provinceorstate:massachusetts

  • Domino’s ‘Paving for Pizza’ Stunt Fills Potholes in American Cities - Eater
    https://www.eater.com/2018/9/7/17831586/dominos-potholes-paving-for-pizza-towns


    #privatisation partout : le nid-de-poule Domino, le trottoir Starbuck, les chiottes MacDo ?
    Remarque, on a déjà pas mal de ronds-points qui on été payés par le supermarché qui s’est installé à côté et on a des stades et des salles de concert qui portent le nom de boites.

    But beneath the surface, the willingness for cities to take this money is an indictment on the state of American infrastructure funding. Several mayors suggested that getting the money to keep streets in good condition was a major challenge, in some cases blaming a lack of funding from states, or the general difficulties of raising enough tax money to keep roads from falling apart.

    Mayor Stephen DiNatale of Fitchburg, Massachusetts, says that the state gives his city, which is just outside Boston, around $1.2 million for infrastructure repairs to roads and bridges each year (as well as for the equipment to do that work). That’s enough to pave up to 1.5 miles of road, he says. “The costs are so extraordinary… when you’ve got over 250 miles of road, that [money is] really not going to make it happen,” DiNatale says. “So my motivation is ‘any help we can get’, and certainly, Domino’s has a very helpful and clever approach.”


  • Les dilemmes moraux de l’humanité à l’épreuve de la voiture autonome
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/10/24/les-dilemmes-moraux-de-l-humanite-a-l-epreuve-de-la-voiture-autonome_5374081

    Une étude révèle les préférences de 2,5 millions de personnes contraintes de choisir les victimes d’un accident.

    Peut-on tuer un vieillard pour sauver un enfant ? Toute vie humaine a-t-elle au contraire la même valeur, sans considération d’âge, de genre ou d’état de santé ?

    Ces questions, médecins, assureurs et militaires se les posent depuis longtemps. « Mais jamais dans l’histoire de l’humanité avons-nous autorisé une machine à décider seule qui doit vivre et qui doit mourir, sans supervision humaine, en temps réel. Nous allons franchir cette barrière prochainement, pas sur un lointain champ de bataille, mais dans un des aspects les plus banals de notre vie, le transport quotidien. »

    L’équipe de scientifiques français et américains qui lance cette prophétie vise la voiture autonome, future vedette de l’automobile. Dans la revue Nature du jeudi 25 octobre, ces psychologues, anthropologues et spécialistes de l’intelligence artificielle (IA) poursuivent : « Avant d’autoriser nos voitures à prendre des décisions éthiques, il importe que nous ayons une conversation globale pour exprimer nos préférences aux entreprises qui concevront les algorithmes moraux et aux responsables politiques qui vont les réguler. »

    Les chercheurs avaient déjà ouvert cette grande discussion en 2016 dans la revue Science. Les personnes alors interrogées se prononçaient massivement en faveur d’algorithmes sauvant le maximum de vies. Leur position fléchissait toutefois si eux-mêmes ou un membre de leur famille se trouvait impliqué. L’échantillon qui avait été interrogé rassemblait un peu moins de 2 000 personnes.

    « Sauver les enfants »

    L’article de Nature rend compte d’une entreprise d’une tout autre ampleur. Plus de 2,5 millions de personnes venues de quelque 230 pays ou territoires ont cette fois livré leur choix. Pour recueillir une telle masse d’informations, Edmond Awad et Iyad Rahwan du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Azim Shariff de l’université de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) et Jean-François Bonnefon, de l’Ecole d’économie de Toulouse, ont conçu un site Internet.

    Ils n’y posent pas de simples questions – rapidement vertigineuses – mais placent le participant devant des scénarios. Par exemple, les freins d’une voiture autonome lâchent. A bord, une femme et un enfant. Sur la route, trois personnes âgées traversent au rouge. Faut-il continuer tout droit et écraser les passants ou braquer et tuer les passagers ? Et si un chien s’invite sur la banquette ? Ou si l’on remplace les vieillards par un sans-abri et une femme enceinte ? L’aspect ludique de l’expérience et des relais influents de la planète numérique (YouTube, Reddit) ont assuré le succès de l’opération.

    Les quelque 40 millions de décisions prises par les internautes entre juin 2016 et janvier 2018 livrent de nombreux enseignements. « Sans surprise, trois positions se détachent : épargner le plus grand nombre, privilégier les humains sur les animaux et sauver les enfants », indique Jean-François Bonnefon.

    Sans surprise, mais pas sans poser question. En 2017, une commission d’éthique allemande sur les véhicules automatiques a émis les seules recommandations disponibles sur le sujet. Elle exclut toute préférence basée sur les caractéristiques personnelles, notamment l’âge… « L’opinion n’a pas forcément raison, poursuit le psychologue toulousain. Mais si un gouvernement décide d’imposer un autre choix, il doit être prêt à le défendre, notamment le jour où un enfant sera écrasé. »

    Préférences différentes selon les pays

    Au-delà de ces trois critères communs, six autres facteurs ont été examinés dans l’étude. Le statut social et le respect de la loi comptent : pour être sauvé, mieux vaut être socialement inséré et respecter les feux que sans-abri et traverser n’importe où. De même, mais de manière moins sensible, la probabilité d’être percuté augmente si l’on est obèse et baisse si l’on est une femme. Autant de positions peu sensibles aux variations individuelles.

    Les personnes sondées avaient la possibilité d’indiquer leur profil, ce que 492 921 personnes ont fait. Il apparaît que l’âge, l’éducation, le sexe, les revenus, la religion ou encore les opinions politiques n’expliquent pas leurs choix moraux.

    En revanche, l’origine géographique pèse de façon importante. Les scientifiques ont en effet dressé les profils des 130 pays pour lesquels plus de 100 personnes avaient répondu. Trois groupes émergent. Le premier (Ouest) rassemble l’essentiel des pays occidentaux – mais pas la France – et tout le Commonwealth. Le second (Est) réunit l’Asie et une partie des nations de culture islamique. Enfin le troisième, au Sud, regroupe l’Amérique latine, quelques pays d’Europe centrale mais aussi la France, le Maroc, l’Algérie, la Polynésie… « Mes collègues américains ne voyaient pas le rapport. Moi, notre passé colonial m’a sauté aux yeux », raconte Jean-François Bonnefon.

    Entre ces trois grandes familles, certaines différences marquantes émergent. Ainsi, la préférence accordée aux jeunes est bien moins marquée à l’Est qu’au Sud. Idem pour le statut social : l’Orient y apparaît moins sensible que l’Occident et le Sud. En revanche, malheur à celui qui n’y respecte pas la loi.

    « Ces scénarios seront rares »

    « Une expérience de psychologie sociale à une telle échelle est vraiment rare », salue Grégory Bonnet, enseignant-chercheur à l’université de Caen et coordinateur du projet Ethicaa, sur l’éthique des systèmes autonomes.

    Néanmoins, l’exercice a ses limites. Ainsi, la représentativité des participants est biaisée. Ils sont majoritairement des hommes, près de 70 %, et dans la tranche d’âge 20-30 ans. Les chercheurs ont pu néanmoins « redresser » les résultats dans le cas des Etats-Unis, en tenant compte des données démographiques, sans modifier leurs conclusions.

    Autre réserve : ces scénarios ne refléteraient pas la réalité. Pour Grégory Bonnet, « il n’y a rarement que deux choix possibles sur une route et ces choix ne conduisent pas à des conséquences “blanches ou noires”, c’est-à-dire à la mort des personnes ».

    Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en informatique à Sorbonne Université, renchérit : « Ces scénarios seront rares, car les voitures autonomes sont conçues pour éviter de se mettre en danger. Or là, cela signifierait qu’elles n’ont pas vu certaines choses à temps, ou que des infractions ont été commises… » Il sourit également à l’idée que si les voitures s’interdisaient d’écraser des jeunes, ces derniers pourraient s’amuser à perturber le trafic en passant devant les véhicules

    « Dix ou cent décisions par seconde »

    « La voiture autonome ne prend pas une décision mais dix ou cent par seconde, ajoute Guillaume Devauchelle, directeur de la recherche et du développement chez Valéo. Avant de se trouver devant ce dilemme impossible, sans voie de dégagement possible, elle aura ralenti. Plus profondément, cet article regarde la mobilité de demain avec les yeux d’aujourd’hui. Or, tout le paradigme va changer. Si vous n’êtes pas au volant, le temps n’est plus perdu, la vitesse n’a plus la même valeur. Ces scénarios deviennent absurdes. »

    Autant d’objections que l’équipe franco-américaine connaît. « Quand nous avons commencé, beaucoup nous disaient que de tels dilemmes n’arriveraient jamais, assure Jean-François Bonnefon. Aujourd’hui, beaucoup s’y intéressent et certains travaillent avec nous. »

    Et puis la voiture n’est pas le seul intérêt de l’affaire. « On est parti de là et on en arrive à tracer un arbre phylogénétique moral de l’humanité », s’étonne-t-il. Du reste, le psychologue entend bien profiter de cette base, désormais ouverte à tous, pour fouiller cette carte du monde. Comment se transmettent les influences ? Qu’est-ce qui peut rapprocher Israël et la Jamaïque ? Et d’où vient l’exception française ? « Ça sera dans le prochain article », promet-il.

    • Tiens, c’est marrant, ça s’excite sur le sujet en ce moment. Du côté de la formalisation des dilemmes aussi. J’ai eu à examiner un papier sur le sujet en vue de son acceptation à une conférence il y a peu. Pourtant le titre ne laissait en rien présager qu’il parlait de ça (« The Weak Completion Semantics and Equality », un truc très très technique lié à la programmation logique), mais il se trouve que ça permet de très bien décrire les types de problèmes dont parle l’article du monde. Le résuméde l’article est là, le texte intégral n’est pas encore disponible (je ne connais pas la politique de diffusion des actes de cette conférence [petite rectification : l’article sera disponible en accès ouvert après que la conférence ait eu lieu]) :

      https://easychair.org/smart-program/LPAR-22/2018-11-21.html#talk:84999

    • Déjà abordé ici, en particulier là :
      https://seenthis.net/messages/731438

      Avec ce commentaire de ma part :

      Ce que je cherche c’est un article qui explique que la question est mal posée, et qu’il faut refuser d’y répondre. C’est un piège qui vise à nous faire accepter l’inacceptable en déplaçant la vraie question.

      Si la voiture hésite entre tuer une vieille ou un enfant, c’est qu’elle est mal construite et qu’il faut refuser de la lâcher dans la nature.

      #Tesla #algorithme #voiture #éthique #AI #question #piège #propagande

    • TU fais bien de répéter ton commentaire.
      Difficile de croire qu’on en est encore là - qu’on ose poser la question et qu’on ose y répondre. Donner à une machine le luxe de choisir entre buter un jeune ou un vieux signifie clairement que la machine a été déjà bien trop loin dans ses fonctions - et ses concepteurs bien trop loin dans leur dystopie.

      Je soupçonne même ces questionnements existentiel ô combien artificiels d’être une tentative de néo-colonialisme averti montrant combien les pays « du sud » et « de l’est » (c’est quoi ces termes ??) sont en retrait sur les critère de moralité des pays occidentaux (ou de l’élite capitaliste).

      Flippant.

      Luddites, réveillez-vous !
      Consciences, révoltez-vous !

      PS : source du Monde, l’étude du MIT :
      http://moralmachine.mit.edu


  • New object beyond Pluto hints at mysterious ’Planet X’
    https://www.nationalgeographic.com/science/2018/10/news-solar-system-object-pluto-planet-x-sun-space

    Called 2015 TG387 (and nicknamed the Goblin), the world is likely spherical and about as wide as the state of Massachusetts. And—like a handful of other distant solar system inhabitants—its orbital behavior might signal the presence of an unseen Planet X lurking in the distant outer dominions of the solar system.


  • USA : la #FDA exhortée d’accélérer la mise en place des avertissements sur les paquets de #cigarettes | Vaping Post
    https://fr.vapingpost.com/usa-la-fda-exhortee-daccelerer-la-mise-en-place-des-avertissements-su

    Le tribunal fédéral du district du Massachusetts a statué. La FDA se doit de fournir à la justice américaine un calendrier accéléré pour la mise en œuvre des avertissements sur les paquets de cigarettes, d’ici au 26 septembre prochain. 

    Depuis la mise en place du Tobacco Control Act en 2009, la FDA avait jusqu’à présent toujours retardé cette nouveauté, au point d’indiquer que lesdits graphiques seraient en place “au mois de novembre 2021, au plus tôt” comme le rapporte le périodique américain National Law Journal. 

    Une déclaration qui n’avait pas manqué de faire réagir l’American Academy of Pediatrics ainsi que d’autres associations de santé, qui avaient alors porté plainte contre l’organisme américain en 2016, l’accusant d’avoir “illégalement refusé d’inscrire des avertissements graphiques sur les emballages en retardant de façon déraisonnable l’émission d’un délai pour le faire”.

    Le Tobacco Control Act prévoyant que la FDA avait 24 mois au maximum pour le faire, à partir du 22 juin 2009, c’est aujourd’hui avec plus de 7 années de retard que l’organisme va y être contraint.

    #FDA calls teen vaping an « epidemic, » threatens to pull products off the market - CBS News
    https://www.cbsnews.com/news/fda-warns-juul-e-cigarettes-teen-vaping-epidemic

    “While vaping devices have the potential to be disruptive to the combustible tobacco market, this cannot be at the expense of increasing rates of nicotine addiction in young people,” Ylioja said.


  • Opioid billionaire granted patent for addiction treatment | Financial Times
    https://www.ft.com/content/a3a53ae8-b1e3-11e8-8d14-6f049d06439c
    https://www.ft.com/__origami/service/image/v2/images/raw/http%3A%2F%2Fprod-upp-image-read.ft.com%2F9a83636a-b263-11e8-87e0-d84e0d934341?s

    Purdue owner Richard Sackler listed as inventor of drug to wean addicts off painkillers
    Richard Sackler’s family owns Purdue Pharma, the company behind the opioid painkiller OxyContin © Reuters

    David Crow in New York

    A billionaire pharmaceuticals executive who has been blamed for spurring the US opioid crisis stands to profit from the epidemic after he patented a new treatment for drug addicts.

    Richard Sackler, whose family owns Purdue Pharma, the company behind the notorious painkiller OxyContin, was granted a patent earlier this year for a reformulation of a drug used to wean addicts off opioids.

    The invention is a novel form of buprenorphine, a mild opiate that controls drug cravings, which is often given as a substitute to people hooked on heroin or opioid painkillers such as OxyContin.

    The new formulation as described in Dr Sackler’s patent could end up proving lucrative thanks to a steady increase in the number of addicts being treated with buprenorphine, which is seen as a better alternative to other opioid substitutes such as methadone.

    Last year, the leading version of buprenorphine, which is sold under the brand name Suboxone, generated $877m in US sales for Indivior, the British pharmaceuticals group that makes it.

    Before the opioid crisis, the Sackler family was primarily known for its philanthropy, emerging as one of the largest donors to arts institutions in the US and UK. But the rising number of addictions and deaths has highlighted the family’s ownership of Purdue, which some members have tried to shy away from.

    It’s reprehensible what Purdue Pharma has done to our public health
    Luke Nasta, director of Camelot

    Dr Sackler’s patent, which was granted by the US Patent and Trademark Office in January, acknowledges the threat posed by the opioid crisis, which claimed more than 42,000 lives in 2016.

    “While opioids have always been known to be useful in pain treatment, they also display an addictive potential,” the patent states. “Thus, if opioids are taken by healthy human subjects with a drug-seeking behaviour they may lead to psychological as well as physical dependence.”

    It adds: “The constant pressures upon addicts to procure money for buying drugs and the concomitant criminal activities have been increasingly recognised as a major factor that counteracts efficient and long-lasting withdrawal and abstinence from drugs.”

    However, the patent makes no mention of the fact that Purdue Pharma has been hit with more than a thousand lawsuits for allegedly fuelling the epidemic — allegations the company and the Sackler family deny.

    “It’s reprehensible what Purdue Pharma has done to our public health,” said Luke Nasta, director of Camelot, an addiction treatment centre in Staten Island, New York. He said the Sackler family “shouldn’t be allowed to peddle any more synthetic opiates — and that includes opioid substitutes”.

    Buprenorphine is prescribed to opioid addicts in tablets or thin film strips that dissolve under the tongue in less than seven minutes. These “sublingual” formulations are used to stop drug abusers from hoarding a stockpile of pills they can sell or use to get high at a later date.

    The patent describes a new, improved form of buprenorphine that would come in a wafer that disintegrated more quickly than existing versions — perhaps in just a few seconds.

    The original application was made by Purdue Pharma and Dr Sackler is listed as one of the inventors alongside five others, some of whom work or have worked for the Sackler’s group of drug companies.

    “Drug addicts sometimes still try to divert these sublingual buprenorphine tablets by removing them from the mouth,” the patent application stated. “There remains a need for other . . . abuse-resistant dosage forms.”
    Recommended
    US opioid epidemic
    What next for the Sacklers? A pharma dynasty under siege

    In June, the Massachusetts attorney-general filed a lawsuit against Dr Sackler and seven other members of the Sackler family, which accused them of engaging in a “deadly, deceptive scheme to sell opioids”.

    Purdue and the family deny the allegations and Purdue said it intends to file a motion to dismiss. The company points out that OxyContin was, and still is, approved by the US Food and Drug Administration.

    “We believe it is inappropriate for [Massachusetts] to substitute its judgment for the judgment of the regulatory, scientific and medical experts at FDA,” it said in a recent statement to the Financial Times.

    Andrew Kolodny, a professor from Brandeis University who has been a vocal advocate for greater use of buprenorphine to battle the opioid crisis, said the idea Dr Sackler “could get richer” from the patent was “very disturbing”. He added: “Perhaps the profits off this patent should be used to pay any judgment or settlement down the line.”

    Earlier this week, Purdue donated $3.4m to boost access to naloxone, an antidote given to people who have just overdosed on opioids.

    #Opioides #Cynisme #Capitalisme_sauvage #Brevets #Sackler


  • Opinion | Is Boycotting Israel ‘Hate’? - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/09/04/opinion/is-boycotting-israel-hate.html

    Opponents of the nonviolent Boycott, Divestment and Sanctions movement are involved in a dishonest branding campaign.

    By Joseph Levine
    Mr. Levine is a philosophy professor and a member of the Jewish Voice for Peace Academic Advisory Council.

    The debate over the Boycott, Divestment and Sanctions (B.D.S.) movement against Israel has been one of the most contentious in American political culture for more than a decade. Now, given the tumultuous and deadly events of the past several months, it is likely to heat up further.

    Casualties in the ongoing protests in Gaza, which began in March, continue to mount; nearly 180 mostly unarmed Palestinian protesters have been killed by Israeli forces, with more than 18,000 injured, according to the United Nations. Dozens of those deaths came in mid-May, as the United States took the provocative step of moving its embassy to Jerusalem. Tensions will surely spike again following last week’s decision by the United States to stop billions in funding to the United Nations agency that delivers aid to Palestinian refugees.

    B.D.S. began in 2005 in response to a call by more than 100 Palestinian civil society organizations, with the successful movement against apartheid South Africa in mind. The reasoning was that Israel, with its half-century occupation of Palestinian territories, would be equally deserving of the world’s condemnation until its policies changed to respect Palestinian political and civil rights. B.D.S. calls for its stance of nonviolent protest to remain in effect until three conditions are met: that Israel ends its occupation and colonization of all Arab lands and dismantles the wall; that Israel recognizes the fundamental rights of the Arab-Palestinian citizens of Israel to full equality; and that Israel respects, protects and promotes the rights of Palestinian refugees to return to their homes and properties as stipulated in United Nations Resolution 194.

    • The debate over the Boycott, Divestment and Sanctions (B.D.S.) movement against Israel has been one of the most contentious in American political culture for more than a decade. Now, given the tumultuous and deadly events of the past several months, it is likely to heat up further.

      Casualties in the ongoing protests in Gaza, which began in March, continue to mount; nearly 180 mostly unarmed Palestinian protesters have been killed by Israeli forces, with more than 18,000 injured, according to the United Nations. Dozens of those deaths came in mid-May, as the United States took the provocative step of moving its embassy to Jerusalem. Tensions will surely spike again following last week’s decision by the United States to stop billions in funding to the United Nations agency that delivers aid to Palestinian refugees.

      B.D.S. began in 2005 in response to a call by more than 100 Palestinian civil society organizations, with the successful movement against apartheid South Africa in mind. The reasoning was that Israel, with its half-century occupation of Palestinian territories, would be equally deserving of the world’s condemnation until its policies changed to respect Palestinian political and civil rights. B.D.S. calls for its stance of nonviolent protest to remain in effect until three conditions are met: that Israel ends its occupation and colonization of all Arab lands and dismantles the wall; that Israel recognizes the fundamental rights of the Arab-Palestinian citizens of Israel to full equality; and that Israel respects, protects and promotes the rights of Palestinian refugees to return to their homes and properties as stipulated in United Nations Resolution 194.

      Opposition to B.D.S. is widespread and strong. Alarmingly, in the United States, support for the movement is in the process of being outlawed. As of now, 24 states have enacted legislation that in some way allows the state to punish those who openly engage in or advocate B.D.S., and similar legislation is pending in 12 more states. At the federal level, a bill called the Israel Anti-Boycott Act would criminalize adherence to any boycott of Israel called for by an international agency (like the United Nations). The bill has garnered 57 Senate co-sponsors and 290 House co-sponsors, and may very well come up for a vote soon.

      While these bills certainly constitute threats to free speech — (a view shared by the ACLU) — I am interested in a more subtle effect of a fairly widespread anti-B.D.S. strategy: co-opting rhetoric of the anti-Trump resistance, which opposes the growing influence of racist hate groups, in order to brand B.D.S. as a hate group itself.

      In my home state of Massachusetts, for example, where a hearing for one of the many state bills aimed at punishing B.D.S. activity took place in July 2017, those who testified in favor of the bill, along with their supporters in the gallery, wore signs saying “No Hate in the Bay State.” They took every opportunity to compare B.D.S. supporters to the alt-right activists recently empowered by the election of Donald Trump. (Full disclosure: I am a strong supporter of B.D.S. and was among those testifying against the bill.)

      The aim of this activity is to relegate the B.D.S. movement, and the Palestine solidarity movement more generally, to the nether region of public discourse occupied by all the intolerant worldviews associated with the alt-right. This is an area the philosopher John Rawls would call “unreasonable.” But to my mind, it is the anti-B.D.S. movement itself that belongs there.

      There are two dimensions of reasonableness that are relevant to this particular issue: the one that allegedly applies to the B.D.S. campaign and the one I claim actually applies to the anti-B.D.S. campaign. Rawls starts his account of the reasonable from the premise of what he calls “reasonable pluralism,” an inevitable concomitant of modern-day democratic government. Large democratic societies contain a multitude of groups that differ in what Rawls calls their “comprehensive doctrines” — moral, religious or philosophical outlooks in accord with which people structure their lives. What makes a comprehensive doctrine “reasonable” is the willingness of those living in accord with it to recognize the legitimate claims of differing, often conflicting doctrines, to accord to the people that hold them full participation as citizens and to regard them as deserving of respect and equal treatment. We can label this dimension of reasonableness a matter of tolerance.

      The second dimension of reasonableness is associated with the notion of “public reason.” When arguing for one’s position as part of the process of democratic deliberation in a society characterized by reasonable pluralism, what kinds of considerations are legitimate to present? The constraint of public reason demands that the considerations in question should look reasonable to all holders of reasonable comprehensive doctrines, not merely one’s own.

      For example, when arguing over possible legal restrictions on abortion, it isn’t legitimate within a democracy to appeal to religious principles that are not shared by all legitimate parties to the dispute. So, while the personhood of the fetus is in dispute among reasonable doctrines, the status of African-Americans, women, gays and Jews is not. To reject their status as fully equal members of the society would be “unreasonable.”

      One of the essential principles of democratic government is freedom of thought and expression, and this extends to the unreasonable/intolerant as well as to the reasonable, so long as certain strict limits on incitement to violence, libel and the like are observed. Still, doctrines within the “tent of the reasonable” are accorded a different status within public institutions and civil society from those deemed outside the tent. This is reflected in the kinds of public support or reprobation representatives of the state and other civil society institutions (e.g., universities) display toward the doctrines or values in question.

      To put it simply, we expect what’s reasonable to get a fair hearing within the public sphere, even if many don’t agree with it.

      On the other hand, though we do not suppress the unreasonable, we don’t believe, in general, that it has the right to a genuinely fair hearing in that same sphere. For instance, after the white supremacist rallies in Charlottesville, Va., in August last year, students at my campus, the University of Massachusetts, Amherst, were greeted in the fall with signs plastered everywhere that said “Hate Has No Home at UMass.” This was intended to let the Richard Spencers of this world know that even if it may not be right or legal to bar them from speaking on campus, their message was not going to be given the respectful hearing that those within the tent of the reasonable receive.

      The alleged basis for claiming that B.D.S. advocates are anti-Semitic, and thus worthy only of denunciation or punishment, not argument, is that through their three goals listed in their manifesto they express their rejection of Jews’ right to self-determination in their homeland. This idea was put succinctly by Senator Chuck Schumer at the policy conference of the American Israel Public Affairs Committee (Aipac) in March, where he said, “Let us call out the B.D.S. movement for what it is. Let us delegitimize the delegitimizers by letting the world know when there is a double standard, whether they know it or not, they are actively participating in an anti-Semitic movement.”

      B.D.S. supporters are “delegitimizers,” according to Schumer, because they do not grant legitimacy to the Zionist project. Some might quibble with this claim about the B.D.S. goals, but I think it’s fair to say that rejection of the legitimacy of the Zionist project is fairly widespread within the movement. But does this constitute anti-Semitism? Does this put them outside the tent of the reasonable?

      To justify this condemnation of the B.D.S. movement requires accepting two extremely controversial claims: first, that the right to self-determination for any ethnic, religious or racial group entails the right to live in a state that confers special status on members of that group — that it is “their state” in the requisite sense; and second, that Palestine counts for these purposes as the rightful homeland of modern-day Jews, as opposed to the ancient Judeans. (I have argued explicitly against the first claim, here.)

      With regard to the second claim, it seems obvious to me, and I bet many others when they bother to think about it, that claims to land stemming from a connection to people who lived there 2,000 years ago is extremely weak when opposed by the claims of those who currently live there and whose people have been living there for perhaps a millennium or more.

      Remember, one needn’t agree with me in my rejection of these two principal claims for my point to stand. All one must acknowledge is that the right at issue isn’t obvious and is at least open to question. If a reasonable person can see that this right of the Jews to establish a state in Palestine is at least open to question, then it can’t be a sign of anti-Semitism to question it! But once you admit the B.D.S. position within the tent of the reasonable, the proper response is not, as Senator Schumer claims, “delegitimizing,” but rather disputing — engaging in argument, carried out in the public sphere according to the rules of public reason.

      But now we get to my second main point — that it’s the anti-B.D.S. camp that violates reasonableness; not because it is an expression of intolerance (though often it flirts with Islamophobia), but because it violates the constraints on public reason. Just how far the positive argument for the legitimacy of the Zionist project often veers from the rules of public reason is perfectly captured by another quote from Mr. Schumer’s speech to Aipac.

      “Now, let me tell you why — my view, why we don’t have peace. Because the fact of the matter is that too many Palestinians and too many Arabs do not want any Jewish state in the Middle East,” he said. “The view of Palestinians is simple: The Europeans treated the Jews badly, culminating in the Holocaust, and they gave them our land as compensation. Of course, we say it’s our land, the Torah says it, but they don’t believe in the Torah. So that’s the reason there is not peace. They invent other reasons, but they do not believe in a Jewish state, and that is why we, in America, must stand strong with Israel through thick and thin …”

      This quote is really quite remarkable, coming from one of the most powerful legislators in our democracy. After fairly well characterizing a perfectly reasonable attitude Palestinians have about who is responsible for the Holocaust and who should pay any reparations for it, Mr. Schumer then appeals to the Torah to justify the Jewish claim against them. But this is a totally illegitimate appeal as a form of public reason, no different from appealing to religious doctrine when opposing abortion. In fact, I claim you can’t find any genuine argument that isn’t guilty of breaching the limits of the reasonable in this way for the alleged right to establish the Jewish state in Palestine.

      This almost certainly explains why opponents of B.D.S. are now turning to the heavy hand of the state to criminalize support for it. In a “fair fight” within the domain of public reason, they would indeed find themselves “delegitimized.”

      Joseph Levine is a professor of philosophy at the University of Massachusetts, Amherst, and the author of “Quality and Content: Essays on Consciousness, Representation and Modality.” He is a member of the Jewish Voice for Peace Academic Advisory Council.

      #Palestine #USA #BDS #criminalisation_des_militants #liberté_d'expression #censure

      Et aussi à ajouter à la longue liste d’articles sur la confusion entretenue entre #Antisionisme et #Antisémitisme :

      https://seenthis.net/messages/337856
      https://seenthis.net/messages/580647
      https://seenthis.net/messages/603396
      https://seenthis.net/messages/604402
      https://seenthis.net/messages/606801
      https://seenthis.net/messages/690067
      https://seenthis.net/messages/700966
      https://seenthis.net/messages/716567
      https://seenthis.net/messages/718335
      https://seenthis.net/messages/719714


  • #identity #politics #identity_politics #usa https://theintercept.com/2018/08/18/mike-capuano-ayanna-pressley-massachusetts-primary One of the Strongest Progressives in Congress Is Facing a Primary Challenger Invoking Identity and Change. Will She Unseat Him?

    “Congressman Mike Capuano has been a fine, progressive member of Congress, but having an experienced progressive like Ayanna Pressley on the ballot is an unmissable opportunity for Massachusetts to both ensure a leading woman of color represents its only majority-minority district and add the voice of just one person of color to New England’s currently all-white congressional delegation,” said Jim Dean, chair for Democracy for America, in a statement. Jonathan Cohn, co-chair of Progressive Massachusetts, explained that his group also endorsed Pressley over Capuano because of the “need for more diverse representation in Congress and the need for more activist leadership from Democrats in Congress

    .”
    #fatigue

    Capuano suggested in a one debate that his identity was less important than his track record of working on behalf of a diverse community. “There is a majority of no one in this district,” said Capuano. “No race, no ethnicity, no religion, nothing. So anybody who sits in this seat has to be able to work with people that don’t look like them, people that don’t think like them, people that don’t worship like them — and has to be able to bring people toge

    ther.”


  • La sénatrice sacrilège
    http://www.dedefensa.org/article/la-senatrice-sacrilege

    La sénatrice sacrilège

    18 août 2018 – Dans ce texte, je fais référence aux deux autres textes du même jour, pour établir un lien entre eux deux et constituer ainsi un triangle parfait, complètement isocèle, qui figurera la vérité-de-situation de la Grande Crise d’Effondrement du Système (GCES). Le premierde ces deux textes concerne la sénatrice Warren et sa proposition de loi de “responsabilisation du capitalisme” ; le second est le T.C.-56 sur la “démence cosmique”.

    Nous partons sur la sénatrice du Massachusetts...

    Elizabeth Warren est une brillante universitaire, venue de Harvard, qui occupa des postes officiels, notamment pour enquêter sur les conditions du sauvetage de Wall Street après l’effondrement 9/15 de 2008, avant d’être élue sénatrice en 2012 (et vice-présidente de la minorité démocrate au (...)


  • Neoliberalism as Political Technology: Expertise, Energy, and Democracy in Chile, Manuel Tironi and Javiera Barandiarán
    https://muse.jhu.edu/book/34700

    in Beyond Imported Magic, Essays on Science, Technology, and Society in Latin America, edited by Eden Medina, Ivan da Costa Marques, and Christina Holmes with a foreword by Marcos Cueto, The MIT Press, Cambridge, Massachusetts, London, England, 2014

    Chile ’ s unique policy path can largely be attributed to a uniquely powerful and ideologically coherent team of free-market technocrats, with a long-term vision for the Chilean economy. Fourcade-Gourinchas and Babb 2002, 545 – 546

    Neoliberalism has had a profound impact on contemporary Chile. Neoliberal policies redefined sectors and institutions in industry ( Ffrench-Davis 1980 ), labor ( Foxley 1983 ), health ( Ossand ó n 2009 ), the city ( Portes and Roberts 2005 ; Sabatini 2000 ), and the environment ( Liverman and Vilas 2006 ), from the 1970s through today. Many say that nowhere else has neoliberal restructuring been more extended and aggressive ( Klein 2008 ; Lave, Mirowski, and Randalls 2010 ). In addition, the link between neo- liberalism as a set of policies and as an epistemological framework related to the Chicago School of Economics ( Van Horn and Mirowski 2009 ) is embodied in Chile by the infamous Chicago Boys — a group of Chicago-trained economists, endorsed by the military regime, who overhauled the Chilean economy in the late 1970s and early 1980s.

    Although an abundant literature exists on neoliberalism in Chile, we identify two accounts still missing from this history. First, neoliberalism has been understood more as an epochal and abstract force than as situated practices. More detailed analyses of how neoliberalism unfolded in specific sites and through specific controversies are needed to interrogate the material and knowledge practices that enact neoliberalism. Second, while a robust literature has focused on the arrival of neoliberal ideas and the implementation of neoliberal policies in the 1970s, little has been said about how neoliberal ideology adapted to the post-dictatorship settings of the 1990s and 2000s. To tackle these gaps, we examine neoliberalism as a political technology . Neoliberal- ism as technology means it is applied knowledge about how to define, order, and cal- culate the world. Neoliberalism as a political technology draws attention to how this applied knowledge is used pragmatically and purposefully to transform the state and society.

    #Chili #économie #société #néo-libéralisme #histoire


  • Slip ou boxer ? Les caleçons amples favorisent la production de spermatozoïdes, selon une étude
    https://www.20minutes.fr/sante/2319155-20180809-slip-boxer-calecons-amples-favorisent-production-spermato

    Sur 20 minute on découvre la spermatogenèse selon une « étude » récente !
    Ce qui est consternant c’est que l’article est orienté « si vous voulez devenir père ». La même étude donne tout autant le moyen de ne pas devenir père et ne pas ruiné le corps, la vie, la santé et la carrière des femmes.
    L’article est dans la rubrique « fertilité » alors que ca pouvait aussi bien être dans « contraception », et expliqué le principe du #RCT ou aborder le sujet de la contraception vis à vis du publique masculin qui en a grand grand grand besoin. Mais non, on ne va pas parler contraception aux homme, la seule chose qui interesse les hommes c’est comment pourrir la planete et la vie des femmes avec leur précieux jus de couilles.

    Le mot d’ordre : laisser respirer. Les hommes qui veulent devenir père feraient mieux de porter le caleçon plutôt que des sous-vêtements serrés, pour favoriser la production de spermatozoïdes, ont affirmé des chercheurs jeudi.

    Cette étude publiée par la revue Human Reproduction confirme, avec une plus grande rigueur que d’autres avant elle, ce que l’on soupçonnait déjà : plus les testicules respirent, mieux ils fonctionnent. « Les hommes qui portent des caleçons ont des concentrations en spermatozoïdes plus élevées que ceux qui portent des sous-vêtements plus moulants », a résumé la revue dans un communiqué.
    Les adeptes du caleçon avaient 33% de spermatozoïdes mobiles en plus

    Cette conclusion provient de spermogrammes réalisés par 656 hommes entre 2000 et 2017, dans le service d’assistance à la procréation du Massachusetts General Hospital à Boston (États-Unis).

    L’étude « est la première à dépasser l’accent mis traditionnellement sur la qualité du sperme et à comprendre des données sur une multitude d’indicateurs du fonctionnement testiculaire, tels que les hormones de la reproduction et les dégâts sur l’ADN du sperme », a avancé Human Reproduction.

    Les sujets de l’étude ont indiqué ce qu’ils portaient le plus souvent. Pour 53% c’était des caleçons, pour 47% des sous-vêtements plus serrés (boxer court ou boxer long, slip moulant ou autre). En ajustant avec d’autres facteurs pouvant influencer la qualité du sperme (état de santé, niveau d’activité physique, tabagisme, etc.), les adeptes du caleçon avaient 33% de spermatozoïdes mobiles en plus.
    Eviter pantalons moulants et ne pas passer trop de temps assis

    Par ailleurs, ceux qui portent des sous-vêtements serrés secrètent plus d’hormone folliculo-stimulante (FSH), qui stimule la production de spermatozoïdes. D’après les chercheurs, le corps compense ainsi une température trop élevée pour les testicules.

    « La production de sperme nécessite une température de 3 à 4°C inférieure à celle du reste du corps », a rappelé un professeur en médecine de la reproduction de l’université d’Édimbourg (Royaume-Uni), Richard Sharpe, cité par Science Media Centre. Lui et d’autres experts donnent d’autres conseils : éviter de porter des pantalons moulants, de passer trop de temps assis, et de prendre des bains très chauds.

    #natalisme #domination_masculine #contraception_masculine


  • A signaler sur France Culture :
    Les femmes, moteurs de l’économie ?
    Avoir raison avec Françoise Héritier, par Caroline Broué (rediffusion)
    samedi 13/07/2018de midi à midi 30

    https://www.franceculture.fr/emissions/avoir-raison-avec-francoise-heritier/les-femmes-moteurs-de-leconomie
    « Il y a dix ans, dans Le Livre noir de la condition des femmes (Points), Françoise Héritier avait écrit un article intitulé “Femmes, sciences et développement” dans lequel elle expliquait comment le sous-développement se nourrit du maintien des femmes dans un état de subordination et d’analphabétisation. Elle démontrait pourquoi l’accès au savoir est un élément fondamental pour l’émancipation féminine. Dans le même ouvrage, l’économiste Esther Duflo examinait comment développement économique et amélioration de la condition des femmes s’influencent mutuellement. Qu’en est-il dix ans plus tard ?
    Avec Esther Duflo, économiste, spécialiste du développement et pionnière d’une approche expérimentale de la lutte contre la pauvreté, professeure au Massachusetts Institute of Technology. »

    #genre #femmes #féminisme #égalité #intelligence


  • Les sorcières de Salem | ARTE - Jusqu’au 10 juin
    https://www.arte.tv/fr/videos/075745-000-A/les-sorcieres-de-salem

    initié par le couple Yves Montand et Simone Signoret, porté par des dialogues de Jean-Paul Sartre, le film s’inspire d’une chasse aux sorcières du XVIe siècle pour dénoncer la croisade anticommuniste du sénateur McCarthy.

    1692. Salem, petite bourgade du Massachusetts, un dimanche matin. En ce jour de repos et de prières, les enfants ont l’interdiction de jouer et la petite Fancy éclate en sanglots lorsque sa mère, Elisabeth, lui confisque sa poupée. Après l’avoir consolée, son père, John, refusant le repos, se rend à l’étable où l’attend la jeune et ravissante servante Abigail. Se sentant coupable, il refuse ses avances. Mais son épouse le repoussant depuis des mois, John finit par retrouver Abigail dans sa chambre. Elisabeth surprend les deux amants, et décide de renvoyer la servante, qui, pour se venger, commence à se livrer à la sorcellerie. Dans cette communauté très puritaine, elle est vite pourchassée puis arrêtée.

    Reconstitution historique
    Pendant près de soixante ans, le film fut invisible en salles car Arthur Miller – auteur de la pièce dont il s’inspire –, qui en détenait une partie des droits, s’était opposé à son exploitation jusqu’à sa mort en 2005. Raison officieuse : il était toujours ulcéré de la brève idylle qu’Yves Montand avait entretenue avec son épouse Marilyn Monroe. En 2017, Pathé obtint enfin les droits du film et procéda à sa restauration. Sous l’apparente reconstitution d’un fait historique se cache une virulente charge contre la chasse aux sorcières du sénateur McCarthy à Hollywood. Signoret et Montand sont à l’origine de cette adaptation où les deux acteurs livrent une bouleversante interprétation face à une Mylène Demongeot émouvante en amoureuse éconduite.


  • University of Glasgow :: Story :: Biography of Mortimer Sackler
    https://www.universitystory.gla.ac.uk/biography/?id=WH27277&type=P

    Dr Mortimer Sackler (1916-2010) was an American physician and entrepreneur. He was Chairman and co-Chief Executive of Purdue Pharma, a leading American pharmaceuticals company. Alongside his brothers Arthur and Raymond, he used his fortune from the pharmaceutical industry to become a prominent philanthropist and he greatly supported the University of Glasgow.

    Sackler was born on 7th December 1916 in Brooklyn to Isaac and Sophie (nee Greenberg), Polish Jewish immigrant Brooklyn grocers. After attending Erasmus Hall High School, Sackler sailed to the UK in 1937 and, with the help of Glasgow’s Jewish community, enrolled at Anderson’s College of Medicine, an institution that became part of the University of Glasgow in 1947. He attended the College between 1937-1939. His brothers Arthur and Raymond also studied at Anderson’s College in the years 1937-39 and 1938-40 respectively. Mortimer Sackler was prevented from finishing his degree at the University by the outbreak of the Second World War and finished his MD degree in Massachusetts. Dr Mortimer Sackler and his brothers bought the New York pharmaceuticals company Purdue Frederick Co in 1952. All three were research psychiatrists.

    Mortimer Sackler received an honorary degree from the University of Glasgow in 2001 for his support of the University. He funded the Sackler Institute of Psychobiological Research, a research unit at the Southern General Hospital which investigates neuro-psychiatric disorders in association with the Sackler Institute at the University of Edinburgh. The Institute was opened in 2004.

    Dr Mortimer Sackler died on 24th March 2010.

    #Opioides #Sackler #Mortimer_Sackler



  • U.S. Navy’s Costliest Warship Suffers New Failure at Sea - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-05-08/carrier-suffers-new-failure-at-sea-as-u-s-navy-seeks-more-funds

    The Gerald R. Ford, the U.S. Navy’s costliest warship, suffered a new failure at sea that forced it back to port and raised fresh questions about the new class of aircraft carriers.

    The previously undisclosed problem with a propulsion system bearing, which occurred in January but has yet to be remedied, comes as the Navy is poised to request approval from a supportive Congress to expedite a contract for a fourth carrier in what was to have been a three-ship class. It’s part of a push to expand the Navy’s 284-ship fleet to 355 as soon as the mid-2030s.
    […]
    The Naval Sea Systems Command said the Ford experienced “an out of specification condition” with a propulsion system component. Huntington Ingalls determined it was due to a “manufacturing defect,” the command said, and “not improper operation” by sailors. The defect “affects the same component” located in other parts of the propulsion system, the Navy added.
    […]
    Couch and Huntington Ingalls spokesman Beci Brenton declined to say who made the bearing that failed.

    But General Electric Co. is responsible for the propulsion system part, and the Navy program office said in an assessment that an inspection of the carrier’s four main thrust bearings after the January failure revealed “machining errors” by GE workers at a Lynn, Massachusetts, facility “during the original manufacturing” as “the actual root cause.”

    Deborah Case, a GE spokeswoman, said in an email that “GE did produce the gears for the CVN-78. However, we are no longer producing gears for CVN-78” and “we cannot comment on the investigation.


  • Health Insurers Spend $158K to Make Sure ’Blue Wave’ Is Against Medicare for All
    https://gritpost.com/health-insurers-medicare-for-all

    In the current cycle, big health insurers have quietly donated more than $150,000 to Democrats opposed to #Medicare for All legislation.

    One of the internal battles raging within the Democratic Party is whether or not the party should embrace the Medicare for All bill authored by Senator Bernie #Sanders (I-Vermont). Big-name Democrats with possible presidential ambitions like Senators Cory Booker (D-New Jersey), Kirsten Gillibrand (D-New York), Kamala Harris (D-California), and Elizabeth Warren (D-Massachusetts) have co-sponsored the bill, but notably, 11 Senate Democrats up for re-election this year have not.

    If passed, Sanders’ Medicare for All bill would allow Americans to have the option of buying into the Medicare program typically only available to retirees. Medicare is one of the most popular government programs, with 77 percent of Americans saying they viewed the program as “very important” in 2015. A Pew survey from June of 2017 found that 60 percent of respondents felt that providing healthcare should be the responsibility of the government.

    ##santé #Etats-Unis #corruption_légale #acheter_les_lois #assurance


  • L’efficacité de la langue poilue de la chauve-souris | Pour la Science
    https://www.pourlascience.fr/sd/biophysique/lefficacite-de-la-langue-poilue-de-la-chauve-souris-13021.php

    Le glossophage de Pallas (Glossophaga soricina), une chauve-souris d’Amérique du Sud, est réputé pour sa langue qu’il peut étirer démesurément afin de s’abreuver du nectar caché au fond de grandes fleurs. Cette langue est en outre recouverte de petits poils, qui joueraient un rôle dans le captage du nectar. Pour évaluer leur efficacité, Alice Nasto, Pierre-Thomas Brun et Anette Hosoi de l’institut de technologie du Massachusetts, ont conçu un matériau qui reproduit la structure de la langue de la chauve-souris.

    Comme le colibri, le glossophage de Pallas se positionne en vol stationnaire face à une fleur pour s’abreuver de son nectar. La manœuvre dépense beaucoup d’énergie, qu’il convient de compenser par un repas copieux ! En 2011, deux chercheurs avaient montré que le colibri forme un tube avec sa langue pour aspirer le nectar. La chauve-souris semble utiliser une technique différente. Les poils de l’extrémité de sa langue serviraient à piéger un maximum de nectar. En effet, lorsque la langue est au repos, ces poils sont à plat sur la surface. Mais quand la langue atteint son extension maximale, les poils se dressent perpendiculairement à la surface.


  • Une nouvelle piste de recherche : des linguistes cherchent le lien entre le langage et les arts pariétal et rupestre. Mais l’article original en dit plus sur les capacités cognitives d’Homo Sapiens.

    The writing on the wall. Did humans speak through cave art ?"

    Citation après traduction :

    Une des clés de cette idée est que l’art rupestre est souvent situé dans des « points chauds » acoustiques, où le son résonne fortement, comme certains chercheurs l’ont observé. Ces dessins sont situés dans des parties plus profondes et plus difficiles d’accès des grottes, ce qui indique que l’acoustique était la principale raison de l’emplacement des dessins dans les grottes.

    Les dessins, à leur tour, peuvent représenter les sons que les premiers humains ont générés dans ces endroits. Dans le nouveau papier, cette convergence du son et du dessin est ce que les auteurs appellent un « transfert d’information sur la modalité », une convergence de l’information auditive et de l’art visuel qui, selon les auteurs, « permet aux premiers humains d’améliorer leur capacité symbolique. en pensant. » La combinaison des sons et des images est l’une des choses qui caractérisent le langage humain aujourd’hui, avec son aspect symbolique et sa capacité à générer de nouvelles phrases infinies.

    Les idées proposées par Miyagawa, Lesure et Nobrega ne font qu’énoncer une hypothèse de travail qui vise à susciter des réflexions supplémentaires sur les origines du langage et à pointer vers de nouvelles questions de recherche.

    Les remarques faites juste avant la conclusion de l’article original vont plus loin et sont dans un autre domaine encore plus intéressant :
    L’article original : https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpsyg.2018.00115/full

    On y parle en effet de la présence chez Homo Sapiens de POU3F2 qui est un facteur de transcription indispensable pour la différenciation neurale et la génération du système nerveux normal, en particulier l’hypothalamus. Ce facteur ne serait pas présent chez les Neandertaliens et l’Homme de Denisova.

    Et de poursuivre :

    Comme le note Huijbregts (2017), ce changement pourrait être considéré comme menant à l’acquisition d’un discours complet. Compte tenu de la similitude avec l’art, nous pouvons spéculer avec Huijbregts qu’un changement génétique similaire peut avoir donné lieu à l’apparition de l’art multimodal qui a eu lieu partout dans le monde en même temps que le langage.

    Ainsi :

    La pensée symbolique qui s’est développée chez les humains a conduit à l’innovation technologique rapide, aux arts visuels sophistiqués, et au langage. Cette capacité cognitive nouvellement formée peut avoir eu un autre résultat inattendu. Après une croissance continue de la taille au cours de la pléistocène, notre cerveau a diminué de taille de 13% au cours des 20 000 dernières années (Hawks, 2011 et ses références). Une explication possible est que la pensée symbolique qui s’est développée chez les humains modernes a conduit à une manière fondamentalement différente de calculer les données, qui n’extrait que l’essentiel de la représentation abstraite au lieu de calculer l’ensemble des données brutes entrantes (Tattersall, 2017). Notre membrane cérébrale est métaboliquement coûteuse, de sorte que l’algorithme nouvellement formé qui nécessite moins de données conduit à l’excrétion de la membrane non nécessaire, entraînant une diminution du cerveau au cours du temps évolutif récent. Notre proposition est que la pensée symbolique omniprésente chez les humains qui a conduit à la diminution du cerveau est illustrée, et était même valorisé, par le CMIT que l’on voit dans la grotte et l’art rupestre de l’Afrique et ailleurs dans le monde et par le développement du langage. Ainsi, contrairement à Wallace, le développement des arts a donné à l’homme moderne un puissant avantage évolutif.

    L’article résumé ici : http://news.mit.edu/2018/humans-speak-through-cave-art-0221
    et là : https://www.sciencedaily.com/releases/2018/02/180221122923.htm

    Les auteurs :

    – Shigeru Miyagawa professeur au Department of Linguistics and Philosophy, Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, MA, United States.
    https://loop.frontiersin.org/people/73842/overview

    – Cora Lesure, étudiante en doctorat au Département de linguistique du MIT ;
    https://loop.frontiersin.org/people/523222/overview

    – Vitor A. Nobrega, doctorant en linguistique à l’Université de Sao Paulo, au Brésil.
    https://loop.frontiersin.org/people/202119/overview

    #Préhistoire #langage #cerveau #MIT #art_pariétal #art_rupestre #Lesure #Nobrega #Miyagawa


  • La mauvaise utilisation des données est une caractéristique pas un bug !
    http://www.internetactu.net/2018/04/05/la-mauvaise-utilisation-des-donnees-est-une-caracteristique-pas-un-bug

    Alors que le scandale Cambridge Analytica bat son plein et plonge à nouveau #Facebook dans la tourmente, Ethan Zuckerman (@EthanZ), directeur du Centre pour les médias civiques du Massachusetts Institute of Technology, pour The Atlantic, prend un peu de hauteur. Voilà un peu plus de 17 mois que les Américains (...)

    #Articles #Débats #algorithmes #big_data #Confiance_et_sécurité


  • Fake news : les médias tout feu tout flammes
    https://reflets.info/articles/fake-news-les-medias-tout-feu-tout-flammes

    Oui, mais non C’est une étude scientifique, réalisée par trois chercheurs du prestigieux Massachusetts Institute of Technology, « The spread of true and false news online », qui a mis le feu aux poudres. Ou plus exactement, aux médias. Pour LCI, les « fake news » sont « plus rapides que les vraies informations sur Internet ». Kif-kif à l’AFP. Du côté de France Info, service public oblige, on est plus sobre, « une fausse information circule bien mieux qu’une information exacte ». À l’Obs, on monte d’un cran dans l’intensité dramatique, les « fake news » se propageant plus vite que « la vérité ». Rien que ça. Au Temps, on ne barguigne pas, c’est carrément le « mensonge » qui se diffuse plus loin que la « vérité ». Même son de cloche (...)


  • #Pollution & #poissons


    Islande : 30.000 tonnes de poissons morts dans un lac
    (lien modifié car issu de la fachosphère par mégarde de ma part et qui n’a pas échappé à la vigilance de @colporteur - Merci à toi)


    https://img.20mn.fr/1ITG9GbsRBep6gB9bvMHzQ/1200x768_tonnes-poissons-morts-ete-ramasses-lagoa-rodrigo-freitas-a-rio-jan
    Les poissons du lac Rodrigo de Freitas, en plein cœur de Rio de Janeiro, ont été victimes d’une désoxygénation…
    https://www.20minutes.fr/planete/1118961-20130315-20130315-jo-2016-dizaines-tonnes-poissons-morts-lac-desti


    Mexique : 50 tonnes de poissons morts extraits d’un lac
    http://www.linfo.re/monde/amerique/650702-mexique-50-tonnes-de-poissons-morts-extraits-d-un-lac


    Morts massives de poissons à travers l’Europe ! (2013)
    http://enattendant-2012.blogspot.fr/2013/07/morts-massives-de-poissons-travers.html

    Mort massive de poisson en 2016
    http://etat-du-monde-etat-d-etre.net/de-la-terre/hecatombes-animales/morts-massives-danimaux-en-2016-plus-de-60-cas-entre-en-s

    16 Février 2016 – 445 tortues retrouvés mortes échouées le long des plages de Guerrero au MEXIQUE Lien
    16 Février 2016 – Grande mortalité de poissons le long des voies d’eau de Karatay en TURQUIE Lien
    15 Février 2016 – Des milliers de poissons meurent le long de la rivière Porce en COLOMBIE Lien
    poissons-morts-colombie-2016
    11 Février 2016 – Des centaines de poissons morts s’échouent sur les plages de l’ÎLE MAURICE Lien
    poissons-morts-plage-maurice
    11 Février 2016 – Des milliers de poissons continuent de mourir le long du delta du Nil en EGYPTE Lien
    11 Février 2016 – Des dizaines de singes sont en train de mourir « un mystère » dans les forêts du NICARAGUA Lien
    11 Février 2016 – Des milliers de poissons morts retrouvés sur les plages des FIDJI Lien
    11 Février 2016 – Des centaines de poissons morts dans les eaux de Oosterhout aux PAYS-BAS Lien
    11 Février 2016 – Des masses de poissons morts s’échouent sur les plages de Montevideo en URUGUAY Lien
    peces-montevideo1
    10 Février 2016 – Des milliers de poissons morts retrouvés dans les eaux de NOUVELLE-CALÉDONIE Lien
    10 Février 2016 – Des centaines d’anguilles mortes retrouvés dans un ruisseau de Marlborough en NOUVELLE-ZÉLANDE Lien
    10 Février 2016 – Des dizaines d’oiseaux de mer ainsi que d’autres créatures marines retrouvés morts sur une plage de Malibu en AMÉRIQUE lien
    7 février 2016 – +630 tonnes de poissons sont morts dans les fermes piscicoles le long du delta du Mékong au VIETNAM Lien
    6 Février 2016 – Des centaines de poissons retrouvés morts « à cause d’une marée rouge » en FLORIDE, Amérique lien
    5 Février 2016 – Des millions d’huîtres sont mortes à cause d’une maladie dans le sud de la Tasmanie en AUSTRALIE Lien
    4 Février 2016 – Des dizaines d’oiseaux meurent subitement à Wichita au KANSAS, Etats-Unis Lien
    Capture d’écran 2016-04-15 à 15.38.02
    4 Février 2016 – Des dizaines de pélicans morts d’une cause inconnue sur Grand Isle en LOUISIANE, Amérique Lien
    4 Février 2016 – 6 baleines mortes se sont échouées le long de la côte de l’Est de l’ANGLETERRE Lien
    4 Février 2016 – Des centaines de poissons retrouvés morts « suscitent la peur » à La Brea, TRINITÉ-ET-TOBAGO Lien
    4 Février 2016 – Mortalité massive de poissons dans une lagune de Marica au BRÉSIL Lien
    3 février 2016 – 8 autres baleines mortes retrouvés le long de la côte de Friedrichskoog en ALLEMAGNE Lien
    3 Février 2016 – 41.000 poulets sont morts d’une maladie de Newcastle à Luzon aux PHILIPPINES Lien
    3 février 2016 – 36 tonnes de poissons sont morts dans les exploitations agricoles, « à cause d’une marée » à HONG KONG Lien
    3 Février 2016 – Des dizaines de tortues mortes retrouvées le long des plages de Tecpan de Galeana au MEXIQUE Lien
    3 Février 2016 – Des centaines de poissons retrouvés morts dans les étangs du Queensland en AUSTRALIE Lien
    1er Février 2016 – Des centaines de poissons retrouvés morts dans un lac du TEXAS en Amérique lien
    1er Février 2016 – Mortalité massive de poissons dans la rivière Shing Mun à HONG KONG Lien
    1er Février 2016 – Des masses de poissons morts découverts le long d’1 km de rivière dans la province de Hubei en CHINE Lien
    31 Janvier 2016 – Grande mortalité de poissons « du jamais vu » dans la rivière Snake à WASHINGTON aux États-Unis Lien
    30 Janvier 2016 – +500 chameaux sont morts d’une « maladie mystérieuse » à Marsabit au KENYA Lien
    30 Janvier 2016 – +19 tonnes de poissons morts retrouvés dans un lac de Goias au BRÉSIL Lien
    28 janvier 2016 – +22,000 oiseaux marins retrouvés morts « la plus grande mortalité jamais enregistrée » le long des plages de l’ALASKA en AmériqueLien
    Common Murre on beach 3
    28 Janvier 2016 – Des centaines d’oiseaux de mer retrouvés morts sur une plage de la mer de Galilée en ISRAËL Lien
    28 Janvier 2016 – Des centaines de tonnes de poissons sont morts dans les exploitations agricoles de la province de Ha Tinh au VIETNAM Lien
    27 Janvier 2016 – 400 tonnes de poissons sont morts à cause du froid à Ubon Ratchathani en THAÏLANDE Lien
    27 Janvier 2016 – Des milliers de poissons sont morts dans une réserve du NEVADA aux Etats-Unis Lien
    26 Janvier 2016 – Des milliers de poissons retrouvés morts échoués à Martha Vineyard dans le MASSACHUSETTS aux États-Unis. Lien
    25 Janvier 2016 – Des milliers de poulets morts d’une « maladie mystérieuse » à Kampong Thom au CAMBODGE Lien
    25 Janvier 2016 – Des milliers d’étoiles de mer retrouvées mortes échouées à Port St. Joe en FLORIDE, Amérique. Lien
    25 Janvier 2016 – Des centaines de milliers de poissons retrouvés morts dans un lac de Samut Prakan en THAÏLANDE Lien
    21 Janvier 2016 – 300 tortues retrouvées mortes sur une plage de Odisha en INDE Lien
    18 Janvier 2016 – Hécatombe massive de poissons dans la rivière Eloor en INDE Lien
    17 Janvier 2016 – 12 cachalots retrouvés morts sur des îles des PAYS-BAS et d’ALLEMAGNE Lien
    17 Janvier 2016 – Grande mortalité de poissons repérés le long du Nil à Rosetta en l’EGYPTE Lien
    the_nile_river_distributary_of_rosetta_littered_with_dead_fish_near_kafr_al-sheikh
    15 Janvier 2016 – +10.000 calmars morts retrouvés échoués « cause inconnue » à Arauco au CHILI Lien
    15 Janvier 2016 – Des centaines de poissons morts flottant dans une rivière de Kuala Lumpur en MALAISIE. Lien
    13 Janvier 2016 – Des milliers de poissons retrouvés morts dans la baie de Guanabara au BRÉSIL Lien
    13 Janvier 2016 – Des centaines de milliers de poissons retrouvés morts ou mourants dans la rivière Hunter, NSW en AUSTRALIE Lien
    12 janvier 2016 – plus de 100 baleines échouées dont 45 mortes sur la côte de Tamil Nadu en INDE Lien
    10 Janvier 2016 – Des centaines de poissons et d’anguilles morts dans un lac de la baie de Hawke en NOUVELLE-ZÉLANDE Lien
    8 Janvier 2016 – Des milliers de poissons morts retrouvés à Gulfport en FLORIDE aux États-Unis. Lien
    1452695255643
    8 Janvier 2016 – Des dizaines de milliers d’étoiles de mer et méduses retrouvées mortes le long du Sussex et du Hampshire en ANGLETERRE Lien
    7 Janvier 2016 – 2000 poissons retrouvés morts sur les rives d’une rivière d’Amalfi en COLOMBIE Lien
    6 Janvier 2016 – Des milliers d’oiseaux retrouvés morts au bord de la mer le long d’une plage de Prince William Sound en ALASKA, Amérique Lien
    6 Janvier 2016 – +100 tonnes de poissons retrouvés morts dans une rivière de la province de Dong Nai au VIETNAM Lien
    6 Janvier 2016 – Des centaines d’oiseaux retrouvés morts à Cuerámaro au MEXIQUE Lien
    6 janvier 2016 – 25.000 oiseaux tués à cause de la grippe aviaire à Accra au GHANA Lien
    5 Janvier 2016 – Mortalité massive de poissons dans un lac de Marica au BRÉSIL Lien
    5 Janvier 2016 – Des centaines de poissons retrouvés morts le long d’une rivière de Gebeng en MALAISIE Lien
    2 Janvier 2016 – Des milliers de poissons morts dans une rivière « à cause de la pollution » à Pelalawan Regency en INDONÉSIE Lien
    2 Janvier 2016 – Des centaines d’étoiles de mer mortes retrouvées échouées sur une plage de Portsmouth en ANGLETERRE Lien

    #nos_ennemis_les_bêtes #mots_massive #animaux


  • La mémoire aurait-elle une origine virale ?

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/02/22/la-memoire-aurait-elle-une-origine-virale_5260949_1650684.html

    Deux études ont établi que l’un des gènes-clés pour la formation de la mémoire était le cousin évolutif d’un gène de virus.

    A priori, il n’y a aucun lien entre une infection virale et la madeleine de Proust. Le romancier, bien que de santé fragile, n’a pas écrit La Recherche sous l’effet d’une forte fièvre, sinon une fièvre littéraire. Pourtant, deux études publiées dans la revue Cell en janvier ont établi que l’un des gènes-clés pour la formation de la mémoire était le cousin évolutif d’un gène de virus.

    On sait depuis un certain temps que des souvenirs se forment dans notre cerveau par des reconfigurations des réseaux de neurones. Plus précisément, tout se joue au niveau des synapses, ces structures de jonction entre les neurones qui leur permettent de communiquer en échangeant des signaux chimiques ou électriques. Ces connexions ne sont pas figées, mais peuvent au ­contraire se renforcer ou s’étioler au gré des expériences de la vie. De nouveaux souvenirs peuvent ainsi s’inscrire dans notre cerveau grâce à cette plasticité synaptique.

    De très nombreux gènes contribuent au bon fonctionnement des synapses. L’un d’entre eux, Arc, existe chez de nombreux animaux. Lorsque ce gène est défaillant chez des souris, elles n’ont plus de ­mémoire à long terme. Et chez l’humain, le gène Arc est associé à plusieurs maladies mentales. Malgré son rôle essentiel dans la plasticité synaptique, la fonction du gène Arc, et donc de la protéine codée par ce gène, n’est pas bien connue.

    Pour aborder cette question, les équipes de Vivian Budnik(université du Massachusetts) et Jason Shepherd(université de l’Utah) ont d’abord comparé les séquences des gènes Arc de souris et de mouche drosophile à d’autres gènes connus. Etonnamment, Arc ressemble, blague à part, aux ­gènes de la famille Gag, présents chez les ­rétrovirus. Cette similitude trahit l’origine évolutive du gène Arc et son cousinage avec des séquences ancestrales aux gènes de ­virus. Les rétrovirus, tel le HIV, sont très étudiés et on connaît bien le fonctionnement des protéines Gag, produites à partir du gène du même nom. Ces protéines s’agrègent spontanément en une enveloppe, la capside, emballant le matériel génétique ARN du virus. Le tout s’exporte vers les cellules que le virus infecte.

    Plasticité synaptique

    Intrigués par la ressemblance entre Gag et Arc, les chercheurs ont testé la capacité des protéines Arc à former une enveloppe, à ­emballer du matériel génétique à la manière des virus, et à s’exporter d’un neurone à un autre. Ils ont montré que cette hypothèse d’une protéine aux propriétés virales était la bonne. Les protéines Arc forment spontanément des vésicules qui ressemblent à des capsides virales, aussi bien in vitro que dans des neurones. De plus, les protéines Arc ­s’assemblent autour de l’ARN messager produit par leur propre gène. Un peu comme si un carton de la poste se pliait autour de la notice qui explique comment le plier. Enfin, ces vésicules sont sécrétées par les neurones qui expriment le gène Arc, vers d’autres neurones, dans lesquels se déverse le contenu des vésicules. Une vraie messagerie génétique entre neurones. Que font ces ARN une fois déversés dans les neurones ? Le mystère reste entier. Ce qui est clair, néanmoins, c’est que si cette communication est défaillante, comme lorsque le gène Arc est inactivé, alors la plasticité des synapses, fondement de la mémoire, est directement affectée.

    Des rétrovirus à la plasticité synaptique, le chemin paraît improbable. Ces études sur Arc constituent pourtant un cas d’école de la manière dont les gènes peuvent se retrouver opportunément recyclés et impliqués dans des fonctions nouvelles. Ce recyclage survient au hasard de mutations qui favorisent l’utilisation de ces gènes dans des ­contextes différents, et d’un bricolage évolutif incessant.


  • Autographs for Freedom (1853) – The Public Domain Review
    http://publicdomainreview.org/collections/autographs-for-freedom-1853

    Autographs for Freedom, published in 1853, is an anthology of literature designed to help “sweep away from this otherwise happy land, the great sin of SLAVERY.” It was put together by the Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society and includes the only published fiction of Frederick Douglass, who would go on to become the first black citizen to hold high rank in the US government. His “The Heroic Slave” is a work of historical fiction centering on Madison Washington, the man made famous in 1841 for leading a rebellion on the Creole, a slave ship en route to New Orleans from Virginia. Having taken control the rebels managed to redirect the Creole to Nassau in the Bahamas. Because it was a British colony, slavery had been outlawed there since 1833. Upon arrival in Nassau 128 of the 135 slaves aboard the Creole gained their freedom. It was the most successful revolt of enslaved people in US history.

    The driving force behind the anthology was an Englishwoman named Julia Griffiths, a prominent member of the Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society. She had first met Frederick Douglass in London in the mid 1840s. Douglass had escaped his life of captivity in 1838, at the age of twenty, fleeing Baltimore and reaching New Bedford, Massachusetts, where he worked as a labourer and evaded suspicion. In 1841, at an anti-slavery convention in Nantucket, he was invited to describe his experiences under slavery. His spontaneous remarks so stirred the audience that he was catapulted into a key player in the Massachusetts Anti-Slavery Society. An orator and wordsmith of great power, he went on to write a classic memoir, Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave (1845). Upon its publication, fearing he would be recaptured because it mentioned the name of his former owner, Douglass left the US to tour the British Isles, give speeches, and build support for emancipation. It was there that he met and befriended Julia Griffiths. When Douglass returned to America he did so with enough funds to purchase his freedom and to set up an anti-slavery newspaper. In 1849, Griffiths sailed to Rochester, New York, to join Douglass. She supported his work and co-founded the influential Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society, along with five other women.

    #Domaine_public #Esclavage


  • Le #FBI est devenu le héros improbable des anti-Trump
    https://www.mediapart.fr/journal/international/190218/le-fbi-est-devenu-le-heros-improbable-des-anti-trump

    C’est l’une des bizarreries de l’ère Trump : souvent critiqué pour son usage massif de la surveillance ou ses coups tordus contre la gauche américaine, le FBI est désormais considéré par nombre de ses opposants comme un rempart face à l’arbitraire du président américain. 20 janvier 2018. Pancarte pro-Mueller dans un cortège de la Marche des femmes à Cambridge, Massachusetts © Reuters

    #International #Donald_Trump #Russie #Vladimir_Poutine


  • Le #FBI, héros improbable des anti-Trump
    https://www.mediapart.fr/journal/international/190218/le-fbi-heros-improbable-des-anti-trump

    C’est l’une des bizarreries de l’ère Trump : souvent critiqué pour son usage massif de la surveillance ou ses coups tordus contre la gauche américaine, le FBI est désormais considéré par nombre de ses opposants comme un rempart face à l’arbitraire du président américain. 20 janvier 2018. Pancarte pro-Mueller dans un cortège de la Marche des femmes à Cambridge, Massachusetts © Reuters

    #International #Donald_Trump #Russie #Vladimir_Poutine