre en scène des désaccords qui viennent de s’exprimer dans l’Hémicycle. Aux journalistes, le patron de la majorité annonce le coup de semonce qui vient de se produire. Cinquante députés de la majorité, dont Mme Krimi, se sont abstenus lors du vote en première lecture de la proposition de loi anticasseurs. Un désaveu pour le gouvernement. Jamais une telle défiance ne s’était exprimée dans la majorité depuis le début du quinquennat. « Il n’y a eu aucun vote contre », tente de relativiser M. Le Gendre.

      Au Palais-Bourbon, les députés LRM se divisent donc en deux camps, mardi soir. Ceux qui d’un côté se sont abstenus, craignant que le texte ne porte atteinte à la liberté de manifester. Et ceux qui, de l’autre, fustigent des collègues qui auraient « mal lu le texte » tel qu’il a été réécrit par les députés. La version initiale, plus dure, avait été rédigée et votée par les sénateurs de droite. Le gouvernement s’est appuyé sur ce texte pour faire rapidement adopter des mesures destinées à répondre aux violences perpétrées en marge des manifestations des « #gilets_jaunes » depuis le mois de novembre. Le dialogue a parfois été âpre avec le gouvernement pour corriger la copie des sénateurs. Alors, à la sortie, le verdict est « un peu dur » pour Jean-François Eliaou, responsable de ce texte pour la majorité. « Je n’ai pas encore disséqué le schpountz mais ça prête à réflexion », concède-t-il.
      […]
      Avec ces voix manquantes, La République en marche n’a plus la majorité absolue à l’Assemblée, ce qui a toujours été sa force. Même le poids du MoDem, dont quatre membres se sont abstenus et un a voté contre mardi, n’a pas suffi à renverser la vapeur. Ce sont les voix de droite qui ont permis l’adoption, large, du texte, par 387 voix pour et 92 contre.

    • |---------|-----:|------:|-------:|--------:|------:|-----:|
      |         | pour | abst. | contre | non.vot | total | dép. |
      |---------|-----:|------:|-------:|--------:|------:|-----:|
      | LREM    |  241 |    50 |        |       2 |   293 |  307 |
      | LR      |   97 |     4 |      2 |         |   103 |  104 |
      | Modem   |   37 |     4 |      1 |         |    42 |   46 |
      | Soc.    |      |       |     29 |         |    29 |   29 |
      | UDI     |   12 |    13 |      3 |         |    28 |   29 |
      | FI      |      |       |     17 |         |    17 |   17 |
      | GDR     |      |       |     16 |         |    16 |   16 |
      | L&T     |      |     2 |     13 |         |    15 |   16 |
      | non ins |      |     1 |     11 |         |    12 |   13 |
      |---------|-----:|------:|-------:|--------:|------:|-----:|
      | Total   |  387 |    74 |     92 |         |   553 |  577 |
      |---------|-----:|------:|-------:|--------:|------:|-----:|

      détail du vote : http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/1662

    • Mon dieu ! 50 abstentions ! C’est la preuve qu’on est encore en démocratie, que les députés LREM ne sont pas des godillots, et qu’ils auraient même une âme !

      C’est la meilleure preuve que la France ne mérite pas, contrairement à ce que je sous-entendais, des sous-entendus entendus comme ceux que l’on se permet quand on écrit au sujet de la Chine :
      https://seenthis.net/messages/757542#message757593

      Le parlement chinois, soumis au Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir, devrait sauf surprise voter la loi

  • Cholet. Les sapeurs-pompiers sont interdits de piscine et de stade Nathalie HAMON - 29 Janvier 2019 - Ouest France
    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/cholet-49300/cholet-les-pompiers-interdits-de-piscine-et-de-stade-6202112

    Pour dénoncer un manque de moyen, les pompiers de Cholet avaient tourné le dos au président du Service départemental d’incendie et de secours lors d’une cérémonie, le 1er décembre dernier. Depuis, le maire de la ville les prive d’accès au stade et à la piscine municipale.


    Gilles Bourdouleix, maire de Cholet, avait rapidement quitté les lieux en voyant les pompiers lui tourner le dos. | OUEST FRANCE

    Nous avons pu en avoir la confirmation au terme de plusieurs coups de fil. Les sapeurs-pompiers de Cholet n’ont plus de créneau d’entraînement au centre aquatique GlisséO, ainsi qu’au stade omnisports : respectivement une heure le mercredi matin et une heure et demie le vendredi matin. Et cela depuis leur action lors de la cérémonie de la Sainte-Barbe, le 1er décembre 2018.

    Les pompiers choletais s’adaptent
    Ce jour-là, les soldats du feu, professionnels et bénévoles, avaient tourné le dos à leur hiérarchie, afin de dénoncer un manque de moyens et un problème d’effectifs, dans le Maine-et-Loire. Leur action visait le président du Service départemental d’incendie et de secours, Patrice Brault, conseiller départemental également élu au sein de la majorité municipale choletaise.

    Présent, le maire de Cholet, Gilles Bourdouleix, n’avait guère apprécié la plaisanterie : sa colère avait stoppé la cérémonie tout juste commencée.

    Depuis, les pompiers choletais n’ont pas voulu polémiquer sur cette interdiction d’accès à deux équipements choletais. Ils préfèrent se taire. L’un d’eux lâche cependant : « On ne va pas gaspiller notre énergie sur des choses qui nous paraissent tellement invraisemblables ! »

    Quant aux séances de sport, nécessaires à « l’entretien de leurs conditions physiques », ils s’adaptent. Ils ont déjà l’habitude d’aller courir au parc de loisirs de Ribou. Si la caserne est équipée d’un gymnase, elle n’a en revanche pas de bassin.

    #pompiers #désobéissance #élus #autorités #cholet #Gilles_Bourdouleix
    Une illustration de la #bêtise et de la #violence des #élus_locaux

  • L’histoire d’un « vin vivant », produit sans aucun additif avec des moyens 100% naturels
    https://www.bastamag.net/L-histoire-d-un-vin-vivant-produit-sans-aucun-additif-avec-des-moyens-100

    Face à l’industrialisation de la viticulture sur l’ensemble de la chaîne de fabrication – de la taille au tri en passant par la récolte – et à l’uniformisation du goût des vins à travers des processus chimiques complexes, des vignerons ont décidé de prendre le chemin inverse. Olivier et Baptiste Cousin, viticulteurs à Martigné-Briand, dans le Maine et Loire, sont producteurs de vin nature, en biodynamie, à traction animale. L’équipe de Side-ways, la web-série itinérante, est allée les rencontrer. Olivier (...)

    #Inventer

    / #Alimentation_et_agriculture_biologique, #Travailler_autrement, #Vidéos, #Agriculture, A la (...)

  • Gilets Jaunes : regards sur une crise | Inscriptions | EHESS
    https://www.ehess.fr/fr/regards-sur-une-crise

    Du 23 janvier au 11 février, en partenariat avec France Culture, l’Ecole des hautes études en sciences sociales propose une série de conférences gratuites et ouvertes au public avec des chercheurs de différentes disciplines et des journalistes pour réfléchir collectivement au mouvement et confronter les lectures de l’événement.

    Afin d’éviter une trop forte affluence, une inscription préalable vous est demandée, dans la limite des places disponibles.

    GILETS JAUNES ET CLASSES POPULAIRES ?
    Mercredi 23 janvier de 18h-20h30.

    Intervenants :
    • Florence Aubenas (sous réserve), journaliste au Monde , auteure de Le quai de Ouistreham (Éditions de l’Olivier, 2010)
    • Isabelle Coutant (CNRS), auteure de Les migrants en bas de chez soi (Seuil, 2018)
    • Julian Mischi (INRA), co-auteur, avec Ivan Bruneau, Gilles Laferté et Nicolas Renahy, de Mondes ruraux et classes sociales (Éditions de l’EHESS, 2018)
    • Gérard Noiriel (EHESS), auteur d’Une histoire populaire de la France (Agone, 2018)

    REVENDICATIONS, MOBILISATIONS, RÉPRESSIONS
    Lundi 4 février de 18h à 20h30

    Intervenants :
    • Guillaume Duval, journaliste à Alternatives économiques
    • Cédric Moreau de Bellaing (ENS), auteur de Force publique. Une sociologie de l’institution policière (Économica, 2015)
    • Danielle Tartakowsky (Paris 8), auteur avec Michel Margayraz de L’État détricoté. De la Résistance à la République en Marche (Éditions du détour, 2018)

    UNE CRISE DE LA DÉMOCRATIE
    Jeudi 7 février de 18h à 20h30

    Intervenants :
    • Julia Cagé (Sciences Po), auteure de Le Prix de la Démocratie (Fayard, 2018)
    • Olivier Christin (Université de Neuchâtel), auteur de Vox Populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel (Seuil, 2014)
    • Magali Della Sudda (CNRS), membre d’un collectif de chercheurs enquêtant sur les gilets jaunes

    INÉGALITÉS ET JUSTICE SOCIALE
    Lundi 11 février de 18h à 20h30

    Intervenants :
    • Antoine Bozio (EHESS), auteur d’Économie des politiques publiques (La Découverte, 2018)
    • Rachel Renault (Université du Maine), auteure de La permanence de l’extraordinaire. Fiscalité, pouvoirs et monde social en Allemagne aux XVIIe-XVIIIe siècles (Editions de la Sorbonne, 2017)
    • Alexis Spire (CNRS), auteur de Résistances à l’impôt, attachement à l’Etat. Enquête sur les contribuables français, Paris (Seuil, 2018)

  • Gilets Jaunes Le Mans le 12 janvier

    Nous étions selon le Maine Libre 2 000 personnes

    Place de préfecture c’était tendu, les crs n’ont pas arrêté de lancer des gaz lacrymo. Je dirais que cela a duré une demie heure. Puis ils ont chargé avec les véhicules et un cordon de crs très agressifs pour dégager la place.
    Ensuite les manifestant·es se sont engouffré·es dans des rues adjacentes mais je n’ai pas suivi car je craignais que cela dégénère.
    J’étais située de l’autre côté du nuage qu’on voit sur la photo.

    J’ai le sentiment que le mouvement prend de l’ampleur, au moins au Mans, 2 000 personnes selon les médias.

    • Des peines de prison prononcées à l’encontre de gilets jaunes

      Arrêtés en fin de journée, ils ont tous les trois été placés en garde à vue. Aux trois, il leur est reproché des faits de violence sur une personne dépositaire de l’autorité publique sans incapacité.

      La plus grosse peine, cinq mois de prison avec mandat de dépôt dont deux avec sursis, a été prononcée pour le dernier à comparaître.

      Avec une interdiction de manifester pendant trois ans sur le territoire de la Sarthe et de porter une arme pendant cette même période.

      Il a reconnu avoir renvoyé une grenade lacrymogène en direction des forces de l’ordre. « Je n’aurai pas dû le faire », reconnait-il.

      Son casier judiciaire portant onze mentions et neuf condamnations ne l’a pas aidé.

      Un autre des trois prévenus a été condamné à de la prison : huit mois avec mandat de dépôt dont deux avec sursis. Mais la peine sera exécutée sous le bénéfice d’un bracelet électronique.

      Lui aussi a une interdiction de manifester sur le territoire sarthois pendant trois ans ainsi que de porter une arme pendant cette période.

      Il lui est reproché des insultes envers les forces de l’ordre et d’avoir jeté une cannette en verre. Il reconnaît les premiers faits, pas le second.

      Enfin, le troisième prévenu écope de six mois avec sursis et mise à l’épreuve. Il est convoqué au service pénitentiaire d’insertion et de probation le 31 janvier.

      https://www.lemainelibre.fr/actualite/justice-des-peines-de-prison-prononcees-a-l-encontre-de-gilets-jaunes-1

      Lycéen en garde-à-vue : des lycéens manifestent
      https://www.lemainelibre.fr/actualite/le-mans-lyceen-en-garde-a-vue-des-lyceens-manifestent-17-01-2019-237558

      Ce mercredi, un lycéen de 17 ans, scolarisé à Malraux, à Allonnes, a été placé en garde à vue "pour des jets de projectiles place de la République et place Aristide-Briand" dans le cadre de la manifestation des Gilets jaunes remontant au samedi 5 janvier.

      Ce jeudi matin, des lycéens de Malraux, Touchard et du lycée sud se sont retrouvés devant la préfecture. Ils ont ensuite rejoint le tribunal où leur « camarade » devait être présent, selon eux.

    • Manifestation des gilets jaunes au Mans : un acte 10 totalement pacifique et sans confrontation avec les forces de l’ordre ?
      https://actu.fr/pays-de-la-loire/mans_72181/manifestation-gilets-jaunes-mans-acte-10-totalement-pacifique-sans-confrontatio

      Si avec deux marches organisées ce week-end des 19 et 20 janvier 2019 à Sablé-sur-Sarthe fait figure d’épicentre, Le Mans reste un point névralgique pour « un rassemblement du grand ouest » surtout après l’interdiction de manifestation à Angers. La frange pacifique du mouvement appelle à une nouvelle manifestation au départ de la gare SNCF du Mans à 11 h.
      Action symbolique contre les violences

      Cette marche « ultra-pacifique » doit notamment rallier la Cité judiciaire. Le groupe « Colère 72 » invite les manifestants à venir avec du ketchup ou un mélange de farine eau colorant pour fabriquer du faux sang. Il s’agit de « dénoncer les violences faites sur les gilets jaunes ».

      Pour éviter les tensions des dernières semaines devant la préfecture de la Sarthe, les plus pacifiques devraient ensuite rejoindre le rond-point des Fontenelles, dans le quartier des Maillets.
      Vers une convergence des luttes ?

      Le mouvement se veut toujours « apolitique, non syndical, non associatif de toute obédience, non philosophique ou religieux » mais un rapprochement s’est opéré. Une réunion a d’ailleurs eu lieu cette semaine avec plusieurs organisations syndicales sarthoises sur fond de convergence des luttes, un gilet jaune précise :

      Les revendications prioritaires des gilets jaunes portent sur les points suivants : pouvoir d’achat, justice fiscale, démocratie, justice climatique… Beaucoup de ces revendications ressemblent à celles de nombreux syndiqués, à celles portées par des organisations syndicales.

      L’appel au calme de Stéphane Le Foll

      A LIRE AUSSI. Au Mans, des gilets jaunes s’invitent à la mairie et rencontrent Stéphane Le Foll

      Le mouvement gilet jaunes s’organise. Après la rencontre avec le maire du Mans Stéphane le Foll, le cabinet du maire a proposé aux gilets jaunes une salle à la maison des associations pouvant servir de QG. Les gilets jaunes ont également rencontré le sénateur Jean-Pierre Vogel.