provinceorstate:wyoming

  • Sikh drivers are transforming U.S. trucking. Take a ride along the Punjabi American highway - Los Angeles Times
    https://www.latimes.com/nation/la-na-col1-sikh-truckers-20190627-htmlstory.html

    By Jaweed Kaleem, Jun 27, 2019 -
    It’s 7:20 p.m. when he rolls into Spicy Bite, one of the newest restaurants here in rural northwest New Mexico. Locals in Milan, a town of 3,321, have barely heard of it.

    https://www.trbimg.com/img-5d12f8d2/turbine/la-1561524431-z6kcx6gnzm-snap-image
    Punjabi-operated truck stops

    The building is small, single-story, built of corrugated metal sheets. There are seats for 20. The only advertising is spray-painted on concrete roadblocks in English and Punjabi. Next door is a diner and gas station; the county jail is across the road.

    Palwinder Singh orders creamy black lentils, chicken curry and roti, finishing it off with chai and cardamom rice pudding. After 13 hours on and off the road in his semi truck, he leans back in a booth as a Bollywood music video plays on TV.

    “This is like home,” says Pal, the name he uses on the road (said like “Paul”).

    There are 3.5 million truckers in the United States. California has 138,000, the second-most after Texas. Nearly half of those in California are immigrants, most from Mexico or Central America. But as drivers age toward retirement — the average American trucker is 55 — and a shortage grows, Sikh immigrants and their kids are increasingly taking up the job.

    Estimates of the number of Sikh truckers vary. In California alone, tens of thousands of truckers trace their heritage to India. The state is home to half of the Sikhs in the U.S. — members of a monotheistic faith with origins in 15th century India whose followers are best recognized by the uncut hair and turbans many men wear. At Sikh temples in Sacramento, Fresno, Bakersfield and Riverside, the majority of worshipers are truck drivers and their families.

    Over the last decade, Indian Americans have launched trucking schools, truck companies, truck washes, trucker temples and no-frills Indian restaurants modeled after truck stops back home, where Sikhs from the state of Punjab dominate the industry.

    “You used to see a guy with a turban and you would get excited,” says Pal, who is in his 15th year of trucking. “Today, you go to some stops and can convince yourself you are in India.”

    Three interstates — the I-5, I-80 and I-10 — are dotted with Indian-American-owned businesses catering to truckers. They start to appear as you drive east from Los Angeles, Reno and Phoenix, and often have the words “Bombay,” “Indian” or “Punjabi” on their storefront signs. But many, with names like Jay Bros (in Overton, Neb.) and Antelope Truck Stop Pronghorn (in Burns, Wyo.) are anonymous dots on a map unless you’re one of the many Sikhs who have memorized them as a road map to America.

    The best-known are along Interstate 40, which stretches from Barstow to North Carolina. The road, much of it alongside Historic Route 66, forms the backbone of the Sikh trucking world.

    It’s a route that Pal, 38, knows well. Three times a month, he makes the seven-day round trip between his Fontana home and Indiana, where he drops off loads and picks up new ones. Over his career, he’s driven 2 million miles and transported items as varied as frozen chickens and paper plates. These days, he mostly hauls chocolate, rice and fruits and vegetables from California farms. Today, it’s 103 containers of mixed produce, with mangoes, bell peppers, watermelons, yellow onions and peeled garlic among them. All are bound for a Kroger warehouse outside Indianapolis.

    Across the street from Spicy Bite, dozens of arriving drivers form a temporary village of 18-wheelers in a vast parking lot by the interstate. Most are white. Nearly all are men. More are older than younger.

    But every now and then there are Sikhs like Pal, with long salt-and-pepper beards, colorful turbans and thick Indian accents. They head straight toward Spicy Bite.

    Lines can form out the door at the restaurant, which opened two years ago outside the Petro Stopping Center, a longtime mainstay for truckers headed east.

    Pal makes a point to stop by the restaurant — even just for a “hello” — when he sleeps next door. The Sikh greeting is “Sat sri akaal.” It means “God is truth.” In trucking, where turnover is high, business uncertain and risk of accidents ever present, each day can feel like a leap of faith and an opportunity to give thanks.

    Punjabi Americans first appeared on the U.S. trucking scene in the 1980s after an anti-Sikh massacre in India left thousands dead around New Delhi, prompting many Sikhs to flee. More recently, Sikhs have migrated to Central America and applied for asylum at the Mexico border, citing persecution for their religion in India; some have also become truckers. Estimates of the overall U.S. Sikh population vary, placing the community’s size between 200,000 and 500,000.

    In recent years, corporations have pleaded for new truckers. Walmart kicked up salaries to attract drivers. Last year, the government announced a pilot program to lower the age for driving trucks from 21 to 18 for those with truck-driving training in the military. According to the American Trucking Assn., the trucker shortage could reach 100,000 within years.

    “Punjabis are filling the gap,” says Raman Dhillon, a former driver who last year founded the North American Punjabi Trucking Assn. The Fresno-based group advises drivers on regulations, offers insurance and tire discounts, and runs a magazine: Punjabi Trucking.

    Like trucking itself, where the threat of automation and the long hours away from home have made it hard to recruit drivers, the Punjabi trucking life isn’t always an easy sell. Three years ago, a group of Sikh truckers in California won a settlement from a national shipping company after saying it discriminated against their faith. The drivers, who followed Sikh traditions by wrapping their uncut hair in turbans, said bosses asked them to remove the turbans before providing hair and urine samples for pre-employment drug tests despite being told of the religious observance. The same year, police charged a man with vandalizing a semi truck at a Sikh temple in Buena Park. He’d scribbled the word “ISIS.”

    Still, Hindi- and Punjabi-language newspapers in the Eastern U.S. regularly run ads promising better wages, a more relaxed lifestyle and warm weather as a trucker out West. Talk to any group of Sikh drivers and you’ll find former cabbies, liquor store workers or convenience store cashiers who made the switch.

    How a rural Oklahoma truck stop became a destination for Sikh Punjabis crossing America »

    “Thirty years ago, it was hard to get into trucking because there were so few people like us in the business who could help you,” says Rashpal Dhindsa, a former trucker who runs Fontana-based Dhindsa Group of Companies, one of the oldest Sikh-owned U.S. trucking companies. When Pal first started, Dhindsa — now a close friend but then an acquaintance — gave him a $1,000 loan to cover training classes.

    It’s 6:36 a.m. the next day when the Petro Stopping Center switches from quiet darkness to rumbling engines. Pal flips on the headlights of his truck, a silver ’16 Volvo with a 500-horsepower engine. Inside the rig, he heats aloo gobi — spiced potatoes and cauliflower — that his wife prepared back home. He checks the thermostat to make sure his trailer isn’t too warm. He takes out a book wrapped in a blue cotton cloth that’s tucked by his driver’s seat, sits on a bed-turned-couch and reads a prayer in Punjabi for safety on the journey: There is only one God. Truth is His name…. You always protect us.

    He pulls east onto the highway as the sun rises.

    Truckers either drive in pairs or solo like Pal. Either way, it’s a quiet, lonely world.

    Still, Pal sees more of America in a week than some people will in their lives. Rolling California hills, spiky desert rock formations, the snow-dusted evergreens of northern Arizona, the fuzzy cacti in New Mexico and, in Albuquerque, hot air balloons rising over an orange sky. There’s also the seemingly endless fast food and Tex-Mex of Amarillo and the 19-story cross of Groom, Texas. There’s the traffic in Missouri. After hours of solitude on the road, it excites him.

    Pal’s not strict on dogma or doctrine, and he’s more spiritual than religious. Trucking has shown him that people are more similar than different no matter where you go. The best of all religions, he says, tend to teach the same thing — kindness to others, accepting whatever comes your way and appreciation for what’s in front of you on the road.

    “When I’m driving,” Pal says, “I see God through his creation.”

    His favorite sights are the farms. You spot them in Central California while picking up pallets of potatoes and berries, or in Illinois and Indiana while driving through the corn and soybean fields.

    They remind him of home, the rural outskirts of Patiala, India.

    Nobody in his family drove trucks. Still, to Pal, he’s continuing tradition. His father farmed potatoes, cauliflower, rice and tomatoes. As a child, Pal would ride tractors for fun with Dad. Today, instead of growing food, Pal transports it.

    He wasn’t always a trucker. After immigrating in 2001 with his younger brother, he settled in Canoga Park and worked nights at 7-Eleven. After he was robbed at gunpoint, a friend suggested trucking. Better pay, flexible hours — and less dangerous.

    Three years later, he started driving a rig he didn’t own while getting paid per mile. Today, he has his own company, two trucks between himself and his brother — also a driver — and bids on shipments directly with suppliers. Nationally, the average pay for a trucker is just above $43,000. Pal makes more than twice that.

    He uses the money to pay for the house he shares with his wife, Harjeet Kaur, 4-year-old son, brother and sister-in-law, nieces and parents. Kaur threads eyebrows at a salon and video chats with him during lunch breaks. Every week before he leaves, she packs a duffel bag of his ironed clothes and stacked containers of food for the road.

    “I love it,” Pal says about driving. “But there are always two sides of the coin, head and tail. If you love it, then you have to sacrifice everything. I have to stay away from home. But the thing is, this job pays me good.”

    The truck is fully equipped. From the road, you can see only driver and passenger seats. But behind them is a sleeper cab with a bed that’s 6-foot-7 by 3-foot-2.

    Pal likes to connect the TV sitting atop a mini-fridge to his phone to stream music videos when he’s alone. His favorite songs are by Sharry Maan, an Indian singer who topped charts two years ago with “Transportiye.” It tells the story of a Sikh American trucker who longs for his wife while on the road. At night, the table folds down to become a bed. Pal is just missing a bathroom and his family.

    The life of a Sikh trucker is one of contrasts. On one hand, you see the diversity of America. You encounter new immigrants from around the world working the same job as people who have been truckers for decades. All transport the food, paper and plastic that make the country run. But you also see the relics of the past and the reminders of how you, as a Sikh in 2019, still don’t entirely fit in.

    It’s 9:40 a.m. on Saturday when Pal pulls into Bowlin’s Flying C Ranch rest center in Encino, N.M., an hour past Albuquerque and two from Texas. Here, you can buy a $19,999 stuffed buffalo, Baja jackets and fake Native American moccasins made in China in a vast tourist stop attached to a Dairy Queen and an Exxon. “God Bless the U.S.A.” by Lee Greenwood plays in the background.

    It reminds Pal of the time he was paying his bill at another gas station. A man suddenly shouted at customers to “get out, he’s going to blow up this place!” “I will not fight you,” Pal calmly replied. The man left. Those kinds of instances are rare, but Pal always senses their danger. Some of the most violent attacks on Sikhs this century have been at the hands of people who mistook them for Muslims or Arabs, including the case of a turban-wearing Sikh man in Arizona who was shot dead by a gunman four days after the Sept. 11 attacks.

    For Pal, suspicious glances are more common. So are the truckers who think he’s new to the business or doesn’t speak English. None of it fazes him.

    “Everybody relates to us through Osama bin Laden because we look the same,” he says, driving across the plains toward the Texas Panhandle. “Or they think because my English sounds different that I am not smart. I know who I am.”

    Every day, he wears a silver bracelet that symbolizes a handcuff. “Remember, you are handcuffed to God. Remind yourself to not do bad things,” Pal says. It reminds him to be kind in the face of ignorance and hatred.

    At a Subway in Amarillo a few hours later, he grabs his go-to lunch when he’s taking a break from Indian food: a chicken sandwich on white bread with pepper jack, lettuce, tomato and onion. At home, the family is vegetarian. Pal relishes chances on the road to indulge in meat. He used to depend solely on his wife’s cooking. Today, he has other options. It’s a luxury to switch from homemade meals to Punjabi restaurants to fast food.

    Trucking has helped Pal find his faith. When he moved to the U.S., he used to shave, drink beer and not care much about religion. But as he got bored on the road, he started listening to religious sermons. Twelve years ago, he began to again grow his hair and quit alcohol; drinking it is against the faith’s traditions. Today, he schedules shipments around the temple calendar so he can attend Sikh celebrations with his family.

    “I don’t mind questions about my religion. But when people say to me, ‘Why do you not cut your hair?’ they are asking the wrong question,” Pal says. “The real question is, why do they cut their hair? God made us this way.”

    It’s 4:59 p.m. when he arrives in Sayre, Okla., at Truck Stop 40. A yellow Punjabi-language billboard advertises it as the I-40 starts to bend north in a rural region two hours from Oklahoma City.

    Among the oldest Sikh truck stops, it has a 24-hour vegetarian restaurant, convenience store, gas station and a housing trailer that functions as a temple — all spread over several acres.

    Pal has been coming here for more than decade, since it was a mechanic shop run by a Sikh former trucker who settled on the plot for its cheap land. When he has time, Pal lingers for a meal. But he’s in a rush to get to Joplin, Mo., for the night so he can make his drop-off the next day.

    He grabs a chai and heads to the temple. Resting on a small pillow upon the altar is the Guru Granth Sahib, the Sikh holy book. An audiotape plays prayers on a loop. A print of Guru Nanak, the faith’s founder, hangs on the wall.

    Pal prostrates and leaves a few dollar bills on the floor as a donation for upkeep. He prays for God to protect the temple, his family and himself on the 891 miles that remain until he hits the Indianapolis suburbs.

    “This feels like a long drive,” Pal says. “But it’s just a small part of the journey of life.”

    #USA #LKW #Transport #Immigration #Zuwanderung

  • The rent is too damned high because money-laundering oligarchs bought all the real-estate to clean their oil money / Boing Boing
    https://boingboing.net/2019/01/27/cz-edwards.html

    In an absolutely epic Twitter thread (unrolled here) author CZ Edwards lays out an incredibly compelling explanation of spiralling real-estate prices: oligarchs need to launder a lot of oil money — think Russia, Iran, ex-Soviet basket-case states, Saudi — and so they plow the money into offshore Real Estate Investment Trust that then cleans it by outbidding any actual real-estate investors or would-be homeowners, bidding up and snapping up all the property in desirable cities, and then realizing the rental income-flows as legitimate, clean money.

    It’s as neat and compelling a way of describing the link between oligarchy and spiraling real-estate prices as you could ask for. Shelter is not optional, so people will spend whatever it takes to get a roof over their heads. Cities are not infinitely sprawlable, so it’s possible to corner the market on places to live in them. Eventually, the parasites will devour the hosts and leave the cities empty shells (ahem, Venice), but by then the money-launderers have sold up and moved on.

    And of course, since real-estate is a great way to launder money, real-estate developers are often mobbed up af, which explains a lot about the president and his grifter inner circle.

    Edwards points out that her work on money-laundering came out of her research on a novel called “Rien’s Rebellion: Kingdom” (" Once upon a time, a nation’s fate depended on an informant, a lawyer and a warrior. They all lived under a good Monarch’s leadership. Until he was assassinated.").

    e. A few over-priced, stupid apartments? Does it really matter. Not as much, no, but that’s not where most of the laundering happens. It happens at the basic apartment building level. Because of a thing called a Real Estate Investment Trust. Let’s take... a California dingbat apartment building. Usually 4-8 apartments. (Earthquakes can be a problem...) They sell for $10-$20M, depending, and bring in $8K-16K month in revenue.

    So... let’s say you’ve got 25 money laundry clients, all with about $3 million (after you & your washing cut) they need to invest. $75 mil? Let’s buy 6 dingbats and put them in an REIT. Which hires a management team, which collects $2K rent from each apartment, each month. 6 buildings, 8 apartments each x $2K: $96K month in revenue. The management company takes 20%.

    Your money laundry clients get $76K per month of clean money- it all came from legal, legit rent investment income property. REITs clean the money better than a dry cleaner. I am oversimplifying, but not by much. There are some shell corps in there, some in Caymans or Seychelles, but also Delaware, Wyoming, North Dakota, and Nevada.

    What happens when there’s not much real estate to put in a REIT?

    Well, remember, there’s loss in money laundering? A REIT backed by money laundering doesn’t really care if it costs $5M for $10M for an apartment building. In a way, the $10M apartment building is better, because it cleans more money in one go. And they can outbid someone looking to own a 6 apartment dingbat.

    If the REIT buys a building for an inflated price, and they’re getting clean money monthly? They can just sit on it until someone legit comes along, having convinced a bank to make them a very large mortgage on an inflated price.

    Look at expensive cities. It’s not an accident.

    #capitalisme #crime #spéculation

  • Aux #États-Unis, la déconnexion est réservée aux #enfants #riches | Courrier international
    https://www.courrierinternational.com/article/aux-etats-unis-la-deconnexion-est-reservee-aux-enfants-riches

    Il n’y a pas si longtemps, on craignait qu’en ayant accès plus tôt à #Internet, les jeunes des classes aisées n’acquièrent davantage de compétences techniques et qu’il n’en résulte un fossé #numérique. De plus en plus d’établissements scolaires demandent aux élèves de faire leurs devoirs en ligne, alors que seulement deux tiers des Américains ont accès au haut débit.

    Mais aujourd’hui, alors que les parents de la #Silicon\Valley craignent de plus en plus les effets des #écrans sur leurs enfants et cherchent à les en éloigner, on redoute l’apparition d’un nouveau fossé numérique. Il est possible, en effet, que les enfants des classes moyennes et modestes grandissent au contact des écrans et que ceux de l’#élite de la Silicon Valley reviennent aux jouets en bois et au luxe des relations humaines.

    Ce mouvement est déjà amorcé. Les #écoles maternelles à l’ancienne, qui proposent un apprentissage par le jeu, sont en vogue dans les quartiers huppés, alors que l’Utah finance une école maternelle entièrement en ligne, à laquelle sont inscrits quelque 10 000 enfants. Les autorités ont annoncé que les écoles maternelles en ligne se multiplieraient en 2019 grâce à des subventions fédérales versées aux États du Wyoming, du Dakota du Nord et du Sud, de l’Idaho et du Montana.

    Selon une étude de Common Sense Media, une organisation à but non lucratif qui surveille l’exposition aux réseaux sociaux, les jeunes issus de familles modestes passent une moyenne de huit heures et sept minutes par jour devant des écrans à des fins récréatives, alors que la durée est de cinq heures et quarante-deux minutes chez des jeunes plus aisés. (Cette étude a pris en compte chaque écran séparément, si bien qu’un enfant qui chatte une heure sur son téléphone tout en regardant la télévision est considéré comme ayant passé deux heures devant des écrans.) Deux autres études montrent que les enfants blancs sont beaucoup moins exposés aux écrans que les enfants africains-américains et latino-américains.

    Et, selon les parents, il existe un fossé numérique croissant entre les établissements publics et privés d’un même quartier. Alors que la Waldorf School of the Peninsula, une école privée pratiquant la #pédagogie Waldorf très cotée chez les cadres de la Silicon Valley, interdit la plupart des écrans, l’établissement voisin, le collège public Hillview Middle School, met en avant son programme d’#enseignement sur #tablettes.

  • Large Wildfires Scorch Forests in Drought-Stricken Southwest
    https://www.ecowatch.com/colorado-wildfires-drought-2577753733.html

    A number of wildfires are currently ablaze in the Western U.S. as severe drought envelops much of the region.

    The 416 Fire in Colorado, which has scorched 27,420 acres since it broke out on June 1, has forced the evacuation of more than 2,000 homes and the closure of all 1.8 million acres of the San Juan National Forest.

    The fire is currently 15 percent contained and no structures have been destroyed, the Rocky Mountain Incident Management Team said.

    The National Wildfire Coordinating Group noted that the blaze has been fueled by abnormally dry conditions and prolonged drought.

    Large fires in the West are also burning the Apache-Sitgreaves National Forest in Arizona, the Gila National Forest in New Mexico, Manti-Lasal National Forest in Utah and Medicone Bow-Routt National Forest in Wyoming, the National Interagency Fire Center reported Tuesday.

    New Mexico’s Santa Fe National Forest, one of the state’s most popular recreation sites, has been closed since June 1 due to fire danger.

    #incendies #feux #sécheresse #climat #états-unis

  • Separating children and parents at the border is cruel and unnecessary

    The Trump administration has shown that it’s willing — eager, actually — to go to great lengths to limit illegal immigration into the United States, from building a multi-billion-dollar border wall with Mexico to escalated roundups that grab those living here without permission even if they have no criminal record and are longtime, productive members of their communities. Now the administration’s cold-hearted approach to enforcement has crossed the line into abject inhumanity: the forced separation of children from parents as they fight for legal permission to remain in the country.

    How widespread is the practice? That’s unclear. The Department of Homeland Security declined comment because it is being sued over the practice. It ignored a request for statistics on how many children it has separated from their parents, an unsurprising lack of transparency from an administration that faces an unprecedented number of lawsuits over its failure to respond to Freedom of Information Act requests for government — read: public — records. But immigrant rights activists say they have noticed a jump, and in December, a coalition of groups filed a complaint with Homeland Security over the practice.
    When parents and children cross the border and tell border patrol agents they would like to apply for asylum, they often are taken into custody while their request is considered. Under the Obama administration, the families were usually released to the care of a relative or organization, or held in a family detention center. But under President Trump, the parents — usually mothers traveling without their spouses — who sneak across the border then turn themselves in are increasing being charged with the misdemeanor crime of entering the country illegally, advocates say. And since that is a criminal charge, not a civil violation of immigration codes, the children are spirited away to a youth detention center with no explanation. Sometimes, parents and children are inexplicably separated even when no charges are lodged. Activists believe the government is splitting families to send a message of deterrence: Dare to seek asylum at the border and we’ll take your child.

    http://www.latimes.com/opinion/editorials/la-ed-immigrants-border-asylum-ice-201802305-story.html
    #frontières #unité_familiale #séparation #enfants #enfance #parents #asile #migrations #réfugiés #USA #Etats-Unis #détention_administrative #rétention #dissuasion

    • Familias rotas, familias vaciadas

      Es delgada y pequeña. No rebasa el 1.60. La habitación en la que duerme —en el segundo piso del albergue para veteranos deportados que creó Héctor Barajas— tiene una cama con un oso de peluche que ella misma confeccionó y una mesa para cuatro personas. La sonrisa que a veces asoma en su rostro nunca llega a sus ojos, oscuros y con marcadas ojeras. Se llama Yolanda Varona y tiene prohibido, de por vida, entrar a Estados Unidos, el país donde trabajó 16 años y donde viven sus dos hijos y tres nietos.


      https://www.revistadelauniversidad.mx/articles/d2c0ac01-e2e8-464f-9d4e-266920f634fc/familias-rotas-familias-vaciadas

    • Taking Migrant Children From Parents Is Illegal, U.N. Tells U.S.

      The Trump administration’s practice of separating children from migrant families entering the United States violates their rights and international law, the United Nations human rights office said on Tuesday, urging an immediate halt to the practice.

      The administration angrily rejected what it called an ignorant attack by the United Nations human rights office and accused the global organization of hypocrisy.

      The human rights office said it appeared that, as The New York Times revealed in April, United States authorities had separated several hundred children, including toddlers, from their parents or others claiming to be their family members, under a policy of criminally prosecuting undocumented people crossing the border.

      That practice “amounts to arbitrary and unlawful interference in family life, and is a serious violation of the rights of the child,” Ravina Shamdasani, a spokeswoman for the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, based in Geneva, told reporters.

      Last month, the Trump administration announced a “zero tolerance” policy for illegal border crossings, saying that it would significantly increase criminal prosecutions of migrants. Officials acknowledged that putting more adults in jail would mean separating more children from their families.

      “The U.S. should immediately halt this practice of separating families and stop criminalizing what should at most be an administrative offense — that of irregular entry or stay in the U.S.,” Ms. Shamdasani said.

      You have 4 free articles remaining.
      Subscribe to The Times

      The United States ambassador to the United Nations, Nikki R. Haley, clearly showed American irritation with the accusation in a statement released a few hours later.

      “Once again, the United Nations shows its hypocrisy by calling out the United States while it ignores the reprehensible human rights records of several members of its own Human Rights Council,” Ms. Haley said. “While the High Commissioner’s office ignorantly attacks the United States with words, the United States leads the world with its actions, like providing more humanitarian assistance to global conflicts than any other nation.”

      Without addressing the specifics of the accusation, Ms. Haley said: “Neither the United Nations nor anyone else will dictate how the United States upholds its borders.”
      EDITORS’ PICKS
      The Last Days of Time Inc.
      Overlooked No More: She Followed a Trail to Wyoming. Then She Blazed One.
      In Britain, Austerity Is Changing Everything

      The administration has characterized its policy as being about illegal immigration, though many of the detained migrants — including those in families that are split apart — enter at official border crossings and request asylum, which is not an illegal entry. It has also said that some adults falsely claim to be the parents of accompanying children, a genuine problem, and that it has to sort out their claims.

      On Twitter, President Trump has appeared to agree that breaking up families was wrong, but blamed Democrats for the approach, saying that their “bad legislation” had caused it. In fact, no law requires separating children from families, and the practice was put in place by his administration just months ago.

      The Times found in April that over six months, about 700 children had been taken from people claiming to be their parents.

      The American Civil Liberties Union says that since then, the pace of separations has accelerated sharply. Lee Gelernt, deputy director of the group’s immigrant rights project, said that in the past five weeks, close to 1,000 children may have been taken from their families.

      Last year, as Homeland Security secretary, John F. Kelly raised the idea of separating children from their families when they entered the country as a way to deter movement across the Mexican border.

      Homeland Security officials have since denied that they separate families as part of a policy of deterrence, but have also faced sharp criticism from President Trump for failing to do more to curb the numbers of migrants crossing the border.

      For the United Nations, it was a matter of great concern that in the United States “migration control appears to have been prioritized over the effective care and protection of migrant children,” Ms. Shamdasani said.

      The United States is the only country in the world that has not ratified the Convention on the Rights of the Child, she noted, but the practice of separating and detaining children breached its obligations under other international human rights conventions it has joined.

      “Children should never be detained for reasons related to their own or their parents’ migration status. Detention is never in the best interests of the child and always constitutes a child rights violation,” she said, calling on the authorities to adopt noncustodial alternatives.

      The A.C.L.U. has filed a class-action lawsuit in federal court in San Diego, calling for a halt to the practice and for reunification of families.

      https://www.nytimes.com/2018/06/05/world/americas/us-un-migrant-children-families.html

    • U.S. policy of separating refugees from children is illegal, horrific

      Somewhere in #Texas, a 3-year-old is crying into her pillow. She left all her toys behind when she fled Guatemala. And on this day the U.S. government took her mother away.

      When we read about the U.S. administration’s new policy of trying to stop people from crossing its borders by taking away their children, we too had trouble sleeping.


      https://www.thestar.com/opinion/contributors/2018/06/05/us-policy-of-separating-refugees-from-children-is-illegal-horrific.html

    • What’s Really Happening When Asylum-Seeking Families Are Separated ?

      An expert on helping parents navigate the asylum process describes what she’s seeing on the ground.

      Everyone involved in U.S. immigration along the border has a unique perspective on the new “zero tolerance” policies—most notably, the increasing number of migrant parents who are separated from their children. Some workers are charged with taking the children away from their parents and sending them into the care of Health and Human Services. Some are contracted to find housing for the children and get them food. Some volunteers try to help the kids navigate the system. Some, like Anne Chandler, assist the parents. As executive director of the Houston office of the nonprofit Tahirih Justice Center, which focuses on helping immigrant women and children, she has been traveling to the border and to detention centers, listening to the parents’ stories. We asked her to talk with us about what she has been hearing in recent weeks.

      This interview has been edited for clarity and length.

      Texas Monthly: First, can you give us an overview of your organization?

      Anne Chandler: We run the Children’s Border Project, and we work with hundreds of kids that have been released from ORR [Office of Refugee Resettlement] care. We are not a legal service provider that does work when they’re in the shelters. To date, most of our work with that issue of family separation has been working with the parents in the days when they are being separated: when they’re in the federal courthouse being convicted; partnering with the federal public defenders; and then in the adult detention center, as they have no idea how to communicate or speak to their children or get them back before being deported.

      TM: Can you take me through what you’ve been seeing?

      AC: The short of it is, we will take sample sizes of numbers and individuals we’re seeing that are being prosecuted for criminal entry. The majority of those are free to return to the home country. Vast majority. We can’t quite know exactly because our sample size is between one hundred and two hundred individuals. But 90 percent of those who are being convicted are having their children separated from them. The 10 percent that aren’t are some mothers who are going with their children to the detention centers in Karnes and Dilley. But, for the most part, the ones that I’ve been working with are the ones that are actually being prosecuted for criminal entry, which is a pretty new thing for our country—to take first-time asylum seekers who are here seeking safe refuge, to turn around and charge them with a criminal offense. Those parents are finding themselves in adult detention centers and in a process known as expedited removal, where many are being deported. And their children, on the other hand, are put in a completely different legal structure. They are categorized as unaccompanied children and thus are being put in place in a federal agency not with the Department of Homeland Security but with Health and Human Services. And Health and Human Services has this complicated structure in place where they’re not viewed as a long-term foster care system—that’s for very limited numbers—but their general mandate is to safeguard these children in temporary shelters and then find family members with whom they can be placed. So they start with parents, and then they go to grandparents, and then they go to other immediate family members, and then they go to acquaintances, people who’ve known the children, and they’re in that system, but they can’t be released to their parents because their parents are behind bars. And we may see more parents that get out of jail because they pass a “credible fear” interview, which is the screening done by the asylum office to see who should be deported quickly, within days or weeks of arrival, and who should stay here and have an opportunity to present their asylum case before an immigration judge of the Department of Justice. So we have a lot of individuals who are in that credible fear process right now, but in Houston, once you have a credible fear interview (which will sometimes take two to three weeks to even set up), those results aren’t coming out for four to six weeks. Meanwhile, these parents are just kind of languishing in these detention centers because of the zero-tolerance policy. There’s no individual adjudication of whether the parents should be put on some form of alternative detention program so that they can be in a position to be reunited with their kid.

      TM: So, just so I make sure I understand: the parents come in and say, “We’re persecuted” or give some reason for asylum. They come in. And then their child or children are taken away and they’re in lockup for at least six weeks away from the kids and often don’t know where the kids are. Is that what’s happening under zero tolerance?

      AC: So the idea of zero tolerance under the stated policy is that we don’t care why you’re afraid. We don’t care if it’s religion, political, gangs, anything. For all asylum seekers, you are going to be put in jail, in a detention center, and you’re going to have your children taken away from you. That’s the policy. They’re not 100 percent able to implement that because of a lot of reasons, including just having enough judges on the border. And bed space. There’s a big logistical problem because this is a new policy. So the way they get to that policy of taking the kids away and keeping the adults in detention centers and the kids in a different federal facility is based on the legal rationale that we’re going to convict you, and since we’re going to convict you, you’re going to be in the custody of the U.S. Marshals, and when that happens, we’re taking your kid away. So they’re not able to convict everybody of illegal entry right now just because there aren’t enough judges on the border right now to hear the number of cases that come over, and then they say if you have religious persecution or political persecution or persecution on something that our asylum definition recognizes, you can fight that case behind bars at an immigration detention center. And those cases take two, three, four, five, six months. And what happens to your child isn’t really our concern. That is, you have made the choice to bring your child over illegally. And this is what’s going to happen.

      TM: Even if they crossed at a legal entry point?

      AC: Very few people come to the bridge. Border Patrol is saying the bridge is closed. When I was last out in McAllen, people were stacked on the bridge, sleeping there for three, four, ten nights. They’ve now cleared those individuals from sleeping on the bridge, but there are hundreds of accounts of asylum seekers, when they go to the bridge, who are told, “I’m sorry, we’re full today. We can’t process your case.” So the families go illegally on a raft—I don’t want to say illegally; they cross without a visa on a raft. Many of them then look for Border Patrol to turn themselves in, because they know they’re going to ask for asylum. And under this government theory—you know, in the past, we’ve had international treaties, right? Statutes which codified the right of asylum seekers to ask for asylum. Right? Article 31 of the Refugee Convention clearly says that it is improper for any state to use criminal laws that could deter asylum seekers as long as that asylum seeker is asking for asylum within a reasonable amount of time. But our administration is kind of ignoring this longstanding international and national jurisprudence of basic beliefs to make this distinction that, if you come to a bridge, we’re not going to prosecute you, but if you come over the river and then find immigration or are caught by immigration, we’re prosecuting you.

      TM: So if you cross any other way besides the bridge, we’re prosecuting you. But . . . you can’t cross the bridge.

      AC: That’s right. I’ve talked to tons of people. There are organizations like Al Otro Lado that document border turn-backs. And there’s an effort to accompany asylum seekers so that Customs and Border Patrol can’t say, “We’re closed.” Everybody we’ve talked to who’s been prosecuted or separated has crossed the river without a visa.

      TM: You said you were down there recently?

      AC: Monday, June 4.

      TM: What was happening on the bridge at that point?

      AC: I talked to a lot of people who were there Saturdays and Sundays, a lot of church groups that are going, bringing those individuals umbrellas because they were in the sun. It’s morning shade, and then the sun—you know, it’s like 100 degrees on the cement. It’s really, really hot. So there were groups bringing diapers and water bottles and umbrellas and electric fans, and now everyone’s freaked out because they’re gone! What did they do with them? Did they process them all? Yet we know they’re saying you’re turned back. When I was in McAllen, the individuals that day who visited people on the bridge had been there four days. We’re talking infants; there were people breastfeeding on the bridge.

      TM: Are the infants taken as well?

      AC: Every border zone is different. We definitely saw a pattern in McAllen. We talked to 63 parents who had lost their children that day in the court. Of those, the children seemed to be all five and older. What we know from the shelters and working with people is that, yes, there are kids that are very young, that are breastfeeding babies and under three in the shelters, separated from their parents. But I’m just saying, in my experience, all those kids and all the parents’ stories were five and up.

      TM: Can you talk about how you’ve seen the process change over the past few months?

      AC: The zero-tolerance policy really started with Jeff Sessions’s announcement in May. One could argue that this was the original policy that we started seeing in the executive orders. One was called “border security and immigration enforcement.” And a lot of the principles underlying zero tolerance are found here. The idea is that we’re going to prosecute people.

      TM: And the policy of separating kids from parents went into effect when?

      AC: They would articulate it in various ways with different officials, but as immigration attorneys, starting in October, were like, “Oh my goodness. They are telling us these are all criminal lawbreakers and they’re going to have their children taken away.” We didn’t know what it would mean. And so we saw about six hundred children who were taken away from October to May, then we saw an explosion of the numbers in May. It ramped up. The Office of Refugee Resettlement taking in all these kids says that they are our children, that they are unaccompanied. It’s a fabrication. They’re not unaccompanied children. They are children that came with their parents, and the idea that we’re creating this crisis—it’s a manufactured crisis where we’re going to let children suffer to somehow allow this draconian approach with families seeking shelter and safe refuge.

      TM: So what is the process for separation?

      AC: There is no one process. Judging from the mothers and fathers I’ve spoken to and those my staff has spoken to, there are several different processes. Sometimes they will tell the parent, “We’re taking your child away.” And when the parent asks, “When will we get them back?” they say, “We can’t tell you that.” Sometimes the officers will say, “because you’re going to be prosecuted” or “because you’re not welcome in this country” or “because we’re separating them,” without giving them a clear justification. In other cases, we see no communication that the parent knows that their child is to be taken away. Instead, the officers say, “I’m going to take your child to get bathed.” That’s one we see again and again. “Your child needs to come with me for a bath.” The child goes off, and in a half an hour, twenty minutes, the parent inquires, “Where is my five-year-old?” “Where’s my seven-year-old?” “This is a long bath.” And they say, “You won’t be seeing your child again.” Sometimes mothers—I was talking to one mother, and she said, “Don’t take my child away,” and the child started screaming and vomiting and crying hysterically, and she asked the officers, “Can I at least have five minutes to console her?” They said no. In another case, the father said, “Can I comfort my child? Can I hold him for a few minutes?” The officer said, “You must let them go, and if you don’t let them go, I will write you up for an altercation, which will mean that you are the one that had the additional charges charged against you.” So, threats. So the father just let the child go. So it’s a lot of variations. But sometimes deceit and sometimes direct, just “I’m taking your child away.” Parents are not getting any information on what their rights are to communicate to get their child before they are deported, what reunification may look like. We spoke to nine parents on this Monday, which was the 11th, and these were adults in detention centers outside of Houston. They had been separated from their child between May 23 and May 25, and as of June 11, not one of them had been able to talk to their child or knew a phone number that functioned from the detention center director. None of them had direct information from immigration on where their child was located. The one number they were given by some government official from the Department of Homeland Security was a 1-800 number. But from the phones inside the detention center, they can’t make those calls. We know there are more parents who are being deported without their child, without any process or information on how to get their child back.

      TM: And so it’s entirely possible that children will be left in the country without any relatives?

      AC: Could be, yeah.

      TM: And if the child is, say, five years old . . .?

      AC: The child is going through deportation proceedings, so the likelihood that that child is going to be deported is pretty high.

      TM: How do they know where to deport the child to, or who the parents are?

      AC: How does that child navigate their deportation case without their parent around?

      TM: Because a five-year-old doesn’t necessarily know his parents’ information.

      AC: In the shelters, they can’t even find the parents because the kids are just crying inconsolably. They often don’t know the full legal name of their parents or their date of birth. They’re not in a position to share a trauma story like what caused the migration. These kids and parents had no idea. None of the parents I talked to were expecting to be separated as they faced the process of asking for asylum.

      TM: I would think that there would be something in place where, when the child is taken, they’d be given a wristband or something with their information on it?

      AC: I think the Department of Homeland Security gives the kids an alien number. They also give the parents an alien number and probably have that information. The issue is that the Department of Homeland Security is not the one caring for the children. Jurisdiction of that child has moved over to Health and Human Services, and the Health and Human Services staff has to figure out, where is this parent? And that’s not easy. Sometimes the parents are deported. Kids are in New York and Miami, and we’ve got parents being sent to Tacoma, Washington, and California. Talk about a mess. And nobody has a right to an attorney here. These kids don’t get a paid advocate or an ad litem or a friend of the court. They don’t get a paid attorney to represent them. Some find that, because there are programs. But it’s not a right. It’s not universal.

      TM: What agency is in charge of physically separating the children and the adults?

      AC: The Department of Homeland Security. We saw the separation take place while they were in the care and custody of Customs and Border Protection. That’s where it was happening, at a center called the Ursula, which the immigrants called La Perrera, because it looked like a dog pound, a dog cage. It’s a chain-link fence area, long running areas that remind Central Americans of the way people treat dogs.

      TM: So the Department of Homeland Security does the separation and then they immediately pass the kids to HHS?

      AC: I don’t have a bird’s-eye view of this, besides interviewing parents. Parents don’t know. All they know is that the kid hasn’t come back to their little room in CBP. Right? We know from talking to advocates and attorneys who have access to the shelters that they think that these kids leave in buses to shelters run by the Health and Human Services Office of Refugee Resettlement Department of Unaccompanied Children Services—which, on any given day there’s like three thousand kids in the Harlingen-Brownsville area. We know there are eight, soon to be nine, facilities in Houston. And they’re going to open up this place in Tornillo, along the border by El Paso. And they’re opening up places in Miami. They’re past capacity. This is a cyclical time, where rates of migration increase. So now you’re creating two populations. One is your traditional unaccompanied kids who are just coming because their life is at risk right now in El Salvador and Honduras and parts of Guatemala, and they come with incredible trauma, complex stories, and need a lot of resources, and so they navigate this immigration system. And now we have this new population, which is totally different: the young kids who don’t hold their stories and aren’t here to self-navigate the system and are crying out for their parents. There are attorneys that get money to go in and give rights presentations to let the teenagers know what they can ask for in court, what’s happening with their cases, and now the attorneys are having a hard time doing that because right next to them, in the other room, they’ve got kids crying and wailing, asking for their mom and dad. The attorneys can’t give these kids information. They’re just trying to learn grounding exercises.

      TM: Do you know if siblings are allowed to stay together?

      AC: We don’t know. I dealt with one father who knew that siblings were not at the same location from talking to his family member. He believes they’re separated. But I have no idea. Can’t answer that question.

      TM: Is there another nonprofit similar to yours that handles kids more than adults?

      AC: Yes: in Houston it’s Catholic Charities. We know in Houston they are going to open up shelters specific for the tender-age kids, which is defined as kids under twelve. And that’s going to be by Minute Maid Stadium. And that facility is also going to have some traditional demographic of pregnant teenagers. But it’s going to be a young kid—and young kids are, almost by definition, separated. Kids usually do not migrate on their own at that age.

      TM: That’s usually teens?

      AC: Teens. Population is thirteen to seventeen, with many more fifteen-, sixteen-, and seventeen-year-olds than thirteen- and fourteen-year-olds. They’re riding on top of trains. You know, the journey is very dangerous. Usually that’s the age where the gangs start taking the girls and saying “you’re going to be my sex slave”–type of stuff. I’ve heard that it’s going to be run by a nonprofit. ORR does not hold the shelters directly. They contract with nonprofits whose job it is to provide essential food, mental health care, caseworkers to try to figure out who they’re going to be released to, and all those functions to nonprofits, and I think the nonprofit in charge of this one is Southwest Key.

      TM: So how long do the kids stay in the facility?

      AC: It used to be, on average, thirty days. But that’s going up now. There are many reasons for that: one, these facilities and ORR are not used to working with this demographic of young children. Two, DHS is sharing information with ORR on the background of those families that are taking these children, and we’ve seen raids where they’re going to where the children are and looking for individuals in those households who are undocumented. So there is reticence and fear of getting these children if there’s someone in the household who is not a citizen.

      TM: So if I’m understanding correctly, a relative can say, “Well, I can pick that kid up; that’s my niece.” She comes and picks up the child. And then DHS will follow them home? Is that what you’re saying?

      AC: No. The kid would go to the aunt’s house, but let’s just imagine that she is here on a visa, a student visa, but the aunt falls out of visa status and is undocumented and her information, her address, is at the top of DHS’s files. So we’ve seen this happen a lot: a month or two weeks after kids have been released, DHS goes to those foster homes and arrests people and puts people in jail and deports them.

      TM: And then I guess they start all over again trying to find a home for those kids?

      AC: Right.

      TM: What is explained to the kids about the proceedings, and who explains it to them?

      AC: The Health and Human Services Office of Refugee Resettlement goes through an organization called the Vera Institute of Justice that then contracts with nonprofit organizations who hire attorneys and other specialized bilingual staff to go into these shelters and give what they call legal orientation programs for children, and they do group orientation. Sometimes they speak to the kids individually and try to explain to them, “This is the process here; and you’re going to have to go see an immigration judge; and these are your rights before a judge; you won’t have an attorney for your case, but you can hire one. If you’re afraid to go back to your country, you have to tell the judge.” That type of stuff.

      TM: And if the child is five, and alone, doesn’t have older siblings or cousins—

      AC: Or three or four. They’re young in our Houston detention centers. And that’s where these attorneys are frustrated—they can’t be attorneys. How do they talk and try to console and communicate with a five-year-old who is just focused on “I want my mom or dad,” right?

      TM: Are the kids whose parents are applying for asylum processed differently from kids whose parents are not applying for asylum?

      AC: I don’t know. These are questions we ask DHS, but we don’t know the answers.

      TM: Why don’t you get an answer?

      AC: I don’t know. To me, if you’re going to justify this in some way under the law, the idea that these parents don’t have the ability to obtain very simple answers—what are my rights and when can I be reunited with my kid before I’m deported without them?—is horrible. And has to go far below anything we, as a civil society of law, should find acceptable. The fact that I, as an attorney specializing in this area, cannot go to a detention center and tell a mother or father what the legal procedure is for them to get their child or to reunite with their child, even if they want to go home?

      And my answer is, “I don’t think you can.” In my experience, they’re not releasing these children to the parents as they’re deported. To put a structure like that in place and the chaos in the system for “deterrence” and then carry out so much pain on the backs of some already incredibly traumatized mothers and fathers who have already experienced sometimes just horrific violence is unacceptable.

      https://www.texasmonthly.com/news/whats-really-happening-asylum-seeking-families-separated

      Mise en exergue d’un passage :

      The child goes off, and in a half an hour, twenty minutes, the parent inquires, “Where is my five-year-old?” “Where’s my seven-year-old?” “This is a long bath.” And they say, “You won’t be seeing your child again.”

    • Why the US is separating migrant children from their parents

      US Attorney General Jeff Sessions has defended the separation of migrant children from their parents at the border with Mexico, a measure that has faced increasing criticism.

      The “zero-tolerance” policy he announced last month sees adults who try to cross the border, many planning to seek asylum, being placed in custody and facing criminal prosecution for illegal entry.

      As a result, hundreds of minors are now being housed in detention centres, and kept away from their parents.
      What is happening?

      Over a recent six-week period, nearly 2,000 children were separated from their parents after illegally crossing the border, figures released on Friday said.

      Mr Sessions said those entering the US irregularly would be criminally prosecuted, a change to a long-standing policy of charging most of those crossing for the first time with a misdemeanour offence.

      As the adults are being charged with a crime, the children that come with them are being separated and deemed unaccompanied minors.

      Advocates of separations point out that hundreds of children are taken from parents who commit crimes in the US on a daily basis.

      As such, they are placed in custody of the Department of Health and Human Services and sent to a relative, foster home or a shelter - officials at those places are said to be already running out of space to house them.

      In recent days, a former Walmart in Texas has been converted into a detention centre for immigrant children.

      Officials have also announced plans to erect tent cities to hold hundreds more children in the Texas desert where temperatures regularly reach 40C (105F).

      Local lawmaker Jose Rodriguez described the plan as “totally inhumane” and “outrageous”, adding: “It should be condemned by anyone who has a moral sense of responsibility.”

      US Customs and Border Protection (CBP) officials estimate that around 1,500 people are arrested each day for illegally crossing the border.

      In the first two weeks of the “zero-tolerance” new approach, 658 minors - including many babies and toddlers - were separated from the adults that came with them, according to the CBP.

      The practice, however, was apparently happening way before that, with reports saying more than 700 families had been affected between October and April.

      Not only the families crossing irregularly are being targeted, activists who work at the border say, but also those presenting themselves at a port of entry.

      “This is really extreme, it’s nothing like we have seen before,” said Michelle Brané, director of Migrant Rights and Justice at the Women’s Refugee Commission, a New York-based non-governmental organisation that is helping some of these people.

      In many of the cases, the families have already been reunited, after the parent was released from detention. However, there are reports of people being kept apart for weeks and even months.

      Family separations had been reported in previous administrations but campaigners say the numbers then were very small.
      Whose fault is it?

      Mr Trump has blamed Democrats for the policy, saying “we have to break up the families” because of a law that “Democrats gave us”.

      It is unclear what law he is referring to, but no law has been passed by the US Congress that mandates that migrant families be separated.

      Fact-checkers say that the only thing that has changed is the Justice Department’s decision to criminally prosecute parents for a first-time border crossing offence. Because their children are not charged with a crime, they are not permitted to be jailed together.

      Under a 1997 court decision known as the Flores settlement, children who come to the US alone are required to be released to their parents, an adult relative, or other caretaker.

      If those options are all exhausted, then the government must find the “least restrictive” setting for the child “without unnecessary delay”.

      The case initially applied to unaccompanied child arrivals, but a 2016 court decision expanded it to include children brought with their parents.

      According to the New York Times, the government has three options under the Flores settlement - release whole families together, pass a law to allow for families to be detained together, or break up families.

      It is worth noting that Mr Trump’s chief of staff John Kelly - who previously served as the head of Homeland Security - said in 2017 that the White House was considering separating families as a means of deterring parents from trying to cross the border.
      What do the figures show?

      The number of families trying to enter the US overland without documentation is on the rise. For the fourth consecutive month in May, there was an increase in the number of people caught crossing the border irregularly - in comparison with the same month of 2017, the rise was of 160%.

      “The trends are clear: this must end,” Mr Sessions said last month.

      It is not clear, though, if the tougher measures will stop the migrants. Most are fleeing violence and poverty in Central American countries like El Salvador, Guatemala and Honduras and staying, for many, could mean a death sentence.

      Human rights groups, campaigners and Democrats have sharply criticised the separations, warning of the long-term trauma on the children. Meanwhile the UN Human Rights Office called on the US to “immediately halt” them.

      But Mr Sessions has defended the measure, saying the separations were “not our goal” but it was not always possible to keep parents and children together.
      What is the policy in other countries?

      No other country has a policy of separating families who intend to seek asylum, activists say.

      In the European Union, which faced its worst migrant crisis in decades three years ago, most asylum seekers are held in reception centres while their requests are processed - under the bloc’s Dublin Regulation, people must be registered in their first country of arrival.

      Measures may vary in different member states but families are mostly kept together.

      Even in Australia, which has some of the world’s most restrictive policies, including the detention of asylum seekers who arrive by boat in controversial offshore centres, there is no policy to separate parents from their children upon arrival.

      Meanwhile, Canada has a deal with the US that allows it to deny asylum requests from those going north. It has tried to stem the number of migrants crossing outside border posts after a surge of Haitians and Nigerians coming from its neighbour. However, there were no reports of families being forcibly separated.

      “What the US is doing now, there is no equivalent,” said Michael Flynn, executive director of the Geneva-based Global Detention Project, a non-profit group focused on the rights of detained immigrants. “There’s nothing like this anywhere”.

      Republicans in the House of Representatives have unveiled legislation to keep families together but it is unlikely to win the support of its own party or the White House.

      https://www.bbc.com/news/world-us-canada-44503514?platform=hootsuite

    • Les récits de la détresse d’enfants de migrants créent l’émoi aux Etats-Unis

      Plus de 2000 enfants ont été séparés de leurs parents depuis l’entrée en vigueur en avril de la politique de « tolérance zéro » en matière d’immigration illégale aux Etats-Unis. Ces jours, plusieurs témoignages ont ému dans le pays.

      http://www.rts.ch/info/monde/9658887-les-recits-de-la-detresse-d-enfants-de-migrants-creent-l-emoi-aux-etats-

    • Etats-Unis : quand la sécurité des frontières rime avec torture d’enfants mineurs

      Au Texas, dans un centre de détention, un enregistrement audio d’enfants migrants âgés entre 4 à 10 ans pleurant et appelant leurs parents alors qu’ils viennent d’être séparés d’eux, vient de faire surface.

      Cet enregistrement a fuité de l’intérieur, remis à l’avocate Jennifer Harbury qui l’a transféré au média d’investigation américain ProPublica. L’enregistrement a été placé sur les images filmées dans ce centre. Il soulève l’indignation des américains et du monde entier. Elles sont une torture pour nous, spectateurs impuissants de la barbarie d’un homme, Donald Trump et de son administration.

      Le rythme des séparations s’est beaucoup accéléré depuis début mai, lorsque le ministre de la Justice Jeff Sessions a annoncé que tous les migrants passant illégalement la frontière seraient arrêtés, qu’ils soient accompagnés de mineurs ou pas. Du 5 mai au 9 juin 2018 quelque 2’342 enfants ont été séparés de leurs parents placés en détention, accusés d’avoir traversé illégalement la frontière. C’est le résultat d’une politique sécuritaire dite de “tolérance zéro” qui criminalise ces entrées même lorsqu’elles sont justifiées par le dépôt d’une demande d’asile aux Etats-Unis. Un protocol empêche la détention d’enfants avec leurs parents. Ils sont alors placés dans des centres fermés qui ressemblent tout autant à des prisons adaptées.

      https://blogs.letemps.ch/jasmine-caye/2018/06/19/etats-unis-quand-la-securite-des-frontieres-rime-avec-torture-denfants

    • Aux États-Unis, le traumatisme durable des enfants migrants

      Trump a beau avoir mis fin à la séparation forcée des familles à la frontière, plus de 2 000 enfants migrants seraient encore éparpillés dans le pays. Le processus de regroupement des familles s’annonce long et douloureux.


      https://www.courrierinternational.com/article/aux-etats-unis-le-traumatisme-durable-des-enfants-migrants
      #caricature #dessin_de_presse

  • Bonjour,

    Comme vous l’avez peut-être appris, John Perry Barlow est décédé le 7 février des suites de ses problèmes cardiaques. Personnage flamboyant, auteur de la "Déclaration d’indépendance du cyberespace" (8 février 1996, hasard des dates), Barlow occupe une place à part dans la "mythologie" de l’internet. Bien que l’on puisse contester ses idées et son approche libertarienne, il faut lui reconnaître une plume, un style, une énergie hors du commun, qui a marqué très largement les discours sur l’internet et le cyberespace.

    L’auteur de science-fiction cyberpunk Bruce Sterling décrit Barlow en 1992 comme « un pur extraterrestre de la pratique des réseaux informatiques. Il avait une écriture de poète, concise et imagée. Il avait également la perspicacité d’un journaliste, ainsi qu’un esprit loufoque et le sens profond de l’autodérision. Enfin, il était tout simplement doué d’un charme personnel phénoménal. »

    Il est donc tout naturel que John Perry Barlow, et notamment son texte « La déclaration d’indépendance du cyberespace », ait été commenté par les auteur·e·s de C&F éditions. Quelques extraits ci-dessous.

    Olivier Ertzscheid : "L’appétit des géants : pouvoir des algorithmes, ambitions des plateformes"
    https://cfeditions.com/geants

    danah boyd : "C’est compliqué : les vies numériques des adolescents"
    https://cfeditions.com/boyd

    Fred Turner : "Aux sources de l’utopie numérique : de la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand un homme d’influence"
    https://cfeditions.com/utopieNumerique

    Olivier Ertzscheid

    L’auteur de « L’appétit des géants » lui a rendu un hommage très particulier et significatif dans les colonnes de Libération du 9 février. Il propose de ré-écrire la « Déclaration d’indépendance du cyberespace » en version 2018... non plus en s’adressant aux tenants du monde industriel, comme le faisait Barlow en 1996, mais aux géants du monde numérique qui emprisonnent l’énergie des internautes dans leurs systèmes de contrôle et leurs espace privés.

    Extrait :

    « Plateformes aux tons pastels et aux logos colorés, vous géants fatigués aux CGU d’airain et aux algorithmes d’acier, je viens du temps des internets d’avant, où nous n’avions pas de "comptes" mais des pages, où chacun pouvait disposer d’une adresse et n’était pas contraint d’habiter par habitude et par lassitude sous le même grand F bleu qui orne votre jardin fermé, et de vivre dans cette fausse proximité que vous nous avez tant vanté et qui est d’abord une toxique promiscuité.

    Au nom du présent que vous avez institué, je vous demande à vous qui êtes désormais le passé, de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes plus les bienvenus parmi nous. Vous avez trop de souveraineté pour que celle-ci ne soit pas enfin questionnée et abolie. »

    On peut retrouver le texte complet et l’introduction/hommage sur Libération (http://www.liberation.fr/debats/2018/02/09/une-nouvelle-declaration-d-independance-du-cyberespace_1628377) et sur le blog Affordance (http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2018/02/nouvelle-declaration-independance-cyberespace-hommage-john-perry )

    danah boyd :

    C’est dans la « Déclaration d’indépendance du cyberespace » que John Perry Barlow utilisa le premier la notion de " digital natives ". Jeune geekette à l’époque de ce texte, danah boyd est resté frappée par la verve de Barlow... mais montre elle aussi combien les dynamiques ont changé, et combien cette notion de "digital natives" est devenu la tarte à la crème des spécialiste du marketing, mais ne représente rien pour les jeunes, ni pour les sociologues.

    extrait :

    « Des manifestes, à l’image de la "Déclaration d’indépendance du cyberespace" de John Perry Barlow en 1996, me parlaient profondément. Barlow disait alors devant les leaders économiques réunis au forum de Davos que la nouvelle « maison de l’Esprit » permettait des « identités sans corps ». J’étais fière d’être une de ces enfants dont il parlait, et qui se vivait comme « native » de cette nouvelle civilisation.

    Vingt ans après, les dynamiques de l’identité en ligne s’avèrent très largement différentes de ce que les premiers adeptes de l’internet avaient imaginé. Même si les jeux en ligne et les mondes virtuels sont populaires parmi certains groupes de jeunes, il existe une différence culturelle majeure entre les sites qui permettent d’endosser un rôle et les médias sociaux, largement plus fréquentés, qui tendent à encourager une atmosphère beaucoup moins fictionnelle. Même si les pseudonymes sont fréquents dans ces environnements, le type de travail de l’identité qui se déroule dans les médias sociaux tels Facebook est très différent de celui que Turkle avait imaginé au départ. De nombreux adolescents aujourd’hui vont en ligne pour socialiser avec des amis qu’ils connaissent dans le monde physique, et ils se définissent eux-mêmes dans des contextes en ligne qui interagissent fortement avec des communautés sociales non-médiées. Ces pratiques, qui encouragent une plus grande continuité entre les mondes en ligne et hors ligne des adolescents, étaient bien moins fréquentes quand j’étais jeune. »

    et

    « La notion de digital natives a des racines politiques, principalement issues du techno-idéalisme américain. Dans sa volonté de contraindre l’élite globale à reconnaître l’importance de la société numérique émergente, John Perry Barlow, un poète reconnu, par ailleurs cyberlibertarien notoire, a forgé ce concept pour diviser le monde entre « eux » et « nous ». Barlow, connu pour avoir été le parolier du groupe The Grateful Dead, savait facilement trouver des mots provocants pour exprimer ses opinions politiques. Ce manifeste lançait un défi explicite aux « gouvernements du monde industriel ». En plaçant ceux qui « venaient du cyberespace » en opposition au monde du passé, il organisait l’affrontement des « natifs » et des « immigrants ».

    Barlow n’était certainement pas le premier à suggérer que les jeunes sont, en raison de leur date de naissance, intimement partie prenante de ce paysage numérique émergent. Mais son langage poétique a mis en relief les craintes implicites d’une fracture générationnelle qui accompagnerait les technologies. En écrivant sa déclaration, il voulait susciter des réactions… et il y est parvenu. Mais beaucoup ont pris sa métaphore au premier degré. Il était fréquent de voir des discours publics mettre en avant l’idée que les « natifs » auraient des pouvoirs et des compétences techniques particulières. L’idée sous-jacente de ces lectures de Barlow est que les adultes doivent craindre ces jeunes qui auraient hérité d’un savoir à leur naissance. »

    Fred Turner

    C’est bien entendu l’historien de l’internet Fred Turner qui offre dans son livre « Aux sources de l’utopie numérique » les hommages comme les critiques les plus soutenues de l’oeuvre et de l’approche de John Perry Barlow.

    Extraits :

    « Barlow rappelait à ses lecteurs « Je vis à barlow@eff.org. C’est là où j’habite. C’est ma maison. Si vous voulez me parler, c’est le seul endroit où vous êtes sûrs de me trouver, à moins que vous ne soyez déjà en face de moi – physiquement. Il est impossible de savoir où je suis. Depuis avril, je ne suis pas resté plus de six jours dans un même lieu. » Dyson et Barlow s’étaient transformés en paquets d’informations, au sens métaphorique, naviguant de conseils d’administration en conférence et agences de presse. Leur perception de l’espace s’était disloquée et s’ils avaient toujours le sentiment d’avoir un foyer, ce dernier était devenu distribué, collant parfaitement à leur idée d’avoir une maison sur la toile.

    De prime abord, la représentation du monde en système d’information telle que le conçoit Kelly s’inscrit fortement dans la pensée d’une époque, celle des années quatre-vingt-dix. Une analogie entre réseaux d’entreprises et écosystèmes naturels sous-tend cette représentation. Une analogie qui imprègne la vision, commune à Barlow et Dyson, d’un monde libéré de sa bureaucratie et guéri de sa schizophrénie grâce à l’internet. Mais à y regarder de plus près, elle pose également une énigme historique. L’idée selon laquelle le monde matériel peut être comparé à un système d’information et modélisé par ordinateur ne date pas de l’internet, mais apparaît bien plus tôt, durant la Seconde Guerre mondiale, dans et autour des laboratoires de recherche financés par l’État, notamment le Radiation Laboratory du MIT. Ces laboratoires ont orienté le développement de l’informatique aux États-Unis.
    [...]
    En 1990, la technologie et les méthodes de management caractérisant le WELL, en sus des réseaux qui s’étaient regroupés autour du système et des organisations proches du Whole Earth, servirent de références pour redefinir le cyberespace lui-même. Cette année-là, John Perry Barlow, expert en informatique, fut unanimement désigné comme la première personne à avoir accolé le mot cyberespace à ce qui n’était encore que le croisement entre les télécommunications et les réseaux informatiques. Puisant largement dans son expérience du WELL, il décrivait ce nouveau cyberespace structuré autour de réseaux informatiques comme une « frontière électronique ». Ce faisant, il bousculait la représentation autrefois dystopienne d’une informatique interconnectée en un espace imaginé pour que les individus puissent se recréer et construire leurs communautés dans les termes provenant des idéaux néo-communalistes. À l’instar des territoires ruraux des années soixante, le cyberespace de Barlow demeurerait au-delà de tout contrôle gouvernemental. Et tout comme un happening ou un Acid Test, il fournirait le décor et les outils au travers desquels les individus entretiendraient des liens intimes et désincarnés entre eux. En invoquant l’image de la frontière électronique, Barlow métamorphosait les normes locales du WELL, notamment son éthique communautarienne dérivée du Whole Earth, son allégeance à une forme de gouvernance non hiérarchique et sa rhétorique cybernétique, en une métaphore universelle de l’informatique en réseau. Dès le milieu des années quatre-vingt-dix, l’image du cyberespace telle que dessinée par Barlow était sans nul doute devenue l’emblème le plus populaire non seulement des formes émergentes de communication via réseaux informatiques, mais également des formes horizontales d’organisation sociale ou encore des modèles dérégulés de transactions économiques.
    [...]

    Durant l’été 90, Barlow se rendit dans les bureaux du VPL Research de Jaron Lanier et endossa une paire de visiophones et de gants de données VPL. Il publia dans Mondo la description suivante de son expérience : « Soudain, je n’ai plus de corps. Tout ce qui reste du fatras vieillissant qui constitue la plupart du temps mon enveloppe corporelle, c’est une main auréolée d’or qui flotte devant moi telle la dague de Macbeth. Je pointe un doigt vers l’étagère de livres accrochée au mur du bureau et la parcours lentement de haut en bas sur toute sa hauteur... Dans cet environnement palpitant d’inconnu, j’ai été réduit à un seul point de vue. Le sujet “moi” bée intégralement dans un abîme de questions brûlantes. Un véritable Dysneyland pour épistémologues. » Barlow aurait très bien pu décrire là un trip sous acide. Malgré toutes les technologies numériques impliquées, l’expérience dont Barlow fait le récit appartient autant aux années soixante qu’aux années quatre-vingt-dix. Et au cas où le lecteur n’aurait pas percuté, Barlow cite Lanier : « Je pense que c’est le truc le plus incroyable depuis notre virée sur la lune » .

    Barlow qui s’était converti plutôt tardivement à la puissance des technologies numériques, était cependant un vieux briscard du mysticisme et du LSD. Fils de propriétaires de ranch dans le Wyoming, il avait été élevé dans un esprit Mormon, attaché au Parti Républicain. Il n’avait pas été autorisé à regarder la télévision avant l’âge de 11 ans et lorsqu’il le put, il regarda essentiellement des programmes de télévangélistes. À 14 ans, il fut envoyé dans une école catholique et, ironie du sort, c’est à ce moment-là qu’il commença à perdre la foi. À la n des années soixante, alors qu’il fréquentait l’Université de Wesleyan dans le Connecticut, il prit régulièrement part aux activités du groupe de Timothy Leary situé à Millbrook, dans l’État de New York. Sa foi refit surface à l’issue de son premier voyage sous acide. « Le sentiment qu’il y avait quelque chose de sacré dans l’univers m’animait de nouveau », raconta-t-il plus tard. Mais cette présence sacrée ne pouvait être contenue dans un dogme en particulier. Barlow se tourna plutôt vers les inclinations mystiques de Pierre Teilhard de Chardin, prêtre catholique dont il avait découvert les œuvres lorsqu’il était à l’université, et de Gregory Bateson, dont il avait lu Steps to an Ecology of Mind au début des années soixante-dix.
    [...]

    Au début du mois de juin, peu de temps après avoir lu le récit de Barlow sur le WELL, dans un geste qui est depuis entré dans la légende de la cyberculture, Kapor qui se trouvait à proximité de Pinedale, Wyoming, à bord de son jet privé, appela Barlow depuis son avion et lui demanda s’il pouvait faire halte chez lui. Ils s’étaient rencontrés auparavant tant socialement que professionnellement (Barlow avait interviewé Kapor pour le compte d’un magazine informatique) mais ne se connaissaient pas vraiment pour autant. Cet après-midi-là, assis dans la cuisine de Barlow, ils échangèrent sur les différentes opérations répressives menées alors par le gouvernement. Ils décidèrent ensemble de créer une organisation nommée la Computer Liberty Foundation. [...]
    La première et la plus influente des métaphores auxquelles se référait Barlow fut celle de la « frontière électronique ». Kapor et Barlow, tous deux maîtres incontestés de la mise en réseau, obtinrent rapidement une couverture médiatique pour leur nouvelle organisation ainsi que des propositions de financement en provenance de Steve Wozniak, cofon- dateur d’Apple, et de John Gilmore de Sun Microsystems. Ils initièrent une conférence sur le WELL et recrutèrent Stewart Brand pour étoffer le conseil d’administration de la fondation
    [...]

    Tous ceux qui étaient présents au dîner s’accordèrent sur l’idée que l’informatique en réseau était selon les propres termes de Barlow « d’authentiques confins ». « J’ai proposé Electronic Frontier Foundation durant le repas », se souvint Barlow, « et tout le monde semblait trouver ça bien. »

    En dépit de leur orientation libertarienne, les plumes d’Esther Dyson, de John Perry Barlow et de Kevin Kelly exhalaient un parfum de nostalgie d’un monde égalitaire. Pour ces auteurs, et pour ceux que leurs écrits auront guidé, l’internet public des premiers temps semblait préfigurer et aider à faire naître un monde dans lequel chaque individu pourrait agir dans son propre intérêt et dans le même temps produire une sphère sociale unifiée, un monde dans lequel nous serions « tous un ». Cette sphère ne serait pas gouvernée par les décisions de politiques agonistiques, mais s’en détournerait pour suivre le chemin de la prise de pouvoir individuelle assistée par les technologies et l’établissement d’agoras en pair à pair. Pour les prophètes de l’internet, comme pour celles et ceux qui s’en retournèrent à la terre quelque trente ans plus tôt, c’était le gouvernement, imaginé en colosse bureaucratique écrasant, qui menaçait de détruire l’individu ; l’information, la technologie et le marché représentaient alors le salut. »

    La boucle est bouclée. Du Barlow prestidigitateur du discours de l’internet à la situation de concentration et de dépendance actuelle de l’internet à une poignée de géants, il était temps de faire revivre des utopies positives pour que l’internet redevienne ce compagnon de la liberté et de l’action collective. Ce qu’Olivier Ertzscheid a tenté de faire dans son hommage/pastiche de la « Déclaration d’indépendance du cyberespace - V2.0 »

    Bonnes lectures à vous.

    Hervé Le Crosnier

    #John_Perry_Barlow #Fred_Turner #danah_boyd #Olivier_Ertzscheid #C&F_éditions

  • Erik Prince, un « chien de guerre » dans les arcanes de la Maison Blanche

    http://www.lemonde.fr/international/article/2018/02/09/erik-prince-un-chien-de-guerre-dans-les-arcanes-de-la-maison-blanche_5254319

    Cet ancien militaire et fondateur de la société privée de sécurité Blackwater, jugée responsable d’exactions en Irak, a désormais ses entrées à Washington et envisage de se lancer en politique.

    Certains épisodes d’une vie ont l’apparence d’une incroyable répétition. Le 30 novembre 2017, la fine fleur du renseignement américain a les yeux rivés sur le Congrès, à Washington. Erik Prince, costume sombre et cravate rouge, cheveux ras, est convoqué par une commission d’enquête de la Chambre des représentants. Le fondateur de société militaire privée Blackwater et frère de la ministre de l’éducation Betsy DeVos est soupçonné d’avoir rencontré un financier russe aux Seychelles, neuf jours avant l’investiture du président Donald Trump, dans le but de créer un canal de communication discret entre le nouveau président des Etats-Unis et Vladimir Poutine. Cette rencontre, révélée en avril 2017 par le Washington Post, a encore un peu plus épaissi la ténébreuse affaire dite du Russiagate, l’enquête sur les interférences russes durant la présidentielle américaine.

    Devant une vingtaine d’élus, Erik Prince apparaît droit dans ses bottes, raide dans ses commentaires, sûr de lui. Lui, le baroudeur, l’ex-commando du corps d’élite des Navy Seals, l’ancien patron de l’armée privée la plus puissante au monde, le généreux donateur du Parti républicain et conseiller officieux du président. Il arbore un léger sourire en coin, presque hautain, impatient. Devant les élus, il ne dira pas grand-chose. Erik Prince accusera l’administration Obama de l’avoir surveillé illégalement, sans donner ses sources, ni convaincre les congressistes.

    Le rendez-vous aux Seychelles n’aurait, lui, duré qu’une demi-heure, peut-être même moins. Le temps d’une bière au bar d’un hôtel de luxe, « quatre étoiles ou plus », mais dont le nom lui échappe. Une discussion banale en somme, entre deux hommes d’affaires : « Je me souviens lui avoir dit que si Franklin Roosevelt a pu travailler avec Joseph Staline pour battre les nazis, alors Trump pourrait certainement travailler avec Poutine pour vaincre le fascisme islamique. Il semblait d’accord. » Rien d’autre. Pas de deal, aucun autre rendez-vous. Il ne se souvient même pas avoir échangé une carte de visite.

    « Rencontre d’affaires informelle »

    Le fait que son interlocuteur, Kirill Dmitriev, soit le patron du Fonds russe d’investissements directs, un consortium sous le coup de sanctions américaines depuis 2015, n’a pas l’air de l’émouvoir. Tout comme le fait que ce même Dmitriev, issu des premiers cercles de Poutine, croisera à Davos, une semaine après leur rencontre, Anthony Scaramucci, alors conseiller du président Trump avant de devenir brièvement son porte-parole.

    Le feu roulant de questions n’a pas d’effet. Erik Prince reste flou sur l’initiateur de la rencontre, « un des frères », se souvient-il vaguement, du prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed Ben Zayed. Un prince héritier présent lui aussi sur l’île des Seychelles le jour de la rencontre et avec lequel Prince dit s’être entretenu un peu plus tôt dans la soirée pour « parler affaires de manière informelle » et « partager quelques points de vue » sur le théâtre du monde, « ou ce genre de choses comme le terrorisme en Somalie, en Libye, au Nigeria ».

    Erik Prince restera tout aussi évasif sur une éventuelle intermédiation d’un de ses proches, Steve Bannon. L’éminence grise et directeur de campagne de Donald Trump avait rencontré discrètement l’homme fort d’Abou Dhabi en décembre 2016, à New York, dans la Trump Tower, en compagnie du gendre du président, Jared Kushner, et de Michael Flynn, alors futur conseiller à la sécurité nationale, aujourd’hui poursuivi dans l’enquête du Russiagate.

    Zones d’ombre

    Etrange prestation. L’audition aura duré plus de trois heures sans qu’Erik Prince ne dévoile quoi que ce soit. Trois heures pour protéger ses réseaux et défendre ses proches. Tout comme il l’avait fait il y a dix ans, ici même, au Capitole, devant une autre commission de la Chambre, le 2 octobre 2007. Ce jour-là, pour la première fois, le nom de M. Prince renvoyait à un visage. Et il affichait déjà un aplomb déconcertant. Jeremy Scahill, auteur à l’époque d’une somme sur le personnage (Blackwater : l’émergence de l’armée de mercenaires la plus puissante au monde, Actes Sud, 2008), dira même qu’il était « provocant ». Lui était là pour répondre sur les agissements de sa société Blackwater devenue le symbole d’une entreprise de cow-boys hors de contrôle et profiteurs de la guerre en Irak. Deux semaines plus tôt, le 16 septembre, une de ses équipes avait tué 17 civils irakiens place Nisour, en plein centre de Bagdad.

    Dix ans séparent les deux auditions. Dix années truffées de zones d’ombre. Comme si la vie d’Erik Prince n’était qu’une longue nage en eaux troubles, jalonnée de hauts et de bas, mais jamais terminée. Assis au bar du Mayflower, hôtel iconique de Washington, surchauffé en cette froide journée de janvier, l’homme sourit en attendant son rendez-vous avec Le Monde. Pendant tout l’entretien, il ne prononcera pas un mot de plus sur son escapade dans l’océan Indien. « Tenez-vous en au transcript de l’audition », conseille-t-il. Et puis ceci :

    « On me prête beaucoup, surtout les médias de gauche qui sont le plus grand fléau de notre démocratie. Ils cherchent à faire leurs choux gras sur mon nom depuis tant d’années. Oui, je représente tout ce que les démocrates aiment détester. »
    Pour comprendre ce qui anime Erik Prince, il faut explorer son histoire personnelle, démêler aussi les liens qu’il a tissés au fil de son ascension avec la frange la plus religieuse et conservatrice du Parti républicain, aujourd’hui au pouvoir. Né en 1969 à Holland, dans un quartier calme et tranquille, le jeune Prince appartient à une très riche et puissante famille de l’Etat du Michigan. Son père, Edgar, qui s’engagea deux ans dans l’US Air Force, fait fortune en créant une entreprise de pièces détachées pour automobiles, la Prince Manufacturing. Il sera l’inventeur du pare-soleil au miroir éclairé par un spot lumineux, un accessoire qui allait équiper pratiquement chaque voiture dans le monde et envoyer la famille Prince dans la sphère des milliardaires.

    Figure paternelle forte

    Les journées de seize à dix-huit heures ont raison de la santé du père, frappé au début des années 1970 par une crise cardiaque, à laquelle il survit. Déjà très croyant, Edgar Prince se rapproche encore un peu plus de Dieu. « C’est à ce moment-là, allongé dans son lit d’hôpital à méditer sur tout ce que son labeur lui avait apporté qu’il a renouvelé sa foi en Jésus-Christ », dira l’ami de la famille, Gary Bauer, un des leaders de la droite religieuse et fondateur du lobby chrétien de droite, le Family Research Council.

    Fidèle soutien du Parti républicain, adepte d’une économie de libre marché et désormais grand propagandiste des valeurs chrétiennes, l’industriel marie sa fille Betsy, sœur aînée d’Erik, à Dick DeVos. Le père du jeune homme, Richard DeVos, est le fondateur d’Amway, le géant de la vente directe en réseaux. Une entreprise qui deviendra dans les années 1990 une des sociétés les plus actives dans le processus électoral américain, en utilisant son infrastructure comme un réseau d’organisation politique. Unis, les clans DeVos et Prince deviennent également les principaux financiers du Forum familial du Michigan (MFF), la branche locale de Focus on the Family de James Dobson, une puissante organisation de la droite religieuse et des extrémistes chrétiens.

    Erik Prince est très proche de son père. Dès son enfance, il règle son pas sur le sien. « Je passais des heures à parler avec lui », se souvient-il. Jeune sportif, il joue au foot et au basket dans les écoles chrétiennes de Holland, soutenues financièrement par sa famille. Dans l’entreprise paternelle, il se familiarise avec les principes de la firme reproduits dans ses brochures : « Ce sont les gens qui font la différence » ou encore « l’excellence est le résultat de l’engagement et du dur labeur de personnes dévouées ». « Je crois que j’ai toujours sa voix au-dessus de ma tête, affirme Erik Prince. Cette idée d’être toujours le bon gars dans ce qu’on fait, faire le plus avec ce que l’on a. »

    « Vision du Bien et du Mal »

    Pour ses 7 ans, il s’envole avec ses parents en Europe. Au programme, les plages de Normandie, Munich et le camp de Dachau, Berlin et son Mur : « Cela a marqué le gamin que j’étais. Cette haute muraille, les champs de mines, les pièges à chars, les barbelés et tous ces fusils m’ont renvoyé l’image d’une nation devenue une gigantesque prison. La vision du Bien et du Mal s’est ancrée en moi, même si celle-ci s’est nourrie d’un peu de cynisme avec le temps. »

    Dans la maison des Prince, Erik croise régulièrement un nouvel ami de la famille, Chuck Colson, l’ancien conseiller spécial de Richard Nixon, perçu par beaucoup comme le « génie du mal » de l’ancien président. Colson fut la première personne à être condamnée dans l’affaire du Watergate après avoir plaidé coupable d’obstruction à la justice. Une fois sorti de prison, il écrivit Born Again, un livre évoquant sa conversion, et deviendra une des voix les plus influentes des mouvements évangéliques.

    Après le lycée, il rentre à l’Académie navale du Maryland. L’atmosphère ne lui plaît pas, trop dilettante et en même temps trop politiquement correcte à ses yeux. Il démissionne pour s’inscrire au Hillsdale College du Michigan, l’établissement le plus conservateur du pays d’après un classement de la Princeton Review. « Erik Prince était brillant et parlait bien, déclarera un de ses professeurs d’économie. Ce qui est bien chez lui, c’est qu’il comprend la relation entre le marché et le système politique. »

    Engagement politique

    Avec l’âge, Erik s’engage de plus en plus en politique. Il décroche un stage de six mois à la Maison Blanche sous George Bush père. Il a 19 ans et fait son premier don, d’un montant de 15 000 dollars, au Comité national républicain du Congrès. Un soir, sur une piste de bowling, il croise l’élu républicain californien Dana Rohrabacher. Prince lui fait part de ses critiques à l’égard d’une administration qu’il trouve trop peu conservatrice. Alors assistant spécial et rédacteur des discours de Ronald Reagan, il l’invite à travailler un temps dans son bureau. Les deux hommes ne se perdront plus de vue.

    Au cours de la première audition d’Erik Prince au Congrès, Dana Rohrabacher le soutiendra à sa manière, affirmant que son ami « était sur la voie pour devenir un héros américain tout comme l’était Oliver North », l’ancien colonel de l’armée américaine impliqué dans le scandale de l’Irangate au milieu des années 1980. L’élu ultraconservateur se rendra célèbre par la suite pour ses prises de position pro-russes. Plus récemment, il essaiera d’obtenir la grâce de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, auprès du président Trump. Depuis décembre 2017, Rohrabacher fait partie de la liste de personnalités interrogées dans le cadre de l’enquête russe.

    En 1992, Erik Prince s’emballe pour le candidat Pat Buchanan qui se présente avec un programme d’extrême droite, contre l’immigration, contre l’avortement et contre les homosexuels. La même année, il intègre les commandos Seals. Il servira en Haïti, en Bosnie et au Moyen-Orient, la plupart des points chauds du premier mandat Clinton. C’est durant ces quatre années, entre 1992 et 1996, qu’il rencontrera la plupart des personnes avec lesquelles il lancera Blackwater.

    Rester lié à l’armée

    Avec la mort de son père et un cancer en phase terminale diagnostiqué chez sa première femme, Erik Prince quitte les Seals en 1996 pour revenir auprès de sa famille. Celle-ci décide de vendre la société au groupe Johnson Controls pour 1,35 milliard de dollars, cash. « Je voulais rester lié à l’armée, expliquera Erik Prince quelques années plus tard. J’ai donc construit un complexe pour offrir un site de première classe aux militaires américains et aux alliés étrangers, ainsi qu’aux organismes de maintien de l’ordre, privés et gouvernementaux, qu’ils puissent se préparer à affronter le Mal. » En clair, un centre d’entraînement, qu’il inaugure en décembre 1996, à Moyock (Caroline du Nord), dans une immense tourbière située près de la base navale de Norfolk. L’année suivante, il acquiert plus de 2 000 hectares dans les comtés de Currituck et Camden voisins.

    L’époque est porteuse. Blackwater naît au moment d’une privatisation massive et sans précédent de l’armée, un mouvement lancé entre 1989 et 1993 par Dick Cheney du temps où il était le secrétaire à la défense de Bush père. Le budget de la défense est réduit de 10 milliards de dollars. Le nombre de soldats passe de 2,2 à 1,6 million. « L’idée était de réserver les troupes régulières pour le combat, tandis que les soldats privés s’occuperaient de la logistique à l’arrière-plan », écrit Dan Briody dans son livre The Halliburton Agenda (John Wiley and Sons Ltd, 2005, non traduit) sur l’entreprise Halliburton, premier fournisseur de matériel pour l’armée, que Cheney, futur vice-président de Bush fils, dirigea entre 1995 et 2000...

    Grâce à ses relations nouées dans l’armée, et aussi à celles tissées par son père et la famille DeVos au sein du Parti républicain, Erik Prince obtient rapidement des contrats avec le département de la défense, le renseignement et la police. En octobre 2000, l’attaque-suicide lancée par Al Qaida contre le destroyer USS Cole dans le port d’Aden (Yémen) jette une lumière crue sur les besoins en matière de protection de la marine américaine. Blackwater y gagne un contrat de 35,7 millions de dollars. Le 11-Septembre provoquera, lui, une nouvelle accélération cette privatisation de la chose militaire, reprise à son compte par le nouveau secrétaire à la défense, Donald Rumsfeld.

    Proche d’une « société secrète »

    Prince est dans son élément. L’administration Bush fait appel à la droite la plus conservatrice et aux chantres du moins d’Etat. Le jeune homme d’affaires a maintenu des relations très proches avec certains acteurs du Conseil de la politique nationale (CNP), une organisation quasi secrète considérée comme l’un des piliers de la nouvelle droite, décrite par le New York Times comme « un club peu connu de quelques centaines des plus puissants conservateurs du pays qui se retrouvent derrières les portes fermées dans des lieux non divulgués pour une conférence confidentielle ».

    Le père Prince y avait exercé la fonction de vice-président. George W. Bush s’adressa au groupe en 1999, à la recherche de soutiens pour sa candidature. Dick Cheney, Donald Rumsfeld, John Bolton, ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU, et John Ashcroft, procureur général, participent à ses réunions, tout comme un certain Dan Senor, qui deviendra le premier assistant de Paul Bremer, le « pro-consul » américain en Irak de 2003 à 2005.

    Erik Prince est également un proche d’Alvin « Buzzy » Krongard, le directeur exécutif de la CIA. A l’époque, l’agence a besoin de protection en Afghanistan. Elle manque de personnel, tout comme l’armée, qui manque d’agents de sécurité statiques. Krongard signera plusieurs contrats avec Blackwater pour la protection de sites secrets ou stratégiques de la CIA aux quatre coins du globe, en pleine « guerre contre la terreur ».

    « Mr. Fix-it »

    Dès 2001, Blackwater devient un des principaux supplétifs de l’armée en Afghanistan, puis en Irak deux ans plus tard. Erik Prince passera également de multiples contrats avec le département d’Etat pour assurer la sécurité de ses agents et diplomates. Dans l’administration, on le surnomme « Mr Fix-it » (M. Le Réparateur). Il trouve les failles, pointe les erreurs des déploiements militaires, formule des propositions clés en main.

    « Le Pentagone a construit une puissance militaire considérable ces soixante-dix dernières années pour vaincre l’URSS, explique-t-il. Mais utiliser ces tactiques, ces équipements, ce potentiel pour combattre des gars en pick-up chaussés en tongs, cela ne marche pas. Comment expliquer que, pour un soldat américain déployé en première ligne, il faut douze hommes derrière ? Qu’un ravitaillement opéré par des hélicoptères sur des navires nécessite 35 hommes de la Navy alors que nous le faisons avec huit ? Blackwater était là pour fournir des approches viables et à moindres coûts. Notre business avait l’avantage d’être un mélange de mentalité de commando et des meilleures pratiques commerciales existantes. »

    Jusqu’au point de rupture. En 2007, 177 « sociétés militaires privées » (SMP) exercent en Irak. Près de 48 000 contractuels y sont répertoriés, soit quasiment un privé pour un soldat. Blackwater fait alors partie des trois plus importants fournisseurs avec 1 200 hommes en permanence sur place, 155 véhicules et 26 aéronefs. Cette année-là, la société d’Erik Prince atteint le chiffre record d’un milliard de dollars de contrats signés avec le gouvernement, cinq fois plus qu’en 2000.

    La bavure de la place Nisour

    Le carnage du 16 septembre 2007 à Bagdad marquera le début de la fin. Blackwater est mis en cause dans une dizaine d’incidents meurtriers depuis son arrivée en Irak. Mais cette fusillade est le scandale de trop. L’audition au Congrès d’Erik Prince n’y changera rien. Tout comme sa tentative de rebaptiser la firme Xe en 2009. Outre l’impunité, le grand public a pris en aversion Blackwater pour s’être enrichi sur le dos du contribuable et avoir profité des guerres en Irak et en Afghanistan. « Une armée à ce point fidèle aux causes de l’extrême droite qu’elle en est devenue une garde du Parti républicain », écrit la journaliste et essayiste Naomi Klein. Pour l’ancien ambassadeur américain en Irak Joseph Wilson, « l’histoire de cette entreprise de mercenaires démontre clairement les graves dangers qu’entraîne la sous-traitance de l’usage de la force qui est un monopole de l’Etat. »

    En 2010, Erik Prince vend la société et ses filiales pour au moins 200 millions de dollars, selon différentes sources. Deux ans plus tard, il trouve un arrangement avec le gouvernement fédéral à hauteur de 50 millions de dollars pour une longue liste de violations commises entre 2005 et 2008 au regard du droit américain. S’ensuit une longue procédure durant laquelle quatre membres de son équipe responsable de la fusillade à Bagdad seront lourdement condamnés par un tribunal de Washington. Leurs peines sont en cours de révision.

    Lui n’en démord pas. « Il n’y avait aucune raison de s’en prendre ainsi à Blackwater », soutient-il, avant d’accuser les politiques. « Il fallait cibler Erik Prince. Dès que l’administration Obama a été mise en place, j’ai subi d’énormes pressions fiscales, des audits. La justice ici n’est pas aveugle, elle est politique, qu’elle aille au diable ! »

    Diversification

    Erik Prince prend le large. Il s’installera trois ans à Abou Dhabi. Le temps d’élargir ses réseaux et trouver de nouveaux ancrages. En 2011, le New York Times révèle qu’il a signé un contrat de 529 millions de dollars pour mettre sur pied une armée secrète de 800 mercenaires pour le compte des Emirats arabes unis. D’après le quotidien, ce bataillon est chargé de mener des opérations spéciales à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, de défendre les oléoducs et les gratte-ciel contre d’éventuels actes terroristes et de réprimer les révoltes intérieures. Les officiels émiratis confirmeront dans un communiqué l’existence d’un contrat, signé avec Prince, de « formation, d’entraînement et de soutien opérationnel » à leur armée.

    Lui investit, s’essaie à la finance, crée des holdings, plusieurs sociétés écrans aussi. D’Asie en Afrique, en passant par l’Europe de l’Est et le Moyen-Orient, il se diversifie et brouille les pistes. En 2013, il crée Frontier Services Group (FSG), une société installée à Hongkong et spécialisée dans la logistique, les services de sécurité et d’aviation. Les premiers responsables sont, comme Prince, d’anciens soldats américains. Quelque 15 % du capital sont détenus par Citic, un important fonds d’investissement public chinois, très présent en Afrique. Dans la foulée, Prince achète des compagnies d’aviation au Kenya, des sociétés de transports au Congo.

    « Nous voulons être la première entreprise de logistique à couvrir l’ensemble du continent africain, même où cela semble dangereux », dit-il.
    En Autriche, il acquiert 25 % de la société d’aviation privée Airborne Technologies, spécialisée dans la transformation d’avions d’épandage agricole en vue d’une utilisation militaire ou de surveillance. Il acquiert encore 25 % encore des parts d’une entreprise chinoise ISDC, basée à Pékin, et présentée comme l’une des principales écoles de formation dans le domaine de la sécurité dans le monde.

    De nouveau, Prince est sur le devant de la scène. Le magazine Vanity Fair écrit qu’il travaille pour la CIA, Buzzfeed qu’il convoite les métaux rares en Afghanistan. Le quotidien espagnol ABC évoque un projet, financé par les Emirats arabes unis, d’invasion du Qatar, par l’armée privée de Prince. The Intercept, qui le suit à la trace, affirme que plusieurs enquêtes judiciaires américaines auraient été lancées contre lui pour avoir essayé de vendre des prestations militaires à des gouvernements étrangers. « Tout cela n’est que foutaises ! », écarte-t-il d’un revers de main. Il ne dira rien de plus.

    Le retour d’Erik Prince aux Etats-Unis correspond peu ou prou à la victoire de Donald Trump. Et visiblement, il fourmille d’idées. Au quotidien italien Corriere della Sera, il parle d’un projet destiné à résoudre la crise migratoire en Europe en créant une force de police de 650 hommes, formés par ses soins et postés à la frontière sud de la Libye. Dans un texte publié dans le Wall Street Journal, il expose un plan pour l’Afghanistan. « C’est la plus longue guerre de notre histoire, celle qui a coûté la vie à plus de 2 000 soldats américains et englouti près de 45 milliards de dollars de notre budget annuel pour un résultat désastreux », souligne-t-il. La solution passerait, selon lui, par le déploiement de moins 5 000 soldats contractuels, moins de 100 avions, pour un coût total d’à peine 10 milliards de dollars. Le pouvoir serait, lui, entre les mains un « vice-roi » américain nommé par l’administration Trump, à l’image des anciennes colonies britanniques.

    Candidat potentiel

    Le plan a été soumis à la Maison Blanche par l’entremise de Jared Kushner et Steve Bannon, qui y est très favorable. Les spécialistes l’ont vivement critiqué, le Pentagone l’a catégoriquement rejeté. « Les généraux sont très conventionnels », ironise l’homme d’affaires. De son côté, Donald Trump aurait dit à deux de ses conseillers d’examiner attentivement le projet. D’une source proche de la Maison Blanche, le secrétaire à la défense, le général issu des Marines James Mattis, aurait même apprécié l’état des lieux formulé par Prince, tout en écartant la solution proposée. « Ça viendra, glisse-t-il. La guerre a duré dix-sept ans, il faudra bien un jour ou l’autre explorer d’autres approches pour y mettre fin. »

    D’ici-là, Erik Prince dit ne pas écarter l’idée de se présenter à la primaire républicaine du Wyoming contre le sénateur sortant, le très populaire John Barrasso. Une candidature ardemment encouragée par l’ex-conseiller ultranationaliste Steven Bannon, inlassable pourfendeur de l’establishment républicain. « Le Wyoming est un des Etats les plus conservateurs du pays », explique l’ancien PDG de Blackwater, avant d’ajouter en forme d’autoportrait : « Il est composé d’hommes robustes. Les hivers y sont rudes. C’est un Etat qui a besoin d’un battant. » Les hostilités reprennent.

  • (3) Que reste-t-il des utopies du Net ? - Libération
    http://www.liberation.fr/futurs/2016/02/09/que-reste-t-il-des-utopies-du-net_1431942

    Bel hommage par Amaelle Guiton

    Le 8 février 1996, John Perry Barlow est à Davos, en Suisse, à l’invitation du Forum économique mondial. Drôle d’oiseau que l’Américain, à la fois poète, essayiste, ranchero et parolier du Grateful Dead. Libertarien revendiqué, il penche, dans les faits, du côté des Républicains – en 1978, il a dirigé la campagne pour le Congrès de Dick Cheney dans le Wyoming –, dont il ne se distanciera qu’au début des années 2000, échaudé par George W. Bush. Surtout, il est une figure d’une des premières communautés en ligne, fondée en 1985 : The Well, qui sera la matrice du magazine Wired. Avec deux autres membres de The Well, l’informaticien John Gilmore et l’entrepreneur Mitch Kapor, il a créé, en 1990, l’Electronic Frontier Foundation, une association de défense des libertés civiles sur Internet.

    Mais sa « Déclaration d’indépendance du cyberespace », envoyée par e-mail à quelque 400 contacts, va se répandre dans la nuit telle une traînée de poudre. « Gouvernements du monde industriel, vous, géants fatigués de chair et d’acier, je viens du cyberespace, la nouvelle demeure de l’esprit, écrit l’Américain, lyrique à souhait. Au nom du futur, je vous demande à vous, du passé, de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez pas de souveraineté là où nous nous rassemblons. » En 2013, le microlabel Department of Records en enregistrera la lecture par son auteur :

    https://player.vimeo.com/video/111576518?title=0&byline=0&portrait=0

    De fait, la « Déclaration d’indépendance du cyberespace » va devenir un bréviaire des cyberutopies libertaires. A la relire aujourd’hui, alors qu’elle vient de fêter son vingtième anniversaire, elle semble terriblement datée. « On a l’impression d’avoir changé de monde, et d’Internet », résume Benoît Thieulin, le président sortant du Conseil national du numérique (CNNum). Sont passés par là, à mesure que croissait le nombre d’utilisateurs du réseau, les luttes des industries culturelles contre le piratage, les débats sur les limites à la liberté d’expression, entre régulation et censure, et l’extension de la surveillance de masse. Barlow lui-même n’a pas oublié les déclarations de Nicolas Sarkozy sur « l’Internet civilisé » au G8 de 2011, comme il le raconte à Wired.

    Passée par là, aussi, la domination des géants de la Silicon Valley avec son corollaire, l’hyperconcentration des données personnelles. Dans sa « Déclaration », Barlow ne s’attaquait qu’aux gouvernements, sans voir (ou sans vouloir voir) que d’autres forces étaient déjà à l’œuvre – trois ans plus tard, le juriste américain Larry Lessig, créateur des licences Creative Commons, le rappellerait utilement dans le lumineux Code et autres lois du cyberespace. Et loin de s’autonomiser, le « cyberespace » est tout au contraire devenu une dimension, à l’échelle planétaire, du monde sensible, où se renouent et se rejouent les rapports de forces et les conflits, y compris les plus violents.

    Surtout, la vision d’Internet comme espace d’autonomie individuelle et collective, d’émancipation et de réinvention sociale, portée entre autres par Barlow, n’a pas disparu. « La puissance d’Internet a toujours été de s’appuyer sur un imaginaire fort, souligne Benoît Thieulin. Cet imaginaire de transformation sociale est toujours là ». Pour lui, il y a surtout, aujourd’hui, une « invitation à repenser les promesses initiales des pères fondateurs » du réseau, à l’heure d’un Internet massifié où « les combats se sont déplacés ». L’avenir du « cyberespace » ne se joue certes plus dans une logique de sécession radicale qui, même à l’époque, semblait illusoire à bien des égards, mais dans le débat démocratique et dans la construction d’alternatives. De ce point de vue, les discussions autour de la neutralité du Net, de la reconnaissance des « biens communs numériques », de l’usage de la cryptographie ou de la protection des données personnelles portent toujours la marque des utopies premières. Même corrigées des variations saisonnières.

    #John_Perry_Barlow #Cyberespace #Histoire_numérique

  • Environnement : comment Trump tente de museler les scientifiques américains

    http://www.lemonde.fr/international/article/2017/12/23/les-scientifiques-americains-cible-d-une-chasse-aux-sorcieres_5233983_3210.h

    L’Agence de protection de l’environnement (EPA) subit de plein fouet l’offensive de la Maison Blanche pour saper la préservation de la nature et du climat au profit de l’industrie.

    Le candidat Donald Trump s’y était engagé dès février 2016 : « Le département de la protection environnementale : nous allons nous en débarrasser dans presque toutes ses formes », même si on conservera « quelques friandises ». Promesse tenue : sous la houlette de Scott Pruitt, climatosceptique notoire de l’Oklahoma, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) se saborde consciencieusement et démantèle les régulations environnementales adoptées sous Barack Obama.

    Pour cela, il faut agir sur les hommes. Scott Pruitt mène donc une véritable guérilla contre des fonctionnaires et des scientifiques qui lui sont hostiles. Dans une atmosphère paranoïaque, il a fait déminer pour 3 000 dollars (2 500 euros) son bureau pour vérifier qu’il n’y avait pas de micro caché et s’est fait financer pour 25 000 dollars une cabine de télécommunications sécurisée pour pouvoir s’entretenir confidentiellement avec la Maison Blanche. Victime de menaces et sous protection policière rapprochée, Scott Pruitt agit sur quatre axes : découragement des salariés, voire intimidation, même s’il n’y est officiellement pour rien ; recomposition des comités scientifiques en y nommant des défenseurs des industries polluantes ; réduction au silence des scientifiques ; sabrage du budget et des effectifs.

    Les salariés intimidés par une officine ultraconservatrice

    La syndicaliste Nicole Cantello, par exemple, raconte sa mésaventure. Ce 15 février, cette avocate salariée de l’EPA depuis vingt-six ans est devant son ordinateur. Soudain, elle voit apparaître une demande de recherche de ses courriels : tous ceux qui mentionnent le nom de Pruitt. Cette requête ne tombe pas par hasard. Dix jours plus tôt, le 6 février, elle a organisé une manifestation à Chicago contre la nomination par Donald Trump de M. Pruitt. Bien sûr, rien n’émane de l’EPA ou de M. Pruitt. La demande d’information a été formulée par le juriste Allan Blutstein, qui dirige America Rising, une officine ultraconservatrice qui aide les républicains à constituer des dossiers. « J’étais stressée. J’ai pensé qu’ils voulaient me discréditer », s’est alors inquiétée Mme Cantello.

    Tous ceux qui se sont opposés publiquement à M. Pruitt sont dans le collimateur d’America Rising. Michael Cox (Etat de Washington) figurait sur la liste noire pour avoir envoyé lors de son départ à la retraite une lettre ouverte cinglante à M. Pruitt, tout comme Gary Morton, qui avait manifesté contre les coupes budgétaires à Philadelphie. « C’est une chasse aux sorcières contre les employés de l’EPA qui ne font que tenter de protéger la santé humaine et l’environnement. Ils essaient de nous intimider et de nous réduire au silence », a accusé Gary Morton dans le New York Times.

    Dans sa vingtaine de requêtes, Allan Blutstein revendique avoir « été à la pêche » en visant ceux qui disaient du mal de M. Pruitt, des syndicalistes mais pas toujours, pour vérifier s’ils violaient les règles de l’EPA. Le problème, c’est qu’il a le droit en sa faveur, comme l’explique Nicole Cantello. « Nous avons la loi sur la liberté d’information, et chacun peut demander mes mails. C’est légitime si c’est pour savoir si je fais bien mon travail », nous confie-t-elle, en sa qualité de syndicaliste, en communiquant par adresse mail et téléphone privés.

    C’est ce même droit qu’utilisent les médias pour avoir accès à l’agenda détaillé de M. Pruitt. L’affaire a cependant tourné au scandale quand on a découvert que l’EPA avait signé un contrat – depuis annulé — de « surveillance médiatique » de 120 000 dollars avec une société associée à America Rising.

    Des comités scientifiques probusiness

    Scott Pruitt excelle dans l’art d’utiliser les armes de ses adversaires. On accuse les entreprises dont il écoute les avis d’être en conflit d’intérêts. Il use de ce même argument pour chasser des comités scientifiques chargés de conseiller l’EPA, ceux qui bénéficiaient de subventions de la part de cette dernière. « Nous devons nous concentrer sur la science, pas sur la science politique », a déclaré M. Pruitt en octobre. La manœuvre permet d’exclure les scientifiques financés sur fonds publics. Donna Kenski en a été la victime. Cette démocrate travaille pour une agence de Chicago qui analyse la qualité de l’air des grands lacs et reçoit indirectement de l’EPA, par l’intermédiaire de l’Etat de l’Illinois, 900 000 dollars. Son mandat de trois ans au sein de cet organisme a été révoqué prématurément. Elle avait été nommée à l’époque contre l’avis du sénateur de l’Oklahoma, le climatosceptique James Inhofe.

    Ces départs permettent de faire de la place aux défenseurs des entreprises. Ainsi, Michael Honeycutt a été nommé président du bureau de conseil scientifique de l’EPA. Ce toxicologue texan est connu pour avoir jugé excessives les normes sur l’ozone fixées par l’agence environnementale et a cosigné une étude accusant celle-ci d’avoir exagéré les bénéfices sur la santé d’un air plus pur. Il retrouvera dans ce comité le Californien Robert Phalen, célèbre pour avoir estimé que « l’air moderne est un peu trop pur pour une santé optimale », mais aussi l’ancien directeur de recherche de l’entreprise pétrolière de l’Oklahoma Phillips 66, ou encore l’ancien responsable environnement de la compagnie d’électricité d’Atlanta Southern Co, l’un des plus gros émetteurs de CO2 des Etats-Unis.

    Les comités scientifiques s’ouvrent à des gens « qui croient que le travail de l’EPA est de stimuler l’économie américaine, car elle est plus importante que la santé de gens et l’environnement », déplore un scientifique réduit au silence.

    Pour nommer les cadres dirigeants de l’EPA, une confirmation du Sénat est souvent nécessaire : William Wehrum a ainsi été investi de justesse pour (dé)réguler la protection de l’air, alors qu’il a longtemps défendu les entreprises pétrolières. Mais Michael Dourson, qui a par le passé été payé pour critiquer des études scientifiques défavorables à ses clients de la chimie et du pétrole, a dû renoncer à prendre en charge la direction des risques chimiques et de pollution.

    Les scientifiques réduits au silence

    C’était en septembre. Un colloque devait se tenir à Rhode Island sur les conséquences du réchauffement climatique qui affecte la baie de Narragansett, le plus grand estuaire de la Nouvelle-Angleterre, situé entre Boston et New York. Trois scientifiques de l’EPA devaient y prendre la parole mais, à la dernière minute, la direction le leur a interdit, au prétexte qu’il ne s’agissait pas d’un événement EPA. Une trentaine de manifestants ont protesté, avec des pancartes : « La science, pas le silence ».

    Les consultations de l’agence perdent désormais en crédibilité et servent de plate-forme politique. Pour annuler la loi sur l’air de Barack Obama, qui aurait pu servir de feuille de route pour respecter l’accord de Paris, l’EPA a tenu une séance publique en Virginie-Occidentale, dans un bassin minier. M. Pruitt vient de rajouter trois réunions, dont une à Gillette, capitale charbonnière du Wyoming.

    Le budget sabré, les salariés désertent

    Au printemps, M. Trump a indiqué qu’il voulait diminuer de 30 % le budget de l’EPA, qui atteignait 8 milliards de dollars en 2017, et réduire ses effectifs de 3 200 personnes sur un total de 15 000. La Chambre a proposé une réduction de 8 % et le Sénat de 2 %, soit environ 150 millions de dollars. Mais les budgets consacrés à l’eau, à l’environnement, au climat sont ciblés et baissent de 10 % environ. Faute d’accord, le budget 2017 est provisoirement reconduit à un niveau ayant baissé de plus de 20 % depuis le début de la décennie.

    La voie budgétaire ne sera peut-être même pas nécessaire, car le travail de sape de Scott Pruitt porte ses fruits, comme l’a révélé, le 22 décembre, le New York Times. Depuis que Donald Trump est au pouvoir, 700 personnes ont quitté l’agence – retraite, démission, transaction –, dont plus de 200 scientifiques : une centaine de spécialistes de la protection de l’environnement et 9 directeurs de départements. Sur les 129 embauches de l’année, seules 22 sont des scientifiques ou des étudiants scientifiques.

    De surcroît, M. Pruitt n’a que 150 inspecteurs chargés de faire respecter la réglementation, alors que la loi exige un minimum de 200. Et l’EPA ne veut plus prendre en charge les frais du ministère de la justice, qui est son bras armé pour attaquer les contrevenants. L’atmosphère est crépusculaire. Comme 20 personnes non remplacées de son bureau de San Francisco, Lynda Deschambault est partie de l’agence au bout de vingt-six années. Elle a confié son désarroi au New York Times : « Le bureau était une morgue. »

  • Puerto Rico’s streets crawl with heavily armed, masked mercenaries bearing no insignia or nametags
    https://boingboing.net/2017/10/15/katrina-rerun.html

    Though Puerto Rican law prohibits ownership and bearing of most long-guns and especially semiautomatic weapons, the streets of the stricken US colony now throng with mercenaries in tactical gear bearing such arms, their faces masked. They wear no insignia or nametags and won’t say who they work for, apart from vague statements in broken Spanish: “We work with the government. It’s a humanitarian mission, we’re helping Puerto Rico.”

    Rosa Emilia Rodríguez, head of Puerto Rico’s Federal Prosecutor’s Office, initially dismissed reports of the mercenaries, then, after reporters from the Centro de Periodismo Investigativo pressed her she said she’d “check it out.”

    After Hurricane Katrina devastated New Orleans, Erik Prince’s Blackwater mercenaries flooded the city again, turning it into an “armed camp”, after Brigadier Gen. Gary Jones, commander of the Louisiana National Guard’s Joint Task Force announced “This place is going to look like Little Somalia. We’re going to go out and take this city back. This will be a combat operation to get this city under control.”

    Erik Prince is now reportedly considering a senate run as a Trumpist candidate in Wyoming. His sister, Betsy Devos, has used millions from her husband’s pyramid-scheme fortunes to fund efforts to destroy public education, and now serves as Trump’s Secretary of Education.

    Though the mercenaries in Puerto Rico won’t identify their employers, there’s good evidence that Blackwater (now called Academi) is or will soon be operating there, as well as other notorious mercenary gangs like Ranger America and the Whitestone Group.

    Security firm Academi —known by its former name, Blackwater, which won $21 million contract with the U.S. government to provide security services during the Iraq war in 2003— said that they already have offers from the local and federal government and by the Red Cross to come to Puerto Rico.

    “We’re ready to go,” said Paul Donahue, Chief Operating Officer of Constellis, Academi’s parent company, in a phone interview with the CPI. He explained that if the government of Puerto Rico accepts the proposal made by Academi to respond to the government’s offer, they would be providing security services for water transportation. The company already operates in the Caribbean islands of Dominica and St. Martin, where they arrived after Hurricanes Irma and Maria made landfall. This company, described as an army of mercenaries by investigative journalist Jeremy Scahill, has changed its name three times since its founding in 1997 by a former Navy Seal Officer (United States Marine, Air and Land Teams.)

  • Alerte à la bulle sur les Bourses mondiales

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/08/22/alerte-a-la-bulle-sur-les-bourses-mondiales_5174948_3234.html

    Les marchés actions, particulièrement aux Etats-Unis, n’ont dépassé leur actuel niveau de valorisation qu’en 1929 et en 2000. Bientôt la correction ?

    Dans l’histoire des marchés financiers américains, les valorisations boursières n’ont dépassé leur niveau actuel qu’à deux reprises : en 1929, avant la Grande Dépression, et en 2000, quand la bulle Internet était gonflée à son maximum. Deux précédents qui ne sont assurément pas faits pour rassurer…

    « Ça devient problématique », estime Paul Jackson, directeur de la recherche à Invesco PowerShares, une société de gestion d’actifs. « Les valorisations sont vraiment très élevées », renchérit Nicolas Simar, responsable de la stratégie actions à NN Investment Partners, une société de gestion néerlandaise.

    L’inquiétude des investisseurs vient en particulier d’un ratio, couramment utilisé sur les marchés financiers : la valorisation boursière divisée par les bénéfices des entreprises, corrigé du cycle économique (appelé « ratio Shiller », du nom de l’économiste Robert Shiller qui l’a mis au point). C’est cet indicateur qui dépasse désormais la barre des 30 points, un niveau atteint seulement à deux reprises, donc, depuis 1881.

    En Europe du Nord, le pic boursier est moins prononcé, mais le ratio dépasse également sa moyenne historique. L’indice britannique phare, le FTSE 100, a atteint un plus haut historique en juin, de même que la Bourse de Francfort. Plus étonnant encore, les traders semblent dormir au volant : la volatilité est, elle, proche de son plus bas historique. Un marché trop haut, qui ne connaît pas de secousses : voilà qui ressemble sérieusement à une bulle.

    « Une période imprévisible »

    Et c’est à cette lumière que la légère correction en cours depuis deux semaines peut paraître inquiétante. A la Bourse de New York, le S&P 500, premier indice américain, a reculé de presque 2 %, entraînant des baisses similaires sur le Vieux Continent.

    Le soap opera de la Maison Blanche, passant de la surchauffe sur la Corée du Nord aux condamnations du bout des lèvres des manifestants néonazis, semble avoir (un peu) échaudé les marchés. Est-on en train de vivre un retournement de tendance ?

    « Les deux dernières semaines l’ont montré, on est parti pour une période imprévisible sur les marchés actions », estime Joshua Mahony, analyste à IG, une plateforme de courtage en ligne. « Il serait sain de voir une correction de 10 % ou 15 % aux Etats-Unis », poursuit M. Simar.

    « Un choc qui briserait la confiance des marchés, mettant fin à l’exubérance irrationnelle, pourrait provoquer une forte baisse [des Bourses] », estime dans une note Gabriel Sterne, de la société Oxford Economics. Parmi les déclencheurs potentiels du crash, il cite une grosse erreur économique de Donald Trump, une chute du marché chinois ou un ralentissement de la croissance mondiale… La moindre excuse pourrait percer la bulle.

    La faute aux banques centrales

    Pour l’instant pourtant, la plupart des analystes ne prédisent pas une violente baisse imminente. « Le problème est que les investisseurs n’ont pas d’alternative », explique Emad Mostaque, de Capricorn Capital, un hedge fund britannique.

    Pour lui, la bulle des Bourses mondiales vient… des banques centrales. Depuis la crise de 2008, celles-ci ont injecté d’énormes quantités de liquidité sur les marchés, et elles ont abaissé leurs taux d’intérêt à presque zéro.

    Si cette action est venue sauver une économie mondiale en perdition, elle a des conséquences perverses. Ainsi, depuis 2015, quand l’Etat allemand émet un emprunt sur cinq ans, il le fait avec un taux d’intérêt négatif (actuellement, – 0,28 %). Les investisseurs paient pour y souscrire !

    Pour un fonds de pension, ou un gérant d’actifs qui doit faire fructifier son portefeuille, le secteur obligataire est donc devenu un repoussoir. Plus question d’y mettre son argent. Les investisseurs n’ont guère d’autre choix que de se rabattre sur le marché actions, cherchant désespérément un bon rendement.

    Face à cette équation impossible, certains trouvent des solutions sophistiquées. M. Mostaque pense que les Bourses des marchés émergents sont une bonne alternative, citant notamment le Pakistan et l’Arabie saoudite. M. Simar, de NN Investment Partners, évoque pour sa part certains sous-secteurs européens (banques, télécommunications, services aux collectivités…) qu’il juge sous-évalués.

    Les regards se tournent vers Jackson Hole

    Mais dans l’ensemble, ces niches sont trop petites pour fournir des solutions de masse. L’énorme liquidité injectée par les institutions monétaires se retrouve donc sur les principales Bourses occidentales, gonflant un peu plus les valorisations.

    Dans ces conditions, l’un des éléments clés de l’évolution des Bourses sera l’attitude des banques centrales, qui cherchent actuellement à « normaliser » leur politique monétaire.

    La Réserve fédérale américaine a ainsi commencé à relever ses taux, mais elle marche sur des œufs, pour ne pas effrayer les marchés. En zone euro, où le cycle économique est moins avancé, la Banque centrale européenne n’a pas encore entamé ce mouvement à la hausse, mais le moment se rapproche. La grande réunion annuelle des banquiers centraux à Jackson Hole, dans le Wyoming, jeudi 24 août, sera observée de très près.

    Combien de temps la bulle boursière peut-elle durer ? Comme toujours, ce n’est pas parce que les investisseurs sont conscients de la surévaluation d’un marché qu’ils vont s’en retirer. S’ils pensent que leurs confrères vont continuer à y mettre de l’argent, ils feront de même.

    « Pendant la bulle Internet, les valorisations ont continué à monter pendant un ou deux ans », rappelle M. Jackson, de Invesco Powershares, qui conclut par une boutade : « La seule chose dont je sois sûr, c’est que chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus de la prochaine récession. »

  • Ralph Nader : Les démocrates sont incapables de défendre les Etats-Unis face aux républicains “le plus brutal” de l’histoire The Intercept, Jon Schwarz, 25-06-2017 Traduction Les Crises
    https://www.les-crises.fr/ralph-nader-les-democrates-sont-incapables-de-defendre-les-etats-unis-fac

    LE PARTI DÉMOCRATE est à son niveau le plus bas de mémoire d’homme. Il a perdu la Maison-Blanche et les deux chambres du Congrès. A l’échelle de l’État, il s’agit du niveau le plus bas depuis 1920. Et aujourd’hui en 2017 les Démocrates n’ont gagné aucune des 4 élections spéciales destinées à élire les remplaçants des membres républicains du congrès qui ont rejoint l’administration de Trump.
    Comment en est-on arrivé là ? Personne dans le Parti démocrate ne va poser la question, mais peut être le devrait-on et c’est ce que fait le légendaire défenseur des consommateurs, trois fois candidat aux élections présidentielles, Ralph Nader.

    Nader, âgé maintenant de 83 ans et installé à Washington D.C depuis plus de 50 ans, a été aux premières loges de la lente chute des Démocrates. Après ses révélations explosives sur l’industrie automobile américaine dans son livre « Ces voitures qui tuent », lui et ses organisations ont collaboré avec les Démocrates du Congrès pour passer un kyrielle de lois visant à protéger l’environnement, les consommateurs et les lanceurs d’alerte. Le journaliste William Greider a dit de lui qu’il était l’un des trois plus grands modèles du militantisme démocratique, avec Saul Alinsky et Martin Luther King Jr. D’un autre côté, le « Memo Powell » de 1971, qui pose les bases d’une résurgence des droits des entreprises, le considère comme l’ennemi principal du « système » et l’appelle « l’unique opposant efficace au pouvoir des entreprises américaines ».


    Quoi qu’il en soit, Nader est bien évidemment devenu persona non grata dans le Parti démocrate depuis ses candidatures pour le Parti vert dans les années 2000. George W. Bush a officiellement battu Al Gore en Floride de 537 voix, avec les votes électoraux menant Bush à la Maison-Blanche bien que ce dernier n’ait pas gagné le vote populaire. En réalité, cependant, une étude approfondie, peu remarquée, publiée peu après le 11 Septembre a établi que Gore aurait gagné en Floride si tous les votes contestés avaient été recomptés.
    Les démocrates ont fustigé Nader, qui a obtenu 97 000 votes en Floride, pour avoir permis l’élection de Bush. Puisqu’ il est impossible de refaire l’histoire, il n’y a aucune manière de savoir si Gore aurait gagné sans la candidature de Nader. Certes il aurait pu gagner, mais il est possible aussi que, sans la menace Nader, qui a beaucoup poussé Gore à prendre des positions plus populaires, plus progressistes, le candidat démocrate aurait fait un score encore pire avec une élection où Nader n’aurait pas figuré.

    En tout cas, il est maintenant incontestable que le Parti démocrate a d’importants problèmes qui ne peuvent être imputés à ce qu’a fait Ralph Nader en 2000. Dans une interview récente, Nader, toujours très bien informé et riche d’une expérience de plusieurs dizaines d’années, donne son opinion sur la manière dont les États-Unis en sont arrivés là dans le domaine politique :

    JON SCHWARZ  : Je suis intéressé par l’histoire des Démocrates cédant à la pression, devenant de plus en plus désireux de faire tout ce que la droite veut, lors de ces 40 dernières années. Prenons les récentes histoires à propos de Jared Kushner. Quelle que soit l’ultime réalité ici, je pense qu’il est juste de dire que si un président démocrate avait désigné son gendre à un poste de grand pouvoir à la Maison-Blanche – si Hillary Clinton avait désigné Marc Mezvinsky le mari de Chelsea – et si les péripéties sur sa tentative de mettre en place des liens informels avec la Russie étaient sorties dans le Washington Post et le New York Times, il aurait été mis à la porte avant la fin de la journée.

    RALPH NADER  : Voulez-vous que je vous raconte l’histoire du déclin et de la décadence du Parti Démocrate ? Je vais vous donner les boulets que traîne le Parti Démocrate qui sont des événements marquants.
    Le premier grand événement fut en 1971. Tony Coelho, qui était un membre californien du Congrès, et qui s’occupait de la trésorerie de campagne des Démocrates, a convaincu les Démocrates qu’ils devraient solliciter l’argent des entreprises, et qu’ils pourraient grâce à des levées de fonds obtenir beaucoup d’argent. Pourquoi les laisser aux Républicains et simplement miser sur le socle des syndicats pour le financement, quand vous avez un énorme pot de miel dans le milieu des affaires ?

    Et ils l’ont fait. Et j’ai pu voir la différence presque immédiatement. Premièrement, ils ont perdu l’élection face à Reagan. Et ensuite ils ont commencé à devenir plus faibles au congrès. A ce moment, 1980, quelques-uns de nos plus grands alliés perdirent après la victoire écrasante de Reagan face à Carter, nous avions perdu le sénateur [Gaylord] Nelson, le sénateur [Warren] Magnuson, le sénateur [Frank] Church. Nous avions davantage de difficultés pour obtenir des audiences devant le Congrès à propos des malversations des sociétés par les dirigeants Démocrates [commission du congrès]. Quand les Démocrates regagnèrent la Maison-Blanche [en 1992] vous pouviez voir la différence dans les nominations pour les agences de réglementation, la difficulté pour leur faire améliorer la santé et les réglementations de sécurité.

    Le second boulet est le fait qu’ils ne savaient pas comment traiter avec Reagan. Et les Républicains en prirent note. Cela veut dire paroles douces, sourires… Vous pouvez dire des choses terribles et faire des choses terribles aussi longtemps que vous avez ce genre de présentation.

    [Les Démocrates] continuaient de penser que les conservateurs Républicains étaient ternes, stupides et sans humour. Ils ne s’étaient pas adaptés.

    Ronald Reagan battant le président Jimmy Carter le 4 novembre. Reagan est montré tenant une copie du 4 novembre de The News World, prédisant sa victoire écrasante sur Carter pour l’élection du Président des États-Unis. Ronald Reagan tient une copie du 4 novembre de The News World prédisant sa victoire écrasante sur Carter pour l’élection du président des États-Unis.

    RN  : De plus en plus ils commencèrent à juger leur opposition face aux Républicains à travers la quantité d’argent qu’ils levaient. Vous parliez à [Marcy] Kaptur de Cleveland, elle disait, nous allons au « caucus » démocrate à la Chambre des Représentants, nous y allons pour parler d’argent, nous continuons de parler d’argent, et nous allons sortir avec notre part d’argent…

    La conséquence est que cela a fait sortir les questions économiques de la table, celles-là qui ont permis aux Démocrates de gagner encore et encore dans les années 30 et 40. Les questions sur le travail, les questions sur le salaire minimum, la question de l’assurance maladie, les questions sur les pensions. Et ce fut bien sûr une grande aubaine pour le parti Républicain car le parti Républicain ne pouvait faire face sur la question économique. Ils faisaient face sur la question raciale, sur la question de l’intolérance, et c’est comme cela qu’ils ont commencé à prendre un contrôle sur le solide Sud démocrate après le vote des lois sur les droits civils.

    Lever de l’argent de Wall Street, des compagnies pharmaceutiques, des compagnies d’assurance santé, des sociétés énergétiques, éloignaient les Démocrates de leur principal avantage sur les Républicains, qui est, dans le langage de Roosevelt : « Le Parti Démocrate est le parti des familles de travailleurs, les Républicains sont le parti des riches ». Cela s’est complètement inversé et a laissé les Démocrates extrêmement vulnérables.

    Cela a eu pour conséquence de les faire reculer géographiquement, vers la côte est, la côte ouest et autres.

    Et ils ont créé un autre boulet : ils n’ont pas fait de campagne [présidentielle] dans les 50 États. Si vous ne faites pas campagne dans les 50 États, premièrement vous renforcez le parti adverse dans ces États que vous avez abandonnés, ils peuvent donc prendre ces États pour acquis et se concentrer sur les États qui sont dans la zone grise. C’était le raté numéro un.

    Le raté numéro deux est ce que Ben Barnes, le politicien averti au Texas, m’a dit. Il m’a dit, quand vous ne vous battez pas pour la présidentielle au Texas, cela pourrit tout le parti… jusqu’aux maires et conseils municipaux. Ainsi cela répète cette décadence et perte de pouvoir pour les années futures.

    Quand ils ont abandonné les États rouges, ils ont abandonné cinq États dans la zone de Rocky Mountain et ont commencé déjà avec un handicap de 9 ou 10 sénateurs.

    Vous devez vous souvenir de votre histoire, les deux sénateurs du Montana étaient Démocrates, le Sénateur Church de l’Idaho était un Démocrate, le Sénateur Frank Moss, grand défenseur des consommateurs, un Démocrate de l’Utah. Maintenant il n’y a presque plus personne. Les deux sénateurs du Wyoming sont Républicains, les deux sénateurs du Montana sont Républicains [John Tester,le sénateur principal du Montana, est un Démocrate], les deux sénateurs de l’Utah sont Républicains. Je pense que les Démocrates ont un siège au Colorado. Ensuite vous descendez en Arizona et c’est deux Républicains.

    Ainsi ils n’ont jamais été à l’abri d’un veto de l’opposition même à leur apogée au Sénat. Et bien sûr plus tard lorsqu’ils n’étaient pas à leur apogée cela leur coûté le Sénat encore et encore. Et maintenant ils sont dans un grand trou, avec la débâcle aux sénatoriales de 2016, ils font face à trois fois plus de Démocrates pour une réélection en 2018.
    Le [troisième] boulet est qu’ils ont décidé de faire campagne à la télévision, avec des consultants politiques les influençant et recevant leurs parts de 15-20 pour cent. Quand vous faites campagne à la télévision, avec des slogans, vous ne faites pas campagne sur de la politique.

    Le boulet suivant, les syndicats ont commencé à devenir faibles, faibles en nombre et faibles en leadership. Ils ont commencé à verser beaucoup d’argent aux Démocrates pour la télévision. Et en même temps qu’ils s’affaiblissaient ils perdirent leur capacité de mobilisation populaire au nom des Démocrates.

    Les Démocrates avaient initié le procédé où le message précède la politique. Non – la politique précède le message. Cela signifie qu’ils continuent de dire à quel point les Républicains sont mauvais. Ils ont fait campagne non pas en disant, regardez comme nous sommes bons, nous allons vous apporter l’assistance médicale [à tous], nous allons sévir face aux crimes des sociétés contre les travailleurs et les consommateurs et l’environnement, volant, mentant, vous trompant. Nous allons vous donner un salaire minimum. Nous allons avoir une défense moins importante, une meilleure défense, et investir un peu de cet argent et commencer à reconstruire vos écoles et ponts et systèmes d’eau et d’assainissement, et librairies, et cliniques.

    Au lieu de dire cela, ils ont fait campagne en disant « Pouvez-vous croire à quel point les Républicains sont mauvais ? » Un fois cela dit, ils ont piégé leur aile progressiste, car leur aile progressiste est le seul segment qui peut changer le parti en un formidable opposant. Car ils ont dit à leur aile progressiste : « vous n’avez nulle part où aller, fichez-nous la paix ».

    Et cela nous amène aux boucs émissaires de ces 20 dernières années. « Oh, c’est Nader, oh, c’est les frères Koch, oh, c’est le collège électoral, oh, c’est de la misogynie, oh, ce sont les lamentables rednecks ». Ils ne se sont jamais regardés dans la glace.

    Le bouton de campagne pour Ralph Nader, qui se présentait comme le candidat du Parti Vert au élections présidentielles de 2000.

    RN  : Les Républicains, quand ils perdent, ils se battent sur les idées, aussi terrifiantes soit-elles. Les idées du Tea Party, les idées libertaires, les mornes idées républicaines. Ils se battent. Mais les Démocrates veulent de l’uniformité, ils veulent faire taire les gens. Ainsi ils ont la transition la plus défectueuse de toutes. Ils ont la transition de Nancy Pelosi à Nancy Pelosi, quatre fois perdante face au pire Parti Républicain de l’histoire du Parti Républicain.

    Si vous mettiez aujourd’hui des politiques Républicains d’avant le fantôme de Teddy Roosevelt, Dwight Eisenhower, et « Mr Conservateur » le sénateur Robert Taft, ils se retourneraient dans leurs tombes. C’est la forme radicalement extrémiste, cruelle, vicieuse, Wall Street, militariste du parti républicain. Cela aurait signifié que les Démocrates les auraient écrasés. Ils ne les auraient pas juste battus, ils les auraient écrasés dans le corps législatif dans tout le pays, les gouverneurs, le Président et le congrès.
    Mais non, ce sont toujours les boucs émissaires. Peut-être que Jill Stein, le petit Parti Vert, ont pris la Pennsylvanie et le Michigan au faucon Hillary.

    JS  : Les Démocrates semblent avoir assimilé les vues des Républicains sur tout ce qui concerne l’armée.

    RN  : [Un autre] boulet est qu’ils ne se sont jamais différenciés des Républicains sur la politique militaire étrangère – car ils étaient comme eux. Ils n’ont jamais remis en question le budget de l’armée, ils n’ont jamais remis en question la politique étrangère militarisée, comme le faucon Hillary sur la Libye, qui fit peur aux généraux et fuir [le secrétaire à la défense Robert] Gates qui s’était opposé à ce qu’elle aille à la Maison-Blanche pour [prôner] le renversement du régime, métastasant la violence dans sept ou huit pays africains à ce jour.
    Ainsi ils ont abandonné la politique étrangère et militaire, car ils recevaient de l’argent de Lockheed et Boeing et General Dynamics et Raytheon et d’autres. Même Elizabeth Warren quand elle a eu sa chance commença en discutant du maintien de ces contrats avec Raytheon. Voilà l’aile gauche du parti discutant avec la société Raytheon, qui est le plus grand gâchis de subvention à l’est du Pécos.

    [Un autre] boulet est : personne n’a été viré. Ils enchaînent défaite après défaite, et ne peuvent pas remplacer leurs compères par de nouvelles personnes, vigoureuses, énergiques. Même chose pour les syndicats. Ils [gardent leurs positions] des années 80 peu importe à quel point le syndicat est décalé de la réalité. Vous n’êtes pas viré quelle que soit l’envergure de la perte, à l’inverse du milieu des affaires, où vous vous faites virer.

    Le dernier boulet est qu’ils prennent leurs précautions en harcelant les tierces partis progressistes afin que ces tierces partis ne les dépassent pas. Je suis un expert dans ce domaine. Ils ont essayé de les faire disparaître du vote. Nous avions eu 24 poursuites judiciaires en 12 semaines durant l’été 2004 par le Parti démocrate pour nous faire disparaître du vote dans des dizaines d’États. Même si nous n’avions que 5 pour cent, 6 pour cent de votes, ils subiraient une forte pression pour changer de direction et changer leurs pratiques car il y aurait assez d’électeurs américains pour dire aux Démocrates, « nous avons un autre endroit où aller », un troisième parti viable. Ils les harcèlent, violent les libertés civiles, ils utilisent leurs juges Démocrates désignés pour rendre de mauvais jugements ou les harceler de dépositions. Avant que [les troisièmes partis] soient liquidés, c’est de toute façon la Fête du travail et ils ont une campagne de huit semaines.

    Il y a certaines personnes qui pensent que le Parti démocrate peut être réformé de l’intérieur sans changer le personnel. Je leur dis bonne chance. Que s’est-il passé ces 20 dernières années ? Ils se sont retranchés davantage. Débarrassez-vous de Pelosi, vous avez Steny Hoyer. Débarrassez-vous d’Harry Reid, vous avez [Charles] Schumer. Bonne chance.

    Malheureusement, en résumé, les Démocrates sont incapables de défendre les États-Unis d’Amérique du [Parti Républicain] le plus vicieux, ignorant, soumis aux entreprises, militariste, anti-syndical, contre les intérêts du consommateur, anti-environnement, contre la postérité, de l’histoire.

    Article original : https://theintercept.com/2017/06/25/ralph-nader-the-democrats-are-unable-to-defend-the-u-s-from-the-most-v
    #USA #républicains #démocrates #Ralph_Nader

  • Variation sur l’Uintatherium


    Eobasileus cornutus with elephant ears and trunk , from an August 1873 Pennsylvania Monthly article by Edward Drinker Cope


    Line diagram of a Uintatherium (spelt ’Uintahtherium’ here) as an antlered elephant-like beast in Gunning’s book


    ‘Antlered elephants’ and other North American prehistoric fauna from the Eocene epoch in what is today Wyoming, USA, as depicted in William D. Gunning’s book Life History of Our Planet (1881)


    http://kaiju.wikidot.com/wiki:uintatherium

    #zoologie #paléontologie #dessin

  • À propos de propagande, ça fait un an qu’Otto Warmbier est prisonnier en #Corée_du_Nord

    American student stuck in North Korea because Kim Jong-un is unwilling to make deals | Daily Mail Online
    http://www.dailymail.co.uk/news/article-4064558/Little-progress-case-American-college-student-22-nearly-one-year-detain

    American student, 22, is still stuck in North Korea after a year because Kim Jong-un is unwilling to make deals like his father
    • Otto Warmbier, 22, was sentenced in March to 15 years of hard labor after he confessed he had tried to steal a propaganda banner from a Pyongyang hotel
    • Warmbier, of Wyoming, Ohio, was arrested on January 2 as he was departing the East Asian country
    • He told a North Korean court he tried to steal the banner as a trophy for an acquaintance who wanted to hang it in her church
    • Former New Mexico Gov. Bill Richardson says that North Korea has accepted a delegation from his foundation
    • According to Richardson, ’We’re trying to do this on a humanitarian basis, not a government-to-government basis’
    • State Department spokeswoman says the US is urging North ’to pardon him and grant him special amnesty and immediate release on humanitarian grounds’

    https://en.wikipedia.org/wiki/Otto_Warmbier

    On February 29, 2016, he confessed to stealing a piece of North Korean propaganda to take back to the United States as a “trophy” for someone from his home-town church who offered to pay him for it with the gift of a car worth $10,000. The poster said, “Let’s arm ourselves strongly with Kim Jong-il’s patriotism!” Harming such items with the name or image of one of their leaders is considered a serious crime in North Korea.

  • L’écart de voix entre Hillary Clinton et Donald Trump, une anomalie démocratique ?

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/12/15/le-casse-tete-de-l-oncle-sam_5049687_3232.html

    Malgré 2,7  millions de voix d’avance, Hillary Clinton ne sera pas présidente des Etats-Unis. Une anomalie qui relance le débat sur les grands électeurs.

    Le chiffre est historique. Le 8 novembre, la candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine, Hillary Clinton, a engrangé 2,7 millions de voix de plus que son adversaire républicain Donald Trump.
    Mais la vie démocratique américaine est ainsi faite que Mme Clinton ne sera pas la future présidente des Etats-Unis. Elle-même, d’ailleurs, ne revendique rien. Elle connaît l’héritage de l’histoire et respecte la loi du « collège électoral » et de ses 538 grands électeurs chargés d’élire le président. Une spécificité américaine forgée dans la Constitution par les Pères fondateurs, mais qui, deux siècles plus tard, apparaît aux yeux de beaucoup comme une trahison du principe démocratique de l’élection au suffrage direct : « un homme, une voix ».

    Car si l’arithmétique prouve que Mme Clinton a gagné le vote populaire, elle n’a pas obtenu les bonnes voix aux bons endroits. En s’imposant dans une vingtaine d’Etats sur cinquante, la candidate démocrate n’a emporté que 232 des 270 grands électeurs qu’il lui fallait pour succéder à Barack Obama. Elle rejoint dans l’histoire récente le démocrate Al Gore : celui-ci avait dû s’incliner en 2000 face à George W. Bush, malgré un écart de 500 000 voix en sa faveur – soulevant, déjà, des questions sur l’équité de la procédure électorale.
    Seize ans plus tard, la victoire de l’imprévisible Donald Trump et l’avance sans appel de Mme Clinton en termes de voix ont suscité une émotion plus forte encore. Et relancé avec force le débat sur un système que beaucoup considèrent désormais comme une anomalie démocratique et historique.

    En un peu plus d’un mois, près de 5 millions de personnes ont signé une pétition demandant aux grands électeurs de donner leur voix à la candidate démocrate, le 19 décembre, lors de l’élection officielle du président des Etats-Unis.

    Cette requête a peu de chance d’être entendue. Seul un grand électeur républicain du Texas, Chris ­Suprun, a affirmé qu’il ne voterait pas pour M. Trump. Rejoignant ainsi les rares grands électeurs « déloyaux » (faithless) qui ont jalonné l’histoire de l’élection présidentielle – sans pour autant jamais en changer l’issue.

    Quelles raisons poussent donc l’une des plus solides démocraties du monde à élire son président au scrutin indirect, au cours d’une procédure à première vue injuste et dont une majorité de citoyens souhaiterait s’affranchir ? La réponse remonte à 1787 et a jailli lors d’âpres débats entre les rédacteurs de la Constitution américaine réunis à Philadelphie (Pennsylvanie).

    A l’époque, ces aristocrates éclairés, marqués par la brutalité des monarchies européennes, craignent l’émergence d’un dirigeant autoritaire, voire autocrate, à même de ruiner les apports de la révolution américaine. Leur confiance dans le jugement du peuple étant toute relative, la création d’un niveau intermédiaire d’électeurs jugés mieux informés s’impose pour éviter qu’un tyran ou qu’un démagogue ne se fraye un chemin par la voie démocratique.

    Le collège électoral est né. L’un de ses concepteurs, Alexander Hamilton, juriste influent dans les débats tenus à Philadelphie, défend cette conception contre ses collègues partisans d’un suffrage universel direct : « Un petit nombre de personnes, choisies par leurs concitoyens au sein de la population, sera plus à même de détenir les informations et le discernement requis. » En ajoutant qu’il était aussi « particulièrement souhaitable d’éviter au maximum tumulte et désordre ».

    Le poids démesuré de certains Etats

    Le poids respectif des grands électeurs selon les Etats, aujourd’hui remis en cause, remonte également à cette époque. Dans l’Amérique de la fin du XVIIIe siècle, les Etats du Sud, esclavagistes et moins peuplés que ceux du Nord, craignent que le système ne leur soit durablement défavorable.

    Un compromis est donc élaboré : quelle que soit son importance démographique, chacun des treize Etats initiaux enverra deux représentants au Sénat, tandis que la Chambre des représentants accueillera un nombre d’élus proportionnel à la population. Pour augmenter leur poids au Congrès, les Etats du Sud imposent l’idée qu’un esclave, même s’il n’a évidemment pas le droit de vote, compte pour trois cinquièmes d’un électeur blanc.

    Le vote d’un citoyen du Wyoming (586 000 habitants) compte quatre fois plus que celui d’un électeur du Michigan (9,9 millions).
    Conçu pour « protéger les minorités », ce principe donnera aux Etats du Sud la mainmise sur la présidence durant trente-deux des trente-six premières années qui suivent la rédaction de la Constitution, ainsi que l’a rappelé dans la presse américaine Akhil Reed Amar, spécialiste de droit constitutionnel. Aujourd’hui, la formation du collège électoral répond toujours à ces critères.

    Dans chaque Etat, le nombre des grands électeurs, désignés par les partis politiques, correspond au nombre de ses élus au Congrès, donnant à certains Etats ruraux ou peu peuplés un poids jugé disproportionné par les détracteurs du système : le vote d’un citoyen du Wyoming (586 000 habitants), dénoncent-ils, compte ainsi quatre fois plus que celui d’un électeur du Michigan (9,9 millions).

    Au lendemain de l’élection, l’écrivaine Joyce Carol Oates, suivie par d’autres critiques, s’inquiétait que ce déséquilibre favorise à jamais « les voix rurales, blanches, âgées et plus conservatrices ». Un sentiment d’injustice partagé en 2012 par un certain… Donald Trump. « Plus de voix égalent une défaite… Révolution ! », écrivait-il sur Twitter, alors que le décompte des voix de l’élection présidentielle se poursuivait. Il ajoutait quelques jours plus tard : « Le collège électoral est un désastre pour une démocratie. »

    Aujourd’hui, alors que ce système « honteux » lui est favorable, M. Trump juge que « le collège électoral est en fait génial car il met tous les Etats, y compris les petits, dans le jeu ». L’un des biais du système amène les candidats à rechercher les voix des grands électeurs dans des Etats stratégiques, délaissant durant leur campagne les Etats qu’ils savent, ou pensent, acquis à leur parti.

    « La tyrannie de la minorité »

    Quelques voix s’élèvent néanmoins pour défendre cette procédure. Ainsi, l’ancien directeur de campagne du candidat malheureux Al Gore, William M. Daley, estime que, si l’on réformait le collège électoral, « le remède pourrait être pire que le mal ».

    « Ce système, estime-t-il, favorise les deux grands partis, ce qui a permis une longue stabilité politique que beaucoup de pays envient. Un troisième parti en soi n’est pas une mauvaise chose, mais notre système fédéral n’est pas adapté aux partis de niche. »
    Des grands électeurs républicains, « harcelés » par des courriers leur demandant de changer leur vote pour faire barrage à M. Trump, montent aussi au créneau pour défendre le collège, qui assure, selon eux, « une représentation de l’ensemble du pays ».

    «  Plus de voix égalent une défaite… Révolution  !  », tweetait Donald Trump en 2012, avant d’ajouter  : «  Le collège électoral est un désastre pour une démocratie  »

    Mais les critiques, récurrentes, se multiplient. Concernée au premier chef, Mme Clinton ne s’est pas exprimée cette année sur le sujet. Mais, en 2000, alors que Bill Clinton s’apprêtait à terminer son deuxième mandat présidentiel, la First Lady de l’époque plaidait pour le suffrage universel direct et « la volonté du peuple ».

    « Ce système est intolérable dans une démocratie. Il viole l’égalité politique car toutes les voix ne sont pas égales », estime aussi George C. Edwards III, professeur de sciences politiques à l’université du Texas, auteur d’un ouvrage sur le sujet (Why the Electoral College Is Bad for America, « Pourquoi le collège électoral est mauvais pour l’Amérique », non traduit).

    En réponse aux Pères fondateurs, il juge que « le collège électoral ne protège pas de la tyrannie de la majorité. Au contraire, il fournit un potentiel pour la tyrannie de la minorité ». L’élection de M. Trump, acquise en grande partie grâce aux voix des électeurs blancs, ruraux et peu diplômés, tend à illustrer ce biais.

    Même si le caractère sacré de la Constitution aux Etats-Unis constitue un obstacle majeur à toute évolution, les propositions alternatives n’ont pas manqué depuis l’élection du 8 novembre. Au-delà de la pétition, sorte d’exutoire pour de nombreux électeurs sous le choc, d’autres initiatives ont vu le jour.

    Une élue démocrate de Californie, Barbara Boxer, a ainsi déposé une proposition de loi pour supprimer le collège électoral – texte qui n’a aucune chance d’être adopté. « La présidence est la seule fonction pour laquelle vous pouvez avoir plus de voix et perdre, déplore la sénatrice. Chaque Américain devrait être assuré que son vote compte. »

    Optimisme prudent

    Cet argument est repris par ceux qui s’inquiètent du faible taux de participation lors de l’élection (54 % cette année). De leur côté, deux grands électeurs démocrates du Colorado et de l’Etat de Washington ont lancé le mouvement des « Electeurs de Hamilton ».

    Sans réclamer la suppression du collège électoral, ils rappellent que les garde-fous défendus par le Père fondateur étaient conçus pour éviter la percée d’un ­ « démagogue » tel que M. Trump. Aussi demandent-ils à leurs pairs républicains non pas de voter pour Mme Clinton le 19 décembre, mais de choisir dans leur camp un candidat ayant « les qualifications requises », comme le souhaitait Alexandre Hamilton.
    Les inquiétudes actuelles ne sont pas nouvelles. Après la défaite de M. Gore, en 2000, plusieurs Etats avaient réfléchi à de nouvelles dispositions ne nécessitant pas un amendement constitutionnel. Il s’agissait d’abandonner la pratique bien ancrée du winner take all (« le gagnant remporte tout »), qui n’est pas inscrite dans la Constitution.
    Par ce biais, dans 48 des 50 Etats, le candidat arrivé en tête remporte la totalité des voix des grands électeurs en jeu. L’idée serait de partager les votes des grands électeurs de manière proportionnelle, en fonction du vote populaire.

    Une autre solution consisterait à suivre les recommandations du « National Popular Vote Interstate Compact ». Selon cet accord, signé par un groupe de dix Etats plus le district de Columbia (Washington, D.C.), les grands électeurs s’engageraient à donner leur voix au candidat qui aurait gagné le vote populaire, quelle que soit sa couleur politique. Un système qui ne fonctionnera que lorsque suffisamment d’Etats auront rejoint le mouvement pour délivrer 270 voix au « candidat du peuple ».

    Seize ans après ses propres déboires, Al Gore, quant à lui, fait preuve d’un optimisme prudent. « Cela prendra du temps, mais je ne serais pas surpris que finalement nous passions au vote populaire pour élire le président d’ici une décennie », commente-t-il. Mais, entre la tradition et le poids électoral que ce système octroie à certains Etats, le système des grands électeurs risque fort de dominer encore les prochaines élections.

  • Le Sud-Ouest américain menacé de « méga-sécheresse » au XXIe siècle

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/10/06/le-sud-ouest-americain-menace-de-mega-secheresse-au-xxie-siecle_5008889_3244

    Déjà en proie à un déficit chronique de précipitations, le sud-ouest des Etats-Unis est menacé d’une « méga-sécheresse » d’ici la fin du siècle à cause du réchauffement climatique, estime une étude publiée dans la revue américaine Science Advances. Les « méga-sécheresses » sont des périodes sévères d’aridité qui durent plus de trente ans, précisent les chercheurs dont les travaux ont été publiés mercredi 5 octobre.

    De tels phénomènes climatiques extrêmes sont rares, mais se sont déjà produits dans cette zone et dans d’autres régions du globe, comme au Sahel, pendant le dernier millénaire. Ils ont été liés au déclin de plusieurs civilisations préindustrielles, rappelle l’étude. Des indices montrent ainsi que le peuple Anasazi a été forcé d’abandonner ses terres dans le sud-ouest américain au XIIIe siècle en raison d’une longue sécheresse.

    Selon une analyse des cercles de croissance des arbres et d’autres indications, les méga-sécheresses des siècles passés dans cette région ont duré de vingt à trente-cinq ans.

    Ressources hydriques mises à rude épreuve

    Avec l’accélération du changement climatique, une sécheresse extrême sera encore plus torride et plus brutale, mettant à rude épreuve les ressources hydriques déjà limitées, préviennent ces scientifiques. Une modélisation par ordinateur montre que si rien n’est fait pour réduire les émissions de CO2 dans l’atmosphère, le réchauffement dans cette région se poursuivra accompagné d’une aridité croissante.

    Une telle situation créerait « une pression sans précédent sur les ressources en eau » en Californie, dans le Nevada, au Nouveau-Mexique, dans l’Utah et le Colorado, écrivent ces chercheurs, dont Toby Ault de l’université américaine Cornell (Ithaca, Etat de New York), qui a mené ces travaux.

    Le bassin du Colorado, qui s’étend entre l’Arizona, la Californie, le Nouveau-Mexique, le Nevada, l’Utah et le Wyoming, connaît une sécheresse depuis seize ans. En Californie, qui entre dans la sixième année d’une sécheresse exceptionnelle, les autorités ont imposé des limites strictes sur la consommation d’eau en 2015.

  • À peine sorti, le jeu vidéo pour mobile Pokémon Go est déjà un phénomène mondial. Grâce à la géolocalisation et via la caméra du smartphone, il permet de traquer les petites créatures colorées directement dans l’espace physique environnant. Une réalité « augmentée » qui entraîne quelques situations incongrues. En 2000, un an après la sortie du premier jeu #Pokémon en Europe, Ignacio Ramonet se demandait déjà ce que signifiait l’irruption de ces « mutants gentils » dans nos vies quotidiennes.

    https://www.monde-diplomatique.fr/2000/08/RAMONET/1910 #st


    http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/07/11/la-beaute-et-l-absurdite-de-pokemon-go_4967754_4832693.html

    Certains des premiers vrais incidents liés au jeu ont été un peu surmédiatisés : dans le Missouri, quatre personnes ont été arrêtées, soupçonnées d’avoir attiré des joueurs, grâce à leur géolocalisation, dans des lieux isolés pour les détrousser ; dans le Wyoming, la poursuite d’un « Pokémon eau » caché dans une rivière a amené une adolescente à sauter une barrière et tomber sur un cadavre.

    http://zinc.mondediplo.net/messages/32713 via Le Monde diplomatique

  • 1.4 Million Adults Identify As Transgender In America, Study Says : The Two-Way : NPR
    http://www.npr.org/sections/thetwo-way/2016/06/30/484253324/1-4-million-adults-identify-as-transgender-in-america-study-says


    A map of the U.S. shows the number of adults who identify as transgender by state. Darker colors indicate a higher percentage.
    Williams Institute

    The numbers fluctuate by state, but they also double the findings from a decade ago: An estimated 1.4 million people – around 0.6 percent of U.S. adults — identify as transgender, according to a new study.
    […]
    The fully urban District of Columbia has the highest percentage of adults who identify as transgender, with 14,550 people — around 2.77 percent of the federal district’s population.

    Several states have 100,000 or more people who identify as transgender, according to the researchers: California, with 218,000; Florida, with 100,300; and Texas, with 125,350.

    The highest percentages of adults identifying as transgender per state were found in Hawaii, California, Georgia, and New Mexico — all with 0.8 percent — followed by Texas and Florida with 0.7 percent, according to the study.

    Five states were found to have the lowest percentages of transgender-identified adults, all with 0.3 percent: North Dakota, Iowa, Wyoming, Montana, and South Dakota.

    • L’étude How Many Adults Identify as Transgender in the United States ?
      http://williamsinstitute.law.ucla.edu/wp-content/uploads/How-Many-Adults-Identify-as-Transgender-in-the-United-St

      et sa méthodologie dans le résumé

      This report utilizes data from the CDC’s Behavioral Risk Factor Surveillance System (BRFSS) to estimate the percentage and number of adults who identify as transgender nationally and in all 50 states.
      […]
      To estimate the population by state, we relied on multilevel regression and post-stratification.

      Dans le détail de la méthodologie, il s’agit d’un module optionnel (par état) de l’enquête nationale de la CDC.

      Since this question is included in an optional module, some states did not ask this question while others did. The 19 states that did ask this question include: Delaware, Hawaii, Idaho, Indiana, Iowa, Kansas, Kentucky, Louisiana, Maryland, Minnesota, Montana, Nevada, New York, Ohio, Pennsylvania, Vermont, Virginia, Wisconsin, and Wyoming.

      In total, 0.52% of BRFSS respondents in these states identified as transgender, and 151,456 respondents answered this question.

      Et les détails sur le questionnaire

      The BRFSS contains optional module questionnaires in addition to its standard questionnaire for each state.9 The 2014 BRFSS had 19 optional modules that states were able to opt-into. One of the modules contained the following question:
      Do you consider yourself to be transgender?
      • Yes
      • No

      [If Yes] Do you consider yourself to be male-to-female, female-to-male, or gender non-conforming?
      If the interviewer is asked for a definition of transgender, they respond:
      Some people describe themselves as transgender when they experience a different gender identity from their sex at birth. For example, a person born into a male body, but who feels female or lives as a woman would be transgender. Some transgender people change their physical appearance so that it matches their internal gender identity. Some transgender people take hormones and some have surgery. A transgender person may be of any sexual orientation – straight, gay, lesbian, or bisexual.

  • Le continent nord-américain commence à craquer dans le Wyoming , à l’est du Yellowstone
    http://www.brujitafr.fr/2016/05/le-continent-nord-americain-commence-a-craquer-dans-le-wyoming-a-l-est-du-

    La croûte terrestre s’est mis en mouvement Pour quelle raison les failles tectoniques et les volcans se réveillent soudainement sur tout le continent américain ? Nous dirigeons nous vers une ép... Source de cette information = 25 mai 2016 http://themillenniumreport.com/2016/05/north-american-continent-begins-cracking-in-wyoming-east-of-yel...

  • Le Pentagone utilise toujours des disquettes pour gérer son arsenal nucléaire
    http://www.latribune.fr/economie/international/le-pentagone-utilise-toujours-des-disquettes-pour-gerer-son-arsenal-nuclea


    (note : l’illustration de La Tribune représente des disquettes 3,5 pouces (1984) au lieu des 8 pouces (1967))

    Un rapport du GAO (l’équivalent de la Cour des Comptes) américain, a analysé les dépenses en informatique des différents ministères américains. La conclusion est surprenante car la plupart des systèmes informatiques sont archaïques et coûtent très chers à l’administration américaine.
    Au sein du ministère de la Défense américain, la disquette, lancée par IBM en 1967, ne semble pas avoir subi la concurrence des nouveaux modes de stockage comme le CD, la carte mémoire ou la clé USB. Un rapport publié le 25 mai par le Government Accountability Office (GAO), révèle que le ministère de la Défense des Etats-Unis utilise des technologies obsolètes comme les disquettes pour coordonner l’arsenal de missiles balistiques et les bombardiers nucléaires.

    L’ancêtre du CD continue d’être utilisé car les ordinateurs sur lesquels il est utilisé "fonctionnent toujours", rapportent les agences fédérales. L’outil est adapté au système informatique : des ordinateurs IBM Série 1 qui datent des années 1970.

  • Les #États-Unis, grands absents des #Panama_Papers
    http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201604/08/01-4968987-les-etats-unis-grands-absents-des-panama-papers.php

    Il y a beaucoup d’Américains, mais ce sont davantage de simples particuliers », déclare à l’AFP Marina Walker Guevara, la directrice adjointe du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) qui a coordonné l’enquête journalistique sur cette fuite massive de documents.

    Les États-Unis seraient-ils pour autant de blanches colombes de la transparence financière ? Loin de là. « Cela ne veut pas dire que le pays se place en dehors du système #offshore. Il en est même un important acteur », répond Mme Walker Guevara.

    Son absence des Panama Papers ne vaut donc pas gage de respectabilité et pourrait d’abord s’expliquer par une certaine réticence à se tourner vers un pays lointain et hispanophone, alors que des options bien plus aisées sont à portée de la main.

    « Les Américains ont tellement de paradis fiscaux vers lesquels se tourner », résume pour l’AFP Nicholas Shaxson, auteur de l’ouvrage de référence « Les paradis fiscaux. Enquête sur les ravages de la finance néolibérale ».

    Les Caïmans et les Iles Vierges britanniques, voisines et anglophones, viennent immédiatement à l’esprit, mais des Américains voulant garder le secret sur leurs activités ne sont, en réalité, même pas obligés de quitter leur pays.

    Des États comme le Delaware ou le Wyoming offrent ainsi la possibilité, pour quelques centaines de dollars, de créer des sociétés-écrans sans avoir à identifier qui en est le bénéficiaire réel.

    Fait aggravant, les banques américaines sont certes tenues de « connaître leurs clients », mais peuvent passer outre cette obligation et ouvrir un compte au nom de ces sociétés offshore, garantissant ainsi une discrétion totale à ses véritables propriétaires.

    Le Trésor américain s’est engagé à combler ces failles qui ont été utilisées par des trafiquants d’armes et de drogue et qui valent aux États-Unis de figurer au troisième rang des territoires les plus opaques... loin devant le Panama, selon le classement établi chaque année par le Tax Justice Network.

    « Nous mettons la dernière main à une réglementation », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la division du Trésor chargé de la lutte contre la délinquance financière (Fincen).

    Une autre raison, plus vertueuse, pourrait expliquer le faible nombre d’Américains dans les Panama Papers.

    Echaudés par de retentissants scandales impliquant des banques suisses, les États-Unis ont, ces dernières années, considérablement étoffé leur arsenal de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale et n’hésitent pas à imposer de lourdes sanctions aux contrevenants.

    Résultat, selon M. Shaxson : « Certains paradis fiscaux sont terrifiés à l’idée d’avoir des clients américains parce qu’ils savent que les États-Unis ont les moyens de leur faire du mal ».

  • The World’s Favorite New Tax Haven Is the United States - Bloomberg
    http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-01-27/the-world-s-favorite-new-tax-haven-is-the-united-states

    Signalé par Pepe Escobar, l’article est signé par une organisation révolutionnaire mal connue qui s’est donné comme nom « Bloomberg ».

    The U.S. “is effectively the biggest tax haven in the world” —Andrew Penney, Rothschild & Co.

    After years of lambasting other countries for helping rich Americans hide their money offshore, the U.S. is emerging as a leading tax and secrecy haven for rich foreigners. By resisting new global disclosure standards, the U.S. is creating a hot new market, becoming the go-to place to stash foreign wealth. Everyone from London lawyers to Swiss trust companies is getting in on the act, helping the world’s rich move accounts from places like the Bahamas and the British Virgin Islands to Nevada, Wyoming, and South Dakota.

    #panama_papers

  • Moondog - Création Radiophonique - France Culture
    http://www.franceculture.fr/emission-l-atelier-de-la-creation-moondog-2013-10-30

    En 1947, un homme déguisé en viking se tient jour et nuit sur la 6ème avenue de Manhattan, rassemblant les curieux autour d’étranges concerts. Il se souvient de ce chien qui hurlait à la lune, fidèle guide d’aveugle qui accompagnait ses voyages d’adolescent dans les réserves indiennes du Wyoming. Alors ce sera Moondog…

    Un portrait, une énigme, quelques parcelles d’une œuvre méconnue, l’histoire d’un garçon humble et passionné qui changea la face de la musique.

    http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4724442

    #muzik #audio #radio #moondog