provinceorstate:midi-pyrénées

  • Toulouse-Blagnac: le scandale Macron - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/240119/toulouse-blagnac-le-scandale-macron

    Décidée en 2014 par Emmanuel Macron, du temps où il était ministre de l’économie, la privatisation de la société de gestion de l’aéroport de Toulouse-Blagnac (SATB) n’aura été qu’une suite interminable de scandales. Et le dernier en date risque d’avoir un retentissement encore plus important que ceux qui l’ont précédé : les actionnaires chinois qui ont racheté à l’État 49,9 % du capital de la société ont en effet décidé de revendre leur part, et de faire au passage une belle galipette financière. Le bilan de l’opération de privatisation est accablant pour le chef de l’État, l’histoire s’apparentant à une opération de prédation sur un bien public.

    • Le journal La Dépêche a révélé, mardi 22 janvier, le projet des actionnaires chinois de la société Casil de rétrocéder pour 500 millions d’euros les 49,9 % des parts de la société de gestion qu’ils avaient acquis en avril 2015, lors de la privatisation voulue par Emmanuel Macron.

      L’actionnaire chinois a mandaté la banque Lazard, dirigée par Matthieu Pigasse (par ailleurs coactionnaire du journal Le Monde), pour chercher un acquéreur au prix de 500 millions d’euros. Ici réside le premier scandale : l’#aéroport de #Toulouse-Blagnac – qui est un bien public, jouant un rôle économique majeur pour la région et ayant des enjeux environnementaux importants pour la ville et le département – va être l’objet d’une galipette financière insensée puisque, en moins de quatre ans, l’acquéreur qui avait déboursé 308 millions d’euros, espère engranger une plus-value de 192 millions d’euros.

      Ce premier scandale a deux facettes : d’abord cela suggère, si l’opération se fait à ce prix, que l’Agence des participations de l’État (APE), dirigée par Martin Vial, le conjoint de la ministre des armées Florence Parly, a bradé un patrimoine public, permettant à l’acquéreur de faire une plus-value peu après sur le dos des citoyens. Cela suggère ensuite – mais nous y reviendrons plus loin – que l’État s’autorise à vendre des biens publics sans se soucier que les acquéreurs puissent faire ensuite ce que bon leur semble de ce bien.

      Le scandale prend d’autant plus de relief qu’il intervient comme l’acte final d’une opération de prédation que l’on a vue venir depuis longtemps.

      Que l’on se souvienne des débuts de l’histoire. À la fin de l’année 2014, Emmanuel Macron décide que l’État cédera à la société Casil, contrôlée par des investisseurs chinois emmenés par Mike Poon, 49,9 % de la SATB. Et à l’époque, il fustige ceux qui dénoncent cette #privatisation (dont Mediapart !), en faisant valoir que cela… n’en est pas une ! En clair, l’opinion est invitée à comprendre qu’avec leurs 49,9 %, les investisseurs chinois seront des actionnaires importants mais minoritaires ; et que la société restera contrôlée en majorité par des actionnaires publics français, soit 25 % pour la chambre de commerce et d’industrie (CCI), 5 % pour la Région Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, 5 % pour le département de la Haute-Garonne, et 5 % pour Toulouse Métropole ; le solde, soit 10,1 %, étant détenu par l’État français.

      Cette promesse-là, Emmanuel Macron la répète en boucle. Ainsi lors d’un entretien avec La Dépêche, le 4 décembre 2014 : « Je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas d’une privatisation mais bien d’une ouverture de capital dans laquelle les collectivités locales et l’État restent majoritaires avec 50,01 % du capital. On ne vend pas l’aéroport, on ne vend pas les pistes ni les bâtiments qui restent propriété de l’État. […] Nous avons cédé cette participation pour un montant de 308 millions d’euros », dit le ministre de l’économie. Quelques jours plus tard, Emmanuel Macron hausse même le ton : « Celles et ceux que j’ai pu entendre, qui s’indignent de cette cession minoritaire de la société de gestion de l’aéroport de Toulouse, ont pour profession d’une part d’invectiver le gouvernement et d’autre part d’inquiéter les Français », déclare-t-il, en marge du congrès de l’Union nationale des professions libérales.

      Mais peu après, Mediapart apporte la preuve qu’Emmanuel Macron ment. Notre enquête a révélé qu’un pacte secret d’actionnaires avait été conclu et qu’il liait l’État non pas aux collectivités publiques régionales et locales, mais aux investisseurs chinois. Nous avons publié les principaux extraits de ce pacte d’actionnaires que l’État avait conclu secrètement avec la société Casil (lire Privatisation de l’aéroport de Toulouse : Emmanuel Macron a menti et Aéroport de Toulouse : les preuves du mensonge), et qui fait apparaître des dispositions stupéfiantes.

      Ainsi, il est prévu que la SATB sera supervisée par un conseil de surveillance de quinze membres, dont deux désignés par l’État et six désignés par l’investisseur chinois, selon la disposition « 2.1.2 » du pacte. Autrement dit, ces huit membres du conseil de surveillance, liés par le pacte, garantissent aux investisseurs chinois minoritaires de faire strictement ce qu’ils veulent et d’être majoritaires au conseil de surveillance.

      Le point « 2.1.3 » du pacte consolide cette garantie offerte aux investisseurs chinois, puisqu’il y est précisé que « l’État s’engage à voter en faveur des candidats à la fonction de membres du conseil de surveillance présentés par l’Acquéreur, de telle sorte que l’Acquéreur dispose de six (6) représentants au Conseil de surveillance ».

      Mais il y a plus grave. Au point « 2.2.2 », l’État donne la garantie quasi formelle à l’investisseur chinois, aussi minoritaire qu’il soit, qu’il pourra décider strictement de ce qu’il veut et que la puissance publique française ne se mettra jamais en travers de ses visées ou de ses projets : « L’État s’engage d’ores et déjà à ne pas faire obstacle à l’adoption des décisions prises en conformité avec le projet industriel tel que développé par l’Acquéreur dans son Offre et notamment les investissements et budgets conformes avec les lignes directrices de cette Offre. » Bref, les investisseurs chinois avaient carte blanche pour faire ce qu’ils voulaient.

      Depuis cette révélation par Mediapart, le ministère des finances a continué de garder le secret sur ce pacte et ne l’a jamais rendu public dans sa version intégrale.

      À ce premier scandale est ensuite venu s’en greffer d’autres. On a ainsi appris que le principal dirigeant du consortium chinois contrôlant la société Casil, Mike Poon, était impliqué en Chine dans un retentissant scandale de corruption et qu’il était en fuite (lire L’aéroport de Toulouse barbote toujours dans un climat de scandale).

      Un an et demi plus tard, le #mensonge d’Emmanuel Macron prend un caractère public. À l’occasion du vote que l’État émet lors d’une assemblée générale des actionnaires d’ATB, il affiche qu’il a bel et bien pactisé avec l’actionnaire chinois, même quand celui-ci a voulu siphonner les réserves de l’entreprise pour se servir un dividende exceptionnel (lire ici).

      Cette histoire de dividende donne lieu, au printemps 2016, à de longues semaines de conciliabules discrets qui inquiètent ceux des élus locaux attachés à la défense de l’intérêt général. À l’époque, les investisseurs chinois font savoir qu’ils entendent décider du versement d’un dividende aux actionnaires de la société. Au début, ils placent la barre très haut : selon nos informations, aux alentours de 50 millions d’euros.

      La somme indigne de nombreux responsables des collectivités qui figurent parmi les actionnaires historiques. Il faut en effet savoir que la société de gestion est profitable depuis longtemps, à hauteur environ de 5 millions d’euros par an, et qu’elle a eu la prudence de distribuer chaque fois seulement la moitié de ces gains à ces actionnaires, mettant en réserve l’autre moitié, pour faire face aux investissements futurs. Au fil des ans, cette autre moitié a donc fini par constituer un fonds de réserve de plus de 67 millions d’euros à la fin de l’exercice de 2015.

      En exigeant le versement d’un dividende de 50 millions d’euros, les investisseurs chinois ont donc suscité beaucoup d’émoi parmi les collectivités locales concernées. Car cela veut clairement dire que Casil ne tient pas sa parole : après avoir annoncé, lorsqu’elle était candidate pour la privatisation, qu’elle serait non pas un investisseur financier soucieux de profitabilité de court terme mais un investisseur responsable préoccupé des logiques de long terme, la société des investisseurs chinois montre qu’elle veut tout bonnement se « payer sur la bête » et siphonner les réserves de l’entreprise (lire ici).

      L’affaire s’est donc envenimée, et Casil est finalement obligée de transiger, ramenant la ponction sur les réserves à un peu moins de 20 millions d’euros. Ce qui constitue, envers et contre tout, le second scandale dont Emmanuel Macron porte l’entière responsabilité : les caisses d’une entreprise publique ont été partiellement vidées par un investisseur se comportant comme un fonds rapace, sitôt la privatisation effectuée.

      Et chaque année, par la suite, les acquéreurs chinois ont répété l’opération, continuant à piocher dans les réserves de l’entreprise, au risque de mettre en danger les investissements nécessaires à l’avenir : 7,7 millions de dividendes pour l’exercice clos en 2016, après 19,9 millions d’euros pour 2015 et seulement 2,4 millions pour 2014.

      Ces scandales, contre lesquels s’est constamment dressé un « Collectif contre la privatisation », ont fini par avoir un large écho. Et les faits révélés par Mediapart ont, par la suite, été confirmés par de nombreux rapports publics.

      Il y a d’abord eu un rapport sur « Le processus de privatisation des aéroports de Toulouse, Lyon et Nice », publié en octobre 2018 par la Cour des comptes. Stigmatisant « l’échec de la privatisation », les magistrats financiers n’ont pas de mots assez durs contre l’opération de privatisation, faisant en conclusion ces constats : « Le processus choisi a révélé de graves insuffisances : les critères de recevabilité des candidats étaient peu exigeants et limités à leur capacité financière, l’APE ayant choisi de ne pas exiger d’expérience en matière de gestion aéroportuaire ; elle a, par ailleurs, insuffisamment associé, et de manière trop tardive, les autres administrations de l’État, notamment la DGAC. De fait, l’acquéreur retenu a suscité des inquiétudes, en raison de son absence d’expérience en matière de gestion aéroportuaire, de son manque de transparence financière et de ses liens avec la puissance publique chinoise. »

      Un autre rapport public, réalisé par l’Assemblée nationale avec la député (PS) Valérie Rabault pour rapporteure, aboutit à des conclusions tout aussi sévères : « Ainsi, le montant de dividende par action au titre de l’exercice 2015 (versé en 2016) a été multiplié par 8 par rapport à celui versé au titre de l’exercice 2014 (payé en 2015), sans qu’évidemment les résultats financiers de la société ne suivent une telle évolution. Pour l’exercice 2016, le niveau de dividende par action est 3 fois celui de 2014. Au titre de l’exercice 2017, le montant de dividendes voté lors de l’Assemblée générale serait de 13,8 millions d’euros, ce qui représente un dividende de 93 euros par action, selon le calcul de la rapporteure spéciale. Ce montant est ainsi quasiment 6 fois celui de 2014, cette évolution étant sans commune mesure avec l’évolution des résultats. »

      Et ce rapport se concluait par ce constat, en forme de réquisitoire contre la privatisation Macron : « Au final, la rapporteure spéciale observe que les versements de dividendes semblent occuper une place centrale dans la stratégie de la société ATB, au détriment d’une vraie politique de développement de l’aéroport de Toulouse Blagnac. »

      Le fait que, après tant de péripéties, cette privatisation se conclue par une énième galipette financière et la cession par Casil de ses parts est évidemment logique mais choquant. Car dans cette affaire, de bout en bout, c’est la spéculation qui aura été le fil conducteur du récit : le ministre de l’économie s’est comporté comme un banquier d’affaires ; et un bien public a été vendu à l’encan, au profit d’investisseurs cherchant constamment des gains rapides.

      Car il y a dans cette affaire au moins une certitude : ce gâchis n’est pas le produit d’une cascade de malchances ou de maladresses. C’est la conséquences évidente d’une politique délibérée, transformant l’APE en une sorte de banque d’affaires, assez semblable aux banques d’affaires privées, suivant une seule logique, celle des forces de l’argent.

      De cela, il y a de nombreux indices. D’abord, toutes les privatisations des aéroports menées par Emmanuel Macron ont conduit à des dérives de ce type. Dans le cas de la privatisation de l’aéroport de Nice, Martine Orange a ainsi révélé cette histoire ahurissante : ancien directeur adjoint de cabinet de Christine Lagarde puis conseiller économique de Nicolas Sarkozy, Emmanuel Moulin, qui est à l’origine issu de la direction du Trésor, choisit le grand large du privé après la présidentielle de 2012. Et il rejoint la banque d’affaires italienne Mediobanca, comme secrétaire général. À partir de son arrivée, la banque d’affaires voit toutes les portes de l’État s’ouvrir. En 2017, Mediobanca se classe au troisième rang des banques conseils de l’État, juste derrière Rothschild, comme l’a révélé un autre rapport de la Cour des comptes.

      Or qui l’APE prend-elle comme banque conseil pour la privatisation de l’aéroport de Nice, qui intervient après celle de Toulouse ? La même banque Mediobanca. Plus grave : le rapport de la Cour des comptes évoqué plus haut révélera que cette banque est en outre actionnaire minoritaire du consortium qui remporte… la privatisation de l’aéroport. En somme, la banque qui conseille l’État est du côté du vendeur, mais elle fait aussi partie… des acheteurs ! Un #conflit_d’intérêts qui n’empêchera pas Emmanuel Moulin de revenir à Bercy : directeur de cabinet du ministre des finances Bruno Le Maire, il pilotera les futures privatisations, dont celle d’Aéroports de Paris (ADP). L’affairisme autour de l’aéroport de Toulouse est en somme le prélude de celui autour de l’aéroport de Nice ; et cela pour une bonne raison : la start-up nation d’Emmanuel Macron est passée par là, instaurant une confusion généralisée entre l’intérêt général et les appétits privés. Et ce qui est vrai des concessions aéroportuaires l’est tout autant, sinon plus, des concessions autoroutières.

      Une sorte de triste jurisprudence toulousaine s’est donc instaurée. Et c’est aussi pour cela qu’il importe maintenant de savoir si les investisseurs chinois pourront faire la dernière galipette financière à laquelle ils songent, ou si l’intérêt général finira par reprendre le dessus. Car même si la privatisation est bien consommée, il n’y a aucune fatalité à ce que les spéculateurs aient le dernier mot.

      Beaucoup de citoyens qui vivent à Toulouse ou dans sa région l’ont compris : cette privatisation est hautement impopulaire. Le combat du Collectif contre la privatisation, regroupant de nombreuses associations démocratiques et syndicats (voir ci-contre sa première réaction), risque donc de peser fortement dans une région où les gilets jaunes ont aussi des troupes nombreuses.

      Mais dans la nouvelle bataille autour de Toulouse-Blagnac qui va s’ouvrir, les opposants à la privatisation ont aussi de lourds arguments de droit à faire valoir. On oublie trop souvent – et les responsables politiques les premiers, surtout quand ils sont au pouvoir – qu’il existe tout un arsenal juridique très sophistiqué permettant « la résiliation unilatérale par l’administration des marchés publics ou des contrats de concession » – cette formulation est même le titre d’une note de la direction des affaires juridiques de Bercy.

      En certains cas, la résiliation peut ouvrir droit à une indemnisation, mais en d’autres cas non. « L’autorité concédante pourra procéder à la résiliation du contrat en cas de faute du concessionnaire alors même que cette possibilité n’aurait pas été envisagée dans le contrat », dit cette note, qui cite à l’appui une décision du Conseil d’État (7 décembre 2012, commune de Castres n° 351752) qui a fait jurisprudence : « En l’absence même de stipulations du contrat lui donnant cette possibilité, le concédant dispose de la faculté de résilier unilatéralement le contrat pour faute et sans indemnité. »

      Dans le cas présent, n’est-ce pas la solution qui devrait s’imposer à l’État, pour mettre fin aux spéculations de ce fonds rapace ? Dans un pays respectueux des règles de l’État de droit et attaché à la défense de l’intérêt général, c’est assurément cette voie-là qui serait explorée…

    • La #cour_administrative annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse

      La cour administrative d’appel a annulé mardi 16 avril la vente de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, estimant que le cahier des charges n’avait pas été respecté. L’État va devoir racheter les parts vendues au repreneur chinois Casil. Cette privatisation voulue par Emmanuel Macron en 2014 tourne au fiasco.

      https://www.mediapart.fr/journal/economie/160419/la-cour-administrative-annule-la-privatisation-de-l-aeroport-de-toulouse
      #justice

  • Un journaliste agressé, sa caméra volée et détruite, pendant la manif des lycéens à Toulouse Fabrice Valéry - 6 Décembre 2018 - France 3 Régions - Blog
    https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/medias-midi-pyrenees/2018/12/06/un-journaliste-agresse-sa-camera-volee-et-detruite

    Cette nouvelle journée de mobilisation des lycéens a donné lieu à des débordements envers la presse, notamment l’agression d’un journaliste de France 3 Midi-Pyrénées et le vol de sa caméra, retrouvée ensuite détruite.

    Les journalistes sont désormais des cibles. Ce jeudi 6 décembre, à la mi-journée, alors qu’il faisait des images de la manifestation des lycéens devant le Lycée Polyvalent Rive gauche à Toulouse, au moment où les manifestants « démontaient » un portail de l’établissement, un journaliste reporter d’images (JRI) de France 3 Midi-Pyrénées a été agressé et sa caméra lui a été volée, par un groupe dont certains membres avaient le visage caché derrière des cagoules ou foulards.

    Sur la vidéo ci-dessous, tournée par un autre journaliste de France 3, on entend des manifestants s’en prendre au journaliste en lui reprochant de filmer. Puis il y a une bousculade et c’est quelques secondes plus tard, après la fin de cette vidéo, que la caméra a été volée.
    https://www.youtube.com/watch?v=79EZH7DdH5M


    La caméra professionnelle a ensuite été retrouvée, à quelques mètres de là, détruite, « explosée » en petits morceaux. Le journaliste n’a pas été blessé mais lui et ses collègues présents ont été profondément choqués.

    La direction de France 3 condamne fermement cette agression.

    Le matin même d’autres journalistes avaient été « coursés », visés par des jets de pierre, menacés par les jeunes manifestants dans les rues de Toulouse alors qu’ils faisaient seulement leur travail.

    Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes plusieurs épisodes graves se sont déroulés à l’encontre des journalistes. Le 24 novembre, des journalistes de BFM TV et C News ont échappé à une tentative de lynchage. 

    Avec l’entrée des lycéens dans le mouvement cette semaine, de nouveaux incidents ont eu lieu en France, particulièrement en Occitanie.

    FV

    Journaliste et red-chef adjoint fabrice.valery@francetv.fr à Toulouse et enseignant à SciencesPo_Tlse

    #Toulouse #France3 #médias #journalistes #presse dans le caniveau

    • Quelques titres d’articles sur France 3 Régions déchainé :

      Les dix choses à savoir sur Saint-Nicolas

      A Beauvais, le marché de Noël est fermé ce week-end et les animations du Téléthon, annulées

      Fête des Lumière : la cathédrale Saint-Jean transformée en aquarelle botanique

      Lyon. Fête des Lumières 2018 : votez pour le Trophée des Lumières France 3 et tentez de gagner un voyage à Bucarest

    • Allez, il y a aussi :

      Gilets jaunes : pas de plateau du Téléthon place de la Concorde pour des raisons de sécurité

      Manifestations de lycéens : 148 personnes interpellées à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines

      Soyons sympa avec Fabrice Valéry , cotisons nous afin de l’abonner à ACRIMED.

      Panique médiatique face aux gilets jaunes Pauline Perrenot - jeudi 6 décembre 2018

      https://www.acrimed.org/Panique-mediatique-face-aux-gilets-jaunes

  • Pour la liberté de choisir son avenir professionnel, euh j’ai relu cette phrase plusieurs fois en pensant que s’était une erreur où une blague. Et non, cette loi est le mode d’emploi trouvé par ces cons de technocrates pour sabrer dans la masse des chômeurs, chômeuses, précaires ... J’ai trouvé ce tract, aujourd’hui, dans un #pôle-emploi à Rennes.

    Amorcée avec la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » passée en septembre, la réforme de l’assurance chômage entre dans son dernier acte. Depuis mi-octobre les partenaires sociaux, syndicats de travailleurs et représentants du patronat qui gèrent actuellement l’assurance chômage, se sont mis autour de la table afin de négocier les nouvelles conditions « d’accompagnement » et d’indemnisation des chômeurs et chômeuses.

    Leur discussion est encadrée par un document de travail transmis par le gouvernement qui fixe les objectifs à atteindre et les axes de la réforme.

    S’ils ne trouvent pas d’accord d’ici la fin du mois de janvier, le gouvernement tranchera.

    https://contrelareformechomage.noblogs.org

    Ce qui est déjà en place
    LE RENFORCEMENT DU CONTRÔLE
    Avant même la réforme en cours, le contrôle des chômeur-euses a déjà été largement renforcé. Depuis 2015, des agents spécialisés sont chargés de « vérifier la recherche d’emploi » de certain des inscrit-es à Pôle emploi, choisis au hasard ou dénoncés par un conseiller zélé. L’État a fait passer son armée de contrôleurs de 215 à 600 cette année, et veut les passer à 1000 d’ici 2020.

    En parallèle, comme à la CAF d’ailleurs, la dématerialisation s’accélère : les agences sont progressivement fermées au public, les échanges avec Pôle emploi se font par le 3949 et le site internet, ce qui réduit drastiquement les possibilités de se défendre, de connaître ses droits, de faire face à des sanctions, mais aussi nous met des bâtons dans les roues pour nous rencontrer et nous organiser.

    Pour nous, usager-es de la CAF et de Pôle emploi, le contrôle c’est toujours la menace de la suspension de nos revenus, c’est toujours une attaque directe contre nos conditions de vie. Contrôler les #chômeur·euses, comme toutes les formes de contrôle social, est une manière de les trier, les séparer, les renvoyer chacun à leur situation individuelle : il s’agit d’opposer deux figures mythologiques, celle du « demandeur d’emploi modèle » prêt à tout pour retrouver sa place sur le marché du travail et celle du prétendu « parasite ».

    Cette opposition permet de faire oublier que cet « État social » ne fait que redistribuer les miettes de la richesse produite par notre propre exploitation.

    Pour les gestionnaires de Pôle emploi, contrôler les inscrit-es à l’assurance chômage c’est faire d’une pierre deux coups : régner sur tout le monde par une discipline basée sur la culpabilisation et la peur (volet prévention), tout en réduisant les coûts en sanctionnant une partie d’entre-nous (volet répression).

    En effet, un contrôle peut donner lieu à une suspension des revenus, entre 15 jours et 6 mois. Quand il ou elle ne subit pas une telle sanction, un chômeur ou une chômeuse, selon le terme de Pôle emploi, peut être « remobilisé », autant dire subir serrage de vis et leçon de morale.

    LE PORTE-FEUILLE DE COMPÉTENCES OU LA LOGIQUE DU CHÔMEUR « ENTREPRENEUR DE LUI-MÊME »
    Il faut désormais remplir un porte-feuille de Compétences dans son espace personnel : sur le site internet de Pôle emploi sont apparues des vidéos et rubriques valorisant la mise en avant de ses compétences afin de se donner « plus de chances » pour retrouver un emploi.

    D’ailleurs, le mot « compétence » ne fleurit pas que dans le discours de Pôle emploi, il se diffuse aussi dans d’autres secteurs comme l’éducation, la formation, le monde du travail…

    On nous explique que les employeurs recherchent avant tout des qualités personnelles : être disponible à tout moment, flexible en permanence et capable d’adaptation à toutes les tâches. Et aussi, qu’il vaut mieux rechercher un emploi par le biais des compétences et non plus par les qualifications ou le métier de chacun-e, car cela ouvre d’autres opportunités que l’on n’aurait pas imaginées.

    La volonté du gouvernement, derrière cette notion de « Compétence », est double : remettre les chômeur-euses au travail via des emplois non-qualifiés, plus flexibles et plus précaires en faisant planer la menace permanente d’une sanction ou d’une radiation.

    Mais aussi faire adhérer les individus en leur faisant adopter le langage, l’imaginaire entrepreneurial ; et par conséquent, faire d’un chômeur « un capital de compétences » prêt à se lancer sur le marché des auto-entrepreneurs, où en plus de n’avoir aucune protection sociale, il sortirait de lui-même des chiffres du chômage sans que Pôle Emploi n’ait besoin de le radier.

    Ce qu’ils nous réservent
    LA PERMITTENCE, QU’EST CE QUE C’EST ? VOUS PERMITTEZ ?
    Le terme de « permittence » est central dans le document qui encadre les discussions autour de l’Assurance chômage. Il fait référence à la fois à l’intermittence (statut de celles et ceux qui travaillent dans le milieu de l’art et du spectacle) et à la notion de permanence. Un permittent serait donc quelqu’un qui alterne, sur la durée, périodes de travail et de chômage.

    Or, pour inciter au « retour à l’emploi », les dernières conventions UNEDIC ont autorisé le cumul d’un salaire et d’une allocation chômage pour les salariés précaires. Le but était de garantir partiellement aux demandeurs d’emploi de ne pas perdre leurs droits au chômage lorsqu’ils acceptaient un travail, même s’il s’agissait d’un contrat de très courte durée et/ou moins bien rémunéré que leur précédent emploi.

    Ce dispositif a d’abord permis à l’assurance chômage de réduire ses dépenses à court terme, puisque Pôle emploi ne versait qu’un petit complément au salaire à la place de l’Allocation de Retour à l’Emploi. L’opération, destinée à remettre les allocataires sur des postes précaires en échange de ce complément de Pôle emploi, visait aussi à faire baisser rapidement les chiffres du chômage.

    Mais en définitive, ce système s’est révélé être avant tout une aubaine pour les employeurs, qui ont profité de ce complément de salaire fourni par Pôle emploi pour multiplier les contrats mal payés et temporaires : l’Assurance chômage complétait des salaires faibles et assurait les périodes sans activité pour les intérimaires et les précaires qui cumulaient les CDD et les petits boulots.

    Le gouvernement, qui cherche aujourd’hui à faire des économies par tous les moyens, veut donc limiter le recours à cette « permittence » qui lui coûterait trop cher (5 milliards nous dit-il). Sa solution : aligner le calcul du complément de salaire par Pôle emploi pour quelqu’un qui alterne des contrats courts à temps plein sur celui de quelqu’un qui travaille en CDI à temps partiel.

    Par exemple : 2 personnes ont travaillé 15 jours par mois pendant 10 mois avec un salaire brut de 60 euros par jour. Avec le système actuel, la première personne qui a enchaîné les contrats de courte durée (type interim) se verra attribuer une allocation de 34 euros pendant 150 jours. La seconde qui a un CDD de 10 mois à temps partiel ne touchera que 16 euros mais pendant 304 jours.

    Avec le nouveau système de calcul basé sur une moyenne des jours travaillés et des jours sans boulot, l’intérimaire qui faisait ses journées à temps plein se retrouve avec le même chômage que celui qui est en CDD à temps partiel : il passe de 34 euros par jour pendant 150 jours à 16 euros pendant 304 jours.

    Cet « étirement » des droits permet de réduire le montant des allocations versées. Avec la multiplication des contrôles et la pression exercée sur les allocataires, on comprend bien la stratégie du gouvernement pour gratter d’avantage sur le dos des précaires : si votre durée d’indemnisation se rallonge, que vos droits sont réduits par rapport à votre niveau de rémunération habituel, et qu’on vous met la pression pour accepter n’importe quel boulot, vous avez beaucoup moins de chance de toucher la totalité de vos droits.

    LA DÉGRESSIVITÉ DES ALLOCATIONS CHÔMAGE
    Celle-ci n’est plus « taboue » pour le 1er ministre et la ministre du travail depuis cet été puisque le MEDEF l’a évoquée. Le principe est simple, plus on reste longtemps au chômage, plus l’allocation que l’on touche est réduite (par exemple, diminution de 25 % de l’allocation après 6 mois de chômage). La dégressivité a pourtant été abandonnée en 2001 car elle s’avérait inefficace en terme de « lutte contre le chômage ». Son seul intérêt est de contraindre les chômeur-euses a reprendre rapidement un emploi !

    Le Collectif des précaires s’est recréé au printemps 2018 quand le gouvernement a lancé sa procédure accélérée pour faire passer la réforme de l’Assurance Chômage, il se transforme en novembre 2018 en Collectif contre la Réforme Chômage. Il est composé de chômeur-euses, de travailleur-euses précaires, d’étudiant-es et de personnes travaillant à Pôle Emploi (syndiqué-es ou non).

    Nous appelons à nous organiser contre le chantage au travail et le flicage généralisé des précaires, qui se met en place aujourd’hui sous couvert d’un « plan pauvreté ».

    Nous refusons la mise en concurrence de tous contre tous, et l’opposition entre travailleur-euses et chômeurs-euses, entre allocataires des minimas sociaux (RSA, AAH, aide au logement, prime d’activité…) et ceux touchant un salaire indirect (chômeur-euses, retraité-es).

    Parce qu’il est difficile de s’organiser lorsqu’on est isolé ou dans des espaces de plus en plus dématérialisés (CAF, Pôle Emploi, sécurité sociale), nous appelons à nous réunir et former une coordination large, ouverte, regroupant toutes les personnes, les groupes et les organisations déterminées à bloquer et empêcher la mise en place des mesures du gouvernement contre les précaires et les chômeur-euses.

    Collectif contre la Réforme Chômage

    #assurance-chômage #réforme #précarité @colporteur

    • À propos du droit au chômage (n’ai pas encore lu le texte que tu proposes @vanderling)

      UNÉDIC. Le patronat provoque les #chômeurs (Huma)
      https://www.humanite.fr/unedic-le-patronat-provoque-les-chomeurs-664725

      Un sentiment de déconnexion totale. Hier, lors de la quatrième séance de négociation de la convention d’#assurance-chômage, le patronat a donné de multiples pistes de baisses massives des droits des chômeurs et #précaires. Une tonalité offensive faisant fi du contexte social tendu, avec le mouvement des gilets jaunes et leurs revendications de hausse du pouvoir d’achat.

      Les négociations sur l’assurance chômage électrisées par les "Gilets jaunes", REUTERS•05/12/2018
      https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/les-negociations-sur-l-assurance-chomage-electrisees-par-les-gilets-jaun

      Pour avoir droit à l’indemnisation, il est ainsi proposé que le demandeur d’emploi ait travaillé quatre mois dans les douze derniers plutôt que dans les 28 derniers. La durée d’allocation serait également calculée en fonction du travail effectué dans les 24 derniers mois et non plus 28. Ces mesures permettraient de réaliser 360 millions d’euros, selon le patronat.

      La deuxième proposition est de verser une allocation identique chaque mois, équivalente à 30 jours d’indemnisation. Les allocations des jours manquants seraient reportées en fin de droits. Cette mesure permettrait, en régime de croisière d’économiser, « un peu moins de 400 millions d’euros d’économie ».

      Le patronat propose également de moduler les indemnités en fonction de « l’intensité de travail ». Les personnes qui cumulent donc courtes périodes de chômage et emploi verraient leurs indemnités étalées sur une plus longue période, façon d’éviter que la situation ne perdure. Cette mesure rapporterait entre 800 et 900 millions d’économies au régime.

      Il propose par ailleurs de revoir la formule de calcul des indemnisations pour introduire une forme de dégressivité des allocations pour les hauts salaires. (...)
      Pour le négociateur de la CGT, Denis Gravouil, ces propositions sont « totalement irresponsables au regard de la situation sociale dans le pays, des revendications des Gilets jaunes » et des « travailleurs précaires » de « vivre dignement ».

      Pour le négociateur de la CFDT, Eric Courpotin, et Michel Beaugas de FO, « c’était maladroit » de la part du patronat. ( faudrait confier à la CFDT le gvt et l’organisation des patrons, ils ont des idées, ndc )

      Un des aspects intéressants des questions fiscales soulevées actuellement c’est que cela impose de mettre en cause les mythos (de gauche et syndicaux) sur la cotisation sociale qui serait le seul financement légitime et (soit disant…) démocratique possible, alors que, depuis le reflux des mouvements de chômeurs et précaires des années 90 et l’avénement du Pare, les bêtises de Friot font sur ces enjeux office de tisane dormitive, y compris dans des secteurs s’affirmant révolutionnaires

      Ce serait quoi de tenir sur " cotisation sociale (réinstaurée et sans exemptions généralisées) mais pas seulement » ?

      Pour mémoire lors des mouvements de chômeurs et précaires de 97/98, la CGT refusait d’inclure la hausse du RMI et son extension aux moins de 25 ans (le "c’est vrai quoi, on est contre l’assistanat » interne à « la gauche » - cf Jospin- n’épargne pas le syndicat et élargit tous les boulevard des politiques de #précarisation), préférant s’en tenir à l’allocation Unedic. La force du mvt (et d’AC !, à l’époque…) avait fait tomber ce verrou idéologique : la CGT avait du accepter d’intégrer un cadre unitaire qui posait aussi ces exigences, subsumant (provisoirement) le travaillisme structurel du syndical

      Aujourd’hui, depuis ce que portent « les gilets jaunes » et à propos du droit au chômage (RSA inclus) à la formation (avec par exemple l’arrivée en grand par la porte xénophobe de la fac payante avec des frais d’inscription quintuplés ou décuplés pour les étrangers non communautaires) et à la retraite (minimum vieillesse inclus) il y aurait de quoi poser bien des problèmes qui viendraient bousculer/ moduler les présupposés et énoncés actuels en ouvrant de nouvelles questions par scandalisation, interruptions, et ce malgré le prévisible regain de ronron syndical, para syndical et gauchiste sur ces enjeux.

      Les discours contre les assistés, sous jacent ou explicites parmi des gilets jaunes, ont reculés avec la durée de mobilisation (les assistés sont-ils ces "autres" à blâmer, ce n’est plus évident) et ils peuvent être délégitimés plus radicalement encore. Et cela serait une bonne nouvelle pour tous les précaires pas trop "gaulois", exploités ++ dans des conditions qui en font aussi les premiers des "assistés".

      #politisation #xénophobie #fiscalité #droits_sociaux

    • Depuis le début de l’année, de nouvelles sanctions à l’encontre des #chômeurs sont en vigueur, depuis la publication d’un décret au journal officiel le 30 décembre dernier. Elles sont dénoncées aussi bien par les syndicats que par les demandeurs d’emploi.
      https://www.francebleu.fr/infos/societe/comment-les-chomeurs-de-toulouse-accueillent-le-durcissement-des-regles-d

      Les demandeurs d’emploi qui ratent un rendez-vous sans raison valable et justifiée sont radiés un mois d’après le texte du décret, alors qu’il était question de 15 jours au départ au moment du vote de la réforme « avenir professionnel ». Mais surtout, ce qui fait bondir les syndicats, c’est que dès le 2ème rendez-vous raté, c’est 2 mois de radiation et la suppression des allocations. "C’est la double peine" estime Sylvie Cayron, de la CGT Pôle Emploi Midi-Pyrénées. Jusqu’ici les allocs étaient suspendues et le demandeur d’emploi pouvait les récupérer à l’issue de la période de radiation, « aujourd’hui elles sont perdues et ça peut être dramatique pour certains » explique la syndicaliste.


      http://berth.canalblog.com/tag/ch%C3%B4mage
      #double_peine #Berth #chômage

  • La #pédopsychiatrie « perdue » en rase #campagne | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/yves-faucoup/blog/271118/la-pedopsychiatrie-perdue-en-rase-campagne

    Le recul de ces structures de soin de proximité participe à ce que les populations les plus fragiles, issues de ces zones rurales, soient délaissées. A l’échelle d’un Groupement Hospitalier de Territoire centré sur une logique de mutualisation et des projets partagés, cela reste invisible. Mais en Midi-Pyrénées, cela impacte le maillage fragile des territoires les plus distants de Toulouse déjà désertés par les professionnels. La densité des praticiens libéraux est très faible (orthophonistes, psychomotriciens…) de même que celle des médecins (et les rares pédopsychiatres libéraux dans le Tarn sont en réalité des retraités) : le bassin castrais est quatre fois et demi moins doté que la Haute-Garonne. Le soin en pédopsychiatrie restera-t-il toujours un service public rendu à l’ensemble de la population ? La question est d’importance, à l’heure où l’on étudie et relie la perte de densité des services publics à une augmentation du vote en faveur des extrêmes, dont les discours s’adressent à cette « France des oubliés ». Peut-on prendre le risque d’oublier aussi ces enfants ? Viendront-ils grossir les rangs des 35% de patients ayant dû renoncer aux soins, comme le révèle l’enquête de la CPAM du Tarn menée en 2016 (La Dépêche, 29 juin 2017) ?

    #ruralité #territoire #abandon

  • France 3 | La rédaction réagit aux propos haineux envers les personnes migrantes
    https://asile.ch/2018/11/09/france-3-la-redaction-reagit-aux-propos-haineux-envers-les-personnes-migrantes

    https://asile.ch/wp/wp-content/uploads/2018/11/Screenshot_2018-11-09-Certains-de-vos-commentaires-sur-Facebook-sur-larrivée-d

    Le Rédacteur en chef adjoint chargé des éditions numériques de France 3 Midi-Pyrénées, Fabrice Valéry, signe le 27 octobre 2018 une prise de position face aux commentaires haineux publiés sur leur site suite à la diffusion d’une vidéo montrant l’arrivée de personnes migrantes en provenance de Calais. Le journaliste, au nom de sa rédaction, affirme […]

  • Certains de vos commentaires sur Facebook sur l’arrivée des migrants dans la région sont insupportables

    La publication ce jeudi matin sur notre page facebook d’une vidéo sur l’arrivée à Toulouse de migrants de Calais a déclenché un torrent de commentaires. Certains sont empreints d’humanité mais beaucoup donnent la nausée. Nous avons décidé de réagir.

    C’est une simple vidéo. De quelques secondes. Une vidéo réalisée durant la nuit par une équipe de journalistes de #France_3 Midi-Pyrénées. On y voit des hommes, fatigués, tous d’origine afghane, débarquer d’un bus et récupérer leurs bagages. Quelques instants plus tard, ils seront installés dans un centre de la Croix-Rouge à Toulouse. Car ces hommes sont ce que l’on a pris désormais l’habitude d’appeler des « migrants », des réfugiés. Quelques heures auparavant, ils « vivaient » dans des conditions inhumaines dans la « jungle » de Calais.

    Cette vidéo, strictement informative, publiée sur notre page facebook, a déclenché un flot de commentaires. La plupart de ces commentaires sont haineux. Ils rejettent, a priori, sans les avoir rencontré, sans connaître leur histoire, des individus, des êtres humains, simplement parce qu’ils viennent d’un pays étranger, que leurs « traditions », leur « mode de vie » ne seraient pas exactement les mêmes que les nôtres.

    Mais cela va plus loin, « accusant » ces hommes d’être des violeurs en puissance, des agresseurs d’enfants. C’est insupportable.

    D’autres parlent « d’invasion » (quand tout au plus 270 personnes vont s’installer dans notre région, qui compte 5,7 millions d’habitants) ou font l’amalgame avec les terroristes !


    Heureusement, au milieu de cette mare d’immondices déversés sur facebook, certains internautes tentent de faire entendre une autre voix. « Bienvenue à eux » écrivent certains.

    Nous sommes, en tant que service public d’information, profondément attachés à la liberté d’expression. Les commentaires sur notre page facebook sont modérés a posteriori. Cela signifie que ceux qui franchissent la ligne jaune, en matière de respect de la loi (incitation à la haine, insulte, etc) sont supprimés après intervention de nos modérateurs. C’est un travail fastidieux surtout sur certains sujets dits « sensibles » et encore plus à l’approche des élections.

    Il y a la loi. Et puis il y a l’esprit. L’esprit, redisons-le, c’est celui de permettre au plus grand nombre de s’exprimer. Mais laisser le droit à l’expression n’empêche pas d’avoir un avis. La rédaction de France 3 Midi-Pyrénées, tout au long de l’année, à la télévision ou sur son site internet, a l’ambition de montrer la vie des gens qui habitent dans notre région, d’expliquer les faits d’actualité, de les contextualiser. Nous avons fait le choix de ne pas fermer les commentaires sur facebook mais sur certains sujets, des internautes, sous pseudonymes ou leur véritable identité, font tout pour nous pousser à restreindre la liberté d’expression. Nous ne voulons pas nous y résoudre mais nous ne pouvons pas laisser dire des choses fausses et laisser publier des propos insupportables sur notre page facebook sans réagir.

    La France est une terre d’asile. Chacun d’entre nous a dans sa famille ou connaît une personne qui a des origines espagnoles, italiennes, maghrébines, africaines, asiatiques... La région Occitanie a été et reste une terre d’accueil des peuples, au gré de l’histoire : guerres civiles, guerres mondiales, immigration économique, etc.
    L’histoire de notre pays est comme cela, que ça plaise ou non, et sans ces mélanges de population, sans cette ouverture sur le monde, la France ne serait pas la France.

    Cette « haine de l’autre » est irrationnelle. Elle ne repose sur rien d’autre qu’un sentiment. Peu importe comment on le nomme, « de peur », « d’insécurité ». Irrationnel. Ce ne sont pas 27 hommes, démunis de tout qui vont changer la vie d’un quartier, d’une ville comme Toulouse. Ce ne sont pas 250 ou 270 personnes qui vont mettre en péril l’équilibre de notre région. Vous qui voyez dans ces images des violeurs ou des agresseurs, dites-vous qu’y figurent peut-être le médecin qui sauvera demain votre enfant ou le maçon qui construira votre maison ! (Lisez, s’il vous plaît, l’encadré au pied de cet article, « La nausée » de la journaliste Marie Martin).

    Nous savons que la publication de cet article va déclencher de nouveaux commentaires haineux. Nous savons à quoi nous nous exposons. Mais nous ne voulions pas rester silencieux devant tant de haine et face à ce déversement sur facebook de commentaires nauséeux. Ne rien dire c’était se rendre complices.

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/certains-vos-commentaires-facebook-arrivee-migrants-reg
    #enfin #médias #réaction #journalisme #migrations #réfugiés #haine #service_public #presse #France3 #racisme #xénophobie #fact-checking #préjugés #invasion #afflux
    ping @reka

  • Certains de vos commentaires sur Facebook sur l’arrivée des migrants dans la région sont insupportables - France 3 Occitanie
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/certains-vos-commentaires-facebook-arrivee-migrants-reg

    C’est une simple vidéo. De quelques secondes. Une vidéo réalisée durant la nuit par une équipe de journalistes de France 3 Midi-Pyrénées. On y voit des hommes, fatigués, tous d’origine afghane, débarquer d’un bus et récupérer leurs bagages. Quelques instants plus tard, ils seront installés dans un centre de la Croix-Rouge à Toulouse. Car ces hommes sont ce que l’on a pris désormais l’habitude d’appeler des « migrants », des réfugiés. Quelques heures auparavant, ils « vivaient » dans des conditions inhumaines dans la « jungle » de Calais.

    Cette vidéo, strictement informative, publiée sur notre page facebook, a déclenché un flot de commentaires. La plupart de ces commentaires sont haineux. Ils rejettent, a priori, sans les avoir rencontré, sans connaître leur histoire, des individus, des êtres humains, simplement parce qu’ils viennent d’un pays étranger, que leurs « traditions », leur « mode de vie » ne seraient pas exactement les mêmes que les nôtres.

    #migrations #asile #égoïsme #racisme #haine #réseaux_sociaux #xénophobie #populisme

    • « indicateur global de santé publique » qu’est le sperme.

      Le publique « global » dont la santé importe n’est pas n’importe lequel. Par contre les explications n’oublient pas de désigner des chèvres émissaires ;

      D’autres causes sont possibles ou peuvent être imbriquées avec les précédentes, comme le tabagisme chez les femmes enceintes (...),

      Dans un second temps l’article évoque tout de même les filles :

      Les cas de puberté précoce commencent seulement à être recensés, en prenant en compte le nombre d’enfants traités. Se manifestant par des « signes de puberté avant l’âge de 8 ans chez les filles et de 9 ans chez les garçons », cette puberté peut avoir de multiples conséquences néfastes pour la santé physique et mentale. Elle touche dix fois plus souvent les filles que les garçons. Et les différences sont marquées entre les régions, avec deux endroits particulièrement concernés : l’ancienne région Midi-Pyrénées et le département du Rhône, avec des incidences plusieurs fois supérieures à la moyenne nationale.

      #androcentrisme #sexisme #invisibilisation

  • D’un côté des cheminots qui se battent pour défendre la ligne toulouse-auch qui serait menacé d’être fermée (déjà envisagé apparemment en 1995) et de l’autre, un article de mars dans la dépêche qui veut prouver le contraire... :

    Comme dans de nombreuses régions de France, les élus de la communauté de communes de la Gascogne toulousaine (CCGT) ont parcouru avec colère le rapport Spinetta, publié en février. Ce rapport préconise l’abandon de 9.000 km de voies ferrées et des dessertes couvertes jusque-là. Dans un communiqué, ces élus locaux ont donc souhaité « se positionner contre la fermeture de la ligne de chemin de fer entre Auch et Toulouse ». Ils font valoir pour cela les investissements réalisés à l’époque par Midi-Pyrénées « pour améliorer la sécurité et optimiser le fonctionnement » de cette ligne. S’ajoute à cet investissement structurel une très forte expansion démographique de la la communauté de communes de la Gascogne toulousaine.

    Outre l’usage du train que font les actifs habitant la la communauté de communes de la Gascogne toulousaine, qui travaillent souvent vers Toulouse, « les collectivités territoriales ont réalisé des investissements conséquents sur le pôle multimodal « gare » de L’Isle-Jourdain : près de 3 M€ y ont été consacrés ».
    Hausse du trafic
    Toutes vos infos en illimité et sans publicité à partir d’1€/mois

    Jean-Luc Gibelin, vice-président en charge des transports, lui, est catégorique : « Il n’y aura pas de fermeture de la ligne Auch-Toulouse, bien au contraire : nous prenons le contre-pied du rapport Spinetta ». L’élu annonce même un renforcement des fréquences. « Nous venons de signer avec la SNCF un nouveau cadencement. Il y aura par exemple un 10e aller-retour quotidien Auch-Toulouse, mais pas seulement ! ». La région a signé pour plus de navettes, qui passent à 46 vers Arènes-Colombier. « En semaine, les usagers auront 80 TER et 4 de plus le samedi. » Autre nouveauté, un train toutes les 30 minutes le matin et le soir entre L’Isle-Jourdain et Toulouse ; toutes les heures entre Auch et Toulouse. « Les élus locaux ont raison de faire part de leur mécontentement à l’Etat, estime Jean-Luc Gibelin. Cette opposition, la région la vit comme une incitation et un soutien ».
    Le chiffre : 6. 000

    Travailleurs > Transit. Les études de la CCGT estiment à près de 6.000 personnes le flux quotidien Gers-Toulouse et à 5.500 ceux qui viennent travailler dans la CCGT, dont beaucoup par le train.

    https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/31/2770716-la-ligne-toulouse-auch-en-voie-de-developpement.html

  • #Brochure N° 57
    Assassins !
    http://www.cntaittoulouse.lautre.net/spip.php?article24

    Toulouse, 21 septembre 2001, un crime industriel

    Cette brochure a été élaborée à partir d’articles rédigés par des militants, militantes et sympathisants de la cnt-ait, a propos de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse le 21 septembre 2001.

    Ces articles sont initialement parus dans l’édition Midi-Pyrénées de notre journal « Le Combat Syndicaliste ».

    Cette édition a été revue et augmentée.

    http://www.cntaittoulouse.lautre.net/IMG/pdf/057-assassins.pdf

  • #Brochure N° 56
    Ils ont tué Pipo !
    http://www.cntaittoulouse.lautre.net/spip.php?article5

    Un meurtre en banlieue, une violence d’Etat, une récupération politique & médiatique

    En 1999, sous le titre « Reynerie décembre 98, ou l’histoire d’un meurtre, d’une violence d’état et d’une récupération politique et médiatique » la CNT-AIT a publié une première brochure d’analyse des événements qui ont suivi la mort d’Habib.

    En septembre 2001, elle a publié, sous le titre « Toulouse 8 août 2000, un bien étrange procès » la suite logique de ce premier travail : les notes prises par des militants lors du procès de Henri bois, l’officier de police qui a tué Habib.

    Afin que chacun puisse disposer d’une documentation complète sur cette affaire et se faire une idée par lui-même, nous avons réuni dans la présente brochure l’essentiel de ces deux textes ainsi que des articles parus dans l’édition de Midi-pyrénées de notre journal, « le combat syndicaliste ».

    http://www.cntaittoulouse.lautre.net/IMG/pdf/056-ils_ont_tue_pipo.pdf

  • La lanceuse d’alerte qui avait dénoncé des maltraitances envers des enfants porte plainte - 04/12/2017 - ladepeche.fr
    https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/04/2697682-ime-moussaron-a-condom-une-plainte-pour-harcelement-moral.html


    Comme dirait l’autre, « elle a du clito ! »

    Soutenue par un avocat du barreau de Toulouse, la lanceuse d’alerte Céline Boussié, 38 ans, domiciliée à Agen, n’a pas attendu d’être relaxée par le tribunal correctionnel de la ville pour contre-attaquer. En janvier 2017, elle a porté plainte pour harcèlement moral avec constitution de partie civile contre sept membres de la Maison des enfants de Moussaron (Gers) dont la déléguée syndicale Force Ouvrière. La plainte a été déposée auprès d’un juge d’instruction d’Auch.

    C’est d’ailleurs à Auch que le procureur de la République a classé sans suite neuf des dix plaintes déposées par les familles d’enfants admis dans cet établissement épinglé par l’Inspection générale IGAS et par un rapport de l’agence régionale de santé (ARS) de Midi-Pyrénées en 2013 et 2014.

    Le 21 novembre dernier, Céline Boussié a été relaxée du chef de diffamation par ledit tribunal correctionnel, après deux ans de procédure. Sur Europe 1 et LCI, cette lanceuse d’alerte proche de la France Insoumise avait décrit une « maltraitance institutionnelle » au sein de l’institut médico-éducatif.

  • Jugée pour avoir « brisé la loi du silence » sur les maltraitances d’enfants handicapés

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/09/19/jugee-pour-avoir-brise-la-loi-du-silence-sur-les-maltraitances-d-enfants-han

    Comme trois lanceurs d’alerte, Céline Boussié comparaît pour diffamation, après avoir dénoncé les mauvais traitements dans un centre où elle a travaillé.


    A l’aube de son procès, alors que trois compagnons d’infortune ont, eux, été condamnés, Céline Boussié se dit « d’une sérénité absolue », forte d’une myriade d’éléments attestant qu’elle « n’a pas menti ».

    Pour ne pas connaître le même dénouement judiciaire, Céline Boussié a mené pendant cinq ans « une résistance de l’intérieur », en recueillant « un maximum de preuves ». De guerre lasse, elle craque en mai 2013. Arrêtée par son médecin, elle dépose un signalement auprès de l’agence régionale de santé Midi-Pyrénées (ARS), qui diligente une enquête. Le rapport de 400 pages, rendu à l’automne de la même année, fait état de « graves dysfonctionnements susceptibles d’affecter la santé, la sécurité, le bien-être physique et moral, le respect de la dignité des jeunes accueillis ».

    Sur les dix plaintes déposées contre l’institut par des familles et celle déposée par la ministre de l’époque, aucune n’a abouti à un procès. Pour le sien, Céline Boussié n’a pu compter sur le soutien d’aucun employé ; seules deux familles viendront témoigner en sa faveur – même si, à l’extérieur, elle bénéficie de nombreux appuis, dont la CGT-santé et le collectif des lanceurs d’alerte dont elle est membre.

    • Dix dépots de plainte par les familles d’enfants maltraités qui passent à la poubelle par contre la plainte pour diffamation contre la lanceuse d’alerte passe au tribunal...

      En octobre 2014, l’ARS a renouvelé l’agrément du centre, en réduisant sa capacité d’accueil de 85 à 55 places, assurant que, désormais, les enfants sont logés « dans des conditions convenables ».

      Les conditions sont sensées avoir toujours été « convenables » sinon il n’y aurais pas de plainte pour diffamation. Surtout que la dame est partie en 2013 à l’époque ou les conditions n’étaient pas "convenables" de l’aveux de l’ARS elle même.

  • Le vote : « la mise en urne » de sa propre voix
    https://archive.org/details/le_vote_la_mise_en_urne_de_sa_propre_voix

    Le rituel de la farce électorale provoque chez les libertaires de tout poil, soit d’âpres et sanguinaires débats (vote tactique, vote de protestation, vote blanc, vote de déstabilisation,...), soit un long bâillement indulgent, tant le dilemme de l’utilité ou non du vote semble résolu une fois pour toute (inutile bien sur !).

    Aux uns qui rêvent de faire vaciller le pouvoir par le biais des urnes, les autres opposent la vacuité des messes électorales et la fourberie des élus. S’il me paraît évident que les urnes n’ont jamais engendré de révolution, le principe du vote dans les démocraties auto-proclamées représentatives n’en est pas pour autant un rituel désuet et inutile, une survivance ringarde des pratiques sociales du 20ème siècle. Je crois bien au contraire que c’est le premier élément de police de la république bourgeoise. L’acte de mise en urne de sa propre voix est avant tout l’acte de la soumission volontaire et délibérée de l’ individu au pouvoir d’un autre. Voter dans un système électoral représentatif, c’est avant tout accepter qu’un autre parle et décide à sa place. Voter, c’est donc en tout premier lieu se défaire de sa propre liberté, de sa propre responsabilité. Les scribes de la république ne s’y trompent pas lorsqu’ils gravent sur leurs tablettes les termes explicites de « représentation par les élus », de « délégation de pouvoir », ou encore de « légitimation par les urnes ». Bien plus qu’un escadron de gardes mobiles, qu’une armée en parade aux portes du désordre, qu’un juge à la robe aussi noire que la mort et la peine, le système électoral n’est rien d’autre que la capitulation de l’individu au nom du principe du nombre, du principe de majorité. Contrairement à ce que prétendent bon nombre de « citoyens » en brandissant leur carte d’électeur, participer à ce rite païen, ce n’est pas prendre ses responsabilités, c’est les fuir, c’est demander à quelqu’un d’autre de décider à sa place. Voter ce n’est pas agir, c’est s’engager à ne pas agir, c’est admettre que ses propres actions soient interdites, décidées ou ordonnées par d’autres.

    Cette vision du système électoral n’est pas une construction théorique, mais le constat du mode de fonctionnement réel de nos sociétés totalitaires. Comme le disait mon prof de droit : l’élection, c’ est le prix de la paix sociale. Les politiciens de profession qui, eux, vivent (et très bien) d’un tel système le savent parfaitement, qui après chaque grondement social, se dépêchent d’organiser de nouvelles élections. D’ailleurs, même en temps de « paix sociale », l’élection est nécessaire pour assurer aux dirigeants la soumission consentante et récurrente de la population. Les rituels organisés à intervalles de temps plus ou moins réguliers ont pour fonction première de rappeler à l’individu qu’il accepte ce pacte de résignation. Peu importent les résultats des élections (ils s’ arrangent toujours entre eux), l’essentiel est que les « citoyens » acceptent le pouvoir des élus. Tout est mis en œuvre pour rappeler au quidam que c’est là le fondement du fonctionnement démocratique. Journaleux en tête, tous les communicateurs de la république sont alors chargés de donner l’ impression à chaque individu - républicain qu’il participe à l’élaboration de la démocratie. Les combats télévisés de petits chefs, les révélations croustillantes, les discours sur la constitution, même les affaires juridico - mafieuses sont avant tout un spectacle destiné à faire de l’élu le garant (fragile) de la démocratie, et de l’ électeur un irresponsable consentant.

    La construction d’une société nouvelle nécessite d’abattre jusqu’à la dernière pierre ce temple de l ’exploitation qu’est la république. Mais cela nécessite avant toute chose que chaque individu refuse que d’autres parlent, décident, organisent et légifèrent à sa place.

    Voter, c’est se soumettre.

    Netto

    Article du Combat syndicaliste de Midi Pyrénées n°66

  • Pourquoi nous appelons les chômeurs à soutenir la grève du 6 mars à Pôle emploi CIP-IDF >
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=8499

    Cette grève est appelée par 5 organisations syndicales pour dénoncer le Plan stratégique Pôle Emploi 2020 dont l’objet est la disparition pure et simple d’un certain nombre de missions fondamentales, inscrite dans la LOI n° 2008-126 du 13 février 2008, par étape, par couche, dont, entre autres : l’accès au service public par la fermeture des agences locales en demi journée, la dématérialisation acharnée des contacts (de l’inscription à la radiation en passant par les entretiens de suivis), les suppressions de services ou agences spécifiques (à destination des licenciés économiques, ou des cadres), la disparition du métier indemnisation en supprimant les professionnels de la « Gestion des Droits ».

    Le choix de l’alliance entre Pôle Emploi et des innovateurs digitaux qui se nomment eux-mêmes les barbares [1] fait partie de la stratégie. Ils fabriquent leurs gadgets modernes, nourris aux algorithmes [2] et donnent l’illusion que tout le monde peut s’inscrire, tout seul, à Pôle Emploi, s’indemniser sans l’aide de personnel compétent, se former, s’orienter, s’évaluer, et répondre à une multitudes d’offres d’emploi tailler sur mesure, pour soi, par Bob emploi [3].

    Cette grève dénonce « la vente à la découpe » du Service Public :

    L’externalisation de missions fondamentales de Pôle Emploi vers des entreprises privées (CAPGEMINI [4], WEBHELP [5] , INGEUS [6], AKSIS [7], TESSI [8] , ARVATOR...la liste est longue) qui se gavent grâce aux largesses du Service Public [9] et à la cécité de ceux qui l’administrent, le financent, le gèrent et le contrôlent (3,3 Md€ en 2016 proviennent de nos cotisations : Article L5422-24 [10]) participent à la liquidation de Pôle Emploi qui se voit, pour la première fois, réduire son budget de 30 millions d’euros en 2016.

    Un personnel en perte d’identité :

    Les psychologues se déqualifient, les conseillers de la « gestion des droits » se mettent la rate au court bouillon en assistant à leur mort annoncée, et les conseillers emplois, sous une pression jamais égalée, prescrivent à tours de bras, au privé, des prestations-à-la-noix nommées : Activ’Emploi [11], Activ’Projet, Activ’Créa (peu importe ce qu’il en sortira, mais surtout Activ’Toi ailleurs qu’à Pôle Emploi) !
    Cette grève est un appel à lutter contre la destruction de Pôle Emploi, et à défendre un service public humain, un service public de qualité, et une protection sociale digne de ce nom. Cette grève va dans le sens de l’intérêt de ses usagers.

    Nous serons présents, ce jour là, aux cotés du personnel de Pôle Emploi en grève, et nous appelons les chômeurs à nous rejoindre.

    Le texte est fort bien documenté :

    [1] La redoutable stratégie des barbares digitaux, Reflets
    [2] Voir par exemple Emploi store
    [3] J’ai testé Bob emploi : et si je devenais chauffeuse de salle ?, L’Obs.
    [4] Le « toyotisme » débarque à Pôle Emploi, Actuchômage.
    [5] Pôle emploi compte sous-traiter davantage le 3949, L’express entreprise
    [6] Pôle emploi  : quand le privé prend les choses en mains, L’Humanité.fr.
    [7] Activ’Emploi - Aksis, Recours radiation
    [8] Voir la délibération de la CNIL.
    [9] Capgemini traque les coûts des administrations La Croix.
    [10] Article L5422-24 du Code du travail.
    [11] Marchés publics : Pôle emploi appelle le privé à la rescousse, Cash Investigation.


    #grève #Pôle_emploi #dématérialisation #externalisation #big_data #droits_sociaux
    @rezo @paris

    • Il y a aussi ce texte, pour l’occitanie :

      Collectif chômage précarité :

      Nous, chômeurs, intermittent-es et précaires d’Occitanie, venons signifier notre soutien au mouvement des salarié-es du Pôle Emploi qui manifestent leurs inquiétudes quant à l’avenir de ce service public que nous fréquentons quotidiennement.

      Comme eux, nous ne voulons pas d’une dématérialisation qui exclue et qui isole les gens. Nous ne nous opposons pas à l’utilisation des nouvelles technologies, mais nous voulons que cette évolution se fasse au profit des usagers de Pôle Emploi, au lieu de déshumaniser les relations entre nos conseillers et nous. Il faut aussi que Pôle Emploi entende que nous ne sommes pas tous à égalité financière et de compétences face à internet et son utilisation.

      Comme eux, nous regrettons de ne plus pouvoir aller librement dans les agences l’après-midi. Le chômage et la précarité sont des situations violentes. Elles appellent une réponse humaine, une relation apaisée avec nos conseillers, le besoin d’être entendus par une personne et pas par un interphone.

      Comme eux, nous tenons à un service public de l’emploi de qualité, avec des conseillers formés, suffisamment nombreux et qui puissent répondre à nos questions sur nos droits. L’indemnisation du chômage est un élément indispensable à notre vie quotidienne, dans l’attente de peut-être retrouver un emploi, et pourtant seuls la moitié d’entre nous peuvent en bénéficier.

      Nous sommes fatigués d’un système d’assurance chômage complexe, aux règles incompréhensibles et au fonctionnement qui n’est plus adapté aux nouvelles formes d’emploi précaire (CESU, assistantes maternelles, autoentrepreneurs,…).
      Nous en avons assez des trop-perçus et de l’opacité des recours possibles, assez de la multiplication des contrôles et des radiations.

      Nous savons qu’il n’y a pas de travail pour tous [12] et que ce n’est pas la faute de Pôle Emploi. Mais sa responsabilité, en tant que service public, c’est de nous accueillir avec humanité, de nous accompagner, de nous indemniser en toute transparence et de nous informer d’une manière claire sur nos droits.

      Membres du collectif : CIP-MP (Collectif des Intermittents et Précaires de Midi-Pyrénées), MNCP (Mouvement National des Chômeurs et Précaires), ATTAC, DAL (Droit au Logement), Sud précaires, Sud Culture Solidaires.

      Reste cette phrase : « Nous ne nous opposons pas à l’utilisation des nouvelles technologies, mais nous voulons que cette évolution se fasse au profit des usagers de Pôle Emploi, au lieu de déshumaniser les relations entre nos conseillers et nous. »

      J’aimerai savoir pourquoi, précisément, pour ce qui est de la situation des chômeurs et des chômeuses, l’utilisation des nouvelles technologies par Pôle Emploi est avantageuse. Pour pointer à distance ? Mais on pourrait aussi être dispensé de pointer. Pour la recherche d’emploi ? Je demande à voir.
      En revanche, on peut être sûr que le management de Pôle Emploi se régale d’un outil numérique qui lui donne plus que jamais du pouvoir sur ses employés.
      Numériser, c’est-à-dire automatiser certaines tâches ou les faire réaliser par les usagers eux-mêmes, a pour fonction de réduire les effectifs et de mieux contrôler ceux et celles qui restent. Sous prétexte de s’en prendre à ce qui n’est que routine ou ce qui n’aurait pas besoin de savoir-faire complexe, on finit par laisser aux salariés de Pôle Emploi qu’un squelette de relation d’accompagnement, tandis que tout le reste est sous-traité et numérisé. Pour nous autres les usagers, ce sont des halls vides où une borne clignote doucement pour nous obliger à enregistrer notre arrivée au rendez-vous, un sentiment profond d’écrasement et d’impuissance.
      Le numérique sans la « déshumanisation » au boulot ou face à Pôle Emploi, j’aimerai savoir si quelqu’un connaît. Il me semble que cette possibilité n’est pas contenue dans le programme. Et si ça l’est, il ne faut pas hésiter à le dire ! Ne pas hésiter à dire qu’un autre usage du numérique à Pôle Emploi est possible, que cela pourrait être source de bien-être pour les salariés et pour les chômeurs ! Et proposer des plans alternatifs en trouvant des exemples probants ailleurs ! Ça manque de foi ces déclarations qui affirment ne pas vouloir s’opposer à l’utilisation des nouvelles technologies à Pôle Emploi ! Un petit peu d’ardeur, que diable ! De l’imagination !

    • https://exploitesenerves.noblogs.org/files/2017/02/Tract-d%C3%A9mat%C3%A9rialisation.pdf
      Rentrez chez vous, ON DÉMATÉRIALISE !
      Ou comment faire des économies et nous empêcher de nous défendre.

      Depuis quelques temps, on voit se développer la dématérialisation dans les administrations (#CAF, Pôle Emploi, #Sécu, #Retraites, #Trésor_public, #sous-préfecture…). On veut nous faire croire que ce changement faciliterait la vie des usagers, des allocataires et des agents… mais évidemment, comme toutes mesures étatiques, elle vise plutôt à faire des économies sur notre dos.

      https://exploitesenerves.noblogs.org/rentrez-chez-vous-on-dematerialise/#more-760
      https://seenthis.net/messages/572200

  • Alerte rouge pour le cormoran noir
    http://www.politis.fr/blogs/2017/01/alerte-rouge-pour-le-cormoran-noir-34169

    Un arrêté cadre triannuel publié le 8 septembre 2016 autorise le tir de plus de 150 000 Grands Cormorans par an, officiellement pour protéger les élevages de pisciculture en étangs et marais, la protection de ces zones naturelles et d’espèces de poissons protégées. Des quotas qui mettent l’espèce aviaire en danger et ne sont pas justifiés. Mais des associations résistent et ont montré comment obliger les préfets à en annuler ou modifier quelques uns.

    Le Grand cormoran noir, de son petit nom Phalacrocorax carbo sinensis (ou Carbo carbo pour l’espèce maritime) est un grand oiseau aquatique d’Europe (jusqu’à 1,5m d’envergure) , vivant souvent en couple stable, friand de poissons de rivières, canaux et étangs. Plongeur émérite grâce à un plumage non imperméable qui se charge d’eau, il est doté d’une grande capacité respiratoire. On l’admire pour son port altier de tête et de cou, et pour cette posture très caractéristique où il déploie ses ailes pour les sécher après la pêche. Nidifiant aux Pays Bas, en Allemagne et en Pologne, il hiverne ensuite dans les pays plus tempérés de novembre à mars. Décimé au 19ème siècle, le cormoran a disparu de certains pays et fait partie des espèces protégées depuis les années 70. BirdLife estime la population européenne (Russie inclus) à 310 à 370 000 d’individus. En France le dernier recensement de 2011 comptabilisait 94 000 individus et 8720 couples. Il opte plus volontiers pour les eaux libres des grands cours d’eau, ou pour les eaux closes des canaux, marais et étangs. On considère qu’il prélève moins de 1% du stock continental de poissons – beaucoup de cyprinidés de faible valeur halieutique et de poissons abondants et affaiblis faciles à capturer. Sa « concurrence » est donc minime pour les pêcheurs/éleveurs. Mieux, il est l’ami de l’homme depuis toujours. Pendant des siècles les pécheurs japonais et chinois l’ont capturé et dressé pour qu’il travaille pour eux. Une ligature de la gorge lui permet d’avaler les petits poissons et de ramener les plus gros à son maître.

    Que reproche-t-on donc à ce bel oiseau pour vouloir le décimer ? L’arrêté du 8 septembre 2016 « fixant les quotas départementaux dans les limites desquelles des dérogations aux interdictions de destruction peuvent être accordées par les préfets concernant les grands cormorans (Phalacrocorax carbo sinensis) pour la période 2016-2019 » autorise en effet la mise à mort de 50058 individus par an pendant trois ans, soit la moitié de la population ! Les motifs invoqués par leurs prédateurs humains, sont la prévention des dommages importants aux piscicultures en étang, de la dégradation des habitats naturels que ces dernières sont supposées entretenir, et des atteintes à des espèces de poissons protégées. Le texte détermine pour chaque département, des quotas en eaux libres et en eaux closes. Les préfets ont pour mission de prendre les arrêtés d’exécution fixant modalités et personnes autorisées à tirer, de s’assurer de leur bonne application et de réaliser un bilan au terme des trois ans et non plus annuellement comme avant.

    A entendre certains, le péril Cormoran serait grandissime. Proche de la disparition il y a 40 ans, « aujourd’hui, ils sont presque devenus un fléau, provoquant depuis plusieurs années la colère des pisciculteurs et des pêcheurs, inquiétant les responsables d’aéroports, mobilisant les députés français et européens, des dizaines d’équipes de recherche de par le monde, suscitant des plans d’action et de lutte, des réunions de toutes sortes » se lamente Jean-Luc Nothias dans son blog au Figaro. Il est inspiré, semble-t-il, par les propriétaires d’étangs qui affirment que le nombre d’oiseaux augmente d’année en année. Sans preuve et en contradiction avec les derniers recensements comme le Rapport Loic Marion qui, eux, constatent une diminution des effectifs.

    En ce cas, ne pourrait-on faire autrement pour protéger ces pauvres pisciculteurs ? Apparemment non. Il en va du cormoran comme du loup. L’homme se dit démuni face à certains « prédateurs », mais il n’a fait qu’oublier les méthodes traditionnelles d’élevage et vouloir un rendement maximal. « Il ne supporte pas les espèces qui entrent en concurrence avec ses activités économiques » explique Jean Christophe Lemesle, conservateur de la réserve naturelle aux Portes en Ré. Il s’amuse de ce que les « éleveurs » réthais qui souhaitent tirer du cormoran soient parfois des pisciculteurs du dimanche et non déclarés. « Des moyens de protection de ces installations existent et des mesures d’effarouchement doivent être opérées. Avec un tel quota d’oiseaux autorisés, ce n’est plus un projet de régulation, mais de massacre » commente un intervenant sur le site de la consultation publique ouvert avant la prise définitive de l’arrêté. Consultation de pure forme, puisque le texte était déjà prêt, et que les personnes entendues avant étaient des syndicats de pêcheurs et de pisciculteurs et pas des défenseurs des oiseaux ou de l’environnement, commente Vincent Ramard du service juridique de la LPO.

    Notre ministre de l’environnement, émettrice de cet arrêté, n’est-elle pas sensible à la protection de ce superbe volatile qui a lui aussi son rôle dans l’écosystème aquatique ?
    Pour J. Thevenot, auteur d’un article très documenté sur le blog de Nature-Environnement 58 « il est plus facile de tuer à l’aveugle des boucs émissaires que de lutter contre l’eutrophisation et la pollution des eaux de nos cours d’eau par les pesticides et les nitrates ! Faut-il rappeler les véritables catastrophes écologiques que représentent les lâchers d’espèces exogènes tels le silure, la perche soleil, les poissons d’élevage qui entraînent une pollution génétique. Sans oublier la disparition de 90% de nos zones les plus poissonneuses à savoir les zones humides et d’irrigation ».

    Quelques associations de défense de l’environnement et de la biodiversité ont intenté des recours administratifs pour annuler les arrêtés préfectoraux. Parfois avec succès. Comme à Toulon où le juge a estimé qu’il y a « risque de confusion entre l’espèce de grand cormoran maritime et le grand Cormoran (ndlr le Carbo carbo exclu des tirs et le Carbo sinensis » et que les « atteintes aux ressources piscicoles ne sont pas établies ». En particulier en eaux libres où les quotas sont les plus élevés. On pourrait y ajouter le fait que pour sauver l’espèce, les couples nicheurs devraient être eux aussi exclus. Ou encore remettre en cause ces quotas, dont on ignore qui les a fixés, en s’appuyant sur quelle expertise et selon quels critères, bases et méthodologie.
    N’importe quelle association ou citoyenNe concernéE peut reprendre ces arguments et déposer un recours en référé et sur le fond devant le tribunal administratif pour éviter que 50 000 cormorans ne meurent cette année et les deux suivantes. Voici les départements (Voir le tableau complet des départements https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5E593586B29EF3D41CC9179361FEF6FE.tpdila19v ) où les quotas de tirs sont les plus élevés et où il faudrait agir en priorité : Ain (4500), Haute Garonne (1000), Indre (3667), Indre et Loire (1060), Loir et Cher (2500), Loire (1650), Loire Atlantique (1600), Loiret (1650), Maine et Loire (1000), Moselle (2500), Saone et Loire (1550)Tarn (1140),Vendée (2060). A vos claviers !

    Sur le web

    L’Appel à mobilisation de la LPO
    https://www.lpo.fr/actualites/appel-a-mobilisation-repondez-a-la-consultation-publique-sur-les-grands-cormoran

    L’arrêté du 8 septembre 2016
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5E593586B29EF3D41CC9179361FEF6FE.tpdila19v

    « Sale temps pour les grands cormorans » - Blog de Nature Environnement 58 http://ecologie58.blog4ever.com

    Le rapport Loïc Marion
    http://www.naturessonne.fr/telechargements/Rapport-recensement-GC-L-Marion-2008-2009.pdf

    Lire aussi : Les animaux ont-ils droit à un avocat ?
    http://jefklak.org/?p=3228

  • Délinquance : le Lot et le Gers, départements les plus tranquilles de France - France 3 Midi-Pyrénées
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/delinquance-lot-gers-departements-plus-tranquilles-fran


    #Politique du #chiffre : ne pas confondre les causes et les effets. Chez nous, pas de police — car en zone rurale — et des gendarmeries de plus en plus concentrées… et donc, loin des gens, pour ne pas dire inaccessibles. Quand on arrive quand même, c’est sous-effectif sur place et bien sûr, pratiquement toujours un discours pour dissuader de porter plainte et pour plutôt poser une main courante à la place : le truc qui ne sert à rien, mais qui fait que le péquin ne râle pas trop d’avoir fait des bornes pour rien et que son histoire, tout le monde s’en fout.
    Après, ne parlons même pas de la manière dont les signalements divers et variés — pourtant légaux et obligatoires — se perdent mystérieusement dans les tuyaux procéduriers sans jamais arriver sur le bureau du procureur. Tout ça, avec une culture de l’entresoi et du ligne sale lavé en famille — voire du règlement de compte à la western, quand on parle d’endroit où il y a une arme dans chaque foyer ou presque — et tu vois à quel point la règle, c’est de fermer sa gueule et de ne pas faire de vagues.
    À l’arrivée, c’est merveilleux, on a des territoires où ça ne bastonne pas dans les balloches, où les filles ne sont jamais agressées, ni par tonton, ni pendant la troisième mi-temps et où quand il y a un mort par arme à feu, c’est toujours un accident de chasse !

    Alors que la Seine-Saint-Denis compte 18 agressions pour 1000 habitants, dans le Lot ce chiffre est de 3,50 pour 1000. Il est de 3,61 dans le Gers. Cela fait de nos deux départements ruraux les plus sûrs en matière d’atteintes aux personnes devant la Lozère (3,72 pour 1000), département également d’Occitanie. Notre région fait mieux que des départements réputés encore plus tranquilles comme la Creuse (3,91/1000) ou le Cantal (3,92/1000).

    • Oh, si… j’ai un ami, bientôt 70 ans, né dans le village à côté avec son jumeau. Un jour, alors qu’ils ont 10 ans, ils jouent devant la maison dans leur petite cour, quand le fils du maire, à moitié bourré, perd le contrôle de sa grosse voiture neuve et percute de plein fouet leur petite maison. Mon pote restera à l’hosto très longtemps, mais son frère jumeau meurt sur le coup.
      C’est super grave, la mort d’un enfant. Ben figure-toi que pendant que la mère pleurait son enfant étendu sur la table de la cuisine, le maire, le chef de brigade et tout l’aréopage s’est pointé chez elle pour l’encourager à bien fermer sa gueule quand le procureur la convoquerait. Le fils à papa n’a jamais été inquiété. La femme était pauvre, elle a pris l’argent du silence, mais je crois que ce fric l’a rongée toute sa vie… il ronge encore le survivant.
      Quant au fils à papa, il a continué sa petite carrière de connard sans cœur et sans cervelle. Il a eu du pognon et une bonne vie de salopard, comme on en connait plein.
      Après, un gosse de pauvres, hein… surtout qu’elle en avait un de rechange, quand même…

  • 3 mois de prison ferme pour vol d’un fromage pour un homme qui avait faim à Toulouse - France 3 Midi-Pyrénées
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/3-mois-prison-ferme-vol-fromage-homme-qui-avait-faim-to

    Le procureur de la République a requis une peine de 5 à 8 mois de prison ferme, pour le prévenu dont le casier judiciaire était vierge. Le tribunal l’a finalement condamné à 3 mois de prison avec placement immédiat en détention.

    Cette histoire et cette sévérité judiciaire pour un simple morceau de fromage n’est pas sans rappeler celle d’un jeune SDF de 18 ans qui avait écopé de 2 mois de prison ferme à Cahors en mai dernier pour s’être introduit dans une maison de Figeac et avoir volé des pâtes et du riz pour manger.

    #scandaleux ! #faim #pauvreté #justice_des_riches

  • #Midi-Pyrénées 4 ouvriers du bâtiment suicidés en quelques mois par leurs conditions de travail
    http://www.cntaittoulouse.lautre.net/spip.php?article842

    Mardi 20 septembre, Jean-Paul, ouvrier du #bâtiment employé par Eiffage, s’est donné la mort. C’était 5 jours après le #suicide de Daniel employé par Coefly, 2 mois après celui de Jean-Marc employé par Socotrap, un an après celui d’un autre de ses collègues de Eiffage.

    Le bâtiment c’est pas des boulots marrants. C’est un fait : on bouffe de la poussière toute la journée, on respire des particules en suspension, on se casse le dos et les articulations en exécutant nos tâches et en transportant les matériaux et les outils. Quant on rentre chez nous le soir, on est dégueulasse et vidé.

    Mais pire, et c’est cela qui pousse au suicide, nos travaux sont déconsidérés, critiqués, jugés par des mains blanches en-cravatées ou des bleus-bites à peine sevrés et qui n’entendent rien à la façon dont le travail, en pratique, se fait. Ceux-là, qui nous traitent de « gueulards » à la moindre protestation, nous pressent et nous montent les uns contre les autres pour asseoir leur autorité. Ils veillent à nous imposer des réglementations drastiques inexécutables, des temps d’exécution irréalisables, ils tentent continuellement de nous placer dans des injonctions paradoxales : faire toujours mieux en toujours moins de temps.

    La carotte : une hypothétique prime ou un modeste avancement qui pourraient nous permettre de boucler les fins de mois. Le bâton : être restreint à réaliser les chantiers les plus difficiles ou les tâches les plus pénibles, et le licenciement si ça ne suffit pas.

    Ceux qui nous harcèlent ainsi sont conscients de ce qu’ils font : ils apprennent ça dans des séminaires, ils s’échangent leurs « expériences » du comment nous essorer encore plus.

    Nous aussi, travailleurs du bâtiment, nous pouvons et nous devons échanger nos ressentis et nos expériences, nous devons leur imposer des états généraux des conditions de travail du secteurs du bâtiment. Nous n’avons rien à attendre d’eux ou des syndicats. A la pause de 10 h, sur internet, à midi, en début ou fin de journées, discutons entre collègues de ce que nous désirons.

    Nous pouvons nous rencontrer sur le facebook nipirlnigazelle
    https://www.facebook.com/Nipirlnigazelle-735441703180910

    Article d’@Anarchosyndicalisme ! n°151 Oct-Nov 2016
    http://www.cntaittoulouse.lautre.net/spip.php?article834

  • La Dépêche, les Baylet, la #démocratie : qui veut de la soupe ? - IAATA
    https://iaata.info/La-Depeche-les-Baylet-la-democratie-qui-veut-de-la-soupe-1641.html

    La Dépêche et le Conseil Général du Tarn-et-Garonne sont ainsi dirigés par un demi-siècle d’#oligarchie. Et la transmission se poursuit. Après être passé chez les croque-morts de Natixis et le pharmaceutique Fabre actionnaire du groupe, Jean-Nicolas Baylet a été nommé par papa directeur général adjoint de La Dépêche, soit numéro trois à 29 ans. Son frère, Jean-Benoît a été désigné par papa directeur délégué du groupe. Leur sœur Victoria a été placée par papa au poste de secrétaire générale de la fondation La Dépêche, dirigée par sa maman. Si les petits derniers accèdent au Conseil Général, à la tête du parti radical de gauche (PRG) ou de la mairie de Valence d’Agen, peut-être pourra-t-on commencer à s’interroger sur la pertinence d’organiser des élections dans le département.

    Tout cela n’est que la face immergée d’un système familial basé sur le #clientélisme, qui a toujours usé du pouvoir lié à un journal hégémonique dans le Tarn-et-Garonne, à Toulouse et désormais dans toute la région. La dépêche est un instrument #politique au service des Baylet et des Radicaux pour faire mousser leur action, combattre leurs adversaires et comme moyen de pression sur les pouvoirs locaux ou... nationaux. En effet, le PRG est désormais le seul allié du gouvernement Hollande, qui doit apprécier le #monopole médiatique construit par Baylet dans le Sud-Ouest, et acquis à sa cause.

    L’empire médiatique

    Toute la presse du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées leur appartient. Ou quasiment. Déjà propriétaires d’un groupe tentaculaire, les Baylet viennent de se payer le groupe Midi libre, ennemi de toujours. Certains départements comme l’Aveyron et l’Aude n’ont plus le choix qu’entre des titres de #presse sous leur contrôle. Le #pluralisme versant Radical est une serpillière sur laquelle on s’essuie les pieds avec allégresse. Jean-Michel le clame haut et fort : « C’est une très grande fierté pour moi, c’est même le combat de ma vie. Ça fait longtemps que je sais que l’avenir de La Dépêche et de Midi Libre sont liés ». Fier d’avoir éliminé toute la #concurrence, d’avoir supprimé toute illusion de pluralisme. Terminé les lignes éditoriales différentes, si légères soient-elles. Toute la presse régionale est désormais à leur service.

  • Sivens : un homme a blessé trois jeunes femmes qui venaient rendre hommage à Rémi Fraisse - France 3 Midi-Pyrénées
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/tarn/sivens-homme-blesse-trois-jeunes-femmes-qui-venaient-re

    Sivens : un homme a blessé trois jeunes femmes qui venaient rendre hommage à Rémi Fraisse

    Trois personnes ont été légèrement blessées à l’arme blanche ce dimanche sur le site du projet de barrage de Sivens. Deux ans après la mort de Rémi Fraisse, la tension persiste entre pro et anti barrage.

    Un homme d’une trentaine d’années a sorti son opinel et a blessé trois jeunes femmes qui venaient se recueillir ce dimanche sur le site de Sivens à quelques jours de la date anniversaire de la mort de Rémi Fraisse.

    L’une des jeunes femmes au moins a porté plainte à la gendarmerie et une deuxième âgée d’une vingtaine d’années et domiciliée à Tarbes s’apprête à porter plainte également. Elles ont toutes les deux fait constater leurs blessures à l’hôpital.

    L’article précise que le type était ivre et en fait état comme d’une circonstance atténuante. Je n’avais pas vu passer cette histoire.

  • Certains de vos commentaires sur Facebook sur l’arrivée des migrants dans la région sont insupportables - France 3 Midi-Pyrénées
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/haute-garonne/toulouse/certains-vos-commentaires-facebook-arrivee-migrants-reg

    La publication ce jeudi matin sur notre page facebook d’une vidéo sur l’arrivée à Toulouse de migrants de Calais a déclenché un torrent de commentaires. Certains sont empreints d’humanité mais beaucoup donnent la nausée. Nous avons décidé de réagir.

    #commentaires

  • Le président de la République française François Hollande a reçu la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines - MOINS de BIENS PLUS de LIENS
    http://www.brujitafr.fr/article-le-president-de-la-republique-fran-aise-fran-ois-hollande-a-re-u-l

    Doit-on comprendre par là qu’il a reçu les responsables des principaux lobbys juifs des USA qui sont à la botte d’Israël avant tout et qui influe très très fortement sur la politique américaine et ses décisions ? Personnellement, je me méfie de ce genre de rencontre...

    La Conférence des présidents des principales organisations juives américaines a été reçue le mercredi 6 février 2013 par le Président de la République François Hollande, en présence du ministre de l’Intérieur Manuel Valls. C’est la première mission de la Conférence des Présidents en France depuis sa création. La délégation de 80 dirigeants s’était au préalable rendue à Toulouse pour exprimer sa solidarité envers la communauté juive dans cette ville qui a été le témoin de l’assassinat brutal d’enfants juifs.

    « Ron Lauder, le président du Congrès juif mondial, s’est vu remettre la Légion d’honneur par le Président de la République François Hollande »

    La mission en France était organisée par le CRIF, dirigé par son président, Richard Prasquier, assisté par Nicole Yardeni, présidente du CRIF Toulouse-Midi-Pyrénées et Ève Gani, chargée des relations internationales.

    Richard Stone, le président de la Conférence des Présidents a déclaré, « Nous ne pouvons exprimer suffisamment notre gratitude envers la communauté juive, représentée par le CRIF, le gouvernement français et les organisations qui ont contribué à la préparation de ce programme exceptionnel ».

    L’importance de la délégation venue en France reflète l’intérêt et la solidarité de la communauté juive américaine au côté de la 3e communauté la plus importante du monde, et première en Europe, la communauté juive française. Les présidents de l’Alliance Israelite Universelle, Marc Eisenberg, du SPCJ, Éric de Rothschild, de la Synagogue de la Victoire, du Cercle Bernard Lazare, du B’nai B’rith, du Consistoire, de l’ULIF, les membres du Bureau exécutif du CRIF et la Commission relations internationales du CRIF, présidée par Maître Pascal Markowicz, se sont personnellement impliqués pour accueillir la délégation des présidents américains.

    Lors de sa rencontre exceptionnelle à l’Élysée, la délégation de la Conférence des Présidents des principales organisations juives américaines a fortement souligné auprès du Président de la République François Hollande le courage de la France dans son intervention au Mali. Elle a aussi remercié les autorités, dont le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, pour son combat sans ambiguïté contre l’antisémitisme et l’Islamisme radical.

    La délégation a pu aussi rencontrer dans un panel l’ambassadeur des États unis à l’Unesco David Killion et l’ambassadeur d’Israël à l’Unesco Nimrod Barkan, ainsi que l’ambassadeur d’Israël en France, Yossi Gal. Le thème du développement de la coopération entre la France et Israël a été abordé, tout comme celui de la relation « solide » et que personne ne peut briser entre les États-Unis et Israël, qui se manifeste notamment à l’ONU.

    Ron Lauder, le président du Congrès juif mondial, s’est vu remettre la Légion d’honneur par le Président de la République François Hollande. Le fils d’Estée Lauder, fondateur de la magnifique galerie new-yorkaise d’art allemand et autrichien, la Neue Galerie, a livré avec douceur et simplicité un témoignage bouleversant sur l’histoire de sa famille, dont une partie a été cachée en France pendant l’occupation. Ancien ambassadeur des États-Unis en Autriche, Ron Lauder est aujourd’hui président du Congrès Juif Mondial.

    C’est dans son dialogue avec le président François Hollande, que le président Lauder a témoigné de tout son respect au chef d’État français dont l’engagement contre le terrorisme, en France, comme à l’international, est sans faille.

  • José Bové expulsé du Canada - France 3 Midi-Pyrénées
    http://m.france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/aveyron/jose-bove-expulse-du-canada-1106601.html

    L’Aveyronnais, député européen, venu débattre de l’accord de libre-échange entre l’Europe et le Canada, a été retenu à la douane en raison de ses condamnations dans le démontage du McDo de Millau et la destruction de champs OGM. Il doit être expulsé du territoire canadien.

    Juppé ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Jupp%C3%A9#Affaires_judiciaires

    En 1999, Alain Juppé est mis en examen pour « abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt » pour des faits commis en tant que secrétaire général du Rassemblement pour la République et maire adjoint de Paris aux finances, de 1983 à 1995. Il est considéré comme un élément clé d’un système de financement occulte d’emplois au sein du RPR financés par la mairie de Paris et des entreprises désireuses de passer des contrats publics (sa secrétaire personnelle au RPR fut elle-même rémunérée par une entreprise, le groupe immobilier Ségur, puis par la ville de Paris).

    Son procès pour prise illégale d’intérêts s’ouvre le 29 septembre 2003. Alain Juppé y affirme avoir pris connaissance du système d’emplois fictifs en 199342. Le 30 janvier 2004, il est condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre à 18 mois de prison avec sursis et à une peine de dix ans d’inéligibilité43,44. Le tribunal juge notamment qu’Alain Juppé a « délibérément recouru à des arrangements illégaux » pour favoriser l’action du RPR, que la nature des faits était « contraire à la volonté générale exprimée par la loi » et qu’il avait ainsi « trompé la confiance du peuple souverain »45. La présidente du tribunal exige l’inscription de cette condamnation à son casier judiciaire45.

    ...

    Il enseigne finalement à Montréal à l’École nationale d’administration publique (ENAP). Plusieurs universitaires s’étonnent alors qu’un homme politique condamné à une peine de prison et d’inéligibilité puisse donner des cours à de futurs hauts fonctionnaires52.

  • Tiques : l’impossible cartographie de la maladie de Lyme
    https://theconversation.com/tiques-limpossible-cartographie-de-la-maladie-de-lyme-60810

    La maladie de Lyme (ou borréliose) est une maladie infectieuse liée à présence de la bactérie Borrelia. Elle se transmet aux oiseaux, aux mammifères sauvages ou domestiques et à l’être humain par des morsures de certaines tiques, acariens porteurs sains de la maladie.

    Les tiques sont présentes dans les forêts et les pâtures ; s’il en existe plusieurs espèces en France, seul Ixodes ricinus est capable de transmettre la borréliose.

    On estime à 27 000 le nombre de nouvelles personnes touchées chaque année dans l’Hexagone par cette maladie (65 000 en Europe). Encore mal diagnostiquée dans notre pays et considérée comme une maladie rare, cette affection s’exprime par diverses manifestations dermatologiques, neurologiques, articulaires, et plus rarement cardiaques ou ophtalmiques plus ou moins graves (voir à ce sujet l’étude menée sur plus de 1 000 cas par le CNR entre 2006 et 2009).

    #france #santé #cartographie #maladide_lyme #boréliose

    • Étonnant ce diagnos’tique !

      Zéro cas comptabilisés en Hauts de France ?
      Pas assez de techniciens pour recenser les situations qui tiquent ?
      Titine tiquerait-elle à compter les tiques ?

      Zéro cas comptés en Bourgogne ?
      Serait-ce encore cet élu local habitué à ne pas payer ses impôts et autres factures qui n’a pas payé l’étude et les calculs appropriés ?
      Le vin des Charollais aurait-il une incidence sur l’absence de diagnos’tique de la maladie de Lyme en Bourgogne ?

    • Lettonie - Guide santé, prévention des tiques - maladie de Lyme - adresses utiles.

      http://www.lettonie-francija.fr/Lettonie-sante-risques-tiques-maladie-lyme-48

      En France, en Allemagne, en Lettonie et dans de très nombreux pays d’Europe, la maladie de Lyme est transmise par la piqûre d’une tique. Cette maladie est présente sur tous les territoires, certaines zones étant plus fortement touchées.

      En Lettonie, les tiques apparaissent habituellement et se font sentir dès que la température de l’air atteint 5 degrés Celsius, et deviennent actifs à grande échelle lorsque la température est supérieure à 5 °, cependant, certaines tiques peuvent être activés à une température légèrement inférieure dans les endroits

      Que faire pour éviter d’être infecté par une tique ?

      Les médecins lettons soulignent que la vaccination est le remède le plus efficace contre l’encéphalite à tiques.
      Les médecins insistent, même pour les personnes vaccinées, de respecter dans la nature un code vestimentaire, car d’autres maladies que les tiques peuvent vous infecter.

      Portez des vêtements adaptés quand vous allez dans les bois et les prairies.

      Pour aller dans les bois, ou marcher à travers des zones arbustives, portez des vêtements adaptés afin que les tiques ne puissent pas glisser en dessous.

      Porter des vêtements clairs, couvrant si possible la totalité de votre corps. N’hésitez pas à rentrer votre pantalon dans vos chaussettes et à porter des chaussures fermées, protégez vos poignets et le cou.
      Enduire les parties non couvertes de la peau d’un produit répulsif contre les insectes (contenant par exemple du DEET ou de la Permethrine - un produit naturel)
      Pour plus de détails sur les différents produits, leurs indications et les marques, consulter le Tableau Prévention des morsures de tiques.
      En France, l’emploi de vêtements imprégnés est à l’étude pour l’Armée et les professionnels de la forêt. Aux États-Unis, l’efficacité des mesures de prévention a été évaluée à 40 % pour ce qui est du port de vêtements adaptés, et de 20 % pour ce qui est des répulsifs (repellents). Selon une autre étude américaine parue en 2011, les vêtements imprégnés de perméthrine éviteraient 93 % des morsures de tiques.

      En balade, rester sur les sentiers en prenant soin d’éviter les endroits susceptibles d’être habités par les tiques
      - * Après toute exposition, contrôler minutieusement l’ensemble du corps pour vérifier qu’aucune tique n’y soit fixée (attention aux zones sensibles, telles les paupières, derrière les oreilles, cuir chevelu... Il faut quelquefois procéder à un contrôle tactile, les larves et nymphes étant difficile à voir)
      Examiner régulièrement vos animaux de compagnie, et éviter de dormir avec.
      Tondre les pelouses régulièrement et se débarrasser des déchets végétaux permet de limiter la prolifération des tiques.

      Il faut savoir que cette maladie peut-être transmise par les moustiques et les taons qui eux-mêmes se sont posés sur les bovins qui avaient été piqués par les tiques

      Attention à ces indésirables en bordure des chemins dans une herbe même pas très haute, dans les jardins, sur les rosiers...

      Que faire en cas de morsure par une tique ?

      Pas de panique, toutes les tiques ne sont pas vectrices de maladies. Eliminer la ou les tiques le plus rapidement possible, en suivant cette méthode :

      Saisir la tête de la tique à l’aide d’une pince à épiler ou d’un tire -tique (disponibles en pharmacie)
      Extraire la tique au plus près de la peau en la tournant légèrement, de manière à ne pas laisser la tête et le rostre dans et/ou sous la peau
      Désinfecter convenablement la plaie à l’alcool, passer également la pince à l’alcool et se laver correctement les mains. La morsure de la tique peut aussi être traitée avec de la teinture d’iode,de l’eau de cologne.
      N’appliquer pas sur la tique d’éther habituellement utilisé, il risque de faire régurgiter la tique et augmente le risque d’infection.

      ATTENTION !

      Une fois la tique retirée, ne la jetez pas dans les toilettes ou dans le lavabo comme le font plus de 25 % des personnes interrogées. Elle ne se noierait pas car elle est capable de survivre plus de 3 semaines sous l’eau, plus de 7mn dans l’alcool à 90°, elle résite à la radioactivité de Tchernobyl [1201] et même au vide à 10 Pa, (soit les 10-4 bar du microscope à balayage électronique [1177])...
      Ne l’écrasez pas non plus, que ce soit avec les doigts (vous risqueriez une contamination transcutanée), ou avec le talon de la chaussure (vous n’y parviendrez que difficilement).
      Jetez la plutôt dans l’alcool ou l’eau de javel, à défaut enfermez la dans un petit flacon étanche avant de vous en débarrasser...

      Le premier signe de la maladie est traditionnellement une lésion dermatologique, appelée érythème migrant. Dès son apparition, même sans souvenir de piqûre(s) de tiques, consulter un médecin afin que celui ci vous prescrive un traitement adapté.

      Certaines études prouvent que la prise d’une dose de 200 mg de doxycycline dans les 72 h 00 après une piqûre de tique peut être une mesure préventive efficace.
      En France, le consensus de la société d’infectiologie française n’impose pas une prise d’antibiotiques immédiatement après piqûre(s). Néanmoins, en zone de fortes endémies ou en cas d’expositions répétées aux tiques, une antibiothérapie peut être proposée aux femmes enceintes, aux enfants et aux immuno-déprimés.

      Surveillez l’apparition de signes cliniques ou symptômes tardifs (de quelques semaines à plusieurs années après la morsure). La maladie de Lyme est une maladie dont le diagnostic peut être difficile et complexe.

      https://www.youtube.com/watch?v=MQEEtXtrdQg

    • On estime à 27 000 le nombre de nouvelles personnes touchées chaque année dans l’Hexagone par cette maladie (65 000 en Europe). Encore mal diagnostiquée dans notre pays et considérée comme une maladie rare, cette affection s’exprime par diverses manifestations dermatologiques, neurologiques, articulaires, et plus rarement cardiaques ou ophtalmiques plus ou moins graves

      C’est ce qui a motivé une centaine de médecins à lancer un cri d’alarme en direction de la ministre de la santé en dénonçant un scandale sanitaire dans le déni de cette épidémie silencieuse.

      http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20160711.OBS4459/la-maladie-de-lyme-explose-c-est-un-scandale-sanitaire.html

      Le professeur Christian Perronne est chef de service en infectiologie à l’hôpital universitaire Raymond-Poincaré de Garches, et codirecteur d’un groupe de travail sur la vaccination à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Il est un des seuls médecins hospitaliers en France à dénoncer depuis plusieurs années l’absence de reconnaissance de la maladie de Lyme chronique.

      Sous-diagnostiquée, mal prise en charge par les autorités sanitaires, cette infection, transmise par les tiques, peut amener, si elle n’est pas soignée, à la paralysie et la démence. Or, elle est en pleine expansion. « Il y a urgence », dit le professeur Perronne, qui, avec une centaine d’autres médecins, lance dans « l’Obs » un appel à la ministre de la Santé. Interview.

    • Autre communiqué, venu de France 3 Poitou Charente :

      http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/vienne/lyme-la-maladie-invisible-1081543.html

      Lyme : la maladie invisible

      Cette maladie transmise par les tiques reste encore méconnue en France. Ses formes multiples sont parfois indécelables par les tests classiques. Les patients qui s’estiment porteurs de cette bactérie se battent pour leur reconnaissance.

      Mais malheureusement, l’article pêche par manque d’information concernant les traitements en mentionnant une antibiothérapie « préventive » qui risque de s’avérer insuffisante la plupart du temps.

      Et l’assurance maladie aura encore la facilité de botter en touche en parlant d’affections « post-Lyme ».

    • @emile_jaures___jean qui dit que :

      Zéro cas comptés en Bourgogne ?
      Serait-ce encore cet élu local habitué à ne pas payer ses impôts et autres factures qui n’a pas payé l’étude et les calculs appropriés ?

      Le député que tu mentionnes souffre d’une banale #phobie_administrative comme nous tous d’ailleurs, mais comme c’est un notable clunisien , c’est pris en charge par la sécu ... ;-)

      Ayant vécu un quart de siècle en Saône et Loire (le département du phobique sus-mentionné), les tiques s’abattaient sur nos échines comme la vérole sur le bas-clergé et le toubib qui nous soignait nous avait dit que la Bourgogne était une des régions les plus touchées.
      Étonnant, non ?

    • Ici 0 signifie évidemment données manquantes.
      Au passage, j’ai du mal à comprendre qu’on (apparemment ici, l’InVS) puisse commettre une erreur aussi grossière…

      Pour info, à partir des données du Réseau Sentinelles voici une visualisation « à la Bertin » de l’incidence de la maladie de 2009 à 2015 pour les régions et où les cases associées à l’absence de données sont tramées en saumon clair.

    • Comme il est dit en intertitre «  des chiffres à prendre avec des pincettes  » (mais pas dans la carte), il y a de gros problèmes de qualité des données. Sans parler des données manquantes, qui peut croire qu’il n’y a des tiques (ou du moins des tiques infectées) qu’à partir de 2012 en Midi-Pyrénées ? Ou que le Limousin, cette même année ait été miraculeusement épargné ?