provinceorstate:zanzibar

  • Les routes de l’#esclavage (1/4)
    476-1375 : au-delà du désert

    Domination, violence, profit : le système criminel de l’esclavage a marqué l’histoire du monde et de l’humanité. Au fil de ses routes, cette série documentaire retrace pour la première fois la tragédie des traites négrières. Captivant et implacable. Premier volet : de la chute de Rome en 476 à la fin du XIVe siècle.

    Après la chute de Rome en 476, les peuples (Wisigoths, Ostrogoths, Berbères, Slaves, Byzantins, Nubiens et Arabes) se disputent les ruines de l’Empire. Tous pratiquent l’asservissement – « esclave » viendrait du mot « slave ». Mais au VIIe siècle émerge un Empire arabe. Au rythme de ses conquêtes se tisse, entre l’Afrique et le Moyen-Orient, un immense réseau de traite d’esclaves, dont la demande ne cesse de croître et qui converge vers Bagdad, nouveau centre du monde. Après la révolte des Zanj – des esclaves africains –, qui s’achève dans un bain de sang, le trafic se redéploie vers l’intérieur du continent. Deux grandes cités commerciales et marchés aux esclaves s’imposent : Le Caire au nord, et Tombouctou au sud, place forte de l’Empire du Mali d’où partent les caravanes. Au fil des siècles, les populations subsahariennes deviennent la principale « matière première » de ce trafic criminel.

    https://www.arte.tv/fr/videos/068406-001-A/les-routes-de-l-esclavage-1-4

    #film #documentaire #Afrique #Empire_romain #histoire #pratique_généralisée #traite #Fustat #économie #Nubie #guerre #violence #butins_de_guerre #Bagdad #main-d'oeuvre #Islam #Berbères #dromadaires #Sahara #Tombouctou #Empire_du_Mali #or #altérité #Touareg #essentialisme #fatalité #Basora #Le_Caire #esclaves_domestiques #paternalisme #négation_de_l'être #domination #esclavage_doux #oasis #Atlas_catalan

    #Catherine_Coquery-Vidrovitch :

    Dans l’Empire arabo-musulman, « l’#esclave n’était pas différencié par sa couleur, ça ne comptait pas. L’esclave était différencié par sa #culture. Il n’avait pas la culture du dominant »

    #géographie_culturelle #domination

    #Ibrahima_Thioub, université Cheickh Anta Diop, Sénégal :

    « Pour mettre en esclavage un individu, un des phénomènes importants c’est de le construire comme autre, de construire une #altérité. Les sociétés humaines ont des registres assez larges. On peut utiliser la différence de #couleur_de_peau, la différence de #religion. Dans la #traite_trans-saharienne, on va combiner les deux ».

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ibrahima_Thioub

    Ibrahima Thioub :

    « L’intérêt des maîtres, c’est de faire croire à l’individu qu’il est esclave non pas parce qu’un jour on lui a opposé un rapport de force qui est réversible, mais parce que, par sa nature, il est destiné à être un esclave. C’est une #idéologie extrêmement forte. Si votre sang est considéré comme un sang servile, et que cette nature vous la transmettez à votre descendance, il devient impossible de sortir du phénomène esclavagiste »

    Selon ce qui est dit dans ce reportage, 3,5 millions d’Africains ont circulé sur les routes de l’esclavage entre le 7ème et le 14ème siècle.


  • The Rise and Fall Of the Watusi - The New York Times
    https://www.nytimes.com/1964/02/23/the-rise-and-fall-of-the-watusi.html
    En 1964 le New York Times publie un article sur l’extermination imminente des Tutsi. C’est raconté comme une fatalité qui ne laisse pas de choix aux pauvres nègres victimes de forces plus grandes qu’eux. Dans cette optique il s’agit du destion inexorable du peuple des Tutsi arrivant à la fin de son règne sur le peuple des Hutu qui revendique ses droits. L’article contient quelques informations intéressantes déformées par la vison colonialiste de l’époque.

    ELSPETH HUXLEYFEB. 23, 1964

    FROM the miniature Republic of Rwanda in central Africa comes word of the daily slaughter of a thousand people, the possible extermin­ation of a quarter of a million men, women and children, in what has been called the bloodiest tragedy since Hitler turned on the Jews. The victims are those tall, proud and graceful warrior­aristocrats, the Tutsi, sometimes known as the Watusi.* They are being killed

    *According to the orthography of the Bantu language, “Tutsi” is the singular and “Watutsi” the plural form of the word. For the sake of simplicity. I prefer to follow the style used in United Nations reports and use “Tutsi” for both singular and plural.

    Who are the Tutsi and why is such a ghastly fate overtaking them? Is it simply African tribalism run riot, or are outside influences at work ? Can nothing be done?

    The king‐in‐exile of Rwanda, Mwamni (Monarch) Kigeri V, who has fled to the Congo, is the 41st in line of suc­cession. Every Tutsi can recite the names of his 40 predecessors but the Tutsi cannot say how many centuries ago their ancestors settled in these tumbled hills, deep valleys and vol­canic mountains separating the great

    Nor is it known just where they came from—Ethiopia perhaps; before that, possibly Asia. They are cattle folk, allied in race to such nomadic peo­ples as the Somali, Gatlla, Fulani and Masai. Driving their cattle before them, they found this remote pocket of cen­tral Africa, 1,000 miles from the In­dian Ocean. It was occupied by a race of Negro cultivators called the Hutu, who had themselves displaced the ab­original pygmy hunters, the Twa (or Batwa). First the Tutsi conquered and then ruled the Hutu. much as a ??r‐man ruling class conquered and settled

    In the latest census, the Tutsi con­stitute about 15 per cent of Rwanda’s population of between 2.5 and 3 mil­lion. Apart from a handful of Twa, the rest are Hutu. (The same figures are true of the tiny neighboring king­dom of Burundi.)

    For at least four centuries the Tutsi have kept intact their racial type by inbreeding. Once seen, these elongated men are never forgotten. Their small, narrow heads perched on top of slim and spindly bodies remind one of some of Henry Moore’s sculptures. Their average height, though well above the general norm, is no more than 5 feet 9 inches, but individuals reach more than 7 feet. The former king, Charles III Rudahagwa, was 6 feet 9 inches, and a famous dancer and high jumper—so famous his portrait was printed on the banknotes—measured 7 feet 5 inches.

    THIS height, prized as a badge of racial purity, the Tutsi accentuated by training upward tufts of fuzzy hair shaped like crescent moons. Their leaps, bounds and whirling dances delighted tourists, as their courtesy and polished manners impressed them.

    Through the centuries, Tutsi feudal­ism survived with only minor changes. At its center was the Mwami, believed to be descended from the god of lightning, whose three children fell from heaven onto a hilltop and begat the two royal clans from which the Mwami and his queen were always chosen. Not only had the Mwami rights of life and death over his subjects but, in theory, he owned all the cattle. too — magnificent, long‐horned cattle far superior to the weedy native African bovines. Once a year, these were ceremonially presented to the Mwami in all their glory — horns sand‐polished, coats rubbed with butter, foreheads hung with beads, each beast attended by a youth in bark‐cloth robes who spoke to it softly and caught its dung on a woven straw mat.

    “Rwanda has three pillars.” ran a Tutsi saying: “God, cows and soldiers.” The cows the Mwami distributed among his subchiefs, and they down the line to lesser fry, leaving no adult Tutsi male without cows.

    Indeed, the Tutsi cannot live with­out cattle, for milk and salted butter are their staple food. (Milk is con­sumed in curds; the butter, hot and perfumed by the bark of a certain tree.) To eat foods grown in soil, though often done, is thought vaguely shame­ful, something to be carried out in private.

    THE kingdom was divided into dis­tricts and each had not one governor, but two: a land chief (umunyabutaka) and a cattle chief (umuuyamukenke). The jealousy that nearly always held these two potentates apart prompted them to spy on each other to the Mwami, who was thus able to keep his barons from threatening his own au­thority.

    Below these governors spread a net­work of hill chiefs, and under them again the heads of families. Tribute — milk and butter from the lordly Tutsi, and

    Just as, in medieval Europe, every nobleman sent his son to the king’s court to learn the arts of war, love and civil­ity, so in Rwanda and Burundi did every Tutsi father send his sons to the Mwami’s court for instruction in the use of weapons, in lore and tradition, in dancing and poetry and the art of conversation, in manly sports and in the practice of the most prized Tutsi virtue —self‐control. Ill‐temper and the least display of emotion are thought shameful and vul­gar. The ideal Tutsi male is at all times polite, dignified, amiable, sparing of idle words and a trifle supercilious.

    THESE youths, gathered in the royal compound, were formed into companies which, in turn, formed the army. Each youth owed to his company commander an allegiance which continued all his life. In turn, the commander took the youth, and subsequently the man, under his protection. Every Tutsi could appeal from his hill chief to his army com­mander, who was bound to support him in lawsuits or other troubles. (During battle, no commander could step backward, lest . his army re­treat; at no time could the

    The Hutu were both bound and protected by a system known as buhake, a form of vassalage. A Hutu wanting to enter into this relationship would present a jug of beer to a Tutsi and say: “I ask you for milk. Make me rich. Be my father, and I will be your child.” If the Tutsi agreed, he gave the applicant a cow, or several cows. This sealed the bargain­

    The Hutu then looked to his lord for protection and for such help as contributions to­ward the bride‐price he must proffer for a wife. In return, the Hutu helped from time to time in the work of his pro­tector’s household, brought oc­casional jugs of beer and held himself available for service

    The densely populated king­doms of the Tutsi lay squarely in the path of Arab slavers who for centuries pillaged throughout the central Afri­can highlands, dispatching by the hundreds of thou­sands yoked and helpless hu­man beings to the slave mar­kets of Zanzibar and the Persian Gulf. Here the explor­er Livingstone wrote despair­ingly in his diaries of coffles (caravans) of tormented cap­tives, of burnt villages, slaugh­tered children, raped women and ruined crops. But these little kingdoms, each about the size of Maryland, escaped. The disciplined, courageous Tutsi spearmen kept the Arabs out, and the Hutu safe. Feudalism worked both ways.

    Some Hutu grew rich, and even married their patrons’ daughters. Sexual morality was strict. A girl who became pregnant before marriage was either killed outright or aban­doned on an island in the mid­dle of Lake Kivu to perish, unless rescued by a man of a despised and primitive Congo tribe, to be kept as a beast of burden with no rights.

    SINCE the Tutsi never tilled the soil, their demands for labor were light. Hutu duties included attendance on the lord during his travels; carry­ing messages; helping to re­pair the master’s compound; guarding his cows. The reia­tionsiiip could be ended at any time by either party. A patron had no right to hold an unwilling “client” in his service.

    It has been said that serf­dom in Europe was destroyed by the invention of the horse

    UNTIL the First World War the kingdoms were part of German East Africa. Then Bel­gium took them over, under the name of Ruanda‐Urundi, as a trust territory, first for the League of Nations, then under the U. N. Although the Belgian educational system, based on Roman Catholic mis­sions, was conservative in out­look, and Belgian adminis­trators made no calculated attempt to undo Tutsi feudal­ism, Western ideas inevitably crept in. So did Western eco­nomic notions through the in­troduction of coffee cultiva­tion, which opened to the Hutu a road to independence, by­passing the Tutsi cattle‐based economy. And Belgian authori­ty over Tutsi notables, even over the sacred Mwami him­self, inevitably damaged their prestige. The Belgians even de­posed one obstructive Mwami. About ten years ago, the Belgians tried to persuade the Tutsi to let some of the Hutu into their complex structure of government. In Burundi, the Tutsi ruling caste realized its cuanger just in time and agreed to share some of its powers with the Hutu majority. But in Rwanda, until the day the system toppled, no Hutu was appointed by the Tatsi over­lords to a chief’s position. A tight, rigid, exclusive Tutsi aristocracy continued to rule the land.

    The Hutu grew increasingly

    WHEN order was restored, there were reckoned to be 21,­000 Tutsi refugees in Burundi, 14,000 in Tanganyika, 40,000 in Uganda and 60,000 in the Kivu province of the Con­go. The Red Cross did its best to cope in camps improvised by local governments.

    Back in Rwanda, municipal elections were held for the first time—and swept the Hutu into power. The Parmehutu —Parti d’Emancipation des Hu­tus—founded only in October 1959, emerged on top, formed a coalition government, and after some delays proclaimed a republic, to which the Bel­gians, unwilling to face a colonial war, gave recognition in terms of internal self‐gov­ernment.

    In 1962, the U.N. proclaimed Belgium’s trusteeship at an end, and, that same year, a general election held under U.N. supervision confirmed the Hutu triumph. With full in­dependence, a new chapter be­gan — the Hutu chapter.

    Rwanda and Burundi split. Burundi has the only large city, Usumbura (population: 50,000), as its capital. With a mixed Tutsi‐Hutu govern­ment, it maintains an uneasy peace. It remains a kingdom, with a Tutsi monarch. Every­one knows and likes the jovial Mwami, Mwambutsa IV, whose height is normal, whose rule

    As its President, Rwanda chose Grégoire Kayibanda, a 39‐year‐old Roman Catholic seminarist who, on the verge of ordination, chose politics in­stead. Locally educated by the Dominicans, he is a protégé of the Archbishop of Rwanda whose letter helped spark the first Hutu uprising. Faithful to his priestly training, he shuns the fleshpots, drives a Volkswagen instead of the Rolls or Mercedes generally favored by an African head of state and, suspicious of the lure of wicked cities, lives on a hilltop outside the town of Kigali, said to be the smallest capital city in the world, with some 7,000 inhabitants, a sin­gle paved street, no hotels, no telephone and a more or less permanent curfew.

    Mr. Kayibanda’s Christian and political duties, as he sees them, have fused into an im­placable resolve to destroy for­ever the last shreds of Tutsi power—if necessary by obliter­ating the entire Tutsi race. Last fall, Rwanda still held between 200,000 and 250,000 Tutsi, reinforced by refugees drifting back from the camps, full of bitterness and humilia­tion. In December, they were joined by bands of Tutsi spear­men from Burundi, who with the courage of despair, and outnumbered 10 to 1, attacked the Hutu. Many believe they were egged on by Mwami Ki­geri V, who since 1959 had been fanning Tutsi racial prideand calling for revenue.

    THE result of the attacks was to revive all the cumula­tive hatred of the Tutsi for past injustices. The winds of anti‐colonialism sweeping Af­rica do not distinguish be­tween white and black colo­nialists. The Hutu launched a ruthless war of extermina­tion that is still going on. Tut­si villages are stormed and their inhabitants clubbed or hacked to death, burned alive or herded into crocodile‐infest­ed rivers.

    What will become of the Tutsi? One urgent need is out­side help for the Urundi Gov­ernment in resettling the masses of refugees who have fled to its territory. Urundi’s mixed political set‐up is rea­sonably democratic, if not al­ways peaceful (witness the assassination of the Crown Prince by a political opponent

    In a sense the Tutsi have brought their tragic fate on themselves. They are paying now the bitter price of ostrich­ism, a stubborn refusal to move with the times. The Bourbons of Africa, they are meeting the Bourbon destiny—to be obliterated by the people they have ruled and patron­ized.

    The old relationship could survive no longer in a world, as E. M. Forster has described it, of “telegrams and anger;” a world of bogus democracy turning into one‐party states, of overheated U.N. assemblies, of press reports and dema­gogues, a world where (as in the neighboring Congo) a for­mer Minister of Education leads bands of tribesmen armed with arrows to mutilate women missionaries.

    THE elegant and long‐legged Tutsi with their dances and their epic poetry, their lyre­horned cattle and superb bas­ketwork and code of seemly behavior, had dwindled into tourist fodder. The fate of all species, institutions or individ­uais who will not, or cannot. adapt caught up with them. Those who will not bend must break.

    For the essence of the situ­ation in an Africa increasingly

    NOW, not just the white men have gone, or are going; far more importantly, the eld­ers and their authority, the whole chain of command from ancestral spirits, through the chief and his council to the obedient youth are being swept away. This hierarchy is being replaced by the “young men,” the untried, unsettled, uncer­tain, angry and confused gen­eration who, with a thin ve­neer of ill‐digested Western education, for the first time in Africa’s long history have taken over power from their fathers.

    It is a major revolution in­deed, whose first results are only just beginning to show up and whose outcome cannot be seen. There is only one safe prediction: that it will be vio­lent, unpredictable, bloody and cruel, as it is proving for the doomed Tutsi of Rwanda.

    #Ruanda #Burundi #histoire #Tutsi #Congo




  • Lacaussade, né et mort parmi les révoltés - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/8-fevrier-1815-Auguste-Lacaussade.html

    « Je suis né et je mourrai parmi les révoltés », confiait #AugusteLacaussade. Naître « bâtard » à l’île #Bourbon, c’est n’être ni noir, ni blanc. « Zanzibar » et « #Bamboula »... c’est ainsi que son compatriote Charles #LecontedeLisle le surnomme. Lui, Lacaussade, met en #poésie sa #révolte contre le système esclavagiste : « Mais pour l’#esclave est-il des fleurs et du soleil ? »

    #8février #esclavage #poete


    • Des militants cogitent sur les grèves de demain, JOSEPH CONFAVREUX, mediapart

      La Bourse du travail de Paris a accueilli le 27 janvier une journée de réflexion, entre haine du #travail tel qu’il est et désir de faire autrement. À l’heure de Deliveroo et Blablacar, les participants ont discuté des manières dont les nouvelles technologies, qui favorisent parfois l’exploitation de travailleurs précaires, peuvent aussi préparer les mobilisations de demain.

      « Pour ceux qui testent, détestent ou contestent le travail. » Telle était la baseline de la journée organisée, samedi 27 janvier, à la Bourse du travail à Paris, pour « penser le travail » et surtout les façons d’y échapper et/ou de le transformer.

      « C’est une journée auto-organisée et hybride, détaille l’écrivain de science-fiction Alain Damasio, l’un des organisateurs, dont l’idée est née de la volonté de poursuivre la lutte contre la loi Travail II, bouclée en quelques secondes par le pouvoir, en alternant action directe et propositions. Après la “chasse aux DRH” à la rentrée, on voulait donc proposer des alternatives au travail tel qu’il existe. »

      Intitulée « Tout le monde déteste le travail », pour faire écho au slogan « Tout le monde déteste la police » des mobilisations contre les mesures successives portées sous Hollande et Macron, cette journée avait pour but de prolonger, dixit Éric Beynel, du syndicat Sud-Solidaires, le « bouillonnement de forces qui s’était manifesté depuis 2016, à Nuit debout ou dans les cortèges, afin de reconstruire une hégémonie culturelle sur cette question du travail ».

      « Détester le travail » à la Bourse du travail, n’est-ce pas un paradoxe susceptible de rebuter de nombreux travailleurs et syndiqués, et n’est-ce pas prendre le risque de se retrouver dans un entre-soi gauchiste et anarchiste ? « Il y a eu un gros débat en interne, reconnaît Alain Damasio. J’étais plutôt contre au départ, mais je dois reconnaître que c’est un très bon titre. Non seulement parce que la dimension provocatrice, second degré et ironique fonctionne, mais aussi parce que, face au monde économique de Macron, qui essaye de nous faire croire que tout le monde est libéré dans et par le travail, on peut faire le pari que l’écrasante majorité des gens souffrent et détestent leur travail. La plupart des gens qui ont un emploi oscillent entre le burn out et le bore out. » Le titre et le programme de la journée ont, quoi qu’il en soit, fait venir un public massif et attentif, jeune et divers, souvent proche du site Lundimatin, le miroir numérique du Comité invisible.

      Selon Éric Beynel, les syndiqués n’ont pas été découragés par l’intitulé de la journée, puisque « des syndicalistes de la CGT ou de la FSU sont présents, même s’ils ne sont pas dans l’organisation. Notre idée est de refaire de ces bourses du travail des lieux d’échanges, de débats, de confrontations, comme c’était le cas au début du XXe siècle. La situation écologique, politique et sociale impose de ne pas s’enferrer dans de vieilles et vaines querelles. Le lien entre autonomes et syndicats n’est pas évident, mais on s’est retrouvé dans les manifestations contre la loi Travail, dans la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, contre l’enfouissement de déchets à Bure, et il est important de se réunir maintenant dans des espaces où on peut inventer des possibles partagés ».

      Cette convergence entre les autonomes et les syndicats « existait peu ou pas », abonde Alain Damasio. « Aujourd’hui, ajoute-t-il, on fait discuter des anarchistes, des autonomes, des communistes révolutionnaires, des syndicalistes, des artistes, des membres du Comité invisible, pour construire un ailleurs ou un en-dehors du travail… »

      Le public a circulé toute la journée entre le grand auditorium où débattaient, au sujet du « #néomanagement », de « l’offensive technologique du capital » et de l’« au-delà du salariat », des employés en lutte d’Orange et de Lidl, un livreur Deliveroo de Brighton, des membres de la plateforme Blablagrève, des acteurs de la campagne « Make Amazon Pay », des avocats et des sociologues, et la grande salle de réunion, où des orateurs allant du professeur de droit Emmanuel Dockès à l’autonome italien Franco Piperno, en passant par le philosophe algérien Sidi Mohammed Barkat, exposaient leurs vues sur le travail « sans capitalistes ni rentiers », la « religion industrielle » ou le « travail en trompe-l’œil ».
      Entre les deux salles, il était possible de se procurer à prix libre des sandwichs tartinés de « terrine de la ZAD », d’aller réaliser des sérigraphies et des gravures dans une salle ad hoc, d’écouter les sons diffusés par le collectif Zanzibar, qu’Alain Damasio décrit comme des « fictions ironiques de “team building” ou “team banding” à destination de cadres vivant en 2040 », ou encore d’acheter des livres dont les titres annonçaient le ton de la journée : Libérons-nous du travail, par le Comité érotique révolutionnaire, Le Travail à mort, au temps du capitalisme absolu, de Bertrand Ogilvie, ou encore Le Gros capitaliste, texte de B. Traven édité par les éditions Libertalia.

      « Grévistes volants »

      Deux caractéristiques principales se sont dégagées de la multitude des prises de parole, sans qu’il soit pour autant possible, ni sans doute nécessaire, de dégager une ligne programmatique ou un corpus cohérent, pour refonder le travail de demain.

      La première réside dans un refus de ce qui peut se définir comme « l’ubérisation » du travail, mais sans nostalgie aucune pour les rets du salariat, ni même pour le fonctionnariat. « Pour nous, la solution ne viendra pas de l’État, mais de l’auto-organisation des travailleurs », a ainsi affirmé Callum Cant, livreur Deliveroo à Brighton, avant de donner les résultats d’une étude montrant, à l’échelle européenne, la contestation croissante et souvent inaperçue des conditions faites aux auto-entrepreneurs des plateformes numériques.

      L’une des interventions les plus intéressantes de la journée a ainsi été celle d’un membre du CLAP, le Collectif des livreurs autonomes de Paris, qui exprimait la volonté à la fois de rester autonome dans son activité professionnelle et d’inventer des pratiques de mobilisation et de protestation adaptées à l’économie contemporaine.
      En effet, expliquait-il, « pour des gens comme nous, la grève n’est pas un mode d’action très utile. Si on se déconnecte, l’entreprise connecte d’autres livreurs qui sont ravis de prendre les commandes à notre place ». Mais leur connaissance fine de la plateforme Deliveroo, des petites failles des algorithmes utilisés et des cas particuliers tolérés par un support téléphonique entièrement basé à Madagascar et vite débordé, leur a permis d’organiser des blocus de commandes, dont le coût n’était supporté ni par les livreurs eux-mêmes ni par les restaurateurs, puisque les blocages étaient organisés à la sortie des restaurants, une fois la commande payée par Deliveroo.

      À ces modes d’action innovants s’articulent des procédures plus classiques, menées de concert avec la médecine du travail ou devant les tribunaux, pour faire reconnaître la pénibilité d’un travail qui peut exiger de transporter des commandes de plus de 12 kilos sur 8 kilomètres de distance, ou bien encore des tentatives de bâtir une plateforme numérique de livraison coopérative et équitable.

      Ce retournement de l’usage des outils du numérique qui facilitent le plus souvent l’exploitation des travailleurs individualisés est également au cœur du collectif Blablagrève, qui propose, sur le modèle du célèbre Blablacar, de mettre en relation, à travers une plateforme collaborative, des « grévistes volants » avec des piquets de grève ayant besoin de soutien logistique et/ou juridique. « Nous sommes partis, a décrit l’un des membres du collectif, du constat que les bouleversements dans le monde du travail sont intenses, alors qu’il n’existe ni bouleversement, ni intensification des formes de lutte. » Cette configuration plus souple leur a permis d’intervenir sur des chantiers de la région parisienne, ou auprès des femmes de ménage de Holiday Inn, c’est-à-dire des espaces où les syndicats sont peu présents et les grèves difficiles à mener.
      Beaucoup des intervenants partageaient donc, tel l’essayiste et philosophe Ariel Kyrou, à la fois une méfiance vis-à-vis de la façon dont les technologies peuvent mettre les « vies sous contrôle » et une curiosité pour la façon dont elles peuvent dessiner d’autres perspectives. Ce partisan d’un revenu universel « beaucoup moins utopique que les adversaires d’un tel système ne le prétendent » a développé, à la suite des travaux de la revue Multitudes, l’idée d’une « taxe Pollen » qui permettrait, en imposant de manière quasi insensible l’intégralité des flux financiers et monétaires, un revenu pour tous à 1 200 euros mensuels, susceptible d’affranchir les individus des « boulots de merde », dont il fut aussi beaucoup question lors de cette journée.

      La proposition a entraîné une vaste discussion autour de la différence entre un « revenu universel » de ce type et le « salaire à vie », suggéré par l’économiste Bernard Friot. Pour Ariel Kyrou, les « mécanismes sont proches, mais la proposition de Friot repose sur un mode de production industrielle qui ne prend pas assez en compte l’économie immatérielle et la façon dont c’est aujourd’hui moins la force productive que les flux d’argent qui dégagent de la valeur. Le #revenu universel tel que nous le proposons participe d’un autre imaginaire que celui de la société industrielle et de l’administration centralisée. On se situe dans l’imaginaire de l’activité libre, dans l’en-dehors et l’ailleurs du faire ».

      Si elle était centrée sur le travail, cette journée d’échanges débordait en effet largement de cette thématique en cherchant à définir une manière de faire société qui romprait avec la logique « carcélibéral » et l’enthousiasme contemporain pour la « start-up nation ». L’après-midi s’est d’ailleurs conclu, avant un départ vers Aubervilliers pour un temps de théâtre, de musique et de banquet, par la conférence de presse de lancement du collectif OSEF (Opposition à la startupisation de l’économie française), où l’on retrouve notamment la Quadrature du Net, Attac ou Solidaires, en lutte contre ce qu’ils désignent comme la « Startuffe Nation ».
      Comme le résumait Johnny, l’un des membres de la campagne « Make Amazon Pay », venu spécialement d’Allemagne, « le débat autour d’Amazon ne concerne pas seulement les conditions de travail dans les entrepôts. Ce qui se joue, c’est Amazon et son monde. Cela concerne à la fois ceux qui travaillent pour Amazon, ceux qui commandent des articles sur Amazon, mais aussi tous les autres. Cela nous permet de comprendre comment la technologie influence notre vie et pas seulement le travail. Nous voulons décider collectivement quel voyage technologique nous avons envie de faire dans le futur. La gauche radicale et les syndicats ont très peu d’idées là-dessus. Les gens de la Silicon Valley et les gouvernements y réfléchissent, mais la gauche très peu ».

      À cette aune, la seconde grande caractéristique de cette journée aura été de donner une place importante aux récits alternatifs, aux contre-imaginaires, et notamment à l’anticipation. Pour l’écrivain Alain Damasio, la science-fiction peut être utile pour deux raisons : « Avoir un rôle classique d’alerte sur les cas les plus inquiétants du néomanagement en extrapolant les tendances les plus noires, mais aussi un autre volet plus utopique, qui élabore des propositions. »

      Avec 11 autres écrivains, il a donc publié un stimulant ouvrage de nouvelles intitulé Au bal des actifs. Demain le travail (éditions La Volte), qui imagine des façons de travailler dans le futur. Sous la plume de Catherine Dufour est ainsi décrit un monde où « Flexemploi » propose des jobs de 24 heures à des individus dont les dates de péremption sont très rapides.
      Sous celle de l’ancien banquier Norbert Merjagnan naît, au contraire, un univers qui repose sur une « monnaie sociale », le pixel, dont la caractéristique est de prendre de plus en plus de valeur quand de plus en plus de personnes s’investissent dans le projet qu’elle soutient, et d’en perdre si un seul capitaliste très riche s’y intéresse.

      Quant à Alain Damasio, il propose un texte hilarant sur l’avenir des « créatifs » et la machinisation des métiers, en imaginant les difficultés d’un cuisinier bientôt à la retraite pour transmettre à un robot censé le remplacer, mais incapable de bien sentir, en dépit de ses capteurs visuels ultraperfectionnés, la « bonne » couleur du sucre pour la tarte Tatin. Une nouvelle à l’image de cette journée, où les récits destinés à penser au-delà ou en dehors du travail ont été plus importants que de possibles recettes pour le réorganiser aujourd’hui…

      https://seenthis.net/messages/663487


  • African Modernism: Nation Building | Thinkpiece | Architectural Review
    https://www.architectural-review.com/rethink/african-modernism-nation-building/10019150.article

    As countries in Africa gained their independence, modernist architecture attempted to express their new identities

    In the late 1950s and the early ’60s most countries of Sub-Saharan Africa gained their independence. Architecture became one of the principal means for the young nations to express their national identity. Parliament buildings, central banks, stadia, conference centres, universities and independence memorials were constructed, often featuring heroic and daring designs.

    Modern and futuristic architecture mirrored the aspirations and forward-looking spirit dominant at that time. A coinciding period of economic boom made elaborate construction methods possible, while the tropical climate allowed for an architecture that blended the inside and outside, focused on form and the expression of materiality.

    –-------

    ‘The paradigm of development-aid-charity has come to dominate African architecture to the exclusion of almost everything else’ | Thinkpiece | Architectural Review
    https://www.architectural-review.com/rethink/the-paradigm-of-development-aid-charity-has-come-to-dominate-african-architecture-to-the-exclusion-of-almost-everything-else/10019122.article

    Only with change will Africa – confined by the expectation of being influenced rather than influencing – realise its true architectural potential

    It has often been said that the number of times the word ‘Africa’ is heard in a song is in almost inverse proportion to its quality: in other words, ‘Africa’ has become a lazy substitute for any number of ideas from the political to the social, cultural, historical, economic – you name it, ‘Africa’ covers it. In 2005, Kenyan writer Binyavanga Wainaina published a controversial essay, How To Write About Africa, which, to this day, remains Granta’s most forwarded article. With its uneasy combination of laugh-out-loud satire and sarcasm, Wainaina offers a number of tips for would-be writers on Africa: ‘always use the word “Africa” or “Darkness” or “Safari” in your title. Subtitles may include the words “Zanzibar”, “Congo”, “Big”, “Sky”, “Shadow”, “Drum”, “Sun” or “Bygone”.

    –-------

    ‘Speak up, speak out, speak back’: Africa Architecture Awards 2017 | News | Architectural Review
    https://www.architectural-review.com/today/speak-up-speak-out-speak-back-africa-architecture-awards-2017/10024190.article

    ‘What is African architecture?’, asks Mark Olweny, senior lecturer at Uganda Martyrs University and chair of the judging panel of this year’s Africa Architecture Awards, ‘What makes architecture work on this continent?’

    #afrique #architecture

    • Towards the end of the ’80s the ‘Ivorian Miracle’, the economic boom that underlay this development, came to an end. In the late ’90s the country descended into a period of internal conflict. Though no longer operating as a hotel, the Hôtel Ivoire, and especially its tower, remained an important player in the country’s dynamics. In the early 2000s it became the base for the militia group #Jeunes_Patriotes and was in 2004 taken over by French UN troops, both of which understood the strategic advantage that occupying the tower would lend them in controlling large swathes of the urban fabric of #Abidjan. When on 9 November 2004 Ivorian demonstrators amassed around the hotel to protest against the presence of French troops in their country, snipers from the French unit, positioned in the tower, shot and killed as many as 20 demonstrators. Far from being a simple piece of architectural infrastructure, the Hôtel Ivoire itself became an actor and part of the machinery of urban conflict. In 2011, under the management of Sofitel, it re-opened with much fanfare almost 50 years after its inauguration. Since then it has enjoyed a renaissance as one of the prime luxury hotels of West Africa.

      Hôtel Ivoire
      https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_Ivoire

      Alliance des jeunes patriotes pour le sursaut national
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_des_jeunes_patriotes_pour_le_sursaut_national

      Front populaire ivoirien
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Front_populaire_ivoirien

      Opération Licorne
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Licorne

      Le coût de cette opération est estimé à environ de 200 millions d’euros par an.

      Cette opération militaire débute en septembre 2002 (début de la crise politico-militaire en Côte d’Ivoire), indépendamment de l’opération des Nations unies, dans le cadre des accords de défense signés entre les deux pays le 24 août 1961. La France, puis la CEDEAO (Communauté des États d’Afrique de l’Ouest), envoient d’importants contingents militaires pour séparer les belligérants (forces d’interposition)3. Selon les autorités françaises, soutenues par une résolution des Nations unies, cette interposition aurait permis d’éviter une guerre civile et de nombreux massacres.
      ...
      La force Licorne est remplacée, le 21 janvier 2015, par les Forces françaises en Côte d’Ivoire.
      ...
      L’objectif en est la tenue d’élections démocratiques fin de l’année 2005 (fin octobre), mais celles-ci seront repoussées. Le Conseil de sécurité des Nations unies fait sien cet accord. Le 4 avril 2004, l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI, 6 240 hommes) prend le relais des contingents de la CEDEAO, aux côtés de la force Licorne qui reste en soutien sous commandement français (4 600 hommes).

      Le 4 novembre 2004, prenant acte de l’échec de la voie de la négociation, le président Laurent Gbagbo engage l’« Opération Dignité », pour reconquérir militairement les territoires occupés. Le 6 novembre 2004, deux Soukhoï Su-25 de l’aviation gouvernementale ivoirienne mais pilotés par des mercenaires biélorusses, effectuent un raid aérien sur la position française de Bouaké. Ce bombardement sur la base française fait 9 morts et 38 blessés parmi les soldats français4 (2e régiment d’infanterie de marine, régiment d’infanterie-chars de marine, 515e régiment du train). Les forces françaises ripostent, quinze minutes après l’attaque en neutralisant les deux Soukhoï Su-25 après leur retour sur l’aéroport de Yamoussoukro. L’essentiel des forces aériennes ivoiriennes est anéanti dans les heures qui suivent : quatre hélicoptères de combat ivoiriens (2 MI 24, 1 MI 8 et 1 Puma) seront totalement détruits devant le palais présidentiel de Yamoussoukro par un raid nocturne de Gazelle HOT et canon du Batalat et deux MI 24 basés sur l’aéroport international d’Abidjan seront neutralisés.

      Le président français Jacques Chirac donne l’ordre de destruction de tous les moyens aériens militaires ivoiriens, afin d’empêcher toute nouvelle attaque des Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) contre les « rebelles » des Forces armées des forces nouvelles, qui serait contraire aux Accords de Marcoussis, et d’interdire d’autres agressions contre les positions françaises.

      Les évènements de novembre 2004, pendant lesquels l’armée française ouvre le feu sur des manifestants ivoiriens hostiles, mettent la force Licorne en position délicate vis-à-vis des populations civiles. La mort suspecte d’un ivoirien, en mai 2005, provoque la suspension, puis le blâme et la mutation, du général de division Henri Poncet et de son adjoint opérations, le général de Malaussène, ainsi que la suspension du colonel Éric Burgaud, chef de corps du 13e bataillon de chasseurs alpins et d’un sous-officier de ce bataillon par le ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie.

      L’opération Licorne a impliqué plus de 5 000 hommes et femmes au plus fort de la crise en novembre 2004. Les troupes françaises ont été ramenées à 2400 militaires depuis août 2007, puis à 1800 hommes à partir de mars 2008.

      Hôtel des Mille Collines
      https://en.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_des_Mille_Collines

      The Hôtel des Mille Collines (French pronunciation: ​[otɛl dɛ mil kɔlin]) is a large hotel in Kigali, Rwanda. It became famous after 1,268 people took refuge inside the building during the Rwandan Genocide of 1994. The story of the hotel and its manager at that time, Paul Rusesabagina, was used as the basis of the film Hotel Rwanda.

      #France #Afrique #Françafrique #Côte_d_Ivoire #Ruanda #politique #guerre #histoire


  • À #Berlin, les rues aux noms de colonisateurs rebaptisées aux noms de résistantes africaines

    Dans le #quartier_africain de Berlin, surnommé ainsi parce que ses grands axes portent les noms d’anciennes colonies allemandes telles que #Zanzibar, la #Guinée ou le #Cameroun, quelques rues portent toujours les noms de grands colonisateurs allemands, telle la #Petersallee, une référence à #Carl_Peters, qui a fait exécuter des milliers de personnes en Afrique de l’Est, ou la #Lüderitzstraße : « Elle évoque le souvenir du marchand de tabac #Adolf_Lüderitz, qui a escroqué de vastes zones de la #Namibie actuelle à coups de deals malhonnêtes. Il est considéré comme un des initiateurs du #génocide des #héréros et des #namas qui a été commis par les Allemands en 1904. »

    Après plusieurs années de discussions, impulsées par l’association locale #Berlin_Postkolonial, la mairie du quartier de Wedding a décidé de « décoloniser l’#espace_public », comme l’écrit le quotidien, en donnant à ces rues de nouveaux noms : à compter de 2017, elles porteront ceux de résistantes africaines, qui se sont opposées au colonialisme et au racisme.


    http://www.slate.fr/story/126086/berlin-remplace-noms-rue-colons-resistantes-africaines
    #colonialisme #colonisation #toponymie #noms_de_rue #décolonisation #femmes #résistance #genre


  • Quand la mer Rouge était ottomane, par Akram Belkaïd
    https://www.monde-diplomatique.fr/2017/03/BELKAID/57245 #st

    Si l’on reconnaît aujourd’hui aisément en Occident que les Ottomans étaient aussi de grands marins, c’est moins le cas pour les Arabes, longtemps présentés comme des peuples ayant tourné le dos à la mer. C’est oublier les Omanais, longtemps maîtres de l’océan Indien et des rivages de l’Afrique de l’Est, où ils installèrent de nombreux comptoirs, dont Zanzibar.

    Aventuriers des mers | Institut du monde arabe
    https://www.imarabe.org/fr/expositions/aventuriers-des-mers

    http://zinc.mondediplo.net/messages/57862 via Le Monde diplomatique


  • « Virginia Woolf est montée à bord d’un navire de guerre en 1910, ça a changé sa vision des hommes » : drôle d’histoire de #Virginia_Woolf, son frère et des amis s’essayant aux #black_faces
    https://www.slate.fr/story/125718/canular-woolf-navire-guerre

    Le 7 octobre 1910 le commandant en chef Sir William H. May reçoit un télégramme envoyé depuis un bureau de poste de la St. James Street, à Londres :

    « Prince Makalen d’#Abyssinie avec suite arrive à Weymouth. Désire voir Dreadnought. Désolé improviste. Oublié télégraphier avant. Interprète accompagne. »

    Le message est signé sir Charles Hardinge, sous-sécrétaire du Bureau des Affaires étrangères. L’Abyssinie est l’ancien nom de l’Ethiopie. A bord du Dreadnought, c’est le branlebas de combat. Dans moins d’une heure, un chef d’État va débarquer sur le bateau avec sa garde rapprochée et rien n’est prêt. Dans la précipitation les membres de l’équipage ne trouvent pas le drapeau de l’Abyssinie, et lèvent celui du Zanzibar. Le cuistot se met aux fourneaux, et un groupe d’orchestre répète l’hymne national pour l’arrivée de la délégation. Sir William H. May ajuste son uniforme et attend le prince Makalen d’Abyssinie et ses amis sur la plateforme.

    « Tous les #princes portaient des écharpes de soie multicolores montées en turban et piquées d’aigrettes en diamant, des tuniques blanches recouvertes de robes flottantes, et autour du cou, des chaînes en or ainsi que des colliers de pierres précieuses. Ils avaient aussi tous des bottes de cuir verni à la mode orientale et dont la pointe saillante prolongeait de quinze centimètres le bout des pieds. Des gants blancs couvraient leurs mains et par-dessus leurs doigts gantés se trouvaient des anneaux d’or, des alliances massives, fort impressionnants. » [2]

    #histoire


  • « 1000 jours en Mars » (#Radio_Debout)
    https://soundcloud.com/radiodebout/sets/1000-jours-en-mars

    Projet d’écriture à 1000 mains lancé par le collectif #Zanzibar.
    Chroniques des possibles des 1000 prochains jours de Mars, lus par des participant-e-s à Nuit Debout sur la Place de la République à Paris.

    Sur le projet, voir
    http://seenthis.net/messages/478500

    Pour y participer c’est là
    https://nuitdeboutstrasbourg.tk/1000joursenmars

    #création_sonore #audio #radio



  • Une analyse profonde et brillante de Jean-Mich’ Alberola sur son travail :

    http://www.liberation.fr/evenements-libe/2016/03/17/jean-michel-alberola-mon-travail-releve-de-l-etoilement-je-fais-des-conne

    "L’expression « Georgie l’oukase » m’a immédiatement renvoyé à Georges Lucas, le réalisateur de Star Wars, et à Georg Lukács, philosophe et sociologue de la littérature hongroise. Ce penseur de l’aliénation est l’auteur d’un des plus beaux livres sur Karl Marx, Le Jeune Marx. J’ai rajouté en haut de la une le nom de ces quasi-homonymes, en écho au titre. C’est moins un jeu de mot qu’un glissement de mot, qui catalyse trois points de vue différents sur le pouvoir  : populaire, politique, philosophique. Je joue sur le décalage apparent entre des univers très éloignés, mais il ne s’agit pas d’humour... Je suis toujours premier degré. La guerre des étoiles est quelque chose de très sérieux  ! [...] C’est aussi une manière de démystifier le politique. Je ne fais pas de distinction entre la culture « populaire » et la culture « savante » qu’incarne Georg Lukács. Entre le low et le high. Les grands livres de science-fiction ou de fantasy, tels que Tous à Zanzibar de John Brunner, sont des livres politiques  ; Le seigneur des anneaux, de J. R. R. Tolkien, est une réflexion sur le nazisme  ; La guerre des étoiles questionne le pouvoir."

    C’est au palais de Tokyo. Comme disait l’autre rigolez pas c’est avec votre pognon.

    #art_engagé #star_wars_questionne_le_pouvoir_les_oies_et_les_sycomores #l'association_libre_pour_les_non_comprenants #l'abus_de_Witz_rend_con_comme_un_Wit




  • Vladimir Vasilev - ZANZIBAR CLUB

    Face à la gare de Sète, un bar. À gauche un hôtel « social », à droite une boulangerie. Pas de vitrine aguichante où d’enseigne menteuse, juste une façade modeste et une enseigne un peu piteuse : « Le Zanzibar ».

    À l’intérieur, un lieu chaleureux comme le sont parfois les bars où les habitués viennent tromper leur ennui et échapper à une vie de monotonie et de solitude. Plus un centimètre carré de libre sur les murs où alternent trophées et vieilles photos. Et puis il y a Zaza, la patronne, l’âme du lieu et infatigable organisatrice de soirées en tous genres : de magie, costumées ou transformistes…

    Je vais tenir avec patience la chronique de lieu ordinaire pendant les deux années à venir.

    http://lafrancevuedici.fr/encours-zanzibar-club.php

    #photographie #sete


  • Scotland’s referendum is significant for states that want to secede. Like Zanzibar
    http://africasacountry.com/scotlands-referendum-is-significant-for-states-that-want-to-secede-

    “Should Scotland be an independent country?” That is the question Scots will be asked when they go to the polls on September 18th. The outcome of the vote will have a significant impact on the future of Scotland and the rest of the United Kingdom. More interestingly, this referendum is being closely watched in a […]

    #General #HISTORY #OPINION


  • Ce roman de 1969 avait précisément prédit les évènements de notre époque ! #sf
    http://www.gentside.com/livre/ce-roman-de-1969-avait-precisement-predit-les-evenements-de-notre-epoque_a

    John Brunner se doutait-il en rédigeant son roman de science-fiction en 1969, que ce qu’il décrivait comme un futur imaginaire serait aujourd’hui notre quotidien ? Située en 2010, l’intrigue de Stand on Zanzibar avait tout prédit.


  • Tanzanie : l’ONU appelle à agir contre la violence visant les enfants
    http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=26045&Cr=Tanzanie&Cr1=

    Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)) a exhorté mercredi la Tanzanie à s’emparer rapidement du problème de la violence à l’encontre des enfants suite à une enquête menée par le gouvernement qui révèle que près du trois quart des filles et garçons âgés de moins de 18 ans sont victimes de violences physiques de la part d’adultes ou de leur partenaires intimes.

    De plus, près de trois filles sur dix et un garçon sur sept vivant en Tanzanie et à Zanzibar déclarent avoir subi des violences sexuelles, a indiqué l’UNICEF dans un communiqué.

    #guerre #victimes #enfants