provinceorstate:michigan

  • How states became protagonists in the US election night drama < Main < digitalmethods.net
    https://wiki.digitalmethods.net/Main/HowstatesbecameprotagonistsintheUSelectionnightdrama

    https://lh6.googleusercontent.com/JlW4aVb9quoJmBGQ8pdu1R2Vdn9-iyttpBZuaS7Ak5FS7Ktlfxs3YwdJ4VJITnRD3kJRQe5pp3DDhZwXjAt8Nei_GQQPyh2OkPqDZJ8VHqfApE4cSk2-5zZTll1m8zRJ9be2QeiQ#.jpg
    Figure 1: Depiction of emotions of Twitter messages Twitter over time for four states during election night 2016.

    5. Findings

    Looking at the emotions attached to states in America during the election night, one can see the division of the United states emerging. There is a clear tendency towards blaming Florida and Michigan for voting for Trump. This anger towards the states is expressed by a proclamation of a loss of solidarity towards them, in the sense that Twitter users expressed that they wouldn’t care about Florida when it has another hurricane or with Michigan when it has another problem with clean drinking water. Pennsylvania mostly sparks feelings of surprise that this state went to Trump after many years of voting for the democratic party. Moreover there is a sentiment that after the election result of Pennsylvania the result is final. In the meantime tweets about California express mostly detachment sentiments, known under the #notmypresident, stating that California didn’t vote for trump. During the night, while the results became more definitive, tweets about California became full of emotions. This went together with the protests that were emerging all over that state.



  • Michigan blames Flint water crisis on racism: Part one - World Socialist Web Site

    http://www.wsws.org/en/articles/2017/03/03/flin-m03.html

    http://www.wsws.org/asset/4cac9f31-864b-43a7-92ce-c5ae789d428M/image.jpg?rendition=image480

    Michigan blames Flint water crisis on racism: Part one
    By James Brewer
    3 March 2017

    This is the first part of a two-part article. The second part will be posted March 4.

    The final report on the Flint water crisis released by the Michigan Civil Rights Commission (MCRC) seeks to conceal the real class interests that underlay this crime against the people of Flint. The timing of the report, February 7, is significant. It was released the same week that state and local officials announced that water bill subsidies would be ended by the end of the month, forcing residents to pay in full for water they still cannot drink, and that water service cutoffs would be resumed for those in arrears.

    The content of the report represents a continuation of the half-truths and lies Flint residents have been fed since the lead-poisoned water began to be pumped into their homes. The contention of the 138-page report is that the water disaster in Flint was the result of “systemic racism,” yet no evidence is presented to substantiate this assertion.

    #michigan #flint #eau #Pollution


  • The Cancer of the Great Lakes - Issue 46: Balance
    http://nautil.us/issue/46/balance/the-cancer-of-the-great-lakes

    http://static.nautil.us/11800_0db32de7aed05af092becfc3789e7700.png

    The first day of June 1988 was sunny, hot, and mostly calm—perfect weather for the three young researchers from the University of Windsor who were hunting for critters crawling across the bottom of Lake St. Clair. Sonya Santavy was a freshly graduated biologist aboard a 16-foot-long runabout as the whining outboard pushed the boat toward the middle of the lake that straddles the United States and Canadian border. On a map, Lake St. Clair looks like a 24-mile-wide aneurysm in the river system east of Detroit that connects Lake Huron to Lake Erie, and that is essentially what it is. Water pools in it and then churns through as the outflows from Lakes Superior, Michigan, and Huron tumble down into Erie, then continue flowing east over Niagara Falls into Lake Ontario, and finally down the (...)


  • The Motor City soars to new heights | Panethos

    https://panethos.wordpress.com/2017/02/23/the-motor-city-soars-to-new-heights

    https://panethos.files.wordpress.com/2017/02/finalbedrock.png
    https://panethos.files.wordpress.com/2017/02/shinola.jpg?w=553&h=321

    esterday, it was announced that Dan Gilbert, owner of Quicken Loans will be constructing the tallest building in the State of Michigan on the site of the former Hudson’s Department store in downtown #Detroit. The tower is proposed to contain 52 floors and reach 734 feet into the sky.

    For those of you who wrote of the Motor City years ago, this magnificent project is the culmination of years of hard work in Detroit to turn the narrative from negative to positive. Some of these have been enumerated here on Panethos, but not nearly all of them.



  • #empathie #éducation #alternatives

    cours d’empathie dans les écoles danoises

    Une étude de l’Université du Michigan, réalisée sur environ 14 000 collégiens, démontre que ces derniers seraient aujourd’hui moins empathiques que durant les années 1980 et 1990.

    Pour Michele Borba, psychologue spécialisée dans l’éducation, cette perte d’empathie serait couplée à un narcissisme quant à lui grandissant. Deux phénomènes qui, selon la chercheuse, permettraient d’expliquer pourquoi presque un tiers des collégiens est déprimé.

    Une heure d’empathie par semaine, un ingrédient secret ?

    http://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-cours-d-empathie-obligatoire-dans-les-ecoles-danoises?id=9386238


  • Anger grows over Michigan school closures - World Socialist Web Site
    http://www.wsws.org/en/articles/2017/02/20/dpsc-f20.html

    If you attack one school, you attack them all”
    Anger grows over Michigan school closures
    By Shannon Jones
    20 February 2017

    Opposition is mounting to the threat by Michigan’s State Reform Office (SRO) to close as many as 38 schools by the end of the school year for “non-performance.” The threatened closures would have a devastating impact on communities and students, many of which would be forced to travel long distances to alternative schools.

    The closure threat is the product of a right-wing attack on public education long championed by Michigan billionaire heiress Betsy DeVos, who was recently installed as Trump’s secretary of education. Under a 2009 state law schools ranked in the bottom five percent on standardized tests for three years in a row can be closed. Another 35 schools are targeted for state intervention and could face closure at the end of the 2017-18 school year.

    –—

    Baltimore public schools face $129 million budget deficit, plan mass layoffs - World Socialist Web Site
    http://www.wsws.org/en/articles/2017/02/20/balt-f20.html

    Baltimore public schools face $129 million budget deficit, plan mass layoffs
    By Ron Barzel and Brad Dixon
    20 February 2017

    The head of Baltimore public schools announced last month massive budget cuts and layoffs intended to offset the $129 million deficit facing the school district in the fiscal year starting July 1.

    “Baltimore city public schools will look drastically different on July 2,” said Sonja Santelises, CEO of Baltimore Public Schools, stated in the announcement. “This is going to hit everything kids love about coming to school,” she said.

    #états-unis #édication #privatisation #démolition_du_service_public


  • Preuve de la volonté délibérée de faire fondre les glaciers et d’accélérer le réchauffement planétaire
    http://www.brujitafr.fr/2017/02/preuve-de-la-volonte-deliberee-de-faire-fondre-les-glaciers-et-d-accelerer

    SAN DIEGO, le 3 février 2017 Autour du 14 février 2016, une substance huileuse et cendrée est tombée sur sept résidences et véhicules à Harrison dans le Michigan, aux États-Unis. Le commandant de la base aérienne de la Garde Nationale à proximité, à Selfridge,...


  • University Of Michigan Defies Trump By Refusing To Release Immigration Status Of Students

    While some major universities are advising their students that they are studying Trump’s Muslim ban, the #University_of_Michigan released a statement on Saturday that flatly refused to release the immigration status of their students. The Maize and Blue isn’t playing along with Trump’s Muslim prejudice

    http://www.politicususa.com/2017/01/28/university-michigan-defies-trump-refusing-release-immigration-status-s
    #université #résistance #USA #islam #islamophobie #xénophobie #Etats-Unis



  • Map: Detroit Neighborhood Markets “Blue-lining” 1932 | DETROITography
    https://detroitography.com/2017/01/18/map-detroit-neighborhood-markets-blue-lining-1932
    https://detroitography.files.wordpress.com/2017/01/screen-shot-2017-01-10-at-7-18-59-pm.png

    This map is one among 35 other cities profiled in a market survey by the Advertising department of the Curtis publishing Company, called: “City Markets: A Study of Thirty-Five Cities.” The primary market assessment conducted here was based on circulation of newspapers and magazines, but included auto sales, consumer goods, and transportation spending.

    –—

    Map: De Lery’s Plan of Detroit 1749 | DETROITography
    https://detroitography.com/2017/01/11/map-de-lerys-plan-of-detroit-1749
    https://detroitography.files.wordpress.com/2017/01/screen-shot-2017-01-10-at-8-18-05-pm.png?w=1200

    Many people have seen Bellin’s map of Fort Detroit from 1764, but fewer people know that Bellin’s map was based on Gaspard-Joseph Chaussegros de Lery’s survey in 1749. Huron Creek really stands out as a significant landmark.

    This version of De Lery’s map appears in “History of Wayne County and the city of Detroit, Michigan” edited by Clarence and M. Agnes Burton.

    –—

    Map: Environmental Justice in Detroit | DETROITography
    https://detroitography.com/2017/01/09/map-environmental-justice-in-detroit
    https://detroitography.files.wordpress.com/2017/01/screen-shot-2017-01-09-at-9-16-10-am.png?w=1200

    The EPA has developed a handy tool called EJSCREEN to explore data related to environmental justice around the country. Data from EPA and other sources are pulled together and can be examined side-by-side. In the image example the maps are comparing “linguistic isolation” and the EPA’s cancer risk index.

    #cartographie #detroit #visualisation #justice_sociale


  • Angela Davis, Women’s March on Washington, 21 Janvier 2017:
    https://www.youtube.com/watch?v=1x6rV_ZDGA8

    Traduction en français:
    https://seenthis.net/messages/562864

    Texte original:
    "At a challenging moment in our history, let us remind ourselves that we the hundreds of thousands, the millions of women, trans-people, men and youth who are here at the Women’s March, we represent the powerful forces of change that are determined to prevent the dying cultures of racism, hetero-patriarchy from rising again.

    "We recognize that we are collective agents of history and that history cannot be deleted like web pages. We know that we gather this afternoon on indigenous land and we follow the lead of the first peoples who despite massive genocidal violence have never relinquished the struggle for land, water, culture, their people. We especially salute today the Standing Rock Sioux.

    "The freedom struggles of black people that have shaped the very nature of this country’s history cannot be deleted with the sweep of a hand. We cannot be made to forget that black lives do matter. This is a country anchored in slavery and colonialism, which means for better or for worse the very history of the United States is a history of immigration and enslavement. Spreading xenophobia, hurling accusations of murder and rape and building walls will not erase history.

    "No human being is illegal.

    "The struggle to save the planet, to stop climate change, to guarantee the accessibility of water from the lands of the Standing Rock Sioux, to Flint, Michigan, to the West Bank and Gaza. The struggle to save our flora and fauna, to save the air—this is ground zero of the struggle for social justice.

    "This is a women’s march and this women’s march represents the promise of feminism as against the pernicious powers of state violence. And inclusive and intersectional feminism that calls upon all of us to join the resistance to racism, to Islamophobia, to anti-Semitism, to misogyny, to capitalist exploitation.

    "Yes, we salute the fight for 15. We dedicate ourselves to collective resistance. Resistance to the billionaire mortgage profiteers and gentrifiers. Resistance to the health care privateers. Resistance to the attacks on Muslims and on immigrants. Resistance to attacks on disabled people. Resistance to state violence perpetrated by the police and through the prison industrial complex. Resistance to institutional and intimate gender violence, especially against trans women of color.

    "Women’s rights are human rights all over the planet and that is why we say freedom and justice for Palestine. We celebrate the impending release of Chelsea Manning. And Oscar López Rivera. But we also say free Leonard Peltier. Free Mumia Abu-Jamal. Free Assata Shakur.

    "Over the next months and years we will be called upon to intensify our demands for social justice to become more militant in our defense of vulnerable populations. Those who still defend the supremacy of white male hetero-patriarchy had better watch out.

    "The next 1,459 days of the Trump administration will be 1,459 days of resistance: Resistance on the ground, resistance in the classrooms, resistance on the job, resistance in our art and in our music.

    “This is just the beginning and in the words of the inimitable Ella Baker, ’We who believe in freedom cannot rest until it comes.’ Thank you”

    #Angela_Davis #Women's_March #Washington #USA

    Tout y est: #Femmes #Femmes_racisées #Féminisme #Trans #Autochtones #Sioux #Standing_Rock #Noirs #Black_Lives_Matter #Cisjordanie #Gaza #Palestine #Chelsea_Manning #Oscar_López_Rivera #Leonard_Peltier #Mumia_Abu-Jamal #Assata_Shakur #Ella_Baker #justice_sociale #Fight_for_15$ #convergence_des_luttes #résistance #racisme #patriarcat #hétéro_sexisme #esclavage #colonialisme #immigration #xénophobie #islamophobie #antisémitisme #capacitisme #capitalisme #bouleversement_climatique #gentrification #privatisations #brutalité_policière #prisons #violence


  • #Trump, #Le_Pen et les charlatans du #protectionnisme | Editorial de #Lutte_Ouvrière
    http://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/trump-le-pen-et-les-charlatans-du-protectionnisme-74075.html

    Il a suffi à Trump, qui n’est pas encore investi comme président, de faire quelques tweets sur l’industrie automobile, pour se faire applaudir de ce côté-ci de l’Atlantique. Marine Le Pen l’a ainsi salué pour « la démonstration qu’on peut […] imposer dans l’intérêt du peuple américain la relocalisation d’activités industrielles ». #Montebourg a affirmé sans rire : « Donald Trump reprend mes thèmes. » Et #Mélenchon a déclaré qu’il se réjouirait « de négocier avec un homme pareil ».

    De quoi s’agit-il ? Après des menaces de Trump, qui a fait campagne contre les délocalisations, Ford a dit qu’il renonce à construire une usine au Mexique et qu’il investira au contraire dans le Michigan. Trump a également mis en garde General Motors pour des investissements au Mexique.

    Trump est un charlatan et Le Pen lui fait une publicité mensongère. En réalité, Ford avait pris sa décision avant les élections. Et rien ne dit que la multinationale créera des emplois aux États-Unis : ces dernières années, les constructeurs ont augmenté leur production sans embaucher. Ce n’est pas Ford qui cède à Trump, mais Trump qui déroule le tapis rouge aux grandes firmes capitalistes. Car s’il a menacé de taxer les produits fabriqués à l’étranger, il a surtout annoncé qu’il réduira le taux d’impôt des sociétés de 35 % à 15 %. Autrement dit, il s’apprête à faire des États-Unis un grand paradis fiscal.

    La baisse de l’impôt des sociétés sera compensée par une hausse de la fiscalité pour les travailleurs, ou alors l’État taillera dans les programmes de santé, d’aide sociale ou d’équipements utiles à la population ! Trump promet aussi d’alléger les contraintes en matière de pollution, ce qui permettrait aux firmes automobiles d’économiser des milliards et aurait des conséquences néfastes sur la santé publique.

    Aujourd’hui, le protectionnisme nous est vendu comme une protection pour les travailleurs. Chaque période de crise voit resurgir ce type de boniment. Si la France devenait protectionniste, les autres pays européens le seraient à leur tour, entraînant ici une hausse des prix pour les consommateurs et le chômage pour des centaines de milliers de salariés qui travaillent à l’exportation. Dans les années 1930, la montée du protectionnisme aggrava la crise. Et la guerre économique prépara la guerre tout court.

    L’économie a complètement internationalisé la production. Un Airbus A380 est assemblé à Toulouse avec trois millions de pièces fabriquées dans 77 pays, dont des pièces essentielles fabriquées… aux États-Unis ! Cela illustre l’absurdité de prétendre « produire français ». Et même les protectionnistes les plus stupides ne proposent pas de fabriquer des avions 100 % Haute-Garonne, de cultiver le coton et le cacao en Picardie, ni d’extraire l’uranium dans le Massif central. Quant à « acheter français », est-ce acquérir une Toyota Yaris fabriquée dans le Nord de la France ou une Citroën C3 assemblée en Slovaquie ?

    Le protectionnisme consiste à protéger les intérêts des capitalistes, donc en premier lieu contre les travailleurs, au nom de la #compétitivité. Le Pen veut ainsi mettre fin à la durée légale du travail, se dit opposée au tiers-payant généralisé, veut supprimer des postes de fonctionnaires et prend le parti des « entrepreneurs ».

    Le problème n’est pas la #mondialisation, c’est le #capitalisme ! Ce que les travailleurs doivent protéger, c’est leur travail, ce sont leurs salaires et leurs retraites.

    Mettre fin au #chômage, cela ne peut se faire qu’en répartissant le travail entre tous sans perte de salaire et, bien sûr, en interdisant aux grandes entreprises les plans de suppressions d’emplois et les licenciements.

    Pour protéger le niveau de vie, il faut non seulement qu’aucun travailleur ne gagne moins de 1800 euros nets par mois, mais que les salaires, les pensions et les allocations soient indexés sur la hausse réelle des prix.

    Et pour empêcher les capitalistes de maquiller leur comptabilité, ce qui leur permet de justifier les licenciements tout en arrosant les actionnaires, il faut que les travailleurs contrôlent les comptes des entreprises. Il faut lever le secret des affaires, le secret commercial et bancaire.

    Voilà des exigences pour le monde du travail que ni Le Pen, si respectueuse de l’ordre capitaliste, ni aucun des charlatans du protectionnisme ne reprendront. Des exigences que notre candidate, #Nathalie_Arthaud, portera dans l’élection présidentielle.


  • « Il est facile de pirater l’#élection américaine », assurent des spécialistes du vote électronique
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/12/30/il-est-facile-de-pirater-l-election-americaine-assurent-des-specialistes-du-

    Pour leur part, après avoir participé aux opérations de recomptage des voix qui ont eu lieu dans certains Etats dans les semaines suivant le scrutin, Alex Halderman et Matt Bernhard, chercheurs de l’université du Michigan, spécialistes du #vote_électronique, en sont arrivés à la conclusion que l’élection n’a probablement pas été piratée. Mais que celle de 2020 pourrait bien l’être. C’est ce qu’ils ont expliqué lors du Chaos Computer Congress, grand-messe des hackers, qui se tient du 27 au 30 décembre à Hambourg, en Allemagne.

    #piratage_informatique


  • Comment enseigner les faits survenus autour du Dakota Access Pipeline ?

    Dear Critters: I hope you’re all well. I’ve received lots of requests asking about ways to teach the Dakota Access Pipeline (DAPL) issues. I’m very encouraged by all the engagement with the NoDAPL movement - and given the space/place dimensions of the Standing Rock Tribe’s struggles against the pipeline, the member of this list are in a great position to educate students, as I’ve been a follower of this list for awhile now and benefited greatly from it. Lots of scholars in Indigenous Studies and beyond have worked to create materials for teaching Dakota Access Pipeline issues. I added a page to my website that includes as many of these scholarly resources as I know of (including the excellent Standing Rock Syllabus and this special collection), a few of my pieces on NoDAPL, and a bunch of online essays and documents associated with the issues: http://kylewhyte.cal.msu.edu/nodapl

    –-> reçu via la mailing-list « crit-geog-forum »

    #standing_rock #pipeline #North_Dakota #résistance #enseignement #ressources_pédagogiques #peuples_autochtones
    cc @reka

    Quelques sites évoqués dans le mail :
    #StandingRockSyllabus
    https://nycstandswithstandingrock.files.wordpress.com/2016/10/pipeline-sovereignty-map_10-30_final.png?w=1640
    https://nycstandswithstandingrock.wordpress.com/standingrocksyllabus
    –-> très très riche !

    Standing Rock, #NoDAPL, and Mni Wiconi

    Thousands of Water Protectors from more than three hundred Native nations, as well as allied supporters from a range of social movements, gathered at the Standing Rock Sioux Indian Reservation in Cannon Ball, North Dakota during 2016 to halt the construction of the Dakota Access Pipeline (DAPL). The DAPL threatens to cross under the Mni Sose (the Missouri River), which is the fresh-water supply for millions of humans and countless nonhuman relations. By blocking settler access to capital through direct action, the enactment of political counterclaims to the land and river through ceremony and legal challenges in U.S. courts, #NoDAPL front-line protectors are directly challenging the fossil-fuel industry’s centrality in colonial accumulation and demonstrating that climate change is indelibly linked to historic and ongoing colonialism and Indigenous erasure and elimination. Contributors to this Hot Spots series consider the social, historical, cultural, and political significance of the #NoDAPL movement, situating it within Oceti Sakowin (Great Sioux Nation) history, leadership strategies and direct action/organizing, Indigenous anticolonial resistance across Turtle Island, and conditions of ongoing state violence against Indigenous bodies and lands.

    https://culanth.org/fieldsights/1010-standing-rock-nodapl-and-mni-wiconi

    Syllabus Materials for Teaching #NoDAPL in Ethics and Other Courses
    http://kylewhyte.cal.msu.edu/nodapl

    La personne qui a écrit le message est aussi sur twitter :
    https://twitter.com/kylepowyswhyte
    Et enseigne à la Michigan state university :
    http://kylewhyte.cal.msu.edu


  • #Flint, Mexico and the dangerous, slippery slope from tap water to bottled water

    I have been following the tragedy of Flint (Michigan, #USA) water residents’ struggles with their municipal tap water supply ever since it started. It’s perhaps the only instance of water problems that I know of in recent years that has been taken as relevant and seriously as climate change. As my own research has shown, environmental activism manages to shine light on complex issues more robustly and visibly whenever human health issues are concerned, and in this case, the Flint water crisis has prolonged for over 2.5 years.

    https://c6.staticflickr.com/2/1487/24580680101_ffc39b97e2.jpg
    http://www.raulpacheco.org/2016/12/flint-mexico-and-the-dangerous-slippery-slope-from-tap-water-to-bottled

    #eau #eau_de_robinet #eau_en_bouteilles #Etats-Unis


  • How “Useless” Science Unraveled an Amphibian Apocalypse - Facts So Romantic
    http://nautil.us/blog/how-useless-science-unraveled-an-amphibian-apocalypse

    http://static.nautil.us/11187_421b9ff13e012545c871fff7824cd12a_314x177.jpg

    One spring day in 1984, Joyce Longcore got a phone call from Joan Brooks, a biologist at the University of Maine. Brooks had received a National Science Foundation grant to study the interactions of fungi and bacteria in peat bogs. She needed a hand, and she heard through the grapevine that Longcore knew a bit about fungi. Longcore did. She’d studied them at the University of Michigan in the late 1960s before leaving lab life to raise a family full time. Now her oldest son was headed to college and she was looking for something to do. She’d figured on getting a job at the grocery store. Instead she took Brooks up on the offer. When their work ended after several years—it would later inspire a commercial peat-based sewage filtration system—Longcore decided to get her doctorate. The focus (...)


  • L’écart de voix entre Hillary Clinton et Donald Trump, une anomalie démocratique ?

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/12/15/le-casse-tete-de-l-oncle-sam_5049687_3232.html

    Malgré 2,7  millions de voix d’avance, Hillary Clinton ne sera pas présidente des Etats-Unis. Une anomalie qui relance le débat sur les grands électeurs.

    http://s1.lemde.fr/image/2016/12/15/644x322/5049686_3_7235_en-2000-alors-que-bill-clinton-s_9170f3f677ef1f4b3f95cdc2f4303fc2.jpg

    Le chiffre est historique. Le 8 novembre, la candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine, Hillary Clinton, a engrangé 2,7 millions de voix de plus que son adversaire républicain Donald Trump.
    Mais la vie démocratique américaine est ainsi faite que Mme Clinton ne sera pas la future présidente des Etats-Unis. Elle-même, d’ailleurs, ne revendique rien. Elle connaît l’héritage de l’histoire et respecte la loi du « collège électoral » et de ses 538 grands électeurs chargés d’élire le président. Une spécificité américaine forgée dans la Constitution par les Pères fondateurs, mais qui, deux siècles plus tard, apparaît aux yeux de beaucoup comme une trahison du principe démocratique de l’élection au suffrage direct : « un homme, une voix ».

    Car si l’arithmétique prouve que Mme Clinton a gagné le vote populaire, elle n’a pas obtenu les bonnes voix aux bons endroits. En s’imposant dans une vingtaine d’Etats sur cinquante, la candidate démocrate n’a emporté que 232 des 270 grands électeurs qu’il lui fallait pour succéder à Barack Obama. Elle rejoint dans l’histoire récente le démocrate Al Gore : celui-ci avait dû s’incliner en 2000 face à George W. Bush, malgré un écart de 500 000 voix en sa faveur – soulevant, déjà, des questions sur l’équité de la procédure électorale.
    Seize ans plus tard, la victoire de l’imprévisible Donald Trump et l’avance sans appel de Mme Clinton en termes de voix ont suscité une émotion plus forte encore. Et relancé avec force le débat sur un système que beaucoup considèrent désormais comme une anomalie démocratique et historique.

    En un peu plus d’un mois, près de 5 millions de personnes ont signé une pétition demandant aux grands électeurs de donner leur voix à la candidate démocrate, le 19 décembre, lors de l’élection officielle du président des Etats-Unis.

    Cette requête a peu de chance d’être entendue. Seul un grand électeur républicain du Texas, Chris ­Suprun, a affirmé qu’il ne voterait pas pour M. Trump. Rejoignant ainsi les rares grands électeurs « déloyaux » (faithless) qui ont jalonné l’histoire de l’élection présidentielle – sans pour autant jamais en changer l’issue.

    Quelles raisons poussent donc l’une des plus solides démocraties du monde à élire son président au scrutin indirect, au cours d’une procédure à première vue injuste et dont une majorité de citoyens souhaiterait s’affranchir ? La réponse remonte à 1787 et a jailli lors d’âpres débats entre les rédacteurs de la Constitution américaine réunis à Philadelphie (Pennsylvanie).

    A l’époque, ces aristocrates éclairés, marqués par la brutalité des monarchies européennes, craignent l’émergence d’un dirigeant autoritaire, voire autocrate, à même de ruiner les apports de la révolution américaine. Leur confiance dans le jugement du peuple étant toute relative, la création d’un niveau intermédiaire d’électeurs jugés mieux informés s’impose pour éviter qu’un tyran ou qu’un démagogue ne se fraye un chemin par la voie démocratique.

    Le collège électoral est né. L’un de ses concepteurs, Alexander Hamilton, juriste influent dans les débats tenus à Philadelphie, défend cette conception contre ses collègues partisans d’un suffrage universel direct : « Un petit nombre de personnes, choisies par leurs concitoyens au sein de la population, sera plus à même de détenir les informations et le discernement requis. » En ajoutant qu’il était aussi « particulièrement souhaitable d’éviter au maximum tumulte et désordre ».

    Le poids démesuré de certains Etats

    Le poids respectif des grands électeurs selon les Etats, aujourd’hui remis en cause, remonte également à cette époque. Dans l’Amérique de la fin du XVIIIe siècle, les Etats du Sud, esclavagistes et moins peuplés que ceux du Nord, craignent que le système ne leur soit durablement défavorable.

    Un compromis est donc élaboré : quelle que soit son importance démographique, chacun des treize Etats initiaux enverra deux représentants au Sénat, tandis que la Chambre des représentants accueillera un nombre d’élus proportionnel à la population. Pour augmenter leur poids au Congrès, les Etats du Sud imposent l’idée qu’un esclave, même s’il n’a évidemment pas le droit de vote, compte pour trois cinquièmes d’un électeur blanc.

    Le vote d’un citoyen du Wyoming (586 000 habitants) compte quatre fois plus que celui d’un électeur du Michigan (9,9 millions).
    Conçu pour « protéger les minorités », ce principe donnera aux Etats du Sud la mainmise sur la présidence durant trente-deux des trente-six premières années qui suivent la rédaction de la Constitution, ainsi que l’a rappelé dans la presse américaine Akhil Reed Amar, spécialiste de droit constitutionnel. Aujourd’hui, la formation du collège électoral répond toujours à ces critères.

    Dans chaque Etat, le nombre des grands électeurs, désignés par les partis politiques, correspond au nombre de ses élus au Congrès, donnant à certains Etats ruraux ou peu peuplés un poids jugé disproportionné par les détracteurs du système : le vote d’un citoyen du Wyoming (586 000 habitants), dénoncent-ils, compte ainsi quatre fois plus que celui d’un électeur du Michigan (9,9 millions).

    Au lendemain de l’élection, l’écrivaine Joyce Carol Oates, suivie par d’autres critiques, s’inquiétait que ce déséquilibre favorise à jamais « les voix rurales, blanches, âgées et plus conservatrices ». Un sentiment d’injustice partagé en 2012 par un certain… Donald Trump. « Plus de voix égalent une défaite… Révolution ! », écrivait-il sur Twitter, alors que le décompte des voix de l’élection présidentielle se poursuivait. Il ajoutait quelques jours plus tard : « Le collège électoral est un désastre pour une démocratie. »

    Aujourd’hui, alors que ce système « honteux » lui est favorable, M. Trump juge que « le collège électoral est en fait génial car il met tous les Etats, y compris les petits, dans le jeu ». L’un des biais du système amène les candidats à rechercher les voix des grands électeurs dans des Etats stratégiques, délaissant durant leur campagne les Etats qu’ils savent, ou pensent, acquis à leur parti.

    « La tyrannie de la minorité »

    Quelques voix s’élèvent néanmoins pour défendre cette procédure. Ainsi, l’ancien directeur de campagne du candidat malheureux Al Gore, William M. Daley, estime que, si l’on réformait le collège électoral, « le remède pourrait être pire que le mal ».

    « Ce système, estime-t-il, favorise les deux grands partis, ce qui a permis une longue stabilité politique que beaucoup de pays envient. Un troisième parti en soi n’est pas une mauvaise chose, mais notre système fédéral n’est pas adapté aux partis de niche. »
    Des grands électeurs républicains, « harcelés » par des courriers leur demandant de changer leur vote pour faire barrage à M. Trump, montent aussi au créneau pour défendre le collège, qui assure, selon eux, « une représentation de l’ensemble du pays ».

    «  Plus de voix égalent une défaite… Révolution  !  », tweetait Donald Trump en 2012, avant d’ajouter  : «  Le collège électoral est un désastre pour une démocratie  »

    Mais les critiques, récurrentes, se multiplient. Concernée au premier chef, Mme Clinton ne s’est pas exprimée cette année sur le sujet. Mais, en 2000, alors que Bill Clinton s’apprêtait à terminer son deuxième mandat présidentiel, la First Lady de l’époque plaidait pour le suffrage universel direct et « la volonté du peuple ».

    « Ce système est intolérable dans une démocratie. Il viole l’égalité politique car toutes les voix ne sont pas égales », estime aussi George C. Edwards III, professeur de sciences politiques à l’université du Texas, auteur d’un ouvrage sur le sujet (Why the Electoral College Is Bad for America, « Pourquoi le collège électoral est mauvais pour l’Amérique », non traduit).

    En réponse aux Pères fondateurs, il juge que « le collège électoral ne protège pas de la tyrannie de la majorité. Au contraire, il fournit un potentiel pour la tyrannie de la minorité ». L’élection de M. Trump, acquise en grande partie grâce aux voix des électeurs blancs, ruraux et peu diplômés, tend à illustrer ce biais.

    Même si le caractère sacré de la Constitution aux Etats-Unis constitue un obstacle majeur à toute évolution, les propositions alternatives n’ont pas manqué depuis l’élection du 8 novembre. Au-delà de la pétition, sorte d’exutoire pour de nombreux électeurs sous le choc, d’autres initiatives ont vu le jour.

    Une élue démocrate de Californie, Barbara Boxer, a ainsi déposé une proposition de loi pour supprimer le collège électoral – texte qui n’a aucune chance d’être adopté. « La présidence est la seule fonction pour laquelle vous pouvez avoir plus de voix et perdre, déplore la sénatrice. Chaque Américain devrait être assuré que son vote compte. »

    Optimisme prudent

    Cet argument est repris par ceux qui s’inquiètent du faible taux de participation lors de l’élection (54 % cette année). De leur côté, deux grands électeurs démocrates du Colorado et de l’Etat de Washington ont lancé le mouvement des « Electeurs de Hamilton ».

    Sans réclamer la suppression du collège électoral, ils rappellent que les garde-fous défendus par le Père fondateur étaient conçus pour éviter la percée d’un ­ « démagogue » tel que M. Trump. Aussi demandent-ils à leurs pairs républicains non pas de voter pour Mme Clinton le 19 décembre, mais de choisir dans leur camp un candidat ayant « les qualifications requises », comme le souhaitait Alexandre Hamilton.
    Les inquiétudes actuelles ne sont pas nouvelles. Après la défaite de M. Gore, en 2000, plusieurs Etats avaient réfléchi à de nouvelles dispositions ne nécessitant pas un amendement constitutionnel. Il s’agissait d’abandonner la pratique bien ancrée du winner take all (« le gagnant remporte tout »), qui n’est pas inscrite dans la Constitution.
    Par ce biais, dans 48 des 50 Etats, le candidat arrivé en tête remporte la totalité des voix des grands électeurs en jeu. L’idée serait de partager les votes des grands électeurs de manière proportionnelle, en fonction du vote populaire.

    Une autre solution consisterait à suivre les recommandations du « National Popular Vote Interstate Compact ». Selon cet accord, signé par un groupe de dix Etats plus le district de Columbia (Washington, D.C.), les grands électeurs s’engageraient à donner leur voix au candidat qui aurait gagné le vote populaire, quelle que soit sa couleur politique. Un système qui ne fonctionnera que lorsque suffisamment d’Etats auront rejoint le mouvement pour délivrer 270 voix au « candidat du peuple ».

    Seize ans après ses propres déboires, Al Gore, quant à lui, fait preuve d’un optimisme prudent. « Cela prendra du temps, mais je ne serais pas surpris que finalement nous passions au vote populaire pour élire le président d’ici une décennie », commente-t-il. Mais, entre la tradition et le poids électoral que ce système octroie à certains Etats, le système des grands électeurs risque fort de dominer encore les prochaines élections.


  • A #Flint, Michigan, la crise de l’eau n’en finit pas
    http://www.lemonde.fr/ameriques/visuel/2016/12/16/a-flint-michigan-la-crise-de-l-eau-n-en-finit-pas_5049848_3222.html

    Pour traiter l’#eau de la rivière, on remet en service la petite station d’épuration de la ville, obsolète et en sous-effectif. Or, aussitôt, l’eau corrosive et mal filtrée attaque les vieilles canalisations en plomb. Elle arrive dans les robinets chargée de #plomb, de divers métaux lourds et de bactéries pathogènes, provoquant toute une gamme de maladies chez de nombreux usagers. Quand on la boit, elle peut endommager les organes internes, y compris le cerveau, et quand on se douche, elle affecte la peau et les cheveux. Elle attaque même les machines : dès octobre 2014, General Motors, qui possède encore une usine de camions à Flint, exige d’être à nouveau alimentée par de l’eau de Detroit, à ses frais, car celle de la rivière corrode ses installations et endommage sa production. Après avoir longtemps nié le problème, puis minimisé ses conséquences, les autorités finissent par rétablir l’approvisionnement en eau provenant de Detroit en octobre 2015, mais il est trop tard. Les canalisations corrodées continuent à contaminer l’eau, les produits chimiques injectés pour l’assainir augmentent sa toxicité.


  • Trump taps former Texas Gov. Rick Perry to head Energy Department he once vowed to abolish - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/news/energy-environment/wp/2016/12/13/trump-taps-former-texas-gov-rick-perry-to-head-energy-department-he-

    President-elect Donald Trump has picked Rick Perry to head the Energy Department, said two people familiar with the decision, seeking to put the former Texas governor in control of an agency whose name he forgot during a presidential debate even as he vowed to abolish it.

    Perry, who ran for president in the past two election cycles, is likely to shift the department away from renewable energy and toward fossil fuels, whose production he championed while serving as governor for 14 years.

    The Energy Department was central to the 2011 gaffe that helped end his first presidential bid. Declaring that he wanted to eliminate three federal agencies during a primary debate in Michigan, Perry then froze after mentioning the Commerce and Education departments. “The third one, I can’t. Sorry. Oops.
    […]
    Despite its name, most of the Energy Department’s budget is devoted to maintaining the nation’s stockpile of nuclear warheads and to cleaning up nuclear waste at sites left by military weapons programs. The department runs the nation’s national laboratories, sets appliance standards and hands out grants and loan guarantees for basic research, solar cells, capturing carbon dioxide from coal combustion and more.


  • http://www.desordre.net/bloc/ursula/2017/images/092.jpg

    J – 150 : Pour le moment Guy, mon ordinateur s’appelle Guy, n’a toujours pas fini de scanner immense_disque .

    Cela fait des années que je cite souvent l’exemple du Hasard de Kristof Kieslowski pour soutenir la validité des récits arborescents à la façon aussi de Smoking non smoking d’Alain Resnais, d’ailleurs nettement plus arborescent que le Hasard, au point même qu’il y ait deux films, celui de la cigarette fumée et celui de la cigarette refusée poliment, ou encore pour soutenir mes propres tentatives de la fiction de suivre, même modestement, de suivre deux voies parallèles dans un récit, ainsi dans une Fuite en Egypte :

     ; il rendait visite à un parent interné dans un hôpital psychiatrique ; à Villejuif je crois ; je lui avais proposé de l’emmener ; oui ; c’était à Villejuif ; dans le Val de Marne ; dans la banlieue Sud ; je devais aller moi-même dans cette direction ; je lui avais donc proposé de l’accompagner ; aussi parce que je me doutais que cela n’avait rien de drôle d’aller visiter un parent dans un hôpital psychiatrique ; nous nous sommes égarés ; nous avons fait de nombreuses circonvolutions pour retrouver notre chemin ; et ; sans nous départir du calme qui était le nôtre ; sans que ces égarements n’influent ; d’aucune façon que ce soit ; sur la bonne humeur qui était entre nous ; nous nous étions perdus ; et nous nous laissions emporter distraitement par le flot des autres véhicules ; plus soucieux en fait du plaisir de notre conversation que de nous orienter de façon fiable ; nous parlions de son retour hypothétique en Allemagne ; dehors il faisait gris ; et puis à un carrefour les deux voitures qui étaient derrière nous n’ont pas su s’arrêter et l’une a percuté l’autre qui nous a de fait tamponnés ; un tout petit choc ; un accident de rien du tout ; même pas de taule froissée ; le hayon de mon coffre ne fermait plus ; c’était tout ; nous avons réglé cela à l’amiable ; je veux dire entre la personne qui avait percuté l’arrière de ma voiture et nous ; entre les deux autres voitures en revanche les propos n’étaient pas courtois ; les deux conducteurs s’accusaient mutuellement d’être responsables de l’accident ; et tandis qu’ils argumentaient avec véhémence ; Gerd et moi avons continué de discuter aimablement ; Gerd m’a fait remarquer ; dans son accent allemand guttural ; tu te rends compte du nombre de détours que nous avons faits ; tout cela pour avoir cet accident ; nous avons ri de ce concours de hasard bénin ; nous aimions l’un et l’autre ce genre de considérations ; le hasard au travail ; nous avions vu ensemble au cinéma Le Hasard de Kristof Kieslowski ; et j’avais répondu que nous ne le saurions jamais ; en revanche il n’était pas exclu que cet accident et ses détours nous aient en fait déviés d’un accident dans lequel j’aurais perdu la vue et Gerd l’usage de ses membres inférieurs ; comment pouvais-je ; alors ; rire de pareilles éventualités ; à l’époque je ne l’avais pas encore rencontrée ; je n’avais pas encore fait sa connaissance ; je ne l’avais pas encore embrassée ; je n’avais pas encore fait l’amour avec elle ; nous ne vivions pas encore ensemble ; nous n’avions pas encore d’enfants ; elle n’était pas encore morte dans un accident de voiture ; je ne la connaissais pas encore ; je ne pouvais pas savoir ; je ne pouvais pas savoir qu’elle périrait dans un accident de la circulation ; en fait c’est très peu de temps après cet accident ; cet accident sans gravité ; en compagnie de Gerd ; que je l’avais rencontrée ; tenez ; c’est curieux ; c’est la première fois que je m’en rends compte ; que je m’aperçois que cet accident apparemment dénué de conséquences avait en fait été à l’origine de notre rencontre ; parce que cet accrochage anodin ; et le temps que nous avions perdu en nous égarant ; nous avaient mis en retard ; j’avais raté mon rendez-vous avec un assistant qui devait m’aider pour une prise de vue en studio ; le type était furieux ; j’avais donc dû m’adresser ailleurs ; à Paris ; et elle m’avait été recommandée par un collègue ; et c’est de cette façon que je l’ai rencontrée ;

    Mais cela faisait extrêmement longtemps que je n’avais pas revu ce film, il me semble, effectivement au cinéma, et sans doute en compagnie de Daphna, donc en première ou seconde années des Arts Déco. Du coup commençant à préparer un manière de mini site pour la publication d’une Fuite en Egypte qui donne donc accès à toutes sortes de ressources et, a minima, à des œuvres des différents artistes cités dans le cours du récit, Twombly, Weegee, Witkin, Wahrol, il y a donc Le Hasard de Kieslowski (à croire que j’ai fait exprès de citer des artistes qui ont tous un w dans leur patronyme, à l’époque de l’écriture, il y une treizaine d’années maintenant, je l’ai sûrement fait exprès, aujourd’hui c’est tout juste si je me rappelle m’être donné de telles contraintes), dont je me suis employé récemment à en tirer un extrait. J’ai donc téléchargé le film - en fait ces derniers temps j’ai eu recours à un excellent assistant pour retrouver certaines des ressources les plus obscures.

    Et je viens de le revoir, presque trente ans plus tard tout de même.

    Je peux donc mesurer à quel point mon souvenir était vague à bien des égards, et, au contraire, extrêmement précis de certains plans, par exemple je me souvenais parfaitement du clochard de la gare qui ramasse une pièce qui roule et s’achète une bière avec - et apparemment un Tchèque pourrait survivre en Pologne, parce que pour demander une bière en polonais c’est presque Pivo prosim - en revanche, et ce n’est pas banal tout de même, si j’avais du raconter l’intrigue, finalement pas simple pour ses implications politiques, de ce film, comme par exemple, cela peut arriver, en couple, de se raconter des films, à l’image de la deuxième partie de ce film, la femme du mécanicien aéronautique qui raconte Manhattan à son amant, racontant donc Le Hasard , j’aurais oublié, du tout au tout, la troisième partie de ce film, qui, dans mon esprit, sans doute influencé par la trame de Smoking non smoking d’Alain Resnais, n’en comptait que deux, alors que, et c’est tout de même assez troublant, que c’est directement au principe même de la troisième partie que fait référence la remarque que je prête au personnage de Gerd, dans une Fuite en Egypte , à propos d’un accident qui permet d’échapper à un autre, plus grave.

    Par ailleurs, c’est quand même étonnant d’avoir oublié la troisième partie plutôt que les deux autres, alors que c’est la troisième partie qui est de loin la plus simple, tout roule pour le personnage principal, sa carrière connait une ascension fulgurante, il se marie avec une jeune femme dont il est fou amoureux, elle lui apprend devant le maire qu’elle est enceinte, et ils pouffent de rire en échangeant leurs vœux, l’enfant nait il est fort mignon et il peut partir à Paris avec un passeport en bonne et due forme.

    Et quand je pense à tous les films que j’ai vus, tous les romans que j’ai lus, et pour lesquels mes souvenirs sont pareillement imprécis, ou mélangés, je me dis que je foisonne de récits, il suffit juste que je fasse confiance à ma mémoire dans tout ce qu’elle a d’imprécis.

    Sans compter que par ailleurs j’ai tendance à oublier tout ce que j’écris, ou plus exactement que j’écris, non pas pour ne pas oublier, mais au contraire pour oublier. J’avais, par exemple, tout à fait oublié cette référence au Hasard dans mon récit, que je viens de relire une nouvelle fois avant d’en envoyer la version définitive à mon éditeur, j’aime bien dire mon éditeur .

    Exercice #45 de Henry Carroll : Photographiez un lieu insipide de jour ... mais fascinant de nuit.

    La forêt autour de la maison de Barbara Crane dans le Michigan est nettement plus mystérieuse la nuit que le jour, ce qui est en grande partie dû aux puissant éclairages que cette dernière a braqués sur les bois depuis les autres coins de sa terasse qui entoure sa petite maison, un peu comme Claude Monet a arrangé son jardin pour mieux le peindre. Le parti qu’elle en tire est infiniment supérieur.

    http://barbaracrane.desordre.net/photos/coloma/trees/coloma30.gif

    http://www.desordre.net/bloc/ursula/2017/images/093a.jpg

    http://www.desordre.net/bloc/ursula/2017/images/093b.jpg

    #qui_ca


  • Director of Polish Institute in Berlin Fired for Jewish Content | artnet News

    https://news.artnet.com/art-world/director-polish-culture-institute-berlin-fired-jewish-content-771281

    Le monde de l’#art, ton univers impitoyable !

    https://news.artnet.com/app/news-upload/2016/12/bb418a25-841c-4a1c-8a46-ebed25762e9d.jpg

    The cultural manager and director of the polish culture institute in Berlin, Katarzyna Wielga-Skolimowska, was fired this past Tuesday from her position. According to the German left-leaning daily TAZ that broke the story, Poland’s right-wing PiS-led government called for her immediate departure due to her programming, which included “too much Jewish-themed content,” as Poland’s ambassador in Germany Andrzej Przyłębski had complained.

    Art Teacher Fired After Saying ’Vagina’ - artnet News
    https://news.artnet.com/art-world/art-teacher-fired-georgia-okeeffe-vagina-483920
    https://news.artnet.com/app/news-upload/2016/04/allison-wint-2-e1461852382677.jpg

    Everyone knows that Georgia O’Keeffe’s flower paintings are highly suggestive, often resembling vulvas. And now everyone knows that you apparently cannot talk about that if you’re a middle-school substitute art teacher in Michigan, thanks to national attention to a controversy roiling the school system in Harper Creek, near the city of Battle Creek.


  • Political correctness: how the right invented a phantom enemy | Moira Weigel | US news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/us-news/2016/nov/30/political-correctness-how-the-right-invented-phantom-enemy-donald-trump

    In truth, these crusaders against political correctness were every bit as political as their opponents. As Jane Mayer documents in her book, Dark Money: the Hidden History of the Billionaires Behind the Rise of the Radical Right, Bloom and D’Souza were funded by networks of conservative donors – particularly the Koch, Olin and Scaife families – who had spent the 1980s building programmes that they hoped would create a new “counter-intelligentsia”. (The New Criterion, where Kimball worked, was also funded by the Olin and Scaife Foundations.) In his 1978 book A Time for Truth, William Simon, the president of the Olin Foundation, had called on conservatives to fund intellectuals who shared their views: “They must be given grants, grants, and more grants in exchange for books, books, and more books.”

    These skirmishes over syllabuses were part of a broader political programme – and they became instrumental to forging a new alliance for conservative politics in America, between white working-class voters and small business owners, and politicians with corporate agendas that held very little benefit for those people.

    By making fun of professors who spoke in language that most people considered incomprehensible (“The Lesbian Phallus”), wealthy Ivy League graduates could pose as anti-elite. By mocking courses on writers such as Alice Walker and Toni Morrison, they made a racial appeal to white people who felt as if they were losing their country. As the 1990s wore on, because multiculturalism was associated with globalisation – the force that was taking away so many jobs traditionally held by white working-class people – attacking it allowed conservatives to displace responsibility for the hardship that many of their constituents were facing. It was not the slashing of social services, lowered taxes, union busting or outsourcing that was the cause of their problems. It was those foreign “others”.

    PC was a useful invention for the Republican right because it helped the movement to drive a wedge between working-class people and the Democrats who claimed to speak for them. “Political correctness” became a term used to drum into the public imagination the idea that there was a deep divide between the “ordinary people” and the “liberal elite”, who sought to control the speech and thoughts of regular folk. Opposition to political correctness also became a way to rebrand racism in ways that were politically acceptable in the post-civil-rights era.

    Soon, Republican politicians were echoing on the national stage the message that had been product-tested in the academy. In May 1991, President George HW Bush gave a commencement speech at the University of Michigan. In it, he identified political correctness as a major danger to America. “Ironically, on the 200th anniversary of our Bill of Rights, we find free speech under assault throughout the United States,” Bush said. “The notion of political correctness has ignited controversy across the land,” but, he warned, “In their own Orwellian way, crusades that demand correct behaviour crush diversity in the name of diversity.”


  • Yes, you can blame millennials for Hillary Clinton’s loss - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/news/the-fix/wp/2016/12/02/yes-you-can-blame-millennials-for-hillary-clintons-loss

    Hillary Clinton’s campaign has lots of excuses for losing. There’s the electoral college, James Comey, the media’s alleged over-exuberance in digging into Clinton’s email server, etc. But Clinton campaign manager Robby Mook said Thursday that one particular group is especially to blame: millennials.
    […]
    Among those between 18 and 29, though, she took five points less — 55 percent versus Obama’s 60 percent. Here’s how those numbers compare to 2012:

    https://img.washingtonpost.com/blogs/the-fix/files/2016/12/18to29.jpg

    […]
    They, of course, are national polls, and the race was really decided in a handful of close states — Florida, Michigan, Pennsylvania and Wisconsin, in particular. And sure enough, Clinton did even worse among young people in those states, according to exit polls.

    While Clinton’s national margin of victory among young people was only four points worse than Obama’s 60-to-37 edge, Michigan’s exit poll shows her margin among young people there was five points worse (+28 for Obama vs. +23 for Clinton). In Florida, it was 16 points worse (+34 vs. +18). In Pennsylvania, it was 17 points worse (+28 vs. +9). And in Wisconsin, it was 20 points worse (+23 vs. +3).

    Caveat: Exit polls, like any polls, are subject to error. Did Trump really only lose young people in Wisconsin by only three points? I’m very skeptical.

    But if that number is anywhere close to accurate, it accounts for Clinton’s narrow loss in the Badger State.